Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 19:29

Tic Tac : on prépare le terrain… France : ton tour viendra !

« Tous les Etats doivent comprendre que l’époque des déficits et des taux d’endettement en hausse est révolue », a affirmé Christian Noyer. Le gouverneur de la Banque de France a par ailleurs jugé « artificiel » le débat autour de la solidité des finances françaises, mais a toutefois vivement conseillé à Nicolas Sarkozy de « retrouver un budget équilibré à moyen terme et de réduire la dette ».

Les finances françaises sont considérées comme les plus fragiles des pays membres de la zone euro dotés d’une note triple A.

 
7 Comments

Publié par le 3 août 2011 in Non classé

 

Trader Noé – LES BANQUES SONT EN DANGER !

Les filiales des banques comme BNP, Crédit Agricole, sont très impliquées dans certains pays comme la Grèce.
La guerre des notations est ouverte.

Les CDS explosent (Italie, Portugal), les agences vont très prochainement passer à l’attaque sur l’Italie, la France sans oublier la Grèce qui ne pourra probablement pas rembourser.
Dans ce cas, les filiales des banques seront probablement en faillite et les maisons mères dans une situation dramatique.

Courant mai nous avions anticipé une forte chute sur le marché.

Depuis les bancaires ont perdu environ 30 %.

Pour Société Générale, les supports se situent à 28.5 – 25 – 16 et 4 €.

Pour Crédit Agricole, les supports se situent à 7.8 (nous sommes dessus) – 7 – 5 – 3 €.

Pour BNP les supports se situent à 39 – 35 – 30 euros

Pour AXA les supports se situent à 11.3 – 10 et 6.6 euros.

Le titre Air France est toujours dans un tendance baissière. Le support des 7.5 €est très important. Une clôture sous ce niveau permettrait au titre de se rapprocher des 5.8 et 3.8 €. Les agences de notation pourraient peut être dégrader le titre comme Lafarge.

Vicat se rapproche de son support très important des 47.5 €. Une clôture sous ce niveau amplifierait la correction vers 45 – 32 et 25 €.
Aujourd’hui je vous invite à préserver en urgence vos économies en essayant de vous procurer les dernières pièces disponibles.

Si les banques tombent suite aux faillites des filiales des banques impliquées. La population paniquera et voudra retirer leur économie.

Cela ne sera pas possible « Le Bank Run » serait dramatique.

La perte de confiance dans la monnaie fera alors monter l’or et la monnaie papier dévaluera.

Je vous invite donc à faire vos provisions, pensez à la fable « la cigale et la fourmi ».

LIESI : Dans le prochain numéro (236), nous dirons comment les banquiers internationaux sont parvenus à réitérer à puissance 100 le scénario des subprimes avec les banques européennes, mettant de fait en péril les économies de millions de gens trop insouciants.

 
21 Comments

Publié par le 3 août 2011 in Non classé

 

Trader Noé – Flash immédiat CAC40

Si l’indice CAC 40 clôture sous les 3440 points la tendance baissière va s’amplifier avec 3300 – 3150 points dans un premier temps. Les 2425 points seront ensuite à portée de main et bien plus bas.

Une intervention de la BCE est actuellement nécessaire pour éviter la catastrophe « le Bank Run ».

 
1 Comment

Publié par le 3 août 2011 in Non classé

 

La petite confidence de Jacques Attali sur la crise bancaire

« Dans l’histoire de l’Occident, depuis le 15 août 1971 et la décision de Nixon de mettre fin à la convertibilité du dollar en or, le mois d’août est le mois de tous les dangers ».

Pas besoin de grands discours. Tout est dit… et nous sommes au mois d’AOUT. Août 2011 précisément, soir QUARANTE ANS après un certain 15 août 1971 où de grandes manœuvres ont eu lieu tandis que les gens étaient en vacances…

 
9 Comments

Publié par le 3 août 2011 in Non classé

 

Que vont-ils nous bricoler ? Des conditions nécessaires pour un QE 3 ?

Nous allons reprendre les explications générales sur la débâcle actuelle. Il faut lire cet article :
Les krachs financiers répondent à une logique oligarchique et… mondialiste

Aujourd’hui, nous n’avons que l’apéritif. Le plus gros, ils le préparent pour cette fameuse année 2012. (Cliquer pour lire la suite) Read the rest of this entry »

 
9 Comments

Publié par le 3 août 2011 in Non classé

 

Est-ce que MOODY’S lit TRADER NOE ?

(AOF) – Moody’s a annoncé avoir placé sous surveillance les notes de Lafarge et de ses filiales en vue d’une possible dégradation. Affichant actuellement une note de crédit long terme ‘Baa3′, le plus important cimentier mondial pourrait donc voir sa note tombée dans la catégorie « spéculative » ou « junk ». L’agence de notation a justifié sa décision par la faiblesse de sa structure financière avec des ratios financiers inférieurs à ses anticipations pour une note « investment » pendant une période de temps prolongée.
En outre, sa performance opérationnelle s’est dégradée au premier semestre 2011 par rapport au premier semestre 2010. Côté positif, Moody’s a souligné des réductions des coûts substantielles au premier semestre et 1,55 milliard d’euros de cession d’actifs.

 

Trader Noé 27 juillet :

Le titre Lafarge évolue dans la même situation.Tant que les 41 euros se sont pas franchis, le titre peut se rapprocher des 35.5 euros. La rupture de ce niveau serait inquiétante car le titre pourrait corriger vers 10 euros
.

http://www.greenunivers.com/wp-content/uploads/2009/05/wall-street-bull.jpg
http://www.greenunivers.com/wp-content/uploads/2009/05/wall-street-bull.jpg

 

Rome et Wall Street Néron

 

 

ROME EST EN FEU, WALL STREET JOUE DE LA LYRE
du 3 au 7 août 2011 : Les Bons du Trésor de l'Italie ont franchi tous les seuils d'alerte, exactement comme le Portugal et l'Irlande il y a 2 ans. Mais là, quelque chose me dit que cette fois cela va aller très très vite... Le monde anglo-saxon a décidé d'exécuter le plus beau pays au monde (avec la France) l'Italie, et observez, oh, oh, hasard, tous les pays massacrés, Espagne, Portugal, Irlande, Grèce, Italie
(ici Ambrose), bref les PIIGS, sont... catholiques (Grèce, orthodoxe, ce qui est pire). L'Angleterre n'est pas concernée par les attaques des traders et des notes de Fitch, Moodys, etc. (lire ici la dernière farce) Ce sont les derniers dans la liste, alors que les British et surtout les Américains sont dans une situation pire que la Grèce. C'est la mise en esclavage par la Dette, sachant que Goldman Sachs a maquillé les comptes de la Grèce, et JP Morgan ceux de l'Italie, ils connaissent donc les tenants et les aboutissants. La France ne va pas tarder à être mise au pas. Cette situation est le résultat global de la trahison des peuples par leurs politiques qui ont vendu leur pays à un syndic de copropriété chargé de gérer L'Europe pour le compte de celui qui l'a enlevée, le monde Anglo-Saxon.


La crise apocalyptique qui se prépare (lire ici ZH qui commence maintenant à l'annoncer aussi) va être terrible. N'oubliez pas, le 15 août 2007, alors que personne n'en savait rien, Trichet a été obligé d'injecter 85 milliards d'euros dans le "système". La crise a explosé en septembre 2008. L'an passé, Trichet a injecté des milliards par centaines de centaines, et maintenant on arrive en septembre 2011.

Mais les gens n'y croient plus: l'or a explosé, Blythe fait ce qu'elle peut pour tenir le cours de l'argent, mais elle ne tiendra pas longtemps. L'explosion du Comex et de tous les ETFs bidons en papier sera sanglante, l'or devenant de plus en plus rare (lire ci-dessous). Et au final, cela risque de se terminer par des révolutions globales. C'est la fin d'une Ere, celle de la monnaie papier non convertible hormis en dettes monétisables transformées en billets papier non convertissables à leur tour sauf en, etc. La prédiction de la Vierge à Madeleine Porsat (voir mon livre 777) risque de se réaliser, celle d'une banqueroute universelle parce que "le char de la confiance est brisé".

 

N'oubliez pas "crédit" vient de l'italien "credito" lui même du latin "credere", croire, c'est-à-dire croire que les Américains ou les Grecs vont rembourser leur dette et que les 55000 milliards de dollars HORS BILAN des banques seront honorés. Quand les gens n'y croient plus, eh bien c'est la mort de la monnaie et du système politique qui l'accompagne. Et quand elle est en papier, cela va très très vite. Préparez-vous mentalement, même si pour le moment tout fonctionne normalement. Poutine vient de traiter les Américains de "parasites", après qu'il ait traité Ben Bernanke de "voyou", et ceci parce qu'il sait que le dollar va exploser et le monde avec, que ce soit du point de vue économique ou bien dans une guerre pour divertir de l'économique. Impensables de tels propos du point de vue diplomatique, il y a encore quelque années! Lire pour la route, crise de liquidité en Europe par Ambrose.

 

 

Keynes et ses idiots utiles

 

L'OR A PROPOS DU CERCUEIL DE KEYNES: "VERY STUPID BARBARIC RELIC, EATED BY THE WORMS"
du 2 au 6 août 2011 :
Keynes a dit que l'or est une vieille relique barbare. Or, l'Or est à 1660 dollars l'once! C'est la mort confirmée de l'économie keynesienne. Tous les diplômes, cours et autres doctorats en "économie" sont à jeter à la poubelle, et avec eux un certain Marc Touati qui vous dit depuis 2 ans que l'or est une bulle. La bulle c'est plutôt lui. Zero Hedge a constaté aussi un "bank run" des clients européens bien informés (vous en faites partie) qui ont commencé à se débarasser du papier sur leur compte au profit de l'or ou de l'immobilier", lire ici. Mais je vous livre ici le mail de l'un de nos lecteurs:

 

Ce n'est que récemment que je viens de mesurer la gravité de ce qui se profile. La semaine dernière je me suis décidé à retirer des espèces et aller acheter quelques pièces d'or.
Premier constat : c'est pas compliqué (si on est à Paris), et je me demande pourquoi je ne l'ai pas fait avant.
Deuxième: c'est la pénurie. J'ai du faire la queue près d'une demi-heure, après être rentré bredouille d'un premier comptoir et avoir acheté les 2 dernières pièces d'un autre. Nervosité ambiante palpable dans la file d'attente, j'avais l'impression de faire la queue pour du pain en période de disette. J'ai eu en tête ces images de ruée vers les banques dans les bouquins d'histoire. J'ai été très surpris de sentir au fond de moi une emprise possible à la panique, alors que je suis d'un naturel très posé et que je ne tombe pas de ma chaise au sujet de la situation actuelle.
Bref, j'ai pris conscience de la gravité de la situation, qu'un effondrement des banques c'est quelque chose de dramatique. Contrairement à ce que je pensais, vous n'exagérez pas en disant qu'il y aura du sang sur les murs. Face à un tel risque, chipoter pour savoir s'il ne vaut pas mieux acheter dans quelques semaines / mois de l'or pour grappiller quelques centaines voire dizaines d'euros, c'est ri-di-cu-le, totalement inconscient.

 

http://www.jovanovic.com/blog.htm

.

 

http://www.le-buzz-immobilier.com/wp-content/uploads/2009/12/wall-street-bull.jpg

http://www.le-buzz-immobilier.com/wp-content/uploads/2009/12/wall-street-bull.jpg

 

Economie mondiale,
c’est la chuuuuuute finaaaaaaale!!!

 

Posted: 3rd août 2011 by benji


L’économie mondiale n’est pas un phénix, elle ne renaitra pas de ses cendres, et nous sommes actuellement en train d’assister à la mort de ce système avec ses manipulations, ses mensonges, ses abus…Le 666 sous son vrai jour! Pour les mensonges, rien que Moody’s qui confirme le AAA des USA qui me fait pousser un ha! ha! ha! d’une couleur plutôt jaunâtre! Quelle arnaque, les USA sont dans une situation bien pire que la Grèce, le Portugal et l’Irlande réunies et on veut nous faire croire qu’il n’y a pas à s’inquiéter! Quand à la France, les banques trinquent actuellement et qui va trinquer pour rembourser les pertes? Nous!

http://saigoncine.free.fr/wp-content/uploads/jackma_bourse_hongkong-copie400pix.jpg

Bourse-L’Europe continue de plonger, Paris sous les 3.500 points

PARIS, 3 août (Reuters) – Les principales Bourses européennes poursuivent mercredi leur baisse dans le sillage des places asiatiques après leur chute de la veille, handicapées par les craintes croissantes des investisseurs sur la croissance économique mondiale.

Après une série de statistiques décevantes aux Etats-Unis notamment sur la croissance vendredi et la consommation mardi, le marché attend avec une certaine anxiété en début d’après-midi les résultats de l’enquête ADP sur l’emploi américain dans le secteur privé. (voir [ECONUS])

A 9h04, l’indice CAC 40 .FCHI abandonnait 1,5% à 3.470,03 points, son plus bas niveau depuis le 31 août, entamant ainsi sa huitième séance de baisse d’affilée au lendemain d’un repli de 1,82%. [ID:nLDE77114P]

« L’environnement technique international se dégrade significativement. En Europe, les derniers supports clés a résisté ont finalement cédé sur le Stoxx 600 , Stoxx 50 .STOXX50E, Dax 30 .GDAXI », explique Alexandre Le Drogoff, analyse graphique chez Aurel-BGC.

Ce dernier estime que les supports moyen terme du CAC 40, entre 3.350 et 3.287 points, devraient être testés. L’indice a d’ailleurs ouvert un « gap de continuation » – fossé dans les transactions entre deux séances marquant la poursuite d’une tendance. Les autres grandes places européennes évoluent également en net repli, Londres .FTSE et Francfort .GDAXI reculant respectivement de 1,23% et 1,09%. Du côté des indices paneuropéens, l’EuroStoxx 50 .STOXX50E cède 1,18% et l’EuroFirst 300 .FTEU3 perd 1,22%.

L’euro EUR= gagne 0,36% face au billet vert, à 1,4224 dollar.

(Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Benoît Van Overstraeten)

Source: fr.reuters.com

Les bourses dévissent toutes et aucun ne peut prétendre être un « Bob le bricoleur » de la finance, voir un Mac Giver de la dette, ce n’est malheureusement pas du cinéma cette fois-ci! Mais s’il n’y avait que les bourses… La bourse de Paris qui n’est même pas française puisqu’elle a été rachetée par le New York exchange comme les autres, subit de grosses pertes, et donc si les bourses perdent, les banques aussi. Maintenant, la situation grecque rajoute une couche à cette situation déjà catastrophique:


Crédits photo : ERIC PIERMONT/AFP

Après Crédit agricole et BNP Paribas, qui ont subi les effets de la crise de la dette grecque, la banque avertit que ses prévisions de résultats sont désormais «difficilement réalisables». L’action chute en Bourse. La journée s’annonçait très difficile pour Société Générale. La banque a publié ce mercredi matin avant l’ouverture de la Bourse des résultats du deuxième trimestre affectés par la Grèce, qui ne lui permettent pas de maintenir ses prévisions pour l’année 2011 dans son ensemble. À 9 heures, la sanction est immédiate sur le Cac 40 : l’action chute de 8,18% à 29,84 euros ! Sur les neuf dernières séances, le titre a décroché de 21%.

En effet, le bénéfice net de Société Générale pour la période d’avril à juin a décroché de 31% par rapport à la même période de l’année dernière, à 747 millions d’euros, à cause d’une dépréciation passée sur les titres d’État grecs de 395 millions d’euros. Pour son patron, Frédéric Oudéa, la dépréciation grecque a «un impact limité, comme attendu». À noter que ses concurrentes Crédit agricole et BNP Paribas ont respectivement vu la note grecque se monter à 850 millions et 650 milllions d’euros. Sans compter cet élément exceptionnel, le résultat net de la banque aurait été conforme aux attentes des analystes. Si le produit net bancaire (équivalent au chiffre d’affaires) atteint 6,5 milliards d’euros (-2,6%), le coût net du risque s’est, lui, apprécié de 17,3% sur un an.

«Alors que la reprise modérée dans les économies développées s’est confirmée au deuxième trimestre, les inquiétudes croissantes relatives à la dette souveraine européenne ont provoqué une aversion pour le risque et des mouvements de marchés erratiques, au gré de l’actualité politique», résume la banque dans son communiqué.

Malgré tout, Société Générale semble désormais renoncer à son objectif de bénéfice net de 6 milliards d’euros en 2012, comme le groupe l’avait annoncé en juin dernier dans le cadre de son plan stratégique baptisé «Ambition 2015»: selon le PDG, l’objectif «paraît désormais difficilement réalisable dans les délais prévus.»

Du côté des ratios de fonds propres, Société Générale va rentrer dans le rang : comme le prévoit le nouveau cadre réglementaire pour les banques, appelé Bâle III, qui entrera progressivement en vigueur à compter de 2013 et impose aux banques un ratio de fonds propres durs de 7%, la banque prévoit d’atteindre un ratio de fonds propres «durs» d’au moins 9% fin 2013. Ainsi, si la couche supplémentaire de 1 à 2,5 points de pourcentage -demandée pour les établissements dits systémiques, c’est-à-dire ceux dont la défaillance menacerait de destabilisée le système financier tout entier- était réclamée à Société Générale, les obligations pourraient être respectées.

Source: lefigaro.fr

Vous vous demandez encore pourquoi votre banquier ne veut pas vous donner votre argent? Vraiment? Et tout cela grâce à qui? Pas à l’Oncle Sam qui est mort depuis longtemps puisque son origine remonterait à 1812, mais aux financiers américains, aux grandes banques, aux abrutis qui couvrent tout cela aux USA comme en France (et pas de Big Up à Sarko surtout!!!). Le plan de sauvetage? Une arnaque puisque en fait de sauvetage, on sait bien qu’il ne s’agit là que d’un sursit, ce « sauvetage » est basé sur un mensonge et malheureusement pour tous, c’est la vérité qui vaincra et elle sera douloureuse, pour nos porte-feuilles comme pour nos anus!

NEW YORK (Reuters) – Moody’s Investors Service a confirmé mardi la note AAA qu’il attribue aux Etats-Unis après le compromis adopté sur le relèvement du plafond de la dette, mais a assorti sa note maximum d’une perspective négative.

Cette perspective signifie que la note des Etats-Unis pourrait être abaissée dans les 12 à 18 mois.

Après la Chambre des représentants, le Sénat américain a adopté mardi la loi sur le relèvement du plafond de la dette des Etats-Unis, signée dans la foulée par le président Obama et qui évite à la première puissance économique mondiale de se retrouver en défaut de paiement.

Moody’s avait placé la note des Etats-Unis sous revue pour un abaissement possible le 13 juillet, disant craindre que l’Etat n’honore pas ses factures et autres engagements si le Congrès venait à ne pas pouvoir relever le plafond d’endettement du pays début août.

« L’accord de ce jour est une première étape vers l’assainissement budgétaire à long terme nécessaire pour maintenir la note de la dette de l’Etat américain dans la catégorie Aaa sur le long terme », déclare Moody’s dans un communiqué.

L’accord sur le plafond de la dette résolu, l’agence dit s’attacher aux problèmes de long terme pour les finances publiques américaines, alors que le déficit budgétaire atteint environ 9% du produit intérieur brut (PIB).

Le maintien de la note AAA dépendra de mesures supplémentaires de réduction du déficit, mais aussi du rythme de croissance économique et de l’évolution des coûts de financement des Etats-Unis, a précisé Steven Hess, l’analyste de Moody’s pour les Etats-Unis.

L’agence Fitch a elle aussi maintenu la note des Etats-Unis à AAA, tout en prévenant que la première puissance économique mondiale devait réduire son endettement pour éviter une baisse de note à l’avenir.

« Fitch a maintenu comme prévu la notation AAA, ce qui avait été déjà dans le fond pris en compte par le marché. La question plus importante est de savoir si la loi sera suffisante pour calmer S&P, qui voulait 4.000 milliards de dollars de coupes, beaucoup sur le marché estimant qu’il y a un risque d’abaissement de note de la part de S&P », a commenté Gennadiy Goldberg, analyste obligataire chez 4Cast Ltd. à New York.

La loi votée mardi relèvement le plafond de la dette suffisamment pour tenir jusqu’après l’élection présidentielle de novembre 2012 et prévoit 2.100 milliards de dollars de réduction des dépenses sur dix ans. Elle créée une commission mixte parlementaire Sénat/Chambre des représentants qui présentera des recommandations pour la réduction du déficit fin novembre. Elle ne prévoit pas de hausse de la fiscalité.

Walter Brandimarte et Daniel Bases, Danielle Rouquié pour le service français.

Source: tempsreel.nouvelobs.com

  

VU SUR http://lesmoutonsenrages.fr/2011/08/03/economie-mondiale-cest-la-chuuuuuute-finaaaaaaale/#more-9387

 

http://stefouxxx.wordpress.com/2011/08/03/economie-mondiale-c%E2%80%99est-la-chuuuuuute-finaaaaaaale/

 

 

_________________________________________________________________________________

 

.

 

Obama, le pantin des banksters !

50 a 60 millions de pauvres en plus en USA avec les magouilles d'Obama !

 .
.
.
Partager cet article
Repost0
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 05:22

 

Est-ce que MOODY’S lit TRADER NOE ?

(AOF) – Moody’s a annoncé avoir placé sous surveillance les notes de Lafarge et de ses filiales en vue d’une possible dégradation. Affichant actuellement une note de crédit long terme ‘Baa3′, le plus important cimentier mondial pourrait donc voir sa note tombée dans la catégorie « spéculative » ou « junk ». L’agence de notation a justifié sa décision par la faiblesse de sa structure financière avec des ratios financiers inférieurs à ses anticipations pour une note « investment » pendant une période de temps prolongée.
En outre, sa performance opérationnelle s’est dégradée au premier semestre 2011 par rapport au premier semestre 2010. Côté positif, Moody’s a souligné des réductions des coûts substantielles au premier semestre et 1,55 milliard d’euros de cession d’actifs.

 

Trader Noé 27 juillet :

Le titre Lafarge évolue dans la même situation.Tant que les 41 euros se sont pas franchis, le titre peut se rapprocher des 35.5 euros. La rupture de ce niveau serait inquiétante car le titre pourrait corriger vers 10 euros.

 
5 Comments

Publié par le 2 août 2011 in Non classé

 

Trader Noé – Analyse générale… Aux problèmes des dettes s’ajoutent maintenant ceux de l’économie !

Tant que le titre EDF évolue sous les 25.7 €, la tendance de fond reste baissière et le premier objectif se situe à 24 €. Une clôture sous les 24 € pourrait entrainer le titre vers les 13 €. Ceci pourrait arriver dans quelques mois lors de l’explosion sur la zone euro. Dans ce cas,les bancaires seront probablement nationalisées.
(Rappelons que le plus bas au premier trimestre 2009 était 25.1)

Le titre Société Générale se rapproche des 32 €. Une clôture sous ce niveau entrainerait probablement le titre vers de nouveaux plus bas: 29 et 25 € pour commencer.

Le titre Crédit Agricole devrait se diriger vers le 7.9 et peut être 7.5 €. Sous ce palier, le titre présenterait un grand danger avec un effondrement vers 3 €. (Supposons dans ce cas le défaut de la Grèce. Les filiales du Crédit Agricole étant fortement impliquées).

De même le titre BNP présente maintenant un objectif à 42 €.
Sous ce palier nous aurions le même scénario que pour Crédit Agricole. L’implication des filiales entrainerait probablement une correction vers 39 – 35 puis 30 €.

L’or reste très haussier, prêt à exploser à n’importe quel moment.

EURCHF (comme GBPCHF) reste dans une tendance baissière et se dirige vers la parité.

 

Commentaire de LIESI – Les médias insistent maintenant, non plus sur les dégradations des dettes des Etats, mais sur l’état de santé de l’économie américaine, malgré (disent-ils) l’accord trouvé à Washington pour relever le plafond de la dette. On craint désormais, toujours selon les médias qui ont tendance à conditionner les « impressions générales des acteurs de marchés », que les Etats-Unis ne retombent dans la récession. C’est dans cette logique que les prix du pétrole ont chuté, « les investisseurs s’attendant à ce qu’un ralentissement de la croissance économique mondiale réduise la demande de brut ».

Pour rappel, l’indice de l’Institute for supply management pour le mois de juillet a atteint 50,9 contre 55,3 le mois précédant, signe d’un ralentissement de l’activité industrielle. « Ces données ont fait craindre un retour en récession », expliquait Ben Potter, un analyste d’IG Markets dans un rapport. Or, dans le cadre de l’accord sur le relèvement du seuil de la dette américaine, « le pire est que Washington est justement sur le point d’adopter de fortes réductions des dépenses, ce qui est sans doute exactement le contraire de ce qu’il faudrait faire », a-t-il remarqué.

Curieux ce tir de barrage alors que les agences de notation donnent l’impression d’être provisoirement en vacances… Décidément, les tireurs des manettes ne veulent pas laisser de repos aux aoûtiens !

 

 
17 Comments

Publié par le 2 août 2011 in Non classé

 

Les pays asiatiques et l’après 02 août 2011

Dans le contexte de bras de fer entre l’administration de Barack Obama et les républicains du Congrès sur l’augmentation du plafond de la dette publique, le ton des déclarations officielles des gouvernements, des milieux d’affaires et des sphères boursières de la Chine, de la Corée et du Japon est le suivant: il n’y aura probablement pas de « défaut de paiement technique », et même si c’était le cas, il ne faut pas s’attendre à des troubles. Read the rest of this entry »

 
2 Comments

Publié par le 2 août 2011 in Non classé

 

Or à Moyen Terme

Menthalo – Sachant que de nombreux lecteurs ne sont pas experts es analyses techniques et graphes boursiers, cet article se veut pédagogue et aussi simple que possible. Il ne reflète évidemment que les opinions de son auteur. (Cliquer pour lire la suite.) Read the rest of this entry »

 
10 Comments

Publié par le 2 août 2011 in Non classé

 

La tour de Pise fait échec à la Maison Blanche

Pour l’instant la tour de Pise fait échec à la maison blanche !

USDCHF se rapproche du premier objectif 0.765

EURCHF se rapproche de la parité avec une baisse actuelle de 3 % environ.

Les banques sans commentaire, relisez les articles précédents.

Et les valeurs Lafarge et Vicat ont perdu environ 10 % depuis notre dernière analyse.

L’indice CAC 40 se rapproche petit à petit des 3450 points.

 
7 Comments

Publié par le 2 août 2011 in Non classé

 

02 AOUT 2011 : le grand cirque américain et l’aveuglement coupable des eurocrates

Une source bancaire nous donne des détails qui éclaireront tout le monde au sujet de l’échéance du 02 août 2011, relatif au fameux plafond de la dette américaine. (cliquer pour lire la suite) Read the rest of this entry »

 
37 Comments

Publié par le 1 août 2011 in Non classé

 

Trader Noé avait raison d’évoquer un accord « probable » – Le grand cirque continue…

De la hausse initiale qui a atteint jusqu’à +1,5%, il ne reste pratiquement plus rien à Paris (+0,05%) et l’Euro-Stoxx50 (-0,3%) passe dans le rouge (Milan chute de -1,1%).
Les investisseurs ont rapidement déchanté alors que ‘l’accord’ approuvé par le Congrès (il devrait être voté ce soir) ne satisfait personne -et surtout pas la Maison Blanche: les classes les plus favorisées échappent à tout hausse de la fiscalité, les plus pauvres risquent de voir leurs prestations sociales réduites ultérieurement par des coupes automatiques.
La question des déficits n’est pas réglée par un projet de réduction de 250Mds$ par an sur 10 ans (le plafond de la dette va être relevé à 16.400Mds$, en 3 tranches des 700Mds$), ce qui ne représente qu’une goutte d’eau dans l’océan des dépenses non couvertes.
Dans le même temps, de nombreux commentateurs affirment que ce plan tombe au plus mal car les chiffres du PIB publiés vendredi démontrent que la croissance américaine est en panne depuis le début de l’année: ce n’est pas le bon moment pour réduire le soutien de l’Etat fédéral à l’économie. (Source: Cercle Finance)

 

 

Lire aussi :

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 04:07

  http://www.algerie-focus.com/wp-content/uploads/2011/05/pi.jpg

http://www.algerie-focus.com/wp-content/uploads/2011/05/pi.jpg

 

 

Le hold-up permanent


La tragi-comédie à laquelle nous assistons aux USA, n'est qu'une mascarade affligeante.

Un complot fomenté par une élite autoproclamée, faite de grands banquiers que l'on peut identifier aux Rothschild / Rockefeller, pour faire simple, a organisé la privatisation de l'argent.

Les pays ont abandonné à ces prédateurs leur droit régalien de battre monnaie et d'escompter leurs traites sans intérêt, évidemment.

C'est la plus grande escroquerie jamais vue en matière économique, et cela perdure.

Toutes les soi-disant dettes ne sont qu'une vaste imposture, car "en gros", les États ont déjà payé en usure (intérêts sans aucune légitimité) à ces personnages, l'équivalent de l'argent prêté (de façon tout aussi illégitime).

Cela peut sembler incroyable à qui découvre ça, et ça l'est, car on ne comprend pas pourquoi personne ne dénonce cela au lieu de chercher des mesures qui ne font qu'aggraver un peu plus la situation !

Pourquoi nos dirigeants politiques ne dénoncent-ils pas cet état de fait inadmissible ? Tout simplement parce qu'ils sont placés au pouvoir par ces mêmes banquiers justement pour laisser ce système en place, qu'ils en sont les "hommes de main", les complices, autrement dit, des traîtres eu égard aux citoyens contribuables que nous sommes.

On peut même parler de haute trahison au sujet de ceux qui ont activement participé à cette forfaiture, comme Pompidou, le représentant des Rothschild, et son valet VGE, à l'origine de la ruine de la France, avec son article 25 : « Le 3 janvier 1973, sous la présidence de Georges Pompidou (ancien de la banque Rothschild, ex-membre de la Trilatérale), alors que vous étiez Ministre des Finances, est entrée en application une réforme importante des statuts de la Banque de France, dans laquelle nous trouvons ce très court article 25 ; "le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l’escompte de la Banque de France", autrement dit fut bloquée à ce moment toute possibilité de crédit de la Banque de France au Trésor, et ici se trouve l'origine de la dette des administrations publiques dans notre pays, laquelle atteint maintenant près de 1700 milliards* (au seul sens de Maastricht et avant la crise), et nous ponctionne collectivement de plus de 50 milliards d'intérêts par an, payés aux "déjà plus riches". J'aimerais que vous m'expliquiez, sans langue de bois, quelle fut, à l'époque, la justification de ce changement de cap qui nous ligote sous la coupe des banques privées ? ».

* http://cluaran.free.fr/dette.html


Bien sûr, d'autres on aggravé les choses après, et tous ses successeurs ont cautionné cette infamie, tout spécialement la sphère politique actuelle, avec les Sarkösy de Nagy-Bocsa et ses différents ministres des Finances et du Budget, mais aussi les prétendants Hollande ou Aubry, les plus tristement "célèbres", pour ne pas les nommer... Mais l’élite contrôle aussi les médias et les commentateurs économiques serviles, du type JM Sylvestre…


 Visionnez d'urgence cette vidéo et faites-la circuler, c'est la première fois que nous entendons cela de ces gens, alors qu'il est si tard (trop tard ?) :

Dennis Kucinich dénonce ce système 

 

http://spread-the-truth777.blogspot.com/2011/07/dennis-kucinich-denonce-le-systeme-de.html (1 mn 15)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Dennis_Kucinich

 

Situation surréaliste et 100 % artificielle !

 

RAPPELS :

Étienne Chouard - L'arnaque de la création monétaire et de l'impôt sur le revenu

http://www.youtube.com/watch?v=FxzQrPmTClg (6 mn 51)

 

Et cet autre exposé d'Étienne Chouard, professeur d’économie, à voir ABSOLUMENT

http://www.renovatiotv.com/blog,etienne-chouard-sur-les-theories-du-complot,991617760.html (15 mn 55)

 

Alors, nous n'allons pas faire comme si on ne savait pas, il faut donc exiger de nos représentants politiques (avant de les virer pour faute grave inadmissible), de rétablir la situation d'avant le hold-up des "RR", donc de rendre aux États leur droit régalien de battre monnaie.

Pour ce qui est de la zone "euro", cela signifie d'étudier la possibilité de conserver cette devise en monnaie "commune" et non plus "unique", et/ou de revenir à une monnaie contrôlée par chaque État.

Mais des économistes comme l'ami Étienne Chouard, sont mieux placés que nous pour suggérer ce qu'il faut faire pour remédier définitivement à cette situation intenable...

 

Annexes :

Dans les discussions sur le plafond de la dette aux USA, une nouvelle règle, appelée "Loi martiale" est destinée à prendre la relève en cas d'incapacité du gouvernement local.
Est-ce assez clair ?
Détail qui a son importance : Fox News appartient à R. Murdoch, l'ultranationaliste sioniste, le fossoyeur des démocraties de la planète et des États-Unis en particulier.
Bien sûr, il n'est pas le seul dans le pyramidion (les 13 degrés au dessus du 33e degré de la pyramide, dans l'œil coupé de la base)... les familles Rothschild, Rockefeller, Bush et Cie, sont là aussi depuis toujours.
 

Depuis le 1er juillet, la police peut tirer à balles réelles sur les manifestants en France :

http://wikistrike.over-blog.com/article-depuis-le-1er-juillet-la-police-peut-maintenant-tirer-a-balles-reelles-sur-les-manifestants-en-fran-79171058.html

 

artemisia-college.org

 

Partager cet article
Repost0
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 03:46
http://www.lesmotsontunsens.com/files/crise-financiere-fin-du-monde.jpg

http://www.lesmotsontunsens.com/files/crise-financiere-fin-du-monde.jpg

France : la faillite des collectivités locales pourrait déclencher un « krach » intérieur
1er août 2011

1 août 2011 (Nouvelle Solidarité) – Le 13 juillet, un rapport de 210 pages de la Cour des Comptes, écrit dans un langage qui cherche à contenir la panique, a sonné le tocsin sur l’état des finances locales.

Le rapport commence par l’aveu inquiétant qu’il n’existe pas dans les statistiques publiques de données disponibles sur la structure de la dette locale. « Il est ainsi impossible de savoir, au-delà des montants des encours publiés annuellement par le ministre du Budget et l’INSEE, de quels types d’emprunts ces encours sont constitués ou d’en connaître la maturité moyenne ainsi que leur ventilation par type de taux d’intérêt ».

Rien que ce constat justifie amplement la mise sur pied d’une Commission d’enquête parlementaire sur les « emprunts toxiques ». Réclamé par Jacques Cheminade, elle a été créée début juillet par le président du Conseil général de la Seine Saint Denis, Claude Bartolone, et d’autres qui l’ont rejoint dans cette bataille.

Le rapport estime que l’endettement des collectivités locales (hors établissements de santé pourtant endettés dans des conditions identiques) est passé de 116,1 en 2004 à 163,3 milliards d’euros l’an dernier, une hausse de 41% en moyenne, mais avec une progression de 80% pour les régions, de 63% pour les départements et de 30% pour les communes et les EPCI (établissement public de coopération intercommunale) à fiscalité propre.

C’est notamment « sous le poids des dépenses sociales transférées, que les départements ont pallié la baisse de leur autofinancement par un recours à l’emprunt. Les régions ont réalisé des investissements importants, notamment dans le domaine ferroviaire, qu’elles ont également financés en s’endettant ».


Voilà donc un constat révélateur : de même qu’un puissant lobby privé profite du démantèlement de la santé publique pour « vendre » des soins à des « clients », les banques se sont ruées sur les collectivités locales pour les endetter dans des conditions scandaleuses.


« L’encours de la dette locale (collectivités, EPCI et divers syndicats) intègre environ 30 à 35 milliards d’euros d’emprunts structurés, dont 10 à 12 milliards d’euros présentent un risque potentiellement élevé », estiment les sages en extrapolant les données d’un échantillon de plus de 2 000 communes. C’est deux fois plus que les statistiques avancées en juin dernier par Philippe Richert, ministre chargé des collectivités locales, pour qui les « emprunts toxiques » représentent seulement sept milliards d’euros.

Rappelons que leur taux d’intérêt peut varier en fonction de critères aussi exotiques que les différences de taux de change entre l’euro et une divise étrangère (dollar, yen, franc suisse, etc.) sur 10 ou 20 ans. Au début, les collectivités bénéficient d’une période dite de « bonification » : l’emprunteur paie un taux bien en dessous du marché. Puis les emprunts entrent en « phase structurée » : les taux explosent et peuvent alors passer de 4% à 20% d’une année sur l’autre. La Cour évoque même des taux pouvant dépasser à terme les 50% !

Une centaine de collectivités est « gravement » exposée aux emprunts structurés. Comprenez qu’elles courent vers la faillite et une soixantaine d’entre elles a déjà saisi le médiateur de l’État.

A la bombe à retardement des emprunts toxiques s’ajoutent deux facteurs supplémentaires de nature à plonger les collectivités territoriales dans l’abîme de faillites graves.


Le Conseil constitutionnel défend

les banques contre la constitution


Le premier vient de la décision du Conseil constitutionnel du 30 juin. À l’initiative de Claudy Lebreton, président de l’Assemblée des départements de France (ADF), soixante départements (dont trois de droite) avaient saisi le Conseil constitutionnel pour non-respect du principe de libre administration des collectivités locales.


Selon eux, « le financement des allocations de solidarité, c’est-à-dire du revenu minimum d’activité (RSA), du revenu de solidarité active, de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) et de la prestation de compensation du handicap (PCH), coûtera aux départements, cette année, 13 milliards d’euros, l’État ne compensant que 7 milliards ».

Le Conseil constitutionnel souligne que les ressources « doivent être équivalentes aux dépenses qui étaient celles de l’État à la date du transfert ». En violation totale de l’esprit du préambule de notre Constitution, le Conseil constitutionnel se réfugie derrière l’article 72-2 de la Constitution pour réfuter « toute considération sur l’évolution de ces dépenses ». Le conseil explique que cet article n’impose pas, au fil du temps, une compensation glissante et permanente des charges transférées, il appartient seulement à l’État de maintenir le niveau des ressources transférées.


Pourtant, toutes ces dépenses ont été revues à la hausse, du fait de la détérioration de la situation sociale pour le RMI et le RSA, mais aussi de l’augmentation de l’âge moyen de la population ou du déclin de l’état général de santé. Or comme nous l’avons indiqué, la Cour des comptes reconnaît que « sous le poids des dépenses sociales transférées, les départements ont pallié la baisse de leur autofinancement par un recours à l’emprunt ».


Les banques font leurs bagages


Enfin, depuis quelques mois, plusieurs banques sont sorties du marché du financement des collectivités locales qu’elles jugent peu rentables et coûteux en liquidités. Les deux grands acteurs, Dexia (32%) et Caisses d’épargne (24%), ont fortement réduits leur présence sur ce marché. Dexia fait face à des difficultés structurelles pour se refinancer sur les marchés ce qui la conduit à réduire la production de crédits. La Caisse d’Épargne a décidé, après avoir étudié l’impact des futures règles de Bâle III, de réduire sa présence sur ce segment. Idem pour le Crédit Agricole, exposé en plus à des fortes pertes de sa filiale Emporiki en Grèce.


Retour à la Caisse des dépôts


Devant la menace d’une crise dramatique, Michel Bouvard, député de Savoie et président de la Commission de surveillance de la Caisse des Dépôts et des consignations (CDC), a suggéré que, si l’Etat le décide, les fonds d’épargne de la CDC, dont l’encours atteint 223,6 milliards d’euros à la fin 2010, puissent être mis à contribution, à l’image de ce qui s’est passé en 2008. A cette époque, en pleine crise de liquidités, les collectivités ne trouvaient plus de financements bancaires, et l’Etat fut obligé de débloquer d’urgence une enveloppe de 5 milliards d’euros sur les fonds d’épargne.

De leur coté, aussi bien la Cour des comptes que l’Association des Maires de France soutiennent l’idée d’une agence de financement des collectivités par le biais d’émissions obligataires.


Bien mieux serait la décision, préconisée par Jacques Cheminade dans son appel à la création d’une Commission d’enquête sur les emprunts toxiques, de faire revenir Dexia dans le giron de la CDC en tant qu’agence historique de refinancement des collectivités, à condition que les principes sous-jacents à la loi Glass-Steagall soit appliqués aux deux, ainsi qu’à tout le secteur financier privé. C’est la seule façon de mettre fin à la finance folle.

 


À lire aussi...
Partager cet article
Repost0
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 06:35

 

.

 

 

 

.

 

Le Rêve Américain - VostFR- 2/2de EarthGenesis

 

 

 

.

Partager cet article
Repost0
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 17:20
Nous avons tous été usurpés
 

 

 

 

 

 

Dennis Kucinich :

 

- Sur le pillage des richesses américaines par les banques, les corporations et l’élite

 

Les États-Unis, le Canada, la France et les autres pays d’occident se sont fait usurper le droit de créer leur propre monnaie par un cartel international de banquiers privés.

 

Ce cartel peut créer de l’argent à partir de rien bref du vent tout en nous demandant de repayer les intérêts.

 

Une des solutions de la crise actuelle serait de reprendre le contrôle de nos monnaies respectives nous évitant ainsi d’être esclaves d’une dette toute notre vie et ainsi voir notre qualité de vie disparaitre.

 

Ainsi, non seulement ces banques volent des billions de dollars et ne vont pas être poursuivies, le gouvernement est en train de faire une politique officielle pour le leur permettre.



Donc si vous êtes l’une des petites gens et que vous filmez la police, vous serez battus et emprisonnés. Si vous téléchargez un trop grand nombre de documents du domaine public, vous rencontrez 35 ans de prison.



Mais si vous êtes une société, vous pouvez exporter des centaines de millions de litres de pétrole dans la mer, cracher des déchets radioactifs dans le monde, voler des milliards de dollars au public et voler des millions de foyers au peuple. Non seulement ces sociétés s’en tirent avec leurs actions, en plus elles sont récompensées.



Spécifiquement ce type d’inégalité qui fait rage a conduit à des troubles civils dans le monde et finira par provoquer le même type de troubles ici en Amérique

 

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 20:06

 

Nous devons reprendre notre destin entre nos mains !

 

 

 

 

.

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 19:05

 

La Chronique Agora

 

[NDLR : Françoise Garteiser, votre correspondante habituelle, s'en est allée arpenter la toundra du Groenland pendant une dizaine de jours. Voici un article de Bill Bonner pour vous faire patienter en attendant son retour... et la reprise de la Chronique Agora, le 16 août prochain. Toute l'équipe vous souhaite d'excellentes vacances d'ici là !]


Paris, Samedi 30 juillet 2011
Edition du week-end

100 points de base avant l'Apocalypse
Bill Bonner

▪ Existe-t-il quelque part sur terre un pare-choc que les autorités financières n'aient pas encore percuté ?

Les dirigeants sont perdus sans boussole. Ils essaient de remonter une rivière sans pagaie. Ils sont devant le distributeur automatique sans leur code secret. Toutes leurs théories, sans exception, ont été discréditées. Pas une seule de leurs expériences ne les contredit pas.

En 2006, ils n'ont pas vu venir la crise. En 2008, ils n'ont pas su la comprendre. En 2009-2011, ils n'ont pas pu la résoudre. Leurs théories leur disaient qu'ils ne pouvaient pas repérer une bulle -- qui était évidente pour à peu près tout le reste du monde. Même nous, nous avons pu en prévenir nos lecteurs. Ensuite, l'élite financière a confondu le problème avec un manque d'argent liquide. Mais quasiment tous les ménages américains savaient quel était le vrai souci : un excès de dettes.

Ensuite, alors que chacun sait qu'on ne peut pas régler un excès de dette en ajoutant plus de dette, les autorités sont passées complètement à côté. Depuis qu'elles ont commencé à appliquer leurs remèdes, la dette nationale italienne a grimpé de 360 milliards de dollars (Mds$). La dette nationale du Japon a gonflé de 1 100 Mds$, et les Etats-Unis ont ajouté plus de 2 000 Mds$ à la leur. Ils ont peut-être réussi à balayer le problème sous le tapis... mais des bosses commencent à apparaître. Et la semaine dernière, ils ont trébuché dessus.

Rien que pour ces trois plus grands débiteurs au monde, le problème est désormais 3,5 Mds$ plus grave. Et ce n'est qu'une partie de la situation. Ces chiffres ne comptent pas les milliers de milliards d'autres sparadraps monétaires et budgétaires appliqués par les autorités. Ron Paul, membre du Congrès US, met le chiffre pour les Etats-Unis à 5 000 Mds$ ; il en a parlé à M. Bernanke.

Que pensez-vous avoir obtenu en l'échange de tout cet argent, a-t-il voulu savoir. Le président de la Fed est resté fidèle à ses illusions. L'argent n'a pas été dépensé, a-t-il protesté ; il a été "investi".

Dans ce cas, quel a été le retour sur investissement ? Selon toutes mesures, l'économie américaine est dans un pire état qu'avant le début des plans de relance et autres miroirs aux alouettes. Après des pertes de 7 000 Mds$, l'immobilier chute encore. L'emploi est pire. Le taux de chômage large -- qui comprend les personnes ayant cessé de chercher un emploi, les travailleurs à temps partiel ne trouvant pas de plein-temps, etc. -- est passé de 15,8% à 16,2% en juin.

Le nombre d'Américains ayant un emploi a baissé d'un quart de million, passant à 153,4 millions de personnes. La recherche d'emploi dure désormais plus longtemps que la période moyenne après laquelle un chômeur cesse de chercher -- 39,8 semaines, un record. Les salaires horaires ont chuté. Les heures travaillées aussi.


Alors que le problème concerne les ménages aux Etats-Unis, en Europe, ce sont les banques, les renflouages et les usines à gaz qui causent des remous. Moody's, le géant de la notation, a jeté la dette irlandaise dans la poubelle des junk bonds, après avoir dégradé la notation de la dette portugaise la semaine précédente.

La dette grecque a le statut de junk bond depuis des mois, mais cela n'a pas empêché Fitch de la dégrader une nouvelle fois ; il y a quelques jours, les notes grecques à 10 ans se vendaient avec une décote de 48%. La dette à deux ans rapportait 36% à l'heure où nous écrivions ces lignes. Et Moody's a récemment annoncé qu'elle examinait aussi le cas de la dette américaine ; une dégradation finira par arriver tôt ou tard.


Plus la pile de dette augmente, plus elle pue. La semaine dernière, les investisseurs ont remarqué une mauvaise odeur provenant d'Italie, le troisième plus grand débiteur au monde. Les deux autres grands débiteurs de la planète -- les Etats-Unis et le Japon -- ont 26 000 Mds$ de dette souveraine combinée. Ajoutez l'Italie, le total se monte à près de la moitié du PIB mondial. Ce sont des chiffres considérables ; ils ne vont pas disparaître.

L'Italie n'a rien de particulièrement terrible. A 120% du PIB, sa dette gouvernementale se situe, officiellement, entre celles des Etats-Unis et du Japon. Officieusement, elle est à peu près à égalité avec les Etats-Unis. En ce qui concerne les déficits, l'Italie est un modèle d'intégrité. Son déficit n'est que de 4,5% du PIB, à comparer avec les 11% des Etats-Unis.

Si l'on se fiait uniquement à ces chiffres, on pourrait en déduire que le coût de l'emprunt pour l'un de ces paniers percés serait à peu près le même que pour les autres. Mais les investisseurs ont récemment décidé que la dette italienne pouvait être aussi dangereuse que les concombres espagnols. Ils l'ont vendue. En agissant de la sorte, ils ont envoyé les rendements des obligations italiennes à 10 ans au-delà des 6%. L'Espagne a percé les 6% peu après. Dans la mesure où 7% est considéré comme une limite supérieure, cela a mis toute l'Europe à 100 points de base de l'Apocalypse.

Les autorités observaient les événements comme un chat domestique regarde le journal de 20h : elles ont vu les images. Elles ont entendu les mots. Elles n'ont rien compris de ce que cela signifiait.

Aux Etats-Unis, dans le même temps, le jour du jugement approche aussi. Dans quelques jours, à moins que la limite réglementaire soit levée, les Etats-Unis cesseront de payer leurs dettes.

Ce sera "pire que la banqueroute Lehman", déclare l'ancien Secrétaire au Trésor US Larry Summers. L'Apocalypse en d'autres termes. Mais si l'on se fie à tout ce que leurs remèdes ont provoqué jusqu'à présent, l'Apocalypse semble une alternative de plus en plus attrayante.

Meilleures salutations,


Bill Bonner

La Chronique Agora

 

.

Retrouvez-nous en ligne sur :
http://www.publications-agora.fr
http://www.la-chronique-agora.com

Vous souhaitez recevoir la Chronique Agora quotidiennement ?
c'est par ici...

Une question, une remarque ? Il suffit de nous écrire à
la-redaction@publications-agora.fr

 

.

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 18:28

Alerte sur certaines bancaires françaises

Il y a une panne sur la bourse de Paris et le dollar s’effondre contre le Franc suisse. Les 0.80 donné par TRADER NOE depuis plusieurs jours a explosé ! On signale à notre rédaction de très graves difficultés pour certaines banques françaises.

« Au train où vont les choses, beaucoup de gens vont se retrouver faits comme des rats. Il n’y a pas qu’à la Poste que les Français vont avoir de la peine à retirer leur argent » (Source: direction financière d’une banque X).

LIESI aura fait tout ce qui était en son possible pour prévenir ses lecteurs et autres internautes. Il ne faut cependant pas paniquer, mais être lucide. Lisez bien le prochain numéro de LIESI qui sera posté lundi.

 
2 Comments

Publié par le 29 juillet 2011 in Non classé

 

FED : réunion d’urgence en ce moment

La Banque centrale américaine a convoqué de toute urgence les Primary Dealers (qui achètent d’une manière quasi obligatoire les bons émis par le Trésor depuis que les Chinois et autres n’en veulent plus) à midi, heure de New York, pour rencontrer les responsables de la FED et du Trésor américain. On évoque un plan d’urgence pour la semaine prochaine.

L’agence de presse Bloomberg confirme que cette réunion n’était absolument pas prévue initialement. Le Trésor américain a également annulé toutes les réunions programmées. Le secret est entretenu sur les personnalités présentes à cette convocation urgente. Un porte-parole du Trésor à Washington a refusé de commenter le contenu de cette réunion discrète.

Depuis que cette information circule, le DOW JONES vient de reprendre une centaine de points… Bref, il y a des interventions massives. Trader Noé, qui voyage beaucoup en ce moment, nous a promis une analyse dans les 24 heures.

 

 
1 Comment

Publié par le 29 juillet 2011 in Non classé

 

Le vendredi noir du 29 juillet 2011

L’indice SP 500 (Future) a cassé le seuil les 1300 points.
Attention, celui-ci risque de se diriger vers 1264 points et 1200 points.

Le CAC 40 risque à son tour de se rapprocher rapidement des 3605 points, puis 3475 points si la clôture de ce soir se fait sous 3605.

Pour Crédit Agricole surveillez bien les 8.2 euros ainsi que le point donné pour  BNP sans oublier les points mentionnés hier pour les bancaires.

La clôture de ce soir est extrêmement importante (voir article d’hier soir).

 
3 Comments

Publié par le 29 juillet 2011 in Non classé

 

Angleterre : le danger de se croire invincible

Depuis quelques semaines, différentes sources signalent des problèmes conséquents en Angleterre. Des dégradations dans les conseils sur certaines valeurs anglaises, des ventes massives sur certaines titres, le refus du gouvernement de donner un cent pour le dernier plan de sauvetage de la Grèce, etc. Sans oublier le décrochement de la livre sterling dont a récemment parlé Trader Noé…

Aujourd’hui, la publication de statistiques officielles révèlent que la croissance de l’économie britannique s’est fortement ralentie au printemps. Dans ce contexte, les mesures d’austérité prises par le gouvernement britannique ne vont certainement rien arranger. Ce plan de rigueur, le plus sévère mis en place dans les grands pays développés depuis la crise financière, vise à éliminer le déficit public d’ici 2015 au prix de coupes sombres dans les dépenses de l’Etat et des collectivités, conjuguées à des hausses d’impôts et à la suppression de plus de 300.000 postes dans le secteur public.

Le drame de l’Angleterre comme celui des Etats-Unis, est d’être une économie totalement financiarisée. Il n’existe plus de tissu industriel. Si les Britanniques ont profité de la bulle des marchés papier, c’est aujourd’hui l’un des pays les plus vulnérables au scénario inverse ! Et précisons que l’Angleterre a vendu la quasi-totalité de son or au moment où l’on touchait le plus bas à 300 dollars l’once. Nous sommes à 1600 dollars l’once ! Cette simple décision prise par G. Brown à l’époque illustre le dessein de l’establishment mondialiste pour l’Angleterre. C’est l’un des des derniers pays où il faut séjourner.

Retour sur les statistiques macro-économiques

Le Produit intérieur brut (PIB) a progressé de 0,2% seulement au deuxième trimestre par rapport au précédent, et est ressorti en progression sur un an, a précisé dans un communiqué l’Office des statistiques nationales (ONS). Heureusement, ces chiffres sont conformes aux attentes des économistes, qui tablaient dans l’ensemble sur une croissance autour de 0,1% ou 0,2% sur le trimestre. Cela dit, cette performance décevante fait suite à une stagnation du PIB britannique lors des deux précédents trimestres : il s’était replié de 0,5% fin 2010, puis avait enregistré un rebond de même ampleur début 2011.

 
3 Comments

Publié par le 29 juillet 2011 in Non classé

 

Le soleil se couche à l’Ouest

Par Menthalo – Alors qu’il reste moins d’une semaine au Congrès pour éviter le défaut des Etats-Unis, et que le secrétaire au trésor Geithner annonçait au Sunday Talk Show que le défaut sur la dette américaine était imminent, la pantalonnade du Congrès continue.

Wall Street et les places financières bruissent de rumeurs d’accords aussitôt démenties sur le plafond de la dette,

Ceux qui ont été appelés le « gang des six », 3 républicains et 3 démocrates, supposés comme les Horace et les Curiace être les hérauts de leurs camps respectifs pour résoudre le problème du plafond de la dette, n’arrivent pas à trouver un terrain d’entente.
S’il font une trêve sur un compromis, celui-ci est immédiatement dénoncé par leur parti.

Quelqu’un scie t’il la branche en douce ?

Bix Weir de road-to-roota, affirme que tout cela est voulu.

Ne pas trouver un accord au Congrès et générer un défaut officiel sur la dette des Etats-Unis permettrait pour Bix Weir d’appuyer sur le détonateur des CDS.

Les Credit Default Swaps, qui représentent 600.0000 milliards de $ provoqueraient instantanément un séisme financier de magnitude 9, entrainant l’effondrement des Banques dominantes.

Banques, qui aujourd’hui dirigent sans vergogne les Etats Unis en plaçant leurs hommes-lige à tous les leviers de chacun des organismes de contrôle de l’économie, dans un but unique, pressurer le pays pour le profit d’une étroite ploutocratie.

Pour Bix Weir, certains ont décidé de faire s’effondrer ce château de cartes cet été en faisant imploser les Banques maîtresses du jeu. Il s’ensuivrait un immense chaos financier, qui entrainerait un krach systémique et une phase révolutionnaire violente, permettant de faire un grand ménage.

« Le Grand Soir ».

Analysant les interviews de Ron Paul, B.W. y voit de nombreuses allusions justifiant cette révolution nécessaire, confirmant ses théories et son timing. Ce désordre social et monétaire permettrait l’élection de Ron Paul dans un fauteuil en 2012, puisqu’il défend depuis de nombreuses années le retour au Gold standard et la transparence des banques.

Que Ron Paul soit encore là à attaquer la Fed semaine après semaine, montre qu’il est soutenu par une faction très puissante, qui a décrété Ron Paul intouchable.

Nous verrons dans les semaines qui viennent, dans quel mesure, BW a tort ou a raison.

Hélas, de manière évidente, les Etats Unis ne veulent pas tomber seuls, et ils ne veulent pas tomber les premiers.

Alors que nous sommes à 3 jours ouvrables d’un possible défaut US, les agences de notation continuent de jeter de l’huile sur le feu en Europe, dégradant les notes tout autant que les relations à l’intérieur de l’Union Européenne.

Il est probable que les Etats Unis feront en sorte de retarder l’effondrement du dollar pour laisser à l’Eurozone le temps d’exploser avant eux. La scission de l’Euro est toujours en négociation. Les banquiers allemands, qui détiennent près de 95% de la dette publique française, aimeraient garder la France dans le giron de l’Euro-mark, mais l’insubordonnée Marianne aime diriger et pourrait se retrouver leader de l’euro-Med. Les négociations sont encore en cours et pourraient durer encore quelques mois. Le dollar face à un euro divisé restera une monnaie relativement plus importante au niveau international.

L’Empire Oceania, avant de sombrer a encore une mission à accomplir pour assurer la résurrection du phoenix-$, il doit désorganiser la fourniture énergétique de ses partenaires-concurrents d’Eurasia et d’Estasia. Pour cela, il lui faut semer le désordre au Moyen Orient élargi par les émeutes, les révolutions ou la guerre.
Le Phoenix pourra renaitre et sa monnaie s’épanouir de nouveau en s’appuyant sur les immenses réserves de pétrole d’Alaska. Tel était le plan.

Cela donne là aussi quelques mois de répit.

Mais la Chine ou la Russie ne vont elles pas chercher à contrecarrer ce plan ?

Le soleil se couchera t’il à l’ouest ?

 
3 Comments

Publié par le 29 juillet 2011 in Non classé

 

La marmite bouillonne

Dans son intervention du 26/07/2011 sur BFM TV, Olivier Delamarche, associé-gérant de Platinium Gestion, dit que la dette US est déjà au-dessus des 14000 milliards annoncés si on ajoute les garanties à Freddie Mac et Fanny Mae plus les Mini Bonds… la dette est alors de 20.000 milliards !

http://www.dailymotion.com/video/xk5ddm_olivier-delamarche-26-juillet-2011-bfm-business-26-07-2011_news

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 06:20

Faut-il douze autres travaux d’Hercule de la Grèce pour satisfaire les banksters de la finance ?

« Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple le plus sacré et le plus indispensable des devoirs ».
Robespierre (Extrait de Lettre à la Convention nationale)

Depuis plus d’un an la Grèce est dans le collimateur du néo-libéralisme sauvage. On prétend à tort ou à raison que son entrée dans la zone euro ne lui a pas porté la chance. Qu’en est il exactement de cette dette toujours recommencée voire qui ne fait qu’augmenter alors que le gouvernement Papandreou a fait faire des efforts drastiques aux Grecs (ques) en vain car le « tonneau des Danaïdes » se vide immédiatement dans l’escarcelle des requins de la finance.

« Pour les Hellènes, le sommet européen n’est qu’une réunion de plus entre dirigeants européens. Et de dénoncer le plan de rigueur qui a été adopté il y a trois semaines A la veille du sommet de crise de la zone euro, la place Syntagma à Athènes, épicentre du pouvoir et des contestations en Grèce, est devenue une sorte de miroir de la mondialisation, où des Grecs « indignés » tentent le dialogue avec des touristes du monde entier. Depuis fin mai, des « indignés » campent sur cette place (de la Constitution en français), en face du Parlement, centre et symbole du pouvoir politique. « Je me bats pour mes droits, pour les droits de l’Homme », dit le jeune homme qui dénonce « les milliers » de gaz lacrymogènes lancés par la police grecque sur la place les 29 et 30 juin pour disperser les manifestants au moment du vote des lois d’austérité demandées par les créanciers du pays. L’aide internationale à son pays pour résorber la dette et les déficits, il l’analyse comme une dépossession coloniale du pays, car elle s’accompagne de conditions strictes comme un plan massif de privatisations. « Tout ce qu’ils veulent, c’est prendre ce qu’ils peuvent, le pétrole, les ressources minières. Ils ne veulent pas aider, ils veulent prendre, tous, les Européens, les Chinois, les Emiratis. Et le gouvernement vend la Grèce pour pas cher ». Mercredi, à la façon d’une potence sinistre, six noeuds coulants alignés en face du Parlement semblent menacer les députés de pendaison, quinze jours après les manifestations anti-austérité. En dessous, une affiche se moque du Premier ministre grec Georges Papandréou, « nommé employé de l’année » par le Fonds monétaire international.(1)

Comment est venue la crise de la zone euro ?

Il ne faut pas croire que l’euro est un long fleuve tranquille, on avait pensé que les petits pays (Irlande, Portugal, Grèce) étaient les plus vulnérables. Il n’en est rien, l’Espagne, l’Italie sont dans le collimateur et attendent leur tour Même la France avec un déficit abyssal risque d’être inquiétée. Dans cette détresse des peuples qui sont et seront toujours les variables d’ajustement, les banques n’ont jamais été aussi florissantes. Quand elles s’enrichissent elles distribuent à leurs actionnaires, quand elle sont en déficit, l’Etat les renfloue avec les argents des contribuables. Joseph Stieglitz prix Nobel d’économie à juste raison parle « de privatisation des profits et de mutualisation des pertes ».

Tout démarre pour la Grèce le 5 novembre 2009, le nouveau premier ministre Georges Papandréou, élu le 4 octobre 2009, annonce que le déficit public atteindra 12,7% du PIB en 2009, et non 3,7% comme le précédent gouvernement l’avait annoncé le 17 février, et la dette 113,4%. 14 décembre : le gouvernement grec annonce un plan d’austérité pour faire passer le déficit sous la barre des 3% du PIB en 2013. 29 janvier 2010 : L’Espagne présente à son tour un plan d’austérité afin d’économiser 50 milliards d’euros d’ici à 2013. 28 avril : l’agence de notation Standard and Poor’s dégrade la note de la dette espagnole. 10 mai:Les pays de la zone euro s’accordent sur un plan d’aide aux pays en difficulté de 500 milliards d’euros, auxquels s’ajoutent 250 milliards du FMI. 14 mai : le Portugal annonce un plan d’austérité afin de réduire son déficit qui représentait 9,4% du PIB en 2009 ».(2)
« 22 novembre : l’Irlande demande une aide financière internationale. Un plan conjoint de l’Union européenne et du FMI s’élevant à 85 milliards d’euros lui est accordé le 28 novembre. 4 mai 2011:le FMI et la Banque centrale européenne débloquent une aide de 78 milliards d’euros en faveur du Portugal. 13 juin 2011 : l’agence de notation Standard and Poor’s abaisse la note de la dette grecque de trois crans, à « CCC », soit deux points seulement au-dessus de l’insolvabilité. 15 juillet : Pour rassurer les marchés, le Parlement italien adopte un plan d’austérité de 48 milliards d’euros. La dette du pays s’élève à 120% du PIB. »(2)

Les agences de notation seules coupables ?

Qui décide de la santé financière d’un pays ? Au-delà des instances politiques de chaque pays, les agences de notation prennent de plus en plus d’importance car le marché suit leur « recommandation » Les pays membres de l’Union européenne voudraient durcir la réglementation des agences d’évaluation financière, dont ils sont aussi les clients. Pour Stephan Kaufmann, l’idée d’Angela Merkel de faire concurrence aux agences américaines n’a pas d’avenir, estime un éditorialiste allemand. Aujourd’hui, la solidité d’un Etat dépend de l’estimation qu’en font les marchés financiers, c’est-à-dire de leur avis sur la situation dudit pays. Ces estimations servent aux investisseurs qui s’en remettent au jugement des agences de notation, dont le travail est d’évaluer la solvabilité des Etats. »(3)

Ces agences font l’objet d’attaque en règle rappelant que dans l’ancienne Grèce, on mettait à mort le messager qui amenait des mauvaises nouvelles... En Grèce, Georges Papaconstantinou a lancé une violente diatribe contre Moody’s, l’agence de notation américaine coupable d’avoir brutalement rétrogradé la Grèce [le 29 mars, Standard & Poor’s (S&P) a fait de même]. Dans un texte de deux pages le ministre a qualifié la décision d’« injuste » et d’« in¬compréhensible ». Si une chose au moins fait l’unanimité, c’est la nécessité de réduire la dépendance à l’égard des notations, qui est souvent imposée par la réglementation financière un peu partout dans le monde. »(4)
Même son de cloche au Portugal Antonio Costa le directeur du principal journal économique du pays étrille les agences de notation et demande qu’elles passent en jugement. Pour lui, les Etats, les banques et les entreprises ont besoin des agences de notation, des entités fondamentales pour évaluer le risque d’un pays et d’une économie comme pour garantir l’existence d’investisseurs prêts à placer leur argent. Mais ils n’ont pas besoin des agences telles qu’elles existent aujourd’hui, sans régulation ni limites.

Moody’s a décidé lundi dernier [4 juillet] d’annoncer au monde un abaissement brutal de quatre points de la note souveraine du Portugal, l’envoyant « à la poubelle » [dans la catégorie des placements spéculatifs], quelques jours seulement après l’annonce par le gouvernement de l’adoption des premières mesures d’un plan d’austérité implacable négocié avec les instances internationales, dont un prélèvement exceptionnel de la moitié de la prime de fin d’année [soit la moitié d’un salaire mensuel]. La décision de cette agence est indécente, immorale, vraiment criminelle. »(5)

L’Allemagne coupable de trop bien réussir en …solitaire

« A tort ou à raison, on accuse l’Allemagne de jouer en solitaire, et de ne pas être solidaire. Qu’en est il exactement ? Jacqueline Hénard économiste s’en explique : depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, la politique étrangère allemande était fondée sur deux piliers : la relation transatlantique et la construction européenne. Sur le plan intérieur, le pays a fait des choix courageux, en accord avec ses forces et avec sa structure. Il a mis en oeuvre des réformes structurelles et en veut aux autres de ne pas avoir choisi le même chemin. Aujourd’hui, l’Allemagne n’a pas d’alternative à ces positions de l’après-guerre, mais se comporte d’une façon qui met en difficulté les Européens. Elle est devenue autiste ». (6)

Jacqueline Hénard va plus loin , elle accuse l’Allemagne de ne penser en priorité qu’au peuple allemand ….Elle est aussi coupable de ne pas entrainer avec elle la France pour être le moteur de l’Europe : « L’Allemagne ne pense pas son avenir en fonction de l’Europe. Le pays a changé à beaucoup d’égards. Il est plus vieux qu’il y a vingt ans. Les écarts de revenus ont augmenté et une partie de la population allemande est réellement pauvre. Beaucoup de gens ont fait des efforts pour que la machine économique allemande reste en mouvement. Et aujourd’hui, ils soutiennent cette autonomisation de la politique étrangère allemande, ou du moins une position souvent très populiste, véhiculée aussi par une partie de la presse tabloïd, notamment le Bild, selon laquelle les Grecs vivent à nos dépens, au soleil... L’Allemagne n’a aucune vision du couple franco-allemand comme concepteur de l’avenir de l’Europe. L’Allemagne n’est pas en crise. Le pays est fort économiquement. Il a changé sociologiquement, et avance, même sans leadership. De son côté, la France a une peur bleue de voir sa note dégradée par les agences de notation. Et elle n’a pas d’alternative. Elle a besoin de la crédibilité allemande, pour se sortir d’une situation économique structurellement mauvaise ».(6)

La contagion : Portugal, Espagne, Italie... ?

Pour Stefano Lepri : « La crainte d’une contagion de la crise liée à la dette italienne inquiète les responsables européens. L’avenir de l’Europe est en jeu. La crise de l’euro s’accentue. Alors que l’UE devait impérativement boucler un nouveau plan de sauvetage le 21 juillet, l’Italie, troisième économie de la zone euro, est la cible des marchés financiers. Malgré un PIB qui progresse, la croissance italienne demeure anémique et la dette atteint des records (1 900 milliards d’euros, soit 120% de son PIB). (...) Ce chaos a été déclenché par l’impression que le gouvernement italien n’était pas en mesure de réagir efficacement aux événements et que l’instabilité politique pouvait durer même après son éventuelle chute. (....) Stefano Lepri ajoute que l’Italie est « too big to fall » en Europe, il en appelle à la solidarité. Ecoutons le : « De même, le fait que l’Italie puisse être touchée a modifié tous les scénarios de la crise de l’euro. La Grèce, l’Irlande et le Portugal ne représentent à eux trois que 6% du produit intérieur brut de la zone euro, mais, avec l’Italie et l’Espagne, on atteint un tiers du PIB. C’est bel et bien l’avenir de l’Europe qui se joue actuellement. L’Italie n’est pas encore sortie de l’impasse, elle a besoin de solutions solides et de calme. Au-delà des solutions techniques - et notamment du renforcement du Fonds européen de stabilité financière, entravé depuis des mois par l’Allemagne alors qu’il est lui-même dirigé par un Allemand -, il est nécessaire de faire preuve de solidarité. Les interdépendances dans la zone euro ne sont plus à prouver ».(7)

Et l’Algérie dans tout çà ?

L’économiste Abderahmane Mebtoul analyse la situation délicate de l’Algérie : « Pour l’Algérie, écrit-il, le déficit budgétaire uniquement pour lannée 2011, est de 4 693 milliards de dinars algériens soit 62 milliards de dollars selon les données du ministre des Finances en date du 7 juin 2011, l’économie algérienne étant mono exportatrice et le prix des hydrocarbures est dépendant de l’extérieur. Il est étonnant que les responsables algériens l’Algérie dont le déficit budgétaire uniquement pour lannée 2011 dépasse 62 milliards de dollars, rappelons les effets de la crise de 1986 avec les onde de choc en 1994 (cessation paiement), la chute de près de moitié (45%) des recettes en devises entre 2008/2009 n’accordent pas une attention à ce processus stratégique des turbulences de l’économie mondiale ».

« Il y a lieu d’être attentif, poursuite le professeur Mebtoul au fait et que 98% de nos exportations sont libellés en dollars et 60% de nos importations en euros. Par ailleurs, selon le Ministre algérien des finances 80% des 157 milliards de dollars sont déposés à l’étranger soit 125,6 milliards de dollars, en majorité en bons du trésor dont 45% aux USA, 45% en euros, le reste en yens et livres sterlings et toute dépréciation combinée à l’inflation mondiale donnerait un rendement négatif. Aussi, je suis sceptique pour les 80% des réserves de change algériennes placées à l’étranger quant aux déclarations du gouverneur de la Banque d’Algérie, lequel affirme que le rendement de ces réserves est de l’ordre de plus de 4%, ramenant presque 5 milliards de dollars d’intérêts par an. Avec le taux d’inflation et le faible taux d’intérêt de la FED mais également de la banque centrale européenne le rendement est bien en deçà. »(8)

Le professeur Mabtoul n’insiste pas assez sur le fait que les Algériens ne créent pas de richesse, ils se contentent de distribuer la rente pour acheter la paix social, dans l’attente d’un cataclysme qui sera concomitant de l’arrêt des exportations pétrolières vers dans moins d’une génération.

En définitive, s’agissant du calvaire grec qui s’apparente aux douze travaux d’Hercule,on apprend que les principaux termes de l’accord du sommet européen du 21 juillet sont les suivants : après les prêts d’un montant total de 110 milliards d’euros sur trois ans octroyés en mai 2010 à la Grèce par la zone euro et le Fonds monétaire international (FMI), une nouvelle aide va lui être accordée. La zone euro compte porter de 7 ans et demi à 15 ans au minimum, la durée de ses prêts aux pays en difficulté tels que la Grèce, l’Irlande et le Portugal. Parallèlement, le taux d’intérêt qui leur est demandé en échange de l’aide sera réduit de 4,5% à 3,5%, ce qui diminuera la charge de leur dette. Ces solutions impliquent que les créanciers renoncent à une partie des sommes qui leur sont dues. Ce qui réduira la dette globale du pays. C’est pourquoi les agences de notation devraient considérer qu’il s’agit d’un défaut de paiement sélectif, ou partiel, de la Grèce. La Facilité européenne de stabilité financière (Fesf), ce Fonds de secours de la zone euro mis en place en 2010 et qui a déjà servi à prêter de l’argent à l’Irlande et au Portugal, va voir son champ d’action élargi(9). Rendez-vous est pris : au prochain pays, au prochain plan de secours inutile aux prochaines détresses des peuples et au prochain hold, up des banques et de leurs actionnaires. Jusqu’à quand les banksters de la finance continuerons à voler les peuples de leurs forces de travail ?

Professeur Chems Edddine Chitour
Ecole Polytechnique enp-edu.dz

 

 
P.S.

1.A Athènes, un miroir de la mondialisation place AFP - Monde21/7/11

2.http://www.la-croix.com/Actualite/S....

3.Stephan Kaufmann : Une agence de notation européenne ? Aucun intérêt ! Frankfurter Rundschau 30.06.2011

4.Richard Milne, David Oakley : Face aux agences de notation, les Etats se rebiffent Financial Times 07.04.2011

5.Antonio Costa Moody’s nous pousse à la faillite Diário Económico 08.07.2011

6.Jacqueline Hénard : Angela Merkel, EurActiv.fr 21/07/2011

7.Stefano Lepri Si l’Italie chute, l’euro et l’Europe aussi La Stampa 21.07.2011 |

8.http://www.alterinfo.net/Que-devien...

9. L’essentiel du nouveau plan de sauvetage de la Grèce L’Expansion.com 21/07/2011

 

 http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article5233



Autres posts de cet excellent site :


** Le Tour de France et son petit Peuple ** par Serge ULESKI - 22 juillet 2011 Ouvert à cent quatre-vingt pays répartis sur deux continents, avec en prime, un ou deux Australiens venus tenter leur chance… Né du sol, de la terre et de l'histoire d'un pays, la France... Le Tour c'est une boucle, La Grande Boucle qui ne finit jamais là où elle a commencé. Mer, montagne, plaine, vallées, cols, montées, descentes… en grappe indissociable, ou bien solitaire après une échappée d'un peloton trop attentiste, la ruche travailleuse aux (...) -> http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article5232 ** Empire et Dénaturation humaine monstrueuse… ** par CAMILLE LOTY MALEBRANCHE - 21 juillet 2011 Il n'y a pas d'empire neutre ou inoffensif, l'empire, tout empire, est, par essence et non par accident, fatalement monstrueux, tératogène et agresseur. Le bellicisme n'est donc pas contingence dans le fonctionnement d'un empire mais sa nécessité mécaniste, en tant que la violence est immanente à la nature de la puissance conquérante impériale, émanation naturelle de ses fondements logiques. CLM J'appelle empire, tout système de politique (...) -> http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article5231 ** Puissants vous paierez ** par Christian Pélier - 21 juillet 2011 Philosophie du puissant (citations) : « La fin justifie les moyens Le fort est fait pour être un prédateur, et le faible une proie. L'élimination des faibles est conforme au principe de la sélection naturelle. La vie de tous les individus n'a pas la même valeur. Ceux qui ont une valeur négative peuvent être éliminés, dans l'intérêt supérieur de l'ensemble. Le peuple est par nature ignorant et stupide. Le monde doit être gouverné par une élite éclairée. » Selon (...) -> http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article5228 ** FLOTTILLE HUMANITAIRE OU DE SOLIDARITÉ : Le blocus de Ghaza continue ** par Prof. Chems Eddine Chitour - 19 juillet 2011 « Il est erroné de parler de flottille humanitaire, il s'agit d'une flottille de solidarité. La flottille est une action politique et symbolique. Il s'agit de dénoncer ce qui se passe à Ghaza. Ce territoire est toujours occupé. Ghaza reste une prison. Les matons sont à l'extérieur. » Rony Brauman. Ancien président de Médecins sans frontières Pendant près de deux mois, la communauté internationale a été tenue en haleine à l'approche de l'anniversaire (...) -> http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article5227 ** Au coeur des archives foulcadiennes ** par Nadia Agsous - 18 juillet 2011 Icône intellectuelle. Figure incontournable de la pensée du vingtième siècle aussi bien en France qu'à l'étranger. Penseur pluridisciplinaire cité dans pléthore de disciplines : philosophie, sociologie, travail social, anthropologie, psychiatrie, économie, droit, études de genre et post colonial studies, géographie, critique littéraire... Michel Foucault est incontestablement une figure à l'identité éclatée, omniprésente, fuyante. Il était à la fois "historien des (...) -> http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article5224 ** Les leçons de Fukushima : Un coup d'épée dans l'eau ** par Prof. Chems Eddine Chitour - 18 juillet 2011 ''Pendant des décennies, nous avons été conscients que les jours d'accès facile à un pétrole bon marché étaient comptés. Pendant des décennies, nous avons parlé et parlé encore de la nécessité d'en finir avec un siècle d'addiction pétrolière des Etats-Unis. Et pendant des décennies, nous avons échoué à agir avec le sentiment d'urgence que ce défi requiert. A chaque fois, la volonté d'aller de l'avant a été bloquée – non seulement par les (...) -> http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article5220 ** Embarras au Maroc après des révélations dans la presse israélienne : Quand l'épouse de M6 offre des diamants à Tzipi Livni ** par Reprise d'article. - 18 juillet 2011 La nouvelle fait sensation au Maroc. Lalla Salma, l'épouse du Roi Mohammed VI, a offert à l'ancienne ministre israélienne des Affaires étrangères Tzipi Livni en visite secrète à Rabat en 2009 un collier serti de diamants de très grande valeur. L'information, rapportée par certains sites marocains avec prudence, cite l'édition du jeudi du journal israélien Maariv comme source. En fait, la visite au Maroc de Tzipi Livni, qui dirigeait au moment de son séjour au Maroc (...) -> http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article5225 ** Confession d'une main meurtrière ** par Nadia Agsous - 17 juillet 2011 J'AI TU ES Dans un espace clos, à l'intériorité d'un vaste nulle part Une main Au terme d'une dure journée de labeur, de sang et de cendres, elle se repose à l'ombre-lumière de cette anti-chambre aux issues cadenassées Ce lieu, témoin de tant de confidences de malheurs et de douleurs. Une main. Désossée. Exténuée. Dégoulinante. Affublée d'accoutrements à double face À multiple usages. L'image d'un corps sans âme. L'odeur (...) -> http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article5223 ** Avenir sombre pour la Libye : La responsabilité de BHL « le tintin des démocrates » ** par Prof. Chems Eddine Chitour - 17 juillet 2011 « Le onzième commandement : Mêlez-vous de vos affaires ». Proverbe anglais Il est des feuilletons dont on connaît à l'avance l'issue, il en est d'autres qui nous tiennent en haleine. En l'occurrence, le feuilleton libyen a battu tous les records par son imprévisibilité. Voilà un potentat qu'on croyait facilement indéboulonnable après 41 ans de règne sans partage et qui fait contre toute attente de la résistance avec son fameux cri de résistance (zenga (...) -> http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article5222 ** Testament d'un humain banal ** par Christian Pélier - 17 juillet 2011 Aurai-je bientôt écrit mes derniers mots ? Cette question est tenace. Avant que je parte, seront-ils tous en ordre ? Comme à la parade, pour un bel hommage à titre posthume ? J'aime l'humour de ma destinée et toute ma vanité. Souvent je regarde le soleil comme si c'était la dernière fois, pas la première, je sais, et la seule chose qui me vient à l'esprit, non sans une larme à l'oeil, est : J'avais encore tant à écrire. Mais je sais que (...) -> http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article5219



Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche