Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 19:11




La résolution du Conseil de sécurité qui, le 17 mars 2011, autorise à prendre « toutes les mesures nécessaires » contre la Libye rappelle celle qui, le 29 novembre 1990, autorisait l’usage de « tous les moyens nécessaires » contre l’Irak. Il y a vingt ans, profitant de la désagrégation de l’URSS et de son bloc d’alliances, les Etats-Unis et les plus grandes puissances européennes de l’OTAN déplaçaient le centre focal de leur stratégie dans le Golfe, en attaquant en 1991 l’Irak, un des principaux producteurs pétrolifères avec des réserves estimées parmi les plus grosses du monde. Aujourd’hui c’est la Libye qui se trouve dans le collimateur, une Libye dont les réserves pétrolifères sont les plus grosses d’Afrique, le double de celles des USA.

 

Il y a vingt ans l’ennemi numéro un était Saddam Hussein, auparavant allié des USA dans la guerre contre l’Iran (autre gros producteur de pétrole) où Khomeiny était au pouvoir, et, à l’époque, le premier sur la liste de ennemis : ce Saddam Hussein tombé ensuite dans le piège, quand l’ambassadrice des USA à Bagdad lui avait fait croire que Washington serait resté neutre dans le conflit Irak-Koweit. Aujourd’hui l’ennemi numéro un est le chef de la Libye Muhamar Kadhafi, avec lequel la secrétaire d’Etat Hillary Clinton déclarait il y a peu vouloir « approfondir et élargir la coopération ».


Il y a vingt ans, au moment où le Conseil de sécurité autorisait la guerre contre l’Irak, les Etats-Unis et leurs alliés avaient déjà déployé dans le Golfe une imposante force aéronavale (1.700 avions et 114 navires de guerre), qui allait de toutes façons être utilisée sans le feu vert de l’ONU. Même chose aujourd’hui : avant l’autorisation du Conseil de sécurité pour prendre « toutes les mesures nécessaires » contre la Libye, une puissante force aéronavale USA-OTAN était déjà prête et les bases en Italie avaient été activées pour l’attaque. La méthode est la même : jeter d’abord l’épée sur le plateau de la balance politique et utiliser ainsi tous les moyens (échanges de « faveurs » compris) pour empêcher qu’un membre permanent du Conseil de sécurité n’use de son « droit de veto » : en 1990 l’URSS de Gorbatchev vota favorablement et la Chine s’abstint ; aujourd’hui la Russie s’est abstenue avec la Chine, mais le résultat est le même.

   

Aujourd’hui, comme en 1990, l’intervention armée se trouve motivée avec la « défense des droits humains » et la « protection des civils ».  Et on félicite, dans la résolution, les gouvernements arabes qui participent à ce noble effort : comme la monarchie absolue du Bahrein, qui a appelé les troupes saoudiennes pour réprimer dans le sang la lutte de son peuple pour les plus élémentaires droits humains, et le régime yéménite qui est en train de massacrer des civils qui  manifestent pour la démocratie.

 

Aujourd’hui, comme dans la première guerre du Golfe et dans les suivantes -celle contre la Yougoslavie en 1999, l’Afghanistan en 2001, l’Irak en 2003- l’Italie continue à jouer son rôle de grégaire aux ordres de Washington. Avec la différence que, tandis qu’il y a vingt ans il y avait encore une gauche engagée contre la guerre, aujourd’hui on a un Bersani (secrétaire du Partito democratico, NdT) qui, à la veille d’une intervention armée avec les mêmes finalités, s’exclame « à la bonne heure ».

 

Edition de samedi 17 mars de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/il-manifesto/in-edicola/numero/20110319/pagina/03/pezzo/299521/  

 

par Manlio Dinucci

Le 20 mars 2011

 

 

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=23805


Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Partager cet article
Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 16:47



new_sheeple_dees.jpg

 

 

Libye : Guerre pour protéger les populations civiles.

Comprendre : pour protéger les grands intérêts financiers

des puissances occidentales.

 

 

Hier, entre autres :

 

Yougoslavie : Guerre pour protéger les populations des massacres ethniques.

Comprendre : pour protéger les grands intérêts financiers

des puissances occidentales.

 

Afghanistan : Guerre contre le terrorisme.

Comprendre : pour protéger les grands intérêts financiers

des puissances occidentales.

 

Irak : Guerre pour détruire les armes de destruction massive.

Comprendre : pour protéger les grands intérêts financiers

des puissances occidentales.

 

 

Demain, entre autres :

 

Iran : Pour protéger du nucléaire iranien.

Comprendre : pour protéger les grands intérêts financiers

des puissances occidentales.

 

 

D'une façon générale, guerres pour défendre "la liberté",

"la démocratie", "les peuples", le Bien...

Comprendre : pour protéger les grands intérêts financiers

des puissances occidentales.

 

eva R-sistons

Partager cet article
Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 16:21

fascisme luke dees

 

 

 

grenouille

A méditer et à diffuser!!!

http://lafeerhaisy.canalblog.com/archives/2008/07/14/9921224.html

 

 

  

L'esclave libéré

 

Après le Printemps arabe,

à quand le Printemps des peuples contre l'Occident

menteur, prédateur, voleur, pilleur, impérialiste, assassin

du Droit, des Etats souverains, des libertés, des emplois,

  des protections sociales, des services publics,

assassin de la nature, de la concorde sociale, des peuples...

provoquant partout où il passe

chaos, désespoir, souffrances, ruines et morts ?

eva R-sistons

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 16:17
Article placé le 20 mar 2011, par Réseau Voltaire

 Les frappes françaises sur la Libye ne sont pas une opération française, mais une sous-traitance de l’opération Odyssey Dawn placée sous l’autorité de l’US AfriCom. Elles n’ont pas pour objet de secourir les populations civiles libyennes, mais elles prétextent de la situation pour ouvrir la voie au débarquement des forces états-uniennes sur le continent noir, observe Thierry Meyssan.

 

Ce sont la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis qui ont proposé au Conseil de sécurité des Nations Unies le texte adopté en tant que résolution 1793, instituant une zone d’exclusion aérienne au dessus de la Libye.

Cette initiative doit se comprendre de deux manières :

Premièrement, Barack Obama ne souhaitait pas endosser vis-à-vis de son opinion publique intérieure une troisième guerre dans le monde musulman, après celles dans lesquelles son pays est embourbé, en Afghanistan et en Irak. Washington a donc préféré déléguer cette opération à ses alliés.

Deuxièmement, Nicolas Sarkozy—qui représente les intérêts états-uniens partisans de la « relation spéciale » entre Londres et Washington— s’est efforcé prioritairement depuis le début de son mandat de rapprocher les défenses françaises et britanniques. Il y est parvenu avec les accords de défense du 2 novembre 2010 et trouve dans la crise libyenne l’occasion d’une action commune.

Avec le retour dans le commandement intégré de l’OTAN, voté le 17 mars 2009 et acté au sommet de Strasbourg-Kehl, les 3-4 avril 2009, Nicolas Sarkozy a renoncé au principe d’une défense française indépendante.

Avec le Traité de Lisbonne, dont il revendique être l’un des principaux artisans, il avait déjà contraint l’Union européenne à renoncer à toute défense indépendante et à s’en remettre définitivement à l’OTAN.

Sa politique marque le triomphe, avec un demi-siècle de retard, du principe de la CED, jadis combattu par les gaullistes et les communistes.

Sous le prétexte de réaliser des économies d’échelle en période de crise, David Cameron et Nicolas Sarkozy ont liquidé les derniers acquis du front nationaliste gaullo-communiste et signé deux traités.

Le premier prévoit une coopération accrue ainsi que le partage et la mutualisation de matériels et d’équipements, dont les porte-avions. Surtout, il institue une force expéditionnaire interarmées conjointe, mais non permanente, composée de 3 000 à 3 500 hommes, susceptible d’être déployée, avec préavis, pour des opérations militaires bilatérales de l’OTAN, de l’Union européenne ou des Nations Unies.

Le second initie des projets industriels et de recherche-développement. Surtout, il prévoit la mise en commun de technologies en matière d’essais nucléaires en laboratoire. Ce qui implique que la force de dissuasion nucléaire française ne sera plus indépendante —tandis que la force de dissuasion britannique est sous contrôle états-unien—.

Pour concrétiser la force expéditionnaire franco-britannique, les ministres compétents des deux pays, Liam Fox et Alain Juppé (ministre de la Défense du 14 novembre 2010 au 27 février 2011) ont planifié un vaste exercice aérien commun qui devait se dérouler du 21 au 25 mars 2011, sous la dénomination Southern Mistral.


 

 

Il devait comporter « des missions aériennes de type COMAO (Composite Air Operations) et un raid spécifique (Southern Storm) en vue de délivrer une frappe conventionnelle à très longue distance. Plus de 500 personnes seront mobilisées pour cet exercice bilatéral », indique le site internet dédié édité par le Commandement de la Défense aérienne et des Opérations aériennes, « Southern Mistral ».

« Six avions Tornado GR4, un ravitailleur Vickers VC-10 et un Boeing E3D seront mobilisés aux cotés des Mirage 2000D, 2000N et 2000C de l’Armée de l’air française qui engagera une trentaine d’aéronefs incluant hélicoptères, Boeings ravitailleurs et avions radar Awacs (…)

Simultanément, le Commando Parachutiste Air 20 (CPA20) accueillera à Dijon un de ses homologues britanniques, le RAF Regiment et s’entrainera à la mission de protection des bases aériennes en théâtre opérationnel telle qu’elle est aujourd’hui pratiquée en Afghanistan.

Par ailleurs, des membres du RAF Regiment seront entraînés à la pratique des mesures de sécurité aérienne à partir d’hélicoptères. Ces procédures particulières sont appliquées au quotidien par les hélicoptères « sûreté aérienne » de l’armée de l’air afin de pouvoir intervenir contre les aéronefs se déplaçant à faible vitesse », poursuit le communiqué officiel.

Cet exercice devait être dirigé par les généraux Desclaux et de Longvilliers (France), l’air marshall Garwood et l’air commodore Maas (Royaume-Uni).

Hasard ou préméditation ? Quoi qu’il en soit, c’est une opération réelle et non un exercice qui a été lancée le 19 mars 2011 en application de la résolution 1793 du Conseil de sécurité. Seuls la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis y ont participé le premier jour. En attendant la participation d’autres Etats membres de l’OTAN et la constitution d’un commandement de coalition, toutes les opérations —y compris françaises— sont coordonnées depuis l’AfriCom, basé à Stuttgart (Allemagne) par le général états-unien Carter Ham. Les forces navales —y compris les bâtiments italiens et canadiens qui rejoignent la zone— et le commandement tactique sont placés sous l’autorité de l’amiral états-unien Samuel J. Locklear, embarqué sur l’USS Mount Whitney. Tout cela conformément à la planification préalable de l’OTAN [1].On est donc bien loin du bla-bla officiel sur l’initiative française, mais dans la logique décrite plus haut de vassalisation des forces.

Le volet français de l’opération a été dénommé Harmattan, mot qui désigne ce « Mistral du Sud » qui balaye l’Afrique occidentale.

Le volet britannique s’appelle Operation Ellamy.

Mais le volet US est dénommée Odyssey Dawn, afin que chacun comprenne qu’il marque l’aube d’une odyssée états-unienne en Afrique [2]. Il importe ici de noter que, contrairement aux discours lénifiants et mensongers des leaders atlantistes, la résolution 1793 est rédigée en termes si flous qu’elle peut autoriser le débarquement de troupes coloniales en Libye. En effet, l’interdiction « déploiement d’une force d’occupation étrangère sous quelque forme que ce soit et sur n’importe quelle partie du territoire libyen » ne s’applique pas à la création de la zone d’exclusion aérienne, mais uniquement aux opérations de protection civile (§ 4). Ce point a été soulevé par les ambassadeurs de Russie et de Chine au Conseil de sécurité et n’a pas trouvé de réponse, en conséquence de quoi, ils se sont abstenus durant le vote [3]



 

Pour ce premier jour de l’Harmattan, les forces françaises ont déployé les appareils qui devaient être utilisés dans l’exercice Southern Mistral ainsi que deux frégates anti-aériennes et de défense aérienne (le Jean Bart et le Forbin) positionnées au large de la Libye. Elles auraient détruit quatre blindés. De leur côté, les forces anglo-saxonnes ont utilisé un sous-marin britannique de la classe Trafalgar et onze bâtiments états-uniens —dont deux destroyers (le Stout et le Barry) et trois sous-marins (le Providence, le Florida, et le Scranton)— pour tirer 110 missiles guidés Tomahawk.

Cette opération militaire pourrait durer si les forces libyennes opposent une résistance. Quoi qu’il en soit, la logique adoptée devrait conduire à la situation qui avait prévalu en Irak entre Tempête du désert et Iraqi Freedom : une partition de facto du pays entre loyalistes et rebelles.


Thierry Meyssan, pour le Réseau Voltaire

 

Notes :


[1] « Press conference by Anders Fogh Rasmussen on Libya », Réseau Voltaire, 10 mars 2011.

[2] Sur la manipulation de la crise libyenne et les intentions US en Afrique, lire : « Proche-Orient : la contre-révolution d’Obama », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 16 mars 2011.

[3] « Résolution 1973 » (avec le texte des débats), Réseau Voltaire, 17 mars 2011.

 

ShareThis

Washington regarde se lever « l’aube de l’odyssée » africaine

 

Investig'Action - michelcollon.info


Michel Collon - Cinq remarques sur l'intervention contre la Libye

1. Humanitaire, mon oeil !
2. Qui a le droit de « changer un régime » ?
3. Les buts cachés.
4. La « communauté internationale » existe-t-elle ?
5. Apprendre des précédents médiamensonges.

Lire l'article en ligne

Ce soir ou jamais - Lundi 21 mars - Débat sur la Libye
Michel Collon participera à l'émission présentée par Frédéric Taddeï sur France 3 à 23h.

 


Partager cet article
Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 15:56
europe-anti-sociale-copie-1.jpg

Les reporters du journal dominical se sont présentés comme lobbyistes. Ils ont proposé à plusieurs députés de les payer 100 000 euros par an en échange d'amendements qu'ils pourraient faire adopter. Deux des amendements, concernant la protection des consommateurs de l'Union européenne, "apparaissent dans les documents officiels de l'UE et sont sur le point de devenir des lois", explique le journal britannique, précisant que le texte est identique à celui qu'ils ont soumis aux parlementaires en tant que faux lobbyistes.


"SERVICES DE CONSEIL"


Adrian Severin, ancien vice-premier ministre roumain, a envoyé un courriel aux faux lobbyistes, disant : "Juste pour faire savoir que l'amendement que vous souhaitiez a été déposé à temps". Peu après, il a envoyé une facture de 12 000 euros pour "services de conseil".


Zoran Thaler, ancien ministre slovène des affaires étrangères, a lui aussi présenté un amendement, demandant par la suite que l'argent lui soit versé sur le compte d'une société basée à Londres. "Il n'est pas question que je dévoile ça", a-t-il dit.


Un troisième député, l'ancien ministre autrichien de l'intérieur, Ernst Strasser, a déclaré aux journalistes : "Je suis un lobbyiste", avant de présenter un projet d'amendement auprès de deux de ses collègues siégeant à une commission responsable de la législation concernée. Un compromis a été obtenu en faveur des lobbyistes, a ensuite assuré M. Strasser aux journalistes. Le député a demandé qu'un premier versement de 25 000 euros soit effectué sur le compte d'une société qu'il détient en Autriche.


suite ici :


http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/03/20/pieges-par-de-faux-lobbyistes-trois-eurodeputes-acceptent-de-deposer-des-amendements-contre-de-l-argent_1495941_3214.html#xtor=RSS-3208


Partager cet article
Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 15:53
.
.
Qui a dit que les Français sont des veaux ? Les voilà qui s’entichent de D. Strauss-Kahn parce qu’il est loin des querelles politiciennes, parce qu’il semble connaître ses dossiers, et parce qu’il occupe une haute fonction internationale. Mais savent-ils vraiment ce qu’est le FMI, le Fonds Monétaire International ? Et d’abord, qui est ce DSK ?

 

Lecture d’un article de Eva : http://r-sistons.over-blog.com

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 07:50

Vivre sans argent : le cheminement de Heidemarie

Publié par Marc Lafontan |

 

 

En 1989 , Heidemarie Schwermer , une professeur fin quarantaine, émergeant d'un divorce difficile, décide de déménager avec ses deux enfants en ville à Dortmund, dans la région du Rhin en Allemagne.

Elle nota immédiatement que la population des sans-abris était en croissance constante . Sa réaction immédiate fut d'être choquée "ce n'est pas normal, il faut faire quelque
chose" , elle a donc lancé ce qu'on appele en Allemagne un Tauschring , un espace où les gens peuvent échanger leurs compétances ou leurs possessions , une zone sans argent, où une coupe de cheveux peut être échangée contre des réparations mécaniques, où un grille pain sera échangé contre un manteau . Elle appela cet espace Gib and Nimm ( Donner et prendre).

Cela avait toujours été la croyance de Heidemarie que les sans abris n'avaient pas juste besoin d'argent pour re-entrer dans la société, mais qu'en leur redonnant une estime de soi malgré les dettes, le manque de travail ils retrouveraient leur place dans le monde."Même quand tu n'as rien, tu vaux beaucoup" dit elle souvent.
Mais les sans abris de Dortmund ne participérent pas beaucoup au "Donner et prendre" , peu utilisérent le Tauschring, et certains lui jeterent même à la face qu'une femme de la classe moyenne avec une éducation comme la sienne ne pouvait pas comprendre les circonstances de leur déchéance sociale. Au contraire, ce furent les chômeurs et les retraités qui commencérent littéralement à inonder son Tauschring, avec des tonnes de matériel inutilisés depuis des années dans leur maison, ou des compétances qu'ils n'exerçaient plus. Des coiffeurs retraités qui échangent une coupe de cheveux contre une réparation électrique, des profs retraités
qui donnent des leçons privés en échange de sortie pour leur chien, le point étant que jamais une seule piéce de monnaie ne fut échangée.

Le succés du Tauschring fit poser à Heidemarie de nouvelles questions sur lle même et sa manière de vivre " J'ai commencé à réaliser que j'avais beaucoup trop de choses inutiles. J'ai alors décidé que je n'achéterai quelque chose que si je donnai quelque chose , c'est comme ça que j'ai commencé. Puis j'ai pensé à ce dont j'avais réellement besoin, et je me suis rendu compte que je pouvais fonctionner très bien en vétements par exemple avec ce que j'accroche sur 10 porte manteaux , donc j'ai donné le reste. j'avais tellement de choses superflues, c'était fou !"
Après quelques temps, c'est sa vaste collection de livres qu'elle remarqua dans sa maison , donc un jour elle marcha jusqu'à une bouquinerie usagée avec sa bibliothéque au complet. " j'ai pensé que donner mes livres était une bonne chose, j'adore les livres, mais il me fallait les sortir. Ils ne me manquent pas, ce qui me surprend toujours, je voulais revenir à l'essentiel".

Ces prises de conscience provenaient en partie après ces séances de psychanalyse, qu'elle suivait suite à son divorce. " C'était une année difficile, se souvient elle. je pleurais à chaque session, mais en bout de compte, je voulais juste vivre plus simplement, et être plus heureuse .." Elle a donc commencé à suivre des cours pour devenir elle aussi psycho-thérapeute afin d'aider d'autres personnes. d'autres choses vinrent s'ajouter à ces changements. Elle commença à faire de la méditation, et bientôt réalisa à quel point elle était insatisfaite de son travail. " j'étais tout le temps malade, et n'avais pas encore fait la relation entre mes symptomes physiques et mon mécontentement au travail".
Donc, en plus du Tauschring et de ses cours en psycho-thérapie, elle commença à exprimenter d'autres types de travail " j'ai travaillé dans une cuisine au salaire minimum et les gens n'arrêtaient pas de me dire quel dommage d'avoir étudié à l'université pour faire ce genre de boulot ! Mais moi je répondais, pourquoi un professeur ou un thérapiste devrait avoir plus de valeur qu'une cuisinière ? "

Plus elle vivait libérée des choses, et plus elle devenait heureuse. En 1995, toujours impliquée dans le Tauschring, elle commença à échanger de l'hébergement contre des travaux ménagers ... Elle n'achetait plus rien .." quand j'avais vraiment besoin de quelque chose, on dirait que cela me tombait dessus dans la vie. ".

En 1996, elle décide d'aller encore plus loin, et prend la décision la plus radicale de sa vie : vivre sans argent. Elle a donné son appartement , renoncé à son travail de prof, et a commencé à vivre en nomade, bougeant de maison en maison, en échange de petits travaux. Elle s'était donné 12 mois comme période de tests , mais en bout de compte elle a tellement aimé ça qu'en 2011, à 67 ans, ce n'est pas fini.


"la Vie est devenue de plus en plus belle, je ne pourrai jamais plus revenir en arrière, j'ai tout ce qu'il me faut, un sens de la Joie profond, et physiquement je me sens en pleine forme ".
Elle a des économies d'urgence ( 250$/200 euros) et donne tout l'argent qu'elle peut gagner .Elle collecte sa retraite pour se payer ses billets de trains et donne le surplus. Elle n'a aucune assurance médicale et a donc développé sa propre méthode d'auto-guérison " Quand j'ai mal quelque part, je mets mes mains et je me dis que j'ai le pouvoir de me guérir moi même .. mourir ? je me suis déjà préparé à mourir plusieurs fois .. il est arrivé que je pensais que ça y est, je vais mourir, et hop, je me levais la journée d'après en pleine forme !"

Son monde tient dans une valise à roulette et un petit sac à dos . Pas de photographies " Je n'en aie plus besoin". Elle a eu quelques relations amoureuses " je peux tomber en amour, mais me demander de rester dans une maison avec quelqu'un, impossible". Elle a écrit deux livres racontant ses aventures et donné les royalties, a déjà été invité à la TV au milieu de millionnaires et gagnats de loto où tout le monde fut renversée par cette dame qui avait tout donné. " je n'aime pas passer à la télévision, cela me rend nerveuse, mais au moins je peux toucher beaucoup de monde ".


"je me vois comme plantant des graines dit elle. Peut être que des gens vont me rencontrer et décider de consommer moins, ou d'autres vont méditer, le point étant qu'il est possible d'avoir un autre type de société . Je voudrai que le gen se demandent : mais de quoi aie réellement besoin, comment est ce que je veux réellement vivre ? chaque personne devrait se demander qui elle est , et où elle veut aller, ce qui va automatiquement créer une recherche en soi ... nous vivons comme nous vivons parce que nous suivons le systéme, nous achetons tout ce que nous voulons, mais en fait nous n'avons pas besoin de toutes ces choses, il est ridicule de penser que ce systéme est le seul possible"

Traduction perso tirée d'un article trouvé dans le Times.

Partager cet article
Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 06:23

.

 

18 mars 2011 (Nouvelle Solidarité) – Depuis la révolte du Wisconsin, notamment la manifestation de samedi 12 mars, réunissant pour la deuxième fois plus de 100000 personnes dans la capitale Madison, pour contester les mesures d’austérité et l’abrogation des droits syndicaux imposées par le gouverneur Scott Walker, l’esprit de grève de masse se répand comme un feu de brousse à de nombreux Etats américains.

Californie. Le lundi 14 mars, 30000 enseignants ont manifesté dans la capitale de la Californie, Sacramento pour contester les coupes de 1,4 milliards de dollars frappant l’éducation. Les étudiants et les professeurs chantaient : « taxons les riches », « taxons les grandes sociétés ».

Michigan. Dans ce que la presse locale décrit comme « la plus grande démonstration de force de l’année », quelque 4000 syndicalistes ont manifesté le 16 mars dans la capitale du Michigan, Lansing. Ils contestent les mesures anti-syndicales prônées par le gouverneur de l’Etat, Rick Snyder. Le président du syndicat de l’automobile UAW Bob King a souligné que ce « n’était qu’un jour dans une longue bataille ». Pour lui, les républicains font du « Robin des bois à l’envers : prendre aux pauvres pour donner aux riches ! ». Comme au Wisconsin, une fois les discours terminés devant les manifestants, la foule a pénétré, en chantant, le bâtiment abritant le gouvernement de l’Etat dont ils ont occupé plusieurs étages.

Autre pomme de discorde, l’éducation. Snyder a décidé d’attribuer un pouvoir quasi-illimité à des comptables chargé de gérer, au-dessus du pouvoir des élus, les municipalités et les écoles des districts en état d’urgence financière. La chambre du Michigan a adopté la loi qui doit être promulguée par Snyder. David Hecker, le président de l’American Federation of Teachers de l’Etat estime que oui, certaines communes ont de graves difficultés, mais ce n’est pas en éliminant le pouvoir des élus que le problème se résoudra.

Un étudiant dont les parents sont des professeurs a exprimé sa vive colère devant les plans visant à réduire les salaires des enseignants. « Ils bossent durs », disait-il de ses parents. « J’ai souvent vu mes parents bosser jusqu’à très tard le soir ». Les étudiants de l’Université du Michigan ont fait savoir que Snyder, qui doit s’adresser aux universitaires, n’est pas le bienvenu à la fac. Lors d’une occupation des bâtiments de l’administration, ils ont exhibé des panneaux où l’on pouvait lire : « Nous ne voulons pas Rick » et « du financement pour les écoles, pas pour les imbéciles ». Une pétition en ligne contre Snyder a déjà recueilli 4091 signatures mercredi soir.

Ohio. Dans l’Ohio, des dizaines de manifestations ont eu lieu dans l’Etat contre la loi 5 votée au sénat, une loi qui menace d’abroger le droit des syndicats des fonctionnaires d’obtenir des accords par branche. A Grafton, les syndicats ont manifesté contre les plans du gouverneur Kasich de privatiser la prison de la ville ainsi que quatre autres prisons. A Strongville, un millier de personnes du nord-est de l’Ohio ont manifesté. La manifestation fut rejoint par des enseignants et les sapeurs-pompiers. Un enseignant à la retraite rappella que les conventions collectives avaient donné le pouvoir aux enseignants de décider le nombre d’élèves par classe, permettant aux enseignants de faire du bon travail. Sans limite, « on retournera avec plus de 40 élèves par classe, et c’est tout simplement inacceptable » disait-il. Dans la ville de Warren, les pompiers ont manifesté devant les bureaux du journal local Warren Tribune Chronicle, accusé de ne pas rapporter les actions et les revendications des opposants à la loi.

Oklahoma. Le 16 mars, un demi millier d’enseignants ont manifesté dans la capitale Oklahoma City contre les législateurs qui exigent des écoles des meilleurs résultats tout en leur donnant moins d’argent pour avoir des locaux et des enseignants. Les manifestants portaient des calicots avec « ne démantelez pas l’éducation » et « Je ne suis pas l’ennemi public N° 1 ». Le gouvernement de l’Etat veut « réformer » le système des retraites des enseignants. La manifestation fut rejointe par les pompiers dont les retraites sont également menacés.

Nevada. Les étudiants de plusieurs universités, y compris ceux de Las Vegas et de Reno, manifesteront le 21 mars dans la capitale, Carson City, pour contester le budget du gouverneur Brian Sandoval qui compte réduire de 162 millions les dépenses pour l’éducation et instaurer une hausse draconienne des frais d’inscription.

New York. Plusieurs milliers de personnes ont manifesté cette fin de semaine un peu partout dans l’Etat. Tous réclament l’annulation de la décision du gouverneur Cuomo de réduire de 1,5 milliards de dollars le budget pour l’éducation. A la place, disent-ils, augmentons l’impôt sur les millionnaires. Une banderole disait : « protégéons les enfants, pas les millionnaires ».

Mercredi, des enseignants, des étudiants et des parents de quatre coins de l’Etat se sont retrouvés lors de larges rassemblements à Albany (1000 personnes), Watertown, Yonkers (1500 personnes) et Buffalo. Les pancartes disaient « Renflouez les enfants, pas les grandes banques » et « divisés nous mendions, unis nous faisons face ». A Watertown, un dirigeant syndical disait : « Nos amis de Wall Street nous ont détruit et nous sommes les boucs-émissaires ».

Pennsylvania. Le 17 mars, 200 enseignants ont manifesté contre l’annonce faite par le gouverneur Tom Corbett de supprimer 118 postes dans l’enseignement pour combler le déficit. Le 5 avril, une grande manifestation aura lieu dans la capitale Harrisburg contre les réductions budgétaires. Les syndicats d’enseignants comptent ce jour-là être reçus par les élus pour se faire entendre.

Colorado. Dans la région de Denver, des centaines de familles ont fait une marche avec les bougies le 17 mars en forme de« deuil » pour la perte d’éducation pour leurs enfants et pour protester contre les coupes budgétaires.

Wisconsin. Dans cet État où tout a commencé, la campagne des démocrates visant à réunir les signatures nécessaires pour pouvoir révoquer le détesté gouverneur Scott Walker, a pris de l’avance. L’organisation de Howard Dean, Democracy for America, qui compte 25000 membres dans l’Etat annonce qu’elle a déjà recueilli 800000 dollars pour cette campagne et que 2500 volontaires vont se retrousser les manches pour réunir les signatures. Pour sa part, le site internet « United Wisconsin » a déjà reçu le soutien de 162000 personnes en faveur de la révocation du gouverneur.

Cette pression de plus en plus massive du peuple américain peut maintenant se concrétiser par la seule réforme bancaire capable de sortir les Etats-Unis et le monde de la faillite généralisée : celle, dans le cadre d’une procédure de banqueroute ordonnée, d’un retour aux critères Glass-Steagallséparant rigoureusement les activités spéculatives des banques d’affaires, des banques de dépôt.

Déjà le 17 mars, après la résolution introduite au sénat de l’Etat par le démocrate Rick Perry au Kentucky, c’est le démocrate Bert Atkins qui a introduit une résolution explicite pour un retour à la loi Glass-Steagall à la chambre de l’Etat du Missouri (HCR 49).

 

Signez ici notre pétition pour un « Glass-Steagall global »

Partager cet article
Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 06:15
41 - Désindustrialisation

http://blog-economique-et-social.blogspot.com/2009/11/la-desindustrialisation.html

 

 

19.3.11

 


Il y a deux attitudes principales face à la désindustrialisation de notre pays : ceux qui s’en lamentent mais ne font rien pour changer quoique ce soit et ceux qui s’en félicitent carrément. Heureusement, une troisième voie commence à se faire jour.

 

Les arguments des partisans de la désindustrialisation

 

Une économiste d’Harvard et de l’école d’économie, Julia Cagé, a expliqué dans la Tribune qu’il n’est pas grave de voir les activités industrielles de faible valeur ajoutée quitter le pays du moment que nous investissons en recherche pour développer des industries à forte valeur ajoutée. Elle reprend l’exemple de l’Allemagne, qui délocalise une partie de ses composants en Allemagne de l’Est. Elle s’appuie également sur la répartition de la chaîne de valeur, citant le cas de l’Iphone d’Apple.

En effet, un article très intéressant de la Tribune démontre que si le téléphone d’Apple était responsable à hauteur de 1,9 milliards de dollars du déficit commercial entre la Chine et les Etats-Unis en 2009, en réalité, à peine 3.6% de la valeur ajoutée est réalisée en Chine contre 34% pour le Japon, 17% pour l’Allemagne, 13% pour la Corée et 6% pour les Etats-Unis, qui empochent théoriquement, en outre, l’essentiel des bénéfices réalisées par l’entreprise Apple.

Georges Kaplan, collègue de Causeur, a signé deux papiers sur la désindustrialisation. Dans le premier, il souligne que la production industrielle a progressé de 26% depuis 1990, même s’il admet que certains secteurs se sont effondrés. Il souligne que les salaires dans l’industrie sont plutôt bas et qu’il est finalement content que l’avenir de nos enfants ne soit pas dans une mine ou derrière une machine à tisser, mais plutôt derrière une planche à dessin ou dans un laboratoire.

 

L’impérieux besoin d’industrie

 

Mais leur raisonnement présente de nombreuses limites. Le cas de l’Iphone n’est guère convaincant car la situation des Etats-Unis est totalement déséquilibrée avec un déficit commercial colossal qui n’est financé que par des achats massifs de bons du Trésor par l’Asie. Et le modèle Allemand n’en est pas un car on ne pourrait pas répliquer leur politique à l’échelle de la planète (les excédents commerciaux équilibrant les déficits) et sa croissance est faible sur le long terme.

Plus globalement, les déséquilibres commerciaux jouent un rôle majeur dans les déséquilibres économiques du globe puisque les pays qui  ont de forts déficits commerciaux doivent les compenser par un fort afflux de capitaux étrangers. Il n’est pas inintéressant de constater que trois des pays avec les plus forts déficits (Etats-Unis, Grande-Bretagne, Espagne) ont connu une énorme bulle financière, démontrant que cet afflux de capitaux pose de graves problèmes.

En outre, il faut savoir que le commerce des services ne représente que 20% du commerce des biens. Donc, sans industrie, il est impossible d’équilibrer ses échanges extérieurs… En outre, il ne faut pas oublier que la part de l’industrie dans notre PIB s’est effondrée. Et depuis 2000, notre pays a perdu 500 000 emplois industriels. Pire, la filière automobile est véritablement sinistrée puisque la production locale a presque baissé de moitié de 2005 à 2009. La chute de l’industrie Française ne s’est vraiment accélérée qu’à partir du milieu des années 2000, comme l’atteste l’évolution de notre déficit commercial.

A l’opposé, la plupart des pays qui réussissent veillent à maintenir une base industrielle, au cœur du modèle de développement asiatique. Plus de 95% des voitures vendues au Japon, en Corée du Sud ou en Chine sont produites localement du fait de diverses barrières commerciales. A ce titre, il est très intéressant de noter l’évolution de la politique de l’Argentine, qui a redynamisé sa production par la dépréciation du peso, et qui veut développer son autosuffisance, comme le montre Yann.

Comme le dit Slovar, a réalité de la désindustrialisation, c’est le chômage, et aussi des déficits commerciaux qu’il faut bien équilibrer en faisant appel à des capitaux étrangers. Ainsi, elle est porteuse de graves déséquilibres économiques et d’une dépendance vis-à-vis de l’extérieur.


http://gaulliste-villepiniste.hautetfort.com/

 

Partager cet article
Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 06:12

Massacres :

Questions troublantes,

par eva R-sistons

 

6-3

 

 

 

En écoutant une vidéo du 23 septembre 1982 (Soir 3) sur le

 

je me suis interrogée sur le massacre de Srebrenica ,

sans que les Casques Bleus interviennent.

Et si ce massacre avait été permis en Haut lieu,

puisque les décideurs sont en général des psychopathes,

pour ensuite mieux discréditer les Serbes,

Radovan Karadzic,

et en fin de compte,

ce qui est plus subtil,

dresser les  Serbes eux-mêmes

contre leurs dirigeants

qu'ils considéraient comme des héros,

donc contre leur passé, contre leur Histoire,

pour faciliter ensuite leur intégration

dans l'Union européenne

qui est elle-même le tremplin du Nouvel Ordre Mondial ?

 

Comme tous doivent le savoir désormais,

la guerre de Yougoslavie a été programmée par l'Occident

sous de fallacieux prétextes,

sous de fallacieuses mises en scène

de massacres ethniques,

pour disloquer la fédération de Yougoslavie

afin, encore et toujours, de diviser pour régner

(comme au Soudan récemment et bientôt en Libye,

les zones riches en ressources devant être contrôlées

par les prédateurs de l'Occident,

et les zones pauvres laissées aux dictateurs),

et de détacher les YougoSLAVES de leurs frères slaves,

à des fins géo-stratégiques de containment de la Russie,

mais aussi, bien sûr,

  pour mettre en place la principale base de l'OTAN dans la région

  afin, ensuite, de pouvoir un jour attaquer plus facilement

la Russie et la dépecer avec ses immenses ressources.

 

Plan machiavélique à l'image des dirigeants occidentaux

qui en tous temps programment divisions,

destabilisations, conflits, guerres,

dépeçages et pillages,

et bien sûr les innombrables drames humains,

par leurs politiques insensées..

 

Je soulève la question,

comme j'ai eu l'occasion d'en poser d'autres,

par exemple celle de la mort du Commandant Massoud,

juste avant l'invasion américaine de l'Afghanistan...

Bien curieuse coïncidence !

Pour moi elle porte la marque

de ceux qui ne voulaient en aucun cas risquer de voir

arriver au pouvoir un mythe vivant,

attaché à l'indépendance de son pays,

et capable de fédérer les Afghans

que justement les Occidentaux souhaitaient voir

dressés les uns contre les autres

  afin de mieux exploiter leurs divisions.

 

Quand comprenda-t-on que les Occidentaux

sont les pires ennemis de l'humanité,

les guerres ont toujours été de leur fait,

(elles ne sont jamais déclarées

par les Chinois ou par les Russes,

par les Iraniens ou les Vénézueliens) ?

On leur doit les malheurs qui assaillent les peuples,

avec tout ce qu'ils imposent

de manière anti-démocratique,

irresponsable, brutale

- de la société de sur-consommation

à la compétition,

en passant par l'alimentation ou la médecine

conçues pour nuire !

Et que dire du machiavélique plan du 11/9 ?

Des cerveaux bien malades sont à la tête du monde...

 

Les vrais dictateurs ne sont pas ceux que l'on désigne

à la vindicte populaire.

 

eva R-sistons



Des mises en scène pour retourner l'opinion :

 

 

Karadzic : la vidéo

qui a retourné l'opinion serbe

Le 3 juin 2005, le Tribunal International de La Haye projetait une cassette vidéo dont l'impact est une des origines lointaines de l'arrestation de Radovan Karadzic. Avant d'avoir vu sur leurs écrans de télévision l'exécution de six Bosniaques par un groupe paramilitaire, les Serbes ne croyaient pas à l'implication directe de leur pays dans le massacre de Sebrenica. Après la diffusion de ce document, la Serbie a globalement cessé de considérer ses tueurs comme des héros.

 

http://www.contre-feux.com/international-rp/karadzic-investigation-sur-la-video-qui-a-retourne-lopinion-serbe.php

 

 

 

Manipulation:

 

Un responsable irakien a révélé que les hommes armés impliqués dans l’attaque meurtrière d’ une église  pourraient être  en réalité des membres de compagnies de sécurité étrangères.

 

Qassem Atta, porte-parole du commandement des opérations à Bagdad, a déclaré lundi que les assaillants qui ont donné l’assaut à l’église catholique Sayidat al-Nejat de Bagdad, portaient des uniformes utilisés par les entreprises de sécurité étrangères.

Dimanche, un groupe d’hommes armés a pris en otage des dizaines de fidèles dans l’église. L’incident a duré près de quatre heures jusqu’à ce que la police intervienne. Le ministère de l’Intérieur irakien a dit plus tard que 52 personnes ont été tuées et plus de 60 blessées dans l’incident.


« Grenade à la main, des hommes armés ont attaqué l’église, » a dit Atta à l’agence de presse Aswat al-Iraq. Il a fait remarquer que les forces de sécurité irakiennes ont arrêté cinq hommes armés, l’un des détenus ayant une nationalité arabe.

« Les forces de police ont désamorcé quatre bombes, huit grenades à main et deux ceintures d’explosifs, » a-t-il ajouté.

Les autorités irakiennes ont lancé une enquête sur l’incident et les interrogatoires des assaillants arrêtés sont en cours, selon le responsable irakien qui a ajouté que cinq des hommes armés se sont suicidés pendant l’attaque terroriste.

Lundi, dans l’intervalle, 18 membres de compagnies de sécurité étrangères ont été arrêtés pour infraction à la loi par la police irakienne dans la région d’al-Ramiela, au nord-ouest de Bassorah.

Malgré le retrait des forces de combat américaines plus tôt cette année, l’Irak continue à héberger quelque 50.000 Gi’s qui restent dans le pays pour  « conseiller et former, » ( Hum..)  sans parler des milliers de mercenaires armés étrangers employés par les entreprises de sécurité privées qui opèrent dans le pays pour assurer la protection de fonctionnaires et d’entrepreneurs pour la plupart étrangers.

 

http://www.forsane-alizza.com/toute-lactualite/verite-sur-vrais-terroristes-irak-3932

 

 

 

Et à propos de Nouvel Ordre Mondial,

a-t-on fait le rapprochement avec "Ordre Nouveau",

le groupuscule d'extrême-droite de sinistre mémoire ?

 

eva R-sistons

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche