Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 04:51
DSK et son ami Mahmoud Abdel Salam Omar – sont-ils tombés à cause de l’or ?

Quel est le lien entre les deux hommes ? Personnages des hautes sphères economiques, ils ont été arrêtés tous les deux recemment pour viol sur la personne de femme de chambre, dans un hôtel newyorkais, dans les circonstances pour le moins troublantes.


Mahmoud Abdel Salam Omar est un banquier egyptien, ex-directeur de la Banque d'Alexandrie. D'après le site Wikistrike, c'est un ami de DSK. Avant son arrestation, Dominique Strauss-Kahn devait le rencontrer à propos des documents confidentiels sur la disparition des resèrves en or américaines.

Les lingots en question sont stockés a Fort Knox. Depuis quelques années, les doutes sur leur existence fusent, comme l'attestent certains blogs américains.

L'or serait en fait du tungstène, enrobé d'une mince couche d'or. Cet or, dont une partie devait être livré à FMI a été examiné par les chinois en octobre 2009, lorsque les américains voulaient le leur fourguer. En perçant des petits trous dans les lingots, ils se sont aperçus de l'arnaque. On a finalement réussi à le fourguer à l'Inde, comme l'atteste le candidat à la présidence des Etats-Unis, Ron Paul.

Fin février de cette année, Pravda nous apprend que les chinois voudraient acheter 191,3 tonnes de l'or du FMI.

Cet or devait provenir du Fort Knox. DSK devait-il remettre la question de sa pureté sur la table ? Certainement, puisqu'il était le chef de l'FMI. Il savait bien que ça allait provoquer une enquête : où est parti le vrai or ? Certains semblent savoir que le remplacement de l'or par le tungstène, bien moins cher mais de densité semblable, s'est fait sous la présidence Clinton

Voilà les démocrates mêlés à une sordide histoire de vol de l'or des reserves federales. Ce qui pourrait expliquer l'étrange silence d'Obama sur le scandale DSK.

DSK a donc demandé à la CIA une enquête. L'agence americaine lui a fourni la reponse : tout l'or qui se trouve à Fort Knox est faux. DSK commence alors à en informer les proches. C'est à ce moment là qu'il se serait oublié au point de forcer une femme de chambre de Sofitel à lui faire une fellation. Du point de vue purement technique, une femme a évidemment moyen de ne pas se laisser faire, en mordant le membre de son agresseur, mais l'accusation n'en est pas à un paradoxe près.

Devait il rencontrer son ami Mahmoud Abdel Salam Omar ? Très probable. En effet, d'après un rapport des service secrets russes, ce dernier devait lui remettre la preuve fourni par la CIA.

Le rapport russe aurait été commandé par Vladimir Poutine lui-même. Poutine est d'ailleurs le seul dirigeant du monde qui a ouvertement défendu DSK en disant qu'il ne croyait pas à l'affaire telle qu'elle a été présentée.

La similitude entre le cas DSK et celui du Mahmoud Abdel Salam Omar saute aux yeux. C'est clair, ça a si bien marché pour DSK, pourquoi se priver d'une méthode qui fonctionne ? Julian Assange aussi a déjà fait les frais de ce savoir-faire américain. In n'y a rien de tel qu'une bonne vieille accusation de viol pour faire taire ceux qui s'apprêtent à parler.

Il faut dire tout de même que Mahmoud Abdel Salam Omar est un fervent musulman de 74 ans. La femme qu'il aurait violenté à l'hôtel Pierre, en essayant, ivre, de lui toucher les seins, en a 44.

Théorie conspirationniste ? Poutine semble la cautionner, ce qui n'est pas rien. Ce qui est sûr, c'est qu'il y a anguille sous roche. Pour ma part, je pense que cette affaire ne va pas tarder à exploser dans les médias, qui sont aujourd'hui encore très très frileux. Alors, qui a volé l'or du Fort Knox ?

 

 

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/dsk-et-son-ami-mahmoud-abdel-salam-95362?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+agoravox%2FgEOF+%28AgoraVox+-+le+journal+citoyen%29

Partager cet article
Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 04:48

les_chretiens_dans_la_mouvance_altermondialiste

De la première édition du Forum social mondial, à Porto Alegre en 2001, aux suivantes de Nairobi en 2007 et de Belem en 2009, les observateurs ont constaté, parfois avec surprise, que les chrétiens étaient bien représentés au sein de la mouvance altermondialiste. Ce livre montre que cette présence ne doit rien au hasard.

Dans le contexte latino-américain, les militants et les organisations impliqués dans les forums mondiaux sont souvent issus des courants de la théologie de la libération. En Europe et particulièrement en France, l’engagement des chrétiens dans l’altermondialisme trouve son origine, dès la fin des années 1980, dans le combat pour l’annulation de la dette publique des pays du Sud et l’émergence d’une forte solidarité internationale. De leur côté, les catholiques français (CCFD, Secours catholique, CRID) entretenaient depuis longtemps des liens avec des partenaires en Afrique et en Amérique latine.


Au sein de cette mouvance les chrétiens se sont distingués par une participation non violente, un fonctionnement en réseau horizontal préservant leur marge de manœuvre et un refus de toute structuration idéologisée de l’altermondialisme. Parallèlement à cet engagement des chrétiens, des membres de la communauté musulmane se sont aussi impliqués dans ces forums nationaux et internationaux, mais avec plus ou moins de reconnaissance de la part des autres courants altermondialistes.


Christophe Grannec est maître de conférences à l’Université catholique de Lille. Il a obtenu un doctorat à la section des sciences religieuses de l’École pratique des hautes études, à la Sorbonne, et enseigné de 2003 à 2009 à l’Université de Sudbury, en Ontario, au Canada. Ont également participé à cet ouvrage : Sylvie Ayer, Yann Raison du Cleuziou, Xabier Itçaina, Timothy Peace.

Posté par Alaindependant à
Partager cet article
Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 04:31

 
Les chômeurs actuels sont les petits enfants des petits paysans  

délocalisés dans les villes il y a une cinquantaine d’années au profit de l’industrie 

(envoyé par un Lecteur agriculteur)


http://www.histoire-image.org/photo/zoom/jab2_millet_001f.jpg
Sommaire :

On achève bien les agriculteurs
par eva R-sistons
Les agriculteurs français priés de rembourser
les aides reçues il y a plus de dix ans
Réforme de la PAC : réduction des subventions
pour les grandes exploitations agricoles
La sécurité alimentaire doit prévaloir sur la spéculation
Alimentation : La nouvelle guerre mondiale ?
.
Photo : Village de Kirrwiller, Bas-Rhin (67)
http://www.photo-alsace.com/photo-de-kirrwiller-2-1.htm

 

 

On achève bien les agriculteurs...

par eva R-sistons

 

 

Scandale ! Scandale à relayer...

 

Publication improvisée à chaud lorsque j'ai reçu cette information : Les agriculteurs français sont priés de rembourser des aides reçues il y a plus de dix ans ! Si l'on voulait achever de détruire notre agriculture, on ne s'y prendrait pas autrement ! C'est tout simplement abominable, car ils sont déjà asphyxiés par la sécheresse, les coûts, les contraintes notamment imposées par Bruxelles, les directives européennes, la concurrence impitoyable, et comme pour nos PME face aux multinationales, seules sont aidées les plus grosses entreprises ! Dans ce monde dessiné par le Nouvel Ordre Mondial (qui broie tout ce qui est petit, modeste, local, naturel), la petite paysannerie traditionnelle, celle qui est le plus beau fleuron de la France, sa sève, à la fois en tant que nourricière, et que garant du savoir-faire français et de la pérennité de nos paysages ruraux qui font l'admiration du monde entier et le bonheur de nos villages, la petite paysannerie est-elle donc condamnée au profit des multinationales agro-alimentaires nous obligeant à subir l'alimentation industrielle, sans saveur et bourrée de produits chimiques ? En un mot, va-t-on tuer la France profonde, en asphyxiant nos agriculteurs, nos éleveurs, et nos villages, peu à peu privés de leurs paysans, de leurs services de base, de leurs petits commerces et même de leurs écoles ? Cela, moi, je ne peux l'accepter ! Je prépare un "Retour à la terre ou mourir", et un post qui proposera des solutions (auxquelles je réfléchis depuis un moment) pour revitaliser nos petits villages...

 

http://s2.e-monsite.com/2009/12/29/09/resize_550_550//ferme-normande1.jpg

http://s2.e-monsite.com/2009/12/29/09/resize_550_550//ferme-normande1.jpg

 

 

Je suis née à la limite de la Picardie et de la Normandie, en pleine terre et ma mère, au moment du débarquement, en 44, trayait elle-même les vaches, nourrissait les poules... Alors, elle m'a légué un amour irlandais de la terre, la passion du terroir, le désir de tout faire pour préserver coûte que coûte l'âme de la France. C'est une priorité pour moi, et cela doit devenir, à l'heure du Nouvel Ordre Mondial, la priorité pour tous ! En fait, il s'agit d'une question de survie de nos traditions, de notre paysannerie, de notre ruralité, de modes de vie éprouvés dans le temps, de notre autonomie alimentaire, même, le cas échéant - ensuite de défense de la spécificité de notre pays. Sarkozy, valet du Nouvel Ordre Mondial, travaille à la liquidation des valeurs de la France. Stop, ça suffit !

 

J'ajoute que mon tableau préféré, chez moi, représente le poulailler familial, sur pilotis, avec dans l'herbe des poules en liberté, heureuses de vivre : Tout un mode de vie en disparition !

 

A chaud, donc, je voudrais dire certaines choses : Mon impression  est que tout est fait pour anéantir les traditions des pays, leur autonomie, leur souveraineté alimentaire. La petite paysannerie gêne, la production locale dérange : On nous IMPOSE l'alimentation industrielle, sans saveur et malsaine, on nous oriente vers le Grand commerce, la Grande distribution qui, d'ailleurs, ruine les producteurs par leurs marges. C'est intolérable ! J'incite à produire localement, à acheter localement, à choisir le direct - du producteur au consommateur - et le commerce de proximité. C'est une forme concrète de résistance aux valeurs du Nouvel Ordre Mondial ! 

 

http://dazibaoueb.fr/medias/img/nouvel_ordre_mondial1.jpg

http://www.google.fr/imgres?imgurl= (Nouvel ordre Mondial)

 

Ensuite, je suis touchée au plus profond de moi-même non seulement par la désertification programmée de nos campagnes, mais aussi par la grande souffrance de nos agriculteurs, leur isolement, leur détresse, leur désespoir, que je partage par le coeur, intimement. Un paysan en moins, un éleveur qui tombe, un agriculteur qui reste seul parce qu'il ne trouve pas de compagne, un homme de la terre qui se suicide, eh bien c'est intolérable, c'est un peu du meilleur de nous-mêmes qui disparaît, qui meurt !

 

Je voudrais aussi m'interroger sur les plans machiavéliques du Nouvel Ordre Mondial, qui broie impitoyablement tout ce qu'il y a d'humain ! Et par exemple, est-ce insensé de penser que les hécatombes de vaches (folles), de porcs, de poules etc auraient été planifiées pour éliminer notre cheptel, nos animaux, notre production locale, afin d'y susbtituer peu à peu les critères du Nouvel Ordre Mondial ? Je m'interroge aussi sur les bactéries :

 

Et si la bactérie Escherichia coli provenait du labo P4 de Hambourg ?

 

Commentaire d'un Lecteur avisé : 

 

Et si cette bactérie tueuse avait été introduite volontairement pour faire chuter les cours, et liquider ainsi les petits producteurs afin de favoriser l’industrie agro-alimentaire ?

 

http://motsetmauxdemiche.blog50.com/images/medium_les_laboureurs.jpg

http://motsetmauxdemiche.blog50.com/images/medium_les_laboureurs.jpg

 

Bref, beaucoup de questions sans réponse. En tous cas, aujourd'hui, dénonçons avec force la mesure scélérate que l'on veut imposer à nos agriculteurs, déjà asphyxiés ! Et pourtant, travaillant souvent 365 jours par an, se dépensant sans compter, même sans vacances, pour survivre et tenter de préserver ce qui fait l'identité la plus réussie de la France !

 

Ces hommes et ces femmes de la terre sont les premières victimes des technocrates aveugles, sans scrupules, de Bruxelles et plus généralement du Nouvel Ordre Mondial. En prendre conscience, c'est déjà préparer des lendemains différents, porteurs de vie et d'espoir...

 

Eva R-sistons

 

http://r-sistons.over-blog.com

 

TAGS : Paysans, agriculteurs, éleveurs, ruralité, désertification, Nouvel Ordre Mondial, agro-alimentaire, alimentation industrielle, chimie, Bruxelles, Europe, Sarkozy, France, Picardie, Normandie, concurrence...

 

 

http://www.musee-de-normandie.caen.fr/collections/permanente/paysages/ferme.jpg

http://www.musee-de-normandie.caen.fr/collections/permanente/paysages/ferme.jpg

 

Les agriculteurs français priés de rembourser des aides reçues il y a plus de dix ans

 

Les producteurs français de fruits et légumes commencent à recevoir des demandes de remboursement d'aides publiques reçues jusqu'en 2002 et déclarées illégales par Bruxelles. Les tout premiers dossiers, onze demandes de remboursement, sont effectivement partis, a indiqué le ministère de l'agriculture, confirmant une information de la Coordination rurale (CR).

Le ministre de l'agriculture, Bruno Le Maire, "avait promis en 2009 qu'il ferait tout pour réduire la facture", qui est aujourd'hui "considérablement réduite, de moitié", a-t-on indiqué. "On est toujours en discussions avec la Commission pour de nouvelles réductions, c'est pour cela qu'on ne donne pas de chiffre", a ajouté le ministère.

 

"PLUS DE 600 MILLIONS D'EUROS" DE DETTE

Le syndicat agricole Coordination rurale affirme de son côté dans un communiqué que, "initialement de 338 millions d’euros, la dette est aujourd’hui de plus de 600 millions d’euros","les intérêts se sont accumulés et atteignent aujourd’hui quasiment le double du capital initial". déplorant que "L’Etat est responsable de ce remboursement, car la seule erreur dans ces aides relève de sa faute: il avait omis de notifier les aides à Bruxelles selon la procédure", affirme le syndicat agricole, qui appelle l'Etat à "prendre ses responsabilités".

En août 2009, Bruno Le Maire, fraîchement nommé, avait annoncé que les producteurs de fruits et légumes devraient rembourser les aides publiques qui leur avaient été versées entre 1992 et 2002, suscitant une levée de boucliers chez les agriculteurs, alors confrontés à une importante baisse des prix et donc de leurs revenus. A la suite de négociations, les demandes de remboursement portent finalement sur la période 1998-2002, a confirmé le ministère lundi.

 

(..)  La Coordination rurale estime de son côté que "les producteurs ne pourront pas rembourser".

Les aides publiques, reconduites par les gouvernements français successifs, devaient soutenir les producteurs face à la concurrence de pays comme l'Espagne.

 

Article entier ici :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/06/06/les-agriculteurs-francais-pries-de-rembourser-des-aides-recues-il-y-a-plus-de-dix-ans_1532700_3244.html

 

http://www.ferguson-en-perigord.com/pages/regions/perigord/nailhac/photos/laboureurs07.jpg

http://www.ferguson-en-perigord.com/pages/regions/perigord/nailhac/photos/laboureurs07.jpg

 

Réforme de la PAC : la Commission veut réduire les subventions des grandes exploitations agricoles

.

La Commission a présenté une série de recommandations pour la réforme destinée à moderniser la Politique agricole commune (PAC) européenne. Elle propose, entre autres, un régime de subventions plus strict et un changement radical du financement provenant des paiements directs pour privilégier l’aide au développement rural.

Attendus depuis longtemps, les plans de la Commission pour la réforme de la PAC, également connus comme le « bilan de santé », ont été présentés à Bruxelles le 20 novembre par Mariann Fischer Boel, commissaire européenne à l’Agriculture et au développement rural. 

Les propositions ne sont pas de nature législative, mais préparent le terrain aux débats et aux délibérations en prévision de propositions législatives formelles, prévues pour le printemps 2008.

Plus de découplage, moins d’argent

Doublé d’un projet de rationalisation et de modernisation de la PAC, le bilan de santé s’ajoute au cycle de réforme de 2003 en proposant un élargissement des conditions de découplage à presque tous les secteurs agricoles. 

D’après les plans, les agriculteurs possédant de grandes propriétés agricoles et recevant des subventions importants verront leurs subventions significativement réduites :

  • 10 %  de réduction pour les subventions supérieures à 100 000 euros ; 
  • 25 % de réduction pour les subventions supérieures à 200 000 euros ;
  • 45 % de réduction pour les subventions supérieures à 300 000 euros.

Les propriétaires terriens en Allemagne, au Royaume-Uni et en République tchèque seront particulièrement touchés par ces plans. Le secteur agricole important en France sera également significativement affecté, mais le président français Nicolas Sarkozy a récemment annoncé son engagement à réformer ce secteur (EurActiv 12/09/07).    

Plus de « pseudo » agriculteurs

Sous le système actuel, les agriculteurs et propriétaires terriens engagés dans les activités agricoles qui possèdent plus de 0,3 hectares sont éligibles aux subventions de la PAC. La Commission veut augmenter le seuil, potentiellement à plus d’un hectare, pour réduire le risque de fraude par de pseudo agriculteurs. 

Comme l’a déclaré Mme Fischer Boel aux journalistes le 20 novembre à Bruxelles, une personne ayant une chèvre dans son jardin n’est pour autant un vrai agriculteur. 

Jachères et fonds pour l’environnement 

Une modulation plus importante figure également dans les plans. D’ici 2015, la Commission veut en effet passer progressivement du niveau actuel de 5 % à 13 % d’aides directes pour le Fond pour le développement rural. 

Les plans de gestion des eaux et d’autres mesures relatives au changement climatique devraient également être ajoutés aux exigences de conditionnalité comme éléments du bilan de santé, qui demande la fin des jachères, c’est-à-dire des champs que les agriculteurs ne doivent pas cultiver pour protéger les environnements naturels et les espèces. 

Actuellement, 10 % des terres agricoles de l’UE doivent être laissées en jachère. La Commission veut abolir totalement les jachères pour une période d’un an, pour laisser les agriculteurs cultiver plus de céréales afin de répondre à la demande croissante et à l’augmentation des prix des produits alimentaires.  Mais l’exécutif européen reste vague sur les alternatives de sauvegarde de l’environnement à la jachère et cherche actuellement une contribution pour les discussions à venir.

Selon le porte-parole pour l’agriculture de la Commission, Michael Mann, une possibilité serait d’utiliser les fonds croissants résultant de la modulation des subventions directes pour des objectifs environnementaux. Une autre possibilité serait un régime volontaire dans lequel les agriculteurs protégeraient leurs terres situées à proximité des plans d’eau, a déclaré M. Mann à EurActiv.

Négociations budgétaires 

D’après la Commission, le budget de la PAC pour l’après 2012 sera discuté en 2008-2009, mais le bilan de santé ne décidera en aucune façon de l’issue des négociations budgétaires.

La Commission espère que les réformes du bilan de santé, qui seront applicables pour la période 2009-2012 et ouvriront la voie à d’autres réformes pour la période post-2012, seront adoptées par le Conseil des ministres de l’Agriculture dans le cadre de la présidence française de l’UE avant la fin 2008.

Réactions: 

La plupart des eurodéputés de la commission Agriculture du Parlement a largement salué les plans mais a mis en garde contre les réductions du budget.

L’eurodéputé Lutz Goepel, porte-parole pour l’agriculture du groupe PPE-DE, recommande une modulation progressive, c'est-à-dire une réduction des paiements directs de 1 % de 10 000 euros à un maximum de 4 % pour les paiements à partir de 300 000 euros.

Lors d’une déclaration du 20 novembre, il a également demandé des systèmes supplémentaires de prévention des risques, qui seraient co-financés au niveau national afin de s’adapter aux fluctuations croissantes sur le marché mondial et à la hausse des prix des matières premières.

L’eurodéputé socialiste Luis Manuel Capoulas Santos a déclaré que son groupe était en faveur d’une agriculture européenne plus propre et plus concurrentielle, une agriculture ouverte sur le monde tout en étant réglementée, et avec de forte règles en matière sociale, environnementale et de sécurité alimentaire, une agriculture solidaire des pays en développement et en mesure de relever le défi des biocarburants.

D’après Neil Parish, eurodéputé conservateur au Parlement, les efforts accomplis pour lutter contre l’excès de réglementation ne sont pas suffisants. Il demande que davantage de fonds soient déplacés des paiements directs en faveur du développement rural et environnemental.

Dans un communiqué de presse, COPA-COGECA, le plus grand groupe de lobbying agricole de Bruxelles, a salué l’intention de la Commission de simplifier la bureaucratie liée à la PAC mais s’est dit très préoccupé concernant les réductions supplémentaires des paiements directs des agriculteurs. L’organisation recommande également la mise en place d’une période de stabilité au lieu de réformer davantage la PAC afin d’ajuster la volatilité croissante sur les marchés alimentaires mondiaux.

Le NFU, le syndicat national des agriculteurs d’Angleterre et du Pays de Galles, estime que la suggestion consistant à réduire le régime de paiements unique, bien qu’attrayante, est une mauvaise idée.

Lors d’une déclaration, le syndicat a affirmé que cela introduirait davantage de complexité que de simplicité, en particulier dans la mesure où les agriculteurs devraient adapter leurs activités afin d’en éviter les répercussions.

Le 20 novembre, le Bureau européen de l’environnement (BEE) a affirmé que la Commission maintenait le statu quo et critiqué son refus de miser sur une proposition de réforme plus ambitieuse incluant une évaluation de l’efficacité du système de conditionnalité afin de protéger l’environnement, plutôt que de se concentrer sur la simplification de ce système.

D’après Bird Life International, les propositions de la Commission visant à abolir la jachère obligatoire nuiront gravement à la faune et la flore ainsi qu’à la qualité de l’eau au moment même où le changement climatique accroît la pression sur les écosystèmes déjà affaiblis.

 


http://www.euractiv.com/fr/pac/rforme-pac-commission-veut-rduire-subventions-grandes-exploitations-agricoles/article-168580

(transmis par un Lecteur agriculteur)

 

Note d'eva R-sistons :

 

J'ajoute que j'ai des amis Lecteurs et Lectrices agriculteurs et agricultrices, et ils sont angoissés à l'idée de ce qui se prépare. Ce sera le coup de massue final, qui les anéantira définitivement, si rien n'est fait ! En 2012, la plupart d'entre eux sont appelés à disparaître. Réalise-ton l'enjeu, pour eux - et pour nous avec la perte de leur nécessaire présence !

 

 

 

http://www.unctad.org/sections/home/img/hl0105_fr.jpg

http://www.unctad.org/sections/home/img/hl0105_fr.jpg

 

La sécurité alimentaire doit prévaloir sur la spéculation

 

L’Europe est, actuellement, la cible d’une attaque bactériologique d’origine indéterminée. La police allemande a, dans un premier temps, accusé le concombre espagnol et tous les concombres se sont cru visés, alors qu’ils n’y étaient pour rien. Les conséquences économiques de cette erreur de diagnostic sont importantes et ce sont les producteurs qui paient la note. On imagine sans mal ce qu’elles seraient si une épidémie de grande ampleur survenait. Voir La sécurité alimentaire (EUFIC).

« Alors que des scientifiques cherchent toujours l’origine de l’Escherichia coli, la bactérie qui a déclenché une épidémie meurtrière en Allemagne, l’inquiétude grandit en Europe et au-delà. Pour éviter ce genre de risques sanitaires, certains veulent renforcer la sécurité alimentaire » (…). Faut-il renforcer la sécurité alimentaire ? (Rédaction de RMC.info, 3 juin).

 

Une partie de la France est sous la menace d’une sécheresse à nulle autre pareille depuis 50 ans, pas même celle de 1976, qui fut pourtant exceptionnelle. C’est le cas aussi de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne.

«La solidarité doit jouer à plein en faveur des agriculteurs», a plaidé ce lundi matin sur France info le ministre de l'agriculture Bruno le Maire. Pour venir en aide aux exploitants confrontés à une sécheresse exceptionnelle, le ministre a appelé tous les acteurs de la filière agricole à se mobiliser, tout en écartant une nouvelle fois l'hypothèse d'un impôt sécheresse. «Il est encore trop tôt et je ne pense pas que ce soit la bonne solution» (voir la suite : Le Figaro, 30 mai).

 

Stéphane Le Foll et Marc Tarabella, membres de la commission agricole du Parlement européen, demandent à la Commission européenne d’adopter un plan d’urgence en faveur des agriculteurs victimes de la sécheresse. Voir Les conséquences de la sécheresse inquiètent les eurodéputés (Euranet.eu, 3 juin). Voir aussi Sécheresse : 2011 "plus terrible encore" que 1976 (JDD, 2 juin).

L'Institut national de la recherche agronomique (INRA) se dit «préoccupé» par la sécheresse qui touche la France et une partie de l’Europe. Mais il veut s'en servir pour anticiper de futurs épisodes, et dessiner les contours de l'agriculture de demain... Lire cet article : Un épisode de sécheresse typique de ce qui nous attend dans les années à venir (20minutes.fr, 3 juin). L’Inra explique «regarder les choses au-delà de cette année» et «pose la question de l’adaptation de l’agriculture au changement climatique.» Jean-François Soussana explique effectivement que «cet épisode de sécheresse correspond à la moyenne à attendre dans les années à venir.» Dans ce contexte la «capacité de récupération des systèmes agricoles et forestiers» inquiète les scientifiques. «Nous avons déjà testé la résilience des prairies, qui est forte, mais nous observons des changements de biodiversité, avec notamment des envahissements d’espèces.» «Nous entrons dans une phase de désartificialisation de l’agriculture, estime Nadine Brisson, puisque nous serons contraints d’apporter moins d’eau, moins de pesticides, moins d’engrais, donc il faut raisonner sans ces apports.» Plusieurs solutions pourraient permettre de faire face aux changements qui se dessinent. D’abord  anticiper les phénomènes de sécheresse, grâce notamment à des programmes d’observation des nappes d’eau par satellite. Améliorer l’organisation des cultures, en «intercalant des cultures d’hiver et d’été». Utiliser des espèces résistantes à la sécheresse: les progrès sur la génétique naturelle permettent déjà de gagner de 1 à 2% de rendement par an, quant aux OGM, contestés, l’Inra dit qu’il existe «quelques projets dans les tuyaux, mais rien de miraculeux.» Enfin changer la nature des cultures: privilégier celles les moins consommatrices d’eau, et changer les aires de culture, en les déplaçant vers le Nord. 

Ségolène Royal s’est exprimée le 31 mai sur ce problème qui touche gravement la Région Poitou-Charentes qu’elle préside. Lire Agir contre la Sécheresse.

           

Jacques Cheminade a fait de nombreuses remarques et propositions pertinentes, en premier lieu des mesures d’urgence et aussi une refondation de la PAC (déclaration, 1er juin). Voir Sécheresse : Coupons l'herbe sous les pieds des spéculateurs  Tremblements de terre au Japon, ouragans aux Etats-Unis, inondations au Canada et sécheresse exceptionnelle en Chine, au Texas et en Europe, notre planète est secouée par des phénomènes dont la violence augmente partout. En France, la sécheresse qui sévit est déjà bien pire que celles de 1949 et 1976. Elle s’ajoute aux conséquences désastreuses d’une politique agricole qui, en pénalisant les producteurs depuis plusieurs années, les a empêchés de faire des réserves financières, de fourrage et de semences.

Lucien Bourgeois, économiste, membre du Conseil scientifique de la Fondation Res Publica, a publié le 30 mai sur le site de cette Fondation, présidée par Jean-Pierre Chevènement, un texte qui pose bien le problème du choix à faire entre produire pour nourrir la population et produire à d’autres fins, dont certaines sont injustifiables, le carburant éthanol, à base de maïs ou de blé, par exemple, que les USA développent de manière inconsidérée. Manger ou conduire, il va falloir choisir

Nous assistons depuis juillet 2010 à une nouvelle crise sur les marchés des produits agricoles. Les prix des céréales ont pratiquement doublé par rapport à la même période de l’année dernière. L’indice des prix des produits alimentaires a battu son record historique en mars dernier. A peine trois ans après la crise de 2007-2008, on assiste donc à une nouvelle crise. La précédente avait entraîné de nombreuses émeutes et fait progresser de 150 millions de personnes la population en état de sous-nutrition dans le monde. Celle-ci vient d’accroître le mécontentement en Tunisie, en Egypte et dans de nombreux pays trop dépendants du marché mondial pour leur approvisionnement alimentaire.
Quelle est la raison de ces crises agricoles récurrentes ? Il y a d’abord comme pour le pétrole une trop longue période de prix anormalement bas. Depuis le début des années 80, l’Union Européenne a réussi à devenir autosuffisante en céréales alors qu’elle ne disposait que de trois fois moins de terres arables que les Etats-Unis. C’était pourtant la preuve pour l’ensemble du monde qu’une bonne politique agricole permettait de nourrir une population nombreuse avec peu de terres disponibles. Au lieu de tirer parti de cet exemple, l’Europe et les Etats-Unis se sont livrés à une guerre absurde pour la conquête de nouveaux marchés en utilisant d’abord des subventions à l’exportation puis des aides directes au revenu des producteurs. Résultat, les prix ont baissé durablement créant le sentiment d’une abondance globale. « Le Brésil peut nourrir le monde ! », disait-on. Pourquoi s’inquiéter ? La Banque Mondiale pouvait diminuer ses aides aux investissements dans le secteur agricole. Les pays riches pouvaient diminuer leurs stocks et utiliser les aides aux agriculteurs pour d’autres objectifs que l’alimentation.
La production mondiale ne s’est pas effondrée pour autant en particulier parce que les pays d’Asie n’ont jamais cédé aux sirènes du libéralisme ambiant et se sont toujours préoccupés de leur sécurité alimentaire. Contrairement à la situation antérieure, depuis le début des années 80, l'augmentation de la production n’a pas dépassé la progression de la population. La crise a éclaté en 2007-2008. On en a attribué la cause à la faible récolte observée en Australie. La faiblesse des stocks a grandement facilité la tâche des spéculateurs. Mais comme les récoltes ont brusquement augmenté les deux années suivantes, les prix se sont à nouveau effondrés en juillet 2009.

Dans ces conditions comment expliquer la nouvelle hausse de cette année ? La récolte est certes un peu plus faible que les deux années précédentes mais de si peu ! La baisse n’est que de 3,5 %. Pour comprendre la situation actuelle, il faut observer un élément nouveau qui n’est pas très visible dans les statistiques habituelles, la transformation d’une part croissante de la récolte en énergie.
L’exemple le plus flagrant concerne la production d’éthanol aux États-Unis. Ce pays a radicalement changé de politique depuis le 11 septembre 2001. Auparavant, l’éthanol concernait moins de 5 % de la production de maïs. En 2003, la proportion dépassait 10 %, en 2007, 20 % et désormais le chiffre de 40 % est dépassé. Au total, le Centre International des céréales estime que les usages industriels des céréales portent sur 293 millions de tonnes soit très exactement 16,7 % de la production mondiale !

Résumons-nous. Le monde peut se nourrir. L’Europe de l’après-guerre, la Chine et l’Inde maintenant en sont la preuve. Encore faut-il ne pas faire n’importe quoi.

Le maintien durable de prix bas, la suppression des stocks et la transformation subventionnée d’une partie croissante de la production en énergie risquent de créer des crises graves. La situation actuelle est exemplaire. Le prix des céréales a doublé malgré une récolte record ! Qu’en serait-il demain si la sécheresse actuelle se traduisait par une forte baisse de production ?

Manger ou conduire, il va falloir choisir. Sinon la responsabilité de l’aggravation de la crise alimentaire de la planète en incombera une fois de plus aux pays les plus riches !

 

Olivier de Schutter, rapporteur spécial à l’ONU pour le droit à l’alimentation, a proposé le 28 janvier 2011 huit priorités pour éviter de nouvelles crises alimentaires. Voir Causes des crises alimentaires : de Schutter (ONU) avance 8 priorités- 2 février 2011. 

  1. Soutenir la capacité de tous les pays à se nourrir eux-mêmes.
  2. Appuyer la constitution de réserves.
  3. S'attaquer à la spéculation des acteurs financiers.
  4. Soutenir la création de filets de sécurité sociale.
  5. Encourager les agriculteurs à s’organiser.
  6. Protéger l'accès à la terre.
  7. Soutenir la transition vers une agriculture durable.
  8. Protéger le droit à l'alimentation.

     La faim est avant tout une question politique, et non technique. Bien sûr, nous avons besoin des marchés pour nous nourrir. Mais nous avons surtout besoin d'une vision pour l'avenir, qui aille au-delà des solutions à court terme. Les pompiers seront toujours nécessaires. Mais ce dont nous avons le plus besoin aujourd’hui, c’est d’architectes désireux de construire quelque chose de vraiment différent.

 

Marcel Mazoyer, économiste et agronome, professeur émérite à l’INA Paris-Grignon, se bat pour le retour des politiques agricoles afin de garantir aux paysans la possibilité de vivre de leur métier :

Marcel Mazoyer : le prix des produits agricoles, vital pour les paysans - 11 août 2010.   

(…) Il faut revenir à des politiques de protection de toutes les agricultures et ne pas laisser l’agrobusiness écrabouiller les paysans du sud. Si on continue dans la même politique de libre-échange, passée cette vague d’investissements massifs par les capitaux financiers internationaux et par l’agrobusiness, les stocks vont se reconstituer très vite. On va repartir alors dans une longue période de baisse des prix qui va encore ruiner les paysans aux quatre coins du monde et qui va encore fabriquer plus de chômeurs à l’échelle planétaire.

Si on veut que le système global soit gérable dans les 25 prochaines années, il faut remettre en place partout des politiques agricoles qui garantissent à tous les paysans la possibilité de rester paysan, de vivre et manger à leur faim et même de gagner un peu d’argent pour investir et accroître leur production. Car il ne faut pas oublier qu’il faudra nourrir neuf à dix milliards de personnes dans cinquante ans. Ce n’est pas l’agrobusiness qui va nourrir les pauvres ; les seuls qui peuvent nourrir les pauvres, ce sont les pauvres eux-mêmes, c’est-à-dire les paysans. Pour cela, il faut établir partout des protections tarifaires, pour que les paysans soient payés à un prix de production. L’aide alimentaire ne peut régler le problème de pauvreté et de la faim.

Ce qui détermine le seuil minimal viable, c’est le prix auquel on paie les paysans. Les revenus agricoles doivent être équivalents aux revenus urbains, pour éviter l’exode vers les bidonvilles. On ne peut pas réussir une politique de plein emploi si l’on n’a pas des prix agricoles qui permettent aux agriculteurs de vivre correctement.

 

Voici des articles parus sur le blog du MRC 53, que je perçois comme étant fondamentaux, notamment le premier, à la fois le plus court (une page) et le plus ancien. Il a été écrit par un haut fonctionnaire, aujourd’hui retraité, qui a eu des responsabilités importantes auprès de ministres entre 1981 et 1986. Son texte reste d’actualité, cinq ans après.

 

http://mrc53.over-blog.com/article-agriculture-et-alimentation-un-lien-a-proteger-sante-secheresse-prix-75815287.html

   

Vers un programme du MRC pour l'agriculture - Contribution reçue- 31 juillet 2006 

Michel Sorin (MRC) : six défis à relever par la future PAC réorientée- 12 juillet 2008 

Michel Sorin (MRC) : une nouvelle politique agricole et alimentaire- 12 juillet 2008 

AG de la Confédération Paysanne 53 : l'exposé de Lucien Bourgeois - 13 avril 2009 

Michel Sorin (MRC) : de nouvelles orientations pour l'Europe agricole- 10 octobre 2009 

Edgard Pisani et le combat pour une nouvelle politique alimentaire- 21 novembre 2009 

Revenu agricole 2010 : les céréaliers heureux, les animaliers moins- 17 décembre 2010 

Déréglementation : crise alimentaire, bulle céréalière, éleveurs en péril - 20 février 2011 

Université rurale du pays de Craon : conférence de Valentin Beauval- 25 avril 2011 

 

 

http://www.ikiru.ch/tonio/wp-content/uploads/2008/01/biocarburant-chapatte.png

http://www.ikiru.ch/tonio/wp-content/uploads/2008/01/biocarburant-chapatte.png

 

 

Alimentation : la nouvelle guerre mondiale?

 

 

Alimentation : la nouvelle guerre mondiale?

 

Selon l’ONG internationale Oxfam,  face à l’augmentation de la démographie mondiale et aux changements climatiques, le prix des aliments de base risquent de doubler autour de 2030. Pour les experts, une nouvelle guerre mondiale est à redouter : la guerre pour les ressources.

Le blé sera l’un des aliments les plus touchés avec une hausse de 120 à 180%. « Il est temps que les dirigeants politiques agissent » avertit Oxfam.

L’ONG appelle les décideurs de réguler d’avantage les marchés alimentaires et de créer une organisation internationale pour lutter contre les changements climatiques.

 « A mon avis toutes les données à notre disposition sont éloquentes : nous sommes à court de ressources. En commençant déjà par le pétrole. Toutes les autres ressources vont nous manquer dans un avenir très proche. Quand je dis nous,  je parle de presque toute la communauté internationale,  nous ne sommes absolument prêts à ce genre de tournant. Notre civilisation repose sur la consommation des ressources non renouvelables. Lorsqu’il n’y en aura plus, on devra faire face à la panique et au drame. La plus grande tentation qu’il y aura alors, ce sera de recourir à la force pour s’emparer des ressources là où il y en restera. Bref, il y aura une guerre », soutient le publiciste italien, Giulietto Chiesa.

Oxfam  propose au G20, qui réunit les grands pays développés et en voie de développement, de réformer le système alimentaire mondial. Les experts considèrent qu’il faut moins subventionner l’agriculture dans les pays développés qui est fortement industrialisée et aider d’avantage les petits agriculteurs des pays émergents. Oxfam propose également d’encadrer d’avantage les opérations spéculatives avec les produits alimentaires de la bourse.

A la veille de la conférence internationale sur le climat qui devrait avoir lieu en décembre prochain en Afrique du Sud, Oxfam avance l’idée d’une organisation internationale de lutte contre les changements climatiques. L’autre mesure proposée est d’instaurer de nouvelles règles de régulation sur les marchés alimentaires du monde. Oxfam insiste tout particulièrement sur la nécessité d’augmenter les stocks de nourriture, d’investir dans les petites et moyennes productions agricoles, d’arrêter de cultiver les espèces végétales destinées à la production du biocarburant et de rendre plus transparents les marchés alimentaires. 

 

 

 

http://www.alterinfo.net/Alimentation-la-nouvelle-guerre-mondiale_a59609.html

.

 

 

http://www.quapa.com/images/securite_alimentaire_pw.jpg

http://www.quapa.com/images/securite_alimentaire_pw.jpg

 

 

 

Lire  aussi :

 

L’agriculture et la question alimentaire - Stress des agriculteurs

Pierre Rabhi : "Vivre sobrement, c'est une forme de libération"

Sécheresse: Et si la bio avait des réponses ? - Conseils plantations. Agenda

Sauvons la luzerne ! (Texte, vidéo, pétition..)

Dans le Winsconsin, les agriculteurs retournent aux boeufs

Les Américains sont devenus fous : Contrôle des fermes par la FEMA ?


 http://ecx.images-amazon.com/images/I/51SZD6B9TBL._SL500_AA300_.jpg

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51SZD6B9TBL._SL500_AA300_.jpg

 

 

 

 

Saint-Etienne, mercredi 1er juin 2011

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

Confédération paysanne

 

Procès de la liberté syndicale :

une manifestation réprimée dans la violence 

 

A l’occasion du procès intenté par Lactalis à la Confédération paysanne de la Loire et à Philippe Marquet, son Secrétaire général au moment des faits en 2009, pour faits de syndicalisme, un millier de syndicalistes et de citoyens manifestent aujourd’hui à Saint-Etienne. Ils sont également soutenus par une centaine de paysans qui ont manifesté devant le siège de Lactalis à Laval.

Alors qu’elle était autorisée par la Préfecture, cette manifestation a été violemment réprimée par les Forces de l’Ordre. A la violence financière de Lactalis, s’est donc ajoutée la violence physique de l’Etat.

A l’audience, la plaidoirie a mis en avant le décalage vertigineux entre les 10 milliards de chiffre d’affaires de Lactalis, les 10% de marge que le groupe laitier réalise et les 14 000 euros de dommages et intérêts demandés à Philippe Marquet pour réprimer toutes velléités de contestation syndicale.

Au moment où la sécheresse touche durement les éleveurs,

où les prix des matières premières atteignent des sommets

où de nombreux paysans disparaissent chaque mois,

les paysans attendent autre-chose de l’Etat

que la répression d’une manifestation pour la liberté syndicale.

 

 

 

Contacts :

Philippe Collin, Porte-parole : 06 76 41 07 18

Philippe Marquet : 06 19 39 36 44

Laurent Pinatel : 06 80 58 97 22

 

 

http://onvaulxmieuxqueca.ouvaton.org/IMG/arton1600.jpg

 

http://onvaulxmieuxqueca.ouvaton.org/spip.php?article1600

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 01:38

http://www.planetenonviolence.org/photo/art/default/775871-949513.jpg?v=1289419778

http://www.planetenonviolence.org/photo/art/default/775871-949513.jpg?v=1289419778

Torture dite de la banane - www.protection-palestine.org

 

 

 

Les enfants palestiniens, dans les prisons israéliennes

,

l'horreur dans toutes ses dimensions.


Le régime pratique, dans ses géôles, des méthodes inhumaines et dangereuses, à l'encontre des enfants palestiniens.  Le centre de recherches des prisonniers palestiniens a annoncé, dans un communiqué, que les gardes-chiourmes du régime sioniste torturent, de différentes manières, et avec les méthodes les plus barbares, les enfants palestiniens. A ce propos, Ra'afat Hamdouneh, le Directeur dudit centre, et membre du Comité des prisonniers pour les groupes  nationaux et islamiques, en évoquant la détention de près de 300 enfants palestiniens, dans les  geôles israéliennes, a martelé que les interrogateurs israéliens violent les enfants, lors des interrogatoires, les tabassent, les empêchent de dormir... pour ne citer que quelques unes de ces tortures. Hamdouneh a ajouté que le taux de mortalité des enfants prisonniers ne cesse de monter, demandant, par la même occasion, à l'Organisation Mondiale de la Santé, (OMS), de mener une enquête, à ce propos. Des centaines de Palestiniens  ont trouvé le martyre, dans les prisons israéliennes, succombant sous la torture ou s'ils survivent aux interrogatoires musclés, ce sont les des conditions carcérales, ô combien déplorables, qui en auront raison. Dans ce contexte, la Ligue arabe a demandé, dans un communiqué, à la communauté mondiale et aux instances de défense des droits de l'Homme d'agir, pour protéger les enfants palestiniens, face aux exactions du régime de Tel-Aviv. La Ligue arabe a ajouté, dans son communiqué, que la vie des citoyens palestiniens, et, notamment, des enfants, n'a aucune importance, pour le régime occupant Qods. D'autre part, selon les organisations juridiques, le régime sioniste, pour qui les lois internationales ne sont que de l'encre sur du papier, est le seul, dans le monde, à avoir, dans ses prisons, des détenus de moins de 12 ans. Il est, aussi, le seul régime à avoir légalisé la pratique de la torture. Par ailleurs, le Comité des familles des prisonniers palestiniens incarcérés dans les geôles israéliennes ont porté plainte contre les attitudes immorales des  gardiens israéliens envers les prisonniers.: Issa Gharaghe'e, le ministre palestinien des Prisonniers, évoquant la situation déplorable des enfants, dans les geôles israéliennes, a demandé à la communauté internationale de contraindre le régime Usurpateur à appliquer la Convention de Genève, à propos des prisonniers. Selon la 4ème Convention de Genève, le régime sioniste doit avoir une attitude digne, à l'égard des prisonniers palestiniens. Et ce, alors que près de 12.000 Palestiniens, détenus, dans les geôles du régime sioniste, sont privés de leurs droits les plus élémentaires, dont ceux d'avoir des visites, de se nourrir suffisamment et de bénéficier de services sanitaires et médicaux.

21 Mai

http://www.alterinfo.net/Les-enfants-palestiniens-dans-les-prisons-israeliennes-l-horreur-dans-toutes-ses-dimensions_a58936.html

 

 

 

 

Al-Khalil : A cause de l’interdiction de visite dans les prisons israéliennes, Abir perd la vie.


Abir n’avait que onze ans quand elle a vu son père pour la dernière fois, mais derrière un mur de glace. En fait, les occupants israéliens ont installé ce mur entre les captifs palestiniens et leurs visiteurs, même leurs enfants. Abir n’a pas supporté de se voir couper de son père. Le fait de ne pas pouvoir toucher la main de son père l’a rendue malade, très malade, si malade qu’elle a rendu l’âme, deux ans plus tard.

Abdou Ar-Rahim, président du comité des familles des captifs, grand-père de la fillette Abir, confie l’histoire de sa petite- fille à notre Centre Palestinien d’Information (CPI). Son histoire a commencé il y a deux ans. La martyre avait l’habitude de rendre visite à son père, Youssef Iskafi. La martyre avait l’habitude de l’embrasser. La martyre avait l’habitude de le serrer contre son petit cœur. Mais un jour, un officier ne lui a permis de voir son père qu’à travers une vitre, une limite qui lui a causé une maladie nerveuse qui a fini par la tuer.

La dernière rencontre

Le père aussi est tombé malade, après cet incident. Un infarctus a poussé Youssef vers l’hôpital israélien Ar-Ramla. La famille a essayé de lui rendre visite, en vain. Les forces israéliennes d'occupation lui ont interdit l’entrée, à deux reprises, dit le grand-père.

Après l’incident, la petite Abir s’est mise à frapper les murs qui l’entouraient, dans son sommeil. Petit à petit, elle a perdu la capacité de tenir quoi que se soit. Les doigts ne pouvaient tenir même un stylo ou une cuillère. Le périple, qui l’a amenée d’un hôpital de la Cisjordanie à un autre de la ville d'Al-Quds, en passant par un troisième de la Jordanie, n’a rien donné. Son état de santé allait de mal en pis. La petite a finalement quitté ce bas monde sans pouvoir embrasser son père, et parce qu’elle n’a pu le faire.


La fin, le martyr


Tous les examens médicaux ont confirmé que l’adolescente Abir avait eu un choc nerveux et une peur affreuse. Petit à petit, elle a perdu la capacité de bien parler. Et récemment, elle avait été hospitalisée dans l’hôpital public Allia de la ville d’Al-Khalil. Dans cet hôpital, il est entré dans un long coma. Elle a perdu la vie sans en sortir. Elle est partie sans voir son père, son père n’a pu participer à son enterrement.

Sa petite sœur Tahrir, âgée d’à peine quatre ans, dit à notre Centre Palestinien d’Information (CPI) : « Je suis fâchée parce que les Israéliens n’ont pas laissé ma sœur toucher la main de papa... C’est pour ça qu’elle est morte ».


Participation à tout sit-in


La grande sœur de l’enfant martyre dit que la petite Abir participait à tout sit-in, malgré tout. Une fois, elle s’est enchaînée pour manifester contre la captivité et pour exprimer son amour à son père.

Son grand amour pour son père l’a tuée quand les occupants israéliens lui ont interdit de le toucher.

Notons que son père Youssef Al-Iskafi est condamné par les occupants israéliens à quatre fois la perpétuité. Il est en prison depuis huit ans, dans la prison du désert d’An-Naqeb. Son frère Alaa est enfermé à perpétuité. Son neveu Ahmed est tombé en martyre en 2007.

La petite Abir est partie sans pouvoir lui toucher la main. Sa famille espère cependant que le père sortira dans une transaction politique à venir. Il sortira pour lire la sourate Al-Fatiha pour l’âme de sa fille, sur sa tombe.

Al-Khalil

Le Centre Palestinien d'Information

Source : CPI
12 mai

http://www.palestine-info.cc/...

 

 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/ 

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

 

.

 

Répression sanglante au Golan :

l’occupation israélienne doit cesser
AFPS


Paris, le 07 juin 2011

 

L’Association France Palestine Solidarité (AFPS) condamne l’utilisation de la force par l’armée israélienne contre les jeunes Palestiniens et Syriens non armés qui tentaient de se rendre au Golan occupé par Israël, et rappelle le caractère illégal de l’occupation de ce territoire. Les tirs de l’armée israélienne ont causé une vingtaine de morts et plusieurs dizaines de blessés. La volonté de l’armée israélienne, d’ailleurs clairement affichée, a été de tuer. Des sources médicales ont en effet précisé que les victimes ont été « touchées par balles dans la tête et la poitrine. » La manifestation de dimanche marquait le 44ème anniversaire de la Naksa, la guerre de 1967, à l’issue de laquelle Israël a notamment occupé le Golan syrien, la Cisjordanie et la bande de Gaza.

Comme dans les territoires palestiniens occupés, les gouvernements successifs israéliens ont procédé à un nettoyage ethnique à l’encontre de la population du Golan. Alors que le nombre d’habitants du plateau était de 150 000 personnes, il n’est actuellement que de 18 000 personnes, plusieurs villages syriens ont été complètement détruits et interdits de reconstruction. En revanche, Israël y a construit 33 colonies abritant près de 20 000 colons. En 1981, Israël a annexé 1200 km² du plateau. Cette annexion n’a jamais été reconnue par la communauté internationale. « Israël se moque du droit et de la légalité internationale. C’est pourquoi nous appelons au boycott des produits du plateau du Golan, volé par les colons israéliens. » a déclaré Taoufiq Tahani, membre du bureau national de l’AFPS. Les colonies du Golan produisent 21% du vin d’Israël, 50% de l’eau minérale ainsi que 40% de la viande de bœuf.

L’AFPS condamne l’utilisation par l’armée israélienne de la force contre les populations civiles et demande à la communauté internationale d’imposer le respect du droit international humanitaire afin d’assurer la protection des civils. Elle demande au gouvernement français, à l’Union européenne et à toutes les instances internationales compétentes de faire pression sur Israël pour mettre fin à l’occupation du Golan syrien et permettre au peuple palestinien d’accéder à ses droits internationalement reconnus.

 

 

Tiré a part

Les israéliens se bousculent pour un deuxième passeport.

1 Dossier

1-1 Nakba 63, c’est le moment du retour : Tsahal tue et blesse de tous les côtés.  

1-2 Michel Collon : "On ne peut pas dire la vérité à la télé. Il y a trop de gens qui regardent !"

1-3 Eva Bartlett : Invincibles, les Flottilles de la Liberté se multiplient. 

1-4 La seconde flottille déterminée à forcer le blocus israélien.

1-5 Robert Bibeau : BANTHOUSTAN PALESTINIEN ?

2 Déclaration, courrier des lecteurs & témoignage  

2-1 Mick Napier : Le Premier ministre d’Écosse demande des sanctions contre Israël.

3 Analyse - Géopolitique et stratégie – Réflexion.

3-1 LE COMBAT OBAMA – NETANYAHU : LA REVANCHE 

3-2 Salem Ferdi : Obama rate le printemps arabe.

3-3 Omar Barghouti : Obama, le printemps arabe, et le manque de pertinence de ses discours.

3-4 The Jerusalem Fund : Ce que veut dire et ne veut pas dire l'ouverture de Rafah…  

3-5 Khaled Amayreh : Célébrer 63 années de nettoyage ethnique... 

3-6 Un rapport explosif de B'Tselem : L'annexion israélienne de la vallée du Jourdain et du nord de la Mer Morte.

 

ici :

 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

.

Partager cet article
Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 00:51

http://www.planetenonviolence.org/photo/art/default/1246575-1626383.jpg?v=1289419541

http://www.planetenonviolence.org/photo/art/default/1246575-1626383.jpg?v=1289419541

mardi 7 juin 2011

Une nouvelle loi du Congrès donne le droit au gouvernement américain de détenir tout citoyen, sans accusation préalable, sans limite de détention, au nom de la sécurité nationale

 

La dictature militaire d'Obama et maintenant, la détention de tout citoyen soupçonné de près ou de loin de menace à la sécurité nationale.  Le gouvernement américain vient de se doter du droit d'emprisonner et de détenir indéfiniment un citoyen qui sera considéré, selon leur définition, comme un terroriste. 

http://www.youtube.com/watch?v=kEofy7fsIGk


Le 23 octobre 2008, la Loi pour la prévention de la radicalisation violente et du développement du terrorisme domestique (HR 1955) a été adoptée au parlement américain.  Cette loi apporte de nouvelles mesures de sécurité pour prévenir le terrorisme, mais elle élargie surtout la définition du mot "terrorisme domestique".  Voici des "thèmes de propagande" qui ont été identifiés comme étant potentiellement menaçant pour la sécurité nationale et l'expansion américaine.  Tout citoyen qui s'associe à de telles idéologies ou qui s'adonne à de l'activisme politique impliquant ces énoncés pourrait être considéré comme un terroriste domestique!

 

  • L’abandon de la dette internationale ;
  • les droits civiques ; l’opposition au pouvoir des entreprises ;
  • la dislocation politique et socioéconomique ;
  • la quête insatiable de profit du capitalisme ;
  • la destruction de l’écologie mondiale ;
  • l’assistance aux individus et aux cultures indigènes ;
  • la concentration injuste et illégitime des pouvoirs public, d’Etat et privé ;
  • l’indifférence capitaliste aux besoins des faibles et des spoliés.
  • Le commerce international comme outil de l’hégémonie américaine en matière économique, culturelle et politique.
  • L’aversion pour le mal infligé aux animaux et à la biosphère ;
  • La préservation de << notre mère la terre >> contre les dégradations crapuleuses et l’exploitation ;
  • La préservation de la vie sauvage ; la restauration des écosystèmes endommagés.
  • La vénalité des entreprises comme principale menace contre la planète et la vie qu’elle accueille ;
  • Le fait que les multinationales exploitent les travailleurs, combattent les syndicats et violent les droits de l’homme dans les pays émergents.




 

* Toutes les cartes sont réunies, le jeu est prêt à être disposé sur la table: BlackJack!  Les dispositions sont maintenant prêtes, il ne reste plus qu'un état de crise pour jeter le premier domino pour que nous soyons échec et mat!  Il ne nous reste qu'un seul et unique atout...

 Les deux chambres du Congrès des Etats-Unis ont approuvé in extremis jeudi soir, 26 mai, la reconduction jusqu'en juin 2015 du Patriot Act, une loi antiterroriste mise en place sous George W. Bush après les attentats du 11-Septembre et qui arrivait à expiration à minuit.

Après plusieurs jours de vifs débats au Sénat, les élus de la chambre haute ont adopté le texte par 72 voix contre 23. La Chambre a ensuite approuvé par 250 voix contre 153 la version qui lui a été envoyée par le Sénat.

Le projet de loi doit maintenant être promulgué par le président Barack Obama. Se trouvant en Europe, il devra ordonner la signature du document par "autopen", une sorte de machine à signer qui peut être actionnée par le personnel de la présidence, a-t-on appris auprès d'une porte-parole de la Maison Blanche Nick Shapiro.

"Surveillance mobile"

Trois mesures sont considérées comme cruciales par l'administration et les services antiterroristes dans le Patriot Act: la "surveillance mobile" des communications de suspects utilisant plusieurs lignes téléphoniques, le principe du "loup solitaire" qui permet d'enquêter sur une personne paraissant mener des activités terroristes pour son propre compte, la possibilité pour les autorités d'accéder à "toute donnée tangible" concernant un suspect, comme des courriers électroniques.

L'administration Obama souhaite empêcher tout retard dans la reconduction du texte qui selon elle aurait des conséquences néfastes dans la conduite des enquêtes antiterroristes aux Etats-Unis.

"L'administration appelle le Congrès à agir immédiatement pour éviter tout hiatus dans ces mesures cruciales nécessaires à notre sécurité nationale", avait indiqué la Maison Blanche dans un communiqué jeudi.

Nouvelles pistes contre le terrorisme

Le chef de la majorité démocrate du Sénat, Harry Reid, a souligné dans un communiqué que "le raid qui a tué Oussama Ben Laden a également fourni une somme énorme d'informations qui ont entraîné des dizaines d'enquêtes offrant de nouvelles pistes chaque jour. Sans le Patriot Act, les enquêteurs n'auraient pas les outils dont ils ont besoin pour suivre ces nouvelles pistes".

Le sénateur républicain Rand Paul avait fait barrage à l'adoption de la mesure cette semaine car il cherchait à imposer plusieurs amendements, alors que le chef de la majorité démocrate Harry Reid préférait une procédure plus rapide.

L'un des amendements de Rand Paul aurait empêché les autorités d'inspecter certaines archives des vendeurs d'armes dans le cadre d'enquêtes terroristes. La mesure a été rejetée jeudi par 85 voix contre 10.

Supervision des enquêtes antiterroristes

A gauche, le sénateur démocrate Patrick Leahy a au contraire plaidé pour plus de supervision de la part du Congrès sur les enquêtes antiterroristes.

Les débats ont aussi buté sur la durée de la reconduction, car certains élus républicains souhaitaient une reconduction permanente.

Mercredi, le directeur du FBI Robert Mueller et le patron du Renseignement américain James Clapper avaient écrit aux leaders du Congrès pour les appeler à adopter la mesure avant son expiration.

"Il est important que ces outils soient reconduits sans délai", a écrit Robert Mueller, se prononçant contre des amendements proposés qui imposeraient des "restrictions" à l'application de la loi antiterroriste et aux enquêtes.

 Source:
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20110527.OBS4014/le-patriot-act-reconduit-par-le-congres-americain.html




lundi 16 mai 2011

une dictature militaire se met en place


"La loi autorise le Président des États-Unis à prendre une action militaire unilatérale contre toutes nations, organisations ou personnes, tant dans le pays qu'à l'étranger, qui sont soupçonnées d'être engagées dans des hostilités ou qui ont fourni un appui à des hostilités contre les États-Unis ou contre un de ses alliés.

Le projet de loi supprime l'exigence de l'approbation du Congrès pour l'utilisation de la force militaire et donne au Président l'autorité totalitaire de s'engager dans toute action militaire pour une période indéfinie.  Il donne même au Président l'autorité de lancer des attaques contre des citoyens américains à l'intérieur des États-Unis sans que ce soit sous le contrôle du Congrès".

 

Source:

http://www.myweathertech.com/2011/05/16/the-united-states-congress-is-set-to-vote-on-legislation-that-authorizes-the-official-start-of-world-war-3/

 


Partager cet article
Repost0
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 22:42

Qui pour défendre le socialisme?

 

 

Voir l’empressement du PS à se conformer aux diktats bancaires et du FMI, montre combien ce parti n’aspire plus au socialisme mais bien à l’établissement de l’idéologie social-libérale qui le contraint depuis bientôt 30 ans. Fini l’idéal du socialisme, place dorénavant à l’accompagnement du libéralisme contre les peuples.

Ce qui se passe en Grèce montre combien si ce parti revenait au pouvoir il n’y aurait aucun changement car l’ordre mondial ne serait pas inquiété. Or c’est justement en bousculant cet ordre mondial que nous ferons bouger les choses. Le social-libéralisme est totalement soumis aux diktats financiers et ne cherche même plus à exprimer la seule solution radicale pour en sortir: remettre la main sur l’indépendance monétaire et financier qu’on a laissé aux banques privées qui nous manipulent comme elles le veulent. Donc rien ne changera avec l’arrivée des socialistes au pouvoir et c’est une bien triste nouvelle.

Voir DSK au FMI et Lamy à l’OMC, qui sont les deux fers de l’ordre mondial, ne rien changer et même aller dans le sens est une caution morale que nous donnons au nom du socialisme. Celui-ci n’existe donc plus…du moins en Europe. Car la reconquête entamée en Amérique du sud est signe que tout espoir n’est pas perdu. Ces pays se battent contre leurs chaînes et contre la propagande du monde entier qui veut faire croire que ce sont des pays anti-démocratiques alors qu’on a jamais autant voté! Voilà une solution que les socialistes français devraient reprendre à leur compte s’ils revenaient au pouvoir. Voter et voter encore pour établir de nouvelles règles.

Le seul espoir du PS est Ségolène Royal puisqu’elle mène une politique ouvertement socialiste dans sa région, qu’elle a le charisme populaire pour soulever les foules. Mais aura-t-elle le courage et la possibilité de s’attaquer frontalement à cet ordre mondial qui empêchera mécaniquement tout espoir de voir un jour le social-humanisme fleurir dans nos pays.

On voit donc que pour l’instant rien ne nous dit que ça servira à quelque chose de voter pour la gauche en 2012. Elle ne veut pas changer les choses or c’est à un changement radical que nous sommes conviés sinon nous courons à notre propre destruction.

Voici quelques vidéos explicatives de notre système totalitaire marchand. Totalement conditionné aux principes économiques et financiers au détriment du bien-être humain qui est le fondement du socialisme. A voir:

 

http://www.juif.org/fdii/combats/frame/1158,on-est-envahi-par-les-juifs.php

 

 

Partager cet article
Repost0
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 22:33
http://hisaux.free.fr/dotclear/images/_2011/actualite/farine-animale.jpg
http://hisaux.free.fr/dotclear/images/_2011/actualite/farine-animale.jpg

.

En pleine psychose sanitaire sur la bactérie E. coli, l'information ne pouvait pas passer inaperçue. Selon le journal économique La Tribune, la France serait en train de proposer un retour au recours des farines animales dans l'alimentation des bêtes d'élevage. A l'appui, le quotidien pointe un document du Conseil national de l'alimentation (CNA) qui prône un retour aux farines. Il devrait se faire par étapes (en commençant par la filière aquacole) et soumis a des règles et des contrôles stricts, mais il réveille néanmoins le spectre de l'épidémie de vache folle des années 1990.

Dominique Vermesch, agronome et professeur d'économie publique et d'éthique à Agrocampus Ouest, rapporteur du groupe de travail sur les farines animales au CNA, se dit étonné de voir l'affaire ainsi présentée dans la presse et les journaux télévisés. La vice-présidente de l'organisme Véronique Bellemain, relativise pour sa part le poids de ce qui n'est encore qu'un "simple document de travail", pas encore un avis. "Le véritable avis sera remis en septembre, en même temps que les avis scientifique. Notre rôle est uniquement d'étudier les aspects économiques et sociaux d'une éventuelle réintroduction", martèle-t-elle. "Objectivement, c'est une bonne chose de s'interroger car la situation a fortement évolué, maintient-elle. Il y a vingt ans, la vache folle était une maladie nouvelle, et on n'avait aucune visibilité sur les cas humains. C'est pour cela que l'on a pris des mesures coûteuses mais fortes pour protéger les consommateurs."

 

CONSOLIDER LA COMPÉTIVITÉ DE L'ÉLEVAGE INDUSTRIEL

 

Le document de travail cité par La Tribune fait en effet valoir "une situation sanitaire désormais maîtrisée" aboutissant à "l'absence de risques pour la santé humaine". Dès juillet 2010, la Commission européenne déclarait en effet que l'Union était "sur le point d'éradiquer l'encéphalopathie spongiforme bovine". Selon le document de travail du CNA, cette réintroduction, quoique présentant "un avantage économique variable, voire incertain, selon les secteurs" pourrait tout de même être une réponse aux "besoins croissants en protéines pour l'alimentation animale" avec même des "avantages environnementaux probables", notamment dans l'élevage aquacole qui autorise toujours certaines farines animales et pour lequel "la question de la préservation des ressources halieutiques se pose avec de plus en plus d'acuité", relève le rapport.

Si les membres du CNA se défendent de militer pour la réintroduction des farines, et font valoir la présence parmi eux de représentants d'associations de consommateurs, un faisceau de déclarations montrent que les autorités françaises travaillent à cette hypothèse : depuis un an les rapports sont nombreux qui vont dans ce sens. Ainsi un rapport du Conseil général de l'alimentation, de l'agriculture et des espaces ruraux (CGAAER) sur l'élevage de la volaille faisait-il valoir en octobre 2010 que "l'accès aux farines animales sera un facteur important de consolidation de cette filière s'il reçoit l'accord de l'aval."

Tous les rapports et documents de travail mettent en avant la nécessité de "méthodes d'analyse, fiables et de routine (...) pour distinguer les espèces à l'origine des farines", notament pour assurer "le strict respect du principe de 'non cannibalisme'". Par exemple, des poulets ne devraient pas pouvoir manger d'autres poulets, et les farines devraient d'abord être données à des espèces omnivores. Enfin, les bovins en seraient privés.

Bien sûr "la question de l'acceptabilité par le consommateur peut se poser", estime le rapport. Le spectre du scandale de l'encéphalopathie spongiforme bovine, les images des centaines de milliers de vaches abattues et la crainte de la variante de la maladie de Creutzfeld-Jakob ne manqueront en effet pas de ressurgir quand le CNA rendra son avis définitif. Ce sera alors aux politiques de se prononcer à la lumière des éléments scientifiques et sociaux-économiques.

Antonin Sabot

 

http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/06/07/vers-une-reintroduction-des-farines-animales_1532761_3244.html

 

 

 


Partager cet article
Repost0
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 20:52

http://static2.dmcdn.net/static/video/550/297/22792055:jpeg_preview_medium.jpg

http://static2.dmcdn.net/static/video/550/297/22792055:jpeg_preview_medium.jpg

 

Investig'Action - michelcollon.info

Israël, parlons-en !
Le livre tabou réédité et actualisé
Interview de Michel Collon 



Vous avez été nombreux à demander des nouvelles d' Israël, parlons-en ! devenu introuvable en librairie... En fait, nous étions en train de préparer une nouvelle version, actualisée.


Quel impact les révoltes arabes auront-elles sur Israël ? Comment évoluera l'Egypte ? Les USA risquent-ils de perdre le contrôle du Moyen-Orient ? Quels nouveaux acteurs sont en train de changer les rapports de forces ?

 

Michel Collon explique pourquoi cette nouvelle version et tire le bilan de ses nombreuses rencontres avec le public...

Commander ce livre

Partager cet article
Repost0
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 20:27

http://www.cote-bleue.eu/web5/table.jpg

http://www.cote-bleue.eu/web5/table.jpg

 

Traduct. Google d'un site "conspi"

A chacun de se forger sa propre opinion !

Banquier suisse démasque Bilderberg criminels
(ils contrôlent la plupart de nos politiciens)

5 juin 2011

 CONSPIRATION ILLUMINATI confirmé!


 Deutsche Bank et chef de la direction Bilderberger Josef Ackermann, à gauche, un garçon de courses de longue date Rothschild, illustre pires excès les Bilderbergers ".

" Le cas Strauss-Kahn ... montre ces gens sont corrompus, les malades dans leur esprit, tellement malades qu'ils sont pleins de vices et de ces vices sont tenus secrets de leurs commandes. Certains d'entre eux, comme le viol des femmes Kahn-Strauss, d'autres sont sado maso, ou d'un pédophile et beaucoup sont dans le satanisme. Quand vous allez dans certaines banques vous voyez ces symboles satanique, comme à la Banque Rothschild à Zurich. "

" Ils ont un nouveau plan de censurer l'Internet, car Internet est encore libre. Ils veulent le contrôler et d'utiliser le terrorisme ou ce que jamais comme une raison. Ils pourraient même plan quelque chose d'horrible façon à ce que ils ont une excuse.


Entrevue a eu lieu le 30 mai avec la Russie hebdomadaire "NoviDen"   (Merci à NK pour l'envoi de ce sujet.)


Posté ici
 
 
Q: Pouvez-vous nous parler de votre implication dans le secteur bancaire suisse?

R: J'ai travaillé pour les banques suisses depuis de nombreuses années. J'ai été désigné comme l'un des meilleurs directeurs de l'une des plus grandes banques suisses. Au cours de mon travail, j'ai été impliqué dans le paiement, dans le paiement direct en espèces à une personne qui a tué le président d'un pays étranger. J'étais à la réunion où il a été
a décidé de donner cet argent en espèces pour le tueur. Cela m'a donné des maux de tête dramatique et troublé ma conscience. Ce n'était pas le seul cas qui était vraiment mauvais, mais c'était le pire. Il était une instruction de paiement à la commande d'un service secret étranger écrite à la main donne l'ordre de payer une certaine somme à une personne qui a tué le chef suprême d'un pays étranger. Et ce n'était pas le seul cas. Nous avons reçu plusieurs lettres écrites à main comme provenant de services secrets étrangers donne l'ordre de paiement en espèces
à partir de comptes secrets pour financer révolutions ou pour le meurtre de personnes. Je peux confirmer ce que John Perkins a écrit dans son livre "Confessions d'un Hit Man économique" . Il existe tout simplement un système et les banques suisses sont impliqués dans de tels cas.
 
 Q: livre Perkins est également traduit et disponible en russe. Pouvez-vous nous dire quelle banque il est et qui est responsable?

 A: Il a été l'un des trois plus grandes banques suisses de l'époque et il était le président d'un pays du tiers monde. Mais je ne veux pas donner à de nombreux détails, car ils vont me trouver très facilement si je dis le nom du président et le nom de la banque. Je risque ma vie.
 
Q: Vous ne pouvez pas nommer une personne à la banque ou l'autre?

R: Non je ne peux pas, mais je peux vous assurer que ce qui s'est passé. Nous étions plusieurs personnes dans la salle de réunion. La personne en charge du paiement physique de l'argent est venu à nous et nous a demandé si il est autorisé à paiement d'une telle grande quantité en espèces à cette personne et l'un des administrateurs a expliqué l'affaire et tous les autres ont dit ok, vous pouvez le faire
.
 Q: Avez-ce arrivé souvent? Etait-ce une sorte de caisse noire?
 

 A: Oui. Il s'agissait d'un fonds spécial géré dans un endroit spécial dans la banque où toutes les lettres codées venus de l'étranger. Les lettres les plus importantes ont été écrits à la main. Nous avons eu à les déchiffrer et en eux était de l'ordre de payer une certaine somme d'argent à partir des comptes de l'assassinat de personnes, le financement des révolutions, le financement des grèves, le financement de toutes sortes de parties. Je sais que certaines personnes qui sont membres de Bilderberg ont été impliqués dans de tels ordres. Je veux dire qu'ils ont donné l'ordre de tuer.

Q: Pouvez-vous nous dire en quelle année ou une décennie ce qui s'est passé?
 
A: Je préfère ne pas vous donner de l'année précise, mais il était dans les années 80.
Q: Avez-vous eu un problème avec ce travail?
 
A: Oui, un très gros problème. Je n'ai pas pu dormir pendant plusieurs jours et après un moment, j'ai quitté la banque. Si je vous donne trop de détails, ils me suivent. Plusieurs services secrets à l'étranger, principalement de langue anglaise, a donné des ordres pour financer des actes illégaux, même le meurtre de personnes par le biais des banques suisses. Nous avons dû payer sur les instructions des puissances étrangères pour le meurtre de personnes qui n'ont pas suivi les ordres de Bilderberg ou le FMI ou la Banque mondiale par exemple.

Q: C'est une révélation des plus surprenantes que vous faites. Pourquoi vous sentez-vous l'envie de le dire maintenant?

R: Parce que Bilderberg se réunit en Suisse. Parce que la situation mondiale est de pire en pire. Et parce que les plus grandes banques en Suisse sont impliqués dans des activités contraires à l'éthique. La plupart de ces opérations sont hors bilan. Il est un multiple de ce qui est officiellement déclarée. Ce n'est pas vérifié et passe sans taxes. Les chiffres ont participé un grand nombre de zéros. C'est d'énormes quantités.
 
Q: Donc, ses milliards?
 
A: Il est beaucoup plus, ses milliers de milliards, totalement non vérifiés, illégale et d'ailleurs le système fiscal. Fondamentalement, il s'agit d'un vol de tout le monde. Je veux dire la plupart des gens normaux paient des impôts et de respecter les lois. Qu'est-ce qui se passe ici est terminée encontre de nos valeurs suisses, comme la neutralité, l'honnêteté et de bonne foi. Dans les réunions auxquelles j'ai participé, les discussions où complètement à l'encontre de nos principes démocratiques. Vous voyez, la plupart des directeurs des banques suisses ne sont pas les habitants plus, ils sont étrangers, principalement anglo-saxons, américains ou britanniques, ils ne respectent pas notre neutralité, ils ne respectent pas nos valeurs, ils sont contre notre direct la démocratie, ils
il suffit d'utiliser les banques suisses pour leur des moyens illégaux. Ils utilisent d'énormes quantités d'argent créé à partir de rien et ils détruisent notre société et de détruire les personnes dans le monde juste pour la cupidité. Ils cherchent le pouvoir et détruire des pays entiers, comme la Grèce, l'Espagne, le Portugal ou l'Irlande et la Suisse
sera l'un des derniers en ligne. Et ils utilisent la Chine comme esclaves de travail. Et une personne comme Josef Ackermann, qui est un citoyen suisse, est l'homme du haut à une banque allemande et il utilise son pouvoir pour l'avidité et ne respecte pas les gens du commun. Il a de très nombreux cas de droit en Allemagne et maintenant aussi dans les États. Il est un Bilderberger et ne se soucient pas de la Suisse ou de tout autre pays.

Q: Voulez-vous dire, certains de ces gens que tu cites seront à la réunion Bilderberg à venir en Juin à Saint-Moritz?

A: Oui.

Q: Donc, ils sont actuellement dans une position de pouvoir?

A: Oui. Ils ont d'énormes quantités d'argent disponible et l'utiliser pour détruire des pays entiers. Ils détruisent notre industrie et la construction en Chine. D'un autre côté ils ont ouvert les portes de l'Europe pour tous les produits chinois. La population active de l'Europe gagne de moins en moins. Le but réel est de détruire l'Europe.
 
Q: Pensez-vous que la réunion Bilderberg à St-Moritz a une valeur symbolique? Comme en 2009, ils en Grèce où, 2010 en Espagne et regardez ce qui leur est arrivé. Cela signifie-t Suisse peut s'attendre à quelque chose de mauvais?

A: Oui. La Suisse est l'un des pays les plus importants pour eux, parce qu'il est capital tant ici. Ils se sont réunis là parce que mis à part d'autres choses qu'ils veulent détruire toutes les valeurs que la Suisse représente. Vous voyez que c'est un obstacle pour eux, n'étant pas dans l'UE ou l'Euro, pas totalement contrôlée par Bruxelles et ainsi de suite. En ce qui concerne les valeurs, je ne parle pas des grandes banques suisses, car ils ne sont pas
Swiss plus, la plupart d'entre eux sont dirigés par des Américains. Je parle de l'esprit réel suisse que les gens du commun chérir et maintenir en place.
Bien sûr, il a une valeur symbolique, comme vous le dites, en ce qui concerne la Grèce et l'Espagne. Leur objectif est d'être une sorte de club d'élite exclusive qui a toute la puissance et tout le monde est pauvre et vers le bas.

Q: Pensez-vous que le but du Bilderberg est de créer une sorte de dictature mondiale, contrôlée par les grandes sociétés mondiales, ont été il n'ya pas des États souverains plus?

R: Oui et la Suisse est le seul endroit à gauche avec la démocratie directe et de son à leur manière. Ils utilisent le chantage du "too big to fail», comme dans le cas d'UBS de mettre notre pays en grande dette, tout comme ils l'ont fait avec beaucoup d'autres pays. En fin de compte peut-être qu'ils veulent faire avec la Suisse ce qu'ils ont fait avec l'Islande, avec toutes les banques et les pays en faillite.

Q: Et aussi la mettre en vers l'UE?

R: Bien sûr. L'UE est sous la poigne de fer de Bilderberg.

Q: Que pensez-vous pourrait stopper ce projet?

A: Eh bien, c'est la raison pour laquelle je vous parle. Sa vérité. La vérité est la seule façon. Mettre la lumière sur cette situation, de les exposer. Ils n'aiment pas être sous les projecteurs. Nous avons à créer la transparence dans le secteur bancaire et à tous les niveaux de la société.

Q: Qu'est-ce que vous dites est, il ya un bon côté à l'activité bancaire suisse et il ya quelques grosses banques qui utilisent abusivement le système financier pour leurs activités illégales.
 
 A: Oui. Les grandes banques sont la formation de leur personnel avec les valeurs anglo-saxonnes. Ils sont les former à être avide et impitoyable. Et la cupidité détruit la Suisse et tout le monde. En tant que pays, nous avons la majorité des banques d'exploitation le plus correct dans le monde, si vous regardez les banques petites et moyennes entreprises. C'est juste les grandes qui opèrent au niveau mondial qui sont un problème. Ils ne sont pas suisses plus et ne se considèrent pas comme tels.

Q: Pensez-vous que c'est une bonne chose que les gens exposent Bilderberg et de montrer qui ils sont vraiment?
 
A: Je pense que le cas Strauss-Kahn est une bonne chance pour nous, car il montre ces gens sont corrompus, les malades dans leur esprit, tellement malades qu'ils sont pleins de vices et de ces vices sont tenus secrets de leurs commandes. Certains d'entre eux comme les femmes le viol Strauss-Kahn, d'autres sont maso sado, ou d'un pédophile et beaucoup sont dans le satanisme. Quand vous allez dans certaines banques vous voyez ces symboles satanique, comme à la Banque Rothschild à Zurich. Ces personnes sont contrôlées par le noir-mail en raison des faiblesses dont ils disposent. Ils doivent suivre les ordres ou ils seront exposés, ils seront détruits ou même tués. La réputation de M. Strauss-Kahn n'est pas seulement tué dans les médias, il pourrait
être tués aussi littéralement.

 Q: Depuis Ackermann est dans le comité directeur du Bilderberg, pensez-vous qu'il est un décideur grand là-bas? 

A: Oui. Mais il ya beaucoup d'autres, comme Lagarde, qui sera probablement le prochain chef du FMI, également membre du Bilderberg, puis Sarkozy et Obama. Ils ont un nouveau plan de censurer l'Internet, car Internet est encore libre. Ils veulent le contrôler et d'utiliser le terrorisme ou ce que jamais comme une raison. Ils pourraient même plan quelque chose d'horrible façon à ce que ils ont une excuse.

Q: C'est donc votre peur?

 A: Ce n'est pas seulement une crainte, je suis certain. Comme je l'ai dit, ils ont donné l'ordre de tuer, de sorte qu'ils sont capables de choses terribles. S'ils ont le sentiment de perdre le contrôle, comme le soulèvement maintenant en Grèce et en Espagne et peut-être l'Italie sera la prochaine, alors ils peuvent faire un autre Gladio. J'étais à proximité du réseau Gladio. Comme vous le savez ils ont incité le terrorisme payés par l'argent américain pour contrôler le système politique en Italie et autres pays européens. En ce qui concerne l'assassiner d'Aldo Moro, le paiement a été fait par le même système que je vous ai parlé.

 Q: Est-ce une partie Ackermann de ce système de paiement à une banque suisse?
 
A: (mile S) ... vous êtes journaliste. Regardez sa carrière et à quelle vitesse il l'a fait vers le haut.
 
 Q: Que pensez-vous peut être fait pour les en empêcher?

 A: Eh bien il ya beaucoup de bons livres là-bas qui expliquent le contexte et les relier les points, comme celui que j'ai mentionné par Perkins. Ces gens ont vraiment frappé les hommes qui sont payés pour tuer. Certains d'entre eux obtiennent leur argent par les banques suisses. Mais pas seulement, ils ont un système mis en place partout dans le monde. Et d'exposer au public ces gens qui sont prêts à tout pour garder le contrôle. Et je veux dire quoi que ce soit.
 
Q: Grâce à l'exposition que nous pourrions les arrêter?

A: Oui, dire la vérité. Nous sommes confrontés à des criminels vraiment impitoyable, des criminels de guerre grands. Son pire, puis le génocide. Ils sont prêts et capables de tuer des millions de personnes juste pour rester au pouvoir et le contrôle.

Q: Pouvez-vous expliquer à partir de votre avis, pourquoi les médias de masse à l'ouest est plus ou moins complètement muet sur Bilderberg?
 
R: Parce qu'il ya un accord entre eux et les propriétaires des médias. Vous n'avez pas en parler. Ils les achètent. En outre, certaines des médias top chiffres sont invités aux réunions mais on leur dit de ne pas rapporter ce qu'ils voient et entendent.
 
Q: Dans la structure de Bilderberg, y at-il un cercle intérieur qui connaît les plans et puis il ya la majorité qui vient de suivre les ordres?
 
A: Oui. Vous avez le cercle intérieur qui sont dans le satanisme et puis il ya les moins informés ou les gens naïfs. Certains pensent même qu'ils font quelque chose de bon, le cercle extérieur .
 
 Q: Selon des documents exposés et les propres déclarations, Bilderberg a décidé en 1955 de créer l'Union européenne et l'euro, alors ils ont pris des décisions importantes et de grande portée.
 
 R: Oui et vous savez que Bilderberg a été fondé par le prince Bernard, un ancien membre de la SS et du parti nazi et il a également travaillé pour IG Farben, qui est filiale produit Cyclone B. L'autre gars était à la tête d'Occidental Petroleum qui avait des relations étroites pour les communistes en Union soviétique. Ils ont travaillé des deux côtés, mais vraiment ces gens sont des fascistes qui veulent tout contrôler et tout le monde et qui se trouve sur leur façon d'éliminer.
 
Q: Est-ce le système de paiement que vous avez expliqué en dehors des opérations normales,
compartimentée et en secret?
 
A: Dans les banques suisses des employés normaux ne sais pas ce qui se passe. Son propre ministère comme un secret dans la banque. Comme je l'ai dit ces opérations sont en dehors du bilan, sans aucune supervision. Certains sont situés dans le même bâtiment, d'autres sont à l'extérieur. Ils ont leur propre sécurité et de la zone spéciale, où seules les personnes autorisées peuvent entrer.

 Q: Comment peuvent-ils garder ces transactions sur le système international Swift?

 A: Eh bien quelques-unes des listes Clearstream était vrai au début. Ils ont juste inclus de faux noms pour faire croire aux gens toute la liste est fausse. Vous voyez, ils font aussi des erreurs. La première liste est vrai et vous pouvez tracer un tas de choses. Vous voyez, il ya des gens autour qui découvrent des irrégularités et de la vérité et ils le disent. Ensuite, il ya bien sûr les poursuites et ces gens sont forcés de se taire. La meilleure façon de les arrêter est de dire la vérité, mettre le projecteur sur eux. Si nous ne les arrêtons pas, nous finirons comme leurs esclaves.

 Q: Merci pour cette interview. 

 

 


 

Source

 


Si vous n'avez pas encore visionné ce qui suit (déjà publié ici) faites le, c'est édifiant !

 

 

 

2 vidéos sur le site :

 

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-revelations-d-un-banquier-suisse-sur-le-bilderberg-75987021.html 

 

 

 

 

Bon alors qui est cet Ackermann ?

D'après Wikipédia :

Josef Meinrad Ackermann, né le 7 février 1948 à Mels, dans le Canton de Saint-Gall, est un homme d´affaire juif et patron d´entreprise suisse.

Il est chairman et Chief Executive Officer (PDG) de la Deutsche Bank, membre du comité de direction du groupe Bilderberg 1,2. Il est aussi vice-président de la Foundation Board du World Economic Forum.

Ses revenus 2009 pour son poste de pdg de Deusche Bank s'élèvent à 7,98 millions d'euros.3

Sources[modifier]

 

Et c'est tout ? donc pas grand chose !!

Le patron de la Deutsche Bank Josef Ackermann pressenti au FMI

Par Reuters, le 17 mai 2011

FRANCFORT (Reuters) – Le président du directoire de la Deutsche Bank Josef Ackermann est pressenti à Berlin comme candidat à la succession de Dominique Strauss-Kahn à la tête du Fonds monétaire international (FMI), rapporte mardi le quotidien Bild.

Un autre candidat dont le nom circule dans la capitale est Thomas Mirow, président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), révèle le tabloïd allemand sans citer de sources.

La suite >>>

 

 

Alors Ackermann ou Lagarde au FMI ?

 

 

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-revelations-d-un-banquier-suisse-sur-le-bilderberg-75987021.html

 

 


Partager cet article
Repost0
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 19:55

 

 La culture de Défense

par Manlio Dinucci
JPEG - 26.5 ko
Ceci n’est pas une publicité pour un dentifrice, mais pour le programme « Vis les Forces Armées. Militaire pendant trois semaines »

Qui a dit que le système d’instruction en Italie ne se renouvelle pas ? Nous avons une nouvelle matière, de la maternelle aux cours pour doctorants, dont les expérimentations sont déjà en cours. À Pise, grâce à une initiative de la municipalité, 1 500 enfants des écoles maternelles, primaires et collèges ont été conduits le 27 avril dans la caserne de la Brigade de parachutistes Folgore, où pour la deuxième année s’est déroulée la « Journée de la solidarité ». Quelles ont été les impressions des enfants ? Que la caserne est un très bel endroit, où plein de gens sympathiques te font faire des tas de jeux, des parcours d’obstacles aux courses d’orientation, où des super héros volants descendent du ciel en voltigeant et en laissant derrière eux des traînées de fumée tricolore et, quand ils atterrissent, écrasent avec leurs rangers les ballons jaunes qui sont au centre de la cible. Et portent, avec le drapeau de la Folgore (deux ailes blanches qui lancent un éclair jaune or), un autre drapeau où est inscrit « Nicola ». Le nom du major Ciardelli —explique-t-on aux élèves— tué le 27 avril 2006 à Nassirya en Irak, où il était allé aider des enfants dans une mission de paix.

L’association Nicola Ciardelli, aidée par la Région (Toscane) et par la Croix-Rouge italienne, ouvrira à Florence, à côté de l’hôpital Meyer, la « Maison des enfants de Nicola » pour soigner les petites victimes des guerres.

Des initiatives analogues ont lieu dans d’autres écoles primaires et collèges. Dans le Trentin (région Trentin-Haut Adige, frontalière avec l’Autriche) on a diffusé un calendrier OTAN/Isaf, avec, sur la couverture, un blindé italien en Afghanistan, armé de mitrailleuse, et photos des soldats italiens en tenue de combat qui offrent aux enfants afghans des ballons blancs portant l’inscription «  Isaf », qui les soignent avec amour et sont accueillis par ces enfants en fête dans les villages.

Dans les lycées on emploie d’autres méthodes d’éducation. À Castrovillari (Province de Cosenza, région Calabre, NdT) des militaires font des cours magistraux et diffusent des opuscules dans lesquels on explique qu’ « entrer dans l’armée signifie se valoriser ». À Rovigo, leçon de tactique militaire et combat avec des armes à air comprimé. Une préparation plus poussée attend les jeunes avec le cours « Entraîne-toi pour la vie », institué par les ministères de l’Éducation et de la Défense, et sanctionné d’une note validée dans le parcours scolaire : ils sont entraînés au combat avec des armes à air comprimé, et à des parcours militaro gymniques (escalade, natation, orientation). À 18 ans révolus, ils peuvent participer aux cours de formation « Vis les Forces Armées. Militaire pendant trois semaines », pour « partager les valeurs qui émanent des Forces Armées ». Au niveau universitaire, le top est le cours de « maintien de la paix » donné, avec le Centre militaire d’études stratégiques, par l’École Supérieure Sant’Anna de Pise : l’institut a célébré avec une conférence de l’Association des Élèves les « dix ans d’engagement politique et militaire » de l’Italie en Afghanistan. Et tandis que l’Italie participe à la guerre en Libye (cinquième guerre en deux décennies) arrive au Sénat —après être passée à la Chambre des députés grâce à une entente multipartisan (Partito Democratico, Italia dei Valori, Popolo della libertà et Lega)— la loi pour « la promotion et diffusion de la culture de la défense à travers la paix et la solidarité » en particulier dans les « écoles de tous ordres et niveaux ». Il a donc raison, le président Napolitano : l’Italie, aujourd’hui ferme gardienne de la paix, a tourné le dos aux années de bellicisme fasciste. Aujourd’hui la culture de la guerre avec livre et mousquet [1] est devenue « culture de la défense à travers la paix et la solidarité ».

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche