Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 11:48
 
 395843 323854417647168 100000678381250 1050254 647236960 n
 
Les salaires grecs seront tous touchés par les mesures d'austérité.
Que veulent donc les maîtres du monde?
 
 
  
Après 5 ans d'austérité 

Après le massacre des fonctionnaires (postes supprimés et salaires) et  des retraités.

  

Après le coup d'État portant Papademos au pouvoir sans consultation du  peuple.

  

Après les milliards prêtés pour acheter des armes et des équipements  policiers; l'attaque contre les chômeurs, les salariés du privé.

Le FMI, la BCE et l'Europe (la Troïka) mettent à genoux la Grèce  en demandant des taux scandaleux.

Alors que la cagnotte des très riches grecs, planquée en Suisse,  pourrait rembourser la dette.

 

Le FMI avec la troïka continue à dépecer un état souverain, il est légitime de se demander pourquoi.

 

La stratégie du choc et la théorie du chaos constructif, utilisées par les ultralibéraux psychopathes qui dirigent le monde, déversent au grand jour des flots d'austérité et de misère sur toute l'Europe.

 

Le message est clair, installer la peur pour soumettre les peuples.

 

Une excellente émission de France-Inter.

Un questions-réponses réalisé avec Angélique Kourounis, à Athènes, en Grèce


 Affiches appelant à la grève en Grèce © Radio France - 2012 / Marion L'Hour

 

 

La Grèce s’apprête à vivre une semaine  difficile, puisque ses 16 les bailleurs de fond européens exigent de nouvelles mesures d'austérité pour continuer à prêter au pays. Et cette fois-ci, ce sont bel et bien tous les salaires qui sont visés.


Effectivement, mais cela s'est fait petit à petit. Il y a deux ans, on a diagnostiqué, en Grèce, un état pléthorique à l'origine, entre autres, des déficits du pays et de la dette et donc, on a dégraissé. On a ainsi supprimé les 13ème et 14ème mois qui correspondaient en fait aux congés payés, tellement les salaires étaient bas. On a  baissé, à plusieurs reprises, les salaires des fonctionnaires, les retraites de base et les retraites complémentaires. Avec la nouvelle grille unique des salaires dans la fonction publique, ces derniers ont été divisés par 3. On est passé, par exemple, de 2.200 euros par mois après 25 ans de carrière au ministère des Finances, à  800 euros ! Un cardiologue médecin chef de service touche à peine 1.400 euros en fin de carrière. Les professeurs, eux, touchent désormais 700 euros. Cela, c'était pour le secteur public. Dans le privé, les 13ème et 14ème mois étaient maintenus, les salaires étaient plus élevés. Mais la dérégularisation des conventions de travail imposée par les bailleurs de fond en octobre dernier ont [a] sonné le glas du secteur privé. Maintenant, on l'achève.

- Comment cela ?

Au nom de la compétitivité, on a aboli les conventions collectives et même les conventions d'entreprise. Maintenant, le salarié discute seul de son contrat et les nouveaux contrats sont tous revus à la baisse, d'au moins 20%. Ces réformes-là datent d’octobre. A l'époque, on avait promis que c'étaient les dernières. Mais à présent, les Grecs apprennent que ce n'est pas fini.

- Et donc, à quoi les Grecs doivent-ils s’attendre à partir de lundi prochain ?

A une baisse du SMIC, une baisse des salaires, et l'abrogation des 13ème et 14ème mois dans le privé.  

- Effectivement, si cela a été réformé dans le secteur public, est-ce que ce n’est pas logique que le secteur privé aussi le soit à son tour ?

Non, certainement pas. La logique de la baisse des salaires dans le public consiste à réduire les coûts de l'Etat, pas ceux du privé. Bien au contraire, c'est la seule dynamique qu'il reste au marché. Jusqu’où va-t-on baisser le SMIC ? Il est actuellement de 590 euros nets alors que le coût de la vie, en Grèce, est important.

- Comment le FMI, qui est à l’origine de cette baisse, la  justifie-t-il ?

Par la productivité. A son avis, -c’est un homme d'affaire grec présent aux discussions avec le FMI qui me l'a dit, il faut que les salaires grecs soient en rapport avec la productivité du pays. Or, selon le FMI, la productivité grecque n'est plus européenne mais balkanique. On parle donc de salaires de maximum 400 euros. Sauf que les Grecs, eux, disent qu’ils se serrent la ceinture depuis deux ans, que les salaires baissent, les taxes augmentent et les déficits se creusent. Alors, pour eux, cette recette n'est pas la bonne ; elle est de plus mal appliquée. La reprise n'est pas au rendez-vous, le pays entre dans sa 5ème année de récession (-5%), une première depuis la guerre. Ils refusent cette logique et des grèves sont déjà annoncées pour les jours à venir.

 

http://www.franceinter.fr:80/emission-ailleurs-les-salaires-grecs-seront-tous-touches-par-les-mesures-d-austerite

 

 

Sur ce blog,

 

Exigeons un débat de fond pour la présidentielle 2012.

Accoyer parle de "guerre" si la gauche gagne et suscite l'indignation Le président de l'Assemblée nationale Bernard Accoyer (UMP) a provoqué mercredi une vague d'indignation chez les socialistes en…


Pour lire la suite cliquez ici

 

.

Le 11 novembre et le 8 mai doivent rester dans nos mémoires.

Pétition pour le maintien du 11 novembre et du 8 mai. Bonjour. L’association « Résister aujourd’hui » propose une pétition pour s’opposer à la banalisation de la commémoration du 11 novembre. Vous…


Pour lire la suite cliquez ici

 

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 23:05

 

Comment les Médias conditionnent les esprits pour les entraîner sur le terrain des frayeurs apocalyptiques, afin de masquer l'effondrement économique et ses conséquences... Alors, vous vous situez comment ? Crédule - ou conscient, pas dupe de la diversion opérée sur nous ? eva

 

 

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 04:48

Tefy Andriamanana - Marianne | Mercredi 4 Janvier

Un décret vient d’autoriser les vigiles affectés à la sécurité des HLM à être armés de matraques et de bombes lacrymogènes. Un nouveau pas vers la privatisation totale de la sécurité.

Ils ressemblent à des policiers, ils seront presque armés comme des policiers mais ce ne sont pas des policiers. A Paris, des vigiles privés patrouillent pour assurer la sécurité dans les cités HLM. Habillés en blousons sombres, treillis et rangers, on pourrait presque les confondre avec les gros bras de la police. Ils sont en fait employés par le GPIS, groupement d’intérêt économique dont sont membres les principaux bailleurs de la capitale dont Paris Habitat (ex OPAC). 
 
Le GPIS a été créé en 2004, ils sont 125 agents sur le terrain pour surveiller de nuit près de 73 500 logements. Son budget est de 13,6 millions d’euros dont 6 financés par la Mairie, le reste par les bailleurs.  Ils effectuent souvent des rondes avec la police nationale. Leur premier objectif : la lutte contre l’occupation des halls.
 
Et un récent décret accentue la confusion avec la police. Ils autorisent les vigiles chargés de la sécurité dans les cités HLM à s’équiper de matraques de type tonfa et de bombes lacrymogènes. Mais pas encore d’armes à feu. Les vigiles concernés ne pourront travailler que pour des groupements ad hoc créés par les bailleurs  comme le GPIS et non des sociétés privées classiques. Ils devront suivre une formation théorique et pratique et posséder une autorisation préfectorale pour 5 ans.

Mais pour l'heure, les bailleurs parisiens n'ont pas encore décidé s'ils profiteront du nouveau décret. Contacté par Marianne, Jean-Yves Mano, adjoint au Maire chargé du Logement et Président de Paris Habitat, préfère attendre la décision du conseil d'administration du GPIS. Mais, à titre personnel, il pense que « dans certains situations, ça peut être utile ».

Simili-police

 

Cette réforme vient après une polémique sur la sécurité privée dans les aéroports. Des contrôles peu fiables, avec des agents sous-payés et des sous-traitants soumis aux pressions d’ADP. Depuis 2007, la sécurité privée, malgré les polémiques, prend de plus en plus de poids par rapport aux services de l’Etat. Avec des ardents supporters. D’ailleurs, le décret sur les vigiles des HLM vient en application d’un amendement à loi Estrosi sur les bandes. Un amendement déposé par le député UMP Philippe Goujon, déjà auteur d’amendements favorables aux sociétés privées dans la Loppsi.
 
L’armement des vigiles des HLM est un revirement dans les rapports entre sécurité publique et privée. Jusque là, les patrouilles d'agents armés sur la voie publique était le privilège des policiers (nationaux et municipaux) et de la gendarmerie. Il y avait aussi le cas des pour les convoyeurs de fonds et des agents de sécurité de la RATP et de la SNCF, équipés d'armes à feu. Désormais, avec cette réforme, des vigiles ne relevant ni des services de l’Etat ni directement des collectivités arpenteront armés les quartiers HLM. 
 
L’argument invoqué pour armer ces vigiles est le risque d’agression. Des dizaines d’agents du GPIS étant blessés chaque année. Reste à savoir quelle sera la prochaine étape. Dans un contexte de baisse des effectifs de police, tout est bon pour assurer un semblant de sécurité sans risquer de perdre son triple A. 

Déclin de l'Etat

Sécurité : pas de policiers mais des vigiles pour les HLM
L’UMP a déjà proposé l’équipement systématique des policiers municipaux en armes à feu, invoquant également les risques encours. Pour l’instant, il faut l’autorisation du préfet pour que ces agents puissent porter un revolver. A Paris, il n’y a pas de police municipale à proprement parler, juste des « inspecteurs de sécurité » armés de tonfas et gaz lacrymos. Ils sont eux aussi en uniformes avec treillis et rangers.
 
Au bout de ces réformes, verra-t-on le déclin des services de l’Etat ? C'est la crainte de Jean-Yves Mano : avant toute application du décret, il demande à la préfecture de police un «engagement formel, qu'au moindre appel, il y ait un maintien du soutien logistique de la police au GPIS». 

Cette crainte du désengagement de l'Etat est d'autant plus fondée que les arrondissements les plus populaires de Paris sont les plus sous-dotés en policiers. Selon Le Monde, on compte un policier pour  531 habitants dans le 20e arrondissement contre un pour 237 dans le 7e. Idem pour le taux d’encadrement, les 18e, 19e et 20e arrondissements étant les moins bien dotés en gradés. Pour leur sécurité, les plus modestes pourront se contenter des vigiles privés. C’est à se demander si l’Etat possède toujours le « monopole de la violence physique légitime ».
http://www.marianne2.fr/Securite-pas-de-policiers-mais-des-vigiles-pour-les-HLM_a214098.html
Partager cet article
Repost0
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 06:48

 

 

http://olivierdemeulenaere.files.wordpress.com/2011/07/de-gaulle.jpg

http://olivierdemeulenaere.files.wordpress.com/2011/07/de-gaulle.jpg

 

Dans C’était la Gaulle Alain Peyrefitte rapporte ce propos qui lui fut tenu en tête à tête par le Général le 12 décembre 1962, après le Conseil des ministres :


« Le marché, Peyrefitte, il a du bon. Il oblige les gens à se dégourdir, il donne une prime aux meilleurs, il encourage à dépasser les autres et à se dépasser soi-même.

 

Mais, en même temps, il fabrique des injustices, il installe des monopoles, il favorise les tricheurs.

 

Alors, ne soyez pas aveugle en face du marché. Il ne faut pas s’imaginer qu’il règlera tout seul tous les problèmes.

 

Le marché n’est pas au-dessus de la nation et de l’État. C’est la nation, c’est l’État qui doivent surplomber le marché.

 

Si le marché régnait en maître, ce sont les Américains qui règneraient en maître sur lui ; ce sont les multinationales, qui ne sont pas plus multinationales que l’OTAN.

 

Tout ça n’est qu’un simple camouflage de l’hégémonie américaine.

 

Si nous suivions le marché les yeux fermés, nous nous ferions coloniser par les Américains. Nous n’existerions plus nous Européens ».

 

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 08:52

Jean ZIEGLER, «Destruction massive. Géopolitique de la faim »,  

Editions du Seuil, 350 pages, 20

ziegler

 

 

Qui mieux que cet éternel combattant contre la misère et la faim peut rédiger un réquisitoire implacable sur la situation actuelle? Le sociologue genevois n'a pas attendu d'être nommé rapporteur spécial de l'ONU pour le droit à l'alimentation de 2000 à 2008. Depuis son premier livre en 1963, La Contre-Révolution en Afrique, il a consacré l'essentiel de son œuvre à dénoncer les mécanismes d'assujettissement des peuples du monde.

Ce livre n'est pas celui d'un professeur émérite qui observe les événements tragiques du haut de son bureau de l'Université. Tout au long de sa vie, il a parcouru la terre à la rencontre des peuples opprimés, notamment l'Afrique et l'Amérique du Sud. Sa notoriété lui a ouvert les portes des dirigeants du tiers-monde saisissant l'opportunité de les appeler à plus de tolérance, de démocratie et d'humanité envers leur peuple. Certains ont d'ailleurs été ses étudiants !

Les faits que Jean Ziegler dénoncent sont concrets, précis, pris sur le vif, sans appel. Avec sa fougue légendaire, il s'exprime sans concession quitte parfois à « choquer » son auditoire lors des conférences et des interviews. 

Ce battant n'y va pas par quatre chemins lorsqu'il cloue au pilori la complicité des Etats occidentaux, les cavaliers de l'Apocalypse (l'OMC, le FMI et la Banque mondiale, propagateurs de la foi néolibérale, de la totale libéralisation des marchés et de la privatisation des services publics), la faim invisible, Genève, capitale mondiale des spéculateurs agroalimentaires, le vol des terres ou la malédiction de la canne à sucre, pour ne citer que quelques chapitres.

Le livre, les documents, les constats, l'analyse sont si denses, véridiques et tragiques qu'il me faudra bien le relire et le relire pour en faire une synthèse, si tant est que je puisse la faire, bien entendu après les fêtes, pour ne pas vous couper l'appétit des bombances de fin d'année !

Réécoutez l'interview de Jean Ziegler lors de l'émission de Daniel Mermet, Là-bas, si j'y suis, du 25 octobre 2011 :http://www.franceinter.fr/emission-la-bas-si-j-y-suis-entretien-avec-jean-ziegler-destruction-massive


Fred Oberson


Posté par Alaindependant à 00:14 - Annonces - Commentaires [1] - Rétroliens [0] - Permalien [#]
Tags : ,
PARTAGER :



Commentaires

La Faim des gosses : Le Scandale n°1 !

Bravo cher Jean ZIEGLER !
Je suis un vieux bonhomme de 80 ans, seul et abandonné de tous (femmes, enfants, amis, etc...) et je ne risque pas de faire bombance en ces jours de fêtes !
J’en ai ni les moyens ni surtout le goût quoiqu’appréciant la bonne chair !...
De voir ces petits bouts décharnés, faméliques, moribonds, j’en ai l’appétit coupé ! Et cela depuis mon plus jeune âge ! Mais je n’ai que ma plume pour tenter d’éveiller la conscience « des grands Criminels qui nous gouvernent » !!! (Cfr. : Alexis Carrel)
Depuis 60 ans, j’ai écrit des milliers de lettres aux plus grands Décideurs du monde ! J’ai eu quelques résultats mais bien trop maigrichons à mon goût !
Je suis sollicité par au moins une BONNE TRENTAINE D’ONG qui me harcèlent tous les jours !...
Mais je viens d’apprendre que ce n’est pas seulement dans les pays dits « pauvres » qu’il y a de la misère : Les Restaurants du cœur et la FONDATION PELICANO m’apprennent qu’il y a des gosses « dans ma région » (voisinage de Vedrin-Namur) il y a des gosses qui ont froid et faim !!!
Et les services sociaux que font-ils ?
On dépende des sommes somptuaires pour des « fêtes de lumière », des feux d’artifices et on n’a pas quelques euros pour secourir ces pauvres gosses !!!
La petite Emma, fragile, son petit visage pâle, une veste trop fine, des chaussures abîmées raconte ce qu’elle fait lorsqu’elle doit de nouveau passer une journée sans manger :
« Je bois autant d’eau que possible, pour que mon ventre me semble malgré tout rempli ! J’essaie de ne pas penser à la nourriture ; mais ce n’est pas facile ! »
« Si lors de la leçon sur les fractions, l’institutrice commence à dire que nous devons partager une tartre en 4 ou en 8, mon estomac se met à gargouiller bruyamment !... »
« Chaque journée d’école, je rentre « manger » à la maison le midi. Au moins ainsi, personne ne se moque de moi parce que je n’ai pas de tartine à l’école ! »
« En chemin, je sens les odeurs de cuisine et j’essaie de deviner ce que les voisins préparent ! »
« Je rêve qu’une assiette m’attende à la maison, mais généralement, il n’y a rien !!! Parfois juste une tranche de pain rassi !
Je la mange très lentement en imaginant qu’elle est tartinée de confiture !!!... »
On ne s’habitue jamais à l’horrible misère d’Afrique et autres pays pauvres mais on n’est pas surpris !
Mais qu’à deux pas de chez moi, il y ait des gosses qui ont faim et froid, cela me dépasse !!!
Quoiqu’un jour à l’arrêt du bus, je vis un garçonnet tremblant de froid et je lui dis : mais mon garçon, il faut t’habiller plus chaudement que cela ! Tu vas attraper la crève !... » Il ne m’a pas répondu mais il ne m’est pas venu à l’esprit qu’il n’avait probablement pas autre chose à se mettre !!!
Ma voisine l’a vu aussi mais en compagnie de sa mère, elle chaudement habillée !!!...

Autre misère : L’association MUCO qui combat la mucoviscidose me signale aussi :
« La petite Mélissa (2 ans) est mortellement malade et très affaiblie parce qu’elle n’a pas reçu le traitement approprié ! »
« Et aujourd’hui, elle ne bénéficie pas non plus des soins nécessaires parce que ses parents sont très pauvres !!!... »
Le docteur J. Vanleeuven décrit une situation terrible et désespérée :
« Ce traitement intensif coûte cher et les parents de Mélissa ont dépensé leur dernier euro pour payer les notes d’hôpital !... »
Et la encore les services sociaux, les mutuelles que
fabriquent-elles devant cette horrible situation ???

Décrire les mécanismes pervers qui amènent ces situation est bien, mais en plus il faudrait surtout dénoncer l’amoralisme, l’immoralité, le monstrueux manque de cœur, et cette indifférence, fille de l’égoïsme, qui tue !!!
Dépolluer non seulement notre biosphère, nos corps mais aussi la conscience moribonde des peuples et surtout de ceux qui dominent sur eux !
Les autorités morales et religieuses devraient faire tonnrt « la grosse Artillerie de Dieu », réveiller la Conscience du monde et même !

Le Secrétaire général, M. Ban Ki-moon, devrait lui aussi « s’indigner » plus énergiquement !
L’ONU ne doit plus être « une grande Association de Malfaiteurs » où les nations les plus saines doivent côtoyer les pires criminels et leurs Associés !
Le droit de veto ne doit plus servir à bloquer le Travail de l’ONU !
Et défendre les criminels les plus odieux c’est s’en faire complices et ne pas valoir plus qu’eux !
L’idée n’est pas neuve mais s’implique de plus en plus : Il nous faut un gouvernement mondial et au moins un confédéralisme mondial pour régler tous nos Problèmes !
Et pour réaliser cet Exploit nous devons adopter une Morale universelle et objective de haute Obédience !
( Voir mon site.)

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 12:09

Venezuela, Argentine, Paraguay Brésil… Tous ces dirigeants de gauche sont atteints d’un cancer… Coïncidence troublante ?

 


« Il ne serait pas étrange qu’ils aient mis au point la technologie nécessaire » a affirmé mercredi le président vénézuélien, au lendemain de l’annonce du cancer de la présidente argentine Cristina Kirchner, victime de la maladie dans la foulée de plusieurs de ses homologues du continent. AP Photo/Ariana Cubillos, File

Des agents des Etats-Unis hantent-ils les couloirs, les cuisines, les chambres des palais présidentiels sud-américains, seringue au poing, pour inoculer le cancer aux dirigeants de gauche du continent ?


Le vénézuélien Hugo Chavez s’interrogeait en ce sens, mercredi, à haute voix, devant un parterre de militaires et face aux caméras de télévision : un complot de « l’empire yankee« , serait-il la source de sa maladie et de celles de la présidente argentine Cristina Fernandez (Kirchner), du Paraguayen Fernando Lugo, de la Brésilienne Dilma Rousseff et de son prédécesseur Luiz Inacio Lula da Silva, qui tous ont récemment fait l’objet de diagnostics révélant des cancers. Tous sont aussi des dirigeants de gauche.

 

Suite et source : Reuters relié par Le Monde


By: heaventramp

 

http://lesmoutonsenrages.fr/2011/12/29/les-contributions-non-publiees-du-jour/

 

 

Bonjour
quand j’ai appris que Mme Kirchner avait aussi un cancer, j’ai écrit à mes amis: Curieux, cette épidémie ! Elle n’est pas anodine, elle est intentionnelle…
Les criminels usraéliens ne savent plus quoi inventer pour neutraliser ceux qui refusent leur « démocratie » totalitaire !
Eva
Allusion ici :
http://sos-crise.over-blog.com/article-syrie-et-iran-l-arriere-plan-pour-les-nuls-eva-r-sistons-95547989.html

.

 

Reçu ce commentaire sur ce blog,

posté sur autre article :

 

D'après Hugo Chavez, les américains auraient inventé une machine qui donnerait le cancer. Surtout aux dirigeants non-alignés :

 

 http://leschroniquesderorschach.blogspot.com/2011/12/chavez-evoque-une-technologie.html

 

 

Que DIEU nous aide, car vu que ces gens contrôlent : les médias, l'économie, le climat (haarp), les armes nucléaire, les armes secrêtes, et bien d'autres......je ne sais pas comment on va s'en sortir !

.

 

Note d'eva R-sistons :
Il faut savoir que les diables américains (déguisés en chrétiens modèles, en démocrates etc) ont mis la main sur le secteur de la Recherche - d'où tous les assassinats de scientifiques, de chercheurs, la profession la plus ciblée. Et pour cause ! Le Pentagone couvrirait 90 % de la Recherche ! Une Recherche tournée non vers la Vie, la Santé, le Bien public, mais vers le Mal, la Mort, la terreur !
Les Américains sont diaboliques ! La plupart des souffrances de l'humanité vient de ces adorateurs de Mâmon !
eva

 

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 04:18
http://imaginaction.over-blog.org/article-19289315-6.html

 

ALIMENTATION 

Jean Ziegler : « Les spéculateurs devraient être jugés pour crime contre l’humanité



Par Elodie Bécu (19 décembre 2011)


Les ressources de la planète peuvent nourrir 12 milliards d’humains, mais la spéculation et la mainmise des multinationales sur les matières premières créent une pénurie. Conséquence : chaque être humain qui meurt de faim est assassiné, affirme Jean Ziegler, ancien rapporteur spécial de l’ONU pour le droit à l’alimentation. Il dénonce cette « destruction massive » par les marchés financiers. Des mécanismes construits par l’homme, et que l’homme peut renverser. Entretien.


 

 

Basta ! : Craignez-vous que la crise financière amplifie celle de la faim dans le monde ?

 

Jean Ziegler : Tous les cinq secondes, un enfant de moins de 10 ans meurt de faim. Près d’un milliard d’humains sur les 7 milliards que compte la planète souffrent de sous-alimentation. La pyramide des martyrs augmente. À cette faim structurelle, s’ajoute un phénomène conjoncturel : les brusques famines provoquées par une catastrophe climatique – comme en Afrique orientale, où 12 millions de personnes sont au bord de la destruction – ou par la guerre comme au Darfour. En raison de la crise financière, les ressources du Programme alimentaire mondial (PAM), chargé de l’aide d’urgence, ont diminué de moitié, passant de 6 milliards de dollars à 2,8 milliards. Les pays industrialisés ne paient plus leurs cotisations car il faut sauver la Grèce, l’Italie et les banques françaises. Une coupe budgétaire qui a un impact direct sur les plus démunis. Dans la corne de l’Afrique, le PAM est contraint de refuser l’entrée de ses centres de nutrition thérapeutique à des centaines de familles affamées qui retournent dans la savane vers une mort presque certaine.

Et les financiers continuent de spéculer sur les marchés alimentaires. Les prix des trois aliments de base, maïs, blé et riz – qui couvrent 75 % de la consommation mondiale – ont littéralement explosé. La hausse des prix étrangle les 1,7 milliard d’humains extrêmement pauvres vivant dans les bidonvilles de la planète, qui doivent assurer le minimum vital avec moins de 1,25 dollar par jour. Les spéculateurs boursiers qui ont ruiné les économies occidentales par appât du gain et avidité folle devraient être traduits devant un tribunal de Nuremberg pour crime contre l’humanité.

 

Les ressources de la planète suffisent à nourrir l’humanité. La malnutrition est-elle seulement une question de répartition ?

Le rapport annuel de la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) estime que l’agriculture mondiale pourrait aujourd’hui nourrir normalement 12 milliards d’humains [1], presque le double de l’humanité. Au seuil de ce nouveau millénaire, il n’y a plus aucune fatalité, aucun manque objectif. La planète croule sous la richesse. Un enfant qui meurt de faim est assassiné. Il n’est pas la victime d’une « loi de la nature » !

 

Au-delà de la spéculation, quelles sont les autres causes de la faim dans le monde ?

Tous les mécanismes qui tuent sont faits de main d’homme. La fabrication d’agrocarburants brûle des millions de tonnes de maïs aux États-Unis. L’océan vert de la canne à sucre au Brésil mange des millions d’hectares de terres arables. Pour remplir un réservoir de 50 litres de bioéthanol, vous devez brûler 352 kg de maïs. Au Mexique ou au Mali, où c’est l’aliment de base, un enfant vit une année avec cette quantité de maïs. Il faut agir face au réchauffement climatique, mais la solution ne passe pas par les agrocarburants ! Il faut faire des économies d’énergies, utiliser l’éolien, le solaire, encourager les transports publics.

Autre élément : le dumping agricole biaise les marchés alimentaires dans les pays africains. L’Union européenne subventionne l’exportation de sa production agricole. En Afrique, vous pouvez acheter sur n’importe quel étal des fruits, des légumes, du poulet venant d’Europe à quasiment la moitié du prix du produit africain équivalent. Et quelques kilomètres plus loin, le paysan et sa famille travaillent dix heures par jour sous un soleil brûlant sans avoir la moindre chance de réunir le minimum vital.

Et la dette extérieure des pays les plus pauvres les pénalise. Aucun gouvernement ne peut dégager le minimum de capital à investir dans l’agriculture, alors que ces États ont un besoin crucial d’améliorer leur productivité. En Afrique, il y a peu d’animaux de traction, pas d’engrais, pas de semences sélectionnées, pas assez d’irrigation.

Enfin, le marché agricole mondial est dominé par une dizaine de sociétés transcontinentales extrêmement puissantes, qui décident chaque jour de qui va vivre et mourir. La stratégie de libéralisation et de privatisation du Fonds monétaire international (FMI), de la Banque mondiale et de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a ouvert la porte des pays du Sud aux multinationales. La multinationale Cargill a contrôlé l’an dernier 26,8 % de tout le blé commercialisé dans le monde, Louis Dreyfus gère 31 % de tout le commerce du riz. Ils contrôlent les prix. La situation est la même pour les intrants : Monsanto et Syngenta dominent le marché mondial – donc la productivité des paysans.

 

Que faire face à cette situation ?

Ces mécanismes, faits de main d’homme, peuvent être changés par les hommes. Mon livre, Destruction massive, Géopolitique de la faim, malgré son titre alarmant, est un message d’espoir. La France est une grande et puissante démocratie, comme la plupart des États dominateurs d’Europe et d’Occident. Il n’y a pas d’impuissance en démocratie. Nous avons toutes les armes constitutionnelles en main – mobilisation populaire, vote, grève générale – pour forcer le ministre de l’Agriculture à voter pour l’abolition du dumping agricole à Bruxelles. Le ministre des Finances peut se prononcer au FMI pour le désendettement total et immédiat des pays les plus pauvres de la planète.

 

La crise de la dette européenne rend cette position plus difficile à envisager…

Elle complique la situation. Mais la taxe Tobin, quand elle a été proposée par Attac il y a quinze ans, était qualifiée d’irréaliste. Aujourd’hui, elle est discutée par le G20 ! Les organisations internationales sont obligées de constater la misère explosive créée par la hausse des prix des matières premières. Un chemin se dessine. Nous avons un impératif catégorique moral – au-delà des partis, des idéologies, des institutions, des syndicats : l’éveil des consciences. Nous ne pouvons pas vivre dans un monde où des enfants meurent de faim alors que la planète croule sous les richesses. Nous ne voulons plus du banditisme bancaire. Nous voulons que l’État à nouveau exprime la volonté du citoyen, et ne soit pas un simple auxiliaire des entreprises multinationales. Ces revendications créent des mouvements dans la société civile.

 

La crise ne risque-t-elle pas de provoquer une montée du populisme en Europe, plutôt qu’un nécessaire sursaut des consciences ?

La lutte est incertaine. Le chômage et la peur du lendemain sont les terreaux du fascisme. Mais il y a une formidable espérance à la « périphérie », comme le montrent les insurrections paysannes pour la récupération des terres que les multinationales se sont appropriées au nord du Brésil et du Sénégal, au Honduras ou en Indonésie. Si nous arrivions à faire la jonction, à créer un front de solidarité entre ceux qui luttent à l’intérieur du cerveau de ces monstres froids et ceux qui souffrent à la périphérie, alors l’ordre cannibale du monde serait abattu. J’ai d’autant plus d’espoir que l’écart entre Sud et Nord se réduit, parce que la jungle avance. La violence nue du capital était jusqu’ici amortie au Nord, par les lois, une certaine décence, la négociation entre syndicats et représentants patronaux. Aujourd’hui, elle frappe ici les populations humbles. Il faut montrer la voie de l’insurrection et de la révolte.

Propos recueillis par Élodie Bécu

 

Lien : http://www.bastamag.net/article1995.html

 

.

Voir aussi ici :

Flambée prix alimentaires: Mêmes causes (spéculation..), mêmes effets

 


Partager cet article
Repost0
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 01:01
http://1.bp.blogspot.com/-yXHdoVs40Gg/TmtQk840uDI/AAAAAAAAADg/yu7No6zcQIg/s1600/Science.jpg

http://1.bp.blogspot.com/-yXHdoVs40Gg/TmtQk840uDI/AAAAAAAAADg/yu

7No6zcQIg/s1600/Science.jpghttp://1.bp.blogspot.com/-yXHdoVs40Gg/TmtQk840uDI/AAAAAAAAADg/yu7No6zcQIg/s1600/Science.jpg

Energie et détournement de la science: il est temps de faire sauter les verrous

le décembre 25, 2011 par Résistance 71

E-Cat : une énergie presque gratuite, presque infinie, sans pollution

Par Doctorix

Le 22 Décembre 2011

url de l’article original:

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/e-cat-une-energie-presque-gratuite-106673#commentaires

Le procédé que je vais vous faire découvrir s’appelle E-Cat. Il s’apparente aux transmutations à basse température. Il faut obtenir au départ une température de 150 à 500°C : mais, croyez-le ou non, c’est encore une très basse température, surtout s’il s’agit de phénomène nucléaire.

(A Cadarache, dans un projet insensé, on tente de faire une fusion avec 100 millions de degrés au départ : coûteuse utopie, qui ne fonctionnera jamais).

Ici, par contre, nous sommes dans la vraie vie :

Il s’agit de mettre en présence 50 grammes de poudre de nickel chauffée à 300°C (par l’électricité du secteur pour démarrer la réaction, mais l’appareil tournera ensuite en auto-suffisance) et de l’hydrogène, sous une pression de 2 à 20 bars, qui provient d’un réservoir incorporé au E-cat, en présence d’un catalyseur secret.

Cette réaction produit une énorme quantité de chaleur, avec un COP de 40 ou plus (coefficient de performance, rapport entre l’énergie récupérée et l’énergie injectée ).

Vous donnez 1 kilowatt à l’entrée, vous récupérez 40 kw à la sortie.

Les appareils commercialisés produiront de 10 à 30 kw/h, largement suffisants pour alimenter une habitation ou une petite voiture. On peut les accoupler pour faire des centrales, ce qui pourrait donner un recyclage à nos centrales nucléaires, qui ne sont jamais que des machines à vapeur sales. Mais là, c’est propre, sans résidu radio-actif, et sûr : ça s’arrête en quelques minutes.

La réaction produit des rayons alpha et gamma (gamma d’énergie inférieure à 300 keV).

Ce qui prouve qu’une réaction nucléaire est à l’œuvre.

Mais un blindage de plomb de 50 kg sur 2 cm d’épaisseur (soit un volume de 4 litres environ) les arrêterait et l’appareil en fonctionnement n’émettrait ni neutrons ni protons.

Quelques heures après l’arrêt, il n’y aurait plus de rayonnement ni de déchets radioactifs, même au centre du réacteur. Le “combustible” et les déchets ne seraient pas radioactifs. La radioactivité de l’eau chauffée ne serait pas modifiée.

En cas d’emballement du réacteur, un excès de production de chaleur réduirait l’efficacité de la réaction et tendrait à limiter cet excès. De plus, dans ce cas, le système de sécurité activerait le préchauffage auxiliaire pour renforcer cette limitation.

Lors de la maintenance, tous les 6 mois, le nickel serait recyclé et le petit réservoir d’hydrogène à 160 bars (quelques litres) remplacé. Au bout de 2,5 mois d’utilisation, le nickel contient environ 10 % de cuivre (isotopes 63 et 65) et 11 % de fer.

Vous devez y voir la preuve d’une transmutation du nickel en fer et en cuivre, et donc la preuve que la transmutation à basse température est possible.

Le nickel est abondant sur Terre et n’est pas cher.

« Si toute l’énergie consommée par les humains était produite ainsi, un pourcentage infime [10%] de l’extraction annuelle de nickel y suffirait »

Le E-cat est entièrement recyclable après une durée de vie de 15 à 20 ans, le nickel l’est à 80% environ.

Vous pouvez vous offrir 50 grammes de Nickel (20 Euros le kilo : une dose coûte donc un euro) et quelques litres d’hydrogène tous les six mois ? Alors vous aurez bientôt accès à cette énergie quasi illimitée, qui ne produit pas de CO2, pas de particules radioactives, et dont les rares rayonnements sont facilement arrêtables avec quelques kilos de plomb.

J’ai résumé pour vous cet article trouvé sur Wikipédia. Vous y aurez de plus amples détails, et en sortirez convaincus.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Catalyseur_d%27%C3%A9nergie_de_Rossi_et_Focardi

Notez que les expériences sont tout à fait actuelles, et suivez l’actualité de cette révolution technologique jour après jour. La commercialisation semble en cours.

Alors, cessez de vous tourmenter avec le nucléaire et ces pseudos trouvailles que sont le photovoltaïque et l’éolien : c’est du passé, c’est périmé. La question du CO2 ne se pose plus, et les écolos vont devoir trouver un autre dada. Charbon, pétrole, nucléaire, au musée : à terme, zéro pollution.

Nous allons vivre une ère nouvelle, et on va cesser de nous casser les oreilles avec l’énergie rare, la pollution, et tous ces concepts d’un autre âge.

Cela pose de gros problèmes : les sociétés pétrolieres, les pays de l’OPEP, peuvent passer de l’opulence à la misère. L’Etat doit se trouver d’autres taxes. La production automobile doit se convertir à l’electricité. Les transports maritimes verront le retour des machines à vapeur ! Les trains auront le choix : électricité ou vapeur directement. Attendons-nous à quelques freins, donc.

Mais avec cette énergie quasi gratuite, quasi illimitée, on peut tout envisager : dessaler l’eau de mer et voir fleurir les déserts, faire disparaitre toute misère sur terre.

Un autre point important : tant que les intérêts pétroliers et nucléaires dominent (dominaient ?) la planète, de nombreux brevets du même ordre ont été confisqués ; il y a en effet de nombreux moyens de produire proprement de l’énergie gratuite. On peut s’attendre à les voir resurgir, dès lors qu’il sera plus rentable de les commercialiser que de les tenir secrets.

Toutes ces "inventions" sont serte bien réelles, font le buz, et disparaissent aussi rapidement qu’elles sont apparues.

 Silence total des merdias (aux ordres) où disparition pure et simple de l’inventeur !

 La seul solution, (mais il faut qu’elle soit totalement désintéressée) pour voir sortir une telle technologie, est qu’elle soit "balancée"( et réalisable par le grand publique) par internet où tout autres moyens, de tel façon qu’il ne puisse y avoir aucun moyen de coercition possible !

 Donc, messieurs les inventeurs de génie, n’espérez pas faire fortune, et faites vous une raison, si vous voulez vraiment faire avancer le schmilblic, balancez tout le paquet !

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 09:52

COMPTE-RENDU DE SESSION DU PARLEMENT EUROPÉEN (12-15 décembre 2011)

by Patrick Le Hyaric

Le Parlement s'est réuni du 12 au 15 décembre à Strasbourg. Voici les principaux éléments discutés et votés lors de cette session.

Conseil européen de Bruxelles

Mardi 13 décembre nous avons débattu des résultats du Conseil européen des 7 et 8 décembre. Ce Conseil européen a validé un resserrement drastique de la discipline budgétaire qui sera mis en place par un pacte d’austérité pour les peuples.

Herman Van Rompuy, le président du Conseil, et José Manuel Barroso, le président de la Commission, sont tous deux venus présenter les conclusions de ce 16ème sommet depuis la crise de l'Euro.

Les mesures adoptées au Conseil européen :

➨ Une règle budgétaire est fixée pour encadrer le « déficit structurel » à 0,5 % des richesses produites. Pour obtenir le déficit structurel, on retranche au déficit d'un Etat la charge de la dette et les effets de cycle (croissance ou récession). En l’occurrence, la différence ne devra pas dépasser les 0,5%.

Le Conseil propose de faire inscrire ces critères dans les constitutions nationales, avec un mécanisme de réduction automatique des dépenses. La Cour de justice européenne sera chargée de vérifier la bonne application de ces règles.

Avec un tel mécanisme adossé à des mesures automatiques pour réduire les dépenses, toute politique d'investissement ambitieuse est impensable.

➨ Le Pacte de stabilité, avec ses fameuses limites de 3% de déficit et 60% de dette publique par rapport aux richesses produites, est renforcé. En septembre Parlement et Conseil étaient arrivés à un accord donnant la possibilité aux Etats de bloquer les sanctions en cas de dépassement de ces seuils. Trois mois plus tard, les chefs d'Etat européens sont revenus sur cet accord pour donner à la Commission un plus grand pouvoir de sanctions auquel les Etats pourront difficilement s'opposer.

La Commission doit bientôt se prononcer sur cinq Etats en difficulté qu'elle pourrait sanctionner par des amendes allant jusqu'à 0,5% de leur richesse, dont la Belgique, Malte, Chypre, la Pologne et la Hongrie.

➨ Le semestre européen, qui permet d'ausculter les budgets au niveau européen avant qu'ils ne soient votés, sera prolongé et la Commission pourra intervenir dans le processus menant à l'adoption du budget par les Parlements nationaux. Les Etats en difficulté seront obligés de négocier un « programme de partenariat économique » avec la Commission et le Conseil qui fixera les orientations de leur politique économique et dont l'application sera « surveillée ».

➨ Il n’est toujours pas demandé à la Banque centrale européenne d'intervenir significativement pour racheter les dettes des Etats et l'Allemagne refuse l’augmentation des capacités financières du fonds de stabilité (500 milliards d'euros).

Preuve de l'échec du précédent sommet d'octobre, les chefs de gouvernement reviennent sur l’un de ses points principaux consistant à faire participer les investisseurs privés à la restructuration de la dette grecque, ce qui impliquait des pertes pour les investisseurs, chose à laquelle se refuse le Fonds monétaire international. Ce nouveau sommet revient sur les standards du FMI en protégeant à tout prix les investisseurs, aux dépens des Etats qui supportent la dette.

Le débat :

MM. Barroso et Van Rompuy se sont tous deux félicités des résultats de ce sommet. A ceux qui pensent que la Banque centrale n'en fait passez, H. Van Rompuy a rappelé que celle-ci n'est pas un instrument de solidarité, mais de stabilité, mettant la responsabilité de la crise sur le « fait que les Etats membres ont attendu trop de longtemps pour agir ».

Pour sa part J.M. Barroso, fidèle à son habitude, a énuméré les actions en cours et les propositions législatives à venir, plaçant de temps en temps le mot « solidarité » et présentant la proposition d'Eurobonds comme la panacée. Il a appelé à « aller plus loin » dans l'architecture qui se met en place, regrettant le véto anglais qui oblige un pacte intergouvernemental plutôt qu'un traité qui aurait accru le pouvoir de la Commission.

Finalement seuls les députés issus de la droite européenne se sont montrés satisfaits. Socialistes et Verts ont dénoncé cette marche à l'austérité sans un mot sur la croissance et les emplois, et même le chef des libéraux, Guy Verhofstadt s'est montré très critique : « Il faut avoir l'honnêteté d'admettre que nous ne maîtrisons rien et que la fin de la crise n'est pas à l'horizon », précisant « la discipline sans la solidarité ce n'est pas vraiment l'Union ».

Lothar Bisky le Président de notre groupe de la Gauche Unitaire Européenne / Gauche Verte Nordique a montré le même pessimisme : « Il ne fait aucun doute que le Conseil européen n'a pas réussi à apporter des solutions pour résoudre la crise financière mondiale [...] La taxe sur les transactions financières doit désormais être implémentée au plus vite. Les nouveaux produits financiers les plus dangereux doivent tout simplement être interdits. [...] La politique des 15 dernières années nous a menés à la crise et doit par conséquent être stoppée et inversée. Le meilleur exemple de ce manque de confiance et de ce déni démocratie est la mise en place de gouvernements de technocrates. Il est ironique de constater que les banquiers responsables de la crise sont aujourd'hui aux commandes - choisir des voleurs pour attraper les voleurs. La seule question restante est de savoir combien de temps la patience et l'endurance des citoyens va subsister.

L'élimination du Parlement européen de la mise en place d'une union fiscale et le fait que les représentants élus des peuples vont à peine pouvoir observer le processus de rédaction de l'accord est une disgrâce. C'est une autre pierre à l'édifice de la frustration et un désenchantement grandissant dans les politiques ».

Aide au plus démunis, le Conseil fait un chantage honteux au Parlement

Lundi 12 décembre nous avons débattu en Commission agriculture de la proposition de compromis des chefs de gouvernement européens pour le futur de l'aide alimentaire européenne.

Le Programme d’aide aux plus démunis créé en 1987 bénéficie à plus de 18 millions de personnes dans 21 Etats membres via 240 banques alimentaires européennes qui dépendent de cette aide. A la suite d'une plainte déposée par l'Allemagne - soutenue par le Royaume-Uni, la Suède, le Danemark, les Pays-Bas et la République Tchèque - la Cour de justice européenne a décidé en avril que la base juridique de cette aide était illégale. Il aurait donc fallu adosser cette aide non plus à la politique agricole commune mais à la politique de cohésion. Cependant la Commission proposait au passage de ramener son budget de 500 à 113 millions d’euros. Avec la forte mobilisation des organisations caritatives en France et en Europe, le débat a été porté sur la place publique, mettant les chefs d'Etat dans l'embarras.

Le compromis (élaboré entre A. Merkel et N. Sarkozy) proposé à la Commission agriculture n'est en fait rien de plus qu'un chantage aux subventions : l'aide alimentaire est maintenue pour 2012 et 2013 mais supprimée ensuite. Sachant que les organisations caritatives ont besoin que le Parlement européen débloque le plus rapidement possible les fonds, le Conseil a joué sur l'urgence. En faisant planer la menace que tout amendement au « compromis » ferait tomber la proposition, il a forcé la main au Parlement européen qui s'est prononcé pour le maintien de l'aide.

Tous les députés présents à cette réunion comme aux réunions de négociations se sont insurgés contre ce chantage, regrettant l'attitude détestable des gouvernements qui bloquent le maintien de l'aide. C'est donc à contrecœur que nous avons adopté le compromis proposé pour assurer aux banques alimentaires les financements dont elles ont besoin. Les fonds seront assurés jusqu'à 2014, mais il nous faudra continuer à agir avec les organisations caritatives pour un programme d'aide alimentaire européen ambitieux après 2014, et en aucun cas laisser ce compromis franco-allemand mettre fin à ce programme qui représente tant pour les européens les plus démunis.

Permis unique, une directive Bolkestein pour les travailleurs non-européens

Mardi 13 décembre la Parlement a adopté le rapport sur le Permis unique dont j'ai suivi les travaux pour notre groupe.

Ce permis unique crée un ensemble de droits communs pour les travailleurs venant de pays hors Union européenne en matière de salaires, de conditions de travail, de droit du travail, de reconnaissance des qualifications et d’accès aux services publics. Il permet également de réduire les formalités avec une procédure unique pour la demande de permis de travail et de résidence, le guichet délivre une réponse dans les quatre mois.

C'est là un progrès malheureusement miné par de nombreuses exceptions : certains droits comme l'accès à la protection sociale et au logement social peuvent être limités par les Etats et surtout le texte ne s'applique pas à tous les travailleurs de l'étranger. Il se limite en effet à ceux qui restent au delà de six mois. De nouveaux textes sont en préparation pour ceux qui restent moins longtemps : travailleurs saisonniers ou détachés par une entreprise. Ces nouveaux textes sont autant de possibilités de créer des catégories différentes de travailleurs avec des droits non homogènes avec lesquelles certaines entreprises n’hésiteront pas à jouer.

On verrait alors se mettre en place une mise en concurrence à l'image de celle de la directive Bolkestein, entre travailleurs locaux, ceux bénéficiant du permis unique et les saisonniers et détachés. Une proposition contraire à l'égalité totale de traitement que nous demandons pour tous les travailleurs quelle que soit leur origine. Les arguments que nous défendions avaient prévalu il y a un an lorsque le texte a été rejeté une première fois. Mais à peine ce rejet enregistré le texte revenait en discussion en commission pour finalement arriver au même résultat.

Pour Cornelia Ersnt (GUE/NGL), « La procédure de demande unique pour les permis de résidence et de travail lie de façon inacceptable le permis de résidence à l'emploi et ne permettra pas aux résidents de pays tiers de jouir des mêmes droits que les citoyens européens.

Le travail sur cette nouvelle disposition s'annonçait prometteur au début mais se termine lamentablement. Ce n'est en aucun cas le passage vers une simplification des procédures pour des citoyens de pays tiers désirant travailler dans une Europe ouverte.

La marge est inacceptable - la réglementation sera valide seulement pour l'État membre d'émission et non pour l'Union européenne dans son ensemble. De plus, la réglementation ne s'applique pas aux membres de la famille de citoyens européens s’ils ont la nationalité d'un pays tiers, ni aux travailleurs saisonniers, ni aux travailleurs détachés, ni aux personnes qui sont sous la protection internationale ou temporaire. Par conséquent, différentes castes de citoyens de pays tiers avec des droits différents vont émerger ».

Déclaration des droits européens, un progrès pour le droit des suspects en Europe

Le Parlement a adopté mardi 13 décembre par 663 voix pour, 24 contre et 17 abstentions une directive créant un ensemble de droits pour les suspects lors de leur arrestation.

La proposition originale visait à créer un texte simple et compréhensible informant toute personne arrêtée de ses droits à bénéficier d'une traduction, à connaître les charges retenues ainsi que d'avoir un avocat. Elle a été complétée par les députés qui y ont ajouté le droit de garder le silence, de contacter sa famille, et de bénéficier des soins médicaux urgents. Notre groupe a soutenu ce texte.

Accords de pêche Union européenne-Maroc, le plaidoyer de la Commission n'aura pas suffi

Jeudi 15 décembre les députés européens ont rejeté la demande de la Commission de prolonger un accord de pêche avec le Maroc.

Cet accord permettait aux navires européens de venir pêcher dans les eaux marocaines mais également le long des côtes du Sahara occidental occupé par le Maroc et dont la souveraineté n'a jamais été reconnue par l'ONU. Cet accord ne respectait donc pas le droit international et méprisait le droit des Sahraouis à pouvoir bénéficier et à être consultés sur l'utilisation de leurs ressources.

La Commissaire à la pêche Maria Damanaki a bien essayé de rassurer les députés, mais ses explications selon lesquelles l'accord serait revu pour « respecter pleinement le droit international » et pour que les « populations concernées tirent des avantages économique de cet accord » n'ont pas suffi à convaincre. Les députés ont donc refusé d'accorder un chèque en blanc à la Commission sans garanties sur ces points. Par 296 voix pour, 326 contre et 58 abstentions ils n'ont pas soutenu la prolongation de l'accord, mais ont demandé à la Commission dans une autre résolution d'en négocier un nouveau évitant la surexploitation de la ressource et bénéficiant également aux populations locales, en particulier au peuple sahraoui.

Pour Joao Ferreira (GUE/NGL) cet accord « révèle les propres inconsistances et contradictions de la commission », ajoutant : "Cet accord est illégal au regard de la loi internationale. Il implique l'exploitation de ressources naturelles dans le Sahara de l'Ouest sur lequel le Maroc n'a pas la souveraineté.

En incluant les eaux du Sahara de l'Ouest, cet accord viole les lois internationales et toutes les résolutions de l'Assemblée générale des Nations Unies à ce sujet, tout particulièrement la résolution de 2009 sur les intérêts des peuples des territoires non-autonomes. Les accords de pêche avec des pays tiers doivent résulter de l'expression libre de la volonté souveraine des pays et des peuples concernés et ne doit pas servir de couverture au pillage des ressources naturelles comme c'est le cas ici ».

Fonds d'ajustement à la mondialisation

Jeudi 15 décembre, le Parlement a débattu de la décision des gouvernements européens de rendre les aides du fonds d'ajustement à la mondialisation plus difficiles à obtenir.

Ce fonds bénéficie d’une enveloppe d’un demi-milliard d’euro par an. Chaque session parlementaire nous votons des crédits de ce fonds pour des travailleurs qui ont perdu leur emploi du fait de délocalisation ou de suppressions massives dans des secteurs touchés par la crise. Ces aides permettent de financer des indemnités supplémentaires ou des formations.

Avec le début de la crise, le taux de co-financement européen (le reste étant à la charge de l'Etat ou des autorités locales) avait été porté de 50 à 65 % et de mesures avaient été prises pour rendre ce fonds plus accessible et plus rapidement. Il avait été proposé de prolonger ce régime exceptionnel jusqu’au 31 décembre 2013, mais ce projet a été rejeté par sept Etat membres sur vingt-sept. En conséquence les Etats ou régions devront financer les 50% restant au lieu de 35% ; ce qui est énorme en période d’austérité budgétaire et pénalise encore davantage les Etats déjà en difficulté.

Ilda Figueiredo (GUE-NGL) a exprimé son indignation face au refus du Conseil de prolonger la dérogation, estimant qu’il est nécessaire de relancer ce fonds pour aider les pays qui font face aux plus grandes difficultés financières et sociales : « Le cofinancement de 35% requis par les États membres pour soumettre des projets a déjà rendu la situation plus difficile pour ces pays. Si nous décidons désormais que le financement ne sera accordé qu'aux cas extrêmes et limités de relocalisation de multinationales, alors la plupart des cas à venir seront exclus. Cela démontre simplement un manque de solidarité de l'Union européenne ».

Le même jour, le Parlement européen décidait un financement exceptionnel pour l'entreprise Renault

La demande de Renault portait sur le financement européen d'une partie des indemnités de départ et de formation que l'entreprise a versé en 2009 à 3 582 des ses anciens salariés licenciés sur plusieurs sites industriels (Guyancourt Aubevoie, Sandouville, Douai, Maubeuge et Rouen). Dans le cadre du « Plan Renault Volontariat », l'entreprise proposait également à ses employés des départs anticipés à la retraite, en faisant abstraction de la réforme qui allait venir. Avec cette réforme, plus d'une centaine de salariés du site de Sandouville ont perdu leur retraite à taux plein.

Les élus progressistes du Parlement européen avaient décidé qu'une partie des fonds accordés (7 millions d'euros sur 24) serait suspendue tant que la situation de ces travailleurs ne serait pas clarifiée par Renault. Faisant abstraction de la décision des députés, le service juridique du Parlement a refusé l'amendement validé en Commission Emploi et cherché à imposer le plein versement de l'aide, sans conditions.

Refusant de se faire forcer la main, les élus des groupes progressistes ont voté contre le versement de cette aide. Les salariés licenciés n’étaient pas pénalisés par ce blocage, ayant déjà perçu leurs indemnités, tandis que l’entreprise Renault était contrainte d’avancer sur le dossier de leurs droits de retraite. Suite aux pressions, le texte a finalement été adopté par 448 voix pour, 87 contre et 90 abstentions, les députés de notre groupe et les Verts faisant ainsi savoir leur mécontentement.

Voici l'intervention de Marie-Christine Vergiat (GUE/NGL) :

« Renault est un cas d'école, l'exemple de ce qu'il ne faut pas faire. […] Renault est une entreprise saine économiquement. Elle dégage chaque année plusieurs milliards de bénéfices, trois milliards pour la seule année 2009. […]. Chaque année, depuis plusieurs années, ce sont des milliers de salariés qui sont licenciés pour le seul bénéfice des actionnaires […]

J'espère vivement que les discussions actuelles sur le Fonds permettront d'en revoir profondément le fonctionnement pour éviter d'accompagner les pires pratiques des grandes entreprises vis-à-vis de leurs travailleurs, traités en l'espèce comme de simples variables d'ajustement. Nous savons qu'en France, les plans d'accompagnement social laissent pour le moins à désirer et que l'objectif d'insertion sociale n'est pas au rendez-vous, tout particulièrement en ce qui concerne Renault ».

Prix Sakharov : cinq figures du printemps arabes récompensées

Mercredi 14 décembre, le Parlement européen a officiellement décerné le prix Sakharov pour la liberté d'expression à cinq figures du printemps arabe : Asmaa Mahfouz, l’une des fondatrices du Mouvement des jeunes du 6 avril de la place Tahrir ; Ahmed al-Sanusi Ahmed al-Zubair, le plus vieil opposant libyen qui a passé 31 années dans les geôles de Kadhafi ; Razan Zaitouneh, avocate syrienne pour les droits humains qui vit aujourd'hui dans la clandestinité ; Ali Farzat, le caricaturiste syrien qui a eu les deux mains brisées en guise d’ »avertissement » ; et enfin Mohamed Bouazizi, le jeune vendeur ambulant tunisien qui s'est immolé par feu le 17 décembre 2009 en signe de protestation au régime de Ben Ali.

Le courage des ces personnes et de tous ceux qu'ils représentent est salué par ce prix qui récompense le formidable élan démocratique qui traverse le monde arabe et continue d'inspirer bien au delà.

Pour Asmaa Mahfouz, ce prix Sakharov récompense la révolution égyptienne et la révolution arabe dans son ensemble et « marque une nouvelle ère dans les relations entre l'Union européenne et le monde arabe, et une meilleure compréhension mutuelle, car nous avons vécu longtemps sur les stéréotypes sur les arabes et les musulmans ». « Cette récompense rend un vibrant hommage aux héros de la révolution, c'est un prix pour tous les jeunes Égyptiens dont certains ont sacrifié leur vie ou leur liberté pour la liberté pour tous », a-t-elle ajouté avant de préciser qu'un long combat attend les Égyptiens pour changer le régime, en référence au Conseil militaire et à l'armée dont les violences ont fait 10 morts et plus de 500 blessés ce weekend.

Dans son discours, Ahmed al-Sanusi a tenu à rendre hommage aux femmes. « La femme a apporté plusieurs sacrifices, sa vie, ses proches, ses enfants pour atteindre nos objectifs : se débarrasser d'un régime totalitaire », a-t-il expliqué. Il a aussi rappelé que « pendant 42 ans, nous avons vécu dans l'exclusion dans l'humiliation de la dignité humaine et ce sont ces longues années qui nous ont mené à la révolution », soulignant que la seule arme des jeunes révolutionnaires était leur volonté. M. al-Sanusi a précisé qu'il reste « un long chemin à parcourir pour réaliser nos objectifs mais nous allons les réaliser, grâce à notre patience, à la suite de la mise en place d'un Parlement élu et d'une constitution votée par le peuple ».

Dans un message vidéo enregistré, Ali Farzat a précisé qu'il « souffre de tout ce qui se passe actuellement en Syrie. Au fur et à mesure que les heures passent, des victimes tombent ». Pensant aux manifestants, M. Farzat a souligné qu'« ils nous lancent un appel, nous disent que la liberté est grande, importante, précieuse, que c'est un don de dieu ».

Le Parlement européen condamne la répression en Syrie

Le jeudi 15 décembre le Parlement européen a adopté une résolution condamnant « avec la plus grande fermeté » la « répression brutale » du régime syrien. Celle-ci aurait fait plus de 5 000 morts depuis début mars.

La résolution demande la fin immédiate de la répression, la libération de tous les manifestants arrêtés, et des enquêtes « promptes, indépendantes et transparentes sur la violation systématique et flagrante des droits humains et des libertés ».

Les députés européens ont appelé à une transition pacifique vers la démocratie basée sur « un processus inclusif de dialogue politique national avec la participation de toutes les forces démocratiques et de la société civile ». La résolution demande à l'Union européenne de continuer à faire pression sur le régime par le biais de sanctions ciblées et se félicite du soutien de la Ligue arabe ainsi que des résolutions des Nations unies.

Une résolution critique sur les politiques antiterroristes adoptée

Mercredi 14 décembre les députés européens progressistes et libéraux ont adopté une résolution demandant à la Commission une évaluation des politiques antiterroristes menées en Europe, provocant l’ire de la droite européenne.

Partant du constat que pratiquement rien n'a été fait pour évaluer à quel point les objectifs des politiques antiterroristes de l'UE ont été atteints, le Parlement demande une évaluation complète et détaillée des incidences des politiques antiterroristes sur les libertés civiles et les droits fondamentaux. La Commission devra établir un rapport complet sur toutes les ressources consacrées par l'Union européenne, les États membres de l'UE et les entreprises privées, directement ou indirectement, aux mesures poursuivant des objectifs de lutte contre le terrorisme.

La résolution demande également de nouvelles propositions pour renforcer la protection des libertés civiles et la transparence dans les politiques antiterroristes. Celles-ci peuvent en effet parfois être détournées de leur objectif et favoriser une trop grande liberté de l'exécutif dans les politiques d'écoutes par exemple.

.

 

 

 

 

Patrick Le Hyaric 21 décembre 09:36
COMPTE-RENDU DE SESSION DU PARLEMENT EUROPÉEN (12-15 décembre 2011)
patricklehyaric.net
Le Parlement s'est réuni du 12 au 15 décembre à Strasbourg. Voici les principaux éléments discutés e...
Partager cet article
Repost0
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 19:37

 

 

angleterre-reine.jpg

 

 

La City ravage le monde

Par eva R-sistons

 

 

Un Lecteur m'a envoyé les textes concernant les projets anglo-saxons pour le monde, textes plus connus sous le nom de "La Mission Anglo-Saxonne". Je les redécouvre avec plaisir, après les avoir déjà publiés. Ils sont d'une actualité brûlante ! Et ils nous permettent de saisir exactement les intentions de ceux qui, en coulisses, ont pris le pouvoir, et l'exercent à travers leurs hommes de paille, les politiciens corrompus que nous ne connaissons que trop.

 

Vous trouverez tout ici, résumé à votre intention.  Nous connaissons désormais ces plans anciens et actualisés, grâce à des fuites de témoins ou de participants choqués par les projets des apprentis-sorciers anglo-saxons :

 

Fuites concernant les projets du NOM anglo-saxon: Calendrier des événements

Plans du NOM anglo-saxon, fuites d'un Témoin (2) - Exposé de Bill Ryan

Cliquez ici pour lire la transcription de l'interview audio originale

 

 

Je ne sais pas pourquoi Larouche est si décrié, alors même qu'il a pointé du doigt le coeur des problèmes mondiaux, à la City (On le traite de "fasciste", comme d'ailleurs tous les opposants au Nouvel Ordre Mondial en gestation, ce qui est un comble puisque c'est le NOM qui est d'essence dictatoriale). Avant lui, peu se sont aventurés sur cette voie-là. Moi-même, avant de le lire, j'avais commencé à pressentir le rôle de la City dans les affaires du monde, et lorsque j'ai sorti un article sur le sujet, mon blog du Nouvelobs a été aussitôt rendu inaccessible (§), avec un mot d'accompagnement disant en gros : "Que vous pointiez du doigt Israël pour sa politique, passe encore, mais là, "c'est trop" : Maintenant, vous vous en prenez à la GB, à la City !" On voit ce qu'est la Presse dite de "Gauche" : Une simple étiquette masquant la Pensée unique aux ordres de l'Empire qui dévaste la planète sur le plan financier et économique.

 

Je suis une journaliste d'investigation, sans le moindre parti-pris, j'aime comprendre le sens des événements, même et surtout s'il est soigneusement dissimulé aux populations. Je me suis donc mise en quête de la vérité... Et il m'est apparu clairement qu'elle se trouve au coeur de l'Empire financier britannique, qui d'ailleurs décide même du déclenchement des guerres mondiales ! Je suis d'ailleurs en train de découvrir, par différentes sources, que ce pays pousse Israël à attaquer l'Iran, afin d'exécuter l'agenda mondialiste de chaos général, au risque de voir en effet ce pays rayé de la carte, en représailles ! Car en effet, la GB a programmé la mise à mort de cet Etat - symbolisant une puissance désormais rivale, lui faisant ombrage - et plus généralement, de tous ceux qui ne se coulent pas exactement dans le moule de ses intérêts.  DSK a fait les frais de la rivalité, au sein du FMI, de la mouvance israélienne et de la mouvance anglo-saxonne (représentée par Christine Lagarde). Le candidat israélien a été prié de retirer sa candidature, après que DSK eût été écarté - car plus sioniste et européiste qu'anglo-saxon. On ne badine pas avec la puissance financière de la City, qui a longtemps dominé le monde, et qui malgré les aléas actuels, entend rester maître du jeu global. Toutes ces choses sont joliment cachées au "bon peuple".

 

Concernant l'actualité, si marquée du sceau anglo-saxon, je retiens plusieurs choses :

 

La City va mal. A force de jouer les apprentis-sorciers en jonglant avec la spéculation, à force de manipuler la sphère financière, elle est au bord de l'asphyxie comme son clone américain est au bord de l'effondrement. Bref, la bête agonise, ce qui la rend d'autant plus furieuse, dangereuse, car elle ne veut en aucun cas renoncer à des privilèges anciens, hégémoniques.

 

Alors, elle fait feu de tous bois : En imposant ses hommes à la tête des Nations, en ruinant les économies, les peuples et les Etats, en pillant des régions entières, en déstabilisant tous les pays et en les privant de leur souveraineté, en déclarant partout des guerres pour le contrôle et pour le profit - et même en préparant la guerre mondiale qui empêchera les Etats émergents de menacer sa domination. Car les pays du BRIC (Chine, Russie, Inde, Brésil, Afrique du Sud) prennent leur envol, alors que la puissance anglaise est à son déclin...

 

Comment comprendre la folie furieuse qui se déchaîne sur le monde ? Il n'y a jamais eu autant de prédations, de ruines, de chaos, de guerres, que maintenant. Le fil conducteur des événements, le fil d'Ariane ? La GB, la City, la Couronne d'Angleterre, voilà la clef. Elle ouvre toutes les portes... Kadhafi y a laissé sa vie, Bachar-El-Assad, lui aussi non aligné, risque de perdre la sienne, et surtout, surtout, plus encore que la Russie (apprivoisable sans Poutine), la Chine est ciblée. Elle ne devra pas surgir sur les décombres de l'Empire anglo-saxon ! La mise à mort est pour bientôt, nucléaire et bactériologique. Les vampires de la City veulent sa peau ! Tout est dans les Projets de la Mission Anglo-Saxonne, connus grâce à des fuites. Les dirigeants chinois doivent prendre connaissance du document !

 

Concernant l'Actualité, donc, je souhaite dire plusieurs choses. D'abord, elle s'accélère à un rythme terrible;  Les dirigeants non-alignés tombent malades, de Chavez à Lula, en passant évidemment par Castro, ou ils disparaissent prématurément, assassinés comme Kadhafi, victimes d'accidents suspects comme l'ex Président de Pologne, ou fauchés en pleine force de l'âge, comme Kirchner. Bachar-el-Assad est en sursis, Poutine aussi, pour combien de temps ?

 

Mais tout va bien, puisque les Américains quittent l'Irak après avoir ruiné un pays laïc et prospère (avant l'embargo US), après l'avoir plongé dans une effroyable guerre intestine entre groupes religieux, après avoir tué ou blessé une partie de ses habitants, après avoir dressé des murs entre communautés, tout va bien, ils retirent leurs troupes. En apparence, car le pire reste: Les agents spéciaux et les mercenaires sans foi ni lois à qui on a sous-traité le boulot pour qu'ils jouissent d'une impunité totale liée à leur statut non militaire. Et bien sûr les profiteurs du pétrole !

 

Au fait, où les soldats seront-ils redéployés ? Contre leurs compatriotes ? Contre les Syriens, les Iraniens, les Russes et les Chinois ? Ce qui est sûr, c'est que les troupes ne resteront pas longtemps à la maison. Surtout à l'heure de l'effondrement financier qu'il faut compenser en prenant le contrôle des pays et de leurs ressources. Surtout à l'heure où l'on déclare la guerre à tous les insoumis. Surtout lorsque l'on mène environ 70 guerres aux quatre coins de la planète, comme en Somalie, en Afghanistan - et en prenant pied au Pakistan pour défier les Chinois qui participent au développement économique en échange de l'exploitation des ressources. 

 

Mais tout va bien, puisque les technocrates du Cartel bancaire ont pris le pouvoir dans certains Etats européens avant de coloniser les autres, Une ombre au tableau : L'Allemagne résiste. Elle veut tirer la couverture à elle. Pan-germanisme (homologué par le caniche français) contre Mission anglo-saxonne de domination... Ca nous promet de joyeuses escarmouches ! Cameron, lui, a claqué la porte européenne. Pour mieux ouvrir celle de la déstabilisation planétaire juteuse des Etats, tradition coloniale oblige ! Joli joli monde aux couleurs anglo-saxonnes...

 

Et l'Oncle Sam, que devient-il sous le règne du sémillant Obama ? Dans le cadre de mes recherches anglo-saxonnes, j'ai déniché cette perle sur Wikipedia au sujet du sieur en question : "Sur Obama, David Icke considère que Bush a été mis en place pour générer un problème et Obama pour incarner une pseudo-solution au problème qui permettra d'amener la politique que certains cercles voulaient vraiment développer, sans qu'il y ait un risque de refus de la part de la population". Que ces choses-là sont joliment dites ! Mais dans les faits, c'est autre chose... Le Prix Nobel de la Paix attaque tous les non-alignés en même temps, avec son compère anglo-saxon et le toutou français. Sarkozy n'est pas Jacques Chirac ! Et Obama le Nobel fait beaucoup mieux que Bush qui lui, s'est contenté de ronger l'os irakien... Ainsi, tout n'est qu'imposture !

 

Impostures planétaires

 

Les Révolutions de couleurs se muent en guerres pour la paix, ou pour la démocratie, et la lutte des classes se transforme en choc de civilisations orchestré, en coulisses, par les Diviseurs du NOM qui ont trouvé pour les foules en colère un bouc-émissaire de choix: Musulman, Arabe... leurs terres sont d'ailleurs si riches !

 

La démocratie est imposée par la force aux peuples qui n'en veulent pas ou qui s'en méfient de plus en plus. Et en Europe, comme en Amérique, elle se mue en dictature du Cartel bancaire. Quant à la République qui voit alterner deux partis aux noms différents mais aux politiques identiques, elle sombre dans un magma qui ne présage rien de bon, d'autant qu'il se teinte de plus en plus de communautarisme. La paix est un hameçon destiné à berner ceux qui croient encore aux belles paroles, les syndicats qui empêchent l'unité ou la grève générale sont les alliés objectifs du MEDEF, et la Presse de Gôche attire les gogos pour mieux les flouer. L'extrême-droite prospère sur les décombres de la démocratie, en promettant tout ce qu'elle ne tiendra pas si elle arrive au pouvoir. Elle n'oublie pas, d'ailleurs, d'accomplir le voyage initiatique en Israël qui lui ouvrira les faveurs des sionistes, comme ses homologues de l'UMP et du PS. Ainsi, en dépit des belles proclamations, tout ce beau monde se ressemble étonnamment. Le Pouvoir vaut bien tous les renoncements ! Au socialisme, au changement, à la laïcité, aux Droits de l'Homme, etc. Et pour coutronner le tout, les journaleux de tous bords chantent les louanges de la mondialisation heureuse, des guerres humanitaires,  des dirigeants providentiels, des faux philosophes clinquants, et bien sûr de "Super Sarko", l'homme du CRIF qui exécute fidèlement les basses besognes demandées. Et ces Médias-là, complices des pires crimes et de toutes les impostures, recueillent les trophées des Lanternes rouges de la Presse ou des Laisses d'Or du plus servile présentateur de Journal télévisé !

 

Quant à l'Europe moribonde, pour sauver l'euro elle livre tous les Etats à ses créanciers sans scrupules ! Alors, il est pas joli, l'embryon de Nouvel ORDRE Mondial ? D'ailleurs, pourquoi s'embarrasser de Parlements, d'Elus, alors que les laquais du Cartel bancaire peuvent orchestrer la misère des peuples eux-mêmes ? Ainsi, le Traité de Lisbonne imposé par un coup d'Etat contre les peuples conduit directement à la capitulation générale (Comme en Italie et en Grèce, un gouvernement d'experts en France ?). Vous avez dit "démocratie", République ? Ou démoNcratie, Ripoublique ?

 

Et pendant ce temps, le racket planétaire orchestré par les banksters de la City continue, dépouillant les peuples, les économies, les Etats, privant les citoyens d'emplois, de dignité, de services publics, de protections sociales, de Droit du Travail, et même de leurs terres et de leurs patrimoines... Et plus les Etats s'endettent au profit des vampires de la Finance, plus ils sont pressurés,  étranglés, privés de leur liberté ! La spirale de l'endettement fait autant de ravages que les guerres. Et au final, quand la City n'aura plus rien à piller, il restera l'ultime ressource : la guerre, cette fois planétaire, nucléaire et bactériologique, signée par Sa majesté la Reine d'Angleterre en personne.

 

Alors même que nos "zamis" anglais semblent se retirer sur leur belle île, derrière leur légendaire fog,  ils restent les maîtres du jeu. Pour notre malheur ! Surtout qu'ils lancent des attaques partout en même temps...

 

Jusqu'à quand ?

 

Eva R-sistons

 

http://r-sistons.over-blog.com

 

§ Une première fois, puis rétabli, puis supprimé à nouveau lorsque j'ai parlé de la démondialisation chère à Arnaud Montebourg

 

TAGS : City, Finance, Obama, Bush, Cameron, Sarkozy, Médias, guerres, dictature, démocratie, République, Droits de l'Homme, Kadhafi, Bachar-el-Assad, Syrie, Iran, Chine, Russie, Somalie, Etats-Unis, Nouvel Ordre Mondial, Israël, choc civilisations, Prix Nobel de la Paix, NouvelObs, Obama, Cameron, Allemagne, Irak, Poutine, Couronne d'Angleterre, BRIC, FMI, Lagarde, DSK, Larouche, République, Cartel bancaire, Traité de Lisbonne

 

.

 

 

j
..
j
.

Bastamag.net - Les ressources de la planète peuvent nourrir 12 milliards d’humains, mais la spéculation et la mainmise des multinationales sur les matières premières créent une pénurie.

 

 

..

.
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche