Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 16:39
Partager cet article
Repost0
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 02:11

http://storage.canalblog.com/22/60/387740/43281705.jpg

http://storage.canalblog.com/22/60/387740/43281705.jpg

L'abaissement de la note des Etats-Unis se répercute sur le monde entier

 

L'abaissement de la note des Etats-Unis par l'agence Standard & Poor's s'est tout de suite ressenti sur les marchés financiers et de matières premières du monde entier. Tout est en rouge à l'exception du marché de l'or les investisseurs ne voyant aucun autre marché fiable dans les conditions de l'instabilité générale.

La décision de S&P coûtera 100 milliards de dollars par an aux Etats-Unis, avertit JPMorgan. Il s'agit du montant du remboursement de la dette. A l'intérieur du pays les taux d'intérêts seront également revus à la hausse : prêt immobilier, crédit auto, frais bancaires.

La dangerosité de la décision de S&P d'abaisser la note des Etats-Unis tient à ce qu'elle a créé un précédent. La voie est désormais toute tracée pour les agences de notation qui pourront désormais abaisser les notes. Pour éviter le pire – c'est lorsque les investisseurs décident de faire des économies au lieu d'investir – il est grand temps de penser à mettre en place une monnaie de réserve internationale, estime Dmitri Smyslov de l'Institut de l'économie mondiale et des relations internationales :

« La solution la plus ambitieuse, c'est de remplacer le dollar par une monnaie universelle unique. Dès les années 1970 on a proposé de créer des droits spéciaux d'emprunt. Les Américains n'ont alors pas voulu que le dollar perde le monopole et le projet n'a donc pas abouti. Aujourd'hui on y revient. Au G20 de Londres cette idée figure au programme russe. La Chine y insiste aussi. Il y a beaucoup d’économistes même américains qui avancent cette idée de remplacer le dollar par une nouvelle monnaie de réserve ».

Il est certes extrêmement difficile de mettre en œuvre cette idée. Il y a beaucoup de pays où les réserves sont en dollar américain. C'est notamment le cas de la Chine qui dispose d'obligations américaines pour la somme de plus d'un billion de dollars. C'est aussi le cas du Japon. Adopter une autre monnaie serait difficile voire dangereux. C'est pourquoi les meilleurs économistes du monde cherchent pour l'instant à éviter la propagation de la panique sur les marchés en déclarant leur confiance à l'égard des obligations américaines.

On ignore si ces déclarations auront pour effet de neutraliser les conséquences négatives de l'abaissement de la note des Etats-Unis. Mais les puissances financières mondiales n'ont pas de plan d'actions élaboré. Ce qui ne fait qu'augmenter la panique.

 

http://www.alterinfo.net/L-abaissement-de-la-note-des-Etats-Unis-se-repercute-sur-le-monde-entier_a62104.html

 

.

 

Reflexion - Dan de prince .B - 13/08/2011 - 0 Commentaire
Face aux risques latents d'insolvabilités actuelles des États ,peut-on imaginer l'érection d'un droit des Etats en Difficultés?
EUROPE - Nicolas Jaisson - 13/08/2011 - 0 Commentaire
La grande illusion monétaire
Partager cet article
Repost0
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 21:44

http://www.photoway.com/images/new-york/NY01_165-bourse-new-york.jpg

http://www.photoway.com/images/new-york/NY01_165-bourse-new-york.jpg

 

De l’utilité de la Bourse

août 14th, 2011


 Partager


  
80 % de trouille, 20 % de cupidité, tel est le dosage du « cocktail » auquel ont fonctionné les « marchés » cette semaine (8 au 12 août). Les médias nous ont inondé d’un vocabulaire de fin du monde : écroulement, effondrement, dégringolade, descente aux enfers, dévissage, krach, panique… sans oublier de vilipender d’une part les « spéculateurs » qui amplifient le phénomène, d’autre part les « colporteurs de rumeurs » qui ont notamment entraîné à la baisse le titre de la Société Générale.
  
Tout cela sonne faux. Faux car cette comédie de la « catastrophe que l’on évite de justesse » nous est maintenant servie ad nauseam, à intervalles de plus en plus brefs, comme un vieux plat réchauffé dont les convives ne veulent plus.
  
Faux car les « spéculateurs » que l’on nous jette en pâture comme boucs émissaires, mais sans jamais prononcer leur nom, sont avant tout les banques, dont l’activité « salles de marché » (c’est-à-dire casino boursier) est une source essentielle de leurs bénéfices. Cette semaine, elles ont donc « joué » les unes contre les autres, sur le registre « je me porte mieux que ma voisine », reflétant ainsi le narcissisme et l’ego surdimensionné de leurs dirigeants respectifs.
  
Faux car tout ce barnum n’est destiné qu’à engendrer la trouille auprès du bon peuple afin de le faire consentir à ce qui lui est présenté non seulement comme inéluctable mais de surcroît comme raisonnable : passer à la caisse via des hausses d’impôts et des réductions de prestations. Comme les médecins de Molière, politiques et doctes économistes nous expliquent que, pour que le malade affaibli guérisse, il va falloir saigner, saigner toujours plus. Primo saignare, deinde purgare, postea clysterium donare, comme le caricaturait Daumier.

caricature-daumier.jpg

Faux car, à chaque « crise », Captain America Sarkozy nous sort un lièvre du chapeau : il y a un peu plus d’un an, il nous annonçait qu’il allait « sauver le capitalisme » (voir notre billet Ad majorem pecuniae gloriam et l’inoubliable vidéo de Sarkozy annonçant cette grande nouvelle) ; aujourd’hui, c’est la « règle d’or » (les mots ne sont ni anodins ni choisis au hasard : en associant les termes « règle » et « or », les communicants de l’Élysée veulent ainsi parer Sarkozy des attributs d’un « grand prêtre » qui détiendrait – seul – le pouvoir d’intercéder auprès du Tout-Puissant et d’édicter des règles de nature quasi-divine), en fait des fourches caudines que ce même Sarkozy propose d’inscrire dans la Constitution.
  
Faux car la question de fond est soigneusement évitée : à quoi sert la Bourse ? Dans la panique et pour montrer au brave peuple que l’« on fait quelque chose », plusieurs pays européens viennent d’interdire les ventes à découvert. À quoi tout cela rime-t-il ?
  
  
Réformer la Bourse ?
  
Revenons aux concepts de base : dans la plupart des manuels d’économie, on apprend que la Bourse sert à « financer les entreprises ».
  
C’est évidemment une énorme blague : aujourd’hui, la principale fonction de la Bourse, c’est de faire de l’argent avec de l’argent, le lien avec l’« économie réelle » étant de plus en plus ténu, la fonction de financement des entreprises de plus en plus théorique.
  
Réformons donc la Bourse. Non via des mesurettes du type interdiction des ventes à découvert mais, si l’on nous permet d’utiliser un parallèle audacieux entre le profane et le sacré, à l’image de ce qu’a fait Luther avec la foi catholique.
  
Pour réformer le catholicisme, Luther ne s’est pas contenté de demi-mesures : il a tout mis par-dessus bord, à l’exception de ce qu’il considérait comme l’essentiel, la Bible. Tout le reste, c’est-à-dire le Pape, la hiérarchie de l’Église, les sacrements, les saints, les indulgences, la virginité de Marie… bref toute la « superstructure » du culte, est passé à la trappe.
  
Le parallèle avec la Bourse ? Si celle-ci est censée financer les entreprises, cela implique :

• de ne pouvoir acheter des actions d’une entreprise qu’en les réglant cash, immédiatement, pour la totalité du montant investi ;

• de devoir conserver ces actions un minimum de deux ou trois ans. Si l’on prend la décision de financer une entreprise, ce n’est pas pour s’en retirer quelques heures ou quelques jours plus tard, n’est-ce pas ? C’est que l’on croît sérieusement en ses possibilités de développement à moyen et long terme et que l’on inscrit cet investissement dans cette perspective.

Tout le reste – SRD, warrants, certificats, trackers, SICAV, ETF, futures et tous autres produits dérivés ou à effet de levier (sans oublier, bien sûr, les fameuses ventes à découvert) – doit être purement et simplement interdit.
  
C’est tout. D’une simplicité biblique, pourrait-on dire. Revenir aux fondamentaux. Se concentrer sur l’essentiel.
  
La banque et la Bourse redeviendront alors ce qu’elles n’auraient jamais dû cesser d’être : des activités ennuyeuses et sans grand relief, dont la croissance reflète celle de l’économie réelle. Faute de pouvoir s’investir dans le mécano financier, les « énergies » (notamment celles des cerveaux les plus brillants – voir Une autre route qu’eux) seront à nouveau orientées vers l’innovation technologique, la production… tout simplement le monde réel.
  
  
Lundi

 

http://lalettredulundi.fr/2011/08/14/de-lutilite-de-la-bourse/

 

Il y a eu un article sur le Monde Diplomatique : Supprimer la Bourse ?

Dans l'intérêt des citoyens, je réponds oui (eva)

 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 16:19
http://www.michaeljournal.org/images/InteretCompose2.jpg

http://www.michaeljournal.org/images/InteretCompose2.jpg

Il faut abolir la finance internationale

France corrompue, cynique, aucun de nos Polies-Tiques français à ce jour, hormis Marc Jutier de Fraternité Citoyenne, ne se bat pour que la Nation retrouve sa souveraineté financière. Notre Nation doit fabriquer sa monnaie pour cesser de s'endetter auprès des banque privées comme elle le fait depuis 1973 en raison de la trahison de Pompidou et Giscard.

Il est vital de nous déconditionner de cet argent de singe virtuel privé qui nous oblige à travailler comme des esclaves durant toute notre vie. Argent mirage sans valeur qui se dévalue lui-même pour encore mieux nous voler !!! Ne craignons plus d'abolir tout ce système mafieux monétaire !!!

La plupart des gens sur la planète reproduisent malheureusement et systématiquement le conditionnement général qui veut faire croire que les impôts permettent une juste répartition des richesses produites. En réalité les impôts ainsi que toutes les autres taxes prélevés ne servent qu’à alimenter les banques qui récupèrent ainsi l'argent-dette qu'elles créent alors que cela ne leur a rien coûté. Tous les partis Polies-Tiques "parasites privilégiés, avantagés" ferment les yeux et sont complices de cette monstrueuse et insoutenable escroquerie planétaire. Escroquerie exercée par le système bancaire mafieux tout puissant, pour le moment, grâce à l'ignorance, au mépris et à la corruption généralisée de toutes les élites mondiales.

Jamais le cartel mafieux bancaire tout puissant : FMI, Banque Mondiale, Federal Reserve et autres Banques Centrales n’a autant tenu en laisse les nations, les forçant à suivre la politique la plus perverse et antisociale qui soit. Aussi il est impératif d'abolir cette finance internationale nauséabonde en nationalisant les banques dont la seule finalité est d’endetter les nations et chaque citoyen de la planète. Les banques fabriquent systématiquement et régulièrement les guerres appuyées par leurs lobbies industriels et d'armements dans le seul but de faire des profits gigantesques. Ces guerres offrent de nouvelles perspectives de profits inimaginables aux banques ou aux oligarques de la planète  : d'abord limiter ce qu'ils appellent la surpopulation mondiale, et faire des profits colossaux en payant « toujours à vil prix » pour remettre une population en perdition au travail forcé, relançant ainsi leur crédit et de la sorte leur commerce et leur industrie antérieurement moins compétitives aux périodes fastes.

Il est essentiel que la Nation soit la seule à exercer le droit de création de la monnaie et du crédit sans intérêts. Il n'y aura plus de système monétaire tributaire de spéculations, fini inflation ou déflation. La Nation se doit de veiller à ce que chaque habitant touche de quoi vivre dignement, compensant les bas salaires, établissant l'équité. Chaque nation doit donc prendre entièrement à sa charge la fabrication de sa monnaie sans dette, non taxable, non imposable. Une monnaie libre qui ne coûte rien et qui alimente les organismes qui sont chargés de l'Habitation, de la Santé gratuite pour tous, de l'Agriculture, de l'Enseignement non élitiste et gratuite pour tous, des Loisirs, des Transports gratuits pour tous, de la Recherche Scientifique et de l'Industrie, de l'Import-Export, des Énergies et de la distribution de l'Eau…

Chaque humain adulte doit percevoir le Revenu de Base mensuel, 1000 € à vie, sans condition, (argent sans dette, non taxable, non imposable). Ceci sonnera le glas de toute spéculation, mettant fin à l’usure, à l'argent-dette et à l'industrie de la guerre imposée par l'oligarchie financière internationale. Les crédits doivent disparaître au profit de ''dotations'' remboursables partiellement ou entièrement gratuites, selon le cas, mais toutes strictement contrôlées par des organismes de tutelle et des associations habilités au contrôle des dotations.

« Le système bancaire moderne fabrique de l'argent à partir de rien. Ce processus est peut-être le tour de dextérité le plus étonnant qui fut jamais inventé. La banque fut conçue dans l'iniquité et est née dans le pêché. Les banquiers possèdent la Terre. Prenez la leur, mais laissez-leur le pouvoir de créer l'argent et, en un tour de mains, ils créeront assez d'argent pour la racheter. Ôtez-leur ce pouvoir et toutes les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront et ce serait bénéfique car nous aurions alors un monde meilleur et plus heureux. Mais, si vous voulez continuer à être les esclaves de banques et à payer le prix de votre propre esclavage, laissez donc les banquiers continuer à créer l'argent et à contrôler les crédits. » Sir Josiah Stamp, Directeur de la Banque d'Angleterre 1928-1941, 2ème fortune d'Angleterre.

 1) La Banque de France a été créée par Napoléon Bonaparte, il était le principal actionnaire suivaient 15 riches rentiers dont Rothschild. La Banque de France est privée !!

Aussi il me paraît essentiel de sortir de cet engrenage malsain pour créer la Première banque sans dette, pourquoi pas la nommer Banque Humaine Mondiale ???

2) L'argent émis serait sans intérêts, ce serait un argent parallèle, appellons le comme nous voudrons, il serait ajustable à toutes les monaies mondiales mais insensible à l'inflation ou la déflation, il serait non taxable et non imposable. Ainsi il ne serait plus question de crédits mais de dotations, ceci afin de contrer l'actuelle spéculation en particulier sur l'immobilier, aussi les dotations seraient partiellement remboursable en fonction des finances de l'empreunteur.

3) Chaque pays possèderait sa Banque Humaine Mondiale chargée de fournir à chaque adulte du pays, sans condition, à vie, un "Revenu de Base" équivalent au pouvoir d'achat de 1000 euros. Ceci aurait dans un premier temps pour conséquence de relancer l'industrie, puis nombreux cesseraient de travailler pour vivre exclusivement du Revenu de Base ce qui entraînerait une récession économique. A partir de là chaque pays lancerait des appels d'offre de travail avec rémunération conséquente afin que la population puisse travailler en rotation, en fonction des besoins avec des périodes de congés valorisants et rémunérés pour toutes les personnes qui participent à l'effort de travail. Un travail partagé par tous où il n'y aurait plus d'élites planquées et privilégiées.

Par ces mesures nous quitterions rapidement le joug de l'argent dette qui deviendrait très vite inutile, pour nous fixer exclusivement sur l'argent sans dette !!!

 

 

http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/il-faut-abolir-la-finance-98233

 

_____________________________________________________________________________________________

 

 

Les propositions du Crédit Social expliquées en 10 leçons

Leçon 4: La solution au problème des dettes:
un argent sans dette créé par la société


Comme il a été fait mention dans la leçon précédente, et qui est bien expliqué dans l'Ile des naufragés de Louis Even, tout l’argent en circulation est un prêt, et doit retourner à la banque grossi d’un intérêt. Le banquier crée l’argent et le prête, mais il se fait promettre de se faire rapporter tout cet argent, plus d’autre qu’il ne crée pas. Seul le banquier crée l’argent: il crée le capital, mais pas l’intérêt. Le banquier demande de lui rapporter, en plus du capital qu’il a créé, l’intérêt qu’il n’a pas créé, et que personne n’a créé.

 L’intérêt à payer sur la dette augmente dans la même proportion que la dette, puisque c’est un pourcentage de cette dette. Pour financer sa dette, le gouvernement émet des bons du Trésor et autres obligations, la plupart achetés par les banques à charte privées.

Concernant la vente de ces obligations aux banques, le gouvernement est un vendeur imbécile: il ne vend pas ses obligations aux banques, il en fait cadeau, puisque ces obligations ne coûtent absolument rien aux banques, car elles créent l'argent pour les acheter. Non seulement les banques obtiennent ces obligations pour rien, mais elles en retirent de l'intérêt (payé par les taxes des contribuables).

Est révélateur sur ce sujet l'échange qui eut lieu entre M. Wright Patman (photo de gauche), Président du Comité de la Chambre des Représentants des Etats-Unis sur la Banque et le Numéraire, et M. Marriner Eccles (photo de droite), Président de la «Federal Reserve Board» (Banque centrale des Etats-Unis), le 30 septembre 1941, au sujet de la création de 2 milliards $ par la «Réserve Fédérale»:

 

suite ici :

 

http://www.michaeljournal.org/lecon4.htm

 


Partager cet article
Repost0
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 20:50

 

http://www.bienpublic.com/fr/images/7CF49902-B56B-4CCC-B6F8-466C075D1F55/LBP_03/l-action-societe-generale-victime-de-la-rumeur-a-repris-7-26-aujourd-hui-photo-afp.jpg

http://www.bienpublic.com/fr/images/7CF49902-B56B-4CCC-B6F8-466C075D1F55/LBP_03/l-action-societe-generale-victime-de-la-rumeur-a-repris-7-26-aujourd-hui-photo-afp.jpg

.

Derrière la rumeur, encore la rumeur et… Le Monde.

Pour expliquer le plongeon de – 14,7% de l'action Société générale, mercredi 10 août à la Bourse de Paris, traders, analystes et journalistes ont exhumé un article du journal britannique Mail on Sunday paru… trois jours plus tôt.

Hey, les gars, l'article "Le pire scénario de la crise financière", c'était une blague, aussi... heinh. Quoi que.

 [Article complet : lemonde.fr]

(Article référencé sur le site "Les mots ont un sens")

 

A lire également :

 

Crise des Bourses : ceux qui y perdent, ceux qui y gagnent

 

La sphère financière est de plus en plus déconnectée de l'économie réelle, a-t-on l'habitude d'entendre.

Logiquement, les entreprises, les banques, les Etats et même nos porte-monnaie devraient donc être épargnés, à l'abri des vicissitudes des marchés boursiers et de leur dégringolade depuis fin juillet.

 [Article complet : lemonde.fr]
.

A lire également :

.

 

Trader Noé – Un plan de génie machiavélique !

Le marché a bien remonté hier, cependant le contrat Future SP500 présente un point très intéressant 1184-1200 points. Si le marché ne parvient pas à franchir ce seuil alors nous allons assister à une accélération de la tendance baissière.

« La tendance baissière prend de la force et pourrait se montrer dévastatrice, un peu comme la mer qui se retire avant le tsunami ».

Il faudra surveiller très attentivement le niveau des 1184-1200 points ! (Cliquer pour lire la suite.) Read the rest of this entry »

 
66 Comments

Publié par le 12 août 2011 in Non classé

 

« La rumeur court toujours plus vite que la vérité »

Ce mot de Voltaire traduit bien ce que nous voyons aujourd’hui au niveau des bancaires françaises, dont le cours des actions a plongé considérablement. Nous pourrions ajouter que les conséquences liées à la rumeur peuvent se traduire, in fine, par une vérité de fait, et avoir des banques qui coulent réellement à cause de la perte de confiance des actionnaires. Surtout que la « main anonyme » a l’art d’intervenir sur des points extrêmement fragiles. Pas seulement en matière de cours boursiers, mais encore dans le « conditionnement des foules ». Il suffit de voir la manière dont réagissent les Britanniques aujourd’hui alors que Londres est confronté à des violence inouïes. (Cliquer pour lire la suite.) Read the rest of this entry »

 
3 Comments

Publié par le 12 août 2011 in Non classé

 

Silver Industriel contre Silver monétaire

Ce n’est pas la voix de Menthalo, mais je partage cette analyse à 100%.
La baisse du pouvoir d’achat amène une baisse de la consommation, qui entraine une baisse de la consommation industrielle.
Mais la consolidation logique du silver en mai (largement aidée par la hausse des marges) n’a pas été accentuée par la chute des bourses.
Cela veut dire que la demande d’argent monétaire soutient les cours.
Souvenez-vous que pour vous comme pour les Banques Centrales, il est plus intéressant aujourd’hui d’investir dans le silver que dans l’or étant donné les cours auquel l’argent va être remonétisé.
 
5 Comments

Publié par le 12 août 2011 in Non classé

 

DEVALUATION DE L’EURO

Par Menthalo – Si on regarde les cours de l’or en Franc Suisse sur un an, il est resté relativement stable (Cliquer pour lire la suite.) Read the rest of this entry »

 
3 Comments

Publié par le 12 août 2011 in Non classé

 

Trader Noé – Parité EUR/USD et OR… quelque chose se prépare…

Et aussi : .

..

  .

Chute de la Bank of America? PDF Imprimer Envoyer
Jeudi, 11 Août 2011 01:31

 

Bank of America - l'une des plus grandes banques des États-Unis a perdu plus de 60% de sa valeur boursière dans les derniers mois. Lundi dernier l'action a dévissé de 20% en une seule journée. Mais le patron se veut apaisant: "tout ira bien". - Y-a-t-il des parallèles avec la faillite de Lehman Brother's ?

 

Michaela Heine pour news 26

 

Banque d'Amérique - temps réel

pour rafraîchir: rechargez la page entière



Lorsque le patron de la banque Bear Stearns s'est présenté devant les caméras juste avant la faillite en 2008, il a peint un tableau en rose de l'avenir. Les rumeurs, qui voyaient la banque proche de la faillite étaient  bien évidemment selon lui incorrectes. Au contraire, l'entreprise se présentait dans une situation excellente. Deux jours après ce mensonge, la banque d'investissement était en faillite.

De nouvelles rumeurs circulent actuellemet autour d'une des banques les plus prestigieuses des États-Unis: la Bank of America. Lors des six derniers mois le cours de la BoA a chuté de près de 60%. Dans la seule journée de lundi, le titre a perdu 20%. Mardi, le cours de l'action à pu à nouveau remonter fortement.

 

Toutefois, ce mouvement de  cours pourrait être trompeur. Un tel mouvement boursier est presque identique à celui de nombreuses banques aux Etats-Unis qui, juste avant l'écroulement, pouvaient vivre un bref rebondissement, juste avant la mort La faillite de Lehmann  Brother's s'est déroulé suivant le  même scénario. 

Ici aussi, juste avant la banqueroute, il n'y avait pas de problème, tout était OK.

Quel est le problème avec la BoA?

Techniquement parlant, la situation boursière de la BoA ressemble exactement à celles de toutes les banques en faillite au top de la crise de 2008: chute dramatique  de l'action et brève remontée du cours juste avant que le prix de l'action tombe proche de zéro. Est-ce que la renommée de Bank of America est menacée du même sort? En tout cas, ce serait le coup de grâce  pour le système financier mondial.

Le chef de Bank of America, Brian Moynihan, essaie de rassurer les investisseurs - cette méthode pouvait également être observée en 2008 de la part de nombreuses banques aux Etats-Unis. Uniquement des mensonges?

Moynihan, rejette les raisons invoquées  pour la chute de l'action de la BoA  sur les diverses plaintes judiciaires, notamment celle d'AIG: "Nous travaillons activement afin de laisser les procès hypothécaires derrière nous", a déclaré le chef de BoA dans une lettre adressée à ses employés. «Nous avons survécu à des temps difficiles dans le passé et nous allons faire autant maintenant."

C'est un fait: la Bank of America se retrouve en eaux troubles. 
L'établissement financier américain est poursuivi par plusieurs sociétés dans le cadre de la vente de prêts hypothécaires pourris. En raison de la contamination de la crise du marché immobilier, la banque a vécu actuellement a plus grande perte trimestrielle de son histoire.

Moynihan était à la disposition des investisseurs mercredi lors d'une vidéo-conférence afin de répondre aux questions délicates des actionnaires.
Dans le passé, de telle paroles de ralliement du public avancaient la reconnaissance officielle de la faillite d'environ 48 heures. Si cela devrait s'appliquer  également à la Bank of America, le système financier dans son ensemble  sera sérieusement menacé.

Ce jeudi matin la BoA a apparemment annoncé la vente d'un grand nombre de titres à une importante banque Chinoise. Pour l'instant il n'y a pas plus de details connus.

 

pour rafraîchir: rechargez la page entière

 

Partager cet article
Repost0
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 20:12

http://www.argentmag.com/b/wp-content/uploads/2010/09/argent_monnaie21.jpg

http://www.argentmag.com/b/wp-content/uploads/2010/09/argent_monnaie21.jpg

.

10 raisons pour lesquelles l’or est la réaction instinctive et pourquoi l’argent est le choix intelligent

.

Le 11/08/11 •• par silver
http://www.argentmetal.com/

Voici la traduction d’un article du site DontTreadOnMe qui résume bien pourquoi l’argent est, et restera, le meilleur investissement de la décennie.

« On est au début du basculement du papier vers les valeurs réelles et tangibles. Les derniers arrivant dans ce nouveau paradigme, n’ont pas une idée claire de ce qu’ils font quand ils achètent de l’or. Evidemment ils peuvent comprendre qu’il est rare et que leurs grands-parents disaient d’acheter ce métal jaune, mais ils ne sont pas allés jusqu’au fond des choses pour comprendre le sens de leur geste. Quand j’ai voulu sortir du papier, j’ai acheté de l’or comme une réaction saine. Et puis, plus j’en apprenais sur l’argent et plus j’ai réalisé que l’achat d’argent était le choix intelligent.

Quand j’ai commencé à me réveiller, courant mars 2005, j’ai pris pleine conscience de la crise qui allait survenir, j’ai commencé à étudier les cycles de dettes. Durant cette recherche, j’ai finalement compris que la Federal Reserve est une entité privé détenue par des banques étrangères. J’ai donc décidé de sortir mes économies de leur casino financier fait de papier. J’ai commencé à alerter les investisseurs de la folie de parier dans leur jeu, parce que ce système papier, allait entièrement s’effondrer. En effet, qui se soucie de votre pari quand le casino s’écroule ? De plus en plus de personnes prennent conscience de cette folie et ont décidé d’en sortir. Mais où donc vont-ils se réfugier, eux qui ont fait confiance au marché papier depuis tant d’années ? Une seule réponse, l’or.

L’or est le plus grand marché de métal précieux dans le monde, il fascine et représente la richesse dans nos subconscients depuis des siècles. Les gens l’ont vu dans les films de pirates, dans les médias, etc. De plus, avoir de l’or entre ses mains est si impressionnant et magique, qu’il est difficile de ne pas vouloir en faire son premier achat. Pour résumer, l’or est une réaction instinctive pour la plupart des investisseurs papier souhaitant sortir du casino. Je pense que c’est la raison pour laquelle nous voyons tant d’activité sur l’or en ce moment.

Mais plus j’en ai appris sur l’argent, et plus j’ai compris que c’était le seul choix d’investissement pour moi et ma famille. J’en suis encore mieux persuadé aujourd’hui en 2011, que je ne l’étais en 2005 lorsque j’ai décidé de parier sur ce métal. Quand vous comprenez réellement ses fondamentaux de base, vous ne pourrez arriver qu’à une seule et unique conclusion, c’est qu’il s’agisse simplement du meilleur investissement sur terre. Je vous met au défi de me trouver un meilleur investissement. J’adore les challenges !

La première chose et de loin la plus importante, est que l’argent métal est une valeur tangible. Quand je dis « investir dans l’argent », je ne veux parler que de ce qui peut se trouver entre vos mains. Si vous ne pouvez le toucher, il n’est pas à vous. Rester en dehors des SLV, comptes de métaux, des actions minières, etc. Restez focalisé sur le physique. Il serait dommage d’avoir investi dans l’argent, mais sous la mauvaise forme.

Nous entrons dans un virage historique qui voit fuir l’épargne du papier vers les biens tangibles. Comme je l’ai fais remarquer plusieurs fois dans le passé, le dollars est sur le point de s’effondrer et, de ce fait, le socle sur lequel se maintient toute l’économie mondiale. C’est une certitude mathématique. L’effondrement du dollars sera le plus grand événement à l’échelle mondiale que nous ayons connu dans toute l’histoire humaine, une crise qui touchera dramatiquement toutes personnes sur terre et marquera de cicatrices profondes les générations à venir. Oui, ce sera à ce point là.

Quand l’effondrement mathématiquement inévitable du dollars surviendra, toutes les valeurs papiers seront détruites. Cela vaudra pour le Dollars, Yen, Euro, CDS ( Credits default Swap ), Munis ( Obligations municipales ), Treasury Bills ( Obligations à court terme américaine ), marchés de change, polices d’assurances, pensions, assurances vie, livrets d'épargne, entreprises privées, sécurité sociale, dividendes, 401ks, IRAs, actions, options, obligations et même l’immobilier. Sans le fonctionnement sain d’une monnaie, et la sécurité que cela procure, la machine du crédit se bloquera, ainsi que les marchés, les paiements. Toute l’économie s’arrêtera. Les gens paniqueront, et c’est là que la guerre intervient à chaque fois.

Cela poussera naturellement les investisseurs vers les biens tangibles comme les matières premières. Les matières premières sont les choses que nous utilisons tous les jours dans notre vie, comme le cotton, les céréales, la viande, le pétrole ou encore l’acier. Le problème avec la majorité des matières premières est le stockage. Dans les faits, les deux meilleures matières premières en terme de protection durant l’inflation seront la nourriture et l’essence. Ce sont les biens les plus essentielles à l’humanité et il serait difficile de vivre sans. Je recommande fortement les gens à en mettre aussi de côté avant d’acheter de l’argent. Vous aurez besoin d’au minimum 3 mois de stocks de nourriture par personne pour faire tampon avec le choc sociale massif dans lequel nous allons entrer avec l’effondrement du dollars. Le problème avec les investissements dans la nourriture et l’essence, c’est le stockage. Au fil du temps, ils se détériorent et deviennent sans valeurs. Vous devrez aussi faire face au prix de stockage si vous souhaitez investir des milliers de dollars. Je ne sais pas vous, mais je ne possède pas de silo à grain ou d’entrepôt de stockage.

Dans des conditions extrêmes, les gens qui investissent dans la nourriture et l’essence, mettent leur vie en danger. Les gens réagissent avec violence à ceux qui tentent de monnayer leurs stocks de nourriture durant des temps de crise. En 1565, l’un des hommes les plus riches d’Anvers, Pauwels Van Dale, acheta de larges quantités de grain avec l’espoir de voir monter les prix. Quand les gens affamés apprirent la nouvelle, ils se révoltèrent dans toute la ville, ciblant avec violence les riches pour leur arrogance et cupidité.

Si vous n’êtes pas un paysan ou un baron du pétrole, cela restreint déjà les possibilités d’investissement dans les matières premières. Cela nous amènent naturellement vers les métaux parce qu’ils ne se détériorent pas. Pour la plupart des métaux, le stockage est tout autant problématique, car avec $8’000 dollars, vous pourrez acheter une tonne de cuivre mais juste à peine 4 onces d’or. C’est pourquoi les métaux précieux sont autant appréciés, c’est parce qu’ils sont rares et permettent de stocker beaucoup de valeur dans un espace réduit.

L’une des raisons pour laquelle les gens investissent dans les métaux précieux est parce qu’il n’y pas de contre-partie risquée, car sa valeur provient simplement de sa composition intrinsèquement rare et de leurs potentielles utilisations. Avec des métaux précieux, vous n’avez pas à vous souciez de recevoir des dividendes ou bénéfices ou devoir subir l’inflation d’une devise. En fait, plus l’économie sera mal en point, et plus les gens fuiront vers les métaux précieux faisant ainsi monter leur cours.

Maintenant, que vous avez compris que les métaux précieux est là où vous devez vous trouver, il vous faut dorénavant choisir vers lequel des quatre grands métaux précieux vous allez vous diriger. Vous avez le choix entre l’or, l’argent, le platine et le palladium. Le platine et le palladium ont la rareté et l’utilisation industrielle qui jouent pour eux, mais ils n’ont jamais été utilisé en tant que monnaie durant l’histoire. Avec l’effondrement du dollars, je veux obtenir un métal qui aura la plus forte demande potentielle pour faire monter son prix. Je veux que mon métal possèdent en même temps une demande industrielle, d’investissement et monétaire.

Il ne nous reste plus que l’or et l’argent comme choix rationnels pour l’investissement face à inévitable effondrement économique que nous allons traverser.

  • 1) L’argent est la deuxième matière première la plus polyvalente. La première est le pétrole
    Avec l’augmentation de ses utilisations technologiques et médicales, la demande d’argent est vitale pour toute rémission de l’économie. L’argent possède des propriétés anti-microbiennes, réfléchissantes et de conductions thermiques et électriques uniques, ce qui en fait un élément nécessaire à tout développement de projet incluant un minimum de technologie. Comme il est si important mais utilisé dans des quantités infimes, son prix n’est pas élastique. Si l’argent monte jusqu’à 1’000 dollars l’once et que la société Apple à besoin d’1/10 d’une once pour produire un ordinateur qui coûte 2’000 dollars, il devra simplement augmenter le prix de vente de $100 pour faire face à la monter du cours.
  • 2) L’argent est assez peu cher pour le simple mortel contrairement à l’or
    Investir dans l’or à $1700/1800 dollars l’once, n’est pas très concevable pour l’américain moyen, et encore moins pour le reste des habitants de la planète, qui n’auront certainement jamais assez de papier monnaie pour acheter ne serait-ce qu’une seule once d’or. Les gens sont étranglés par les factures en fin de mois, ils le seraient encore plus avec l’achat d’or. Avec l’argent à 38$ dollars l’once, un mari peut acheter quelques onces d’argent sans consulter sa femme. S’il achetait une once d’or, il aurait certaines explications à faire. Jusqu’à ce que l’argent soit relativement peut cher face à l’or, la demande se dirigera naturellement vers l’argent.
  • 3) L’or est stocké, l’argent est consommé
    Depuis l’aube de l’humanité, l’or a été stocké. A notre époque, l’argent est utilisé comme une matière première industrielle et non pas évalué comme un métal précieux. Avec l’avènement de la technologie, l’argent métal a été consommé en masse en de si petites quantités, qu’il ne pourra jamais être recyclé. En fait, l’USGS (U.S. Geological Survey) dit que dans les conditions actuelles d’utilisation, l’argent deviendrait, en effet, le premier élément de la table périodique des éléments venant à disparaître.
  • 4) Il n’existe pas de nouvelles grandes mines d’argent à découvrir
    Durant les décennies passées, nous avons consommer plus d’argent chaque année que les mînes n’en ont extrait. Cela n’a été rendu possible que parce que nous avons puisés directement dans les stocks d’argent extraits durant l’histoire de l’humanité pour couvrir cet énorme besoin en argent. En 1950, on estimait les stocks à 10 milliards d’onces d’argent. Aujourd’hui, ces même stocks sont vides. Donc, même si l’or est 10 fois plus rare que l’argent quand il est extrait du sol, le fait est que l’or est stocké et l’argent consommé, fait de l’argent un métal bien plus rare que l’or.
  • 5)  Le ratio or sur argent est à 1:45
    Il faut environ 45 onces d’argent pour acheter une once d’or. Si durant toute l’histoire, l’argent a été extrait seulement 10 fois plus que l’or, combien de temps un ratio de 1:45 peut-il tenir ? Si l’argent a été utilisé et l’or stocké, combien de temps ce ratio de 1:45 pourra-t-il exister ? A un certain point, le marché ne pourra ignorer cette opportunité exceptionnelle. Quand cela arrivera, on pourrait voir l’argent dépassé le cours de l’or. Si vous voulez vraiment de l’or, acheter de l’argent. Vous pouvez acheter 45 onces d’argent maintenant et lorsque le ratio tombera à 1:1, vous pourrez l’échanger contre 45 onces d’or.
  • 6) L’argent a la plus grande position vendeuse persistante de toute l’histoire des matières premières
    La seule raison pour laquelle le ratio 1:45 tient, c’est parce qu’il existe des banksters qui vendent de l’argent métal papier sur le marché pour contenir le cours de l’argent chaque fois que celui-ci s’envole, afin de protéger le dollars et ses milliers de milliards qui nous gouverne. En mai dernier, lorsqu’ils ont volontairement fait chuter le cours de l’argent, ils y sont parvenus en vendant prêt de 8 milliards d’onces d’argent papier en 5 jours, alors qu’il n’est extrait mondialement qu’un seul milliard d’onces d’argent chaque année. Ce système sera enfin mise à nu lorsqu’ils ne parviendront plus à faire face à la demande de livraison, ce qui ne saurait tarder. ( Acheter de l’argent pour accélérer la chute de la JP Morgan ).
  • 7) Les Banksters sont à cours d’argent métal ainsi que de temps
    Le COMEX ne détient à l’heure actuelle plus que 27 millions d’onces d’argent métal. J’avais déjà compris en mai, que le crash de l’argent n’était qu’une grosses connerie. La logique voudrait que si le prix chute, on devrait retrouver plus d’argent métal en stock dans leurs coffres. Malheureusement non, car lorsque le décompte de leur stocks fut fait, il y avait en effet, moins d’argent. On ne se trouvait pas seulement face à plus d’argent livré physiquement aux acheteurs, mais aussi avec des vendeurs qui décidèrent d’annuler leurs transactions pour récupérer leur argent déposé au COMEX, comme l’a fait l’OPEC ( Organization of the Petroleum Exporting Countries ). Quand cette fraude massive sera mise à nue officiellement, il y aura des acheteurs d’argent métal en panique, comme des requins cherchant l’odeur du sang.
  • 8 ) Le marché de l’argent est minuscule
    Avec seulement 27 millions d’onces au COMEX, un petit milliard de dollars emporterait la totalité du plus grand centre de stockage d’argent. Vendredi dernier, le trésor américain à rajouté 240 milliards de dollars de dettes en seulement une journée. Il faut donc comprendre que lorsque les milliers de milliards de dollars papier vont faire défaut, il ne restera pas beaucoup de solutions disponibles, et vu la taille du marché de l’argent, il ne faut pas énormément d’imagination pour comprendre ce qui pourrait se passer quand une partie des gens décideront de se diriger vers ce marché. Comme le marché de l’or est plutôt grand, il est normal de voir s’y diriger les banques centrales. Si elles décidaient d’injecter 1 milliard de dollars dans l’argent, elles exploseraient littéralement ce petit marché, alors que ce même milliard dans le marché de l’or, ne donnerait qu’une légère ondulation. C’est pour cela que, pour le moment, l’or est mise en avant afin de pouvoir détourner l’attention de l’argent, mais ça ne pourra durer éternellement.
  • 9) La majorité des propriétaires d’or sont les banksters
    Si vous regardez les plus grands stocks d’or, vous tomberez surtout sur les banques centrales du monde. Les destructeurs du papier monnaie sont ceux qui sont assis sur les plus gros stocks d’or. Il n’y a pas de banque centrale que je connaisse qui ne possède même une seule once d’argent. Comme l’argent a été de nombreuses fois utilisé en tant que monnaie durant l’histoire, la logique voudrait qu’à un certain point les banques décident d’en acheter. Jusqu’à quand se borneront-elles à acheter uniquement de l’or ?
  • 10 ) L’or est beaucoup plus médiatisé que l’argent
    L’or est au moins médiatisé deux fois plus que l’argent dans les petits médias et peut être 100 fois plus dans les mainstream médias où l’argent est complètement ignoré. La dernière fois que j’ai entendu parler d’argent, c’était lors du Krach d’avril, dans lequel on expliquait qu’il était risqué d’investir dans le marché de l’argent.

Il y aurait de nombreux autres points sur lesquels je pourrait revenir, mais je vous laisse le soin de faire votre choix, qu’il soit instinctif ou intelligent. »

Article traduit et remasterisé depuis Dont Tread on Me



Question : Mais quand est-ce que les ordures comme blyth master et hsbc je pourront-ils plus manipuler le cours de l’argent métal? Qu’est ce qui les arrêtera?
Si une nouvelle monnaie est instauré, l’argent sera-t-il réévalué en fonction des derniers cours en euro/dollar manipulés ?

Ce qui pourrait les arrêter, c’est la fin des stocks disponibles au COMEX qui est à 27 millions ( contre 45 en mars dernier ), car comment continuer de vendre de l’argent papier alors que les stocks sont vides ?

Le COMEX aura perdu de son utilité, et ne pourra plus s’amuser à la baisse continuelle.

Il y a aussi la chute continuelle du dollars, qui au bout du compte, sera simplement laissé à la mort douloureuse qu’il l’attend, donc plus besoin de manipulations à ce moment là.

La seule chose que la JP Morgan fait, c’est de jouer la montre, donc il suffit d’être patient :)

Si l’once d’argent est à 500$, sa valeur sera la même converti avec le taux de change de la nouvelle monnaie.

 

Commentaires Filibert :

Les stocks d'argent du COMEX seront vides avant la fin de l'année.
Le COMEX proposera alors de rembourser les contrats avec du papier monnaie pour éviter le scandale, comme cela fut fait pour des contrats or de la HSBC et de la Deutsche Bank (avec une plus value de 20% pour faire accepter la pilule). Mais certains clients exigeront une livraison d'argent physique comme les industriels qui en ont un besoin vital pour continuer leurs activités.
Soit le COMEX s'exécute, soit les industriel vont devoir acheter sur le marché libre et vu la faible quantité disponible les prix vont s'envoler rapidement (que ce soit le COMEX ou les industriels qui achètent).
Comme la production n'est pas suffisante pour les usages industriels les prix vont continuer à monter.
De plus les personnes voulant protéger leur épargne vont être en concurrence et donc stimuler encore plus la hausse.
La fenêtre optimale pour se placer est sans doute avant octobre 2011.
Pour 1000€ d'argent acheté vous vous retrouverez dans un an ou deux à la tête de 45.000€ d'argent lorsque l'argent sera à sa juste valeur

Partager cet article
Repost0
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 20:04

Mauvaise traduction - et sous réserve que l'info soit réelle ! (eva)

Mercredi, 10 août 2011

Gouvernement britannique commence à voler les dépôts bancaires de ses peuples avant l'effondrement financier mondial.
Un agent de police a ordonné par le gouvernement de voler les gens.
Il s'est passé avant et c'est à partir de nouveau. Gouvernement confisquant (vol) économies de vie du peuple. Tout comme en 1929, le gouvernement britannique a commencé son vol d'économies de vie du peuple juste avant la grande dépression. Après une course inflationniste dans les prix et les valeurs des biens, le marché boursier s'est écrasé en 1929, et l'économie va bientôt avec le crash. Cette fois que le gouvernement britannique est en camouflant son vol pur et simple en prétendant tout le contenu des banques de dépôt de sécurité est détenu par des criminels et le contenu est le produit de crimes.

En mars de 2011 le premier ministre britannique David Cameron a ordonné à la police britannique pour exécuter l'opération Rize - raid et saisir le contenu entier (art, lingots d'or, poussière d'or, bijoux et l'argent) de près de 7 000 boîtes de dépôt de sécurité de trois chapelles à Londres. Le gouvernement britannique a tout simplement dit Scotland Yard que les coffres de sécurité ont été utilisées par les criminels pour stocker de la trésorerie, d'armes et de drogues.
Le gouvernement britannique a demandé à la police d'arrêter toute personne qui se rend aux coffres pour essayer de récupérer le contenu de leurs coffres de sécurité. Ceux qui protestaient contre la saisie du contenu de leurs coffres de sécurité devaient être inculpés de diverses infractions, y compris la pédophilie, le blanchiment d'argent, le commerce de la drogue et la possession d'armes à feu.
Lorsque se répandit sur le raid de gouvernement et le vol du contenu de leur dépôt de sécurité des boîtes de personnes se sont précipités pour les coffres de la Banque. La police arrêté 146 et inculpé de 30 (ceux qui ont le plus d'argent et d'or dans leurs coffres de sécurité) trumped de pédophilie, blanchiment d'argent, commerce de la drogue et les frais des armes à feu.
Vol à main armée de coffre-fort bancaire par la Police de Londres
Ce n'est pas la première fois, le gouvernement britannique a ordonné la saisie de dépôts de son populaire. En juin 2008, 1 an après le mondial début de la crise économique, policiers armés d'armes automatiques (ci-dessus en image) ont été commandés par Gordon Brown à saisir (à prendre par la force) des milliers de boîtes de dépôt, allant de petites boîtes moyennes sur le livre à grands coffres-forts sans rendez-vous dans une chaîne de raids de Londres Ouest. Vol à main armée se définit comme un crime " impliquant l'utilisation d'une arme dans la prise de l'argent ou des biens en la possession d'une autre, de sa personne ou présence immédiate".
Le contenu du coffre-fort ont été volé par le gouvernement britannique de Park Lane sécuritaire aux dépositaires de Park Street, Hampstead dépôt sécuritaires en Finchley Road et Edgware dépôt sécuritaires dans High Street, Edgware.
Le gouvernement britannique a eu l'idée en 2006. Le gouvernement britannique avait besoin d'argent nouveau et l'argent seulement nouvelle et réel était détenu par le peuple dans les coffres de sécurité. Le gouvernement ne peut taxer ce qui est assis pour les années dans des milliers de coffre-fort, donc ils ont décident de confisquer tout. La confiscation de l'argent du peuple a été baptisée opération Rize. Opération Rize étant le code de Ruse. La ruse est le gouvernement britannique d'étiquetage afin de voler le précieux contenu de leurs coffres de sécurité tous les propriétaires de la boîte de dépôt sécurité comme des criminels. Chaque coffret de sécurité dans les plus grandes caves à Londres ont été commandés raids repose entièrement sur l'affirmation du gouvernement britannique qu'une poignée de sécurité dépose les propriétaires de boîte étaient soupçonnés d'être corrompu.
Pourquoi est-ce important pour les personnes aux États-Unis ? Le gouvernement américain s'apprête à faire de même aux États-Unis.
Le gouvernement des États-Unis a volé l'argent de son populaire depuis 2008 et le seul vrai argent ($ billions) gauche des États-Unis est maintenu dans les coffres de sécurité de ses peuples. Le gouvernement américain a perdu sa cote AAA prisé et le s & p fait savoir qu'il pourrait diminuer ce nouveau en novembre. Hier, Guan Jianzhong, président de Dagong Global cote de crédit, a déclaré la devise des États-Unis (Note de la réserve fédérale sans valeur) est étant « progressivement écartée par le monde, » et le « processus sera irréversible. » En raison du déclassement de la cote et des gouvernements étrangers, abandonnant la Note sans valeur de la réserve fédérale, le gouvernement des États-Unis est forcé par les banquiers de la réserve fédérale pour faire des préparatifs de confisquer les actifs financiers précieux du peuple, tenues dans les coffres de sécurité partout aux États-Unis, en utilisant la même fausse accusation comme le gouvernement britannique – tous les propriétaires de boîte dépôt de sécurité sont des criminels et le contenu de ces boîtes réputées pour être criminelle se produit.
Confiscation de gouvernement (vol) des ses peuples or remonte à la traite avec la Loi de l'ennemi de 1917. En 1917, le président Woodrow Wilson est contraint par les banquiers de la réserve fédérale nouvellement formée à signer le « TWEA » droit, interdisant américains particuliers et aux entreprises de s'engager dans le commerce avec les « nations ennemies ». Fonctionnelle étalon-or du monde, qui a supervisé la formidable croissance économique mondiale au début du XXe siècle, a été efficacement stoppée par les banquiers de la réserve fédérale et bientôt suivie par le déclenchement de la seconde guerre mondiale. Avec l'or étant n'est plus la norme pour le commerce (la Note sans valeur de la réserve fédérale contrefaits remplacé) l'étape a été ainsi définie pour la grande dépression et la seconde guerre mondiale.
Peu de temps après la prise de fonctions seize ans plus tard, Franklin Delano Roosevelt a été contraint par les banquiers de la réserve fédérale de signer Executive Order 6102 en droit, interdisant les « accumulation » de l'or. En vertu de la présente ordonnance de la réserve fédérale, les Américains ont été interdits de posséder plus de 100 $ de pièces d'or, et tous les "thésauriseurs" (c'est-à-dire les personnes qui possédaient plus de $100 à une valeur de l'or) sont forcés, par la Loi, de vendre leur or « excès » les banquiers de la réserve fédérale au prix dominant de 20,67 dollars l'once.
Ensuite, une fois que les banquiers de la réserve fédérale avaient tout l'or, FDR réévalués du dollar par rapport à l'or pour que l'or était maintenant une valeur de 35 $ l'once. Par décret simple, les banquiers de la réserve fédérale avaient volé ainsi des millions de citoyens américains au taux de $14,33 par once d'or confisquée, c'est pourquoi la plupart des historiens conviennent que la Confiscation d'or de 1933 était la seule loi économique plus draconienne dans l'histoire des États-Unis – qui est jusqu'à ce que les banquiers de la réserve fédérale a fait une fois de plus de 75 ans plus tard.
Le 24 novembre 2008, membre du Congrès américain républicain Ron Paul (R -TX) a écrit : "en renflouement des compagnies défaillante, ils sont argent confisquant des membres productifs de l'économie et lui donnant à l'omission ones. En soutenant les entreprises avec des modèles d'affaires obsolètes ou non durable, le gouvernement empêche leurs ressources d'être liquidés et mis à la disposition d'autres sociétés qui peuvent les mettre usage mieux et plus productif. Un élément essentiel d'un marché libre en bonne santé, est que la réussite et l'échec doivent être autorisées à se produire lorsqu'ils sont gagnés. Mais au contraire avec un plan de sauvetage, les récompenses sont inversées – le produit provenant d'entités du succès est donné à l'omission de celles. Comment cela est censé pour être bon pour notre économie est au-delà me…. Il ne fonctionnera pas. Il ne le peuvent pas travail… Il est évident pour la plupart des américains dont nous avons besoin de rejeter le copinage corporatif et de permettre la réglementation naturelle et les incitatifs du marché libre de choisir les gagnants et les perdants dans notre économie, pas les caprices de bureaucrates et les politiciens.»
Articles connexes ? 

Barclays perdu mes biens précieux valant 190 k de £ – Barclays, Londres, Royaume-Uni, a été l'un des bénéficiaires plus grands uniques du plan de sauvetage du gouvernement américain d'AIG. Il a reçu environ 6 milliards de livres sterling de banquiers des réserve fédérale.
 
 
Partager cet article
Repost0
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 14:12

.

Brèves /
BNP, Société Générale, Crédit Agricole : La fin de la banque universelle française !

11 août 2011 (Nouvelle Solidarité) – Alors que les banques françaises sont premières de cordée dans la chute du système financier, nous republions ici notre interview avec Eric Verhaeghe, qui lors de la conférence internationale de l’Institut Schiller début juillet, avait exposé la taille systémique de BNP Paribas, Société Générale et Crédit Agricole, et comment ces anciennes banques publiques de détail sont devenues les supplétifs de la City de Londres.


Pour Eric Verhaeghe, ancien haut-fonctionnaire entré en dissidence, une seule solution : démanteler les banques universelles avec un Glass-Steagall !

 

 

 

.

http://www.solidariteetprogres.org/BNP-Societe-Generale-Credit-Agricole-La-fin-de-la-banque-universelle_07999 

.

 

.

Partager cet article
Repost0
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 06:35

http://jeunesocialiste.blog.lemonde.fr/files/2011/05/Votez-pour-la-d%C3%A9mondialisation-.png

 

http://jeunesocialiste.blog.lemonde.fr/files/2011/05/Votez-pour-la-d%C3%A9mondialisation-.png

11.08.2011

Les opposants à toute remise en cause ont vite fait d’évoquer le spectre de l’Albanie ou de la Corée du Nord pour refroidir toute velléité de remettre en cause la mondialisation. Mais dans la réalité, de nombreux pays prennent des libertés avec les dogmes libre-échangistes, pour leur plus grand bien.

 

Quand le Brésil devient protectionniste

 

Voici un pays confronté à une monnaie largement surévaluée. En effet, selon l’indice Big Mac de The Economist, le real serait la monnaie la plus chère du monde, surévaluée de 52% par rapport au dollar si on compare le prix du sandwich de Mac Donald’s. Et étant donné le niveau de développement du pays, l’hebdomadaire britannique estime qu’elle est même surévaluée de 149% ! Cela signifie que les produits brésiliens sont mécaniquement trois fois plus chers que les produits chinois.


Comme le souligne The Economist, le Brésil a vu sa monnaie s’apprécier depuis deux ans et demi, après un plus bas à 2,4 real par dollar : elle a atteint 1,57 real par dollar. En cause, la forte croissance du pays, qui attire les capitaux mais aussi des taux d’intérêts à 12.5% pour lutter contre une inflation qui a atteint 6.7% en juin. Mais cette cherté de la monnaie nationale fait souffrir l’industrie du pays, dont la production a reculé de 1.6% sur le mois de juin, avec une baisse de l’emploi industriel.


Le Brésil a donc décidé de taxer toute entrée de capital dans le pays ainsi que tous les contrats qui parient sur une hausse du real. Le pays veut privilégier les produits locaux dans les appels d’offre (qui pourront être jusqu’à 25% plus chers que les importations) et se lance dans une expérimentation proche de la TVA sociale (remplacement des cotisations patronales par une taxe sur le chiffre d’affaire) sur quatre marchés : vêtements, chaussures, meubles et logiciels.

 

Le précédent argentin

 

Je profite de l’occasion pour revenir sur un très bon article de Yann du blog Le bon dosage, où il détaillait la politique suivie par l’Argentine. Le cas de ce pays est un peu atypique depuis 2002 puisque le défaut de Buenos Aires l’a coupé des marchés financiers internationaux, imposant au pays un équilibre de son commerce extérieur pour rester indépendant et éviter d’avoir à vendre des actifs ou utiliser ses réserves pour équilibrer ses comptes avec l’étranger.


Le gouvernement argentin veut en effet mettre fin à la dépendance excessive à l’égard de l’extérieur dans certains domaines, notamment le jouet, le textile et l’électroménager. Dans le premier secteur, la production locale est passée de 5% de la consommation en 2003 à 30% aujourd’hui. Et le gouvernement souhaite encore diminuer les importations de 45%. Outre une taxation des importations, le gouvernement a décidé d’interdire les poupées Barbie produites en Chine.


Outre les aspects positifs pour l’environnement, la relocalisation des activités productives est une nécessité absolue qui sert un triple objectif : l’emploi, l’indépendance et la lutte contre les monopoles. En effet, les délocalisations massives d’activités productives ont bien un impact très négatif sur l’emploi, comme nous le voyons en France. Mais en plus, la concentration massive de la production en Chine est extrêmement malsaine du fait de la dépendance qu’elle créé.


D’ailleurs, les pays asiatiques l’ont bien compris, eux qui ont également adopté des politiques protectionnistes pour développer leur industrie. L’Europe sera-t-elle le dernier continent à comprendre l’intérêt de protéger son industrie ?


http://gaulliste-villepiniste.hautetfort.com/

Partager cet article
Repost0
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 05:59

arton7996.jpg?1312986673

Point stratégique sur l’effondrement financier
10 août 2011 - 16:31
Outils :
Envoyer à un ami Version Imprimable Liste de Diffusion RSS

Point stratégique vidéo avec Bertrand Buisson, de la rédaction S&P.org. Nouvelles de la crise financière, de la chute des bourses, de la faillite des banques, du FESF, de la BCE, des réactions du monde politique et de l’avenir de l’Humanité...

.

 

 

Lire aussi :

 

Le “J’accuse” de la gauche américaine contre Obama

 

BNP, Société Générale, Crédit Agricole : La fin de la banque universelle française !

 

James Galbraith dénonce la dictature financière imposée par Obama

 

Emeutes au Royaume-Uni : qui sème la misère récolte la colère

 

Jacques Cheminade dénonce le Coup d’Etat de la BCE en Italie

 

Tim Geithner et Obama ont-ils été les complices de S&P pour dégrader le AAA des États-Unis ?

 

artoff7989.jpg?1312905256

 

 

 

 

Pourquoi les banques françaises se sont-elles effondrées mercredi 10 août 2011 ?

 

Les banques françaises sont dans la merde..

jeudi 11 août 201

 

CAC 40 : les valeurs bancaires dévissent, la Grèce en cause.

En cause, l’annonce par le gouvernement grec d’un possible prolongement du programme d’échange de titres (‘rollover’) auquel ont souscrit les banques françaises.

La Grèce envisage d’inclure dans son programme d’échange d’obligations des titres arrivant à échéance « un peu après 2020 », a indiqué mercredi à une radio grecque le ministre des Finances, Evangélos Vénizélos. Jusqu’ici, la restructuration de la dette grecque devait s’achever en 2020.

Par ailleurs, l’Allemagne a répété mercredi qu’elle n’envisageait pas d’augmentation du Fonds européen de stabilité financière (FESF), alors que tous les observateurs s’accordent à dire que ce dernier n’est pas calibré pour sa nouvelle mission de pompier de la zone euro.

Les banques françaises sont enfin particulièrement exposées à l’Italie, qui vient d’annoncer un plan de rigueur en réponse à l’inquiétude des marchés sur sa dette.

http://www.easybourse.com/bourse/fi...

 

La Grèce à l’origine de la panique.

 

Première cause de cette panique sur les banques : l’annonce faite par la Grèce d’étendre son programme d’échanges d’obligations pour échelonner ses remboursements. Ce qui pénaliserait ses créanciers privés, dont les banques françaises font partie.

 

Mais c’est surtout l’exposition de ces banques françaises en Italie, évaluée à 410 milliards d’euros, qui inquiète. Elles détiennent de la dette publique, mais aussi des filiales (BNL pour BNP, ou Cariparma pour Crédit Agricole).

 

http://www.ouest-france.fr/actu/eco...

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article119649

 

.

Le château de cartes s’effondre : la prochaine fin de l’euro

10 août 2011 dans France/Europe 2

piece-brisee.jpgAprès l’Irlande, le Portugal, la Grèce, les risques de faillite de l’Italie et de l’Espagne et la nécessité de les renflouer signent la mort probable de l’euro à court terme.

Car le fardeau financier, de centaines de milliards d’euros d’endettement pourri, repose sur un nombre de plus en plus réduit de pays.

Techniquement, le rachat d’obligations italiennes ou espagnoles est en train de dégrader très rapidement le bilan de la BCE ainsi que celui des banques centrales nationales de l’Eurosystème, dont la Bundesbank.

Au sein de la zone euro, l’Allemagne, le Luxembourg, les Pays Bas et la Finlande ont déjà informé :

  • qu’ils ne paieront plus pour le Fonds Européen de Solidarité Financière,
  • et qu’ils ne souhaitent en aucun cas continuer à dégrader la structure bilantielle de leur Banque centrale nationale.

Cela signifie que l’euro n’a plus longtemps à vivre.

Merkel-fourchette.jpg

Le gouvernement français, pour sa part, est évidemment pris de court par la tournure des événements puisqu’il était interdit de s’interroger, dans les administrations françaises, sur la survie de l’euro et a fortiori sur la façon de réagir en cas de désastre. [J'en sais quelque chose, puisque c'est justement pour avoir pronostiqué l'explosion de l'euro (dans un dossier très circonstancié remis à M. Sarkozy, ministre des finances, le 18 juin 2004, il y a ... 7ans) que j'ai vu ma carrière brisée.]

Donc :

  • - d’une part M. Sarkozy et son gouvernement n’ont pas d’autre objectif que de vouloir, coûte que coûte, la survie de l’euro, sans même savoir pourquoi d’ailleurs !
  • - mais d’autre part le gouvernement se rend compte des sommes de plus en plus colossales que cela risque de coûter à la France. Et probablement en pure perte puisque les pays précités, eux, ne veulent plus rester dans le Titanic.  La France pourrait en effet voir sa dette publique bondir de 84 à 112% du PIB si elle rachetait des obligations pourries espagnoles ou italiennes.Le risque que l’une ou l’autre des agences de notation retire à la France sa note AAA devient désormais chaque jour plus élevé.

En bref, le gouvernement français, Nicolas Sarkozy en tête, prend la pose de gravité de circonstance devant les caméras. Mais, derrière les portes capitonnées de l’Elysée et de Matignon, on ne sait tout bonnement plus quoi faire.

Sarkozy-telephone.jpg

Au bout du compte, tout le château de cartes risque donc de s’effondrer sur le dernier maillon : l’Allemagne. Et ce sont donc des sommes prodigieuses qui seraient à payer par les contribuables allemands !

Pour Berlin, qui a les yeux rivés sur la situation et qui a déjà préparé secrètement ses plans de sortie, il n’est pas question de laisser se poursuivre ce désastre.

Merkel-regard-fixe1.jpg

J’estime donc qu’il est probable que l’Allemagne siffle la fin de partie très rapidement.

La fin de l’euro n’est sans doute plus une question d’années mais de mois, sinon de semaines.

Tout en essayant de faire reposer la responsabilité politique sur d’autres, l’Allemagne va probablement briser l’euro d’une façon ou d’une autre, par exemple :

  • en supprimant la libre circulation des transferts financiers entre un État de la zone euro et l’Allemagne,
  • et/ou en refusant tout net d’acheter des obligations italiennes ou espagnoles.

Si c’est en effet ce que décidait l’Allemagne, ces mesures d’apparence technique signifieraient ipso facto la réapparition des monnaies nationales : avec un euro-mark, un euro-franc, un euro-lire, etc., dont les cours fluctueraient instantanément les uns par rapport aux autres.

Il n’y aurait alors plus d’autre solution que de recréer en toute urgence des monnaies nationales sous forme fiduciaire (billets et pièces).

 

Naturellement, cette réapparition brutale se ferait dans l’impréparation de la France.

Et bien entendu avec des problèmes techniques colossaux en perspective, puisque rien n’a été anticipé.

François Asselineau


http://www.u-p-r.fr/actualite/france-europe/le-chateau-de-cartes-seffondre-la-prochaine-fin-de-leuro 

.

Trader Noé – Parité EUR/USD et OR… quelque chose se prépare…

trader18.jpg?w=259&h=194Pendant que certains émettent diverses rumeurs. D’autres utilisent habilement cet argument pour faire diversion.
La parité EURUSD évolue dans un range similaire aux cours des banques avant le début de la chute.
Quelque chose de très important se met en place ! Les graphiques parlent.

En attendant, les banques asiatiques sembleraient ralentir les prêts aux banques européennes.

La tendance de fonds des indices reste très baissière et quand nous clôturerons sous les 3000 points, nous rentrerons dans le vif du sujet. (Cliquer pour lire la suite.) Read the rest of this entry »

 
27 Comments

Publié par liesiletter le 11 août 2011 in Non classé

 

Trader Noé – Flash USD/JPY

Pour USDJPY, la tendance de fond reste baissière et on dirait qu’un mouvement d’accélération se prépare.
A surveiller de très près.
Une clôture sous 76.3 permettrait à la parité de se rapprocher des 71.1 et 69.

 
41 Comments

Publié par liesiletter le 11 août 2011 in Non classé

 

Impression massive de billets pour les marchés et message politique pour le peuple : « il faut vous serrez la ceinture ».

trader16.jpg?w=259&h=194Le taux à terme 3 mois Euribor a bien remonté comme s’il fallait prêter énormément d’argent à taux réduits pour éviter une panique et faire remonter le marché en urgence.

Le contrat à terme Future CAC 40 fait aussi une pause avant de plonger sous les 3000 points.
Malheureusement, la tendance de fond reste très baissière.
Tant que l’évolution a lieu sous les 3250-3280 points (résistance importante) il faut rester très prudent.
Une clôture sous les 2968 permettrait à l’indice d’explorer dans un premier temps la zone comprise entre 2370 points et 2968 à la recherche des trésors cachés depuis 2008 !

Encore un air de Wall Street I, la Blue Star

Le titre Air France a clôturé à 6.666 ! Pas de chance. Depuis notre dernière analyse, le titre a perdu 45 %. Bien sûr, ce matin, avec le rebond artificiel, il pourra s’envoler et faire une petite escale avant d’atterrir sur la piste 6.46.
Espérons que titre pourra rebondir et s’envoler c’est une très belle compagnie.
En revanche, une clôture sous ce niveau permettrait au titre de se rapprocher probablement des supports 5.9 – 2.5.

 
20 Comments

Publié par liesiletter le 11 août 2011 in Non classé

 

La Société Générale finira t-elle comme Lehman brother ?

avatar32.jpg?w=50&h=50Signe de la fébrilité qui s’empare des investisseurs, « une série de rumeurs sur les valeurs bancaires et la note de la France ont hanté les salles de marchés, mercredi 10 août, précipitant la chute des Bourses européennes ». Voilà l’explication officielle de la descente verticale d’hier. A la clôture de la séance, les pertes du secteur bancaire de la place parisienne, particulièrement attaqué, étaient considérables. Les banques françaises, comme BNP Paribas et le Crédit agricole, ont perdu entre 9 % et 12 %. Mais c’est la Société générale, particulièrement exposée à la dette grecque, qui était la cible privilégiée des spéculateurs. Après avoir perdu jusqu’à 22,5 % en séance, le titre de la banque a fini en recul de 14,74 % à 22,18 euros, dans un marché en baisse de 5,45 %. (Cliquer pour lire la suite.) Read the rest of this entry »

 
6 Comments

Publié par liesiletter le 11 août 2011 in Non classé

 

Wall Street II par Trader Noé

Quel scandale que l’attaque des bancaires ! Certains ont dû regarder le film Wall Street II pour propager des nouvelles et attaquer un groupe bancaire.

Point intéressant du film : « Bien sûr nous rentrons dans une crise sans précédent, bientôt les distributeurs ne cracheront plus de billets ! »

 
3 Comments

Publié par liesiletter le 11 août 2011 in Non classé

 

De Madoff au tandem Geithner-Bernanke

Mar Fiorentino – Madoff était finalement un petit joueur. Avec ses 50 ou 60 milliards de dollars détournés, il n’a pas exploité toutes les possibilités de la fameuse chaîne de Ponzi… Face au tandem Geithner-Bernanke, nos nouveaux Robert Redford et Paul Newman dans ce remake de « l’Arnaque », il faut dire que la concurrence est rude. Décortiquons cette fraude massive car le montage est d’une subtilité perverse et d’une perversité subtile. (Cliquer pour lire la suite.) Read the rest of this entry »

 
4 Comments

Publié par liesiletter le 11 août 2011 in Non classé

 

Des signaux inquiétants perçus pour la crédibilité de la note de la dette de la France

avatar31.jpg?w=50&h=50Alors que Standard and Poors’s a rassuré dernièrement la France sur sa note souveraine, Fitch perçoit des signaux plus inquiétants. L’attention des marchés était accaparée par les Etats-Unis, mais l’incertitude touchant l’Europe a fortement affecté les « swaps » de défaut de crédit (CDS) de la plupart des pays du Vieux Continent ces derniers jours, note Fitch Solutions dans une étude publiée hier. (Cliquer pour lire la suite.) Read the rest of this entry »

 
4 Comments

Publié par liesiletter le 11 août 2011 in Non classé

 

L’Allemagne manque de jeunes ingénieurs

avatar30.jpg?w=50&h=50L’industrie allemande fait face à une pénurie grandissante de jeunes ingénieurs, ce qui alimente la dangereuse tendance à la désindustrialisation. Le nombre de postes restant vacants en juin a atteint le record de 76400, selon les statistiques compilées pour le VDI, l’Association nationale des ingénieurs. Beaucoup d’ingénieurs arrivant à l’âge de la retraite n’ont pas de remplaçant. (Cliquer pour lire la suite.) Read the rest of this entry »

 
1 Comment

Publié par liesiletter le 11 août 2011 in Non classé

 

CAC40… un rebond ?

Par Menthalo – Regardez la symétrie de la figure.
Le rebond actuel sur la dernière résistance 2987 avant les 2.500 pourrait se terminer sur 3400 si les cours réussissent à repasser au-dessus de 3287. (Cliquer pour lire la suite.) Read the rest of this entry »

 

.

. http://us.cdn4.123rf.com/168nwm/alexaranda/alexaranda0904/alexaranda090400005/4741738-illustration-repr-sentant-la-crise-conomique-et-l-39-effondrement-financier.jpg

http://us.cdn4.123rf.com/168nwm/alexaranda/alexaranda0904/alexaranda090400005/4741738-illustration-repr-sentant-la-crise-conomique-et-l-39-effondrement-financier.jpg

 

 

Auteur : Frédéric Lordon - Source : Monde Diplomatique

Maintenant que sont bruyamment signifiées, à propos du cas a priori le plus favorable, l’impossibilité de le régler dans un horizon de moyen terme et l’injonction sans appel d’aller se jeter dans l’impasse de l’austérité, la certitude de la catastrophe finale commence à se profiler. C’est sous cette perspective qu’il est plus judicieux de reformuler le problème général de la dette – mais évidemment en de tout autres termes : la mondialisation néolibérale va périr par la dette parce que, à l’encontre de l’idée reçue qui le présente comme la raison économique même, le néolibéralisme est fondamentalement le régime économique du surendettement généralisé. Dette des ménages, dette des institutions financières, dettes des Etats : la dette globale a monstrueusement explosé en vingt ans de mondialisation dans la plupart des pays : de 220 à 500 points de PIB pour le Royaume-Uni entre 1990 et 2010, de 130 à 370 points de PIB pour l’Espagne, de 200 à 350 points de PIB pour la France, de 200 à 280 points de PIB pour les Etats-Unis [2]…


- La dette des ménages explose parce que seul le crédit leur permet de rester à flot pour leur consommation courante quand leur revenu est sous compression constante, du fait de la concurrence par les coûts du libre-échange et de la pression actionnariale à la rentabilité financière.

- La dette des institutions financière explose pour mobiliser l’effet levier et propulser les ROE (Return on Equity, rendement des capitaux propres).

- La dette des Etats explose sous l’effet du choc récessionniste occasionné par la crise financière, expression parfaite des désordres mêmes du néolibéralisme [3], mais surtout, en moyenne période, sous l’effet de la contre-révolution fiscale, un autre de ses produits typiques [4], qui réduit la contribution du capital et des plus fortunés. Vient forcément un moment où cette divergence proportionnelle n’est plus soutenable et où il n’y a plus d’autre solution que des annulations massives – nous en sommes là.


Il y aura alors une période plus ou moins longue de décomposition chaotique avant que la finance, et les gouvernements, ne se rendent à cette solution. (...)

Caparaçonnée d’une impeccable logique, la finance est en train de raisonner que si les Etats-Unis, qui étaient la meilleure signature du monde, ont été dégradés, alors les autres, qui étaient moins bons, doivent nécessairement être révisés à leur tour… La grande revue de détail de tous les triple-A (enfin, ceux qui restent) s’annonce donc et il ne devra pas manquer un bouton de guêtre. Mais, à ce compte-là, le défilé promet d’être maigrelet. Le candidat le plus sérieux à la dégradation est évidemment la France. Depuis le lendemain (boursier) de la dégradation, la scie du commentaire financier s’acharne sur le spread des bons du Trésor contre leBund allemand, et chaque point de base supplémentaire écartant le premier du second est salué avec des frissons d’horreur et de jubilation mêlées – oui, la France n’est pas très populaire auprès de la finance anglo-saxonne. Or le drame dans cette affaire c’est que lorsqu’on est dans le collimateur de la « préoccupation » de la finance, on n’en sort plus : avoir été constitué par elle en « problème », c’est être voué par elle à avoir des problèmes…
(..)

Il faut s’y faire : les ruines fumantes, l’insuffisance générale des dynamiques politiques européennes, nous y conduit tout droit. Si l’Espagne et l’Italie basculent, adieu Berthe ! L’EFSF saute comme un bouchon de champagne, la spéculation se déchaîne contre toutes les dettes souveraines, plus aucun dispositif ne peut l’enrayer, une série de défauts importants devient quasi-certaine, les systèmes bancaires européens, puis étasunien, s’écroulent dans un fracas qui fera passer la chute de Lehman pour une animation d’ambiance.

 

Rendu à cette extrémité, il n’y a plus qu’une voie de recours : on ne sortira de pareil effondrement que par une opération de création monétaire inouïe et tout ça se finira dans un océan de liquidités.

 

Article au complet 


Auteur : Frédéric Lordon - Source : Monde Diplomatique

 

dazibaoueb_banniere_200.png

  http://www.dazibaoueb.com

 

 

La machine infernale est en train de s'enclencher. Il est désormais possible que la France suive la Grèce, le Portugal, l'Irlande, l'Italie et l'Espagne dans le club peu enviable des pays dont la dette publique est considérée comme toxique par les marchés financiers. Le scénario est bien rodé. La pression monte lentement mais inexorablement, la notation par les agences est abaissée, la panique s'installe et, au bout du chemin, il faut se résoudre à aller quémander de l'aide au FMI, aux partenaires européens et à la BCE, qui prennent le contrôle de la politique économique. La purge exigée en contrepartie des prêts est sévère. C'est le grand traumatisme national.
Ce processus est lent. Il a duré six mois pour la Grèce, l'Irlande et le Portugal. Il durera sans doute moins longtemps pour l'Italie et l'Espagne. Pour la France, le point de non-retour n'est pas encore franchi, mais les prémices sont là. Une fois le point de non-retour franchi, le gouvernement ne peut plus rien faire pour empêcher le rouleau compresseur d'avancer.

 

suite ici :


.

Auteur : Juan - Source : SarkoFrance

Sarkozy+11+aout.jpgOn nous l'avait promis crédible et enfin présidentiel. C'était même son seul atout pour 2012, contre ses concurrents de gauche. Puisque les promesses, ça ne compte plus. Pourtant, la séquence politique de mercredi dernier restera sans doute dans les annales de la communication politique, un plantage incroyable.

Plusieurs journalistes ont tenté de comprendre ce qui avait bien pu se passer ce mercredi 10 août 2011. Nicolas Sarkozy a complètement raté son exercice de communication politico-financière, mais a continué comme si de rien n'était.

Le ratage présidentiel
Lundi, http://www.lefigaro.fr/politique/2011/08/09/01002-20110809ARTFIG00472-sarkozy-veut-capitaliser-sur-la-credibilite.php">la veille de l'un des plus grands ratages politico-médiatique depuis 2007 dans les colonnes du Figaro, Brice Hortefeux nous l'avait bien dit : «Sarkozy a mieux géré que d'autres les crises ». Mieux, un conseiller anonyme nous expliquait combien les Français « préféreront un homme d'État qui connaît le sujet, doté d'un crédit international ».

Nicolas Sarkozy est finalement le dernier président français ... du XXème siècle. Depuis son élection, il croit que quelques images ou bons mots pour un journal télévisé national suffisent à convaincre l'électorat. Cette fois-ci, il a cru que son simple retour, tel un Général revenant calmer une chienlit boursière, suffirait à calmer les esprits. C'était méconnaître la situation actuelle, l'hyper-rapidité de l'information, l'impatience volatile des marchés, l'irrationalité que provoque l'urgence des traders. Libération et le Figaro ont par exemple relaté que l'une des raisons du dévissage de l'action Société Générale était une fausse information publiée par le Daily Mail (un tabloid, rendez-vous compte !?!) indiquant que la banque française «se trouvait dans un état périlleux» et potentiellement au «bord du désastre». Le quotidien britannique avait ensuite reconnu son erreur.

Nicolas Sarkozy était donc revenu « secrètement », mardi 9 août dans la soirée, pour annoncer, le lendemain, 24 minutes avant le début de sa réunion, qu'il rencontrait ses principaux ministres. Pourquoi cette réunion imprévue ? Pourquoi ce secret ? Aucune décision concrète n'a été ensuite présentée. Tout juste la promesse de faire davantage d'économies lors de l'élaboration de la loi de finances 2012. Faute de décisions, les rumeurs ont pris le dessus: rencontre secrète avec les banques françaises, « négociation » avec les agences, etc. C'est à l'issue de cette réunion que le CAC40 est retombé dans le rouge. Combien de capitalisation boursière a-t-on perdu hier à Paris à cause de cet amateurisme ? Peut-on accuser Sarkozy d'amateurisme ? Tout l'après midi, alors que Nicolas Sarkozy reprenait l'avion pour retourner au Cap Nègre et faire semblant de ne pas stresser, l'Elysée a du démentir les rumeurs. Les trois agences furent même sollicitées à leur tour.

Le lendemain, la presse accusait, de « Sarkozy s'engage dans la voie d'économies supplémentaires, sans rassurer les marchés » (Les Echos) à « L'Elysée devise, les bourses dévissent » (Libération), ou encore : « Nicolas Sarkozy confronté à l'impatience des marchés » (Le Monde).

Pour finir et tenter de rassurer enfin, Nicolas Sarkozy a concédé l'organisation d'une réunion dès mardi prochain, avec Angela Merkel. La chancelière allemande fera le déplacement jusqu'à l'Elysée. Les deux parleront de l'amélioration de la gouvernance de la zone euro. Cette décision-là, au moins, était un premier pas. D'autant plus qu'un récent sondage accordait davantage de confiance à Mme Merkel qu'au président français pour « résoudre » la crise financière. La nouvelle fut temporairement bien reçue. Après un début de journée à nouveau baissière, Paris termina en hausse (+2,9% pour le CAC40), à l'instar des autres places européennes et même de Wallstreet.

Jeudi soir, l'Autorité des marchés financiers (AMF), avait enfin décidé d'interdire les ventes à découvert des valeurs financières cotées en France pour une durée de quinze jours. Cela faisait des mois que l'Autorité de régulation financière européenne, réclamait une telle mesure pour freiner la spéculation. Mais, selon certains analystes cités par le Monde et le Financial Times, la mesure arrive trop tard et pourrait réactiver la panique.

Et l'économie ?
Nicolas Sarkozy ferait mieux de s'occuper de la croissance. Le spectre du ralentissement de la machine économique guette.

La croissance économique est déjà moins bonne que prévu. La banque de France a ainsi réévalué à la baisse son estimation pour le second trimestre, à un petit +0,20% de PIB. Pour le troisième trimestre, sa prévision n'est que de +0,20% également. Rappelons que le gouvernement tablait sur un minimum de +2,0% cette année, un chiffre qui nécessiterait un fort rebond de +0,7% au 4ème trimestre si les prévisions de la Banque de France se confirment. Une perspective peu probable dans le contexte actuel: en Europe comme aux Etats-Unis, les plans de rigueur se sont multipliés. Les prix de l'énergie flambent à nouveau, comme ceux du pétrole ces derniers jours

Or le rééquilibrage des comptes publics repose aussi et surtout sur une relance de la machine économique, et de meilleures rentrées fiscales. La France, qui donne des satisfecits qu'on ne lui a pas demandé aux programmes grec, espagnol ou italien, « a les moins bons ratios budgétaires de ce club des douze » (i.e. des 12 Etats encore noté Triple A par les 3 agences), comme le rappelait l'Expansion. Outre la France, ces « bien notés » sont l'Allemagne, le Royaume-Uni, la Suède, l'Australie, le Canada, les Pays-Bas, l'Autriche, le Luxembourg, la Norvège, la Suisse et la Finlande.

La campagne continue
N'en déplaisent à ceux qui espéraient que le président français s'occupe des vrais sujets, ce dernier a déjà repris sa campagne de réélection. D'ici le 16 août, Nicolas Sarkozy se prépare. Il a invité Jean-François Copé et Brice Hortefeux au Cap Nègre pour peaufiner son argumentaire de rentrée. François Fillon sera déçu, il ne fut convié à ces réunions de petites politiques alors qu'il a bien l'intention de chiper le leadership à droite.

Aujourd'hui vendredi 13 août, il va se montrer à Toulon, dans le Var, à quelques kilomètres de sa résidence d'été, pour « accueillir » le porte-avion Charles-de-Gaulle qui revient de 4 mois de guerre en Libye : « Le chef de l'Etat arrivera sur le porte-avions à 12h et prononcera à 12h30 une allocution devant les hommes d'équipage, avant de déjeuner avec eux ». En fin de semaine dernière, deux nouveaux soldats français ont été tués en Afghanistan, puis un nouveau jeudi. Sarkozy compte leur rendre hommage ce jour. On ne sait pas s'il a prévu de s'excuser pour le décès accidentel de 9 civils libyens, dont deux enfants, tués le 19 juin dernier par un missile occidental vraisemblablement français.

Avec l'agriculture, l'armée est le second totem identitaire que notre Monarque a choisi de brandir pour sa campagne de 2012.



Auteur : Juan - Source : SarkoFrance
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche