Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 04:50

 

Les robots tueurs se dresseront contre l'humanité


Sarah Niri
Lundi 17 Décembre 2012


Les robots tueurs se dresseront contre l'humanité

Les hommes doivent réfléchir à la manière de faire face à une possible révolte de machines tueuses, armées jusqu'aux dents. Les experts militaires mettent en garde La Voix de la Russie du danger des robots de combat. Selon les chercheurs, si leur fabrication n'est pas contrôlée, on n’évitera pas l’apocalypse.

Des robots de guerre, des drones militaires et des machines armées automatisées sont utilisés dans le complexe militaro-industriel d’aujourd’hui. La plupart de ces dispositifs sont équipés d’une fonction « pilote automatique ». Seuls les robots de combat ne sont pas équipés d’une telle fonction.

« Voici comment fonctionne le système d'intelligence d’un robot tueur: il doit se rendre à un point de coordonnées X et Y, y définir une cible par rayonnement thermique, et éliminer cette cible », explique Noel Sharkey, professeur de robotique et d'intelligence artificielle à l’Université de Sheffield (Royaume-Uni). « Mais il s’agit là d’un raisonnement « stupide ». Ce qui inquiète, c’est que ce robot ne va pas faire la distinction entre un soldat ennemi, un rebelle ou un civil ».

Les militaires et les scientifiques continuent à améliorer la précision des systèmes de combat automatisés. Selon eux, les robots tueurs aideront à réduire le nombre de soldats sur le terrain, en réduisant ainsi le nombre de tués.

« Les scientifiques ont mis au point le drone Falcon HTV-2, qui est actuellement en phase de test. Il s’agit d’un avion autoguidé qui peut accélérer jusqu’à une vitesse de 20 000 km/h. Le pilote ne peut se trouver aux commandes d’un tel avion, il ne survivrait pas à une telle vitesse. D'ailleurs, l’homme aurait du mal à se concentrer sur ce qu’il fait à une telle vitesse, il ne serait pas capable d’évaluer correctement la situation et de réagir à des ordres », poursuit Sharkey.

Le Département de la Défense des États-Unis a rendu public un rapport sur les systèmes automatisés de combat, qui explique quelles sont les caractéristiques des armes autonomes et semi-autonomes. A la fin de ce rapport, une liste des lacunes et des vulnérabilités de ces armes est dressée. Cette liste est grande. Elle inclut notamment des aspects importants comme la possibilité de piratage informatique des systèmes de programmation, des interférences radio, des pièges radars, l’usurpation d'identité ou l'interception du signal crypté dans le but de piratage.

« Les technologies qui existent actuellement sont un pas vers l’utilisation des machines tueuses automatisées que l’homme ne serait plus en mesure de contrôler. Les algorithmes à l’intérieur du logiciel de ces machines sont tellement complexes que le système émettrait parfois des erreurs qu’un homme ne pourrait pas résoudre seul. Certains systèmes interagiraient avec d'autres systèmes, et nous ne pourrions pas contrôler leur relation. Nous n’aurions pas non plus le contrôle de la réaction à un signal d’erreur que le système recevrait », s’inquiète Mark Avrum Gubrud, docteur en physique et en mathématiques à l'Université de Princeton.

Avec tous le dangers de l'utilisation de robots militaires autonomes, la décision d'y recourir appartient aux entreprises productrices d'armes militaires. L’organisation internationale de défense des Droits de l’Homme Human Rights Watch, en collaboration avec des experts de l’école juridique de l'Université de Harvard a publié un rapport intitulé Losening Humanity : The Case Againts Killer Robots (Perte de l'humanité : une affaire contre les robots tueurs). Ce rapport traite de la nécessité d'arrêter l'utilisation, la production, et le développement des robots tueurs entièrement automatisés. Le rapport prône l'élaboration de normes du droit international qui régulent la circulation de ces machines militaires dans le monde pour empêcher leur production et leur propagation incontrôlée.

« Je ne crois pas que les robots, peu importe à quel point sont développées leurs technologies, puissent suivre les normes internationales pour la protection des civils pendant des conflits armés »,considère Bonnie Docherty, experte sur les questions militaires de Human Rights Watch. « Rien ne pourra les retenir, même pas la pitié pour les civils, car ils ne la ressentent pas. D’ailleurs, il est difficile de prendre les actions des robots tueurs sous contrôle. Leurs actions aveugles peuvent porter atteinte à la politique de dissuasion par l'intimidation ».

Des spécialistes qualifiés et des technologies de pointe sont utilisés actuellement dans l’armement. Mais la plupart des chercheurs appellent les concepteurs à ne pas équiper les robots avec des armes et les utiliser plutôt à des fins pacifiques.

« Les robots doivent aider l’homme à faire face aux problèmes complexes qui sont une routine », conclut Gubrud. « Et les hommes doivent travailler avec les hommes. L’utilisation des robots dans des domaines où la vie de l’homme est menacée n’est pas justifiée. La vie coûte cher, et nous devons en prendre soin, qu’elle soit la nôtre ou celle d’autrui ».
Les experts sont d’accord sur le fait que les robots doivent être employés uniquement dans les sphères civiles, par exemple dans l’agriculture ou la médecine. Ces machines doivent aider les hommes et non pas les tuer. Sur le champ de bataille, le facteur humain joue par certains moments un rôle décisif. Quant au robot, il ne peut que copier le comportement de l’homme sans faire le choix de ce qui est « humain » ou non.

http://french.ruvr.ru

 

http://www.alterinfo.net/Les-robots-tueurs-se-dresseront-contre-l-humanite_a84792.html

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 04:42

 

Lundi 17 décembre 2012

 

NOM-jeu-images.jpg

 

 

Une vidéo (13 mn) à ne pas manquer

pour comprendre le monde actuellement.


Pétrodollars, pourquoi ?


La FED, pourquoi ?


La destruction de plusieurs pays est programmée.

Lesquels ? Pourquoi ?

 

La 3e guerre mondiale est programmée. Pourquoi ?

 

Comment les Etats-Unis entendent,

quel que soit le prix payé par les populations,

maintenir par la force leur suprématie dans le monde.
 

Que pouvons-nous faire pour empêcher

l'horreur planétaire programmée ?

 

Nous avons le devoir moral

de refuser d'être seulement

des pions promis à l'horreur.

 

Chantal Dupille

 

 

 

Publiée le 17 déc. 2012


Cette vidéo nous rappelle les faits et enchaînements ayant entraîné les guerres passées et nous présente celles à venir. Comment les Etats-Unis veulent sauver le dollar à tout prix jusqu'à prendre le risque de déclencher une guerre mondiale, mais aussi qui tire les ficelles de ce jeu dangereux qui sème la désolation dans le monde depuis des décennies ?


 

 

NOM-soupe-j-copie-1.jpg

 

 

Choix de vidéos pour comprendre le monde,

le monde dans lequel nous vivons

(sur mon blog Jeunes.infos)

 

 

 

banques-cartel-a-table.jpg

 

NOM-partage-capture_7.jpg..

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 04:36

 

 

Des syndicats soutiennent l’impérialisme !
D.R.

La CGT, la FSU et Solidaires ont fait le 5 décembre dernier une déclaration commune sur la Syrie depuis le siège de la CGT à Montreuil. Ces syndicats s’alignent sur les intérêts de l’Empire, de l’Union européenne, contre le peuple syrien. Voyons ce texte.


« Les organisations syndicales françaises CGT, FSU et Solidaires condamnent avec force la guerre menée par le régime Assad contre le peuple syrien. » Les signataires se contentent de reprendre la doxa ordinaire des médias dominants : ils prétendent y croire dur comme fer ! Puisque c’est ce que disent la télé, les journaux et les magazines, c’est sûr que c’est vrai ! Ces médias sont entre les mains sanglantes du capital ? Où est le problème ? Leurs mensonges antérieurs font-ils douter nos vaillants syndicalistes ? Pas du tout ! Pourtant, ils ont relayé l’info selon laquelle Kadhafi avait bombardé la population de Benghazi faisant soi-disant 6.000 morts dont on n’a jamais retrouvé la trace. Ils ont fait des démonstrations montrant que Saddam Hussein avait des armes de « destruction massive » qui n’ont jamais existé. Que ces médias se fassent les porte-parole de la propagande étasunienne, le pays du mensonge, ne les troublent pas le moins du monde ! Bouche bée devant les puissants, ils gobent les mouches ! Où (...) Lire la suite »
.
Sur ce site,

VOIR AUSSI
*Le nom de Hugo Chávez est admiré et respecté dans le monde.
La lettre du Commandant en Chef Fidel Castro Ruz à Nicolás Maduro, a été lue au moment de la commémoration du 8e Anniversaire de l’ALBA. Cher Nicolás Maduro : À l’occasion de l’anniversaire que vous (...)
Fidel CASTRO
*Factum politique à l’usage du président François Hollande en visite d’Etat à Alger
Monsieur le président, Votre visite imminente au pouvoir politique en place à Alger, que vous savez illégitime et mafieux à plus d’un titre, me donne l’occasion à travers ce factum politique, de (...)
Abdelkader DEHBI
*Ce n’était qu’un acteur… Bon vent à toi, Gérard Depardieu.
Dans notre société du spectacle, l’acteur participe à la construction de nos mythes et représentations, il nous fascine pour cela. Gérard Depardieu avait ce talent, incontestablement. La société du (...)
Jacques RICHAUD
*« Pourquoi je quitte le PS » : lettre ouverte à Harlem Désir
Michaël Moglia : direction Nationale du PS, Conseiller régional du Nord-Pas de Calais Cher camarade, cher Harlem, Dans la nuit du 6 au 7 mai dernier, tu étais aux côtés de François Hollande sur (...)
Michaël Moglia
*« L’affaire Depardieu » ? Un enfumage !
Ou comment faire oublier que les socialistes sont de droite. « Sus à Gégé », c’est le mot d’ordre gouvernemental et quel buzz ! Magnifique opération d’enfumage pour masquer les dérives d’un gouvernement (...)
Pilhaouer
*Non, Monsieur le Ministre Moncef Ben Salem, votre auto-promotion est contraire à l’Éthique Universitaire !
Résumé en Questions/Réponses Q : Qui fut promu ? R : Moncef Ben Salem . Q : Qui l’a promu ? R : Moncef Ben Salem . Q : Qui a signé ? R : Moncef Ben Salem . Suite aux réactions suscitées sur la Toile (...)
Salah HORCHANI
*Areva et la France à fric.
La multinationale Areva est leader mondial de l’énergie nucléaire. Areva est implantée au Niger, depuis près de quarante ans. Que fait Areva au Niger ? Cela fait presque 40 ans que cette (...)
jimmy dalleedoo
*Syrie : Les voyous perdent patience !
Apparemment, les chiens de guerre sont sur le point de réitérer le scénario libyen en Syrie. Après maintes tentatives, l’utilisation de moult subterfuges soldés par des échecs, en grande partie dus aux (...)
Chérif Abdedaïm
*L’hiver Grec ou les jours sombres à venir
Avenir : ce mot peut-il encore exister et avoir un sens quelconque dans le grand dictionnaire de l’Europe torturée ? Un avenir pour quoi, un avenir pour qui, lorsque n’existent plus qu’un jour après (...)
Caroline Courson
*L’armée syrienne, une force toujours populaire
Grâce à une guerre de communication savamment orchestrée, nos gouvernements et leurs relais médiatiques tentent de nous faire croire que la rébellion a conquis les cœurs de l’entièreté du peuple syrien (...)
Bahar KIMYONGUR
L’union européenne, ses cadres, ses structures, ses directives, ses critères...
*Garde-fou
Angela Merkel voyage beaucoup. En visite à Athènes en octobre, elle avait déjà pu apprécier son immense popularité auprès des Grecs. Plus inhabituel, une bronca analogue l’a accueillie à Lisbonne, le 12 (...)
Vanessa IKONOMOFF
*Egypte le piége du referendum ou comment diviser un peuple en insurrection :
Egypte : Le chaos politique s’approfondit Publié le décembre 13, 2012 par xxx | Poster un commentaire Nouvelles d’Egypte envoyées par un lecteur, 12 décembre 2012 : Après les manifestations d’hier (...)
desobeissant
*Comprendre et réagir
Nous avons tendance à oublier que nous sommes issus de la nature et que nous en sommes dépendants comme d’une mère nourricière. Elle est aussi la meilleure des éducatrices pour nous aider à concevoir (...)
Geoffrey PIOTROWSKI
*A bas la répression ! Non aux licenciements et à la casse de La Poste !
Ce mercredi 12 décembre s’est tenue la première journée d’audiences en appel du procès des 15 postiers des Hauts-de-Seine accusés de « séquestration » et d’« entrave à la liberté du travail » par leur (...)
Loïc Guillaume, Christian Foucomprez
*Démission de Monti et élections anticipées en Italie
Merkel et Hollande, Wall Street et la BCE sont inquiets du nouvel épisode d’instabilité du feuilleton politique italien. Avec la décision du parti de Berlusconi de retirer son soutien au gouvernement (...)
Ciro Tappeste
humour
Obélix chez les Belges.
.
Voir aussi :

Lundi 17 décembre 2012
Partager cet article
Repost0
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 04:31

 

syrie armes chimiques

 

La saga des armes chimiques syriennes: un désastre humanitaire orchestré par les États-Unis et l’OTAN?
Global Research, décembre 17, 2012



Inspiré du discours sur les armes de destruction massive (ADM) de Saddam Hussein, la ruse propagandiste concernant la présumée menace des armes chimiques syriennes se développe depuis plusieurs mois.

D’une même voix et sans preuves, les médias occidentaux suggèrent qu’un président Bachar Al-Assad « désespéré » et « frustré » prévoit utiliser des armes chimiques mortelles contre son propre peuple. La semaine dernière, des représentants étasuniens ont révélé à NBC News que « l’armée syrienne a chargé des bombes de gaz neurotoxiques et attend les derniers ordres d’Al-Assad ».

Les gouvernements occidentaux accusent maintenant la Syrie d’avoir un plan diabolique ordonné par le chef d’État syrien. Entre-temps, l’hyper médiatisation est passée à la vitesse grand V. De faux reportages sur les ADM syriennes sont introduits dans le réseau médiatique, rappelant les mois précédant l’invasion de l’Irak en mars 2003.

Le consensus médiatique qui se développe est que « le régime du chef d’État syrien Bachar Al-Assad semble à son crépuscule » et la « communauté interrnationale » a la responsabilité d’aller secourir le peuple syrien afin de prévenir un désastre humanitaire.

« [L]’Occident craint de plus en plus que la Syrie, dans un ultime geste de désespoir, lance des armes chimiques »

Des reportages récents indiquent que le gouvernement assiégé de la Syrie a commencé à préparer l’utilisation d’armes chimiques [contre le peuple syrien]. Après deux ans de guerre civile et plus de 40 000 morts, les événements en Syrie pourraient atteindre une apogée sanglante. (WBUR, 11 décembre 2012.)

La Syrie (2012) comparée à l’Irak (2003)
Accused: George Bush and Tony Blair who said today that Archbishop Tutu was wrong about the Iraq war

Les critiques antiguerre ont abondamment souligné les similitudes avec le subterfuge des ADM irakiennes, qui consistait à accuser le gouvernement de Saddam Hussein de posséder des armes de destruction massive. La menace présumée d’ADM a ensuite été utilisée pour justifier l’invasion de l‘Irak en mars 2003.

Dans la foulée de l’invasion, le stratagème des ADM d’Irak a été reconnu comme pure fabrication, le président George W. Bush et le premier ministre Tony Blair reconnaissant qu’il s’agissait en fait d’une « grave erreur ». Récemment, l’archevêque Desmond Tutu, récipiendaire du prix Nobel de la paix, a réclamé que les menteurs Blair et Bush subissent un procès à la Cour pénale internationale de La Haye.

La saga des ADM syriennes contraste avec celle d’Irak. Le but n’est pas de « justifier » une guerre humanitaire totale contre la Syrie en employant les armes chimiques comme prétexte.

Une évaluation des planifications militaires alliées ainsi que la nature de l’appui des États-Unis et de l’OTAN aux forces de l’opposition suggèrent une approche différente de celle adoptée avec l’Irak (2003) et la Libye (2011).

L’objectif est, en effet, de diaboliser Bachar Al-Assad mais à ce stade-ci le but n’est pas de mener une guerre totale de type « choc et stupeur » contre la Syrie impliquant une véritable campagne aérienne. Dans les conditions actuelles, agir de la sorte serait extrêmement risqué. La Syrie possède un système de défense aérienne sophistiqué, équipé de missiles russes Iskander (voir l’image) ainsi qu’une force terrestre considérable. Une opération militaire occidentale pourrait aussi mener à une réaction de la Russie, détenant une base navale dans la ville portuaire de Tartous au sud de la Syrie.

Par ailleurs, des forces iraniennes du corps des Gardiens de la révolution (GRI) sont sur le terrain en Syrie et des conseillers militaires russes sont impliqués dans la formation de l’armée syrienne.

Récemment, en réponse au déploiement en Turquie de missiles Patriot fabriqués aux États-Unis, la Syrie a reçu la livraison de missiles russes Iskander plus perfectionnés, les Mach 6-7. La Syrie possède déjà les Iskander-E, moins sophistiqués et le système de missiles antiaériens Pechora-2M (voir la vidéo ci-dessous)

Iskander Mach 6-7

Pechora-2M S-125 SA-3 surface-to-air defense missile system technical data sheet specifications information description pictures photos images video intelligence identification intelligence Russia Russian army defence industry military technology

Description
Le Pechora-2M est un système de défense antiaérienne équipé de missiles sol-air à courte portée conçu pour détruire des avions, des missiles de croisière, des hélicoptères d’assaut et d’autres cibles au sol ou à basse et moyenne altitude.


Système de défense sol-air russe Pechora 2M déployé en Syrie.

Guerre non conventionelle

À ce stade, malgré la supériorité militaire des États-Unis et de l’OTAN, une opération militaire en règle n’est pas envisagée pour les raisons mentionnées ci-dessus.

La guerre non conventionnelle demeure la méthode privilégiée. Des reportages confirment que les opérations militaires menées par l’OTAN consisteraient principalement à appuyer les forces rebelles, leur structure de commandement, leurs systèmes de communication, leur recrutement, leur formation et à leur transférer des armes plus perfectionnées. Une partie de ce projet, dont la formation des rebelles, est accomplie par des entreprises privées de mercenaires.

Il se pourrait que l’on envisage une campagne de bombardements aériens limitée et sélective en appui aux rebelles en utilisant comme prétexte l’existence d’armes chimiques syriennes stockées dans des bunkers. Cette opération serait toutefois risquée vu la capacité de défense aérienne de la Syrie.

Un programme militaire coordonné caractérisé par un « appui naval et aérien en plus d’une formation militaire pour l’opposition » était l’ordre du jour d’une récente réunion « semi-secrète » à Londres, présidée par le général Sir David Julian Richards, chef d’état-major de la Défense britannique.

Les chefs militaires de la France, de la Turquie, de la Jordanie, du Qatar, des Émirats arabes unis et des États-Unis ont participé à la réunion de Londres. Aucune autre information n’a été rendue publique. (Voir Felicity Arbuthnot, Secret Meetings in London Plotting to Wage War on Syria without UN Authorization, Global Research, 11 décembre 2012.)

L’objet de ce rassemblement derrière des portes closes à Londres (rapporté le 10 décembre 2012) était d’appuyer une structure de commandement militaire unifiée des forces d’opposition conçue pour « unir les rangs des insurgés » luttant contre les forces gouvernementales. En pratique, cela nécessitera un nouvel afflux de mercenaires sous la supervision des forces spéciales occidentales, déjà sur le terrain en Syrie.

Orchestration d’un désastre humanitaire?

L’élément formation de la manoeuvre des États-Unis et de l’OTAN est crucial. En quoi est-il lié à la question des armes chimiques de la Syrie?

À l’heure actuelle, l’alliance militaire occidentale n’envisage pas de guerre totale en réaction à la possession d’armes chimiques par la Syrie, mais plutôt la nécessité d’entraîner les rebelles de l’opposition à manier des armes chimiques.

Ce programme de formation a été confirmé, a déjà débuté et est implanté avec l’appui d’entreprises privées spécialisées à contrat pour le Pentagone et offrant des services de sécurité et des mercenaires.

« Un représentant et des diplomates étasuniens de haut rang ont déclaré à CNN dimanche que les États-Unis et certains alliés européens emploient des sous-traitants du domaine de la défense pour entraîner les rebelles syriens à sécuriser les réserves d’armes chimiques en Syrie. » ( CNN Report, 9 décembre 2012.) 

Un scénario diabolique faisant partie intégrante de la planification militaire se déroule, c’est-à-dire une situation où des terroristes de l’opposition conseillés par des entrepreneurs occidentaux du secteur de la défense sont en possession d’armes chimiques.

Il ne s’agit pas d’un exercice de formation en non-prolifération. Alors que le président Obama affirme « vous serez tenu responsables » si « vous » (en parlant du gouvernement syrien) utilisez des armes chimiques, cette opération clandestine envisage la possession de telles armes par les terroristes appuyés par les États-Unis et l’OTAN, à savoir « nos » agents affiliés à Al-Qaïda, dont le Front Al-Nosra (voir l’image à droite), lequel constitue le groupe de combattant le plus efficace financé par l’Occident et auquel sont intégrés des mercenaires étrangers. Par un retournement de situation, Jabhat Al-Nosra, un « agent du renseignement » parrainé par les États-Unis a récemment été placé sur la liste des organisations terroristes du département d’État.

L’Occident affirme qu’il vole à la rescousse du peuple syrien dont les vies seraient menacées par Bachar Al-Assad. En réalité, non seulement l’alliance militaire occidentale appuie les terroristes, incluant le Front Al-Nosra, il met également des armes chimiques à la disposition de ses forces par procuration, les rebelles de l’« opposition ».

La prochaine étape de ce scénario diabolique est que les terroristes de l’« opposition » recrutés par les États-Unis et l’OTAN pourraient utiliser ces armes chimiques contre des civils ce qui pourrait provoquer un désastre humanitaire à la grandeur du pays.

La question plus générale est donc : qui représente une menace pour le peuple syrien? Le gouvernement syrien de Bachar Al-Assad ou l’alliance militaire États-Unis-OTAN-Israël qui recrute et entraîne des forces terroristes d’« opposition »?

Historique du prétexte des armes chimiques syriennes

La saga des armes chimiques syriennes a été lancée l’été dernier. Au début août, le Pentagone a annoncé qu’il enverrait de « petites équipes des forces d’opérations spéciales » en Syrie dans le but de détruire les ADM syriennes. Ces équipes seraient appuyées par des « frappes aériennes de précision », soit des raids aériens. Aucune attaque aérienne en règle n’était envisagée. Selon le Pentagone, les frappes de précision visaient à « détruire les armes chimiques sans les disperser dans l’air », un engagement risqué...

Ironiquement, au début de ce plan machiavélique, l’incursion et les opérations aériennes des forces spéciales étasuniennes ne ciblaient pas le régime syrien. C’est plutôt le contraire. L’intention déclarée de l’opération était de protéger les civils contre les rebelles de l’« opposition » plutôt que des forces gouvernementales.

Aucune accusation n’a été portée contre le président Bachar Al-Assad voulant qu’il manigance l’emploi d’armes chimiques contre les civils syriens. Selon le Pentagone, l’opération avait pour but de s’assurer que les ADM syriennes, supposément « laissées sans surveillance » dans des bunkers militaires à travers le pays, ne tombent pas aux mains de rebelles djihadistes combattant les forces gouvernementales :

Les planificateurs du Pentagone se penchent davantage sur la protection ou la destruction de toute réserve syrienne laissée sans surveillance et risquant de tomber aux mains des combattants rebelles ou de milices affiliées à Al-Qaïda au Hezbollah ou à d’autres groupes de militants. (U.S. has plans in place to secure Syria chemical arms – latimes.com, 22 août 2012.)

Le Pentagone disait en août que ces ADM pouvaient tomber aux mains des combattants de la liberté, « prodémocratie », recrutés et financés par plusieurs proches alliés des États-Unis dont la Turquie, le Qatar et l’Arabie Saoudite, en liaison avec Washington et le quartier général de l’OTAN à Bruxelles.

Au fond, le secrétaire à la Défense Leon Panetta réfutait ses propres mensonges. En août il reconnaissait la menace terroriste et maintenant il accuse Bachar Al-Assad. Washington le reconnaît tacitement, la majorité des combattants de la liberté syriens sont non seulement des mercenaires étrangers, ils appartiennent aussi à des groupes islamistes extrémistes figurant sur la liste des organisations terroristes du département d’État.

Israël est un partenaire de l’OTAN et du Pentagone dans l’opération des armes chimiques syriennes.

Former des terroristes à l’utilisation d’armes chimiques

Si l’administration Obama s’affairait véritablement à empêcher que ces armes chimiques ne tombent « entre de mauvaises mains » (tel que le suggérait le Pentagone en août) pourquoi donc forme-elle désormais les « rebelles de l’opposition », composés surtout de salafistes et de combattants affiliés à Al-Qaïda, afin de prendre le contrôle des réserves gouvernementales d’armes chimiques?

Selon les sources, la formation [sur les armes chimiques] se donne en Jordanie et en Turquie et englobe la surveillance et la protection des réserves ainsi que le traitement du matériel et des sites d’armement. Certains entrepreneurs sont sur le terrain en Syrie et travaillent avec les rebelles pour superviser quelques sites, d’après l’un des représentants officiels.

La nationalité des formateurs n’a pas été divulguée, cependant les représentants ont indiqué qu’il ne fallait pas assumer qu’ils sont tous étasuniens. (CNN, 09 décembre 2012.)

Bien que les reportages ne confirment pas l’identité des sous-traitants du secteur de la défense, les déclarations officielles suggèrent qu’ils sont étroitement liés par contrat au Pentagone :

La décision des États-Unis d’engager des entrepreneurs du domaine de la défense pour apprendre à des rebelles syriens à manier des réserves d’armes chimiques semble dangereusement irresponsable, surtout si l’on considère à quel point Washington a été incapable jusqu’à maintenant de s’assurer que seuls des rebelles laïques fiables, s’ils existent, reçoivent leur aide et les armes fournies par leurs alliés des États arabes du Golfe.

Cela alimente par ailleurs les accusations récentes du ministère syrien des Affaires étrangères selon lesquelles les États-Unis montent un coup contre le régime syrien pour lui reprocher qu’il se bat avec des armes chimiques ou se prépare à la faire.

« Cette nouvelle que font circuler les médias suscite des inquiétudes. Nous craignons sérieusement que certains des pays appuyant le terrorisme et les terroristes fournissent des armes chimiques aux groupes terroristes armés et affirment que c’est le gouvernement syrien qui les a utilisées [...] » disait une lettre à l’ONU. (John Glaser, Us Defense Contractors Training Syrian Rebels, Antiwar.com, 10 décembre 2012. Voir également le reportage de CNN, 9 décembre 2012.)

La principale question qui se pose est : quelle est la nature de cette horrible opération clandestine? Cette opération menée par les États-Unis et l’OTAN vise-t-elle à « prévenir » ou « encourager » l’utilisation d’armes chimiques par l’Armée syrienne libre (ALS)?

Le reportage ci-dessus confirme que les États-Unis et l’OTAN montrent à des terroristes comment utiliser des armes chimiques. Est-il nécessaire de manipuler des produits chimiques toxiques dans ce type de formation spécialisée? Autrement dit, par le biais des sous-traitants de la défense, l’alliance militaire occidentale met-elle des armes chimiques à la disposition de terroristes pour les besoins de la formation?

Sachant que l’insurrection syrienne est en grande partie composée de djihadistes et de formations affiliées à Al-Qaïda, ce n’est guère une façon d’« empêcher » l’utilisation d’armes chimiques contre des civils. De plus, de nombreux rebelles de l’« opposition » recevant la formation des armes chimiques ont commis d’innombrables atrocités amplement documentées contre des civils syriens, dont le massacre de Houla.

Des groupes terroristes pourraient avoir recours à des armes chimiques contre la population syrienne [...] après avoir pris le contrôle d’une usine de chlore toxique [à Alep] » a déclaré le ministère des Affaires étrangères samedi. (Press TV, 8 décembre 2012.)

Il convient de noter que les forces de l’opposition n’ont pas besoin de contrôler les réserves gouvernementales pour utiliser des armes chimiques. De telles armes, provenant des réserves occidentales, pourraient facilement être mises à la disposition des firmes impliquées dans les programmes de formation spécialisée sur les armes chimiques.

Inutile de dire que la formation sur les armes chimiques et l’implication de sociétés privées de mercenaires à contrat avec l’OTAN et le Pentagone augmentent les risques. Elles créent les conditions favorables à l’utilisation des armes chimiques par les forces de l’opposition pouvant déclencher un désastre humanitaire national.

La coalition des États-Unis et de l’OTAN a toutefois clarifié lors de sa réunion « semi-secrète » à Londres (rapportée le 10 décembre) qu’elle n’envisage pas de « présence sur le terrain ». Les forces spéciales travailleront avec l’insurrection contre les forces gouvernementales.

En l’absence d’une opération militaire en règle, l’accent est mis sur la guerre non conventionnelle. Dans ce contexte, l’une des nombreuses « options [diaboliques] sur la table » serait de créer les conditions dans lesquelles des armes chimiques « tombent aux mains » des terroristes, ce qui pourrait provoquer un désastre humanitaire dans toute la Syrie.

Alors que cette option, advenant sa mise en oeuvre, ne nécessiterait pas une intervention militaire de États-Unis et de l’OTAN, la catastrophe humanitaire ouvrirait la voie à la chute du gouvernement syrien et à l’objectif longuement convoité de « changement de régime ».

Les modèles libyen ou irakien ne constituent pas des options. Le choix stratégique de l’alliance militaire occidentale indique la mise en scène probable d’une catastrophe humanitaire.

Dans la logique de la propagande de guerre et de la désinformation médiatique, la mort de civils causée par l’utilisation d’armes chimiques serait blâmée sur le président Bachar Al-Assad afin de faire appliquer des mesures subséquentes par l’alliance militaire des États-Unis et de l’OTAN.

Nous ne suggérons pas que cette option se concrétisera inévitablement, mais qu’au programme des États-Unis et de l’OTAN figure l’option des rebelles en possession d’armes chimiques pouvant déclencher un désastre humanitaire.

Comment pouvons-nous nous assurer que cette option épouvantable et diabolique soit éliminée et définitivement enterrée?

Cette question doit être diffusée. L’opinion publique doit se mobiliser contre la guerre menée par les États-Unis, l’OTAN et Israël.

Dénoncez ce déjà vu mensonger sur les ADM.

Opposez-vous au consensus des médias dominants.

Révélez et réfutez les mensonges et fabrications concernant le programme des armes chimiques de la Syrie.

Faites circuler l’information dans le monde entier.

Amenez le débat sur la place publique. Confrontez les criminels haut placés.

Michel Chossudovsky

 

Article original: The Syria Chemical Weapons Saga: The Staging of a US-NATO Sponsored Humanitarian Disaster?

Traduction: Julie Lévesque pour Mondialisation.ca

 

Michel Chossudovsky est directeur du Centre de recherche sur la mondialisation et professeur émérite de sciences économiques à l’Université d’Ottawa. Il est l’auteur de Guerre et mondialisation, La vérité derrière le 11 septembre et de la Mondialisation de la pauvreté et nouvel ordre mondial (best-seller international publié en plus de 20 langues).

 

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 04:28

 

Le mythe du caractère ‘spontané’ des révolutions arabes

PH_12

Le roi FAISAL AL SAOUD à cette époque n’a pu nier sa parenté familiale avec les juifs quand il a déclaré au WASHINGTON POST le 17 septembre 1969:

« Nous, la famille saoudienne, sommes les cousins des juifs: nous sommes totalement en désaccord avec tout autorité Arabe ou Musulmane qui montrerait un antagonisme aux juifs, mais nous devons vivre en paix avec eux. Notre pays (l’Arabie) est la première fontaine, d’où le premier juif est sorti, et ses descendants se sont dispersés partout dans le monde. » (Source)
Ce n’est plus un secret que les dirigeants saoudiens sont d’origine juive.[Voir le numéro 264 de LIESI.]

Des révolutions arabes programmées dès 2002…

ledeen_aeiAu lieu de participer à la pose des dynamites chez leurs voisins, au lieu de communier au système du Marché, sans doute les dirigeants saoudiens feraient-ils bien de chercher à comprendre pourquoi, en septembre 2002, Michael Ledeen, membre du groupe des néoconservateurs de Georges Bush, écrivait dans The War against the Terror Masters (Guerre contre les maîtres de la terreur) :

« D’abord nous devons en finir avec les régimes terroristes, à commencer par les trois grands : Iran, Irak et Syrie. Puis nous nous occuperons de l’Arabie saoudite. (…) Nous ne voulons de stabilité ni en Irak, ni en Syrie, ni au Liban, ni en Iran ou en Arabie saoudite[1]. Nous voulons que les choses changent. La question n’est pas de savoir s’il faut déstabiliser mais comment le faire. » [Voir le numéro 268 de LIESI en cours de publication.]

 

NUMERO 268 DE LIESI – 15 décembre 2012

remodelageMoyenOrient

Sommaire :    11 Septembre 2001 : le paradigme introductif au chaos – « Diviser pour régner » : rien de nouveau sous le soleil – L’étonnante prophétie d’Anton Johansson – Deux blocs se constituent en vue d’une nouvelle guerre mondiale – Que feront les sionistes ? – La Syrie est au centre de la constitution des deux blocs – Un engrenage dangereux pour les sionistes et la survie d’Israël.

[1] Ces propos complètent l’analyse développée dans le numéro 264.

 
49 commentaires

Publié par le 17 décembre 2012 dans Non classé

 

L’illusion de démocratie et le déni de réalité

liberte-de-la-presse-lot-en-action-2Les turpitudes du ministre du Budget Jérôme Cahuzac, que le site d’information Mediapart accuse d’avoir détenu un compte en Suisse, ne traduisent pas la liberté de la presse et des règles de la démocratie s’exprimant contre un politicien servile du système qui aurait été pris la main dans le sac, mais l’illusion que les règles de la démocratie fonctionnent merveilleusement. Car Mediapart (ou d’autres) par exemple se garde bien de s’en prendre à quelques puissants dans les mains desquels mangent sempiternellement quelques politiques. Bien au contraire, on voit la ligne éditoriale de ce journal soutenir les projets les plus vils et contre nature et là, il s’agit bien de flagorner des puissants soucieux de détruire les derniers remparts de notre civilisation pour lui suppléer l’ordre des barbares.

De temps en temps, une victime est désignée pour cautionner l’illusion que le monde ne change pas et que la liberté de la presse existe réellement. En l’espèce, Jérôme Cahuzac est-il près de la porte de sortie ? Le magazine LyonMag le pense. Peu importe finalement.

2006-10-31_Hillary_Clinton_CFR_BigUne personne plus influente que notre politicien français, la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton, plus élevée que son mari dans le sérail des sociétés secrètes américaines conspirant pour un Nouvel Ordre Mondial communiste, vient de subir une commotion cérébrale après un évanouissement. Les spécialistes de la communication américaine trouveront toujours les explications à donner, souhaitons que ces accidents de la vie, permettent à ces puissants de méditer sur le fait qu’ils ne sont finalement pas maîtres de grand-chose.

Officiellement, Hillary Clinton, âgée de 65 ans, doit quitter son poste dans un mois. Juste avant Mario Monti. Faut-il voir dans ces départs un hasard du calendrier ? Nous verrons bien.

Ces deux personnages, bien que pantins d’une technocratie qu’ils respectent et craignent certainement, ne sont probablement pas dupes du fait que les prolongations orchestrées par les politiques monétaires des banquiers centraux auront un terme. Il semble assez évident que les oligarques actionnaires de la Fed, véritables propriétaires de plusieurs grandes firmes bancaires de Wall Street, jouent les prolongations. L’argent créé à partir de rien ne sert qu’à entretenir la vitrine.

Pour quelles raisons ?

Les réponses à cette question sont les plus déterminantes pour l’avenir de notre humanité.

 
63 commentaires

Publié par le 16 décembre 2012 dans Non classé

 

La guerre bactériologique est-elle nécessaire à l’édification de ‘leur’ NOM ?

Des scientifiques annoncent de futurs problèmes bactériologiques à cause du réchauffement et de la fonte des glaces.

guerrebacteriologique0Voici les extraits d’un article de Futura-science : « Si les Hommes dénichent des mammouths dans le pergélisol, les glaces cachent bien d’autres organismes. Des virus, des bactéries ou des champignons sont emprisonnés dans les lacs gelés d’Arctique et d’Antarctique. S’ils étaient réémis dans l’atmosphère, certains d’entre eux pourraient bien devenir dangereux. Le système immunitaire d’un être humain est adapté à son environnement : il serait sûrement incapable de se défendre face à certains virus datant par exemple de 3 millions d’années ! Ainsi, dans le contexte actuel de changement climatique, la communauté scientifique prévient : les calottes fondent, il faut s’attendre à l’arrivée de nouvelles maladies. […]

Certains virus ne survivent pas après le dégel, mais d’autres s’adaptent très bien. C’est typiquement le grand problème de la grippe. Des pandémies de grippe ont frappé périodiquement dans l’histoire. Le siècle dernier, il y a eu la grippe espagnole en 1918, la grippe asiatique en 1957 et la grippe de Hong Kong en 1968. Mais entre ces pandémies, où résidait donc le virus ? Certains suggèrent justement qu’il était emprisonné dans les glaces en Sibérie. […] » (Source)

Le problème est que l’exemple cité sur la grippe espagnole ne correspond pas à la réalité des choses. D’aucuns ont très bien démontré que ce virus a été employé dans le cadre d’une guerre bactériologique engagée par les services US. Autrement dit, le réchauffement climatique pourrait (encore)  avoir bon dos pour cautionner une partie du plan des Elites, lesquelles veulent liquider beaucoup de monde sur terre pour imposer leur Nouvel Ordre Mondial, via une guerre bactériologique grandeur nature… ce qu’annoncent d’ailleurs de nombreuses prophéties.

L’épandage aux Etats-Unis de certains ‘produits inconnus’ et la multiplication de maladies pulmonaires dans certaines régions ont déjà fait l’objet de nombreux articles depuis plusieurs années sur des sites américains.

 
81 commentaires

Publié par le 15 décembre 2012 dans Non classé

 

Immobilier : le calme de fin 2012 serait-il trompeur ?

dollar-suisse-evasion-fiscale2Les grosses fortunes qui apparemment ne sont pas intéressées par le suivi du programme de mondialisation et de ce qu’il cache, perçoivent tout de même quelques dangers pour leur patrimoine. Ils cherchent donc à se mettre à l’abri des autorités politiques qui, aux ordres de la finance via les Marchés, ont pour mission d’aspirer la richesse des patrimoines des Français.

Pour le moment, il y a quelques mesurettes douloureuses pour tout un chacun, mais le plus gros du programme de racket concerne 2013-2016, si aucun grain de sable ne vient perturber le scénario de l’establishment mondialiste… bien sûr.

Très probablement le conflit qui éclatera au Moyen-Orient mettra le feu aux poudres.

Notons ce matin cette curieuse annonce : Revirement de Moscou« La Russie, alliée de poids du président Bachar Al-Assad, a jeudi pour la première fois envisagé ouvertement une victoire des rebelles en Syrie, secouée par de nouveaux attentats près de la capitale ». Attendons d’en savoir plus.

En attendant, c’est sauve qui peut. Les fortunes liées à la haute finance ont déjà pris leur précaution depuis la fin de l’été 2012 pour les retardataires. Les riches fortunés qui n’appartiennent pas à cette caste privilégiée commencent seulement à réagir. La presse médiatique s’intéresse par exemple en ce moment à l’acteur G. Depardieu.

Nous n’entrerons pas dans les détails qui ne nous regardent d’ailleurs nullement ; nous n’avons pas la fibre communiste de la jalousie (voire de la haine) comme certains. Le point intéressant à relever est que ces personnalités riches en patrimoine immobilier ne parviennent pas à vendre. Voilà l’un des éléments marquant pour les prochains mois en France. L’immobilier donne des signes de plafonnement : marché anémique ou acheteurs et vendeurs s’examinent…

« Vent de panique chez les grandes fortunes françaises… A en croire les grands réseaux immobiliers de luxe, de plus en plus de riches propriétaires peinent à se défaire de leurs duplex et autres villas de rêve dans l’espoir de partir à l’étranger et d’échapper au tour de vis fiscal du gouvernement.

temperature‘‘En sept mois, les mandats de ventes des biens immobiliers à plus d’un million d’euros sont passés de 700 à 1200. Du jamais vu en trente ans de carrière !’’, lâche Charles-Marie Jottras, président du réseau Féau. Même son de cloche chez Barnes, autre grande enseigne spécialiste dans le luxe, où l’on assure qu’un tiers des mises en vente de biens de plus de 3 millions d’euros a pour motivation l’exil fiscal. Problème : les propriétaires doivent faire face à une pénurie d’acheteurs. Entre juin et août les transactions de biens immobiliers à plus d’un million d’euros ont chuté de 16% sur un an, et celles à plus de deux millions de 38%, selon les notaires. Blocage qui s’est encore amplifié depuis la rentrée de septembre… » (Source)

Demain, et cela a même commencé selon quelques spécialistes de l’immobilier et un agent de la fiscalité qui nous fréquente en ce moment, les biens situés entre 100.000 et 250.000 euros connaîtront eux aussi un marché anémique, car les banques refuseront les prêts en cascade.

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 23:22

 

Jeudi 12 juillet 2012

 

immigre-chibanis-responsable-maux.png

http://www.drocourt-nature.com/index_fichiers/page123.htm

 

 

 

La grande souffrance des migrants retraités

Par Chantal Dupille

 

 

Avez-vous remarqué, sur un banc immuable, des Maghrébins retraités au regard triste, comme résignés à leur sort ? A la Fête du Travailleur Catalan, le 29 juin, j'ai découvert la cause des Chibanis, qui vivent les mêmes souffrances.

 

Ils sont venus d'Afrique du Nord pour exécuter, patiemment, toutes les tâches dont nous ne voulions pas, ils ont participé à la reconstruction et à l'enrichissement de la France, et pourtant ils ont été mal payés, mal logés, mal soignés, discriminés, et pour finir, ils croupissent souvent dans des foyers insalubres, loin de leurs familles, coupés de leur terre ancestrale, avec dans le coeur une sourde nostalgie. Ils voudraient retourner dans le "bled", ils voudraient achever leurs jours au milieu des leurs, restés dans le pays et que toute leur vie, ils ont entretenus par leur travail ingrat et mal reconnu. Mais ils risquent de perdre leurs droits, sociaux, médicaux, mais surtout le plus essentiel, celui d'aller et venir librement.

 

Cet article, je le dédie à ces hommes. Découvrez ici quelques-unes de leurs souffrances. Et j'interpelle le Gouvernement "de gauche" afin qu'il prenne à bras-le-corps la question des droits des migrants âgés, la question des Chibanis. Au nom de la Justice, au nom des Droits de l'Homme, tout simplement.

 

M'entendra-t-on ?

 

Chantal Dupille

 

http://chantaldupille.over-blog.com

 

.

La cause des Chibanis plaidée à la Fête du TC

 

Ils ont participé à la reconstruction de la France dans les années 1960, ont fait les travaux les plus durs, mal payés, mal déclarés et mal logés. Ces travailleurs de l'ombre devenus âgés, on les appelle les "Chibanis", des retraités maghrébins qui ont gardé leur nationalité. Parce qu'ils ont séjourné quelques mois dans leur pays, on leur a supprimé leurs allocations logement, leur supplément familial et quelquefois le droit à la santé. Grâce à l'action du collectif "SOS chibanis 66", ils ont presque tous retrouvé leurs droits à Perpignan. Reste à lutter pour l'annulation de "la dette", le remboursement demandé par les caisses des versements. Des collectifs et associations venus d'Ile-de-France, Bordeaux, Lyon, Toulouse, Marseille d'Aix, Montpellier et Nancy seront réunis demain pour une grande rencontre nationale au Bocal du Tech dans le cadre de la Fête du Travailleur Catalan. Tout commencera par un rassemblement à 10 h devant la préfecture de Perpignan pour déposer des revendications. Puis à 14 h 30, trois tables rondes sont proposées : échanges d'expérience, le combat juridique et les perspectives d'actions, toujours motivés par "Solidarité, justice et dignité pour les Chibanis".

 

http://www.lindependant.fr/2012/06/28/la-cause-des-chibanis-plaidee-demain-a-la-fete-du-tc,148971.php

 

 

 

http://www.chibanis.org/

 

Depuis quelques mois et sous couvert de lutte contre la fraude, les caisses de sécurité sociale (CARSAT, CAF, CPAM, MSA) multiplient les contrôles sur les vieux migrants, en particulier ceux vivant en foyer [1]. Du point de vue de l’administration, il s’agit de vérifier la condition de résidence en France et donc de vérifier le temps passé par les personnes sur le territoire français.

Face à cette situation qui a pris une tournure abjecte, les associations appellent à des rassemblements dans plusieurs villes de France dans la semaine du 20 au 25 juin pour exiger :

  • L’arrêt du harcèlement et des contrôles discriminatoires contre les vieux et vieilles immigré-e--s.
  • La suspension des poursuites et l’annulation des redressements
  • Une réelle écoute des vieux migrants et une concertation avec les associations
  • Le respect des textes et leur application avec discernement et humanité, dans le respect de la dignité des vieux et vieilles immigré-e-s
  • Une reconnaissance du droit fondamental d’aller et venir sans suspension des droits sociaux en France http://www.drocourt-nature.com/index_fichiers/page123.htm

 

 

Discriminations des services fiscaux à l'encontre de vieux travailleurs maghrébins Le Gisti se constitue partie civile

http://www.gisti.org/doc/actions/2006/fiscal/index.html

 

A quand la reconnaissance d'un réel droit d'aller et venir pour les vieux migrants ?

 

http://www.gisti.org/spip.php?article726

 

 

 

Ils sont venus en car, de Perpignan, de Marseille…
Les Chibanis exigent une retraite décente
GUY TRUBUIL
20/06/2011,
Ils sont venus en car, de Perpignan, de Marseille… (Photo DAVID CRESPIN)

Ils sont venus de Perpignan, en car, de Marseille et bien sûr de Montpellier. Une cinquantaine de Chibanis, ces retraités d’origine maghrébine ont manifesté leur colère, hier matin, devant les locaux de la Carsat puis à l’intérieur de la Caisse d’allocations familiales, boulevard Gambetta. Ces anciens salariés, pas toujours déclarés au cours de leur carrière, ne touchent une retraite décente que par le biais du complément vieillesse mais le versement de celui-ci est désormais assorti à une lecture plus stricte des règlements.


"Pour toucher cette retraite, ils ne doivent pas s’absenter plus de six mois de France. Sauf que c’est un règlement qu’on ne leur explique jamais. Du coup, on leur a enlevé le complément et ils se retrouvent avec des toutes petites retraites de 200 € par mois, voire 30 € " explique Gabriel Llesta, l’un des porte-parole des Chibanis.

 

Devant la Caf, ils sont quelques-uns à manifester leur désarroi : "On m’a enlevé ma carte Vitale" ou encore "notre retraite devient un enfer". Le problème évoqué hier à Montpellier a déjà été soulevé par d’autres retraités mais la ligne suivie par la Carsat Languedoc-Roussillon est jugée particulièrement sévère avec des anciens, dont certains se retrouvent contraints de rembourser des sommes trop perçues. "On leur réclame jusqu’à 23 000 €." Car des contrôles ont notamment été effectués a posteriori. "Ils sont remontés jusqu’à cinq ans. Les douanes marocaines ont été sollicitées pour livrer les listes des voyageurs afin de connaître les durées de séjour", dénonce un militant de Solidaires, également présent lors de la brève occupation. Selon les associations, les Chibanis touchent en moyenne une pension de retraite de 600 € et en envoient une partie dans leur pays d’origine. S’ils se rendent régulièrement sur place, ils restent aussi attachés à la France. "Ce sont des gens âgés. On devrait accepter cette migration partagée", ajoute Claude Drocourt, un membre du comité Chibani 66. Dans les Pyrénées, environ 1 200 personnes seraient concernées par cette question et au moins autant à Montpellier. "À Marseille, 12 000 ont été recensées dans le centre. Là-bas, une solution a été trouvée sur les dettes", ajoute-t-il. Hier, une délégation a été reçue par des membres de la Carsat. Une nouvelle réunion est prévue, vendredi, pour évoquer des solutions de règlement.

http://www.midilibre.fr/2011/06/20/les-chibanis-exigent-une-retraite-decente,339385.php

 

 

 

 

Carte de retraité : Des droits restreints, extraits

 

Afin de remédier au choix du pays de
résidence auquel est confronté le travailleur
immigré lorsqu’il prend sa retraite, la loi
Chevènement a institué cette carte (de retraité). En effet les
retraités sont souvent tiraillés entre un retour
aux sources et la compagnie des enfants et des
petits-enfants installés en France. Ils souhaitent
conserver leurs droits sociaux (soins, allocations…).
A la restriction de la durée du séjour
s’ajoute la mise à l’écart des autres droits
sociaux, comme les allocations logement et
l’accès limité à l’assurance maladie : seul le
retraité qui peut justifier d’une période de 15
ans de cotisations à l’assurance vieillesse a
droit aux prestations en nature (surtout les
remboursements de soins), et ce seulement si
son état de santé nécessite des soins immédiats.

 

Les prestations sociales
sont généralement versées aux étrangers dès
lors qu’ils résident légalement sur le territoire
français, c’est-à-dire en vertu du seul critère de
la résidence régulière.


La loi de mai 1998, en instituant un titre
de séjour « retraité », exclut  certaines
personnes de la protection sociale. Elle réduit
les droits sociaux de ses titulaires. En effet, le
fait que ne soit mentionnée, sur la carte retraité,
que l’adresse du pays d’origine, prive ces
étrangers de la plupart de leurs droits. On
constate ainsi une réelle inégalité de traitement,
qui varie selon le statut juridique de l’étranger
retraité. Totalement discriminatoire, cette mesure
explique, pour une large part, l’insuccès de
cette carte.

 

La plupart des immigrés âgés vivent dans
de conditions économiques difficiles, surtout
pour ceux qui vivent dans des foyers,
inadaptés à leur condition de retraité. Le
minimum vieillesse a été prévu pour pallier
l’absence de pensions de retraite, mais jusqu’à
une période récente, les caisses avaient réservé
cette prestation aux seuls Français, ressortissants
communautaires, réfugiés et apatrides..

 

Les conditions de ressources ne sont pas les seules à se poser :
l’accès à une couverture maladie est essentiel.
Les personnes de plus de 60 ans figurent parmi
les plus importants consommateurs de soins :
les immigrés âgés ne démentent pas ce fait.
Usure au travail, accident au travail, pénibilité
de leur carrière… Ils ne consultent que
tardivement le corps médical, souvent en
urgence. L’isolement et la fragilité financière,
ainsi que la complexité administrative et les
aberrations aux « guichets » suscitent souvent
le renoncement aux soins

 

Une autre restriction correspond à la
condition de « résidence stable et régulière »

 

Les étrangers n’ont guère usé de cette
nouvelle carte, au point où nous pouvons nous
demander quel est le degré d’« effectivité » de
cette mesure de droit qui crée une nouvelle
catégorie juridique d’étrangers. Selon le
rapport annuel du ministère de l’Intérieur1, il a
été octroyé 134 cartes de séjour « retraité » en
1999. Ce chiffre a plus que doublé en 2000.
Ces données mettent en lumière une ineffectivité
statistique de ce statut.
Présentée comme un véritable livret de
circulation (permis) permettant aux retraités
étrangers d’aller et venir entre la France et leur
pays d’origine, la carte retraité a en dernière
instance permis de réduire les droits sociaux
des étrangers qui ont fait liquider leur pension
de vieillesse en France. En ce sens, on ne peut
qu’inciter les retraités titulaires de la carte de
résident à la prudence : la carte « retraité » ne
leur apportera aucun nouveau droit

 

http://www.regards-sociologiques.com/wp-content/uploads/rs_39_2010_4_aggoun

 

 

Les vieux migrants en Europe, une génération oubliée...Jusqu'à quand ?

photo : (cc)gemeinde.niederhelfenschw il/Flickr

 

Les vieux migrants en Europe, une génération oubliée… Jusqu’à quand ?

.

Ils sont venus pour travailler et sont finalement restés. Les migrants des années 1960 vieillissent aujourd’hui dans les villes d’Europe occidentale, souvent dans l’isolement et la précarité. Leur discrétion en fait une génération invisible. Alors que le débat sur les retraites fait rage, portrait de ces immigrés retraités que tout le monde veut déjà enterrer.

 

 

ANALYSE

par Emmanuel Haddad

 

En France et en Allemagne, la réforme des retraites est dans toutes les têtes et toutes les rues, mais rares sont les voix qui mettent l’accent sur les difficultés rencontrées par les immigrés à la retraite. Et pour cause, l’immigration est supposée pallier le manque de main d’œuvre du au vieillissement des populations locales, pas y contribuer. On en oublierait presque que les migrants aussi vieillissent…


 

Travailleurs turcs à HambourgTravailleurs turcs à Hambourg | L’Allemagne compte aujourd’hui 500.000 gastarbeiter à l’âge de la retraite

La discrimination, de 7 à 77 ans

La présence massive de vieux migrants concerne pourtant la majorité des pays d’Europe occidentale – dite « terre historique d’immigration » - de la France à l’Allemagne, des Pays-Bas à la Belgique et au Royaume Uni. Et malgré leur nombre croissant – 500.000 en Allemagne, 400.000 en France - les vieux migrants de plus de 60 ans demeurent invisibles. On les appelle les « gastarbeiter » (« travailleurs invités ») en Allemagne et les « chibanis » (« cheveux blancs » en arabe) en France. D’origines différentes - les « gastarbeiter » venus travailler dans les années 1950-1960 venaient surtout de Turquie mais aussi d’Italie, d’Espagne ou du Maghreb, tandis que les chibanis étaient à 90% maghrébins - leurs parcours et les difficultés qu’ils rencontrent au fil des années sont identiques… Et tues.

 

Les retraites des chibanis et des gastarbeiters sont d'autant plus nécessaires qu'ils souffrent de maladies ou de handicaps liés à leur travailLes retraites des chibanis et des gastarbeiters sont d’autant plus nécessaires qu’ils souffrent de maladies ou de handicaps liés à leur travail | Pourtant, ils sont moins nombreux à toucher une retraite à taux plein que les autres salariésOui, car pas besoin de vivre en France pour avoir entendu les cris des cortèges de grévistes contre la réforme des retraites. Polonais, Lituaniens, Allemands, tous ont commenté les manifestations hexagonales. Ont-ils eux aussi sentis que la question des « vieux migrants » était passée à la trappe, comme le regrette Ali El Baz, coordinateur de l’Association des Travailleurs Maghrébins en France (ATMF) ? « Les syndicats ne tiennent pas compte des cas spécifiques. Certes, on parle de plus en plus des difficultés spécifiques des femmes, mais jamais de celles des vieux migrants, qui sont pourtant dans la même situation. » Pour résumer la situation des « vieux migrants » - Ali El Baz récuse le terme « chibani » car il : « n’aime pas toutes ces distinctions, chibanis, beurs, même si les gens les disent avec sympathie » - il suffit d’un mot à ce travailleur de 58 ans : « Précaire. D’une, ils ont le plus souffert de la vague de licenciement due à la désindustrialisation de l’Europe dans les années 1980. Ensuite, ils ont du enchaîner des petits boulots sans pouvoir toujours cotiser pour la retraite. »

Désillusions et exemples à suivre

Qui s’intéresse à ce double handicap qui fragilise les vieux migrants aujourd’hui ? Double, car d’une part, comme le révèle l’enquête L’Enracinement, enquête sur le vieillissement des immigrés en France commandée par la Caisse nationale d’allocation vieillesse, ils paient cash la pénibilité d’emplois souvent éreintants : 28 % des « chibanis » sont malades ou handicapés. D’autre part, victime d’employeurs malhonnêtes ou de l’absence de boulot fixe à partir des années 1980, ils ont travaillé plus longtemps mais ont moins cotisé pour leur retraite et sont donc moins nombreux à partir à la retraite avant 65 ans que les autres salariés.

L’Allemagne regorge d’initiatives qui visent à pallier les handicaps de ses gastarbeiter. Le concept de maison de soins « ethnique » s’y développe peu à peu. Ces structures d’accueil sont dédiées aux personnes âgées immigrées et adaptées à leurs besoins. Les résidents viennent d’une même communauté (turque, mais aussi arabe ou russe) et peuvent communiquer dans leur langue maternelle, limitant ainsi le sentiment d’exclusion. Un système qui manque en France, où les « chibanis » ont plutôt tendance à « s’auto-censurer », comme l’a obversé Ali El Baz dans sa ville de Clichy la Garenne, où les activités proposées aux seniors ne rameutent aucun des nombreux maghrébins de la ville. Même les infirmières refusent parfois de se rendre dans leurs foyers de migrants, témoigne celui qui voit l’âge de sa retraite reculer de jours en jours. « Ethnique » ou non, une attention spécifique aux vieux migrants est suggérée, voire indispensable.


Ali El Baz témoigne que les vieux migrants de sa ville préfèrent traîner sur des bancs que de participer aux activités de la mairieAli El Baz  

 

témoigne que les vieux migrants de sa ville préfèrent traîner sur des bancs que de participer aux activités de la mairie | La raison ? Un sentiment d’exclusion qui termine en auto-censure, explique-t-il

Un peu comme à Berlin - ville dont 25% des habitants sont issus de l’immigration - où le centre de soins catholique Sainte-Marie de Kreuzberg et l’hôpital évangélique Waldkrankenhaus réservent une partie de leurs locaux à l’accueil des vieux migrants. D’autres initiatives voient le jour en Allemagne comme la diffusion de brochures bilingues en anglais, français, espagnol et turc (« Sosyal Güvenlik ») pour informer les étrangers sur le système de sécurité social allemand. Des initiatives locales dont la France n’est pas dépourvue, comme le café social qui accueille les vieux migrants dans le quartier métissé du XVIIIè arrondissement de Paris.

L’Europe ? connaît pas

Si les bonnes volontés locales ne manquent pas, la vision « glocale » à long terme, c’est autre chose. Quand on demande à Ali El Baz s’il a entendu parler du projet Migrants âgés – vieillir dans la dignité et rester acteur de la société lancé par le Conseil de l’Europe, il vous répond que « malgré qu’il soit dans l’associatif depuis des années, il n’en a jamais entendu parler. Si la France ne communique pas dessus, il est difficile de le deviner. » Dommage que la communication ne passe pas, car ce projet lancé en 2009 donne des orientations aux Etats membres pour faciliter l’accès au soins de santé, l’indépendance, l’intégration et la mobilité des vieux migrants, ainsi que les encourager à transmettre leurs valeurs, compétences et expériences aux jeunes pour renforcer la cohésion sociale. Tout est dit. Maintenant, qui s’y colle ?

A part la France et l’Allemagne, connaissez-vous des initiatives concrètes d’accompagnement des vieux migrants dans d’autres pays européens ? Témoignez !

photos : Une (cc)gemeinde.niederhelfenschw il/Flickr ; travailleurs turcs : Heinrich Klaffs/Flickr ; Travailleurs en pause : (cc)kikasso/Flickr ; vieux migrants sur un banc : (cc)Lucas Ninno/Flickr

 

http://www.cafebabel.fr/article/35623/vieux-migrants-en-europe-une-generation-oubliee.html

 

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 22:50

 


Sources : Bastamag.
Par Anthony Laurent (6 décembre 2012)

 

LGratuitées expériences de gratuité se multiplient dans les services publics locaux. Transports en commun totalement gratuits à Aubagne ou Châteauroux, premiers litres d’eau gratuits dans des communes de l’Essonne ou des Bouches-du Rhône… A qui profite cette gratuité ? Comment est-elle financée ? Implique-t-elle une baisse de la qualité du service ? Incarne-t-elle une alternative face au dogme de la « consommation marchande » ? Réponses par les faits.


Monter dans un bus sans composter un ticket, et sans risquer de passer pour fraudeur, tel est le quotidien des Aubagnais. Depuis trois ans, cette localité de 104 000 habitants, en périphérie de Marseille, a fait le choix de la gratuité totale dans les transports en commun. Cette gratuité était auparavant réservée aux demandeurs d’emplois, aux allocataires du RMI et aux personnes âgées et handicapées. S’inspirant de l’esprit du « droit au transport pour tous » énoncé par la loi d’orientation des transports intérieurs votés par la gauche en 1982, le maire communiste d’Aubagne, Daniel Fontaine, et son équipe proposent cette mesure à leurs administrés lors des élections municipales de 2008.

Réélue, la municipalité entame alors un bras de fer avec la société des Autobus Aubagnais, propriété du groupe Veolia, qui exploite le réseau depuis 2007 dans le cadre d’une délégation de service public. Pour que Veolia accepte de mettre en œuvre la gratuité, les élus demandent à l’entreprise de revoir les objectifs de fréquentation à la hausse. Et les objectifs sont largement dépassés : durant les six premiers mois de gratuité, la fréquentation fait un bon de 70%. Entre 2008 et fin 2011, le nombre d’usagers progresse de 146% ! Bien au-dessus des objectifs initiaux, fixés dans le cadre de la délégation de service public avec des transports payants (+2% par an). Une enquête réalisée en mars 2010 par l’agglomération aubagnaise [1] montre que la gratuité, en plus de créer de la mobilité, attire de nouveaux usagers, parmi lesquels les jeunes de moins de 18 ans et les personnes « non captives » disposant d’un véhicule motorisé (deux-roues ou voiture).


A qui profite la gratuité ?


Dans l’agglomération de Châteauroux (76 000 habitants), les transports collectifs sont gratuits depuis une décennie. A la différence d’Aubagne, ce sont des considérations d’ordre économique qui ont conduit le maire UMP Jean-François Mayet à faire de la gratuité un thème de campagne pour les élections municipales. Son intention ? Dynamiser l’économie locale – notamment les commerces du centre-ville – sans remettre en cause l’usage de la voiture.

Dix ans après l’instauration de la gratuité, la fréquentation sur le réseau géré par Keolis, filiale de la SNCF, a progressé de 208% ! Selon une étude menée par la Communauté d’agglomération castelroussine [2], la gratuité profite surtout aux bénéficiaires de la Couverture maladie universelle (CMU) et de l’Aide médicale d’État [3]. Plus de la moitié des usagers dispose de revenus mensuels inférieurs à 1 100 euros. Près d’un nouveau voyageur sur dix n’utilisait pas auparavant les transports en commun en raison du prix des tickets.


Qui finance les transports gratuits ?


En plus d’Aubagne et de Châteauroux, 23 réseaux de transports urbains, sur 290, ont fait le choix de la gratuité totale pour les usagers (dont sept communes de plus de 40 000 habitants [4]). Et donc de se passer des recettes de billetterie. Les ventes de ticket couvrent en moyenne 20% des besoins de financement d’un réseau de transport urbain, rappelle le Groupement des autorités responsables de transport (GART), derrière les impôts locaux (30%), et les contributions des entreprises et des administrations (48%). Le GART, qui rassemble les villes et collectivités disposant d’un réseau de transport public, « n’encourage pas cette pratique » : la gratuité ne serait pertinente que pour les petits réseaux.

Pour remplacer les recettes de billetterie, Aubagne et Châteauroux ont décidé d’augmenter la contribution « versement transport » (VT). Celle-ci est payée par les entreprises privées ou publiques situées sur le territoire et employant plus de neuf salariés. Dans les deux villes, cette contribution a été portée respectivement à 1,8 et 0,6% de la masse salariale de l’entreprise [5]. S’y ajoute une ponction limitée au budget général de la collevctivité. Alors que la billetterie rapportait 710 000 euros, la hausse de la contribution des entreprises aux infrastructures de transports rapporte 5 millions d’euros supplémentaires. La Communauté d’agglomération du pays d’Aubagne et de l’Étoile projette même de construire un tramway totalement gratuit d’ici cinq ans. La gratuité totale n’interdit pas non plus les investissements futurs.


La gratuité, une « fausse bonne idée » ?


Malgré ces expériences, les méfiances à l’égard de la gratuité des transports collectifs demeurent fortes. Sans surprise, l’Union des transports publics et ferroviaires (UTP), qui regroupe les grandes entreprises du secteur – SNCF, RATP, Veolia-Transdev, Keolis (filiale privée de la SNCF)… –, considère la gratuité comme un « épiphénomène ». Et affiche son hostilité. Trop onéreuse, ne facilitant pas le report de la voiture vers les transports collectifs, menaçant la qualité de service, « la gratuité pour tous ne répond pas aux objectifs de développement d’un réseau de transport », juge l’UTP dans un rapport.

La Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnaut) partage également ces critiques. La gratuité est une « fausse bonne idée » qui « induit des déplacements inutiles, encourage l’étalement urbain et prive de ressources le système de transport au moment où la clientèle augmente et où les recettes fiscales des collectivités diminuent », estime l’association d’usagers. Elle lui préfère le système de tarification sociale pour les jeunes, les sans emplois ou les familles nombreuses. [6].


La gratuité entraîne-t-elle une baisse de la qualité ?


A Châteauroux, la mise en place de la gratuité a pour conséquence « une très légère baisse de la qualité » du service, constate Bruno Cordier, directeur du bureau d’études Adetec. Une qualité moindre qui se manifeste surtout, selon les usagers, par une dégradation de la propreté des bus, le fait qu’ils sont plus souvent bondés et moins ponctuels. C’est l’un des arguments contre la gratuité : elle favoriserait l’irrespect vis-à-vis des infrastructures, voire le vandalisme, suivant l’a priori « ce qui est gratuit n’a pas de valeur » (selon l’UTP). « La hausse du vandalisme observé à Châteauroux ne peut être imputée uniquement à la gratuité en tant que telle. Elle correspond malheureusement à une évolution de la société. Par ailleurs, il est logique que le vandalisme augmente quand la fréquentation augmente », tempère Bruno Cordier.

L’expert nuance également les critiques estimant que la gratuité ne favoriserait pas vraiment le report de la voiture vers les transports en commun. Pour être efficace, la gratuité « doit s’accompagner de contrainte sur l’automobile (circulation et stationnement) et d’un urbanisme cohérent [...]. Rendre les transports publics financièrement plus attractifs passe également par une information sur les coûts réels de la voiture et par une hausse de ces coûts (carburant, stationnement, péage urbain…) », explique-t-il [7]. Précisons que les transports – voitures comprises – restent le deuxième poste de dépense des ménages (14%), derrière le logement (25%) et devant l’alimentation (13%). Selon l’étude réalisée à Aubagne, l’instauration de la gratuité a permis de réduire de 63% les déplacements polluants, que ce soit pour se rendre à son travail, ou pour les loisirs.


Trois litres d’eau potable gratuits par jour et par personne


L’expérience de la gratuité se retrouve également dans le secteur de l’eau potable. Depuis décembre 2011, la ville de Roquevaire (8 700 habitants), située, elle aussi, dans la communauté d’agglomération du pays d’Aubagne et de l’Étoile, applique la « quasi-gratuité » de l’eau vitale : les 30 premiers mètres cubes sont facturés 1 euro HT – soit 0,03 euro le mètre cube –, les prix variant ensuite en fonction de la consommation [8]. Désireuse de s’affranchir des groupes privés, Roquevaire a opté pour une gestion en régie publique. Ce choix lui permet de réaliser ses propres forages à grande profondeur, de mobiliser son propre personnel et de financer elle-même les équipements nécessaires.

En Île-de-France, la Communauté d’agglomération des Lacs de l’Essonne (CALE), qui regroupe les villes de Grigny et Viry-Châtillon (60 000 habitants), est allée plus loin en instaurant la gratuité pour les premiers mètres cubes d’eau consommés, indispensables à la vie, soit trois litres par jour et par personne. Cette décision a été prise par son président, Gabriel Amard (Parti de Gauche), suite à la tenue d’une votation citoyenne en juin 2010 au cours de laquelle 95% des 4 949 votants se sont exprimés en faveur du passage en régie publique autonome. Cette dernière a été créée, après délibération, et en rompant le contrat alors en vigueur avec Veolia, le 1er juillet suivant.


Guerre de l’eau contre Suez et Veolia


Ce n’est pas tout. Gabriel Amard projette désormais de se passer des services de Eau du Sud Parisien, branche régionale de la Lyonnaise des Eaux (groupe Suez Environnement), pour l’approvisionnement en eau et de se tourner vers la régie publique Eau de Paris. Une décision qui n’est pas du goût de l’entreprise, qui a fait appel, en 2011, au cabinet de conseil en stratégie de communication et gestion de crise Vae Solis Corporate pour « limiter et réduire, en la discréditant sur le fond, la communication », jugée « agressive » et « outrancière » du président de la communauté d’agglomération (lire notre article). Soutenu par Eau de Paris, l’élu a porté plainte en juillet dernier contre Eau du Sud Parisien et le cabinet pour « trafic d’influence actif ». La Lyonnaise des Eaux, qui a condamné officiellement les pratiques de sa filiale Eau du Sud Parisien, a demandé le lancement d’une enquête interne… Tout en déclarant à son tour vouloir porter plainte contre Gabriel Amard pour « dénonciation calomnieuse ». L’affaire suit son cours.

« Pour nous, la gratuité permet de redistribuer l’impôt en cohérence avec notre planification écologique, affirme Nathanaël Uhl, le directeur de la communication de la CALE. Nous désirons aussi montrer par là que l’eau est un bien commun et qu’il est de notre responsabilité collective d’en prendre soin. » Et d’ajouter : « Nous avons pris le parti de rompre avec une certaine idée qui prévaut parmi les élus de gauche disant que la seule façon de responsabiliser les gens est de les faire payer… » Pour la CALE, la distribution de l’eau potable a été la première expérience de la gratuité. Aujourd’hui, la communauté d’agglomération de l’Essonne loue des vélos et fournit des composteurs gratuitement à ses administrés. « Nous voulons être un exemple car nous proposons des alternatives politiques concrètes. Ce ne sont pas uniquement des mots, ce sont des actes ! », insiste Nathanaël Uhl.


Quand la gratuité pulvérise « le dogme du libéralisme »


« Chaque fois que l’on prend une initiative dans le domaine de la gratuité, on fait revenir les gens à la politique, y compris lorsque c’est un échec », observe Paul Ariès (lire aussi notre entretien). Pour le politologue et objecteur de croissance, l’un des enjeux de la gratuité est de « sortir de l’économisme ». « De même qu’il n’y a pas de société marchande sans culture du marché, il ne peut advenir de société de la gratuité, sans culture de la gratuité », souligne-t-il.

« Saisir le capitalisme par la queue », non pas en s’en prenant directement à la propriété du capital, mais « en subvertissant le principe de consommation marchande » sur lequel elle se fonde. Voilà à quoi nous invite la gratuité selon Magali Giovannangeli, présidente de la communauté d’agglomération du pays d’Aubagne et de l’Étoile, et le philosophe Jean-Louis Sagot-Duvauroux, auteur de Voyageurs sans ticket [9] Avec l’instauration de la gratuité – cette « forme supérieure de dérégulation » qui n’établit aucune distinction entre les riches et les pauvres –, « le dogme du libéralisme, qui a pris une telle assise dans nos têtes, est pulvérisé par l’expérience », estiment-ils.


La gratuité contre la croissance ?


La gratuité de l’eau vitale, des transports en commun urbains, de la restauration scolaire, des services funéraires comme des services culturels, permet, selon Paul Ariès, de mettre en place des « modes de vie radicalement différents », de « repenser un projet global », devant être « au cœur de nos rêves, de nos réflexions et de nos actions ». Dans cette optique, Paul Ariès suggère, par exemple, la création d’une Agence nationale de la gratuité qui mutualiserait les expériences existantes. « Le système rend invisibles un certain nombre d’alternatives ; la gratuité en fait partie. Or, il nous faut rendre visible l’invisible », suggère-t-il.

Projet d’émancipation, la gratuité fait cependant débat au sein de la gauche, notamment entre partisans et opposants au revenu inconditionnel. « Pourtant, le combat de la gratuité permet de dépasser ce conflit, dans le sens où ce revenu social peut être donné à la fois en monnaie nationale, en monnaie régionale – à inventer – mais aussi sous forme de droit d’accès démonétarisé aux services publics et aux biens communs », indique Paul Ariès. « La gratuité doit notamment permettre de faire passer le discours de l’objection de croissance dans toute une culture de gauche. » Sa refondation est à ce prix.

Anthony Laurent

Notes

[1] Télécharger l’enquête.

[2] L’étude ici.

[3] L’article 123 de la loi relative à la Solidarité et au renouvellement urbains (SRU) impose aux Autorités organisatrices de transport urbain (AOTU) d’accorder une réduction d’au moins 50% aux personnes bénéficiant de la CMU complémentaire et de l’Aide médicale d’État.

[4] Aubagne, Castres, Châteauroux, Compiègne, Muret, Vitré, Gap.

[5] Le VT est plafonné à 0,6% de la masse salariale pour les agglomérations de moins de 100 000 habitants ; à 1,05% jusqu’à 400 000 habitants ; à 1,8% au-delà, et à 2,6% pour Paris et les Hauts-de-Seine. Les collectivités disposant en outre de transports collectifs en site propre (tramway, métro, tram-train, etc.) peuvent appliquer un taux de 1,8%.

[6] Lire ici.

[7] Dans un rapport remis à l’Ademe.

[8] De 0,75 à 1,15 euro HT le mètre cube de 31 à 120 m3 consommés (« eau utile ») et de 1,4 à 3 euros HT le mètre cube de 121 à 10 000 m3 consommés (« eau de confort »). Un abonnement spécial à 0,25 euro HT le mètre cube est prévu pour une consommation d’eau excédant les 10 000 m3.

[9] Magali Giovannangeli et Jean-Louis Sagot-Duvauroux, Voyageurs sans ticket, Liberté, Égalité, Gratuité, une expérience sociale à Aubagne, Au diable vauvert, août 2012, 240 p., 15 euros.


Il n'y a pas d'autres articles sur ce thème.

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 22:42

 

Le Qatar, un requin de la finance qui ne fait pas de cadeaux à la Tunisie


 

 
 

 

 

Le Qatar, bienfaiteur des peuples arabes, irriguant de sa générosité des contrées exsangues, mû par un esprit de solidarité qui en ferait toute la grandeur, mythe ou réalité ? Derrière la belle vitrine touristique et sportive, le miroir aux alouettes du nouvel eldorado confetti, où les pétrodollars coulent à flot, reflète une voracité qui ignore l’acte désintéressé, mais monnaye habilement ses généreux prêts.


Drapé dans un altruisme qui lui confère un vernis de respectabilité, l’image lisse de l’émirat a été quelque peu écornée par les révélations de  Sami Remadi, Président de l'Association Tunisienne pour la Transparence Financière (ATTF). Ce dernier a en effet indiqué, le 15 décembre, qu’après vérifications auprès des instances spécialisées, le crédit de 500 millions de Dollars (750 millions de Dinars), accordé par le Qatar à la Tunisie, était majoré d’un taux de 2.5% alors que la Banque Mondiale (BM) et le Fonds Monétaire International (FMI) appliquaient le jour même un taux d’intérêt de 1.3%.


Le Qatar, devenu omniprésent sur l’échiquier mondial, soutenant des politiques de déstabilisation en Libye, encourageant et sponsorisant des djihadistes criminels en Syrie, se double d’un requin de la finance qui ne fait pas de cadeaux, ou plutôt rien que des cadeaux empoisonnés en spoliant un pays frère, tel que la Tunisie. De quoi briser sa légendaire honorabilité en mille morceaux !


La Tunisie résonnera-t-elle à nouveau du fameux cri insurrectionnel resté dans toutes les mémoires « Dégage ! », repris en choeur par une foule protestataire lors de la visite officielle de l’émir du Qatar à Tunis, en janvier dernier, qui découvrit les joies d'être accueilli non pas en fanfare mais sous les huées ?

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 22:09

 

Alors, la gande sauterie, c'est pour bientôt ! Le sujet ne m'intéresse pas. Mais certains ont cette curiosité. Parce que je la respecte, je relaie ce post recommandé par un Lecteur. Le 22, on en reparlera ! eva

 

La Fin Du Monde Dans 5 Mois !!

 

7 décembre 2012

Pourquoi le 21 décembre 2012
aura bien lieu

Le 21 décembre 2012, tout le monde connaît, mais aussi tout le monde interprète et conteste à sa façon : Début ou fin de quoi ? Du monde ? D’une ère ? D’un cycle ? Canular ? Erreur de calcul ? D’interprétation ? De calendrier ?

Bref, on est tous à en parler plus ou moins sérieusement, à se perdre en conjectures et à se demander ce que cela signifie vraiment.


Car cette date n’est pas arrivée par hasard. Elle a une signification précise, un but précis, un sens caché. Le plus dur est de le connaître: car même s’il se passe quelque chose ce jour-là, de quoi s’agit-il ? Où cela va-t-il nous mener ?

Celui qui trouve la signification du 21 décembre doit normalement pouvoir aussi répondre à ces questions essentielles.

C’est cette signification que je recherche depuis des mois et que finalement, je pense avoir trouvé.


Mais avant de révéler le sens caché du 21 décembre 2012, il est nécessaire d’étudier quelques points, de formuler quelques réflexions.

1ère réflexion : que nous a-t-on dit au début ?

CalendrierMayaUn homme, un groupe d’homme ou une organisation, personne ne sait vraiment en réalité, a réussi à interpréter le calendrier Maya et à en déduire que celui-ci s’arrêtait au 21 décembre 2012. Conclusion tirée : c’est la date de la fin du monde.


Après, c’est la technique de la pelote de laine : trouvez le fil et ensuite, ça se déroule tout seul. En effet, à partir de cette information, une armée « d’idiots utiles » va s’en emparer et développer toutes sortes de théories. Scientifiques, mathématiciens, journalistes, philosophes, voyants, scénaristes d’Hollywood, hommes politiques… énormément de monde va s’employer à refaire les calculs, effectuer d’autres interprétations, formuler des hypothèses, proposer des variantes, ou tout simplement… imaginer ce qui se passerait si cette information s’avérait vraie.


Réfléchissons 2 minutes. D’abord, l’interprétation initiale du calendrier maya, qui a donné tout ce ram-dam, est forcément une hypothèse ; personne ne peut en réalité savoir exactement ce que les mayas avaient calculé, ni connaître l’exhaustivité réelle dudit calendrier. Ensuite, QUI a les moyens et la capacité de donner une telle puissance médiatique à ce sujet ? En si peu de temps ? (On en parle depuis moins de 10 ans) Et enfin pourquoi avoir interprété le calendrier maya uniquement dans cette perspective de fin du monde ?

 2ème réflexion : le 21 décembre, une date occulte

Il faut admettre que cette date est particulièrement bien choisie, car riche de symboles occultes.


a) C’est le solstice d’hiver, jour le plus court de l’année, où le soleil sera au plus bas pendant 3 jours jusqu’à Noël, le jour de la renaissance symbolique du soleil, d’où son choix par les Chrétiens. Dans le calendrier luciférien, les solstices sont toujours de grandes fêtes. Par exemple, le jour de l’an luciférien, c’est celui de l’équinoxe de printemps.

 

alignement planetes

 

b) On parle aussi beaucoup d’un alignement exceptionnel des planètes pour cette date. Même si cette information est quelque peu atténuée par des observations scientifiques, on s’attend à un alignement Soleil Jupiter Terre et Vénus pour cette date, ce qui n’en reste pas moins hautement symbolique.


c) Cette date forme le chiffre 11 : 2+1+1+2+2+0+1+2=11. Le 11 est un chiffre-clé dans la symbolique luciférienne. Sans m’étendre sur le sujet (ce serait trop long), je peux juste rappeler :
- la permanence du chiffre 11 dans de nombreuses catastrophes (11 septembre 2001, 11 mars 2011 pour Fukushima, 11 mars 2004 attentats de Madrid, etc…)
- autre élément troublant : quand vous additionnez la valeur des lettres LUCIFER dans notre alphabet cela donne 11 ; dans l’alphabet de la kabbale, 11 également ; dans l’alphabet grec 11 aussi…satan-inside

Quand vous retrouvez le chiffre 11 associé à un évènement (souvent catastrophique), c’est donc signé Lucifer.

3ème réflexion : la piste de la préparation psychologique

Alors, à quoi sert le 21 décembre ? A nous faire peur ? Mais pourquoi ?

Dans un autre article, je donne les clés de compréhension du monde, il faut le lire préalablement pour comprendre ce que j’explique ici. Les véritables maîtres du monde, qui agissent dans l’ombre, sont des lucifériens qui pratiquent une magie noire d’extermination. Diaboliquement influencés, ils ne raisonnent pas comme vous et moi.

Leur objectif est la mise en place d’un Nouvel Ordre Mondial, ou NOM, ou NOVUS ORDO SECLORUM comme ils l’ont écrit sur le billet de 1 dollar, sous la pyramide des Illuminatis et l’œil d’Horus (Satan).


1-dollarGouvernement mondial, monnaie mondiale et religion mondiale seront l’aboutissement de leurs efforts.


L’ennui, c’est que le moyen pour y arriver est résumé dans leur formule ORDO AB CHAO : il faut créer le chaos pour instaurer ce gouvernement mondial. D’après eux, seule la peur, et la contrainte, forceront les peuples et les nations à renoncer à leur souveraineté.

 

Le chaos monétaire (et donc économique) est un prélude à une future réforme monétaire d’envergure mondiale.


Le chaos religieux (exacerbation des antagonismes entre les 3 grandes religions monothéistes) entraînera la création de la religion universelle de l’amour, que les initiés appellent noachisme.


Le chaos militaire jettera les peuples les uns contre les autres afin d’aboutir à une lutte si sanglante et si perverse (car il inclut des épisodes de guerres civiles) qu’à la fin les peuples crieront «pitié ». Et « c’est à ce moment précis, quand les hommes diront : « Paix et sûreté ! » qu’une ruine soudaine les surprendra » (St Paul, Thess. 5:1-4)
Pourquoi St Paul dit cela ? Parce qu’arrivera à ce moment-là l’Antéchrist, qui apparaîtra comme un sauveur et un homme de paix. Paix qu’il négociera en mettant en place la solution tant attendue, le fameux gouvernement mondial : « S’il n’y a qu’un seul état gouverné par un dictateur, il ne peut plus y avoir de guerres » (WG Carr dans le livre Des pions sur l’échiquier ».


Le scénario est simplifié à l’extrême, mais c’est bien cela qui se profile.

C’est ici que la théorie du 21 décembre intervient : en lançant d’abord l’idée que cette date est liée à la fin du monde (donc quelque chose de terrible), ils ont entraîné un grand nombre de personnes à « reformater » cette idée : non, ce n’est pas la fin du monde mais un changement d’ère, de cycle. Avec des bouleversements tout aussi terribles. Et on nous sort pêle-mêle l’ère du Verseau, les prophéties, l’Apocalypse, etc.

Finalement, c’est très bien amené car il s’agit d’un conditionnement psychologique des masses, d’une préparation lente des esprits, relayée et amplifiée par la complicité, souvent inconsciente, des « idiots utiles ».


On va en chier et on nous le dit. En l’occurrence, ici, le 21 décembre est un symbole, la date d’un commencement qui nous dit : Maintenant ça va chier !

Sauf que ce changement n’a rien de surnaturel (en dehors de l’impulsion satanique), il n’est pas dû au hasard. Il est programmé de longue date, et les pions sont tous en place sur l’échiquier : crise économique, crise de la dette et chômage dans les pays riches ; printemps arabe transformé en hiver islamique ; crise aiguë au Moyen-Orient et attaque imminente de l’Iran, etc.

Du coup, le 21 décembre serait le plus beau « false flag » du siècle, bien meilleur que le 11 septembre, puisqu’ils préviennent les populations de problèmes et de guerres qu’ils vont eux-mêmes déclencher !

On approche ici de la signification réelle, mais ce n’est pas encore ça.

4ème réflexion : la réalité des Mayas

Je fais un petit aparté en revenant aux Mayas, mais vous allez voir que c’est en relation avec le point précédent. Personne ne se pose la question : pourquoi avoir choisi les Mayas ? Ce n’est pas la seule civilisation ancienne à avoir développé des calendriers sophistiqués. C’est une civilisation certes évoluée sur certains points (l’astronomie, par exemple) mais moins sur d’autres (ils ne connaissaient pas la roue, notamment). Eh bien il faut savoir que c’était aussi un peuple sanguinaire, assoiffé de sang, pratiquant des sacrifices humains de grande ampleur, pour honorer leurs nombreux dieux, dont le dieu serpent (Satan) et le soleil. Comment ne pas voir ici une analogie de plus avec Lucifer ? Les guerres qu’on nous annonce ne seront-elles pas provoquées elles aussi par une secte assoiffée de sang ?

Les peuples de la terre seront jetés en sacrifice à Lucifer et les millions de morts qui en découleront seront autant d’hommages des Illuminatis à leur dieu. Comme les Mayas, dont la religion était imbibée de sang.


Pour vous faire une idée plus précise sur la civilisation Maya, visionnez le film Apocalypto de Mel Gibson, assez fidèle à la réalité, ou lisez le livre de Martin Peltier, les Mayas au risque de l’histoire (éditions Renaissance Catholique).

On s’approche encore, mais ce n’est toujours pas ça.

5ème réflexion : la piste de la FED

J’ai longtemps pensé que la signification du 21 décembre était la fin du monde financier tel que nous le connaissons. C’est-à-dire que le 21 décembre serait la date butoir pour la mise en place du premier chaos : le chaos monétaire.

Je développe cette idée dans un article spécifique qu’il serait trop long de reprendre ici.

 

FED2

 

En résumé, le chaos monétaire serait la première guerre à se mettre en place, entraînant dans son sillage toutes les autres. Le prétexte aurait été la FED, créée le 22 décembre 1913 pour 99 ans, et dont le bail prendrait fin le 21 décembre 2012 au soir. Même si cette information n’est pas une certitude, et pas un problème en soi (il n’est pas compliqué de proroger la société), c’était surtout un symbole : le chaos monétaire aidant, il n’y aurait pas eu besoin de reconduire la FED car on n’aurait plus eu besoin de la FED, mais d’un nouvel organisme, international évidemment, chargé de remplacer tous les systèmes monétaires existants.

Même si je pense maintenant que c’est une fausse piste pour expliquer le 21 décembre, il n’en reste pas moins que la théorie plaçant le chaos monétaire en premier reste valable, et le faire démarrer à partir du 21 décembre reste plausible.

La révélation

Je n’ai pas le temps ici de vous expliquer comment je suis parvenu à ces conclusions. C’est la résultante d’un long travail de prospective, d’analyse et de recoupements à partir de livres sur les plans de la Synagogue de Satan, des prophéties de la Sainte écriture comme d’autres sources, des révélations contenues dans les grandes apparitions, et des réflexions d’autres auteurs sur ce sujet.

Je n’ai pas non plus la place d’expliquer le mode de calcul et les indices qui me conduisent à pronostiquer l’avènement de l’Antéchrist en 2014.
Tout ce que je peux vous dire, c’est que « ça colle ! », et que le résultat de mes déductions est le suivant :

En réalité, le 21 décembre 2012 correspond à l’ouverture
du 4e sceau de l’Apocalypse.

En voici le texte : « Je vis paraître un cheval pâle ; et celui qui était monté dessus s’appelait la Mort, et l’enfer le suivait ; et le pouvoir lui fut donné sur le quart de la terre, pour y faire mourir les hommes par l’épée, par la famine, par la mortalité et par les bêtes sauvages ».
(Apocalypse VI, 8).

 

La Mort, c’est Lucifer, enfin autorisé à enclencher la phase finale de son plan. Tous les pions sont en place, il n’a plus qu’à appuyer sur le bouton. Et il nous donne lui-même la date : « J’aurai le droit de lancer les hostilités à partir du 21 décembre 2012 » nous dit-il.

 

Il est accompagné par un grand nombre de démons. Que ce soit au sens propre (Lucifer est effectivement secondé par des millions de démons) ou au sens figuré (les humains qui se comportent mal et/ou animés de mauvais sentiments), pas besoin de vous faire un dessin pour vous expliquer qu’ils sont tous déjà en place, prêts à agir.

 doigt bouton

 

 

Il a enfin le pouvoir de déclencher les hostilités. L’Apocalypse dit bien « et le pouvoir lui fut donné », c’est-à-dire qu’une nouvelle phase de son plan lui est autorisée, la phase active. Jusqu’à maintenant, nous avons assisté à des préparatifs, à des répétitions. Nous allons enfin connaître LA REALISATION du plan de destruction.

Comment ?

 

a) Par l’épée, c’est-à-dire la guerre. Albert Pike, grand pontife luciférien, donc bien renseigné, nous a dit que la troisième guerre mondiale opposerait les sionistes (Israël et ses alliés : USA et Union Européenne) et le monde musulman. Effectivement, tout est en place au Moyen-Orient, n’est-ce pas ?

 

b) Par la famine. Oui, cher lecteur, relisez bien l’Apocalypse. Les trois premiers sceaux de l’Apocalypse sont des mises en place. Le troisième, notamment, correspond à la sécheresse, prélude à la famine. En juillet 2012, les Etats-Unis effectuaient « la plus grande déclaration de catastrophe naturelle jamais traversée par les Etats-Unis » à propos de l’extrême sécheresse qui sévit dans le pays, impactant les récoltes. Inde, Chine, les pays les plus peuplés connaissent le même type de problèmes. Et cette année, l’ONU a multiplié les rapports accablants sur les dégâts causés par les sécheresses et les désastres climatiques.

La conséquence en sera l’aggravation des famines un peu partout dans le monde.

 

c) Par la mortalité. Pour la plupart des analystes, ce terme recouvrirait des épidémies mortelles, ce que l’on peut appeler la guerre bactériologique. Dans ce domaine aussi, nous avons assisté à quelques répétitions grandeur nature, la plus récente ayant été celle de la grippe H1N1, mais rien de bien vraiment sérieux jusqu’à maintenant. Patience.

 

d) Par les bêtes sauvages. Il est très probable que cette expression désigne le déchaînement des forces de la nature (séismes, tsunamis, inondations, tempêtes…) abondamment annoncés et décrits dans les prophéties et les apparitions.

 

Alors, aura-t-on tout cela en même temps ? Ou au fur et à mesure ? Là, je n’ai pas la réponse.


Pour qui ? Partout, puisque « le quart de la terre » est concerné.


A votre avis, pourquoi les marchés financiers font du sur-place depuis des mois, alors que la réalité économique du monde entier est accablante ?

Pourquoi les Etats, Obama, Hollande et Merkel en tête ne prennent aucune mesure destinées à inverser le processus qui consiste à créer encore plus de dette alors que celle-ci a déjà atteint, pour quasiment tous les pays, des niveaux insupportables ?

Pourquoi Israël n’a pas encore attaqué l’Iran, puisqu’il prétend que ce pays prépare une bombe atomique ?
Le vice premier ministre et ancien chef d’état-major israélien Moshe Yaalon disait fin mai 2012 (source le Figaro) : « Chaque mois qui passe permet aux iraniens d’enrichir 12 kg d’uranium à 20%. A ce rythme, ils disposeront au début de l’année prochaine d’assez d’uranium enrichi pour produire une nouvelle bombe. Si nous en arrivons à un dilemme entre la bombe (iranienne) ou un bombardement (israélien), alors la réponse est le bombardement, et pas la bombe nucléaire ». D’après vous, qu’est ce que ça veut dire ? Croyez-vous qu’ils vont attendre encore longtemps ?

Pourquoi n’ont-ils pas encore attaqué la Syrie puisque, paraît-il, Assad est un monstre pour son peuple ?

Pourquoi tout le monde attend ?

Pourquoi parle-t-on de plus en plus de la venue d’éventuels extra-terrestres ?

Pourquoi prépare-t-on les opinions à la guerre ? Les « complotistes » sur le net s’attendent à la guerre contre l’Iran depuis des années, mais les médias mainstream n’ont commencé à vraiment médiatiser le sujet que depuis août 2012.

 

Parce que tout le monde doit attendre l’autorisation du grand chef, Lucifer. Les Illuminatis, qui pratiquent des messes noires sur l’autel du Baphomet dialoguent en direct avec Satan.
La mise en place se termine, tout les monde est prêt.

 

Et Lucifer est tellement heureux de pouvoir passer à l’action qu’il nous donne la date, il la clame partout, dans le monde entier ! Le 21 décembre ! Enfin !
SA date, qui forme son chiffre, le 11, je vous le rappelle.

 

garabandal

 

Alors, que va-t-il se passer ce jour-là ?

 

J’entrevois trois possibilités :


a) Soit il ne se passe rien. Ce n’es pas parce qu’il est libéré qu’il va d’emblée attaquer. Mais les 4 éléments pré-cités (guerres, famines, maladies, catastrophes naturelles) vont s’enclencher très vite, dans les semaines qui suivent.

 

b) Soit, symboliquement, une de ces actions s’enclenche : déclaration de guerre ou séisme, par exemple.

 

c) Soit c’est le jour de l’avertissement de Garabandal. Les apparitions de la Sainte Vierge à Garabandal étant à classer parmi les fausses apparitions, il s’agit donc de messages du loup (Satan) déguisé en agneau. Comme il aime bien imiter Dieu, Satan a imaginé « prévenir » les hommes de l’imminence des châtiments par un dernier avertissement, qui serait constitué de l’explosion de 2 météorites dans le ciel, spectaculaire mais sans danger pour la terre, dont la conséquence serait une grande croix dans le ciel visible pour toute l’humanité. En même temps, chaque être humain de plus de 7 ans verrait, dans une sorte d’illumination de la conscience, l’ensemble de ses péchés, ce qui risque de perturber pas mal de monde.

 

Cela me fait penser au fameux projet Blue Beam, qui, lui, est bien humain, mais diaboliquement conçu.

Qui vivra verra.

 

Attention, le 4ème sceau n’est que le début des grandes tribulations de la fin des temps (voir mon article sur le sujet).

En tous cas, préparez-vous, et surtout préparez votre âme.


Je ne le dirai jamais assez, il n’y a pas de solution humaine aux événements qui se profilent.

 

Seule importe la préparation de votre âme avant de comparaître devant le Seigneur.

 

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 06:21

 

 

Ce qui est en jeu

avec la vie de Chavez

 

.

Ce qui est en jeu avec la vie de Hugo Chávez
Par chance l’opération s’est bien passée mais je ne voudrais pas être à la place des médecins cubains qui ont assumé la responsabilité historique de lutter avec leur science et leur volonté, pour tenter de sauver la vie de Hugo Chavez.

 

Parce que d’eux dépend non seulement la vie d’un homme qui, à sa manière et avec ses limites, lutte vaillamment et inlassablement aux côtés de son peuple et pour son peuple afin d’assurer l’indépendance du Venezuela et l’unité latinoaméricaine face à l’impérialisme, pour l’élimination de la pauvreté et de l’injustice dans son pays et sur le continent et pour l’auto-organisation des opprimés. Mais aussi, parce que de ces médecins dépendent indirectement à court terme l’économie cubaine, la construction du Mercosur et de l’Unasur, la lutte des classes au Venezuela (note d'eva : le socialisme bolivarien) ainsi que les luttes entre les secteurs et les forces qui, dans le pays, retardent et bloquent le processus de construction du pouvoir populaire et ceux qui, au contraire, essaient de l’ impulser en combattant la bureaucratie et le paternalisme (..) 

 

suite ici :

 

Guillermo Almeyra
.
Hugo Chavez

Hugo Chavez

 

CARACAS – Hier, au Vénézuela, se sont déroulées les élections des gouvernorats. La « grande dictature » selon l’Occident fait voter, même pour les Gouverneurs, comme aux Etats-Unis. Lors de cette élection qui a eu lieu hier, le bolivarisme et le chavisme ont remporté une brillante victoire, une semaine après l’hospitalisation de leur leader charismatique El Commandate Hugo Chavez.


Le mouvement d’inspiration socialiste révolutionnaire dit bolivarien a poursuivi dans son élan des dernières présidentielles. Celles-ci avaient vu la victoire du président Hugo Chavez face à son challenger, le Gouverneur Henrique Capriles Radonski. Ce dernier est la seule satisfaction de l’opposition puisqu’il remporte à nouveau le gouvernorat de Miranda.

 

Remportant 20 des 23 États du pays, le chavisme a de beaux jours devant lui, malgré l’analyse abracadabrantesque que fait une certaine presse occidentale arguant que les états-clés ont été remportés par l’opposition. Du déjà vu et entendu. Des voltiges mensongères toujours mises en avant pour minimiser le succès d’un adversaire ou d’un ennemi.

 

.

VENEZUELA : Depuis Cuba, Hugo Chavez et le chavisme triomphent encore

http://allainjules.com/2012/12/17/venezuela-depuis-cuba-hugo-chavez-et-le-chavisme-triomphent-encore/

 

.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche