Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 04:28
LIBYE : Les hélicoptères de combat préparent le débarquement

par Manlio Dinucci

Le 5 juin 2011

Des hélicoptères de combat sous commandement OTAN ont été utilisés pour la première fois le 4 juin dans les opérations militaires en Libye : annonce du quartier général allié à Naples.  Ce sont des hélicoptères français Tigre et Gazelle et des Apache britanniques, dotés  des armements les plus modernes. Parmi eux le missile étasunien à conduite laser Hellfire, que les Tigre et Apache lancent à 8Kms de l’objectif, quand ils ne sont pas encore en vue. Utilisé en Libye aussi par les avions télécommandés étasuniens Predator/Reaper, il a une tête à fragmentation ou thermobarique. Cette dernière, en explosant, crée un vide d’air qui provoque la mort par asphyxie de toute personne se trouvant dans la zone, même si elle est à l’intérieur d’édifices ou de refuges. Dans la guerre de Libye, est certainement expérimenté aussi le Hellfire Romeo, le missile que Lockheed Martin a rendu encore plus destructeur.

Hélicoptère Apache



En utilisant des hélicoptères d’attaque, l’OTAN non seulement intensifie l’offensive aérienne, mais (comme l’a écrit il manifesto le 28 mai) prépare le terrain au débarquement de troupes. Les hélicoptères qui sont en train d’attaquer en Libye sont ceux des navires d’assaut amphibie Tonnerre (français) et Ocean (britannique), postés face aux côtes libyennes sur lesquelles, au moment opportun, ils pourront débarquer des milliers de soldats et d’armes lourdes sur des engins rapides à coussin d’air. Le Tonnerre et l’Ocean ont déjà effectué des tests d’interopérabilité avec des navires étasuniens d’assaut amphibie analogues : ils peuvent donc utiliser les véhicules aériens et de débarquement du groupe d’attaque amphibie, conduit par le Uss Bataan, posté lui aussi en Méditerranée. Comme le Congrès a confirmé l’opposition de Washington à envoyer des troupes en Libye, pour ne pas s’embourber dans une autre guerre épuisante de longue durée, le scénario qui se profile est celui d’un débarquement -sous commandement et appui Usa- de troupes françaises, britanniques, italiennes et autres, éventuellement sous l’égide d’ « Eufor Libya » (Forces de l’Union européenne en  Libye) pour « fournir de l’aide humanitaire aux civils libyens ».

   
L’intensification de l’offensive aérienne entre dans cette même stratégie. A la base de Gioia del Colle (Joie de la collineNdT) (Bari), sont arrivées les Enhanced Paveway III : des bombes à conduite laser d’une tonne, dont les têtes pénétrantes à l’uranium appauvri et tungstène peuvent détruire des édifices renforcés. Pour le moment ce sont les chasseurs bombardiers britanniques Eurofighter et Tornado qui les utilisent, en décollant de la base des Pouilles. Ces bombes, explique le secrétaire général britannique à la défense Liam Fox, « nous permettent de protéger les civils et de réaliser les objectifs des Nations Unies »[1]

  
En même temps, se trouve renforcé le blocus naval contre Tripoli. Et a commencé en Méditerranée la Phoenix Express 2011, manœuvre sous commandement étasunien à laquelle participent des forces navales et terrestres de treize pays : Etats-Unis, Italie, Espagne, Grèce, Malte, Croatie, Albanie, Turquie, Egypte, Algérie, Tunisie, Maroc et Mauritanie. Cette opération aussi est dirigée depuis Naples et supportée par les bases en Italie. Le pays qui -assure le président de la république, Giorgio Napolitano- a tourné le dos aux sales années du bellicisme fasciste et joue aujourd’hui un rôle de ferme gardien de la paix.

 

Edition de dimanche 5 juin 2011 de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20110605/manip2pg/02/manip2pz/304396/


Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

 



[1] Voir l’engin de protection des civils ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Paveway

 

Partager cet article
Repost0
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 04:17

 

 

 

 

 

 

 

.

.
Partager cet article
Repost0
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 03:48
Début de panique bancaire en Grèce
Publié le 29/05/2011

Epargnants attendant pour retirer leur argent en Grèce

 
Les clients grecs se pressent aux caisses des banques pour retirer leurs économies, rapporte Protothema selon L’Express (Belgique). Ainsi, jeudi et vendredi, les particuliers ont procédé au retrait d’1,5 milliards d’euros. Sur le reste de mai, les retraits n’avaient été « que » de 2,5 milliards d’euros, soit un total de 4 milliards pour le mois. En avril, les retraits des particuliers ne s’étaient élevés qu’à 2 milliards €. On peut parler de début de panique bancaire dans le pays, confronté au risque croissant de la faillite.
Selon le même journal, la majorité des clients qui retirent leur épargne sont des petits épargnants, retirant entre 2.000 euros et 15.000 euros. La crainte est à chaque fois la même, de tout perdre avec la faillite possible du pays. Le système bancaire du pays, déjà très fragilisé, risque de pâtir encore plus de la défiance généralisée des grecs.
La Grèce a besoin d’un nouveau plan de sauvetage et n’a plus les moyens de tenir au delà de la mi juillet.
 
http://www.contrepoints.org/2011/05/29/28359-debut-de-panique-bancaire-en-grece

Partager cet article
Repost0
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 22:11
La guerre « humanitaire » du couple Sarkozy/Cameron
05 juin

Nous savons aujourd’hui que les mouvements sociaux ou militaires ayant abouti à la déstabilisation de la Tunisie et de la Libye ont pour origine le fait que le cartel bancaire se refusait à voir émerger en Afrique du Nord un système de BANQUE ISLAMIQUE où l’usure est interdit. Supprimer l’usure, favoriser un système de banques de ce type, c’est mettre en péril la poule aux œufs d’or de ceux qui fomentent les guerres depuis le XVIII° siècle. C’est toucher au POUVOIR des banquiers internationaux sur les Etats-nations et donc sur les citoyens du village global.

Comme les banquiers internationaux ou familles oligarchiques poursuivent leur rêve de Nouvel Ordre Mondial à partir d’un grand désordre (pour ne pas dire chaos) de l’Ordre actuel, et comme il est prévu de semer la ruine au sein des nations au moyen de l’USURE ou DETTE, un tel processus développé par la famille Ben Ali ou le dictateur libyen, est en soi insupportable. C’est pourquoi les caniches du cartel bancaire, lire les dirigeants qu’il a lui-même placés aux commandes de certaines forces armées européennes, ont reçu pour consigne de déclarer la guerre à ces groupes hostiles à l’Ordre apostat (ou plutôt humaniste) issu du « siècle des Lumières ». Comme ces caniches sont par principe très obéissants et vicieux, ils ont appelé cette guerre : la « guerre humanitaire ». C’est bien la raison pour laquelle on parle maintenant d’envoyer des troupes militaires pour « protéger » les convois humanitaires…

Les conséquences immédiates de la « guerre humanitaire » sont terribles : plus de 900 000 personnes sont déplacées à la suite du conflit libyen. 900 000 dont plus de 400 000 en Tunisie. Des dizaines de milliers de réfugiés sont littéralement coincés au sud de la Tunisie, malgré les efforts des organisations internationales et tunisiennes et malgré l’immense solidarité du peuple tunisien.  Les braves Américains et leurs caniches européens ont proposé le système néolibéral comme étant l’assurance d’avoir un modèle économique assurant la prospérité pour tous. Fadaise, mensonge ! Cela nous mène directement à la guerre.

 

L’hypocrisie de leur « guerre humanitaire » se solde aujourd’hui par 1500 à 3000 morts par jour !

 

La « guerre humanitaire » des caniches de l’Occident (pour satisfaire l’ogre américain et ses financiers) en vue de la protection des populations civiles se solde par une immense tragédie humaine.

 

Et il faut être cupide pour croire un seul instant que cette tragédie ne se traduira pas par un terrible châtiment au tribunal de l’Histoire. Les nations occidentales ont perdu leur âme en appelant au pouvoir des criminels dont le seul but est d’amasser, d’extorquer, de ruiner le pays où ils ont grandi.

 

 

http://liesidotorg.wordpress.com/2011/06/05/la-guerre-%C2%AB-humanitaire-%C2%BB-du-couple-sarkozycameron/

 

La guerre d'Irak fait des émules, en France cette fois. Sarkozy n'est pas Chirac ! (eva R-sistons)

 

 

La dictature de l’information
05 juin

Ces derniers temps, LIESI a reçu quelques abonnements de journalistes à la Lettre confidentielle accompagnés de commentaires intéressants : la recherche d’une « lecture plus juste de l’information. (…) Nous sommes paralysés par notre rédaction. (…) Nous n’avons pas le droit de tout dire et parfois il y a des mensonges dans l’information … » Il y a quelques mois, un journaliste de BFM confiait que certaines scènes étaient filmées par des acteurs pour passer au Journal !


Un exemple récent illustre ce travail de désinformation au pays des « droits de l’homme » et donneur de leçon à tous les « tyrans » de la planète. Le samedi 28 mai 2011, une manifestation des étudiant syriens s’est tenue à Paris, place du Trocadéro. Pourtant l’AFP, repris sur TF1news… donnait cette « information » :

Titre du message AFP : « 17h31 Rassemblement à Paris en soutien aux manifestants syriens ». « 17h31 – Deux cents personnes se sont rassemblées samedi après-midi sur l’esplanade du Trocadéro à Paris pour une « Syrie démocratique » et pour réclamer des « sanctions internationales » contre le régime de Bachar al-Assad, a constaté une journaliste de l’AFP ». (Source : http://lci.tf1.fr/filnews/france/rassemblement-a-paris-en-soutien-aux-manifestants-syriens-6509505.html)


La pancarte tenue par l’un des manifestants contredisait totalement l’information journalistique relayée sur les journaux télévisés…

 

http://liesidotorg.wordpress.com/2011/06/05/la-dictature-de-l%E2%80%99information/

Partager cet article
Repost0
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 22:07

http://2.bp.blogspot.com/_kM7MYnMA9rk/TSr35fPAXmI/AAAAAAAAIqo/zBsEWGiNjxU/s1600/jean%2Bpierre%2Bchevenement%2Bla%2Bfrance%2Best-elle%2Bfinie.jpg

http://2.bp.blogspot.com

 

INVITATION

Mercredi 8 juin de 18 heures 30 à 20 heures
Mairie du IVème arrondissement de Paris

Discours de Ségolène Royal sur la France

Jean-Pierre Chevènement invité à parler de son livre



Chères amies, chers amis,

Venez nombreux à la prochaine Université populaire, cemercredi 8 juin, qui est consacrée à un thème majeur de l'élection présidentielle : « la France et la République ». Cette question fondamentale n'a cessé d'inspirer les nombreux débats de nos universités ainsi que mes déplacements dans tout le pays et les solutions concrètes que j'ai proposées au fil des mois et des semaines qui viennent de s'écouler.

J'y ai invité Jean-Pierre Chevènement, président d'honneur du Mouvement Républicain et Citoyen, car son dernier livre pose frontalement cette question : « la France est-elle finie ? ». Il y plaide pour que notre pays reprenne en mains son destin et retrouve son rang dans le concert des nations du XXIème siècle.

Nous sommes très heureux de l'accueillir et nous aurons plaisir à l'écouter pour des raisons intellectuelles et d'amicale fidélité.

Après son intervention, je vous ferai part dans un discours important de ma vision de la France et de son avenir car ce sujet est au coeur de la campagne présidentielle.

Dans son ouvrage fort stimulant, Jean-Pierre Chevènement porte sur les dernières décennies un regard sans complaisance et fournit de solides raisons de vouloir, comme je le souhaite, une autre voie pour la France.

Dégâts économiques, sociaux et moraux de la mondialisation néo-libérale, promesses mal tenues de l'Europe et vicissitudes de la relation franco-allemande, désordres monétaires et nouveaux rapports de forces internationaux mais aussi renoncements et résignations qui conduisent le pays à douter de lui-même : il y décrit les impasses d'un système plus que jamais livré aux marchés financiers et fauteur d'inégalités, de désindustrialisation, d'endettement, d'affaiblissement de l'Etat et de destruction des services publics. Lucide, il ne verse pourtant ni dans le pessimisme ni dans le déclinisme.

Je partage nombre de ses constats et aussi cette conviction : la France, si elle en a la volonté et en prend les moyens, peut desserrer l'étau en renouant avec le meilleur de son histoire. Elle le peut, je le crois, en se dotant de politiques industrielles anticipatrices et créatrices d'emplois. En investissant dans son école pour qu'elle transmette à tous ses élèves un solide bagage de savoirs et de civisme. En faisant vivre avec force ces valeurs républicaines toujours actuelles dont elle doit redevenir, en y conformant ses actes, la messagère à l'intention du monde.

Le patriotisme bien compris est, pour moi, tout le contraire du nationalisme des replis sur soi. Il conduit à vouloir une France forte dans une Europe forte qu'il est temps de remettre sur les rails d'une croissance équitable et d'un dialogue équilibré avec le monde. Là est l'honneur de l'action politique : permettre d'autres possibles que l'abandon aux désordres subis.

J'aborderai ces questions mercredi prochain avec la conviction qu'un autre modèle est possible que celui auquel les peuples sont sommés de se plier sous l'injonction arrogante des nouvelles féodalités financières et de leurs relais zélés. Ni finie, ni démunie, la France peut, si elle le choisit, incarner une alternative crédible qui relève les défis d'aujourd'hui en liant solidement ensemble la créativité scientifique, le dynamisme économique, l'excellence écologique et la justice sociale.

Quels atouts pour la France ? Quels leviers d'action empoigner ? Quelles protections  légitimes garantir, y compris commerciales ? Quels scénarios pour une Europe efficace contre la financiarisation débridée avec son cortège d'inégalités et de délocalisations ? Quel avenir pour l'euro ? Quel ciment pour une nation forte de tous ceux qui la rejoignent, respectueuse de chacun et gardant le cap sur l'intérêt commun ? Quelle école donnant à chacun le goût de se dépasser et quel projet de société mobilisateur pour une jeunesse qui puisse avoir foi en son avenir ? Quelle actualité d'un modèle républicain fier de ses valeurs ?

Je vous ferai part de mes réponses sur ces sujets fondamentaux pour redresser la France.

A mercredi,


Ségolène Royal

 

 


Blog : http://www.leblogdesegoleneroyal.fr

Compte Facebook: http://www.facebook.com/segoleneroyal

Compte twitter: http://twitter.com/royalsegolene


 

 

Confirmation deux jours plus tard :

 

Chevènement: "entre Ségolène (Royal) et moi, le courant passe!"

 

A quand une alliance Montebourg-Royal-Chevènement ? (eva)

 

?

Partager cet article
Repost0
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 19:03
Les Etats-Unis vont conserver une présence militaire solide en Asie
04 juin

Les Etats-Unis vont maintenir une présence militaire solide en Asie, avec de nouveaux armements, pour protéger leurs alliés et assurer la sécurité des routes commerciales maritimes, a déclaré le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates. « L’armée américaine sera déployée de manière à maintenir notre présence en Asie du nord-est et à renforcer notre présence en Asie du sud-est et dans l’océan Indien », a assuré M. Gates à Singapour lors d’une conférence sur la défense en Asie en présence de ses homologues régionaux.


Comme les Etats-Unis font face à un important déficit budgétaire, ses alliés craignent qu’il y ait des réductions dans les programmes de dépenses militaires. Les alliés des Etats-Unis en Asie s’inquiètent surtout d’un possible désengagement à un moment où la Chine préoccupe ses voisins par le renforcement de ses capacités militaires. Nous sommes véritablement dans la période où les alliances se constituent en vue d’une explosion générale au Moyen-Orient mais aussi en Asie. Alors que l’interrogation plane toujours sur la décision d’un QE3, les acteurs stratégiques s’inquiètent de ce qui adviendrait après le 30 juin 2011.

 

http://liesidotorg.wordpress.com/2011/06/04/les-etats-unis-vont-conserver-une-presence-militaire-solide-en-asie/

Partager cet article
Repost0
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 18:48
http://www.20mai.net/wp-content/uploads/2008/01/africa_china_invest.gif
Infochina.be est un site qui veut apporter une information nuancée sur le développement de la Chine. Le site s’occupe également de voir comment le monde change à la suite de la croissance de la Chine.
.
La révolte économique du tiers monde

Après cinq siècles d’esclavage et de colonialisme, la collaboration entre la Chine et l’Afrique apporte enfin au continent noir une perspective de développement. Les relations entre la Chine et des dizaines de pays d’Asie, d’Amérique latine et d’Afrique éloignent de plus en plus le centre de gravité de l’économie mondiale des pays capitalistes. Telles étaient les thèses centrales du discours de Peter Franssen, éditeur d’Infochina, lors d’un colloque organisé à Bruxelles par six organisations, dont les deux syndicats belges. Vous pourrez lire le discours ci-dessous.

Les organisateurs de la journée d’étude intitulée « Entre la Chine et l’Afrique, que se passe-t-il réellement ? » étaient la CSC, la FGTB, 11.11.11, intal, l’Inem et Gresea. Les conférenciers étaient Mme le professeur Deborah Brautigam (American University), M. le professeur Stefaan Marysse (Université d’Anvers), M. Yenga Mabolia (coordinateur au ministère congolais des Mines), M. Carlos Polenus (conseiller spécial pour la Chine à la Confédération syndicale internationale), M. Paul Fortin (ancien directeur de gestion de Gécamines) et M. Peter Franssen, éditeur de ce site. Voici le discours de ce dernier.

Bonjour,

Une fois que Laurent Désiré Kabila eut chassé le dictateur congolais Mobutu, il entreprit en 1997 son premier voyage en dehors du continent africain. Il ne se rendit pas à Bruxelles, à Paris ou à Washington – la chose était attendue là-bas comme une évidence et un signe d’humilité –, mais en République populaire de Chine.

Il y était déjà allé plus tôt, en 1966-1967, quand il avait reçu une formation à l’académie politique et militaire de Nanjing, dans la province de Jiangsu, et ce, en compagnie du chef de la résistance Pierre Mulele et de son futur chef d’état-major Léonard Mitudidi. En 1997, il était de retour à Nanjing et écrivait dans le livre d’or de l’académie : « Il est bon de se retrouver à l’académie qui nous a préparés à notre lutte révolutionnaire et à notre victoire. La Chine a fourni une contribution si importante à la libération de notre peuple congolais. »

En 1997, Kabila parcourt la Chine une semaine durant. Il emmène avec lui une dizaine de ministres. C’est dire à quel point lui-même et le gouvernement chinois trouvent ce voyage important. De retour au Congo, Kabila dresse le bilan. Il écrit : « Nous avons visité un pays qui, de ses propres forces, émerge rapidement du sous-développement. Nous choisissons par conséquent la République populaire chinoise comme exemple et modèle. Congolais et Chinois travailleront côte à côte à leur développement commun. Nous le faisons parce que la Chine collabore toujours sur un pied d’égalité. »

L’histoire du Congo est une pièce à conviction prouvant que la collaboration sur un pied d’égalité avec les pays impérialistes occidentaux est une chose absolument inconcevable. À cette époque, Kabila se rend compte que ce genre de collaboration est toutefois possible avec la Chine. Les deux pays ont un passé similaire d’oppression et de colonialisme.

Que les deux pays peuvent collaborer sur un pied d’égalité, voilà qui apparaît immédiatement. Kabila revient de Chine avec des prêts à bon marché pour une valeur de plusieurs dizaines de millions de dollars ainsi qu’avec toute une série de contrats de collaboration sur le plan de l’infrastructure et de l’économie. Beijing promet également de contribuer à la réalisation du Plan national de reconstruction. Un premier accord en ce sens concerne la construction d’autoroutes dans onze provinces. Un deuxième accord porte sur l’amélioration de l’agriculture congolaise. À propos de ces contrats, Laurent Kabila dit ceci : « Ces accords ont une caractéristique commune : aucun n’impose de conditions à notre pays, comme c’est la coutume dans les contrats avec l’Occident. »

Ce qui est vrai pour le Congo l’est aussi pour de nombreux pays africains. Chaque fois, la Chine met en exergue le principe de non-ingérence et de l’avantage mutuel. C’est pourquoi le président sud-africain Mbeki disait en 2007 déjà : « L’espoir de l’Afrique se situe sur la place de la Paix céleste à Beijing. » Aujourd’hui, son successeur Zuma déclare : « Dans les relations entre la Chine et les pays africains, il n’est plus question de colonialisme. Ce sont de tout autres relations que celles que l’Afrique a toujours connues. (…) Faisons donc des affaires ! »

Faisons des affaires signifie : à l’avantage des deux partenaires. On n’y retrouve aucunement la relation entre celui qui dispense l’aide et celui qui la reçoit en se tenant deux marches plus bas et courbé jusqu’au sol, mais bien l’avantage économique tant pour la Chine que pour les pays africains.

Tels sont le but et la ligne de conduite dans les relations entre la Chine et l’Afrique, de même que dans les relations entre la Chine et l’Amérique latine ou encore entre la Chine et les autres pays asiatiques.

La croissance économique très rapide et de longue durée de la Chine rend ces relations plus importantes de jour en jour. Depuis 33 ans, la Chine connaît une croissance annuelle moyenne de 10 %. C’est, pour la même période, une croissance trois fois plus rapide que celle des États-Unis, quatre fois plus rapide que celle de l’Europe et six fois plus rapide que celle du Japon. Cette évolution encore jamais vue dans l’histoire a fait de la Chine le plus important État industriel de la planète. La Chine est également la première sur le plan de l’agriculture. Il n’y a que dans le secteur des services, la troisième composante de l’économie, que les États-Unis sont encore en tête. La croissance économique a également fait de la Chine la première nation commerciale au monde.

Cette évolution n’était et n’est toujours pas possible sans les relations économiques avec des dizaines de pays d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie. Ces pays gagnent en premier lieu avec l’importante demande chinoise de matières premières. La Chine achète 40 pour 100 de la production mondiale d’étain, de nickel, de plomb, de zinc, d’aluminium et de cuivre. L’importante demande de la Chine fait grimper les prix de ces matières premières. Les contrats que la Chine conclut en vue de ces achats sont également plus avantageux que les contrats proposés par l’Occident.

Sur d’autres terrains que la vente des matières premières aussi, les pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine sont gagnants. The Economist – pourtant le porte-parole du gros business anglo-américain, écrit : « L’implication de la Chine en Afrique est à maints égards une bonne affaire pour les deux parties. En échange de pétrole et de minerais, la Chine met sur pied les infrastructures africaines qui ont longtemps été négligées. Grâce à ces infrastructures, l’Afrique possède une perspective de développement. »

Une perspective de développement. C’est l’essence même de la collaboration avec la Chine. Pour la première fois depuis la traite des esclaves, l’Afrique a une perspective de développement. Cela ne veut pas dire que tout baigne, dans cette collaboration. En divers endroits, il existe des situations d’exploitation, d’absence de droits syndicaux, de salaires trop bas, de conditions de travail dangereuses. Les entrepreneurs privés chinois, voire certaines entreprises d’État, ne voient parfois que leur propre profit. Le gouvernement chinois a pris conscience de ces situations déplorables et s’emploie à y remédier. Ainsi, il est occupé à promulguer des lois auxquelles devront se tenir toutes les firmes chinoises à l’étranger.

La traite des esclaves et le capitalisme

Entre-temps, les relations entre la Chine et l’Afrique, l’Amérique latine et l’Asie se développent de façon telle qu’elles éliminent des relations qui sont vieilles déjà de plus de cinq siècles. Je veux parler de la relation de propriétaire d’esclaves à esclave, de colonialiste à colonisé. La relation qui a non seulement organisé un génocide permanent en Afrique, en Amérique latine et en Asie, mais qui a également corrompu et vicié la pensée des peuples de l’Occident même, avec un racisme et un nationalisme tout aussi idiots l’un que l’autre.

Karl Marx disait en son temps : « The hunting of black skins signalized the rosy dawn of the era of capitalist production. » En traduction libre : la chasse aux noirs a annoncé la montée du capitalisme.

Les grandes firmes et holdings européennes sont nées et ont grandi grâce à la traite des esclaves et au colonialisme. L’embarquement forcé des noirs et le pillage de la richesse de l’Afrique ont rapporté le capital grâce auquel la révolution industrielle est sortie de terre et sont nées les grandes sociétés. Le premier centre de la révolution industrielle fut la région du Lancashire, en Angleterre. Sans la proximité du port de Liverpool, le Lancashire n’aurait jamais pu devenir le premier centre industriel d’Europe. Et le port de Liverpool acquit sa puissance et son importance grâce à l’apport et à la vente des esclaves d’Afrique.

Entre 1950 et 1960, les firmes belges actives au Congo versèrent au moins 40 milliards de francs de dividendes. Près de 40 pour 100 de tous les bénéfices des sociétés belges provenaient du Congo. Immédiatement après la seconde Guerre mondiale, quand on établit des listes de toutes les actions et obligations que les Belges avaient en leur possession, il apparut que près de 90 pour 100 des investisseurs avaient des valeurs congolaises dans leur portefeuille.

Et celui dont le portefeuille est plein, sa bouche est pleine d’éloges. Dans toutes ses nuances et tendances, la bourgeoisie occidentale a loué la traite des esclaves, le colonialisme et le néolibéralisme. De même, les dirigeants de la tendance social-démocratique de la bourgeoisie disaient : « Les colonies sont un mal nécessaire – nous devons le reconnaître. Même un futur gouvernement socialiste aura besoin de colonies. Les États modernes ne pourront s’en sortir sans des pays qui leur fourniront des matières premières et des produits tropicaux dont ont besoin leur industrie et l’humanité en général. C’est pourquoi même un État socialiste devra élaborer une politique coloniale. Nous pouvons quand même difficilement abandonner la moitié du globe terrestre aux caprices de peuples qui sont encore infantiles et qui laissent inutilisés et non exploités l’énorme richesse de leur sous-sol et les endroits les plus fertiles au monde. Nous devrons intervenir dans l’intérêt de toute l’humanité. » Ces positions furent défendues lors du Congrès socialiste international d’août 1904 à Amsterdam. Le socialiste belge Terwagne les avait ralliées. Le socialiste hollandais van Kol ajouta que les colons européens ne devaient pas se rendre en Afrique sans être armés : « On ne peut jamais savoir ce que feront les indigènes. Peut-être hachent-ils les Européens en petits morceaux et les dévorent-ils. Non, nous devons y aller les armes à la main afin de nous défendre. »

Apporter la civilisation les armes à la main. Vous aussi, vous avez une impression de déjà vu ? L’Irak, peut-être ? Ou l’Afghanistan… ?

Un terme à cinq siècles de pillage

L’esclavagiste et le colonialiste ne pouvaient exister sans les colonies. Et, aujourd’hui, le capitalisme peut encore moins exister sans l’Afrique, sans l’Amérique latine et sans l’Asie. Que serait le capitalisme en Occident sans l’afflux constant du capital volé et pillé dans le Sud ?

Il suffit de voir le Congo pour connaître la réponse à cette question. Quand Laurent Désiré Kabila eut chassé Mobutu, cela provoqua pas mal d’inquiétude et d’incertitude à Washington, Bruxelles et Paris. Et, en période d’inquiétude et d’incertitude, on dit encore bien à haute voix ce qu’on pense tout bas. Ainsi donc, l’envoyé spécial américain pour le Congo, Bill Richardson, déclara alors : « Le Congo est d’une très grande importance pour les États-Unis. Le pays est situé au cœur de l’Afrique et constitue le pont entre l’Afrique orientale et l’Afrique occidentale. Le Congo dispose de richesses incroyablement importantes. Le pays possède 13 pour 100 de l’hydroélectricité de la planète, 28 pour 100 des réserves de cobalt, 18 pour 100 du diamant industriel, 6 pour 100 du cuivre, la moitié des forêts tropicales de toute l’Afrique. »

Voilà cinq siècles déjà que l’Occident peut piller ces richesses. Il semble que cela touche à sa fin, désormais. Au lieu de ce pillage, on voit maintenant arriver des contrats mutuellement avantageux et la Chine contribue en Afrique à bâtir ces infrastructures si nécessaires pour enfin sortir de la pauvreté.

Le premier partenaire commercial de l’Afrique est désormais la Chine. On peut assister à la même évolution sur les autres continents. Le plus grand et plus important pays de l’Amérique latine est le Brésil. Eh bien, aujourd’hui, le premier partenaire commercial du Brésil est aussi la Chine. En Asie, le 1er janvier de l’an dernier, une association libre-échangiste a été mise en place entre la Chine et l’ASEAN. Association libre-échangiste signifie qu’il n’y a plus de barrières douanières, qu’il n’y a plus d’entraves au commerce mutuel. L’ASEAN est constituée de dix pays du Sud-est de l’Asie et compte 600 millions d’habitants. Ainsi, l’ASEAN plus la Chine forment un marché unifié de 2 milliards d’humains, soit quatre fois plus que l’Union européenne.

La montée de la Chine a occasionné un bond énorme dans la collaboration entre les pays du Sud. Aujourd’hui déjà, le commerce des pays du tiers monde entre eux est tout aussi important que le commerce entre les pays occidentaux et les pays du tiers monde. L’économie des pays émergents comme la Chine, l’Inde, le Brésil, la Russie et celle des pays en voie de développement est déjà plus importante aujourd’hui que l’économie des trois métropoles impérialistes – les États-Unis, l’Europe et le Japon – mises ensemble. Cela veut dire que, pour la première fois depuis la naissance du capitalisme, le cœur de l’économie mondiale quitte les pays capitalistes.

En 1917, avec la révolution en Russie, le capitalisme mondial a dû subir une lourde défaite.

En 1949, avec la révolution en Chine, une seconde défaite a suivi.

Chaque fois, le capitalisme a perdu dans ses maillons les plus faibles, ceux sur lesquels il avait de moins en moins de contrôle. Aujourd’hui, la même chose se passe dans de très nombreux pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine : le capitalisme de Washington, de Londres, de Paris, de Berlin et de Bruxelles perd son emprise et son contrôle sur ces pays.

Et on voit comment ces pays collaborent de plus en plus et de façon de plus en plus étroite afin de renforcer leur développement commun, indépendamment de l’Occident. Pour la première fois dans l’histoire, les pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine s’unissent à une telle échelle et sur base d’un avantage économique mutuel. Pour la première fois, on assiste à une résistance économique, à une révolte économique des pays qui ont été colonisés pendant des siècles.

Le BRICS, par exemple. C’est-à-dire le lien de collaboration économique, financier, diplomatique et politique entre le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud. Ensemble, ces pays représentent 41 pour 100 de la population mondiale.

L’Afrique se porte bien de cette collaboration. Même le Financial Times, le journal du capital financier britannique, écrit : « L’engagement commercial complexe de la Chine dans de nombreux pays africains coïncide avec des efforts similaires du Brésil, de l’Inde et de la Russie et peut modifier la destinée économique de tout le continent africain. En même temps que l’engagement du Brésil, de la Russie et de l’Inde, l’engagement de la Chine peut mettre un terme à la marginalité de l’Afrique par rapport à l’économie mondiale. »

C’est sur ces jolies paroles du Financial Times que je conclurai.

Merci.

 

http://www.infochina.be/fr/content/la-r%C3%A9volte-%C3%A9conomique-du-tiers-monde

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 04:08

http://img.over-blog.com/199x199/2/47/37/13/Dossier-9---4-10/D10--juin-10/Dossier11/NOM-Capital-j-copie-2.jpg

Oligarchie financière: les huit familles derrière le cartel banquier privé international… L’ennemi des peuples a un nom et des visages !

le juin 3, 2011 par Résistance 71


 

Nous avons traduit ici un article de Dean Henderson qui décortique le panier de crabes de la haute finance internationale pour nous. Il confirme ici que les banques centrales n’ont de « centrale » que le nom, et qu’elles sont des entités privées, dirigées pour le profit et mettre le contrôle total de l’économie mondiale dans le moins de mains possible.

 

Les banques sont un outil d’oppression sans précédent et des armes de destruction massive qui doivent être éradiquées si nous désirons vivre libre. Le néo-esclavagisme orchestré par le cartel des banques privées et bel et bien en marche. Il suffit de lui dire NON pour que tout s’arrête et que nous reprenions notre destinée en main.


Oui, c’est aussi con que cela: être capable de dire NON ! en masse et s’y tenir…

– Résistance 71 –

Le cartel de la réserve fédérale: les huit familles  ------

par Dean Henderson

Global Research, le 1er Juin 2011 (Part one of a four-part series)

url de l’article original:

http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=25080

 

Les quatre cavaliers du sytème bancaire américain (Bank of America, JP Morgan Chase, Citigroup and Wells Fargo) possèdent les quatre cavaliers du pétrole (Exxon Mobil, Royal Dutch/Shell, BP Amoco et Chevron Texaco) en tandem avec Deutsche Bank, la BNP, Barclays et d’autres anciens pontes européens de l’argent. Mais leur monopole sur l’économie globale ne s’arrête pas aux limites des champs pétroliers.


D’après les déclarations d’entreprise 10K enregistrées avec la SEC (NdT: la commission des cotations boursières, le “shériff” de Wall Street, ou ce qui devrait l’être), les quatre cavaliers de la banque sont parmi les 10 actionnaires majeurs de pratiquement toutes les entreprises figurant dans le ghotta du Fortune 500 [1]

 

Alors qui sont donc les actionaires

de ces banques centralisant l’argent ?

 

Cette information est gardée de manière plus ferme. Mes demandes aux agences régulatrices bancaires concernant la question de savoir qui possède les actions des top 25 compagnies américaines tenant les actions des banques ont initialement reçu un status couvert par le Freedom of Information Act (NDT: loi sur la liberté de l’information, qui aux Etats-Unis prévoit d’empêcher le secret de l’information), avant d’être finalement refusées sous couvert de raisons de “sécurité nationale”. Ceci est très ironique, sachant que bon nombre d’actionnaires résident en Europe.

 

Un des monuments de la richesse de l’oligarchie globale qui possède ces compagnies de holding bancaire est la US Trust Corporation, fondée en 1853 et maintenant propriété de Bank of America. Un des récents directeurs de l’US Trust Corporation et administrateur honoraire était Walter Rothschild. D’autres directeurs furent Daniel Davison de JP Morgan Chase, Richard Tucker d’Exxon Mobil, Daniel Roberts de Citigroup et Marshall Schwartz de Morgan Stanley. [2] J.W. McCalister, un membre éminent de l’industrie du pétrole avec des entrées dans la maison des Saouds, écrivit dans le Grim Reaper, qu’il a obtenu des informations de banquiers saoudiens, qui citaient le fait que 80% de la banque fédérale de New York, de loin la plus puissante branche de la réserve fédérale, étaient détenus par juste huit familles, dont quatre résident aux Etats-Unis.

 

Ce sont les familles Goldman Sachs, Rockefellers, Lehmans et Kuh Loebs de New York, les Rothschild de Paris et de Londres, les Warburg de Hambourd, les Lazards de Paris et les Israël Moses Seifs de Rome.

 

CPA Thomas D. Schauf confirme les dires de McCallister, ajoutant que 10 banques contrôlent les douze branches de la réserve fédérale.

 

Il nomme N.M Rothschild de Londres, Rotshschild Bank de Berlin, la banque Warburg de Hambourg, la banque Warburg d’Amsterdam, Lehmans Brothers de New York, Lazard Brothers de Paris, la banque Kuhn Loeb de New York, la banque Israel Moses Seif de Rome, Goldman Sachs de New York et la banque JP Morgan Chase de New York. Schauf également cite William Rockefeller, Paul Warburg, Jacob Schiff et James Stillman comme étant les individus qui ont le plus d’actions à tire individuel dans la réserve fédérale. [3] Les Schiffs sont étroitement liés à Kuhn Loeb, les Stillmans de Citigroup, qui se marrièrent dans le clan Rockefeller au début du siècle.

 

Eustace Mullins arriva aux même conclusions dans son livre “Les secrets de la réserve fédérale”, dans lequel il montre des diagrammes connectant la Fed et ses banques membres avec les familles Rothschild, Warburg, Rockefeller et autres. [4] Le contrôle exercé par ces familles sur l’économie globale ne peut pas être exagéré et est couvert volontairement du sceau du secret. Leur bras médiatique est prompt à discréditer toute information exposant ce cartel de banques privées comme étant une “théorie du complot”. Pourtant, les faits demeurent.


La maison Morgan


La banque de la réserve fédérale est née en 1913, la même année que mourut J. Pierpont Morgan et que la fondation Rockefeller fut créée. La maison Morgan présidait sur la finance américaine depuis le coin de Wall Street et Broad, agissant déjà en quasi banque centrale américaine depuis 1838, quand Georges Peabody la fonda à Londres.

 

Peabody était un partenaire d’affaires des Rothschilds. En 1952, l’enquêteur sur le Fed Eustace Mulins émit la suposition que les Morgans n’étaient de fait que les agents de Rothschild. Mullins écrivit que les Rothschilds “…préféraient opérer de manière anonyme aux etats-Unis derrière la façade de la JP Morgan and co”. [5] L’écrivain Gabriel Kolko écrivit “Les activités des Morgan en 1895-96 à vendre des bons du trésor or américains en Europe étaient basées sur une alliance avec la maison Rothschild.” [6]

 

La pieuvre financière Morgan enroula rapidement ses tentacules autour du monde. Morgan Grenfell opérait depuis Londres. Morgan et Ce depuis Paris. Les cousins des Rothschilds Lambert montèrent Drexel et compagnie à Philadelphie.

 

La maison des Morgans étaient impliquées avec les Astors, DuPonts, Guggenheims, Vanderbilts et les Rockefellers. Elle finança le lancement de AT&T, de General Motors, General Electric et DuPont. Tout comme les banques de Londres Rothschild et Barings, Morgan devint partie prenante dans la structure de bon nombre de pays.

 

Dès 1890, la maison Morgan prêtait à la banque centrale d’Egypte, finançait les chemins de fer russes, renflouait les obligations du gouvernememt provincial du Brésil et finançait des travaux publics argentins. Une récession économique en 1893 renforça la puissance financière de Morgan. Cette année là, Morgan sauva les Etats-Unis d’une panique bancaire, formant un groupement pour remonter les réserves fédérales avec un envoi d’une valeur de 62 millions de dollars d’or des Rothschilds. [7]

 

Morgan fut la force motrice derrière l’expansion occidentale des Etats-Unis, finançant et contrôlant les chemins de fer qui avançaient vers l’Ouest. En 1879 les chemins de fer centraux de New York, financés par Cornelius Vanderbilt-Morgan donnèrent des prix préférentiels à John D. Rockefeller pour son monopole pétrolier de la Standard Oil, scellant ainsi la relation Rockefeller/Morgan.

 

La maison Morgan alors tombe sous le contrôle familial Rothschild et Rockefeller. Un titre du New York Herald clame “Les géants du chemin de fer forment un trust gigantesque”. J. Pierpont Morgan qui déclara un jour “la compétition est un pêché” se réjouissait maintenant, “pensez un peu que tout le traffic ferrovière en compétition à l’Ouest de St Louis est placé sous le contrôle d’une trentaine d’hommes.” [8] Morgan et le banquier de d’Edward Harriman Kuhn Loeb obtenaient un monopole sur les chemins de fer, tandis que les dynasties banquières Lehman, Goldman Sachs et Lazard rejoignaient les Rockefellers à contrôler la base industrielle états-unienne. [9]

 

En 1903, les huit familles établirent le Banker’s Trust. Benjamin Strong du même organisme fut le premier gouverneur de la banque de la réserve fédérale de New York. La création de la réserve fédérale en 1913 fusionna la puissance des huit familles à la puissance militaire et diplomatique du gouvernement américain. Si leurs prêts internationaux n’étaient pas repayés, les oligarques pouvaient maintenant déployer les fusiliers marins américains (NdT: traduction la plus proche pour “US Marines ») pour collecter les dettes. Morgan, Chase et Citibank formèrent une alliance internationale syndiquée de prêteurs sur gage.

 

La maison Morgan était dans les petits papiers de la maison Windsor britannique et de la maison italienne de Savoie. Les Kuh Loebs, Warburgs, Lehmans, Lazards, Israël Moses Seifs et Goldman Sachs étaient également très proches des maisons royales européennes. Dès 1895, Morgan contrôlait le flot d’or qui entrait et sortait des Etats-Unis. La première vague des fusions américaines étaient dans sa prime enfance et était promue par les banquiers. En 1897, il y eut 69 fusions d’entreprises industrielles. En 1899, il y en eut 1200. En 1904, John Moody, le fondateur de Moody’s Investor Services, dit qu’il était alors impossible de séparer les intérêts des Rockefellers et des Morgans. [10]

 

La méfiance du public envers l’alliance se propagea. Beaucoup les considéraient comme des traitres à travailler avec le vieux système financier européen. La Standard Oil de Rockefeller, les aciers américains de Andrew Carnegie et les chemins de fer de Edward Harriman étaient tous financés par le banquier Jacob Schiff de  Kuhn Loeab, qui lui travaillait en relations étroites avec les Rothschilds d’Europe.

 

Plusieurs états de l’ouest des Etats-Unis bannirent les banquiers. Le populiste William Jennings Bryan fut trois fois le candidat présidentiel démocrate de 1896 à 1908. Le thème central de sa campagne anti-impérialiste fut de dire aux citoyens que les Etats-Unis étaient en train de tomber dans le piège de “l’esclavage financier au capital britannique”. Teddy Roosevelt battît Bryan en 1908, mais fut forcé à la suite de ce feu de brousse anti-impérialiste de faire passer le décret anti-trust. Il s’attaqua ensuite au trust de la la Standard Oil.

 

En 1912 eurent lieu les auditions Pujo, qui s’occupèrent des concentrations de pouvoir à Wall Street. La même année, Mme Harriman vendît ses parts substantielles de la banque du New York Guaranty Trust à J.P Morgan, créant ainsi Morgan Guaranty Trust. Le juge Louis Brandeis convainquît le présidfent Woodrow Wilson de terminer les situations d’inter-relations de comités directeurs. La loi anti-trust Clayton fut passée en 1914.

 

Jack Morgan le fils et successeur de J. Piermont, répliqua en demandant aux clients de Morgan Remington et Winchester d’augmenter la production d’armement. Il décida que les Etats-Unis devaient entrer dans la première guerre mondiale. Pressé par la fondation Carnégie et d’autres instances de l’oligarchie, Wilson céda. Comme Charles Tansill écrivit dans “L’Amérique s’en va en guerre”: “Même bien avant que la poudre ne parle, la firme française des frères Rothschild câbla à Morgan and co à New York suggérant le flottement d’un prêt de 100 millions de dollars, dont une partie substantielle serait laissée aux Etats-Unis pour payer les dépenses françaises pour des achats de produits américains.”

 

La maison Morgan finança la moitié de l’effort de guerre américain, tout en recevant des commissions pour avoir introduit des sous-traitants comme General Electric, DuPont, les aciers Américain, Kennecott et ASARCO. Tous étaient des clients de Morgan. Morgan finança également la guerre des Boers britannique en Afrique du Sud et la guerre franco-prussienne. La conférence de la paix de Paris en 1919 fut présidée par Morgan, qui mena les efforts de reconstruction à la fois de l’Allemagne et des alliés. [11]

 

Dans les années 1930, le populisme refît surface après que Goldman Sachs, Lehman et autres banques eurent profité du crash de 1929. [12] Le président du comité bancaire du parlement américain Luois McFadden (démocrate-New York) dit de la grande dépression: “ce ne fut pas un accident. Ce fut planifié… Les banquiers internationaux pensèrent à créer une situation de désespoir afin de pouvoir en émerger comme nos dirigeants absolus.”

 

Le sénateur Gerald Nye (démocrate-Dakota du nord) présida une enquête sur les munitions en 1936. Nye conclua que la maison Morgan précipita les etats-unis dans la première guerre mondiale pour protéger des emprunts et pour créer un essor de l’industrie de l’armement. Nye produisit plus tard un document dont le titre était “La prochaine guerre”, qui réferrait cyniquement au “truc de le vielle déesse démocratie”, par lequel le Japon pourrait-être dupé dans une seconde guerre mondiale. En 1937, le secrétaire à l’intérieur Harold Ickes, mit en garde de “l’influence des 60 familles américaines”. L’historien Ferdinand Lundberg plus tard écrivit un livre ayant le même titre. Le juge de la cour suprême de justice William O. Douglas décria “l’influence de Morgan… la plus pernicieuse dans la finance et l’industrie aujourd’hui.”


Jack Morgan répondit en rapprochant les Etats-Unis de la seconde guerre mondiale. Morgan avait des relations très étroites avec les familles Iwasaki et Dan, les clans les plus riches du Japon, qui possédaient Mitsubishi et Mitsui respectivement, depuis que ces deux compagnies émergèrent des shogunats du XVIIème siècle. Quand le Japon envahit la Manchourie et massacra les paysans de Nankin, Morgan minimisa l’incident. Morgan avait aussi d’étroites relations avec le fasciste italien Benito Mussolini, tandis que le nazi allemand Dr. Hjalmer Schacht était la liaison entre la banque Morgan et l’allemagne durant la seconde guerre mondiale. Après la guerre, les représentants de Morgan rentrèrent Schacht à la Bank for International Settlements (BIS) à Bâle en Suisse. [13]

 

La maison Rockefeller


La BIS est la banque la plus puissante du monde, une banque centrale globale pour les huit familles qui contrôlent les banques centrales de presque toutes la nations occidentales et des pays en voie de développement. Le premier président de la BIS fut le banquier de Rockefeller Gates McGarrah, un officiel de la Chase Manhattan Bank et de la réserve fédérale. McGarrah était le grand-père de l’ex-directeur de la CIA Richard Helms. Les Rockefellers, tout comme les Morgans, avaient des relations très étroites avec Londres. David Icke écrit dans “Les enfants de la matrix”, que les Rockefellers et les Morgans n’étaient que des “prête-noms” pour les Rothschilds. [14]

 

La BIS est une propriété de la réserve fédérale, de la banque d’angleterre, de la banque d’italie, banque du canada, banque de suisse, banque de hollande, banque fédérale allemande et la banque de france..

 

L’historien Carroll Quigley écrivit dans son épique livre “Tragédie et Espoir” que la BIS faisait partie d’un plan, celui de “créer un système mondial de contrôle financier dans des mains privées et capable de dominer le système politique de chaque pays et l’économie du monde dans son entieretéun contrôle s’exerçant de manière féodale par les banques centrales du monde agissant de concert à travers des accords secrets.” Le gouvernement américain avait une méfiance historique à l’égard de la BIS, et fit pression sans succès pour qu’elle soit abandonnée en 1945 à la conférence de Bretton-Woods. Au contraire de cela, la puissance des huit familles fut exacerbée avec la création par la conférence de Bretton-Woods du FMI et de la banque mondiale. Le banque fédérale américaine ne prit des parts à la BIS qu’en Septembre 1994. [15]

 

La BIS détient au moins 10% des fonds de réserve d’au moins 80 banques centrales au monde, du FMI et autres institutions multilatérales. Elle sert d’agent financier pour les accords internationaux, collecte les informations sur l’économie globale et sert de prêteur ou de dernier rempart pour éviter un effondrement financier global général.

 

La BIS fait la promotion d’un agenda de fascisme monopolistique capitaliste. Elle donna un prêt de soudure à la Hongrie dans les années 1990 pour assurer la privatisation de l’économie de ce pays. Elle servit de canal de financement d’Adolf Hitler pour les huit familles, emmené par Henry Schroeder des Warburgs et la banque Mendelsohn d’Amsterdam. Un certain nombre de chercheurs assument que la BIS est en fait le centre du blanchiement d’argent du traffic de drogue global. [16]

 

Ce n’est pas une coïncidence si la BIS a son QG en Suisse, la cache financière préférée pour la richesse de l’aristocratie globale et quartier général de la loge franc-maçonne P2 italienne Alpina et Nazi International. D’autres institutions que contrôlent les huit familles inclues le Forum Economique Mondial (Davos NdT), la Conférence Mnnétaire Internationale et l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC).

 

Bretton Woods fut une aubaine pour les huit familles. Le FMI et la banque mondiale étaient centrales à ce “Nouvel Ordre Mondial”. En 1944, les premiers bons de la banque mondiale furent amenés par Morgan Stanley et la First Boston. La famille française Lazard devint plus impliquée dans les intérêts de la maison Morgan. Lazard Frères, la banque d’investissement la plus importante de France, est la propriété de Lazard et des familles David-Weill, vieille tradition bancaire de Gênes représentée par Michelle Davive. Un directeur récent et PDG de Citigroup fut Sanford Weill.

 

En 1968, Morgan Guaranty lança Euro-Clear, une banque basée à Bruxelles spécialisée dans le système de négoce des sécurités Eurodollar. Ce fut la première aventure automatique. Certains appelèrent Euro-Clear “la bête”. Bruxelles sert de QG pour la nouvelle banque centrale européenne (BCE) et pour l’OTAN.

 

En 1973, les officiels de Morgan se rencontrèrent secrètement aux Bermudes pour opérer la résurrection illégale de la vieille maison Morgan, 20 ans avant que la loi Glass Steagal fut abandonnée. Morgan et les Rockefeller donnèrent l’apport financier de départ pour Merrill Lynch, la propulsant dans le top 5 des banques d’investissement américaines. Merrill Lynch est maintenant une partie de Bank of America.

 

John D. Rockefeller utilisa sa richesse du pétrole pour acquérir Equitable Trust, qui avait absorbé plusieurs grandes banques et entreprises dans les années 1920. La grande dépression de 1929 aida Rockefeller à consolider sa puissance. Sa banque Chase, mergea avec la banque de Manhattan de Kuhn Loeb pour former la banque Chase Manhattan, ainsi cimentant une relation familiale de longue durée. Les Kuhn-Loeb avaient financé, avec les Rothschilds, la quête de Rockefeller pour devenir le roi du pétrole. La banque National City Bank de Cleveland donna les fonds à John D. Rockefeller dont il avait besoin pour s’embarquer dans le monopole de l’industrie pétrolière américaine. La banque fut identifiée dans une enquête du congrès comme étant une des trois banques des Rothschilds aux Etats-Unis dans les années 1870; quand John D. créa pour la première fois la Standard Oil dans l’état de l’Ohio. [17]

 

Un des associés de Rockefeller dans la Standard Oil était Edward Harkness dont la famille fut amenée à contrôler Chemical Bank. Un autre fut James Stillman, dont la famille contrôlait Manufacturers Hanover Trust, Les deux banques ont mergé sous l’ombrelle de JP Morgan Chase. Deux des filles Stillman marièrent deux des fils de William Rockefeller. Les deux familles contrôlent une grosse part de Citigroup également. [18]

 

Dans les affaires des assurances, les Rockefellers contrôlent Metropolitan Life, Equitable Life, Prudential and New York Life. Les banques de Rockefeller contrôlent 25% de tous les biens des 50 plus grandes banques commerciales des Etats-Unis et 30% de tous les biens des 50 plus grosses compagnies d’assurance aux Etats-Unis. [19] Les compagnies d’assurance, la première aux Etats-Unis fut créée par les franc-maçons, jouent un rôle important dans la donne de l’argent de la drogue aux Bermudes.

 

Les entreprises sous contrôle des Rockefeller incluent Exxon Mobil, Chevron Texaco, BP Amoco, Marathon Oil, Freeport McMoran, Quaker Oats, ASARCO, United, Delta, Northwest, ITT, International Harvester, Xerox, Boeing, Westinghouse, Hewlett-Packard, Honeywell, International Paper, Pfizer, Mororola, Monsanto, Union Carbide et General Foods.

 

La fondation Rockefeller a des liens très étroits avec les fondations Carnegie et Ford.

 

D’autres aventures philanthropiques de la famille incluent le fond des fréres rockefeller, Rockefeller Institute for Medical Research, General Foundation Board, Rockefeller University et l’Université de Chicago, qui vomit régulièrement un flot continu d’économistes d’extrême droite, apologistes du capital international, incluant Milton Friedman.

 

La famille possède 30 Rockefeller Plaza, où l’arbre de Noël national est allumé chaque année et le Centre Rockefeller. David Rockefeller fut instrumental dans la construction des tours du WTC. La maison de famille des Rockefeller est un complexe dans la partie bourgeoise de New York appelée Pocantico Hills. Ils possèdent également un duplex de 32 pièces sur la 5ème avenue à Manhattan, un manoir à Washington DC, le ranch Monte Sacro au Vénézuéla, des plantations de café en Equateur, plusieurs fermes au Brésil, une grande propriété à Seal Harbor, dans le Maine et des stations balnéaires dans les Caraïbes, Hawaïï et à Porto Rico. [20]

 

Les familles Dulles et Rockefeller sont cousines. Allen Dulles créa la CIA, assista les nazis, couvra l’assassinat de Kennedy de la commission Warren et fît une alliance avec la confrérie des Frères Musulmans pour créer des assassins conditionnés. [21]

 

Son frère John Foster Dulles, fut président des trusts bidon de la Goldman Sachs avant l’effondrement de la bourse en 1929 et aida son frère à renverser des gouvernements au Guatémala et en Iran. Tous deux étaient membres de la société secrète Skull & Bones, du Conseil en Relation Etrangère (CFR) et franc-maçons au 33ème degré. [22]

 

Les Rockefellers furent instrumentaux pour former le club de Rome et son agenda de dépopulation, dans leur propriété familale de Bellagio en Italie. Leur propriété de Pocantico Hills donna naissance à la Commission Trilatérale. La famille est une pourvoyeuse de fonds importante pour le mouvement eugéniste, qui accoucha d’Hitler, du clonage humain et de la forme courante d’obsession génétique sur l’ADN qui court dans les cercles scientifiques américains.

 

John Rockefeller Junior fut à la tête du conseil de la population jusqu’à sa mort. [23] Son fils du même nom est un sénateur élu pour la Virginie de l’Ouest. Son frère Winthrop Rockefeller fut lieutenant gouverneur d’Arkansas et demeure l’homme le plus puissant de cet état. Dans une interview avec le magazine Playboy en Octobre 1975, le Vice-président Nelson Rockefeller, qui était aussi gouverneur de l’état de New York, articula les vues globalistes et arrogantes de sa famille de cette façon: “Je crois absolument dans une planification mondiale totale de l’économie, des affaires sociales, de la politique, de l’armée…”


Mais de tous les frères Rockefeller, c’est le fondateur de la commission trilatérale et président de la banque Chase Manhattan David qui propulsa l’agenda fasciste de la famille sur la scène globale.

 

Il défendît le Shah d’Iran, le régime d’apartheid d’Afrique du Sud, et la junte militaire de Pinochet au Chili. Il fut le plus grand financier du CFR, de la commission trilatérale et (pendant la guerre du Vietnam), du comité pour une paix effective et durable en Asie, une aventure affairiste pour ceux qui faisaient leur argent et vivaient du conflit.

 

Nixon lui proposa d’être son secrétaire au trésor (ministre des finances, NdT), mais Rockefeller déclina l’offre, sachant que sa puissance était bien supérieure en étant à la tête de la banque Chase Manhattan. L’écrivain Gary Allen écrivit dans son livre “Le dossier Rockefeller” en 1973: “David Rockefeller a rencontré 27 chefs d’état, incluant les dirigerants de la Chine et de l’URSS.”

 

En 1975, après Le coup de la Nugan Hand Bank et de la CIA contre le premier ministre australien Gough Whitlam, son successeur nommé par la couronne britannique se dépêcha d’aller aux Etats-Unis où il rencontra Gerald Ford après avoir rencontré David Rockefeller. [24]

 

[à suivre...]

 

[1] 10K Filings of Fortune 500 Corporations to SEC. 3-91

[2] 10K Filing of US Trust Corporation to SEC. 6-28-95

[3] “The Federal Reserve ‘Fed Up’. Thomas Schauf. www.davidicke.com 1-02

[4] The Secrets of the Federal Reserve. Eustace Mullins. Bankers Research Institute. Staunton, VA. 1983. p.179

[5] Ibid. p.53

[6] The Triumph of Conservatism. Gabriel Kolko. MacMillan and Company New York. 1963. p.142

[7] Rule by Secrecy: The Hidden History that Connects the Trilateral Commission, the Freemasons and the Great Pyramids. Jim Marrs. HarperCollins Publishers. New York. 2000. p.57

[8] The House of Morgan. Ron Chernow. Atlantic Monthly Press NewYork 1990

[9] Marrs. p.57

[10] Democracy for the Few. Michael Parenti. St. Martin’s Press. New York. 1977. p.178

[11] Chernow

[12] The Great Crash of 1929. John Kenneth Galbraith. Houghton, Mifflin Company. Boston. 1979. p.148

[13] Chernow

[14] Children of the Matrix. David Icke. Bridge of Love. Scottsdale, AZ. 2000

[15] The Confidence Game: How Un-Elected Central Bankers are Governing the Changed World Economy. Steven Solomon. Simon & Schuster. New York. 1995. p.112 [16] Marrs. p.180

[17] Ibid. p.45

[18] The Money Lenders: The People and Politics of the World Banking Crisis. Anthony Sampson. Penguin Books. New York. 1981

[19] The Rockefeller File. Gary Allen. ’76 Press. Seal Beach, CA. 1977

http://www.globalresearch.ca/PrintArticle.php?articleId=25080                  Page 7 of 8

The Federal Reserve Cartel: The Eight Families                  6/2/11 9:26 AM

[19] The Rockefeller File. Gary Allen. ’76 Press. Seal Beach, CA. 1977

[20] Ibid

[21] Dope Inc.: The Book That Drove Kissinger Crazy. Editors of Executive Intelligence Review. Washington, DC. 1992

[22] Marrs.

[23] The Rockefeller Syndrome. Ferdinand Lundberg. Lyle Stuart Inc. Secaucus, NJ. 1975. p.296

[24] Marrs. p.53

 

Dean Henderson is the author of Big Oil & Their Bankers in the Persian Gulf: Four Horsemen, Eight Families & Their Global Intelligence, Narcotics & Terror Network and The Grateful Unrich: Revolution in 50 Countries. His Left Hook blog is at


www.deanhenderson.wordpress.com

http://resistance71.wordpress.com/

 

 

 

Additif, rappel


 

L’UMPS (UMP + PS) se partage invariablement le pouvoir depuis que De Gaulle a été poussé vers la sortie par deux envoyés de la banque Rothschild: Giscard et Pompidou. Auteurs tous les deux de la célèbre loi de 1973 abandonnant notre souveraineté monétaire aux banques privées et donc à Rothschild.

http://lesouffledivin.fr/2011/06/03/le-vrai-fascisme-cest-lumps/


 

 

A lire + vidéos INCONTOURNABLES

 


.


Partager cet article
Repost0
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 03:58
60 slogans du printemps espagnol et français

Des slogans alliant contenu et humour, repris dans les rassemblements et les médias, sont des vecteurs puissants de communication avec la société et de popularisation des exigences des « indignés ». Voici, en attendant ceux des autres pays « 60 slogans du printemps espagnol et français »

 

Slogans du printemps espagnol

Démocratie en travaux

La rue ne se taira pas

Pour une vraie démocratie, maintenant !

Que les banquiers paient la crise

Stoppons le nouvel ordre mondial

Résistance à la dictature économique

Ils ne le savent pas encore, mais on va les dégager

Nous n’avons pas de maison, nous restons sur la place

Vous prenez l’argent, nous prenons la rue

Vous sauvez les banques, vous volez les pauvres

Nos rêves ne tiennent pas dans vos urnes

Jamais la voix du peuple ne sera illégale

Ici c’est le peuple qui commande et le gouvernement qui obéit

Si vous ne nous laissez pas rêver, nous ne vous laisserons pas dormir

Ce que nous vivons, ce n’est pas une crise, c’est une escroquerie !

Nous sommes réveillés ! Quelle heure est-il ? L’heure qu’ils s’en aillent

Nous ne sommes pas sur Facebook, nous sommes dans la rue

Ce n’est pas un indice de bonne santé que d’être bien adapté à une société malade

We’re not against the system. The system is against us

Yes we camp !

la libertad no es el extremo de nada ( ? )

 
Slogans de révolte brandis en France

Une vie = un travail = un toit

Je pense donc je gêne

Nos rêves ne rentrent pas dans vos urnes

A la recherche d’un futur

Le monde se divise entre indignes et indignés

Ne nous regardez pas, rejoignez-nous !

L’oligarchie, ça suffit, vive la démocratie !

Regarde bien ta Rolex, c’est l’heure de la révolte

Le marché qui oppresse les peuples ne connais pas de frontières. Notre colère non plus !

MEDIAS partout… INFO nulle part !

On ne peut pas dire la vérité à la télé ; il y a trop de monde qui regarde ( Coluche )

Il y a pire que de braquer une banque, c’est d’en fonder une ( Bertoldt Brecht)

Le pays des droits de l’homme du riche !

La violence c’est de gagner 600€ par mois !

Travail, famine, pâtes riz

Oui au dépistage précoce et systématique des délinquants politiques !

Le marché qui oppresse les peuples ne connais pas de frontières. Notre colère non plus !

Moins d’essence, plus de sens !

En grève jusqu’à la retraite

Eteignez vos télés, rejoignez les piquets !

Enrichir les financiers, c’est ça la pénibilité !

L’insécurité c’est le Medef à l’Elysée !

Elle est pas bientôt finie cette nuit du Fouquet’s ?

La guerre sociale est déclarée, les jeunes on va la gagner !

La guerre sociale est déclarée, avec internet on va la gagner !

Non aux 140 milliards d’exonérations sociales et fiscales !

De l’argent il y en a, dans les poches du patronat !

Les jeunes dans la galère, les vieux dans la misère !

Plumons les BETES EN COUR

Travailler TOUS pour gagner PLUS

Une seule solution : partager le temps de travail !

Pas besoin de travailler PLUS, exigeons de travailler TOUS !

Dis papy, c’était quoi la retraite ?

Concurrence libre et non faussée entre les jeunes et les vieux !

Papy m’a pris mon travail !

Papa, si tu rentrais plus tôt je trouverais peut-être du boulot !

Métro, boulot, caveau ?

Fonds de pension, piège à cons !

Pôle Emploi t’as de beaux vieux, tu sais …

Baisses d’impôts pour les riches : 100 milliards par an !

Pour la France d’en haut, des couilles en or ! Pour la France d’en bas, des nouilles encore !

Assez de cadeaux, pour la France d’en haut ! Assez de coups bas, pour la France d’en bas !

Nous refusons la privatisation des profits et la socialisation des pertes

UMP = Union des Mafieux et Profiteurs

UMP = Union Magouilles et Pognon

 

Transmettez-nous les meilleurs slogans brandis en Espagne, en France, en Italie, en Grèce, au Portugal, en Angleterre, en Islande, en Allemagne, en Irlande ... avec si possible la traduction en français. Afin que les meilleurs slogans de chaque pays s’échangent entre les millions "d’indignés" d’Europe et d’ailleurs.

 


Partager cet article
Repost0
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 02:30
DSK,  Lang, Tron.. ou Ferry, aujourd'hui à la Une,
d'une façon ou d'une autre.
Hier, d'autres : Frédéric Mitterrand, Cohn-Bendit,
Roman Polanski, Dominique Baudis... 
Que savons-nous ?
 
DSK10.jpg
DSK11.jpg
DSK9.jpg
http://laplote.blogs.courrierinternational.com/
Livre choc la terrible révélation sur les élites

 

Quand la vérité est exposée sous notre nez...ça pue!


La réédition de la bande dessinée d’Yves Saint Laurent est l’occasion donnée à toutes et tous de nous plonger dans l’univers satanique de nos élites. Satanique n’est pas un vain ni un trop grand mot je crois si celui-ci est utilisé pour nommer des pratiques ayant trait à la pédophilie, aux orgies sexuelles, aux rites macabres voire scabreux à en gerber. Le satanisme c’est tout cela.

 


Vous devez être étonné, vous le citoyen lambda, de constater que l’on sort très peu d’affaires touchant à la dégradation sexuelle et humaine. Faut dire que cela se concentre principalement dans l’élite des nations. Tout simplement parce qu’il faut être assez riche et avoir assez de pouvoir pour pouvoir se permettre de pratiquer des horreurs sur l’être humain. D’autant plus, oh bonheur!, qu’a côté de vous se trouve le juge, le ministre, l’avocat,le journaleux qui saura vous donner un coup de main et vous tirer d’affaire si vous êtes assez con pour vous faire prendre. J’insiste pour dire que ce ne sont pas des pratiques inhérentes à la classe ouvrière et surtout parce qu’il est plus discret de le pratiquer hors de France en Thaïlande  ou au Maghreb par exemple.

La sortie de l’affaire DSK met en exergue cette dérive mais elle ne lui est pas réservée! On pense à bien d’autres personnalités politiques impliquées dans ces affaires où tout le monde est au courant mais personne ne dit rien. D’ailleurs Luc Ferry l’explique très bien. A voir aussi la réaction de l’immonde Duhamel qui entend défendre SON élite jusqu’au bout. Faut dire qu’on le paye pour cela.

Vous savez aussi peut-être que nous sommes dans une période selon le calendrier maya qui correspond à l’accélération de révélations de toute sorte et qu’elles vont engendrer une période de chaos avant l’apocalypse. Ben je crois qu’on y est non? Entre les révélations des dégradations sexuelles et sataniques de nos élites et de leur collusion avec le système bancaire qui fait son beurre sur notre dos je crois qu’on ne peut plus nier la réalité du monde. Vous aviez des doutes encore? C’est terminé. Et ce sont les mêmes qui viendront vous parler de morale et d’éthique.

 

Enfin je voudrais dire que beaucoup de ces élites aux mœurs dévoyés (..)

 

http://lesouffledivin.fr/2011/05/31/la-vilaine-lulu-ou-la-verite-sur-nos-elites/

 

 

Quelques liens,

et même quelques extraits de Wikipedia :


 

http://www.scribd.com/doc/17224437/La-Franquerie-de-Marquis-Lucifer-Et-Le-Pouvoir-Occulte

 

Abus sexuels, notamment sur les enfants (Vidéo, film de Karl Zéro)

 

http://droitfondamental.eu/007-Coral___fr.htm

 


En septembre 2009, Frédéric Mitterrand apporte son soutien total au réalisateur Roman Polanski qui, poursuivi aux États-Unis depuis 1977 pour une affaire de crime sexuel commis sur une fille de treize ans24 et délit de fuite, est arrêté en Suisse sur mandat d'arrêt américain25. Déclarant, à propos de cette affaire de viol, qu'il s'agissait d' « une histoire ancienne qui n'a pas vraiment de sens », il provoque la colère et l'indignation d'associations de victimes, telles que Innocence en danger qui le somme de s'expliquer sur ce qu'elle juge comme des propos complaisants à l'endroit d'un crime sexuel26. Ce soutien, qui vilipende une « certaine Amérique qui fait peur », provoque des réactions négatives de la part de quelques hommes politiques et associations ainsi que l'incompréhension de la presse étrangère, notamment anglo-saxonne 27.

Accusé le 5 octobre 2009 par Marine Le Pen sur le plateau de Mots croisés, d'avoir pratiqué le tourisme sexuel et trouvé du plaisir à « payer des petits garçons thaïlandais », évoquant de façon déformée son récit La Mauvaise Vie paru en 200528, Frédéric Mitterrand réfute le 8 octobre, au journal télévisé de TF1, avoir eu des relations sexuelles avec des mineurs et condamne avec fermeté tout tourisme sexuel et acte pédophile29

À la suite de ces deux polémiques, il se fait médiatiquement plus discret jusqu'à la fin de l'année30.

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A9d%C3%A9ric_Mitterrand

 

 

 

Mitterrand "pedofilo" (presse internationale)
ParGilles Kleinle 09/10/2009

L'affaire Mitterrand fait le tour du monde, en pages intérieures, avec quelques rares mentions à la Une. La presse britannique est étonnamment discrète.

 

 

 

O Estado de Sao Paulo South China Morning Post

 

http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=5769

 

 

 

 

Dominique Baudis défenseur des droits! Retour sur l’affaire Allègre.

 

 

 

L'ENFER DU DÉCOR: quittez l’ombre et devenez la lumière, pour ne plus qu’il soit permis de souffrir en silence. Aidez vos êtres chers à se libérer d’un réseau pédocriminel. Evitez leurs pièges en découvrant à qui vous avez à faire, où sont les dangers, quels sont les mensonges, les leurres et les fausses promesses types.

24 décembre 2010
By admin
Combien de victimes de pédopornographie ?

La première question que se posent les victimes qui ont été exploitées à la plus lourde catégorie de la production de films de crimes réels est le nombre de cas semblables. Les statistiques révèlent qu’il s’agit de 1% de l’ensemble de la production, soit à 2 millions de victimes dans le monde, ou environ...
Read more »

 

25 août 2010
By admin
Dossier Dutroux: faux scandale pour cacher un vrai scandale

Un montage médiatique fait scandale sur la publication d’une synthèse de procès-verbaux du dossier Dutroux  publié  le 17 avril 2009 sur Wikileaks pour couvrir  la révélation récente par la presse hollandaise du vrai scandale que la justice belge a caché durant 15 ans. Dutroux avait été ...
Read more »

 

 

http://reseaux-belges.droitfondamental.eu/wordpress/

 

 

 
Tron.jpg

 

http://laplote.blogs.courrierinternational.com/

 

 

Je termine avec ce courriel reçu :

 

je t'envoie des trucs - le plus bref possible car je sais que tu manques de temps.

les extraits sont des sites où je les ai trouvés.

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/opinion/20110531.OBS4298/luc-ferry-un-delateur-embrouille-par-laurent-joffrin.html


Condamnation mondaines moralistes et puantes de certains .. juste un exemple

"Philosophe plutôt simpliste, Luc Ferry vient cette fois de se distinguer par sa métaphysique stupidité. En évoquant le soi-disant scandale d’un ancien ministre qui se serait livré à des orgies pédophiles on ne sait quand et on ne sait où, il s’est placé dans un dilemme honteux. Il est vrai qu’il avait été précédé, dans cet exercice de délation contre X, par le Figaro-Magazine, qui a lui aussi porté des accusations dénuées de tout élément de preuve contre un ministre dont il s’est courageusement gardé de donner le nom(..)Luc Ferry a brièvement été ministre de l’Education nationale. Drôle de ministre, drôle d’éducation : notre délateur embrouillé était chargé de la formation de l’esprit critique des élèves de l’école républicaine. Bel exemple pour des millions de jeunes. Comme on dit familièrement : voilà un type qu’on n’aurait pas aimé connaître pendant la guerre.  La philosophie, dont Luc Ferry se prétend le représentant, est en principe l’amour de la sagesse. Il la confond cette fois avec la bassesse.

Laurent Joffrin"

MC : "Ca c'est du journalisme d'investigation !!! Oh la la Grosse enquête du nouvel obs!! Le parallèle avec la guerre m'impressionne car il veut peut-être dire que dénoncer un pédophile c'est comme dénoncer un juif?

Bien entendu de la part des pros des média, on dilue jusqu'à l'infini le débat sur la forme et on aborde jamais le fond."

http://www.dailymotion.com/video/x9jpb6_cohn-bendit-et-les-accusations-de-p_news


cohn bandit pedophile s'auto absout et nous veut nous faire gober une version dure à avaler de son bouquin. 

L'histoire "que tout le monde a oubliée" commence en 1975. Cohn-Bendit, alors âgé de 30 ans, publie "Le grand bazar", aux éditions Belfond. L'ex-leader de mai 1968 y évoque son activité d'éducateur dans un jardin d'enfants "alternatif" à Francfort, et raconte son rapport érotique à certains jeunes enfants :

http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=2022
http://www.lexpress.fr/actualite/politique/le-remords-de-cohn-bendit_492893.html

Il m'était arrivé plusieurs fois que certains gosses ouvrent ma braguette et commencent à me chatouiller. Je réagissais de manière différente selon les circonstances, mais leur désir me posait un problème. Je leur demandais: ?Pourquoi ne jouez-vous pas ensemble, pourquoi vous m'avez choisi, moi, et pas les autres gosses? ? Mais s'ils insistaient, je les caressais quand même.» Ailleurs, Daniel Cohn-Bendit raconte: «Mon flirt permanent avec tous les gosses prenait vite des formes d'érotisme. Je sentais vraiment que les petites filles, à 5 ans, avaient déjà appris comment m'emmener en bateau, me draguer. C'est incroyable. La plupart du temps, j'étais désarmé.»

Commentaire de Marie Charlotte : pour avoir "bosser" avec les pervers sexuels pendant 18 ans, on reconnait là le fantasme absolu, le rêve éveillé d'un pervers. Bien entendu, dans sa morale, le pervers se donne tous les feux verts car il est "victime" des enfants.... Alors faudrait mettre les petites filles en prison ? Remercions Cohn Bandit de ne pas avoir porté plainte contre les enfants car il décrit exactement une agression sexuelle.

Michel polac explique : il n'est pas pédophile mais il se masturbe sur les fesses d'un jeune garçon... ca s'appelle comment alors ?

A voir à partir de la 4e minutes  

http://www.dailymotion.com/video/x3tb9x_clash-chez-ruquier-michel-polac-vs_people

 

Et pour Frédéric Mitterrand en france RIEN mais à l'étranger voila la presse

http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=5769

 

Et Polanski vigoureusement défendu par Bernard Levy F Mitterrand et tant d'autres pour avoir drogué et sodomisé une jeune fille de 13 ans.

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/people/20081203.OBS3728/polanski-demande-le-reexamen-des-accusations-de-pedophilie.html

"avait fait consommer de la drogue et de l'alcool à sa victime, avec laquelle il effectuait une séance de photos pour un magazine, avant de la violer."

 


 



 

.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche