Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 00:12

NOM-globe-a-table-p.png

 

 

Abus de pouvoir et développement des interdits :

 

faire de nos luttes un projet commun

 

 

(Note d'eva : Les Décideurs, en imposant guerres, crises,

vaccins,  lois liberticides, destruction nature,

cadre de vie, médecine naturelle etc...

abusent de leur pouvoir !)

 

 

Nos dernières nouvelles


A l'heure où de nombreux médias révèlent le poison alimentaire que le modèle unique industriel veut nous imposer, les catastrophes écologiques se multiplient et secouent notre planète.

Y a-t-il entre ce modèle imposé et ces terribles conséquences : un rapport?

Ces nouvelles sont peu rassurantes mais méritent d'être mises en lien avec ce que nous vivons tous: abus de pouvoir et développement des interdits

 

 

Une région bientôt rayée de la carte?

 

Bonjour, si vous n'avez pas vu encore ce film sur les gaz de schiste.(45'), ça vaut le coup de le voir La région est concernée, un permis de Cahors a été accordé (Tarn-et-Garonne, Dordogne, Lot sont notamment concernés).
Faites passer ce lien, il faut que tout le monde le voit pour se battre!!!
Les maires peuvent arrêter tout ça en signant un arrêté.

http://monmulhousebio.fr/?p=1013

Sébastien VIVES
Cet ordinateur fonctionne à l'électricité à 100 % d'origine renouvelable, garantie sans nucléaire, fournie par Enercoop http://www.enercoop.org

 

 

Interdiction de se soigner naturellement ?


Voici le nouveau complot industriel que nous tendent les lobbies et les Etats complices

Le collectif pour la défense de la médecine naturelle vous propose une pétition pour porter une plainte contre cet abus de pouvoir permanent

Guérison défendue voir pétition en ligne

http://cdurable.info/+Signer-la-petition-du-Collectif-pour-la-defense-de-la-medecine-naturelle,1878+.html

 

 

Coopérer ou sombrer ?


Cette question peut nous permettre de faire un choix pour une motivation de survivre socialement au-delà de nos différences de partis ou bien contiuner à faire confiance à un système de modèle unique qui s'accroche....et qui tend à nous éliminer les uns après les autres...

 

Mieux connaître l'agriculture bio-dynamique pour travailler en relation étroite avec elle est une base solide pour le développement d'une économie sociale , solidaire et équitable .

 

 

Le but de l'agriculture biodynamique : soigner la terre et nourrir les hommes .

En observant le vivant, cette agriculture cherche et trouve des méthodes qui le respectent. La biodiversité est nécessaire et pas incompatible avec l'économie sociale, solidaire et équitable bien au contraire.

Bien que nous ne soyons pas tous appelés à devenir des paysans agriculteurs ou des maraîchers , nous cuisinons et nous avons besoin de nourriture, par conséquent les buts de cette agriculture nous concerne en tant que socle d'une économie éthique .

Voici pourquoi mieux connaître cette agriculture est le moyen de travailler en relation étroite sur des bases solides.

 

 

Du Samedi 11 Avril 2011 au Mardi 19 Juillet

Des clefs pour comprendre et appliquer la biodynamie


http://lienenpaysdoc.com/index.php?option=com_content&view=article&id=119:aude-stage-viticulture-biodynamie-&catid=13:agenda&Itemid=59

Partager cet article
Repost0
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 00:11

Le 1er février 2011, EDF déclarait à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un problème sur 34 réacteurs de son parc nucléaire. L’électricien se dit incapable d’évaluer si l’eau de secours injectée dans le circuit primaire, en cas de fuite, se répartit uniformément pour refroidir le cœur. Décryptage point par point pour jauger l’ampleur de ce dysfonctionnement.

Il ne suffit pas d’avoir fait des études de sûreté pour que tout fonctionne sur site. Encore faut-il que le matériel de mesure soit bien celui que l’on croit. C’est le constat amer qu’a dû dresser EDF le premier février 2011, 30 ans après avoir construit ses premiers réacteurs de 900 MW.

Un maillon faible

Les études faites par EDF sont formelles : un maillon du système d’injection d’eau de sécurité est défaillant. Or ce système est le seul dispositif qui permette de retarder une fusion du cœur du réacteur lors d’une fuite importante sur le circuit primaire.

En fonctionnement normal en effet, le combustible nucléaire est en permanence refroidi par de l’eau circulant dans ce circuit. Si la tuyauterie du circuit casse, le réacteur est arrêté automatiquement et l’injection d’eau de secours est immédiatement démarrée. « L’idée n’est pas de colmater la brèche, mais d’envoyer de l’eau en continu », explique Martial Jorel, directeur de la sûreté des réacteurs à l’IRSN. Le cœur doit absolument continuer à refroidir.

La pièce qui gêne

Les capteurs sont en cause. Ces capteurs vérifient que l’eau injectée par le système de secours se répartit uniformément dans les trois boucles du circuit primaire. En effet, si l’une d’elles est cassée, l’eau va préférentiellement s’y écouler. Pour refroidir le cœur convenablement, il faut que l’eau circule partout de la même manière. Comment ? En mesurant l’écart de débit, afin de freiner l’arrivée de l’eau dans la branche « qui fuit ».

De la théorie à la pratique

A la conception du réacteur, voici 30 ans, les études de sûreté avaient établi qu’avec une marge d’erreur de 6%, les débits d’eau permettaient encore de refroidir le cœur en toute sécurité.

EDF pense être à l’abri : ses capteurs ont sur le papier une incertitude de mesure de 1%. Problème : alors que les premiers réacteurs 900 MW tournent depuis plus de 30 ans, une vérification faite en 2011 montre que la marge d’erreur est plutôt de… 20%.

Le capteur est un indicateur de perte de charge sur une longueur droite et horizontale de tuyauterie, appelé « colonne Barton ». « Le concepteur avait sous-estimé l’effet de rugosité de la tuyauterie sur la fiabilité de la mesure », explique Martial Jorel.

Pourquoi n’a-t-on pas vu le problème avant ?

Par définition, ce système d’injection de secours ne fonctionne pas en temps normal. Il n’est testé qu’à l’arrêt des réacteurs lors de la maintenance. « Les débits n’étaient pas toujours constants lors des tests », se rappelle Martial Jorel. « Nous avions des doutes sur la précision de ces capteurs » poursuit l’expert de l’IRSN. « Depuis 2004-2005, on interroge beaucoup EDF sur ce problème d’incertitude de mesure », enfonce le clou Guillaume Wack, directeur de la direction des centrales nucléaires à l’ASN.

EDF finit par faire les vérifications nécessaires. Imaginée comme une formalité, la vérification révèle le problème qui avait échappé jusqu’à présent à la vigilance de tous.

34 réacteurs de 900 MW concernés

L’outil de mesure de perte de charge incriminé « est un standard américain », explique Guillaume Wack. Un héritage de la licence du design des réacteurs signée Westinghouse. Ailleurs, sur les réacteurs de 1300 et 1450 MW construits plus tard, Areva s’est réapproprié le design et a mis des diaphragmes, plus précis.

Est-ce grave ?

« Cet événement n’est pas anodin, mais il a été classé au niveau 1 sur l’échelle de l’INES qui en compte 7 », indique Guillaume Wack. « Le système d’injection de sécurité est l’un des plus importants pour la sûreté du réacteur », alerte toutefois Martial Jorel. En envisageant le pire scénario, il pourrait y avoir « dégradation de combustible », et « déversement de produits réactifs dans le circuit primaire », indique l’expert. « Même si cela reste dans une atmosphère confinée ». Lors de l’accident de Three Mile Island aux Etats-Unis, faute d’avoir pu être refroidi, le cœur avait carrément fondu.

Que va faire EDF ?

L’exploitant va devoir remplacer ses capteurs par d’autres plus fiables. Des capteurs par ultra-sons vont être testés dans une centrale à l’occasion d’un arrêt de réacteur « d’ici fin mars », indique Guillaume Wack.

Si l’essai est concluant, charge à EDF de déployer ces capteurs sur tous ses réacteurs, et fournir son échéancier à l’autorité de sûreté.

D’autres anomalies risquent-elles d’être révélées dans le futur ?

Oui, puisque l’IRSN vise précisément à remettre à plat toutes les études de sûreté, afin de « trouver des choses qui n’avaient pas été vues à l’origine ».

 

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Nucleaire-l-etrange-defaillance-des-capteurs-d-EDF-5850.html

Partager cet article
Repost0
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 00:06

 

Fukushima

 

La catastrophe de Fukushima fait la une de l'actualité depuis plusieurs jours.

Sans pour autant effectuer un jugement à chaud, cet événement permet d'ores et déjà d'alimenter le (non) débat au sujet des choix énergétiques stratégiques concernant notre pays.
Mais au delà de cette question certes importante, quelles sont les véritables causes de cette catastrophe ?

radioactive_symbol

 

 

L'argumentaire politique

 

Les principaux arguments en faveur du nucléaire sont les suivants :
- meilleure indépendance énergétique du pays par rapport aux énergies fossiles
- pas d'impact CO2
- coût de l'énergie électrique inférieur aux autres technologies
- savoir-faire national exportable

Coté risques, la politique retenue jusqu'ici consiste à considérer que la probabilité d'accident est très faible mais que que si celle-ci se concrétise, un accident peut être extrêmement grave pour l'environnement, les populations locales et même distantes (impact possible sur les pays étrangers).
Le problème des déchets et du démantèlement des centrales en fin de vie reste non résolu.

 

Bilan mondial du nucléaire civil

 

Après environ I/2 siècle d'utilisation mondiale du nucléaire, le bilan est plus que mitigé, la liste des accidents révélés est longue : lien.
Il est fort probable que d'autres accidents significatifs ont eu lieu de part le monde et que ces derniers ont été cachés par les autorités.

 

Les catastrophes

 

Les plus graves accidents recencés sont au nombre de 3 et classés sur l'échelle INES de 0 à 7 :
- 1979 : Three Miles Island (niveau 5)
- 1986 : Tchernobyl (niveau 7)
- 2011 : Fukushima, en cours...(niveau 6 pour l'instant)

Après l'accident de Three Miles Island, les normes de sécurité mondiales ont été changées en prenant en compte le retour d'expérience de ce dernier.
Dans ce cas, on peut dire que la leçon a été tirée.

Pour Tchernobyl, sans qu'aucun bilan exact n'aie été effectué, les dégâts ont largement débordé les frontières de l'Ukraine pour atteindre comme chacun le sait toute l'Europe.
Cependant cette catastrophe fut plus ou moins mise sur le compte de l'impéritie du régime soviétique.
Cette analyse est en partie exacte et elle aurait du démontrer que cette technologie n'est pas à mettre entre toutes les mains ...

Aujourd'hui, pour la catastrophe de Fukushima, la situation est toute autre.
On ne peut pas aussi facilement mettre à priori en cause le sérieux des Japonais en ce qui concerne la gestion des risques car il s'agit cette fois d'un pays du bloc démocratique.

 

Ce n'est pas une catastrophe naturelle

 

La véritable cause de cette catastrophe n'est déjà pas à mettre au crédit des éléments naturels car cette zone est notoirement en probabilité maximum pour les tremblements de terre et autres Tsunamis.

Le libéralisme encore lui
Comme pour la catastrophe financière toujours non résolue, la véritable cause est à rechercher du coté de l'ultra-libéralisme. En effet, la gestion d'un secteur extrêmement dangereux est confiée à une société privée (TEPCO) .
Qui dit société privée, dit approche mercantile, il faut d'abord et avant tout gagner de l'argent !
Même si cette société n'est pas en évidence peuplée d'irresponsables, ses agissements passés sont pour le moins contestables : lien.

 

Sécurité ne rime pas avec rentabilité

 

En France, nous avons la société Areva qui a développé un réacteur de 3ième génération dit EPR (European Pressurised Reactor) annoncé comme plus sur mais plus cher.
Sa conception repose sur le contexte post-Tchernobyl en prenant en compte un niveau de sécurité plus élevé

Il ne s'agit pas ici de faire le prosélytisme de cette technologie, mais de noter que ce réacteur s'est avéré plus difficile à vendre de par son cout comme le montre l'échec cuisant subit à Abou Dabi.

Suite à cet échec et comme l'explique le Canard Enchainé dans son numéro du 16 mars 2011, notre brillant président a réorganisé la filière EDF en nommant à sa tête son fidèle Proglio.
Dans la foulée, un rapport secret est commandé à F. Roussely ancien patron d'EDF.
Dans la synthèse de ce rapport publiée le 16 juin 2010, on peut lire :
"...la seule logique raisonnable ne peut être une croissance continue des exigences de sécurité..."
Exprimé autrement, rabaissons les normes de sécurité afin de pouvoir vendre nos centrales moins cher.

Et comme on nous y a habitué depuis 2007, le pouvoir même vacillant a encore une fois effectué un virage à 180° poussé par le vent des événements en argumentant avec une belle indécence sur la meilleure fiabilité de notre technologie - par rapport à celle de Fukushima - qui a donc un coût plus élevé (Sarkozy sur RTL le 13 mars 2011).

En France, comme partout ailleurs le futur s'annonce bien sombre avec la privatisation en cours d'EDF suivant consensus néolibéral droite/gauche, où l'on va se rapprocher du modèle Japonais et où la question de rentabilité pèsera plus lourd que la gestion des risques.

Les libéraux ont le temps devant eux, l'événement Japonais va leur en faire perdre un peu mais comme pour la finance ils ont montré leur capacité à être patients à défaut d'être responsables.

Populations endormies par les médias au service des grands groupes, démocraties occidentales en berne, mondialisation, oligarchie financière au pouvoir, dirigeants incompétents ou/et complices, voilà les véritables causes de cette catastrophe.

 

L'échec d'un système

 

L'enjeu n'est pas simplement d'être pour ou contre le nucléaire, c'est tout un système qui est à revoir, système qui met l'argent au premier plan et l'humain dans le rôle d'une variable d'ajustement.
Tchernobyl fut le symbole de l'échec du communisme, Fukushima sera sans doute celui de l'ultra-libéralisme.

 

parZevengeur

http://french-revolution-2.blog.fr/2011/03/17/fukushima-10845950/

 

 

 

Akira Kurosawa Image 11 sur 12

Akira Kurosawa

tag : réalisateur japonais

http://www.toutlecine.com/images/star/0006/00060720-akira-kurosawa.html

 

 

 
LES PEURS NUCLÉAIRES ET ÉCOLOGIQUES D'AKIRA KUROSAWA

 

Les rêves cauchemardesques du grand réalisateur japonais, exprimées dans Dreams (1989), n´étaient pas qu´allégoriques. Jugez-en :

   

http://www.youtube.com/watch?v=oTRw66CnWLI

http://www.dailymotion.com/video/x8y2ti_dreams-les-demons-rugissants-akira_shortfilms

http://www.youtube.com/watch?v=Zd8T76E45k0

 

http://mathieu.perrin.free.fr/reves.html

http://www.dailymotion.com/video/xfdw45_deces-akira-kurosawa_news

 

(C'est à la suite d'un accident que Kurosawa fut obsédé par le sang. Alors qu'il traversait une rue avec son chien, celui-ci passa sous un tramway et fut coupé en deux. Cette image le marqua durablement à tel point qu'il ne put plus manger de viande)

 

N´écoutez plus les politiques, mais croyez les artistes !

  

« Il y a vingt mille ans qu'ils sont à leur fenêtre
Il y a vingt mille ans qu'ils crient dans le désert. »

(Léo Ferré, Les artistes)

http://www.youtube.com/watch?v=z7fxdBDgzug

 

Michel R. Tarrier

 

 

.

 

Séisme, tsunami et menace nucléaire

Tout est sous contrôle

par Hervé Le Crosnier

Alors que les secours continuent de risquer leur vie autour de la centrale de Fukushima, alors que les ouvriers et ingénieurs sur place ont déjà reçu des doses de radiations qui mettent leur avenir en danger et viennent d'abandonner le terrain, alors que les deux derniers réacteurs de la centrale, pourtant à l'arrêt, semblent prêts à rejoindre ceux dont le coeur a commencé à fondre, il est déjà temps de se poser quelques questions sur le fonctionnement de l'information et de la communication mondiale.

La « communication de crise » est un art difficile : comment éviter de paniquer les populations, tout en respectant l'exigence de vérité ? Comment anticiper suffisamment pour comprendre le fil des événements, tout en se référant aux faits établis ? Enfin, comment mesurer l'impact de l'information sur les récepteurs situés en dehors de la zone de crise ? Les secteurs industriels à l'origine de la crise craignent évidemment un impact durable de ce type d'accident.

A écouter les médias ces derniers jours, une première question vient à l'esprit : pourquoi la dénégation est-elle le modèle standard de l'information de crise ?

Dès ce vendredi 11 mars, par exemple, alors même que tournaient en boucle sur les écrans les terribles images du tsunami, cette langue furieuse de mer noire se dressant au dessus des villes, des habitations, balayant tout sur son passage, emportant véhicules et maisons, malaxant toutes les constructions comme des fétus de paille, les « commentaires » avaient besoin de « chiffrer » l'événement. Les images montraient l'engloutissement des efforts des humains par les forces de la nature... mais la voix n'évoquait que quelques dizaines de morts. Impossible à croire : il y a sous nos yeux bien des centaines de voitures, trains, bateaux devenus jouets des éléments. Cette disjonction entre ce que nous dit d'évidence le simple constat, le fruit de l'expérience du spectateur, et le côté lénifiant du discours doit nous inciter à réfléchir. Donnons-nous le soin de nous informer à des personnes qui auraient à ce point quitté le monde des réalités observa bles pour se réfugier dans la langue de bois ? Rappelons-nous que cette sous-estimation est un phénomène à répétition, que l'on a déjà connu pour le nombre de victimes du tsunami de l'Océan Indien (plus de 250 000 morts) ou le tremblement de terre d'Haïti (plus de 300 000 morts). Sans parler évidemment des « inquiétudes » pour les Français présents sur les lieux, chiffrage dérisoire (en nombre cumulé, c'est pour chaque famille touchée que cela importe, pas comme information « nationale ») en regard des humains, en l'occurrence japonais, victimes de la catastrophe. Pourtant, une fois annoncé, le premier « chiffre » va devenir une ancre à l'aune de laquelle vont se mesurer les évolutions. Ainsi, cinq jours après, le « bilan officiel » était-il toujours de 3 373 morts (site du Monde.fr, mardi 15 mars, 14 h 05).
On appréciera la précision, qui, comme on le sait depuis Jules Vern e, est une manière littéraire de donner un semblant de réalité à une fiction (...)

 

 


 

Partager cet article
Repost0
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 00:01

 

 

 

 

France Info -

5 mars 2009 - http://www.france-info.com/france-regions-2009-03-05-reforme-des-collectivites-territoriales-un-projet-de-loi-a-l-automne-261285-9-13.html

 

Cantonales, il faut voter !

Pourquoi, pour qui ?

Enjeu crucial !

Par eva R-sistons

 

 

Cantonales, événement mineur ? Non, les plus importantes cantonales qui soient. Personne ne doit les boycotter ! Et naturellement, les médias aux ordres en parlent très peu. Il s'agit de favoriser l'abstention, pour servir la pensée dominante, de l'UMP: Les Français ne s'intéressent qu'aux enjeux nationaux, pas locaux, encore moins départementaux, donc on peut supprimer l'échelon local, départemental, et appliquer la Réforme du Chef. Toujours plus de centralisme, toujours plus de concentration du pouvoir, pour servir les intérêts au sommet !

 

En gros, trois partis peuvent accéder au second tour.

 

Le F.N., c'est un mirage dans un désert politique. Les déboussolés, les inquiets, les désespérés s'y raccrochent comme un noyé à sa bouée, attendant le salut d'un Pouvoir fort, sécuritaire, communiquant avec clarté, et flattant les instincts de chacun, souvent les plus bas d'ailleurs. Ceux-là ont espéré le salut du communisme, l'Empire s'est chargé de couler cette voie. Puis ils ont cru en l'homme énergique, dynamique, volontariste, providentiel, et là aussi le Sauveur a déçu. Alors, ils se raccrochent au nouveau candidat fort qui se présente, promettant le salut, la fin du tunnel, des jours meilleurs. Des jours meilleurs qui ont été rejetés, dans les municipalités FN,  par tous ceux qui ont vécu au quotidien l'horreur FN, sa politique ANTI-SOCIALE, outrageusement sécuritaire et liberticide, dressant les citoyens les uns contre les autres, occasionnant partout rejet, violence, haine. Avec à la clef un racisme violent, lourd de menaces ! Ceux qui ont goûté au "paradis" d'extrême-droite ont été comme les papillons se brûlant au contact de la lumière. Floués, abusés, amers... Car le FN est, par essence, non seulement brutal, raciste et haineux, mais anti-social. Ses dirigeants ne s'intéressent à la justice sociale que pour communiquer, gagner des voix... 

 

L'UMP, présenté par ses porte-parole sans scrupules comme "Union de la Majorité Populaire", est en réalité une machine au service de ceux qui sacrifient les politiques populaires, les Etats, les communes, le secteur social, et même l'indépendance nationale et la concorde, au profit d'une "Union Minoritaire de Privilégiés". Cette UMP va finir de sacrifier les politiques sociales locales, départementales, en les étranglant - notamment par la suppression de la taxe professionnelle :

 

"(..) La réforme territoriale est une machine visant à anéantir la solidarité, à accentuer les inégalités et à organiser la mise en concurrence entre territoires et citoyens, et à démanteler la démocratie locale. La suppression de la taxe professionnelle est l’arme du gouvernement dans ce projet de réforme pour asphyxier financièrement les collectivités".  La « réforme territoriale » voulue par le Président de la République et son gouvernement s’avère être une  machine visant à anéantir la solidarité partout dans le pays, à accentuer les inégalités entre territoires et entre citoyens, à démanteler la République et la démocratie locale (..)" (1)

 

Ceux qui lisent régulièrement ce blog savent ce qu'est l'UMP squatté par les amis de Sarkozy: Une vraie machine à détruire tout ce qui fait l'identité de la France, ses valeurs, sa culture, son modèle social, ses services publics, sa République, sa laïcité, son indépendance... 

 

Reste le P.S. : Occupé, lui, un jour, peut-être, par Strauss-Kahn, il sera le clone de l'UMP, en plus hypocrite (se prétendant toujours de gauche), en plus démobilisateur pour les Syndicats et aussi, quand même, en plus humain, image du Parti oblige.

 

Restent, en gros, au premier tour, les Ecologistes et le Front de Gauche. Les Verts ont ma sympathie, avec des Cécile Duflot et des Eva Joly, mais teintés de Cohn-Bendisme, et de ce qu'il représente (édulcoration du message, affadissement du vert et du rouge, libéralisation, européisation, et même une ambiguité vis à vis du nucléaire), mon enthousiasme est rafraîchi plus que les circuits de refroidissement, aujourd'hui, des centrales nucléaires japonaises.

 

Donc, au premier tour, je voterai Front de Gauche. Plus que jamais, dans le contexte de crise actuel, il faut défendre les ACQUIS SOCIAUX. Et à l'échelon local, départemental, régional, on peut encore les défendre. A cet échelon, en effet, se joue l'avenir de nos écoles, des transports publics, du RSA, de l'aide aux familles, aux personnes handicapées, aux personnes âgées etc etc. Bref, notre QUOTIDIEN. Un quotidien totalement malmené par la Droite UMP ! 

 

Et au second tour ? Les Cantonales ne sont pas la Présidentielle, avec sans doute un Strauss-Kahn choisi, pardon, décidé par le CRIF et ses relais sondeurs ou dans les Médias collabos. Les Cantonales sans DSK , et au service de notre quotidien, y'a pas photo, aucune voix ne doit manquer à la Gauche qui, elle, protègera nos acquis sociaux sur le terrain !

 

Les Cantonales de 2011 : Un enjeu crucial

 

En réalité, ce qui se joue, dans ces Cantonales oubliées par les Médias aux ordres du Gouvernement pour nous démobiliser, c'est l'enjeu du Programmme destructeur de la France concocté par les apprentis-sorciers au service du Maestro, lui-même exécutant les diktats du CRIF, du MEDEF et des Décideurs anglo-saxons. Pourquoi ?

 

Il y a les Députés, à l'Assemblée Nationale, et des Sénateurs, au Sénat. Or, ces Elections Cantonales peuvent faire basculer le Sénat à Gauche, paralysant le Pouvoir destructeur de la France !  Le gelant, le contrariant, le contrant ! Et c'est la raison pour laquelle le Pouvoir, et ses Médias aux ordres, évitent de parler d'Elections pouvant décider du basculement, du gel des Réformes dévastatrices pour tous !

 

Alors, sachant qu'il faut éviter le pire,

sachant qu'il faut empêcher le Pouvoir actuel

de nuire davantage aux Français,

il est IMPERATIF de voter,

de voter à Gauche,

afin que le Sénat bascule à Gauche

et qu'il stoppe la machine infernale

qui broiera, même au niveau local,

tous les acquis sociaux de nos aïeux !

 

Je compte sur vous, amis Lecteurs ou Lectrices, déplacez-vous pour faire votre devoir électoral ! Ne pas voter, c'est faire le jeu du Pouvoir malfaisant qui, au sommet, liquidera tout ce à quoi nous tenons !

 

Votre eva R-sistons

 

http://r-sistons.over-blog.com

 

(1)  http://rupturetranquille.over-blog.com/article-elections-cantonales-il-n-est-pas-trop-tard-69481632.ht

 

 

 

 

h-20-2017685-1270295298.jpg

  http://paysdefayence.parti-socialiste.fr/2007/12/12/politique-etrangere-ou-fausses-opportunites-commerciales

 

 

Elections cantonales : Il n'est pas trop tard.

 

Le véritable enjeu de la démocratie locale, masqué par le tsunami "Marine Le Pen" de la sondagite présidentielle (..)

 

  • La réforme territoriale est une machine visant à anéantir la solidarité, à accentuer les inégalités et à organiser la mise en concurrence entre territoires et citoyens, et à démanteler la démocratie locale.
  • La suppression de la taxe professionnelle est l’arme du gouvernement dans ce projet de réforme pour asphyxier financièrement les collectivités

La « réforme territoriale » voulue par le Président de la République et son gouvernement s’avère être une  machine visant à anéantir la solidarité partout dans le pays, à accentuer les inégalités entre territoires et entre citoyens, à démanteler la République et la démocratie locale.

Pourtant une réforme des institutions et des collectivités, fondée sur plus de démocratie locale, plus de moyens, de coopérations et de solidarités, plus de justice sociale est indispensable.

Ce n'est pas le chemin de cette "réforme territoriale"

 

Il faut mesurer la gravité des attaques sur les institutions et l’organisation de la France, sur les services publics et la souveraineté de notre peuple. Le gouvernement ne fait qu’entreprendre au niveau local ce qu’il opère au niveau national. Son objectif est de « faire contribuer les collectivités locales à l’effort de réduction du déficit  public ». Or, seul l’Etat vote aujourd’hui son budget de fonctionnement en déficit et emprunte pour  l’équilibrer. Il s’agit bien de sanctionner les collectivités au motif qu’elles mettent en œuvre des services publics.

 

Pour faire accepter cette entreprise de démolition, le Président et le gouvernement n’ont pas hésité à se livrer à une grossière campagne de dénonciation des élus locaux et des collectivités territoriales. Ce projet a été une nouvelle fois traité avec autoritarisme et mépris des citoyens et de leurs représentants. Aujourd’hui, la colère est grande parmi les élus locaux.

 

Le conseil municipal affirme que ce projet de réforme est contraire aux valeurs démocratiques de notre République :

 

-     Ce projet porte une atteinte grave au principe « de libre administration des collectivités » par leurs assemblées légitimement élues par le peuple.

 

Les mesures annoncées vont obliger les élus locaux à organiser les territoires urbains en métropoles. Il s’agit biende concentrer les activités économiques autour de quelques pôles et de laisser les autres territoires à l’abandon. Tout cela conduirait à aggraver les inégalités de richesses existantes entre les territoires. Dans ce  schéma, la plupart des compétences communales (développement économique, urbanisme,  habitat,  transport,  éducation,  infrastructures,  sécurité,  eau,  assainissement,  culture...) seraient progressivement transférées à ces métropoles. Les communes seraient donc amenées à terme à disparaître ou à ne conserver dans leurs attributions que celle de l’état civil.

Ne  faut-il  pas  voir  dans  ce  projet  l’effacement  pur  et  simple  des  échelons  démocratiques  de proximité ?

 

Le conseil municipal rappelle :

 Les villes et villages, les départements et les régions, c’est du concret. Rien ne prouve aujourd’hui que ces  collectivités sont dénuées de sens. Leurs actions, au quotidien, consistent avant tout en des missions  d’intérêt  général  au  service  de  toute  la  population :  écoles,  crèches,  collèges,  lycées, infrastructures,  zones  économiques, voiries, logements, équipements sociaux, culturels, sportifs, de santé, d’environnement, de transports et une multitude d’autres services de qualité. Les collectivités assurent ainsi le développement des services publics dans un contexte de désengagement de l’Etat. Les collectivités emploient 1 800 000 agents, réalisent 73% des investissements publics qui permettent le maintien et la création de centaines de milliers d’emplois, principalement dans le secteur privé. Elles sont les lieux d’expression des exigences démocratiques, de résistance à la pensée unique. Casser les collectivités locales dans la foulée des grands services publics, c’est poursuivre le démantèlement de la République.

 

 C'est pourquoi le conseil municipal :

Appelle  tous  ceux  qui  font  vivre  la  démocratie  locale :  élus,  bénévoles  de  toutes  sensibilités, personnels territoriaux, responsables associatifs, syndicalistes, citoyens à se mobiliser pour exiger le retrait de cette réforme.

 

Demande à ce que l’Etat ouvre une véritable concertation, d’égal à égal, avec les citoyens et les élus locaux afin de construire et faire vivre un projet d’organisation territoriale qui :

-     vise  à  réduire  les  inégalités  territoriales,  qui  garantisse  l’égalité  entre  les  citoyens  par l’existence des collectivités en leur donnant les moyens financiers et humains conséquents,

-      rende possible l’expression de choix politiques par les citoyens pour la mise en œuvre de l’intérêt collectif,

-     fasse vivre la démocratie locale et qui réponde aux besoins d’une France moderne et solidaire. Il en va des défis sociaux, environnementaux et économiques du 21ème siècle qu’il convient de relever.

 Motion sur la suppression de la taxe professionnelle

Le Maire expose :

 

La mesure phare du projet de loi de finance pour 2010 va consister en la suppression de la taxe professionnelle. Cette mesure découle de la volonté de Nicolas Sarkozy qui répond d’ailleurs aux insistances  du MEDEF en la matière. La Taxe Professionnelle représente 35 milliards d’euros de ressources pour les  collectivités territoriales et l’Etat ! Le gouvernement projette de supprimer une ressource stable, pérenne, sur laquelle les collectivités pouvaient agir, pour la remplacer par des impôts et taxes assis sur des résultats variables, aléatoires, échappant à sa maîtrise. La perte de ces recettes sera en effet partiellement compensée par la taxe carbone qui sera d’ailleurs payée pour l’essentiel par les ménages.

 

Pour autant nous ne sommes pas pour le statut quo. La taxe professionnelle mérite effectivement d’être réformée  et modernisée afin de la rendre plus juste et plus efficace, en s’attaquant à la spéculation financière, cause réelle de la crise économique actuelle.

 

Cette suppression, c’est  l’arme  du  gouvernement pour réaliser le  projet de  réforme  territoriale : asphyxier financièrement les collectivités. En effet, cette taxe représente aujourd’hui 41% des recettes fiscales  des   communes,  44%  de  celles  des  départements  et  64%  de  celles  des  régions.  Sa compensation intégrale n’est garantie que pour une année, et se fera au travers de dotations d’Etat sur lesquelles nous ne pouvons agir. Par conséquent, c’est bien l’autonomie des collectivités qui est remise en cause et leurs moyens de mettre en œuvre des politiques.

 

Le conseil municipal affirme que cette suppression est contraire au principe fondamental et constitutionnel d’égalité d’accès des citoyens aux services publics de proximité.

 

Rappelons-le : les collectivités ont l’obligation de voter leur budget en équilibre. Comment feraient- elles,  en   l’absence  de  toutes  possibilités  de  prévision  de  ressources,  pour  mener  à  bien  des investissements  utiles  à tous, pour maintenir ou développer leurs services ? La refonte de la taxe professionnelle enclenche la mise sous contrôle des politiques publiques des collectivités territoriales. Celles-ci seront alors réduites à ne mettre en œuvre que les politiques décidées nationalement dans un contexte de dotations en baisse.

Or, les élus ont été choisis par la population sur la base de programmes politiques d’actions. En étouffant les capacités financières des collectivités locales, le gouvernement remet en cause les raisons même du vote des électeurs, remet en cause la démocratie !

 

 

Le conseil municipal rappelle :
Que le remaniement de la taxe professionnelle, telle que proposé par le projet de loi de finance va priver les collectivités, dont notre commune, de moyens qui permettaient, tant bien que mal, d’assurer une solidarité, donc la cohésion sociale dans notre pays. De plus, cette réforme entraînera à terme un transfert de la fiscalité sur les ménages. Aujourd’hui, ces derniers contribuent à hauteur de 50% des recettes fiscales, demain ils contribueront près de 75%. Les territoires les moins riches se retrouveront dans une impasse. Ils seront contraints d’alourdir la fiscalité des ménages souvent déjà élevée ou de réduire considérablement l’action publique locale mettant ainsi à mal le principe d’égalité d’accès aux services publics.

Il s’agit là d’une véritable remise en cause de l’implication des entreprises dans la société française. Elles  seraient amenées à participer de moins en moins à l’effort collectif et dans le même temps, profiteraient toujours des services et équipements publics.

 

C'est pourquoi le conseil municipal :  

 

Demande le retrait de cette suppression de la taxe professionnelle, et que l’Etat mette en place une véritable concertation avec l’ensemble des partenaires intéressés pour refondre cet impôt, afin de le rendre plus juste et  plus efficace, en s’attaquant à la spéculation financière, cause réelle de la crise économique actuelle.

 

Cette modernisation doit, par le jeu d’une péréquation nationale, assurer plus de solidarité entre les territoires  et  promouvoir  un  autre  mode  de  développement articulant  social  et  environnemental, incitant les entreprises à réaliser des investissements utiles et à créer des emplois.

 

http://rupturetranquille.over-blog.com/article-elections-cantonales-il-n-est-pas-trop-tard-69481632.html


 

NOM-globe-a-table-p.png

 

 

Abus de pouvoir et développement des interdits :

 

faire de nos luttes un projet commun

 

 

(Note d'eva : Les Décideurs, en imposant guerres, crises,

vaccins,  lois liberticides, destruction nature,

cadre de vie, médecine naturelle etc...

abusent de leur pouvoir !)

 

 

Nos dernières nouvelles


A l'heure où de nombreux médias révèlent le poison alimentaire que le modèle unique industriel veut nous imposer, les catastrophes écologiques se multiplient et secouent notre planète.

Y a-t-il entre ce modèle imposé et ces terribles conséquences : un rapport?

Ces nouvelles sont peu rassurantes mais méritent d'être mises en lien avec ce que nous vivons tous: abus de pouvoir et développement des interdits

 

 

Une région bientôt rayée de la carte?

 

Bonjour, si vous n'avez pas vu encore ce film sur les gaz de schiste.(45'), ça vaut le coup de le voir La région est concernée, un permis de Cahors a été accordé (Tarn-et-Garonne, Dordogne, Lot sont notamment concernés).
Faites passer ce lien, il faut que tout le monde le voit pour se battre!!!
Les maires peuvent arrêter tout ça en signant un arrêté.

http://monmulhousebio.fr/?p=1013

Sébastien VIVES
Cet ordinateur fonctionne à l'électricité à 100 % d'origine renouvelable, garantie sans nucléaire, fournie par Enercoop http://www.enercoop.org

 

 

Interdiction de se soigner naturellement ?


Voici le nouveau complot industriel que nous tendent les lobbies et les Etats complices

Le collectif pour la défense de la médecine naturelle vous propose une pétition pour porter une plainte contre cet abus de pouvoir permanent

Guérison défendue voir pétition en ligne

http://cdurable.info/+Signer-la-petition-du-Collectif-pour-la-defense-de-la-medecine-naturelle,1878+.html

 

 

Coopérer ou sombrer ?


Cette question peut nous permettre de faire un choix pour une motivation de survivre socialement au-delà de nos différences de partis ou bien contiuner à faire confiance à un système de modèle unique qui s'accroche....et qui tend à nous éliminer les uns après les autres...

 

Mieux connaître l'agriculture bio-dynamique pour travailler en relation étroite avec elle est une base solide pour le développement d'une économie sociale , solidaire et équitable .

 

 

Le but de l'agriculture biodynamique : soigner la terre et nourrir les hommes .

En observant le vivant, cette agriculture cherche et trouve des méthodes qui le respectent. La biodiversité est nécessaire et pas incompatible avec l'économie sociale, solidaire et équitable bien au contraire.

Bien que nous ne soyons pas tous appelés à devenir des paysans agriculteurs ou des maraîchers , nous cuisinons et nous avons besoin de nourriture, par conséquent les buts de cette agriculture nous concerne en tant que socle d'une économie éthique .

Voici pourquoi mieux connaître cette agriculture est le moyen de travailler en relation étroite sur des bases solides.

 

 

Du Samedi 11 Avril 2011 au Mardi 19 Juillet

Des clefs pour comprendre et appliquer la biodynamie


http://lienenpaysdoc.com/index.php?option=com_content&view=article&id=119:aude-stage-viticulture-biodynamie-&catid=13:agenda&Itemid=59

 

 

http://soutien-palestine.blogspot.com/2009/12/les-soldats-israeliens-mettent-nue-les.html

Partager cet article
Repost0
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 23:59

http://paysdefayence.parti-socialiste.fr/2007/12/12/politique-etrangere-ou-fausses-opportunites-commerciales/

kadhafi-sarkozy.jpg

Libye, intervention :

 

Sarkozy a cinq bonnes raisons d'intervenir,

par eva R-sistons


507_1f2f8

http://alainindependant.canalblog.com/archives/2011/03/17/20659112.html

 

Non à une intervention en Libye: 

Si on n'intervient pas, des milliers de victimes de Kadhafi,

si on intervient, guerre et occupation à l'irakienne,

avec un nombre incalculable de victimes.

Faites le compte !

10 voix pour l'intervention, 0 contre, 5 abstentions,

la résolution est adoptée, vive la guerre !

Une de plus, eva R-sistons

NB: Cocorico, la France en tête des faucons !

 


- Des raisons personnelles, "l'ami" Kadhafi un peu trop au fait de ses petites combines...Et puis, quand on est impopulaire à l'intérieur, on peut se refaire une santé à l'extérieur ! 

- Il est le supplétif, en Europe, des Américains, prenant ses ordres à Washington, et prêt à faire faire le sale boulot par les Français qui le détestent et qu'il déteste. Agent de la CIA et d'Israël - pour Thierry Meyssan ( voir aussi ici : http://r-sistons.over-blog.com/article-japon-dossier-arme-sismique-contre-le-japon-liens-se-premunir-69252072-comments.html#anchorComment (commentaire 8) )

- Sarkozy, c'est le Bush français, un cow-boy prêt à dégainer à chaque instant, aimant les bastons, belliqueux, va-t-en guerre, préférant la loi du plus fort à la Diplomatie.

- Sarkozy n'est heureux que quand il fait parler de lui, quand il est au centre des projecteurs. Et tant pis pour les "dommages collatéraux" !

- Enfin, il est au service des Plans du Nouvel Ordre Mondial, et la Libye, avec son  pétrole, suscite les convoitises. 

Partager cet article
Repost0
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 15:39

 

 

Complot américain contre les Japonais...

et indirectement contre Chinois et Russes ?

Par eva R-sistons

 

 

Suite catastrophe nucléaire Japon:

J'ai sur ce blog R-sistons posté l'article "Arme sismique US contre le Japoon ?"

je le reposte par souci de clarté, en effet j'ai publié sur mon blog sos-crise

les lignes qui suivent (après le drapeau nazi),

  auxquelles j'ajoute maintenant ces précisions.

 

La Chine, l'Extrême-Orient russe paniquent. 

2 pays non-alignés sur le "nazisme" américain

(Rappel: Les USA veulent étendre leur domination sur le monde,

de gré ou de force, comme les Nazis).

Ils peuvent être touchés par la catastrophe nucléaire qui frappe le Japon.

 

Source pour la Chine : France24 ce 17 mars 2011

Source pour la Russie :

Japon:Taux de radioactivité, nervosité en Russie (Extrême-Orient russe), etc

 

Alors, je me pose des questions.

Les USA ont probablement provoqué 

le tremblement de terre à Haïti, peuplée de Noirs

(racisme sous-jacent),

car cette île est importante sur le plan stratégique.

Depuis, Haïti est occupé par les Américains.

Du genre... humanitaire en treillis !

 

Souvenez-vous :

http://r-sistons.over-blog.com/article-ile-de-diego-garcia-le-vrai-visage-du-capitalisme-anglo-saxon-monstrueux-51076065.html

Comment les Anglo-Saxons ont fait main-basse sur une île convoitée,

et tant pis pour les autochtones.

Depuis, l'île est devenue la principale base US de lancement des attaques.

 

Avec en tête de ce post cette remarque d'actualité :
 

Un Lecteur m'envoie un commentaire, avec un lien qu'il faut regarder, ici :

http://www.jp-petit.org/Presse/tsunami.htm#13_1_05  (Spécial Diego Garcia)  

Voyez en particulier ce sommet de cynisme, à relayer: Condolessa Rice au Sénat Américain le 18 janvier 2005 ( cité par le journal " le Monde " ) :  " Ce tsunami est une aubaine car il nous permet de nous implanter dans des pays menacés pour y rétablir la démocratie et la liberté "

 

Quand on sait ce que signifient démocratie et liberté pour les USA

(l'enchaînement à leur idéologie, à leur Système ultra-libéral monstrueux,

à leur Empire prédateur, colonial et criminel) ....

 

Donc, je me demande si les USA n'auraient pas fait d'une pierre deux coups :

Provoquer un terrible séisme et donc nuire aux intérêts d'un Japon

en train de leur échapper avec le nouveau gouvernement

(Les USA n'aime pas les insoumis)

avec les conséquences prévisibles:

Tsunamis et catastrophe nucléaire...

 

En nuisant aux intérêts du Japon,

les Etats-Unis nuisent aux intérêts de la Russie et de la Chine proches.

Ce qui ne serait pas inenvisageable

de la part d'un Etat qui bombarde ceux qui leur résistent

(S. Hussein, les Yougoslaves proches des Russes,

ou bientôt les Iraniens défendant leur souveraineté et leur modèle, etc)

quitte à provoquer un génocide colossal :

Comme ceux d'Hiroshima ou de Nagasaki.

Au fait, on rappelle sans cesse le génocide envers les Juifs

(en oubliant au passage les autres victimes de la Shoah comme les Tsiganes),

et on ne se souvient jamais des victimes d'autres génocides

(Arménie, Amérindiens, Traite des Noirs, Japonais etc) ?

Qu'attend-on pour les commémorer tous ensemble ?

Ou y en a-t-il de plus importants que d'autres ?

Serait-ce gênant pour nos zamis américains ?

 

Voici donc la thèse que j'expose,

se venger d'un Japon tendant à s'émanciper du joug US,

et en même temps porter atteinte aux rivaux chinois et russes.

 

Des USA, il faut s'attendre au pire.

Leurs dirigeants sont une menace permanente pour le monde

comme pour leur propre peuple, sacrifié en permanence

par les Financiers ou par les Industriels de l'Armement

en attendant de l'être par les promoteurs

de Monsanto ou de Big Pharma interdisant

alimentation naturelle et médecine naturelle.

 

Mais, il y a un mais pouvant laisser penser

qu'il ne s'agirait pas d'un complot

contre les nouveaux "trublions" japonais :

 

L'industrie nucléaire,

prônée aux USA tant par les Démocrates que par les Républicains,

va pâtir des événements.

"Obama est contrarié par ce qui arrive",

dit-on dans les Médias aux ordres.

Sincèrement ? Ou piste de diversion pour dédouanner ?

Ou les USA auraient-ils été dépassés par leur forfait ?

 

Il est vrai que les apprentis-sorciers

finissent tôt ou tard par être dépassés

par les événements qu'ils provoquent inconsidérément.

La bête finit par échapper à son Créateur !

 

Autant dire que je ne tranche pas :

 

Complot contre le Japon, ou pas ?

A chacun de choisir...

eva R-sistons

 

NB Complot contre notre santé, aussi ?

(Dans le cadre du programme mondial de dépopulation,

après les Rouges - Amérindiens -,

les Noirs - traite des Noirs -,

les Jaunes chinois, mongols, coréens,  japonais).

Pour l'instant, je lance l'idée...

 

 

http://r-sistons.over-blog.com

 

TAGS :

Etats-Unis, Japon, Haïti, Diego Garcia, nucléaire, Nagasaki, Hiroshima,

complot, Russie, Chine, génocide, Shoah, Juifs, Tsiganes, Arméniens,

Amérindiens, Traite des Noirs, Yougoslavie, Sadam Hussein, Iran..

 


 

 

https://secure.gn.apc.org/members/www.bilderberg.org/phpBB2/viewtopic.php?p=15146&sid=1f900346c2653c941726844d07b7e745

 

 

Rappel de cette information,

 

à la lumière de ce que l'on commence à entendre

dans les médias aux ordres :

 

"Le Gouvernement (japonais) ne maîtrise pas bien la situation,

il n'est pas à la hauteur,

il communique mal"

 

Et s'il sagissait en effet

de la manifestation du mécontentement de Washington

pour mettre au pas un pays jusque là fidèle,

et depuis moins aligné avec  le nouveau gouvernement ?

Ce qui serait aussi un avertissement

pour ceux qui souhaitent s'émanciper de l'Empire

théoriquement démocratique

et de plus en plus totalitaire...

eva R-sistons

 

 

 

 

Arme sismique US contre le Japon ?

 

 

Benjamin Fulford , journaliste de renommée mondiale, depuis son passage chez Forbes, puis une interview de Rockefeller, avait annoncé dès 2008 qu'il était probable que les américains usent de l'arme sismique contre le Japon au cas où celui-ci refuserait les contraintes économiques que souhaitent lui imposer les dirigeants de Bilderberg.

    

Les récents entretiens entre l'empereur du Japon et les dirigeants de Bilderberg n'ont apparemment pas donné satisfaction, et l'attaque du Japon par l'arme sismique Haarp/Pamir 3 semble en être la conséquence. C'est ce qu'affirme aujourd'hui Benjamin Fulford dans un article où il apporte une riche documentation semblant prouver que tous ces récents tremblements de terre (Sumatra, Chili, Haïti, Chine, Japon) sont bien le résultats d'opérations militaires américaines. 

    

Par ailleurs, cette thèse est également soutenue par de nombreux services secrets de gouvernements. 

      

Benjamin Fulford est aussi l'un des rares occidentaux à entretenir des contacts avec la "White Dragon Society". 

    

Il y a peu, des annonces paraissaient indiquant des accords passés entre les triades chinoises et les yakusas pour s'opposer au "Nouvel Ordre Mondial". Ces accords se sont encore renforcés en 2010 après que le Vatican ait envoyé deux commandos pour assassiner des "gêneurs" au Japon qui révélaient certaines malversations financières de "très haut niveau" incluant Berlusconi, Bush, Clinton, Ban Ki-moon, Kissinger, Greenspan... (tous du Bilderberg) et Daniele Dal Bosco de la banque du Vatican (et grand-maître de la trop fameuse loge P2). L'arnaque montée porte sur plus d'un trillon de dollars !!!  

    

La "White Dragon Society" serait l'association de plusieurs "mafias" asiatiques ayant décidé de s'unir pour protéger leurs populations contre la tentative de génocide du Nouvel Ordre Mondial. 

      

Ce qui est "étrange" pour le citoyen moyen, est que plus internet se développe, permettant à tous de s'exprimer (journalistes, agents secrets, etc.), et plus il découvre que la véritable mafia, ce sont ceux qui le gouvernent, tandis que les "mafias", officiellement désignées ainsi par le Pouvoir, sont maintenant ceux qui s'opposent aux plans d'hégémonie du Nouvel Ordre Mondial et tentent de protéger les populations! (Ainsi, certains écrivains, journalistes ou agents secrets sont maintenant sous leur protection après avoir dévoilé certaines de ces affaires sales dans lesquelles sont impliqués comme toujours les dirigeants américains...

 

Eric Fiorile, Démosophie

L\

  link

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 15:37
Stats visiteurs uniques sos-crise Hier :
  • 6 271 pages vues 
  • 3 587 visiteurs uniques 

 

Complot contre notre santé

(suite du précédent post

"sauver la médecine naturelle")

 

 

 

LES VACCINS TUENT !!!!!!!

 

Complot mondial contre la santé

l'empoisonnement des corps pour un avilissement de l'Homme

par son affaiblissement

 

 

 

Bonjour,

Voici l'ITW de Claire Séverac, auteure du livre "Complot Mondial contre la Santé" aux éditions Alphée. Livre très intéressant sur la dérive de l'industrie pharmaco-agro-chimique du monde occidental et ses conséquences tragiques : Nouvelles maladies émergentes, cancers par millions, maladies neurodégénératives, autisme, etc... Les preuves sont accablantes (plus de 560 références dans ce livre) et les techniques perfides et insidieuses de cette industrie scélérate sont impitoyablement mises à nu. Livre à lire et à offrir à tous ceux que l'on aime et qui ne saisissent pas encore l'importance de ce sujet, celui de l'empoisonnement des corps pour un avilissement de l'Homme par son affaiblissement. Il sera question des pesticides, de Monsanto et ses pratiques plus que douteuses, de Big Pharma et de bien d'autres forfaitures ...

La force de ce complexe pharmaco-agro-chimique réside dans notre soumission à son diktat chaotique et mortifère ; il suffit juste de le rejeter en commençant par son boycott, mais surtout par l'information de votre entourage proche et moins proche, car le savoir est une arme que l'empire essaie de nous confisquer en lui substituant une propagande médiatique, certes grossière, mais tenace.

 

2 conférences sont en préparation avec l'auteure, une à Marseille et l'autre sur Paris. Nous vous tiendrons informés d'ici peu.

Lien du fichier vidéo :

http://dl.free.fr/nPrgpItIt

ITW
http://rutube.ru/tracks/4216867.html?v=78d0f6b741f06fbca7a954219b6e1491&&bmstart=697107

SOURCE
http://www.lelibrepenseur.org/

 

 

 

 


 
 

 

 

 

 

..

LE VACCIN TUE !!!

Initiative citoyenne - Appel urgent

Regardez ces films. Les vaccins ne sont que des virus, bactéries et d'autres substances qui tuent tout de suite ou dans quelques années.

Complot contre la santé

le vaccin tue

 

http://mchris999.centerblog.net/12-MORGELLONS

 

 

LES VACCINS DETRUISENT L'ADN HUMAINE !!!

La modification génétique des êtres humains sur PlanetEarth
Par Kathryn Augustyn
et Kandy A Griffin
Morgboard.Proboards.com
11-11-9

traduit par google

 

 

 

iL FAUT QUE L'HUMANITE SE REVEILLE !!!!!

Cela fait longtemps que nous sommes des esclaves mais les conditions vont être de plus en plus dures.

Regardez la vidéo, vous verrez que le mal de vivre est bien réél car nous vivons dans l'illusion.

FAUSSE DEMOCRATIE

prophecies

REVEILLEZ-VOUS HUMANITE !!!!!

SUPERBE CHANSON CONTRE LA PUCE

la servitude moderne

la DEMOCRATIE n'a jamais existé

 

Curieux ! Les liens ne sont, pour l'essentiel, plus valables ! Censurés ? En tous cas, les titres sont explicites ! (eva)

.

 

MANSANTO EST UN POISON POUR LA TERRE

 

MANSANTO EST UN POISON POUR LA TERRE

 

L'engrais et le désherbant détruisent la terre. La terre meurt. Si vous plantez rien ne pousse, il faudra beaucoup de temps pour que la biodiversité de l'endroit revienne. Il faut diversifier les plantations et effectuer la jachère et la mise en repos du sol.

MONSANTO est en train de détruire tous les codes génétiques des plantes et des animaux pour avoir le contrôle sur la création. Ils veulent détruire ce que DIEU a créé.

ALERTE MONSANTO VEUT CONTROLER TOUTES LES SEMENCES ET ANIMAUX DONC DETRUITRE LE BON CODE GENETIQUE

2-million-dead-in-us-as-mysterious-die-off-accelerates
CONTRE MONSANTO
STOP MONSANTO
COMBAT MONSANTO
http://www.mdrgf.org/210pesticides.html

 

SOLUTIONS NATURELLES
KARL ZERO+COLINE SERREAU
http://www.zetika.com/20080428525/recettes-maison-et-jardin/pesticides-naturels-pour-se-defaire-des-insectes-nuisibles.html
http://www.jardinage-biologique.com/pesticides-intro.htm

 

 

 

L'ESCLAVAGE ARRIVE EN EUROPE

 

L'ESCLAVAGE ARRIVE EN EUROPE

Les conditions de travail partout dans le monde se dégradent.
Je vais droit au but :le projet du N.O.M est de rendre esclave la population mondiale. Petit à petit les acquis sociaux partiront en fumée. Les peuples du monde sont en train de dormir ou de baisser les bras devant le fléau qui les accable.(..)

 

la servitude moderne

tenth-worker-at-ipad-factory-commits-suicide
suicides-au-travail
souffrances-et-suicides-au-travail-par-stephane-lauer_
suicides-de-salaries-le-monde-du-travail-est-aujourdhui-un-lieu-devaste-christophe-de
nouvelle-tentative-de-suicide
ETC......

 

 

LA PREUVE QUE L'ESCLAVAGE DEVIENT CATASTROPHIQUE à cause du Nouvel Ordre Mondiale ou de la Gouvernance Mondiale.
MONDIALISATION IPAD ET S-NEWS DE ALEX JONES


http://www.megaupload.com/?d=8T3PIPQN

 

 

 

Lire aussi :

 

Apocalypse et immonde pollution du GOLF DU MEXIQUE

 

http://mchris999.centerblog.net/2.html

Partager cet article
Repost0
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 00:38

 

Blog de medecine :Votre Guide Santé, La Médecine Naturelle ou Alternative

http://medecine.rmc.fr/590912/La-Medecine-Naturelle-ou-Alternative/

 

 

Alerte !

 

Rouleau Compresseur des multinationales.

 

Bientôt l'Union Européenne va se prononcer.

 

Non aux abus de pouvoir !

 

Des traditions millénaires vont êtres perdues

 

ou criminalisées au profit d'une médecine toxique

 

dédiée exclusivement au profit.

 

Il faut faire valoir les droits des citoyens !

 

eva R-sistons

 

 

Document à voir,

et pétition à signer

 

Pour défendre la médecine naturelle

voici la pétition à signer

La CEE est coupable d'abus de pouvoir !

http://www.defensemedecinenaturelle.eu/

Attendre 2 minutes .

 

 

 

Votre signature donne une légitimité démocratique décisive aux démarches que l'Alliance for Natural Health a entreprises sur le plan juridique.

Transférez ce message à toutes les personnes que vous connaissez.

Dites-leur qu’il est temps d’agir. Il n’y a vraiment pas de temps à perdre.

Un grand merci.

 

PARLEZ-EN A VOS AMIS !


Regardez sur Youtube la vidéo sur l'action de l'Alliance for Natural Health concernant la directive THMPD (cette vidéo est en anglais : elle peut être vue sous-titrée en espagnol à l'adresse suivante : http://vimeo.com/17475721. Notre collectif travaille en ce moment à la sous-titrer en français) :

http://www.youtube.com/watch?v=Rah6T1Thf1c&feature=player_embedded#at=202

Si vous souhaitez en savoir plus sur la directive THMPD et les actions entreprises pour la contrer au niveau européen, cliquez sur le lien suivant (document en anglais) :

http://www.anh-europe.org/files/100824_ANH-Briefing_Paper_THMPD_final.pdf

 

 

http://www.defensemedecinenaturelle.eu/merci.php

 

 

www.defensemedecinenaturelle.eu

 


Partager cet article
Repost0
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 00:30

Depuis quelques jours le monde découvre, abasourdi, l'ampleur des dégâts causés au Japon par le séisme, et surtout le tsunami qui s'est créé en plein océan pacifique, à quelques 140 kilomètres de la côte nord est du Japon.

 

epicentre

 

Si vous voulez avoir un panorama de ces dégâts, allez voir cette vidéo chinoise.

 

Les dégâts créés au Japon par le Tsunami

 

Ces images sont extrêmement impressionnantes. Voici quelques échantillons :

 

arrivée du tsunami

L'arrivée du tsunami

 

tourbillon

Un immense tourbillon formé au reflux de la masse liquide. Apercevez un bateau près du centre, qui semble minuscule

 

 

incendie1

Incendie dans un parc de stockage d'hydrocarbures

 

incendie2

Un autre incendie ( stockage de gaz )

 

incendie urbain

Incendie urbain, ville de Sandaï

 

tsunami sur l'aéroport

Filmé depuis un hélicoptère, le tsunami déferle sur l'aéroport de Sandaï

 

aéroport

Une partie de l'aéroport de Sandaï, dévasté par le tsunami

 

chasseur dans immeuble

Sans commentaire .....

 

Nous attendons les images des dégâts subis par la centrale nucléaire installée en bord de mer. Elles ne sont pas diffusées pour ne pas créer de panique au sein de la population.

On dit que " gouverner, c'est prévoir ". En la matière c'est prévoir les conséquences, que l'on pourrait appeler "secondaires" ou " collatérales" d'une telle catastrophe naturelle. Le Japon, surpeuplé, possède 58 réacteurs nucléaires, pour subvenir à ses besoins en électricité. Un réacteur nucléaire, c'est une cuve en acier, très résistante, dans laquelle se trouve des barres d'un matériau fissile. Techniquement, ce sont des tubes qu'on appelle des "crayons" dans lesquelles sont empilés des éléments fissiles, mélanges d'oxydes, qui ont l'aspect de cachets d'aspirine.

Par rapport à une bombe atomique, qui se comporte comme un explosif, un réacteur ressemble à un amas de braises. Dans ces barres, la décomposition d'uranium 235, voire d'un certain pourcentage de Plutonium 239 dégage de la chaleur et provoque l'émission de neutrons qui, frappant d'autres atomes d'uranium 238, provoquent des réactions secondaires.

Pour bien comprendre le fonctionnement d'un réacteur, téléchargez ma bande dessinée "Energétiquement vôtre" sur le site de Savoir sans Frontières http://www.savoir-sans-frontieres.com (près de 400 albums de la série des Aventures d'Anselme Lanturlu, gratuitement téléchargeables, en 36 langues, sans écho médiatique, toutes presses confondues ).

Il faut un "fluide caloporteur" qui circule en permanence dans cette cuve, ce coeur du réacteur, pour évacuer les calories, la chaleur dégagée par les réactions de fission, sinon le pire peut se produire.

Je ne suis pas omniscient.

Considérant que j'ai le devoir de tenter d'éclaircir des informations, de m'efforce de les diffuser, je m'informe, souvent dans l'urgence, quand cela n'est pas dans la précipitation, quand il s'agit de faits d'actualité. Je le fais en marge des nombreuses activités que je dois mener de front (j'ai deux nouveaux livres à écrire et des recherches de MHD à conduire, des calculs complexes à faire).

Je profite de cette remarque pour demander à des dizaines de lecteurs qui, quotidiennement me sollicitent pour que j'acceptent de figurer sur "leur liste de discussion" de s'abstenir de le faire. Je n'ai pas le temps d'échanger à bâtons rompus, comme sur un blog. Des lycéens, me sollicitent pour leurs TPE (je leur demande de s'abstenir : je n'ai absolument pas le temps de m'occuper d'eux). D'autres s'attendent à ce que je réponde à des questions comme " pourriez-vous m'expliquer en termes simples la relativité ? " ou "que pensez-vous de la théorie de la Terre creuse ?" . A moins que ce ne soit pour me dire " je suis personnellement très dubitatif à propos de .... pourriez vous me fournir des arguments propres à convaincre le sceptique que je suis ? ". Certains, étant tombés sur des sites ou des vidéos qui ont retenu leur intérêt, se contentent de m'en " forwarder " les adresses, sans explication. Si celles-ci ne sont pas assorties de quelques lignes d'explication, je n'ai pas le temps matériel d'aller explorer chacun de ces contenus.

Parfois, des lecteurs me posent une question à laquelle je réponds laconiquement, cette réponse pouvant être simplement " je ne sais pas". Il arrive que l'interloculeur insiste, ne comprenant pas pourquoi "un scientifique tel que moi ne prend pas le temps de répondre de manière convenable et argumentée". Parfois l'échange se termine par un lettre assortie d'insultes violentes.

Ceci étant, ce que je reçois en continu, quotidiennement, constitue une documentation irremplaçable, et c'est grâce à ces apports et éclaircissements de spécialistes que je peux être mieux équipé pour tenter de vous informer. Certains, qui me suivent de longue date, savent me fournir ces informations, avec quelques lignes de présentation, voire une image, en me disant "il me semble que ceci est important ", et je leur en sais gré. D'autres savent découper un document vidéo pour en extraire des éléments clé.

Quand je construis une nouvelle page, vous pourrez constater que je ne me contente pas d'indiquer une adresse URL d'un article ou d'une vidéo. Je fais de nombreuses copies d'écran, je compose mon propre texte et il est fréquent que le montage d'une simple page, où des tâches élémentaires se trouvent accumulées, représent de 6 à 12 heures de travail.

Dans ce qui va suivre, je vais corriger ce que j'ai mis en ligne hier, rapidement, concernant les réacteurs japonais, et que des lecteurs ont aussitôt corrigé. Non, il ne s'agit pas de réacteurs à eau pressurisée, mais de réacteurs à eau bouillante.

Je donne ces précisions dans ce qui va suivre.

Abordons le schéma des réacteurs à eau pressurisée, solution d'origine américaine, majoritairement mise en oeuvre en France

A la pression atmosphérique, l'eau bout à 100°. A plus faible température en haut du Mont Blanc. Et inversement à plus de cent degrés si cette eau est à une pression supérieure à un bar.

Si la chaleur n'est pas évacuée en continu, ces barres, métalliques, peuvent fondre (c'est la "fusion du coeur") et le résultat de cette fusion peut se rassembler en fond de cuve, en constituant ce qu'il faut avant tout éviter : que ce matériau soit confiné, ce qui accroîtrait drastiquement le dégagement d'énergie.

En effet, un réacteur nucléaire est un lieu où se produisent des réactions en chaîne, que l'ont doit soigneusement contrôler. Ces barres de matériau fissile pendant comme des jambons, dans la cuve du réacteur. Autour de celles-ci circule un fluide qui collecte les calories (de l'eau sous 150 bars, dans le cas des réacteurs à eau pressurisée, les PWR : pressurized water reactors). Cette eau entre dans la cuve sous une température de 295°C et ressort à 330°C . Le débit est considérable : 60.000 mètres cubes à l'heure, soit seize mètres cubes par seconde. Dans cette formule, on décide d'isoler ce circuit primaire du second circuit, couplé au premier par un échangeur, et qui sera envoyé vers la turbine à gaz, actionnant une génératrice électrique.

 

 

réacteur à eau pressurisée

 

En violet : le circuit primaire empli d'eau pressurisée, circulant dans l'enceinte du coeur du réacteur. En bleu et rouge, le circuit secondaire. Dans l'échangeur, situé dans l'enceinte de confinement du réacteur, cette eau (bleu foncé à l'état liquide) passe à l'état de valeur, en rouge. Cette vapeur actionne alors du turbine à gaz à deux étage : haute et basse pression. La vapeur, détendue et refroidie, passe alors dans un condenseur, où elle se reliquéfie

Un système produisant de l'énergie possède une source chaude et une source froide. La source chaude, ce sont les "crayons" du coeur du réacteur, baignant dans de l'eau sous pression, au sein desquels se produisent des réactions de fission, exo-énergétiques. La source froide, c'est l'air atmosphérique (pour les réacteurs qui utilisent ce système terminal de réfrigération). Les deux premiers systèmes, fonctionnant en boucles fermées, sont couplés avec un troisième, en contact avec l'air atmosphérique, grâce à d'immenses tours de refroidissement que l'on voit, flanquant les centrales françaises.

On fait ruisseler l'eau, le long de la paroi interne de ces tours, ouvertes en bas pour permettre à l'air d'y circuler. Cette eau communique ainsi la chaleur collectée dans le condenseur, à l'air qui monte dans la tour. Au passage, une partie de l'eau se trouve vaporisée ( 500 litres par seconde). Il faut donc disposer d'une alimentation en eau à proximité (fleuve ou mer). C'est cette eau vaporisée qui fait que les tours sont surmontées d'un panache de vapeur, lorsque le réacteur est en fonctionnement.

Il y a en France 58 réacteurs à eau pressurisée. Liste des réacteurs français.

Passons aux réacteurs à eau bouillante, du type de ceux équipant les centrales japonaises.

Comme vous, je découvre et je tente d'expliquer. Voyons le schéma suivant :

 

réacteur à eau bouillante

Les réacteurs à eau bouillante (REB) des centrales japonaises

Voir aussi : http://www.laradioactivite.com/fr/site/pages/Reacteurs_REB.htm

La comparaison avec le schéma précédent est immédiate. Il n'y a plus qu'un seul circuit fermé. C'est l'eau qui est envoyée dans le coeur du réacteur qui se trouve vaporisée et est ensuite dirigée directement vers la turbine à gaz à deux étage. A gauche (1), le coeur, dans son enveloppe en acier. En (2) les éléments combustibles. En (3) les barres de contrôle qui dans ce montage doivent monter et ne peuvent plus, en cas d'urgence, tomber par gravité.

L'eau à l'état liquide (bleue) est un meilleur conducteur de la chaleur que la vapeur d'eau (en rouge, à la partie supérieure du coeur).

En sortie de turbine l'eau en train de retourner à l'état liquide, dans le condenseur, est figurée en violet. Il n'y a pas de tour de refroidissement. C'est de l'eau de mer, en gris, qui est envoyée dans le condenseur.

Comment pilote-t-on l'activité d'un réacteur nucléaire ?

En utilisant des barres de contrôle (par exemple en cadmium) qui absorbent les neutrons, mais sans que ce phénomène ne donne lieu à de nouvelles réactions nucléaire exo-énergétiques. Quand ces barres sont complètement descendues (ou remontées, dans le cas des montages japonais), l'activité du réacteur devient insignifiante.

A l'inverse, c'est le relèvement (ou l'abaissement dans le montage japonais) de ces barres qui provoquera le démarrage du réacteur, lors de sa mise en fonctionnement. On dira alors " que le réacteur diverge ".

Si on constate une défaillance quelconque dans le système d'évacuation de la chaleur produite dans le coeur du réacteur, là où se trouvent les barres, il faut soit mettre en oeuvre un système de pompage de secours, soit réduire drastiquement la puissance produite en descendant les barres de contrôle (ou en les montant, dans le cas des montages japonais).

La production d'énergie électrique s'effectue à l'aide d'alternateurs, entraînés par des turbines à gaz. La vapeur qui circule dans ces turbines doit être transformé en eau, liquide, dans un condenseur. Ces condenseurs sont ces hautes tours que l'ont voit, flanquant le local où se trouve le réacteur nucléaire, en France. La vapeur d'eau s'y condense et est récupérée dans la partie basse de la tour. Une partie de l'eau s'évapore, la perte étant de 500 litres par seconde.

On ne trouve pas de telles structures sans les réacteurs japonais. Pourquoi ? Parce qu'on utilise de l'eau de mer pour cette réfrigération. Pour des raisons d'économie et de rentabilité, les Japonais ont installé leurs réacteurs à proximité de l'océan, ce qui est une belle connerie, dans un pays dont les côtes peuvent être frappées par des tsunami.

 

implantation au Japon

L'implantation des centrales nucléaires japonaises, en bord de mer (...)

 

J'imagine que les ingénieurs ont étudié ces installations vis à vis d'un certain nombre de risques. Tous les réacteurs nucléaires japonais sont construit en respectant des normes anti sismiques. Celles-ci correspondent à la valeur 7 sur l'échelle de Richter et traduisent une possibilité d'accélération horizontale d'un "g". La technique consiste à poser le bâtiment sur l'équivalent des "cylindre-blocks", en beaucoup plus gros.

Pour info, la secousse sismique ressentie par le Japon a atteint la magnitude 8,9.

Cliquez sur le lien. Vous verrez, en bas de la page, qu'un séisme de magnitude 8,9 peut créer des dommages à des centaines de kilomètres de distance de l'épicentre. C'est ce qui s'est passé, l'épicentre se situant à la frontière entre deux plaques, à 140 km de distance.

Grosso modo, la magnitude est la mesure logarithmique de la puissance d'un séisme (ce qui doit être corrigé en tenant compte de la durée des secousses et du type d'ondes mises en oeuvre).

En ayant dimensionné leurs installations pour une magnitude de 7 les Japonais ont sous-estimé la puissance de séismes à venir d'un facteur quatre vingt (dix puissance 1,9).

 

fracture_route.gif

Fait étonnant : cette route s'est fracturée selon sa ligne médiane.

L'explication d'un lecteur : il est fréquent que des routes soient "fabriquées" en deux temps, par moitié, leur ligne médiane constituant une amorce de fracture

 

Je rappelle brièvement la "raison suffisante" des secousses sismiques. Sur une planche du début de la page on a figuré les plaques tectoniques, qui peuvent être comparées à des plaques de glace flottant à la surface d'un fleuve. Celles-ci peuvent se chevaucher. Dans le cas de ce séisme japonais il s'agit de la rencontre entre la plaque nipponne de Okhotsk et la plaque Pacifique. L'épicentre est situé à une profondeur de 10.000 mètres. L'une des deux plaques passe sous l'autre (phénomène de subduction). Ces plaque ne sont pas "lubrifiées" et ce glissement ne s'effectue que par à-coups. Ces à-coups sont la source de tremblements de terre. Quand ce ré arrangement s'effectue sou l'eau, le relèvement d'une des plaques soulève une vaste masse liquide. Ce soulèvement, pour quelqu'un qui naviguerait juste au dessus de cet événement, serait imperceptible. Il peut s'évaluer en dizaines de centimètres. Mais si des centaines de kilomètres carrés d'océan sont soulevés de 10 cm, voire plus, ceci représente une énergie potentielle considérable, qui va se dissiper avec le départ d'ondes de surface de grande longueur d'onde, se propageant à très grande vitesse (de l'ordre de la centaine de kilomètres à l'heure). Lorsque ce tsunami arrive près d'une côté, si le relèvement du fond s'effectue de manière progressive, la longueur d'onde diminue, pendant que l'amplitude de la variation de niveau croît. Ainsi une vague qui représentait une variation de 10 cm, à peine perceptible, d'une onde ayant une largeur (on parle de longueur d'onde) de dix kilomètres se transformera, près de la côte en une vague de dix mètres de haut et dont la longueur d'onde se chiffre alors en centaines de mètres. Au plus près, la vague pourra déferler.

Ce séisme aurait provoqué un déplacement de l'ensemble de la plaque portant le Japon de 2,4 mètres. Ce chiffre devrait être multiplié par dix au niveau de la zone de subduction, près de l'épicentre. Cartes et coordonnées GPS à revoir. Ce mouvement a eu une incidence sur la Terre entière, en entraînant un déplacement de l'ensemble de la croûte terrestre de 25 cm, ce qui entraîne un racourcissement des jours. Ce séisme est un des cinq plus puissants enregistrés sur Terre depuis qu'on y effectue des relevés sismographiques.

Ce qui a entraîné un disfonctionnement dans l'ensemble de réacteurs du site Fukushima ne découle pas du séisme, mais du fantastique tsunami, avec sa vague de dix mètres de haut (ce qui ne s'était jamais produit au Japon depuis des centaines d'années). Il n'existe pas de moyens de se protéger d'un tel impact. Ceux qui connaissent la mer savent ce que peuvent produire des vagues de tempêtes. Elles peuvent éclater des digues, tordre des ferrures de forte section. Il y a une cinquantaine d'année un homme avait voulu construire près de Marseille une attraction qu'il avait nommée "téléscaphe". Le principe était celui d'un téléphérique sous-marin. Mais au lieu de suspendre des bennes à un câble, on aurait accroché des nacelles emplies d'air, à un câble circulant sur des pylônes ancrés sur le fond. Le but était d'amener nos touristes sous-marins à proximité de " l'arche des Farillons ", au bout de l'île Maïre, voisine, un superbe décore sous-marin, que je connais bien. La base de départ du téléscaphe devait être implantée à l'est du "Cap Croisette".

 

Croisette.

Le petit port du Cap Croistte, en 1958, à quelques centaines de mètres du point de départ prévu pour le téléscaphe.

 

Les marins prévinrent l'ingénieur :

- Vous savez, dans notre région, nous avons un vent d'Est qu'on appelle le Labé. Et quand il se déchaîne, certains jours d'hiver, les vagues sont sacrément puissantes.

L'ingénieur passa outre. Les premiers pylônes furent installés, et furent emportés comme des fétus de paille l'hiver suivant, par la première tempête de Labé qui se présenta.

Je cite cette anecdote pour évoquer la fantastique puissance de la mer (l'eau est huit cent fois plus dense que l'air). Un lecteur me signale des effets du tsunami qui n'ont pas été évoqués dans les médias. La vague peut avoir entraîné des mouvements de sédiments qui pourraient avoir obturé les "crépines" immergées, à travers lesquelles l'eau de mer de refroidissement serait prélevée. Les dispositifs de secours qui auraient été prévus, comme de l'eau stockée dans de vastes citernes, auraient pu être mis hors d'usage par l'impact de la vague. Même chose pour des installations de secours fonctionnant avec des groupes électrogènes.

Sur le powerpoint ci-dessus vous avez pu voir les dégâts que le tsunami avait pu causer, impressionnants. Si les ingénieurs japonais avaient conçu leurs installations en tenant compte d'un risque sismique, ils n'avaient de toute évidence pas envisagé que la centrale puisse être frappée par une vague de cette intensité. Même si les bâtiments les plus visibles ont pu tenir le coup, quid du reste de l'installation, du local des pompes, de la salle de contrôle, du système d'alimentation des pompes en puissance électrique ? Il suffit qu'un seul de ces éléments soit endommagé pour que le geste d'arrêt du réacteur, ou de réfrigération du coeur par un système de secours ne puisse être mis en oeuvre. Ajoutons, fait aggravant, que dans le système japonais les barres de contrôle ne peuvent tomber par gravité, mais doivent être relevées !

Les réacteurs japonais sont conçus pour réagir à la sismicité. La secousse terrestre a précédé l'arrivée du tsunami. L'épicentre étant à 140 km de la côte et le temps de propagation ayant été de 20 minutes, la vagues a parcouru cette distance à une vitesse de 300 km/h. Les systèmes de sécurité des réacteurs, conçus pour encaisser des secousses sismiques de force 7, ont-ils fonctionné correctement, sous l'effet d'une secousse approchant la force 9 ? L'enceinte censée assurer le confinement a-t-elle été endommagée, fissurée ?

On ne connaît pas actuellement (14 mars 2011) la nature et l'étendue des dommages subis par les réacteurs japonais. Le tableau semble s'aggraver d'heure en heure. Une défaillance dans le système de refroidissement peut faire que les barres de combustible, au lieu de baigner dans de l'eau chaude, se trouvent environnées de vapeur, dont la température ira croissant. Celle-ci se combinera alors avec le métal constituant les enveloppes des "crayons". Cette oxydation, prélevant l'oxygène, libérera des grandes quantités d'hydrogène et disséminera dans la vapeur des éléments devenus radioactifs. On a parlé dans les jours précédents d'un envoi d'hydrogène pour refroidir le coeur. Il semble que ceci soit faux. Quand cet hydrogène a commencé à envahir le circuit unique du réacteur à eau bouillante, les ingénieurs ont dû lui permettre de s'échapper, pour éviter que le coeur lui-même n'explose (...), si cela n'a pas déjà été le cas. En se combinant avec l'oxygène de l'air, cela a donné cette explosion, qui semble bien avoir soufflé le toit d'un des bâtiments. Je parle de la première explosion, celle du samedi 12, le lendemain du tsunami.

Les ingénieurs japonais en sont arrivés à tenter de contrôler la montée en température du coeur (des coeurs des trois réacteurs) en y injectant ... de l'eau de mer, directement, ce qui revebait à rendre ces unités inutilisables, à cause de la corrosion.

Qu'est-ce qui fonctionne encore dans ces installations ? Bien malin qui pourrait le dire et il est possible que les ingénieurs Nippons ne le sachent pas non plus. On a vu que les barres de contrôle devaient être relevées. Peuvent-elles l'être encore maintenant ? Si la réponse est non, il sera impossible de descendre le niveau d'activité du réacteur. Par ailleurs l'eau de mer envoyée dans le coeur ressort porteuse d'une radioactivité qui est renvoyée dans les eaux du Pacifique...

L'erreur majeure a été :

- De construire ces réacteurs en bord de mer

- De sous-estimer la magnitude des séismes à venir ( 8,9 au lieu de 7 ) c'est à dire de sous-évaluer la puissance destructrices d'un facteur 80.

Si les locaux de la centrale nucléaire japonaise ont été ravagés comme ont pu l'être les quartiers de la ville de Sandaï, ou son aéroport, bonjour les dégâts !

Il n'existe pas de moyen de se protéger d'un tsunami d'une telle puissance. On ne peut pas envisager de monter un réacteur nucléaire et toutes ses installations sur ... pilotis. La solution aurait été de loger ces installations au dessus du niveau de la mer, à une altitude suffisante. Quinze mètres auraient suffi : une simple colline. Or le Japon n'en manque pas : 71 % du pays est sous forme de montagnes. Mais dans ce cas, en envisageant d'utiliser l'eau de mer comme réfrigérant, on aurait perdu en rendement en dépensant de la puissance pour pomper cette eau, avec le fort débit requis ( seize mètres cube par seconde ).

Prévoir ....

Un spécialiste Nippon de sismologie avait vainement, en 2006, insisté sur la nécessité de revoir les dispositions relatives à la résistances des centrales nucléaires aux séismes. Lien

 

Ishibashi

Le professeur Ishibashi

Sismologue, Professeur au Centre de recherche sur la sécurité urbaine à l'université de Kobé

 

De toute façon, dans un pays sensible aux tsunami, construire toutes les centrales en bord de mer était de l'irresponsabilité totale.

 

 

Les photos satellites, comparatives, montrant le site, avant et après :

 

site avant

site après

 

16 mars 2011 : Il y a eu plusieurs explosions. La première a soufflé la partie supérieure du bâtiment abritant le réacteur numéro 1. Celle-ci semble due à l'accumulation de l'hydrogène produit par la décomposition de l'eau baignant les éléments du coeur, l'oxygène ayant oxydé les gaines métalliques des "crayons". Les Japonais ne pouvaient pas laisser la pression monter dans le circuit fermé, interne, du réacteur, ou même dans l'enceinte de confinement. Ils ont donc laissé l'hydrogène monter et envahir le local situé au dessus du réacteur. En se mélangeant à l'air, le tout a fait explosion, soufflant le toit de ce local. Cette explosion a suscité le départ d'une onde de choc, suivie de la condensation de la vapeur d'eau produite, ceci étant bien visible sur la vidéo.

L'explosion du numéro 3 semble plus problématique :

 

explosion réacteur 3

Le film montre que des fragments de béton d'une taille impressionnante ont été projetés à des centaines de mètres de hauteur.

 

réacteur japonais

 

L'opinion d'un lecteur :

Voici le schéma des réacteurs de Fukushima, il n’y a pas d’enceinte de confinement au sens ou l’on entend ce terme en France. Les BWR General Electric Japonais, qu’ils soient  signés GE,Hitachi ou Toshiba sont construits par KAJIMA (le BOUYGUES japonais) sur le même modèle, qui évoque les VVR soviétiques, ou même les RBMK de type Tchernobyl : un gros tas de béton avec un hangar en tôle mince dessus.

En haut du bloc de béton, il y a des piscines pour entreposer les éléments combustibles en MOX, les neufs et les vieux, soit environ 20 ans de fonctionnement, ce qui fait pas mal de mégacuries. On peut aussi placer dans les piscines  le couvercle de la cuve, les goujons (boulons), et tout ce qui crache de la radioactivité. Un énorme pont roulant est ancré sur le béton, et sert notamment à la manutention des énormes dalles de béton qui scellent le puits de cuve.

Évidemment, si le cœur n’est plus refroidi, les barres fondent, réagissent avec l’eau et forment de l’hydrogène. Si la cuve est percée, l’hydrogène fuit en passant sous la dalle et s’accumule dans le hangar. Les rejets volontaires devraient se faire par la cheminée de l’usine, bien entendu. Si de l’hydrogène s’est accumulé sous le hangar, c’est bien évidemment contre la volonté des ingénieurs, parce que les tuyaux de vapeur étaient percés, ou même la cuve.

La première explosion, samedi, celle du réacteur numéro 1, est bien une détonation d’hydrogène : peu de débris, une onde de choc bien visible, peu de poussière, quelques tôles qui voltigent : c’est bien une explosion sous le hangar.

Sur le réacteur 3, l’accident a été beaucoup plus grave : je pense que le cœur a fondu, a percé le fond de la cuve en acier et c’est accumulé au fond du puits de cuve en béton.

A force de goutter au fond, le CORIUM a formé une masse critique. (on appelle « corium » la matière du cœur fondu, un mélange d’oxyde d’uranium, d’oxyde de plutonium, de produits de fission et d’acier et de zirconium) C’est ce que l’on appelle un « accident de criticité », ou « excursion nucléaire » (une petite explosion nucléaire, en fait)

Je pense que la puissance de l’explosion a pulvérisé le puits de cuve, et on voit bien les énormes morceaux de béton voltiger dans les airs sur les vidéos. Noter que le bâtiment réacteur fait près de 100 m de haut, ce qui donne l’échelle de ces morceaux de béton : la taille d’un petit bunker du mur de l’Atlantique !

Faites un arrêt sur image et mesurez avec une règle la hauteur maximale du nuage de poussières et de débris : entre 600 et 800 mètres ! Regardez les morceaux de béton et estimez leur taille, toujours avec une règle. Vous croyez toujours que l’enceinte de confinement est intacte ?

Par rapport à Tchernobyl, le problème est que le combustible MOX contient grosso modo DIX FOIS PLUS de plutonium. Le MOX est fabriqué en France à l’usine MELOX située sur la commune de Chusclan. Sa construction a été décidée par M. Jospin.

Les japonais ont construit leur usine de MOX, mais si je me souviens bien il semble qu’elle soit fermée provisoirement (à vérifier) depuis que trois ouvriers avaient malencontreusement mélangé des produits fissiles dans un sceau de trop grande taille, ce qui a endommagé leurs cellules de manière irrémédiable sous l’effet des neutrons produits. Il est difficile de dire si le combustible contenu dans le réacteur 3 de Fukushima a été produit en France ou bien au Japon. Nous pouvons faire confiance à M. Besson pour
nous éclairer sur ce point.

Ne poussons pas de cocoricos : dans le même cas de figure, confronté à une telle explosion, le béton de l’enceinte de confinement des centrales françaises n’aurait pas mieux résisté.

Par contre, dans les EPR français, un système de "tuile à crêpes" en béton réfractaire est censé étaler le corium pour éviter toute criticité, et le refroidir sous forme d'une belle galette radioactive.

 

D'autres images de ce type de réacteur BWR (Boiling Water Reactor). De conception américaine. Un quart du parc mondial. Puissance : de 570 à 1300 mégawatts.

 

bwr

En bleu, la "piscine" dans laquelle étaient entreprosés des éléments extraits du réacteur, "arrêté", dont un lot de "crayons", en vue de leur remplacement.

Selon un lecteur, la mise à l'arrêt d'un réacteur n'est pas immédiate, même si la montée des barres de contrôle stoppe les réactions de fission exo-énergétiques. Ces fissions produisent des éléments ayant une certaine durée de vie, qui continuent, en se décomposant, à produire de la chaleur. C'est la raison pour laquelle il faut continuer de refroidir le coeur d'un réacteur " à l'arrêt ". Le lecteur chiffre à 60 mégawatts la puissance thermique ainsi dégagée. Ainsi, même si un de ces réacteurs était " à l'arrêt ", la mise HS du dispositif de refroidissement par l'impact du tsunami créait un risque de fusion du coeur. Il fallait maintenir le refroidissement du coeur, coûte que coûte. Oui, mais comment ??.

bwr

 

bwr

 

bwr

Description à : http://www.laradioactivite.com/fr/site/pages/Reacteurs_REB.htm

La température de la vapeur est d'environ 300°C et la pression de 70 à 80 atmosphères. Les barres de contrôle, introduites par en dessous, sont poussées par des vérins hydrauliques, et ne peut donc tomber verticalement, par gravité. Dans ces réacteurs, il faut contrôler en permanence le niveau de l'eau à l'état liquide. Ceci est réalisé en utilisant un réservoir de forme torique, situé en bas du dispositif.

Entre la première enceinte, cylindrique, entourant le coeur et la seconde enceinte de confinement, en forme de bouteille, se trouve ( en jaune ) un gaz inerte ( argon ). Une précaution au cas où une montée en température entraînerait la production d'hydrogène, après dissociation de l'eau, l'oxygène dégagé se combinant avec les enveloppes des éléments combustibles, en zirconium. Ainsi l'hydrogène produit, se diluant dans un gaz chimiquement inerte, ne pourrait entraîner une explosion (...).

Les jours et les mois vont passer. Viendra l'heure du bilan. C'est triste à dire, mais le fait que cette catastrophe se soit produite au Japon pourrait peser sur le développement du nucléaire dans le monde et sa réorientation (voir plus loin). Tchernobyl, c'était il y a 25 ans. Et l'Ukraine, c'est loin, c'est grand. Peu importe qu'une région grande comme la Provence ait dû être vidée de ses habitants pendant des décennies et que des milliers de gens soient morts, à l'époque, puis des conséquences de l'irradiation.

Si l'accident nucléaire japonais s'était produit aux Indes, ou en Chine, ou dans un pays de l'Est, qui s'en soucierait, même si les morts se comptaient alors par centaines de milliers, même si les régions empoisonnées étaient immenses.

L'Inde, la Chine, les pays de l'Est, c'est loin. Et puis, tout le monde sait que ces gens font ... n'importe quoi, c'est bien connu. Pour que le monde prenne enfin conscience de la dangerosité du nucléaire civil (ne parlons pas du nucléaire militaire !), que faudrait-il ? Souhaiter que les Japonais connaissent un Tchernobyl-bis, que le quart de leur territoire, surpeuplé, devienne inhabitable pour des décennies, que des vents soufflant vers l'ouest exigent l'évacuation immédiat de Tokyo (distant de 250 kilomètres ) et des habitants des environs, ce qui représente 30 millions de personnes ? Que la pêche dans les eaux nippones devienne problématique, du fait de retombée en mer, dans une zone côtière ?

Dans six mois, "tout sera rentré dans l'ordre". "Le Japon pansera ses plaies", dira-t-on.

Quel média a soulevé le problème clé : la dangerosité de l'implantation de centrales nucléaire en bordure de mer, comme elles le sont toutes, ce qui les rend vulnérables aux tsunamis. Mais si ces implantations furent des erreurs, quid du coût de leur réinstallation sur une simple colline ? Quid du coût des modifications à apporter aux bâtiments pour qu'ils tiennent non à des séismes de force 7, mais à ceux atteignant 9 !!

Il n'y a pas de risque zéro....

 

Derrière cet état de fait, il y a l'incurie des gens qui gèrent le destin des hommes, l'irresponsabilité des scientifiques, l'incompétences des politiques, des décideurs, la cupidité des puissances d'argent, la courte vue. Face à cela l'irréalisme angélique des écologistes qui s'imaginent que le solaire, ou "les économies" vont tout résoudre. Je vais vous dire une chose. Il y a deux mois le local attenant à la maison, contenant le bassin d'aquagym grâce auquel j'ai pu sortir de ma chaise roulante, me tirer moi-même d'affaire, a brûlé, suite à un court-circuit. Sur les murs : un placage de matière plastique, vieux de plus de trente années. Le CES de Pailleron, situé dans le XIX° arrondissement de Paris, où vingt enfants ont trouvé la mort en quelques dizaines de minutes, le night club 5 à 7, à Saint Laurent du Pont, dans l'Isère, 180 morts, ça ne vous dit rien ?

Ce placage n'est en rien ignifugé. Mais son comportement face à un début d'incendie, est redoutable. Soumis à un simple rayonnement, ce matériau se décompose en particules noirâtres, formant un mélange toxique, rapidement asphyxiant, pour qui se trouverait dans l'impossibilité de s'échapper du lieu au plus vite. Mais cette poussière, se mélangeant à l'air, peut alors s'enflammer d'un coup. J'ai vu en une dizaine de minutes émerger de mon local, situé en rez de chaussée, des flammes de 2 mètres. J'ai pu éteindre cet incendie, devenu immédiatement violent, en utilisant le tuyau d'arrosage du jardin et en pulvérisant de fines gouttelettes en haut des flammes, sinon la maison y serait passée. Leur vaporisation rapide a refroidi le brasier, qui a disparu en une minute. J'y ai laissé quelques mèches de cheveu.

Un conseil : si votre maison ou appartement contient des placages d'isolation thermique ou phonique de ce genre, remplacez-les sans attendre par des éléments modernes, incombustibles.

Le local a été remis en état. Au passage, j'ai fabriqué un panneau solaire d'un mètres carré et demi, disposé verticalement sur le mur sud, encastré, camouflé en fausse fenêtre. Mon bassin étant aussi isolé qu'un glacière de camping, par un revêtement de polyuréthane de 8 cm d'épaisseur, doublé de résine polyester et de gel coat, et couvert par des plaques de même nature, son maintien à une température constante de 32° ne requiert que 175 watts. Je pourrai donc entretenir cette température avec mon capteur solaire (un caisson en bois, une plaque de tôle d'un millimètre et demi, un serpentin de cuivre, une plaque en double vitrage de 4 - 6 - 4 et un circulateur ). Mais serait-ce à dire que je pourrais, grâce à cela, chauffer ma maison, faire la cuisine, etc.... ?

Quand nos gentils écolos en appellent aux "nouvelles énergies", les industriels sourient. Comment alimenter les installations industrielles, faire circuler les TGV, fabriquer de l'aluminium, etc ?

Voir plus loin

Ceci étant, tous les pays qui se sont fortement équipés en centrales nucléaires commencent à se poser des questions. En France, les trois quarts de l'électricité consommée est d'origine nucléaire. Nous ne sommes pas en reste en matière d'imprévoyance. Si les centrales japonaises en question accusent 40 printemps, celle de Fessenheim, de 33 ans d'âge, ne possède pas de double enceinte de confinement. Elle ne résisterait pas à un séisme. Lorsque Super-Phoenix a été construit, le toit du local abritant le système de pompage du fluide réfrigérant s'est effondré le 8 décembre 1990 ... sous le poids de la neige ! Personne n'avait envisagé cette éventualité. Eh oui, en Isère, il neige parfois....

En France, nous avons cette absurdité nommée ITER, simple "plan social" et séjour de rêve pour des milliers d'ingénieurs et de techniciens, conscients et complices, qui pourront, avant leur départ en retraite, concéder que " oui, c'était une erreur ...".

Mais ce qui est extraordinaire c'est que deux scientifiques, Balibar et notre prix Nobel Charpak, récemment décédé, en même temps qu'ils dénonçaient ce projet ruineux, militaient pour la reprise du projet nucléaire civil le plus dangereux que l'homme ait pu imaginer à ce jour : le surgénérateur à neutrons rapides.

 

charpak

Georges Charpak, prix Nobel, décédé le 29 septembre 2010

Celui-ci prônait, juste avant son décès, avec Balibar, l'implantation de surgénérateurs à neutrons rapides

 

superphoenix

Superphoenix, surgénérateur à neutrons rapides de Creys Malville, dans le Gard

(en cours de démantèlement, arrêté en 1998)

Le 8 décembre 1990 le plafond du hall de pompage du réacteur, mal calculé, s'est effondré sous le poids de la neige

Pour comprendre le principe général, se référer à ma bande dessinée où tout ceci se trouve expliqué. Les réactions de fission produisent des neutrons. Si cette production s'effectue dans un environnement aqueux ( réacteur à eau pressurisée ) cette eau joue le rôle de modérateur, ralentit ces neutrons.

Si on s'arrange pour que ces neutrons ne soient pas ralentis, il pourront provoquer une transmutation d'uranium 238 (non fissile) en Plutonium 239 ( fissile, n'existant pas dans la nature ). C'est ainsi que dans des réacteurs à usage militaire on fabrique l'explosif des bombes à fission. On associe à un réacteur à neutrons rapides une couverture fertile, en U 238, qui se transforme au fil du temps en Pu 239.

On peut transposer ce schéma à celui de réacteurs civils, avec un danger d'utilisation considérable. Le fluide caloporteur ne peut plus être de l'eau pressurisée, qui ralentit les neutrons. On doit alors opter pour un montage où la chaleur produite par la fission est prélevée dans le coeur en y faisant circuler du sodium fondu, à 550°C. Celui-ci ne ralentit pas les neutrons. Mais, libéré, celui-ci s'enflamme spontanément dans l'air.

Dans ce type de réacteurs, dits surgénérateurs, on utilise la fission de plutonium. Dans un surgénérateur comme Superphoenix (qui est censé renaître de ses cendres...) un fonctionnement à l'année représenterait une consommation de près d'une tonne de plutonium (contre 27 tonnes d'uranium, à puissance équivalente). Les neutrons émis par ces réactions de fission pourraient transformer une couverture en U 238 en Pu 239.

L'uranium 238 est le déchet du retraitement nucléaire effectué à la Hague. C'est en quelque sorte la "cendre"' d'un fonctionnement à l'uranium, où c'est l'isotope 235 qui est consommé.

 

schéma de réacteur au sodium

Le surgénérateur à neutrons rapides.

 

En jaune, 5000 tonnes de sodium fondus, portés à 550°. S'enflamme spontanément au contact de l'air et explose au contact de l'eau (en cas d'incendie d'une mase de sodium, les dernières personnes à appeler sont ... les pompiers !).

Dans le coeur, en rouge, les éléments combustibles, en plutonium. Autour, en rose, les éléments "fertiles", en Uranium 238, que le bombardement neutronique transforme en plutonium 239. A droite le système d'échangeur, de turbine à gaz et de contact avec la "source froide".

Sous cet angle, on pourrait dire que le surgénérateur fonctionnerait en " brûlant les cendres issues des réacteurs fonctionnant à l'uranium 235". Comme la France est très riche en "cendre", du fait du fonctionnement de ses réacteurs à uranium, et des services qu'elle offre aux pays voisins en matière de retraitement, elle accéderait ainsi à une indépendance complète en matière de combustible fissile.

Un beau rêve

Le hic est l'extrême dangerosité du fonctionnement d'un tel réacteur. Sont coeur est à 550° au lieu de 300°. Le recours au sodium fondu comme fluide caloporteur représente un risque majeur d'incendie, en cas de contact de celui-ci avec l'air. Ajoutons l'extrême radiotoxicité du plutonium. Un dixième de milligramme de plutonium, inhalé et se fixant dans les poumons, suffit à provoquer une tumeur cancéreuse. Faites le calcul. Chargé d'une tonne de plutonium, un surgénérateur recèle une quantité suffisante de ce poison pour tuer dix milliards d'êtres humains.

Le moindre incident notable sur un surgénérateur pourrait faire dix millions de victimes.

Recommander une évolution du nucléaire français vers le formule des surgénérateurs à neutrons rapide et de l'irresponsabilité complète. Mais, en France, un réacteur de ce type est de nouveau à l'étude.

Simple remarque : la France, de même que d'autres pays, dont en particulier le Japon, utilise comme matière fissile, dans 20 de ses réacteurs un mélange appelé MOX. C'est un mélange de deux composants. 6 à 7 % de plutonium, dilués dans 93 % d'uranium 238, non fissile. Partout où il y a du plutonium, la situation n'est pas de tout repos (par exemple au Japon.....).

Alors, quelle est la solution ? ....

J'ai vu que dans son numéro de mars 2011 la revue Nexus avait publié un article de dix pages sur la Z-machine, signé par un certain Jérôme Dangmann "professeur de science physique dans l'enseignement supérieur" (en fait enseignant dans une classe de "prépa"), qui est un coupé-collé de l'article que j'avais installé sur mon site en 2006, à l'adresse http://www.jp-petit.org/science/Z-machine/papier_Haines/papier_Haines.htm, modulo des confusions et imprécisions.

Dans cet article manquent des données plus récentes, des éclaircissements concernant ce projet et les mécanismes qui sont à l'oeuvre, qu'on ne pouvait y trouver, puisqu'ils n'étaient pas présents sur mon site. Je vais publier une suite à cet article, dans la revue Nexus, en corrigeant au passage les erreurs contenues.

J'ai des informations "brûlantes" à communiquer, qui sont de première main, puisque j'ai été les recueillir dans deux congrès internationaux, Vilnius 2008 et Jeju, Corée, octobre 2010 ) et auprès de Malcom Haines lui-même. Nexus a accepté de publié l'article. Ces informations démultiplieront conjointement les espoirs et les craintes liées à cette nouvelle technologie des ultra-hautes températures. Sans déflorer le sujet (l'article sera vite rédigé) :

- Les Américains ont bien obtenu 3,7 milliards de degrés en 2005 dans la Z-machine de Sandia. Optant pour les applications militaires en priorité (bombes à fusion pure), ils désinforment à tout va. Avec ZR l'intensité est passée de 17 à 26 millions d'ampères et les performances de l'engin sont désormais tenues secrètes.

 

 

http://jp-petit.org/nouv_f/seisme_au_japon_2011/seisme_japon_2011.htm

Partager cet article
Repost0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 22:08

 

 

 

 

Information verrouillée 

 

 

15 mars 2011

 

En début de nuit, les médias, dont CNN, rapportaient des taux de radiation très élevés, dangereux pour les populations, suite à l'incendie du réacteur no.4, causant des brèches majeures.  Sans compter les radiations émises par les incidents précédents dans les autres réacteurs.

 

Ce matin, certaines agences de presse prétendent que le danger n'est pas encore important, que les niveaux de radioactivité sont acceptables.

 

Il est évidement que les gouvernements, l'élite dirigeante, contrôlent tous les réseaux de nouvelles et laissent circuler des informations qui sont filtrées pour ne pas alerter les gens, pour faire croire que la situation est encore sous contrôle.  LA SITUATION N'EST PAS DU TOUT SOUS CONTRÔLE, les dangers ont été annoncés par le président japonais lui-même, les gens doivent éviter d'aller à l'extérieur selon ses recommendations et les spécialistes en nucléaire appréhendent une catastrophe bien pire que Chernobyl. 

 

Actuellement, le niveau d'alerte est à 6, le maximum est de 7 comme l'a été la catastrophe de Chernobyl.

 

Alimentez-vous ailleurs que dans les médias traditionnels pour avoir l'heure juste!

 


 

Le cauchemar du japon va-t-il atteindre les Etats-Unis dans quelques jours ?

 

15 mars 2011

 

J'écoute un analyste américain en ce moment et il dit que d'ici 10 jours, les radiations pourraient envelopper les États-Unis et le Canada.  Il invite les gens à prendre des mesures dès maintenant

 

Les autorités américaines sont sur les dents parce qu'un nuage radioactif pourrait être en route dès maintenant. 

 

Les radiations en ce moment, sont 400 fois supérieures à la limite admise pour une année complète pour un individu.

 

Un bateau de l'armée américaine serait en décontamination, après avoir traversé un nuage radioactif.  Les autorités janonaises sont sans équivoque, la situation est vraiment très dangereuse.  Le Président s'est adressé à la population ce soir.

 

Ce site http://www.nationalterroralert.com/ vous donne les plus récentes informations sur l'urgence nucléaire et des analystes vérifient les taux de radiation sur le territoire américain.

 

Le mensonge est terminé, l'heure juste est donnée!

 

Un homme dénonce avec rage au coeur le mensonge entretenu par les autorités: les citoyens du Japon n'ont que très peu d'informations sérieuses, que des absurdités télévisées!

 
Un témoin raconte. Désinformation au Japon

 

16 mars 2011

 

Voici le témoignage poignant d'un citoyen qui habite le Japon et qui nous fait part de la réalité du quotiden.  Il dénonce le mutisme des autorités et la censure médiatique qui empêche les japonais de connaître précisément ce qui se passe.  La vidéo a été tournée hier, le 15 mars, après la 3ème explosion dans un réacteur et depuis, plus de nouvelles sur les réseaux télévisés.  Ils ont simplement déclaré qu'il n'y a rien à craindre même si la plus grande centrale nucléaire au monde est en train de brûler!

 

Il s'inquiète, et avec raison, du fait que les populations ne soient pas évacuées, il dénonce l'inertie des autorités à protéger les citoyens, il cri son indignation face à l'impuissance de tous ces gens qui sont laissés à eux-mêmes.

 

http://www.dailymotion.com/video/xhmb8u_urgence-nucleaire-le-japon-ment-15-03-11-we-want-the-truth_webcam#from=embed

 

 

 

14 mars 2011

 

Le Premier ministre japonais demande à la population de rester à l'intérieur, les taux de radiations sont maintenant reconnus dangereux pour la santé humaine.

 

Les radiations nocives émanent de l'explosion du 4ème réacteur déclarent les autorités. Le Premier ministre japonais, Naoto kan, a dit que les niveaux de radiation ont augmentés considérablement dans la zone autour de l'usine.  Il appelle les citoyens qui habitent à 30 km de la centrale de rester à l'intérieur. 

 

Il y a eu une explosion au réacteur no.1 samedi, suivie d'une explosion au n.3 lundi et la troisième explosion au no.4 en début de soirée.

 

Source:

http://www.smh.com.au/environment/stay-indoors-japan-pm-issues-warning-to-residents-after-blast-20110315-1buq7.html

 

 

 

Jean-Pierre Petit, astrophysicien et chercheur

 

extrait :

  

"Le hic est l'extrême dangerosité du fonctionnement d'un tel réacteur. Sont coeur est à 550° au lieu de 300°. Le recours au sodium fondu comme fluide caloporteur représente un risque majeur d'incendie, en cas de contact de celui-ci avec l'air. Ajoutons l'extrême radiotoxicité du plutonium. Un dixième de milligramme de plutonium, inhalé et se fixant dans les poumons, suffit à provoquer une tumeur cancéreuse. Faites le calcul. Chargé d'une tonne de plutonium, un surgénérateur recèle une quantité suffisante de ce poison pour tuer dix milliards d'êtres humains.

 

Cet extrait a été sorti de son contexte, il est donc souhaitable de se référer à l'article dans son entier pour saisir le sens qui y est donné.

 

L'article en entier:

http://jp-petit.org/nouv_f/seisme_au_japon_2011/seisme_japon_2011.htm

 

 

Site qui détecte les radiations aux Etats-Unis et au Canada 

http://www.blackcatsystems.com/RadMap/map.html

 

Les données sont actualisées aux 5 minutes.

 

 

 

Rappel (lien donné voici tois jours) 

 

Un site francophone à consulter régulièrement:

 

http://www.sortirdunucleaire.org/index.php?menu=actualites&sousmenu=communiques&page=index

 

(Le Réseau Sortir du nucléaire)

 

Blog consciencedupeuple2007

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche