Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 04:57
NDA explose le plan d’aide à la Grèce à la tribune de l’Assemblée Nationale
mardi 6 septembre 2011 à 18h24


Dupont-Aignan explose le plan d’aide à la Grèce par dlrtv


Discours de Nicolas Dupont-Aignan à la

Tribune de l’Assemblée Nationale le 6 septembre 2011


Nous vivons un moment unique dans cet hémicycle.

Au moment où l’Europe s’enfonce dans la crise, où l’agonie de l’euro se poursuit et s’aggrave, où les peuples qui souffrent grondent, vous nous présentez un projet de loi de finances rectificative surréaliste.

D’un côté 12 milliards de rigueur supplémentaire principalement pour les classes moyennes.

De l’autre côté 15 milliards d’euros jetés par la fenêtre.

Un projet injuste et inefficace.

Un projet cautionné indirectement par le PS puisqu’il approuve cette aide à la Grèce !

Vous parlez sans cesse de règle d’or.

Si j’ai bien compris, l’objet de la règle d’or est de limiter l’endettement de la France.

Alors, comme beaucoup de Français, je voudrais comprendre pourquoi vous avez l’audace, l’inconscience, d’augmenter aujourd’hui la dette de la France de 15 milliards d’euros qui s’ajoutent aux 45 milliards déjà accordés pour les précédents plans de sauvetage, sans parler de la garantie pouvant aller à 159 milliards.

Vous avez dit que cette inscription n’était que comptable.

Mais avez-vous connaissance de la situation en Grèce ?

La Grèce ne maîtrise plus la situation budgétaire.

En mai 2010, j’avais ici même clairement prévenu Madame Lagarde qui, avec suffisance, m’avait expliqué que le plan réussirait.

Loin de moi l’idée de ne pas être solidaire des Grecs. Mais la solidarité que vous proposez est des plus étranges. Avec ce plan on va aider la Grèce, oui, mais on va l’aider à mourir, comme si on offrait une euthanasie en classe affaire à un malade à qui on refuse par idéologie d’administrer les bons remèdes.

Un ballon d’oxygène financier va certes être apporté à Athènes, mais au prix d’un supplice inouï pour le peuple et l’économie grecs, qui ne s’en relèveront pas. Cette « thérapie de choc » va tuer la Grèce car cette dernière sera bien incapable de redresser sa compétitivité et sa croissance, définitivement martyrisées par l’impossibilité de dévaluer. Oui, mes chers Collègues, c’est là le point central : on n’a jamais vu dans l’histoire l’économie d’un pays rebondir sans dévaluation. La rigueur est efficace quand parallèlement on stimule le moteur économique par la dévaluation.

On a vu le résultat. C’est un fiasco total.

Euro cher, faible compétitivité, réduction brutale des dépenses ne pouvaient mener qu’à cet échec.

La Grèce prochainement sera dans l’obligation de restructurer sa dette et de sortir de l’euro.

Mais voilà le tabou.

Une monnaie unique qui ne marche pas car elle s’applique à des économies différentes.

Une monnaie unique qui est pour vous devenue un dogme au point de vous faire perdre la raison.

La Grèce, l’Espagne, l’Italie, dans une moindre mesure la France n’ont pas seulement un problème de liquidité mais un problème de solvabilité, de compétitivité.

Vous allez donc ruiner un peu plus les Français pour sauver la mise à un euro responsable de ses propres malheurs. L’euro cher dans un contexte de libre échange.

Vous allez tondre un peu plus nos concitoyens pour maintenir la tête hors de l’eau à des banquiers qui ont amplement démontré leur incurie depuis 3 ans. Sans parler de la Banque Centrale européenne qui saborde son bilan au mépris du respect des traités en rachetant plus de 100 milliards d’obligations d’Etat.

D’un côté les pays du sud qui s’enfoncent dans des récessions cumulatives, de l’autre les pays du nord qui commencent à s’inquiéter de la facture.

La facture de la Grèce sera difficile à digérer mais celle des pays suivants, l’Espagne, l’Italie et enfin la France n’est pas digérable.

Et les Allemands qui savent mieux compter que vous, l’ont déjà compris.

Et ce n’est pas ce mythique fédéralisme européen, un nouveau Ministre, un énième Président qui pourra égaliser les compétitivités, les démographies, les structures sociales des différents pays de la zone euro.

Vous êtes fier de réduire les dépenses. Les policiers dans les commissariats, les enseignants dans les écoles, les infirmières dans les hôpitaux.

Vous vous chamaillez d’ailleurs sur le contenu des plans de rigueur. Un peu plus de taxe ici, un peu plus là. Au gré des groupes de pression vous tentez de faire passer la pilule.

Vous débattez sans fin de la fameuse « règle d’or » censée empêcher le pays de vivre au-dessus de ses moyens. Quelle escroquerie ! Cette espèce de super Maastricht ne marchera pas plus que le Pacte de Stabilité précédent et n’a rien de nécessaire pour maîtriser la dette. Cette « règle d’or » qui n’en a que le nom, a tout du guet-apens politicien, de ceux dont raffole l’Elysée quitte à se payer la tête des Français.

Mais même si leur tête est tout endolorie à force de tourner dans tous les sens, les Français la gardent sur les épaules. C’est ce que personne à Bruxelles, à Paris, dans notre Assemblée, ne devrait oublier.

La tête sur les épaules pour constater que la France et l’Europe s’enfoncent dans le chômage de masse car notre compétitivité est atteinte.

Un million d’emplois industriels perdus en 10 ans.

La moitié de la production automobile française délocalisée.

Nos entreprises qui s’en vont.

C’est sûr, il faut bien gérer les dépenses mais il faut surtout générer des recettes.

L’enjeu est là. Favoriser les PME, les créateurs, les chercheurs, inciter aux relocalisations. Renouer avec une dynamique de croissance.

Mais pour cela, il faut changer radicalement de politique.

Sortir de l’euro : la seule question maintenant : c’est quand et comment ? Rétablir la loyauté de l’échange.

Contrôler les banques.

Baisser les charges sur les PME qui investissent en France.

Vous prétendez sauver l’Europe. En vérité, par une politique à courte vue vous désespérez les peuples, vous les appauvrissez. Vous nourrissez les révoltes sociales et les extrémismes politiques.

Vous divisez les Nations.

L’Europe s’est construite sans l’euro. Ariane et Airbus n’ont pas eu besoin de la Commission de Bruxelles.

La paix et le progrès ont été reconstruits par des nations libres coopérant entre elles sur un pied d’égalité.

Tout le contraire de ce qui se passe aujourd’hui.

Nous nous en sortirons quand nous retrouverons cet esprit. Alors, vous le verrez, les Français, les Italiens, les Grecs, les Espagnols, seront prêts à faire des efforts car ils veulent des résultats.

Nicolas Dupont-Aignan,

Député de l’Essonne et président de Debout la République

Vous pouvez regarder l’intervention de Nicolas Dupont-Aignan sur le site de l’Assemblée nationale, puis cliquez sur la séance du 6 septembre 2011, 1ère séance : PLF rectificative pour 2011, choisir NDA dans la fenêtre de droite.

 

http://www.debout-la-republique.fr/Discours-de-NDA-a-l-Assemblee.html

 

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 03:18
Assemblée : Après le blabla sur l’austérité et le déficit, gauche et droite unies pour renflouer les banques

 

 

.

7 septembre 2011 (Nouvelle Solidarité) — Alors que droite et gauche se sont chamaillées hier à l’Assemblée nationale pour savoir s’il faut une règle d’or ou une règle de diamant, de l’austérité ou de la rigueur, plus de taxes ou des taxes en plus, aujourd’hui tout le monde rentre dans le rang pour voter les nouveaux pouvoirs du FESF, le Fond européen servant à renflouer les banques (sous couvert « d’aider » les Etats surendettés à s’endetter).


Comme l’a dénoncé Jacques Cheminade ce matin et comme nous l’exposions fin août (vidéo ci-dessous), il s’agit ni plus ni moins d’un coup d’Etat de la City contre les peuples souverains d’Europe.

 

La survie de nos Constitutions passe par une mobilisation citoyenne pour la mise en liquidation judiciaire des dettes financières illégitimes.

 

.

 

http://www.solidariteetprogres.org/Assemblee-Apres-le-blabla-sur-l-austerite-et-le-deficit-gauche-et-droite_08069

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 00:40
Le prophète du krach de 2008 prédit une Grande dépression
yahoofinance
, Le mercredi 7 septembre 2011, à 13h 02

 

Connu pour avoir prédit la crise financière de 2008, l'économiste Nouriel Roubini estime qu'un nouveau cataclysme financier est proche, conséquence du ralentissement de la croissance mondiale.

«Dr. Catastrophe» a encore frappé. Surnommé ainsi pour avoir prédit dès 2006 l'explosion de la bulle immobilière américaine et ses conséquences sur la sphère financière mondiale, Nouriel Roubini tire la sonnette d'alarme concernant l'actuelle crise économique. Le président et co-fondateur de Roubini Global Economic LLC juge, dans un entretien à l'agence Bloomberg , que l'actuel ralentissement de l'économie mondiale accélère le risque d'une nouvelle crise financière. Il y a quelques mois, l'économiste ( qui a notamment prévu une explosion de l'eurozone d'ici à cinq ans ) s'attendait à une «tempête» pour 2013. Mais la conjonction de «la faiblesse de l'économie américaine, celle de zone euro et de la Grande Bretagne» risque de «nous faire plonger plus tôt», affirme-t-il, n'hésitant pas à évoquer le spectre d'une «nouvelle Grande dépression».


Pointant coup sur coup le vent de panique sur les marchés d'actions européens, le «coût record» de l'assurance des dettes des banques, la morosité de la reprise de l'économie mondiale et le poids des dettes de la zone euro, il y aurait d'après lui «une probabilité de 60%» que les économies avancées sombrent dans la récession. Nouriel Roubini pointe ainsi l'urgence «de restaurer la croissance, pas pour les cinq ans à venir, mais aujourd'hui». «Nous avons besoin d'un stimulus d'ampleur à court terme, poursuit l'économiste, sous peine de nous retrouver à court de cartouches.»


Privilégier les dollars

 

Pour la zone euro, le «Conseil pour le futur de l'Europe» (créé par le milliardaire Nicolas Berggruen et dont Nouriel Roubini est membre), a préconisé ce lundi un renforcement du fédéralisme pour sortir de l'impasse. En clair, il s'agit de renforcer le FESF, le fonds de secours européen ( dont Berlin vient de refuser toute (...) Lire la suite sur Figaro.fr

 

http://fr.finance.yahoo.com/actualites/Le-proph%E8te-krach-2008-pr%E9dit-yahoofinancefr-640299347.html

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 02:28

http://clubphotodauphine.free.fr/graphics/chauvel.jpg

http://clubphotodauphine.free.fr/graphics/chauvel.jpg

Emprunts : Des villes françaises
au bord de l'apocalypse
.
Voilà une info qui ne va pas faire plaisir à Jean-Pierre Pernot dans son traditionnel tour de France des terroirs du JT de TF1.
Après les salariés d'ambassades européennes à Genève bientôt SDF à cause de l'euro, plusieurs villes françaises et autres collectivités sont en quasi faillite.

Des maires des 4 coins de France n'en peuvent plus et se révoltent contre l'Euro et Sarkozy.  
La Cour des Comptes reconnait "les emprunts toxiques comme un problème national" et avoue n'avoir aucune possibilité d'action !
Les élus au bord du gouffre appellent à l'adhésion sur leur site Acteurs Publics Contre les Emprunts Toxiques qui arbore une charte graphique très explicite : l'euro en décomposition est un dangereux poison =>
voir le site


De nombreuses autres villes devraient donc rejoindre le mouvement.

Quand je vous disais que la Révolution Française n'est plus très loin... D'ailleurs, même Saint-Tropez  menace d'aller couper la tête des banquiers...=>
Article du VarMatin .


Comment Dexia, Natixis et Crédit Foncier pillent leurs victimes municipales ?

Des emprunts indexés sur le franc-suisse contractés par des hôpitaux , des HLM ou des municipalités sur les conseils de leurs banquiers envoient des centaines de villes à l'abattoir (et on ose critiquer les banques US qui ont vendu des prêts immobiliers pourris à des millions de "subprime" américains) => A lire sur le Parisien

Conséquence de la chute de l'Euro : les taux d'intérêts explosent de 5 à 20%. Du délire !

Rappelons au passage que Dexia (sous surveillance des marchés et adeptes des lettres de licenciements) a été sauvée in-extremis de la faillite en 2008 (Lire ici), sans oublier la signature d'un accord "discret" avec la Banque Postale  en décembre dernier (Lire ici ).
Chut... il ne faudrait pas mettre la puce à l'oreille aux Livret-Atistes que les facteurs n'ont plus un rond et qu'ils empruntent leur cash à un zombie fiché à la BCE.

Au tableau des scores de Dexia :

- 80 % de perte boursière en 3 ans

- 28% de perte de bénéfice par rapport au résultat 2010

- 4 milliards de pertes au 2ème trimestre 2011

- 380 millions d'euros d'emprunts pourris grecs  (
à voir ici)

- des démissions en chaîne des membres de la direction (à voir ici)

- l'obligation par l'Europe (avec un flingue sur la tempe) de brader ses filiales assurances et gestion d'actif en Espagne et en Italie =>
voir l'article sur lalibre.be


Sans compter Natixis qui se fait virer du CAC40 pour éviter sa déconfiture sur les marchés.
 
C'est officiel, l'Euro fait sa rentrée !
 

 

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 04:06

http://actualite.portail.free.fr/france/02-07-2011/l-ue-debloque-l-aide-a-la-grece-planche-sur-un-second-plan/l-ue-debloque-l-aide-a-la-grece-planche.jpg

http://actualite.portail.free.fr/france/02-07-2011/l-ue-debloque-l-aide-a-la-grece-planche-sur-un-second-plan/l-ue-debloque-l-aide-a-la-grece-planche.jpg

 

LCP :


DUPONT-AIGNAN : l’aide à la Grèce, 15 milliards d(euros par la fenêtre

http://www.lcp.fr/actualites/politique/18414-dupont-aignan-l-aide-a-la-grece-15-milliards-d-euros-par-la-fenetre

 

Discours de Nicolas Dupont-Aignan à la Tribune de l’Assemblée Nationale le 6 septembre 2011


"Nous vivons un moment unique dans cet hémicycle.

 

Au moment où l’Europe s’enfonce dans la crise, où l’agonie de l’euro se poursuit et s’aggrave, où les peuples qui souffrent grondent, vous nous présentez un projet de loi de finances rectificative surréaliste.

D’un côté 12 milliards de rigueur supplémentaire principalement pour les classes moyennes.

De l’autre côté 15 milliards d’euros jetés par la fenêtre"

 

 

Lire la suite:

http://www.debout-la-republique.fr/Discours-de-NDA-a-l-Assemblee.html

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 03:36
Malgré leurs déclarations inconséquentes...
L’UE et le gouvernement ont livré la France aux spéculateurs

mardi 6 septembre 2011
par La rédaction

Les contrats d’assurance contre le défaut de paiement, les CDS, ont atteint lundi un nouveau plus haut historique sur la France et sur l’Italie. Ces "credit default swaps" sur la France étaient à 180 points de base, ce qui signifie qu’il faut débourser 180.000 dollars par an pour assurer 10 millions de dollars de dette d’État française à 5 ans.

Pour bien comprendre ce qu’est un CDS « à nu » (contrat d’assurance sur le défaut de paiement) faisons un parallèle avec l’assurance automobile : imaginez que vous puissiez vous assurer pour toucher la valeur des voitures de vos voisins au cas où celles-ci viendraient à brûler (rassurez-vous, c’est interdit par le Code des Assurances, contrairement aux pratiques de la finance dérégulée).

Imaginez maintenant que tout le monde contracte des assurances sur les biens d’autrui, que ces contrats soient ensuite revendus dans tous les sens, et que le risque augmente à tel point que plus personne ne puissent assurer son véhicule... avec de l’argent honnêtement gagné.


Pour s’assurer, tous doivent donc spéculer sur le commerce des contrats d’assurances, puis, comme ça ne suffit pas, certains mettent le feu aux véhicules des autres, ceux sur lesquels ils ont des contrats, pour toucher le jack pot. Peu à peu, tous deviennent des incendiaires, contraints et forcés par la loi du marché. La ville brûle.



 

 

Dès la crise des subprimes, les dirigeants européens,Angela Merkel et Nicolas Sarkozy en tête, avaient promis de réguler la finance en interdisant les CDS à nu. Les spéculateurs devaient trembler (ou rire ?) à l’écoute de ses fracassantes déclarations de guerre : « Sarkozy et Merkel veulent mettre les spéculateurs au pas : En pleine crise grecque, le président français, la chancelière allemande et Jean-Claude Juncker demandent une enquête sur certains produits financiers. Et menacent d’interdire la spéculation. » [1].

Cette vaine promesse avait été reprise par les eurodéputés le 7 mars 2011 [2], sans plus de suite. Récemment, Christine Lagarde expliquait que réguler la finance en interdisant ce genre de pratiques serait « contre-productif » élégante manière d’avouer tremper dans la magouille. (Christine Lagarde est spécialiste de ce genre d’aveu : elle expliquait aussi que la France avait gagné 300 millions sur le dos de la Grèce en prétendant l’aider)

Michel Barnier annonce aujourd’hui [3] vouloir « encadrer plus sévèrement les marchés financiers, en instaurant notamment des mécanismes automatiques d’interruption des échanges, selon le quotidien allemand Handelsblatt. » Un exemplaire quasi secret de proposition de directive Mifid (markets in financial instruments directive), circulerait sous les manteaux des « milieux autorisés », histoire de faire croire que l’UE oserait s’opposer aux banques. Ce serait très drôle si ce n’était pas si tragique.


http://www.decapactu.com/spip/article.php3?id_article=619

Envoyez cet article à un ami
Partager cet article
Repost0
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 03:01

vendredi 2 septembre 2011

http://4.bp.blogspot.com/-GATMqVrq7SU/TVuE6yuzsvI/AAAAAAAADzM/YRKXtMaJPIw/s1600/faillite-des-banques.jpg

http://4.bp.blogspot.com/-GATMqVrq7SU/TVuE6yuzsvI/AAAAAAAADzM/YRKXtMaJPIw/s1600/faillite-des-banques.jpg
Le système bancaire français en phase de désintégration : BNP en tête !
BNP est insolvable et cela embarrasse la BDF !
La déclaration de Christine LAGARDE, "il faut recapitaliser d'urgence les banques européennes" a gâché la petite sauterie organisée par les américains conviant les banques centrales mondiales à Jackson Hole (rappelant que "hole" signifie "trou" en anglais, ah... ces ricains, quels farceurs !).
Effectivement, les banques françaises sont en tête de classement en quantité de détention de titres pourris de dette Grecque avoisinant les 57 milliards d'euros (officiels). Cela risque de faire un joli trou béant quand Athènes s'excusera d'avoir épuisé son carnet de chèque pour payer ses échéances. 
Évidemment ! Le peuple grec n'a plus un rond pour payer le fisc => http://www.latribune.fr/actualites/20110902trib000646400/la-grece-au-bord-de-la-crise-de-nerf.html

Pour couronner le tout, l'IASB vise notamment BNP Paribas et CNP Assurances qui auraient diminué la valeur des titres grecs de 21 % dans leurs comptes, alors que les experts internationaux estiment que les deux groupes auraient dû faire plus. Source ici : http://www.fenetreeurope.com/php/page.php?section=actu&id=22032

J'interprète donc que BNP aurait maquillé ses comptes pour ne pas échouer au crash-test réalisé cet été...  Et encore, le stress-test ne prenait pas en compte une dette grecque dont l'embrasement deviendrait incontrôlable. Lire ici : http://www.easybourse.com/bourse/international/article/20187/la-dette-grecque-est-hors-de-controle.html

Christian NOYER (avec un nom pareil, son destin professionnel était tout tracé...), gouverneur de la Banque de France interviewé par une journaliste de BFM TV a dû sécher les cours de communication avant de venir devant les caméras... 

Observez son embarras à la 5ème minute "Non, non, nous n'avons pas beaucoup de titres pourris grecs !", ou le "Je n'aime pas ses histoires de complot" à la 8ème minute, ou encore une réponse fuyante sur la question "Est-ce que c'est suffisant ?" à la 11ème minute... Il aurait besoin d'investir dans des cours basiques de PNL avec quelques cours de nage en piscine...

Décidément, avec un NOYER qui prend l'eau, et un TRICHET (tricheur) qui joue de l'imprimante, Septembre va être TRÈS TRÈS CHAUD pour les banquiers, heureusement, LAGARDE veille...

http://gold-up.blogspot.com

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 01:57

http://www.centpapiers.com/wp-content/uploads/2010/11/foreclosure_dess-495x440.jpghttp://www.centpapiers.com/wp-content/uploads/2010/11/foreclosure_dess-495x440.jpg

.
.

Les autorités fédérales américaines envisagent d'engager des poursuites judiciaires contre une douzaine de banques, dont JPMorgan Chase, Goldman Sachs ou Deutsche Bank, pour leur rôle dans les crédits "subprime" à la base de la crise de 2008, selon le New York Times.

Ces poursuites devraient être officiellement engagées vendredi ou au plus tard au début de la semaine prochaine, selon le site internet du journal américain, qui cite trois sources anonymes. Les poursuites sont centrées sur le rôle de ces banques dans la titrisation de crédits hypothécaires pourris --car basés sur des revenus des emprunteurs artificiellement gonflés voire délibérément truqués-- puis la mise sur le marché de ces titres.

Ce sont ces crédits dits "subprime" qui ont généré la crise financière de 2008-2009 quand l'ensemble du système s'est effondré avec le non remboursement de leurs dettes par de nombreux emprunteurs et la chute de ces titres, avec en point d'orgue la faillite de la banque d'affaires Lehman Brothers le 15 septembre 2008.

Cette crise des "subprime" a entraîné une perte de près de 30 milliards de dollars pour Fannie Mae et Freddie Mac, deux organismes parapublics de refinancement hypothécaire sauvés de la faillite par les autorités fédérales américaines en septembre 2008, aux frais du contribuable, selon le NYT.

Ces deux firmes à elles seules assurent ou garantissent 90% de tous les crédits immobiliers accordés aux Etats-Unis. Au lieu de demander aux banques concernées de racheter à Fannie Mae et Freddie Mac les titres toxiques qu'elles leur ont vendus, l'Agence fédérale du financement de l'immobilier (FHFA) entend demander à ces banques le remboursement des pertes subies par les deux organismes sur ces titres, explique le New York Times.

Aucune des banques concernées n'a répondu aux questions du journal. Mais depuis le début de la crise les banques ont toujours estimé que ces pertes ont seulement été la conséquence d'une crise économique globale, et non pas d'une tromperie sur la qualité des titres liés à ces crédits immobiliers, rappelle le quotidien. Les banques ont également souvent avancé que Fannie Mae et Freddie Mac étaient des investisseurs avisés qui savaient que ces titres comportaient une part de risque.

Le New York Times explique que ces poursuites sont engagées maintenant par la FHFA car les faits seraient prescrits à compter de mercredi, date du troisième anniversaire du passage de Freddie Mac et Fannie Mae dans le giron des autorités publiques.

.

Source:
.
Partager cet article
Repost0
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 00:20

http://backsidespirit.free.fr/fichiers/lagarde-fin-du-monde-20080928-150525.jpg

http://backsidespirit.free.fr/fichiers/lagarde-fin-du-monde-20080928-150525.jpg

 

Jusqu'à quand le système actuel va-t-il durer ?
Françoise Garteser

 

 

(..) Comme le rappelait justement Bill jeudi, " nous continuons de conseiller à nos lecteurs d'acheter de l'or. C'est la seule véritable devise. Il a été utilisé comme tel pendant des milliers d'années -- et le sera probablement pendant encore des milliers d'autres. Nous avons du moins la forte impression que ce sera le cas lorsque le système monétaire insensé actuel s'effondrera".

"Tout de même, le système pourrait nous surprendre... comme un vieux réfrigérateur, il pourrait durer bien plus longtemps que nous le pensons".

Personnellement, je pense qu'il durera aussi longtemps que l'illusion selon laquelle les bons du Trésor US sont une valeur refuge. Une fois que les investisseurs se seront rendu compte -- vraiment rendu compte -- de la gravité de la situation économique des Etats-Unis, cette illusion volera en éclats. Les effets de manches des autorités et les lapins que Bernanke & Co. sortiront de leur chapeau n'y feront rien.

Les marchés ont eu une journée difficile vendredi. Les chiffres de l'emploi US n'ont pas été à la hauteur des attentes avec une croissance... nulle, dans tous les sens du terme. La confiance des ménages américains est en baisse ; ils mettent plus d'argent de côté, voyagent moins, achètent moins. Bref, le consommateur US, le moteur de l'économie mondiale telle que nous la connaissons depuis des décennies, cale. Il en a assez.

C'est un fait incontournable. Nous le savons, vous le savez. Je soupçonne que même Bernanke, au plus noir de la nuit, quand tout le monde dort, croise les mains sous sa tête, regarde le plafond de sa chambre, et se dit : "nous sommes cuits".

Mais le système financier mondial dépend de ce que tout le monde continue à faire semblant de croire qu'il y a un remède, que les autorités savent ce qu'elles font... et que l'économie américaine est la plus dynamique et la plus flexible au monde.

Le jour où quelqu'un se lassera de ce jeu de dupes... gare à la bombe. Les bons du Trésor US pourraient perdre leur prestigieux statut en quelques minutes -- et c'est à ce moment-là que l'or viendra vraiment occuper la place qui lui est due.

Meilleures salutations,

Françoise Garteiser
La Chronique Agora

 

 

Retrouvez-nous en ligne sur :
http://www.publications-agora.fr
http://www.la-chronique-agora.com

 

.

Partager cet article
Repost0
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 19:29
http://www.bddirect.com/img-loaded/img-20125-small.jpg
http://www.bddirect.com/img-loaded/img-20125-small.jpg
Banquiers lombards et fermiers généraux
Lisons le billet d'Henri TEMPLE professeur de droit économique à
l'Université de Montpelier et transférons le à nos amis

Banquiers Lombards et limonade...
vendredi 26 août 2011 à 17h1

Si le gouvernement Fillon existait encore, il serait mort de ridicule après
l'annonce des « mesures urgentes pour éviter que la France ne perde son
triple A » (sic).

Pendant les siècles du Moyen Age et de l'Ancien Régime, les Etats européens
ont lutté pour échapper à l'emprise des banquiers privés (Templiers,
Lombards...), et pour mettre fin au rôle des fermiers généraux
(concessionnaires privés chargés d'établir l'assiette de l'impôt et d'en
effectuer le recouvrement ).

L'Etat impartial s'est construit lentement, grâce à la ténacité de ses
grands serviteurs animés par l'idéal du Bien commun (Colbert fut le plus
grand) ; la matière financière et fiscale s'est constituée dans cette ligne
: administration fiscale, Cour des comptes, Trésor, Banque centrale, règles
budgétaires, monnaie à convertibilité garantie...

Des esprits brillants mais dépourvus de fond ; (voir Nicolas Dupont-Aignan
:« L'arnaque du siècle » , 2011) ont entrepris depuis les années 70, en
Europe, aux USA, au Japon, de démanteler les acquis de la sagesse des
siècles. Voici, désormais, de nouveaux banquiers Lombards qui prêtent aux
Etats, les notent comme des élèves, décident du montant des taux d'intérêts
(jusqu'à 46% sur deux ans pour les Grecs), se substituent aux Parlements
pour dicter des politiques publiques (privatisations des services publics,
âge du départ à la retraite, salaires et nombre de fonctionnaires, et même
la guerre et la paix, en Afghanistan en Irak ou en Libye...) .On nous refait
le coup de la brillante « affaire des subprimes ».


Bien mieux que les anciens Lombards, les nouveaux battent (fausse) monnaie
grâce à leurs ordinateurs, alors que les anciennes puissances politiques
avaient su préserver la prérogative régalienne de fabriquer la monnaie afin
d'en garantir la stabilité.

En effet, faire apparaître sur des listings informatiques, grâce à de
véritables martingales mathématiques, sur des ordres massifs et ultra
rapides de ventes et d'achats de titres ou de monnaies, des soldes positifs,
baptisés aussitôt « bénéfices », est une nouvelle façon, sans risque pénal,
de faire de la fausse monnaie.

Et l'opinion publique, abusée par les commentateurs de connivence, ou
ignorants, ou obéissants, finit par ne plus faire la différence entre le
vrai travail, utile à la société, et le casino. Goldman Sachs et Moody's
n'apportent
rien à la société. Pire, ils sont en mesure de la faire souffrir.

Que l'on est loin des fulgurantes vérités du plus grand génie de tous les
temps qui, il y a 25 siècles, avait parfaitement, pour l'éternité, identifié
comme constituant le « ciment de la société » cette « réciprocité
proportionnelle » qui consiste à apporter à la société à proportion de ce
que l'on reçoit d'elle (Eth.à Nicomaque, V) et qui (ibidem) faisait de la
monnaie un instrument de mesure qui doit éviter la spéculation, sous peine
de cesser d'être un tel instrument de mesure et d'échange...Ces nouveaux
Lombards gagnent, dans leurs manigances frauduleuses, en un jour ce que
gagne un instituteur ou une infirmière en un an !

Et il y a Fillon. Fillon qui pense, peut-être, qu'être lugubre et passif
suffit à faire sérieux, qui annonce, sans rire (en est-il capable ?) qu'il
allait taxer la limonade et le Parc Astérix pour ne pas mécontenter Wall
Street. Faire les poches des enfants des écoles, grever les anniversaires
(on a sauvé-mais pour combien de temps ?- les grappes de ballons
multicolores qui signalent ces gisements de gaspillages) .Et (honte !) la
glace au Coca ? Le Carambar ? Les manèges Belle Epoque ?

Sauver les Etats de la faillite, non pas en interdisant la dictature des
énormes profits bancaires prélevés sur le bien collectif, mais en punissant
les plus modestes après les avoir, au préalable, dépouillés du droit de
choisir leur destin. Il était difficile de faire plus stupide et plus
injuste : Marie-Antoinette et la brioche .On sait ce qu'il en advint...

Henri Temple, Délégué national DLR à la politique extérieure et à
l'enseignement
supérieur, et professeur de Droit économique

SOURCE :
http://www.debout-la-republique.fr/Banquiers-Lombards-et-limonade.html

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche