Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 06:34

http://www.alterinfo.net

Bilderberg Group 2011 : la liste officielle.

2 commentaires
Tags: bilderberg, élite, mondialisme, NWO
Posted 10 juin 2011 in Club Bilderberg, dissidence, nouvel ordre mondial

Cette liste serait officielle selon infowars :


http://www.infowars.com/bilderberg-2011-full-official-attendee-list/

«Merci au fantastique travail des militants qui se sont rendus à la réunion annuelle des Bilderberg, les journalistes et les médias suisses, nous avons été en mesure d’obtenir la liste officielle complète des participants Bilderberg 2011. Régulièrement, certains membres demandent que leurs noms soient gardés hors de la liste il y aura donc d’autres Bilderbergers supplémentaires présents.»

 

Cette liste pourra donc être complétée.

 

 

Lire aussi :

 

 

Belgium

Coene, Luc, Governor, National Bank of Belgium Davignon, Etienne, Minister of State Leysen, Thomas, Chairman, Umicore

China

Fu, Ying, Vice Minister of Foreign Affairs Huang, Yiping, Professor of Economics, China Center for Economic Research, Peking University

Denmark

Eldrup, Anders, CEO, DONG Energy Federspiel, Ulrik, Vice President, Global Affairs, Haldor Topsøe A/S Schütze, Peter, Member of the Executive Management, Nordea Bank AB

Germany

Ackermann, Josef, Chairman of the Management Board and the Group Executive Committee, Deutsche Bank Enders, Thomas, CEO, Airbus SAS Löscher, Peter, President and CEO, Siemens AG Nass, Matthias, Chief International Correspondent, Die Zeit Steinbrück, Peer, Member of the Bundestag; Former Minister of Finance

Finland

Apunen, Matti, Director, Finnish Business and Policy Forum EVA Johansson, Ole, Chairman, Confederation of the Finnish Industries EK Ollila, Jorma, Chairman, Royal Dutch Shell Pentikäinen, Mikael, Publisher and Senior Editor-in-Chief, Helsingin Sanomat

France

Baverez, Nicolas, Partner, Gibson, Dunn & Crutcher LLP Bazire, Nicolas, Managing Director, Groupe Arnault /LVMH Castries, Henri de, Chairman and CEO, AXA Lévy, Maurice, Chairman and CEO, Publicis Groupe S.A. Montbrial, Thierry de, President, French Institute for International Relations Roy, Olivier, Professor of Social and Political Theory, European University Institute

Great Britain

Agius, Marcus, Chairman, Barclays PLC Flint, Douglas J., Group Chairman, HSBC Holdings Kerr, John, Member, House of Lords; Deputy Chairman, Royal Dutch Shell Lambert, Richard, Independent Non-Executive Director, Ernst & Young Mandelson, Peter, Member, House of Lords; Chairman, Global Counsel Micklethwait, John, Editor-in-Chief, The Economist Osborne, George, Chancellor of the Exchequer Stewart, Rory, Member of Parliament Taylor, J. Martin, Chairman, Syngenta International AG

Greece

David, George A., Chairman, Coca-Cola H.B.C. S.A. Hardouvelis, Gikas A., Chief Economist and Head of Research, Eurobank EFG Papaconstantinou, George, Minister of Finance Tsoukalis, Loukas, President, ELIAMEP Grisons

International Organizations

Almunia, Joaquín, Vice President, European Commission Daele, Frans van, Chief of Staff to the President of the European Council Kroes, Neelie, Vice President, European Commission; Commissioner for Digital Agenda Lamy, Pascal, Director General, World Trade Organization Rompuy, Herman van, President, European Council Sheeran, Josette, Executive Director, United Nations World Food Programme Solana Madariaga, Javier, President, ESADEgeo Center for Global Economy and Geopolitics Trichet, Jean-Claude, President, European Central Bank Zoellick, Robert B., President, The World Bank Group

Ireland

Gallagher, Paul, Senior Counsel; Former Attorney General McDowell, Michael, Senior Counsel, Law Library; Former Deputy Prime Minister Sutherland, Peter D., Chairman, Goldman Sachs International

Italy

Bernabè, Franco, CEO, Telecom Italia SpA Elkann, John, Chairman, Fiat S.p.A. Monti, Mario, President, Univers Commerciale Luigi Bocconi Scaroni, Paolo, CEO, Eni S.p.A. Tremonti, Giulio, Minister of Economy and Finance

Canada

Carney, Mark J., Governor, Bank of Canada Clark, Edmund, President and CEO, TD Bank Financial Group McKenna, Frank, Deputy Chair, TD Bank Financial Group Orbinksi, James, Professor of Medicine and Political Science, University of Toronto Prichard, J. Robert S., Chair, Torys LLP Reisman, Heather, Chair and CEO, Indigo Books & Music Inc. Center, Brookings Institution

Netherlands

Bolland, Marc J., Chief Executive, Marks and Spencer Group plc Chavannes, Marc E., Political Columnist, NRC Handelsblad; Professor of Journalism Halberstadt, Victor, Professor of Economics, Leiden University; Former Honorary Secretary General of Bilderberg Meetings H.M. the Queen of the Netherlands Rosenthal, Uri, Minister of Foreign Affairs Winter, Jaap W., Partner, De Brauw Blackstone Westbroek

Norway

Myklebust, Egil, Former Chairman of the Board of Directors SAS, sk Hydro ASA H.R.H. Crown Prince Haakon of Norway Ottersen, Ole Petter, Rector, University of Oslo Solberg, Erna, Leader of the Conservative Party

Austria

Bronner, Oscar, CEO and Publisher, Standard Medien AG Faymann, Werner, Federal Chancellor Rothensteiner, Walter, Chairman of the Board, Raiffeisen Zentralbank Österreich AG Scholten, Rudolf, Member of the Board of Executive Directors, Oesterreichische Kontrollbank AG

Portugal

Balsemão, Francisco Pinto, Chairman and CEO, IMPRESA, S.G.P.S.; Former Prime Minister Ferreira Alves, Clara, CEO, Claref LDA; writer Nogueira Leite, António, Member of the Board, José de Mello Investimentos, SGPS, SA

Sweden

Mordashov, Alexey A., CEO, Severstal
Schweden Bildt, Carl, Minister of Foreign Affairs Björling, Ewa, Minister for Trade Wallenberg, Jacob, Chairman, Investor AB

Switzerland

Brabeck-Letmathe, Peter, Chairman, Nestlé S.A. Groth, Hans, Senior Director, Healthcare Policy & Market Access, Oncology Business Unit, Pfizer Europe Janom Steiner, Barbara, Head of the Department of Justice, Security and Health, Canton Kudelski, André, Chairman and CEO, Kudelski Group SA Leuthard, Doris, Federal Councillor Schmid, Martin, President, Government of the Canton Grisons Schweiger, Rolf, Ständerat Soiron, Rolf, Chairman of the Board, Holcim Ltd., Lonza Ltd. Vasella, Daniel L., Chairman, Novartis AG Witmer, Jürg, Chairman, Givaudan SA and Clariant AG

Spain

Cebrián, Juan Luis, CEO, PRISA Cospedal, María Dolores de, Secretary General, Partido Popular León Gross, Bernardino, Secretary General of the Spanish Presidency Nin Génova, Juan María, President and CEO, La Caixa H.M. Queen Sofia of Spain

Turkey

Ciliv, Süreyya, CEO, Turkcell Iletisim Hizmetleri A.S. Gülek Domac, Tayyibe, Former Minister of State Koç, Mustafa V., Chairman, Koç Holding A.S. Pekin, Sefika, Founding Partner, Pekin & Bayar Law Firm

USA

Alexander, Keith B., Commander, USCYBERCOM; Director, National Security Agency Altman, Roger C., Chairman, Evercore Partners Inc. Bezos, Jeff, Founder and CEO, Amazon.com Collins, Timothy C., CEO, Ripplewood Holdings, LLC Feldstein, Martin S., George F. Baker Professor of Economics, Harvard University Hoffman, Reid, Co-founder and Executive Chairman, LinkedIn Hughes, Chris R., Co-founder, Facebook Jacobs, Kenneth M., Chairman & CEO, Lazard Johnson, James A., Vice Chairman, Perseus, LLC Jordan, Jr., Vernon E., Senior Managing Director, Lazard Frères & Co. LLC Keane, John M., Senior Partner, SCP Partners; General, US Army, Retired Kissinger, Henry A., Chairman, Kissinger Associates, Inc. Kleinfeld, Klaus, Chairman and CEO, Alcoa Kravis, Henry R., Co-Chairman and co-CEO, Kohlberg Kravis, Roberts & Co. Kravis, Marie-Josée, Senior Fellow, Hudson Institute, Inc. Li, Cheng, Senior Fellow and Director of Research, John L. Thornton China Center, Brookings Institution Mundie, Craig J., Chief Research and Strategy Officer, Microsoft Corporation Orszag, Peter R., Vice Chairman, Citigroup Global Markets, Inc. Perle, Richard N., Resident Fellow, American Enterprise Institute for Public Policy Research Rockefeller, David, Former Chairman, Chase Manhattan Bank Rose, Charlie, Executive Editor and Anchor, Charlie Rose Rubin, Robert E., Co-Chairman, Council on Foreign Relations; Former Secretary of the Treasury Schmidt, Eric, Executive Chairman, Google Inc. Steinberg, James B., Deputy Secretary of State Thiel, Peter A., President, Clarium Capital Management, LLC Varney, Christine A., Assistant Attorney General for Antitrust Vaupel, James W., Founding Director, Max Planck Institute for Demographic Research Warsh, Kevin, Former Governor, Federal Reserve Board Wolfensohn, James D., Chairman, Wolfensohn & Company, LLC

2 Comments

 

.

 

Pour Xavier Schwitzguebel, président des Jeunes UDC de Genève, la participation de la Conseillère fédérale Doris Leuthard à la réunion de Bilderberg, qui se tenait ce week-end à St-Moritz en Suisse, est illégitime. Plus grave encore, selon lui, Mme Leuthard aurait enfreint l'article 267 du code pénal suisse et se serait rendue coupable de « trahison diplomatique ».


Il est vrai que la participation de la ministre de l'économie à cette réunion, qualifiée « d'ultra-secrète » par les médias helvètes, n'a fait l'objet d'aucune discussion, ni au sein du gouvernement ni au parlement, et que l'intéressée elle-même n'a pas jugé utile de communiquer sur le sujet.


A la fin de cet entretien, Xavier Schwitzguebel nous précise également l'intérêt de sa candidature au Conseil national (parlement) et nous donne sa vision de l'UDC, parti politique souvent décrié comme xénophobe, en nous expliquant la différence entre « patriotisme » et « nationalisme». 

 

 

Voir l'entretien vidéo

 

Partager cet article
Repost0
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 06:20

http://exdisciplesleblog.unblog.fr/files/2009/01/illuminatilogo.jpg

http://exdisciplesleblog.unblog.fr/files/2009/01/illuminatilogo.jpg

 

le juin 10, 2011 par Résistance 71

Le cartel de la réserve fédérale: les franc-maçons et la maison Rothshchild

par Dean Henderson

Global Research, le 8 Juin 2011 Deuxième partie

Url de l’article original:

http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=25179

1ère partie de cette série d’articles


~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~


En 1789, Alexandre Hamilton devint le premier secrétaire au trésor (NdT: ministre des finances) des Etats-Unis d’Amérique. Hamilton était un des nombreux pères fondateurs qui étaient franc-maçons. Il avait des relations étroites avec la famille Rothschild, qui était propriétaire de la Banque d’Angleterre et était le leader du mouvement franc-maçon européen. Georges Washington, Benjamin Franklin, John Jay, Ethan Allen, Samuel Adams, Patrick Henry, John Brown, et Roger Sherman étaient tous franc-maçons. Roger Livingston aida Sherman et Franklin a écrire la déclaration d’indépendance des Etats-Unis. Il donna à George Washington ses voeux de prises de fonction alors qu’il était le grand maître de la grande loge maçonnique de New York. Washington lui-même était le grand maître de la loge de Virginie. Des généraux de la révolution américaine, 33 étaient des franc-maçons.

Ceci était très symbolique puisque les maçons du 33ème degré deviennent Illuminés. [1]Les pères fondateurs populistes emenés par John Adams, Thomas Jefferson, James Madison et Thomas Paine, dont aucun d’entr’eux n’était franc-maçon, voulaient couper complètement les ponts avec la couronne britannique, mais furent subjugués par la faction maçonnique emenée par Washington, Hamilton et le grand maître de la loge St Andrews de Boston, le général Joseph Warren, qui voulurent “défier le parlement, mais rester loyal à la couronne.” La loge St Andrews était au cœur de la franc-maçonnerie du nouveau monde et commença à distribuer des degrés de chevaliers du temple en 1769.[2]

Toutes les loges maçonniques américaines sont jusqu’à aujourd’hui garanties par la couronne britannique, qu’elles servent en tant que centre de renseignement global et de réseau de contre-révolution et de subversion. Leur initiative la plus récente est le programme maçonnique d’identification infantile (NdT:CHIP pour Child Identification Program). D’après Wikipedia, les programmes CHIP donnent l’opportunité aux parents de créer gratuitement un kit de matériaux d’identification de leur enfant. Ce kit contient une carte avec les empreintes digitales, une description physique, une vidéo, un DVD de l’enfant, une impression dentaire et un échantillon d’ADN.

Le premier congrès continental se rassembla à Philadelphie en 1774 sous la présidence de Peyton Randolph, qui succéda à Washington comme grand maiitre de la loge de Virginie. Le second congrès eut lieu en 1775 sous la présidence du franc-maçon John Hancock. Le frère de Peyton, William, lui succéda comme grand maître de la loge et devint le chef de file des supporteurs de la centralisation et du fédéralisme à la première convention de 1787. Le fédéralisme qui est au cœur de la constitution américaine est identique au fédéralisme exprimé dans la constitution franc-maçonne anderson de 1723. William Randolph devint le premier ministre de la justice de la nation et secrétaire d’état de Georges Washington.

Sa famille retourna en Angleterre, loyale à la couronne. John Marshall, le premier juge de la cour supême de la nation était aussi un franc-maçon.[3]

Quand Benjamin Franklin voyagea en France pour trouver un financement pour les révolutionnaires américains, tous ses meetings eurent lieu dans les banques Rothschild. Il passa des contrats d’armement avec le franc-maçon allemand le baron Von Steuben. Ses comités de correspondance opéraient au travers des couloirs de communication maçoniques et étaient en parallèle d’un réseau d’espionage britannique.

En 1776, Franklin devint le de facto ambassadeur en France. En 1779, il devînt le grand maître de la loge française des Neuf Sœurs, à laquelle appartenaient John Paul Jones et Voltaire. Franklin était aussi un membre de la plus secrète loge royale des commandeurs du temple ouest de Carcassonne, dont un des membres était Frederick Prince de Galles. Tandis qu’il prêchait la tempérance aux Etats-Unis, il s’encanaillait allègrement avec ses frères de loge en Europe. Franklin servit de 1750 à 1775 comme receveur général, un rôle souvent relégué aux espions britanniques.[4]

Avec le financement de Rothschild, Alexandre Hamilton fonda deux banques à New York, dont la banque de New York.[5] Il mourut dans un duel au pistolet avec Aaron Burr, qui fonda la banque de Manhattan avec l’aide financière de Kuhn Loeb. Hamilton épitomisait le dédain que les huit familles vouaient au commun des gens en disant: “Toutes les communautés se divisent entre le peu et le nombreux. Les premiers sont les riches et les bien-nés, les autres la masse du peuple… Les gens sont turbulents et changent sans cesse; ils ne peuvent bien juger que très rarement. Il faut donc donner à la première classe une part distinctive et permanente du pouvoir. Ils équilibreront le manque de stabilité de la seconde classe.”[6]

Hamilton ne fut que le premier d’une série de huit familles inféodées à devenir secrétaire au trésor (NdT ministre des finances). Plus récemment,  le secrétaire au trésor de Kennedy était Douglas Dillon, venant de la famille Dillon Read (maintenant partie de UBS Warburg). Les secrétaires de Nixon David Kennedy et William Simon provenaient respectivement de la banque continentale de l’Illinois (maintenant sous contrôle de la Bank of America) et Salomon Frères (aujourd’hui partie de Citigroup). Le secrétaire au trésor de Carter Michaël Blumenthal venait de Goldman Sachs, celui de Ronald Reagan, Donald Regan, venait de Merill Lynch (maintenant Bank of America), celui de Bush père Nicholas Brady venait de Dillon Read (UBS Warburg), les deux secrétaires au trésor de Clinton et de Bush fils, respectivement  Robert Rubin et Henry Paulson venaient de Goldman Sachs; Tim Geithner sous Obama venait de Kissinger Associates et ancien président de la banque fédérale de New York.

Thomas Jefferson a toujours défendu l’idée que les Etats-Unis devaient avoir une banque centrale publique de telle sorte que les monarques européens et les aristocrates ne puissent pas utiliser l’impression de la monnaie pour contrôler les affaires de la nation. Jefferson visionnairement déclara: “Un pays qui attend de rester ignorant et libre, attend ce qui n’a jamais existé et n’existera jamais. Il n’y a pas un roi sur cent qui, s’il le pouvait, ne suivrait pas l’exemple des pharaons en prenant d’abord tout l’argent du peuple, puis toutes les terres pour faire du peuple et de ses enfants ses serviteurs à tout jamais… Les établissements banquiers sont plus dangereux que les armées ennemies. Ils ont déjà levé une aristocratie de l’argent.” Jefferson observa la prise de contrôle des Etats-Unis par la conspiration euro-bancaire, pesant dans la balance il déclara: “des actes de tyrannie simple peuvent être attribués à la conjoncture du moment, mais une série d’oppressions a débuté à un moment précis et de manière inaltérable au cours des changement de ministères et qui prouve de manière trop évidente le plan systémique de nous réduire tous en esclavage.”[7]

Mais les arguments de Hamilton sponsorisés par Rothschild en faveur d’une banque centrale états-unienne privée l’emportèrent. En 1791, la Banque des Etats-Unis (NdT que nous nommerons dorénavant ici BEU) fut fondée, avec les Rothschilds comment actionnaires principaux. La charte de la banque devait expirer en 1811. L’opinion publique était en faveur de révoquer la carte et de la remplacer par une banque centrale publique de type jeffersonien. Le débat fut repoussé alors que la nation fut plongée par les banquiers européens dans la guerre de 1812. Dans un climat de peur et de détresse économique, la charte de la BEU fut renouvelée jusqu’en 1816.

Old Hickory, Honest Abe & Camelot

En 1828, Andrew Jackson se présenta à la présidence des Etats-Unis. Tout au long de sa campagne électorale, il fustigea les banquiers internationaux qui contrôlaient la BEU. Jackson râlait: “Vous êtes un nid de vipères. J’ai l’intention de vous exposer et par dieu éternel, je vais vous extirper de là. Si le peuple comprenait le niveau d’injustice amené par notre système bancaire, il y aurait une révolution avant demain matin.” Jackson gagna les élections et révoqua la charte de la BEU. “L’acte de la charte semble être basé sur l’idée éronnée que les actionnaires actuels de la banque ont un droit prescriptif sur non seulement les faveurs du gouvernement, mais aussi sur ses récompenses.. Pour leur profit, l’acte exclut le peuple américain de la compétition à l’achat de ce monopole. Les actionnaires actuels et ceux qui héritent de leurs droits en tant que successeurs, établissent un ordre privilégié, habillé de grande puissance politique et jouissent d’immense avangages pécuniers de par leur connexion avec le gouvernement. N’y aurait-il pas péril en la demeure si par les vertus d’un tel acte légal qui concentre l’influence dans les mains d’un directoire auto-élu, dont les intérêts s’identifient à ceux d’actionnaires étrangers; N’y aurait-il pas sujet à trembler pour l’indépendance de notre pays en guerre… pour contrôler notre monnaie, recevoir nos budgets publics et retenir l’indépendance de milliers de nos citoyens; ceci serait plus dangereux et plus formidable que la puissance militaire et navale de l’ennemi. Il est regrettable que les riches et puissants plient trop souvent pour leur seul profit les actes du gouvernement… Pour rendre les riches plus riches et plus puissants. Beaucoup de nos riches citoyens ne sont pas satisfaits de la protection égalitaire et des bénéfices égaux, ils nous ont en revanche induit à les rendre plus riches par actes du congrès. J’ai rempli mon devoir envers mon pays.”[8]

Le populisme prévalut et Jackson fut ré-élu. En 1835, il fut la cible d’une tentative d’assassinat. Le tireur était un certain Richard Lawrence qui confessa qu’il “était en contact avec des puissances en Europe”.[9]

En 1836, Jackson refusa toujours de renouveler la charte de la BEU. Sous son mandat, la dette nationale états-unienne revînt à zéro pour la première et dernière fois de l’histoire de notre nation. Ceci rendît furieux les banquiers internationaux, qui dérivent une grosse partie de leurs revenus du repaiement des intérêts de la dette des nations. Le président de la BEU Nicholas Biddle coupa le robinet des fonds au gouvernement états-uniens en 1842, plongeant le pays dans une dépression économique. Biddle était un agent de la banque de Paris Jacob Rothschild.[10] De plus, la guerre avec le Mexique fut également déclanchée contre Jackson. Quelques années plus tard, la guerre civile fut déclanchée avec les banquiers de Londres finançant le Nord et les banquiers de France finançant le Sud.

La famille Lehman fit une fortune en passant des armes au Sud et du cotton au Nord. En 1861, les Etats-Unis étaient de nouveau endettés de 100 millions de dollars. Le nouveau président Abraham Lincoln se joua lui aussi des banquiers européens en faisant imprimer les fameux “Lincoln Greenbacks” pour payer les factures de l’armée du Nord.

Le journal des Rothschild “Times of London” écrivit: “Si cette politique malicieuse qui a son origine dans la république d’Amérique du nord, devait devenir à la longue une réalité fixe, alors ce gouvernement pourra fournir sa propre monnaie sans coût. Il paiera ses dettes et sera sans dette. Il aura tout l’argent nécessaire pour subvenir à son commerce. Il deviendra prospère au-delà de tout ce qui a été vu jusqu’ici dans l’histoire des gouvernements civilisés du monde. Le savoir-faire et la richesse de tous les pays ira en Amérique du Nord. Ce gouvernement doit être détruit ou il va détruire toutes les monarchies de la planète.”[11]

Le Périodique, pamphlet des euro-banquiers “Hazard Circular” fut dénoncé par les populistes en colère. Le périodique déclarait: “La grande dettre que les capitalistes vont créer est faite de la dette générée par la guerre et doit être utilisée pour contrôler la valeur de la monnaie. Pour ce faire, des bons du trésor doivent être imprimés et utilisés comme base bancaire. Nous attendons maintenant le secrétaire au trésor Salmon chase qui doit faire cette recommandation. Cela ne permettra pas de faire circuler les greenbacks comme monnaie, car nous ne pouvons pas contrôler cela. Nous contrôlons les bons du trésor et à travers eux le système bancaire.” La loi sur la banque nationale de 1863 réinstaura la banque privée centrale américaine et des bons de guerre de Chase furent émis. Lincoln fut ré-élu l’année suivante, jurant de répudier cette loi après avoir pris ses fonctions en 1865. Avant qu’il ne puisse faire quoi que ce soit, Lincoln fut assassiné au théâtre Ford par John Wilkes Booth. Booth avait des connexions importantes avec les banquiers internationaux. Sa petite fille écrivit un livre “Cet acte fou” qui décrit dans le détail les relations de Booth et ses contavts avec “de mystérieux européens” juste avant l’assassinat de Lincoln.

Après avoir tiré sur Lincoln, Booth fut aidé par des membres d’une société secrète connue sous le nom de Chevaliers du Cercle Doré (CCD). Cette société avait d’étroites relations avec la société française des saisons, qui produisit Karl Marx. CCD ont fomenté beaucoup de la tension qui causa la guerre civile et le président Lincoln avait ciblé particulièrement ce groupe. Booth était membre des CCD et était connecté par le truchement du secrétaire d’état de la confédération Judah Benjamin à la maison des Rothschild. Benjamin s’enfuit en Angleterre après la guerre civile. [12]

Près d’un siècle après l’assassinat de Lincoln pour a voir fait imprimer les greenbacks, le président John F. Kennedy se trouva lui aussi sous les feux des huit familles.

Kennedy avait annoncé une “descente” sur les paradis fiscaux et proposa une augmentation des impôts pour les grandes compagnies minières et pétrolières. Il supportait l’élimination des vides juridiques qui permettaient l’évasion fiscale des super-riches. Ses politiques économiques furent publiquement attaquées par le magazine “Fortune”, le Wall Street Journal et à la fois David et Nelson Rockefeller. Même le propre secrétaire au trésor de Kennedy Douglas Dillon, qui venait de la banque d’affaires Dillon Read (UBS Warburg) s’opposa aux propositions de Kennedy. [13]

Le destin de Kennedy fut scellé en Juin 1963 quand il autorisa l’impression par son département du trésor de la somme de 4 milliards de dollars dans une tentative de contre-balancer le taux d’intérête usurier pratiqué par la clique des banquiers internationaux en contrôle de la banque privée de la réserve fédérale. La femme de Lee Harvey Oswald, qui fut abattu par Jack Ruby, lui-mème abattu, dit à l’écrivain A.J. Weberman en 1994: “La réponse à l’assassinat de Kennedy est à chercher avec la banque fédérale. Ne  sous-estimez pas ceci. Il est faux de blâmer l’assassinat sur Angleton et la CIA seulement. Ils ne sont qu’un doigt de la même main. Les gens qui  fournissent l’argent sont au dessus de la CIA.”[14] Dû au zèle du nouveau président Lyndon Johnson qui de suite hypertrophia la guerre du Vietnam, les Etats-Unis s’enfoncèrent bien plus dans la dette. Ses citoyens furent terrorisés à garder le silence. S’ils peuvent tuer le président; ils peuvent tuer n’importe qui.

La maison Rothschild

La maison hollandaise des Orange fonda la Banque d’Amsterdam en 1609 comme étant la première banque centrale de l’histoire mondiale. Le prince William d’Orange se maria dans la maison anglaise des Windsor, prenant pour épouse Marie, la fille du roi James II. La confrérie de l’ordre d’Orange, qui a fomentée récemment la violence protestante en Irlande du Nord, mit William III sur le trône d’Angleterre d’où il régna sur à la fois l’Angleterre et la Hollande. En 1694, William III fît alliance avec l’aristocratie britannique pour lancer officiellement la Banque d’Angleterre. La vieille dame de la rue du chas d’aiguille, comme est connue la Banque d’Angleterre, est entourée de murs de 9 mètre de haut. Trois étages en dessous est stocké la réserve d’or la plus importante au monde.[15]

Les Rothschilds et leurs partenaires consanguinement dégénérés des huit familles prirent le contrôle graduellement de la banque d’Angleterre. L’établissement quotidien de la valeur de l’or à Londres s’effectua à la banque N.M. Rothschild jusqu’en 2004. Comme l’assistant gouverneur de la banque d’Angleterre Georges Blunden le fit remarqué: “La peur est ce qui rend la puissance de la banque si acceptable. La banque est capable d’exercer son influence quand les gens sont dépendants de nous et ont peur de perdre leurs privilèges, ou quand ils ont peur.”[16]

Mayer Amschel Rothschild vendit les mercenaires allemands hessiens du gouvernement britannique pour combattre contre les révolutionnaires américains, envoyant les dividendes à son frère Nathan à Londres, où la banque Nathan and Meyer Rothschild & fils (NdT: connue sous le vocable N.M Rothschild) était établie. Mayer était un élève sérieux de Cabala et commença sa fortune avec de l’argent sous-tiré d’un administrateur royal de William IX opérant dans la région du Hesse-Kassel et un franc-maçon connu.

Barings, contrôlée par Rothschild, domina le commerce de l’opium chinois et des esclaves africains. Il finança l’achat de la Louisianne (NdT: à Napoléon). Quand plusieurs états refusèrent de payer leurs dettes, Barings soudoya Daniel Webster pour faire des discours prônant le repaiement des dettes. Les états tinrent leur ligne de refus, et en 1842, la maison rothschils coupa le robinet d’argent plongeant les états-unis dans une dépression. Il a souvent été dit que la fortune des Rothschilds dépendaient de la banqueroute des nations. Mayer Amschel Rothschild déclara: “Je ne m’intéresse pas de savoir qui contrôle les affaires d’une nation, aussi loin que je puisse contrôler sa monnaie.”

La guerre ne fut pas néfaste à la fortune familiale non plus. La maison des Rothschild finança la guerre de Prusse, la guerre de Crimée et la tentative britannique de saisir le canal de Suez aux Français. Nathan Rothschild fît un gros pari financier sur Napoléon à la bataille de Waterloo, tout en finançant également la campagne péninsulaire du duc de Wellington contre ce même Napoléon. Les deux guerres aux Etats-Unis contre le Mexique et la guerre civile, furents de véritables mines d’or pour la famille.

Une biographie de la famille Rothschild mentionne une réunion à Londres où un “syndicat banquier international” décida de monter le Nord contre le Sud des Etats-Unis comme partie intégrante de la stratégie du “diviser pour mieux régner”. Le chancelier allemand Otto Von Bismark dit une fois: “La division des Etats-Unis en des fédérations de force égale fut décidée bien avant la guerre civile. Les banquiers craignaient que les Etats-Unis décoivent leur domination financière du monde. La voix des Rothschilds prévalut.” Le biographe de la famille Derek Wilson dit que la famille était le banquier officiel européen pour le gouvernement Etats-Unien et un grand supporteur de la BEU.[17]

Un autre biographe Neill Fergusson nota un “vide subatantiel et non expliqué” dans la correspondance des Rothschilds entre 1854 et 1860. Il a dit que toutes les copies des lettres émanant des Rothschilds de Londres pendant la période de la guerre civile américaine “furent détruites sur ordre de partenaires successifs”.[18]

Des troupes françaises et britanniques avaient encerclé les Etats-Unis au faîte de la guerre civile. Les britanniques envoyèrent 11 000 soldats au Canada, contrôlé par la couronne britannique et qui protégeait les agents confédérés. Napoléon III de France installa un membre de la famille autrichienne des Hapsbourg L’archiduc Maximilien comme empereur marionnette de Mexique, où les troupes françaises se massèrent à la frontière du Texas. Seule l’envoi et le déploiement à la 25ème heure de deux navires de guerre russes par le Tsar Alexandre II allié des Etats-Unis en 1863, empêcha une re-colonisation des Etats-Unis.{19]

La même année le Chicago Tribune écrivît: “Belmont (Auguste Belmont était un agent des Rothschilds et avait une course de chevaux de la triple couronne nommée après lui) et les Rothschilds… qui ont acheté les bons de guerre confédérés…”

Salmon Rothschild dit de Lincoln mort: “Il rejette toute forme de compromis. Il a l’apparence d’un paysan et ne peut raconter que des histoires de bars.” Le baron Jacob Rothschild était tout aussi flatteur à l’égard des citoyens américains, il commenta un jour au ministre états-unien envoyé en Belgique Henry Sanford à propos du plus du demi million de citoyens américains qui moururent lors de la guerre civile: “Quand votre patient est désespérément malade, vous essayez des mesures désespérées, y compris les saignées.” Salmon et Jacob ne faisaient que continuer une tradition familale. Quelques générations auparavant Mayer Amschel Rothscild avait dit à propos de sa stratégie d’investissement: “Lorsque les rues de Paris sont inondées de sang… J’achète.”[20]

Les fils de Mayer Rothschild étaient connus sous le nom des cinq de Francfort.

Le plus vieux Amschel, s’occuppa de la banque de Francfort avec son père, tandis que Nathan géra les affaires de Londres. Le plus jeune Jacob fut envoyé à Paris, tandis que Salomon dirigea la branche de Vienne et Karl celle de Naples. L’écrivain Frederick Morton estime que dès 1850, les Rothschilds pesaient 10 milliards de dollars.[21] Quelques chercheurs pensent que leur fortune aujourd’hui s’élèverait à plus de cent mille milliards de dollars.

Les Warburgs, Kuhn Loebs, Goldman Sachs, Schiffs, Rothschilds, se sont mariés entr’eux et forment une heureuse famille bancaire. La famille Warburg qui contrôle la Deutsche Bank et la BNP se lia avec les Rothschilds en 1814 à Hambourg, tandis que la puissante Jacob Schiff des Kuhn Loeb partagea ses quartiers avec les Rothschilds dès 1785. Schiff immigra aux Etats-Unis en 1865. Il joignit ses forces avec Abraham Kuhn et maria la fille de Salomon Loeb. Loeb et Kuhn épousèrent les sœurs de l’un l’autre ainsi fut scellée la dynastie Kuhn-Loeb. Felix Warburg se maria avec la fille de Jacob Schiff. Deux fille Goldman marièrent deux fils de la famille Sachs, créant ainsi Goldman Sachs. En 1806, Nathan Rothschild maria la plus âgée des filles de Levi Barent Cohen, un financier de renom à Londres.[22] Ainsi Abby Joseph Cohen de Merill Lynch et le secrétaire à la défense de Clinton William Cohen, sont des descendants probables des Rothschilds.

Aujourd’hui, les Rothschilds sont à la tête d’une empire financier extensif, qui implique des parts importantes dans la plupart des banques centrales mondiales. Le clan d’Edmond de Rothschild possède la Banque Privée SA à Lugano en Suisse et la banque Rothschild AG de Zürich.

La famille de Jacob Lord Rothschild possède la puissante Rothschild Italia De Milan. Ils sont les membres fondateurs du club très exclusif des Iles à dix mille milliards de dollars, qui contrôle les géants industriels tels la Royal Dutch Shell, les industries chimiques impériales, la banque Lloyds de Londres, Unilever, Barclays, Lonrho, Rio Tinto Zinc, BHP Billiton et la branche DeBeers anglo-américain. Le club domine la distribution mondiale de pétrole, d’or, de diamants et de bien d’autres matières premières vitales.[23]

Le Club des Iles donne le capital du Quantum Fund NV de George Soros, qui fît des gains substantiels en 1988-99 après l’effondrement des monnaies en Thailande, Indonésie et Russie. Soros fut un actionnaire principal de la compagnie pétrolière de Georges W. Bush Harken Engergy. Le Club des Iles est dirigé par les Rothschilds et inclut la reine Elisabeth II d’Angleterre et d’autres aristocrates européens et membres de familles royales.[24]

L’entité dépositrice du plus de richesses pour les Rotshschilds aujourd’hui est peut-être la Rothschilds Continuation Holdings AG, une holding bancaire secrète, basée en Suisse. Vers la fin des années 1990, les tenants de l’empire global Rothschild étaient les barons Guy et Elie de Rothschild en France et Lord Jacob et Sir Evelyn Rothschild en Grande-Bretagne.[25]

Evelyn était le président de la revue “Economist” et un directgeur de DeBeers et IBM GB.

Jacob fut derrière la campagne d’Arnold Schwarzenegger pour les élections de gouverneur de Californie. Il prît contrôle des parts de Khodorkovsky avec Yokos Oil juste avant que le gouvernement russe ne l’arrête. En 2010, Jacob rejoignit Ruppert Murdoch dans un partenariat d’extraction pétrolier en Israël par Genie Energy, une compagnie subsidiaire de IDT Corporation.[26]

Quelques mois plus tard, Sarah Palin s’aloua les services de l’ex-PDG de IDT comme chef de personnel.[27]

Sarah Palin est-elle le choix de Rothschild pour 2012 ?

http://resistance71.wordpress.com/

Notes

[1] The Temple & the Lodge. Michael Bagent & Richard Leigh. Arcade Publishing. New York. 1989. p.259

[2] Ibid. p.219

[3] Ibid. p.253

[4] Ibid. p.233

[5] The Robot’s Rebellion: The Story of the Spiritual Renaissance. David Icke. Gateway Books. Bath, UK. 1994. p.156

[6] Democracy for the Few. Michael Parenti. St. Martin’s Press. New York. 1977. p.51

[7] Fourth Reich of the Rich. Des Griffin. Emissary Publications. Pasadena, CA. 1978. p.171

[8] Ibid. p.173

[9] Rule by Secrecy: The Hidden History that Connects the Trilateral Commission, the Freemasons and the Great Pyramids. Jim Marrs. HarperCollins Publishers. New York. 2000. p.68 [10] The Secrets of the Federal Reserve. Eustace Mullins. Bankers Research Institute. Staunton, VA. 1983. p.179

[11] Human Race Get Off Your Knees: The Lion Sleeps No More. David Icke. David Icke Books Ltd. Isle of Wight. UK. 2010. p.92

[12] Marrs. p.212

[13] Idid. p.139

[14] Ibid p.141

[15] Icke. The Robot’s Rebellion. p.114

[16] Ibid. p.181

[17] Rothschild: The Wealth and Power of a Dynasty. Derek Wilson. Charles Schribner’s Sons. New York. 1988. p.178

[18] The House of Rothschild. Niall Ferguson. Viking Press New York 1998 p.28

[19] Marrs. p.215

[20] Ibid

[21] “What You Didn’t Know about Taxes and the Crown”. Mark Owen. Paranoia. #41. Spring 2006. p.66

[22] Marrs. p.63

[23] “The Coming Fall of the House of Windsor”. The New Federalist. 1994

[24] “The Secret Financial Network Behind ‘Wizard’ George Soros”. William Engdahl. Executive Intelligence Review. 11-1-96

[25] Marrs. p.86

[26] “Murdoch, Rothschild Invest in Israeli Oil Shale”. Jerusalem Post. November 22, 2010

http://www.globalresearch.ca/PrintArticle.php?articleId=25179       Page 6 of 7

The Federal Reserve Cartel: Freemasons and The House of Rothschild       6/9/11 11:48 AM

[26] “Murdoch, Rothschild Invest in Israeli Oil Shale”. Jerusalem Post. November 22, 2010

[27] “Sarah Palin hires chief of staff for PAC », Huffington Post. February 2011

 

http://resistance71.wordpress.com/

 

Oligarchie financière: les huit familles derrière le cartel banquier international – 2ème Partie -

Partager cet article
Repost0
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 06:18

 

 

 

Ecoutez bien ces témoignages au sujet de l'affaire ELF/SIRVEN... ou comment on s'enrichit sur le dos des peuples ! Serpents, races de vipères ! Le moment arrive de payer l'addition. Vous n'emporterez rien au Paradis où vous ne mettrez jamais les pieds et surtout pas les milliards que vous nous avez volé.

 

Ecoutez bien... à l'étranger, on nous plaint ! 60 millions de citoyens, dit-on, qui sont trompés par les deux partis politiques les plus importants et au final, par tous ! C'est triste pour les Français, dit-on...

 

On est bien d'accord, aussi nous disons à Sarkozy... la Révolution des LYS est pour bientôt ! Si tu ne viens pas à Lagardère, (étrange non ?) Lagardère viendra à toi ! Curieuse phrase où l'on parlait déjà de Lagardère...

 

 

 

 
Posté par Adriana Evangelizt  
Partager cet article
Repost0
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 06:04

http://static.lexpress.fr/medias/1236/633202_sans-titre.jpg

http://static.lexpress.fr/medias/1236/633202_sans-titre.jpg

Le manifeste de l'indigné

  

Tout s'active ! On ne peut fermer les yeux plus longtemps: 
-     Le Moyen-Orient s'enflamme, les manipulations de l'occident pour fomenter des révoltes en Syrie, au Yémen, en Tunisie ... s'ajoutent au massacre de civils en Libye et en Côte d'Ivoire par les armées françaises, anglaises, espagnoles et italiennes, soutenues et dirigées par les USA. La Presse officielle ment effrontément sur tous ces sujets! 
-     Durant le mois de mai dernier, la Chine a lancé un ultimatum aux USA: si les Etats-Unis attaquent le Pakistan, la Chine interviendra. Devant la menace américaine, la Chine a fourni immédiatement 50 avions de chasse au Pakistan! C'est le premier ultimatum stratégique que reçoit Washington en plus d'un demi-siècle! La Presse officielle mentionne à peine ce qui est pourtant l'un des plus importants évènements de ce siècle. 
-     Et maintenant, Obama vient de lancer le processus pour être nanti des pouvoirs de commencer la troisième guerre mondiale! Il veut entrainer l'Europe dans une guerre contre la Chine, l'Iran et le Pakistan! La Presse occidentale ne dit rien! 
-     Le peuple américain est au bord de la révolte, les camps de concentration de la FEMA viennent d'être activés pour être prêts à recevoir des centaines de milliers de prisonniers... La presse européenne n'en dit pas un mot!
.
Le monde est-il assez fou pour continuer à se sacrifier aujourd'hui
afin de financer sa propre destruction pour demain ?
 
-     Le mouvement espagnol des indignés prend de l'ampleur, c'est la Grèce, la France, la Belgique, la Suisse, l'Allemagne, l'Irlande, le Portugal, et maintenant l'Italie... Les populations d'Europe s'opposent à ces guerres et à ces manipulations, et le mot d'ordre de tous les indignés est: NON au Nouvel Ordre Mondial à l'origine de tous ces problèmes! La Presse officielle tente de dissimuler l'ampleur du mouvement, ou de faire passer les indignés pour des hippies! 
-     Le mouvement du 3 juin pour une journée sans chemtrails a été largement suivi dans une vingtaine de pays...et la Presse n'en parle nulle part. 
-     La démosophie devient la référence de tous les indignés (un manifeste commun commence à être publié en plusieurs langues)...et la Presse continue de faire le silence... 
QUI SONT CES INDIGNÉS? 
      Vous! Moi! Tous ceux qui s'abstiennent de voter! Tous ceux qui votent blanc! Tous ceux qui en ont ras-le-bol des politiciens! Tous ceux qui sont dégoutés par une justice protectrice des pires crimes!  Et tous les Shministim du monde! (tous les opposants à la guerre et aux crimes, quels qu'ils soient)
 
Une évidence saute aux yeux: 
 Nous SOMMES LA MAJORITÉ! 
      Bien sûr, en cette époque, il reste quelques petits ambitieux de la politique qui refusent ce mouvement général et tentent de créer des divisions, utilisant souvent des thèmes tirés de la démosophie, mais ils sont insignifiants! Ils ne peuvent nous faire perdre cette majorité que nous sommes déjà! 


      Dans plusieurs pays, les plus importants blogs de presse libre appellent tous les mouvements à se fédérer avec la Démosophie. 


ALORS
      Laisser tous ces crimes continuer et nous faire entrainer dans une guerre mondiale? Accepter la fausse crise économique jusqu'à l'effondrement? Supporter de perdre un proche lors des prochaines attaques bactériologiques destinées à provoquer les pandémies qui justifieront la dictature militaire? Renoncer à tout futur, pour nos enfants, pour toute la jeunesse de ce pays? Accepter cette nouvelle société qui banalise  les guerres,  le massacre de civils, la torture, la criminalité pédophile ... 
OU S'INDIGNER? 
      S'INDIGNER et le manifester par tous les moyens possibles: en participant aux assemblées dans les rues, ou aux débats sur démosophie-facebook, en laissant le moins d'argent possible en dépôt à la banque, en n'utilisant plus la carte bleue, en évitant d'acheter dans les grandes surfaces (ce qui protège contre le e coli au passage car les produits sains renforcent le système immunitaire au lieu de l'affaiblir, cette bactérie étant très probablement répandue par les chemtrails), en évitant les OGM... Il y a mille façons de s'indigner contre le Nouvel Ordre Mondial!

      Et aussi, SE POSER LES VRAIES QUESTIONS, sans se laisser détourner l'attention par les médias officiels:

                    * Pourquoi une telle rapacité de la part du Nouvel Ordre Mondial pour s'approprier d'urgence à peu près toutes les ressources essentielles: pétrole et mines, mais aussi l'eau en voie de passer sous contrôle absolu du N.O.M. via les opérations de Nestlé, et l'alimentation sur le même chemin via le Codex Alimentarius et les attaques bactériologiques en train d'achever l'agriculture naturelle... ?
                   * Que savent-ils que nous ignorons, pour avoir lancé récemment une telle campagne d'abris souterrains (des milliers d'abris antinucléaires en cours de construction accélérée) ?
                    * Quel est le rôle réel de l'or, car la plupart des stocks officiels n'existent plus! Alors, où est cet or? Qui le détient? Pourquoi en faut-il tant que les oficines de récupération ne cessent de se multiplier sur toute la planète? Sa vraie valeur est-elle seulement monétaire? 
ET SURTOUT:
- PARLER!  Eveiller la conscience de ceux qui dorment encore! Transmettre encore et encore le mouvement démosophique qui nous permettra de reprendre notre pays aux politiciens

- ET PARTICIPER DÈS MAINTENANT en répandant le manifeste de l'indigné!
Ce manifeste expose clairement le type de gouvernement que les indignés souhaitent mettre en place en 2012, indique comment le pays sortira rapidement de la crise générale actuelle, ainsi que les moyens par lesquels ce mouvement démosophique peut gagner les prochaines élections présidentielles. Au prix de seulement 5 euros, tous les bénéfices de ce manifeste seront destinés au financement de l'équipe démosophique. Une équipe qui, suite à mon dernier courrier "osez lire", s'est singulièrement étoffée et approche maintenant de cette quarantaine souhaitée comme minimum.
MERCI À CHACUN D'UN VRAI EFFORT:
C'EST MAINTENANT!

(CLIC SUR PHOTO)
PS: Vous avez pu voir sur la page centrale que nous avons changé la présentation. Un membre nous ayant fait parvenir deux de ces "brevets interdits". Nous les publions sur cette nouvelle rubrique. Le moteur à eau et l'éolienne à turbine verticale (à monter avec discrétion). Vous aussi si vous avez des inventions utiles, n'hésitez pas à les partager avec tous. Très bientôt aussi, le concept du moteur électromagnétique / Vortex à développer.

 

Partager cet article
Repost0
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 17:52
Eric Denécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement
"Les révolutions arabes ne sont que des coups d'Etat militaires masqués"

Source : La Tribune.fr - 01/06/2011"

 

De retour d'une mission d'étude en Tunisie, en Egypte et en Libye, Eric Denécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement (Cf2R), ancien du renseignement livre une lecture nuancée des événements du début d'année. Sans nier les aspirations des populations, il relativise l'ampleur du changement des équipes dirigeantes. Un prélude à de grandes déceptions.

 

http://www.geostrategie.com/cms/cms_images/yapb_cache/fr_eric_denece_nm.2nor4o6p4da8csckgoosgkcs0.1n4kr7rgh18gs08gcg0csw4kg.th.pnghttp://www.geostrategie.com/cms/cms_images/yapb_cache/fr_eric_denece_nm.2nor4o6p4da8csckgoosgkcs0.1n4kr7rgh18gs08gcg0csw4kg.th.png

 

Quelle lecture faites-vous du « printemps arabe » ?

Il y a dans ces pays une réelle aspiration à plus de liberté, mais pas nécessairement à plus de démocratie. Par ailleurs, je ne crois pas à la spontanéité de ces « révolutions », qui étaient en préparation depuis plusieurs années. Dès 2007-2008, des conférences organisées sous l'égide d'ONG américaines, comme Freedom House, l'International Republican Institute ou Canvas, et où étaient présents la plupart des blogueurs et des leaders de ces mouvements, ont instillé le germe de la démocratie, créant un contexte favorable aux révolutions. Le processus était le même que celui qui a précédé le démantèlement de l'URSS, la Révolution serbe, la Révolution orange en Ukraine ou encore celle des Roses en Géorgie.

Mais pourquoi ont-elles éclaté en 2011 ?

Des contestations populaires ou étudiantes dans les pays arabes se produisent régulièrement, mais elles sont à chaque fois réprimées par l'armée et la police. Pour la première fois, l'armée s'est désolidarisée de la police, en refusant de réprimer les soulèvements en Tunisie comme en Égypte, et les mouvements ont été observés par la presse internationale. Mais surtout, dans la semaine précédant les événements, les plus hauts représentants des armées de Tunisie comme d'Égypte se sont rendus à Washington, qui assure l'essentiel du financement de l'armée, pour obtenir le feu vert des États-Unis à un renversement des dirigeants. Ils ne supportaient plus la prédation des clans au pouvoir.

Ces révoltes seraient donc des coups d'État militaires prenant le visage de mouvements démocratiques spontanés ? Les manifestants de la place Tahrir n'avaient pourtant pas l'air manipulés ?

En êtes-vous si sûre ? Il est tout de même étonnant que dans ce pays où existent un militantisme islamiste et un net sentiment anti-israélien, aucun slogan anti-israélien ne soit apparu pendant les manifestations. C'est bien l'indice d'une « révolution » sérieusement encadrée. Quant à la « nouvelle équipe » au Caire, elle comprend le chef d'état-major de l'armée ainsi que l'ancien chef du service des renseignements, et s'est immédiatement engagée à respecter les accords internationaux signés, notamment les accords de Camp David auxquels est hostile une large partie de la population.

Et en Tunisie ?

Le ras-le-bol face face à l'avidité du clan Trabelsi était profond et touchait l'ensemble de la population confrontée à des difficultés économiques croissantes jusqu'aux entrepreneurs, dont beaucoup devaient « céder » des parts entières de leur business pour ne pas être inquiétés. C'est pour cela que des manifestations se sont produites dans toutes les villes du pays. La révolte y a été plus populaire et plus profonde qu'en Égypte, où les événements se sont, pour l'essentiel, limités à la place Tahrir. Mais comme au Caire, le nouveau gouvernement de Tunis comprend en majorité des collaborateurs de l'ex-président Ben Ali. Dans les deux cas, tout s'est passé comme si les jeunes générations avaient décidé de « faire sauter le bouchon » qui empêchait leur accès au pouvoir, sans changer fondamentalement le système ou le régime. L'imminence d'un coup d'État militaire était évoquée depuis dix-huit mois en Tunisie. Aussi n'est-il pas approprié de parler de « révolution ». L'Iran, en 1979, et l'URSS, en 1991, ont connu de vraies révolutions. Tout y a changé : les hommes, les institutions, les rapports internes, les relations internationales, etc.

Rien de tel dans les événements récents. Il s'agit d'un renouvellement des classes dirigeantes qui ont, avec l'accord de Washington, organisé des coups d'État « en douceur », en profitant d'une vague de contestation populaire qu'elles ont intelligemment exploitée. Ainsi, leur arrivée aux affaires bénéficie extérieurement d'une grande légitimité et donne le sentiment d'une rupture profonde avec le régime précédent. La situation est en réalité bien différente. D'ailleurs, pour Washington, c'est un « changement dans la continuité » modifiant peu l'équilibre régional, ce qui est étonnant pour des révolutions. Washington encourage et appuie les armées d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient pour qu'elles évoluent vers un rôle « à la turque » : c'est-à-dire qu'elles n'occupent pas le pouvoir - sauf cas de force majeure - mais soient les garantes de la stabilité du pays contre l'islamisme, qu'elles contribuent à la stabilité régionale et qu'elles ne manifestent pas d'hostilité réelle à l'égard d'Israël.

Comment lisez-vous la situation actuelle ?

Beaucoup de problèmes risquent de surgir : dans les deux pays, un fossé inédit est apparu entre l'armée, qui sort grandie des événements, et la police, qui a longtemps assumé la répression des manifestants. Les forces de l'ordre - surtout en Tunisie - en sont sorties profondément désorganisées. On pourrait voir une recrudescence de la criminalité nuisant à l'équilibre intérieur. Enfin, très vite, une partie de la population va réaliser qu'elle a été flouée. D'où de possibles chocs en retour et une reprise des émeutes. Nous en voyons peut-être déjà quelques signes avant-coureurs à travers les manifestations populaires qui semblent reprendre ici et là. Enfin, les islamistes se sont pour l'instant montrés plutôt discrets. Mais jusqu'à quand ?


Propos recueillis par Valérie Segond - 01/06/2011, 20:36

 

http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20110601trib000626151/les-revolutions-arabes-ne-sont-que-des-coups-d-etat-militaires-masques.html

 

.

 

http://media.rtl.fr/online/image/2009/1226/5931609240_Renseignement-medias-et-democratie-par-Eric-Denece-Ellipses-Marketing.jpg

 

http://media.rtl.fr/online/image/2009/1226/5931609240_Renseignement-medias-et-democratie-par-Eric-Denece-Ellipses-Marketing.jpg

 

 

 

avril.png

 

Révolutions : Portées à bout de bras par la CIA

via ses officines non gouvernementales

.


Mohamed Adel est l’un des principaux leaders du mouvement du 6 avril en Egypte. Avant de prendre la tête de ce mouvement révolutionnaire il était membre des frères musulmans qu’il aurait quitté en 2008. En 2009 il se rend en Serbie avec d’autres révolutionnaires égyptiens et algériens. Il y rencontre des cadres d’ONG et des journalistes, puis suit un stage de formation de deux semaines. Le responsable de formation s’appelle Srdja Ppopvic, l’un des membres fondateurs d’Otpor, l’association des étudiants qui mit à terre Milosevic en 2000. Or, nous le savons désormais, le mouvement d’Otpor n’avait rien de spontané, il a été porté à bout de bras par la Cia via ses officines non-gouvernementales.


En août 2000, la Cia dispensait ainsi un cours à l’hôtel Hilton de Sofia aux étudiants d’Otpor pour renverser le gouvernement. Tous les efforts étaient concentrés sur les jeunes : ordinateurs, des voyages mis à leur disposition, organisation de concerts rock pour la mobilisation, sans que jamais on ne demande d’où venait l’argent.Comme il se doit, les médias se vautrèrent donc dans la version officielle: Otpor était un mouvement indépendant. Mais les jeunes avouaient eux : « être en partie contrôlé par la Cia ? ça ne me dérange pas trop » (source)


Robert Gelbard, envoyé [...]

http://www.diatala.org/article-revolutions-portees-a-bout-de-bras-par-la-cia-via-ses-officines-non-gouvernementales-76193027.html

Partager cet article
Repost0
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 17:23
http://www.oxygene.re/xml/affiches/actu/oxy_news_quand-le-procureur-marin-coule-les-fregates-de-taiwan1_mini.jpg

http://www.oxygene.re/xml/affiches/actu/oxy_news_quand-le-procureur-marin-coule-les-fregates-de-taiwan1_mini.jpg

Vous allez payer l'amende de corrompus en liberté. Normal ?

Une affaire de corruption massive, avec deux morts suspectes (par défenestration), et tous les coupables en liberté… L'affaire des frégates de Taïwan, jamais élucidée, pollue le paysage politico-financier depuis des années, mais vous savez quoi ? C'est vous qui allez payer pour les corrupteurs et les corrompus.


Eh oui, jeudi, en appel, l'amende de 630 millions d'euros a été confirmée. Elle devra être payée à l'Etat de Taïwan par la société Thalès, mais surtout par l'Etat français. C'est à dire par le contribuable, qui paiera les deux tiers de la somme. Etant donné l'importance de celle-ci, un amendement à la loi de finance rectificative est prévu pour la faire supporter au budget…

L'affaire ultra résumée

En 1991, Thomson CSF et la DCN signent un contrat de vente de six frégates destinées à la marine taïwanaise.

Plus de 500 millions de dollars sont versés sous forme de pots-de-vin aux autorités taïwanaises mais aussi chinoises.

Une partie est revenue sous forme de rétrocommissions.


Cette amende doit être payée, la question n'est pas là. Il y a eu corruption dans un pays étranger, impliquant des responsables français, et il est parfaitement légitime que la justice sanctionne la France. Mais ce qui est hallucinant, c'est que ceux qui en 1991 se sont arrosés sur ce contrat continuent à avoir la belle vie.

La justice n'a pas pu faire son travail pour découvrir ces heureux bénéficiaires de la corruption : on lui a opposé le secret-défense. Une enquête avait été ouverte en 2001, elle s'est terminée par un non-lieu.

Les juges Xavière Simeoni et Renaud Van Ruymbeke n'ont pas pu avancer : que ce soit sous les gouvernements de gauche et de droite, le même secret-défense leur a été opposé. Impossible de mettre la main sur la liste de ceux que les frégates ont gâtés.

A Fillon de lever le secret-défense

Ces derniers sont libres et probablement puissants. L'amende qui tombe sur les citoyens ne fait l'objet d'aucune réaction politique. A par quelques exceptions, personne, à gauche comme à droite, ne semble s'offusquer de la situation.

Le Premier ministre François Fillon s'est borné à critiquer la « lourde décision » prise sous Mitterrand de verser ces commissions. Il pourrait faire bien mieux : lever le secret-défense, permettre de faire enfin la lumière sur ce scandale d'Etat, l'un des plus gros qui aient éclaboussé la Ve République.

Ailleurs sur le Web

 

http://www.rue89.com/2011/06/10/vous-allez-payer-lamende-de-corrompus-en-liberte-normal-208771

 

 

Partager cet article
Repost0
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 17:13

Avec votre code de carte bleue et le code pin de votre téléphone, votre adresse email est la combinaison de lettres et de chiffres que vous allez le plus pianoter au cours de votre vie. Car même si vous faites un usage occasionnel d’internet, vous ne pouvez pas passer outre la création d’une boîte de messagerie virtuelle qui sera nécessaire pour chacune de vos démarches sur la toile (achat en ligne, contact avec un tiers, inscription à certains sites, etc.). Dans la très grande majorité des cas, vous serez donc amené à choisir vous-même l’intitulé de votre adresse. De la classique association prénom.nom jusqu’aux associations les plus farfelues de lettres, votre adresse e-mail est une source de possibilités très loin d’être anodine…

Prenom.nom (exemple: gabriel.seyrig@yahoo.fr)
Vous soulignez ici l’approche très concrète que vous avez d’internet. Il s’agit d’une adresse passe-partout que vous pouvez dégainer où que vous soyez, et qui indique un repère solide où vous trouver sur la toile.

Nom.prenom (seyrig.gabriel@yahoo.fr)

Cette inversion pourrait passer inaperçue au premier abord, pourtant, elle traduit une éducation assez stricte : dans certaines écoles, les élèves sont d’abord définis par leur nom de famille. Cette formulation permet de marquer une distance entre vous et la sphère, et rappelle l’absence de familiarité souhaitée entre vos interlocuteurs et vous.

Les noms ludiques (jevaisbientoutvabien@yahoo.fr)

Ici vous envoyez un signal clair : internet est un endroit de convivialité et un grand terrain de jeu. Pourtant, sous ses airs légers, ce type d’adresse email peut aussi souligner un problème avec les responsabilités : en effet, ce choix très caractéristique peut insister sur votre difficulté à vous inscrire dans un cadre rigide et public, que vous avez besoin de dédramatiser pour pouvoir y évoluer sereinement.

Les noms mignons (gabinou@yahoo.fr)
Comme pour les noms ludiques, les noms « mignons » traduisent une crainte consciente ou inconsciente de l’inconnu. Vous cherchez à susciter la tendresse, la douceur, par l’évocation d’un univers enfantin. Cette adresse peut dévoiler une part d’immaturité, mais en dit surtout long sur votre rapport aux autres en soulignant un petit problème de confiance en soi.

Le moi sublimé (supergaby@yahoo.fr)
Vous pouvez vouloir exprimer une insécurité en vous en défendant. En sublimant certains aspects de vous, vous envoyez un message à vos interlocuteurs éventuels : je suis fort, je ne crains rien. Oui mais si c’est vrai, pourquoi avoir besoin de le dire ?

Un surnom (gab@yahoo.fr)
Le surnom c’est ce qu’utilise votre entourage proche pour vous désigner. En vous servant de ce surnom comme adresse, vous dites aux internautes de ne pas vous approcher de trop près : l’usage que vous faites d’internet est privé et vos contacts réservés à un cercle restreint. Attention, car en utilisant ce type d’adresse dans des échanges professionnels par exemple, vous risquez d’instaurer une trop grande proximité en mélangeant à la fois l’affectif et le social, la sphère privée et la sphère professionnelle.

L’intitulé de poste (gseyrigredacteur@yahoo.fr)
Attention, car même si vous soulignez ainsi les responsabilités qui sont les vôtres, vous insinuez aussi que vous ne faites rien d’autre en dehors de votre travail. Vos interlocuteurs peuvent imaginer que vous êtes donc disponible tout le temps, quel que soit le jour, sur un simple clic.

Le mail de fan (badromance@yahoo.fr)
Cette adresse, qui reprend souvent un titre de chanson ou de film que vous aimez, montre votre côté ludique, mais ne permet pas à votre interlocuteur de vous percevoir directement. Vous êtes à l’abri derrière le prisme d’un artiste ou d’un univers artistique fort. Attention, on pourrait vous reprocher d’avoir des choses à cacher, ou au contraire, de n’avoir rien à dire…

Le mail de l’indécis (y8f6lf6e@yahoo.fr)
Quand on ne sait pas quoi mettre, heureusement, il existe les suggestions du site qui héberge notre adresse mail.  Oui mais voilà, ces combinaisons aléatoires ne sont pas vraiment sexy en plus d’être compliquées : en les choisissant, vous témoignez peu de considération pour vos interlocuteurs qui vont devoir redoubler d’énergie pour se souvenir de votre adresse… Ces derniers pourraient remettre en cause votre capacité d’empathie.

Si vous changez d’adresse tout le temps

Il y a plusieurs raisons de changer d’adresse email. Des changements de vie, des changements de travail ou de centres d’intérêt. Mais ces changements traduisent aussi un besoin de contrôle : en cherchant constamment à mettre le bon intitulé sur la bonne période de sa vie, on révèle une volonté de verrouiller son environnement.

Vous avez toujours eu la même adresse

Une seule et même adresse depuis vos débuts sur la toile ?Bravo vous êtes dans la constance ! Cela signifie que vous vous sentez à votre place, et que votre identité se définit par suffisamment d’éléments pour que vous n’ayez pas l’angoisse de devoir la renommer constamment.

Vous avez un mail différent pour chaque activité
Une adresse pour chaque sphère autour de vous (professionnelle, familiale, amicale) permet de maintenir des images de soi différentes et cohérentes avec chaque groupe. Cela témoigne de votre besoin de compartimenter votre vie pour maintenir certaines apparences. Et si c’est votre besoin de contrôle qu’il fallait simplement apprendre à dompter ?

Plus d’info :
>> Tout savoir sur la « génération 140 »
>> Découvrez le nouveau Yahoo ! Mail

 

http://fr.news.yahoo.com/ce-que-votre-adresse-email-dit-de-vous.html

Partager cet article
Repost0
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 16:32
François Hollande... D'aucuns le verraient bien président.

 

Chirac3.jpg
http://laplote.blogs.courrierinternational.com/

 

'Stupéfait' par l'affaire DSK, Chirac
plaide pour une campagne de 'projets'

 

Jacques Chirac souhaite que la campagne présidentielle ne s'écarte pas du débat d'idées alors que les affaires de moeurs, dont l'inculpation de Dominique Strauss-Kahn, dominent l'actualité politique en France.

Dans une interview à paraître samedi dans Le Figaro, l'ancien président, qui s'est astreint à la plus stricte réserve depuis l'élection de son successeur Nicolas Sarkozy en 2007, souligne qu'il ne fait 'plus de politique' et qu'il n'interviendra pas dans la campagne à venir 'sauf si des circonstances exceptionnelles l'exigeaient'. Il s'inquiète toutefois du climat suscité par les affaires visant Dominique Strauss-Kahn, Georges Tron et des accusations de pédophilie lancées par Luc Ferry contre un ancien ministre.

'Je ne voudrais pas que les Français finissent par croire que la politique, c'est cela', dit ainsi Jacques Chirac. 'Ma longue expérience m'a aussi appris que les campagnes électorales pouvaient être excessivement violentes. A quelques mois seulement d'une échéance présidentielle capitale pour l'avenir de notre pays, prenons garde à ne pas sortir du cadre du respect de l'autre, du débat d'idées et de la confrontation des projets', ajoute-t-il.

 

suite ici :

 

http://fr.news.yahoo.com/stup%C3%A9fait-laffaire-dsk-chirac-plaide-campagne-projets-194351636.html

 

 

  • Le blog d' Eva, R-sistons à la crise

 

 

Eh oui, c'est la nouvelle tactique de Sarkozy,

sillonner la France,

faire mille promesses,

laisser les affaires de "moralité" se multiplier,

vous savez celles de la "mauvaise vie" (1),

ne surtout pas aborder les questions de fond,

demander à son Ministre de l'Intérieur

de s'occuper des Electeurs du FN

en chassant sur leurs plate-bandes,

et surtout, surtout,

surfer sur le ventre de sa femme légitime.

Alors, elle est pas belle, la RipOublique,

la démoNcratie irréprochable ?

eva R-sistons

 

 

Le programme de Sarkozy
Carla1.jpg

 

 


http://laplote.blogs.courrierinternational.com/index-2.html

 

(1) http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/10/08/extrait-de-la-mauvaise-vie-de-frederic-mitterrand_1251310_823448.html

 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/34/Bureau_Fr%C3%A9d%C3%A9ric_Mitterrand.jpg/220px-Bureau_Fr%C3%A9d%C3%A9ric_Mitterrand.jpg

Le bureau de Frédéric Mitterrand. Un pti't côté lupanar, non ?

fr.wikipedia.org

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A9d%C3%A9ric_Mitterrand

 

"La Mauvaise Vie" de Frédéric Mitterrand : les passages qui dérangent

 

Extrait du livre La Mauvaise Vie, de Frédéric Mitterrand (Edition Robert Laffont, 360 p., 2005), pages 293 à 307.

"Le garçon marche dans la nuit à quelques pas devant moi. Pantalon de teinte sombre ajusté sur les hanches, étroit le long des jambes ; tee-shirt blanc qui colle au contour des épaules et à la ligne du dos ; bras nus, une Swatch au poignet, cheveux noirs avec des reflets brillants, dégagés sur la nuque. Démarche souple, allure tranquille, tout est beau, net, irréprochable. Il ne se retourne pas, il sait que je le suis et il devine sans doute que cet instant où je le regarde en profil perdu, de près et sans le toucher, me procure un plaisir violent. Il a l'habitude. C'est le quatrième depuis hier soir, j'ai voulu passer par un club que je ne connaissais pas encore avant de rentrer à l'hôtel et je l'ai aussitôt remarqué. Il n'y a que pour ceux qui ne les désirent pas qu'ils se ressemblent tous. Il se tenait comme les autres sur la petite scène, les mains croisées en arrière pour bien marquer le corps dans la lumière, en boxer short immaculé, le côté saint Jean-Baptiste qu'ils retrouvent instinctivement et que les pédés adorent, mais le visage fermement dessiné, l'expression avec du caractère, regard sans mièvrerie et sourire sans retape, un charme immédiat qui le détachait du groupe des enjôleurs professionnels. J'imaginais Tony Leung à vingt ans. Il a ri comme s'il avait gagné à la loterie quand j'ai fait appeler son numéro et lorsqu'il est venu près de moi, j'ai deviné brièvement l'odeur de sa peau, eau de Cologne légère et savon bon marché ; pas de ces parfums de duty free dont ils raffolent en général. Il avait l'air vraiment content d'aller avec moi ; j'ai senti qu'il serait vif et fraternel. Les rats qui grouillent dans la ruelle détalent à notre passage, les néons disparaissent derrière nous dans la pénombre, les remugles des poubelles s'estompent dans la chaleur poisseuse, et le vacarme assourdissant de la techno qui dégorge par les portes ouvertes de tous les autres clubs accentue cette impression de privation sensorielle où je concentre toute mon attention uniquement sur lui et sur ce que j'en attends. Mauvaise musique grossièrement frelatée au synthé sur des standards que l'on ne reconnaît plus mais dont le rythme infernal bombarde tout le quartier, fait chanceler entre excitation et hébétude et saoule le désir qui tambourine contre les tempes. Ça baisse un peu dans le souterrain qui mène au parking de l'hôtel. Il élève ses quinze étages de médiocre confort international au-dessus du flot populeux et du magma des boîtes et des gargotes, abritant une clientèle pas trop friquée de tour operators qui sort le jour en groupes serrés et tâte furtivement du grand frisson et de la rigolade à souvenirs avant de se coucher tôt derrière les doubles vitrages climatisés. Mais il plonge ses racines dans un sol autrement plus fertile : la sorte de grotte où le gang des chauffeurs de taxi se livre à des parties de cartes vociférantes dans une atmosphère de tripot pour films de kung-fu commande l'accès à une série de chambres sans fenêtre qui se louent ordinairement à l'heure, et pour longtemps, voire à perpétuité si on veut en finir et y mettre le prix. Ce n'est certainement pas le pire endroit pour mourir, anonymat et discrétion assurés. De vilains jeunes gens qui n'auraient eu aucune chance sur la rampe à numéros prennent leur revanche en s'affairant devant les caves à plaisir : ils détiennent les clefs, assurent la circulation qui peut être dense, relèvent les compteurs, font le ménage entre les passes. Plutôt sympatiques au demeurant : ils prétendent connaître tous les garçons par leurs noms et traitent les habitués à pourboires en jouant la comédie d'un service de palace. Le réduit et la salle de bains sont très propres : serviettes sous cellophane, housse en papier sur le lit sans drap, moquette neuve, ventilateur chromé, des miroirs un peu partout et même au plafond pour qui ça intéresse. Le room valet, comme il se désigne élégamment lui-même, fait une tentative pour me montrer comment marche la télévision et, jaugeant mon air apparemment défait, me propose à tout hasard des cassettes sans doute destinées à me ranimer. On rit un peu sans bien se comprendre, je lui refile les billets pour deux heures avec de quoi s'offrir une autre dent en or et il sort en chantonnant. Nous sommes seuls. Mon garçon n'a pas dit un mot, il se tient devant moi, immobile, le regard toujours aussi droit et son demi-sourire aux lèvres. J'ai tellement envie de lui que j'en tremble.

Ce n'est pas seulement lui qui explique la force de mon attirance, c'est aussi la mise en scène si bien réglée qui m'a fait découvrir sa présence. Dans chaque club, les garçons se tiennent sur la scène très éclairée par petits groupes de quatre ou six ; ils portent la tenue distincte de l'établissement et de sa spécialité, minimale et sexy : maillot 1900 à bretelles ou cycliste pour les athlètes, boxers shorts, strings pour les minets ou pseudo-voyous, les follassons ont droit à des mini-jupes. Ils demeurent immobiles, silencieux, corps bien droit et jambes légèrement écartées, l'air absent ou souriant selon la classe du club où la catégorie supérieure demanderait plutôt qu'ils se montrent impassibles, au moins en début de soirée, et tous le regard perdu vers la semi-obscurité de la salle en contrebas, la pénombre d'où la clientèle les observe en se faisant servir des verres. Le numéro est accroché à l'aine, en évidence. La plupart d'entre eux sont jeunes, beaux, apparemment épargnés par la dévastation qu'on pourrait attendre de leur activité. J'apprendrai plus tard qu'ils ne viennent pas tous les soirs, sont souvent étudiants, ont une petite amie et vivent même parfois avec leur famille, qui prétend ignorer l'origine de leur gagne-pain. En revanche, ils ont tous un portable, un e-mail pour retrouver ailleurs et à tout moment leurs customers les plus accrochés, ce qui laisse supposer que les clubs prélèvent un pourcentage trop important et qu'ils n'ont de cesse de pouvoir se débrouiller seuls. Quelques-uns sont plus âgés et il y a aussi un petit contingent de malabars mal dégrossis qui a manifestement son public. C'est le côté menines de l'exposition : leur présence fait ressortir la séduction juvénile de tous les autres. Au rythme de la sempiternelle techno, après trois minutes, deux cèdent leur tour et retournent en coulisses, une autre paire les remplace et ainsi de suite. Quand toute la troupe est passée sous les feux de la rampe, une manière de finale rameute l'ensemble sur un air plus triomphal façon Gloria Gaynor, les garçons abandonnent leur maintien hiératique, se parlent à voix basse en évaluant la clientèle avec des facéties obscènes et racolent plus ouvertement puis le petit manège reprend, un peu moins rigide et discipliné au fur et à mesure que l'on avance dans la nuit. A l'heure la plus chaude, quand la salle est pleine à craquer, les clubs les plus réputés présentent ce qu'on appelle le sexy-show, vague pantalonnade pornographique à base de lasers et de strip-tease qui s'achève immanquablement par l'enculage d'un travesti dans une ambiance de rigolade généralisée un peu trop outrée pour être tout à fait franche. Les artistes qui pratiquent ce numéro particulier travaillent comme les danseuses nues de Pigalle ; on les croise dans la rue, drag-queens en tchador transparent, se hâtant d'un club à l'autre pour ne pas rater le show. Pour leur part, les garçons sont attachés à leur club et n'en changent pas. On imagine les tractations, les magouilles, le danger à ne pas respecter les règles et ce qu'il doit en coûter pour racheter un petit béguin afin de le sortir du circuit. L'expédient des portables et des e-mails, préalable à ce genre de transactions, n'est que provisoire ; on ne se perd jamais dans cette ville tentaculaire et il ne faut pas chercher à obtenir un visa pour une destination lointaine sans laisser ses affaires en ordre.

Les coulisses font partie du spectacle (suite sur le site)

 

 

http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/10/08/extrait-de-la-mauvaise-vie-de-frederic-mitterrand_1251310_823448.html



La république MOTUS ET BOUCHE COUSUE...
UN ANCIEN MINISTRE SOCIALISTE VIOLEUR ! MAIS QUI ?
PS1.jpg
UN ANCIEN MINISTRE SOCIALISTE PEDOPHILE ! MAIS QUI ?
PS2.jpg
UN ANCIEN MINISTRE SOCIALISTE SOCIALISTE ! MAIS QUI ?
PS3.jpg
UN NOUVEAU PRESIDENT MENTEUR !
AH...................., LA, ON SAIT ; ENFIN, SAIT-ON JAMAIS ?
PS4.jpg

http://laplote.blogs.courrierinternational.com/

 

 

et sur ce blog de notre pote Laplote,

 

Le feuilleton Bettencourt nième épisode...
Bettencourt1.jpg

 

Partager cet article
Repost0
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 15:58
Interview exceptionnelle: Nucléaire France, Jeremy Rifkin répond à Nicolas Sarkozy : "le nucléaire c’est fini"
Jeremy_Rifkin_Nucleaire_France_c_est_fini_Reponse_a_Nicolas_Sarkoz_30_05_2011_news.jpg

 

 

 

 

 

 

 

  • Donc selon Jeremy Rifkin, le nucléaire ne subsistera pas et sera remplacé par d'autres sources d'énergies à la fois centralisées et décentralisées, converties en H2 pour la mobilité. Selon Jeremy Rifkin, chacun produira chez soi à l'aide du solaire, de l'éolien ou du géothermique l'énergie nécessaire à la mobilité personnelle, et la transformera en H2. Si Jeremy Rifkin a la bonne vision, des circuits d'énergie parallèle devraient se mettre en place, capables de détrôner Areva et Suez.

  • @Axxter une centrale nucléaire ne consomme pas d'eau potable mais est refroidie avec l'eau des rivières ou des fleuves, ou l'eau de mer. Quand le niveau des rivières est trop bas (sécheresse), l'eau rejetée réchauffe la rivière en aval avec des conséquences dramatiques pour la faune et la flore. Et si le débit de la rivière baisse encore, elle ne plus être refroidie et doit être arrêtée. De plus, sécheresse rime souvent avec canicule ...

 

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=j_EbrOjIGkQ

 

 

Dans une interview exceptionnelle, l’américain Jeremy Rifkin, président de la Fondation pour les tendances économiques à

Washington (le FOET), nous démontre en 5 arguments factuels que l’ère du nucléaire arrive à son terme.

"Je préside un groupe de 120 des plus grandes entreprises du monde dans le domaine de l'informatique,

des transports, de la logistique, de l'énergie, de la distribution d'électricité, de la construction [...],

ces sociétés savent que le nucléaire est mort" dit Jeremy Rifkin.

 

... "40% de toute l'eau potable consommée dans toute la France est utilisée pour refroidir les réacteurs nucléaires.

Quand cette eau est rejetée, elle est chaude et déshydrate les écosystèmes ..."

"L'aspiration à la liberté est une tendance fondamentale de l'homme.

La résistance face aux monopolistes (monopolistes de l'information, monopolistes de l'énergie etc.)

qui écrasent les petits, nul ne peut l'éliminer. Des millions de petits sont plus fort qu'un gros monopoliste … "

 

A VOIR LA VIDEO   ICI

SOURCE : cartoradiations.fr

 

http://etincelle46.bleublog.lematin.ch/archive/2011/05/30/interview-exceptionnelle-nucleaire-france-jeremy-rifkin-repo.html


Partager cet article
Repost0
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 15:41

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/0b/Alan_dershowitz_by_Latuff.jpg

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/0b/Alan_dershowitz_by_Latuff.jpg

http://en.wikipedia.org/wiki/File:Alan_dershowitz_by_Latuff.jpg 

(Il a défendu notamment Mike Tyson et OJ Simpson)

 

Il est bien évident que les puissants échappent toujours, un jour ou l'autre, aux sanctions, argent oblige. Révoltant, non ? Eva

 

Un accord avant le procès de DSK, selon Alan Dershowitz - Lexpress.fr

 

 

Un célèbre avocat américain parie dans un entretien au Figaro de vendredi qu'il y aura un accord dans l'affaire DSK avant l'ouverture du procès.

Un célèbre avocat américain, Me Alan Dershowitz, parie dans un entretien au Figaro daté de vendredi qu'il y aura un accord dans l'affaire DSK car "c'est intérêt des deux parties" et il évoque aussi le risque que Dominique Strauss-Kahn se déclare insolvable.  

"Je parierais qu'il y aura un accord avant le procès car il est dans l'intérêt des deux parties -défense et plaignante- de ne pas aller" jusqu'au procès a expliqué Alan Dershowitz. 

"S'ils passent un accord, la plaignante obtiendra 2 ou 3 millions de dollars immédiatement", déclare l'avocat qui a défendu Mike Tyson et OJ Simpson

"Si l'avocat de la plaignante engage une procédure civile, il devra viser DSK en personne. Or c'est surtout la femme de l'ex-directeur général du FMI qui possède l'argent et il sait très bien que dans plusieurs années, il sera toujours en train de courir après la somme réclamée. DSK, en effet, peut très bien se déclarer insolvable", a ajouté l'avocat. 

Le défenseur de Nafissatou Diallo, Kenneth Thompson, avait en effet indiqué mercredi, envisager une procédure parallèle au civil

"Qui sait par exemple si le couple ne décidera pas de divorcer d'Anne Sinclair pourrait ainsi garder toute sa fortune et les avocats de la plaignante ne pourront jamais récupérer leur argent", a-t-il déclaré en précisant que l'avocat de la défense "n'a aucun intérêt non plus à aller jusqu'au procès, car ce serait aussi horrible pour DSK que pour la plaignante et le dossier du procureur semble sérieux". 

Pour lui, l'avocat de la défense a intérêt à ce que la victime finisse par ne pas vouloir témoigner. "Si elle refuse, c'est fini, le dossier est clos. Dans cette relation triangulaire, le procureur est l'intrus. Les deux autres parties ont des intérêts communs entre elles mais pas avec lui. Reste à savoir si elles seront capables de trouver un accord sans se voir accusées de faire obstruction à la justice", explique Alan Dershowitz. 

L'ancien patron du FMI Dominique Strauss-Kahn a plaidé devant un tribunal pénal de New York "non coupable" des accusations de viol sur une femme de chambre d'hôtel, Nafissatou Diallo, ouvrant ainsi la voie à la tenue d'un procès devant un jury. 

Le procès s'il a lieu, s'ouvrira le 18 juillet 2011. 

 

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/un-accord-avant-le-proces-de-dsk-selon-alan-dershowitz_1001231.html#zone-commentaires

 

 

 

Pourquoi DSK n'aurait de toute façon pas été élu en 2012

Anecdote révélatrice sur le professeur Strauss-Kahn à Sciences-Po. C'était un jeudi, en 2006 a priori. Impossible de retrouver la date précise. Comme tous les jeudis, de 10h15 à 12h15, j'étais en cours d'économie à Sciences-Po Paris, et mon professeur s'appelait Dominique Strauss-Kahn. L'amphithéâtre était toujours relativement comble.

 

Lire la suite sur rue89.com

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche