Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 02:04

http://img.over-blog.com/300x200/4/23/42/31/WikiStrike-photos/usa-faillite-17.jpg 

http://img.over-blog.com/300x200/4/23/42/31/WikiStrike-photos/usa-faillite-17.jpg

 

L'establishment américain perd pied...

Les signes annonciateurs d'un effondrement des Etats-Unis se multiplient selon L.I.E.S.I.

Les signaux sont désormais entre l'orange et le rouge.

 

Ce vendredi viennent d'être publiées les créations d'emplois, l'économie US n'a crée que 54000 emplois alors que les analystes en prévoyaient 155 000...les embauches chutent, le chômage remonte.

 

Les déclarations de certaines sources liées à la finance ou au complexe militaro-industriel faites à la rédaction de L.I.E.S.I sont alarmistes :

"Ceux qui savent vident leurs comptes...un phénomène constaté par les plus gros gestionnaires de fond. On connait des retraits de plusieurs dizaines de millions d'euros par jour".

"Dans les grandes villes, certains sont pressés de liquider leur patrimoine immobilier et s'intéressent à la campagne. Ce n'est pas normal. On a l'impression que ces gens savent quelque chose car ils sont pressés".

"Nous sommes débordés par des livraisons de lingots d'or et les lingots d'argent deviennent rares".

"Les grosses banques dégagent de l'Europe occidentale et des Etats-Unis".

"Les banques réduisent massivement leurs investissements pour 2012 en prévision d'un jeu de massacre aux

Etats-Unis"..

"Prochainement, la géographie des Etats-Unis va être bouleversée et cela va faire très mal".

"D'ici 18 mois, de nombreuses banques européennes seront nationalisées".

"Nos clients qui investissent dans des assurances vie, vont tout perdre et on ne peut rien faire". Etc...!

 

Mais quel est donc ce scénario redouté par quelques professionnels de la finance ?

 

La plupart disent qu'ils ignorent, mais tous partagent une certitude : ce qui va arriver entraînera la fin du système monétaire de l'après-guerre.

 

Toujours selon L.I.E.S.I un membre d'une des plus grosses banques française leur a confié :

"je connais ce milieu de la Haute finance, ses cadavres et toutes ses techniques. Il y a une chose dont je suis certain à cent pour cent: cette crise de l'immobilier américain n'est que le début d'un processus de mise à mort du système bancaire tel que vous le connaissez. Il sera matériellement impossible de s'en relever. Certes, banquiers et politiciens pourront encore maintenir le système quelques années, mais le prix à payer sera la ruine des Etats et des peuples. Quand on aura été jusqu'au bout, viendra la faillite des banques et la nationalisation de certaines. La grandes majorité des gens seont lessivés".

 

Un autre "initié" souligne que les Etats-Unis tentent de provoquer l'effondrement de l'Europe pour masquer l'état misérable de l'Amérique du Nord.

"Les Etats-Unis sont dans une situation si désespérée qu'ils n'ont pas d'autre solution que de précipiter l'effondrement de l'Europe de l'Ouest et de réunir les conditions nécessaires à une nouvelle guerre mondiale. Comme ils disposent d'hommes sous influence aux postes-clé, les résistances vont être brisées".

 

Ainsi s'explique la manière débilitante, suicidaire, avec laquelle les élites politiques européennes gèrent le cas de la Grèce. Le FMI et l'Union européenne ont injecté 110 milliards d'euros. Début mai, les autorités grecques s'interrogeaient sur leur maintien dans l'euro. Dans la foulée, un nouveau prêt de 25 milliards d'euros s'ajoute aux précédents. En fait, cela ne servira en rien aux grecs, puisque le cartel bancaire va récupérer cette somme...sous la forme d'intérêt pour 2012.

 

Malgré le plan d'austérité, la baisse des salaires et des retraites, (alors que l'inflation des biens nécessaires pour vivre explose), la hausse des impôts et des taux, les privatisations en cascade, financièrement rien ne s'arrange pour la Grèce. Pire, cela aggrave la récession : effondrement de la productivité et de la consommation intérieure sont au rendez-vous. Comme il est mathématiquement impossible à la Grèce de rembourser ses dettes et ses intérêts, les agences de notations trouvent de plus en plus de justificatifs pour abaisser la note de la dette grecque et les taux d'intérêt atteignent 20% ! N'importe quelle banque centrale prêterait à 0% pour aider un pays en difficulté avant que la contagion ne s'étende, mais la BCE est sous la coupe de personnages liés à Wall-Street. Leur boulot est de ruiner le pays.

 

En agissant comme ils le font, les eurocrates mènent l'Europe à une guerre civile généralisée. Pourquoi agissent-ils ainsi contre la simple raison et le devoir civique?

Ce qui arrive à DSK devrait les faires réfléchir, si tant est qu'ils en soient encore capables.

 

La plupart de pays européen vont donc passer sous le rouleau compresseur du cartel bancaire.

Voila pourquoi les investisseurs se disent que les Etats européens seront insolvables au cours des prochains trimestres. D'où la ruine des placements en assurance vie. Même les dettes d'Etat ne vaudront plus grand chose.

 

"Les Etats-Unis qui sont en apparence les maîtres du monde, voient leur puissance se réduire. Ils seront confrontés à des difficultés de très grande nature" .

C'est ce qu'exprimait l'ancienne éminence grise de François Mitterand, Jacques Attali, sur France2

le 10 mai 2011..!

 

http://millesime.over-blog.com/article-l-establishment-americain-perd-pied-75594060.html

Partager cet article
Repost0
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 01:38

Vous pouvez consulter ce message en ligne

Atanka Sécheresse : et si la bio avait des réponses ? - les producteurs d'Atanka témoignent

Face à la sécheresse, l'agrobiologie propose des solutions simples et de bon sens... pour qui veut les écouter.

Un sol vivant retient plus d'eau

Issu de la décomposition des matières organiques, l'humus peut stocker d'importants volumes d'eau... qu'il restitue ensuite aux racines. De même, certains micro-champignons se développent en symbiose avec les racines et améliorent leur capacité de captation, de stockage et de restitution de l'eau.

Les Fonts Résultat : "Si je gratte un peu, mon sol reste humide et frais !" constate ces jours-ci Didier Lamirand de l'oliveraie des Fonts.

En agriculture conventionnelle, toute cette microbiologie est tuée par le labour et les pesticides. Le sol devient un simple support minéral incapable de stocker puis de restituer l'eau.

Alors que la France est le 3ème consommateur mondial de pesticides et le premier consommateur européen, il n'y a aucune chaire officielle de microbiologie des sols en France depuis la disparition du secteur microbiologie des sols de l'Institut Pasteur... cherchez l'erreur !

Un sol couvert limite l'évaporation

Fraisiers sur BRF - Bois Raméal Fragmenté Bien connues des paysans les plus en pointe dans l'agriculture biologique ou naturelle, des techniques telles que le Bois Raméal Fragmenté (BRF – sol couvert de plusieurs centimètres de rameaux broyés) ou le semis sous couvert (on sème les graines directement sur les restes de la culture précédente ou sur un tapis de plantes telles que du trèfle) permettent de ne jamais laisser la terre à nu. Ce qui favorise la microbiologie du sol (encore !) et limite l'évaporation.

Ces techniques sont notamment mises en oeuvre par Philippe Amalric (Les Estrets), Julien Taton (la Ferme du Quart Pichet), Robert Salicis...

Dans nos campagnes, on voit souvent des hectares de terre à nu soigneusement labourée, hersée et grattée... ce qui nécessite en plus des heures de travail au tracteur en consommant d'énormes quantités de gasoil... cherchez l'erreur !

Les engrais "déconnectent" les plantes du climat
et les empêchent de s'adapter

Comme nous l'explique Julien Taton, "mes plantes n'ont pas besoin de Météo France pour savoir le temps qu'il va faire. Cela fait longtemps qu'elles se sont adaptées au climat de cette année. Elles font moins d'épis mais pourront les amener à maturation. Par contre, si on pousse artificiellement les plantes avec des quantités d'engrais, on les oblige à faire autant d'épis que les années précédentes, mais il n'y aura pas assez d'eau : résultat, tout meurt." ... cherchez l'erreur !

Adaptées et diversifiées, les variétés locales résistent mieux

80% des légumes cultivés il y a 50 ans ont disparu. Une douzaine de variétés de pommes sont cultivées en France aujourd'hui, il y en avait 1000 il y a un siècle. On trouve seulement quatre ou cinq variétés de tomates sur le marché, alors qu'il en existe plusieurs centaines... que s'est-il passé ? L'industrialisation de l'agriculture, les semenciers, les OGM et les réglementations qui les favorisent sont passés par là.

Tomates à la Ferme des Bouquets Pourtant, seules les variétés locales sont bien adaptées à chaque climat et permettent d'éviter le recours aux engrais ou à l'arrosage artificiels. De plus, l'utilisation de plusieurs variétés sur une même parcelle est l'une des techniques de l'agriculture naturelle mise au point par Masanobu Fukuoka : si une variété souffre plus que les autres, que ce soit de maladies ou du manque d'eau, celles qui résistent mieux se développent plus et prennent sa place.

Ces techniques élémentaires sont utilisées par des maraîchers tels que Mélissa Mizrahi (la Ferme des Bouquets), Valérie Tubau (la Ferme de Valérie) ou encore Robert Salicis.

L'arrosage systématique est une aberration

Vigne sans arrosage Si une culture nécessite un arrosage systématique, c'est que cette plante n'est pas adaptée au climat (le maïs par exemple, qui est une plante tropicale des zones humides d'Amérique Centrale) ou que la variété choisie ou les techniques culturales ne sont pas les bonnes.

Ainsi, des domaines viticoles tels que le Pech d'André montrent qu'il est possible de cultiver la vigne et de faire un vin excellent sous le climat de l'Hérault, sans avoir recours à l'arrosage.

Pourquoi dans ce cas l'installation d'arrosage par goutte-à-goutte dans les vignes est-elle favorisée et même subventionnée dans cette région ?! Et l'on commence à entendre parler d'un impôt sécheresse... cherchez l'erreur !

Les arbres favorisent le cycle de l'eau

Agroforesterie au Domaine de Mazy On sait maintenant que les arbres régénèrent les sols et favorisent le cycle de l'eau. Mêlant arbres et cultures au sol sur les mêmes parcelles, la technique de l'agroforesterie est désormais largement utilisée en Afrique pour refertiliser des régions entières... avec succès !

En France, certains paysans tels que François de Soos (Domaine de Mazy) font partie des pionniers qui expérimentent cette technique, mais depuis des dizaines d'années on favorise surtout le déboisement et l'abattage des haies pour faciliter la mécanisation à outrance de l'agriculture... cherchez l'erreur !

Le cas particulier de l'élevage

Ferme de Kervy dans le marais de la Brière Les marges de manoeuvre et d'adaptation sont beaucoup plus faibles pour l'élevage. En diminuant le nombre d'exploitations il serait plus facile de leur venir en aide en cas de sécheresse.

Plutôt que de favoriser une alimentation hyper-carnée à l'américaine, on ferait mieux de privilégier les protéines végétales (beaucoup plus efficaces en terme de rendement écologique) et de limiter l'implantation des élevages aux terres agricoles difficilement valorisables autrement, comme c'est le cas pour certaines zones marécageuses (le marais de la Bruyère pour la Ferme de Kervy) ou les prairies de moyenne montagne (dans le massif central pour la Ferme des Mille Fleurs).

Pour conclure...

Au final, les agriculteurs conventionnels parlent de catastrophe et de fatalité, alors que ce sont leurs pratiques qui constituent une véritable catastrophe, y compris pour l'agriculture biologique et naturelle qui subit les conséquences indirectes de ces aberrations.

Une agriculture plus intelligente, plus localisée et diversifiée, respectueuse des sols et des cycles naturels permet de mieux faire face aux aléas climatiques.

Alors qu'on nous parle d'impôt sécheresse, il faudrait plutôt soutenir cette agriculture biologique et naturelle, qui doit se débrouiller sans soutien public pour explorer de nouvelles pistes et innover.

 

http://www.atanka.com/actus/1111.htm

 

 

 

Produits Atanka Soutenez ces paysans !

Avec la Coopérative Atanka, soutenez les paysans qui inventent l'agriculture naturelle de demain : choisissez leurs produits et soutenez nos actions militantes telles que notre nouvelle pétition contre le retour du maïs OGM en France.

A vos agendas...

Les 17, 18 et 19 juin auront lieu à Paris les Etats Généraux de l'Economie Sociale et Solidaire. Atanka a été choisi pour participer au Marché Solidaire des Etats Généraux qui se tiendra à cette occasion, les samedi 18 et dimanche 19 juin au Palais Brogniart !

 

Venez nous retrouver, discuter avec nous, déguster et découvrir les produits de ces paysans-chercheurs !

Coopératives Zapatistes Autre rendez-vous, le samedi 25 juin après-midi au CICP, 21 ter rue Voltaire à Paris 11ème, arrivage festif de la nouvelle récolte de café en provenance des Coopératives Zapatistes des Paysans Insurgés du Chiapas (Mexique) : animations, débats, informations...

Atanka sera là avec un stand et une sélection de nos produits.

 

http://www.atanka.com/actus/1111.htm

 

Consultez les anciens numéros des Actus d'Atanka.

Partager cet article
Repost0
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 01:19

http://3.bp.blogspot.com/_Oapkcz-aQV0/TUtGGrd1OmI/AAAAAAAAAEI/oV3fVcAEdsc/s1600/obamaBLOG.jpg

http://3.bp.blogspot.com

 

Le Président Barack Obama : Le verbe et les symboles

Le bien dit et le mal entendu

jeudi 26 mai 2011, par Tariq Ramadan

Après le discours du 4 juin 2009, le président Back Obama a ressenti le besoin de s’adresser aux Arabes d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient à la suite des événements majeurs que sont les révolutions et la mort d’Oussama ben Laden. L’élection du premier « African American President » avait suscité d’immenses espoirs dans les sociétés majoritairement musulmanes : non pas seulement à cause des origines de Barack Obama mais surtout car il semblait incarner un renouveau dans la vision et la politique américaines après les sombres années de l’administration Bush.

L’actuel Président a su manier avec excellence la force du verbe et jouer du pouvoir des symboles. Quelque chose a changé aux Etats-Unis, c’est une évidence, et la page d’une ère bien sombre a été tournée. Il reste qu’il faut mesurer son optimisme et regarder les faits pour ce qu’ils sont. Le président Barack Obama avait promis de mettre un terme aux situations de non droit, comme à Guantanamo ; de reformer les législations discriminatoires et de faire cesser les traitements dégradants telle la torture (légitimée au nom de la guerre contre le terrorisme) ; de mettre un terme aux situations de guerre en Afghanistan et en Irak ; de faire avancer le processus de paix au Moyen-Orient ; d’ouvrir enfin une ère nouvelle dans les relations internationales multipolaires. Or, au-delà des symboles et des mots, on s’aperçoit que les choses ont peu changé, voire que la politique sécuritaire s’est durcie : Guantanamo demeure une honteuse réalité, la nouvelle législation sur le terrorisme expose certains citoyens, politiquement ou religieusement « sensibles », aux traitements les plus aléatoires et clairement discriminatoires (de l’emprisonnement à la déportation sur la base de simples suspicions), les guerres d’Irak et d’Afghanistan continuent et le processus de paix n’est plus qu’un slogan, mort dans les faits. Qu’est-ce qui a changé, de fait, et qu’est-ce qui devrait changer, somme toute ?

Il y a ce dont le Président parle et ce dont il ne parle pas : les dits et les non dits déterminent ensemble la vraie substance de son discours. Barack Obama fait face à deux défis majeurs : la question internationale est bien sur évidente – ce fut la substance dite de son discours - mais celle-ci est inextricablement liée à la politique intérieure avec laquelle le Président doit forcement composer (dont il n’a rien dit, à une année des élections). Il ne faut rien négliger du contexte après l’annonce de l’opération « légale » contre la tête d’al Qaida au Pakistan. L’exécution de Oussama ben Laden a montré encore une fois l’étendue du fossé existant entre l’administration américaine et les musulmans aux Etats-Unis et à travers le monde. Evénement médiatique majeur en Occident, couvert par toute la presse du Nord, comme une victoire et la fin du « symbole du terrorisme », la mort d’Oussama ben Laden a suscité peu de réactions parmi les musulmans en Occident comme en Orient, et plus largement dans les pays du Sud. Pas d’images, pas de preuve, à quoi s’est ajoutée l’annonce du rejet à la mer du corps de ben Laden : tout cela a suscité des questions, des doutes, et surtout une distanciation claire tant vis-à-vis des Etats-Unis que, et depuis longtemps, de ben Laden lui-même. Ce dernier n’a jamais atteint les foules ni galvanisé les peuples musulmans (à l’exception d’une minorité d’extrémistes violents) et l’administration américaine, en agissant de la sorte montrait, une fois de plus, qu’elle n’avait pas les clefs des intelligences et des sensibilités musulmanes. Le discours de Barack Obama, le soir de l’annonce de l’élimination de ben Laden, était certes éloquent, mais force est de constater qu’il fut négligé par le monde musulman, et bien mal entendu. Il s’agissait d’un discours d’abord destiné aux Américains : Barack Obama montrait ainsi sa capacité à être ferme, à savoir protéger son pays, à prendre des décisions de guerre, graves et dangereuses. On lui avait tant reproché ses hésitations : il a gagné plus de douze points dans les sondages. Dans un contexte pré-électoral, une première belle opération de communication au demeurant.

Il fallait donc un nouveau discours, cette fois-ci destiné aux Arabes, aux démocrates et aux musulmans en général puisque le Président a compris qu’il avait non seulement été incompris mais également mal reçu. De plus en plus Barack Obama apparait comme l’homme de la séduisante image et du beau verbe derrière lequel se cache une administration moins regardante sur les principes et la cohérence des politiques menées sur la scène internationale comme sur le plan intérieur. On a certes entendu le clair soutien des Etats-Unis aux mouvements de démocratisation en Afrique du Nord et au Moyen-Orient mais qu’en est-il du traitement différencié de ces mouvements (entre la Libye et la Syrie par exemple où on attend de Bashar al-Assad, dont on a besoin et qui fait tirer sur les civils désarmés, qu’il réforme magiquement son régime despotique) ou du silence complice quand il s’agit des pétromonarchies alliées (comme le Bahreïn soutenu par l’Arabie Saoudite) qui répriment et tuent les civils et les opposants non violents ? On a certes entendu que la souffrance et les droits des Palestiniens devaient être respectés mais quel a été la politique effective de l’administration Obama depuis trois ans : du silence lors des massacres de Gaza à la mort de dizaines de civils désarmés lors de la célébration de la Nakba, le15 mai 2011 ? On peut se réjouir que le Président ait mentionné les frontières de 1967 comme principe de négociation entre Israël et les Palestiniens : il reste que la passivité américaine quant à la politique continue et effective de colonisation israélienne et aux faits accomplis sur le terrain rend cette position inconsistante et caduque de fait. Ce sont des mots, encore des mots, pour faire rêver les Palestiniens et les Arabes et qui n’empêchent en rien les Israéliens d’avancer dans leur stratégie. Ce qu’ils font depuis tant de temps derrière la façade des tensions médiatisées entre les deux gouvernements américains et israéliens.

Guantanamo et la torture restent des réalités dans l’Amérique de Barack Obama avec le déni des droits élémentaires pour les prisonniers et, de surcroit, le sang des civils irakiens et afghans semble toujours compter pour presque rien. Pour bien moins que le sang des civils libyens au demeurant : et pourquoi donc ? Des raisons économiques seraient-elles le vrai moteur de la politique américaine en Afrique du Nord et au Moyen Orient ? Tout porte à le penser et les dits et les non dits du discours de Barack Obama ne sont pas pour rassurer la rue arabe. Dans son discours, le Président a beaucoup insisté sur la dimension économique des révolutions arabes. Il n’y aura pas de vrai processus démocratique sans développement et stabilité économique : le propos est juste et l’équation fait sens. Barack Obama annonce une diminution de la dette, un investissement et un soutien financier américain majeur dans la région avec l’aide de l’Europe et de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International. Tout porte à croire que l’ouverture démocratique est pensée et accompagnée de l’ouverture de nouveaux marchés juteux : l’administration américaine, et derrière elle les multinationales, n’ont pas pour seules amours, libres et désintéressées, la démocratie, la justice et la liberté mais aussi la rentabilité marchande et la pénétration consumériste. Le Président a présenté ce soutien économique en terme de solidarité et de générosité à l’égard des peuples... dont la négligence pendant des décennies ne l’a jamais perturbé. L’absence de référence aux nouveaux acteurs économiques régionaux et également intéressante à noter : la Chine, l’Amérique du Sud ou la Turquie ne vaudraient pour rien dans le positionnement américano-européen dans la région ? Qui peut le croire... Qui ne sait entendre le sens des silences dans le discours de Barack Obama. Les retombées économiques régionales (en Afrique du Nord et au Moyen-Orient) pourraient se révéler plus conséquentes en terme d’enjeux géostratégiques que les processus de démocratisation politique : une apparente indépendance politique avec quelques libertés est en train de clairement se marier à une dépendance économique accrue et de multiples contraintes. L’économie libérale n’est libérale que pour certains. Barack Obama répète à l’envie que « l’Amérique n’a rien contre l’islam et les musulmans » en omettant d’ajouter « tant que, démocrates ou autocrates, ils ne s’opposent pas à nos intérêts ». Un nouveau visage, le même discours : une fois encore c’est l’action concrète qui pourrait changer la donne. Les musulmans entendent parfaitement le dit et le non dit mais ne voit rien venir quant à une politique qui serait vraiment nouvelle.

Sur un autre plan, il faut ajouter que la question de l’islam est en train de s’inviter aux prochaines élections américaines. Le mouvement du Tea Party et les néo conservateurs mènent campagne sur le danger de la présence de l’islam et de l’islamisation de l’Amérique. Dans dix-huit Etats américains, on tente de passer des lois surréalistes sur l’interdiction de l’application de la shari’a présentée comme une référence barbare. Il ne s’agit donc plus de s’attaquer à l’islamisme extrémiste violent mais à l’islam en tant que tel et à l’essence de cette religion. Ce mouvement gagne du terrain et, de controverse en controverse, installe une atmosphère étrange dans le pays. De la mosquée du Park 51 (dite du ground zéro) à la journée appelant à brûler le Coran, jusqu’aux mobilisations locales contre des manifestations musulmanes ou la construction de mosquées, les tensions s’avivent et on retrouve aux Etats-Unis des discours et des attitudes que l’on a vu s’installer depuis plusieurs années en Europe. Un racisme antimusulman, une islamophobie, qui fait campagne et cherche à stigmatiser une partie de la population américaine sur une base prioritairement religieuse (en plus du racisme contre les Africain-Américains qui perdure). Une politique émotionnelle basée sur la peur, la méfiance et le rejet et qui utilise les tenants du populisme européen, à l’instar de Geert Wilders qui remplit les salles aux Etats-Unis, pour confirmer le bien fondé de cette nouvelle xénophobie.

L’election du Président Barack Obama a paradoxalement permis à ces mouvements de gagner du terrain en jetant le discrédit sur sa propre personne, son origine, voire sa religion (23% des Américains pensent qu’il est un crypto-musulman et 42% pensent qu’il n est pas un bon chrétien : cela fait un total de 65% d’Américains dans le doute). ces mouvements n’auront de cesse de multiplier les critiques et de mettre le Président dans les situations les plus inconfortables qui soient. Ce dernier a dit et répété que l’islam était une religion américaine mais il apparait urgent que son administration, sur le plan intérieur, fasse preuve d’un courage autre que verbal et qu’elle confronte les courants islamophobes et xenophobes avec des politiques plus égalitaires et plus déterminées. Les beaux discours du Président sont suivis de politiques très frileuses sur le terrain : l’arrivée des prochaines élections ne va sans doute pas aider à renverser cette réalité et pourtant c’est paradoxalement le meilleur moyen pour le Président de s’affirmer comme le Président du renouveau, capable de l’emporter avec une politique juste et raisonnable en 2012. L’enjeu est majeur et, en ce qui concerne la question du renouveau de la relation avec l’Islam et les musulmans, la politique internationale est liée à la politique intérieure. Le Président Barack Obama ne peut se satisfaire de discours intelligents (et toujours ouverts) auxquels ils invitent des leaders, des savants et des intellectuels musulmans. Dans la rue arabe, comme dans les villes et les innercities américaines, les citoyens musulmans ordinaires n’ont que faire des images et des mots. Ils restent à l’écoute des silences qui dévoilent, et de l’absence d’actions qui confirment au quotidien les insuffisances critiques de la politique d’Obama depuis trois ans. Les peuples musulmans savent, comme d’ailleurs tous les peuples, qu’il y a un ironique paradoxe à offrir un prix Nobel de la Paix à celui qui toujours en parle et jamais ne l’a concrètement fait. tout est dit dans ce prix. A la lumière des vrais défis, qui exigent de vraies actions, ce fut un beau discours, bien écrit, et qui, une fois de plus, risque d’être mal, peu, ou carrément , pas entendu. Et qui donc aurait tort de demander, au cœur de la transparence démocratique, que celle-ci s’habillât de quelque concrète cohérence ?

 

http://www.tariqramadan.com/Le-President-Barack-Obama-Le-verbe.html

Partager cet article
Repost0
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 01:14
http://www.impots-utiles.com/mt-static/FCKeditor/UserFiles/Image/henri%20proglio%20edf%20veolia%20retraite%20salaire.jpghttp://www.impots-utiles.com/mt-static/FCKeditor/UserFiles/Image/henri%20proglio%20edf%20veolia%20retraite%20salaire.jpg
Henri Proglio garde le cap nucléaire et voit grand pour EDF

http://www.maxisciences.com/edf/henri-proglio-garde-le-cap-nucleaire-et-voit-grand-pour-edf_mrm72113.html


L’accident de Fukushima n’a pas refroidi les ardeurs nucléaires du patron d’EDF qui souhaite tabler sur le développement de l’atome pour bâtir la croissance des années à venir… et devenir numéro un mondial de l’électricité à l’horizon 2020.

Face à l’émoi d’une opinion publique internationale inquiète des dangers du nucléaire, Henri Proglio garde le cap de l’atome… et réaffirme le besoin structurel et indépassable du nucléaire dans le « baseload » (production énergétique de base) français mais également mondial.

 

Fukushima ne « remet pas en cause le nucléaire »

Interviewé cette semaine par Le Monde, Henri Proglio a affirmé qu’EDF resterait une « référence mondiale dans le nucléaire » et que si la catastrophe de Fukushima impose d’être « plus sélectif et plus exigeant », elle ne « remet pas en cause le nucléaire ».

 

A contre-courant des mouvements de défiance observés un peu partout dans le monde ces dernières semaines, EDF compte « s’appuyer sur l’industrie de l’atome pour devenir leader mondial en 2020?.

 

Pour devenir le premier électricien du monde, le « cerbère du nucléaire » français table sur une augmentation de 50% de ses capacités de production (pour atteindre 200 GW), grâce notamment au développement de sites de production à l’étranger (les trois-quarts des nouvelles installations). Des capacités de production dont le mix énergétique n’évoluerait qu’à la marge (avec une légère progression des énergies renouvelables) et continuerait à faire la part belle à l’atome : 50% pour le nucléaire, 25% pour le thermique et 25% pour les énergies renouvelables.

 

Leader mondial de la production électrique ? Croissance construite autour du nucléaire ? Une ambition finalement assez réaliste pour le géant français qui bénéficie, compte tenu de son expérience unique, d’une position préférentielle dans le secteur nucléaire.

 

Pourtant, les arguments rationnels développés par EDF pour expliquer l’inexorable croissance du nucléaire (compétitivité, puissance, raréfaction des ressources fossiles, réchauffement climatique…) pourraient tout aussi bien se heurter au mouvement de rejet post-Fukushima.

 

Si le pari d’EDF, et de l’ensemble des acteurs du nucléaire, est que l’émotion cédera rapidement le pas au pragmatisme, il est un peu risqué de passer ce mouvement d’opinion par pertes et profits.

 

 

.

 

Et si on sortait du nucléaire?

Message relayé A tous points de vue, Le nucléaire c'est très malasain! Et si on sortait du nucléaire? "Fukushima, plus jamais ça!" C'est ce que l'on dit. Et que fait-on pour que cela ne recommence…

 

Pour lire la suite cliquez ici

Partager cet article
Repost0
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 01:01

 

Christine Lagarde – Affaire Tapie : le rapport secret qui l’accable
Mediapart 21 Mai 2011
Présentée comme l’une des favorites des Européens pour succéder à Dominique Strauss-Kahn comme directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde est lourdement mise en cause par un rapport confidentiel de la Cour des comptes sur l’affaire Tapie.

Mediapart en met en ligne une version quasi intégrale. De très nombreuses irrégularités sont relevées par les magistrats financiers. Elles vont nourrir les procédures engagées devant la Cour de justice de la République, devant le Conseil d’Etat et devant la Cour de discipline budgétaire.

 

http://resistanceinventerre.wordpress.com/2011/05/22/christine-lagarde-affaire-tapie-le-rapport-secret-qui-laccable/

Partager cet article
Repost0
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 23:18
Fichier:Nathalie Kosciusko-Morizet.jpg
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Nathalie_Kosciusko-Morizet.jpg.

La ministre de l'Environnement sonne la charge contre la présidente du FN et dénonce dans un livre * ceux qui, à l'UMP, seraient tentés par une alliance avec son parti.

Le Figaro Magazine Faut-il que la situation soit à ce point grave et désespérée pour l'UMP pour qu'une ministre prenne la plume et livre un réquisitoire contre le Front national?

Nathalie Kosciusko-Morizet- Désespérée? Certainement pas, mais il est vrai que la situation comporte une certaine gravité. J'ai été particulièrement interpellée par tout le chemin qui a conduit, depuis un an, à présenter de plus en plus souvent Marine Le Pen comme un personnage politique parmi d'autres et le Front national comme un parti qui est dans le jeu. On a vu Marine Le Pen faire la couverture de journaux, des commentateurs se demander si elle était ou non comme son père, des articles accréditer l'idée que le Front national avait tourné la page et était différent. Moi, je pense qu'il y a une confusion majeure entre modernité et modération. Marine Le Pen s'est trouvé un style, une présentation d'elle-même et de sa mouvance plus modernes. Mais ces artifices n'en font pas pour autant quelqu'un de plus modéré et ne rendent pas son parti plus acceptable. Ce qui me frappe, c'est que toutes les informations que j'ai pu, à mon modeste niveau, regrouper, collecter et mettre en forme dans mon livre sont publiques. Mais les gens ne cherchent pas. Combien de personnes ont voté Front national lors des dernières élections cantonales sans se renseigner sur son programme? Certains ont sans doute pensé voter en faveur d'une certaine identité française. Mais le FN et Marine, c'est le contraire de l'identité française. Ce front-là est antinational !

Vous aviez, au lendemain du premier tour des cantonales, contre l'avis du président de la République et du secrétaire général de l'UMP, expliqué que, personnellement, vous préféreriez voter socialiste plutôt que de vous abstenir en cas de duel avec le FN...

J'assume et revendique mes propos. Mais je veux pouvoir expliquer et développer dans ce livre ce qui m'avait motivée. Il se trouve que je pense qu'il est faux et dangereux d'accréditer l'idée que l'échiquier politique serait un continuum, qu'il y aurait un dégradé de couleurs, du rouge en passant par le rose, l'orange, le bleu et le fameux «bleu marine», à l'intérieur duquel il faudrait se positionner. L'extrême droite n'est pas à l'extrême de la droite. L'extrême droite est d'une autre nature.

C'est-à-dire?

Le Front national est dans un ailleurs, il est hors la nation et à maints égards contre la nation. Il est dans une discontinuité fondamentale avec les autres partis traditionnels. Sur la citoyenneté, par exemple, le FN a une vision à plusieurs étages. C'est le contraire de l'ADN de notre République. Dans notre République, dès lors que vous êtes français, vous êtes complètement français, avec tous les droits qui sont attachés, toutes les protections qui existent et tous les devoirs qui en découlent.

N'avez-vous pas l'impression qu'à l'intérieur de votre majorité, certains, notamment du côté de la droite populaire, flirtent avec les idées du FN?

Il y a dans mon propre parti des gens qui voient davantage l'échiquier politique comme un continuum. Il y en aura peut-être un jour pour prôner des alliances ou des rapprochements avec le FN. Je n'en doute pas. Il y en a, d'ores et déjà, qui évoquent ces alliances au niveau local. Il y en a eu par le passé. Mais c'est parce qu'il y en a qu'il faut dire, et avec d'autant plus de force, que ce n'est pas possible. Il faut aussi reconnaître qu'en France, à la différence de beaucoup d'autres pays européens, la droite a tenu bon et refusé de se compromettre. C'est sur ce refus que doit se renforcer la résistance.

Marine Le Pen a dénoncé la Shoah et fait le ménage parmi les cadres du parti. Vous ne croyez pas à la normalisation du FN?

De quoi parle-t-on? En 2011, Marine Le Pen a dénoncé l'extermination des Juifs par les nazis. La belle affaire ! Ne trouvez-vous pas aberrant qu'elle ait mis vingt ans de vie politique pour concéder cela? Moi, ce que je trouve ahurissant, c'est qu'elle ait vécu si longtemps avec des amis politiques qui rangeaient l'Holocauste parmi les détails. Que Marine Le Pen essaye d'avoir une présentation différente de celle de son père, cela ne fait aucun doute. Qu'à travers quelques gestes de ce genre, la présidente du FN ait voulu confirmer une espèce de nouvelle modernité et effacer un certain nombre de déclarations de son père, c'est indéniable. Qu'elle soit extrêmement gênée, au point que cela puisse faire débat dans son parti, et qu'elle veuille se débarrasser de toute manifestation qui puisse rappeler les origines idéologiques, sociologiques de son parti, c'est évident. C'est un problème pour elle par rapport à sa stratégie. Mais cela ne veut pas dire que la rupture de la filiation idéologique se fait. Il y a des exclusions qui sont cosmétiques. Marine Le Pen essaye de faire en sorte que le 1er Mai, les treillis ne soient pas devant, on est encore dans l'ordre de la présentation. Jean-Marie Le Pen est encore le président d'honneur du FN. Si Marine Le Pen veut aller au bout de cette logique de respectabilité qu'elle semble rechercher et marquer sa différence, le premier à exclure, c'est son père.

 

Tout cela serait de la communication?

Bien évidemment ! A commencer par «la vague bleu marine», le slogan qu'elle utilise. Cette utilisation du prénom et de l'image de la femme est pour moi au cœur de cette stratégie d'adoucissement de l'image du FN, et je suis frappée de voir à quel point cela fonctionne chez les gens. Ils sont d'une naïveté là-dessus...

Mais tous les partis jouent de ces ressorts de la communication et du marketing politique?

Oui, mais Marine Le Pen a poussé très loin la chose, et je suis étonnée de voir à quel point les gens reprennent facilement ce propos qui voudrait qu'une femme soit spontanément dotée de vertus et d'un a priori de douceur que n'auraient pas les hommes. C'est très dangereux, cette vertu a priori que l'on donne aux femmes. C'est dangereux pour tout le monde, pour toutes les femmes. Quand on vous stigmatise dans le négatif ou dans le positif, on vous stigmatise de la même manière. Tous les discours qui consistent à dire que les femmes sont plus douces, plus sympas, conduisent à des impasses. Les femmes, le sachant, ont tendance à vouloir l'instrumentaliser à leur profit. Et c'est ce que fait Marine Le Pen, reprise par son entourage, ses lieutenants et ses soutiens, à l'image des propos tenus par Me Gilbert Collard expliquant pourquoi il était mariniste. Une femme n'est pas plus ceci ou plus cela. En politique, les femmes ne sont pas spontanément meilleures que les hommes. Il n'y a pas de bonté particulière propre aux femmes. Il faut arrêter de penser qu'une incarnation féminine est forcément plus soft. C'est une présentation, mais il n'y a pas une vocation à ce que sur les contenus, l'idéologie, les femmes soient moins radicales. C'est faux et dangereux. D'ailleurs, quand on regarde l'entourage de Marine Le Pen, sur la question idéologique, il y a matière à penser qu'elle est plus radicale que son père. Finalement, Jean-Marie Le Pen était beaucoup dans le folklore. Il était dans l'excès verbal, mais sur l'idéologie, il était largement débordé par les mégrétistes avant que ceux-ci ne quittent le FN. Avec Marine Le Pen, ils font leur retour au premier plan.

Marine Le Pen veut-elle le pouvoir?

Oui, son projet personnel est très différent de celui de son père. Rien n'a changé au Front national, sauf le projet personnel du patron. Il y a les mêmes personnes, les mêmes ruses de l'idéologie, les mêmes recettes électorales qui consistent à prospérer sur ce qui ne va pas. Seul le projet personnel de Marine diffère de celui de son père. Une dose de féminité ne fait pas d'une extrémiste une démocrate.

Comment jugez-vous son programme?

J'ai consulté leur programme sur le site du FN. C'est plus que léger. Soit ce n'est pas nouveau du tout, soit c'est le travestissement de politiques qui sont menées aujourd'hui, avec des mots plus radicaux, soit des propositions complètement absurdes et très peu étayées, impraticables. Mais il faut prendre au sérieux ce programme. C'est mon parti pris. Il ne faut pas partir du principe que cela ne peut pas être fait, mais en démontrer les résultats prévisibles ruineux. C'est ce que je me suis appliquée à faire s'agissant de la politique économique du FN ou encore en matière de gestion des flux migratoires.

Faut-il débattre avec Marine Le Pen?

Oui. A partir du moment où elle présente une offre aux élections, il faut pouvoir parler et démonter ses mensonges et sa supercherie programmatique. Débattre, c'est une manière de combattre.

Pour pouvoir se présenter en 2012, Marine Le Pen doit réunir 500parrainages. Elle aimerait que le principe de leur anonymat soit garanti. Etes-vous favorable à cette mesure?

Non, on tombe là dans une illustration du problème. Soit le FN est un parti comme les autres et alors la politique se fait sur la place publique. Moi je suis élue UMP, je ne le cache pas et j'assume mes opinions. Soit le FN est un parti qui se cache, et ce faisant il pointe sa nature qui est celle d'un parti de subversion.

Si Marine Le Pen devait ne pas parvenir à obtenir ses parrainages, est-ce que cela vous gênerait?

C'est son problème. Il y a une loi républicaine. Elle doit pouvoir réunir 500 signatures. Il ne faut pas tomber dans sa logique de discrimination et de victimisation. Ne comptez pas sur moi !

 


LIRE AUSSI :

» Marine Le Pen demande la fin de la binationalité

» L'avocat Gilbert Collard se rallie à Marine Le Pen

Le Front anti-national, Editions du Moment, 94p., 9,95€. En librairie le 9 juin.

 

Raphaël Stainville

 

http://www.lefigaro.fr/politique/2011/06/04/01002-20110604ARTFIG00004-kosciusko-morizet-marine-le-pen-est-de-meme-nature-que-son-pere.php

 

http://fr.news.yahoo.com/kosciusko-morizet-marine-pen-m%C3%AAme-nature-p%C3%A8re-163901274.html

 

 

Mouvements populistes

Liaisons dangereuses Extrême-Droite, FN, Ultra sionistes, néoconservateurs...

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 19:36

 

http://s149510460.onlinehome.fr/photoblog/birkenau_mardi_640.jpg

http://www.weblettres.net/blogs/?w=Surleschemins&category=Les_camps

 

Commémorons tous les génocides ensemble,

le même jour, pas de discriminations !

par eva R-sistons

 

Ceux qui me connaissent savent que pour moi,

le souci de Justice est premier.

L'amie des Tsiganes que je suis a plaidé, la première,

pour la reconnaissance du génocide TSIGANE, méconnu,

et en vérité plus important, proportionnellement,

que celui des Juifs que l'on commémore presque chaque jour encore,

d'une façon ou d'une autre (Cinéma, Informations, pèlerinages..).

Et plus généralement,

j'ai plaidé pour la reconnaissance de TOUS les génocides.

Mieux encore: Toujours par souci de justice

et pour que toutes les souffrances soient équitablement reconnues

afin qu'elles ne se perpétuent plus,

j'ai plaidé, et je continue de plaider,

pour la reconnaissance,

EN MEME TEMPS, LE MEME JOUR,

de tous les génocides (1),

car il n'y en a pas de plus importants que d'autres.

Il est clair que la Shoah des Juifs

est une tragédie, mais parmi d'autres AUSSI scandaleuses.

Et elle ne doit en aucun cas être instrumentalisée,

particulièrement pour justifier des politiques intolérables

comme en Palestine occupée qui se meurt

jour après jour dans l'indifférence coupable générale.


TOUTES les sombres pages d'Histoire doivent être rappelées,

afin de ne pas se reproduire.

Chaque être humain a droit au même respect,

le devoir de mémoire ne peut être monopolisé

par un seul groupe d'individus.

Et ce sera notre honneur de citoyens du monde de le rappeler,

encore et toujours, jusqu'à satisfaction.

 

eva R-sistons

 

(1): Amérindiens, Noirs d'Afrique (l'abomination de l'esclavage),

Arméniens, Karens, Tsiganes, homosexuels, Tutsi,

Témoins de Jéhovah (au même titre que les Tsiganes et que les Juifs, en 40),

etc etc, trop de tragédies ont ensanglanté la planète ! 

 

 

 

Voir aussi, par ex,

Tsiganes

Jeudi 3 février 2011

 

Reconnaître le génocide tsigane,

réparer cette injustice historique,

commémorer tous les génocides ensemble (eva)

 

Tsiganes-scene-liberty-j.jpg

Scène du film Liberty - Tony Gatlif

 

 

ou encore ici,  j'ai écrit ceci  : 

 

(..) Alors, bon sang, quand va-t-on exiger de commémorer ensemble TOUS les génocides ? Aucun n’est plus monstrueux que l’autre. Tous doivent être rappelés pour que l’horreur ne se perpétue pas. Je suis toujours scandalisée de voir que le seul génocide dont on parle en permanence soit celui des Juifs en 40, comme s’il était unique, alors qu’il est un parmi d’autres, tout simplement. Quand verra-t-on cette réalité en face, quand commémorera-t-on ensemble tous les génocides de l’Histoire ? Cela serait justice - et sagesse, au moment où des victimes de la Shoah préparent en coulisses, via l’Iran, la Shoah planétaire qui emportera l’humanité.... Indignez-vous, dit Stéphane Hessel. Hé oui, jusqu’à mon dernier souffle je m’indignerai, en cherchant la vérité, en dénonçant les mensonges, en plaidant pour le Justice et pour la Paix - ce bien le plus précieux. (..)

 

voir mon article sur le site Oulala.net,

 

http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article4895

Un Nouvel Ordre Mondial anglo-saxon, totalitaire, tueur d’identités

 

.

________________________________________________________________________________________________

 

.

Allemagne

Un mémorial pour les victimes gay de l'holocauste à Munich


La ville allemande de Munich, où les nazis ont attaqué les bars gays dans les premiers jours du Troisième Reich, est en passe de dédier un mémorial aux victimes homosexuelles de l'holocauste.

 

 


Lu sur e-llico

 

 

 

La construction de ce mémorial à Munich est particulièrement symbolique et important dans la mesure où c'est là que le 20 octobre 1934 les nazis ont accompli une descente contre les bars gays de la ville.


Cette attaque a été l'un des premiers incidents marquant ce qui allait devenir une persécution à grande échelle et systématique contre les homosexuels sous le régime d'Hitler.

Le mémorial fera partie d'une restructuration urbaine dans le centre de Munich et sera situé au croisement des rues Oberanger et Dultstrasse là se situait le "Scwharzfischer" (Le Pêcheur Noir), un des plus bars homos les populaires de la ville dans les années 1930.

On estime que plus de 50.000 homosexuels ont été arrêtés sous le nazisme.

Beaucoup ont été internés dans des camps de concentration, même si le nombre réel de déportés ne sera probablement jamais connu.


Les homosexuels ont été contraints de porter des triangles roses, les lesbiennes des triangles noirs.

Beaucoup de personnes homosexuelles qui ont survécu aux camps ont été ensuite emprisonnées, du fait que l'homosexualité restait une infraction pénale après la fin de la guerre en Allemagne. Le Paragraphe 175 - qui criminalisait l'homosexualité - est resté en vigueur jusqu'en 1969

Le projet de monument émane de Thomas Niederbühl, un conseiller du Rosa Liste Partei. Il a rallié à lui les deux partis actuellement au pouvoir à Munich. Seuls les chrétiens-démocrates (dans l'opposition) s'y sont déclaré hostiles.


"Jusqu'à présent, il y avait un consensus pour ne pas établir de différenciation entre les victimes sur les monuments", a défendu un de leur porte-paroles.

Ce n'est qu'en 1995, après une décennie de revendication, que les homosexuels ont vu leur droit à la mémoire reconnu - en reconnaissance de leurs souffrances sous l'occupation nazie - symbolisé par une plaque Triangle rose au Musée Mémorial de Dachau.

Plus tard, un mémorial à Berlin a été construit en 2008.

 

http://reloaded.e-llico.com/article.htm?articleID=26650

 

Un mémorial pour les victimes gay de l'holocauste à Munich - Allemagne

Allemagne

http://reloaded.e-llico.com/article.htm?articleID=26650

 

 

 

La réalisation difficile du "mémorial aux victimes de la Shoah" à Berlin

Vendredi 29 juillet 2005

 

 

(..) De nouvelles discussions éclatent lors de la définition du projet. Faut-il construire un monument général à la mémoire de toutes les victimes de la solution finale, juifs, Tziganes et homosexuels, ou des monuments spécifiques pour chaque groupe ? C'est cette dernière solution qui est finalement retenue en 1999, à une faible majorité par les députés du Bundestag. La décision de construire des monuments en souvenir de l'extermination des Tziganes et des homosexuels a, depuis, été prise. "Après de longues et douloureuses discussions, nous avons voulu ce monument pour évoquer le massacre des juifs, car ce fut le pire des crimes du national-socialisme", estimait récemment le président du Bundestag. "La tentative d'exterminer un peuple tout entier, c'est cela le point de départ."

 

Restait alors à choisir le monument qui allait être construit. Un premier appel d'offres fut lancé en 1994. Après avoir examiné 528 projets, le comité de sélection choisit celui d'une peintre berlinoise, Christine Jackob-Marks, qui proposait d'inscrire les noms des 4,2 millions de victimes recensées de la Shoah sur une gigantesque plaque de béton. Mais, quelques jours plus tard, le chancelier Kohl, soumis à la pression du maire de la ville et du président de la communauté juive allemande, mettait son veto à ce projet jugé "trop gigantesque". Débats parlementaires et multiples colloques devaient suivre avant d'aboutir, en juin 1999, après bien des péripéties et un changement de gouvernement, au projet de l'architecte juif américain Peter Eisenman, qui, lui-même, dû plusieurs fois retoucher sa copie. Le projet consiste alors en un champ de 2 700 stèles de béton et s’étend sur deux hectares. Le dédale de stèles de différentes dimensions devant rendre le caractère insensée, unique dans l’histoire de l’humanité, de la programmation scientifique et de la mise en œuvre méthodique, administrative, industrielle de l’extermination des juifs. (..)

 

http://dndf.over-blog.com/article-641049.html

 

 

 

§§§

Les homosexuels réclament un monument en mémoire des déportés.

Par Judith Silberfeld vendredi 04 mai 2001

 

 

Alors que les travaux du Mémorial aux 6 millions de Juifs victimes de l'Holocauste ne sont pas encore terminés, les militants homosexuels réclament un monument à la mémoire des déportés homosexuels. Ils voudraient que ce monument soit construit au cœur de Berlin, près du Reichstag et non loin du futur Mémorial aux Juifs Assassinés. Cette demande est soutenue par de nombreux leaders juifs, notamment par Paul Spiegel, chef de la communauté juive d'Allemagne. Selon une porte-parole de la ville, les autorités ne seraient pas opposées à cette idée. Pour en savoir plus sur les déportés homosexuels allemands: http://wwww.gedenk-ort.de (en allemand).

 

http://www.tetu.com/actualites/international/Les-homosexuels-reclament-un-monument-en-memoire-des-deportes--3201

 

 

  §§§

 

Un mémorial pour les victimes homosexuelles de l'holocauste à Munich

http://www.fugues.com/main.cfm?l=fr&p=100_article&rubrique_ID=75&Article_ID=17902

 

 

 

tsigane-caravane-j.jpg

http://www.mandora.fr/mandorine/index.php/cinema/liberte 

 

 

  Rappel Tsiganes :

 

monument dédié à la mémoire des Tsiganes

                                       Internés durant le Seconde Guerre mondiale

                         (route de Saliers en direction des Saintes Maries de la Mer (D37))

 

extrait de

"Shoah" des Tsiganes, dossier complet d'eva R-sistons. Mémoire le 23.5

 

 

.


Partager cet article
Repost0
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 19:24

Tout le système oligarchique lui est venu en aide.

 

Dominique Baudis défenseur des droits! Retour sur l’affaire Allègre

 

Sarkozy confirme sa volonté de verrouiller le milieu politique en nommant au poste de défenseur des droits Dominique Baudis une personnalité publique mise en cause, là aussi, dans des affaires de viols, d’agressions sexuelles et de crimes. Je dis là aussi car nombre d’affaires sexuelles non élucidées concernent des hommes d’état et de pouvoir très haut placés…et il y en à marre!


Sans même avoir un jugement sur le fond, envisager pour défendre nos droits, celui des minorités et celui de nos enfants, une personnalité ayant eu maille à partir avec la justice et ne se trouvant innocenté que par la grâce de la rétractation des prostitués et de la mort de témoins me semble quand même un peu léger! C’est comme si on nommait Polanski, DSK, Lang, Douste-Blazy ou Cohen-bendit défenseur contre la pédophilie et les agressions sexuelles! C’est une insulte au peuple et la mise en lumière de la connivence existante entre le pouvoir politique et la justice.


Car revenons sur cette affaire Allègre ou comme tant d’autres ce sont des membres de l’élite qui sont concernés par des accusations graves de pédophilie et de rites sataniques sans jamais être inquiétés. C’est toujours leur plainte en diffamation qui réussit, les témoins qui après avoir parlés se rétractent (pourquoi donc?), des meurtres suspects, des suicides opportuns…tout cela finit par profiter à la présomption d’innocence de ces messieurs (très peu de dames) de la haute société. Jamais une affaire pédophile n’aboutit. Elles sont envoyées sur des voies de garage permettant de ne pas citer les hautes personnalités pratiquant ce genre de rites sexuelles morbides et sataniques et qui sont approvisionnés par la mafia en chair humaine.


C’est facile de dénigrer les témoins, ceux qui osent parler, c’est plus difficile de mettre en accusation ces personnalités politiques qui nous gouvernent. Que Sarkozy ait pu penser un seul instant à Baudis montre bien qu’il entend verrouiller à jamais les droits en faveur de l’oligarchie contre le droit du peuple français à se défendre. Une véritable insulte à la mémoire des victimes.


Et cerise sur la gâteau en sarkozie, la nomination devra se faire suivant les nouvelles dispositions constitutionnelles votées en 2008 et qui précise qu’il faut sur les deux assemblées 3/5 de voix contraires pour être rejetée! Autrement dit aucune chance que la droite se désiste. Un véritable déni démocratique contestée en son temps. Qu’il aurait été plus courageux comme le proposait Ségolène Royal en 2007 de valider une nomination présidentielle avec l’accord des 3/5 ème du parlement.  Ce qui change tout puisque cela oblige à un plus large consensus que la seule majorité.  

 

Voilà comment on vous manipule peuple de France au nom de la soi-disante démocratie.

Retour sur le dossier complet Baudis ICI.

 

http://lesouffledivin.fr/2011/06/03/dominique-baudis-defenseur-des-droits-retour-sur-laffaire-allegre/

 


 

Partager cet article
Repost0
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 18:47

Perte de souveraineté : Trichet veut aller plus loin

3 juin 2011 - 10:27

Voici ce qu’a déclaré Jean-claude Trichet, patron de la banque centrale européenne : «Serait-ce trop audacieux, d’un point de vue économique, avec un marché unique, une monnaie unique et une banque centrale unique, d’envisager un ministre des Finances de l’Union?» Il propose donc un ministre des finances commun à tous les « états » de l’UE qui remplacerait ceux des différents pays membres.  Il est évident que le peu de marge de manœuvre qu’ont les nations européennes pour mener leur propre politique économique agace les mondialistes.

 

Le rôle de ce « super » ministre serait de s’ingérer directement dans la vie politique des états : «l’interdépendance signifie que les pays n’ont pas de facto une autorité interne complète. Ils peuvent expérimenter des crises causées entièrement par les politiques économiques néfastes menées par d’autres». Les domaines d’intervention du ministère des finances supra-national seraient dans un premier temps :«Premièrement, la surveillance des politiques budgétaires et de compétitivité. Deuxièmement, toutes les responsabilités typiques du pouvoir exécutif en ce qui concerne le secteur financier intégré de l’UE. Troisièmement, la représentation de la confédération européenne auprès des institutions financières internationales».

 

http://www.contre-info.com/perte-de-souverainte-trichet-veut-aller-plus-loin

Partager cet article
Repost0
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 18:08

La République veut qu’aucun jeune cerveau ne lui échappe

Qu’importe que les élèves d’aujourd’hui soient illettrés et ignares. L’important est que les « valeurs de la République » (franc-maçonne) soient bien inscrites dans leur esprit : immoralité, démocratisme, shoatisme, ethno-masochisme, mondialisme, individualisme, négation de tout ordre naturel, etc.


Toujours dans cette optique, alors que l’UMP vient de porter un terrible coup à la normalité, via les manuels scolaires, le PS n’est pas en reste, comme vous le voyez ci-dessous.


La large fraction pro-maçonnique du Parti socialiste, Jean Glavany et Jean-Marc Ayrault en tête, repart au combat contre l’enseignement privé sous et hors contrat.


Avec une soixantaine de députés, ils viennent de déposer une proposition de création d’une « commission d’enquête sur les pratiques intégristes, fondamentalistes et sectaires portant atteinte aux lois, aux principes et aux valeurs de la République dans des établissements privés d’enseignement qu’ils soient sous ou hors contrat, et sur les moyens de contrôle qu’exerce l’Education nationale sur ces pratiques ». Ce, alors même que tous ces établissements, aux résultats en général excellents, sont soigneusement inspectés au moins une fois par an.


Source : Faits & Documents n°316.

 

 

http://www.contre-info.com/la-republique-veut-quaucun-jeune-cerveau-ne-lui-echappe

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche