Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 23:25


http://www.umour.com/humour/image_photo_umour.php3?theme=humour_actu&cat=Actu&id=20129
Copé superman

 

 

 

Réaction d'un Lecteur du journal Le Monde

13 décembre 2012

 

 

Article intitulé :
"Yanick Paternotte, maire et ex-député UMP,
condamné pour abus de faiblesse"

 

cope--JM-Abus.jpg

 

 

.

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 22:58

 


http://www.presseurop.eu/fr/content/article/1161171-l-europe-contre-le-peuple

 

 

Quelques vérités sur l'Europe de Bruxelles

- et de Jacques Delors !

Par eva R-sistons

 

 

On discute de l'Europe. A quoi bon d'ailleurs ? Tout est décidé à Bruxelles, et les peuples n'auront rien à dire. Et s'il y a référendum, on n'en tiendra plus compte: Sarkozy a montré la voie !

 

Et donc, l'Europe supra-nationale avance, qu'on le veuille ou non. Les peuples ne sont pas là pour décider, mais pour subir ! Subir en particulier la dictature de Bruxelles, comprenez - la dictature des Grandes banques et des Lobbies. J'écoute en ce moment le débat sur la LCP  " Jacques Delors sur l'avenir de l'Union européenne", 12 décembre 2012. Et que dit le fameux Delors ? "Marché Unique, cohésion économique et monétaire - une limite, cependant : la politique étrangère, de la Défense, qui n'avance pas.... La coopération sera renforcée avec l'Union BANCAIRE. Le groupement doit aller plus loin. L'Union des 27, c'est trop compliqué, allons vers la GRANDE Europe" (Une, donc !).

 

Je ne vais pas entrer dans le détail. Je voudrais rappeler quelques notions ou évidences - de bon sens, en particulier.

 

- D'abord, cette Europe n'est pas celle des peuples, du social, de la paix, etc. L'Europe, c'est la guerre (vidéo François Asselineau - et dans une autre vidéo il explique comment l'Europe a été créée par les Américains pour servir leurs intérêts). J'ajoute qu'elle a sans doute été programmée par les Etats-Unis via la guerre mondiale, sachant que leur puissance incontestable surgirait sur les ruines de états européens. Des clans comme celui des Bush ont un lien direct avec cette guerre abominable d'ailleurs comme d'habitude sous de faux prétextes, ainsi que des grandes familles juives "apatrides" par leur culte du Veau d'or, et soucieuses de bâtir une succursale des Etats-Unis au Proche-Orient et au Moyen Orient afin de coloniser la région riche en ressources vitales, quitte à sacrifier, dans les camps de concentration, une partie des leurs sur l'autel de l'Argent-Roi.

- Cette Europe s'est empressée d'intégrer les pays baltes - pour à la fois affaiblir la Russie et consolider le modèle libéral dans les ex Etats soviétiques. Ne s'agit-il pas là, en filigrane, de la préfiguration de l'Europe... de la guerre ?

- Loin d'être l'Europe des peuples, prenant en compte leurs besoins et leurs aspirations, cette UE bruxelloise est celle des Marchés, de la compétition, du libre-échange, de la libre CONCURRENCE. Nous sommes loin de la coopération des peuples ardemment prônée par un Chavez ou un Castro si décriés ! 

- Loin d'être sociale, elle se fonde non seulement sur le libéralisme le plus brutal et dur, mais sur l'ULTRA-libéralisme rejeté par les peuples. Un exemple ? Souvenez-vous de Madelin et de son parti LIBERAL; seuls 5% des Français y adhéraient. Et depuis le libéralisme et pire encore, l'ultra-libéralisme, nous ont ont été imposés. Contre notre volonté ! On ne peut même plus parler d'une Europe keneysienne ou même rhénane, mais seulement anglo-saxonne. Delors rappelle d'ailleurs qu'il y avait plusieurs Europe : "Modèle anglo-saxon même blairiste,  modèle du Nord social-démocrate, et puis l'allemand, avec son économie sociale de marché, enfin celui du Sud, avec un Etat omniprésent". En supprimant peu à peu toutes les conquêtes sociales de nos aïeux, en privatisant tout même nos services publics, nous nous rapprochons à grands pas du modèle anglo-saxon le plus rigide, le plus anti-social, le plus anti-populaire: Celui de Mme Thatcher ! Quelle trahison de "l'idéal européen", si tant est qu'il ait réellement existé ! Delors, pathelin, ajoute : "Si l'UE réussit, la place de Londres perdra de sa puissance au profit de celles de Francfort et de Paris". La Finance, encore et toujours ! L'Europe n'est-elle que cela ? Hélas, oui ! Et Delors tient à l'euro : "Si l'euro disparaît, le MARCHE unique craque". Marché, encore et toujours. Les peuples existent-ils encore face à cette entité abstraite et broyeuse de vies ? 

- Loin d'être démocratique avec son Parlement fantoche, l'UE est anti-démocratique, imposant tout d'en haut, à mille lieux des préoccupations de la base (des citoyens et des régions), et même totalitaire. L'Allemagne, qui n'a pas été dénazifiée, n'est pas étrangère à cette orientation. 

- Loin de respecter la diversité des nations et des régions, Bruxelles centralise tout. Au sein d'une Europe toujours plus centralisatrice et unifiée, les peuples ne perdront pas seulement leurs identités régionales, mais aussi leur identité nationale. Que leur restera-t-il ? La conscience d'appartenir à une grande "union" bancaire ? Pas de quoi les motiver, et surtout voilà de quoi dépolitiser les jeunes... ou de les pousser, par réaction, vers les mouvements ultra-nationalistes et populistes, intolérants, intransigeants, haineux. Delors a beau défendre l'idée d'une "Fédération des Etats Nations, et non un Etat fédéral", "la conciliation d'un processus décisionnaire au sommet plus efficace et les nations existant, car pour prendre en compte la diversité l'Union doit s'arrêter un peu, même si cela ralentit le convoi", les peuples ne sont pas dupes et ils rejettent de plus en plus cette centralisation tueuse d'identités et de nations souveraines. Notons d'ailleurs que tous les intervenants de ce débat ont plus ou moins conscience du désamour des citoyens européens pour cette Europe, conscience de leurs inquiétudes, mais ils n'y répondent jamais vraiment, et pour cause ! Une voix discordante, cependant : Celle de Nicolas Dupont-Aignan, fustigeant ce "Système supra-national qui impute la crise, tous les dérèglements aux Nations, alors qu'elle a des causes structurelles, et un dogme, celui de la monnaie unique". Il plaide "pour une Europe des Nations, pour une Europe démocratique, coopérant dans des domaines comme celui d'Airbus ou en matière d'environnement". Une voix se fait aussi entendre pour proposer l'Europe de la solidarité. Et un intervenant suggère d'introduire une "clause de sauvegarde", sans préciser de quoi il s'agirait. On le voit, les Elus, "nos" Elus, sont tous, ou presque, complices de l'horreur en marche § 1. Ils devraient répondre de leur trahison envers leurs Electeurs !

 

Finalement, Delors rappelle que "lorsque les gouvernements - nationaux - font des bêtises, ce sont eux qui trinquent", donc allons vers toujours plus d'Europe ! Et lorsque Bruxelles fait des bêtises au profit des technocrates, des lobbies et des Grandes banques, qui trinque ? Nous, les peuples.  Mais existons-nous aux yeux des monstres froids qui décident de tout à notre place ?

 

Ce qui est sûr, c'est que cette Europe-là ne permettra plus aux citoyens de la contester, de se révolter contre le modèle unique ultra-libéral imposé d'en haut, elle sera gravée dans le marbre.  Aucun pays ne pourra plus choisir sa voie propre, progressiste, sociale, solidaire, il sera de gré ou de force obligé d'accepter les orientations, les diktats d'en haut, sous peine d'amendes le ruinant.

 

Et dans cette Europe-là, les dettes seront mutualisées - payées par tous les contribuables - et les profits privatisés. Nos avantages sociaux, nos services publics, nos retraites, nos salaires seront mis à contribution, amputés ou supprimés, et même nos patrimoines, comme en Grèce déjà (ses îles, par ex), seront rackettés pour éponger des dettes toujours plus profondes et insolvables.

 

Si l'on veut "tuer" les peuples, le modèle social (européen), les services publics, les Nations, et au final, la paix (comme en Yougoslavie), une seule potion : L'Europe. Toujours plus d'Europe centralisatrice, ultra-libérale et totalitaire !

 

Autant dire que les peuples seront sacrifiés à l'hydre du marché Unique - pardon, à l'hydre européenne ! Car la gouvernance européenne est seulement économique, monétaire, financière. Oubliant l'homme - les individus !

 

Et cela, nous, les individus, ne pouvons le tolérer. D'autant plus que cette Europe infâme est le tremplin du Nouvel Ordre Mondial ! § 2

 

Eva R-sistons

 

http://r-sistons.over-blog.com

 

TAGS : Europe, Jacques Delors, euro, Marché Unique, Bruxelles, Grèce, libéralisme, Madelin, François Asselineau, finance, Yougoslavie, Nouvel Ordre Mondial, Nicolas Dipont-Aignan, nationalisme, populisme, fédéralisme, Mme Thatcher, social-démocratie, blairisme, GB, modèle rhénan, dictature, LCP, banques, Défense, compétition, concurrence, guerre, Londres, Francfort, Paris, Etats-Unis, Bush, Juifs, Proche-Orient, Moyen-Orient, pays baltes, camps de concentration, Chavez, Castro, Allemagne, nations souveraines.

 

§ 1

 

 

    .  .

2  rappels  parmi  d'autres  :

 

.

Europe-dictature.jpg    

 

Attention : la dictature financière européenne est en marche…

Faites passer…


C’est Patrick Le Hyaric, via son blog, qui m’a alerté. L’information est effectivement d’importance, et mérite d’être relayée (elle l’est déjà dans l’Humanité), surtout dans la mesure où les blogs me semblent de précieux éléments d’information alternative, et cela bien que minoritaires… Il n’y a pas de petits combats, surtout quand leur somme est une bonne cause. Je compte donc comme d ‘habitude sur mes collègues pour en assurer le relais.

Mais venons en au sujet. Il s’agit d’un document de travail actuellement entre les mains des gouvernements intitulé « Coordination améliorée des politiques économiques dans la zone Euro. Principaux éléments et concepts », dernière mouture du pacte de compétitivité.

Patrick Le Hyaric le présente comme « un violent coup de force anti-démocratique et l’accélération de la destruction de nos acquis sociaux allant encore au-delà de ce que nous pouvions imaginer avec le traité de Lisbonne. »

Afin de vous éviter une fastidieuse lecture, voici les principales mesures préconisées :

 

  • mettre davantage en concurrence les salaires, tout en mettant en place un mécanisme « d’ajustement des salaires sur la productivité ». « Les hausses de salaires étendues et prolongées peuvent signaler une érosion de la compétitivité», est-il écrit noir sur blanc.
  • diminuer les salaires dans le secteur public (« modération salariale », disent-ils…),
  • démanteler les systèmes de retraite publique et de sécurité sociale, reculer l’âge de départ à la retraite. (ça, c’est fait…).
  • augmenter l’impôt sur le revenu en France (suite à des études antérieures sur un projet d’harmonisation de la fiscalité entre la France et l’Allemagne)
  • promouvoir la « flex sécurité », c ‘est à dire le précariat comme norme de l’emploi.
  • Acter « la révision des dispositifs de fixation des salaires » pour « augmenter la décentralisation dans le processus de négociation et le mécanisme d’indexation ». Donc, plus de négociations globales collectives, mais des fragmentations par secteur, voire par territoire. La fin des syndicats ?
  • « lever toute restriction d’ouverture dans la vente qui était fondée sur des critères horaires ou géographiques». (c’est DPP qui va être content…). Autrement dit, les magasins seront obligatoirement ouverts le dimanche, et plus si nécessaire. Des secteurs et des professions qui jusque-là étaient protégés par des quotas, comme les pharmacies, les taxis, les notaires, les vétérinaires, les coiffeurs, les architectes, etc., seront ouverts et mis en concurrence. C’est ce que proposait le  rapport Attali
  • Et, pour la première fois, est envisagé dans un texte d’origine européenne la nécessité de modifier les constitutions nationales pour y insérer l’interdiction de faire des « déficits ».

Comme Patrick Le Hyaric, je pense qu’il est important de mobiliser nos concitoyens, d’alerter l’opinion, et d’utiliser tous les moyens de communication en notre possession pour faire connaître ce projet antisocial et antidémocratique des oligarchies européennes. Pour cela, un seul moyen : parlez de  ce projet autour de vous. Et si vous parvenez à convaincre des journalistes dans votre réseau, qui travailleraient dans des médias traditionnels, de s’emparer du sujet, ce serait encore mieux.

Nous entrons en effet dans l’ère de la résistance… via une guerre de l’information dans laquelle nous ne sommes hélas que bien petits… et eux si grands.

Toutefois, un espoir dans la nuit libérale : Denis Robert is not dead… Il nous en faudrait d’autres comme lui. C’est le moment ou jamais, face à une telle offensive.

 

http://gauchedecombat.wordpress.com/2011/03/04/alerte-rouge/

 

 

A lire :

"L'UE escroquerie": Maintenant qu'on y est entrés,sortons-en! - Et les Grecs ?

.

http://media.paperblog.fr/i/497/4973630/mecanisme-europeen-stabilite-avez-entendu-par-L-O6Kqew.jpeg

http://media.paperblog.fr/i/497/4973630/mecanisme-europeen-stabilite-avez-entendu-par-L-O6Kqew.jpeg

 

.

Les ministres des finances UE d'accord sur le MES; l'euro devient instrument de pouvoir, dominateur, redistributeur, d'expropriation.

.

Le MES, le Mécanisme Européen de Stabilité, imposé par l'UE aux peuples

Mercredi 25 janvier 2012 10h16

 

Les ministres des Finances européens se sont mis d'accord sur le MES - le fameux "mécanisme européen de stabilité" ou plutôt le fonds de renflouement permanent de la zone Euro. Le déblocage des fonds peut être effectué si la simple majorité des pays impliqués accepte . - Ainsi, l'euro devient aujourd'hui un instrument de pouvoir, de domination, de redistribution et d'expropriation.

 

Michaela Heine pour News 26
 
Les ministres des Finances européens ont trouvé un accord lors de leur réunion de lundi concernant le fonds de stabilité permanent MES.

Ceci a été annoncé par le chef du groupe Jean-Claude Juncker à Bruxelles. Un contrat correspondant doit être signé le 30. janvier. Le fonds d'urgence devrait  entrer en vigueur le 1. Juillet, un an plus tôt que prévu initialement.
 
Selon le ministère finlandais des Finances les nouvelles dispositions prévoient
le déblocage des fonds si la majorité des pays impliqués y souscrivent. Concernant les décisions d'une éventuelle augmentation des obligations de paiement d'un pays, un vote majoritaire ne sera pas suffisant.


La portée du fonds de sauvetage restera d'abord comme prévu à 500 milliards d'euros mais ce montant sera cependant examiner à nouveau en Mars. En marge des négociations, il y a eu des différends sur une augmentation des moyens du MES. Le chef du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a appelé à la mise à disposition de fonds supplémentaires, mais elle s'est heurtée à l'opposition du gouvernement fédéral allemand.
 

Le MES instaure désormais des limites principielles à notre souveraineté étatique et la souveraineté du Parlement sur le budget est ainsi anéantie.


1.
Le capital social du MES s'élève à € 500,000,000,000,00 euros. (article 8 paragraphe 1). Selon le paragraphe 4, les membres s'engagent inconditionnellement et irrévocablement à apporter leur contribution au MES. Le libellé de l'article s'assure que les futurs gouvernements y sont tenus.


 2.
Selon l'article 10, paragraphe 1, les "gouverneurs" (vous pouvez traduire cela par le Soviet suprême du  Comité Central) décident seuls de modifier le capital social. Cela signifie rien de moins qu'au delà des € 500,000,000,000.00, des fonds supplémentaires doivent être apportés "inconditionnellement et irrévocablement" dans le cas d'une telle décision.

« Par la présente, les membres du MES s’engagent de manière irrévocable et inconditionnelle à honorer sur demande tout appel de fonds adressés à eux par le Directeur général en vertu de cet alinéa, et ce dans les sept jours après réception. » 

 

3. Et comme si cela n'était pas suffisant. Au delà de ce capital déjà énorme le MES a la possibilité de décider à une majorité simple l'augmentation des fonds. Ainsi en fonction de l'Article 17 paragraphe 1 il est habilité à souscrire, pour répondre à ses responsabilités, sur les marchés, des prêts auprès de banques, d'institutions financières ou d'autres personnes ou entités. Un contrôle parlementaire n'est pas prévu. Les modalités de l'emprunt seront réglées par le Directeur exécutif en conformité avec la régulation dont les lignes directrices sont déterminées à être adoptées par le Conseil (paragraphe 2).


4. Pour que tout se passe pour le mieux dans le meilleur des mondes nous avons l'articel 25 («audit externe»). «La vérification des comptes du MES est effectuée par des auditeurs externes indépendants accrédités par le Conseil des gouverneurs." Une étrange garantie pour le succès de l'indépendance, si l'examiné peut choisir son propre examinateur.


5. Par les règles d'immunité (articles 27 et 30) le MES et ses organes se sont libérés totalement de tout contrôle juridictionnel et parlementaire.

« Le MES, ses biens, ses financements et ses avoirs, où qu’ils se trouvent et quel qu’en soit le détenteur, bénéficiera de l’immunité de toute forme d’action en justice. »

« Les biens, financements et avoirs du MES, où qu’ils se trouvent et quel qu’en soit le détenteur, seront à l’abri de toute perquisition, réquisition, confiscation, expropriation ou toute autre forme de saisie » suite à une « action exécutive, juridique, administrative ou législative »

Enfin, l’article 30 confère aux gouverneurs, aux directeurs et à tout le personnel du MES l’immunité judiciaire à l’égard de « tout acte exécuté dans leur qualité officielle » et « l’inviolabilité pour ce qui est de leurs documents officiels ». Autrement dit, ils n’ont à rendre de comptes à personne

 

Le parachute de sauvetage permanent MES est une grossière construction  inconstitutionnelle, qui vise à la destruction d'une grande partie de notre ordre constitutionnel et de notre démocratie parlementaire libérale.

.

 

http://poi72.over-blog.com/article-dans-toute-l-europe-les-peuples-se-dressent-contre-l-union-europeenne-declaration-du-bureau-nation-104245905.html

europe-revoltee-greece_12.jpg

 

Reçu à l'instant 

(je n'ai pas encore lu les textes,

mais c'est d'actualité ! eva)

 

 

Je ne veux pas d'Europe du tout !
 
    Bonjour à toutes et à tous,

Tous les partisans d'une "autre Europe" nous font faire des illusions sur ce que pourrait être cette prétendue "autre Europe" ; car, dans les faits, elle ne peut être qu'ultraréactionnaire. C'est bien pourquoi je ne veux pas d'Europe du tout !

Voici un seul exemple qui vaut pour tous les autres :

Une fois l'Europe terminée et devenue un seul État, car tel est le but des européistes, imaginons un référendum européen sur les droits des femmes. Le résultat est évident : l'avortement sera supprimé et la contraception aussi !

Toutes les lois réactionnaires "justifiées" par les votes de l'ensemble de tous les Européens seront valables aussi en France, même si les Français n'en veulent pas, et ont voté contre !

Ils construisent l'Europe pour noyer la France révolutionnaire dans l'Europe réactionnaire !

C'est comme en 1848, mais à une autre échelle, la révolution n'était présente que dans les grandes villes, surtout à Paris. Alors, pour assassiner la révolution parisienne, ils ont "donné le droit de vote" à l'ensemble des Français. Ainsi, la révolution parisienne a été vaincue par les votes de la France toute entière. Ils ont noyé le Paris révolutionnaire de 1848 dans la France réactionnaire. Lire à ce sujet l'article suivant.

LE SUFFRAGE UNIVERSEL, CHARME DISCRET DE LA DEMOCRATIE BOURGEOISE :

http://mai68.org/spip/spip.php?article1550


    do
    http://mai68.org/spip


Faire circuler


Quelques vérités sur l'Europe contre les Européens

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 22:43

http://cdn.pearltrees.com/s/preview/index?urlId=45670811

 

La puce RFID s'invite dans une crèche française

7 décembre 2012

 

Pucer les enfants en couche-culotte, c'est parti, du moins une expérimentation est lancée dans une crèche parisienne pour l'année soclaire 2012-2013. Si vous désirez pucer votre enfant comme un chien, rendez-vous à la capitale, si vous êtes convaincus que votre bambin est une marchandise, rendez-vous à la capitale, si vous pensez qu'un salafiste super dangereux se cache derière les yeux de votre progéniture rebelle, n'hésitez plus, rendez-vous à la capitale.

 

Si certains parents sont ravis (voir la vidéo) à l'idée d'une puce dans un vêtement (ou dans la couche) pour que son gosse ne puisse pas s'échapper de la crèche, la majorité est réticente, et on peut les comprendre. Ce qui est certain, c'est que cela commence toujours par un test... puis vient un attentat... (dans ce cas un enlèvement)... puis ce qui n'était qu'un essai devient obligatoire.

 

Source: WikiStrike

 

 

 PS: Quid aussi de l'éventuelle insertion de puces RFID dans des vaccins (étant donné que cela est techniquement faisable), toujours "Pour notre Bien" bien entendu....?!

 

Vidéo sur le site,

La puce RFID s'invite dans une crèche française

 

 

______________________________________________________

 

.

 

Abus psychiatriques : les enfants ciblés
http://violencealhopital.over-blog.com/article-abus-psychiatriques-les-enfants-cibles-113461372.html

Abus psychiatriques : les enfants ciblés

De nos jours les enfants sont de plus en plus soumis à des évaluations et des traitements psychiatriques. Ces derniers peuvent être brutaux et dangereux : chambre d'isolement, camisole de force,…


Pour lire la suite cliquez ici

 

.

 

.

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 13:21

 

 

Le professeur Joyeux dit les choses

et ne mâche pas ses mots

 

 

Professeur Joyeux :
Le retour au bon sens.

.

 

http://artdevivresain.over-blog.com/article-un-joyeux-plaidoyer-en-faveur-de-la-sante-naturelle-113445486.html

 

 

.
 Sur  ce  site,
Partager cet article
Repost0
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 13:13

 

Comme je l'ai écrit il y a quelques années, l'Europe est le tremplin du Nouvel Ordre Mondial (eva)

 

Et pendant ce temps, propagande des Médias de "gôche" saluant cette "avancée" :Supervision bancaire : "Un cadeau pour la zone euro"

http://tempsreel.nouvelobs.com/la-crise-de-l-euro/20121213.OBS2407/supervision-bancaire-un-cadeau-pour-la-zone-euro.html#xtor=EPR-3-[Actu17h]-20121213 

.

L’Europe fait un premier pas vers l’union bancaire

 

Voilà pourquoi dans les médias et en politique, ils ont tant insisté pour que le nationalisme soit aussi mal perçu, pour faire exploser toute notion de souveraineté comme cela a été expliqué ici il y a quelques temps, et tout cela pour….. Une union bancaire. Certains vont faire référence sans trop de difficulté à ce Nouvel Ordre Mondial que souhaitent certaines puissances, un seul gouvernement, une seule finance, et la finance unique est en train de se mettre en place inexorablement.


© epa.

Les 27 Etats de l’Union européenne sont parvenus dans la nuit de mercredi à jeudi à un accord unanime sur la supervision unique des banques de la zone euro, ont annoncé plusieurs responsables européens sur leur compte Twitter.

« Accord historique superviseur! « , a twitté le commissaire européen chargé des Services financiers, Michel Barnier, après 14 heures de discussions, tandis que le porte-parole de la présidence chypriote de l’UE indiquait que les discussions avec le Parlement européen allaient maintenant pouvoir débuter.

Accord historique superviseur!— Michel Barnier (@MBarnierEU) Décembre 13, 2012

La mise en place d’une supervision commune des banques de la zone euro, confiée à la Banque centrale européenne (BCE), est la première étape de l’union bancaire souhaitée par les dirigeants européens pour tenter d’empêcher de nouvelles crises. 

Les 27 ont trouvé un compromis sur les points qui bloquaient depuis plusieurs mois: le champ d’application de la supervision directe par la BCE, l’articulation entre l’Autorité bancaire européenne (qui concerne l’ensemble de l’UE) et la BCE (qui ne concerne que les 17 membres de la zone euro), enfin le moyen de séparer les deux fonctions de la BCE (politique monétaire de la zone euro et supervision, qui touchera des pays non membres).

Source: 7sur7.be

 

.

http://lesmoutonsenrages.fr/2012/12/13/leurope-fait-un-premier-pas-vers-lunion-bancaire/

 

.

Sur ce site,

 

 

.

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 13:08

 

Alima Boumediene : le barreau du 95 aux ordres du lobby israélien


Jeudi 13 Décembre 2012


Alima Boumediene : le barreau du 95 aux ordres du lobby israélien
Contrairement à la recommandation du tribunal de Versailles, le Conseil de l’Ordre des avocats du 95 refuse d’aller vers une "médiation pacifique", concernant l’inscription d’Alima Boumediene-Thiery au barreau du Val d’Oise. Ce sont donc les juges qui trancheront le 19 décembre, dans cette incroyable affaire d’abus de pouvoir.

L’Ordre des Avocats du Barreau du Val d’Oise ayant osé rejeter la demande d’inscription au tableau des Avocats d’Alima Boumediene Thiery, au motif de ses activités militantes contre la politique israélienne et notamment de son appel au boycott des produits israéliens, l’ancienne sénatrice avait fait appel de cet abus de pouvoir parfaitement illégal devant la Cour d’Appel de Versailles le 14 novembre dernier.
Rappelons que le Bâtonnier représentant l’Ordre des Avocats du Barreau du Val d’Oise ne remet pas en cause les conditions juridiques nécessaires à son inscription. Il indique que l’intéressée « exerce un militantisme efficace dans le cadre des ses activités politiques lequel apparaît contraire à l’honneur, à la probité, aux bonnes mœurs… et aux respects des principes essentiels de dignité et de modération… ». (sic !)
A l’issue de cette audience, le juge a conclu en prévenant qu’il ne souhaitait pas trancher cette affaire, mais qu’il le ferait le mercredi 19 décembre prochain, si jamais une solution positive n’avait pas été trouvée à l’occasion d’une médiation.
Mais l’Ordre du 95 a refusé toute médiation, tout rendez-vous avec Alima Boumediene-Thiery, et même l’intervention d’un médiateur extérieur.
Donc, nous serons le 19 décembre à 10 H au Tribunal de Versailles pour voir si le procureur, c’est à dire le gouvernement continue à se ranger du côté de l’arbitraire et de la violation de la liberté d’opinion et d’expression et si les juges font preuve d’une plus grande indépendance par rapports aux diktats du lobby israélien en France.

Parmi les nombreux soutiens reçus par l’ex-parlementaire, celui du SAF (SYNDICAT DES AVOCATS DE FRANCE) :

"Le SAF souhaite apporter son soutien à Madame Alima BOUMEDIENE THIERY et dénonce le fait que l’on puisse prétendre qu’être militante active et pacifique soit contraire au respect des principes essentiels de la profession d’avocat !"

Tous au Tribunal de la Cour d’Appel de Versailles :
Mercredi 19 décembre à 10 h
5 rue Carnot, salle n°1 rez de chaussée Gauche (1ère chambre, 1ère section) - RER Versailles Rive Gauche -
http://www.alterinfo.net/Alima-Boumediene-le-barreau-du-95-aux-ordres-du-lobby-israelien_a84672.html
Partager cet article
Repost0
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 13:07

 

Prosélytisme cathodique

Prosélytisme cathodique

Prosélytisme cathodique

le 13 décembre, 2012 dans Philosophie politique par


Quand je pense qu’il suffirait d’éteindre sa télévision pour amorcer une révolution.

En même temps pourquoi passer à l’action quand on peut se prélasser dans l’indolence neuroleptique ? Car, même un téléspectateur averti demeure, au mieux, disposé à se désinformer en se divertissant, au pire, heureux de se divertir en s’abrutissant. Il ne souhaite aucunement échapper à cette dialectique de la propagande.


Une propagande sournoise, subtile et ensorceleuse qui nous asservit d’autant plus facilement que, désormais, les chaînes sont virtuelles. Ce n’est plus par les pieds et les mains qu’elles nous lient, mais par cette télé qu’elles nous commandent. Télécommande ! Troublant d’ailleurs de désigner du même nom le mécanisme de notre aliénation et l’appareil qui, d’un clic, pourrait nous affranchir. Ce paradoxe illustre malheureusement toute l’insolente actualité de notre servitude volontaire.

Auparavant les fers immobilisaient la moindre envie de résistance, plombant ainsi toute volonté physique d’émancipation – alors réactivement légitime. Dès lors, les images inhibent et assomment notre esprit de rébellion au point de le subjuguer. Plus besoin de cage ou de cellule, l’écran nous emprisonne de par son simple éclat. Plus besoin, non plus, d’arme ou d’armée pour imposer sa loi.  Processus d’ailleurs pernicieux et viral qui s’est propagé jusqu’à nous convaincre de condamner toute violence. Alors qu’il suffirait d’un bon coup de marteau ou de casserole – mesdames ! – sur cet écran fragile pour signifier notre refus de servir ! Mais nous préférons définitivement étourdir notre cervelle dans les récréations télévisuelles. Ainsi se formate notre fausse réflexion et vraie servitude.

La variété des programmes et la démultiplication des chaînes comblent notre passive curiosité jusqu’à saturation. Un formatage tel un viol, mais sans agressivité, avec douceur et bienveillance. Donc inutile de fuir, car il ne rate jamais sa cible, tout téléviseur distrait, prêche et désinforme simultanément…nous offrant en contrepoint une fugue virtuelle.

Ainsi, aux heures de grande écoute, un nombre indécent de guignols surpayés nous sermonnent leur moraline de bourgeois ethnocentré : impossible  d’y échapper : du moindre commentaire sportif jusqu’au commérage journaleux, il n’y a pas de sortie de secours pour celui qui espère penser par lui-même. A moins, encore une fois, d’éteindre, de débrancher ou de détruire. Qui en est capable ?


Y a même des arrogants qui s’imaginent qu’en zappant ils actionnent leur libre arbitre. Mais le libre arbitre n’est en rien le revers de l’ennui : quelle différence entre les fesses de Miss France, la bite de Strauss Kahn, les buts de Zlatan, les larmes du téléthon, les débats de Calvi, la collaboration du PS, les bobards de Mélenchon, les barbouzeries de Copé, le Qatar de Sarko, la fête du CAC 40, le Nobel de l’Europe, l’Afrique de « papa », le sel de Kindia… Tout ça c’est le même baratin. Mieux qu’Hollywood ! Nous abrutissant au point que cette profusion de propagande nous offre l’illusion d’une pensée multiple qui se décline irrémédiablement dans un horizon unique – un paradis d’esclaves !

 

http://diktacratie.com/proselytisme-cathodique/

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 12:51

grece-pauvre-launeGreceA1.jpg

http://alencontre.org/

.

Crise économique et sociale: le modèle antisocial grec modèle pour une oppression et une destruction généralisées

 

Grèce, Espagne, Portugal, Irlande, puis Italie, France, Grande-Bretagne et Allemagne, l’oligarchie produit son effet domino pour l’élimination économique et sociale des états souverains et l’appauvrissement généralisé des populations pour mieux les réduire plus avant en esclavage.

Qu’à cela ne tienne, saisissons cette opportunité, prenons l’initiative du contre-pouvoir autogestionnaire. Tout comme une entreprise n’a pas besoin de patrons pour tourner, une société n’a pas besoin d’état pour bien (mieux) fonctionner !

Il est plus que temps que la vaste majorité se rende compte de ce fait.

– Résistance 71 –

=  =  =

« Aussi existe t’il non seulement des sociétés sans état, mais également des sociétés sans pouvoir. » (Pierre Clastres, « La société contre l’État », 1974)

=  =  =

 

Tragédies grecques : un nouveau paquet de mesures antisociales

 

Le Monde Libertaire

 

Le 13 Décembre 2012

 

url de l’article original:

http://www.monde-libertaire.fr/international/16088-tragedies-grecques-un-nouveau-paquet-de-mesures-antisociales

 

Le vote du mercredi 7 novembre


Le Parlement grec a voté un nouveau paquet de mesures d’austérité, incluant un grand nombre de licenciements, une baisse supplémentaire des salaires, des pensions et des avantages. Ainsi, ils détruisent ce qui était resté debout après trois années d’austérité.

L’âge de la retraite augmente de deux ans, ce qui signifie que la majorité des travailleurs partiront à la retraite à 67 ans. Réduction des retraites entre 5 % et 15 %, réduction des primes de Noël et de Pâques pour tous les retraités et les fonctionnaires, réduction, voire arrêt des prestations sociales, de même que des indemnités chômage, des aides contre la pauvreté, des prestations familiales et même des prestations pour les handicapés.

Ils introduisent également une modification rétrospective de la convention collective nationale du travail déclarée anticonstitutionnelle par une commission spécialisée du Parlement – ce qui ne semble pas déranger le gouvernement. Selon cette modification, le salaire minimum sera gelé et, à partir d’aujourd’hui, réglementé par le ministre du Travail lui-même. Il n’y aura pas d’augmentation pour quiconque, les employeurs ont le droit de donner un préavis plus court avant le licenciement, une prime de licenciement plus faible, une contribution moindre aux caisses de retraite et de santé. Enfin, les employeurs ne sont pas obligés de suivre la convention nationale s’ils ne veulent pas la signer !

On constate aussi de nouvelles hausses d’impôts indirects, des mesures contre le revenu des agriculteurs, des licenciements dans le secteur public et la flexibilité totale pour les fonctionnaires. Le paquet de mesures contient la poursuite de la privatisation du secteur public, renforçant la privatisation des soins hospitaliers, comprenant un forfait d’hospitalisation (un patient hospitalisé devra payer 25 euros), ce qui, pour un pays avec plus de 30 % de chômage, signifie que des milliers de gens ne vont plus être en mesure de payer un traitement médical.


La grève générale des 6 et 7 novembre


La Confédération générale des syndicats grecs a appelé à la grève générale les 6 et 7 novembre.

Mardi 6 novembre, premier jour de la grève générale. Il semble que les grèves

continues dans le secteur des transports et les grèves générales au cours de la dernière période ont empêché les gens d’y participer en masse. Malgré la présence d’un grand nombre d’escadrons de police anti-émeute, les manifestants ont occupé la place Syntagma, jusqu’à une heure du matin. Ce fut une journée de grève calme et assez décevante !

Le deuxième jour, mercredi 7 novembre, les choses ont été différentes. Dans l’après-midi, quand le paquet de mesures a été soumis au vote, il y a eu plusieurs appels à se rassembler à l’extérieur du Parlement. Beaucoup de grévistes ont été arrêtés par la police, dont les unités ont attaqué et bloqué les manifestants qui tentaient de se rendre au point de rassemblement. De plus, des stations de métro dans le centre d’Athènes ont été fermées par la police qui, à plusieurs reprises, a procédé à des arrestations préventives afin d’empêcher les manifestants d’atteindre la place Syntagma.

Malgré la mobilisation de la police, au moins 100 000 manifestants se sont rassemblés à 18 h 30 devant ou près du Parlement grec. À 19 heures, les manifestants ont commencé à pousser les grilles qui protégeaient le Parlement et dès qu’ils ont réussi à en détruire une petite partie, les unités de police antiémeute sont intervenues et ont utilisé pour la première fois des canons à eau contre des personnes en grève.

Il y a eu des affrontements en dehors du Parlement et autour de la place Syntagma pendant des heures. Mais la combinaison des gaz lacrymogènes et de la pluie a rendu la place irrespirable pour la majorité des manifestants. Quand les groupes de grévistes ont quitté la place, les unités de police les ont attaqués, causant un grand nombre de blessés. Au moins 40.

Après une ultime tentative pour reprendre la place Syntagma, vers 22 heures, des unités de police anti-émeute ont finalement quitté les lieux sous une pluie battante. Il y eut 103 interpellations, 5 arrestations, au moins 40 manifestants et 7 policiers blessés. Le sévère paquet de mesures d’austérité a été voté et adopté par le Parlement à minuit.


Ce n’est pas fini


Dehors, les flics avec leurs APC (blindés légers anti-émeute), des produits chimiques, des fusils, des motos, et, pendant ce temps, à l’intérieur, le Parlement qui a voté d’une manière éhontée une augmentation sans précédent des mesures antisociales.

L’État a de l’argent. Il a de l’argent pour faire respecter un État policier dans les rues, pour acheter des tonnes de produits chimiques et des APC, pour armer les unités spéciales de répression.

Peu importe combien de flics ils ont mis en place, cette lutte ne va pas s’arrêter. Peu importe les mesures qu’ils prennent au Parlement, le nombre de voix aux élections, rien n’est fini et nous lutterons pour les empêcher de réaliser leur sinistre projet.

Nous n’avons rien d’autre à faire que de donner une place à la rage, comme le dit un récent slogan anarchiste écrit dans une rue d’Athènes.

 

Groupe de communistes libertaires

Athènes

 

.

Sur ce site,

 

L’empire se fissure… L’arrogance criminelle de Washington n’a plus de limites…

 

Washington l’obstinée

 

Par Dr. Paul Craig Roberts

 

Le 11 Décembre 2012

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2012/12/11/obdurate-washington/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Avec sa puissance en déclin, Washington n’a pas pu conserver la Russie en dehors de l’OMC. Le congrès a montré son impotence en ferrant la normalisation du commerce avec la Russie avec ce qui est appelé “la règle de Magnitsky”.

http://www.bbc.co.uk/news/world-us-canada-20634768

Sergeï Magnitsky était un avocat russe qui représentait une firme d’investissement britannique accusée de fraude fiscale en Russie. Apparemment, la firme britannique a donné des informations aux médias supputant une malversation du gouvernement et une corruption active au sein des entreprises d’état russes.

Magnitsky représentait la dite firme britannique accusée; il plaida qu’elle n’avait pas commis de fraude fiscale, mais qu’elle fut en fait la victime d’une fraude. A son tour, Magnitsky fut arrêté. Il tomba malade en prison et ne fut pas traité de manière adéquate.

Est-il décédé d’une maladie mal traitée, nous ne pouvons pas le savoir. Mais le congrès américain, agissant sur la supposition infondée que Magnitsky fut torturé et assassiné, a épinglé la loi sur la normalisation du commerce avec une provision qui requiert le gouvernement américain de diffuser une liste d’officiels du gouvernement russe qu’on croit ou imagine être impliqués dans la violation des droits de l’Homme de Magnitsky et de geler les avoirs de ces membres du gouvernement russe ainsi que de leur refuser tout visa pour voyager aux Etats-Unis. Considérant la croyance abusive de Washington de ce que sa loi est la loi universelle de l’humanité, Washington s’attend, plus que probablement, à ce que chaque pays mette en pratique ses édits ou soit sanctionné à son tour.

Le gouvernement russe trouve “la règle Magnitsky” amusante. Voilà le gouvernement russe accusé sans l’ombre d’une preuve, d’UNE mort par torture, tandis que Washington baigne dans les morts par torture d’Abu Graïb à Guantanamo Bay en passant par les centres de torture secrets de la CIA et les attaques par drones et sans relâche, d’enfants jouant au football, de cérémonies de mariage, d’enterrements, de cliniques médicales, d’écoles, de fermes et de travailleurs sociaux. La preuve a été faite que Washington a torturé à mort un nombre d’individus et à fait faire de fausses confessions, ainsi que d’avoir fait exploser des milliers d’innocents décrits dans les rapports comme des “dégâts collatéraux”. Personne, sauf Washington et ses laquais, ne nie ceci. Mais un seul faux pas présumé russe contre les droits de l’Homme, amène un acte sérieux du congrès, le tout sur la supposition de la violation des droits d’un avocat russe.

Un certain nombre de dirigeants dans l’histoire humaine ont été aussi arrogants. Mais y a t’il jamais eu de démocratie ? L’Athènes antique peut-être, mais Sparte lui a enseigné une leçon.

Que pensent les membres du congrès américain de ce que sera la réponse du reste du monde à l’hypocrisie éhontée de Washington ? Comment Washington peut-elle passer une loi punissant des officiels du gouvernement russe pour avoir fait une fois, de manière supposée, ce que nous savons être pour un fait absolu, Washington fait tous les jours ?

L’attitude du “je suis plus vertueux que vous tous” que Washington affirme à la face du monde est si fabriquée et usée que Washington n’est plus seulement méprisée, mais aussi moquée. Les gens ne craignent plus la “super-puissance” quand ils rient de ses bêtises, de son hypocrisie et de sa stupidité absolue.

Il est certain que les Russes n’ont pas peur. Le premier ministre russe Dimitri Medvedev a répondu aux imbéciles de Washington de la façon suivante: “Il est inadmissible qu’un pays essaie de dicter sa volonté à un autre.” La règle Magnitsky » amènera une “réaction symétrique et asymétrique de la part de la Russie.” La Douma russe (parlement) semble assurée que ce sera le cas,

http://rt.com/politics/prepares-russias-reply-magnitsky-705/print/

Washington est comme le poivrot dans un bar qui cherche la bagarre. Washington crâne, mais la Russie et la Chine ne vont plus s’embarrasser avec un freluquet financièrement exengue et militairement complètement étiré. Le diabolisme de Washington est en train de nous mener à la guerre nucléaire et à la destruction de la vie sur Terre.

 

.

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 12:39

.

Désindustrialisation en France : l'Oise le département le plus touché

Voici une carte publiée sur « LeMonde.fr » qui fait l'état de la désindustrialisation en France depuis 2009. L'Oise est le département le plus touché par la destruction de l'emploi ! Voilà le résultat des politiques libérales et on veut encore nous imposer plus d'austérité ? Ne nous laissons pas enfumer par les prochains traités européens qui s'annoncent. Résistons !

Anthony Auger


Pour plus de détails, cliquez ici.


 

Désindustrialisation en France : l'Oise le département le plus touché

http://oise.pcf.fr/18822

.


Industrie française : une politique de désintégration menée par les UMP/PS en quelques décennies

De la lecture du rapport Gallois, il ressort que l’industrie ne représente plus que 12,5 % du PIB, par rapport à 18% en 2000. En outre, la France figure à la 15ème place parmi les 17 pays de la zone euro, loin derrière l’Italie, la Suède et l’Allemagne !

L-industrie-francaise-a-l-automne-2012-conjoncture-et-performances-comparees_visual_article« Les marges de l’industrie se sont effondrées, tout comme son autofinancement. Et si sa productivité horaire reste parmi les plus fortes, elle a cessé de croître dans la dernière décennie, pour cause de retards importants dans les machines outils, le numérique et la robotique. L’Italie et l’Allemagne comptent respectivement deux et cinq fois plus de robots industriels que la France. Dans le secteur de la santé, la France compte moins d’IRM (imagerie et résonance médicale) que l’Espagne. Sauf industrie du luxe, aéronautique, nucléaire, pharmacie, agroalimentaire, l’industrie française n’arrive pas à monter en gamme.

Entre-temps, les services commerciaux et bancaires ont pris la part du lion dans l’économie. Les sociétés d’assurance ont constitué fin 2010 un pool de 1680 milliards d’euros, mais seuls 110 milliards, soit moins de 8%, ont été investis dans les sociétés françaises non financières. Les grandes  banques françaises sont parmi les plus vulnérables » (Source Strategic Alert).

Le 19 décembre 2012, on peut s’attendre à ce que le gouvernement socialiste traduise concrètement sa soumission au cartel des banques. Attendons cependant la lecture de cette « grande réforme bancaire » promise par le gouvernement Ayrault.

 
60 commentaires

Publié par le 12 décembre 2012 dans Non classé

.

.

 

Et sur le Liesi, encore :

Le scandale Dexia et la déconfiture des municipalités françaises – Partie II

dexiacdclaposte« Dexia est devenu synonyme d’emprunts toxiques en France. Entre 5000 et 15 000 collectivités territoriales (régions, départements, municipalités, hôpitaux, syndicats intercommunaux, etc.) ont contracté des emprunts structurés auprès de Dexia au cours des dernières décennies, lesquels sont devenus toxiques du fait que les taux d’intérêt initialement faibles, autour de 3,5%, ont explosé pour atteindre 15 %, voire 24%. Déjà 57 autorités locales ont intenté des poursuites contre Dexia, et ce nombre va croissant notamment suite à la victoire remportée par la ville de Sassenage, près de Grenoble » (Source).

Le problème est que Dexia est très probablement une banque comme beaucoup d’autres qui manipulent leurs bilans avec des actifs tout autant pourris. Plusieurs analystes chevronnés de la finance le déclarent avec fracas, mais rien ne change… à part la spoliation des citoyens lambdas qui paient pour les pertes.

Quid des pratiques de Dexia et, incidemment, de quelques banques amies… ?

Dans une interview exclusive à Nouvelle Solidarité, Maître Hélène Féron-Poloni, le conseil juridique de Sassenage, décrit certaines des méthodes utilisées par Dexia, qui seront peut-être qualifiées un jour de délinquance financière. Par exemple, pour un prêt « bonifié » (c’est-à-dire avec un taux d’intérêt inférieur à celui du marché), Dexia élabore un plan par lequel le client, en l’espèce une commune, vend à Dexia une option de change sur devises, par exemple sur la valeur de 1 euro égale moins de 1,44 % franc suisse. Cela revient à parier sur un franc suisse faible (ou sur un euro élevé). Dexia a alors encaissé de gros profits, et même la plupart de ses profits, en vendant ces mêmes options de change sur devises à de grandes banques  d’investissement internationales (Goldman Sachs, JP Morgan, Deutsche Bank, etc.), tout en pariant en même temps dans le sens inverse, à savoir que la valeur du franc suisse montera en tant que valeur de refuge. Dexia a même convaincu ses clients que le change franc suisse/euro resterait aussi stable qu’il l’avait été au cours de la décennie précédant l’explosion de 2008.

Dexia n’a jamais révélé les détails à ses clients, et en particulier les risques énormes que comportaient ces paris. Le plus grand scandale, c’est que par ce mécanisme pervers, les maires et les municipalités sont devenus à leur insu des acteurs de l’économie du casino international ! Et désormais, ces communes sont censées payer les risques sur devises pris par les banques d’investissement internationales.

Mais le combat est engagé.

Devant le  tribunal de grande instance (TGI) de Nanterre, la ville de Sassenage, qui a cessé de payer les intérêts sur ces prêts, poursuit Dexia en nullité de prêt estimant qu’ils sont dépourvus d’existence juridique valide. Saisi par le préfet, qui a tenté sans succès de forcer la commune à payer les intérêts, la CRC estimait le 31 mai 2012 que tant que le procès de Sassenage se poursuit au TGI, la commune est en droit de pas payer les intérêts. C’est la première fois qu’une CRC rend un tel avis défavorable aux banques.

Verra t-on un juge devenir un Robin des Bois et imposer une jurisprudence en faveur de la justice contre la mafia bancaire ?

 
15 commentaires

Publié par le 14 décembre 2012 dans Non classé

 

Le scandale Dexia et la déconfiture des municipalités françaises – Partie I

Depuis plusieurs trimestres, le feuilleton Dexia devient exaspérant. Des milliards sont injectés (en partie par le gouvernement français) dans cette banque tandis que les mesures d’austérité pleuvent sur les contribuables, sans oublier les contributions à verser à M. le Marché, de plus en plus gourmand selon son appétit gargantuesque, traduit par l’évolution des taux d’intérêt.

perequation-horizontale-projet-de-decret

Entre les 7-8 novembre 2012, on a de nouveau injecté 5,5 milliards d’euros dans la banque Dexia grâce aux décisions prises principalement par les ministres des Finances de la France et de la Belgique.

« Officiellement, la banque est en cours de démantèlement, mais les Etats belge, français et luxembourgeois garantissent encore (jusqu’à fin 2099) les 90 milliards d’euros d’actifs toxiques invendables qui sont nichés dans la legacy division de la banque. Pour se maintenir à flot, Dexia SA a vendu sa banque de dépôts belge, renommée Belfius, à l’Etat belge, sa banque de dépôts luxembourgeoise au Qatar et sa banque de dépôts turque à la Sberbank russe. Dépourvue d’actifs sains, mais bourrée de produits toxiques, Dexia ne survit que sous perfusion d’argent public ». (Source)

Comment peut-on mettre au pouvoir des personnalités politiques qui s’avèrent incapables de gérer une simple banque ?

Comment peut-on rançonner les contribuables pour satisfaire des banquiers spéculateurs ?

robindesboiswdisneyQuand surviendra un Robin des Bois dans cette forêt de voyous où politiques et banquiers se remplissent grassement les poches via des comptes numérotés bien planqués pour certains, ou prébendes en œuvres d’art, afin de mieux maquiller les services rendus ?

« Si la banque devait déposer son bilan, ses principaux actionnaires – la Caisse des dépôts et consignations (CDC) française et le Crédit Communal belge dont les villes belges sont actionnaires – essuieraient des pertes d’au moins 50 milliards d’euros ». (Source)

Nous serions donc bien loin de la fin de l’épisode.

Citoyens belges et français, priez pour obtenir de la Providence un Robin des Bois qui nous sauve de cette situation inique où la veuve et l’orphelin sont pris en otages par des hommes sans foi ni loi, mais qui utilisent le verbe sans vergogne pour… rançonner et illusionner.

 
26 commentaires

Publié par le 13 décembre 2012 dans Non classé

 

L’économie n’est pas le marché actions

Menthalo – Un très bon article que je partage avec vous….  comme quoi, il ne faut jamais se laisser abuser par le jargon des spécialistes, encore moins quand ils sont économistes.

vil-coyote

L’économie n’est pas le marché actions

Addison Wiggin  de la Chronique Agora

▪ « Répétez ce mantra sans cesse », suggère Chris Mayer : « l’économie n’est pas le marché. L’économie n’est pas le marché. L’économie n’est pas le marché ».

Ça y est, vous vous sentez calme et concentré ? Alors allons-y…

« Jeremy Grantham est un investisseur très en vue », commence Mayer. « Il a bâti sa réputation sur la finesse de ses prévisions sur les rendements de diverses classes d’actifs pour la première décennie du 21ème siècle ; aujourd’hui sa société gère des milliards de dollars pour le compte d’investisseurs ».

« Peut-être est-ce pour cela que tant de gens mettent leur cerveau en mode pause lorsqu’ils lisent ses écrits »…

Hum.

Barron’s, BusinessWeek et Forbes ont respectueusement publié la lettre trimestrielle de Grantham de ce mois, intitulée « Vers une croissance nulle ».

Grantham écrit : « selon nos prévisions, la croissance réelle américaine sera de 0,9% par an jusqu’en 2030, et seulement de 0,4% à partir de 2030 jusqu’en 2050″. Pour ses prévisions, Grantham s’appuie sur l’obscure notion de « produit intérieur brut » (PIB), notion que nous n’hésitons pas à malmener dans Le déclin du dollar. Au mieux, le PIB est une formule mathématique :

121210_formule

Au pire, cela entretient l’illusion que les économistes pratiquent une science.

« Le concept de PIB est si profondément défectueux », explique Chris Mayer, « qu’il devrait être entièrement abandonné, comme une relique d’un autre âge ».

« Prenons cet exemple que donne Bill Bonner : si vous tondez votre gazon et que votre voisin tond le sien, rien ne s’ajoute au PIB. Mais si vous embauchez votre voisin pour tondre votre gazon et qu’il vous embauche pour tondre le sien, le PIB augmente ! »

« Le produit intérieur brut intègre également les dépenses publiques comme une composante positive. Donc, si l’Etat dépense beaucoup d’argent, le PIB augmente. Si le gouvernement embauchait beaucoup de monde pour creuser des trous puis les remplir, le PIB augmenterait et les économistes se réjouiraient ».

« Le problème fondamental avec le PIB, c’est qu’il s’agit d’une abstraction. Il ne veut rien dire. Le PIB ne se mange pas, ne se porte pas, ne se dépense pas. Il ne change pas votre vie ni votre emploi. Un PIB qui augmente ne signifie pas que vous vous enrichissez. C’est juste un chiffre avec lequel les économistes peuvent jouer ».

Le fait est que « Grantham ne sait pas ce qui va arriver l’année prochaine », explique Mayer. « Oubliez 2030. Il ne fait que conjecturer, comme tout le monde. J’adore la fausse précision du 0,9% et du 0,4% ».

Hum !

« Même si le PIB était une mesure précise de quelque chose de significatif », observe Mayer, « devrions-nous l’utiliser pour décider comment et quand investir ? »

« Un jour Buffett a fait remarquer qu’entre 1964 et 1982, le marché boursier avait stagné alors que le PIB, lui, avait quintuplé. Mais de 1982 à 1998, le marché a augmenté d’un facteur vingt, alors que le PIB a à peine triplé. Beaucoup de raisons expliquent les mouvements du marché. Le PIB n’en fait pas partie ».

[Répétez : "l'économie n'est pas le marché".]

« Selon moi, la croissance est ce qu’elle est », conclut Chris. « Certains pans de l’économie connaîtront la croissance. D’autres la récession. Je ne m’intéresse pas aux prévisions du PIB — ni à aucune prévision de ce type d’ailleurs. J’essaie plutôt d’étudier en détail les opportunités qui se présentent ».

Chris aime citer John Train, le conseiller en investissement octogénaire : « ne vous inquiétez pas de l’économie ni de la direction du marché. Achetez plutôt les actions d’une entreprise comme vous achèteriez une maison c’est-à-dire parce que vous savez tout sur elle »…

 
54 commentaires

Publié par le 13 décembre 2012 dans Non classé

 

 

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 12:23
L’armée française se prépare à la guerre des cités
.
Vous avez vu la "nouvelle", chez : DreuzActualite Chretienne, Hellocoton, Gaelle Mann, SOS Crise Didier Goux, L’armée française se prépare à la guerre des cités.
Il semblerait que l’armée française, qui se prépare à la guerre des cités, a construit spécialement à Sissonne, dans l’Aisne, une cité fantôme grande pour 5000 habitants, pour entraîner ses soldats. Le budget pour ce programme de guérilla des banlieues, nommé Scorpion, est de 400 millions d’euros par an pendant 10 ans, et il faut convaincre les décideurs politiques de son bien fondé.
L'armée dit :
 « Les combats de demain ne seront pas ceux d’hier, et l’armée se battra en ville »
 « En ville, un combat est souvent source de pièges et d’enlisement. Il y est quasiment impossible d’y développer une manœuvre sans risque de perte importante en matériels et en personnels »
« Ce sont des combats de grande intensité qui nécessitent des relèves. On sait qu’un soldat restant plus de 24 heures au combat urbain peut souffrir de dommages psychologiques importants. ».
Et certains comprennent :  « Les combats de demain ne seront pas ceux d’hier, et l’armée se battra en ville » c’est à dire dans les banlieues de non droit, les barres de HLM aux mains des dealers, des bandes rivales et des islamistes. 
en mission secrète anti-banlieue ?
Déjà, la nouvelle n'est pas secrète. Elle est sur France 3. On peut difficilement parler de complot caché au public. En plus, Le Centre d'entraînement aux actions en zone urbaine (Cenzub) de Sissonne n'est pas exactement un endroit secret. En 2008, le blog Secret Défense montrait à quel point le lieu était secret défense. En 2009, Liane Foly allait y faire un petit coucou aux militaires du Cenzub (source Opex News, 20 Minutes, Courrier Picard), pendant qu'Hervé Morin et Chantal Jouanno analysaient l'impact du camp d'entrainement sur l'environnement. En 2010, le 1er régiment de hussards parachutistes  s'y entraînait (source : Ministère de la Défense). 
Hervé Morin, ancien ministre de la Défense
D'ailleurs, adapter les forces armées françaises aux exigences du combat en zone urbaine n'est pas exactement une nouveauté. A l'occasion du Milipol 2007, Herve Morin avait déclaré "La France avait du retard, notamment pour ce qui est du combat urbain sur un territoire extérieur. Avec le programme Félin, c'est fini", suite à l'adoption par l'armée française de cet équipement.  L'Armée face à la ville fait de toutes façons l'objet d'articles depuis 10 ans, sans parler des colloques que 'IHEDN lui consacre. (..)
Peut-être que l'Armée Française sera un jour amenée à intervenir encore plus sur le territoire, mais l'annonce de l'existence du camp d'entrainement de Sissonne ne permet ni d'étayer cette hypothèse, ni de l'infirmer. Mais ce qui est sur, c'est que Vigipirate, lui, est un fait bien réel pour un coût indéterminé. Si l'Armée Française obtenait des pouvoirs spéciaux, pensez-vous que nous serions gagnants ? 
Sinon, pour éclairer nos bloggeurs catastrophistes, informons les du fait que l’armée française se prépare à la guerre des cités tout simplement parce que les OPEX actuels ou à venir sont souvent des guerres urbaines et/ou asymétriques (Abidjan, Afghanistan, ou peut-être la Syrie qui sait) et plus rarement des guerres de tranchée en plein désert.
Sinon, pendant que l’armée française se prépare à la guerre des cités, la Chine arme des porte-avions et le monde entier crée des unités de Cyberwarfare. Espérons que l'unité de cyberdéfense récemment lancée à Bruz par le Drian, suite au rapport de Jean-Marie Bockel, ait des moyens aussi importants que le camp de Sissonne ...

Par contre, il y a une armée qui se prépare, avec raison, au chaos...  (lire Suisse : L'armée prépare ses frontières au chaos social européen, un post du 16 octobre 2012).
2012).http://leparisienliberal.blogspot.fr/2012/12/larmee-francaise-se-prepare-la-guerre.html
.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche