Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 02:05

 

La flotte russe à Tartous en Syrie

 

dhamiro

20 décembre 2012

 

L’état-major russe : Manœuvres des flottes russes mixtes à proximité du littoral syrien avant la fin du mois :


Moscou / Un responsable d’état-major russe a déclaré aujourd’hui que des formations mixtes des flottes de guerre russes des Mers du Nord, de la Baltique et Noire mèneront avant la fin de ce mois des manœuvres militaires à proximité du littoral syrien.

La source a fait noter que des bâtiments de guerre relevant des flottes des Mers du Nord et de la Baltique ont pris le large vers la partie Est de la Méditerranée où se trouvent nombre de navires de guerre relevant de la flotte de la mer noire.

La source a indiqué que les navires mèneront avant la fin de ce mois des manœuvres sur des opérations militaires près du littoral syrien, soulignant que les navires de la mer noire sont prêts à se rendre à la Méditerranée.

Bogdanov examine avec l’ambassadeur Haddad les développements de la situation en Syrie

L’envoyé spécial du président russe pour les affaires du Moyen-Orient, vice-ministre des AE, Mikhaïl Bogdanov, a passé en revue avec l’ambassadeur de Syrie à Moscou, Ryad Haddad, les développements de la situation en Syrie.

Dans un communiqué publié aujourd’hui, le ministère russe des AE a indiqué que les deux parties avaient échangé leurs points de vue sur la conjoncture en Syrie, soulignant que le côté russe avait affirmé sa position de principe appelant à un règlement politique rapide de la crise en Syrie en se référant au communiqué de Genève.

Pouchkov : Washington avait signé d’une main le communiqué de Genève et soutenu de l’autre le terrorisme

Le chef de la commission des relations internationales à la Douma, Alexeï Pouchkov, a affirmé que les Etats-Unis et les soi-disant « Amis de la Syrie » avaient signé d’une main le communiqué de Genève et soutenu de l’autre les gangs armés en arme et en fonds.

Dans des déclarations données aujourd’hui au correspondant de SANA à Moscou, Pouchkov a imputé aux soi-disant « Amis de la Syrie » la responsabilité de l’échec du plan de l’ex-émissaire des NU pour la Syrie, Kofi Annan, exprimant le doute que les NU soient en mesure de régler la crise en Syrie.

Pouchkov a aussi imputé aux Etats-Unis la responsabilité de l’entrave de l’engagement d’un dialogue entre l’autorité et l’opposition en Syrie en raison de sa reconnaissance de la coalition de Doha.

Quant au déploiement des missiles « Patriot » en Turquie, Pouchkov a estimé que ces missiles n’ont pas été envoyés uniquement en Turquie en raison de la crise en Syrie mais en vue d’attiser la situation avec l’Iran.

Dans une conférence de presse tenue aujourd’hui à Moscou, Pouchkov a indiqué que les mesures prises par les « Amis de la Syrie » visent à faire perdurer la violence.

Il a fait savoir que les positions russes et chinoises envers ce qui se déroule en Syrie sont identiques.


A. Chatta & T. Slimani

http://www.sana-syria.com/fra/55/2012/12/19/458197.htm

 

;

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 01:35

 

Révolution arabe ou révolution islamiste ? Conséquence et inconséquence.

Publié le 19 décembre 2012

12

 

PRINTEMPS-ARABES-COVER-2Le « printemps arabe » c’est la fabrique de la propagande à la guerre.  »Liberté, démocratie, laïcité » nous disait-on. On peut voir dans certaines réactions de ceux qui nous combattent, de la dynamite rare. De ces expériences, il y a aussi beaucoup de souffrance, celle de savoir qu’on se trompe, qu’on se ment à soi-même. Mais, dans une dialectique mortifère, certains refusent de voir la réalité en face. Ma démarche, sorte de soliloque, gagne désormais les masses trompées. J’estime que seule la vérité est importante, mais, de nos jours, elle est considérée comme un « véritable suicide social », me disent mes amis. Ces derniers ont sans doute peur pour moi mais, comme le disait Dolores Ibárruri Gómez,« Mieux vaut mourir debout que de vivre à genoux ».


 Il est quand même risible de se taire face aux injustices du monde. Au panthéon du mensonge, ceux qui s’habillent d’oripeaux élogieux dans une hypocrisie de bas-étages pour déclamer leur amour à la justice. Du vent ! Pire, tels des arracheurs de dents, ils sont les professionnels de la fabrique du grand bluff, versent des larmes de crocodile et font semblant en public. Suivez mon regard ! Le fait de mentir consciencieusement et non par procuration ou par omission est le socle sur lequel tous se basent, s’appuyant sur une masse lobotomisée et convaincue que la vérité vient forcément d’en haut.


Le drame avec ces petits nazillons qui sont d’ailleurs devenus grands en pratiquant leur génocide sur le peuple libyen, c’est lorsque leur propagande ne fonctionne pas. Ensuite, ils te font une guerre pluridisciplinaire, aussi bien médiatique, économique qu’armée. La Syrie est un cas d’école. Sanctions économique, médiatique et financement du terrorisme vont de pair. Comment peut-on déclarer qu’on est « ami » d’un pays qu’on soumet à des astreintes économiques drastiques, qui sont en réalité de véritables crimes contre l’humanité ?


Le « Moi » est haïssable disait Blaise Pascal, mais, ces gens croient ou font semblant d’avoir raison sur tout or, il n’ont véritablement raison sur rien. A part leur comportement de nazi, rien dans les chaussettes, ils n’agissent jamais seul mais à plusieurs. Des lâches en somme. Il faut voir la coalition qui a attaqué un seul homme, le frère Guide Mouammar Kadhafi, pour s’en convaincre. Chantres d’une vérité galvaudée, certains ne se rendent même plus compte de leurs conneries faites de cynisme, de suffisance et de diktat.


Être président de je ne sais quel pays, soi-disant puissant ou riche, n’immunise contre rien. Ces clowns servent eux-mêmes sous la menace des lobbies financiers à qui ils doivent leur place et utilisent les mêmes méthodes qu’eux pour terroriser les plus faibles. Montrer ses muscles aux faibles n’est nullement de la bravoure mais de la vraie faiblesse. On l’aura compris, ceux qui ont développé l’arme nucléaire ne seront jamais attaqués. Il y va ainsi de certains pays qui osent tout au vu et au su de tous sans que personne ne lève le petit doigt. Le Traité de non-prolifération (TNP) est aussi bidon que l’ONU et les autres organisations mafieuses qui disent lutter pour la paix.


Ce sont les sous-fifres des Occidentaux qui sont actuellement au pouvoir de Tunisie en Égypte en passant par la Libye. Qu’ont-ils fait des « printemps » ? Rien. Ils se sont installés au pouvoir simplement pour assouvir leurs bas-instincts et priver les autres de choses les plus élémentaires. De Morsi à Marzouki en passant par les nouvelles autorités libyennes (personne ne sait plus qui est qui en Libye). le printemps arabe c’est l’escroquerie islamiste et non islamique…Le peuple n’a rien gagné, les opposants d’hier sont devenus les maîtres et font ce qu’ils reprochaient à leurs prédécesseurs. Quelle ironie !

 

http://allainjules.com/2012/12/19/revolution-arabe-ou-revolution-islamiste-consequence-et-inconsequence/

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 01:33

 

Bientôt la fun du monde ? 

 

Photo illustration Archives.

 

 

 

Bonjour

 

Alors, on saute tous vendredi ?

 

Il paraît qu'un Astérix (sans son Obélix bientôt en Belgique) va bientôt foncer sur nous...

 

J'ai acheté une corde à sauter pour mieux sauter avec Astérozoïde.

 

 

corde-a-sauter-index.jpg

 


fleux.com

 

 

Au fait, si bientôt on doit tous "sauter", pourquoi nos Zélus sont-ils en train de plancher sur de nouvelles mesures (évidemment toujours formidables) ? Pourquoi israël prévoit la construction de 2000 nouveaux logements à Jérusalem ? Pourquoi l'Europe concocte-t-elle un meilleur verrouillage de nos budgets ? Pourquoi Hollande a-t-il été avec sa sympathique nana préparer un avenir évidemment radieux pour les Algériens et les Français ? Pourquoi va-t-on juger bientôt super Sarko alors que la Justice divine devrait suffire ? Pourquoi la Corée du Sud s'est-elle dépêchée d'élire la fille de son ancien dictateur ? Pourquoi, pourquoi, pourquoi... stop !

 

Il y a un an ou deux sur ce blog, j'ai fait un article sur "Maya oui, Maya non", comprenez Maya l'abeille oui, mais non aux Mayas spécialisés dans les sacrifices humains.

 

Bon, bref, je vous dis à samedi, et bonne sauterie vendredi !

 

Votre eva R-sistons

 

Si vous n'êtes pas convaincus par mon article très très scientifiques, si, si, vous pouvez toujours vous rabattre sur ça, vous voyez j'ai quand même envoyé un papier pour les amateurs, sur mon blog sos-crise, avec moi il y en a pour tous les goûts....

 

Le 21 décembre, c'est bientôt ! Que se passera-t-il ? Réponse d'un "chercheur"

 

Maya l'abeille
Partager cet article
Repost0
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 00:29

 

Noel Sheppard's picture

Sean Penn Expresses 'Love' for Ailing Chavez: 'One of the Most Important Forces We’ve Had on This Planet'
http://newsbusters.org/blogs/noel-sheppard/2012/12/11/sean-penn-expresses-love-ailing-chavez-one-most-important-forces-we-v

 

Actor Sean Penn attended a candlelight vigil for ailing Venezuelan President Hugo Chavez in La Paz on Monday.

"He is one of the most important forces we’ve had on this planet," said a choked up Penn to those assembled. "I do it in love and I do it in gratitude" (video follows with transcript and commentary):

 

SEAN PENN: He is one of the most important forces we’ve had on this planet. And I will wish him nothing but that great strength that he has shown over and over again. I do it in love and I do it in gratitude…So, I just want to say that from my very American point of view of my friend President Chavez, it is only possible to be so inspiring as he is as a two-way street. And he would say that his inspiration’s the people.

It's an amazing state of affairs when an American actor believes one of the world's leading despots is "one of the most important forces we’ve had on this planet."

How embarrassing to have this man claim to be speaking for this country in such a way about one of this nation's sworn enemies.


About the Author

Noel Sheppard is the Associate Editor of NewsBusters. Click here to follow Noel Sheppard on Twitter.


Read more: http://newsbusters.org/blogs/noel-sheppard/2012/12/11/sean-penn-expresses-love-ailing-chavez-one-most-important-forces-we-v#ixzz2FXlIbMwI

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 00:21

 

Le gouvernement français peut-il couper internet en cas de French Revolution ?

par Pierre saintrailles (son site) mercredi 19 décembre 2012


En cas de forte crise sociale débouchant sur des débordements, le gouvernement a-t-il le droit et les moyens de couper Internet, purement et simplement pour éviter au peuple de s'organiser ?

Cette double question mérite de s'interroger un peu à la lumière des coupures qui ont affectées la Syrie (fin novembre 2012) ou bien encore l'Egypte (2011), l'Iran (2009) ou la Birmanie (2007).


A chaque fois désormais, la même configuration se répète :

face à une agitation sociale vive et trop organisée, le gouvernement d'un état vacillant coupe les principaux systèmes de communication pour se donner du temps et reprendre du terrain sur son adversaire (son peuple...)

Scénario catastrophe impossible en France... A moins que...

 

Une coupure techniquement possible

Techniquement, le système des télécommunications (téléphonie, internet...) semble pouvoir être réduit à la portion congrue si le gouvernement français le désire. Difficile de dire qu'une coupure totale est possible mais une baisse de 90% du trafic (comme en Egypte, par exemple) est tout à fait envisageable.

Que le réseau fonctionne par le filaire, la fibre optique ou les ondes, il est contrôlable. La preuve ? Le 6 juillet 2012, les abonnés d'Orange ont la désagréable surprise de ne plus pouvoir se servir de leur téléphone (souvenez-vous !). Le PDG de France Télécom expliquera quelques jours plus tard qu'un problème logiciel avait affecté le coeur du réseau. Le marché d'internet (navigation web, courrier électronique, messagerie instantanée et réseaux sociaux) et de téléphonie mobile se réparti en France entre 4 gros fournisseurs : Orange (France Télécom), SFR (Vivendi), Bouygues Telecom (Bouygues) et Free. On sait que Free est dépendant d'Orange (ainsi que la plupart des petits opérateurs, pas du tout indépendants...) Il suffit donc de convaincre Orange, SFR et Bouygues simultanément pour connaitre un black-out total.

Du fait de l'implantation de France telecom, cet opérateur peut même probablement à lui seul tout bloquer.

 

Les vidéos du web
PlayArrow
http://www.dailymotion.com
PlayArrow
www.pilot-capless.fr
PlayArrow
http://www.dailymotion.com
PlayArrow
http://www.dailymotion.com
PlayArrow
http://www.wideo.fr
PlayArrow
www.easyflirt.com
Il y a 3 mois - 24 minutes

Discours de clôture de Jean-Marc Ayrault lors des journées parlementaires

www.dailymotion.com [?]

Une coupure sérieusement envisagée ?

Aux Etats-Unis, Barack Obama a signé un décret sur le contrôle d’Internet en cas de catastrophes naturelles. Au nom de la sécurité nationale, le gouvernement américain se donne les pleins pouvoirs sur le Web…

En Chine, la censure fait rage. Une des méthodes les plus classiques consiste à interdire certains mots sur les moteurs de recherches, qu'ils soient internationaux ou nationaux. La recherche du mot clef aboutie à une page d'erreur et la répétition de la même recherche bloque temporairement l'IP.

Nul doute que la Chine, au dispositif de contrôle très centralisé, a les moyens de couper complètement le net, si nécessaire...

En France, les choses sont moins tranchées. Échaudé par les controverses violentes suscitées par la loi Hadopi, aucun texte de loi et aucun politique ne réclame un tel pouvoir.

 

Une coupure pour quoi faire...

Le gouvernement français n'a pas le droit de couper internet. Mais, en cas de difficulté très fortes, hésiterait-il à le faire, sachant qu'il en a techniquement les moyens et qu'il peut toujours invoquer une panne ?

Si l'on reprend les grandes manifestations des dernières années, on s'aperçoit qu'elles se sont parfois essoufflées devant le travail d'usure du gouvernement. Si celui-ci s'aperçoit que cette tactique n'est pas possible (soit que le mouvement social est trop fort, soit trop durablement installé), une coupure des communications apparaît comme une arme redoutable. Même sans Machiavel aux manettes, qui peut vraiment penser que cette méthode serait obligatoirement écartée ?

Difficile de trouver la parade... La vigilance doit être entière, notamment dans la surveillance des rapports entre les grands groupes qui gèrent les communications et l'Etat. Les médias (ceux qui ne sont pas encore aux mains des grands groupes de télécommunications) sont les seuls à pouvoir faire ce travail.

 

Quoi qu'il en soit, les révolutionnaires de demain doivent savoir qu'ils sont à la merci d'un outil que l'on pourrait croire neutre... mais qui très clairement n'est pas dans leur camp.

 

http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/le-gouvernement-francais-peut-il-127765?debut_forums=0#forum3573327

 

.

Commentaire :


.
(..) Pas encore lu l’article ... mais au début de l’article, j’ai lu vite fait que l’auteur dit : « coupure internet comme en Syrie » ... La Syrie est attaquée de toutes parts, de l’intérieur et de l’extérieur ...
Internet a été coupé par mesure de sécurité et remis en route ensuite ...
Imaginons que la France soit attaquée par les premières puissances ... et de l’intérieur, des mercenaires venus de l’étranger pour foutre le bordel, tuer .... etc...


Par Hijack

 

.

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 00:05

 

L'OTSC s'oriente vers des opérations de maintien de la paix (Poutine)
16:30 19/12/2012
MOSCOU, 19 décembre - RIA Novosti

L'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) s'est engagée dans la préparation d'opérations de maintien de la paix, a annoncé mercredi le président russe Vladimir Poutine, tout en soulignant que l'ingérence dans les affaires intérieures des Etats souverains était inadmissible.

"Ignorer ces principes (d'immuabilité des normes du droit international et d'inadmissibilité de l'ingérence dans les affaires intérieures), essayer d'imposer ses clichés à d'autres pays peut amener aux conséquences les plus graves. L'évolution dramatique de la situation au Proche-Orient et en Afrique du Nord en témoigne avec éclat", a déclaré M.Poutine lors d'une réunion du Conseil de sécurité collective.

Et d'ajouter que l'OTSC avait réussi à progresser considérablement en matière de coopération militaire, dans la lutte contre le crime international, notamment contre le narcotrafic.

"La préparation d'opérations de maintien de la paix a démarré", a indiqué le chef de l'Etat russe.

Créée en 2002, l'Organisation du traité de sécurité collective, qualifiée par certains analystes d'"Otan russe", est une organisation à vocation politico-militaire qui regroupe à ce jour l'Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizstan, la Russie et le Tadjikistan.

 

Lien : http://fr.rian.ru/world/20121219/196986134.html

 

----------------------

 

Grande conférence de presse de Poutinele 20 décembre

Путин Псков

 

 

Le président russe Vladimir Poutine donnera sa grande conférence de presse annuelle jeudi 20 décembre. Elle débutera à midi (heure de Moscou). La diffusion en ligne, ainsi que les déclarations les plus importantes du chef de l’Etat seront disponibles sur le site de La Voix de la Russie.


Près d’un millier de journalistes russes, ainsi que quelque 200 journalistes étrangers couvriront cet événement.


Les thèmes de la conférence ne seront soumis à aucune restriction. M. Poutine répondra à toutes les questions concernant la politique intérieure et extérieure, ainsi qu'aux questions d'ordre personnel.


La première conférence de presse a eu lieu en juillet 2001, à la veille du sommet du G8. La durée des conférences n'a cessé de croître d'année en année. En 2008, la septième grande conférence de presse de M. Poutine a battu les records de durée (4 heures 40 minutes), de nombre de journalistes accrédités pour couvrir cette manifestation (1 364) et de réponses (106) données par le président. /L

 

 

Lien : http://french.ruvr.ru/2012_12_19/La-grande-conference-de-presse-de-Poutine-se-tiendra-le-20-decembre/

 

http://chiron.over-blog.org/article-grande-conference-de-presse-de-poutine-le-20-decembre-113618777.html

Grande conférence de presse de Poutine le 20 décembre

 

 

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 23:46

 

Mardi 18 décembre 2012

Vous savez ce que ce mot désigne, je suppose ? Je rapelle que très sommairement résumé le libéral-fascisme consiste à accorder toujours plus de liberté aux entreprises (base du libéralisme) et toujours moins de liberté aux citoyens (base du fascisme). http://www.syti.net/LiberalFascisme.html

 

  Le capitalisme financier, c’est l’écrasement définitif des pauvres (et des moins pauvres) par les riches, dans le cadre d’un État fort, très régalien, archi-fliqué.

 

 

Neo-Fascisme-copie-1.jpg.

 

http://miiraslimake.over-blog.com/

 

 

 

Sur ce site,

 

L'Europe d'aujourd'hui c'est ça ! ....

 

Savez-vous qu’il existe certaines villes, en Europe - absolument , en Europe ! - où il est interdit de :


* blasphémer ou jurer sur la voie publique (amende de 50 à 100 euros)

* faire des châteaux de sables sur la plage ! (amende 100 à 500 euros)

* faire des massages sur la plage (amende 100 à 200 euros)

* mendier sur la voie publique (confiscation de l’argent collecté)

* aller sur la voie publique le torse nu (amende 100 à 200 euros)

* se déplacer sur la voie publique avec des chaussures en bois, qui font du bruit ! ! (100 à 200 euros)

* tondre son gazon un autre jour que vendredi, samedi ou dimanche (amende de 500 euros)

* se réunir ou se promener à plus de 3 personnes passé 11 h du soir

* s’arrêter le nuit dans un parc !!! (le jour c‘est permis mais seulement à deux)

* donner à manger aux pigeons (amende 50 à 200)

* jouer de la guitare ou autre instrument de musique sur la voie publique (amende 50 à 200 euros et confiscation de l’instrument de musique !) - et chantonner aussi ?

* dessiner avec des craies sur le trottoir (argent confisqué)

* faire l’amour dans son automobile.

* faire des spectacles artistique sauf le samedi entre 10 h 30 du matin et 11 h du soir (amende 150 à 500)

* porter des sacs en plastiques remplis de choses susceptible d’être objet de vente (amende 150  euros)

* aller sur la voie publique en portant avec soi une bouteille ou une canette (amende 50 à 100 euros)

* fouiller dans les poubelles ou les décharges à ordures (confiscation des objets récupérés plus amende de 150 à 250 euros)

* pique-niquer sur la voie publique (confiscation de la nourriture et amende de 150 à 350 euros)

* et « las but not least » protester contre l’application des lois susdites (arrestation pour « rebellion »)

 

 

maintenant les paris sont ouverts : dans quel pays d'Europe se trouvent ces villes ?

 

Celui-là ? :  http://www.sudpresse.be/actualite/faits_divers/2011-05-05/6-mois-de-prison-pour-avoir-vole-2-sachets-de-muffins-perimes-dans-une-poubelle-870713.shtml?page=2

ou celui-là ? http://www.lesoir.be/132967/article/actualite/monde/2012-12-05/amsterdam-va-placer-ses-marginaux-dans-des-camps

 

(en fait, vu le contexte dnas lequel j'ai lu ce témoignage, je crois que c'est aux Pays-Bas, pays où venait de s'achever le congrès universel des espérantistes, congrès au cours duquel on avait arrêté et conduit au poste de police un des congressistes sparce que .... il avait refusé de mettre à son cou la fameuse LAISSE d'identification avec badge plastique, photo, etc, que tout le monde maintenant est obligé de porter losqu'il participe à n'importe quel congrès ou réunion dans un bâtiment quelconque gardé par des "gorilles privés".)

 

On est vraiment des des sociétés de détraqués.

ULTRANOVA

 

.

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 22:34

 

Troupe d'élite - L'ennemi intérieur

http://lci.tf1.fr/cinema/films/troupe-d-elite-l-ennemi-interieur-6957771.html

 

07/12/2012

L'armée française se prépare à venir taper en ville sur les citoyens français ! Le comble ! Scandaleux !

C'est parfait ! Ils s'attendent à des émeutes et à une guerre civile que les élites et les banksters auront soigneusement préparées en ruinant et en affamant les peuples ?

Au lieu de nous protéger contre les mafieux qui nous gouvernent et contre les banksters qui nous ruinent, l'armée française se prépare à venir nous tirer dessus en cas, sans doute, de guerre civile qui aura été soigneusement préparée par les VRP des banksters que nous avons à la tête de la France et de l'Europe.

Ainsi, nous payons les militaires et leurs nouveaux matériels pour qu'ils viennent nous tirer dessus.

Voyez l'armement dont ils disposeront dans l'article ci-dessous.
 
Ce n'est pas le Traité Liberticide de Lisbonne qui les y autoriseraient par hasard ?
Un moyen de pression supplémentaire pour nous dissuader de nous révolter contre le système mafieux et de nous maintenir au rang des moutons bien dociles.

Comme quoi tout ce qui se passe en politique a toujours été préparé par les élites des décennies à l'avance.

Vous pouvez tous les remercier.

L'armée française se prépare à mener le combat urbain

 
Jean-François LAVILLE
lest-eclair.fr
mer., 05 déc. 2012 16:28 CST
Imprimer
 


Pour appuyer les troupes au sol engagées dans un combat urbain, les troupes utilisent également le mortier, opérationnel en quelques secondes.
 

Aube - Dans une ville fantôme bâtie dans l'Aisne, l'armée se prépare aux nouvelles formes de combat pour être plus efficace et moins vulnérable

Les hauts gradés ne s'en cachent pas : les combats de demain ne seront pas ceux d'hier. Les armées ne vont plus « faire campagne », mais vont se battre en ville. « Mais, en ville, un combat est souvent source de pièges et d'enlisement. Il y est quasiment impossible d'y développer une manœuvre sans risque de perte importante en matériels et en personnels », rappelle l'un des officiers supérieurs du camp militaire de Sissonne, situé dans l'Aisne. Alors il faut s'adapter avec du matériel performant et du personnel bien formé. C'était tout le sens des manœouvres organisées voilà quelques jours sur ce camp, en présence du général Bertrand Ract-Madoux, chef d'état-major de l'armée de terre.

Changer du matériel « à bout de souffle »

Cela se passe au cœur d'une ville fantôme - équivalent d'une cité de 5 000 habitants - bâtie spécialement pour l'entraînement au combat urbain. L'occasion pour les militaires de souligner qu'un combat sans hommes est une utopie. « Ce sont des combats de grande intensité qui nécessitent des relèves. On sait qu'un soldat restant plus de 24 heures au combat urbain peut souffrir de dommages psychologiques importants. » Le général de division Bernard Guillet est encore plus direct en évoquant, certes, les contraintes budgétaires pesant sur les choix d'investissement, mais aussi le matériel « à bout de souffle ». C'est alors que les militaires évoquent « la démarche Scorpion », présentée comme le « projet phare de l'armée de terre ». Il s'agit de renouveler les équipements, d'utiliser encore davantage les nouvelles technologies et de rendre les forces moins vulnérables, « tout en endiguant les surcoûts dans une période de disette financière ».

 

Ce n'est pas par hasard si, à ces manœuvres, étaient invités les parlementaires des commissions de Défense des deux assemblées, ceux qui vont peser lors du vote des budgets de la Défense.

Vétronique...

En matière de matériel, il est prévu de remplacer du matériel ancien - près de quarante ans - notamment pour le transport de troupes : les fameux VAB (véhicules de l'avant blindés) dont chacun sait que leur blindage est très insuffisant.

 

Seront intégrés des véhicules blindés plus performants, avec des systèmes de brouilleurs, de détection de départ de tirs ennemis,

ainsi que de la robotique et de la vétronique, autrement dit un système électronique permettant de contrôler la navigation, les communications, les systèmes d'observation, l'énergie, la motorisation et les systèmes d'armes des véhicules militaires.

Le tout en réseau de manière à limiter les temps de communication et de décision en cours de combat.

Les unités seront ainsi mieux protégées, moins vulnérables, et plus rapides dans l'exécution des ordres.

 
http://www.lest-eclair.fr/article/a-la-une/larmee-francaise-se-prepare-a-mener-le-combat-urbain
.
http://www.lepouvoirmondial.com/archive/2012/12/07/l-armee-francaise-se-prepare-a-venir-taper-en-ville-sur-les.html

http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article3221

La France des années 2000, comme de nombreux pays, a vu se confirmer un modèle de contrôle censé protéger la population contre la prolifération, en son sein, de " nouvelles menaces " : islamisme, terrorisme, immigration clandestine, incivilités, violences urbaines... Et pour justifier cet arsenal sécuritaire, un principe s'est imposé : désigner l'" ennemi intérieur ". Cette notion évoque la guerre froide, quand cet ennemi était le communisme. Et surtout les guerres coloniales d'Indochine et d'Algérie, quand l'armée française a conçu la " doctrine de la guerre révolutionnaire ", afin d'éradiquer au prix des pires méthodes la " gangrène subversive pourrissant le corps national ". Si cette doctrine a été évacuée officiellement depuis lors par l'État, certains de ses éléments clés auraient-ils contribué à façonner cette grille de lecture sécuritaire qui présente les populations immigrées issues de la colonisation comme les vecteurs intérieurs d'une menace globale ? C'est ce que montre Mathieu Rigouste dans ce livre rigoureusement documenté, en s'appuyant notamment sur un corpus d'archives conservées à l'École militaire. Retraçant l'évolution des représentations de l'ennemi intérieur dans la pensée d'État depuis les années 1960, il révèle l'effrayante évolution du contrôle intérieur, de ses dimensions médiatiques et économiques, ainsi que la fonction de l'idéologie identitaire dans la mise en oeuvre du nouvel ordre sécuritaire.
http://www.cultura.com/livre/sciences-histoire/histoire/histoire-de-france/histoire-contemporaine/mathieu-rigouste,l-ennemi-int%C3%A9rieur,4207663.prd
Son travail nous aide à comprendre la transmission de représentations négatives, leurs transmissions d’une génération à l’autre, dévoile l’installation d’une pensée dominante dans le champ intellectuel français. Benjamin Stora
Partager cet article
Repost0
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 04:57

 

«Il doit y avoir un équilibre entre garantie mutuelle et contrôle», a insisté Angela Merkel, lundi à Berlin.
. Crédits photo : Markus Schreiber/AP - http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/06/26/20002-20120626ARTFIG00713-merkel-rejette-sans-appel-les-idees-francaises.php

 

Mme Merkel pousse la zone euro vers le moins-disant social 


 

La réalité des peuples au sud de l’Europe ne fait pas partie des préoccupations de la chancelière allemande, Mme Merkel. Elle l’a encore prouvé par ses déclarations récentes. Selon elle, le niveau des prestations sociales versées dans la zone euro est beaucoup trop élevé, comparé à celui des pays émergents. La moitié des prestations sociales mondiales sont distribuées dans cette zone, dans laquelle vit seulement 8 % de la population. Ce n’est tenable, selon elle, qu’en consentant des efforts (des sacrifices) extraordinaires.

 

Sachant la position dominante qu’occupent la chancelière et son pays dans la zone euro, et que la perspective est à la récession dans cette zone où le premier objectif est de sauver l’euro, on peut en déduire que le modèle social européen est d’ores et déjà en fin de vie, avec de gros risques pour la survie du modèle social républicain français.

 

Ces constats sont faits ce 18 décembre 2012 par Philippe Béchade*, dans ses notes de marché de La Chronique Agora.

 

Une réalité qu’on ne veut pas voir

(…) Cette réalité, c’est Chypre au bord du défaut de paiement… c’est la Grèce qui s’apprête à fêter le Noël le plus austère depuis l’époque des colonels… c’est l’Espagne avec un taux de suicide historique chez les jeunes et une désespérance de la population jamais vue depuis l’après-guerre. La réalité de cette fin 2012, c’est aussi une Irlande incapable de respecter le calendrier de sa dette et qui fait tout pour repousser les échéances… une Italie où la population ne consomme plus et où la chasse à la fraude fiscale se transforme en harcèlement pour ceux qui n’ont guère les moyens de se protéger de la curiosité du fisc (…).

 

Deux événements qui ont marqué l’actualité hier

Si nous devions retenir deux faits marquants survenus ce lundi, il y a d’abord la proclamation des résultats des législatives au Japon. Il y a eu une large victoire du Parti libéral démocrate qui offre une confortable majorité au futur Premier ministre Shinzo Abe - lequel s’est juré de faire dégringoler le yen jusqu’à ce que la croissance nippone reparte (…).

Le second fait marquant est une petite phrase d’Angela Merkel que les Européens n’ont pas fini de méditer. La chancelière a prononcé en quelques mots l’oraison funèbre du modèle social européen en expliquant que 50% des prestations sociales distribuées de par le monde l’étaient dans la Zone euro, laquelle ne représente que 25% du PIB mondial et seulement 8% de la population. Et de conclure : “ce n’est pas tenable, à moins de consentir des efforts (comprenez dans sa bouche des sacrifices) extraordinaires”.

 

Un retour en arrière pour la Zone euro ?

 

Elle pourrait également s’alarmer que 98% de la population européenne soit vaccinée contre la tuberculose et le tétanos, que 99,8% des enfants des pays du G8 soient alphabétisés (contre 26% seulement au Mali et 28% en Afghanistan). Ce qui n’est évidemment pas tenable (pour les pays du Tiers-Monde de notre point de vue).

 

A croire que c’est désormais l’Europe qui doit tendre vers le moins-disant social et que les pays en voie de développement ont raison de maintenir une partie de la population en semi-esclavage, la voie royale qui mène vers la compétitivité et le plein-emploi.

 

Beaucoup de gérants et stratèges que nous entendons se disent pleins d’espoir pour le sud de l’Europe en 2013 et 2014. Leurs arguments font froid dans le dos. Le redressement de ces pays est en marche car les gens acceptent des salaires de 30% à 40% inférieurs à ce qu’ils étaient il y a cinq ans. Ils ne prennent plus de vacances (ils n’en ont de toute façon plus les moyens), ils travaillent en fonction des besoins des entreprises, non plus en fonction de normes d’heures légales travaillées compatibles avec une vie familiale.

 

Prenez la Grèce et l’Espagne : les déficits se réduisent car les frais médicaux supportés par l’Etat ont considérablement reculé. Bon, c’est vrai, les gens meurent un peu plus qu’avant (enfin vraiment beaucoup plus dans les campagnes grecques ou andalouses). Magnifique, l’Europe du sud montre la voie à suivre avec les encouragements des médias allemands.

Vous vous souvenez de ce livre de Viviane Forester qui avait “fait débat” il y a une quinzaine d’année et qui s’intitulait L’horreur économique ? Ce qu’elle dépeignait comme un scénario catastrophe dans un avenir improbable, c’est exactement ce à quoi les populations des PIIGS sont confrontées depuis 2009 sous la houlette des programmes “d’assainissement” du FMI et des pays “vertueux” du Nord.

 

Mais réjouissons-nous : comme le martèle maintenant notre président et quelques mois auparavant son prédécesseur, l’Eurozone est sauvée, à commencer par notre bien le plus précieux, c’est-à-dire l’euro. Le problème c’est que, s’il est effectivement sauvé, cela ne fait pas une grosse différence pour ceux qu’il était censé protéger des périls de la mondialisation - puisque ni les chômeurs, ni les entreprises en difficulté, ni les futurs retraités n’en voient plus la couleur !

 

* Philippe Béchade rédige depuis dix ans des chroniques macroéconomiques quotidiennes ainsi que de nombreux essais financiers. Intervenant quotidien sur BFM depuis mai 1995, il est aussi la 'voix' de l'actualité boursière internationale sur RFI depuis juin 2002. Analyste technique et arbitragiste de formation, il fut en France l'un des tout premiers 'traders' mais également formateur de spécialistes des marchés à terme. 

 

Par ailleurs, selon un autre rédacteur des publications Agora, Eberhardt Unger*, ce 18 décembre, on n’observe aucun signe d’amélioration de l’économie mondiale en 2013. La BCE prévoit une récession dans la zone euro en 2012 et 2013.

 

Lire L’économie mondiale boite !

Conclusion : La crise économique mondiale est loin d'être terminée. Les problèmes qui ont conduit à la crise actuelle continuent de proliférer et, d'une façon générale, ouvrent la voie au protectionnisme. Le surendettement américain et la crise de l'euro zone sont les plus grands risques. Il y a aussi celui du marché mondial des dérivés de 700 000 milliards de dollars à rapprocher du PIB mondial estimé à 70 000 milliards de dollars. Les banques centrales poursuivront leur politique monétaire ultra-expansive jusqu'à ce qu'une trop forte inflation les en empêche. Pour 2013, il faudra tenir compte de nouvelles turbulences sur les marchés de devises.

* Dr. Eberhardt Unger est un économiste indépendant, fort de plus de 30 ans d'expérience des marchés et de l'économie.

 

.

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 04:03

 

Lundi 17 décembre 2012

Les peuples vaincront les impérialisme et l'oppressionLa dangerosité de l’État d’Israël apparaît comme une évidence. Les exactions commises soit directement par lui, soit par des alliés ou des mercenaires nous le rappellent quotidiennement. La presse du régime, dans une vaste entreprise de diversion, ne cesse de mettre en avant le programme nucléaire iranien, sans dire que Téhéran a toujours manifesté son intention de ne pas détenir l’arme atomique… mais sans dire non plus que l’État sioniste détient, lui, quelque quatre-vingts têtes nucléaires (rapport 2009 du SIPRI) et que sa capacité de production de matières fissiles ne cesse d’être développée.

 

En l’état actuel des connaissances militaires, on estime à 2.000 km la portée des missiles (classiques) que détient la République islamique, alors que celle des missiles d’Israël est estimée à 4.500 km. Toute l’Europe (excepté l’Islande), l’Afrique jusqu’à l’Angola et le Mozambique, et une grande partie de la Russie, de la Chine et des pays de l’Extrême-Orient se trouvent ainsi directement à portée des missiles de Tsahal. Paris, Londres, Rome, Berlin, Moscou, Delhi et même Bangkok pourraient ainsi être potentiellement détruits. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle de nombreux États (et pas forcément ceux dont la presse occidentale fait ses choux gras) entament des recherches sur l’atome. Avoir l’arme atomique ne signifie pas bien évidemment l’utiliser, mais donne par rapport à celui qui en est privé un indéniable instrument de chantage. Pour le moment, seuls le continent américain et l’Australie semblent être hors de portée des missiles atomiques. Mais on peut légitimement se demander jusqu’à quand les États-Unis vont tolérer que leur allié sioniste, connu de surcroît comme étant très capricieux vis-à-vis de Washington, accroisse encore et encore la puissance et le rayon d’action de ses armes nucléaires. Inutile en revanche d’atteindre une quelconque réaction de la part des bourgeoisies européennes : elles sont bien trop lâches pour le faire.

 

Les liens qui unissent les États-Unis à l’État d’Israël sont étroits. Il est vrai que la présence dans le monde bancaire et la finance d’un grand nombre de juifs très puissants assure à Israël de nombreux avantages, bien que la haute finance n’ait traditionnellement pas de patrie.

 

Israël est un pays trop petit pour être économiquement viable. Il doit donc étendre son territoire au détriment des autres, d’où son impérialisme particulièrement virulent. Il a besoin, en outre, d’un continuel apport extérieur. Des problèmes ne tarderaient pas à surgir par exemple si les États-Unis étaient contraints, du fait de la crise, de réduire le montant des aides.

 

Israël n’est pas vraiment le cœur du système capitaliste. C’est un laboratoire où on expérimente des solutions politiques et militaires extrêmes, où on fait le sale travail que les États-Unis et les autres puissances occidentales préfèrent déléguer. L’État hébreu a aussi le « devoir » d’expérimenter de nouvelles armes sur le dos des Palestiniens ou des Libanais, sans que d’ailleurs l’indignation et le discrédit ne s’abattent sur les fabricants de mort. Les États-Unis, mais aussi la France, la Grande-Bretagne et l’Italie ne manquent décidément pas d’air.   

 

Dans le passé, Israël avait pour mission d’empêcher l’unification des pays arabes qui pouvait se réaliser autour de l’Égypte de Nasser et de rendre impossible la consolidation des régimes laïcs et nationalistes, favorisant concomitamment la montée des courants confessionnels et portant à leur paroxysme les conflits religieux. L’État juif remplaça opportunément les puissances colonialistes anglaise et française sur le déclin.

 

Ces « fonctions » sont très importantes pour la bourgeoisie mondialiste,  mais ne suffisent pas à faire d’Israël le cœur du capitalisme. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les plus importantes places financières se trouvent à Wall Street et à la City et pas à Tel-Aviv.

 

L’adversaire numéro un du mouvement ouvrier reste l’impérialisme étasunien, parce qu’il est depuis des décennies en mesure d’intervenir militairement et quasiment n’importe où (mais pour combien de temps encore ?) pour mâter tout mouvement révolutionnaire qui ne courberait pas l’échine devant lui. Cette tâche contre-révolutionnaire par excellence était auparavant accomplie au temps de Marx par la Russie tsariste, au temps de Lénine par l’Angleterre et durant les soixante dernières années par les États-Unis.

 

L’impérialisme est un phénomène commun à tous les pays capitalistes qui ont atteint un certain niveau de « maturité financière », et concerne principalement ceux qui réussissent à maintenir une façade démocratique, en premier lieu les États-Unis. C’est d’ailleurs en vertu des valeurs démocratiques que l’impérialisme, étatsunien ou occidental, justifie ses interventions à travers le monde. Nos efforts doivent converger dans la lutte contre ce monstre ; elle ne pourra être réalisée qu’en mobilisant les masses et en s’appuyant sur elles.

 

Cela ne signifie pas qu’on doive sous-estimer l’impérialisme israélien. Et c’est en mettant d’ailleurs en évidence la nature impérialiste de l’État d’Israël et en mettant à mal ses mythes fondateurs qui consistent à substituer au Dieu d’Israël ce même État qu’on démasquera le sionisme. Quand Moshe Dayan écrit le 10 août 1967 dans le Jerusalem Post : « si l’on possède la Bible, si on se considère comme le peuple de la Bible, on devrait également posséder les terres bibliques, celles des Juges et des Patriarches, de Jérusalem, d’Hébron, de Jéricho et d’autres lieux encore », il estime que son pays n’existe que comme l’accomplissement d’une promesse faite par Dieu Lui-même. Il serait donc logiquement ridicule de demander des comptes à Israël sur sa légitimité. C’est là le cœur de la théorie sioniste.

 

Là où l’impérialisme étasunien met en avant la déesse démocratie pour asservir, opprimer et anéantir les peuples, l’État hébreu brandit le drapeau du Dieu d’Israël pour voler les terres palestiniennes, pratiquer une politique inique de colonisation et assassiner en toute impunité. Différents dans leur essence, l’impérialisme et le sionisme sont pourtant égaux dans l’ignominie.  Les peuples du monde n’ont besoin ni de l’un, ni de l’autre. L’impérialisme et le sionisme n’ont aucune raison d’être.

 

Capitaine Martin

 

.

 

 

medias-lavage-cerveau.jpg

 

Pujadas, sayanim roi des laquais

Par eva R-sistons

 

En écrivant cet article, je regarde la télévision, je zappe. Me voici sur "Place aux idées" de P. Poivre D'Arvor - spécial Europe. Débat ? Idées ? Pas du tout ! A chaque instant, même lorsqu'il s'agit de juguler la crise, ou l'austérité pour les peuples, un seul slogan, avec l'Invité Jean-Claude Trichet : Plus d'Europe, aller plus vite, aller plus loin ! Et on appelle ça de l'information... il s'agit en fait de propagande pour l'horreur européenne § fatale aux peuples ! C'est tout simplement scandaleux, c'est du bourrage de crâne pour que finalement la situation en Grèce (profitable aux banksters) soit celle de tous les pays européens, bref c'est du conditionnement pour nous préparer à accepter la dictature du Nouvel Ordre Mondial !

 

§ :

L'horreur européenne, colère d'eva - R-sistons vidéo 12  
13:30

 

Le sayanim Pujadas n'est pas un journaliste au sens d'informateur neutre, impartial, honnête, mais un valet des Lobbies (propagande éhontée pour le gaz de schiste, par ex), de l'Oligarchie militaro-financière en faisant l'apologie de la Droite, du moins-disant social, de la flexibilité, de la "nécessaire" austérité, de l'Europe de la "paix", des guerres pour la "démocratie", du "rêve" américain, de la protection des citoyens juifs, ou même des Tibétains pour le compte de la CIA, etc, et en diabolisant l'Islam, Bachar-el-Assad, l'Iran, la Russie de Poutine, la Chine, Cuba, Chavez, et j'en passe. Et surtout, ce pseudo journaliste, clairement très sioniste, est pour moi au service des intérêts israéliens. Il fait donc la promotion des hommes choisis par le CRIF pour diriger la France : En particulier Copé (interviewé en pleine compétition politique contre François Fillon) afin de le mettre en avant, de "booster" sa candidature. A l'inverse, l'ancien Premier Ministre est invité ce mardi soir au Journal du 20 h pour... être ridiculisé, car le travail de Pujadas, sur une Chaîne publique et avec l'argent des contribuables, consiste à promouvoir la Droite contre la Gauche, les guerres impérialistes contre la paix, et dans ce cas, les candidats agréés par le CRIF, c'est-à-dire des Sayanims (comme lui) plutôt que des Français bien de chez nous, comme Royal, Aubry, Duflot ou Fillon !

 

C'est un détournement de la télévision à des fins de pure propagande servant en définitive les intérêts d'israël.

 

Au 20 h de ce mardi, Pujadas a tenté de décrédibiliser Fillon, de le ridiculiser, de le faire passer pour une girouette, ou un indécis ne sachant pas s'il doit se présenter ou pas lors de l'élection du dirigeant de l'UMP. Ce n'est pas du journalisme, c'est de la vomissure sur notre dos, au détriment de la France, et avec l'argent des contribuables ! Cet homme n'a rien à faire sur nos écrans, il est l'ennemi de la Vérité, de l'Information, des intérêts de notre pays et des Français puisqu'il est juste là pour promouvoir les intérêts de l'Oligarchie, de la Droite la plus atlantiste et sioniste, du libéralisme militaro-financier, de l'Europe des banksters, et d'une façon générale, des intérêts de Tel-Aviv (Je le répète, DERNIER exemple, mardi 19.12 en tentant de déstabiliser Fillon - donc au profit du candidat du CRIF, J.F. Copé, qui est au service d'israël comme DSK, Valls, Fabius, Delanoë-Hidalgo, ou même Hollande menant la guerre CONTRE la Syrie avec des Salafistes terroristes pour ensuite "offrir" le pays aux adeptes du Talmud !).

 

Alerte ! Sayanim aux commandes de la désinformation

 

medias-malcom-X-images.jpg

 

Et c'est aussi le même Pujadas qui a consacré toute une émission Des Paroles et des Actes à Manuel Valls pour lui permettre de se justifier, de se mettre en valeur, et de préparer l'opinion à l'accepter, lui foncièrement réactionnaire et ultra-autoritaire, à représenter la France de gauche à la prochaine présidentielle et une fois élu, à tuer définitivement au PS tout ce qui reste de gauche, de social, de progressiste.         

 

POLITIQUE – Il est, et de loin, le plus populaire des membres du gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Pour la troisième émission de la saison, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, était l'invité de "Des paroles et des actes", jeudi 6 décembre sur France 2.

Apprécié aussi bien par les sympathisants de gauche (72% d'opinions positives selon le dernier baromètre Ifop) que par une large majorité des sympathisants de l'UMP (64%), Manuel Valls voit son nom régulièrement cité pour remplacer, en cas de besoin, Jean-Marc Ayrault à la tête du gouvernement.

http://www.francetvinfo.fr/manuel-valls-est-l-invite-de-des-paroles-et-des-actes-sur-france-2_181723.html

 

Regardez comment le sayanim Pujadas présente le sayanim Valls: Comme "le plus populaire et le plus apprécié" (Rappel: Primaires socialistes, c'est lui qui a eu le moins de voix !), avec comme le souligne Ségolène Royal, "des sondages bidons", sur mesure pour conditionner l'opinion à accepter les hommes choisis par le CRIF, et en l'annonçant déjà comme possible "futur remplaçant d'Ayrault" ! Il est vrai que les rusés et habiles agents d'israël se sont arrangés pour rapprocher Valls du premier cercle du pouvoir, via l'épouse de cet Espagnol (opportunément naturalisé Français) devenue l'amie personnelle de la petite copine de Hollande, Valérie Trierweiler.

 

Pujadas reçoit la Laisse d'or du journaliste le plus servile

Lire l'article ici : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article754

ou voir plus bas

 

Ce n'est plus du journalisme, c'est de la propagande, c'est de la prostitution, et c'est une insulte à la profession comme une menace pour nos intérêts.

 

Nous ne pouvons pas continuer à laisser des sayanims nous manipuler et nous dire ce que nous devons penser, ou choisir !

 

Eva R-sistons

 


 

La Fabrique de l\'opinion publique. La politique économique des médias américains - Edward-S Herman, Noam Chomsky..

 

Communiqué

David Pujadas reçoit sa laisse d’or

jeudi 15 juillet 2010, par Comité Valmy


 

Le 30 juin 2010 vers 21 h 30, alors que le présentateur du journal télévisé de France 2 David Pujadas quittait les bureaux de France Télévisions, une délégation l’attend sur le trottoir pour lui remettre le trophée le plus convoité du Parti de la presse et de l’argent (PPA) : la Laisse d’or.


L’objet, composé d’un collier en métal robuste et d’une lanière en cuir véritable, avait été acheté le jour même dans une quincaillerie parisienne et enduit d’une fine mais alléchante couche de peinture dorée. Une boîte de cirage, une brosse et un plumeau multicolore doté, selon son fabricant, du pouvoir d’« attirer la poussière » complétaient la panoplie.

En décernant ce kit au présentateur du « 20 heures » de France 2, les organisateurs entendaient récompenser le « journaliste le plus servile », comme ils l’ont expliqué au Plan B, qui passait par là. Selon eux, Pujadas mérite la Laisse d’or pour son amour des euros (12 000 euros de salaire mensuel), sa haine des syndicalistes [1] et son dévouement pour les puissants, réaffirmé récemment dans le film culte de Denis Jeambar, Huit journalistes en colère (Arte, 9.2.10), qui le montrait fustigeant la surmédiatisation des humbles : « Le journalisme des bons sentiments, c’est aussi une bien-pensance. C’est l’idée que, par définition, le faible a toujours raison contre le fort, le salarié contre l’entreprise, l’administré contre l’État, le pays pauvre contre le pays riche, la liberté individuelle contre la morale collective. En fait, c’est une sorte de dérive mal digérée de la défense de la veuve et de l’orphelin. »


La cérémonie fut brève mais solennelle. Au moment où le journaliste « en colère »s’apprête à enfourcher son scooter, le comité des fêtes surgit d’un arrêt de bus pour l’acclamer, le couvrir de confettis et lui enrouler sa laisse autour du cou (qu’il a fort bas). Le récipiendaire ne cache pas son émotion, laquelle redouble lorsque ses hôtes entreprennent de dorer intégralement son scooter en le vaporisant de peinture aérosol. « Vive le laquais du Siècle ! Vive le roi des laquais ! », exulte la foule en liesse, cependant que la monture du présentateur se métamorphose en carrosse royal (voir photo).


Sans doute intimidé par cette profusion d’hommages, et soucieux manifestement d’y convier les vigiles, David Pujadas prend alors ses jambes à son cou pour s’engouffrer dans l’immeuble de France Télévisions, où le sas de sécurité le retient une bonne trentaine de secondes, le temps pour l’assistance de se disperser dans la bonne humeur. On le verra ensuite donner l’ordre aux vigiles de recouvrir la selle plaquée or de son carrosse d’une bâche en plastique. Après quoi il grimpera dessus et quittera fièrement les lieux dans une explosion de dorures et de vrombissements.


David Pujadas n’a pas souhaité donner plus de retentissement à son embouffonnage. Mais que le public se rassure : les images de la scène figureront dans le prochain film de Pierre Carles…


LE PLAN B, samedi 3 juillet 2010

Notes

[1] Exprimée notamment lors de son interview en direct de Xavier Mathieu, le porte-parole CGT des grévistes de l’usine Continental de Clairoix, le 21 avril 2009. Lire à ce propos « Des journaux télévisés face aux “violences” des salariés » sur le site d’Acrimed, http://www.acrimed.org/article3132.html.

 

Un journaliste anglais dénonce
la lâcheté de son gouvernement
devant le lobby sioniste

Mercredi 19 Décembre 2012

Un journaliste anglais dénonce la lâcheté de son gouvernement devant le lobby sioniste

En lisant ce texte, je me suis demandé si Peter Oborne n’avait pas tout simplement peur d’un déferlement de juifs en Grande Bretagne suite à la disparition possible du fameux Etat juif dont pratiquement personne ne veut dans une région où il s’est imposé par la force.

Quoi qu’il en soit, Peter Oborne dénonce avec force le poids du lobby sioniste dans son pays, spécialement auprès du parti Conservateur dont il semble être proche.

On le rassurera sur le fait que les travaillistes ne sont pas en reste de ce côté-là.

Tout ce que dit Peter Oborne peut s’appliquer mutatis mutandis à la France.

 A l’heure où j’écris, l’article de Peter Oborne a suscité 2176 commentaires de lecteurs, 559 tweets, 2 000 partages sur Facebook.

La lâcheté au cœur de notre relation avec Israël

La réticence honteuse des conservateurs à critiquer Tel Aviv met en péril tout espoir de paix

par Peter Oborne, The Daily Telegraph (UK) 12 décembre 2012 traduit de l’anglais par Djazaïri

Il est impossible de comprendre le parti Conservateur moderne sans bien appréhender l’échelle et la profondeur de sa relation avec l’Etat d’Israël. Cette relation remonte au moins aussi loin qu’à la rencontre historique entre le grand dirigeant sioniste Chaim Weizmann et le premier ministre conservateur AJ Balfour en 1905, quand Weizmann avait convaincu Balfour sur la question de l’Etat national juif.

Cette relation chaleureuse initiée il y a 107 ans est aujourd’hui entretenue par les Conservative Friends of Israel (CFI, les amis Conservateurs d’Israël). Quelque 80 % de tous les parlementaires tories [conservateurs] en sont membres, dont la plupart des ministres. Aucune autre organisation de lobbying – et certainement aucune de celles qui oeuvrent dans l’intérêt d’un pays étranger – n’a autant d’influence à Westminster. Chaque année, CFI emmène un certain nombre de parlementaires en Israël. Dans le même temps, les sponsors des CFI jouent un rôle important pour financer le parti Conservateur au niveau national et ses députés au niveau local.

Il est hors de doute que les CFI ont exercé une influence puissante sur la politique britannique. L’historien et politicien conservateur Robert Rhodes, écrivant dans le Jerusalem Post en 1995, qualifiait CFI de «plus grande organisation en Europe occidentale consacrée à la cause du peuple d’Israël.» Sa puissance ne s’est pas démentie depuis. Ce mardi, CFI a accueilli environ 100 députés conservateurs, dont six membres du gouvernement, ainsi que 40 pairs du royaume pour un dîner au centre ville de Londres. L’orateur était David Cameron, qui s’est présenté lui-même comme un «ami passionné » d’Israël, précisant (ainsi qu’il l’a fait par le passé) que rien ne pouvait briser cette amitié.

On peut considérer ce discours comme s’insérant dans tout un ensemble. Les CFI peuvent appeler presque à volonté le premier ministre, le Chancelier de l’Echiquier ou le ministre des affaires étrangères. Les palestiniens ne jouissent pas de telles entrées. Ils s’estimeraient chanceux d’avoir un seul député conservateur pendant les manifestations qu’ils organisent, et peut-être un pair moribond pour prononcer un discours.

Il n’existe aucune organisation comme les Amis Conservateurs de la Palestine (Conservative Friends of Palestinians).

Ce manque d’impartialité se reflète dans la politique britannique. Quand William Hague avait dénoncé l’offensive d’Israël contre le Liban en 2006 comme «disproportionnée,» les CFI (ainsi que je l’avais révélé dans un documentaire sur le lobby pro-israélien pour l’émission Dispatches sur Channel 4) avait protesté auprès de David Cameron en personne. Ils avaient obtenu la promesse que ce mot ne serait plus utilisé à nouveau – la promesse a été tenue quand Israël a bombardé Gaza le mois dernier, alors même que le nombre de tués du côté palestinien était beaucoup plus important que du côté israélien.

En qualité de ministre des affaires étrangères, Hague a répété sans sourciller les affirmations discutables d’Israël selon lesquelles le Hamas avait déclenché les hostilités (il y a eu des provocations des deux côtés, mais ce qui m’a frappé, c’est que le moment crucial de l’escalade a été l’exécution extrajudiciaire d’Ahmed Jabari, le commandant du Hamas). La Grande Bretagne a par la suite cédé aux pressions israéliennes et refusé de soutenir la candidature de la Palestine à une plus grande reconnaissance par les Nations Unies. Récemment, nous avons convoqué l’ambassadeur israélien pour une engueulade amplement méritée pour le programme de colonisation, mais cela s’inscrivait dans le cadre d’une action concertée avec un grand nombre d’autres pays européens et n’a pas fait l’objet d’un suivi.

Pour être juste envers ce gouvernement, Tony Blair était pire, semblant parfois considérer les intérêts d’Israël et de la Grande Bretagne comme identiques, et refusant même d’appeler à un cessez-le-feu pendant un certain temps après le début de l’effroyable guerre du Liban (en 2006). William Hague et David Cameron ont essayé d’être plus fermes.  Ils ont malheureusement largement échoué. Il est difficile de savoir avec certitude à quel point cette réticence à critiquer Israël est due à l’influence du lobby israélien en Grande Bretagne ou à la crainte de mécontenter les Etats Unis qui sont le patron d’Israël dans le monde.

La position officielle du gouvernement est excellente. La Grande Bretagne soutient la solution à deux Etats qui a été à la base de toutes les discussions sérieuses de paix depuis les accords d’Oslo il y a 20 ans. Le problème est que les ministres refusent toutes les démarches concrètes pour parvenir à cette solution. Par exemple, ils condamnent les colonies, mais ne le font qu’avec hésitation (le premier ministre a consacré 64 mots à cette question mardi dernier contre près de 300 pour la menace iranienne).

C’est de la lâcheté. Il y a des moments dans la vie personnelle comme dans la vie politique où l’amitié implique bien autre chose que le genre de géniales tapes dans le dos par lesquelles le premier ministre a traité le lobby israélien mardi. La vérité brutale est que Benjamin Netanyahou conduit son pays sur le chemin de l’autodestruction. Si on le laisse faire avec ses derniers programmes de construction de colonies, tous les espoirs de paix au Moyen orient disparaîtront et mourront.

Mark Simmonds, un ministre délégué auprès du ministre des affaires étrangères, l’a reconnu officiellement dans débat au parlement très révélateur mais non répercuté par la presse, déclarant, quelques heurs à peine après le dîner de mardi avec les CFI : «Je pense que la porte commence à se refermer sur la possibilité réelle d’une solution à deux Etats . « William Hague croit maintenant que la construction de colonies la rendra totalement impossible dans deux ans au plus».

Nous nous retrouverions alors avec un Grand Israël s’étirant du fleuve Jourdain à la mer Méditerranée. Certes, c’est une entité géographique plus homogène que la situation confuse que produirait une tentative de ramener Israël à ses frontières de 1967. Mais les palestiniens se retrouveraient soudain majoritaires. Israël serait alors devant l’alternative de choisir de préserver sa démocratie, mais en cessant d’être un Etat juif, ou d’adopter une forme d’apartheid dans lequel les palestiniens se verraient refuser des droits élémentaires.

A en juger par la rhétorique de M. Netanyahou et des alliés de sa peu ragoûtante coalition, c’est probablement le choix qui a lé préférence des actuels dirigeants israéliens.

Lundi soir, un ancien ambassadeur de Grande Bretagne en Israël, l’hébraïsant Sir Sherard Cowper-Coles, a prononcé un discours éloquent dont un passage est important à relever : «Je crois passionnément que le chemin qu’emprunte en ce moment Israël l’embarque sur la voie su suicide assisté. Un suicide assisté par le Congrès des Etats Unis. L’idée que le problème puisse être réglé  en enfermant les palestiniens dans un équivalent moyen-oriental des Bantoustans comme l’avait fait le gouvernement sud-africain à partir des années 1940, n’est pas seulement choquant du point de vue moral mais est en profonde contradiction avec tout ce que nous savons de l’histoire de l’humanité. Et toute personne qui a une véritable afection pour le peuple juif voudra l’aider à éviter ce désastre prévisible.»

Tous les dirigeants du parti Conservateur se situent comme dignes successeurs d’A J Balfour qui, (en qualité de ministre des affaires étrangères en 1917) signa la déclaration qui reconnaissait aux juifs le droit à leur propre patrie (homeland). J’ai la conviction que cet héritage fait que M. Cameron a une relation particulière avec israël – et une responsabilité particulière. Ce qui signifie qu’il est dans ses prérogatives de dire clairement aux actuels dirigeants israéliens qu’ils agissent tristement  de manière lamentable et futile. Compte tenu de l’inertie d’un président Obama sous intimidation, il est très important que le premier ministre britannique aille de l’avant.

Je ne peux pas parler au nom de la communauté juive britannique, mais j’ai la nette impression que beaucoup de ses membres seraient ravis si M. Cameron s’exprimait avec plus de fermeté qu’il ne l’a fait jusqu’à présent. En fait, il est essentiel qu’il le fasse. M. Cameron ne veut pas rester dans l’histoire comme étant celui qui a regardé disparaître tous les espoirs d’une solution à deux Etats, et avec elle l’espoir d’un avenir de sécurité et de paix pour le pays qu’un premier ministre conservateur a contribué à faire exister.

http://mounadil.wordpress.com/
http://www.alterinfo.net/Un-journaliste-anglais-denonce-la-lachete-de-son-gouvernement-devant-le-lobby-sioniste_a84877.html
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche