Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 04:22

 

(PADS) - Non aux ingérences des impérialistes au Mali et aux provocations de leurs agents islamistes en Algérie

L’impérialisme français poursuit sans relâche l’exécution de son plan de contrôle politique et militaire total de ses anciennes colonies africaines. Après la Côte d’Ivoire où ses commandos avaient démis par la force Gbagbo, envoyé ce dernier dans une prison de La Haye et installé sa marionnette Ouattara, il vient de lancer son armada aérienne et de débarquer ses troupes au Mali sous le prétexte de combattre des groupes armés islamistes déployés au nord de ce pays et de défendre son intégrité territoriale.

 Depuis maintenant une semaine les impérialistes français tentent de réaliser un de leurs objectifs: déployer durablement leurs troupes militaires au Mali, transformer ce pays en tête de pont afin de contrôler les richesses du Sahel, avec la bénédiction de l’ONU, instance de marchandage et de partage du monde en zones d’influence des puissances impérialistes. Grâce à la soi-disant légitimité internationale délivrée à son action par l’ONU, l’impérialisme français a obtenu l’habilitation de la Cédéao,  son instrument néo-colonialiste, à jouer au gendarme de la Françafrique, faire et défaire les régimes africains au gré de ses intérêts.

Ce prétexte est grossier et hypocrite. Que ce soit sous un gouvernement de droite ou un gouvernement de “gauche”, l’impérialisme s’est toujours appuyé sur les mouvements réactionnaires qui se camouflent sous la religion pour contrer la volonté d’émancipation des peuples de la domination impérialiste et abattre les dirigeants qui lui tiennent tête.

Il vient de faire d’une pierre deux coups. Ses troupes prennent pied au Mali. Et il camoufle sous cette intervention son plan d’encerclement de l’Algérie par le sud en vue de renforcer ses pressions sur nos gouvernants pour les pousser encore plus dans la voie de la compromission et de la rupture avec ses orientations anti-impérialistes traditionnelles. Le Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme condamne l’autorisation accordée par le gouvernement algérien au survol du territoire de l’Algérie par les avions militaires français.

L’impérialisme trompe le peuple malien auquel il veut faire croire qu’il cherche à le protéger des hordes obscurantistes. Il faut être naïf, aveugle ou de mauvaise foi pour oublier ou ne pas voir que depuis des dizaines d’années ces groupes et leurs régimes sont et ont été les meilleurs auxiliaires de l’impérialisme: Afghanistan, Bosnie, Kosovo, Libye, et maintenant Syrie. Peut-on oublier que durant les années 1990 les dirigeants socialistes français ont appuyé le Front islamique du Salut en Algérie en exigeant de reconnaître sa prétendue “victoire électorale” de décembre 1991 et contribué à répandre les pires campagnes de mensonges visant à innocenter les groupes islamistes armés dans les massacres commis en Algérie? Comment peut-on croire que les puissances impérialistes vont libérer les Maliens de la dictature des groupes obscurantistes, alors qu’elles ont mis à feu et sang la Syrie pour tenter de les placer à la tête de ce pays avec l’appui des régimes monarcho-théocratiques de l’Arabie saoudite et du Qatar?

L’impérialisme est confronté à la plus grave crise économique structurelle de son histoire. Il a besoin de diviser les peuples. Tout en prétendant les combattre dans certains pays il soutient dans d’autres les groupes religieux fanatiques qui organisent dans les pays arabes et musulmans des diversions en imposant par la terreur des pratiques religieuses moyenâgeuses. Ces diversions ont pour but et pour résultat d’empêcher les peuples de réfléchir aux mesures politiques, économiques et sociales à prendre pour se libérer du pillage de leurs richesses par les multinationales, pour secouer la domination impérialiste, transformer de façon révolutionnaire les bases économiques de leurs pays. L’impérialisme entretient de façon sournoise ou déclarée l’existence et l’influence de ces groupes. Il en tire profit pour justifier le fichage policier de tous les  peuples. Il propage le racisme islamophobe. Il allume les guerres internes dans les pays arabes et islamiques. Il se présente ensuite sous le masque du “sauveur”. En fait, il  tente de se créer de toutes pièces les prétextes pour dépêcher dans ces pays ses espions, ses agents, ses mercenaires, ses tueurs à gage et ses militaires, et installer des marionnettes aux commandes.


Ce qui se passe au Mali et ce qui vient de se passer dans le complexe gazier de In Amenas avec l’incursion de groupes lourdement armés à partir de la Libye, la prise de dizaines d’otages étrangers, le massacre d’un certain nombre d’entre eux, ne sont que la suite prévisible de l’intervention militaire en Libye des puissances impérialistes, des USA, de l’Angleterre, de la France, de l’OTAN, de l’Union européenne. La liquidation par la force du régime de Kaddafi avec l’appui des forces les plus rétrogrades de ce pays fait peser sur l’Algérie de graves dangers et l’expose à toutes les provocations montées par les services subversifs de ces puissances. Cette liquidation a encouragé partout les forces obscurantistes à relever la tête dans leur sinistre marche pour la prise du pouvoir. Ce sont les puissances impérialistes qui organisent l’insécurité généralisée dans la région pour justifier leurs ingérences. L’émir du Qatar, ami des dirigeants français, ne cache pas qu’il soutient et finance ouvertement les terroristes islamistes intégristes envoyés de Libye au Mali. Aucun gouvernement, pas même le gouvernement algérien, ne l’a condamné. Les dirigeants français exploitent ensuite la présence des bandes terroristes pour s’ingérer dans les affaires du Mali.

Sous prétexte de prêter leur assistance dans la lutte contre les bandes islamistes armées, les puissances impérialistes font pression pour amener le régime algérien à accepter le principe de la présence de leurs “experts” militaires dans le Sahara algérien, premier pas vers l’installation de bases militaires destinées à miner le pays de l’intérieur. Le peuple algérien n’est pas dupe. C’est pourquoi il rejette l’intervention de ces puissances dans ses problèmes internes et réagit avec indignation aux tentatives des dirigeants de la Grande-Bretagne, des USA et d’autres pays de dicter leurs vues aux responsables militaires algériens sur la manière de neutraliser ces groupes criminels.

Ce sont les dirigeants des puissances impérialistes qui portent la responsabilité de la mort de nombreux travailleurs, techniciens algériens et étrangers du site gazier de In Amenas. Les communistes algériens expriment leur solidarité avec les familles de toutes les victimes de l’opération terroriste d’In Amenas, sacrifiées par l’impérialisme pour réaliser ses plans de domination de la région.

Ces événements ne surprennent pas les communistes algériens. Le Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme a prévenu à maintes occasions les travailleurs et le peuple algériens sur les conséquences qui allaient résulter de l’agression impérialiste en Libye et, d’une manière générale, de son agressivité dans le monde. Mais il n’y a pas de fatalité. Les travailleurs et les peuples sont en mesure de lui résister et de lui infliger des défaites.

Il appartient aux peuples, à leurs forces révolutionnaires et progressistes de combattre par leurs propres moyens les courants rétrogrades, les ingérences et les guerres destructrices impérialistes qui favorisent l’extension de ces courants, renforcent l’exploitation et l’oppression des peuples. Face à cette collusion réactionnaire interne et externe, ils doivent compter sur la mobilisation interne de leurs masses laborieuses et sur la solidarité des forces de progrès dans le monde. La clé de la résistance est d’abord l’édification de partis révolutionnaires décidés à mettre fin à l’exploitation et à la domination capitaliste et impérialiste.


Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme
19 janvier 2013

Affiché sous Edito, International

Article publié par Dragan MIRIANOVIC, le mardi 22 janvier 2013 à 18:00

 

http://www.initiative-communiste.fr/wordpress/?p=12659#more-12659

 

 

Voir aussi :

 

François Hollande et la Françafrique : de changement, il n’y en a pas !.

 

.
La guerre du Mali expliquée par Michel Collon (vidéo 26’54) :
 

.

Le MALi nécessaire

Désolé d'y revenir Mali, la guerre,hélas ! mais... la guerre est affaire trop grave pour être laissée aux évidences immédiates de lutte contre le terrorisme. MALI : ANALYSE DE SAMIR AMIN Texte de…

Pour lire la suite cliquez ici

Texte de Samir Amin diffusé par le M'PEP - Mouvement Politique d'éducation Populaire avec l’autorisation de l’auteur. Économiste franco-égyptien, Samir Amin est directeur du Forum du Tiers-Monde.

.

UN EXCELLENT SITE QUE JE VOUS RECOMMANDE


Partager cet article
Repost0
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 04:15
Russie eternelle - Marina Vlady
L'espérance russe, l'engouement.
De plus en plus, dans le monde,
on se tourne vers la si sensible Russie,
on attend d'elle qu'elle soit un contre-poids
au matérialisme ambiant,
au militarisme croissant,
aux ingérences intolérables partout.
On attend d'elle qu'elle impulse
le respect des nations souveraines,
d'un monde multipolaire,
et un supplément d'âme.
De Gaulle l'avait dit :
L'avenir de l'Europe,
culturel, commercial, et pour la paix,
est avec la Russie, intimement.
Parole de sagesse qui doit aujourd'hui
résonner plus que jamais...
pour un monde viable !
Chantal Dupille

.

Alexandre Latsa
12:34 23/01/2013
"Un autre regard sur la Russie" par Alexandre Latsa

Alors que l’affaire Depardieu n’en finit pas de faire des remous médiatiques, on peut cependant déjà tirer une conclusion de ce Buzz planétaire: la Russie pour des centaines de millions de gens apparaît comme un pays dans lequel on peut désormais envisager de s’installer. On peut même imaginer que l’affaire Depardieu a fait plus pour l’image de la Russie que la plupart des grands cabinets de PR qui travaillent pour l’Etat! Depardieu n’est cependant pas le seul à vouloir devenir russe. Les lecteurs de RIA Novosti ont pu lire une nouvelle surprenante vendredi dernier affirmant qu’un pilote de Montgolfière français, du nom de Xavier Faure, souhaitait lui aussi devenir Russe!

.

 

 

197310767.jpg
© Photo

J’ai donc voulu en savoir plus sur ses motivations à "souhaiter devenir russe".


Xavier Faure bonjour et merci de bien vouloir rependre a mes questions, tout d’abord, pourriez vous vous présenter?


J'ai 37 ans, célibataire, né à Reims en Champagne. J'ai étudié le Russe comme première langue étrangère au collège. Je n'étais pas un très bon élève mais j'ai toujours porté ce pays dans mon cœur. J'ai ensuite étudié dans le domaine technique et obtenu un brevet de technicien en électrochimie, avant de travailler dans diverses usines, de simple operateur jusqu'à chef d'équipe. J'ai ensuite travaillé comme équipier de montgolfière, un métier au contact du public et de la nature. Puis j'ai passé mon brevet en contrat de qualification. En 2006, je suis devenu pilote professionnel après 150 heures de vols et avoir piloté des montgolfières de gros volumes dans différentes grosses sociétés en France et à l'étranger. Du fait de la précarité et de la saisonnalité de cette activité, j'ai essayé en parallèle de trouver une activité stable qui me correspondrait.

J'ai donc passé un examen professionnel en sérigraphie en 2001, puis un BTS en agriculture Biologique en 2007 mais les belle promesses sur le Bio ne sont pas suivis de financement. Parallèlement donc j’ai travaillé sur d'autres sujets: l'eau sous tous ces aspects, des traitements naturels a la potabilisation, les médecines alternatives et quantiques et aussi sur les systèmes énergétiques innovants. Je suis en relation avec des chercheurs et expérimentateurs dans ces domaines et j'écris quelques articles dans des revues spécialisés. En gros je fais de la veille technologique.


Si j’ai bien compris vous résidez actuellement à Koungur, une petite ville dans l’Oblast (région) de Perm. Pourriez-vous nous présenter la ville, et ce que vous y faites? Comment y est la vie?


C'est une très petite ville de province, source de quelques moqueries de la part des habitants des grandes villes, mais c'est surtout une étape sur la voie du transsibérien. Elle est traversée par trois rivières. Le Héros Ermak y serait arrivé en Bateau et aurais fait étape avant de conquérir les territoires sibériens et battre les tatares. Les Armes de la ville sont la corne de l'abondance et les cristaux de l’Oural, ainsi que le bateau d’Ermak.

Koungur possède de nombreuses et magnifiques églises et il est possible de se baigner dans les rivières en été comme en hiver, c'est même le sport local préféré, me semble-t-il. Il y a une grotte très rare ou il y de la glace toute l'année, plusieurs usines et de la place tout autour pour se poser en montgolfière. Comme partout en Russie les femmes y sont très belles.

La nature est très riche avec les paysages typiques des contreforts de l’Oural, plats avec de la forêt trouée par de grandes étendues de champs peu cultivés et des vallées fluviale plus prononcés mais parfois encaissées. En France, cela pourrais ressembler à un mélange de régions entre Colmar au pied des Vosges et les Ardennes entre Charleville-Mézières et Gisors.

Il y a quelques usines comme "Маштаб" qui fabrique des camions et emploie entre 3.000 et 4.000 personnes, deux usines de transformation de viande dont la célèbre "Телец", deux usines de limonade "Пикон", le "Молокобинат" pour le lait, deux scieries et d'autres que je ne connais pas encore.

La vie y est dure et douce en même temps. Dure économiquement car il me semble qu’il faille au moins deux activités pour vivre correctement. Il y beaucoup de "débrouille" mais tous le monde se connaît et il y a une forte entraide et une importante solidarité que je ne connais pas chez nous en France, en tout cas pas à cette échelle. J'entends malgré tout, souvent, que c'est moins fort qu'il y a 10-15 ans en arrière. L'esprit de la surconsommation effrénée et l’hyper matérialisme me semble porter atteinte à l'âme des gens et ici comme ailleurs les mêmes causes produisent les mêmes effets. Mais il y encore de la marge avant d'arriver à la même situation qu'en France. Les habitants sont patriotes, ils aiment leur pays et l'affichent. La ferveur religieuse est aussi très présente et importante.

Les institutions locales et fédérales sont socialement très présentes surtout après des enfants, écoles, bibliothèques, maison des activités de l'enfance pour les petits, maison des jeunes et du tourisme, parcs pour les enfants et installations de jeux enfantins, le sport et les installations sportive, stades, piscine, salles d’entraînement etc. Il y a aussi des musées dont celui de la conquête spatial et enfin le collège des Artistes et son foyer ou j'habite et dont les conditions matérielles pourraient paraître spartiates pour un Européen normal. Il y partout de grands quartiers d'isbas traditionnelles et parfois un ensemble d'immeubles au milieu. On trouve des petits magasins partout et quelques hypermarchés de types super U, et il y a aussi un club très actif d'école de pilotes de montgolfière, dirigé par Andreï Vertiproxov, ancien pilote de Mig.

Mes occupations sont diverses. J'ai fait quelques interventions dans une école locale ou on y enseigne le Français en deuxième langue. L'administration issue de l'époque Eltsine pousse pour l'anglais en première langue et le français ainsi que l'allemand font de la résistance. Je suis sinon fort occupé par mes démarches administratives (pour obtenir un passeport Russe) et les nombreuses interviews que j’ai commencé à donner a ma grande surprise. Enfin et surtout j’apprends le russe.


Pourquoi avoir choisi une aussi petite ville, alors que généralement les étrangers s’installent plus généralement dans des grandes villes russes?


J'aime les petites villes car la nature est à porté de la main, c'est très important pour moi. Je ne supporte plus, en France comme ailleurs, l'absurdité de la vie dans les grandes villes. Passer sa précieuse vie dans les embouteillages à dépenser une énergie de plus en plus rare, tout ça pour un travail qui ne sert qu’à perpétuer un système moribond, me parait complètement aberrant.

Mais surtout, j'ai trouvé un endroit ou je me sens à ma place.

Grâce à Daria Gissot de l'association So!art qui représente la ville de Perm à Bruxelles,  j'ai cet été participé à "небесная ярмака", le festival de montgolfière annuelle de Koungur. Elle m'avait souvent parlé de sa Région natale et c'est un projet que nous avions depuis longtemps.

J'ai rencontré ici de nombreuses personnes avec qui je me suis profondément lié d'amitié, une équipe municipale dynamique et volontaire, ainsi qu'une population chaleureuse. Une sorte de liberté et de joie de vivre malgré les soucis quotidiens, règne ici. Une ville, belle, historique avec un potentiel de développement important. Bref, un petit morceau de paradis, comme il en existe beaucoup en Russie.


Comment arrive-t-on de France (Lille?) à Koungur? Je veux dire physiquement bien sûr mais aussi mentalement? Quelles sont les raisons ou motivations qui vous ont poussé à quitter la France?


Et bien en voiture déjà, car je suis parti avec ce qui me semblais essentiel à emporter et j'ai traversé toute l'Europe et le pays baltes. Après, moralement, je ne sais pas expliquer comment, c'est à l'intérieur que cela se joue et je n'ai pas les mots pour le dire, il faut le vivre. Comme ont dit en Russe "просто так" simplement comme ça! Quelques habits chauds, une volonté de fer de rester et d'y vivre et un forte envie de pleurer de joie tout les jours quand je me lève et que je regarde par la fenêtre et ce malgré les difficultés.

Les raisons sont diverses et nombreuses. D’abord je crois que fondamentalement j'ai toujours voulu habiter en Russie, donc c'est un rêve d'enfant que je devais réaliser avant d'être trop âgé.  Ensuite la situation en France est devenue intenable sur beaucoup de plan. La vie est excessivement chère, cela se dégrade chaque jours et ne va pas s'arranger de si tôt, je pense même que cela va fortement se dégrader cette année. La situation économique et sociale est exécrable. Je n'y ai plus de perspectives d'emploi. Les projets et idées que j'ai eues n'ont rencontré aucun écho. Je trouve que beaucoup de gens sont fermé d'esprit ne s'intéressent qu'a eux et sont vieux dans leur tête. Les politiques n'en ont que faire du peuple et ne vivent que pour eux et leurs petites magouilles personnelles. Il n'est pas possible ne montrer qu'on aime son pays, comme en Russie. Je ne me sentais plus de rester en France. C'est mon pays que j'aime, j’aime son histoire qui me rend fier, j’aime sa culture et sa cuisine, il a été grand, mais je n'arrive plus à m'y projeter dans le futur.

Aujourd'hui, la France est un pays en faillite qui ne peut plus payer ses militaires en opération depuis 8 mois et qui fait enlever les culasse des armes quand le président visite une caserne!

J'ai vécu une expérience intéressante l'hiver dernier qui m'a décidé à partir. En revenant d'Afrique, j'ai remarqué qu'en nous posant à Orly les même gens qui était joyeux dans l'avion devenait soudain apathique comme si un couvercle leur était tombé dessus. C'est là que j'ai réalisé qu'il y avait une atmosphère particulière qui planait sur la France. J'ai eu la confirmation de ce phénomène par beaucoup de personnes qui ont voyagé ainsi que sur le blog de Pierre Jovanovic : nombreux sont ceux qui ont ressentis la même chose. Personnellement, je suis de nature joyeuse mais c'était un effort de tous les instants de ne pas être contaminé par cet apathie générale et c'était très énergivore et fatiguant.

En Russie il y a beaucoup de problèmes à régler mais ma vie c'est transformé d'un mauvais film de série B en aventure de tous les instant. Il m'arrive ici des choses qui n’auraient pas été possible en France!


L’image de la Russie est mauvaise, tout le monde le sait. Vous habitez dans ce pays depuis quelques mois et dans des conditions normales (pas en tant qu’expatrié), quelle est votre opinion sur l’image de la Russie par rapport à ce qu’est la Russie en réalité? Ou du moins telle que vous la vivez?


La vision médiatique est complètement fausse et n'a pas grand chose à voir avec la réalité. Il règne ici une forme d’insouciance, un joyeux bazar organisé, (les russes disent всё нормално!) à tout bout de champs pour les choses un peu curieuse et il y a une envie de vivre que j'ai aussi rencontré en Afrique noire et qui à a mon avis disparu depuis longtemps de chez nous dans nos pays Européens.

Sinon c'est une démocratie représentative comme les autres, ni plus ni moins avec ses particularités propres, qui sont une administration parfois lente et lourde et des différences sociales très marqués, résultat sans doute de l'hyper-libéralisation de l'économie des années 90. Les Russes sont comme les autres humains, ils y en a des bons, des très bons, des mauvais et des très mauvais, mais heureusement ceux que je connais ont un cœur "grand comme ça".

Surtout, je m'y sens plus libre que ces dernières années en France. Il y plein de choses, aussi simple que de se baigner librement en rivière par exemple, qui ne sont plus possible en France. Gérard Depardieu à dit que: "La Russie est une grande démocratie". La Russie est une démocratie comme la France (qui d’ailleurs à été un modèle dans la rédaction de la constitution russe) et c'est un pays à l'échelle d'un continent donc oui, techniquement "c'est une grande démocratie".


Comparativement à la France et dans le cadre du quotidien vécu: quel est le plus grand atout de la Russie et aussi ce qu'il faut améliorer en priorité?


Le plus grand atout, c'est la solidarité. Les Russes sont tous différents mais se sentent tous Russes dans l'âme et sont prêt à vivre ensemble et à construire une grande Russie. L'immense espace territorial est aussi un grand atout car il recèle de nombreuses ressources naturelles qui assurent à la Russie son indépendance. Il y a ici de la place pour tous et pour tout faire.

J'entends très souvent autour de moi des plaintes envers l'état des routes et la précarité des rémunérations et du système des retraites. Une autre inquiétude est la dépendance économique basé principalement sur la ventes des ressources énergétiques, qui si celles-ci devaient se tarir, laisseraient la Russie exsangue. Je pense que la Russie devrait massivement investir dans les économies d'énergies et les ressources locales de productions énergétiques et alimentaires. Parallèlement développer un système de sécurité sociale fort sur le modèle Français, modèle envié dans le monde entier et qui a été un gage de prospérité économique pendant 40 ans, jusqu'aux attaques gouvernementales de ses dernières années.


Beaucoup de Français, depuis l’affaire Depardieu, affirment à haute voix vouloir un jour devenir russe, notamment sur ma page Facebook j’ai pu le constater. Tous ne connaissent pas la Russie, mais ce pays pour eux représente quelque chose, comme une sorte de forteresse? Etes-vous d’accord avec cela?


Oui en partie. Pour l'instant c'est un pays qui semble être sur une position non-aligné par rapport à l'axe du bien censé être le monde des démocraties occidentales. En tout cas, elle participe à l'élaboration d'un monde multipolaire favorisant l'entente des peuples et est donc gage de stabilité mondiale et de prospérité économique. Les valeurs qui ont permis aux humains de vivre ensemble y sont encore défendues.

Le même phénomène a eu lieu envers la France quand le Président Chirac avait refusé de participer à la deuxième guerre en Irak. La France s'était levé contre une injustice majeure et avait suscité l'intérêt et l'admiration à travers le monde. Partout les Alliances Françaises avaient été envahies par des personnes qui voulaient apprendre le français.

La Russie représente aujourd'hui un phare guidant les gens qui refusent la vision simpliste, marchande et unipolaire du monde, et qui recherchent un peu d'enthousiasme et de chaleur humaine. Elle retrouve un peu le statu qu'avait l'URSS face au modèle tout capitalisme libéral américain, mais dans un monde qui a évolué et où les repères et valeurs sont différents.


Vous avez parlé de prendre la nationalité russe? Vous êtes donc prêt à abandonner votre nationalité française comme le prévoit la loi russe?


Et bien, je ne suis pas un expert en droit international, mais je ne vois pas d'inconvénient à abandonner la nationalité française! Mes meilleurs amis en France sont Belges, Polonais, Russes, Géorgiens. La France est aujourd’hui vendue à l'idée européenne qui ne reconnaît pas les nations en tant qu'entités souveraines. 90% des lois françaises qui sont votées par le parlement sont des lois européennes transcrites en droit français. La Commission Européenne décide du budget de la France. Le drapeau français a disparu du site de l’Élysée et nos gouvernements privatisent le système des retraites et la sécurité sociale, soit le meilleur système de protection sociale que tout le monde nous envie.

La France en tant que tel pour moi n'existe plus donc quid? Où est le problème?


Vous sentez-vous proche de la mentalité russe, et si oui comment la définiriez vous ? En quoi diffère-t-elle de la mentalité française?


Oui, je me sens assez proche de la mentalité russe, qui est une forme de résignation joyeuse, "вот как мы живем" disent souvent mes amis. Voilà comment nous vivons, traduction. "C'est dur mais on est chez nous avec nos amis et cela nous plaît, que peut-on faire d'autre?". C'est un mélange de survie au jour le jour et de vie intense de chaque bon moment de la vie sans trop se poser de question sur l'avenir.  En tout cas en province c'est comme cela que je le ressens.

En France tous est contrôlé, aseptisé, propre, rangé, légiféré, organisé, fini! Il est difficile de trouver de l'aventure comme c'était possible jusque dans les années 1950. Il n'y a plus de grandes causes dans lesquelles s'identifier sinon celles proposées par le monde anglo-saxon. C'est d'ailleurs pourquoi beaucoup partent en vacances loin, dans des destinations exotiques et aventureuses. Moi qui est vécu une grande partie de ma vie à Reims puis suis parti pour mon travail aux 4 coins de la France: Angers, Saumur, Toulouse, Lille, j'ai ressenti partout le même malaise d'être jeune avec peu de débouché et de faire face a cette situation nouvelle en France: l'ennui dans des grandes villes désertées à partir de 20h00, les tensions avec les banlieues, l'incompréhension réciproque, etc.


Quels sont vos plans et objectifs aujourd’hui en Russie? Que pensez- vous que la Russie peut vous apporter?


Dans un premier temps, je vais travailler avec les élèves de l'école de français de Perm, le temps de mieux maîtriser le russe et d'étudier le fonctionnement des structures locales. Mon expérience dans l'émission d'Andreï Makarov sur la Première chaîne m'a donné envie de participer à des émissions où il est possible de débattre calmement des questions économiques et sociales et d'apporter mon expertise, car j'ai aussi étudié l'économie politique dans un parti politique pendant cinq ans. J'écris parallèlement des articles sur la vie en Russie et aussi sur les autres sujets auxquels je m’intéresse à destination de la France.

Par la suite, je souhaiterais partager l'expérience de mes divers domaines de compétences, montgolfières, tourisme et agriculture biologique avec la Russie et principalement à Koungur. J'aimerai aider Koungur à devenir une ville modèle dans le domaine des questions d'environnement et monter une association de promotion des techniques liées à la protection de l'environnement en Oural, voire créer une maison de l'environnement et du tourisme environnemental, comme il en existe en France, associant une découverte du terroir en Montgolfière. Un tel centre serait je crois un pôle d'excellence et d'attraction pour Koungur.

Il y a ici de nombreuses possibilités. Le président Poutine et le premier ministre Medvedev ont déclaré: "2013 année de l'environnement et de l'agriculture biologique en Russie", l'occasion d'agir dans ce sens est une chance dont Koungur pourrait se saisir. La ville est idéalement située dans ce cadre, au croisement de deux axes routiers importants, un axe Nord/Sud et l'autre faisant le lien entre la Russie européenne et asiatique. La ville est proche d'un aéroport et desservie par une ligne ferroviaire. De plus, son cadre naturel et historique la chaleur de sa population, sont tout autant d'atouts qui en font une ville attractive.

J'aimerai que la Russie m'apporte, que la France ne permet que difficilement d’obtenir, un travail, de la reconnaissance et un terrain pour construire une maison et une famille. Mais j'aimerai surtout que ma présence ici permette à la Russie ainsi qu'à la France, deux grand pays avec des histoires communes sur de nombreux points, de mieux se comprendre et de travailler ensemble en dépassant les conflits politiques.


Merci Xavier Faure pour vos réponses, les lecteurs souhaitant en savoir plus peuvent consulter votre blog, qui relate votre nouvelle vie en Russie.

L’opinion exprimée dans cet article ne coïncide pas forcément avec la position de la rédaction, l'auteur étant extérieur à RIA Novosti.


Alexandre Latsa est un journaliste français qui vit en Russie et anime le site DISSONANCE, destiné à donner un "autre regard sur la Russie".


"Un autre regard sur la Russie": Les enfants, enjeu politique de Moscou à Paris?

"Un autre regard sur la Russie": Depardieu est devenu russe: pas si fous ces Gaulois!

"Un autre regard sur la Russie": De Rospatriotism, des Cosaques et de l’interdiction de MTV 

"Un autre regard sur la Russie": La fin du monde, non, mais la fin du monde unipolaire, oui

"Un autre regard sur la Russie": La Syrie, la Russie et la France

"Un autre regard sur la Russie": La bataille pour l’Eurasie va-t-elle s’accélérer?

 "Un autre regard sur la Russie": Quel modèle de société pour la Russie de demain?

"Un autre regard sur la Russie": Dialogue Russie – Occident: un problème de morale?

"Un autre regard sur la Russie": La Russie: incarnation du rêve gaulliste au 21ème siècle?

"Un autre regard sur la Russie": La guerre totale contre la corruption a-t-elle commencé?

 

.

.

Voir aussi sur ce site mes articles :

.

 

La russie est de retour. L'âme slave dont nous avons besoin

La russie est de retour. L'âme slave dont nous avons besoin

 

L'empire a déclaré la guerre à l'humanité, mais il se heurtera à la russie

L'empire a déclaré la guerre à l'humanité, mais il se heurtera à la russie

 

Russie joker des peuples, meilleur garant de la paix dans le monde

Russie joker des peuples, meilleur garant de la paix dans le monde

.

Russie eternelle - Marina Vlady
Plus de vues
  • Russie eternelle - Marina Vlady
  • Russie eternelle - Marina Vlady
 

MARINA VLADY

  • Type : Livre
  • Editeur : Archipel
  • Date de sortie : 20/10/2010

http://www.gibertjoseph.com/russie-eternelle-475858.html

  • Description
    Un voyage dans la Russie de toujours, celle qui a survécu aux vicissitudes de la politique et aux épreuves de l'histoire : tel est le périple auquel cet ouvrage nous convie. En 150 photos, l'oeuvre de quelque 70 photographes, il nous mène à la rencontre du peuple russe. Dans toute sa diversité : de ces indomptables babouchkas sur qui repose le salut du foyer à ces enfants au sourire rêveur, des redoutables Cosaques aux prêtres déambulant en quête spirituelle. Une myriade de peuples, sur fond de steppes, de lacs gelés, de monastères aux coupoles dorées ou multicolores. C'est aussi à une découverte de la littérature et de la spiritualité russe que nous sommes ici invités. Au fil des photos, les maîtres mots et citations de grands auteurs, choisis par Michel Evdokimov, ponctuent les images : ils se nomment Saint-Séraphin de Sarov, le père Men, Pouchkine, Tolstoï, Dostoïevski. Empreintes d'émotion et de profondeur, les photos, toutes en couleurs, ayant été prises par des photographes qui habitent sur place pour la plupart, ont su capter la lumière au moment où elle était la plus belle.

 

.

sd
Je ne vous dis pas les émotions des voix de basse profonde. On comprend pourquoi il n'y a pas d'orgues en Russie.
 
vil
Tôt matin, à l'ouverture des échopes, devant le vieux village en bois sans clous (que du chanvre contre les courants d'air)
 
ni
La grande salle familiale où tout se vivait, se faisait, se discutait
 
bt
Chaque rue commerçante avait son église : question de prestige !
 
btf
J' y ai pu filmer 5 minutes d'un carillonneur magique ! Doigts gelés ? pas grave ! C'est pour la cause !
 
or
Les célébrissimes "portes d'or". Un process peu commun par gravure ?
 
ret
Retour sur Moscou : Cathédrale Basile le Bienheureux
 
df
Petite découverte de Madame Mauss dans une rue ordinaire
 
 
 gr
L'impressionnante université de Moscou sous les brumes matutinales
 
gtr
Préliminaire à ce jour : St Petersbourg, avec la Neva gelée
 
lk
La Grande Catherine dont a toujours rêvé le Docteur Bonobo : enfin une femme à sa hauteur :-)
 
nev
Demain : Ermitage et autres beautés de cette ville totalement époustouflante !
.
http://gje.mabulle.com/index.php/2012/02/13/204600-la-russie-nternelle-de-souzdal-nc-moscou
.
.
La Russie éternelle par ses fleuves
Claude Bédard Agence QMI

russie - La Russie éternelle par ses fleuves
© CLAUDE BÉDARD/AGENCE QMI
pix.gif
Une des plus belles écluses du voyage, celle d’Ouglitch. pix.gif
Une musique de type militaire retentit. Comme à chaque appareillage, c’est le signal du départ du M/S Tchaïkovski, notre navire de croisière russe qui, au cours des prochains 2000 kilomètres, sillonnera les fleuves Neva, Svir et Volga ainsi que les immenses lacs Ladoga et Onega.

Ce périple passionnant de 12 jours nous fera découvrir des villes et villages historiques avec leurs trésors cachés, à partir de Saint-Pétersbourg, la «Venise du Nord», jusqu’à la capitale de toutes les Russies, Moscou. À une époque où tout va trop vite pour découvrir le monde, ce voyage par les voies fluviales nous permettra de prendre conscience en toute tranquillité de l’immensité de ce pays mythique et d’en apprécier les beautés insoupçonnées.

La lumière du soleil de minuit – nous sommes en juillet - s’étend sur un paysage infini dans lequel s’enfonce notre navire qui ronronne en toute quiétude. Nous sommes à quelques centaines de kilomètres du cercle polaire et pourtant, la nuit qui tombe nous enveloppe d’une douce moiteur.

 

Le voyage s’amorce par cette voie fluviale qui demeure encore aujourd’hui le moyen privilégié pour relier la Russie des tsars, Saint-Pétersbourg, à la Russie moderne, Moscou, notre destination finale.

Il faut souligner que la construction de canaux aux multiples écluses permettant de relier par voie d’eau les deux grandes métropoles date d’à peine un siècle. Et jusqu’en 1998, il était absolument interdit aux étrangers d’emprunter cette route pour des raisons stratégiques. Aujourd’hui, c’est l’enfant chéri des croisières en Russie. Le panorama fabuleux qui défile sous nos yeux rappelle par ailleurs, sous bien des aspects, les paysages de chez nous, avec ces maisonnettes de bois coquettes, entourées d’épinettes et de bouleaux blancs, qui bordent le rivage.

La Venise du Nord

Reconnue comme une des plus belles villes du monde, célébrée par les poètes, écrivains et musiciens, Saint-Pétersbourg (qui s’appelait Leningrad durant le régime communiste) étonne par toutes les couleurs pastel qui ornent les principaux édifices de la ville. Créée de toutes pièces par le tsar Pierre le Grand au début du 17e siècle, cette métropole du nord-est en fait constituée de 42 îles reliées entre elles par 342 ponts dont les principaux sont levés durant la nuit pour laisser les navires circuler.

 

Aussi!

Au fil de l'eau

Comme Paris, c’est une ville qui se laisse apprivoiser, mais il faut y prendre son temps, car il y a tant à faire. Pour se déplacer d’un quartier à l’autre, son métro, le plus profond du monde, est très facile à utiliser même pour des touristes, à condition de faire attention au nom des stations, écrit en caractères cyrilliques.

 


imp?migAgencyId=375&migSource=adsrv2&mig

Parmi les nombreux monuments à visiter, il faut citer en premier lieu le Musée de l’Ermitage, fondé par l’impératrice Catherine II, qui renferme trois millions d’œuvres et qui vaut à lui seul le voyage. Un véritable labyrinthe constitué de 700 chambres! Il vaut mieux avoir un guide.

À ne pas rater également la forteresse Pierre-et-Paul et le Palais Youssoupov. Et puis, il faut absolument folâtrer sur la «Perspective Nevski», l’artère centrale de la cité où jeunes et moins jeunes se donnent rendez-vous de jour comme de nuit. Si le cœur vous en dit, vous pouvez faire une balade sur les canaux de la ville et admirer au passage la célèbre église du St-Sauveur-sur-le-Sang-Versé, haute en couleur.

Aux environs de la ville, il faut absolument visiter le «Versailles-sur-Mer» dont les travaux d’embellissement ont duré deux siècles! On considère que Peterhof, c’est son nom, surpasse en grandeur, en beauté et en ingéniosité le Château de Versailles, orgueil des rois de France. Le palais Catherine, lui aussi en banlieue, est aussi une splendeur d’architecture.

20111003-172026-a.jpg

Disneyland au cœur de la Carélie

On nous avait prévenus. Il n’y a plus que 150 habitants dans le village de Mandrogui, démoli pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais 150 habitants, artisans, musiciens, bâtisseurs, farouchement résolus à faire revivre leur village reconstruit en 1996 sur les bases de l’ancien. Les visiteurs, dont le bateau vient de faire escale après une nuit à naviguer sur la Svir, s’en font mettre plein la vue! Devant leur détermination, le gouvernement a même fait réapparaître leur municipalité sur la carte de la Fédération de Russie. Musée de la vodka, ferme d’élevage de cailles et de lapins, nombreux magasins d’artisanat, isbas très colorées, rien n’est vraiment authentique, mais tout est si joli et les gens si sympathiques que nous sommes prêts à jouer le jeu dans ce mini Disneyland coloré à la sauce russe.

En passant, on nous dit qu’il faut être trois pour vider une bouteille de vodka, pas plus, pas moins. Est-ce ça la fameuse «troïka» dont on nous parle tant? Même le premier ministre Poutine a succombé à son charme et s’est fait potier, l’espace de quelques heures, pour créer une jolie matriochka toujours exposée dans une vitrine du marché artisanal.

Une cathédrale de bois

Une des plus belles surprises de la croisière nous attend au petit matin au cœur de l’immense lac Onega dans le Grand Nord russe. Sur la petite île de Kiji, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, trône majestueusement la magnifique cathédrale de la Transfiguration construite en bois, sans un seul clou, en 1714.

Surmontée de 22 bulbes recouverts de 30 000 tuiles en bois de tremble argentées, elle arbore un aspect mystérieux et on dit que de nombreux mythes l’entourent. Miroitant sous la lumière du jour, cette « huitième merveille du monde » est absolument fascinante et il est difficile de porter votre regard ailleurs tant elle vous mystifie par ses formes et son originalité. Elle domine d’ailleurs tout le paysage de l’île.

Yaroslavl la funeste

Après avoir atteint Goritsy, perché sur la rive de la Cheksna, une visite s’impose à l’émouvant monastère Saint Cyrille du lac Blanc, où on exilait jadis les femmes des grandes familles russes qui tenaient trop tête à leur mari et seigneur… Nous naviguons ensuite sur la Volga, ce fleuve mythique présent dans le cœur russe, en empruntant l’immense réservoir de Rybinsk, qui nous mène vers Yaroslavl.

Fondé il y a plus de mille ans, ce bijou de l’anneau d’Or est renommé pour la grande beauté de son architecture religieuse et de ses fortifications, témoignages de son glorieux passé.

20111003-172026-b.jpg

Depuis septembre dernier, cette séduisante cité de 650 000 habitants a vu son nom s’étaler dans les médias du monde entier suite à la funeste tragédie de son équipe professionnelle de hockey de la KHL, entièrement décimée lorsque leur avion s’est écrasé au décollage dans la Volga à quelques centaines de mètres de la ville.

 

Avant dernière étape de notre voyage, Ouglitch se présente à nous comme une petite ville de province calme et charmante. Le temps s’écoule doucement dans cet endroit dont le passé cache pourtant de terribles événements. C’est en effet ici qu’on a assassiné Dimitri, le fils cadet d’Ivan Le Terrible, ce qui conduira plus tard à l’occupation polonaise dont elle ne s’est jamais remise, dit-on. Le célèbre opéra «Boris Godounov» s’inspire d’ailleurs de cette troublante histoire.

 

Le café de chez Pouchkine

Le navire glisse silencieusement sur la Moskova et l’étoile rouge de la tour du port d’arrivée paraît à l’horizon. Notre croisière s’achève dans la chaleur moite de Moscou, capitale moderne de la Russie depuis Lénine et ville la plus peuplée d’Europe avec ses 11 millions d’habitants.

Sur la place Rouge m’attendait mon guide Nathalie… Non la muse de du chanteur Gilbert Bécaud n’y était plus, mais il est maintenant possible de prendre un café chez Pouchkine, à Moscou… 40 ans après que Bécaud l’ait rendu célèbre! En effet le café n’existait pas à l’époque où a été composée la chanson, mais les guides, fatigués de se faire demander par les touristes de les guider jusqu’à cet endroit mythique, ont provoqué sa construction et il est toujours aussi demandé aujourd’hui.

Il faudrait des pages pour décrire tout ce que recèle Moscou, tant cette capitale est riche. Bien sûr, on ne peut éviter de visiter la célèbre place Rouge et le Kremlin (qui signifie forteresse en russe), immense lieu d’où tous les dirigeants du pays ont élu domicile depuis des siècles.

Connue du monde entier, la cathédrale de Basile-le-Bienheureux, recouverte de bulles multicolores partage les lieux avec le mausolée de Lénine, qu’on peut toujours visiter, et le «magasin universel» Goum, comme se plaisaient à l’appeler jadis les Soviétiques. C’est ici que les impressionnantes parades militaires se déroulent en novembre de chaque année.

Le Kremlin, qui est en quelque sorte le cœur de l’empire russe, est maintenant ouvert au public. Une visite qu’il ne faut surtout pas rater, notamment la place des Cathédrales! Autres points d’intérêt incontournable, le quartier Arbat avec ses restos, cafés et boutiques rappelant d’une certaine manière le quartier St-Germain à Paris et le métro de Moscou, dont la fameuse ligne circulaire numéro 5, est d’un luxe et d’une splendeur à rendre jaloux le métro de Montréal.

Et finalement, rien de tel pour terminer cette agréable croisière à travers les voies d’eau de la Russie éternelle qu’une soirée au théâtre Bolchoï. Une représentation du légendaire corps de ballet rappelle, par sa légèreté et sa grâce, les beautés et la sublimité des découvertes faites au fil de ces 2000 kilomètres de voyage maritime.

 

http://fr.canoe.ca/archives/voyages/decouvrir/destinations/2011/10/20111003-172026.html

.

stalingrad-index.jpg
strategietotale.com

 

RASSEMBLEMENT

À PARIS POUR LE 70E ANNIVERSAIRE

DE LA VICTOIRE DE STALINGRAD

 

La farouche résistance russe qui terrifia Hitler,

c'est la Russie qui, avec ses + de 20.000.000 de morts,

a sauvé l'Europe du nazisme hitlérien,

et non l'Amérique avec ses 350.000 morts.

Note de chantal dupille

  

SAMEDI 2 FÉVRIER 2013 à 15 HEURES,

place de la bataille de STALINGRAD

 (métro Jaurès)

    .

Le 2 février 2013 coïncide avec le 70ème anniversaire de la victoire de Stalingrad que tous les antifascistes ont alors saluée comme le tournant central de la Deuxième Guerre mondiale. C’est d’abord sur les champs de bataille de l’URSS dévastée par la Wehrmacht nazie que Hitler a perdu la guerre, à une époque où le « second front » n’existait pas. 


A une époque où la scandaleuse équation « URSS = Allemagne nazie » (sic) sert à la fois à criminaliser les communistes et à réhabiliter le fascisme, un Collectif unissant des résistants antifascistes, des communistes, des démocrates et des patriotes républicains, vous invite à vous s’associer à l’appel, ci-joint, qui débouchera sur un rassemblement place Stalingrad à Paris, le 2 février 2013.

  

Le Général de Gaulle et les Français reconnurent le rôle capital de l’Union Soviétique dans la victoire sur l’hitlérisme.


Alors que, de l’école aux médias en passant par les déclarations du « parlement européen », une propagande de chaque instant prétend amalgamer l’Union Soviétique au Troisième Reich, les vrais démocrates gardent au cœur les combattants de Stalingrad, de Koursk et de Leningrad qui, au prix de sacrifices inouïs, ont brisé la machine de guerre nazie, ont permis la contre-offensive générale de l’Armée rouge et la prise de Berlin, pendant qu’à l’Ouest s’ouvrait enfin le second front contre la Bête immonde hitlérienne.

L’impératif de l’histoire conduisit pendant la seconde guerre mondiale à « la belle et bonne alliance » entre l’URSS et la France combattante reposant sur la coopération entre peuples libres, égaux et fraternels, coopération toujours d’actualité au plan européen et mondial. Le général de Gaulle en donna une illustration à son arrivée à Moscou, le 20 juin 1966, répondant au président NV Podgorny, il évoqua la grande Russie qu’il avait vue en 1944 : « tendue dans l’esprit guerrier qui allait assurer sa victoire et, pour une très large part celle de la France et de ses alliés », puis à la réception au Kremlin, en soulignant chez les Français le sentiment de solidarité, il revint sur « la part capitale que l’Union Soviétique prit à la victoire décisive » qui, précise-t-il le 30 juin, a porté l’URSS « au plus haut degré de la puissance et de la gloire ». À cette occasion fut signée une déclaration bilatérale qui donna une impulsion considérable à une coopération multiforme. Le domaine spatial en témoigne encore.

Quoi qu’on pense de l’URSS et de son histoire – et cela appelle de notre point de vue de nombreux débats exempts d’intolérance et de caricature – nul ne peut nier que la bataille de Stalingrad prend place dans l’Histoire au même niveau que celle de Marathon, où les jeunes démocraties grecques stoppèrent l’Empire mède – ou de Valmy, où l’armée de la Révolution française repoussa les envahisseurs de l’Europe contre-révolutionnaire.

Nous avons commémoré, le 2 février 2008 à Paris, le 65ème anniversaire de la victoire de Stalingrad, car le sommet de l’ignominie avait été atteint par les gouvernements profascistes des Pays Baltes qui, avec la caution de l’Union Européenne, dressaient des monuments à la gloire des SS.       Notre solidarité va à la puissante et légitime riposte qui s’est manifestée en Russie et dans les pays de la CEI défendant l’honneur et l’héroïsme des combattants qui sacrifièrent leur vie pour la liberté.

À l’heure où l’UE, arrogamment pilotée par Berlin, écrase les peuples, leur souveraineté nationale et leurs acquis sociaux, à l’heure où des dirigeants du MEDEF appellent publiquement à « changer d’aire » pour mieux liquider la nation et les conquêtes du CNR, à l’heure où les peuples se dressent de plus en plus contre les guerres impérialistes et contre la dictature des marchés financiers et de leur bras armé l’OTAN, menaçant la Russie et les Etats de la CEI avec le bouclier antimissiles américain, à l’heure où la criminalisation du communisme en Europe de l’Est suscite une chasse aux sorcières liberticide et prépare la revanche posthume des fascismes, les signataires de cet appel, représentants de sensibilités politiques distinctes,

 Appellent la population de France à continuer le combat des héros de Stalingrad et de la Résistance antifasciste et patriotique en défendant l’indépendance nationale, la démocratie, les conquêtes sociales, pour qu’un nouveau Reich euro-atlantique destructeur des libertés ne prenne pas la succession de Hitler sous des oripeaux pseudo-démocratiques ;

Appellent à combattre sous toutes ses formes le racisme et la xénophobie d’Etat (..)

suite ici : http://www.initiative-communiste.fr/wordpress/

.

 

lL'Atlantisme est un totalitarisme

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 02:52

 

 Des parties sionistes à la conférence sur les minorités syriennes

LL'un des éléments de la guerre douce menée par les États-Unis et Israël contre les peuples de la région aujourd'hui, est de remettre en cause la question des minorités religieuses et ethniques dans le monde arabe.


Pour ce faire, les Etats-Unis et l’entité sioniste organisent et financent des conférences spécialisées soulevant la question de minorités dans le but de diviser les États arabes et pousser leurs minorités à se cacher derrière des frontières nouvellement créées !

En deux mots c’est ce qu’on appelle « le chaos créatif ». Une politique adoptée par l’administration de Bush et pour laquelle des millions de dollars ont été investi pour sa réalisation au Moyen-Orient.

Dans ce cadre, le Congrès américain  a permis le financement de  dizaines d’organisations américano-sionistes pour la défense de la démocratie ayant pour mission d’organiser justement ce genre de conférences pour y lancer des slogans soi-disant démocratiques mais à connotation confessionnelle ou communautaire.

C’est ce qui a été mis en œuvre en Irak où une division communautaire non-déclarée sévit. Ou encore en Égypte où une situation confessionnelle s’est imposée entre les coptes et les musulmans,  allant jusqu’à menacer l’Egypte de guerre civile entre les deux parties. Un projet exécuté par des coptes de la diaspora, amis d'Israël depuis des années.

Ces organisations pour la défense de la démocratie sont en fait la face cachée des services de renseignements israélo-américains, par exemple:

- l’Institut pour la défense de la démocratie à Washington (son fondateur est israélien, parmi ses plus éminents membres,  Walid Phares un libanais pro-sioniste)
-l’Institut Heritage à Washington
-l’Institut MEMRI  (fondé par Israël)
-l’Institut Freedom House (fondé par les services de renseignement américains)

Sans compter des dizaines d’autres organisations israéliennes et américaines.

Or, l’on remarque  que dans toutes ces organisations un nom réapparaît toujours : celui de  Nathan Sharansky, ex-ministre israélien, qui a déménagé aux États-Unis pour poursuivre sa nouvelle fonction celle de promouvoir  la «culture de la division» pour la démocratie.

Mais encore..

Avant la guerre « OTANique »  contre la Syrie,  des organisations américaines et israéliennes ont réussi à attirer  des immigrants Syriens et les utiliser comme des pions pour soulever la question de la défense des minorités.

Ces immigrés syriens se sont vus entraîner à discuter des questions sur les Assyriens et les Syriaques en Syrie, ou encore celle des Alaouites et des chrétiens en Syrie.

Or le projet américano-sioniste de provoquer une division confessionnelle en Syrie a échoué : le peuple syrien est resté uni malgré les meurtres, les assassinats et les attentats permanents confessionnels.


D’où, changement de tactique chez les Américains et les Israéliens. Aujourd’hui, le jeu américain et israélien en Syrie consiste à inciter au sectarisme en poussant les miliciens à s’attaquer aux minorités syriennes pour provoquer en eux un sentiment d’insécurité et surtout discréditer le régime syrien en montrant son incapacité à protéger ses citoyens dans un pays censé être unifié : la Syrie.

Mais le plus surprenant c’est que ce sont ces organisations américaines et israéliennes, assassins de peuples, qui organisent une conférence sur la protection des minorités en Syrie et où ? A Istanbul !  Là où les peuples arabes et leurs minorités ont souffert de l'oppression de l’état ottoman pendant plus de quatre siècles.

En effet, le 26 Janvier 2013, aura lieu une conférence sur les droits des minorités et leur protection à Istanbul et à laquelle  participeront des organisations sionistes américaines dont l’Institut  Ariel .

Ainsi, la Turquie, qui offre un refuge à tous les meurtriers et les terroristes du peuple syrien, celle-là même qui  persécute sa minorité  kurde sur son territoire, veut donner des leçons aux Syriens sur  comment protéger les minorités !..

Pis encore..

Certains  tueurs à gage ont été invités à cette conférence pour rendre honneur  aux  " familles des martyrs de la révolution des minorités". Pas surprenant de trouver parmi ses invités des miliciens du front alNosra.

 Quelle dérision de constater que l’Etat qui participe à cette conférence sur les minorités en Syrie, est celui-là même qui a porté un coup aux chrétiens de la Palestine.

 Plus dérisoire encore sont les opposants qui participent à cette conférence  ceux-là même qui ont adopté les miliciens du Front alNosra, cette rébellion terroriste des wahhabites !.

 Source: ArabiPress

 

http://image.almanar.com.lb/french/edimg/2013/MoyenOrient/Syrie/minorite.jpg

 

 

Des partis sionistes à la conférence sur les minorités syriennes L’un des éléments de la guerre douce menée par les États-Unis et Israël contre les peuples de la région aujourd’hui, est de remettre en cause la question des minorités religieuses

 

.…

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 05:41

 

Pendant que la Grèce souffre, Goldman Sachs se remplit les poches

Alors que la Grèce sombre chaque jour un peu plus dans l'austérité et subit une véritable saignée, les responsables de cette crise ne sont eux pas inquiétés, mieux : Ils font des bénéfices records et arrosent leurs salariés de prime de rendement.


manifestation_grece1

Chômage record pour la Grèce et bénéfice record de ses bourreaux.

Le 10 Janvier 2013, l’Autorité des statistiques grecques a publié les dernières statistiques mensuelles du chômage. Ces statistiques ont révélé que le taux de chômage officiel a continué de s’aggraver rapidement en Grèce en octobre 2012 par rapport à septembre 2012, frappant 26,8% de la population active contre 26,0% le mois précédent, et 19,7% un an auparavant.

Le nombre officiel de chômeurs a augmenté de 368.102 personnes par rapport au mois de septembre 2011, ce qui représente une hausse de +37,7 % en un an.

taux_chomage_grece

Soupes populaires et augmentation des fouilles dans les poubelles

Autre statistique : Le chômage touche 30,4% des femmes grecques pour 24,1% des hommes. Il est elevé chez les jeunes Grecs puisqu’il touche 56,6% des 15-24 ans et 34,1% des 25 à 34 ans. Mais les victimes sont surtout les retraités, dont les pensions ont été considérablement réduites voire supprimées. Nous nous souvenons tous de ce retraité qui s'était suicidé l'an dernier et avait provoqué une vague de manifestation et d'indignation. Ce genre de drame humain n'est hélas pas rare puisque le taux de suicides en Grèce a augmenté de 45% en un an. "Je ne trouve pas d'autre solution qu'une fin digne, avant que je ne commence à chercher dans les poubelles pour me nourrir." avait écrit le retraité qui s'est suicidé. Quelle tristesse de voir que le suicide est le dernier moyen de s'en sortir en gardant sa dignité.

Le retraité n'avait pas tort puisque la Grèce se paupérise et sombre peu à peu dans la misère, ainsi il n'est pas surprenant de voir une multiplication des soupes populaires et même de voir des grecs fouiller dans les poubelles pour se nourrir.

femme_grece_marche

Goldman Sachs et le scandale du maquillage des comptes publics

Piqure de rappel avant d'aller plus loin : la banque américaine aurait proposé, en 2001, à la Grèce des outils financiers – notamment au travers de « swaps de devises » – , pour lui permettre de camoufler artificiellement l’ampleur de sa dette publique tout en dissimulant les transactions, le but de ces maquillages était de permettre l'entrée de la Grèce dans l'Euro.

Le siège social de Goldman Sachs

Après avoir gagné près de 300 millions de dollars de commissions pour avoir donné ces "conseils", Goldman Sachs a continué son emprise sur la Grèce en installant par un putsch Lukas Papademos, ancien directeur de la banque centrale grecque et nommé donc premier ministre.

Salaire moyen de 400 000 dollars par personne

Et bien la banque américaine a annoncé le 16 janvier 2013 un bénéfice doublé par rapport à 2012 et même 2011, avec un chiffre d’affaires en très forte hausse qui a augmenté de + 19 % en un an, soit un bénéfice net annuel de 7,3 milliards de dollars.

Goldman Sachs a décidé de faire profiter ses employés de prime de rendement élévé, puisque le salaire moyen est de 400 000 dollars par personne cette année, soit 26 000 euros de salaire par mois en moyenne, somme coquette n'est-ce pas ?

L'Europe pendant ce temps traverse une grave crise, et la Grèce n'est pas un phénonème isolée, au Portugal et en Espagne la paupérisation progresse*, les jeunes sont obligés de partir pour trouver du travail. Il faut sortir au plus vite de cette Europe des banquiers avant que la France ne subisse le même sort.

* Voir cet article : http://www.20minutes.fr/monde/espagne/1057737-espagne-nouveaux-visages-pauvrete

 

édit : Apparement les images ne passent pas entièrement, vous pouvez les retrouver en entier sur mon blog http://bartolomey63dlr.overblog.com...



Sur le même thème

http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/pendant-que-la-grece-souffre-129258
par Bartolomey 63 lundi 21 janvier 2013 - 72 réactions
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 05:15

 

AMERICANOLATRIE : OBAMA ET LES MEDIAMENSONGES DES PRESSTITUTES DE L’OTAN



Luc MICHEL
Mardi 22 Janvier 2013

AMERICANOLATRIE : OBAMA ET LES MEDIAMENSONGES DES PRESSTITUTES DE L’OTAN

Le vrai visage du régime Obama …

Luc MICHEL pour PCN-SPO /
Avec Le Temps – AFP / 2013 01 21 /

La prestation de serment d’Obama pour son second mandat de président est à nouveau l’occasion d’une déferlante d’américanolâtrie indécente dans les médias de l’OTAN.
Après quatre ans de guerre et d’agression, la destruction de la Jamahiriya libyenne, l’assaut contre la Syrie et les frappes incessantes des drones sur l’Afghanistan et le Pakistan (pourtant le principal allié de Washington dans la région), les morts par dizaines de milliers entre Tripoli et Kandahar, les presstitutes de l’OTAN n’ont pas encore compris. Ou pas voulu comprendre …

Ainsi LE TEMPS (Genève, ce 22 janvier 2013), triste exemple parmi tant d’autres, n’hésite pas à titrer sans vergogne et sans peur du ridicule sur  « Obama sur les traces de Luther King » (sic), évoquant un « Reportage au cœur d’une foule enthousiaste » - Occupy Wall-street et la répression du FBI et du « Homeland Security » Department de Janet Napolitano , une proche d’Obama, LE TEMPSQ ne connaît pas – et, dithyrambique « Barack Obama, la politique et l’histoire » (resic) …

Redevons sérieux. Obama ce n’est pas « I can dream ». C’est « I can drone » !!!
Car derrière l’imposture du prix Nobel aux mains sanglantes se dissimule une version sournoise de l’impérialisme yankee le plus brutal et le plus classique.

Mais qui se cache derrière le Régime Obama ?

Il y a tout d’abord ses deux mentors, ceux qui l’ont formé et préparé.
Le premier est GEORGES SÖROS, l’affairiste bien connu, l’un des maîtres d’œuvre avec ses réseaux « Open Society » des « révolutions de couleur » en Europe orientale contre la Russie.
Le second est le géopoliticien américain ZBIGNIEW BREZENSKI, l’auteur du célébre GRAND ECHIQUIER, l’homme de la grande stratégie pour la domination américaine sur l’Eurasie au XXIe Siècle.

Il y a aussi, personnalité révélatrice de ce qu’est vraiment le régime Obama, JOHN BRENNAN. Qui a 57 ans a passé plus de 25 ans à la CIA. Conseiller de Barack Obama dans la lutte antiterroriste, il a été nommé à la tête de la Central Intelligence Agency après la démission de David Petraeus. A l’époque de George W. Bush, il avait approuvé certaines techniques controversées d’interrogation des terroristes présumés, comme le tristement célébre « boarding », la torture par l’eau et la suffocation. Il a été aussi le grand architecte de la stratégie d’attaque à l’aide de drones au Pakistan, Yémen ou Somalie …


 

Autre figure sombre, le héros de «Fast and Furious» ERIC HOLDER. A 62 ans le premier Afro-Américain à occuper la fonction d’Attorney General, le ministre de la Justice. Il a voulu rester malgré les virulentes attaques dont il a fait l’objet en raison du fiasco de l’opération «Fast and Furious» menée sous sa supervision et par laquelle 2000 armes ont été illégalement exportées au Mexique. « Réputé dur, il a jugé légales les frappes de drones contre des terroristes présumés de même que l’attaque contre le repaire d’Oussama ben Laden en mai 2011 au Pakistan ».

Aussi une JANET NAPOLITANO, 55 ans, qui conserve son poste de patronne du Département de la sécurité intérieure, la redoutable et redoutée HOMELAND SECURITY. « Femme de caractère chargée de prévenir toute attaque terroriste sur sol américain, elle supervise un ministère qui comprenant 22 départements et agences dont l’Agence fédérale des situations d’urgence », super ministère de la répression intérieure machiné par Obama.

What else ?

LM

 
  
http://www.alterinfo.net/AMERICANOLATRIE-OBAMA-ET-LES-MEDIAMENSONGES-DES-PRESSTITUTES-DE-L-OTAN_a85959.html
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 05:05

 

Article que j'ai écrit sur mon site officiel (eva)

 

retraite-Euthanasie.JPG

 

 

Nos "vieux" vont-ils être

euthanasiés ?

Par Chantal Dupille

 

 

Ceux qui veulent discréditer le bien-fondé de nos positions, ou notre goût pour la vérité, ou encore notre simple clairvoyance, nous taxent de "conspirationnistes". Non seulement nous ne conspirons pas, non seulement nous ne sommes pas des obsédés de conspirations contre les peuples, mais nous nous contentons de mettre en garde contre les plans à venir : Et par exemple, j'ai alerté mes Lecteurs sur les risques de déstabilisation volontaire de toute l'Afrique, et déjà, contre la déstabilisation d'un pays comme l'Algérie que l'Occident rêve de re-coloniser et de piller en toute liberté en mettant à sa tête une marionnette docile (comme ici, article pour non-initiés :  Clefs pour comprendre la guerre impérialiste contre le Mali (eva R-sistons)). Mon tort est généralement d'avoir raison trop tôt, comme lors de l'attaque de la Libye lorsque, la première, j'ai dit en ayant sous les yeux d'anciens articles du Monde, du Diplo, du Courrier international... : Attention, on va détruire un pays de cocagne et tuer un très grand dirigeant ! 

 

Or, sur le sujet de l'"euthanasie" des plus âgés, cela fait plusieurs années que je tire la sonnette d'alarme (en évoquant d'ailleurs le film Soleil Vert), chaque fois en criant dans le désert : "Attention ! demain, on euthanasiera les retraités !" Et pourquoi pensais-je cela ? Seulement parce que j'avais saisi au vol une phrase inquiétante de l'Ambassadeur en France du Nouvel Ordre Mondial, Jacques Attali, d'abord dans un de ses livres, ensuite dans ses "Conversations d'Avenir" (LCP). Il disait quelque chose comme cela : Demain, on peut imaginer que l'on euthanasiera les retraités improductifs, piètres consommateurs, inutiles et surtout coûteux. Bigre ! J'ai sursauté. Je venais d'entendre la semaine précédente que l'Opéra serait à terme condamné parce que trop coûteux lui aussi : Que dites-vous d'un couple de chanteurs (dans le meilleur des cas) et d'un piano ? Déjà, on commence à nous habituer aux opéras modernes, c'est à dire sans costumes d'époque... première étape ! .

 

Lorsque dans les années 70-80 je militais au sein du PS, j'avais choisi de diriger la Commission 3e âge car déjà, je sentais la grande détresse des personnes âgées isolées. Il y a peu, j'ai mis en place un site destiné aux seniors.

 


Les dents du diable - Anthony Quinn Image 3 sur 4

Le couple et la vieille mère

 

 

Très jeune, j'avais vu un film qui m'avait beaucoup impressionnée :  Les Dents du Diable, avec Anthony Quinn. Vie très dure dans l'Arctique canadien. Je n'oublierai jamais une scène : Celle de l'abandon de la vieille mère dans la glace, devenue bouche inutile à nourrir... J'avais pensé : Barbarie !

 

Comment les Amérindiens traitaient-ils leurs anciens ? Avec respect pour leur savoir-faire, leur expérience, leur sagesse, leur patience... Un modèle pour tous ! Et chez nous, il  y a peu encore, les différentes générations cohabitaient, et tout le monde y trouvait son compte.

 

Et voici que se profile l'ombre du Nouvel Ordre Mondial totalitaire et barbare : Va-t-on se débarrasser de nos anciens ? Déjà, on envisage des réformes sociétales - pour pallier l'absence de réformes sociales - sous le Gouvernement Hollande, mettant en cause tous les fondements humains de notre société; et ainsi, pas à pas, nous allons dériver de l'euthanasie pour malades incurables à l'euthanasie pour convenance personnelle... qui préfigureront plus tard l'euthanasie pour tous les retraités improductifs, inutiles, coûteux ! Nous sommes en train d'entrer dans un engrenage que nous ne maîtriserons plus, réforme après réforme. Déjà, on nous familiarise avec l'idée de "délocaliser" les retraités... et quoi encore ? ( Alerte ! On commence à "délocaliser" les retraités trop coûteux ! )

 

Notre société est de plus en plus déshumanisée, virtuelle, technique, robotisée, impitoyable... allons-nous tolérer qu'elle finisse par euthanasier nos parents ?

 

Bon sang, allons-nous ouvrir les yeux sur tout ce qui se prépare, sur la réalité du Nouvel Ordre Mondial cher à nos dirigeants, et en particulier aux Sarkozy-Attali ?

 

Il est temps de dire non à l'intolérable avant qu'il ne soit trop tard. Alerte ! Il y a urgence !

 

Chantal Dupille

 

http://chantaldupille.over-blog.com

 

TAGS : Vieux, euthanasie, Dents de la Mer, PS, retraités, Nouvel Ordre Mondial, Jacques Attali, Sarkozy, Hollande, réformes sociétales, Amérindiens, barbarie, Afrique, conspiration, opéra, Libye, Conversations d'avenir, Amérindiens, LCP...

 

Mort aux vieux !
Mardi 1 Janvier 2013 Elie Arié - Chroniqueur associé
Elie Arié
Cardiologue, enseignant à la chaire d’Economie et de gestion des Services de santé au... En savoir plus sur cet auteur
 

 

Dans une société basée sur le profit, où l'on considère l'humain comme une unité de production tout juste bonne à être remplacée une fois devenue inutilisable, quelle place gardera-t-on pour les « usagés », source de dépenses sans contrepartie ?

 

Photo extraite du film "Soleil Vert"
Photo extraite du film "Soleil Vert"
J’ai été frappé par la récente coïncidence de deux événements survenus la semaine dernière, et a priori sans rapport entre eux:

- Le fait que l’article de Laurent Neumann, sur Marianne.net, mettant l’accent sur la situation financière très préoccupante des régimes des retraites, ce qui devrait angoisser tous les Français, a été lu par beaucoup de monde, mais n’a fait l’objet que d’un nombre assez faible de commentaires, ce qui semble témoigner d’un certain fatalisme et d’une sorte de sidération face à une catastrophe annoncée,

- Et la programmation sur Arte, du film « Soleil Vert », racontant comment, dans des villes surpeuplées du futur, les personnes âgées seront encouragées à se faire euthanasier, pour être ensuite transformées en biscuits alimentaires pour les plus jeunes. Ce film de science-fiction de Richard Fleischer, sorti en 1973, est  inspiré d’un roman de Harry Harrison publié en 1966. Or, aujourd’hui, tous deux paraissent  beaucoup moins « fictionnels» qu’il y a près d’un demi-siècle.

Pendant longtemps, dans la plupart des cultures, les vieux étaient à la fois moqués (le « barbon »),  mais aussi respectés, car supposés gagner en sagesse, en savoir et en expérience. Et le système des retraites par répartition a été inventé, créant une solidarité entre générations qui n’est, au fond, sachant que nous serons tous vieux un jour, que de l’égoïsme collectif et intelligent à long terme.

Mais nous sommes en train de changer de société et de culture.

Nous sommes entrés dans le monde du court terme, dans lequel tout objet ne vaut que tant qu’il peut être source de bénéfices, mais qui, dès qu’il se révèlera défectueux, se trouvera totalement dévalorisé et envoyé à la casse. Et, très logiquement, l’homme devient un « objet » et est progressivement traité comme tel.

C’est déjà, depuis longtemps, le cas des salariés-kleenex, mis à la poubelle non seulement lorsque leur savoir-faire ne répond plus à aucune demande du marché, mais lorsque leur âge les rend nécessairement moins performants : « dégraissages » et quasi-impossibilité de retrouver un autre emploi dès la cinquantaine.

Mais il n’y a aucune raison pour que cette logique économique s’arrête là. Comme le faisait remarquer dès 2002 le psychanalyste Charles Melman (1), « cette économie libidinale (...) est aujourd’hui au principe des relations sociales, à travers la façon de se servir du partenaire comme un objet que l’on jette dès qu’on l’estime insuffisant » : c’est vrai pour les mariages, comme ce sera bientôt vrai pour les vieux.

Et de poursuivre sa démonstration : « Le problème de la prolongation de l’existence, par exemple, va poser des questions qu’il faudra résoudre. La masse des vieux coûtera cher à toute une génération. Et celle-ci devra trouver le moyen, avec des apparences honnêtes, de régler ce problème, c’est-à-dire de jeter ce qui, après avoir servi, est devenu usagé, source de dépenses sans contrepartie. (...)  Je vois très bien se profiler cette perspective : les compagnies d’assurances versant des primes aux personnes âgées qui auront souscrit des polices afin qu’elles servent à assurer un héritage à leur descendance, moyennant euthanasie pour raccourcir un parcours socialement onéreux. Le dire comme cela paraît abominable et monstrueux. Mais on voit régulièrement des choses semblables se passer. Alors pourquoi pas celle-là ? On développera toutes les argumentations et les théories nécessaires pour justifier l’affaire. Il y aura même des volontaires, il y en a d’ailleurs déjà. Alors on commencera par accepter, légaliser  l’euthanasie, et puis à partir de là... »

Complétons le raisonnement : de l’euthanasie pour mettre fin à des souffrances sans espoir de rémission et que la médecine est incapable de soulager, on glissera progressivement vers l’euthanasie pour convenance personnelle sans justification médicale (« ma vie ne m’intéresse plus ») , puis à la pression sociale culpabilisatrice envers ceux  qui, refusant l’euthanasie, s’obstinent à constituer une charge improductive pour la société, alors qu’ils pourraient, en anticipant le moment de l'héritage, contribuer à la prospérité des jeunes générations encore actives : processus dont les biscuits alimentaires de « Soleil Vert » ne constituaient que le symbole prémonitoire...

On vit une époque formidable : bonne année à tous !

1- Dans son livre  « L’homme sans gravité », Folio Essais, Denoël, 2002
.
http://lucien-pons.over-blog.com/article-mort-aux-vieux-le-film-soleil-vert-devient-realiste-113978567.html
.
Vers l’obsolescence programmée de l’humain
Vieux indésirables ?... Un débat pour le siècle qui vient.
Jacques RICHAUD

Le ministre Cahuzac lance un ‘ballon d’essai’, en testant la réactivité de ‘l’opinion’ qui remplace désormais les traités de Jaurès, en répondant complaisamment à une proposition du MEDEF du 15 janvier 2013 , visant à ce que la hausse des pensions de retraite soit inférieure à l’inflation jusqu’en 2017. Théophraste a eu raison de remarquer que ‘Les syndicats sont contre. La CFDT pourrait l’accepter.’ Et de nous préciser que ‘Nicolas Sarkozy avait toujours refusé une telle mesure.’ (1) : ‘Cahuzac : haro sur les vieux, ces pelés, ces galeux dont nous vient tout le mal

La longue saga de la collaboration de classe :

Au bon temps de la ‘Refondation sociale’ du MEDEF, vous savez cette ‘avancée’ qui devait nous faire entrer dans la modernité, la compétitivité, le flexibilité, en un mot l’age d’ Or de la collaboration de classe, et du capitalisme sans entrave…

En ce temps d’apogée de la CFDT, qui portait l’étendard de l’illusion des ‘partenaires sociaux réunis’ élevée au rang de vertu prolétarienne.

En ce temps où triomphaient les idéologues et manipulateurs sémantiques de la Nouvelle Droite, pour effacer les ‘mots’ de la lutte des classes et les remplacer par ceux de la servitude volontaire. En ce temps où le Travailleur, producteur de richesse, est devenu le ‘salarié’ bénéficiaire d’une aumône qui amputait les profits des Actionnaires (2)…

En ce temps là, j’avais ‘détourné’ un dessin humoristique montrant le néo camarade Chérèque, enfant spirituel de Nicole Notat sortant d’une ‘négociation patronale’ a ses yeux victorieuse… (Vous savez Nicole Notat, ce brillant exemple de l’ascenseur social qui fit d’une institutrice méritante, la première femme en France à diriger une organisation syndicale. Elle fut aussi le leader attendu du CNPF de l’époque, pour que l’ingestion de couleuvres remplace les augmentations de salaires et accompagne le démantèlement du Code du Travail… Celle-ci finira son parcours en quittant ses fonctions de Secrétaire générale de la CFDT pour créer une agence de notation éthique "VIGEO"… Ah l’Ethique ! Le baume au cœur des Entrepreneurs sarko-catho compatibles, l’hostie syndicale du consensus entre exploités et exploiteurs !).

En ce temps, donc, je détournais la ‘bulle’ d’un dessin humoristique, faisant dire au jeune promu Chérèque « Les négociations ont été difficiles, mais victorieuses… Ils voulaient nous prendre un œil, un bras et les couilles… Nous avons sauvé l’oeil et la main. Reprenons le travail mes amis ! » … C’était autour des ‘grandes grèves’ de 1995 je crois…

C’était bien après le ‘temps déraisonnable’…

C’était bien après le ‘temps déraisonnable’…
Bien après le temps des ‘camarades’…
Juste avant que nous vienne un Messie qui prêche ‘Avec moi, tout devient possible’ et ‘Le travail rend libre’, souvenez vous… (3) (4)

Ce propos sur le travail nous disait déjà, parce que les mots ont une vie mentale au-delà du mot lui-même, parce que les mots portent des « images » subliminales qui peuvent rester inconscientes, parce que les mots contribuent à un « métalangage » qui participe au formatage de la pensée, ce propos sur le travail nous disait déjà quelque chose qui concerne ‘les vieux’... Dans le cas qui nous préoccupe ce métalangage induit le non dit que « sans le travail », l’homme serait sous-classifié, présumé non libre et peut-être ne pouvant prétendre aux même droits ? Cette affirmation première, liant travail et liberté, devait être utilisée demain pour discriminer les droits en fonction du statut d’actif ou de chômeur, et aussi en fonction de l’age , lorsque l’individu , sorti de l’age du ‘labeur’ devient trop vieux, ‘à charge’ ! Ce à charge devenu stigmatisant dans le langage libéral…

Le porteur de ce langage, dont nous connaissons l’inspirateur en la personne de Buisson, son gourou maître penseur issu de la Nouvelle Droite, a pu réaliser certains de ses fantasmes (5) , même si la ‘manière’ alimentait parfois aussi le sarcasme (6). Mais le pire serait à venir si les successeurs s’interdisaient la ‘rupture’ promise lors de la campagne électorale qui a ramenée la ‘gauche’ au pouvoir, quelle gauche au fait ? (7) (8)

Vieux indésirables ? Il s’agit bien d’un débat pour le siècle qui vient…

Que faire de nos ‘Vieux’… ? Dans un commentaire ancien succédant à une chronique de Théophraste consacrée à un ‘vieux’ singulier, Alain Minc, enfant d’un plus vieux que lui et conseiller intime du Président en exercice, je développais l’argument ici repris.(9)

Oui nous vivons dans un monde où tous les improductifs sont indésirables aux yeux des libéraux qui nous gouvernent. Les déclarations hallucinantes d’un conseiller du Président sont un morceau d’anthologie de l’inhumanité et du cynisme qui nous gouverne. Alain M ! Vous savez l’auteur de ‘La Mondialisation Heureuse’... Alain , le fils qu’aucun d’entre nous ne souhaiterait avoir ? Celui qui disait par avance ‘entre ses mots’ quelques mois plus tôt, que son deuil aurait été un soulagement en même temps qu’une économie ; les mots ont un sens et les siens sont terribles… Alain méritait le respect d’une circonstance qui l’affectait (Le décès de son père) ; mais nous obligeait aussi à penser autour de ses propos qui nous concernent tous. En fait le fils ne parlait pas à son père ni ‘de son père’ ; sa pensée toute entière mise au service du ‘marché’ résonnait comme celle d’un consultant qui conseille à un DRH un plan social pour augmenter la satisfaction des actionnaires… Pour certains, la famille aussi n’est qu’une affaire de management, pour que l’investissement reste rentable sans trop amputer le patrimoine… Abject mais logique…Au-delà de ce cas incroyable, d’une parole qui dérapait en public dans le champ le plus intime, par conséquence du formatage d’une pensée par une idéologie infâme, le problème posé est bien celui de la vision des libéraux qui nous gouvernent vis-à-vis de nos ‘vieux’…

Déjà, rémunérer un ‘travailleur’ seul producteur des richesses est considéré comme une ‘charge’ qu’il convient de réduire autant que possible ! Alors payer des soins à un improductif devient une dilapidation stupide… Non ?

Et si le pire était à venir ?

L’actuel Président, dans ses promesses de campagne, a inclus une réflexion et une évolution législative concernant la fin de vie et l’aide à mourir.

Je suis de ceux qui soutiennent cette réflexion, mais appréhendent tous les dérapages possibles et craignent que s’inscrive un jour dans la Loi des mesures qui seront pour nos vieux indésirables et à charge le ‘Casse toi pov’ con’ du XXI me siècle. Le coût prévisible que nul ne peut nier, de la prise en charge sociale et solidaire de la dépendance d’un nombre croissant de nos aînés est un défi à la société, un défi au socialisme. Espérons que les réponses proposées ne reproduiront pas la pente naturelle qu’inspirait Alain Minc au précédent gouvernement…

Vivants encore, leur précarité ou leur misère, qui réduit le prix de la solidarité intergénérationnelle, n’est qu’une part de la solution finale qui passera par d’autres ignominies programmées. Elles le seront, au nom du droit d’interrompre une ‘vie qui ne mérite plus d’être vécue’ et du ‘droit’ de ‘mourir dans la dignité’ (3). Le ‘droit’,le seul, qui sera concédé encore à l’ancien militant qui ne dresse plus le poing et tremble parfois de sa main retombée… A quoi bon même leur verser une retraite ? A quoi bon même les soigner, n’était ce pas ce que Alain Minc, l’ami du Président d’avant, disait au sujet de son propre père ? . Que chacun soit ‘responsable’ bon sang ! Qu’il devienne auto entrepreneur de sa ’vieillitude’ et cesse de peser sur la collectivité ou entraver la compétitivité !

Nous savons bien que l’actuel débat sur la cinquième branche de la sécu ne peut être séparé de la réflexion éthique, aux incidences sociales considérables sur le vieillissement, l’accompagnement des mourants, l’aide au suicide et la tentation eugéniste en arrière fond de tous les non dits sur le sujet.

Les tentations les plus radicales traversent certains esprits, y compris chez des professionnels de santé, et il faut comprendre les arrières pensées qui peuvent animer certains de ceux qui militent pour ‘l’aide au suicide’, l’abandon des soins ou le ‘droit de mourir dans la dignité’.

Une vie peut elle être ‘indigne’ ? C’est le vrai débat :

Des militants profèrent déjà l’idée que certaines vies seraient ‘indignes’ selon des critères qu’ils seraient prêts demain à définir eux-mêmes. Les défenseurs de l’association pour le droit de mourir dans la dignité possèdent en leur sein une fraction qui milite activement pour la reconnaissance, au delà de la question de la "fin de vie", du concept de "vie qui ne mérite pas d’être vécue", avec tous les dangers de cette dérive qui rejoint la demande des eugénistes, y compris les plus extrêmes.

Cet amalgame n’est pas fait par tous les militants, loin s’en faut, mais il est rare que le grand public fasse la distinction. Une idéologie qui pour certains d’entre eux est celle de la nouvelle droite, assez intelligente pour ne jamais afficher son affiliation, met toujours en avant la "liberté" (de mourir), mais c’est la "sélection" qui est rendue possible et parfois souhaitable.

L’idée même ‘d’une vie qui ne mérite pas d’être vécue’ obsède certains bien portants, que la douleur d’autrui indispose, car elle reflète leur propre finitude et la peur d’un destin semblable.

Ne doutons pas que les critères que certains voudraient inscrire dans la Loi seront ‘aussi’ médico économiques et ne seront qu’un nouvel avatar de la pensée eugéniste révisée par le libéralisme.

Le raisonnement éthique de l’immense majorité des soignants, concernés par ce débat, sait à la fois ne pas sombrer dans l’acharnement thérapeutique et en même temps reconnaître une ‘dignité humaine inaliénable’ à chaque individu, quel que soit son age ou défaillance physique ; cela impose au moins de ne pas réduire la parole qui le considère à un discours de négoce, un discours sur le prix à payer.

Sur ce thème et au sein de la revue ‘Pratiques- Les Cahiers de la Médecine Utopique’, j’ai eu l’occasion de développer certains éléments du débat (10) (11)

Certains de ceux qui répondent, sans avoir été éclairés peut-être sur tous les termes du débat, à certains sondages, « Les français pour une loi sur l’euthanasie à l’unanimité » (12) ne mesurent sans doute pas tous l’usage qui pourrait être fait de certaines manipulations de l’opinion… (13)

La stigmatisation du troisième age .

Il a été amplement diffusé, depuis que la droite à la prétention de réformer la sécu, l’hôpital, les retraites, en détricotant maille par maille le Contrat Social issu du programme du Conseil National de la Résistance, l’argument selon lequel ‘ Il a été établi que 70 % des dépenses de santé se font dans les six derniers mois de la vie.’ … On omet volontiers de dire que cette « sur dépense » est observée à l’approche de la mort à tous les âges de survenue de celle-ci. On semble s’étonner qu’une maladie mortelle, un accident fatal, ou simplement le vieillissement soit facteur de dépenses !

Cette stigmatisation du troisième âge est socialement dangereuse car ouvrant la voie à des tentations inacceptables : Dans le journal du dimanche à Paris le 7 9 2003, cité par le monde diplomatique d’octobre 2003, Alain COTTA proposait « Une sorte d’autorégulation organisée par la société, créant une fonction sociale, celle de donner la mort à partir de 90 ans » (!).

Mais, à côté de cette position extrême, que faut-il penser, au décours de la canicule du mois d’août 2003, perçue comme une aubaine, du projet de création d’une ‘nouvelle branche’ pour la sécurité sociale, consacrée à la dépendance et aux Vieillards ? Qui peut croire sérieusement que serait affectée à cette nouvelle branche la proportion des ressources actuellement dédiée à ces soins, c’est à dire 70 % ?

Comment ne pas voir qu’il s’agirait ici de créer un « Panier de soins pour vieux », dont le contenu serait moins coûteux et correspondrait à des soins de confort minimum ? Comment ne pas voir que l’insuffisance programmée des prestations poussera chacun à cotiser, si il en a les moyens, à une assurance privée complémentaire, les autres étant privés de l’accès au soin qui leur était précédemment garanti sans discrimination d’age ou de fortune. Cette innovation, dont la mise en œuvre se précise actuellement, a déjà suscité l’adhésion d’une part de l’opinion en obtenant le consentement au renoncement d’un jour férié pour son financement (Fini le lundi de Pentecôte !). Le MEDEF a applaudi à cette « solidarité nouvelle » ; mais il faudrait être naïf pour imaginer que l’effort pour nos aînés sera à la hauteur de l’annonce. Si le MEDEF applaudi, c’est que le secteur des assurances voit venir à lui une nouvelle clientèle captive, insuffisamment protégée par la solidarité collective.

Il paraîtrait essentiel, au contraire, que nous refusions collectivement cette discrimination, en réaffirmant qu’un « vieux » reste un bénéficiaire à part entière de toute la solidarité nationale, sans discrimination aucune. Toute forme de « Panier de soin pour vieux » serait une honte pour la nation tout entière ! Que ce soit la droite ou la gauche qui le propose n’est pas la question. Il nous suffit de regarder outre-Manche pour observer un pays où, déjà, après Margareth Thatcher comme après Tony Blair, l’accès à certains services de réanimation, dialyse rénale ou certains actes chirurgicaux, n’est plus autorisé après soixante et dix ans !

Comment ne pas relever le paradoxe, dans le discours, de ceux qui se félicitent de l’accroissement de l’espérance de vie et se désolent du coût présumé induit par ce vieillissement ?

La médecine est au coeur des injonctions paradoxales d’une société qui s’interroge sur le ’coût’ sans s’interroger sur le ’sens’...Tentons de rester du bon coté de la question. Ce sera très difficile et nous ne serons pas les plus nombreux !...

L’ombre de Thanatos :

Combien de siècle mettront nous à concilier, dans le soin et le social, la recherche des meilleurs pratiques et la préservation des libertés, sans consentir au corsetage de la norme rassurante, réductrice et parfois tragiquement discriminative, voire criminogène ?

Ceux qui veulent nous utiliser pour le contrôle social, qui veulent nous entraîner dans le consentement, la servitude volontaire et le renoncement, ont des schémas simples que nous savons être faux. La résistance au pire est plus difficile que le ‘consentement meurtrier’ (14)

De rares moments jubilatoires surviennent, qui disent ‘face au politique’ d’une voix claire, l’essentiel, comme ce fut le cas par la présidente départementale de l’ANACR, Claude Roddier, résolue à dénoncer l’hypocrisie de ceux qui laissent « se dissoudre la France », ceux qui ont "déclaré une guerre totale au programme du Conseil national de la Résistance" , osant lors d’une cérémonie mémorable : « Ces Résistants de 44 nous regardent, se demandant jusqu’où nous allons accepter l’inacceptable. » (15)

Ici et maintenant, dans le débat autour de la prise en charge et l’accompagnement de nos aînés, on nous démontrera demain qu’un praticien compétent et humaniste, ou un citoyen tentant d’entourer de l’affection la plus prolongée possible même un être diminué par les ans passés, avec une demande de prise en charge collective comme chacun la souhaiterait pour lui-même, n’est qu’un sociopathe qui s’ignore, un délinquant fossoyeur du progrès et du profit, qui dilapide les efforts de tous…

Ils seront stigmatisés, ceux là ; et l’opinion sera dressée contre eux. Ils auront la vie dure ceux, professionnels du soin, qui fuiront les rangs des mercenaires clonés de la ’nouvelle médecine’, celle des ’producteurs de soins’ soucieux de remplir des ’objectifs’ en respectant les quotas, les coûts, les injonctions d’une éthique utilitariste, demain écrite par des assureurs et des banquiers, confortés par quelques esprits forts issus de leurs rangs, issus de nos rangs.

Ils auront la tache difficile, ceux qui tenteront résister à une idéologie contaminés par l’inquiétude que soulève les effets ’bénéfiques’ d’une médecine, qui produira de plus en plus de vieux ’à charge’ de la collectivité. Les mêmes sont déjà contaminés par l’idéologie qui s’emploie depuis deux décennies à gommer toutes les solidarités...

Lorsque la logique du moins disant social (16) convergera avec l’extension de la notion de ‘Fin de droit’ (17) ; les conditions de la fin de l’humain, les conditions de l’humain jetable, seront réunies. Après l’obsolescence programmée de l’objet consommable, qui permet par son renouvellement l’entretien du marché ; l’obsolescence programmée de l’humain fixera la date de péremption de nos simulacres résiduels de solidarité.

Il est à craindre que ‘nos vieux’ représentent le maillon faible et sans défense, sur lequel s’exercera l’indifférence globale d’un bio techno pouvoir dont la promotion du profit est le seul objectif déclaré. Capitalisme oblige, n’est ce pas ? There is no alternative…

Sur la neige du matin, ce 20 janvier 2013, se lève un Soleil Vert magnifique !

Jacques Richaud

(1) 19 janvier 2013 Cahuzac : haro sur les vieux, ces pelés, ces galeux dont nous vient tout le mal-Théophraste R.
http://www.legrandsoir.info/+cahuzac-haro-sur-les-vieux-ces-...

(2) 24 février 2009 Note sur quelques dépossessions sémantiques - Social - Santé : les mots sont importants. Jacques RICHAUD
http://www.legrandsoir.info/Social-Sante-les-mots-sont-impor...

(3) 19 mai 2007 « Le travail rend libre » : plus qu’une provocation- À propos d’un mot d’ordre du président Sarkozy- par Jacques Richaud
http://lmsi.net/Le-travail-rend-libre-plus-qu-une

(4) 30 mai 2007 Sarkozy France d’après... Europe d’après... ? La mouvance mussolinienne fasciste s’affiche avec Sarkozy. Jacques RICHAUD
http://www.legrandsoir.info/Sarkozy-France-d-apres-Europe-d-...

(5) 10 janvier 2008 Avec LUI (et avec NOUS ?) tout devient possible. Jacques RICHAUD
http://www.legrandsoir.info/Avec-LUI-et-avec-NOUS-tout-devie...

(6) 24 février 2008 Sarkozy, le Warholien compulsif Jacques RICHAUD
http://www.legrandsoir.info/Sarkozy-le-Warholien-compulsif.h...

(7) 22 mai 2007 Nous n’avons pas encore touché le fond. A quand la gauche « décomplexée » ? Jacques RICHAUD
http://www.legrandsoir.info/Nous-n-avons-pas-encore-touche-l...

(8) 16 décembre 2007 Une gauche, ... ou deux gauches ? Dominique Strauss-Kahn, le "Chicago boy" du FMI venu de Sarcelle nous donne la réponse. Jacques RICHAUD
http://www.legrandsoir.info/Une-gauche-ou-deux-gauches-Domin...

(9) 13 janvier 2011 Alain et Joseph (ou le « meurtre du père »). Théophraste R.
http://www.legrandsoir.info/+Alain-a-tue-son-papa+.html
Mon commentaire portait déjà sur « Vieux indésirables ? » Et « Un débat pour le siècle qui vient… »

(10) Jacques Richaud répond à … : Thanatos et le DSM..., aide au suicide ou soulagement d’une fin de vie ?
http://www.pratiques.fr/Euthanasie-Jacques-Richaud-repond.ht...

(11) THANATOS ET LA DIGNITE : Jacques Richaud répond à Anne Perraut Soliveres http://www.pratiques.fr/Euthanasie-THANATOS-ET-LA-DIGNITE.ht...

(12) Les français pour une loi sur l’euthanasie à l’unanimité 31/10/2010
http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2010/10/31/...

(13) (4) Euthanasie : une voie très dangereuse http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/201...
Le 31 octobre, un auteur du Post intitule « Les français pour une loi sur l’euthanasie à l’unanimité » son article faisant état, comme d’autres médias, d’un sondage Ifop pour Sud-Ouest Dimanche d’après lequel 94% des français seraient favorables à la légalisation de l’euthanasie (…..) Robert Holcman évoque, à propos d’une éventuelle légalisation de l’euthanasie, la « résurgence sous une forme moderne d’une pratique ancestrale caractéristique des économies de subsistance, qui incite au décès anticipé des moins productifs ». Tel est en effet le danger évident, dans une société dominée par l’argent et dont l’évolution tend à priver de plus en plus brutalement les personnes âgées de moyens de subsistance…etc.

(14) Marc Crépon- Le consentement meurtrier.
http://www.hansen-love.com/article-le-consentement-meutrier-...

(15) 17 janvier 2011 Du CNR a la servitude : "l’affaire de Signes" Jacques RICHAUD
http://www.legrandsoir.info/Du-CNR-a-la-servitude-l-affaire-...

(16) 8 avril 2012 Salaire minimum ou esclavage Jacques RICHAUD
http://www.legrandsoir.info/salaire-minimum-ou-esclavage.htm...

(17) « Fin de droit ! »……L’ultime dépossession. Jacques Richaud
http://www.npa31.org/tribune/fin-de-droit-……lultime-depossession.html

  ..

 

.

Cahuzac : haro sur les vieux, ces pelés, ces galeux dont nous vient tout le mal

Le MEDEF a proposé le 15 janvier, que la hausse des pensions de retraite soit inférieure à l’inflation jusqu’en 2017. Les syndicats sont contre. La CFDT pourrait l’accepter.

Nicolas Sarkozy avait toujours refusé une telle mesure.

Dans une interview aux Echos (15 janvier), le ministre du budget, Jérôme Cahuzac, a estimé que cette désindexation serait un « élément d’appréciation très important » pour le gouvernement (du président adversaire de la Finance. N. de Th.).

A ce jour, on ignore toujours si des riches capilliculteurs ont eu un compte en Suisse. Quant aux anciens leaders de la CFDT, aujourd’hui retraités, quelqu’un sait-il ce qu’ils deviennent avec leurs maigres pensions de militants ?

Théophraste R. (Responsable au GS de l’évaluation des aides des seniors à leur descendance chômeuse, et donc à l’économie).

PS. VERNISSSEZ VOS CANNES, REPASSEZ VOS ECHARPES ET VOS CASQUETTES A CARREAUX, CIREZ VOS BOTTES FOUREES, GRAISSEZ VOS DEAMBULATEURS CAMARADES !
IL VA FALLOIR SORTIR DANS LA RUE (oui, je crie, parce qu’à cet âge-là…)

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 04:08

 

 http://allainjules.com/2011/05/17/affaire-dsk-voici-nafissatou-diallo/

 

Qui est vraiment Nafissatou Diallo qui a fait chuter DSK comme l’a fait Sarkozy à Gbagbo?

La famille de celle qui accuse Dominique Strauss-Khan de tentative de viol s’est confiée à SlateAfrique. Elle décrit une jolie jeune femme de nationalité guinéenne sans histoire, sérieuse et qui n’a pu être manipulée.

Qui est Nafissatou Diallo, la jeune femme que Dominique Strauss-Kahn est accusé d’avoir agressé sexuellement? Pas la jeune fille dont la photo Facebook a été diffusée par la presse [NDLE: les contenus ont depuis été supprimés]. Celle qui a d’abord été connue sur le prénom d’Ophelia n’est ni sénégalaise, ni ghanéenne, ni portoricaine, comme l’ont rapporté différents organes de presse, mais de nationalité guinéenne.

» Tous nos articles sur l’affaire DSK

Selon un membre de sa famille, qui préfère rester anonyme et qui a contacté SlateAfrique, Nafissatou Diallo, 32 ans, est installée depuis treize ans aux Etats-Unis, où elle menait jusqu’à samedi 14 mai une vie sans histoire.

Voici ce qu’il nous a confié.

Fille d’un commerçant appartenant à l’ethnie peule (40% de la population dans un pays qui compte 10,3 millions d’habitants), originaire de la ville de Labé, en Guinée, Nafissatou Diallo a suivi son mari, un commerçant guinéen, aux Etats-Unis en 1998. Elle a ensuite divorcé et élève seule sa fille de 15 ans dans le Bronx. Elle a par ailleurs de la famille à Harlem, notamment sa soeur, mariée à un homme d’affaires guinéen opérant dans l’import-export.

Détentrice d’une carte verte, employée comme femme de chambre par la chaîne hôtelière Sofitel depuis trois ans, Nafissatou Diallo a la réputation d’être une fille sérieuse.

«Une grande bosseuse comme sa soeur», selon un autre cousin, que nous avons également eu au téléphone. Ses proches, issus d’une grande famille de commerçants guinéens n’ont pas encore eu directement accès à elle. Comme tout le monde, ils ont lu la presse, mais ils veulent croire que l’agression a eu des proportions «moins importantes» que ce qui est apporté.

Mamadou Chérif Diallo, parent de la victime, un Guinéen de 35 ans qui travaille pour une agence de la ville de New York, et chargé de représenter la famille déclare:

«C’est une bonne musulmane. Elle est vraiment très jolie, comme beaucoup de femmes peules, mais dans notre culture, on n’accepte pas ce type d’agressivité. Franchement, Dominique Strauss-Kahn est tombé sur la mauvaise personne! C’est un scandale et c’est vraiment triste, cet accident!»

Sous protection policière

La famille explique que Nafissatou Diallo a été emmenée par la police de New York dans un endroit tenu secret, pour la protéger des médias. Elle est assistée par un avocat. Le bureau de l’attorney general de Manhattan, contacté par SlateAfrique, a refusé de confirmer l’identité de Nafissatou Diallo, une mesure qui relève de la protection des victimes aux États-Unis.

La famille paraît dépassée par les événements, et insiste sur le fait que Nafissatou Diallo n’a pas encore formellement porté plainte [NDLE: formellement, c'est le procureur qui porte plainte au pénal, la victime peut en revanche choisir ultérieurement de porter plainte au civil, pour un procès en dommages et intérêts]. Son statut d’immigré, certes légal, est précaire et en tant que résidente étrangère aux États-Unis, sa famille sait qu’elle n’a pas le droit à l’erreur.

A-t-elle été manipulée? Son cousin, Mamadou Chérif Diallo proteste:

«Non, non, non! Les gens doivent comprendre qu’ici, on vit dans le communautarisme et que Nafissatou vit dans sa communauté, les Peuls de Guinée, et qu’elle ne s’intéresse pas à la politique. Elle n’a pas le droit de vote aux États-Unis et ne participe même pas à nos associations politiques guinéennes.»

Alors que le monde entier s’interroge sur la possible corruption de cette jeune femme à des fins hautement politiques, il paraît quelque peu ironique que ce soit une femme de chambre guinéenne qui puisse être à l’origine d’un scandale mettant en cause le patron du Fonds monétaire international (FMI). Une institution avec laquelle son pays, dirigé depuis décembre par un nouveau président, Alpha Condé, cherche à renouer pour sortir de l’ornière.

Le pays qui a dit «non» à De Gaulle

La Guinée, située au sud du Sénégal et de la Guinée-Bissau, fut la seule colonie française à dire «non» à De Gaulle en 1958, accédant avant toutes les autres à une indépendance cher payée. La France est en effet partie en claquant la porte, avec équipements et fonctionnaires.

Sous Sékou Touré, son premier Président et dictateur, la Guinée a longtemps vécu dans le giron du bloc soviétique, se faisant notamment livrer de très inutiles chasse-neige, dans les années 1960, au titre de la coopération entre pays frères.

Le pays est sorti du bloc de l’Est avant la fin de la Guerre froide, à la faveur de l’accession du général Lansana Conté à la présidence, par voie de putsch, en 1984, après la mort de Sékou Touré.

Cette nation a traversé une profonde crise politique après la mort de Lansana Conté, fin 2008. Livré à une jeune junte d’officiers menée par le capitaine Moussa Dadis Camara, les militaires ont été contraints de passer la main et d’organiser des élections après le massacre de 156 manifestants et le viol d’une centaine de femmes par des militaires, le 28 septembre 2009 à Conakry.

Souvent décrit comme un scandale géologique, en raison de son potentiel hydraulique et minéral, la Guinée souffre d’un énorme retard dans son développement, à l’échelle de la sous-région. A Conakry, la capitale, les habitants n’ont toujours pas l’eau courante ni l’électricité. Les jeunes, eux, manquent cruellement de perspectives. Du coup, l’émigration vers le Sénégal, la Côte d’Ivoire, mais aussi la France, l’Allemagne et les États-Unis représente la seule planche de salut, depuis plusieurs décennies.

Sabine Cessou

 

http://abidjan360.wordpress.com/2011/05/18/qui-est-vraiment-nafissatou-diallo-qui-a-fait-chuter-dsk-comme-la-fait-sarkozy-a-gbagbo/?utm_medium=twitter&utm_source=twitterfeed

 

.

 

afrique-prison.jpg

 

 Sur ce site,

 


 

(..) Cet homme est dangereux (..)  ce qui fait peur, ce sont ses maîtres qui décident un bon matin de bombarder et finalement de tuer tout africain qui lèvera le doigt pour condamner les actes criminels et de recolonisation de l’Afrique par la France et les USA, y compris l’Angleterre.


 Ouattara est l’homme par lequel, les occidentaux sont prêts à frapper dans n’importe quel pays d’Afrique pour les intérêts économiques. (..)


http://abidjan360.wordpress.com/2011/04/26/ouattara-est-une-menace-pour-l%E2%80%99afrique/#comment-208

 

 

Voir ici :

 

Guerre Mali: Vrais enjeux et motifs - France gendarme - Afrique en danger

 

(..) Or donc, Christine Lagarde (la femme du FMI qui sous couleur d'aider les peuples, les asservit, les appauvrit) annonce que désormais, en Afrique, de profondes réformes structurelles vont être entreprises (comprenez : imposées aux peuples), avec notamment l'aide d'Alexandre Ouattara... l'homme du FMI imposé aux habitants de Côte d'Ivoire à la place de M. Gbagbo réellement élu, et l'ami personnel, à Neuilly, de Sarkozy. Ainsi, tout se tient : Le sayan Sarkozy impose son ami Ouattara du FMI qui asservit les peuples, et les résistants à la (re) colonisation de l'Afrique comme Kadhafi sont liquidés. La route est dégagée ! Place nette à la politique du FMI, donc des multinationales : Les ressources d'un continent si riche seront pillées, les peuples seront condamnés au non-développement (..)

 

.

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 03:13

 

Mardi 15 janvier 2013

al-CIA-daLa puissance médiatique s’est rapidement mise en branle pour apporter son soutien à l’intervention militaire  de la France au Mali. L’article du Time : « the crises in Mali : will french air stries stop the islamist avance ? » montre décidément que les vieilles ficelles ont toujours cours, en l’occurrence « la guerre au terrorisme ». Le Time soutient que cette intervention a pour but d’empêcher les terroristes islamistes de s’emparer d’une partie de l’Afrique avant d’étendre leur influence jusqu’en Europe. Dans ce même article, le journaliste affirme « qu’il y a une crainte, particulièrement fondée, que le Mali, devenu islamiste radical, menace par-dessus tout la France dans la mesure où la plupart des islamistes sont francophones et qu’ils ont des parents en France. (Des indications issues des milieux du renseignement à Paris laissent entendre que des candidats au djihad, partant de la France pour rejoindre le Mali afin de s’entraîner et y combattre, avaient été identifiés. AQMI (Al-Qaïda au Maghreb islamique), un des trois groupes qui composent l’alliance islamiste au Mali et qui en constitue une grande partie de l’encadrement, a également désigné la France, la représentante de la puissance occidentale dans la région, comme objectif premier pour les attaques ».

 

Ce que le Time ne raconte pas au lecteur, c’est qu’AQMI est étroitement lié au Groupe islamique combattant en Libye (que la France a soutenu durant l’invasion de la Libye par l’OTAN en 2011, en lui fournissant des armes, assurant sa formation, et l’appuyant même de ses forces spéciales et de ses moyens aériens). Bruce Riedel, qui a travaillé à la CIA de 1977 à 1990 et qui est aujourd’hui un des experts de l’association Brookings Institution, écrivait en août 2011 un article intitulé « l’Algérie sera la prochaine à tomber », dans lequel il prédisait que le succès des coalisés en Libye encouragerait les éléments radicaux en Algérie, et AQMI en particulier. Entre les violences extrémistes et la perspective des frappes aériennes françaises, Riedel espérait en fait voir la chute du gouvernement algérien. Ironie du sort, il observait que « l’Algérie exprimait des préoccupations selon lesquelles la crise libyenne pouvait conduire à la création d’un sanctuaire important pour Al-Qaïda et d’autres extrémistes djihadistes ». Et c’est précisément grâce à l’OTAN que la Libye est devenue ce qu’elle est aujourd’hui, à savoir un refuge sponsorisé par l’OTAN… pour Al-Qaïda. Avec la présence d’AQMI au nord du Mali et la participation française aux frappes dans ce secteur, nous saurons très rapidement si le conflit ne s’étendra pas à l’Algérie limitrophe.

 

Il est à noter que Riedel, qui est coauteur du livre « which path to Persia ? », pousse ouvertement à armer un autre groupe défini comme terroriste par le département d’État américain, l’organisation Mujahedin-e-Khalq, dans le but de provoquer le chaos en Iran et aider à faire pression sur l’administration locale, ce qui illustre clairement l’usage qui peut être fait des formations terroristes dans l’exécution des basses œuvres en matière de politique étrangère des pays occidentaux. 

 

Selon un autre analyste géopolitique, Pepe Escobar, un lien très étroit unit le Groupe islamique combattant en Libye et AQMI. Dans un de ses articles intitulé « How-Qaeda got to rule in Tripoli », il écrit : « le numéro deux d’Al-Qaïda, Zawahiri, a annoncé officiellement la fusion entre les deux groupes. Á partir de là, le Groupe islamique combattant en Libye et AQMI sont les deux faces d’une même pièce, dont Belhadj en est l’émir ».  Abdelhakim Belhadj, chef du Groupe islamique combattant en Libye, a obtenu des armes, de l’argent et la reconnaissance de l’OTAN lors de la tentative de renversement de la Jamahiriya arabe libyenne, et il a depuis jeté le pays dans la guerre civile. Cette intervention a vu aussi l’épicentre de la révolte, Benghazi, se détacher lentement mais sûrement de Tripoli pour devenir une région aujourd’hui semi-autonome, « l’émirat du terrorisme ». La dernière campagne de Belhadj doit probablement se dérouler aux confins de la frontière turco-syrienne, où il participe à la logistique de l’armée syrienne libre… avec la bénédiction de l’OTAN.


Extension de l'islamisme libyen

 

L’intervention des coalisés en Libye a ainsi ressuscité le Groupe islamique combattant en Libye, une formation affiliée à Al-Qaïda. Il avait déjà combattu en Irak et en Afghanistan. Il envoie aujourd’hui des combattants, de l’argent et des armes à partir du Mali vers la Syrie, là encore grâce aux bonnes faveurs de l’OTAN. Le redoutable « califat » dont les néoconservateurs nous ont rebattu les oreilles pendant une bonne dizaine d’années est en train de prendre réellement forme du fait des intrigues menées par les États-Unis, l’Arabie saoudite, le Qatar et Israël… et non de l’islam, régulièrement instrumentalisé par ces derniers.

 

Le Groupe islamique combattant en Libye, qui est en train de mener la bataille en Syrie avec l’assentiment de la diplomatie française, a donc officiellement fusionné avec Al-Qaïda selon le combatting terrorism center de West Point. Selon ce centre, AQMI et le Groupe islamique combattant en Libye n’ont pas seulement des objectifs idéologiques, mais aussi stratégiques et tactiques. Les armes que le groupe a reçues proviennent d’AQMI et ont probablement passé à travers les frontières poreuses du Sahara et du nord du Mali. En effet, ABC News a relaté dans un article en date du 10 novembre 2011 qu’un important représentant d’un groupe affilié à Al-Qaïda avait affirmé que l’organisation avait fait main basse sur quelques milliers d’armes disparues durant les événements libyens, alimentant les craintes des Occidentaux. « Nous (Al-Qaïda, NDLR) sommes les premiers bénéficiaires des révolutions arabes », a dit à l’agence de presse mauritanienne ANI Mokhtar Belmokhtar, un des leaders nord-africains d’AQMI.

 

Un autre conflit éclatait donc au nord du Mali dès la fin des combats en Libye. Ce n’est pas un hasard. Cela fait partie d’une vaste entreprise préméditée de réorganisation géopolitique qui a commencé avec la chute de Kadhafi. La Libye est utilisée aujourd’hui comme tremplin pour envahir d’autres pays bien ciblés, tels le Mali, l’Algérie et la Syrie. Les terroristes armés jusqu’aux dents, financés et appuyés par l’OTAN, ne sont rien moins que les mercenaires de ce projet. L’Algérie a réussi jusque-là à déjouer les plans subversifs échafaudés par les États-Unis en 2011 dont les révolutions arabes ont été la partie visible de l’iceberg, mais elle n’a certainement pas échappé à l’attention de l’Empire, qui aimerait bien transformer toute une région qui s’étendrait de l’Afrique jusqu’aux abords de Pékin et Moscou, en utilisant les terroristes tantôt comme casus belli à de futures invasions, tantôt comme mercenaires de leurs sombres besognes.

 

L’Empire apporte la guerre comme la nuée l’orage. Lui résister, de quelque manière que ce soit, est un véritable acte de Résistance.

 

Capitaine Martin 

 

.

 

Articles récents

.
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 03:02

 

Après le brouhaha de l’exaltation trépidante des uns et les protestations véhémentes des autres qui ont suivi l’arrestation et la détention de Monsieur Laurent Koudou Gbagbo, il y a lieu d’examiner les arguments mis en avant pour justifier, ou pour contester la déchéance du Chef de l’Etat en fonction en Côte d’Ivoire avant le 11 avril 2011.

Du strict point de vue du droit international, du droit africain et du droit ivoirien, les décisions d’attaquer, d’arrêter et de détenir M. Laurent Gbagbo posent plus de problèmes qu’elles n’en résolvent.

Pour tenter de se dégager de la gangue partisane qui expose à la légitimation des positions manichéennes que deux camps antagoniques promeuvent, il est nécessaire de s’abreuver aux meilleures des sources, c’est-à-dire aux textes internationaux, à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, qui garantissent la protection des droits fondamentaux, mais aussi à la Constitution de la Côte d’Ivoire du 1er août 2000 qui demeure, comme dans la plupart des Etats, la loi fondamentale qui régit le fonctionnement des pouvoirs publics dans ce pays.

Chacun connaît l’issue de l’élection présidentielle de décembre 2010 qui a vu MM. Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara revendiquer tous deux la victoire, et qui a donné lieu à une « querelle des investitures » ; M. Gbagbo a prêté serment devant le Conseil constitutionnel, tandis que M. Ouattara a cru devoir se livrer à un ersatz de « prestation de serment » par courrier , au demeurant non daté, adressé au Président du Conseil constitutionnel, transmis semble-t il par huissier, mais dont les constatations ne sont pas connues, sur son éventuelle réception et donner acte par le destinataire .

Cependant, M. Alassane Ouattara voudrait –il bafouer la légalité constitutionnelle de son pays qu’il ne s’y prendrait pas autrement !

En effet, que prévoit la Constitution sur ce point ? L’article 39 de la Constitution se lit ainsi : « Les pouvoirs du Président de la République en exercice expirent à la date de prise de fonction du Président élu, laquelle a lieu dès la prestation de serment. Dans les quarante-huit heures de la proclamation définitive des résultats, le Président de la République élu prête serment devant le Conseil constitutionnel réuni en audience solennelle. (…)

Ainsi, jusqu’à l’arrestation de M. Laurent Gbagbo le 11 avril 2011, la Constitution lui conférait la qualité de Président en exercice, en l’absence de prestation de serment de M. Alassane Ouattara, dans les formes solennelles qu’elle requiert.

Cette difficulté juridique rejaillit nécessairement sur la validité des actes que M. Ouattara entend poser en tant que Président de la République de Côte d’ivoire.

Est-on sûr par exemple qu’il a respecté l’article 55 de la Constitution qui prévoit que lors de son entrée en fonction le Président de la République est tenu de produire une déclaration authentique de son patrimoine devant la Cour des Comptes ?

De la légalité de l’aide française et onusienne aux FRCI

Cet imbroglio juridique pose aussi la question de la légalité de l’aide apportée aux rebelles des Forces républicaines de Côte d’Ivoire, par l’Onuci et la force armée française « Licorne » pour procéder à l’arrestation, à la « mise à disposition » du Président déchu à M. Alassane Ouattara, et à sa détention depuis lors dans un lieu inconnu, justifiée officiellement par l’attente de l’ouverture d’une enquête judiciaire pour « atteinte à la sûreté de l’Etat ».

Cependant, le Président déchu, risque d’être difficile à juger au regard des faits ainsi reprochés, et peut devenir un prisonnier politique bien encombrant.

Car si la résolution 1975 du Conseil de sécurité de l’Onu du 30 mars 2011, demandait le départ de M. Laurent Gbagbo, elle n’a jamais prescrit l’usage de la force armée à cet effet.

Il semble établi que certains des éléments armés de M. Gbagbo ont entre autres méfaits, pris pour cible le quartier général de l’Onuci à l’hôtel Sebroko, par des tirs de mortiers et de roquettes, attaqué un entrepôt du Haut-commissariat aux réfugiés dans la ville de Guiglo, et commis l`injustifiable massacre des femmes manifestant pacifiquement à Abobo.

Il n’en demeure pas moins que l’Onuci, soutenue par la force armée Licorne, au regard du mandat délivré par la résolution 1975 du Conseil de sécurité, devait utiliser « toutes les mesures nécessaires » pour protéger les civils et empêcher l’utilisation d’armes lourdes, mais certainement pas prêter main forte aux rebelles en s’attaquant, au palais présidentiel et à la résidence de M. Laurent Gbagbo, habitée par plusieurs membres de famille, membres du gouvernement, et proches collaborateurs, dont d’ailleurs les forces de défense constituées de blindés et canons anti-aériens avaient déjà été détruites.

La situation reste explosive au regard des affrontements actuels à l’arme lourde qui opposent dans le quartier d’Abobo, avec de nouveaux risques collatéraux pour les civils, les forces armées composées d’anciens rebelles FRCI, fidèles à M. Ouattara, au « Commando invisible », milice qui avait pourtant combattu aux côtés des pro-Ouattara contre les forces de défense et de sécurité de M. Laurent Gbagbo, sans que ces armes ne soient neutralisées en application de la résolution 1975 du Conseil de sécurité de l’Onu…

S’agissant de la détention de M. Laurent Gbagbo, qui n’est visiblement pas la préoccupation des démocrates et défenseurs professionnels des droits de l’homme, encore très récemment si exigeants sur l’application du droit en faveur d’un des candidats, l’actuel pouvoir s’arroge des prérogatives exorbitantes, en l’absence de tout contrôle de juges, qui constitue dans les démocraties reconnues, une garantie fondamentale de la liberté individuelle, visant à éviter les dérapages, assurer le respect du droit à la sûreté, et des droits de la défense, même à ceux précisément qu’elles considèrent comme ses pires adversaires , sous peine d’encourir les mêmes griefs que ceux qu’elles leur reprochent.

L’arbitraire est la mère de tous les vices politiques, et le droit de ne pas être privé arbitrairement de sa liberté, constitue le premier droit de l’homme, à plus forte raison pour un dirigeant politique, supposé avoir perdu l’élection avec au moins 47 % des suffrages, qui représente ainsi près de la moitié des électeurs et dont il convient de rappeler, qu’il est membre de droit du Conseil constitutionnel…

La Déclaration universelle des droits de l’homme, la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, et la Constitution de Côte d’Ivoire prescrivent que nul ne peut être arrêté ou détenu arbitrairement et que toute déclaration de culpabilité doit être établie à la suite d’une procédure offrant à la personne mise en cause les garanties indispensables à sa défense.

En ce qui concerne l’éventuelle extradition de M. Gbagbo pour comparution devant la Cour pénale internationale, le Président reconnu élu par la communauté internationale, qui peut nourrir quelque crainte d’avoir à y répondre des massacres commis par ses propres troupes, notamment à Duékoué courant mars 2011, où plus de 300 personnes auraient été tuées, ne se risquera pas dans cette voie qui confine à la boîte de Pandore.

De plus, l’Onuci qui en principe devait se déployer sur l’ensemble du territoire de la Côte d’ivoire, n’est pas exempte de tout reproche, en se cantonnant dans quelques villes, laissant ainsi sans surveillance les rebelles des FRCI dont il était prévisible que les actions de représailles allaient nécessairement s’abattre sur les civils d’ethnies regardées comme des ennemis.

Il existe par ailleurs des obstacles liés au principe international de non extradition des nationaux, et à la non-ratification du statut de la Cour pénale internationale par la Côte d’Ivoire qui ne fait donc pas partie intégrante du droit interne de cet Etat.

Le Conseil constitutionnel peut-il revenir de manière exceptionnelle sur les résultats proclamés en faveur de M. Gbagbo en décembre 2010 et recevoir enfin le serment solennel du Président reconnu élu ?

C’est peut-être la seule solution pour retrouver la légitimité constitutionnelle qui fait défaut à M. Alassane Ouattara , lancer un signal fort de dialogue politique, apaiser les tensions en régularisant la situation de M. Laurent Gbagbo au regard des standards internationaux, et permettre la nomination d’un gouvernement qui représente de manière significative toutes le sensibilités politiques du pays.

 

sur ce site,

Sur e site,

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 02:56
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche