Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 07:25

« Le grand vol des banques », témoignage d’un « insider » sur l’Apocalypse financière qui vient – La mort de l’euro
 
Témoignage choc d’Attila Szalay-Berzeviczy actuel dirigeant de la banque UniCredit qui fait passer celui, controversé, du trader de la BBC pour une « comptine pour enfants ». Au programme, ce qu’il va se passer en cas de défaut de paiement grec…
 


 Note : Nous n’avons pas pu traduire cet article dans sa totalité, puisque il nous est parvenu une traduction google en anglais d’un texte hongrois… Dans l’impossibilité de traduire, nous avons adapté les morceaux choisis les plus importants. Si des lecteurs de langue hongroise peuvent nous apporter une traduction fidèle du texte original, qu’ils n’hésitent pas.
Merci à Pascal Roussel, Denissto et Eddie pour l’info.
L’introduction ci dessous ne fait pas partie du texte original, mais dans le mail reçu, originalement écrit dans un bon anglais et résumant bien la situation, nous avons donc pu le traduire. Pour ceux qui voudraient approfondir le texte original, nous n’avons d’autres choix que de les renvoyer à une traduction google.

« L’Euro est pratiquement mort »

Soit les «yes men » ont infiltré la plus grande banque italienne, et la plus sous-capitalisée, ou le stress des constants et répétés mensonges et de la prévarication a finalement appris à ceux qui savent que leurs moyens de subsistance ne tiennent qu’à un fil, et que le second grand ponzi est en train de détruire leurs boulots, leurs carrières, et leur mode de vie tout entier.
Comme le chef d’UniCredit global securities Attila Szalay-Berzeviczy et ancien président de la bourse hongroise qui a écrit un incroyable texte sur le portail hongrois index.hu, et qui franchement fait passer le discours provocateur d’Alessio sur la BBC pour une comptine pour enfants.
Seulement cette fois, personne ne peut objecter la « naïveté », l’inexpérience ou le désir d’attirer l’attention du public. Si quelqu’un connaît la vérité, c’est le gars au sommet d’Unicredit, duquel nous attendons de rapidement limiter le commerce en bas une fois que nous aurons imprimé. Parmi les assertions stupéfiantes (stupéfiantes dans le sens qu’un banquier actuel ose dire la vérité) voici les suivantes : « l’Euro est pratiquement mort » et l’Europe est face à un séisme financier à cause du défaut grec… « L’Euro est au-delà de tout sauvetage … » « La seule question qui reste est combien de jours l’action d’arrière garde et sans espoir des gouvernements européens et de la Banque Centrale Européenne pourra entretenir les esprits de la Grèce. » … « Un défaut de la Grèce va immédiatement déclencher un séisme de magnitude 10 à travers toute l’Europe. » … « Les détenteurs d’obligations du gouvernement grec devront amortir leur investissement entier, les nations d’Europe du Sud vont arrêter de payer les salaires et les pensions et les guichets automatiques seront vides « en quelques minutes ». En d’autres termes : bienvenue dans l’Apocalypse….
Mais attendez, il y a encore autre chose. D’après Bloomberg :
« L’impact d’un défaut grec pourrait « rapidement » se répandre à travers le continent, il pourrait inciter à une ruée sur les banques les « plus faibles » des pays « les plus faibles ».
« Une telle escalade de la panique peut balayer l’Europe d’une manière auto-réalisatrice conduisant à l’éclatement de la zone Euro », ajoute Szalay-Berzeviczy.
Szalay-Berzeviczy est juste arrivé en Hongrie après un voyage à l’étranger, et n’est pas joignable jusqu’à tard aujourd’hui, un officiel d’Unicredit, qui a demandé à ne pas être identifié car il est n’est pas autorisé à parler à la presse, raconte quand Bloomberg a appelé Szalay-Berzeviczy à son bureau de Budapest à la recherche d’autres commentaires.
Et maintenant, pour nos lecteurs européens (en premier) et tous les autres (ensuite), c’est vraiment le moment de paniquer.


Maintenant voici le texte, traduit par Google du Hongrois à l’anglais. Certaines nuances peuvent être perdues, mais le message est en gras :

La monnaie commune européenne est virtuellement morte. L’euro est dans une situation de condamné. La seule question qui reste est combien de jours l’action d’arrière garde et sans espoir des gouvernements européens et de la Banque Centrale Européenne pourra entretenir les esprits de la Grèce.
Pour le moment, quand Athènes sera déclarée en faillite, un séisme de magnitude 10 va secouer l’Europe, qui sera l’ouverture d’une nouvelle ère dans la vie du vieux continent.
En effet, la Grèce ce n’est pas seulement la banqueroute cela signifie que les détenteurs de titres du gouvernement grec n’ont pas récupéré l’argent investi, mais aussi à l’intérieur de l’Etat qui ne sera pas capable de rembourser ses dettes. Pour le moment seuls parmi les grecs les, docteurs, policiers, militaires, ministres et employés gouvernementaux locaux ne recevront pas leurs salaires, tout comme les séniors ne s’attendent pas à passer de bons moments. L’ATM est vidé en quelques minutes. Les banques locales sont coincées car détenant des titres du gouvernement déclenchant une crise de liquidités immédiate et la dévaluation du système bancaire grec dans un effondrement total. Ainsi l’épargne des déposants est totalement perdue (…) les gens ne seront pas en mesure de retirer de l’argent (…) Le peuple manquera de carburant et de nourriture. La Grèce est pratiquement à l’arrêt complet pour une décennie et il y aura une baisse spectaculaire du niveau de vie dans le pays entier.
Le problème est que, dans ce cas, la catastrophe ne peut pas s’arrêter à la frontière grecque, mais avec sa vitesse et son élan toucher l’ensemble de la zone euro, l’Europe et enfin secouer le monde. Un canal par lequel se répandrait l’infection, bien sûr, un tel scenario serait le retour du système bancaire. En effet, les banques internationales ont subit en Grèce de centaines de milliards d’euros de pertes vont être tôt ou tard obligés de verrouiller les échanges avec les autres banques, qui ont à voir avec un pays où –selon les attentes des investisseurs – l’arc de crise grec frappera à nouveau.
Et quand les banques ne se font plus confiance les unes aux autres, qu’elles arrêtent de se prêter les unes aux autres, les marchés financiers internationaux s’arrêtent. Cela signifie que toutes les institutions financières sont laissées seules avec leurs clients.
Les pays pauvres avec des banques faibles vont commencer à paniquer avec des retraits de fonds de détail. Mais depuis les dépots de détail et les entreprises de prêts sont attribués sous forme de marchés interbancaires, ces banques ne peuvent pour combler leurs déficits, peut être une crise de liquidités immédiate. Toutes les institutions financières pourraient être mises en faillite. (…)
La suite pour les courageux (ou les hongrois) ici :
http://index.hu/gazdasag/penzbeszel/2011/09/28/a_nagy_bankrablas/
 
 
http://infoguerilla.fr/?p=12116

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 00:51
L’Allemagne Serait En Train d’Imprimer des Marks
L’Euro est en train d’imploser. La monnaie unique est finie. Elle a existé pour une raison bien précise : dépouiller les Occidentaux. C’est fait. Elle doit disparaître maintenant.
Quand on a demandé à Bruce Lee comment gagner dans un combat de karaté, il a répondu : « le premier qui frappe gagne ». Pour la sortie de l’Euro, c’est pareil. Le premier pays qui dégage a l’avantage. Les autres subissent.
D’après une rumeur relayée par des économistes sérieux, l’Allemagne a commandée des Deutsche Marks à l’imprimeur De la Rue. Cette entreprise imprime des billets et des documents pour plus de 150 pays. Le gouvernement allemand serait en train de préparer une sortie à la brutale. 

 
La dernière personne à reprendre cette rumeur est l’économiste américaine Pippa Malmgren. Pour elle, les choses vont aller dans cet ordre :
-         La Grèce fait défaut et annonce qu’elle ne peut pas payer sa dette
-         L’Allemagne protége ses banques, mais les autres pays ne peuvent pas faire autant
-         L’Euro dégringole
-         Les Allemands annoncent qu’ils sortent de l’Euro et re-introduisent leur monnaie nationale qui est déjà imprimée et prête à la circulation
-         L’Euro tombe encore plus bas au détriment des pays qui le gardent encore
[source]
http://aldo-sterone.blogspot.com/2011/09/lallemagne-serait-en-train-dimprimer.html

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 23:54

http://www.lepanoptique.com/apps/edition/images_editions/45/pol.jpg

http://www.lepanoptique.com/apps/edition/images_editions/45/pol.jpg

 

 

La Nouvelle économie se met en place.

.

La nouvelle Nouvelle économie
Françoise Garteser

▪ Vous vous rappelez la "Nouvelle économie", cher lecteur ?

Au milieu des années 90-début des années 2000, quand Internet était en train de révolutionner le monde... que les dot.com naissaient par dizaines et filaient faire grimper les cours du Nasdaq à peine introduites en Bourse... qu'on célébrait "la fin de l'Histoire" et que le "Nouveau paradigme" promettait des lendemains qui chantent ?

Et vous vous souvenez de Goldilocks -- l'économie "Boucles d'Or", qui n'était ni trop rapide, ni trop lente ? Un nom d'histoire pour enfants... et c'est bien ce que vivaient les marchés : un conte de fées sans aucun rapport avec la réalité.


Parce qu'à l'époque, loin de vivre une Nouvelle ère enchantée, on était dans un bon vieux modèle économique tout ce qu'il y a de plus classique -- basé sur le crédit, l'endettement et la consommation à l'excès.

Non, je pense que la Nouvelle économie -- la vraie --, c'est en ce moment qu'elle est en train de se mettre en place. Un changement radical des modèles "classiques" que nous tenons pour acquis, à bien des niveaux : boursier, monétaire, économique... et même géopolitique, si l'on compte les périls auxquels la Zone euro doit faire face actuellement.

▪ Comme le disait Bill Bonner il y a quelques jours :

"Voyez-vous, notre économie tout entière... notre société... nos gouvernements... et une bonne partie de ce que nous pensons... Tout ça a été construit sur des vérités qui n'en sont plus.
En quelques mots, notre économie moderne -- et nos gouvernements -- dépendent de la croissance. Laquelle pourrait appartenir au passé désormais".


La voilà, la Nouvelle économie : un environnement où les marchés chutent quelles que soient les nouvelles -- bonnes, mauvaises ou "moins pires que prévu"... où la Zone euro dépend de la Chine pour ses rachats d'obligations... où Ben Bernanke exhorte les Etats-Unis à s'inspirer des pays émergents, notamment concernant "l'importance de la discipline en matière de politique budgétaire".

Il me semble aussi que l'Etat-Providence fait partie de l'Ancienne économie, de même que la hausse "garantie" des revenus, l'immobilier qui grimpe quoi qu'il arrive, et le sacro-saint principe "des actions pour le long terme".

Désormais, le terrain sur lequel se meuvent les investisseurs individuels est miné ; votre épargne et votre mode de vie pourraient connaître des bouleversements radicaux dans les mois, voire les semaines qui viennent.

Ce qui ne signifie pas pour autant que les gains et l'indépendance financière sont impossibles ; ils n'ont jamais été aussi essentiels. Simplement, ils seront plus difficiles... et plus que jamais, vous aurez besoin des bons conseils et des vraies informations au bon moment.

J'espère que nous pourrons vous aider dans ces deux domaines -- c'est en tout cas l'objectif que nous nous sommes fixé, à la Chronique Agora.

Meilleures salutations,

Françoise Garteiser
La Chronique Agora

 

http://www.publications-agora.fr
http://www.la-chronique-agora.com

 

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 03:38

Faut-il fermer les bourses ? De la nuisance économique et de l’irrationalité de la Bourse


Léon Camus
Jeudi 29 Septembre 2011


Faut-il fermer les bourses ? De la nuisance économique et de l’irrationalité de la Bourse

Quelle est, en principe, la vocation des bourses ? Susciter des investisseurs qui en échange de leurs deniers se voient remettre des parts d’une entreprise donnée, parts autrement nommées « actions » ! Or si le rôle des bourses se limitaient à cette noble fonction, développer les entreprises en tant que sources de financement extérieures gagées sur les profits supposés et à venir, tout serait bel et bon, sauf qu’en réalité la spéculation s’en mêle qui vicie un processus a priori sain sur le fond et louable dans le principe ! Ne prenons qu’un seul cas pour illustrer le détournement des bourses au profit quasi exclusif des requins de la finance, celui d’Air France-KLM… Le 23 août 2011 la valeur de son action étant tombée à 5,976 € [6,2 € en dernière date ce qui n’est guère mieux] cela signifiait que la valeur totale de l’entreprise avec ses infrastructures et les 256 appareils de sa flotte commerciale ne valait plus à cette date, en capitalisation boursière, que 1,79 mds d’€ soit l’équivalent de sept exemplaires de l’A380 d’Airbus [sur catalogue l’A380 s’affiche au plus à 337,5 millions de $].
En clair cela signifie que le premier des fonds souverains venu, Chinois, Qatari, Ouzbek ou autre (hier c’eut pu être M. Kadhafi et ses 70 md de $ de fonds disponibles) aurait la possibilité (pas si hypothétique que ça) de racheter pour une bouchée de pain le fleuron européen de l’industrie des transports aériens !? Au fou ! Un exemple qui illustre tout à la fois l’inutilité des bourses dévoyées qu’elles sont par la spéculation – qu’il s’agirait de brider et de taxer lourdement – et surtout de leur capacité sans limites de nuisance… à savoir leur dangerosité au regard de l’existence, voire de la survie des économies nationales ou pire de la bonne santé du corps social actuellement frappé de plein fouet par la désindustrialisation, l’un des fléaux du temps présent 1 .
Le 13 sept. RBS dégradait la cotation de « recommandation » sur Air France-KLM passant du label « conserver » à « vendre » en abaissant sa préconisation de cours de 9 € à 5,50 (cotation à 9 précédemment établie en dépit de la sous-performance du titre). RBS justifiait cette décision par une perte évaluée à 135 millions d’€ en 2011 en lieu et place d’un bénéfice escompté de 527 millions d’€… Un exemple exemplaire montrant comment ces agences de notation, qui font la pluie et le beau temps sur les marchés, sèment inconsciemment (ou volontairement ?) la panique et désinforment à qui mieux mieux ceux qui se croient ou se prennent pour des grands initiés du sérail : à la veille du 16 septembre 2008 Lehman Brothers était encore coté triple A, tout comme les Subprimes (crédits hypothécaires à risque), et même le divin Madoff… Or à l’évidence ces « agences » raisonnent de façon mécanique suivant une logique étroitement, stupidement comptable. Nous resterons d’ailleurs charitables en ne déclarant pas (notre incompétence nous l’interdit mais beaucoup le disent) que leurs méthodes ne valent pas tripette, qu’elles sont déloyales et partiales. Au vu des résultats désastreux de leurs évaluations (panique sur les marchés lors de la dégradation de l’une des premières économies européenne, celle de l’Italie) nous serons en effet assez tentés de le croire. Une chose est certaine, elles ont longtemps fait preuve, comme pour les PIGS (Portugal, Irlande, Grèce, Espagne), d’un aveuglement (délibéré ?), d’une irresponsabilité et d’une capacité de nuisance sans limites. Rappelons ici que Goldman Sachs conseillait à la fois Athènes sur la façon de maquiller ses comptes publics et jouait – la baisse – contre son client misant sur sa déconfiture. Bel exemple de duplicité et de jeu pourri.
Faut-il en ce sens aller jusqu’à imaginer - de façon évidemment paranoïaque - que des forces obscures sont à l’œuvre pour mettre l’Europe à genoux, faire accepter et même désirer aux élites et aux peuples des nations européennes le grand saut dans le fédéralisme, cela tout en se sucrant au passage ? Pourquoi pas ? L’hypothèse n’est pas absurde et elle a le mérite certain d’être en congruence avec les faits.
Reste une question académique, au vu du chaos boursier actuel, considérant les risques pesant sur nos sociétés et nos entreprise, en un mot considérant le risque sociétal que fait aujourd’hui courir le fonctionnement erratique des bourses, leurs contre-performances en matière de soutien des secteur productifs, leur rôle délétère dans la destruction instantanée de richesses 2 , faut-il alors se décider à les fermer ? Considérant enfin que 70% de l’activité boursière étant de nature purement spéculative, principalement à la baisse, à défaut de pouvoir encadrer les dits spéculateurs qui jouent quotidiennement la vie des autres plus ou moins à la roulette (russe), n’est-il pas urgent, et même prioritaire, que cela cesse ? Taxer durement la spéculation fait partie du remède, fermer les bourses ou ne les ouvrir que sporadiquement en est un autre ! Sinon, et bien demain nous récolterons ce que nous aurons laissé semer et ce sera la guerre en Europe comme n’hésitait pas à l’évoquer la semaine passée le ministre polonais des Finances à Strasbourg devant le Parlement européen 3 . Des propos qui résonnent lugubrement dans le climat de crépusculaire morosité régnant ces jours-ci. Cependant, a contrario de M. Jacek Rostowski, dont le pays, qui n’est pas membre de l’€urozone mais assume la présidence tournante de l’UE, ce ne sera pas la disparition de l’€uro qui sera la cause d’une éventuelle conflagration, mais essentiellement son maintien contre vents et marées… et contre toute raison !
Léon Camus

Notes

(1 ) La désindustrialisation est l’une des conséquence parmi d’autres des « restructurations » (délocalisation, plan sociaux, politique de hauts rendements ou de retour intensifs sur investissements), fléau qui accompagne la financiarisation de l’économie : l’industrie ne produit plus de biens mais du « revenu » !
(2 ) Début août, le Cac 40 ayant perdu 8% sur cinq séances boursières successives, ce sont quelque 70 mds d’euros de capitalisation boursière qui se sont évaporés soit l’équivalent de Total.
(3 ) Jacek Rostowski « L’Europe est en danger… Si la zone euro se fissure, l’Union européenne ne sera pas capable de survivre, avec toutes les conséquences que l’on peut imaginer »… Notamment une « guerre au cours des dix prochaines années. »14 sept. 2011.

geopolintel.fr

 

http://www.alterinfo.net/Faut-il-fermer-les-bourses-De-la-nuisance-economique-et-de-l-irrationalite-de-la-Bourse_a64303.html

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 02:06

 

Trader Noé – Analyse du 30 septembre 2011 et message personnel de LIESI

L’indice E-mini SP 500 montre des signes de faiblesse et comme nous l’avons annoncé hier les problèmes ne sont pas résolus.

L’indice E-mini SP 500 évolue toujours sous sa zone de résistance des 1200-1230 et se rapproche d’un point pivot à 1140 points.
Si l’indice accentue sa correction et commence à enfoncer les 1140 puis 1120 points, une accélération baissière pourrait avoir lieu. Dans ce cas, l’indice CAC 40 pourrait suivre le mouvement et se diriger vers 2950-2750-2350 et 1700 l’année prochaine.

Le Bund a touché son support à 135. S’il venait à évoluer en dessous de ce palier, il faudrait être prudent.
Si le contrat Future corrige à la baisse, les taux correspondants ont tendance à remonter. Les prêts bancaires pourraient être de plus en plus difficiles, comme lors de la crise 2007-2008.

Nous rappelons que la crise 2007-2008 était juste une introduction au problème réel !

EURUSD évolue toujours dans une tendance baissière. La rupture des 1.35 pourrait inciter la paire à se rapprocher du support des 1.335-1.315. Ensuite sous ce niveau, il y aurait le support majeur des 1.2350.

 

Nous vous conseillons d’être très prudents sur les produits spéculatifs émis par les banques (trackers, warrants, etc.) Nous entrevoyons un scénario que nous ne nous risquerons pas à publier sur la « toile ». Voyez ce que les moulins à propagande vous disent sur la fin de l’or. Certes, tout cela est du bourrage de crane, mais cela peut cacher un scénario court terme très désagréable. Trader Noé a toujours pensé qu’il ne fallait pas « spéculer » à la petite semaine. C’est pourquoi ses recommandations sont « longues ». Nous recommandons le PHYSIQUE et seulement cela. A bon entendeur… si la Main anonyme a l’intention de jouer OCTOBRE ROUGE.


CASH / PHYSIQUE GOLD / STOCKS ALIMENTAIRES ainsi que MEDICAMENTS sont des investissements sérieux, sages et responsables quand on a charge de famille.


PS. Hier, quand nous disions que l’euro vivait probablement ses dernières heures, nous n’évoquions bien évidemment pas la réunion du Bundestag. Les Allemands se préparent de plus en plus à un autre scénario que celui que nous servent les médias sur l’amitié du couple Sarkozy/Merkel.

 
63 Comments

Publié par le 30 septembre 2011 in Non classé

 

« Le grand vol des banques », témoignage d’un « insider » sur l’Apocalypse financière qui vient – La mort de l’euro

Source Infoguerilla  (Merci à Pascal Roussel, Denissto et Eddie pour l’info) – Il y a quelques heures seulement, il y eut beaucoup de bruit et de moquerie des grands médias sur le témoignage du trader d’Alessio de la BBC. Mais celui d’Attila Szalay-Berzeviczy, actuel dirigeant de la banque UniCredit, est d’un autre calibre et fait passer le témoignage du trader de la BBC pour une « comptine pour enfants ». Il faut savoir que si Szalay-Berzeviczy est l’actuel chef d’UniCredit global securities, il fut l’ancien président de la bourse hongroise. C’est donc un homme parfaitement au courant du système qui s’est exprimé sur le portail hongrois index.hu.

A la lecture de son témoignage, d’aucuns comprennent combien les moyens de subsistance qu’offre la finance sont devenus quelque chose d’extrêmement fragile. Le second grand ponzi est en train de détruire leurs boulots, leurs carrières, et leur mode de vie tout entier.

« L’Euro est pratiquement mort »

Par rapport au témoignage du trader de la BBC, où l’on objectait objecter la « naïveté », l’inexpérience ou le désir d’attirer l’attention du public, avec Szalay-Berzeviczy c’est le sommet de l’exécutif d’Unicredit qui s’exprime, un parfait initié des rouages du système.
Question : que va-t-il se passer en cas de défaut de paiement grec ? Parmi les assertions stupéfiantes (stupéfiantes dans le sens qu’un banquier actuel ose dire la vérité) on a relevé : « l’Euro est pratiquement mort » et « l’Europe est face à un séisme financier à cause du défaut grec… » « L’Euro est au-delà de tout sauvetage … » « La seule question qui reste est combien de jours l’action d’arrière garde et sans espoir des gouvernements européens et de la Banque Centrale Européenne pourra entretenir les esprits de la Grèce ». « Un défaut de la Grèce va immédiatement déclencher un séisme de magnitude 10 à travers toute l’Europe »… « Les détenteurs d’obligations du gouvernement grec devront amortir leur investissement entier, les nations d’Europe du Sud vont arrêter de payer les salaires et les pensions et les guichets automatiques seront vides en quelques minutes ». En d’autres termes : bienvenue dans l’Apocalypse….

Mais attendez, il y a encore autre chose. D’après Bloomberg : « L’impact d’un défaut grec pourrait rapidement se répandre à travers le continent, il pourrait inciter à une ruée sur les banques les ‘plus faibles’ des pays ‘les plus faibles’ ». « Une telle escalade de la panique peut balayer l’Europe conduisant à l’éclatement de la zone Euro », ajoute Szalay-Berzeviczy.

Szalay-Berzeviczy est juste arrivé en Hongrie après un voyage à l’étranger, et n’est pas joignable jusqu’à tard aujourd’hui, explique un officiel d’Unicredit, qui a demandé à ne pas être identifié car il est n’est pas autorisé à parler à la presse. Tel est le commentaire de Bloomberg qui a cherché à contacter Szalay-Berzeviczy à son bureau de Budapest, voulant avoir d’autres explications.

Maintenant voici le texte, traduit par Google du hongrois à l’anglais. Certaines nuances peuvent être perdues, mais le message est en gras :

La monnaie commune européenne est virtuellement morte. L’euro est dans une situation de condamné. La seule question qui reste est : combien de jours l’action d’arrière garde et sans espoir des gouvernements européens et de la Banque Centrale Européenne pourra entretenir les esprits de la Grèce ? Pour le moment, quand Athènes sera déclarée en faillite, un séisme de magnitude 10 va secouer l’Europe, qui sera l’ouverture d’une nouvelle ère dans la vie du vieux continent. En effet, une banqueroute de la Grèce signifie non seulement que les détenteurs de titres du gouvernement grec ne vont pas récupérer l’argent investi, mais aussi, à l’intérieur, que l’Etat grec sera incapable de rembourser ses dettes. Pour le moment, parmi les Grecs, seuls les docteurs, policiers, militaires, ministres et employés gouvernementaux locaux ne recevront pas leurs salaires, tout comme les séniors ne s’attendent pas à passer de bons moments. L’ATM est vidé en quelques minutes. Les banques locales sont coincées car détenant des titres du gouvernement déclenchant une crise de liquidité immédiate et la dévaluation du système bancaire grec dans un effondrement total. Ainsi l’épargne des déposants est totalement perdue (…) les gens ne seront pas en mesure de retirer de l’argent (…) Le peuple manquera de carburant et de nourriture. La Grèce est pratiquement à l’arrêt complet pour une décennie et il y aura une baisse spectaculaire du niveau de vie dans le pays entier.
Le problème est que, dans ce cas, la catastrophe ne peut pas s’arrêter à la frontière grecque. Avec sa vitesse et son élan, la crise grecque va toucher l’ensemble de la zone euro, l’Europe et enfin secouer le monde. Un canal par lequel se répandrait l’infection. Bien sûr, un tel scénario serait l’effondrement du système bancaire. En effet, les banques internationales vont devoir subir des centaines de milliards d’euros de pertes et seront tôt ou tard obligés de verrouiller les échanges avec les autres banques, qui ont à voir avec un pays où –selon les attentes des investisseurs – l’arc de crise grec frappera à nouveau.
Et quand les banques ne se font plus confiance les unes aux autres, qu’elles arrêtent de se prêter les unes aux autres, les marchés financiers internationaux s’arrêtent. Cela signifie que toutes les institutions financières sont laissées seules avec leurs clients.
Les pays pauvres avec des banques faibles vont commencer à paniquer avec des retraits de fonds de détail. Cela va avoir des répercussions sur les marchés interbancaires, et l’on risque une crise de liquidité immédiate. Toutes les institutions financières pourraient être mises en faillite. (…)

La suite pour les courageux (ou les hongrois) ici :

http://index.hu/gazdasag/penzbeszel/201 … ankrablas/

 
25 Comments

Publié par le 30 septembre 2011 in Non classé

 

Euro : une comédie purement médiatique

Entre la France et l’Allemagne qui cherchent, selon M. Barroso, à nationaliser le pouvoir décisionnel communautaire, l’un des problèmes communs est la manière de garder un front gouvernemental uni face aux contestations internes.

 

De ce point de vue, l’Allemagne est aujourd’hui sur les dents. En effet, le Bundestag doit se prononcer sur l’élargissement des moyens et des pouvoirs du Fonds européen de stabilité financière. Depuis plusieurs semaines, la tension monte en Allemagne contre ce projet et le gouvernement d’A. Merkel a bien du mal à faire admettre à ses troupes que la progression exponentielle de l’engagement financier de l’Allemagne est le bon remède pour sauver la zone euro. Dans le même temps, plusieurs sources avec lesquelles LIESI est en contact, confirment que les impressions de D.Marks se poursuivent… Bref, l’euro vit très probablement ses dernières heures, du moins dans la formule actuelle.

Ce vote est important pour Mme Merkel car des défections au sein même de ses troupes signifieraient un affaiblissement conséquent de sa marge de manœuvre politique. Par la même occasion, les opposants au projet européen de sauvetage de la Grèce et de la zone euro défini, se renforceraient. La question à laquelle nous ne pouvons pas à répondre est bien évidemment de savoir ce qu’est la réelle stratégie d’Angela Merkel. Car ce débat peut très bien masquer une décision contraire… déjà prise. A la lumière du parcours politique de cet ancien agent communiste, très proche de Moscou, c’est notre opinion. L’Allemagne ne veut plus payer. Et la France veut payer, mais sans doute pour des raisons qui tiennent au sauvetage des banques françaises impliquées dans les CDS jusqu’au cou… Dans les deux cas, l’un et l’autre n’ont que faire du peuple grec.

Cela dit, on continue, comme si le retrait de l’Allemagne de l’euro, dans la forme actuelle, n’était qu’un scénario de science-fiction. Pour Thomas Hanke, directeur de la rubrique Idées et Débats du Handelsblatt, premier quotidien économique allemand, les proches de Mme Merkel estiment « que la mise en faillite de la Grèce ou sa sortie de l’Euro provoquerait une réaction en chaîne qui pourrait aboutir à l’éclatement de la zone euro, voire pourquoi pas de l’Union européenne dans son périmètre actuel ». « Ceux-là, c’est-à-dire Angela Merkel, une partie de la droite mais aussi les syndicats, les grands patrons, le SPD et les Verts, sont en faveur d’une action européenne de sauvetage mais aussi de la création d’un gouvernement économique européen ».

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 13:30
L'ex-président de la bourse hongroise dresse un portrait apocalyptique de la fin de la zone euro

 

28.9.2011

 

par Audrey Duperron

 

Aujourd’hui, de nouvelles déclarations ont encore fait sensation sur le net, annonçant un avenir dantesque pour l’euro. Elles font écho à celles d’Alessio Rastani, qui ont interloqué les internautes du monde entier hier, alors que ce dernier a finalement admis qu’il l’avait fait pour attirer l’attention sur lui. Mais cette fois-ci, il y a une nuance de taille : leur auteur, le Hongrois Attila Szalay-Berzeviczy, est un professionnel reconnu du monde bancaire. Il est Global Head of Securities Services à la banque italienne UniCredit, et précédemment, il a présidé la bourse hongroise, ce qui donne un certain crédit à ses assertions. Voici une sélection de celles-ci :

« L'euro est pratiquement mort, et l'Europe risque un séisme financier en cas de défaut de la Grèce »

« L'euro ne peut plus être sauvé. »

«La seule question restante est combien de jours l’action d'arrière-garde désespérée des politiciens européens et de la Banque centrale européenne parviendra à maintenir le moral de la Grèce »

« Un défaut grec va immédiatement déclencher un séisme d'une magnitude de 10 sur l'échelle de Richter à travers l'Europe. »

«Les détenteurs d’obligations souveraines grecques devront passer en pertes et profits la totalité de leur investissement, la nation cessera de payer les salaires et les pensions et les guichets automatiques dans le pays se  videront en quelques minutes »

«L'impact d'un défaut grec se répandrait rapidement à travers le continent, générant peut-être une ruée bancaire sur les banques les plus vulnérables des pays les plus faibles. Ainsi l'escalade de panique pourrait balayer l'Europe sur un mode auto-réalisateur, conduisant à l'éclatement de la zone euro »

Une porte-parole d’Unicredit a rappelé qu’il ne s’agissait que de l’expression de son opinion personnelle, et qu’elle ne reflétait en rien la position de la banque italienne. 

Dans un entretien téléphonique de Budapest qu’il a accordé à Bloomberg, Szalay-Berzeviczy a précisé que l’article, qu’il a publié sur le portail hongrois Index.hu, était un développement du pire scenario, mais qu’il y avait plusieurs possibilités. « Cela peut encore être évité. Cela dépend en premier lieu des Allemands, et en second lieu des citoyens européens, spécialement de ce que la population grecque est capable d'endurer», a-t-il précisé.

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 13:18

ALERTE FLASH : L'or et l'argent physiques sont officiellement à vendre !


Suite à l'effondrement des valeurs Gold et Silver, une formidable opportunité s'offre à nous et nous n'aurons pas une deuxième chance d'en profiter avant la grande ruée. Des gros porteurs et institutionnels semblent avoir liquidé leurs positions en argent-papier et or-papier pour se recapitaliser et amortir le choc de la banqueroute planétaire. Comme dirait Marc Faber, un célèbre économiste suisse : devenez votre propre banque centrale !


Voici l'information que j'ai reçu aujourd'hui de Mike Maloney, président de la société GoldSilver :


Avec les faillites bancaires imminentes en Europe, les menaces de défauts de paiement de dettes souveraines, et des hausses de marge récentes mises en œuvre à travers le globe, nous avons assisté à une baisse spectaculaire inhabituelle des prix sur l'or et l'argent en quelques jours.



À la page 112 du 1er livre de Mike Maloney, Guide pour investir dans l'or et l'argent, il a écrit à quoi ressemblerait probablement la tempête économique :

"D'abord une menace de déflation, suivie par une chute vertigineuse des prix, suivie par une forte inflation, suivie par une déflation réelle, et ensuite par l'hyperinflation."
- Mike Maloney



En 2008, nous avons certainement eu une énorme menace de déflation. Ceci a été suivi par le renflouement à coup de QE1, QE2 et d'autres programmes de prêts réalisés par Ben Bernanke.


Puis, le cours de l'or à plus que doublé et le prix de l'argent a plus que quadruplé. Les prix du carburant ont diminué et ensuite gonflé à nouveau.


Et maintenant nous y sommes, à l'aube de ce que Mike a prévu : la déflation réelle !

3 points importants à garder à l'esprit:
1) La semaine dernière, des volumes de ventes record ont été enregistrées et ont largement rapporté à l'industrie des métaux précieux. Les investisseurs en lingots s'orientent dans l'argent physique et l'or à des volumes plus élevés que jamais.
2) Si elles n'ont pas encore été augmenté, comme d'habitude à la fin de l'été, les primes sur les produits en lingots seront en hausse sur l'échelle de la production. Surtout en ce moment, avec l'immense volume d'achats de physique auquel nous assistons. Nous nous attendons à l'émergence de pénuries d'approvisionnement, des commandes en souffrance, et des ventes à guichets fermés de stocks dans les semaines et mois à venir.
3) Beaucoup comparent les prix actuels de l'or et l'argent à ceux de la grande panne de 2008.En regardant la courbe à long terme de l'argent et l'or, vous comprendrez pourquoi :





Il faut se rappeler que la frénésie d'achat en lingots en 2008 est similaire à aujourd'hui.
Cette année a commencé avec brio à la fois pour l'or et l'argent. L'or a dépassé les 1000 $ et l'argent est monté à 21 $ au début du printemps seulement.
L'or a chuté avec un creux en 2008 de 30% alors que l'argent est tombé a plus de 50% en dollars. Nous donnerions tout pour revenir en arrière et acheter de l'or à 1000 $ et de l'argent à 21 $!

Des pénuries de lingots ont commencé à apparaître sur le marché à la mi-août 2008. 

Dès 2009, il y eut un manque de stocks et d'approvisionnements jusqu'à la fin de l'année .
Rappelez-vous à l'automne de 2008, les banques et les institutions financières étaient en défaut de toutes parts et des achats sur le coup de la panique ont été enregistré.
Des divergences entre les prix de l'argent-papier et l'or-papier et les prix réels des lingots physiques ont été extrêmement importantes tout au long de cette période.
Nous constatons, par rapport à nos ventes, une divergence de 49% entre le prix au comptant du papier et le prix de l'argent physique.

 

Ces divergences de prix des lingots physiques de 2008 se répétera en 2011 mais il a le potentiel de devenir encore pire cette fois-ci.

Que va-t-il se passer ?
Quelque chose d'important se dessine à l'horizon.


Des faillites bancaires en Europe se profilent et il y a une menace très réelle de défauts de paiement souverains (Grèce, etc...) qui pourraient déclencher une réaction en chaîne de faillites, non seulement dans la zone euro, mais à travers le globe.
Compte tenu de ce qui s'est passé en 2008, les fournitures en lingots vont commencer à s'épuiser à tel point que nous serons à nouveau témoins d'une perturbation majeure entre le prix du papier par rapport au prix des investissements physiques en lingots de qualité.
En d'autres termes, la demande écrasante du métal physique suffira à créer un prix plancher et des pénuries d'approvisionnement avec une demande vaste et écrasante.
Ceux qui cherchent à augmenter leurs positions en or et argent physiques doivent le faire maintenant avec les deux mains !
 
Les raisons fondamentales pour investir en lingots n'ont pas changé ... la santé du système financier mondial n'a fait qu'empirer !
À ces niveaux de prix actuels, l'or et l'argent sont officiellement en vente et nous sommes aujourd'hui en mode "acquisition".


A vous de faire votre choix pour éviter.... l'atomisation de vos comptes bancaires....
Partager cet article
Repost0
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 12:39
L'information alternative

La région Auvergne lance un emprunt auprès des particuliers

Savez-vous qu’en moyenne un emprunt est deux fois moins cher pour une entreprise du CAC40 que pour une PME française? Et pourtant ce sont bien les petites et moyennes entreprises qui sont les forces vives de la nation. Ce sont les premières créatrices d’emploi en France. Pour revitaliser son économie, la région Auvergne lance un emprunt auprès des particuliers pour aider et financer les TPE et les PME qui représente 95% des entreprises auvergnates. Cette initiative est intéressante à double titre. Bien entendu pour l’aide qu’elle compte apporter à son tissu économique local, mais également parce qu’elle va court-circuiter (en partie) les banques en faisant un emprunt direct auprès de la population. Concrètement comment cela se passe :


 

« les souscripteurs auront entre le 10 et le 28 octobre pour se rendre dans n’importe quelles banques  et acheter ces obligations d’un montant de 200 € l’unité (rémunéré à 4% sur 5 ans), bloquées pour une durée de 5 ans. Une fois les 20 millions d’euros récoltés, la Région mettra cet argent à disposition des entreprises sous forme de prêt à taux zéro. »

source

http://www.contre-info.com/la-region-auvergne-lance-un-emprunt-aupres-des-particuliers#more-15190

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 04:46

http://comps.canstockphoto.com/can-stock-photo_csp2139029.jpg

http://liesidotorg.wordpress.com/

 

 

Un rabbin annonce que l’euro vaudra ZERO

Une vidéo très courte qui ne recoupe pas les analystes de certains organistes financiers très chauds sur l’avenir de l’euro…

Vidéo à regarder

 

 
33 Comments

Publié par le 28 septembre 2011 in Non classé

 

Trader Noé – Analyse indices, métaux et EURUSD

Comme annoncé, le rebond technique a bien eu lieu sur le support des 2750 points et l’indice CAC 40 est venu sur la zone de résistance des 3000 points. L’indice E-mini SP 500 s’est également rapproché de sa zone de résistance à 1200 points. Rappelons que le E-mini SP 500 présente des résistances très importantes à 1200 et 1230 points. De même le CAC 40 présente des résistances très importantes à 3220-3250 points.

Cette remontée est probablement un énorme piège et le marché pourrait le montrer très prochainement avec un retour à 2750 points, friable, qui pourrait même faire déraper l’indice à 2350 points puis 1700 l’année prochaine probablement. Si l’indice SP 500 franchit les 1230 points, alors l’indice CAC 40 pourrait se rapprocher des 3250 points avant cette chute.
(Observons donc très attentivement les 1200 et 1230 points – pour l’instant le Future E-mini SP 500 s’éloigne de sa résistance).

Bien sûr, la tendance de fond reste très baissière. Cependant, les gérants cupides ont probablement acheté en pensant que nous étions dans une vraie reprise.

Concernant les métaux Gold et Silver nous surveillerons les supports énoncés précédemment, la correction n’est probablement pas terminée.

Tant que l’EURUSD évolue sous les 1.38, la tendance reste baissière et cette parité pourrait se rapprocher des 1.315 et 1.2350. Pour invalider la tendance baissière moyen terme, il faudrait que l’EURUSD repasse dans un premier temps au-dessus des 1.43 puis 1.4750.
Nous pensons également que les agences de notation seront présentes pour trouver quelque chose à dire sur la zone Euro. Rien n’est résolu, bien au contraire.

Un peu comme l’histoire du Chaperon Rouge et de la Main Anonyme sur le CAC 40 hier:
Mais pourquoi une telle remontée, mais c’est pour mieux vous appâter chers gérants…Promenons-nous dans les bois tant que la main n’y est pas….

 
3 Comments

Publié par le 28 septembre 2011 in Non classé

 

Qui collabore au « suicide collectif » ?

La crise financière et monétaire actuelle, comme les G-VAIN qui se succèdent, montrent que les gouvernements n’ont plus du tout le contrôle sur l’économie. On le constate depuis longtemps, mais là, la réalité s’impose avec une dureté extrême. Des puissances financières, que les lâches traduisent comme des « forces de marché », ont pris le contrôle de la marche de l’économie mondiale avec une évidence aveuglante pour qui à le courage de regarder la vérité en face. Ces puissances financières sont occultes puisqu’elles ont décidé de diriger par PROCURATION, via une classe politique veule, sans aucune dignité, totalement indifférente au bien commun et à l’avenir national. Les gouvernements européens, pour leur grande majorité, sont devenus les « collabos » de ces forces financières, en les laissant agir en toute impunité, sans les dénoncer. Certains accusent de grosses Firmes comme Goldman Sachs ou JP Morgan, mais ils ne vont pas plus loin, c’est-à-dire jusqu’aux familles oligarchiques qui contrôlent ces groupes, et à l’inéluctable cartel bancaire dénoncé par exemple par un président Roosevelt dans les années trente. « Il existe un cartel bancaire au sein de grands centres financiers qui contrôle le gouvernement depuis Andrew Jackson ».

Cette impuissance volontaire des gouvernements a déjà des conséquences nombreuses, ne serait-ce que sur le plan géopolitique, comme on l’a vu avec la Libye où l’on a honteusement collaboré avec Al Qaïda, qui tue nos soldats en Afghanistan. Mais du point de vue social, le pire est à attendre. Car il faut pousser le raisonnement jusqu’au bout : les banquiers internationaux qui organisent le massacre de l’économie réelle grâce aux instruments spéculatifs de l’économie virtuelle, ont bien un PLAN. Qui dit plan dit complot ? Bien évidemment. Il s’agit de créer un chaos pour un Nouvel Ordre des choses : le NOM de la Bête. Cette Bête avec sa religion des droits de l’homme (qui ne veut rien dire) veut mettre en place un monde nouveau qui n’est autre qu’une dictature, une tyrannie sans pitié. Détruire la famille avec la promotion de l’homosexualité, droit de tuer les bouches inutiles, à commencer par les personnes âgées, on voit bien que l’opinion est travaillée en ce sens par les moulins à propagande des officines des droits de l’homarde.

Dans cette perspective planifiée depuis au moins la création de la banque centrale américaine (rappelons que Paul Warbug annonçait déjà un gouvernement mondial par consentement ou par la force), la dépression qui se fait jour doit servir de tremplin pour introduire des changements politiques et consolider un monde orwélien. Et les choses ne vont malheureusement pas en rester là aujourd’hui puisque le carnage n’a pas encore vraiment commencé. La dégringolade des cours de bourse et surtout des banques, n’a pas encore eu les conséquences attendues par l’Elite sur le plan social. Nous le redisons clairement, les gens seront spoliés. L’épargne de millions de personnes va être aspirée de plus en plus vite et la classe moyenne sera inexistante à brève échéance. Il suffit pour s’en convaincre de voir les magouilles qui ont lieu actuellement sur les cours des métaux pour permettre à l’Elite de faire son dernier ramassage. C’est du moins ce que l’on nous a confié à deux reprises cette semaine, du côté de la Suisse.

 
66 Comments

Publié par le 28 septembre 2011 in Non classé

 

L’euro devient une monnaie poubelle

 

Depuis que les Allemands renâclent à verser encore de l’argent dans le fonds d’intervention européen, les têtes pensantes du système monnaie-papier électronique réfléchissent à la manière de faire durer le système encore quelques temps. Sur ce point, la chaîne américaine CNBC rapporte une déclaration d’un responsable financier européen selon quoi les experts eurocrates envisagent de créer un apport de fonds destiné à un fonds commun de créances (FCC, special purpose vehicle) qui émettrait des obligations et achèterait de la dette souveraine européenne. Bien sûr, mieux vaut couvrir la respectabilité de cette escroquerie en annonçant que ce fonds serait créé par la Banque européenne d’investissement (BEI) et que les obligations pourraient également servir de collatéral pour la Banque centrale européenne (BCE). Car les choses sont très claires : il s’agit de démultiplier les capacités du Fonds européen de stabilité financière. L’idée consiste en qu’« une partie des fonds serve à la recapitalisation des banques européennes et une autre partie à la BEI afin de créer ce fonds ad hoc ». Pour CNBC, on évoque un ratio de leverage pouvant aller de huit à un, suivant la proportion de capital venant du FESF !

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 03:28

 

"C'est Goldman Sachs qui dirige le monde, pas les gouvernements"

27-09-11 à 14:53 par la rédaction de Challenges.fr 4 réactions

VIDEO. Interrogé par la BBC, un trader de Londres avoue à l'antenne ne pas se soucier de la crise. "Notre boulot, c'est de faire de l'argent. La récession est une opportunité pour nous."

Alessio Rastani, interrogé par la BBC le 26 septembre 2011 (BBC) Alessio Rastani, interrogé par la BBC le 26 septembre 2011 (BBC)
 

Interrogé lundi 26 septembre sur la BBC, Alessio Rastani, un trader indépendant de Londres, a parlé crûment de la crise financière actuelle. "L'économie va s'effondrer, et très durement. (...) Les solutions envisagées ne vont pas marcher."


Questionné sur les solutions politiques qui pourraient rassurer les marchés, il n'a pas non plus fait dans la dentelle: "Nous ne soucions pas vraiment d'avoir une économie qui repart. Notre boulot, c'est de faire de l'argent. Personnellement, j'ai rêvé de ce moment pendant trois ans. J'allais au lit en rêvant d'une nouvelle récession. (...) La récession est une opportunité pour nous."


"Les gouvernements ne dirigent pas le monde. C'est Goldman Sachs qui dirige le monde", a-t-il ajouté, avant de mettre en garde le grand public: "Protégez vos actifs. Dans moins de douze mois, je pense que l'épargne de millions de gens va disparaître. Le pire est de ne rien faire."

 

Vidéo ici :

 

http://www.challenges.fr/actualite/finance-et-marche/20110927.CHA4671/c-est-goldman-qui-dirige-le-monde-pas-les-gouvernements.html

 

 

 

Actualité crise :

 

 

 

.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche