Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 01:21
http://www.indymedia.org.uk/images/2004/05/292018.gif
http://www.indymedia.org.uk/images/2004/05/292018.gif
Malgré l’ouverture de Rafah,
le blocus illégal de Gaza persiste
 
AFPS
.
.

L’Association France Palestine Solidarité accueille favorablement la décision du gouvernement égyptien d’ouvrir de façon permanente le passage de Rafah à la frontière avec Gaza. Néanmoins, cette ouverture partielle ne change en rien la nécessité pour Israël de mettre fin au blocus illégal de Gaza, qui constitue une violation grave du droit international et sépare la Cisjordanie de la bande de Gaza.

 

« L’ouverture du passage de Rafah est une bonne nouvelle pour la population de Gaza et marque l’évolution de la politique égyptienne envers la Palestine depuis l’éviction de Hosni Moubarak. Toutefois, cette ouverture, qui ne concerne que les personnes et exclut les marchandises, ne permettra pas de répondre à l’urgence humanitaire à Gaza. Le blocus terrestre, aérien et maritime imposé par Israël à Gaza persiste bel et bien, en violation du droit international humanitaire et des accords d’Oslo I. » a déclaré Jean-Claude Lefort, président de l’AFPS.

 

Comme la Haute Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay, l’a indiqué en août 2009, le blocus de Gaza constitue une punition collective, ce qui est illégal aux termes de l’article 33 de la Quatrième Convention de Genève. Il viole par ailleurs la résolution 1860 du Conseil de Sécurité de l’ONU, qui appelle formellement à la levée du siège. En outre, il ne respecte pas l’accord Gaza-Jéricho du 4 mai 1994, qui établissait un droit de passage pour les personnes et les marchandises entre la Cisjordanie et Gaza.


Dans ce contexte, l’AFPS rappelle sa détermination au sein de la Campagne « un bateau français pour Gaza » à envoyer un navire français rejoindre la seconde Flottille de la Liberté le mois prochain, afin de dénoncer et briser le blocus israélien contre Gaza. Cette initiative citoyenne et non-violente vise à pallier le manque de volonté politique manifeste de la communauté internationale pour obtenir la fin de ce blocus illégal et inhumain. L’AFPS réitère expressément la demande adressée au gouvernement français de protéger ses ressortissants présents sur le bateau.

 

Paris, le 31/05/2011

 

Partager cet article
Repost0
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 00:47

Grèce : La stratégie du choc

La BCE et le FMI menacent le gouvernement grec de le mettre en faillite s'il ne fait pas ce qu'ils exigent: une privatisation massive des principales entreprises du pays, ce que refuse la majorité socialiste. On évoque même l'hypothèse d'une administration supranationale!

 

 

 

Pour le gouvernement socialiste grec, le choix de vient de plus en plus cornélien: faut-il qu'il trahisse ses idées, et l'intérêt national, ou qu'il envisage la mise en faillite de son pays par les créanciers.
La BCE et le FMI ont nettement mis le couteau sous la gorge du Premier ministre Georges Papandréou. La première a menacé de ne plus accepter les obligations d'Etat d'Athènes comme collatéral. Les banques grecques seraient d'un coup dans l'impossibilité de déposer ces obligations auprès de la BCE pour obtenir des euros. Elles seraient ruinées d'un coup.Le FMI, lui, a laissé entendre qu'il pourrait ne pas apporter les milliards d'euros nécessaire pour que l'Etat grec puisse rembourser les emprunts arrivants à échéance en juin prochain. Les deux institutions pose la même condition: privatiser massivement , pour 50 milliards d'euros: tout ce qui vaut de l'argent doit y passer: la poste, l'électricité, les télécoms, les ports, l'immobilier... Non seulement l'Etat grec serait déshabillé, mais il s'agit d'une vente à l'encan, puisque devant être réalisée dans un temps très bref. La  stratégie du gouvernement socialiste qui envisageait des privatisations à 50-50 serait balayée, au profit de la rapacité des marchés. Le Pasok, parti socialiste, est donc absolument divisé sur la question. Pour passer outre aux débats d'un gouvernement démocratique,  un projet circule: forcer Athènes à confier les privatisations à une agence indépendante où siègeraient des "experts" non grecs. On en revient aux solutions que les "puissances "au XIXè siècle, la France en tête, appliquaient aux pays sous protectorat , comme la Tunisie ou le Maroc. C'est la "stratégie du choc" qui,  comme l'expliquait l'essayiste Naomie Klein. consiste à profiter des crises pour imposer aux peuples les solutions ultra-libérales.
Pour le FMI et les institutions européennes, le masque tombe: il n'est plus question de permettre aux Grecs de passer la crise en évitant une trop grande purge sociale.
C'est aussi une impasse pour la France. Les autorités françaises avaient eu, au début de la crise grecque le bon réflexe: en proposant aux allemands de casser la spéculation. Il suffisait d'acheter un gros bloc d'emprunts grecs pour faire remonter les cours, prenant à revers les positions de spéculateurs qui pariaient sur la baisse.  Les Etats ayant montré leur puissance, les marchés seraient aller spéculer ailleurs. Mais les Allemands ont refusé net. Depuis lors, l'Elysée tente de durer sans beaucoup de perspectives, car, avec le temps, la crise devient toujours plus difficile à dénouer. Exemple: la restructuration de la dette. A partir du moment où les Etats, donc les contribuables, ont accepté de prêter aux  grecs, la question change de nature, puisqu'il ne s'agit plus seulement d'imposer des pertes aux seules banques, mais aussi aux citoyens européens. Cela risquerait de ruiner toute idée de solidarité entre les pays de la zone euro. Sortir la Grèce de la zone devient aussi chaque jour plus onéreux pour les Grecs (et moins pour les banques de la zone euro,  qui ont commencé à se défaire). Et tant que la crise de la dette n'est pas résolue,  le pays s'enfonce dans la récession. Un cercle absolument vicieux dont  la bonne porte de sortie devient chaque jour plus difficile à trouver

 

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/ext/http://www.marianne2.fr/hervenathan/

 

 

 

Tragédie grecque :

.

 

Aidez-nous à mieux vous connaître !


Si la Grèce était l'Argentine, le FMI l'aurait déjà acculée à la faillite

 


Philippe Béchade


▪ Les banques françaises avaient soutenu la tendance vendredi, leur consolidation a au contraire pesé sur le CAC 40 ce lundi.

Les inquiétudes au sujet de la Grèce avaient été mises entre parenthèses sur des rumeurs d'assouplissement des directives de Bâle 3. Mais rien n'est résolu en ce qui concerne un refinancement par le FMI. La Bourse d'Athènes a d'ailleurs chuté de 2,5% hier après-midi.

A Paris, le CAC 40 s'effritait au final de 0,21% à 3 943 points (avec à peine 1,2 milliard d'euros échangés) à l'issue d'une séance totalement soporifique, bien à l'image de ce que les opérateurs prévoyaient dès vendredi. En l'absence des investisseurs américains et britanniques (en congé ce 30 mai), les initiatives ont été totalement gelées.

__________________________

Attention : à minuit, vous aurez laissé passer votre chance !
Demain, Agora CFD passe à sa nouvelle formule... et à son nouveau prix. Pour économiser 620 euros -- tout en profitant du service "nouvelle génération", AGISSEZ VITE !


Il suffit de vous laisser guider...

__________________________

▪ Le FMI vient de faire connaître, à la veille du week-end prolongé, son refus de verser sa quotepart de 3,3 milliards d'euros à la Grèce au mois de juin. Il attend des garanties d'un remboursement de ces sommes.

Le Premier ministre grec, Georges Papandréou, affirmait il y a 48 heures que si 12 milliards d'euros n'étaient pas débloqués au plus vite, la Grèce sera en faillite dès juillet prochain.

Et de préciser "qu'aucun salaire, aucune retraite et aucune obligation de l'Etat ne pourront plus être payés". C'est le classique défaut de paiement que tous les marchés redoutent -- et l'éventualité que tous les sherpas de l'économie européenne écartent catégoriquement.

La Grèce n'en serait pas à son premier coup d'essai. En effet, elle possède -- comme le rappelait récemment Yannick Hardy dans un article paru dans MoneyWeek -- le record du plus grand nombre de faillites dans l'histoire de l'Europe au cours des deux derniers siècles écoulés : 1826, 1843, 1860, 1893. Elle se retrouve ainsi à égalité avec le Portugal (tiens, tiens !) et juste derrière l'Espagne.

Mais le passé chaotique d'un pays ne garantit pas l'éternel retour (inscrit dans la roue du destin) des mêmes désastres politiques et humains. Sauf dans le cas des empires, lesquels se décomposent pratiquement tous de la même manière depuis le temps des pharaons -- Bill Bonner vous l'a déjà démontré à maintes reprises, et bien plus doctement que je ne saurais le faire.

Sauf que la Grèce nous inquiète vraiment depuis l'automne 2009. Tout ce qui a été accompli depuis 18 mois pour rétablir la situation n'est qu'un écran de fumée ; un écran destiné à gagner du temps, mais qui pèse tout de même 110 milliards d'euros, soit 20 Kerviel ou un AIG.

Un précieux temps qui a permis aux marchés de poursuivre leur ascension vers les sommets. Ce sont principalement certaines banques américaines qui en ont tiré le plus grand profit. En effet, elles détiennent le monopole de l'émission de CDS (assurance contre le défaut de crédit) sur les pays en déliquescence budgétaire, et plus précisément les PIGS.

▪ Nous n'allons pas revenir sur la récession qui frappe la Grèce ni sur ses menues difficultés budgétaires que vous connaissez par coeur. D'autres aspects -- beaucoup moins médiatisés de cette crise -- nous paraissent autrement plus significatifs et alarmants.

Nous avons le souvenir encore très précis de l'enchaînement des symptômes qui ont précédé la faillite de l'Argentine fin 2001. Outre une monnaie trop forte parce qu'arrimée (très artificiellement) au dollar, le pays fut victime d'une fuite massive des capitaux -- libellés en dollar naturellement. Cette fuite siphonna les réserves de change et les liquidités détenues par les banques locales.

Ce n'était pas l'argent du petit peuple qui désertait lâchement la mère patrie mais bien celui des grandes fortunes et des entreprises. Elles avaient compris que l'Argentine -- surendettée en dollar -- s'enfonçait dans une impasse. Le point de non-retour avait été franchi avec la perte d'appétit pour le risque des investisseurs internationaux et le renforcement du dollar suite aux événements du 11 septembre.

Lorsque l'Argentine fit défaut, pas moins de 150 milliards de dollars avaient été transférés à l'étranger. Mais le facteur déclenchant fut -- il est crucial de s'en souvenir -- le refus du FMI d'accorder un nouveau prêt de 1,3 milliard de dollars à l'Argentine, destiné à payer les intérêts de la dette devant être versés début 2002.

La justification du FMI fut de sanctionner une politique économique qu'il jugeait inadaptée. Ce qui est plutôt ironique étant donné que l'Argentine ne faisait qu'appliquer les directives édictées par ce même FMI au début des années 90 -- notamment l'arrimage au dollar devenu un choix mortel.

A quoi assistons-nous aujourd'hui ? A la menace d'une défection du FMI si la Grèce ne brade pas volontairement ses actifs générateurs de cash et son stock d'or (que les Européens réclament en garantie) ainsi qu'à une fuite éperdue des capitaux détenus par les grandes fortunes helléniques.

Selon la Banque centrale grecque, pas moins de 38 milliards d'euros sont partis sous d'autres cieux l'an passé et le phénomène s'accélère en 2011. Certains retraits ont même plusieurs fois dépassé les 1,5 milliard d'euros en 24 heures. Ainsi, les banques locales voient s'évaporer leurs fonds propres de manière plus qu'alarmante.

Selon le secrétaire d'Etat au ministère grec des Finances, Dimitris Kouselas, pas moins de 280 milliards d'euros ont pris le chemin des banques privées helvétiques depuis 2003. Cela représente 120% du PIB de la Suisse, pour vous donner une idée de l'échelle des transferts.

Et ce n'est pas le seul paradis fiscal implanté sur le sol européen. On peut aussi mentionner l'Angleterre, où les plus gros contribuables grecs sont à peu près aussi à l'abri des investigations des fonctionnaires d'Athènes qu'au Lichtenstein, à Dubaï ou à Singapour.

La totalité des sommes transférées à l'étranger représente probablement plus que les 344 milliards d'euros de la dette grecque. Cette dernière pose d'insolubles problèmes à la troïka dépêchée par Bruxelles afin d'évaluer la situation à la veille d'échéances cruciales.

Si nous calquons le scénario des dernières semaines précédant le défaut de paiement de l'Argentine (et la destruction de 53% de la valeur des créances détenues sur ce pays) sur ce que nous observons depuis le début de l'année en Grèce, le diagnostic est sans appel. M. Papandréou a bien raison d'affirmer que son pays connaîtra une faillite avant le milieu de l'été.


Beaucoup de ses (riches) concitoyens l'ont déjà anticipée, les marchés l'ont pratiquement actée (avec des taux à deux ans à 27%) et une bonne partie du peuple grec semble la souhaiter.


Ils sont bien convaincus que 10 ans -- voire 20 ans en cas de reprofilage de la dette -- de sacrifices jamais suffisants et le pillage des dernières richesses négociables (aéroports, distribution d'électricité, complexes touristiques, loterie nationale...) ne suffiront pas à rétablir la situation, sauf à considérer que le malade doit mourir guéri.

Le jour du jugement dernier semble se rapprocher de façon si rapide que le rideau pourrait tomber sur la tragédie grecque (et le château de cartes européen) avant même la fin du troisième acte... oups, pardon : trimestre !


 

Retrouvez-nous en ligne sur :
http://www.publications-agora.fr
http://www.la-chronique-agora.com

 


 

 

Revoir la Stratégie du choc de Naomi Klein

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 00:41

http://img.over-blog.com/188x307/1/76/20/75/Dos.-5-avril-10/sarkozy2_narrowweb__300x491_0.jpg

http://img.over-blog.com

 

Eva R-sistons propose Yves Calvi-Krettly

pour succéder à David Pujadas

( Laisse d'Or du journaliste le plus servile )

 

Yves Calvi, le zélé valet du Nouvel Ordre Mondial,

cette caricature de journaliste

hier sur Mots croisés (30 mai 2011), a un leit-motiv, une obsession

pour remettre en selle son poulain Nicolas Sarkozy,

du même sérail (comme tant d'autres,

de Hollande à Copé en passant par Delanoë ou Dray) :

"Avec l'affaire DSK, les socialistes ont-ils perdu la bataille morale ?"

Je répète : "Ont-ils perdu la bataille morale ?"

Je répète : "Ont-ils perdu la bataille morale ?"...,

le martelant sans cesse pour que les Français assimilent PS à immoralité,

au moment où un Ministre... de Droite démissionne

pour le même genre d'affaires que DSK ,

et alors que la France n'a jamais eu à sa tête un homme aussi immoral :

Conflits d'intérêts, poursuites pour crimes contre l'humanité (1),

non-paiement d'impôts, services rendus à l' Etranger,

ventes d'armes à dictateurs, dépenses inconsidérées avec l'argent des Français,

et j'en passe, nous sommes loin de savoir tout...

 

Passons aussi sur les autres expressions

employées par Calvi-Krettly

au cours du dernier Mots Croisés :

" DSK qui attaque une femme noire, immigrée, pauvre,

c'est terrible pour la Gauche qui ne pourra y survivre.."

"les Socialistes sont-ils compromis ?"

"Ont-ils perdu la bataille morale ?"


A quand la Laisse d'Or du journaleux le plus servile

pour ce triste sire ?

eva R-sistons

 

(1)

Bravo ! Me Dumas et Vergès portent plainte contre l'Etat Français criminel

Dans un autre domaine, saga Lagarde suite :

Nouvelle affaire pour Christine Lagarde - poursuivie par un homme d'affaires

 

 

http://img.over-blog.com/258x144/1/76/20/75/Dos.-5-avril-10/Voix-de-son-maitre.jpg

Partager cet article
Repost0
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 00:38
MIS EN CAUSE POUR UN SÉJOUR EN TUNISIE, GÉRARD LONGUET EXCLUT DE DÉMISSIONNER

 

 

Gérard Longuet exclut toute démission pour un séjour en Tunisie Reuters -

 

 

 

PARIS (Reuters) -

 

Le ministre français de la Défense Gérard Longuet, mis en cause pour un séjour gratuit en Tunisie en 2006 sous le règne du dirigeant déchu Zine ben Ali, a exclu mardi toute démission tout en se disant prêt à rembourser.

 

 

Suite »

 

 

et aussi :

 

.

Après l'affaire MAM, un document officiel tunisien datant de 2006, que les Inrocks se sont procuré, évoque un séjour de Gérard Longuet et de son ami le journaliste Jean-Marc Sylvestre dans un hôtel de luxe du pays « pris en charge » par le régime de Ben Ali.


En février dernier, en plein feu des révolutions arabes, éclatait le scandale des vacances tunisiennes de Michèle Alliot-Marie. Notre ministre des Affaires étrangères avait bénéficié de l’avion gratuit d’un homme d’affaires, Aziz Miled, proche du régime de Ben Ali. Au nom de la « République irréprochable » exigée par Nicolas Sarkozy, la gauche demandait sa démission. Un homme avait volé au secours de la ministre:

 

 [Article complet : lesinrocks.com]

(Article référencé sur le site "Les mots ont un sens")

Partager cet article
Repost0
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 00:35

 

chemtrails-lectrice.jpg

 

Observations, chemtrails

envoyé par une Lectrice :
 
-    Traces, quadrillage au ciel, surtout le dimanche matin quand tout le monde est encore au lit
-  Odeur : sorte de gaz qui change sous l’influence du soleil, pénètre dans les maisons, dans les armoires… qui colle à la peau et aux cheveux
-  Météo : nuages dispersés, dissous dans le quart d’heure qui suit le passage d’un avion à chemtrails
- Sécheresse qui dure – parodie de météo
-  Absence de vent pendant un moment – la vie dans les prés est comme arrêtée
-  Absence de senteurs du printemps, odeur uniforme
-  Paysage qui a l’air écorché
-   Palpitations et tintement dans les oreilles
-  Sensations de chaud bizarre, parfois frissons
-  Eau de pluie acide dans le tonneau de récupération et dans les flaques
-  Substance blanche non identifiée (ce n’est pas du pollen) dans les flaques
 
 
Conclusions :
 
On risque d’avoir un sérieux problème d’eau dans les semaines et les mois à venir. Assèchement des nuages et, chaque fois qu’il y a une petite pluie, celle-ci pollue nos maigres réserves un peu plus. Un/e chimiste pourrait en dire plus !
L’air est souvent irrespirable ce qui crée un manque d’oxygène et une tendance à la résignation.
 
Infos assez complètes dans le film suivant :
 
http://projectcamelot.info/1082/chem-trails-real-or-not/ 

 

.

 


Partager cet article
Repost0
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 00:29

 

 

 

« Divina Insidia – Le Piège Divin » de Pascal Roussel

Tandis que la terre est embarquée dans une course folle, et que des millions de gens peinent à survivre, la haute finance poursuit inexorablement et sûre de l’impunité, son objectif destructeur.
L’histoire qui vous est ici contée est d’une surprenante actualité . De plus, elle pourrait être plus vraie que la vérité si celle-ci était dévoilée. Anne Standfort journaliste de talent, est entraînée, sous couvert d’un livre à écrire pour un mystérieux et richissime inconnu, dans les couloirs sombres de l’étrange « planète financière ». Elle va être confrontée, souvent choquée, parfois horrifiée, à une conception des valeurs du bien et du mal qui lui est étrangère.
Tout comme le lecteur, elle va découvrir la naissance et le fonctionnement d’une banque centrale, jusqu’à la mise en place d’une future monnaie mondiale . Elle va prendre conscience du pouvoir occulte de certaines loges maçonniques et de certaines familles oligarchiques dont la puissance illimitée n’est connue que de quelques initiés.
Tentant désespérément de conserver son sang froid, elle évoluera entre une réalité dont elle ignorait tout et un imaginaire qui la stupéfie.
Ni elle, ni son mari, ni son jeune fils ne sortiront moralement indemnes de cette aventure haletante qui bouleversera leur vie.
Histoire d’argent ?
Affaire de spiritualité ?
Ce livre pose les questions essentielles.
Il encourage le lecteur à se les poser aussi. Et plus encore, à n’avoir de cesse de trouver les réponses.

Auteur : Pascal Roussel, analyste au sein du Département des Risques Financiers de la Banque Européenne d’Investissement (BEI). Auteur spécialisé dans les questions relatives aux risques liés aux changes et aux monnaies, Pascal Roussel a posé au cours de sa carrière un regard aigu sur l’économie. Il est, en outre, rédacteur indépendant pour les Editions Romaines.

Vidéo : Les Editions Romaines ont eu le plaisir de recevoir Pascal Roussel à propos de son nouveau livre, Divina Insidia – Le Piège Divin .

prix :

Version électronique : 5.00€ (PDF – Termes et Conditions)

Livre physique : 18.00€ + 2.00€  de frais d’envoi (l’adresse de livraison sera demandée lors du paiement - Termes et Conditions)

 

http://librairieromaine.biz/?p=261

 

 

 

 

Livre disponible http://librairieromaine.biz/?p=261

Pascal Roussel, analyste au sein du Département des Risques Financiers de la Banque Européenne

Partager cet article
Repost0
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 00:01

Enfin !

 

Laplote de retour !

Pour le bonheur des trousseurs !

Ce n'est "pas mort d'homme" (Lang),

mais plaisir des rieurs !

eva

 

Dominique nique nique... Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existée serait absolument fortuite...
DSK7.jpg
.
Partager cet article
Repost0
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 05:36

http://www.nouvelordremondial.cc/wp-content/uploads/2011/05/reelle-democratie-maintenant.jpg

http://www.nouvelordremondial.cc/wp-content/uploads/2011/05/reelle-democratie-maintenant.jpg

source dole écologie

De http://www.dolecologie.com, texte repris d’Acrimed
Indignados : ce que l’on n’apprend qu’en surfant ailleurs
… sur des revendications prétendument disparates, confuses et apolitiques…



1. Manifeste de « Democracia Real Ya ! » (15 mai)
Nous sommes des personnes ordinaires. Nous sommes comme vous : des gens qui se lèvent tous les matins pour étudier, travailler ou pour chercher un travail, des gens qui ont une famille et des amis. Des gens qui travaillent dur tous les jours pour vivre et pouvoir offrir un meilleur avenir à ceux qui les entourent.
Parmi nous, certains se considèrent plus progressistes, d’autres plus conservateurs. Certains sont croyants, d’autres pas. Certains suivent des idéologies précises, d’autres se considèrent apolitiques. Mais nous sommes tous préoccupés et indignés par la situation politique, économique et sociale autour de nous : par la corruption des politiciens, patrons, banquiers, ... qui nous laissent sans défense et sans jamais être entendus.
Cette situation est devenue la norme, une souffrance quotidienne et sans espoir aucun. Mais en unissant nos forces nous pouvons la changer. Le moment est venu de changer les choses, de bâtir ensemble une société meilleure. En conséquence nous soutenons avec vigueur les affirmations suivantes :
 L’égalité, le progrès, la solidarité, le libre accès à la culture, le développement écologique durable, le bien-être et le bonheur des personnes doivent être les priorités de chaque société avancée.
 Des droits inaliénables doivent être garantis au sein de notre société : le droit au logement, au travail, à la culture, à la santé, à l’éducation, à la participation politique, au libre développement personnel et le droit du consommateur à une vie saine et heureuse.
 L’état actuel de notre système politique et économique ne répond pas à ces priorités et il est par de multiples facettes un obstacle au progrès de l’humanité.
 La démocratie appartient au peuple (demos = peuple, cratie = pouvoir), ce qui signifie que chacun de nous constitue une partie du gouvernement. Cependant, en Espagne, la majorité de la classe politique ne nous écoute même plus. Ses fonctions devraient être de porter notre voix auprès des institutions, en facilitant la participation politique des citoyens à travers des canaux de démocratie directe pour le bénéfice du plus grand nombre, et non pas celle de s’enrichir et de prospérer à nos dépens, en suivant les ordres des forces économiques et en s’accrochant au pouvoir grâce à une dictature en suivant les ordres des pouvoirs économiques et en s’accrochant au pouvoir grâce à une dictature des partis représentée par les sigles inamovibles du PPSOE.
 La soif de pouvoir et son accumulation entre les mains de quelques-uns sont à la source des inégalités, frustrations et injustices, ce qui mène à la violence, que nous refusons. Le modèle économique en vigueur, obsolète et non-durable, entraîne notre système social dans une spirale, qui s’auto-consume, enrichissant une minorité et appauvrissant les autres. Jusqu’à son effondrement.
 La volonté et le but du système sont l’accumulation d’argent, sans tenir compte ni de l’efficacité ni du bien-être de la société ; gaspillant ses ressources, et détruisant la planète, générant du chômage et des consommateurs mécontents.
 Les citoyens sont les engrenages d’une machine destinée à enrichir cette minorité qui se moque de nos besoins. Nous sommes anonymes mais sans nous, rien de cela n’existerait, car nous faisons fonctionner le monde.
 Si en tant que société nous apprenons à ne pas confier notre avenir à une rentabilité économique abstraite où la majorité ne bénéficie pas de ses avantages, nous pourrons supprimer les abus que nous endurons.
Nous avons besoin d’une révolution éthique. Plutôt que de mettre l’argent avant les êtres humains, il faut le mettre à notre service. Nous sommes des personnes, pas des objets. Je ne suis pas le produit de ce que j’achète, pourquoi je l’achète ou à qui je l’achète.
Au nom de tout ce qui vient d’être dit, je suis indigné. Je crois sincèrement que je peux changer les choses. Je crois que je peux aider. Je sais que, tous ensemble, on peut y parvenir. Sors avec nous. C’est ton droit.
http://democraciarealya.es/?page_id=88
2. Propositions approuvées par l’assemblée générale (Madrid, 20 mai)
Toutes nos excuses pour les éventuelles erreurs de traduction (Acrimed). Version espagnole en annexe
Propuestas aprobadas en la Asamblea de hoy día 20 de mayo de 2011 en Acampada Sol
Résultat de la consultation de l´assemblée réunie le 20 mai 2011 au campement de la Puerta del Sol. Celui-ci est la compilation et la synthèse des propositions reçues ces derniers jours. Une première liste de propositions a été élaborée. Nous soulignons que l´assemblée est un processus ouvert et collaboratif. Cette liste n’est pas fermée, les propositions approuvées lors de l’assemblée du 20 mai au campement de la Puerta del Sol sont :
1. Le changement de la loi électorale avec des listes pour une seule circonscription. L’attribution des résultats doit être proportionnelle au nombre de votes.
2. Les droits basiques et fondamentaux doivent être respectés, comme : * le droit à un logement digne, s´articulant sur la réforme de la loi hypothécaire en cas de dévolution du logement pour non-paiement, la dette doit être annulée, * une santé publique gratuite et universelle, * la libre circulation des personnes et le renforcement de l´éducation publique et laïque.
3. L’abolition des lois et des mesures discriminatoires et injustes comme les lois issues du « processus de Bologne » et de l’espace européen d’enseignement supérieur, et celle connue sous le nom de loi Sinde (contrôle d’internet).
4. Une réforme fiscale pour les salaires les plus bas et une réforme des impôts sur le patrimoine et les héritages. La mise en place de la taxe Tobin qui concerne les transactions financières internationales et la suppression des paradis fiscaux.
5. Des réformes des conditions de travail de la classe politique pour abolir les salaires à vie. Que les programmes et les propositions électorales aient un caractère contraignant.
6. Le refus et la condamnation de la corruption, rendre obligatoire par la loi électorale la présentation de listes propres exemptes de toute corruption.
7. Différentes mesures en rapport avec les banques et les marchés financiers selon l’article de la Constitution qui dit que toute la richesse du pays sous toutes ses formes doit être utilisée pour l´intérêt général. La réduction du pouvoir du Fonds monétaire international et de la Banque centrale européenne : nationalisation de toutes les banques sauvées par l´État, renforcement de tous les contrôles sur les entités et les opérations financières pour éviter tout abus.
8. Une vraie séparation de l´État et de l´Église, comme le stipule l´article 7 de la Constitution.
9. Une démocratie participative et directe où les citoyens sont actifs. Un accès populaire aux moyens de communication qui doivent être éthiques et fidèles à la vérité.
10. Une vraie révision des conditions de travail, sous surveillance effective des autorités étatiques.
11. La fermeture de toutes les centrales nucléaires et la promotion des énergies renouvelables et gratuites.
12. La récupération des entreprises publiques privatisées.
13. Une séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire.
14. La réduction du budget militaire et la fermeture immédiate des entreprises d´armement. Un plus grand contrôle sur les forces et corps de sécurité de l´État. Comme le mouvement pacifiste nous disons non à la guerre.
15. La récupération de la mémoire historique et des principes fondamentaux de la lutte pour la démocratie dans notre pays.
16. Une transparence totale des comptes et des financements des partis politiques comme mesure de contrôle de la corruption politique.


Et toujours beaucoup d’infos sur  http://www.dolecologie.com
Merci de faire circuler cette véritable info.

 

 

Démocratie réelle, maintenant !

 

 

 

Depuis le début de la crise financière en 2008, nos gouvernants ont décidé de mettre à genoux les peuples au lieu de faire payer les banques. Les démocraties européennes ont été séquestrées par les marchés financiers internationaux. Nous sommes pris à la gorge par les plans d’austérité qui se multiplient partout en Europe. Le chômage a explosé et plonge dans la précarité et la misère des millions de personnes. La crise touche tout le monde. En France, alors que les profits du CAC 40 ont doublé, le chômage des jeunes atteint 25 %. En Espagne, c’est 40 % des moins de 35 ans qui sont sans emploi.


Face à cela, le peuple espagnol s’est soulevé. Depuis le 15 Mai, ce sont des dizaines de milliers d’espagnols qui occupent les places jour et nuit. Le mouvement Democracia Real Ya ! (Une démocratie réelle maintenant !) s’organise autour de deux axes de revendications : régénération démocratique du système politique et défense d’une politique sociale. Il s’agit d’une véritable mobilisation citoyenne totalement indépendante et autogérée.


Suite aux rassemblement de solidarité organisés par les Espagnols résidant en France, nous citoyens nous reconnaissons dans les aspirations du peuple Espagnol. Nous appelons chacun à devenir acteur de cette dynamique de changement. La révolte des pays arabes a traversé la Méditerranée. Le réveil du peuple espagnol envoie un message clair à tous les européens, à nous de saisir cette opportunité.

Face à cette oligarchie politique qui détient tous les pouvoirs, revendiquons la convocation d’une Assemblée Constituante pour rappeler à nos gouvernants que le seul souverain, c’est le peuple! Face à la poignée d’ultra riches qui parasitent notre société, exigeons une nouvelle répartition des richesses !


Nous appelons donc partout en France à l’organisation de rassemblements et d’occupations pacifiques des places publiques. C’est en nous réappropriant l’espace public que nous déciderons ensemble des revendications et des moyens d’action (culturels, artistiques, politiques et citoyens).


La seule limite à l’exploitation, c’est la résistance à l’exploitation !

 

http://democratiereelle86.sanspubs.com/2011/05/27/democratie-reelle-maintenant-2/

 


Partager cet article
Repost0
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 05:32

http://storage.canalblog.com/44/74/760130/64500215.jpg

algerienetwork.com

 

Des colombiens

dans la contre-révolution arabe !


S’il y a eu risque de révolution dans plusieurs pays arabes au début de l’année 2011, il est certain que ce risque a été pris au sérieux par tous les pouvoirs en place dans la région et qu’aujourd’hui la contre-révolution s’organise très activement.

Au cœur du dispositif contre-révolutionnaire : le Conseil de coopération du Golfe qui regroupe autour de l’Arabie Saoudite l’ensemble des émirats. Les premières actions visibles de cette riche internationale arabe réactionnaire sont connues : intervention militaire de l’Arabie Saoudite à Bahreïn sans aucune réaction de l’ONU, appui militaire du Qatar à l’OTAN dans l’agression de la Libye.

Les menaces contre l’Iran   constituent par ailleurs le fond de commerce de cette alliance monarchique.

L’émir d’Abu Dhabi est un membre très actif de cette internationale qui, Arabie Saoudite mise à part, entretient d’étroites relations avec l’OTAN dans le cadre de l’initiative de coopération militaire d’Istanbul.

En effet bien qu’il ne soit qu’un des émirs de la Fédération des Emirats arabes unis l’émir d’Abu Dhabi est celui qui extrait et vend le pétrole. Il dispose donc de moyens financiers importants que d’autres comme son voisin de Dubaï ont  eu tendance à dilapider. Le  Cheikh Mohamed bin Zayed al-Nahyan, émir d’Abu Dhabi, qui a accueilli sur son territoire une base militaire française permanente, a également installé une base d’entraînement pour une armée de mercenaires en cours de constitution.

La tâche a été confiée à Erik Prince, un ancien des commandos spéciaux US, les Navy Seals, passé ensuite chez BLACKWATER, le grand trust bien connu des mercenaires, rebaptisé Xe Services en 2009.

Le New-York Times, du 14 Mai, vient de révéler quelques détails sur les activités de la filiale de Xe Services créée l’an dernier à Abu Dhabi. Elle vient en effet d’embaucher 800 mercenaires colombiens pour assurer l’ensemble des missions que l’Emir Zayed lui a confiées : maintien de l’ordre, opérations spéciales, protection des installations pétrolières… Il rend ainsi hommage à la qualité des mercenaires colombiens entrainés sur cibles colombiennes vivantes pendant des décennies, bénéficiant du savoir-faire israélien en ces matières grâce aux formations assurées en Colombie par des officiers généraux et supérieurs israéliens.

Une nouvelle occasion de vérifier que la fermeture des frontières et le contrôle de flux migratoires sont des filtres qui laissent facilement passer les tueurs salariés au service des causes impérialistes. 

 

MONARQUES ABSOLUS, TYRANS, DICTATEURS !

Vous êtes inquiets  pour la sécurité de votre régime, de vos biens !

Embauchez des mercenaires colombiens !

L’école des mercenaires colombiens, anciens militaires ou paramilitaires, forme depuis plus d’un demi-siècle des personnels aptes à toutes les missions : liquidation d’opposants politiques, assassinat de militants syndicaux, déplacement violent de populations, expropriation par la force  et toutes formes de terrorisme d’Etat.

Ces personnels sont  certifiés « SOA » (School of the Americas)

Par Jean Lévy - Publié dans : Contre l'impérialismee

http://comaguer.over-blog.com

Au fil des jours et des lectures n°97

29 Mai 2011


 


 


Partager cet article
Repost0
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 05:28

 

http://www.lencrenoir.com/wp-content/uploads/2010/04/fmi_cari2.jpg

 

FMI / Banque Mondiale: qui de l'Europe ou des Etats-Unis cèdera?

Astrid Gouzik - Marianne | Jeudi 26 Mai 2011

La question aurait été posée à la fin du mois de juin, mais l'inculpation de DSK a précipité les événements. Qui lui succèdera à la tête du FMI? Si l'Europe en conserve la direction générale, la pression des pays émergents sera telle que les Etats-Unis pourraient, en 2012 à la fin du mandat du président de la Banque Mondiale, Robert Zoellick, être contraints de laisser la Banque Mondiale à un pays émergent. A moins que...

Christine Lagarde a officiellement annoncé mercredi, lors d’une conférence de presse, sa candidature pour succéder à Dominique Strauss-Kahn à la tête du Fonds Monétaire International. Et la ministre de l’Economie française part franchement favorite, devançant déjà les autres candidats. Ainsi le mexicain Agustin Carstens  le kazakh Grogori Marchenko, et le sud-africain Trevor Manuel font figure de challengers.

L'équilibre des forces... de 1944
« Le FMI, c’est une organisation internationale qui a pour particularité d’être régie par les principes d’une banque. On vote au prorata  de la contribution au capital. Si un pays contribue à hauteur de 40% du capital, alors sa voix vaut 40% des votes », expliquait l’économiste Jacques Sapir, il y a quelques jours.
Or l’Institution regroupe 187 pays membres qui doivent se partager les voix pour élire le successeur de Dominique Strauss-Kahn. Dans ce panorama, l'ensemble du vote des Européens pèse lourd (30,9% des votes juste devant les Etats-Unis avec 16% des votes et le  Japon avec 6,02% ) et le système est bien rôdé.
 
En effet, depuis la conférence de Bretton-Woods en 1944, qui a abouti à la création du FMI et de la Banque Mondiale, les Etats-Unis et l’Europe ont conclu une entente, officieuse et pourtant notoire : la Banque Mondiale reviendra aux Américains, et le FMI aux Européens.
 
Et depuis la crise économique, rien de nouveau. Mais les revendications commencent à se faire entendre, surtout du côté des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), réclamant « un droit d’accès » à ces postes-là. Les postes financiers, que l’on rechigne souvent à confier aux pays émergents. Dominique Strauss-Kahn avait pourtant émis le souhait qu'un représentant des pays émergents lui succède. Il s'agissait d'un des points de la réforme qu'il avait mis en place au FMI: le rééquilibrage des droits de vote au sein de son conseil d’administration. Mais depuis l'affaire, ces réformes sont restées en suspens.

Christine Lagarde a bien saisi l'enjeu que représentent les pays émergents et redouble de prudence. Lors de la conférence de presse organisée mercredi, elle  se gardait bien de se présenter comme la candidate de l'Europe. Au contraire, elle insistait habilement sur le fait que le FMI était avant tout un ensemble de 187 pays. Reste que Christine Lagarde est Européenne, et que si elle est nommée directrice générale, le poste reviendra bien encore une fois à un Européen (et à un Français pour la cinquième fois). Mais la tactique est fine. A défaut d'un soutien inconditionnel, elle sait qu'elle ne doit pas se heurter à un rejet massif de sa candidature pour la simple raison qu'elle est la candidate des pays riches.
 
C'est là qu'intervient le vote décisif des Etats-Unis.

Le jeu des chaises musicales
En effet si la pression devient trop forte, si la gronde des pays émergents se fait trop bruyante, il va bien falloir céder. Que ce soit dans quelques jours au FMI, ou en 2012 à la Banque Mondiale, l’un des deux grands va probablement devoir laisser sa place. C’est un peu le jeu des chaises musicales. Seulement deux chaises pour trois entités. Qui des Etats-Unis, de l’Europe et des pays émergents se retrouvera assis au FMI et à la Banque Mondiale ?

Et le jeu, l’Europe en a bien intégré les règles. C’est ce qui explique que l’Union européenne se rallie à Christine Lagarde pour conserver l’Institution chargée de la stabilité monétaire internationale. Angela Merkel estime qu’« il serait préférable que l’Europe continue à occuper ce poste ». 

Pour le moment, seuls le Japon et les Etats-Unis n’ont pas exprimé clairement leur soutien à la candidature française. Peut-être trop conscients du fait que si le FMI reste aux Européens, ce sera à eux de se résoudre à faire une concession sur la Banque Mondiale l’année prochaine. Toutefois il existe  une autre alternative. Un accord pourrait être négocié entre l'Europe et les Etats-Unis: vous ne vous opposez pas à notre candidate pour le FMI, on vous laissera conserver la présidence de la Banque Mondiale lorsque le mandat de Robert Zoellick touchera à sa fin, en 2012.

Et dans ce cas, les pays émergents se seraient faits duper... Ils devraient continuer à se consoler avec d'autres organismes. Après tout, ces pays du « reste du Monde » sont représentés à la tête des organisations internationales : c’est un Coréen (Ban Ki-moon) à l’ONU, une Chinoise (Margaret Chan) à la tête de l’OMS, un Sénégalais (Jacques Diouf) à la FAO… Mais surtout pas quand cela touche de trop près à la finance !

http://www.marianne2.fr/FMI-Banque-Mondiale-qui-de-l-Europe-ou-des-Etats-Unis-cedera_a206586.html
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche