Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 03:44

Trader Noé – Les cours se rapprochent du précipice

Rappelez vous des mails précédents. Jeudi dernier avec les accords concernant la Grèce, nous avions parlé immédiatement des interventions des agences de notation.

Ceci a bien eu lieu avec Fitch (vendredi) et Moody’s (lundi).

Maintenant nous nous rapprochons à nouveaux des points très intéressants.

BNP 46 euros

Crédit agricole 8.2 euros

Société générale 33.8 euros
En voyant tout ce qui se passe, il est fort probable qu’une (ou plusieurs) interventions aient lieu.

Si ces interventions ont lieu lorsque les cours bancaires sont proches des points ci-dessus, accrochez vos ceintures au wagonnet, et prenez quelques pièces au passage.

 
17 Comments

Publié par le 26 juillet 2011 in Non classé

 

Le dollar pour la première fois sous les 80 centimes contre FS

Le dollar américain continue de s’affaiblir. Il a franchi mardi matin pour la première fois le seuil des 80 centimes dans sa relation avec le franc suisse. Le billet vert est ainsi brièvement descendu à 79,98 centimes sur les coups de 9h00. Le dollar s’est ensuite ressaisi pour repasser au-dessus de 80 centimes, mais de justesse. En l’espace d’un an, il a perdu pas moins de 25 centimes par rapport au franc.

La devise américaine, que le Fonds monétaire international (FMI) voit encore surévaluée, souffre ces jours des incertitudes entourant la recherche d’un compromis entre Républicains et Démocrates sur la dette et les déficits. Il s’agit pour les Etats-Unis d’éviter une situation de défaut de paiement. (Source: AFP)

 
Leave a comment

Publié par le 26 juillet 2011 in Non classé

 

Trader Noé – Analyse SILVER

Tant que l’argent métal évolue au-dessus de 32.3 la tendance de fond reste haussière.

En consultant les analyses précédentes, nous avions acheté à 16 dollars en hiver 2009 et dernièrement vers 35 après l’annonce de la correction de début mai de 50 à 33 environ.

Une clôture au-dessus des 41.5 permettrait à l’argent de conforter la hausse et rejoindre les 45 dollars.

Si le cours parvenait à dépasser les 41.5 puis 45 dollars alors cela serait le scénario idéal car il pourrait continuer son ascension vers de nouveaux plus hauts (50 et beaucoup plus).

Si le cours ne progresse plus pour l’instant et passe sous les 39.8 puis 38.8 et enfin 37.3, alors il serait intéressant d’attendre le niveau des 34 pour se positionner.

Pour l’instant nous sommes entre les deux zones. (attente)

En voyant les évènements arriver (hyperinflation probable à terme) les cours des métaux devraient progresser.

Dans une logique de refonte monétaire basée sur plusieurs produits.

Cependant nous savons aussi que JPM a des positions vendeuses importantes et tant que la FED a encore de l’encre, tous les cours sont permis. Exemple à Paris, l’argent cotait 33 l’once mais celui-ci se négociait avec une majoration de 30 % parfois chez certains vendeurs. Bref, la semaine dernière certains particuliers en ont acheté pour plus de 100 kg et pas au prix spot.

J’en ai acheté (en oct 2009) et je n’en achète plus car en prévision des évènements, cela ne sera pas pratique à déplacer dans mon cas (trop lourd). Mes pièces de 5,10, 100 me permettront probablement de faire du troc.

En résumé : pour l’instant, surveillez bien la clôture sous 39.8 ou au-dessus de 41.5.

 
4 Comments

Publié par le 26 juillet 2011 in Non classé

 

Endettement des Etats-Unis : derrière le débat… les chiffres

Tandis que l’establishment joue le chaud et le froid sur un risque de défaut de paiement des Etats-Unis, voici un graphique illustrant l’évolution de la dette américaine de 1980 à 2010 et prévisions pour 2016.

 
3 Comments

Publié par le 26 juillet 2011 in Non classé

 

La guerre de la dette et la crise de la zone Euro ne sont que la surface émergée de l’iceberg

« La politique actuelle s’apparente plus à la cacophonie d’une agence de communication dont la finalité première est de tenter d’influencer le cours des marchés privés, alors que sur les plans de la nature et de l’essence, nous sommes donc à des années lumières de la gestion des affaires publiques, dans une situation complexe, globale et fatidique. La voie sans issue dans laquelle le système monétaire international nous plonge en s’entêtant à baser notre économie sur un accroissement exponentiel des dettes des états souverains n’aura pour conséquences qu’une austérité accrue, une augmentation des contrôles et donc une diminution des libertés individuelles et collectives. Sans compter l’expansion de la pensée unique au niveau des partis politiques, notamment français pour ne citer qu’eux, preuve en est l’affirmation récente du soutien du PS dans la poursuite de l’intervention militaire unilatérale et meurtrière en Libye, alors qu’il y a quelques jours encore plus d’un million de citoyens libyens se sont mobiliser dans les rues de Tripoli pour manifester leur soutien au régime de Khadafi, ce qui nous propulse d’un coup dans une toute autre facette de la réalité.

La guerre de la dette et la crise de la zone Euro ne sont que la surface émergée de l’iceberg. Le 12 juillet, La Tribune titrait son édition papier : L’Europe craque, les marchés plongent. Une semaine plus tard, les élans salvateurs des grandes puissances sont parvenus, dans une illumination providentielle, à poser une rustine qui peut-être, espèrent-t-ils, tiendra jusqu’aux prochaines élections. On nous annonce la création d’un Fond Européen de Stabilité Financière (FESF) et on occulte la réalité en communiquant que les banquiers vont passer à la caisse et qu’ils ont sauvé la Grèce de la faillite apocalyptique alors que dans les faits, leurs contributions ne sont que minimes proportionnellement aux exigences imposées aux citoyens et à fortiori à la collectivité. Cette dissolution du politique est à l’image de l’impuissance qui règne et du manque frappant de remettre en cause les fondamentaux. A aucun moment, les banques et les représentants politiques n’ont ici de compte à rendre. Nous naviguons à vue, de remaniement en réformes d’opérette ». (Source: Le Grand Soir)

 
5 Comments

Publié par le 26 juillet 2011 in Non classé

 

Sauvetage de la Grèce : l’optimisme de jeudi dernier n’a pas duré

Les taux des obligations des pays dits fragiles sont remontés hier, quatre jours après le Sommet européen de Bruxelles, illustrant l’incertitude qui prévaut dans les salles de marché et les interrogations qui subsistent sur l’efficacité des mesures prises. Cette remontée reflète les doutes des investisseurs, indiquent les stratégistes de BNP-Paribas. « Le plan européen n’est pas suffisamment clair pour lever les doutes sur les dettes des pays périphériques », et les investisseurs s’interrogent notamment sur le financement du Fonds européen de stabilité financière (FESF), une des pierre angulaire du plan adopté à Bruxelles pour prévenir de nouvelles crises de la dette en Europe, ont-ils souligné.

« L’incertitude devrait empêcher les taux des emprunts des pays solides (notés triple A) de se détendre significativement et ceux des pays fragiles sont encore très vulnérables », prévoient les analystes de BNP-Paribas rappelant que l’accord conclu jeudi dernier au Sommet de la zone euro comporte en effet de nombreuses zones d’ombre.

En attendant, la dégradation de la note de la Grèce par Moody’s, certes attendue, a jeté un froid sur les marchés. Après Fitch qui a décidé que la Grèce était en défaut partiel, Moody’s a abaissé de trois crans la note du pays de Caa1 à Ca. Malgré un nouveau plan de sauvetage, la Grèce, sous perfusion internationale, est désormais pour l’agence à un cran du défaut de paiement. Moody’s estime que le pays ne sera pas en mesure de rembourser intégralement ses créanciers.

 
Leave a comment

Publié par le 26 juillet 2011 in Non classé

 

Flash Trader Noé – Les gros se retirent rapidement du marché PAPIER

Le titre Air France évolue sous les 10 euros, niveau très important. Tant que les fluctuations ont lieu en dessous, la situation reste identique au scénario précédent.
La tendance reste baissière et le titre peut à nouveau se rapprocher des 9.3 et 8.7 euros. Pour éviter un tel scénario, il faudrait d’abord franchir les 10 euros. Bref, la piste d’atterrissage 8.7 est à surveiller.

Dans les gestions fonds, mes proches m’annoncent des décollectes massives, probablement en prévision d’évènements majeurs.
Lorsque des décollectes quotidiennes de 50 Millions d’euros ont lieu, cela n’annonce rien de bon.
Nous avons connu les mêmes évènements avant la crise des « subprimes ».

Où va l’argent ? (en Or et Francs Suisse) probablement.

La situation est très délicate. Si la Grèce fait « défaut », alors les filiales bancaires auront des difficultés. M Trichet a bien dit qu’ils étaient prêts à toute éventualité pour la Grèce.

Cependant, si les agences de notation exercent simultanément une pression sur d’autres pays au moment du défaut « potentiel », la situation devrait être toute autre et peut être incontrôlable à terme.

 

Commentaire de LIESI : Nous ne pouvons pas écrire ce qu’il faut raisonnablement conclure, mais chacun comprendra. Merci à Trader Noé de prendre sur son temps pour vous informer.

 
35 Comments

Publié par le 25 juillet 2011 in Non classé

 

Flash Trader Noé – L’or et le Franc suisse pour les riches et les autres devises pour les pauvres

Suite à notre analyse de la semaine dernière, le dollar s’écroule a 0,8 contre franc Suisse.
Sous ce palier critique, gros danger !

Que se passe t’ il en Angleterre ?

GBPUSD se porte mal. La tendance de fond reste très baissière et la rupture des 1.3030 pourrait amplifier la correction vers 0.8.

Est-ce la raison pour laquelle il y a eu un refus de lancer une bouée à la Grèce ?

Une ou plusieurs agences de notation ont elles en vue d’abaisser la note Espagnole ? La Banco Santander en difficulté ?
Nous le saurons dans le prochain épisode.

L’OR est en train de décoller.

 
33 Comments

Publié par le 25 juillet 2011 in Non classé

 

Trader Noé – Analyse du 25 juillet : interrogations devant l’abîme… l’Or s’envole !

Pour l’or rien à dire de plus, si ce n’est qu’il est l’or.

Pour l’instant l’indice SP 500 reste bien orienté. Le dépassement des 1350 points et surtout une clôture au-dessus des 1367 points permettrait à l’indice de se rapprocher des 1395 et peut être 1620 points.
La journée d’aujourd’hui sera très importante avec le congrès US.
Maintenant, en regardant le contrat future du SP 500, celui -i semble freiner les dépassement des 1350 points. Dans ce cas, la hausse du SP500 n’aurait pas lieu et un repli sous 1316 déclencherait probablement une correction vers les 1265 points.
Autant l’indice SP 500 reste bien orienté, autant son contrat Future est assez hésitant. Ceci probablement dû aux tensions du 02 août. Donc surveillez de très près les 1350 et 1316 points.

L’indice CAC 40 se calque sur le comportement du contrat Future SP 500. Tant que l’indice évolue sous les 3890 points, celui-ci peut annuler les hausses précédentes et se diriger à nouveau vers les 3630 points, aidé par quelques annonces des agences de notation.
Bref, la situation deviendrait extrêmement dangereuse sous les 3350 surtout, car les 2430 points seraient à portée de main et bien plus bas quand la poussière sortira du tapis.
De toutes les façons, tant que l’indice CAC 40 évolue sous 4140 points la tendance de fond reste très baissière.

Pour l’instant les artificiers sont à l’oeuvre. En analysant le fond, la vraie crise n’a pas commencé, celle des « Subprime » était juste un « apéritif ».

 
2 Comments

Publié par le 25 juillet 2011 in Non classé

 

Les krachs financiers répondent à une logique oligarchique et… mondialis

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 04:18

http://s.wat.fr/image/pierre-jovanovic-3_12mca_1kg6zs.jpg

http://s.wat.fr/image/pierre-jovanovic-3_12mca_1kg6zs.jpg

 

 

Eva, N'oublie pas de lire le dernier Jovanovic,
il y a de quoi se tordre de rire de la bouffonerie
des marionnettes du NOM.
L'Europe endettée au secours de la Grèce endettée
qui ne pourra jamais rembourser ses dettes.
Les Idiots Internationaux du Village Europe
et Leurs Collègues Anglo-Américains sont en plein délire.


Observeur


http://www.jovanovic.com/blog.htm

 

.

 

NOUVEAU RECORD DE L'OR: 1623 DOLLARS, ATTENTION AUX CORRECTIONS
du 25 au 28 juillet 2011 : La danse de Saint Guy à propos de la dette, pardon, de la tombe que les Américains doivent creuser ou non plus profond, va permettre des actions spéculatives massives sur l'or. Attention donc aux corrections. Bon cela ne fait que 4 ans que je vous dis que l'or sera le seul canot de sauvetage quand tout leur système va exploser. A un moment donné, l'or sera tellement haut que les prix actuels vous sembleront très très bas, donc pas la peine d'envoyer des mails genre "est-il encore temps d'acheter?" les adresses sont là pour tous ceux qui vont paniquer. Amitiés à tous et toutes, et accrochez-vous pendant l'été. Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2011

 

 

Note aux lecteurs/trices: Depuis 3 ans j'ai reçu des milliers de mails "où acheter dans un endroit sûr?". Je ne peux hélas pas répondre à tous les mails. Donc, comme promis (et désolé pour tout le retard), tous LES CONSEILS, LES ADRESSES ET LES TELEPHONES POUR SAUVER VOS MEUBLES dans la mega inflation qui arrive, sont ici, cliquez, avec les partenaires que j'interroge régulièrement (Joubert 01 42 36 20 39, Schwartz 03 88 36 89 00) pour ce blog. Attention: octobre 2011 risque d'être chaud pour Wall Street. "La monnaie est par nature l'or et l'argent", Karl Marx.

Ce blog est maintenant CENSURÉ par les banques, et pas que la BNP. Les conseillers clientèle ne doivent pas lire les informations ci-dessous !!! C'est d'ailleurs le seul blog censuré par les banques... Merci à elles. Conseil de notre lecteur Youssef: "passez par les proxy tels que hidebuzz.org, proxycloud.net ou hiddenaliens.com".

facebook
www.facebook.com/pierre.jovanovic

 

 

LA CRISE DES LIQUIDITES S'ACCENTUE A LA BANQUE POSTALE ET AUSSI A LA SG
du 25 au 28 juillet 2011 : Vous êtes très nombreux à m'avoir dit que les "pannes informatiques" sont quasiment quotidiennes maintenant et qu'il est de plus en plus difficile de faire des retraits, même de misère. Ben oui... L'étau de la crise se resserre. Laurent de Toulouse nous dit: "panne technique majeure et nationale à La Banque Postale. Depuis hier matin jusqu'à aujourd'hui 16h15, tout est en rade. On ne peut que retirer lettres et colis, poster une lettre et C'EST TOUT . Impossible de faire un quelconque affranchissement et surtout retirer de l'argent... Alors , vu le climat actuel , c'est à se demander si cette panne profite à quelqu'un. Ce serait intéressant de dresser une liste des pannes informatiques bancaires..."... Antony de son côté nous dit: "Aujourd'hui, alors que j'allais simplement poster une lettre au bureau de poste d'Arras dans le Pas de Calais, je me suis retrouvé avec une vingtaine de personnes qui ne semblaient pas très content de ne pas pouvoir retirer l'argent de leur compte. Quelques minutes plus tard, après de nombreux essais des guichetiers, ces derniers informèrent tous les clients présents qu'il y avait semble t-il depuis ce matin 8h un bug informatique nationale! Un de plus donc, qui paralyse les clients une journée entière. C'est quoi le slogan de la poste déjà: "La poste... on a tous à y gagner...". Et Gaëtan nous dit à propos de la SG: "Etant donné que mon agence bancaire ne délivre pas de liquide, j'y suis allé pour avoir un accord pour retirer dans une autre agence.... J'ai demandé 800 euros, et du coup elle m'a demandé si je pouvais pas aller sur Lyon car les agences autour sont en manque de liquidités! Je trouve que la situation est grave quand meme... 800 euros c'est pas la mer à boire..."


 

AMBROSE EVANS PRITCHARD: "NOUS ALLONS VERS LE DESASTRE"
du 25 au 28 juillet 2011 : Bon, il n'y a pas que lui, mais Ambrose est le journaliste que je respecte le plus avec Gillian Tett, mais pour le coup on a pas trop besoin de leurs articles pour voir que les dingues de l'Union des Républiques Socialistes et Stupides d'Europe nous mènent en effet vers l'abîme... Le Ne sauvetage de la Grèce est un suicide politique pour Angela Merkel, sans parler de Nicolas Sarkozy qui nous a fait savoir que les 15 milliards que nous allons donner à Athènes ne nous coûteront rien. Toujours cette façon de prendre les gens pour des c... c'est fou... Ambrose Evans Pritchard écrit: "Europe's ideologues took the whole world to the brink of disaster"... Eh oui, disaster, désastre, un astre qui apporte la déstruction, la désolation... Ils sont devenus fous, vraiment... Obama a téléphoné à Merkel pour lui demander une rallonge! On aura tout vu.. AEP compare la prise d'otage de la démocratie européenne de juillet 2011 à la manière dont les voleurs de Wall Street ont braqué les sénateurs en 2008... Ce n'est pas rien. Et hélas, ce n'est pas fini. Après la Grèce, on l'Espagne, Portugal, Italie, Chypre, etc. Mais bien sûr, les USA et l'Angleterre ne sont pas concernés par les dettes... Lisez son papier, ciselé comme il est le seul à savoir les faire. AH oui, lisez aussi celui-ci, sur la nouvelle magouille de l'UE pour avoir encore plus de pouvoir et intervenir sur les marchés... Surréaliste. Tout ceci va très mal finir. Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2011

.

 

B L O G   D E   L ' A P O C A L Y P S E   F I N A N C I E R E
Analyse et Revue de Presse Internationale

"J'ai commencé cette revue de presse le 20 février 2008 à cause de la Société Générale qui a utilisé Jérôme Kerviel pour dissimuler ses pertes apocalyptiques dues aux subprimes, au moment même où d'autres banques (UBS, DB, etc.) cherchaient des milliards pour masquer les leurs!".


Par Pierre Jovanovic.

 

http://www.jovanovic.com/blog.htm

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 19:34

Les banques spéculent aussi sur les récoltes

Jean-Pierre Alliot - Tribune | Lundi 25 Juillet 2011
Alors que la famine fait rage en Afrique, le G20 s'est réuni le 23 juin dernier pour tenter d'organiser la spéculation sur les marchés agricoles, c'est-à-dire pour y permettre des profits, juge Jean-Pierre Alliot.


Douze millions de personnes touchées par la sécheresse et la famine en Afrique, dans les pays de la Corne, Somalie, Kenya, Djibouti, Ouganda et Soudan. La FAO, l’organisation de l'ONU chargée de l'alimentation et de l'agriculture a réclamé, le 20 juin, cent vingt millions de dollars supplémentaires pour leur venir en aide. L’urgence est indéniable et la tragédie est d’autant plus révoltante qu’une question se pose : combien de ces millions alimenteront la spéculation ? Car nous n’avons plus seulement affaire aux circuits locaux de corruption par lesquels les autorités et mafias locales détournent une partie de l’aide internationale. Depuis quelques années, la spéculation sur les produits agricoles a atteint des proportions qui provoquent la panique dans les sommets des États les plus puissants de la planète.

Pour favoriser le commerce international, les institutions de la finance et de l’assurance ont créé des instruments financiers, les dérivés de matières premières. À l’origine ce n’étaient que des instruments de couverture contre le risque. Ils sont devenus progressivement des instruments de placement financier, qui s’achètent et se vendent. Les volumes de transactions qu’ils provoquent ont pris une importance qui dépasse sans doute bien des prévisions. Et le plus grave, c’est qu’ils sont de plus en plus souvent déconnectés des échanges réels de matières premières. À la bourse de Chicago, il s’échange chaque année sur les marchés dérivés l’équivalent de quarante six fois la production annuelle mondiale de blé.

Intéressant mais inquiétant, pour les grandes puissances. Et pour les institutions financières privées qu’elles représentent et dont elles prétendent organiser la concurrence. Aussi le G20 a-t-il lancé, le 23 juin dernier une initiative pour  tenter d’organiser la spéculation sur les marchés agricoles. L’accord signé entre les ministres de l'Agriculture porte officiellement sur la lutte contre la volatilité des prix des produits agricoles. Audace des audaces, les ministres ont reconnu « la nécessité de mettre en place sur les marchés des matières premières agricoles des règles de fonctionnement nouvelles » afin de lutter contre « les abus de marché ». Sur cette lancée, ils ont « fortement » encouragé les ministres des finances du G20, qui doivent se retrouver à l'automne, « à prendre les décisions appropriées pour une meilleure régulation et supervision des marchés financiers agricoles ». Depuis des décennies, à chaque crise, à chaque explosion de bulle financière, de telles promesses sont lancées en même temps que des programmes d’austérité pour les populations.

De subtiles tractations ont été menées la semaine dernière à Berlin et à Bruxelles pour savoir qui, des banques françaises ou allemandes, va accaparer, et à quel prix, les richesses de la nouvelle colonie que devient la Grèce. Elles montrent à quel point il est possible de faire confiance aux États et à leur Union pour développer, dans le fracas harmonieux de la guerre économique, la concurrence « libre et non faussée », aux dépens des peuples. Si eux-mêmes, les premiers intéressés, n’y mettent pas bon ordre, on ne voit pas comment, la finance pure ayant montré ses limites, les banques ne s’attaqueraient pas maintenant à grande échelle, en même temps qu’à la Grèce, à l’un des acquis premiers de la civilisation, l’agriculture.

http://www.marianne2.fr/Les-banques-speculent-aussi-sur-les-recoltes_a208815.html
Partager cet article
Repost0
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 16:47

Je suis abonnée à ce site (comme au Liesi d'ailleurs),

je vous conseille d'en faire autant, votre eva

 

http://a3.idata.over-blog.com/150x150/0/26/91/59/Photos-2010/Dette_Toxique.jpg

http://a3.idata.over-blog.com/150x150/0/26/91/59/Photos-2010/Dette_Toxique.jpg

 

 

 

Paris, Lundi 25 juillet 2011

Quand la dette devient toxique
Bill Bonner


.


Passé un certain point, la dette devient toxique -- pour les ménages aussi bien que pour les nations. Dans ce dernier cas, les professeurs Reinhart et Rogoff mettent le "point de non retour" à 90% du PIB. La Grèce, le Japon et les Etats-Unis ont tous dépassé ce seuil. La dette brute américaine se monte à 100% du PIB. La Grèce a une dette de 120% du PIB. Et le Japon est loin devant à 229%.

 

 

Selon Reinhart et Rogoff, une fois qu'on dépasse les 90% du PIB, la croissance décline de 1%. Cela n'a pas manqué : les Etats-Unis enregistraient autrefois une croissance annuelle du PIB de 3%. Ils en sont désormais à 2% environ.

La Grèce, quant à elle, aura de la chance si elle enregistre quelque croissance que ce soit cette année. Le Japon, le plus grand débiteur de tous, recule... avec une croissance négative.


En fait... lorsqu'on est dans une telle situation... on ne peut rien "gérer". On ne peut pas l'ignorer. On ne peut pas tourner des boutons ou ajuster des leviers pour que le problème disparaisse. Et on ne peut pas non plus s'en sortir par la croissance... parce que la dette élimine la croissance.

 

.

(..) Tout ce qu'on peut faire, c'est se sortir de la dette... le plus vite possible. Faire défaut. Se mettre en faillite. Retourner ses poches et faire la grimace.

Ainsi soit-il.

Emprunter plus d'argent pour éviter de reconnaître la vérité est un désastre. L'Europe vient de le prouver. On a appris la semaine dernière que l'Europe avait résolu le problème de la dette grecque. Comme prévu, les autorités ont rafistolé une vieille carpette, et l'ont utilisée pour dissimuler le problème un peu plus longtemps.

Il y a du progrès, quand même : il y a désormais moins de poussière à balayer sous le tapis. Après avoir tenté d'éviter l'inévitable pendant plus d'un an, les autorités ont dépouillé les investisseurs obligataires de 20%. Le New York Times :

"Le pacte, négocié à Bruxelles, fait partie d'un plan de secours de 109 milliards d'euros pour la Grèce, l'économie la plus en détresse de la Zone euro. Il forcera de nombreux investisseurs en dette grecque à accepter des pertes sur leurs obligations".

"L'accord fournirait également des réserves substantielles pour l'Irlande et le Portugal. Et en donnant au fonds de secours européen des pouvoirs accrus pour venir en aide à des pays qui n'ont pas été renfloués -- comme l'Espagne et l'Italie -- les dirigeants parient que le programme, décrit par certains comme un Plan Marshall pour l'Europe, servira de contre-feu à la contagion qui a menacé d'envahir certaines des plus grandes économies de la région".

"Les autorités ont longtemps écarté des propositions qui entraîneraient des pertes pour les banques et autres créditeurs sur la dette grecque. Mais les dirigeants européens prennent un risque calculé : ils pensent pouvoir éviter d'effrayer les investisseurs en étendant le programme d'aide à d'autres pays en difficulté à la périphérie de l'Europe".

L'après-midi qui a suivi cette annonce, les investisseurs se sont remis à acheter. Ils ne se sont pas donné la peine de lire les petits caractères ou de réfléchir trop profondément à la signification de ce renflouage. Tout ce qu'ils savaient, c'est que les problèmes étaient derrière eux.

L'accord sur la dette en Europe ne résout pas le problème. On balaiera de nouveaux tas de poussière sous le tapis. Mais au moins la perte de 20% infligée aux investisseurs obligataires réduit-elle la taille du tas en question. Il est de retour à la hauteur qu'il avait lorsque les génies de l'euro ont commencé à balayer !

Naturellement, les perspectives de salvation en Europe ont attiré l'attention sur les problèmes budgétaires des Etats-Unis.

"Il y a de l'espoir pour un accord sur la dette américaine", titrait le Financial Times.

A Washington, évidemment, le problème est un peu différent. C'est le gouvernement central qui doit être sauvé -- de lui-même.

Personnellement, nous voulons juste que le gouvernement américain fasse faillite.

Quoi ?! Nous savons ce que vous pensez. Un défaut serait dangereux. Suicidaire. Impensable. Ben Bernanke, Tim Geithner. Larry Summers. Tous l'ont dit !

Les anciens ne recevraient pas leurs médicaments. Les soldats ne recevraient pas leurs munitions. Les couvercles retomberaient sur les pots de miel dans toute la région de Washington. Le système entier sombrerait dans l'anarchie et le pandémonium. Il y aurait des émeutes. Une révolution. On ne trouverait plus de whisky dans les magasins.

Les morts sortiraient de leur tombe, et les vivants trébucheraient dans les trous ainsi libérés. Un homme serait heureux de revoir vivante son épouse décédée. Et un autre serait encore plus heureux de voir morte sa femme vivante !


Eh bien, peut-être ont-ils raison. Ce serait probablement une catastrophe. Un désastre. Mais tentons quand même notre chance !

Parce que le vrai problème, c'est la dette. Plus rapidement elle sera éliminée... plus vite l'économie pourra se remettre au travail.

Alors qu'on n'augmente pas le plafond de la dette. Que les autorités se débrouillent comme tout le reste du monde -- en ne dépensant pas plus qu'elles ne gagnent en revenus. Est-ce vraiment si difficile ?

 

.

Des mensonges, encore des mensonges, toujours des mensonges !
Comment vous protéger de la langue de bois, des fausses informations, des manipulations et de l'intox qui pourrissent l'économie actuellement -- en mettant votre patrimoine en danger ?


Ce plan en 3 étapes simples pourrait vous y aider : pour le découvrir, c'est par ici.

 

 

.

Une dette peut en cacher une autre !
Jérôme Revillier


▪ La dette, une bête invincible

 

La dette se nourrit de chaque plan d'aide, de chaque nouvel emprunt pour grandir, s'épanouir et ronger les espoirs d'un véritable changement. La Grèce a menti, Goldman Sachs a falsifié les documents qui lui ont permis d'entrer en Zone euro.

Pour lire la suite...

 

 

 

Retrouvez-nous en ligne sur :
http://www.publications-agora.fr
http://www.la-chronique-agora.com

Vous souhaitez recevoir la Chronique Agora quotidiennement ?
c'est par ici...

Une question, une remarque ? Il suffit de nous écrire à
la-redaction@publications-agora.fr

 

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 20:51

Impression des billets en euros Banque d'images - 7321627
Impression des billets en euros

http://fr.123rf.com/photo_7321627_impression-des-billets-en-euros.html

 

URGENT : Qu'est-ce qui se trame ?

Je ne sais ce que vaut cette info (vue dans un commentaire sur le site de LIESI),si c' est confirmé, préparons nous ! :

 


LaVéritéLibère

23 juillet 2011 at 16 04 25 07257


Information spéciale : Ma mère travaille à l’imprimerie de billets de la Banque de France à Chamalières.


Ils viennent de fermer il y a 2-3 semaines l’une des machines les plus importantes. Ils n’ont pas licencié les personnes qui y travaillaient mais les mettent dans des stages qui ne servent à rien.


Normalement, ils prévoient prochainement la création de nouveaux billets, appelés « euro 2″, mais ca traine, c’est reporté. Les salariés ne savent pas ce qui se trame.

 

 

.

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 13:07

 

Ça y est c’est dans Bild, le journal de la populasse: L’euro est mort.

Les économies et les retraites sont en danger.

Les gens retirent leur argent en masse, les banques sont à court de gros billets, les marchands de métal engagent du personnel de sécurité. Les gens achètent ce qui reste.
On ne trouve plus du tout de Krügerrands ni de barres de 100gr, l’or devient rare.
Mais il y en a encore…

Maha

 

 

http://lesmoutonsenrages.fr/2011/07/23/economie-le-debut-de-la-fin/

 


 

 


Partager cet article
Repost0
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 11:41

 

Soros fait le pari de l’éclatement de la zone euro

Lors d’un débat tenu à Vienne en juin dernier, Georges Soros a dit:

« C’est une sorte de crise financière qui est en train de se développer. (…) Les autorités tentent de gagner du temps. Mais le temps joue contre eux… »

Soros profitera t-il de ce scénario ? Il n’en a pas besoin. Cela dit, pourquoi LIESI s’intéresse à ce genre de gourou ? Extraits du numéro 31 de LIESI.

QUI EST G. SOROS ?

Hongrois et titulaire d’un passeport américain, le magazine économique américain Forbes a mis G. Soros au premier rang des managers et financiers les mieux payés du monde. En 1994, il a gagné plus de 550 millions de dollars, 20 fois plus que le patron de Disney. L’année précédente, il a réussi à mettre à genou la Banque d’Angleterre, empochant un bénéfice de 1 milliard de dollars.

Qui est donc vraiment George Soros ? Voici ce qu’en disent les auteurs du Livre Jaune Numéro 6 : « La version officielle nous dit qu’il est né en 1930, de parents juifs, qu’il a été chassé de Budapest par les nazis. Après un séjour à la London School of Economics, il débarque aux Etats-Unis au milieu des années cinquante. Fasciné par Wall Street, il mène une carrière tranquille jusqu’en 1969. Puis il reprend avec un partenaire un fonds de gestion de patrimoine. Il vend des actions à terme, dans l’espoir que leur cours aura baissé l’échéance venue et qu’il pourra les racheter à moindre prix.

De ces fonds de gestion est né le groupe Quantum, une association de fonds d’investissements qui opère depuis les Antilles Néerlandaises. Quantum passe pour être une des sociétés d’investissement les plus performantes. En 24 ans, ce fonds a dégagé pendant huit ans 50 % de bénéfice, et deux années durant 100 % de bénéfice. Soros en a maintenant délégué la gestion à ses managers. (…) W. Engdahl dit de lui : « Soros spécule sur les marchés financiers mondiaux à l’aide de sa société offshore Quantum Fund NY, qui est un fonds d’investissements privé, et qui gère pour quelques clients de 4 à 7 milliards de dollars. Pour échap-per à la surveillance des autorités financières américaines, Soros n’a engagé aucun américain dans le conseil d’administration de Quantum. Ses directeurs sont un mélange particulier de financiers suisses et italiens. » (pp. 81 et 82)

Qui sont ces clients très particuliers qui lui fournissent très certainement des informations d’initiés pour réaliser des scénarios souhaités par l’Establishment de Londres et de Wall Street.

1) Soros, l’homme de paille des Rothschild

« Nous savons que c’est un homme de paille des Rothschild. Nous comprenons l’intérêt des Rothschild de ne pas le révéler au public, pour cacher leurs relations avec la City de Londres, avec le ministère des Affaires Etrangères britan-nique, avec l’état d’Israël et avec leurs puissants amis de l’establishment américain.

Parmi les membres du conseil d’administration de Quantum se trouve un certain Richard Katz. C’est le dirigeant de Rothschild Italia S.p.A. à Milan, il est également membre du conseil d’administration de la banque commerciale N&M Rothschild & Sons. Nus Taube est un autre membre de ce conseil. Il est le partenaire d’un groupe d’investisseurs londoniens, St James Place Capital, qui compte Lord Rothschild parmi ses principaux associés.

(…) W. Engdahl explique plus en détail : « Les relations de Soros avec les cercles financiers internationaux secrets des Rothschild ne sont pas fortuites. Son succès inhabituel comme spéculateur sur les marchés financiers à haut risque ne peut pas être dû qu’à la chance. Soros a accès à des informations d’initiés, des canaux de l’état et du secteur privé.

Depuis la Deuxième Guerre mondiale, la famille Rothschild fait tout pour minimiser vis-à-vis de l’opinion publique son influence réelle sur les marchés financiers. En réalité c’est un des grou-pes financiers les plus puissants et les plus opa-ques du monde. (…) De plus, la banque des Rothschild est au centre du marché de l’or : c’est elle qui fixe deux fois par jour le prix de l’or, en accord avec les cinq plus grandes banques commerciales spécialisées sur ce marché » (pp. 82-83).

2) De Soros à Israël jusqu’aux faucons de l’administration Bush

« Un initié a calculé que Soros avait rassemblé en septembre 1993, avec l’aide d’un puissant groupe d’associés silencieux, la somme de 10 milliards de dollars, pour attaquer les monnaies européennes. Parmi ses associés, on trouve Marc Rich, un négociant en pétrole peu connu, et le marchand d’armes israélien Saul Eisenberg. Eisenberg est depuis des années membre des services secrets israéliens, il est un marchand très actif en Asie et au Moyen Orient. Rafi Eytan, délégué du Mossad à Londres, est un autre associé de Soros. » (p. 84)

D’autre part, il faut savoir que « dans l’administration Bush, Lewis LIBBY est secrétaire général du vice-président Dick Cheney. A ce titre, il est impliqué directement dans la pla-nification de la guerre contre l’Irak. Il est éga-lement bien connu dans les milieux néo-conservateurs de la région de Washington. Moins connus cependant sont ses liens avec le milieu de la mafia internationale, notamment avec des éléments très proches des extrémistes israéliens autour de Sharon et de Netanyahou. De 1985 à 2000, Lewis Libby était l’avocat de Marc Rich… » (Strategic Alert, janvier 2003)

Marc Rich est connu pour ces violations du droit international et Rich encourait une peine de prison de 325 ans. En décembre 2000, le président sortant Bill Clinton décida de lui accorder sa grâce, décision très controversée pour laquelle il pourrait encore être poursuivi en justice. Or celui qui est en grande partie à l’origine de la décision de l`ancien président est Lewis Libby, I’actuel adjoint de Dick Cheney en matière de sécurité, alors que ce dernier est incontestablement le principal porte-parole du courant impérial utopiste au sein du gouverne-ment. Libby était l’un des associés au cabinet juridique Dickstein Shapiro lorsque la défense de Marc Rich lui fut confiée par Léonard Garment, I’avocat de l’ancien président des Etats-Unis, Richard Nixon. Garment avait également aidé Ariel Sharon et ses alliés sur le plan légal, suite à l’arrestation en novembre 1985 de Jonathan Pollard, un Américain qui espionnait contre Ies Etat-Unis pour le compte d’Israël » (Strategic Alert, janvier 2003). (voir notre dossier sur les Réseaux israéliens aux Etats-Unis, 4.57 euros)

3) Teneur de l’avertissement de l’homme de paille George Soros

Voici la conclusion des auteurs du Livre Jaune Numéro 6 : « Soros n’est, tout compte fait, qu’un instrument dans la guerre de conquête écono-mique et politique des Rothschild. (…) Soros, qui d’après ses collaborateurs a un ego très développé, raconte lui-même qu’il ne pouvait survivre en tant que Juif dans le Budapest occupé par les Allemands et qu’il a dû prendre une seconde identité. Ce qu’il ne dit pas, c’est qu’il a été protégé des persécutions par un homme qui s’est enrichi sur l’expropriation des biens juifs et qu’il en a lui-même bénéficié. C’est ainsi qu’il a survécu à la guerre. Il a quitté la Hongrie en 1947. Malgré les campagnes qu’il mène contre ses opposants politiques, chez qui il dénonce volontiers l’antisémitisme, son attachement au judaïsme est plus lié à sa pensée talmudique qu’à l’appartenance à un peuple ou à une religion » (p. 86).

 
3 Comments

Publié par le 24 juillet 2011 in Non classé

 

Discussions avortées sur la dette US

La menace d’un défaut de paiement américain s’est brusquement aggravée vendredi soir quand les républicains de la Chambre ont claqué la porte des négociations avec Barack Obama, qui a immédiatement convoqué une réunion d’urgence samedi. Le président (républicain) de la Chambre des représentants, John Boehner, a annoncé qu’il mettait fin à ses discussions avec M. Obama, faute d’avoir pu trouver un terrain d’entente avec lui.

Au cours d’une conférence de presse convoquée à la hâte, M. Obama, les traits crispés par une colère froide, a annoncé qu’il convoquait les responsables du Congrès pour une énième séance de négociations à 11H00 (17H00 heure de Paris). « Il va falloir qu’ils m’expliquent la façon dont nous allons éviter un défaut », a-t-il lâché.
Malgré l’aggravation brutale de la situation, le président a répété qu’il restait « confiant dans le fait que nous aurons un relèvement du plafond de la dette » avant la date butoir du 2 août évoquée par le Trésor. Déterminé à éviter un défaut de paiement, M. Obama a assuré qu’il était prêt à prendre seul la responsabilité politique de relever le plafond de la dette. Mais il a aussi exigé que ce relèvement soit suffisant pour ne pas avoir à être renouvelé avant 2013, c’est-à-dire après la présidentielle de novembre 2012 à laquelle il est candidat.

Un haut responsable de la Maison Blanche s’exprimant sous couvert de l’anonymat, a ensuite souligné le danger que la dette fédérale faisait courir aux Etats-Unis.
« Il existe une perspective très réelle de voir la note (de la dette) des Etats-Unis abaissée (par les agences de notation), non pas à cause de l’échec d’un relèvement du plafond de la dette, mais parce que nous échouerions à prendre des mesures sérieuses pour contrôler notre déficit », a-t-il prévenu.

Le président a assuré que le marché qu’il avait proposé aux républicains était « extraordinairement juste ». Il a insisté sur la nécessité d’augmenter les recettes fiscales, alors que ses adversaires républicains ne voulaient entendre parler que de coupes. « Le président est catégorique sur la nécessité d’augmenter les impôts. En tant qu’ancien patron d’une PME, je sais que les augmentations d’impôts détruisent les emplois », a écrit pour sa part M. Boehner dans sa lettre. Mais le chef républicain n’a pas fermé la porte à toute négociation. Il a assuré qu’après avoir mis fin aux pourparlers avec le président, il allait entamer « des discussions avec les leaders du Sénat en vue de trouver une solution ». (Source: AFP)

 
Leave a comment

Publié par le 24 juillet 2011 in Non classé

 

Trader Noé – Krach des monnaies et plan du cartel bancaire

Le cours de l’or devrait très prochainement s’envoler. Dès que les 1610 seront franchis alors le cours se l’or pourrait partir à la vitesse d’une météorite sans obstacle.

Surveillez très attentivement ce qui va se passer la semaine prochaine.

A ce départ, nous pouvons très bien imaginer de nouvelles dégradations de la part des agences de notation d’autant plus que approchons de la date d’échéance du 02 août 2011.

Les puissants de ce monde voudront accaparer tout l’or du monde et nous pouvons résumer la situation en:

« Un riche, c’est fait pour être très riche, un pauvre très pauvre et une classe moyenne (cadres) actuelle prochainement très pauvre. »
Nous pouvons imaginer un énorme piège. Le cours de l’or s’envole, la nouvelle monnaie est créée.
1) Ceux qui ont du papier « euros » sont pratiquement ruinés.
2) Ceux qui ont de l’or pensent avoir réalisé une énorme plus-value et revendent leur or en échange de la nouvelle monnaie mondiale.
3) La nouvelle monnaie mondiale s’écroule à son tour, sa mise en place est un échec.
4) L’or chute à son tour.

Tout ceci favorise les puissants qui souhaitent accaparer tout l’or du monde.

Alors il sera effectivement intéressant de convertir une bonne partie de votre or avec la monnaie mondiale dans le but d’acheter immédiatement « maison à la campagne, nourriture, matériel de bricolage, graines, etc… »

MAIS gardez une partie de votre or (le minimum) en prévision de l’étape (3) et (4) pour effectuer du troc.


Pour rappel:
En janvier 1919 une once valait 170 marks
En novembre 1923 87 000 000 000 000 marks

Cherchez l’erreur, il n’y en a pas.

Alors imaginez seulement un euro divisé par 10 et la réaction des épargnants « moutons » dans les grandes villes.

PS. Commentaire de LIESI : en 2001, nous avons conseillé de se placer sur les métaux précieux OR et ARGENT en vue de se protéger par rapport au scénario que le cartel bancaire allait dérouler.

Le NAPOLEON était à 62 €, la pièce de 50 PESOS était à 320 € et la pièce 50FHERCULE 4.18 €.

Nous savions également que le scénario incluait un piège au final. A ce jour, nous n’avons pas fait état de cette partie du plan que développe Trader Noé, sauf dans un document dont nos abonnés ont eu connaissance dans notre dernier catalogue. Nous aurons l’occasion de revenir sur ce point dans le cadre de la lettre confidentielle, mais nous en sommes encore assez loin… Protégez vos économies pour le moment car la porte de sortie est en train de se refermer… comme l’ont d’ailleurs constaté de nombreux intervenants sur ce blog. Dans le numéro 235 de LIESI, en cours de rédaction, vous verrez qu’il se passe de drôles de choses en Allemagne, ce dont les médias ne parlent pas pour ne pas affoler les détenteurs d’EUROS.

« Il existe un cartel bancaire au sein de grands centres financiers qui contrôle le gouvernement depuis Andrew Jackson ».

Président F.D. Roosevelt

 
52 Comments

Publié par le 23 juillet 2011 in Non classé

 

Pendant que certains politiciens posent les bombes dans le système pour l’intérêt du cartel bancaire…

Voici ce que l’on propose aux autorités « internationales » pouvant être embarrassées par des gueux mécontents de tout perdre…

http://blogtsahal.wordpress.com/2011/07/06/decouvrez-comment-tsahal-sentraine-a-operer-en-milieu-urbain/

 
3 Comments

Publié par le 23 juillet 2011 in Non classé

 

Et si la BCE était proche de la faillite ?

On ne cherche pas à régler le problème grec, mais d’éviter que la BCE saute.

http://www.dailymotion.com/video/xjzo0o_olivier-delamarche-19-juillet-2011-bfm-business-12-07-2011_news

 
1 Comment

Publié par le 23 juillet 2011 in Non classé

 

Un remake du 11-Septembre est-il dans les tuyaux ?

Le département américain de la Sécurité intérieure a adressé une mise en garde à des milliers de responsables d’installations industrielles du pays contre un risque d’attentats d’al-Qaida, a rapporté la chaîne de télévision américaine ABC. Dans un message d’alerte, le ministère souligne que de telles attaques pourraient être lancées à l’occasion du dixième anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 et être perpétrées par des « éléments infiltrés » dans des complexes chimiques ou des raffineries. Cette alerte a été lancée sur la base de documents récupérés le 2 mai lorsqu’un commando américain avait tué Oussama Ben Laden au Pakistan, ajoute la télévision !
Le 14 juillet, le Wall Street Journal avait assuré que l’ancien chef de l’organisation extrémiste planifiait un nouvel attentat aux Etats-Unis le jour anniversaire des dix ans du 11-Septembre. Citant des responsables américains sous couvert d’anonymat, le journal économique écrivait que des « communications » avaient été retrouvées dans la résidence où demeurait Ben Laden au Pakistan, mais qu’il n’y avait aucune preuve que ce « complot naissant » allait être mis à exécution.

 
2 Comments

Publié par le 23 juillet 2011 in Non classé

 

Trader Noé – Analyse HERMES

Depuis notre recommandation à l’achat du titre Hermes le 30 mai le titre a gagné 32 %.
La valeur reste très bien orientée. Pensez aussi à prendre une partie des bénéfices en cas de repli sous 229 euros. Le dépassement des 235 euros permettrait peut être au titre de tester les 250 euros.

 
14 Comments

Publié par le 22 juillet 2011 in Non classé

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 11:34

http://www.alterinfo.net/photo/art/default/1730613-2343570.jpg?v=1290016646

http://www.alterinfo.net/photo/art/default/1730613-2343570.jpg?v=1290016646

Voir la fin du deuxième article :

Adrian Douglas me fait toutefois remarquer que « d’un point de vue technique, si quelqu’un veut déterminer si un lingot est authentique sans le fondre, il faut mesurer sa résistivité. L’or est trois fois plus conducteur d’électricité que le tungstène avec une résistivité de 22,14 nano-ohm par mètre contre 52,8 nano-ohm par mètre pour le tungstène. Ainsi des mesures électriques précises peuvent aisément faire la différence entre un lingot trafiqué et un lingot d’or pur grâce à un test non destructif.

 

 

Des lingots d’or fourrés au Tungstène

dans le système financier international ?

 

info@futurquantique.org

Jeudi 26 Novembre 2009

 

24h Gold
“Gold Finger – Du nouveau dans l’opération Grand Schlem avec une touche de tungstène”

J’ai déjà parlé d’irrégularités dans les contrats d’or physique qui ont eu lieu à Londres, en Angleterre, au cours de la première semaine d’octobre 2009. En particulier, les contrats impliquant au moins une banque centrale [La Banque d’Angleterre] pour résoudre les problèmes de livraison des contrats de J.P. Morgan et Deutsche Bank, qui n’auraient pas eu l’or qu’elles avaient vendu à découvert et qu’elles s’étaient engager à livrer. devaient livrer pour respecter leurs contrats. Au même moment, j’avais rapporté deux choses inhabituelles :

1] -des irrégularités dans la publication des listes de lingots du fonds ETF-GLD-or daté du 25 sept-14 oct. ou la liste des barres est passée de 1 381 pages à moins de 200 pages et puis est remontée à 800 pages environ.
2] -des rapports établissant que des barres d’or de 400 onces provenant de “good delivery” [bonne livraison] étaient en fait des briques de tungstènes plaqués-or dans les limites territoriales des coffres certifiés par la LBMA à Hong Kong.

  

Pourquoi le tungstène?

Si quelqu’un se demandait comment fabriquer de fausses barres d’or, le tungstène à environ 10 $ la livre serait un bon choix parce qu’il a exactement la même densité que l’or, rendant ainsi un faux lingot « trafiqué » au tungstène indissociable d’une vraie barre d’or par une simple pesée.

Malheureusement, il y a plus de détails sordides à relater.
Quand la nouvelle des barres d’or “trafiquées au tungstène” a surgi à Hong Kong, beaucoup de gens ont automatiquement supposé que celles-ci avaient été fabriquées en Chine, parce que la Chine est généralement perçue comme la « capitale de la contrefaçon dans le monde ».
Et maintenant voici ce qui se serait réellement passé, d’après l’analyse que j’ai faite des informations qui m’ont été transmises :
La quantité de barres d’or “trafiquées au tungstène” en question serait en fait comprise entre 5 600 et 5700 lingots de 400 onces « Good Delivery », donc certifiées. [à peu près 60 tonnes métriques]
Tout cela a été apparemment brillamment orchestré par une opération criminelle bien financée.
Quelques heures seulement après que ce plan ait été identifié, les officiels chinois avaient mis un certain nombre de suspects en garde à vue.
Et voici ce que les chinois auraient découvert:
Il y a environ 15 ans – sous l’administration Clinton [pensez Robert Rubin, Sir Alan Greenspan et Lawrence Summers] entre 1,3 et 1,5 millions de briques de tungstène de 400 onces auraient été fabriquées par une raffinerie ultra sophistiquée aux Etats-Unis [plus de 16 tonnes métriques]. Par la suite, 640 000 de ces barres de tungstène auraient reçu un plaquage en or et auraient ÉTÉ transportées à Ft. Knox où elles y seraient restées.
Mes sources possèdent des copies des documents originaux de transport avec la date et le poids exact des barres de « tungstène » transportées à Ft. Knox.
Le surplus de ces 1,3 à 1,5 millions de barres de 400 onces de tungstène aurait aussi reçu un plaquage puis aurait été “vendue” sur le marché international.
En conséquence et apparemment le marché mondial serait littéralement “farci » de barres de 400 onces trafiquées.
Peut-être faudrait il même se demander si les Indiens ont été malins d’acheter 200 tonnes auprès du FMI . 

 

Un train qui déraille au ralenti

Une obscure nouvelle publiée à l’origine dans le N.Y. Post [rédigée par Jennifer Anderson] fin janvier 2004 m’est toujours restée à l’esprit.

Le Procureur Général enquête sur un directeur du NYMEX- Manhattan, New York, bureau du procureur de district, Stuart Smith 

Divers- Brève- 2 fév. 2004
« Le bureau du procureur du district de Manhattan enquête sur une personne haut placée au New York Mercantile Exchange. Des sources proches de la bourse disent que Stuart Smith, Senior Vice Président des opérations de la bourse, a reçu un ordre de perquisition provenant du bureau du procureur du district la semaine dernière. Les détails de l’enquête n’ont pas été révélés mais un porte-parole du NYMEX a dit que cela n’était lié à aucun des marchés d’échange. Elle a décliné tout commentaire, sinon qu’aucune charge n’avait été portée. Un porte-parole du procureur du district s’est également refusé à tout commentaire ».

Les bureaux du Senior Vice Président des Opérations –NYMEX- est l’endroit où vous devriez aller pour trouver des documents [numéro de série et fondeur d’origine] de chacune des barres d’or délivrées physiquement à la bourse. Ils ont l’obligation de conserver ces documents. Ces documents précis devraient prouver l’origine de tout l’or physique à la bourse et donc « prouver » que les quantités d’or en question ne peuvent pas provenir des mines américaines parce que les quantités provenant de fondeurs US seraient certainement plus vastes que la production minière domestique.
Nous n’avons jamais su ce qui est arrivé à ce pauvre Stuart Smith –après que ses bureaux aient été « envahis » mais il a pris un congé administratif du NYMEX et on n’en a plus entendu parler depuis. De manière surprenante [ou peut-être pas], il n’y a jamais eu de suivi de la part des média concernant l’histoire à l’origine et le niveau NUL de poursuites provenant du bureau du Procureur général du district Morgenthau qui avait mené la perquisition.
Doit-on croire que les bureaux du NYMEX ont été perquisitionnés et le Sr. Vice-président des opérations s’est retiré…et tout cela pour rien ?
Ces révélations pourraient éventuellement et également fournir un nouveau niveau d’analyse expliquant pourquoi Rothschild est sorti du marché de l’or en 2004 :

« Londres, 14 avril 2004 (Reuters) –NM Rothschild & Sons Ltd, l’unité basée à Londres de la Banque d’investissement Rothschild se retire des activités de négoce des matières premières, y compris l’or à Londres alors qu’elle audite ses opérations, nous communique-t-elle ce mercredi. »

De manière intéressante, Bill Murphy du GATA a spéculé là-dessus en 2004 : Pourquoi Rothschild sort il de ce business à ce moment précis ? « IL Y A UNE PIECE MANQUANTE; ILS SONT AU COURANT D’UN GROS SCANDALE SUR L’OR ET ILS NE VEULENT PAS EN FAIRE PARTIE...”

BILL MURPHY, LEMETROPOLE CAFE, 18 AVRIL 2004
Par coïncidence [peut-être pas?] l’ETF GLD commencé à êtré négocié le 12 novembre 2004
A la lumière de ce qui s’est passé –concernant le fond ETF, GLD –après avoir réexaminé leur prospectus une nouvelle fois, il serait possible de penser que l’ETF GLD aurait été créé dans le but de détourner les investissements en dollars d’investissements dans l’or physique et de un leurre, un ezatz, un substitut fourre tout et surtout une destination potentielle pour des “barres trafiquées au tungstène” qui ne verraient ainsi jamais la lumière du jour, cachés derrières les “boucliers” juridico-énigmatiques de ses statuts :
Extrait du prospectus de GLD page 11
http://www.spdrgoldshares.com/media/GLD/file/SPDRGoldTrustProspectus.pdf 

 

« Les lingots alloués au trust (…) peuvent ne pas être équivalents au standard de la London Good Delivery et (… ) , le Trust peut être sujet à une perte.Ni l’administrateur, ni le curateur ne confirment indépendamment la finesse des barres d’or allouées au trust en liaison avec la création du panier. Les lingots d’or exigés par les standards du LBMA pour les lingots délivrés en raison d’un contrat d’or ou les London Good Delivery Standards, les standards exigés par le trust. Si l’administrateur émet cependant un panier contre un or de cette qualité, et que le curateur n’est pas en mesure de satisfaire à son obligation de créditer le Trust du montant de la déficience constatée, le trust peut être sujet à une perte ».

 

La Fed a aussi été prise en flagrant délit de mensonge :
Patrick Heller de Liberty Coin a écrit récemment:
Un peu plus tôt cette année, le Gold Anti-Trust Action Committee (GATA) a déposé une seconde requête sous l’égide du Freedom of Information Act (FOIA) au Système de Réserve Fédéral pour obtenir des documents de 1990 en relation avec les swaps d’or, l’or swapé ou les swaps d’or proposés.

Le 5 août, la Réserve Fédérale a répondu à cette FOIA en ajoutant deux documents à ceux déjà fournis au GATA en avril 2008, suite à une FOIA précédente. Ces documents ont totalisés 173 pages dont de nombreux passages édités (couverts afin d’omettre des sections du texte). La réponse de la Fed notait aussi qu’il y avait 137 pages de documents non transmis qui étaient exclus de l’obligation de transparence. 

Le GATA a fait appel de cette disposition le 20 août. L’appel demandait davantage de détails afin de déterminer la validité et la légitimité de ce droit à l’exemption et une explication de certains documents comme celui posté par la Réserve Fédérale sur son site internet qui évoque des gold swaps non inclus dans les documents communiqués le 5 août.
Le 17 septembre 2009 une lettre du Système de Réserve Fédérale sur papier à en-tête, du Gouverneur de la Réserve Fédérale Kevin M. Warsh a refusé en bloc la demande en appel du GATA. Le texte de la lettre complète peut être examiné sous le lien suivant :
http://www.gata.org/files/GATAFedResponse-09-17-2009.pdf.

« Le premier paragraphe de la troisième page est le plus révélateur. Warsh écrit: “Concernant votre appel, je confirme que les informations qui vous ne vous sont pas dévoilées en raison de l’exemption 4 sont des informations confidentielles commerciales ou financières liées à des opérations de la Banque de Réserve Fédérale qui ont été obtenues dans le sens de l’exemption 4. Ceci inclut des informations liées aux arrangements de swaps avec les banques étrangères pour le compte du Système Fédéral de Réserve et n’est pas le type d’informations généralement rendues publiques. Ces informations ne vous donc pas été communiquées avec raison. »

Ce paragraphe sera probablement l’une des plus histoires les plus importantes de l’année.
Bien que cela ne soit pas dit platement, ce paragraphe admet que la Fed s’est engagée par le passé, et est peut-être actuellement engagée, dans le commerce des gold swaps. La lettre de Warsh contredit les affirmations précédentes de la Fed auprès du GATA qui réfutaient tout engagement passé de la Fed dans les swaps-or pendant la période allant du 1er janvier 1990 à nos jours.

[Peut-être de manière plus importante], voici la seconde FOIA du GATA concernant la demande sur les swaps or de la Réserve Fédérale. Les 173 pages de documents reçus en réponse à la seconde FOIA portent tous une date précédent la requête de 2007 ce qui signifie qu’ils auraient du être rendus publics en réponse aux demandes de FOIA d’avant 2007. Ceci établi la probabilité que la Réserve Fédérale a échoué à rechercher adéquatement ou à divulguer les documents pertinents. De plus, la réponse de la Fed admet qu’elle possède des copies des documents pertinents qui sont apparus pour la première fois sur le site web du Département du Trésor mais a omis de les porter à la connaissance du public dans ses réponses aux FOIA.

 

Maintenant que le Gouverneur de la Réserve Fédérale Warsh a admis que la Fed a menti par le passé sur les implications de cette dernière dans l’or, il devrait être clair pour tout le monde que la Fed ment sur la véritable nature des secrets qu’elle détient  

Rob Kirby

KirbyAnalytics.com

 

 

Jeudi 26 Novembre 2009  

 

http://www.alterinfo.net/Des-lingots-d-or-fourres-au-Tungstene-dans-le-systeme-financier-international_a39737.html?print=1

 

  

Sur les barres d’or trafiquées au Tungstène

 

Par Bill Murphy. - Le Metropole Cafe

 

Publié le 29 octobre 2009

 

Ca a eu l’effet d’une bombe, cet article de Rob Kirby la semaine dernière concernant les lingots de « good delivery » (« la bonne livraison ou London Good Delivery »), des barres d’or remplies de tungstène.

 

Les négociants en métal physique sont toujours à l’affût des lingots contrefaits et des barres trafiquées. Dans le dernier marché haussier des métaux précieux (MP) des années 70, quelques lingots de 100 onces d’argent ont été percés et remplis de plomb. Cependant, ceci peut être détecté aisément en pesant ces barres avec une bonne balance puisque le plomb a une densité distincte de celle de l’argent.

 

En revanche, les lingots d’or remplis de tungstène indiquent une escroquerie très sophistiquée. Non seulement le tungstène est bon marché, mais en plus, il a la MEME densité que l’or -19,3 gr/cc- En supposant que les extrémités sont scellées proprement, vous pouvez toucher et peser les barres autant que vous le voulez, vous ne pouvez pas être certain qu’elles sont en or pur sans les couper. Il est probable qu’une panique se déclenche chez les professionnels à mesure que la nouvelle de l’escroquerie se répand. Si vous ne pouvez plus avoir confiance dans la « bonne livraison » des  lingots d’or, en quoi peut-on avoir confiance ? Ils sont supposés avoir une pureté garantie et ne jamais avoir quitté la tutelle d’individus de confiance de manière à ce que les investisseurs n’aient pas à les tester. Qui sait ce que l’on va trouver si davantage de gros investisseurs demandent des audits complets ?


Il est étonnant de voir que récemment tant d’histoires sur l’or confirment les recherches du GATA. Le GATA a montré de manière répétée que les swaps, le leasing et les jeux d’écritures étaient nécessaires pour maintenir le cours de l’or peu élevé, car les banques centrales n’ont pas le métal qu’elles revendiquent. Et maintenant, voici une autre sorte d’investisseurs qui pense détenir un montant X de métal mais qui, en réalité, n’en possède qu’une fraction. C’est un schéma de Ponzi tout semblable au scandale Madoff et qui va se terminer tout aussi mal.

 

Walter Eicheburg, de www.hartgeld.com me fait parvenir l’information suivante : Il a reçu un message d’un négociant en tungstène bien implanté en Allemagne qui lui a rapporté avoir eu d’étranges demandes de grandes quantités de tungstène pur provenant d’Asie. Les gens qui font ces demandes ne sont pas connus de la profession. Ce négociant pense qu’ils achètent pour quelqu’un d’autre. Il se peut –ou non- que cela ait à voir avec ces « barres d’or trafiquées ». Si tel est le cas, ce doivent être des opérations de large envergure. Ils semblent être à la recherche de tungstène dans le monde entier. Peut-être est-ce pour échanger les stocks des marchands d’or (tels LGD) et les rendre « impeccables en vue d’un audit ». Il n’est pas aisé de prouver qu’un lingot d’or possède un cœur en tungstène ou non, sauf à le faire fondre. Quel auditeur financier le ferait ? Probablement aucun, parce que cela demande trop d’efforts et qu’ils croient dans le système LGD.

Amener de tels lingots sur le marché, c’est une autre paire de manches, parce que l’acheteur pourrait les tester. Le cartel de l’or ne ferait cela que dans la plus extrême urgence, parce que si l’escroquerie devenait publique, plus personne ne ferait confiance au système du LGD. C’est probablement déjà arrivé. Si les lingots mentionnés dans Midas indiquent une trace papier qui fait le lien avec une banque du cartel, c’est mauvais pour cette banque. Est-ce que leur situation est déjà si mauvaise ? En plus, faire des « lingots d’or » en tungstène exige un procédé assez sophistiqué, parce que ce métal a un point de fusion élevé, mais c’est aussi le seul avec la même densité que l’or. Alors forger la liasse de papiers nécessaires n’est pas facile pour un simple criminel mais c’est assez aisé pour une banque.

 

La plupart des raffineries en Europe ne font confiance à personne et aucune quantité d’or n’y entre. Ils font fondre, testent et raffinent de nouveau le tout. Imaginez que de nombreux lingots au cœur en tungstène apparaissent parmi les lingots du London Good Delivery. Il se peut qu’un grand nombre de lingots soient déjà écoulés mais personne ne les a testés ?
Adrian Douglas me fait toutefois remarquer que « d’un point de vue technique, si quelqu’un veut déterminer si un lingot est authentique sans le fondre, il faut mesurer sa résistivité. L’or est trois fois plus conducteur d’électricité que le tungstène avec une résistivité de 22,14 nano-ohm par mètre
contre 52,8 nano-ohm par mètre pour le tungstène. Ainsi des mesures électriques précises peuvent aisément faire la différence entre un lingot trafiqué et un lingot d’or pur grâce à un test non destructif.

 

On dirait que le cartel de l’or se tient sur ses dernières pattes.

 

http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-sur-les-barres-d-or-trafiquees-au-tungtene.aspx?contributor=Bill+Murphy.&article=2407427116G10020&redirect=False

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 22:18

 

http://legroupement.com/__oneclick_uploads/2010/02/bebe-dette.jpg

http://legroupement.com/__oneclick_uploads/2010/02/bebe-dette.jpg

Ce que VOUS ne DEVEZ PAS savoir sur la DETTE et vos IMPÔTS...

 


Gl de Gaulle - Pompidou et Giscard - La dette
Partager cet article
Repost0
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 08:16

 

Quand le courant est trop fort… il faut le contourner, et surtout agir dans le calme et la paix

Petit message de Jacques Attali :

« La Grèce est un tout petit problème. A supposer – ce que l’on ne doit pas faire – que le poids de la dette grecque soit partagé entre tous les Européens, cela représenterait 350 euros par Européen. Pour un problème si dérisoire, on ne va pas faire exploser la zone euro. Donc on va le traiter. Mais il faut faire vite. Car si on le règle mal, on donnera aux prêteurs le sentiment qu’on résoudra aussi mal des problèmes plus lourds, comme ceux de l’Espagne, du Portugal, de l’Italie ou de la France. A ce moment-là, les prêteurs se déchaîneront et parieront sur l’échec. » (Source: Paris Match)

Ainsi se comprend pourquoi les politiciens ont volontairement biaisé la résolution du problème grec… Il y a en effet une suite plus conséquente.

Et qui a donné le signal à la meute de loups qu’ils pouvaient attaquer la dette d’autres pays européens pour descendre l’euro et torpiller la zone euro ?

«Ce que nous faisons pour la Grèce, nous ne le ferons pour aucun autre pays».
Nicolas Sarkozy.

Entre maintenant et cette invitation du président français aux artificiers du cartel bancaire, reste le temps de vider les comptes en banque et de ne rien laisser aux banquiers… de vous protéger de la grosse dévaluation qu’ils préparent pour « harmoniser le niveau de vie de l’Européen avec celui du Chinois » (confidence d’un membre du Groupe Bilderberg).

Le mois d’août pourrait être chaud sur les monnaies. Il faudra suivre les analyses de Trader Noé dont vous avez pu apprécier l’excellence des recommandations depuis la création du blog. Certains décrient sur les traders, vous avez providentiellement la chance d’avoir l’un des meilleurs au monde, et il œuvre ici pour le bien commun. Chose assez rare aujourd’hui dans ce monde si matérialiste. D’un commun accord, nous pensons qu’il n’y aura très probablement plus de bourse dans un laps de temps pas si éloigné… Il faut simplement attendre que cela aille un peu plus mal. Autrement dit, attendre qu’ils déroulent leur plan… Il vous faut agir dans le calme, sans haine ni rancoeur, sans passion, sans quoi l’on est aveuglé et l’on fini par dire des choses aussi grossières que le président français.

Souvenez-vous ce que nous disions depuis un certain temps et l’avons précisé dans la lettre confidentielle :

« Ils ne le diront jamais, mais sachez qu’il y a une volonté politique de couler la Grèce ». (Confidence d’un banquier international à LIESI) La Grèce et d’autres plongeront ensemble.


« C’est un véritable New Deal à l’échelle planétaire qui est nécessaire. Un New Deal écologique et économique. Au nom de la France, j’appelle tous les États à se réunir, pour fonder le nouvel ordre mondial du XXIème siècle« .

Allocution de Nicolas Sarkozy devant l’Assemblée générale de l’ONU, 25 septembre 2007, Assemblée générale de l’ONU.

Une vidéo intéressante à visionner:http://sos-crise.over-blog.com/article-vers-la-faillite-de-la-france-jacques-attali-video-79924214.html

 
21 Comments

Publié par le 22 juillet 2011 in Non classé

 

Un graphique très intéressant sur l’épuisement des richesses exploitables

On sait ainsi où nous allons et pourquoi certaines matières premières industrielles (OR et ARGENT) susceptibles de devenir des devises monétaire futures dans la perspective d’une prochaine refonte monétaire internationale, ont tant le vent en poupe… Très instructif.

 
5 Comments

Publié par le 22 juillet 2011 in Non classé

 

« Des responsables de l’UE s’attendent à un grave problème pour les banques » ou… pas de fumée sans feu

Telle est une confidence faite récemment à la rédaction de LIESI. Selon une source de LIESI à Bruxelles et très bien introduite, il y a de la panique dans l’air pour les prochains mois. Cela explique pourquoi l’UE annonce que les banques européennes pourraient à l’avenir se voir sanctionner en cas de trop grande prise de risque et être soumises à des règles plus exigeantes en matière de fonds propres, officiellement, « pour éviter une nouvelle crise financière semblable à celle de 2008 ».

Cette crise de 2008 a coûté la bagatelle de 1000 milliards d’euros aux banques du vieux continent. Sachant que les choses ne vont absolument pas s’arranger, la Commission européenne a annoncé une série de propositions, dont la plus attendue était la transposition en droit européen des règles de « Bâle III ». Cette réglementation, définie en 2010 par un comité de banquiers centraux et de régulateurs, doit être mise en place par toutes les grandes économies industrialisées et émergentes du G20, graduellement à partir de 2013. Mais Bruxelles a décidé d’aller plus loin. La Commission souhaite renforcer le rôle des superviseurs européens du secteur financier, créés début 2011, et leur permettre de sanctionner les établissements prenant de trop grands risques. A titre d’exemple, ils pourraient imposer aux banques de limiter leur distribution de crédit s’il y avait des risques de bulle. Ces autorités, qui ont un rôle de surveillance, pourront également infliger des amendes correspondant à 10% du chiffre d’affaires annuel d’une banque qui ne respecterait pas les nouvelles exigences européennes ou bien suspendre temporairement l’activité de certains membres de leurs conseils d’administration. Objectif: se montrer dissuasif et créer une sorte de « code de la route », selon les termes du commissaire aux Services financiers, Michel Barnier.

La Commission vient en effet de présenter son nouveau projet de directive sur les fonds propres des banques, qui contraignent celles-ci à mettre en réserve des fonds propres représentant 7% du montant des prêts qu’elles accordent à leurs clients. Jusqu’à présent, le taux était de 2%. Pour ce, les établissements devront mettre en réserve une partie de leurs bénéfices ou procéder à des augmentations de capital. Environ 460 milliards d’euros de capital devront être levés sur les marchés financiers d’ici 2019, date à laquelle Bâle III devra être totalement mis en place, a indiqué Michel Barnier.

Face à un paysage protéiforme avec plus de 8200 banques sur le continent, la Commission prévoit des « dérogations » et laissera le soin aux superviseurs nationaux, comme l’Autorité de contrôle prudentiel en France, de gérer certaines questions, comme le risque immobilier. Les autorités de régulation nationales pourront également exiger de certains établissements un niveau de fonds propres plus élevé, si elles le jugent nécessaire.

Inutile de commenter tout cela. Il va être de plus en plus difficile de trouver du crédit auprès des banques, ce qui est déjà le cas. En outre, les marchés financiers à partir de 2012 et peut-être même avant auront bien de la peine à trouver des gogos souscrivant à leurs augmentations de capital. Les gérants de fonds sont également confrontés à des décollectes massives depuis quelques semaines. On fait silence sur ce point, mais quand les gens reviendront de vacances et comprendront, espérons-le, il y aura une volonté de liquider ce qu’ils ont en banque. La confiance dans ce SYSTEME va s’étioler au fil du temps et c’est ce qui justifie le commentaire de notre ami Trader Noé.

 
1 Comment

Publié par le 22 juillet 2011 in Non classé

 
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche