Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 02:23

 

 

Naturellement, tout ressemblance avec la réalité sera purement fortuite !

 

http://speleoclubampus.free.fr/La%20page%20du%20speleo/LaPageDuSpeleo.html

 

 

2020, 2030 ?

Des lendemains pas si radieux que ça...

Par Chantal Dupille

.

 

Parfois, je pense au monde de demain. S'il existe encore, bien entendu. Autrement dit, si les cinglés de Tel-Aviv n'ont pas bombardé l'Iran qui aura usé légitimement de son droit de défense, ce qui entrainera l'intervention, peu à peu, de tous. On peut évidemment imaginer d'autres scénarios, comme celui des effluves nucléaires des centrales iraniennes bombardées qui empesteront la terre entière, et particulièrement les Etats voisins; Suivez mon regard....

 

Sachant que le Pentagone a pris en mains lui-même l'avenir des humains, en monopolisant 90 % de la Recherche (certainement pas pour les meilleures raisons du monde, puisque les scientifiques récalcitrants sont éliminés), on est en droit d'imaginer que notre avenir ne sera pas radieux. Et les campagnes de vaccination du milliardaire Bill Gates auront déjà supprimé une partie du problème, puisque bien des femmes auront été rendues stériles.

 

Les campagnes auront été vidées de leurs habitants (50 exploitations agricoles disparaissent par jour en France, la désertification s'accentue), et tout le monde se retrouvera dans des mégapoles géantes, ou plus exactement dans des cages bétonnées et abondamment parfumées par les chemtrails

 

Or donc,  en supposant que Monsieur ait encore la chance d'avoir un travail, il sera sous-payé et flexibilisé à souhait, et les familles seront aussi rarement réunies qu'elles seront recomposées. Madame acceptera n'importe quelle tâche pour mettre un peu plus d'eau polluée dans la soupe industrielle (bonjour les cancers !),  ou pour offrir à la nichée, de temps à autre, des insectes ou des vers grillés; les enfants livrés à eux-mêmes seront soit dans la rue, soit devant leur écran. L'Ecole ? du passé, voyons ! Ce sera l'ère du Télé-Enseignement, ainsi il n'y aura plus de profs coûteux,  contestataires, parfois malades ou en congé de maternité, et tout le monde apprendra exactement la même chose, dans son coin, et sans risquer de rencontrer des élèves un peu trop bien renseignés. La télévision parachèvera l'éducation de tous au Journal du Soir, avec des Pujadas et Co : En véhiculant la Pensée Unique officielle, comme dans le Télé-Enseignement. 

 

Et comme les bistrots où s'échangent les idées seront remplacés par des pubs à la mode anglaise, plus de contact avec personne. D'ailleurs, on ne communiquera plus que dans la langue de Shakespeare, celui-là même qui, déjà, disait : "Des fous conduisent des aveugles". Les nostalgiques du Français pourront encore l'entendre dans des reconstitutions historiques. Et les amateurs d'Opéra pourront écouter leurs chanteurs préférés accompagnés de piano, comme l'annonce l'ambassadeur du Nouvel Ordre Mondial, Jacques Attali.

 

Si Monsieur est cadre, il devra dormir au travail pour être à la disposition du patron virtuel. Le dimanche, pas d'Eglise, pas de repas familial, on travaille ou on fait les courses au super-marché qui proposera des produits toujours plus toxiques. Tous pucés, nous n'aurons pas besoin de porte-monnaies, et tout se fera automatiquement et virtuellement. L'Université ? Réservée aux riches. La Santé, aussi. Et les plus âgés seront euthanasiés, Jacques Attali l'a annoncé dans ses "Conversations d'avenir" : Les retraités, en gros, sont "coûteux, inutiles, improductifs, piètres consommateurs". C'est la modernité, que voulez-vous ! Civilisation ou barbarie, le NOM a choisi. Nous sommes priés d'adopter ce modèle. De gré... ou de force ! 

 

Pour favoriser la dépopulation, l'homosexualité sera encouragée, la théorie du genre deiendra la règle, et les enfants se verront proposer de devenir chair à canons pour le plus grand profit de l'industrie de l'armement.

 

On pourra encore voter, mais pour les candidats présentés comme les meilleurs par les Médias aux ordres, déjà Manuel Valls est lancé comme la lessive "préférée" des Français (naturalisée, d'ailleurs). Et nos zélés Zélus signeront les décrets choisis par les technocrates de Bruxelles eux-mêmes aux ordres des banquiers anglo-saxons au service de Goldman Sachs. Et tout sera pour le mieux dans le Nouvel Ordre Mondial totalitaire ! 

 

Ceux qui ne seront pas d'accord avec ce paradis artificiel, iront dans la rue et ils trouveront en face d'eux des mercenaires étrangers dûment payés pour tirer dans le tas comme le Traité européen le permet. La peine de mort sera rétablie pour les récalcitrants. Les drones seront abondamment utilisés.

 

Chez nous, les militaires, les gendarmes et les policiers auront été vaccinés de force (programme de dépopulation) et privés de leur travail. Pour éviter qu'ils refusent de tirer sur leurs enfants privés d'avenir !

 

Et ceux qui seront déprimés pourront toujours fumer, se droguer, ou se pendre. Il n'y aura pas de travail pour tout le monde, et les bouches inutiles seront priées de se résigner à leur sort. Ou de déguerpir (à l'étranger, par ex, comme pour les Espagnols), mais la contestation du désordre établi ne sera pas tolérée. 

 

Allez, il restera les jeux, petits ou olympiques, les potins des vedettes et des royautés, et la télévision. Alors, elle sera pas belle, la vie ?

 

Souriez (pas trop), vous êtes roulés !

 

Bon sang, réveillons-nous !

 

Chantal Dupille

 

http://chantaldupille.over-blog.com

 

 

homme.jpg

Juste sur les effluves nucléaires,
pas si anodines que ça, voyez ici :
Retraités :
.
ll paraît qu'on commence à les délocaliser en Europe de l'Est, où leur entretien coûtera moins cher ! Joli, joli monde ! (C.D.)
_________________________________________________________________________
.

 

 

* rural-paturages-verts-TB.jpg

 

 

Le choix de la terre,

le choix de la vie !

Par Chantal Dupille

.

 

Paysan ! Un mot qui m'est si cher, à moi qui ai un amour irlandais de la terre. Dans mon logement, il y a un tableau, mon préféré d'ailleurs, qui représente le poulailler que mes parents avaient. On le voit ici derrière moi, dès la première image, et c'est ma mère qui, en plein bombardements de la Normandie en 44, trayait les vaches et nourrissait les poules alors, les bienheureuses, en liberté :  http://www.dailymotion.com/video/xvdxwi_la-bouffonnerie-du-11-septembre-2001-en-2-mn-r-sistons-video-13_fun#.UOyohKzeEa8

 

Et j'aime parler de nos villages si beaux : http://www.dailymotion.com/R-sistons#video=xl9tpd


Terrible ! 50 exploitations agricoles disparaissent chaque jour en France ! A-t-on pris conscience du DRAME que vit notre pays, une terre de paysans ? Et du drame que vivent ceux et celles qui ont tout donné pour perpétuer ce mode de vie, 365 jours par an !

 

 

rural-mitterrand-force-tranquille-2.1266760769.jpg


 

Mitterrand a enfin réussi à devenir Président grâce à l'inspiration de ses conseillers en publicité et en communication :  Formule géniale, "la force tranquille", et à l'arrière, la France... éternelle. Telle qu'elle est ! Ancrée dans le terroir, sa véritable identité ! Et avec un art de vivre ancestral, simple, naturel, solidaire, plus que jamais nécessaire aujourd'hui, alors que les emplois seront de plus en plus rares, et que nous aurons de plus en plus besoin d'être autonomes.. et de manger sain pour préserver notre santé.

 

Lorsque la 2e guerre mondiale a éclaté, les citadins ont été pris au piège. Mais la France était d'abord rurale, et elle a pu traverser cette sombre période grâce à son mode de vie lié à la terre. Et demain ? Les promoteurs du Nouvel Ordre Mondial redoutent plus que tout l'autonomie des citoyens, leurs jardins potagers, la culture naturelle. Ils préfèrent nous imposer l'alimentation industrielle mortifère. Et la dépendance ! Comme aux Etats-Unis autoproclamés "plus grande démocratie du monde", et où les dirigeants commencent à interdire... les jardins potagers, pour mieux tenir à leur merci les populations.

 

Art de vivre qui a fait ses preuves, osmose avec les éléments naturels, conjoncture internationale problématique, risques de guerre mondiale, traditions françaises... tout concourt à nous pousser à retrouver le goût, le sens et la volonté de plonger dans nos vraies racines. Retour à la terre pour tous, ou... survivre dans un monde inhumain ! Le choix est vite fait. Osons la nouveauté ! Ou plutôt, la redécouverte de l'ancien...

 

Nous n'aurons jamais à regretter ce choix ! Il est celui de la vie, tout simplement...

 

Chantal Dupille

 

http://chantaldupille.over-blog.com

 

 

ruralite-tableau-1.jpg

 

 

 

Un thème qui m'est cher :

La ruralité

 

 

Il était une fois les paysans, il était une fois les villages, il était une fois hier

 

 

Le drame vécu par les paysans. La France rurale est-elle en train d'agoniser ?


Retour à la terre, à la simplicité de vie, à la solidarité.. ou mourir !


Déclaration Universelle des Droits de la Terre Mère... blessée


Foin de la "modernité", de la compétition, de la barbarie ! Hymne à la vie


Laisserons-nous nos agriculteurs,comme les oiseaux,mourir en silence ?


L'avenir est-il à la dépopulation, ou à la simplicité de vie ? Barbarie ou Sagesse ?

 

 


interieur--fe-enfants-chat.jpg

 

 

Hier et aujourd'hui,

par Chantal Dupille

 

 

Il y avait des enfants qui riaient ensemble

en montant dans les cerisiers ou en jouant à la marelle.

 

Il y avait des enfants qui chantaient en allant à l'école,

il y aura des enfants tristes devant la Télé-Enseignement

 

Il y avait des Tsiganes qui sillonnaient nos chemins,

avec leurs roulottes chatoyantes, on veut brider leur liberté.  

 

Il y avait des paysans qui travaillaient la terre,

et qui enchantaient les paysages comme nos villages.

 

Il y avait des ouvriers spécialisés,

ils se sont battus pour que nous vivions mieux...

 

Il y avait des pêcheurs qui bravaient la mer

pour remplir nos assiettes,

la marée noire de l'Argent va les engloutir. 

 

Il y avait les fonctionnaires de l'Etat,

ils sont privatisés, livrés à la rentabilité meurtrière.

 

Il y avait des apprentis qui aimaient leur travail,

et qui valorisaient chaque geste. Ils deviennent un souvenir.

 

Il y avait des médecins de famille

qui étaient nos amis, avec dévouement,

il n'y a plus que des cabinets médicaux où l'on travaille à la chaîne.  

 

Il y avait un employé à la station service, dans le bus,

dans les couloirs des métros. Où sont-ils ?

 

Il y avait des gendarmes et des gardes-champêtres,

il y aura des caméras de surveillance.

 

Il y avait des soldats de la République pour défendre la France,

il y aura des mercenaires sans foi ni loi ni racines.

 

Il y avait des artisans pour perpétuer, pour parfaire.  

Il y aura des multinationales anonymes.

 

Il y avait nos petits boutiquiers accueillants,

nos petits marchés colorés,

il y aura des super et des hyper marchés

protégés comme des forteresses.

 

Il y avait des villageois qui faisaient la fête, 

il y aura des déserts mélancoliques.   

 

Il y avait des anciens sur le pas de leurs portes,  

que tout le monde cajôlait.

Sont-ils promis à l'épuisement et à l'euthanasie ?

 

 

C'était la vie hier,    

aujourd'hui il y aura

des numéros, des consommateurs, des robots,

des cobayes, des esclaves, de la chair à canons.

C'est la modernité, que voulez-vous...

On n'arrête pas le progrès. 

 

Et ....... 

Et si on l'arrêtait, tous ensemble ?

 

Il était une fois les paysans, il était une fois les villages, il était une fois hier

   

 

  interieur-naturel.jpg.

 

Témoignages du temps de nos grands-parents (2). Appel à tous les témoins

Témoignages du temps de nos grands-parents (1). Appel à tous les témoins

.

 

 

Blomaert : Paysage avec paysans au repos.
Paysage avec paysans au repos, par Abraham Blomaert.

.
Partager cet article
Repost0
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 02:15

Imprimez cet article. Imprimez cet article.

Mercenaires et drones prédator


«La guerre, c’est la guerre des hommes; la paix, c’est la guerre des idées.»
Victor Hugo

 

DroneUn article du journal Le Monde a attiré mon attention, il raconte un cas de conscience d’un militaire américain qui, du fin fond d’une salle climatisée de l’Amérique profonde a décidé de voler la vie d’un enfant à 10.000 km de là en le ciblant «grâce» à un drone prédateur. Naturellement, il n’y eut pas de réaction ou si peu des médias d’habitude si prompts à diaboliser quand il s’agit de jeter l’anathème sur les damnés de la Terre, surtout s’ils sont musulmans. Comme rapporte Théophraste R. dans un billet du site alternatif «Le Grandsoir» :  Quelqu’un disait (…): «Les médias ne vous disent pas seulement ce que vous devez penser, mais SUR QUOI vous devez penser. Pensez chaque jour aux petites victimes du tueur fou de Newtown et pas à celles de l’aviateur normal qui bombarde par erreur un village afghan. Jean-Paul Sartre a écrit dans «Qu’est-ce que la littérature?»: «Le silence est un moment du langage; se taire ce n’est pas être muet, c’est refuser de parler, donc parler encore. Si donc un écrivain a choisi de se taire sur un aspect quelconque du monde, ou, selon une locution qui dit bien ce qu’elle veut dire de le passer sous silence, on est en droit de lui poser une [...] question: pourquoi as-tu parlé de ceci plutôt que de cela et – puisque tu parles pour changer – pourquoi veux-tu changer ceci plutôt que cela?».(1)

J’ai donc voulu savoir comment faisait-on la guerre actuellement par esprit de déconstruction en décortiquant l’information, et en regardant derrière les plis pour voir la «vraie vérité» comme le dit si bien Jacques Prévert. La façon de faire la guerre a changé totalement depuis que les puissances occidentales ne se font plus la guerre entre elles. La doctrine est celle de «zéro mort» chez le puissant et le maximum de morts chez l’adversaire. Pour cela pratiquement un quart de siècle, après la chute de l’empire soviétique, l’hyper-puissance américaine n’ayant plus «l’empire du mal» comme adversaire s’est trouvé un nouveau Satan de rechange, l’Islam. Cela s’est fait concomitamment, avec le tarissement des puits de pétrole et les avancées technologiques. Il y avait donc un triple gain, démolir l’Islam, en démolissant le pays musulman, s’emparer des puits de pétrole et expérimenter au réel les nouvelles armes létales pour voir «leur performance».


Donner la mort par procuration


Dans cet ordre d’idée , Georges Stanechy écrit: «Il était une fois…un pays, qui avait à sa tête un dictateur: l’Irak. Ni pire ni meilleur que les pires autocrates féodaux et corrompus des pétromonarchies du coin, reçus en permanence avec tapis rouge et accolades dans nos «vertueuses démocraties». Mais, il avait eu le tort d’entrer en conflit avec ses protecteurs qui l’avaient installé au pouvoir. Alors, comme dans les films de gangsters, ils ont décidé de le remplacer par des marionnettes interchangeables et plus dociles. Pétrole oblige… «Apporter la Liberté et la Démocratie», affirmaient-ils, la main sur le coeur. Ils avaient une obsession, toutefois: «Renvoyer le pays à l’âge de pierre», disaient-ils. On ne comprenait pas bien: pourquoi chasser un dictateur imposait-il de réduire l’Irak en cendres?… Ils ont tout rasé. Méthodiquement. Tout ce qui est interdit par les Conventions de Genève et leurs Protocoles additionnels, ces «Traités internationaux qui contiennent les règles essentielles fixant des limites à la barbarie de la guerre.» Tout: centrales électriques, stations d’épuration d’eau, ponts, ports et aéroports civils, hôpitaux, universités, écoles, usines d’automobiles ou de tracteurs, ateliers mécaniques ou conditionnements de lait et yaourt, fermes d’élevage. Tous les ministères, sauf celui du Pétrole ! «Retour à l’âge de pierre»: mission accomplie. Jusqu’aux musées et sites archéologiques, pillés à l’exemple du sac du palais d’été des empereurs en Chine, en 1860, par les troupes françaises et les britanniques… Détruire, massacrer, piller… Le plus curieux: ils se sont acharnés sur les femmes et les enfants (…) ».(2)


Les sociétés militaires privées


Autres innovations que nous avons déjà rapportées : les sociétés militaires privées. Le vrai mercenariat est du côté de la coalition qui fait la guerre aux peuples irakien et afghan en faisant appel à des mercenaires. Il est né dans le sillage de la «guerre de l’information» et de la doctrine du «zéro mort» suite aux guerres perdues du Vietnam et du Cambodge, expérimenté notamment au Kosovo. Les Etats-Unis sont aujourd’hui déployés dans plus de 50 pays. Les raisons du recours à des sociétés militaires privées sont multiples: politiques: contourner le Parlement américain et éviter la critique populaire. Contourner le contrôle administratif : ne pas irriter l’opinion publique (doctrine de zéro mort). Les morts BW ne sont pas décomptés comme des soldats. A partir des années 2000, parallèlement à la disparition progressive du mercenariat traditionnel, se sont développées les Sociétés militaires privées (SMP) anglo-saxonnes, parfois en renfort d’une milice. Afghanistan et surtout en Irak (Military Professionnal Ressources Inc, Blackwater, Erinys, Aegis) depuis 2003 (…) Blackwater est une multinationale rentable.. ». (3)

« 1 milliard de dollars de contrats avec l’État américain. En 2006, le nombre de soldats de Blackwater déployés dans le monde était estimé à 23.000. Le chiffre d’affaires de Blackwater a augmenté de 80,000% entre 2001 et 2006. Entre 2005 et octobre 2007 on a dénombré plus de 195 incidents impliquant Blackwater. Les guerres que mène l’Occident ne sont pas justes et partant, pas morales. Cette guerre dissymétrique de 1 pour 1000 est encore plus amorale quand on utilise les satellites, les drones et les robots. On tue son adversaire sans le connaître à des milliers de kilomètres, à partir d’une salle climatisée du fin fond des États-Unis…(3)


Les guerres du futur


Les médias ne tarissent pas d’éloges en décrivant, par le menu, les prouesses des nouvelles armes qui donnent la mort. Cela se fait d’ailleurs dans des kermesses telles que le salon du Bourget, où les marchands de mort viennent fourguer à des roitelets arabes ventripotents les dernières armes toujours en décalage avec l’état de l’art. Il n’est pas question de donner ce qu’il y a de récent. Souvenons-nous du contrat saoudien de plusieurs dizaines de milliards de dollars avec les États-Unis. Que va faire l’Arabie Saoudite avec ses armes si ce n’est les retourner contre son peuple ou contre les Bahreinis?

Avec un rare cynisme les médias occidentaux faisant la promotion des armes écrivent:
«Pour protéger sa vie, le matériel coûteux et éviter l’enlisement, notamment lors de combats en milieu urbain, le fantassin du futur sera bardé d’électronique et relié en réseau avec l’ensemble des blindés et aéronefs. Il ne s’agit plus de science-fiction, mais d’une réalité. Des fantassins en débarquent à couvert. Ils sont équipés d’un gilet bourré d’accessoires électroniques. Grâce à cet équipement, ils sont tous connectés à un réseau informatisé. Chaque combattant dispose d’un écran lui permettant de connaître sa position et celle de ses camarades via GPS. Ils peuvent s’organiser et communiquer entre eux avec un ostéophone, un système qui capte la voix via la résonance des os (…). C’est la poignée avant du fusil mitrailleur (Famas) qui permet de commander la radio. Ainsi, pas besoin d’arrêter un tir pour actionner un interrupteur. Ces mêmes commandes permettent de régler un tir sans se mettre à découvert (…) Ce même dispositif est doté d’options infrarouges, ou de vision de nuit. Le futur, c’est maintenant. Le combattant porte un équipement électronique qui le connecte en réseau avec la troupe, les aéronefs et les véhicules blindés.(…) Le LOCC, Logiciel opérationnel de conduite du combat, est l’outil de suivi des opérations du chef. C’est une sorte de gros iPad façon militaire, qui peut afficher en temps réel l’intégralité des combattants, véhicules et unités sur le terrain. Les positions des ennemis y sont affichées ainsi que les champs de vision et les directions de déplacement des uns et des autres. Dans un blindé, il est présenté sous la forme d’un double écran tactile. Sur le terrain, les chefs de sections sont, quant à eux, équipés d’une tablette tactique de plus petite taille (..)(4)

On le voit ce qui est important, c’est qu’il y ait zéro mort du côté de l’attaquant, que le matériel soit protégé, au besoin en tuant et aussi que le conflit ne s’enlise pas, car c’est de l’argent perdu…


La mort en joystick


Une autre technologique infernale concernant la mort est le drone avec des noms qui font froid dans le dos: drone predator, drones furtifs, drones reapers (faucheuses). Outils favoris des militaires depuis les années 1990, les drones sont de plus en plus utilisés. Ils sont expérimentés sur les faibles qui pensent échapper en vain à l’attaque sans pitié. Nous l’avons vu avec les éliminations des dirigeants palestiniens. Les drones ont, d’ores et déjà, changé la nature de la guerre.

Dans cet ordre, l’histoire que nous allons rapporter est celle d’une bavure parmi des dizaines : «Brandon Bryant était pilote de drone au sein d’une unité spéciale de l’armée de l’air américaine. Depuis l’Etat du Nouveau-Mexique, il a tué des dizaines de personnes. Jusqu’au jour où il a déclaré forfait. Pendant plus de cinq ans, Brandon Bryant a travaillé dans un container allongé de la taille d’une caravane, sans fenêtres, à température constante de 17 °C, et dont la porte était condamnée par mesure de sécurité. Devant les yeux de Brandon et de ses collègues scintillaient quatorze écrans. Sous leurs doigts, quatre claviers. Il suffisait que Brandon presse un bouton au Nouveau-Mexique pour qu’un homme meure à l’autre bout de la planète. A l’intérieur du container, des ordinateurs ronronnent. C’est le cerveau d’un drone. Dans l’US Air Force, on appelle cette pièce un «cockpit». A cette différence près que les pilotes du container ne volent pas – ils se contentent de piloter. Brandon était l’un d’entre eux. Il se souvient très précisément des huit que décrivait le Predator dans le ciel afghan, à plus de 10.000 kilomètres de l’endroit où il se trouvait. Dans le réticule du drone, une maison aplatie en terre, avec une étable pour les chèvres, se rappelle-t-il. Lorsque l’ordre de faire feu tombe, Brandon presse un bouton de la main gauche, «marque» le toit au laser, et le pilote assis à côté de lui déclenche le tir à l’aide d’un joystick. Le drone lance un missile de type Hellfire. Il reste alors seize secondes avant l’impact. «Les secondes s’écoulent au ralenti», se souvient Brandon aujourd’hui. Enregistrées au moyen d’une caméra infrarouge orientée vers le sol, les images sont transmises par satellite et apparaissent sur son moniteur avec un décalage de deux à cinq secondes».(5)

«Plus que sept secondes, pas l’ombre d’un humain. A cet instant, Brandon aurait encore pu détourner le missile roquette. Trois secondes. Brandon scrute le moindre pixel sur l’écran. Soudain, un enfant qui court à l’angle de la maison. Au moment de l’impact, le monde virtuel de Brandon et le monde réel d’un village situé entre Baghlan et Mazar-e Charif se télescopent. Brandon voit une lueur sur l’écran- l’explosion. Des pans du bâtiment s’écroulent. L’enfant a disparu. Brandon a l’estomac noué. «On vient de tuer le gamin?» demande-t-il à son collègue assis à côté. «Je crois que c’était un gamin», lui répond le pilote. «C’était un gamin?» continuent-ils de s’interroger dans la fenêtre de messagerie instantanée qui s’affiche sur leur écran. C’est alors que quelqu’un qu’ils ne connaissent pas intervient, quelqu’un qui se trouve quelque part dans un poste de commandement de l’armée et qui a suivi leur attaque: «Non, c’était un chien.» (…) Brandon se souvient de son premier tir de missile: deux hommes meurent sur le coup et il assiste à l’agonie du troisième. L’homme a perdu une jambe, il se tient le moignon, son sang chaud ruisselle sur l’asphalte. La scène dure deux minutes. Un beau jour, Brandon Bryant n’a plus eu qu’une seule envie, partir, faire autre chose. L’espoir d’une guerre confortable, sans séquelles psychologiques, a fait long feu».(5)


La nouvelle guerre par les «ponctuelles»


La guerre moderne est devenue en théorie d’après les stratèges vendeurs de mort, un tel raffinement que les médias main stream qui nous font la promotion de ces nouvelles formes de suppression de vie, utilisent un langage neutre souvenons nous des « ponctuelles » terminologie utilisée par les commandos deltas qui éliminaient pour le compte de l’OAS, tout ce qui dérangeaient aussi bien les bougnoules, que les pieds noirs « tièdes ». En vendant ces informations ces médias se pâment devant les frappes dites chirurgicales tout en sachant que la chirurgie contrairement à son sens morbide dans ces guerres du XXie siècle, est en principe utilisée pour sauver les vies humaines.

Dans cet ordre, Joe Becker du New York Times démonte la mécanique de mise à mort par les drones. « Au fil de son premier mandat écrit-il c’est devenu la spécialité du président américain: Sélectionner les terroristes à abattre et donner son aval à chaque frappe de drones à l’étranger. Une méthode expéditive qui suscite la polémique. (…) En août 2009, le patron de la CIA, Leon Panetta, a fait savoir à John Brennan que l’agence avait Mehsud dans sa ligne de mire. Toutefois, a prévenu Leon Panetta, la liquidation du chef des taliban au Pakistan ne satisfaisait pas aux exigences d’Obama, pour lequel il faut avoir la «quasi-certitude» qu’aucun innocent ne sera tué. De fait, il était certain qu’une opération causerait la mort d’innocents, puisque Mehsud se trouvait en compagnie de son épouse chez sa belle-famille. (…) Mais pas cette fois. Obama a donné son feu vert à la CIA et Mehsud a été tué ainsi que son épouse et, selon certaines informations, d’autres membres de sa famille. (…) Ce n’était pas vraiment le type de frappe chirurgicale que souhaitait Barack Obama. (…) A juste titre ou non, les drones sont devenus le symbole provocateur de la puissance américaine, foulant aux pieds les souverainetés nationales et causant la mort d’innocents. (…) Le bilan d’Obama a fait reculer l’idée selon laquelle les démocrates sont peu performants en matière de sécurité nationale. Depuis son arrivée à la Maison-Blanche, Obama s’est révélé plus prompt à dégainer que Bush. Au Pakistan, depuis 2009, Il y eut 261 attaques avec 1819 taliban morts et 87 civils morts pour Obama contre 38 attaques avec 481 morts dont 94 civils avec Bush. Au Yémen, il y eut 48 attaques par les drones contre deux avec Bush (6)


Conclusion : Qu’est ce qu’une guerre juste ?


Dans une contribution précédente j’avais décortiqué le vocable de guerre juste selon l’Eglise et la charité chrétienne dont se prévalent les semeurs de mort. J’écrivais : « Si l’on croit la théologie catholique « une guerre juste » doit obéir à trois conditions, (…) La première des trois conditions énoncées par saint Thomas est que la guerre ne peut être légitimement décidée que par l’autorité politique souveraine qui a pour fin principale de connaître et de promouvoir le bien commun de la cité ou société politique parfaite. (…) La deuxième condition de la guerre juste est que la guerre soit entreprise pour une cause juste (..°) La troisième condition de la guerre juste est ainsi la rectitude de l’intention de celui qui fait la guerre. L’autorité politique suprême peut entreprendre une guerre pour une cause juste mais en étant mue principalement par une intention mauvaise. (…) On pourrait ajouter une condition que saint Thomas n’affirme pas explicitement : il faut que le belligérant use de moyens militaires légitimes. Il n’est donc pas permis d’user de n’importe quel moyen militaire pour vaincre son ennemi. Il y a des actes qui sont toujours mauvais en eux-mêmes et il n’est jamais permis de les poser. L’intervention des armées américaines et anglaises en Irak, décidée sans l’assentiment du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies » (3) (7)

Pour Louis Delmas, la guerre n’est plus un affrontement de combattants, même éloignés les uns des autres par l’artillerie ou l’aviation, qui se battent en risquant leurs vies, mais un jeu informatique mortel où des opérateurs confortablement installés à des milliers de kilomètres, assassinent des adversaires en manipulant un clavier. Sous prétexte d’abattre un terroriste, les drones télécommandés envoient à un écran lointain les images de la vie d’une famille qu’ils observent pendant des jours avant de recevoir l’ordre de l’éliminer. Des militaires au chaud dans leur bureau, qui ne connaissent rien d’un champ de bataille, regardent des enfants jouer dans la cour, des femmes faire leur lessive, des vieux jouir du soleil. Jour après jour, la routine d’une existence ordinaire. Puis d’un coup, l’exécution est décidée. L’ordre arrive. Ils appuient sur un bouton. Si la cible est bien ajustée, le terroriste est tué. L’explosion fait le vide. Mission accomplie. Les enfants, femmes, vieillards qu’ils reconnaissaient chaque matin ne sont plus que des cadavres. Difficile à supporter. (…) Qu’est-ce qu’une guerre à zéro mort? Le robot (…) celui qui tue votre ennemi sans que vous couriez le moindre risque change la face de la guerre. Zéro mort chez l’agresseur, c’est devenu le slogan des nouveaux traîneurs de sabres. Ils disposent désormais d’un moyen de réaliser leur rêve. C’est un encouragement à déclencher des combats qui font impunément des masses de victimes.(8)

Les guerres que mène l’Occident ne sont pas justes et partant pas morales. Quand Bush avait envahi l’Afghanistan, c’était pour délivrer les Afghanes, maintenant c’est pour combattre le terrorisme. Et demain ? Cette guerre dissymétrique de 1 pour 1000 est encore plus amorale quand on utilise les satellites, les drones et les robots. On tue son adversaire sans le connaître à des milliers de kilomètres, à partir d’une salle climatisée du fin fond des Etats-Unis… On rentre chez soi avec la satisfaction du devoir bien fait ,d’avoir été un bon patriote, pendant qu’à des milliers de kms de là , c’est la terreur, le sang, les larmes la désolation, des vies volées et une haine des survivants qui sédimente inexorablement. Que veut dire alors «une guerre juste»? La question reste posée.

1. http://www.legrandsoir.info/+jean-paul-sartre-explique-une-astuce-de-propagande+.html
2. George Stanechy http://stanechy.over-blog.com/article-noel-les-enfants-de-fa…
3. http://www.legrandsoir.info/Les-societes-militaires-privees-La-mort-par-procuration.html
4. http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/high-tech-4/d/reportage-les-cyberguerriers-de-larmee-francaise_43699/
5. Nicola Abé: Drones:Un ancien pilote américain raconte Der Spiegel 3 janvier 2013
6. Jo Becker The New York Times 7 juin 2012 Jo Becker Comment Obama a appris à tuer avec ses drones The New York Times 7 juin 2012
7.Qu’est-ce qu’une guerre juste ? http://www.etudesfda.com/SPIP/spip.php?article48
8. http://www.mondialisation.ca/la-dangereuse-ere-de-la-telecommande/5314471

Professeur Chems Eddine Chitour

Ecole Polytechnique enp-edu.dz

 

.

Sur ce site,

 

    1936-2013 : en remontant le temps des cerises…

    1936-2013 : en remontant le temps des cerises…

    8 janvier 2013 at 9 h 02 min

    France 1936. Le Front Populaire gagne les élections. Le gouvernement dirigé par Léon Blum impose des lois sociales comme la France n’en avait jamais connues : augmentations...

     

    .

    Partager cet article
    Repost0
    9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 01:03

     

    Businessman: Europe Preparing Holocaust for Muslims

    Religious entrepreneur Moti Zisser says Europe feels threatened: "This time there will be 60 million people killed."
    AAFont Size
    By Gil Ronen
    First Publish: 12/23/2012, 9:12 PM
    http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/163478#.UOzElqzeEa9

     

    Moti ZIsser
    Moti ZIsser
    Israel news photo: Flash 90

    Well-known religious businessman Moti Zisser predicted Saturday evening that Europe will unleash a second Holocaust – but this time, the victims will be Muslims, not Jews.

    "I think another Holocaust is brewing in Europe," he told congregants at Bnei Brak's Heichal Shlomo synagogue, according to Maariv-NRG. "I said it five years ago and everyone laughed at me. Today nobody is laughing; today they only argue with me over when it will happen."

    The entrepreneur, who has businesses in Israel as well as Poland and other European countries, explained that Muslims are increasingly gaining control of the European economy, and that the Europeans are bound to lash out at them. He said that he meets businessmen in Europe who ask him how he thinks the "Muslim problem can be solved."

    "I would give you numbers regarding what is happening with Muslims in Europe," he said. "They control things that are in people's pockets. It is much more painful than with the Jews, and for this they killed six million Jews, so for the other things they will kill 60 million too."

    "Don't get this wrong," he explained. "This continent knows full well where it is headed. Today there are cities in France with a Muslim majority that do not belong to the French. For those who don't know, the city of Marseilles, for instance, belongs to the Arabs. The new demon in Europe is the Muslims, and it is being built up just like the Jewish demon was built up at the start of the previous century."

    "This new demon is being built in the way that Europe knows how to build and annihilate something when it is defending itself against it."

    Zisser added that in Europe's eyes, Israel is an ally vis-à-vis the Muslim threat. That is why Israel need not be concerned about the European criticism of its policies in Jerusalem or elsewhere, he explained. On the contrary, he said, "If Israel knew how to take advantage" of the fact that it is perceived as an ally against the Muslims, "there is no doubt that this could give Israel great status in the big game in the next 50 or 100 years."



    Partager cet article
    Repost0
    7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 16:46

     

     

    Un Lecteur me signale à l'instant cet auteur :

     

     

     

    Augustin Barruel

    Description de l'image Augustin Barruel.jpg.
    Naissance 2 octobre 1741
    Villeneuve-de-Berg
    Décès 5 octobre 1820 (à 79 ans)
    Paris
    Nationalité Blason France moderne.svg Français
    Profession Prêtre
    Essayiste

     

    Augustin de Barruel, né à Villeneuve-de-Berg le 2 octobre 1741 et mort à Paris le 5 octobre 1820, est un prêtre jésuite, et essayiste polémiste catholique français.

     

    Ses travaux consistent à montrer que la Révolution française n'a pas été un mouvement de révoltes spontanées du peuple, mais un processus organisé pendant plusieurs décennies dans des loges et dans des clubs (en particulier celui des Jacobins) afin de permettre à la bourgeoisie libérale de s'emparer du pouvoir. Karl Marx arrivait aux même conclusions.

     

    Ses recherches sur les réseaux de pouvoirs parallèles - avant et pendant la Révolution - ont été continuées au début du XXe siècle par le chartiste Augustin Cochin.

     

    Ces deux historiens sont les fondateurs d'une école historique qui est qualifiée de conspirationnisme ou de Théorie du complot par les tenants d'une révolution spontanée et populaire qu'ils expliquent par la philosophie de l'histoire.

     

    Sommaire

    Biographie

    Premières années et études

    Issu d'une famille authentiquement noble, Barruel fait ses humanités au collège de Tournon avant de devenir jésuite en 1756. Après les années de formation spirituelle, il enseigne la grammaire au collège de Toulouse. C'est là, en 1764, que le surprend le décret de Louis XV expulsant les jésuites du royaume de France. Contraint à l'exil, il se rend d'abord en Pologne, puis en Bohême (maintenant République tchèque) où il termine ses études de théologie et est ordonné prêtre à Chomutov en 1768. Il enseigne également en Moravie, puis revient en France comme précepteur privé d'une famille aristocratique slovaque. Il se trouve à Avignon lorsque la Compagnie de Jésus est supprimée par le pape Clément XIV en 1773. Le Père Barruel sera précepteur des enfants du prince François-Xavier de Saxe, frère de la Dauphine de France. Il va vivre avec cette famille princière pendant trois ans, de juillet 1774 à mai 1777 au château de Chaumot (dans l'Yonne) puis dans celui de Pont-sur-Seine (dans l'Aube).

    Écrivain et polémiste

    Devenu abbé par la force du décret, Barruel survit comme précepteur et se met à écrire. Il publie des vers en faveur de l'avènement de Louis XVI et collabore à L'Année littéraire de Fréron entre 1774 et 1784. En 1781, il publie sous le titre d'Helviennes des lettres anti-lumières contre les Encyclopédistes et la philosophie des Lumières. Il exerce sa verve de polémiste dans le Journal ecclésiastique dont il est presque le seul rédacteur entre 1788 et 1792. D'abord favorable aux idées démocratiques — il renonce volontairement à la particule nobiliaire —, sa vigoureuse opposition à la constitution civile du clergé le contraint finalement à s'exiler à Londres en 1792. Il est tout d'abord hébergé par le philosophe Edmund Burke qui, bien que franc-maçon, le félicitera pour son Mémoire pour servir… pourtant antimaçonnique1. Il a tout le loisir qu'il lui faut pour écrire son Histoire du clergé pendant la Révolution, parue en 1793, qui dénonce la persécution religieuse. Suivent ses Mémoires pour servir à l'histoire du Jacobinisme, parus en quatre volumes entre 1797 et 1799, qui connaissent un vif succès et sont traduits en plusieurs langues. Ces Mémoires développent la thèse d’une Révolution antichrétienne fomentée par les philosophes, les francs-maçons et les Juifs2.

    Publication des Mémoires

    Les Mémoires pour servir à l'histoire du Jacobinisme de l'abbé Barruel soutiennent une théorie du complot selon laquelle les Illuminés de Bavière, groupe fondé le 1er mai 1776 par Adam Weishaupt, ont infiltré la franc-maçonnerie et d'autres sociétés, afin de renverser les pouvoirs en place, aussi bien politiques que religieux, pour asservir l'humanité. Cette thèse, qui veut que la Révolution française résulte d'un complot fomenté par les philosophes athées, les nouveaux templiers, les rosicruciens, les francs-maçons, et certains protestants contre l'Église et la royauté, sous l'influence des Illuminés, a connu une postérité considérable dans les milieux contre-révolutionnaires. D'autant plus qu'à la même époque, une thèse similaire avait été proposée par l'Écossais John Robison, qui suggérait que la Révolution Française avait été suscitée par l'action secrète de la franc-maçonnerie et de ses comparses. Augustin Barruel déclare avoir été lui-même reçu en loge3. Dans son acception radicale, sa thèse n'a été retenue par aucun historien, à l'exception, peut-être, de Louis Blanc3.

    Retour en France

    Rentré en France après le 18 brumaire, Barruel ne reste pas inactif. En 1803, il publie une apologie du Concordat, Du Pape et de ses droits religieux, qui lui vaut d'être nommé chanoine de la cathédrale de Paris par Napoléon. Cette lune de miel avec le pouvoir napoléonien ne dure pas. Il est emprisonné en 1811 pour avoir soutenu Pie VII, qui s'opposait à la nomination de Jean-Sifrein Maury comme archevêque de Paris. Après la restauration universelle de la Compagnie de Jésus par Pie VII en 1814, Barruel demande et obtient l'année suivante sa réadmission parmi les jésuites.

    Le 20 août 1806, il reçoit à Paris une lettre de Florence provenant d'un capitaine italien, Jean Baptiste Simonini, dans laquelle ce dernier exprime la satisfaction que lui a procuré la lecture de ses Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme. Il tient toutefois à évoquer un témoignage personnel qui prend la forme d'une théorie du complot juif évoquant la thèse de la judéo-maçonnerie, la maçonnerie étant sous la direction du judaïsme. Barruel transmet la lettre au pape Pie VII, qui lui répond par son secrétaire, puis au roi Louis XVIII4. Ces correspondances ont été publiées pour la première fois en 1882, dans le journal La Civiltà Cattolica5.

    Il meurt à Paris, le 5 octobre 1820, à près de 80 ans.

    Dans la littérature

    Augustin Barruel et la lettre du capitaine Jean Baptiste Simonini font partie de la trame du roman d'Umberto Eco Le Cimetière de Prague.

    Publications

    • Ode sur le glorieux avènement de Louis-Auguste au trône, présenté à la Reine, Paris, Valade, 1774 disponible sur Gallica.
    • Traduction du latin de M. l'abbé Boscovich, Les Éclipses, poème en six chants, Paris, Valade et Laporte, 1779.
    • Les Helviennes, ou Lettres provinciales philosophiques, Amsterdam et Paris, Laporte, 1781 ; Amsterdam et Paris, Moutard, 2 vol., 1784 et 3e vol., 1784-1785 ; Amsterdam et Paris, Briant, vol. 4-5, 1788 ; 7e éd. Paris, Pailleux, 1830 Vol. 1, Vol. 2, Vol. 3 et Vol. 4 6éme édition de 1833 disponibles sur Internet Archive.
    • Lettres sur le divorce, à un député de l'Assemblée nationale, ou bien, Réfutation d'un ouvrage ayant pour titre : « Du Divorce », Paris, Crapart, 1789 disponible sur Google Livres.
    • Le Patriote véridique, ou discours sur les vraies causes de la révolution actuelle, Paris, Crapart, 1789 disponible sur Gallica.
    • Le Plagiat du Comité soi-disant ecclésiastique de l'Assemblée nationale, ou Décret de Julien l'Apostat, formant les bases de la Constitution civile du Clergé français, suivi des représentations de saint Grégoire de Nazianze, Antioche et Autun, Imprimerie impériale, 1790 disponible sur Gallica.
    • Les Vrais Principes sur le mariage, opposés au rapport de M. Durand de Maillane et servant de suite aux lettres sur le divorce, Paris, Crapart, 1790 disponible sur Gallica.
    • De la conduite des curés dans les circonstances présentes. Lettre d'un curé de campagne à son confrère, député à l'Assemblée nationale, sur la conduite à tenir par les pasteurs des ames, dans les affaires du jour, Paris, Crapart, [1790] disponible sur Google Livres.
    • Développement du serment exigé des prêtres en fonction par l'Assemblée nationale, Paris, Craparad, 1790 disponible sur Internet Archive.
    • Question nationale sur l'autorité et sur les droits du peuple dans le gouvernement, Paris, Craparad, 1791 disponible sur Gallica.
    • Question décisive sur les pouvoirs ou la juridiction des nouveaux pasteurs, Paris, Crapart, 1791 disponible] sur Google Livres.
    • Développement du second serment appelé civique, décrété le 16 et le 29 novembre 1791, Paris, Crapard, [1791] ; Pergamon press, « Les archives de la Révolution française », 1989.
    • Préjugés légitimes sur la constitution civile du clergé et sur le serment exigé des fonctionnaires publics, Paris, Crapart, [1791].
    • (éd.) Collection ecclésiastique ou recueil complet des ouvrages faits depuis l'ouverture des états généraux, relativement au clergé, à sa constitution civile, décrétée par l'Assemblée Nationale, sanctionnée par le roi, Paris, Crapart, 1791-1793.
    • Lettre pastorale de M. l'évêque d'Evreux, à ses diocésains. En leur adressant l'Apologie de la conduite du Pape, dans les circonstances présentes, Paris, Crapart, 1792.
    • Histoire du clergé pendant la Révolution française, Londres, J. Debrett, 1793 ; Ferrare, Pomatelli, 1794 ; Londres et Anvers, C.-H. de Vos, 1794 ; Londres et Paris, 1797.
    • Histoire du clergé pendant la révolution française, 2 vol., Londres et Paris, Chez les libraires, 1797.
    • Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme, Hambourg, 5 vol., P. Fauche, 1798-1799.
    Rééditions : Hambourg, P. Fauche, 1803 ; Édition revue et corrigée, 1818 ; Abrégé par E. Perrenet éd. Paris, La Renaissance française, 1911 ; avec un introduction de Christian Lagrave, Diffusion de la pensée française, « Les Maîtres de la Contre-révolution », 1974 ; Extraits sous le titre : Spartacus Weishaupt, fondateur des Illuminés de Bavière, Ventabren, Les Rouyat, 1979 ; Pergamon press, « Les archives de la Révolution française », 1989 ; Éditions de Chiré, « Les Maîtres de la Contre-révolution », 2 t., 2005.
    • Abrégé des Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme, 2 vol., Londres, P. Le Boussonnier, 1798, 1799 ; Luxembourg, 1800 ; Hambourg, P. Fauche, 1800, 1801 ; Paris : A. Le Clère, 1817.
    • Lettres d'un voyageur à l'abbé Barruel, ou nouveaux documents pour ses mémoires, nouvelles découvertes faites en Allemagne, anecdotes sur quelques grands personnages de ce pays, chronique de la secte, etc. (1er juin-1er novembre 1799), Londres, Dulau, 1800.
    • Du Pape et de ses droits religieux, à l'occasion du Concordat, 2 vol., Paris, Crapart, 1803.
    • Trois propositions sur l’Église de France, établie en vertu du concordat, Londres, J. Booker, [1804].
    • Du Principe et de l'obstination des Jacobins, en réponse au sénateur Grégoire, Paris, 1814 ; Trad. italienne : Del principio e della ostinazione dei Giacobini ; risposta dell’abate Barruel al senator Gregoire, Torino, Galletti, 1814.
    • Réplique pacifique aux trois avocats de M. le sénateur Grégoire, Paris, [s. n.], 1814.
    • (éd.) Recueil précieux pour les historiens de ce temps, ou choix de brochures et de pamphlets sur les personnages et les événements de la Révolution à dater de la première abdication de Buon aparte jusqu'au moment présent, 4 vol., Paris, Chez les marchands de nouveautés, 1815.
    • Réponse a l’avocat de la Petite-Église, Laval, Portier, [1818].
    • Lettres inédites de Barruel à son retour d’exil (1802-1806), publiées par Abel Dechêne, Aubenas, C. Habauzit, 1923.
    Traductions des Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme
    • En anglais (Grande-Bretagne) : Memoirs illustrating the history of Jacobinism, 4 vol., trad. Robert Clifford, London, E. Booker, 1798 ; Extraits : The Antichristian and antisocial conspiracy, on extract from the French of the Abbe Barruel to which is prefixed, Jachin and Boaz, or, An authentic key to the door of Free-masonry, ancient and modern, Lancaster [Pa], Joseph Ehrenfried, 1812.
    • En anglais (États-Unis) : Memoirs illustrating the history of Jacobinism, First American Edition, from the second London edition, New York, Hudson & Goodwin, 1799 ; Selections from the Abbe Barruel’s “Memoirs Illustrating the history of Jacobinism”, Pittsfield [Mass.], Phinehas Allen, 1802.
    • En catalan : Memorias para servir á la historia del jacobinismo, trad. de Fr. Raymundo Strauch y Vidal, Perpiñan, J. Alzine, 1827.
    • En italien : Storia del giacobinismo : massoneria e illuminati di Baviera, Carmagnola, trad. Pietro Barbiè, 1852 ; rééd. avec une préface de Albert Cesaro Ambesi, Carmagnola, G. Oggero, 1989.
    • En portugais (extraits) : O segredo revelado ou Manifestação do systema dos Pedreiros Livres e Illuminados, e sua influencia na fatal revolução franceza, obra extrahida das Memorias para a Historia do jacobinismo do abbade Barruel, trad. de José Agostinho de Macedo, Lisboa, na Imp. Regia, 1809-1810.

    Notes et références

    1. Encyclopédie de la franc-maçonnerie, Le livre de poche, article « Edmund Burke », p. 113
    2. Voir l’Église et la Révolution, de Pierre Pierrard, p. 117.
    3. a et b Encyclopédie de la franc-maçonnerie, Le livre de poche, article « Barruel », p. 66
    4. Aleksander Dmitrievich Netchvolodow, L'Empereur Nicolas II et les Juifs, Etienne Chiron, Paris, 1924, ASIN B001D7RNEA, p.231-236
    5. Nicolas Deschamps, Les Sociétés Secrètes et la Société, III, p. 661.

    Voir aussi

    Sur les autres projets Wikimedia :

    Bibliographie
    • Michel Riquet, Augustin de Barruel : un jésuite face aux jacobins francs-maçons (1741-1820), Paris, Beauchesne, 1989.
    • Christian LAGRAVE, « L’abbé Barruel, ses idées et leurs sources » in Le Sel de la terre (49240 Avrillé), nº 55 (janvier 2006), p. 210-232.
    Article connexe
    Liens externes

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Augustin_Barruel

     

     

     

    Notes eva : PA Taguieff intervient toujours pour discréditer les chercheurs de vérité et réhabiliter ou justifier les gens de sa tribu.

     

    Abusivement, et pour discréditer ceux qui veulent comprendre le monde, les agents de la Pensée unique traitent de "conspirationnistes" tous ceux qui ne se contentent pas de l'info officielle, tous les journalistes d'investigation comme moi, par ex, ou les politiciens non-alignés, comme François Asselineau. C'est ça, la démocratie ? En tous cas, comme je le dis toujours, il est bien évident que les dirigeants politiques élaborent des plans, rien n'est jamais improvisé.  Déjà, Shakespeare disait : "Des fous conduisent des aveugles". Voulons-nous être aveugles ? Moi, je réponds non ! Et je traque inlassablement la vérité.... Si on veut être honnête intellectuellement parlant, et neutre, on est nécessairement amené à dénoncer les mensonges des médias, à prendre le contre-pied de l'info officielle.

     

    Mais attention, il ne faut pas confondre ceux qui se réfèrent aux "Illuminatis", comme l'Abbé Barruel, et ceux qui comme M. Asselineau en politique, ou en tant que journalistes d'investigation, Michel Collon ou moi-même, dénoncent les ménsonges des Médias courtisans, et cherchent les clés permettant de comprendre les politiques menées par les Décideurs, comme le fameux "Diviser pour régner". 

     

    eva

     

    TAGS : Augustin Barruel, Conspirationnisme, Augustin Cochin, Karl Marx, Michel Collon, François Asselineau...

     

    .

    .

    Le conspirationnisme n’a pas eu lieu

    (Source : AgoravoxGaelR)

     

    Plus que jamais les grands médias sont méfiants. Avec l’avènement des réseaux sociaux, tout un chacun peut s’improviser enquêteur, journaliste et commentateur.

    N’importe qui, grâce à la toile, s’empare d’un sujet, s’exprime et acquiert potentiellement une large audience.

    2013-01-03-12.00.26-500x306.png

    « Méfiez-vous, disait Arlette Chabot, méfiez-vous des adeptes de la théorie du complot, je vous demande d’être prudent(…) un jour vous vous apercevrez que vous avez été trompés, manipulés. Ayez aussi en tête que le « buzz » qui doit vous faire réagir peut-être organisé aujourd’hui par des sociétés spécialisées . »

    Ainsi nous alertait Arlette Chabot dans un documentaire intitulé « Huit journalistes en colère » diffusé surArte en février 2010.

    Depuis le 11 septembre 2001 notamment, on nous suggère de nous méfier d’internet, on y trouve tout et n’importe quoi.

    Tout est matière à remises en cause, à rumeurs, à fantasmes.

    Avec le temps, un nouveau qualificatif est apparu dans le langage courant : « le théoricien du complot », aussi appelé « conspirationniste » ou « complotiste ».

    Ces termes souvent utilisés dans les grands médias par les journalistes et les commentateurs désignent semble-t-il celui qui s’imagine que la vérité nous est toujours cachée. Selon lui, des puissances occultes orchestrent les grands événements pour nuire au plus grand nombre. Le conspirationniste souffre d’un délire de persécution et voit des complots partout.

    A priori, rien ne semble distinguer le théoricien du complot du paranoïaque.

    A l’exception du diagnostique médical, les deux individus souffrent des mêmes symptômes : ils se sentent persécutés et s’imaginent des choses extraordinaires qui se trameraient dans leur dos.

    Alors pourquoi est apparue cette expression et que signifie-t-elle ?

    Prenons le terme « conspirationniste ».

    Il est constitué de la racine « conspiration » et du suffixe « isme »

    A-t-on besoin ici de définir ce qu’est une conspiration/ un complot ? Tout un chacun peut se reporter à la définition du dictionnaire et y songer à l’envi. En effet, les termes « complot » ou « conspiration » peuvent désigner un grand nombre de situations, qu’il soit question d’évènements historiques, mythologiques, ou surgis dans le quotidien. L’existence de complots entre les humains jalonnent notre existence. Comme le dit Jacques Alain Miller dans un entretien à l’Express de décembre 2011, « dès qu’on parle, n’est-il pas vrai qu’on complote ? »

    La terminologie en « isme » désigne en revanche quelque chose de très précis.

    Un isme est un concept. Le suffixe « isme » ajouté à la fin d’un mot permet de désigner une doctrine, un dogme, une idéologie ou une théorie (exemples : catholicismebouddhismecubismesurréalisme,gaullismesocialismedarwinisme… etc).

    Ainsi en se référant à la structure du terme on peut s’interroger :

    • Soupçonner l’existence d’un complot, est-ce une doctrine, un dogme ou une idéologie ?

    À l’évidence non.

    Présumer une conspiration, c’est une intuition, une opinion.

    S’il arrive qu’une opinion -une perception même- soit le fruit d’une idéologie, l’opinion elle, n’est pas une idéologie.

    C’est un jugement personnel que l’on porte sur une question (un jugement qui n’est pas obligatoirement juste d’ailleurs).

    • Soupçonner l’existence d’un complot, est-ce un théorie ?

    Le fait de mettre en doute les premiers pas de l’Homme sur la lune, la version officielle du 11 septembre ou l’attentat de JFK ne peut se réclamer d’une même théorie. Chaque mise en cause d’un fait historique suggère une théorie particulière.

    Si l’on suppose que tous ces événements sont liés par un dessein commun, on ne pourra jamais englober l’ensemble des complots existants dans une même théorie. « La conspiration » dans son acception générale n’est donc pas une théorie.

    A l’instar de «  conspirationniste  » ou «  complotiste  », l’expression « théoricien du complot » définit le sujet comme un adepte d’une discipline ou d’une croyance particulière (on parle d’ailleurs « d’adepte de la théorie du complot » comme on parle « d’adepte d’une secte » !). Ce terme, comme ses équivalents, tend à catégoriser sous une même expression toute personne suspectant l’existence d’une manipulation quelle qu’elle soit. C’est absurde !

    En réalité les termes « conspirationniste »« complotiste » et « théoricien du complot » sont des formules qui n’ont aucun sens.

    Leur structure même le prouve.

    Par conséquent ces termes sont des exemples édifiants de ce qu’Orwell appelait le novlangue.

    Le novlangue est un langage inventé par Georges Orwell dans son livre 1984.

    C’était la langue officielle du gouvernement autoritaire de l’Océania.

    Basé sur l’idiome de l’époque, il consistait à créer une langue simplifiée, débarrassée des termes jugés inutiles.

    Le postulat était qu’en modifiant le langage, on transformerait l’esprit des gens.

    Il était entendu que lorsque le novlangue serait une fois pour toute adopté et que l’ancilangue serait oubliée (la langue d’origine), une idée hérétique -c’est à dire une idée s’écartant des principes de l’angsoc- serait littéralement impensable, du moins dans la mesure où la pensée dépend des mots.

    - Georges Orwell 1984

    Le novlangue est donc défini par une simplification lexicale et syntaxique de la langue destinée à rendre impossible l’expression des idées subversives et à éviter toute formulation de critique ( et même la seule « idée » de critique) de l’Etat.

    Ainsi nous constatons aujourd’hui l’émergence d’expressions installées de manière volontaire ou non, visant à discréditer toute personne qui met en cause la parole du Gouvernement.

    En effet, « être conspirationniste » est discréditant à deux égards :

    1°) Comme explicité plus haut, l’expression « conspirationniste » (« complotiste » ou « théoricien du complot ») vise à assimiler le sujet non comme une personne qui exprime librement son opinion, mais comme un croyant ou un disciple d’une secte ou d’un dogme particulier. On ne peut pas discuter avec lui d’un sujet rationnel puisque celui-ci obéit au dogme conspirationnisteLe théoricien du complot est un mystique qui ne voit la réalité qu’au travers du prisme complotiste.

    2°) L’expression «  conspirationniste  » fonctionne par amalgame.C’est Donald Rumsfeld le premier, qui lors d’une conférence de presse au lendemain du 11 septembre, a attribué un caractère antisémite aux tenants de la thèse du complot. Aussitôt l’ensemble des médias s’est engouffré dans la brèche. On a accusé Thierry Messan de propager des thèses haineuses. David Ray Griffin et les réalisateurs du filmLoose Change avaient prétendument puisé leur sources dans les milieux d’extrême droite. Quelques années plus tard, c’est la chroniqueuse d’une émission grand public qui affubla Mathieu Kassovitz du titre de « Négationniste du 11 septembre ». Manuel Walls lui, dans un entretien avec des internautes, avança que ceux qui croyaient au complot du Bilderberg étaient les mêmes qui mettaient en cause la version officielle du 11 septembre et l’existence de la Shoa.

    L’association est clairement établie depuis longtemps :

    Conspirationnisme = révisionnisme = antisémitisme

    En somme ce qui sous-tend l’accusation «  conspirationniste  » c’est un procès en nazisme !

    Les théoriciens du complot sont les hérétiques des temps modernes.

    Si jadis on accusait certains de sorcellerie, aujourd’hui on les accuse de complotisme. Si hier ils passaient sur le bûcher, aujourd’hui ils sont voués aux gémonies.

    Les théoriciens du complot sont des infréquentables. Ils propagent des rumeurs nauséabondes, manipulent, divulguent de fausses informations. Ils prennent corps dans des cercles extrêmistes et infestent le reste de la société. C’est une espèce qui se répand par contagion. Soyez vigilant, personne n’est immunisé !

    Je me souviens de cette scène où un journaliste osait confronter Bernard Henry Lévy sur les doutes concernant l’existence des tirs de l’armée de l’air Lybienne sur sa propre population. Celui-ci répondant à son interlocuteur : « Méfiez-vous, vous n’êtes pas loin de la théorie du complot ! »

    Assurément, toute personne qui doute de la version du Gouvernement est un conspirationniste qui s’ignore.

    Bernard Henry Lévy comme Arlette Chabot nous alertait :

    Méfiez-vous, méfiez-vous des adeptes de la théorie du complot, je vous demande d’être prudent (…) un jour vous vous apercevrez que vous avez été trompés, manipulés. Ayez aussi en tête que le « buzz » qui doit vous faire réagir peut-être organisé aujourd’hui par des sociétés spécialisées.

    Arlette Chabot, comme sept autres de ses confrères, s’était retrouvée devant les caméras d’Arte pour la réalisation d’un documentaire destiné à redorer le blason d’une presse en crise. Une ronde de journalistes fameux venaient courber l’échine, confesser leurs fautes, leurs faiblesses, tenter d’exciter la charité du téléspectateur.

    Dans son intervention, Arlette Chabot nous donnait un bel exemple de l’imposture de notre classe journalistique : elle nous alertait au sujet des théories du complot en reprenant paradoxalement la thématique des officines secrètes et des puissances occultes, elle usait ainsi de cette ruse orwellienneque je dénonce dans cet article.

    En conclusion, les journalistes et les commentateurs refusent de reconnaître leurs contradicteurs, ils refusent de leur donner voix au chapitre et de faire écho à leur thèses. Ils font passer leurs adversaires pour des fous, des croyants, des fanatisés et s’indignent à la seule évocation de leurs thèses. Le terme novlangue décrypté ci-dessus est un outil qui permet de légitimer cette attitude. Les expression «  conspirationniste  », «  complotiste  » et « théoriciens du complot » ne signifient rien et ne visent qu’à empêcher les gens de contester la parole du Gouvernement.


    Nous avons ici un exemple typique d’une stratégie sectaire.

    Ainsi, nos journalistes et nos commentateurs assurent la pérennité de la pensée unique et du dogme officiel.

     

     http://etat-du-monde-etat-d-etre.net/du-reste/presse-libre/le-conspirationnisme-na-pas-eu-lieu

     

    ..

     

    Partager cet article
    Repost0
    7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 14:18
    .
    Quand la France socialiste expulse des vieilles dames
    7.01.2013, 15:38, heure de Moscou
           

    телевидение телевизор старик дом престарелых пенсионер

     
    Photo : RIA Novosti

    C’est une nouvelle incroyable qui fait le tour des journaux français, une vieille dame de 94 ans domiciliée dans une maison de retraite dans le département des Hauts-de-Seine a été expulsée pour cause d’impayés. Histoire d’une France sociale qui tourne le dos à ses anciens.

    L’expulsion de cette pensionnaire d’une maison de retraite, à Chaville petite bourgade de 18 000 habitants du département 92 est en train de provoquer un véritable raz-de-marée médiatique. L’histoire commence lorsque les deux fils de cette dame âgée décident son installation due à son âge avancée dans une maison de retraite en 2011. Rapidement ils cessent toutefois de payer les mensualités et la facture s’allonge considérablement jusqu’à compter quelque 40 000 euros.

    La direction malgré de nombreuses relances téléphoniques et d’innombrables courriers auprès des deux fils de la pensionnaire n’obtient rien. Elle affirme ne pas avoir pu joindre les deux hommes pour les obliger à payer et déclare également qu’ils ont des revenus confortables. Portée devant la justice, cette dernière condamne les deux hommes à payer les arriérés mais les deux hommes restent silencieux. De guerre lasse, la maison de retraite décide spontanément la rupture du contrat et signifie à sa progéniture que la vieille dame sera expulsée et renvoyée chez l’un d’eux à Brou en Eure-et-Loir…

    Jusque-là il s’agissait d’une énième histoire concernant l’abandon parfois quasi-total de personnes âgées jugées encombrantes et inutiles, vues comme des fardeaux indésirables et gênants. En Russie, la vision la plus négative de la société française concerne justement « l’abandon » massif des personnes âgées dans ces maisons de retraite, assimilées à des prisons en attente de la mort. La société moderne est passée par là. Il est loin le temps où les anciens finissaient leur vie au sein de leur famille, auprès d’un fils ou d’une fille. Les personnes âgées bien sûr ne vivaient pas aussi longtemps, du moins en moyenne que de nos jours, mais c’est surtout l’expansion radicale et rapide de l’individualisme et de l’égoïsme qui a changé les choses dans l’Hexagone.

    L’incroyable de l’histoire de cette vieille dame est qu’elle ait pu être éconduite de cette maison de santé, placée dans un taxi avec ses affaires, et manu militari conduite chez l’un de ses fils… mais voilà, l’homme avait semble-t-il déménagé, il n’y avait personne pour l’accueillir et en désespoir de cause le chauffeur de taxi ne sachant que faire de cette encombrante cliente la dépose aux urgences de l’hôpital de Châteaudun… où la vénérable dame a passé son weekend. Complètement illégale, l’expulsion est vite dénoncée par les membres du personnel du centre hospitalier de Châteaudun, et arrive aux oreilles des journalistes de L’Echo Républicain.

    Rappelé à l’ordre sur le caractère illégal d’expulsion durant la trêve hivernale y compris dans les établissements de santé dont les maisons de retraite, la maison de retraite est mise au pilori. L’hôpital de Châteaudun s’apprêterait à faire un signalement à la Gendarmerie Nationale ce qui devrait donner lieu à des poursuites judiciaires. Affolée, la direction de la maison de retraite s’est empressée de reconnaître son erreur puis d’annoncer la réintégration de la vieille dame dans sa chambre… C’est donc à tous les niveaux de la société que le système aura failli. Au-delà du fait divers, cette incroyable histoire démontre à quel point les liens sociaux et familiaux sont aujourd’hui distendus en France.

    Des deux fils, en passant par le personnel de la maison de retraite, sa direction, son directeur et même le taxi, aucune personne n’a réalisé l’ignominie de l’acte qui était en train de se commettre sous leurs yeux. Sans parler des deux « chérubins » probablement également à la retraite, les personnes ayant décidé son expulsion en plein mois de janvier n’ont même pas fait la relation avec leurs propres parents. Dans une France qui vieillit, les personnes âgées semblent de plus en plus méprisées, souvenons-nous de la tragédie de la canicule de 2003 où plusieurs milliers d’entre eux avaient péri dans l’indifférence générale. Cet incident médiatique met en exergue la pauvreté des lois françaises en la matière et l’urgence d’actions éducatrices envers les plus jeunes.

    Car plus le temps passe, plus les jeunes générations vivent séparées des anciens, ceux qui pourtant ont fait qu’ils se trouvent sur cette terre, ceux qui ont combattu pour que nous vivions libres, ceux qui ont souffert et travaillé pour que ceux-là vivent dans l’opulence. Séparées des plus jeunes, les personnes âgées dont les problèmes sanitaires et médicaux sont montrés comme insurmontables pour une famille normale, sont désormais placés dans ces maisons qui sont selon les situations plus ou moins bonnes, ou plus ou moins mauvaises… Le coût important de ce système englouti parfois des héritages entiers, maisons, terrains, économies, retraites, ce sont des sommes considérables que les familles doivent engager.

    Ceci explique les capitulations et les fuites de certaines familles, quand nous n’assistons pas au pillage comme ce fut le cas dans ma propre famille, des maisons « abandonnées » des vieillards placés dans ces « asiles ». Absents, il est alors facile de les dépouiller de choses qui n’entrent pas dans les successions notariées faute de vigilance de la part des anciens affaiblis ou de n’avoir pas ne serait-ce qu’imaginer une telle et horrible éventualité. Ces « vols » sont le quotidien de millions de familles françaises dans l’indifférence totale. Avant même que la mort les emportent, ils se retrouvent dépouillés d’objets sentimentaux, meubles de famille, petits objets de valeurs, souvenirs… dont certains atterrissent directement sur les étalages des brocantes, une passion franco-française.

    Depuis plusieurs décennies, les problèmes du 3ème et du 4ème âge ne cessent de grandir. Malgré des améliorations notoires notamment de confort de ces maisons et du nombre de places disponibles, les moyens mis en face des personnes âgés restent insuffisants et dérisoires dans certains cas. Car le travail au cœur de la société, pour faire que les anciens ne soient pas des reliques abandonnées dans un coin, dans les limbes de l’oubli reste entièrement à faire. La France le pays des Droits de l’Homme ne s’attache plus à promouvoir l’amour de ceux qui l’ont faite, ceux auxquels les Français doivent pourtant leur reconnaissance éternelle… ceux qu’ils appelèrent autrefois Papa ou Maman, Mamie ou Papi… Leur cause n’était dans aucun programme politique des élections de 2012 y compris celui de François Hollande.

     

    http://french.ruvr.ru/2013_01_07/Quand-la-France-socialiste-expulse-des-vieilles-dames/

    Partager cet article
    Repost0
    7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 14:03
    Obama s’apprête à nommer le républicain Chuck Hagel à la tête du Pentagone
    Une bonne idée ! Pour la paix (Solution politique pour l'Iran, pas de soutien aveugle à Israël, contact direct avec le Hamas, etc). Gageons que le Lobby (AIPAC) fera tout pour empêcher sa nomination ! (eva)
     

     

    Hagel: Obama picks a fight he'll winChuck Hagel(Credit: AP) - http://www.salon.com/2013/01/07/the_fight_obama_is_picking/
    .

    Barack Obama s’apprête à nommer le républicain Chuck Hagel à la tête du Pentagone pour succéder à Leon Panetta. Cette nomination est loin de faire consensus, même au sein de son propre camp qui lui reproche ses critiques à l'égard d'Israël.

    Par Gaëlle LE ROUX (texte)
     

    Le président américain Barack Obama s’apprête, selon les médias américains, à nommer un républicain, Charles Timothy "Chuck" Hagel, à la tête du ministère de la Défense pour succéder à Leon Panetta. La désignation de cet homme à l’esprit indépendant, peu adepte des discours politiquement corrects, provoque une vive controverse au sein de la classe politique américaine.

    "J’ai travaillé avec Chuck Hagel, je le connais, a assuré Barack Obama, interrogé par la chaîne NBC la semaine dernière. C’est un patriote. C’est quelqu’un qui a fait un travail extraordinaire au Sénat, quelqu’un qui a servi son pays avec courage au Vietnam." Pourtant, malgré les propos dithyrambiques du président américain, Chuck Hagel est loin de faire l’unanimité jusqu’au sein de son propre camp, où il est considéré comme un franc-tireur.

    L’homme de 66 ans, sénateur du Nebraska pendant huit ans et actuellement coprésident du Comité consultatif sur le renseignement, s’est effectivement distingué à plusieurs reprises. Il a, notamment, tenu des propos homophobes en 1998 pour lesquels il s’est excusé en décembre dernier, mais a aussi dénoncé l’intimidation exercée par les lobbies juifs sur les politiciens américains. Chuck Hagel s’est, par ailleurs, toujours ouvertement opposé aux sanctions unilatérales contre l’Iran ou contre la Corée du Nord.


    "Le secrétaire à la Défense le plus antagoniste à l’égard d’Israël"


    "Hagel sera le secrétaire à la Défense le plus antagoniste à l’égard de l’État israélien dans l’Histoire de notre nation", a réagi sur CNN le sénateur républicain Lindsey Graham. "Non seulement il estime que nous devrions négocier directement avec l’Iran, que les sanctions ne fonctionnent pas, mais il dit également qu’Israël devrait négocier avec le Hamas, une organisation terroriste qui lance des milliers de roquettes sur l’État hébreu."

    L’homme fait si peu consensus que même Mitch McConnell, numéro un du groupe républicain au Sénat, a refusé, dimanche, de dire s’il appuierait le nom de Chuck Hagel à ce poste. Car sa nomination doit encore être approuvée par la chambre haute du Congrès pour être validée. Les débats risquent d’être houleux. Chuck Hagel devrait notamment subir un interrogatoire pointu sur ses positions concernant les questions israéliennes et iraniennes. "N’importe quel candidat à ce poste doit avoir une parfaite compréhension de la relation de proximité entre les États-Unis et Israël et de la menace iranienne", a encore estimé Mitch McConnell.

    Lundi, Barack Obama a également nommé le prochain directeur de la CIA, qui succèdera à David Petraeus, poussé à la démission à la suite de révélations sulfureuses sur sa vie privée. Il s'agit de John Brennan, le conseiller anti-terroriste à la Maison Blanche.

     

    http://www.france24.com/fr/20130107-etats-unis-pentagone-nomination-chuck-hagel-leon-panetta-succession-defense-israel-iran-polemique

     


    Avec dépêches

    Partager cet article
    Repost0
    7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 13:14

     

     

    imgscan contrepoints 115 mondialisation

    Lien raccourci: http://www.contrepoints.org/?p=82777

     

     

    http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/01/06/hollande-ayrault-et-la-mondialisation-i.html

    Hollande, Ayrault et la mondialisation (I)


    Le 6 janvier 2013, France TV Info écrit « 75% des Français ne croient pas Hollande sur l'emploi », alors que le JDD commente à son tour « Gouvernement : la com ne suffira pas ». L'Express souligne « Chômage: seul un Français sur quatre croit aux promesses de François Hollande » à propos de l'inversion annoncée de la courbe du chômage en 2013, sur la quelle Midi Libre emploie explicitement le titre « 75 % des Français ne croit pas à l'inversion de la courbe du chômage fin 2013 », et Le Nouvel Observateur « Pas d'inversion de la courbe du chômage en 2013, selon les Français ». En même temps, les médias n'ont guère commenté les suites des contacts récents entre les dirigeants français et les différentes organisations internationales : Banque Mondiale (BM), Fonds Monétaire International (FMI), Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE), Organisation Internationale du Travail (OIT), Organisation Mondiale du Commerce (OMC).

     

    Jusqu'où la France paiera-t-elle la facture d'une mondialisation économique dans laquelle ses propres dirigeants on joué un rôle important depuis l'arrivée de Jacques Delors à la présidence européenne il y a vingt-huit ans ? Et pourquoi, dans un pays dit « riche » comme la France, l'Etat devrait-il être endetté et dépendre d'agences de notation privées ? La réalité est que, dans le contexte de la « libre circulation » des capitaux et des marchandises et dans la course au nivellement par le bas des standards sociaux à l'échelle planétaire, la situation de la France semble devoir encore s'aggraver.

     

    Le 6 janvier également, dans un article intitulé « Réforme du marché du travail : les Français doutent de la possibilité d'un accord », Sud Ouest fait état d'un deuxième sondage mettant en évidence le caractère conflictuel de la politique sociale de François Hollande et Jean-Marc Ayrault. La casse programmée du Code du Travail français est-elle autre chose que l'un des volets du nivellement par le bas en cours aux échelles européenne et planétaire ? Un deuxième volet étant la pression fiscale croissante qui touche directement le petit épargne populaire, comme évoqué encore dans nos articles « Terrains à bâtir : le Conseil Constitutionnel censure la loi » (I) et (II).

     

    Quel a été le contenu de l'entretien récent entre François Hollande et le directeur général de l'OMC Pascal Lamy, sur lequel le site de l'Elysée ne semble diffuser que quelques images ? Et où mène la stratégie définie par Jean-Marc Ayrault dans son article « Pour un nouveau modèle français » publié par Le Monde quelques jours plus tard ? Sur ce programme de crise et de punition économique générale, Boursier.com constate « Ayrault appelle les Français à accepter la mondialisation », et Newsring « Jean-Marc Ayrault vante les mérites de la mondialisation en France ». Raison de plus pour consacrer quelques articles à la conférence de presse qui avait fait suite à la rencontre de François Hollande avec les représentants d'organisations internationales (BM, FMI, OCDE, OIT, OMC) le 29 octobre 2012. La facture pour la France de la mondialisation des capitaux et des marchés est très lourde, mais ne doit surprendre personne. Dès le départ, elle était évidente.

    [la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/01/06/hollande-ayrault-et-la-mondialisation-i.html ]

     

    .

    Partager cet article
    Repost0
    7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 03:48

     

    Dimanche 6 janvier 2013

    Obama dans les pas de BushLe FBI continue de mettre en avant la pratique de l’enlèvement à l’étranger de personnes suspectées de terrorisme, avec à la clé le transfert forcé vers les États-Unis, et ce en marge de toute règle de droit et en violation même des propres lois étasuniennes.

     

    C’est le quotidien Washington Post qui a vendu la mèche en relatant le dernier épisode du genre qui a vu trois Européens (deux Suédois et un Britannique) se faire kidnapper dans la petite république africaine de Djibouti parce que suspectés d’être membres d’al-Shabaab, un groupe armé islamiste actif dans la Somalie limitrophe. Le ministre des affaires étrangères suédois a confirmé en août l’arrestation et l’extradition clandestine qui a suivi d’Ali Yashin Ahmed, 23 ans, et de Mohamed Yusuf, 29 ans. Ces deux personnes sont depuis détenues illégalement et régulièrement interrogées par le FBI.

     

    Les deux accusés auraient été présentés devant un tribunal de Brooklyn le 21 décembre de l’année dernière. La police fédérale étasunienne a en effet annoncé dans un communiqué la comparution des deux Suédois et du Britannique – Madhi Hashi, 23 ans – devant les juges d’une cour new-yorkaise. Le lieu et les conditions de leur détention n’ont en revanche pas été révélés. Selon l’avocat de Yusuf, il n’y a aucun motif juridique valable pour juger son client aux États-Unis, et les autorités suédoises et britanniques n’ont relevé aucune activité criminelle au cours des déplacements des accusés au Yémen, en Somalie et à Djibouti. Les trois hommes ont été apparemment arrêtés pour un motif futile en août dernier mais une fois sous les verrous, ils ont été interrogés par des agents spéciaux étasuniens. Deux mois après leur arrestation, ils ont été inculpés au cours d’une audience secrète d’une juridiction fédérale à New-York puis transférés dans un lieu tenu là-aussi secret.

     

    Djibouti, le petit pays de la corne de l’Afrique contrôlé politiquement et militairement par les États-Unis, héberge la grande base du camp Lemonnier, nœud stratégique d’où partent les drones espions étasuniens et les soi-disant opérations antiterroristes.

     

    « Ces enlèvements sont encore plus fréquents qu’avant », affirme à la presse étasunienne Clara Gutteridge, activiste du groupe pour la défense des droits humains « equal justice forum », expliquant que ces détentions secrètes sont utilisées par les États-Unis en complément des raids sanglants toujours plus nombreux effectués au Proche-Orient, en Asie centrale et dans plusieurs contrées africaines. Du reste, Obama s’est bien gardé de fermer le camp de concentration de Guantanamo, où depuis des années des « suspects » kidnappés à travers le monde entier sont déportés, torturés puis interrogés. Malgré les efforts des juristes aux ordres de la Maison blanche, il n’a été possible d’offrir un parcours juridique légal aux personnes suspectées de terrorisme enlevées à l’étranger. Mais rien n’arrête décidément l’Oncle Sam qui pratique, en sus, des bombardements aveugles à l’aide de drones au Pakistan, au Yémen, en Somalie et en Afghanistan. Des armes qui n’existaient pas au temps de Bush… L’ancien président était contraint d’utiliser des équipes au sol, agents spéciaux ou militaires.

     

    Le nombre d’enlèvements effectués au terme du premier mandat d’Obama ne fait bien évidemment l’objet d’aucun communiqué officiel. En 2009, malgré la condamnation des agissements de la précédente administration républicaine, Obama a autorisé la poursuite des enlèvements illégaux de suspects en pays étrangers et leur déportation aux États-Unis où ils sont copieusement interrogés. Il paraîtrait néanmoins que les simulacres de noyade ne sont plus d’actualité…

     

    Capitaine Martin 

     

    Et la guerre qui ne dit pas son nom, avec les drones... au Pakistan, par ex. Jolie démocratie ! Note d'eva

     

     

    Articles récents

     

     

     

    Partager cet article
    Repost0
    7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 03:42

     

     

     

    .
    .
    Commentaire d'un Lecteur :

    Cette vidéo est connue mais il est bon de la rappeler….
    A cela tu peux rajouter la fable du créateur de FaceBook qui est exactement la même histoire.
    Et en plus la société capital risque qui l’a financé est une filiale de la CIA.
    Tu peux rajouter le HOLD’UP de la société française Gemplus fabricant les cartes à puces bancaires et téléphoniques qui est passé sous girons Américains et où tous les actionnaires français et chercheurs se sont fait évincer.
    A cela rajoute le scandale encore peu connu des Smartphones et Iphones qui sont capables de transmettre même éteints (sur la réserve téléphonique) de l’audio et de la vidéo) via des logiciels virus installés en parallèles des applications achetées dans les « apple stores ».

    Et cela sur d’autre serveurs que ceux des opérateurs téléphoniques sur lequels nous sommes abonnés.
    Moralités éloigne ton portable à plus de 10cm d’une conversation sensible même s’il est à l’arrêt.

    Donc notre société interdit de s’exprimer en dehors de la pensée admise mais en plus si tu le fais en comité restreint tu es espionné.

     

    .

    Partager cet article
    Repost0
    7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 03:37
    Un bébé en garde à vue,
    accusé d'avoir mendié


    Philippe Alain
    Dimanche 6 Janvier 2013


    Un bébé en garde à vue, accusé d'avoir mendié

     

    On croyait avoir tout vu en ce qui concerne les pratiques policières françaises contre les roms. Et bien non, il va falloir se faire une raison. Après les expulsions et les traques qui ont repris de plus belle avec Hollande et Valls (1). Après les cyclistes verbalisés pour pneus lisses (2). Après les enfants violentés, pourchassés et humiliés par la police (3). Voici le bébé de 12 mois enfermé pendant plus de 4 heures, accusé d’avoir mendié.

    Les faits se passent en cette fin d’année 2012. Mirela (4), rom originaire de Roumanie sollicite la générosité des passants afin qu’ils lui donnent quelques pièces qui lui permettront d’acheter de quoi manger pour elle et son enfant. Sa main gauche est tendue, la paume ouverte vers le ciel, sa main droite tient fermement la poussette de son enfant de 12 mois.
    Mirela vit dans un “camp”, appellation politiquement correcte pour désigner en réalité, un bidonville qui ressemble aux favelas de Rio ou d’ailleurs. La France est la 5ième puissance économique au monde, mais elle est incapable d’intégrer correctement les 15 000 roms présents sur son territoire dont la moitié sont des enfants. Comme des centaines de familles, Mirela n’a nulle part où aller. Le 115 lui répète inlassablement chaque jour que toutes les places d’hébergement d’urgence sont occupées. Condamnée à rester dans un bidonville avec son enfant, elle doit trouver de l’argent pour survivre et n’a pas les moyens de mettre son bébé à la crèche. Tout le monde pourrait s’en douter.
    Tout le monde, sauf nos chers policiers-assistantes-maternelles-la-main-sur-le-cœur qui, outrés par la présence d’un enfant dans la rue décident de prendre le problème à bras-le-corps et l’enfant sous leurs bras protecteurs. Bien que Mirela ne fasse que tendre la main aux passants, ils trouvent son attitude insupportable et contraire aux lois de la république.
    Dans la France de Hollande, Valls et Bauer, un enfant rom dans les bras de sa maman est en effet devenu un danger public. Alors les policiers vont les emmener manu militari au poste où ils vont humilier, insulter et menacer la maman.

    On lui demande tout d’abord de présenter ses papiers d’identité ainsi que ceux de son enfant, ce qu’elle fait. La procédure qui suit ne peut donc pas être une vérification d’identité puisque selon l’article 78-3 du code pénal, « La personne qui fait l'objet d'une vérification ne peut être retenue que pendant le temps strictement exigé par l'établissement de son identité ». Alors pour faire bonne figure et justifier les longues heures d’attente que la maman et son bébé vont passer au poste, la police va falsifier la vérité et relater par écrit des faits matériellement impossibles.

    Cela ne devrait pas tarder, mais la mendicité n’est pas encore interdite en France. Un Officier de Police Judiciaire (OPJ) va donc l’accuser, tenez vous bien, d’avoir « organisé la mendicité d’autrui en vue d’en tirer profit », avec cette circonstance aggravante que les faits auraient été commis à l’égard de son enfant de 12 mois. On croit rêver, mais non, c’est bien écrit noir sur blanc.

    Un bébé de 1 an, ça pleure, ça rit, ça crie, c’est un trésor que l’on protège et que l’on chérit. On y tient comme à la prunelle de nos yeux, quand il a mal, on a mal, quand il sourit, on est heureux. Et bien non. Selon la police, les roms détestent leurs enfants, ils les haïssent même, au point d’en faire des mendiants, dès l’âge de … 12 mois…

    Incroyable, mais vrai, la police français voit vraiment des choses extraordinaire.
    L’OPJ qui a rédigé le rappel à la loi aurait dû passer un coup de fil au Guinness des records.
    Un bébé roumain de 12 mois, qui marche, tend la main, parle en français et court après les passants pour leur demander de l’argent, si ce n’était pas écrit sur un document officiel de la police, personne n’y croirait, n’est-ce pas ?

    Le rappel à la loi qui est donné à Mirela explique que les faits qui lui sont reprochés sont passibles de 5 ans d’emprisonnement et 75 000 € d’amende (article 225-12-6 du code pénal). Elle est également sous la menace d’une interdiction de séjour en France d’au mois 10 ans. (article 225-20 et 21 du même code pénal). Magnanime, l’OPJ va quand même laisser repartir la maman et son enfant plus de 4 heures après leur arrestation, en précisant bien à Mirela qu’elle sera poursuivie devant le tribunal si elle commet une autre infraction dans les 3 ans à venir…

    On pourrait penser qu’il s’agit là d’un dérapage de quelques policiers particulièrement zélés, sensibles aux conditions de vie des enfants roms et qui ont raté leur vocation d’assistante sociale. Pas du tout. Ce détournement de la loi afin de traquer, de condamner et d’expulser des familles roms n’est pas nouveau. Il est dans le droit fil de la politique raciste lancée par Sarkozy contre les roms et reprise à leur compte par Hollande et Valls.
    Lors de l’été 2011, déjà, des mamans roms qui mendiaient avaient été arrêtées et séparées de leurs enfants plusieurs semaines. A l’époque, c’est la « privation de soins » qui avait été évoquée par les policiers, mais le tribunal de Bobigny avait décider de relaxer les mamans injustement incriminées. (5)
    A l’époque, la police se trouva fort dépourvue quand la sentence du tribunal fut venue. L’un d’entre eux en avait les larmes aux yeux: «Le phénomène n'est pas facile à appréhender. Il existe peu de recours pour protéger ces enfants. Si la privation de soins n'aboutit pas, notre champ d'action se retrouve bien restreint». Le policier assistante maternelle en chef avait prévenu: «Nous n'avons pas l'intention d'abandonner ces enfants. Si la privation de soins ne fonctionne pas, nous trouverons autre chose» (6)

    Ouf, nous sommes soulagés, ils ont trouvé autre chose: le réseau mafieux de mendicité organisé par la maman qui force son bébé de 12 mois à courir après les passants pour leur extorquer de l'argent… Plus c'est gros, plus ça passe. Après le cancer, la sécurité routière, les violences faites aux femmes, je propose que l’on érige en grande cause nationale la protection des enfants roms et que l’on mette sur le coup tous les policiers de France et de Navarre. Plus sérieusement, au lieu de se prendre pour ce qu’ils ne sont pas et n’ont jamais voulu être, des assistantes maternelles, les policiers et leur hiérarchie feraient mieux de s’occuper de la vraie délinquance qui elle, ne cesse de progresser.


    Le gouvernement qui n’a de socialiste que le nom, ferait mieux pour sa part de lutter contre la pauvreté plutôt que de pourchasser les pauvres.


    Bébés roms qui êtes nés sous une mauvaise étoile, en ce début d’année traditionnellement consacré aux vœux, la France, le Président Hollande et son bras droit Manuel Valls vous souhaitent une bonne et heureuse année 2013… En Roumanie.

    Philippe Alain
    http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-alain

    (1) http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-alain/110812/enfants-roms-lautre-tweet-de-valerie
    (2) http://www.mediapart.fr/journal/france/261012/roms-le-harcelement-des-policiers-de-lessonne
    (3) http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-alain/061012/des-enfants-pourchasses-violentes-et-humilies-par-la-police
    (4) le prénom a été changé
    (5) http://lci.tf1.fr/france/justice/mendiantes-roumaines-au-tribunal-la-chasse-aux-roms-continue-6808956.html
    (6) http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/10/25/01016-20111025ARTFIG00350-la-police-face-au-casse-tete-des-enfants-mendiants.php?cmtpage=4

     

    http://www.alterinfo.net/Un-bebe-en-garde-a-vue-accuse-d-avoir-mendie_a85378.html

     


    Partager cet article
    Repost0

    Présentation

    • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
    • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
    • Contact

    Recherche