Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 03:04

http://avicennesy.wordpress.com/2013/03/05/les-tensions-montent-entre-la-france-et-le-qatar-au-sujet-de-la-guerre-au-mali-et-de-la-tunisie/
Al Thani

Les tensions montent entre la France et le Qatar au sujet de la guerre au Mali et de la Tunisie

https://www.wsws.org/fr/articles/2013/mar2013/frqa-m04.shtml

Par Jean Shaoul
4 mars 2013

Les tensions s’aggravent entre la France et le Qatar avec des accusations que la pétro monarchie est en train de financer et d’armer des séparatistes et des militants islamistes liés à al-Qaïda au Mali et, plus généralement, de propager l'intégrisme islamique en Afrique.

La France a étroitement collaboré avec le Qatar pour évincer Mouammar Kadhafi en Libye. Elle est également actuellement en train de coopérer avec Doha ainsi qu’avec Riyadh et Ankara pour mener une guerre sectaire dans le but de renverser le président syrien Bachar al-Assad et d’isoler l’Iran. Mais maintenant un retour de flamme s’est produit car la politique du Qatar contrecarre les intérêts géostratégiques et commerciaux de la France au Mali et en Tunisie qui se trouvent au centre des projets de la France de recoloniser son ancien empire en Afrique du Nord et de l’Ouest.

Le premier ministre qatari Cheikh Hamad ben Jassim al-Thani s’est opposé à l’intervention française au Mali, préconisant plutôt le dialogue.

Le premier secrétaire du Parti socialiste (PS) au pouvoir, Harlem Désir, a dénoncé ce qu’il a appelé « une forme d’indulgence » de la part du Qatar envers les « groupes terroristes qui occupent le Nord Mali. » Ses remarques ont été suivies par la visite du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian à Doha pour discuter du Mali avec al Thani.

Une déclaration du ministère de la Défense a souligné sans équivoque que le Qatar était « un client privilégié de la France » dans le domaine de l’armement et que les « prises de commandes se sont élevées à 450 millions d’euros pour 200 millions d’euros de matériels livrés » depuis 2007. Le ministère a aussi fait remarquer que du 16 février au 7 mars, un exercice commun se déroulerait au Qatar – baptisé Gulf Falcon 2013 – et impliquant 1.300 soldats français et un nombre identique de Qataris.

La presse française a accusé le Qatar de souhaiter voir le Nord Mali faire sécession tout comme elle avait soutenu la sécession du Soudan Sud du Soudan. Ceci permettrait au Qatar de forger des liens étroits avec la nouvelle nation – qui est supposée être riche en pétrole et en gaz – et d’étendre ainsi son influence en direction de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique sub-saharienne.

En juin dernier, l’hebdomadaire Le Canard Enchaîné avait publié un article, « Notre ami du Qatar finance les islamistes au Mali ». Il citait des sources du renseignement militaire français affirmant que le Qatar apportait, par le biais de la société du Croissant Rouge entre autres, un soutien financier à divers groupes : les insurgés touaregs du Mouvement national de la libération de l’Azawad (MNLA), l’Ansar-Dine, l’organisation al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et son groupe dissident, le Mouvement pour l’unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO).

Roland Marchal, spécialiste de l’Afrique sub-saharienne a suggéré que des forces spéciales qataries étaient entrées au Nord Mali pour former des recrues d’Ansar El Dine, qui fait partie d’al-Qaïda, une accusation également avancée par l’Express. Le Qatar avait poursuivi une stratégie identique en Libye. En Tunisie et en Egypte, la monarchie al-Thani avait financé en 2011 et en 212 les partis politiques des Frères Musulmans en tant que partie intégrante de sa stratégie plus générale de porter au pouvoir des gouvernements islamistes basés sur les Sunnites, dans le but d’écraser l’opposition au sein de la classe ouvrière arabe, de cibler le régime chiite en Iran et de renforcer sa propre position contre l’Arabie saoudite.

Le gouvernement tunisien conduit par les Islamistes et qui a remplacé le client de longue date de la France, Zine El Abidine Ben Ali, est à présent furieux contre la campagne menée par Paris pour le discréditer en réalisant soit un virement en direction des partis d’opposition soit en formant un gouvernement d’union nationale. La France a été irritée par le refus de la Tunisie de soutenir officiellement l’intervention française au Mali ou d’autoriser les avions militaires français de survoler son espace aérien. Le porte-parole présidentiel, Adnan Manser, a dit craindre que le conflit ne menace les pays voisins, dont la Tunisie.

Les tensions se sont encore accrues après qu'on a appris que les terroristes qui avaient perpétré l’attaque contre le site gazier dans le Sud de l’Algérie, apparemment en représailles à la guerre française au Mali, étaient passés en Tunisie qui est également limitrophe de la Libye et de l’Algérie. D’importantes caches d’armes qu’on ne trouve pas normalement en Tunisie, des RPG, des bombes et des Kalashnikovs, ont été découvertes à Médenine.

L’assassinat au début du mois de février de Chokri Belaïd, dirigeant du parti d’opposition laïc, le Front populaire, a amené le premier ministre d’alors Hamadi Jebali du Parti islamiste Ennahdha à accuser des militants liés à al-Qaïda d’avoir commis l’assassinat et d’accumuler des armes dans le but d’établir un Etat islamique.

Le ministre français de l’Intérieur, Manuel Valls, a dénoncé le meurtre comme étant une attaque contre « les valeurs de la révolution du Jasmin » en Tunisie. Il a déclaré « Il y a un fascisme islamique qui monte un peu partout et cet obscurantisme… doit être évidemment condamné… puisqu’on nie cet Etat de droit, cette démocratie pour lesquels les peuples libyens, tunisiens, égyptiens se sont battus. »

Valls a aussi réclamé que la France soutienne les partis d’opposition pseudo-gauches pour stabiliser la Tunisie et pour contrôler l’opposition de la classe ouvrière,.

Ces remarques ont suscité une manifestation des partisans d’Ennahdha, qui ont scandé des slogans et brandi des pancartes disant, « La France dehors ! » et « Ca suffit la France ! La Tunisie ne sera plus jamais une colonie française ». L’intervention de Valls a été tellement crue que le porte-parole du Front populaire tunisien pseudo-gauche, le président du Parti communiste des travailleurs de Tunisie, Hamma Hammami, s’est vue obligé de déclarer : « En tant que Front populaire nous sommes contre la France, les Etats-Unis et tout pays arabe qui s’ingère dans nos affaires internes. »

L’intérêt porté par la France à ses anciens territoires coloniaux en Afrique du Nord et au Sahel est généré par leurs richesses en ressources naturelles – notamment le pétrole, le gaz, l’uranium, l’or et d’autres minéraux précieux – et la montée des Etats-Unis et de la Chine dans une région que la France considère être son propre pré carré.

Le président de l’époque, Jacques Chirac, avait initialement cherché à contrer l’Initiative Pan-Sahel (PSI) de Washington qui avait été promulguée en 2001 et par laquelle les forces militaires américaines formeraient des troupes du Mali, du Tchad, de la Mauritanie et du Niger, sous le prétexte de la « guerre contre le terrorisme » annoncée après les attentats du 11 septembre. Plus tard, celle initiative avait été élargie de façon à inclure l’Algérie, la Mauritanie, le Maroc, le Sénégal, le Nigeria et la Tunisie au titre de l’Initiative transsaharienne de lutte contre le terrorisme (TSCTI). La Libye, le Soudan et la Somalie avaient déjà été identifiés comme étant des cibles potentielles.

Le PSI et le TSCTI avait donné lieu en 2007 à la mise en place de l’AFRICOM au sein de l’EUCOM (United States European Command) basé à Stuttgart, étant donné qu’aucun pays africain ne voulait l’accueillir. L’AFRICOM avait pris le contrôle de la TSCTI. Chirac avait voulu obtenir le soutien de l’Allemagne, en invitant en 2007 l’Allemagne au sommet franco-africain, mais Angela Merkel avait refusé de contrarier Washington.

La montée de la Chine avait beaucoup pesé dans la décision du président français, Nicolas Sarkozy de rejoindre en 2009 les structures militaires de l’OTAN et de signer un accord avec la Grande-Bretagne en 2010 pour intégrer les armées des deux pays. Le rôle de la France serait de servir d'auxiliaire de Washington en Afrique du Nord et au Sahel, et d'obtenir sa part du butin résultant de ses projets de restructuration de la région.

Sarkozy avait cherché à renforcer la position économique déclinante de la France en courtisant l’émir du Qatar, en vendant 80 Airbus à Doha pour sa compagnie aérienne Qatar Airways, en lui livrant jusqu’à 80 pour cent de ses armes et en encourageant le Fonds souverain du Qatar à acquérir à hauteur de 70 milliards de dollars US d’actifs français.

La France a promulgué une loi spéciale exonérant de taxes l’émir et d’autres investisseurs qataris qui ont acheté des valeurs immobilières françaises. Elle a même proposé à Doha d’adhérer à son Organisation internationale de la francophonie (OIF), approuvant les écoles de langue française qui sont soumises à l’administration qatarie au Golfe, au Maghreb et en Afrique.

(Article original paru le 28 février 2013)

https://www.wsws.org/fr/articles/2013/mar2013/frqa-m04.shtml

 

 

--------------------------------------

 

 

Manuel Valls : une « poignée » de « Français ou résidents en France » se trouvent actuellement au Mali au côté des djihadistes, alors qu’ils sont « plusieurs dizaines » en Syrie…
http://mediabenews.wordpress.com/

Partager cet article

Repost0
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 22:07

Tentative d'assassinat de Bachar al-Assad, turco-israélo-US... avortée

http://www.alterinfo.net/Tentative-d-assassinat-de-Bachar-al-Assad-turco-israelo-US-avortee_a87429.html

Jeudi 28 février 2013 Les services de renseignement turcs ont tenté d’assassiner le président syrien Bachar el-Assad, avec l’aide de services israéliens et américains.

Tentative d'assassinat de Bachar al-Assad, turco-israélo-US... avortée

Les services de renseignement turcs ont tenté d’assassiner le président syrien Bachar el-Assad, avec l’aide de services israéliens et américains.
Selon l’agence de presse Asia, les ravisseurs présumés qui faisaient partie d’une cellule tentaient de savoir les heures pendant lesquelles il se trouve aux bureaux du palais ArRawda à Damas pour déclencher l’attaque. Ils voulaient également déposer un engin explosif dans les toilettes du ministre syrien des affaires étrangères Walid Al-Mouallem.
Selon l’agence, les membres de la cellule ont été identifiés et arrêtés grâce à une contre infiltration des services de renseignements syriens dans le milieu sécuritaire turc. L’agence assure qu’elle publiera ultérieurement les interviews qu’elle a effectuées avec certains d’entre eux séquestrés dans une prison syrienne.
Des armements américains en Syrie
Le M47 dragon tiré à TalbissehDes armements américains ont soudain fait leur apparition en Syrie. Jusqu’à présent, ceux qui ont été repérés étaient exclusivement, russes, européens de l’est, chinois et Nord-Coréens, aussi bien chez l’armée régulière que chez les milices.
Mais voilà qu’une vidéo diffusée sur la toile expose les images d’un missile antichar américain de type M-47 Dragon, intact, qui aurait été retrouvé dans la région de Talbisseh, au nord de la ville de Homs.
Sachant que ce projectile fabriqué en 1975, et remplacée dans les années 90 par une nouvelle génération baptisée FGM-148 Javeline, se trouve encore chez certains alliés de Washington, dont Israël, la Jordanie, le Maroc, la Hollande, l’Espagne, la Suisse, et la Thaïlande.
Selon le site Syrian Truth, le principal atout de cet armement est qu’il est portable, léger (10 kg), ce qui lui permet d’être utilisé dans les combats des rues, à une distance allant de 65 mètres à 1.000 mètres.
Ce site de l’opposition syrienne, hostile aussi bien au gouvernement qu’à l’insurrection armée, s'est moqué des propos du présentateur du missile dans la vidéo en question, et qui a prétendu qu’il a été tiré par les troupes gouvernementales contre la place de la liberté à Talbisseh, ce qui est la preuve d’après lui que « les Américains sont en train d’armer le régime pour tuer le peuple syrien».
Syria Truth assure que l’armée syrienne ne s’est jamais approvisionnée dans le bazar américain. De plus, rien n’explique pourquoi les forces gouvernementales utilisent des antichars, alors qu’il n’y a pas de chars qui les affrontent.
Manifestement mensongères, ces accusations lancées en ces temps-ci ne sauraient être dues au simple hasard, ni fortuites.
Surtout que depuis quelques jours, des medias syriens d’abord, puis américains repris par les arabes, ont rendu compte de cargaisons d’armements fournies ces trois derniers mois aux miliciens, via la Jordanie en particulier.
Chez les médias américains, on constate une certaine couverture médiatique qui tente d’occulter le rôle américain dans ces transactions. L’article du New York Times ne l’évoque nullement alors que celui du Washington Post l’évoque par la voix d’un responsable arabe, ayant requis l’anonymat.
Comme si ces deux journaux s’efforçaient d’éviter de démentir l’administration américaine laquelle affichait ces dernier temps, sans être persuasive d’ailleurs, un ton qui laisse entendre qu’elle n’a pas encore pris la décision d’armer les miliciens en Syrie !
Quant au ton du présentateur de la vidéo, il ne laisse aucun doute : en insistant pour dire que l’administration américaine soutient le régime contre le peuple syrien, il voudrait faire croire qu’a contrario, elle ne soutient pas l’insurrection.
Lorsqu’on sait les sentiments anti américains du peuple syrien, on comprend mieux la manœuvre. Celle des américains qui donnent en catimini leur feu vert aux dépôts d’armements Croates et ukrainiens , tout en déclarant ne pas avoir pris de décision. Et celle des miliciens qui présentent leur insurrection comme étant une révolution indépendante !
Un acteur syrien torturé à mort, nouveau mensonge de l’ASL
Le cadavre de l'acteur syrien Yaçine BakkoucheLe site Syria Truth a révélé que le célèbre acteur syrien Yaçine Bakkouch a été torturé à mort et non tué dans un obus contre sa voiture comme l’affirme l’ASL.
En effet, le cadavre de la victime, âgée de 75 ans et connue pour son rôle dans le célèbre feuilleton syrien Ghawwar Toché, ne présentait aucune des séquelles habituelles de l’explosion qui aurait frappé sa voiture, le 24 février dernier, dans le quartier Assaleh, au sud de Damas, contrôlé par les miliciens de l’ASL.
Dans la version que l’ASL a donnée, il est dit que c’est l’armée syrienne qui l’a tué en tirant un obus RPG sur sa voiture, et que son cadavre a été retiré après que sa voiture a pris feu. Or sa voiture est intacte, ainsi que son corps. Sur son visage , les traces de torture montrent que les ravisseurs lui ont arraché les yeux. Il semble aussi avoir un doigt coupé
Nouveau fiasco pour le 4ème assaut de Damas
Des miliciens à DamasSelon Arabi-press, une centaine de miliciens ont été tués dans une quatrième tentative de prendre d’assaut Damas et qui s’est soldé par un échec. Des sources médiatiques syriennes ont signalé que l’attaque a été déclenchée à partir du quartier Qaboune, situé dans l’entre nord-est de la capitale, à travers l’attentat kamikaze contre un barrage de l’armée réguliere, au cours duquel selon Syria Documents plusieurs civils ont péri et 3 militaires ont été blessés.
L'attaque suicide à QabouneEn même temps, les miliciens ont mené pendant plusieurs heures une bataille sur plusieurs axes de la capitale: à hauteur de Jouber, Barzé, en plus de Qaboune, pour parvenir à la place des Abbasides. Les sites de l'insurrection ont eux mêmes reconnu que plusieurs dizaines de miliciens y ont péri. Alors que les sites gouvernementaux parlaient de près de 200 tués.
Selon Syria Truth, l'armee régulière est en train de renforcer ses positions dans les régions nord de la capitale où les miliciens seraient en train de préparer un cinquième assaut.
L'usine Nestlé détruite
L'usine Nestlé qui brûleSelon Syria Truth, les insurgés de la milice brigade al-Fourkane ont détruit mardi à coups d’obus de mortier et de RPG l’usine de Nestlé en Syrie, située dans le quartier Zakiyé, au sud de Damas sous prétexte que son propriétaire est un alaouite.
Par ailleurs, l’armée régulière a avorté une tentative d’infiltration de miliciens à travers la frontière avec le Liban à la longueur de la région Adline, dans la province de Homs. Selon l’ambassadeur syrien au Liban, ali Al-Ali, le nombre des insurgés s’élevait à 200. Certains d’entre eux ont été tués et les autres ont rebroussé chemin.
Dans la province d’Idleb, les forces régulières ont détruit une voiture piégée conduite par un kamikaze, dans la région d'Ariha’.
Alep : l’aéroport sécurisé, des centaines de miliciens tués
L'aéroport d'AlepL’agence de presse Asia a assuré que les forces gouvernementales syriennes sont parvenues à sécuriser à 7 km de profondeur l’aéroport international d’Alep qui a fait l’objet de combats intensifs entre les soldats gouvernementaux et les miliciens. Les travaux de réaménagement ont d’ores et déjà été lancés pour une reprise des vols dans les jours prochains.
L'armée syrienne qui se déploie dans les vieux quarteirs d'AlepEn outre, signale le correspondant d’Arabi-press à Alep, des dizaines de miliciens ont été tués et blessés dans la localité de Hayyane, au nord de la ville.
« Des dizaines de voitures volées par les miliciens ont été vues en train de transporter des blessés, dont des miliciens non syriens, à travers le passage frontalier avec la Turquie où des ambulances les attendaient pour les emmener vers les hôpitaux turcs», est écrit sur le site. Une source sécuritaire a assuré que l’artillerie des forces gouvernementales avait auparavant bombardé les repaires des miliciens, alors que les médias de ces derniers ont prétendu que la région a été bombardée par des Scud.
A plusieurs reprises, les autorités syriennes ont nié avoir utilisé ces missiles et défié les insurgés d’en donner la preuve !
Entre 150 et 200 miliciens tués par jour !
Le milicien tunisien tué en Syrie Abou Mousaab al-TounouciLe milicien Abdallah le Tchétchène tué à LattaquiéMardi, une source sécuritaire syrienne avait assuré que plusieurs centaines de tués et de blessés tombent quotidiennement dans les rangs des miliciens takfiristes , syriens et étrangers.
« Entre 150 et 200 miliciens périssent chaque jour dans le gouvernorat d’Alep, dont le quart sont des arabes », a-t-il confié pour le site, signalant que le double de ce nombre périt dans les autres gouvernorats.
Le milicien tunisien Ayman Al-hakiri tué en SyrieToujours selon cette source, le nombre des tués dans leDeux miliciens tunisiens de Sidi Bouzid tués le 13 février dernier en Syries rangs des miliciens s’élève depuis le début de la bataille d’Alep en juillet 2012, à trois mille, dont la majeure partie sont des saoudiens, des Libyens et des Tunisiens.
A cet égard, l’agence tunisienne Tanet Press a révélé les noms de deux miliciens tunisiens tués en Syrie : le premier, connu sous le sobriquet Abou Mousaab al-Tounouci, avait suivi un entrainement en Libye et était un confectionneur de mines et d’engins explosifs.
Alors que le second Ayman al-Hakiri, était connu sous le pseudonyme Abou Maria. Tous deux combattaient dans les rangs du front al-Nosra d’al-Qaida.

http://www.palestine-solidarite.org/actualite.Al-Manar.280213.htm

Partager cet article

Repost0
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 03:17

 

 


Des avocats manifestent leur soutien au gouvernement syrien
.
3 mars 2013

« Appel pour la paix en Syrie »


Voici bientôt deux ans que les pouvoirs publics et les médias occidentaux dirigent un concert d’accusations contre le chef légal et légitime de l’État syrien, contre son gouvernement et contre l’armée de son pays. Ils cherchent ainsi à faire passer la victime pour le coupable, comme ils l’ont fait en Libye, comme il l’avaient fait précédemment pour d’autres États libres et indépendants.


Car des bandes armées illégales, plus ou moins organisées, venues pour certaines de l’étranger, sèment la terreur en Syrie. Quoi de plus normal, pour le régime légal d’un pays, que de combattre une rébellion avec sa police et son armée ? Au regard des principes élémentaires du droit public, seuls garants d’une paix relative entre les nations, ceux qui sont à la tête d’un État n’ont-ils pas précisément pour premier devoir de protéger leur population des agressions intérieures et extérieures ? Le maintien de l’ordre n’est-il pas la première mission de l’État ? Que feraient les gouvernements de nos pays, si une partie de leur population prenaient les armes pour combattre leur gouvernement légitime avec l’aide de pays et de mercenaires étrangers ? Ne feraient-ils pas intervenir leur police et leur armée ? Et démissionneraient-ils sans rien dire comme ils le demandent au gouvernement légitime syrien ?


En vérité la Syrie n’est pas seulement victime d’une agression armée, mais également, de manière évidemment concertée, sur la scène internationale, d’une vaste opération de propagande médiatique d’agitation, de désinformation systématique (certaines images sur la prétendue répression de l’armée régulière n’étant même pas prises en Syrie) et de provocation.


Le but de cette propagande est, au mépris le plus éclatant du droit international, d’encourager l’insurrection, de nourrir une guerre civile, de dénier, par la diabolisation, toute légitimité au pouvoir légal, et de se poser en juge et en bourreau.


Car ce sont bien les mêmes États, leurs serviteurs et leurs alliés (comme les régimes de l’Arabie Saoudite et du Qatar, monarchies absolutistes, sanguinaires et intolérantes pour leurs propres populations autochtones), qui d’un côté se posent en Juges du gouvernement syrien et de l’armée régulière syrienne, et qui de l’autre encouragent, financent et arment les mercenaires, souvent étrangers, qui se livrent aux destructions et aux violences contre la population civile et contre lesquels lutte l’armée régulière syrienne. Les vrais criminels sont ainsi ces gouvernements occidentaux et leurs fantoches d’Arabie Saoudite et du Qatar. Ils ont déclenché, entretiennent et perpétuent cette guerre fratricide. Sans leur intervention et leur aide aux groupes rebelles et mercenaires il y a longtemps que l’ordre aurait été rétabli en Syrie et que les médias occidentaux ne pourraient plus se livrer à leur propagande et à leur macabre décompte quotidien.


Les pouvoirs occidentaux ont profité des vents de révolte qui soufflaient dans certains pays musulmans pour provoquer une rébellion armée dans d’autres pays, dont les dirigeants avaient le seul tort de leur déplaire politiquement pour n’être pas leurs obligés. Ces gouvernements occidentaux, avec certains médias serviles, entendent profiter des situations conflictuelles et difficiles qu’ils ont générées, pour dénoncer les pouvoirs légitimes de ces pays, les discréditer et finalement les combattre militairement. Ils n’hésitent pas pour cela à utiliser le mensonge et la désinformation, rendant systématiquement les pouvoirs en place et leur armée responsables d’exactions commises par les agresseurs extérieurs eux-mêmes.


Ignorants, lâches ou sans scrupules, participent de cette propagande insidieuse, en Europe, au Moyen-Orient et ailleurs, sous la bienveillante attention des États-Unis, des politiciens, des journalistes, des intellectuels, des juristes, tous croyant pouvoir impunément parler au nom du bon droit et du combat du Bien contre le Mal, avec l’arrogante certitude de l’unanimité.


Certitude erronée. Les signataires de la présente, avocats de différentes nationalités, ne prétendent pas s’immiscer dans les affaires intérieures syriennes, mais entendent exprimer, au nom de la seule raison et de l’honneur de l’esprit humain, leur honte et leur réprobation de tels procédés.

 

Nous apportons notre soutien au gouvernement syrien dans sa juste lutte contre l’agression intérieure et extérieure dont il est victime. Nous dénonçons toutes les aides et soutiens extérieurs à ces vauriens, semeurs de troubles et de morts que l’Occident nous présente comme « armée syrienne libre ». Nous nous engageons à tout mettre en œuvre pour aider le gouvernement Syrien à défendre la légitimité de son autorité et à faire la vérité sur cette vaste agression dont la seule victime est son peuple dont, comme il l’a fait précédemment en Irak, en Afghanistan, en Libye, l’impérialisme occidental ose dénoncer la souffrance alors que c’est lui qui en est la cause.


appeldu1ermars2013@outlook.com
1er mars 2013


Premiers signataires


Bruno BARDECHE, avocat au Barreau de Paris, André CHAMY, avocat au Barreau de Mulhouse, Fabrice DELINDE, avocat au Barreau des Hauts-de-Seine, Éric DELCROIX, ancien avocat au Barreau de Paris, Pascal JUNOD, avocat au Barreau de Genève, Henri LAQUAY, avocat au Barreau de Bruxelles, Philippe MISSAMOU, avocat au Barreau des Hauts-de-Seine, Bernard RIPERT, avocat au Barreau de Grenoble, Stefano SUTTI, avocat au Barreau de Milan, Damien VIGUIER, avocat au Barreau de l’Ain.


Contact : appeldu1ermars2013@outlook.com


http://www.silviacattori.net/article4268.html 

Partager cet article

Repost0
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 00:19

VIDÉO. Syrie: Mon Dieu, qu’ont-ils fait de ma Syrie touristique, pacifique et riche ?

 

Publié le 28 février 2013

1

 

Bashar al-Assad ( Photo/SANA)

Bashar al-Assad ( Photo/SANA)

 

Des indices, à consulter en dessous, comme ceux de la Libye avant l’invasion nazie de l’OTAN, prouvent que la Syrie vivait paisiblement, selon les chiffres et les statistiques mondiaux. Bachar al-Assad, en 2009 encore, était certainement le seul chef d’Etat du monde arabe à vivre dans un appartement en plein centre ville, à Damas, et qui conduisait lui même son véhicule (vidéo). Le saviez-vous ? Il s’offrait des bains de foule qui donnaient des sueurs froides à ses services de sécurité.  C'est vrai, note d'eva. Vu dans un reportage sur Arte


 Mais, comme la vermine wahhabo-salafo-terroriste est manipulable, l’Occident qui les combattra bientôt en d’autres lieux et d’autres cieux, leur a fait miroiter des choses grandioses. Hélas, en Syrie, ça ne marche pas vraiment. Demain, vous écouterez les mêmes discours à Rome, lors de la fameuse réunion des amis autoproclamés de la Syrie.

2009. La Syrie au quatrième rang des pays les plus sûrs du monde.
2010. La Syrie au huitième rang des pays touristes au monde.
2011, aucun commentaire (cherchez l’erreur)
2012. La Syrie en tête des Etats les plus dangereux du monde
2013. La Syrie au dixième rang des pays les plus pauvres du monde

Al-Jafari (ONU): « Depuis 3 mois, le Conseil de sécurité fait fi d’ignorer notre déclaration au sujet des terroristes qui sévissent en Syrie ».

 27 février 2013    20:55


Nasrallah: « Le conflit en Syrie est politique et non sectaire »; « La nouvelle au sujet de ma maladie fait partie de la propagande  (..)

 

http://allainjules.com/2013/02/28/video-syrie-mon-dieu-quont-ils-fait-de-ma-syrie-touristique-pacifique-et-riche/

.

 

 

Voir aussi sur mon site officel mes posts,

 

 

.

Voir aussi :

 

La Syrie est le grain de sable à la mise en place du Nouvel Ordre Mondial

 

 

Sur le site d'Allain Jules,

 

 

VIDÉOS. Syrie: Un peuple, une armée et un président unis comme les doigts de la main

by Allain Jules

Malgré la coalition internationale qui veut par tous les moyens assassiner le peuple syrien, malgré ce complot ourdi par l'Occident, le continent qui a produit le plus de monstres et de guerre, ce peuple-là, ne faiblit. Il plie, se courbant parfois avec la douleur dans la chair et dans le coeur, sans rompre. Et que [...]

Lire la suite

 

ARNAQUE. Syrie: Quand Human Rights Watch (HRW) s’en prend uniquement au Gouvernement syrien

by Allain Jules

Comme on pouvait s'attendre, HRW (Human Rights Watch), l'ONG américaine -une étrange coïncidence-, après son silence assourdissant sur le massacre perpétré récemment à Damas et qui plus est, par les amis de l'Occident à Damas, plus de 100 morts, dont une majorité d'enfants puisque deux écoles ont été détruites, et des centaines de blessés, sort [...]

Lire la suite

 

Libye: Comment les islamistes d’Ennhada ont envoyé Baghdadi al-Mahmoudi à la mort

by Allain Jules

L'ex-Premier ministre libyen Baghdadi al-Mahmoudi, emprisonné en Libye depuis juin dernier après avoir été extradé de Tunisie, est dans un état critique en raison des tortures qu'il a subies, a indiqué mercredi à l'AFP son avocat tunisien Mabrouk Kourchid.

Lire la suite

 

ARNAQUE BOKO HARAM. Otages français: La mise en scène était trop belle pour être vraie. Boko Haram dément.

by Allain Jules

A quoi joue la France ? S'amuse-t-elle avec la vie d'une famille en incriminant de façon aussi cavalière la secte islamiste Boko Haram ? Dès la prise des otages le 19 février, sans avoir eu une seule nouvelle viable, le président français accusait déjà Boko Haram. Or, bien avant qu'on ne reçoive, hier, 25 février 2013, la vidéo montrant la famille française [...]

Lire la suite

 

Syrie: Washington prêt à fournir une aide militaire aux rebelles (médias)

Dossier: Situation politique en Syrie

Situation en Syrie
08:29 27/02/2013
MOSCOU, 27 février - RIA Novosti

La Maison Blanche pourrait apporter une aide militaire directe à certaines unités de la dénommée Armée syrienne libre (ASL), rapportent mercredi les médias occidentaux citant des sources diplomatiques européennes comme américaines.

Selon ces sources, l'administration Obama est prête à envoyer des armes non létales à certaines unités de l'ASL qui mène la lutte armée contre les forces fidèles au gouvernement de Damas. Précédemment, une telle aide n'était octroyée qu'à l'opposition politique syrienne.

Cette décision pourrait être adoptée et annoncée jeudi 28 février lors de la visite du nouveau secrétaire d'Etat américain John Kerry à Rome qui accueille une conférence internationale sur la Syrie. Pour le moment, l'octroi de l'aide militaire directe aux combattants anti-Assad doit être concerté avec les pays de l'Union européenne.

Devenue guerre civile, la révolte en Syrie se poursuit depuis mars 2011. Selon différentes sources, le conflit a déjà fait près de 70.000 morts et près de 500.000 personnes déplacées. Les autorités syriennes indiquent qu'elles luttent contre des combattants bien armés bénéficiant d'une aide étrangère. Selon Damas, certains groupes armés sont liés avec le réseau terroriste Al-Qaïda.

 

http://fr.rian.ru/world/20130227/197652147.html

 

 

 

.

Partager cet article

Repost0
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 03:41

Le mode de vie américain : listes des personnes à abattre et torture

Traduction SOTT

Le futur directeur de la CIA, John Brennan et l'un des drones de la CIA qu‘il veut vous faire découvrir
© Inconnu
Le futur directeur de la CIA, John Brennan et l'un des drones de la CIA qu‘il veut vous faire découvrir
Combien d'Américains sont au courant que leur gouvernement a revendiqué le droit de tuer arbitrairement leurs concitoyens quand il le veut, et qu'il peut le faire « légalement », sans aucune preuve que le citoyen en question ait été une menace pour quiconque, et encore moins pour le gouvernement des États-Unis ou ses « intérêts » ?

Combien d'Américains sont au courant que le gouvernement des États-Unis a répondu aux procès intentés par l'ACLU [American Civil Liberties Union - Union des libertés civiles américaines - NdT], contestant de droit du gouvernement des États-Unis à s'adonner à des assassinats ciblés de citoyens américains, en prétextant que c'est une question politique et que les tribunaux et les juges américains n'ont rien à dire à ce sujet (« Il n'existe aucune tribune judiciaire appropriée pour évaluer ces considérations d'ordre constitutionnel ») ? Je ne parierais pas sur beaucoup. Mais c'est précisément ce que le gouvernement américain a fait, selon la divulgation d'un « livre blanc » du ministère de la Justice, non daté et non signé, obtenu par NBC News. Vous pouvez lire ce document ici.

La justification juridique réelle, telle que définie par les avocats du ministère de la justice en 2010, est gardée secrète par le gouvernement, mais le « livre blanc » explique que, non seulement le gouvernement a décidé que les assassinats ciblés sans procédure régulière sont légaux, mais qu'aucune preuve de menace imminente de la part d'une cible n'est nécessaire pour que celle-ci soit considérée comme une menace imminente. (Allez comprendre.)
Sur ce site,

   
Bomb

Thierry Meyssan à propos du dernier attentat terroriste en Syrie

Le gouvernement compte revoir le cadre de la liberté d'expression

Syrie : François Hollande pleure le photographe français, mais pas les petits Syriens

Oscars : l'Iran dénonce « Argo », un film qui fait la publicité de la CIA

Nouvel Ordre Mondial : la Russie s'attaque à ses fumeurs

Au Nigéria, l'aide pour la lutte contre la pauvreté dépensée pour un concert de Beyoncé

 


Partager cet article

Repost0
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 13:27

 

medias-desinformation.jpg

 

 

Vous voulez comprendre l'actualité ? Savoir ce qui se passe réellement ? Découvrir l'envers du décor ? Faites comme moi, délectez-vous en écoutant les infos qui nous viennent de Russie, celles-ci sont d'ailleurs les plus remarquables, et toujours sans publicité ! Je viens de poster ce commentaire :

 

MERCI, vous vous êtes surpassés ! Je relaie sur TOUS mes blogs, peu à peu. Tout y est : Médias de désinformation et de propagande, guerre mondiale en cours (commencée d'ailleurs, comme je le dis toujours, en Yougoslavie), fausses démocraties, programmes de déstabilisation des Etats non-alignés, fondement réel des politiques etc etc. Ca fait du bien de vous écouter ! On ne vous dira jamais assez merci, Chantal Dupille (pseudo eva R-sistons)

 

NB Pas moyen de poster la vidéo, TOUT est fait pas l'Occident pour cacher la vérité; donc je vous joins le lien, il suffit de cliquer sur Journal hebdomadaire.... Attention, le sommaire ne donne qu'une petite idée du formidable programme de cet envoi. C D

 

 

  32:04

25/02/2013 |

 

Bienvenue pour cette nouvelle édition du journal télévisé de La Voix de la Russie. Ce rendez-vous hebdomadaire en français vous présente les actualités russes, françaises et internationales sous l’angle de la réinformation. Contrairement à une vision tronquée et manichéenne de l’information délivrée par le mainstream médiatique français, nous nous efforcerons de vous faire percevoir que la vérité n’est jamais toute entière du même côté…

Au sommaire de cette édition du 25 février 2013 :

  • La hollandie se plait à diviser les Français : est-ce par idéologie ou pour plaire à Goldman Sachs     
  • Les médias français discrédités, et ce sont les Français qui le disent
  • La présidence russe du G20 permettra-t-elle de mettre fin à la guerre des monnaies ?
  • Les Etats-Unis demande à l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord d'aller jouer dans le Pacifique
  • Second colloque franco-russe : Art, Histoire et spiritualité au centre Saint-Paul à Paris
 
En bref et en détail :
  • La démographie russe se porte bien tout en restant russe
  • La Russie célèbre le "Jour du défenseur de la Patrie"
  • Hausse des tarifs de l'électricité à cause de l'Union européenne : pendant que les Bulgares se révoltent les Français payent
  • Fusion de la police et de la gendarmerie, grâce à Valls, c'est une marche funèbre.

 

Partager cet article

Repost0
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 00:40

Le général Wesley Clark explique l'origine des guerres en Irak,Libye et les autres

Lors d'une interview qui a eu lieu le 2 mars 2007, il décrit un mémo qui lui a été montré au Pentagone en 2001, expliquant comment l'Administration américaine envisage de prendre le contrôle de 7 pays en 5 ans : Irak, Syrie, Liban, Libye, Somalie, Soudan, Iran..

 

L'agenda est exécuté méthodiquement. Un grain de sable : La Syrie.. (eva)

 

 

Partager cet article

Repost0
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 00:09

 

Il y aura aussi une Otan économique

Traduit de l'italien par Marie-Ange Patrizio pour Mondialisation.ca

Otan avions visuel
© Inconnu

« Amour pour le peuple italien » : a déclaré le président Obama en recevant à la Maison Blanche le président Napolitano « le lendemain de la Saint Valentin ». Pourquoi tant d'amour ?

Le peuple italien « accueille et héberge nos troupes sur son propre sol ». Accueil très apprécié par le Pentagone, qui possède en Italie (selon les données officielles 2012) 1485 édifices, avec une superficie de 942 mille m2, auxquels s'en ajoutent 996 en location ou en concession. Ils sont distribués en 37 sites principaux (bases et autres structures militaires) et 22 mineurs. En l'espace d'une année, les militaires étasuniens basés en Italie ont augmenté de plus de 1.500, dépassant les mille. Employés civils compris, le personnel du Pentagone en Italie se monte à environ 14 mille unités. Aux structures militaires étasuniennes s'ajoutent celles de l'Otan, toujours sous commandement Usa : comme le Commandement inter-forces, avec son nouveau quartier général à Lago Patria (Naples).

« En hébergeant » certaines des plus importantes structures militaires Usa/Otan, l'Italie joue un rôle pivot dans la stratégie étasunienne qui, après la guerre contre la Libye, non seulement vise la Syrie et l'Iran mais va plus loin, en déplaçant son centre focal vers la région Asie/Pacifique pour affronter la Chine en ascension. Pour impliquer les alliés européens dans cette stratégie, Washington doit renforcer l'alliance atlantique, économiquement aussi. D'où le projet d'un « accord de libre échange Usa-Union européenne », re-proposé par Obama dans la rencontre avec Napolitano. Accord qui obtient l'appui inconditionnel du président italien avant même qu'il ne soit écrit et qu'en soient évaluées les conséquences pour l'économie italienne (surtout pour les PME et les entreprises agricoles). Il s'agit, souligne Napolitano, d'« un nouveau stade historique dans les rapports entre Europe et Etats-Unis, non seulement économiquement mais aussi d'un point de vue politique ». S'annonce ainsi une « Otan économique », fonctionnelle au système politico-économique occidental dominé par les Etats-Unis. Et soutenue par les grands groupes multinationaux, comme la puissante banque étasunienne Goldman Sachs. Le nom est une garantie : après avoir participé à l'arnaque internationale des crédits subprimes et avoir ainsi contribué à provoquer la crise financière qui depuis les Etats-Unis a investi l'Europe, Goldman Sachs a spéculé sur la crise européenne, en instruisant ses principaux clients sur comment faire des sous avec la crise et, immédiatement après, en plaçant au gouvernement en Italie (grâce à Napolitano) son consultant international Mario monti. Dont le gouvernement a immédiatement été garanti par le secrétaire du Pd Bersani comme « digne de foi et à fort grammage technique ». Ce même Bersani, interviewé par America 24, déclare maintenant que, « dans la tradition de gouvernement du centre-gauche de fidélité absolue et d'amitié avec les Etats-Unis, nous sommes absolument favorables à ce que se créent entre l'Europe et les Etats-Unis des mécanismes de libre échange ».

Quels que soient les résultats des élections, l'adhésion de l'Italie à l'Otan économique est assurée.

Les drones US ont tué 4.700 personnes

Un sénateur américain a affirmé que les attaques par drones de la CIA au Pakistan et ailleurs avaient tué 4.700 personnes, un chiffre encore jamais confirmé par le gouvernement, rapporte la presse américaine aujourd'hui.

Le bilan des centaines d'attaques de drones contre des membres présumés d'Al-Qaïda au Pakistan, au Yémen et dans d'autres pays est un secret d'Etat bien gardé, le gouvernement américain refusant d'évoquer publiquement les détails de ce programme.

Mais le sénateur républicain Lindsey Graham, ardent défenseur de ce type d'actions militaires, a publiquement -et peut-être involontairement - donné un chiffre mardi, lors d'une réunion publique dans son Etat. "Nous en avons tué 4.700″, a-t-il dit, selon le site local Easley Patch, en Caroline du Sud (sud-est).
.

Partager cet article

Repost0
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 07:23
Dimanche 17 février 2013

 

 

PalmyreOn pouvait malheureusement s’y attendre. Les sites archéologiques syriens sont le point de mire des rebelles. Le patrimoine culturel de la Syrie, héritage d’une histoire millénaire, est la partie la plus vulnérable mais aussi la plus attrayante pour les destructeurs du pays arabe. Complètement indifférents à la valeur qu’ont les sites et les pièces de collection aux yeux des Syriens mais aussi pour les personnes un tant soit peu civilisées, les rebelles sont en train de faire des ravages pour en tirer quelque profit. L’Irak a été pillé en son temps sous l’œil complice des troupes d’occupation. C’est désormais au tour de la Syrie. « Certains jours nous sommes des combattants et d’autres, nous sommes archéologues », déclare ironiquement dans un entretien au Washington Post un jeune rebelle de 27 ans originaire de la ville d’Idlib. Comme lui, d’autres rebelles interrogés par le quotidien d’Outre-Atlantique ont admis la contrebande d’antiquités, officiellement pour financer leur lutte contre le gouvernement de Bachar el-Assad.

 

Toujours selon le Washington Post, des dizaines d’œuvres ont disparu en quelques mois à peines. Pis, certaines sont irrémédiablement endommagées. Parmi les objets volés, une statue en or datant de l’époque araméenne (VIIIème siècle avant l’EC) provenant du musée d’Hama et désormais inscrite sur les tablettes d’Interpol. Plus grave encore, des mosaïques byzantines de la cité romaine d’Apamée, près d’Alep, ont été retirées au bulldozer.

 

Ceci n’est pourtant que la partie émergée de l’iceberg, et quand on sait tout ce que la Syrie recèle en matière de patrimoine (Palmyre, les châteaux des croisés, les sites pré-phéniciens, les villes de Damas et Alep, etc.), on peut facilement imaginer que les contrebandiers y trouveront leur compte.

 

Il existe, selon le Washington Post, de véritables équipes de fouilles composées de jeunes dont la mission est de trouver dans les sites archéologiques de l’or, des statuettes, des mosaïques, et tout ce qui peut avoir une valeur marchande, fut-ce au prix d’irréparables déprédations. La destination principale des œuvres volées est la Jordanie, où la contrebande est favorisée par le flux quotidien de quelque 2.000 réfugiés. « Tous les jours, nous sommes contactés pour acheter de l’or syrien, des mosaïques syriennes et des statuettes syriennes », a confirmé un antiquaire d’Amman. « Damas est vendue ici à Amman, pièce par pièce ».

 

La contrebande syrienne rappelle ce qui est survenu durant l’invasion de l’Irak par les États-Unis, car la Jordanie était également considérée comme un point de passage obligé pour les trésors volés. « Il est encore trop tôt pour comparer la situation en Syrie avec ce qui s’est passé en Irak », a dit Nayef Al Fayez, ministre du tourisme et des antiquités de Jordanie, « mais quand il y a des problèmes de sécurité, les sites archéologiques en sont les premières victimes. Et nous nous attendons à ce que ces événements se multiplient ».

 

L’UNESCO n’a pas été en mesure pour le moment de quantifier l’ampleur des pillages et des détériorations du fait de la difficulté d’accéder aux sites historiques dans un pays en proie à des attaques terroristes. Le krak des chevaliers, l’un des plus beaux châteaux inscrit au patrimoine de l’humanité, a été exposé à des tirs et à des bombardements. Les anciens souks d’Alep sont partis en fumée et la ville de Bosra, jadis capitale de la province romaine d’Arabie, a subi également d’importants dommages.

 

« Les gens peuvent nous condamner et nous traiter de voleurs », commente Abou Majed, un déserteur âgé de 30 ans qui dirige les chemins de la contrebande dans le sud du pays, « mais parfois, on doit sacrifier le passé pour garantir le futur ». Du fanatisme à la barbarie, il n’y a qu’un pas.

 

Capitaine Martin

 

 

Liste complè

 

.

Partager cet article

Repost0
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 07:25

Le président syrien Bachar al-Assad assistera bien au défilé du 14 juillet à Paris © Siavash Habibollahi / MAXPPP Le président syrien Bachar al-Assad assistera bien au défilé du 14 juillet à Paris © Siavash Habibollahi / MAXPPP

Programme politique de la République arabe syrienne
Déclaration du gouvernement syrien pour résoudre la crise en Syrie


mercredi 13 février 2013, par Comité Valmy

Dans cette déclaration le gouvernement syrien adopte les mécanismes et les phases exécutoires du programme politique que Monsieur le Président Bachar Al-Assad, Président de la République Arabe Syrienne, a lancé pour résoudre la crise en Syrie dans son discours du 6 janvier 2013. Dans le programme politique que nous vous présentons ici sont notifiés tous les détails de l’initiative syrienne pour résoudre la crise politiquement par une direction syrienne et avec la participation de tous les syriens qui tiennent à de l’avenir de leur pays.



DÉCLARATION GOUVERNEMENTALE

Pour la mise en œuvre du programme
politique pour résoudre la crise

Sur la base du mandat du Président de la République arabe syrienne à développer des mécanismes et des mesures exécutives du gouvernement pour résoudre la crise politique en Syrie, le Conseil des ministres lors des séances spécifiques tenues, les 8 et 9/1/2013 annonce ce qui suit :

1) Adoption du programme politique pour résoudre la crise en Syrie (jointe à la présente déclaration), qui montre les tâches que le gouvernement syrien exécute, avant l’adoption de la Charte nationale par le peuple, après avoir convenu à la conférence de dialogue national et de garantir mettre l’accent sur le pluralisme politique, et les Principes fondamentaux sur la souveraineté, l’unité et l’intégrité territoriale de la Syrie et l’unité de son peuple, et le rejet de toute ingérence extérieure, renoncer à la violence et au terrorisme sous toutes ses formes.

2) La formation d’un groupe de travail interministériel présidé par le Premier ministre et les membres :

• Vice-Premier Ministre chargé des Affaires économiques.
• Le Ministre des Transports.
• Le Ministre de l’Information.
• Le Ministre de l’Industrie.
• Le Ministre de la Justice.
• Ministre d’État pour la réconciliation nationale.
• Ministre d’État pour les Affaires du Croissant-Rouge.
• Ministre d’État pour l’Assemblée du peuple.

Pour la mise en œuvre des conséquences de ce gouvernement dans le programme politique joint.

3) Inviter les États et les parties régionales et internationales concernées avec les groupes armés à cesser de les financer, armer et d’abriter, et appeler ces groupes armés à s’engager à cesser immédiatement la violence dans toutes ses formes afin d’arrêter l’effusions de sang, et pour préserver la nation, son unité, la souveraineté et l’indépendance, et à faciliter le retour des Syriens qui ont quitté à cause des événements dans leurs lieux d’origine. Une fois l’engagement des groupes armés et leurs commanditaires à mettre fin à la violence et aux diverses opérations d’approvisionnement militaires, arrêter les opérations militaires sur le territoire de la République arabe syrienne avec la rétention de l’armée et des forces armées de leur droit d’autodéfense, la défense des citoyens et des biens publics et privés.

4) Inviter la communauté internationale, tous les organes, organismes et états en vue de soutenir la solution politique de la crise en Syrie, et la lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes, et l’engagement à mettre en œuvre les résolutions des Nations Unies concernés, y compris l’embargo sur les armes à des groupes terroristes et à cesser de les soutenir financièrement et politiquement et dans les médias.

5) Mandater le Ministère des Affaires étrangères et des immigrés à faire des contacts régionales et internationales afin de clarifier cette initiative et appeler à la soutenir et effectuer des consultations sur le mécanisme qui peut être appliqué pour surveiller la mise en œuvre de ce qui précède, en particulier le contrôle des frontières, d’autant plus que l’initiative était fondée sur les principes et objectifs de la Charte des Nations Unies et la loi international et la déclaration de Genève du 30/06/2012.

6) Mandater les commissions gouvernementales spécialisées à tenir des réunions intensives pour accélérer la réalisation des plans de soins ambulatoires nécessaires pour faire face aux effets des événements, en particulier les réparations des dommages causées par les opérations de sabotage terroriste sur les utilités publiques et la réhabilitation des infrastructures dans les secteurs de l’énergie, de l’eau et d’autres secteurs, et de fournir les produits de consommation, lutter contre le monopole, régler la situation économique, prendre des décisions aux demandes des touchés par les événements et de les compenser et de régler la situation des personnes déplacées à l’intérieur à l’étranger.

7) Mandater la Commission suprême de secours à fournir des aides humanitaires et à faciliter leur accès aux bénéficiaires en collaboration avec les activités civiles et les organisations de la société civile et les organisations internationales compétentes à l’intérieur et à l’extérieur Syrie.

8) Mandater le Ministère d’État pour la Réconciliation nationale pour appuyer les initiatives nationales lancées dans certaines provinces et les généraliser aux départements du pays.

9) Mandater le Ministère de la Justice, en coordination avec les autorités compétentes à prendre les mesures nécessaires pour accélérer les procédures de renvoi devant la justice, et prendre les décisions des procès examinés en raison des événements, et de libérer les prisonniers qui n’ont pas été prouvés coupables, et de résoudre la situation de tout ce qui a relâché son arme de la main sur aux autorités compétentes et ne pas faire de poursuite en conséquence.

10) Inviter l’opposition nationale à l’intérieur et à l’étranger et tous les partis politiques, les dirigeants et les mouvements politiques et les autres composantes de la société syrienne, à s’engager dans un dialogue ouvert afin de préparer avec le groupe gouvernemental pour tenir une conférence de dialogue national, après avoir fourni des garanties suffisantes pour ceux qui souhaitent entrer dans le pays et au séjour et au départ sans exposition.

11) Disposer toutes les mesures nécessaires pour tenir une conférence de dialogue national visant à développer la Charte nationale, qui définit les paramètres du système constitutionnel, judiciaire et le profil politique et économique de l’État.

12) L’adoption du peuple de la Charte nationale par un référendum, qui termine la mission du gouvernement actuel, et forme un gouvernement élargie avec des larges pouvoirs exécutifs suivant les dispositions de la Constitution représentant les composants de la société syrienne, qui sera chargé de la formation d’une assemblée constituante chargée de rédiger une nouvelle constitution, mettant en œuvre ce qui a été convenu dans le dialogue national et alors le projet de la constitution sera exposé à un référendum pour l’approbation. Le gouvernement ensuite adopte ce qui a été convenu lors de la conférence des lois pour achever leur émission, conformément à la nouvelle constitution, le gouvernement organisera des élections législatives sur la base de la nouvelle loi électorale, après la formation d’un nouveau gouvernement, et tenir une conférence de réconciliation nationale et émettre l’amnistie générale pour les crimes commis pendant les événements, tout en conservant les droits civiles à leurs possesseurs respectifs.

Le gouvernement invite le grand peuple syrien avec tous ses composants pour soutenir ce programme, et la contribution sérieuse à sa mise en œuvre pour sauver la nation et la protection de ses destinées, et conjurer les dangers qui l’assaillent.


Le programme politique pour résoudre la crise

Partant des principes et objectifs de la Charte des Nations Unies, le droit international, des résolutions des Nations Unies et la déclaration de Genève du 30/06/2012 qui met l’accent sur le maintien de la souveraineté et l’indépendance des États et l’unité et l’intégrité territoriale, la non-ingérence dans les affaires intérieures des États et la croyance en la nécessité du dialogue entre les fils la Syrie sous une direction syrienne et afin de façonner l’avenir politique en Syrie démocratique fondé sur le pluralisme politique, et afin de créer un environnement sûr et stable, fondée sur la cessation de toutes les formes de violence, le programme politique pour résoudre la crise en Syrie sera comme suit :

I - la phase préparatoire :

1. L’engagement de tous les États et parties régionales et internationales pour arrêter le financement, l’armement et l’hébergement des groupes armés.

2. L’engagement de tous les groupes armés pour un arrêt immédiat de la violence sous toutes ses formes.

3. L’engagement de l’Armée et des Forces armées d’arrêter les opérations militaires, sauf en cas d’autodéfense et la défense des citoyens et des biens publics et privés.

4. Créer un mécanisme pour s’assurer de l’engagement des parties à cesser la violence et le contrôle des frontières.

5. Faciliter l’accès de l’assistance humanitaire aux bénéficiaires.

6. Lancer la réhabilitation des infrastructures et le versement des indemnités aux citoyens touchés.

7. Fournir les garanties nécessaires aux citoyens syriens qui ont quitté le pays en raison des événements, et de faciliter leur retour dans les points frontaliers.

8. Fournir des garanties à toutes les forces d’opposition syriens à entrer dans le pays d’y rester, et le départ sans exposition à elles, afin de participer au dialogue national.

9. Mandater le Ministère de la Justice, en coordination avec les autorités compétentes de prendre les mesures nécessaires pour accélérer les procédures de renvoi en justice et prendre des décisions aux procès traités devant elle en raison des événements, libérer les prisonniers qui n’ont pas été prouvés coupable, et de résoudre la situation de tout ce qui a relâché son arme de la main aux autorités compétentes et ne pas faire de poursuite en conséquence.

10. Le gouvernement fera des contacts intensifs avec les partis de l’opposition nationale et toutes les forces politiques et la société civile, y compris les organismes sociaux et religieux, et pour commencer directement les dialogues économiques ouverte pour la préparation d’une conférence de dialogue national global.

II- la phase de transition qui commence à la fin de la phase préparatoire et comprend ce qui suit :

1. le gouvernement ordonne de convoquer à une conférence de dialogue national qui a pour objectif de formuler une charte nationale qui prend en charge les éléments suivants :

A. Respect de la souveraineté de la Syrie et l’intégrité et l’unité territoriale et de son peuple.

B. Rejet de toute forme d’ingérence étrangère dans les affaires syriennes.

C. Renoncer à la violence et au terrorisme sous toutes ses formes.

D. Ébaucher l’avenir politique de la démocratie en Syrie et s’entendre sur le système constitutionnel et judiciaire et les caractéristiques politiques et économiques, sur la base du pluralisme politique et de prééminence du Droit, et de faire respecter le civil état, et mettre l’accent sur l’égalité des citoyens sans distinction de race, de religion et de l’espèce humaine, et la liberté d’expression et le respect des droits de l’homme et la lutte contre la corruption et le développement de la gestion, et de se mettre d’accord sur des nouvelles lois sur les partis, les élections, et l’administration locale, les médias de l’information, et ce qu’on se convient lors de la conférence.

2. Exposer la Charte nationale à un référendum pour approbation.

3. La formation d’un gouvernement avec d’élargis pouvoirs exécutifs suivant les dispositions de la Constitution où les composantes de la société syrienne sont représentés, et ce gouvernement sera chargé de la formation de l’Assemblée constituante pour rédiger une nouvelle constitution conformément à ce qui a été convenu lors du dialogue national sur le système constitutionnel et judiciaire et les caractéristiques politique et économique de la Syrie renouvelable.

4. À la fin de travail de l’Assemblée constituante le référendum sera sur le projet de constitution pour l’approbation par le peuple.

5. Après l’adoption de la Constitution, le gouvernement élargi adopte les lois convenues lors du dialogue en vue de les émettre, conformément à la nouvelle constitution.

6. effectuer des élections parlementaires en fonction de la nouvelle loi électorale et en conformité avec les dispositions de la Constitution.

III – 3e Phase :

1. Former le nouveau gouvernement, conformément à la nouvelle constitution.

2. Convoquer une conférence de réconciliation nationale visant à rétablir l’unité entre les citoyens syriens sur la base de concepts éthiques et nationales qui ont caractérisé le citoyen syrien.

3. Une amnistie générale pour les crimes commis pendant les événements et la libération de détenus à cause de cela et cesser de poursuivre quelconque des citoyens à la suite de ces événements, tout en conservant les droits civils de leurs propriétaires respectifs.

4. Compléter et d’accélérer les travaux de réhabilitation et de reconstruction de l’infrastructure et l’indemnisation des citoyens touchés par les événements.

Mercredi 13 février 2013

Source : République arabes syrienne - Ministère de l’Information

 

   http://www.comite-valmy.org/spip.php?article3210

 

.

 

         Coordination pour la souveraineté de la Syrie et contre l’ingérence

- Communiqué du 11 février 2013     
         Pour un dialogue patriotique et de paix  conforme aux intérêts objectifs du peuple
         http://www.comite-valmy.org/spip.php?article3204

 

Le rassemblement de la Résistance en marche

14 février 2013, par Comité Valmy

dimanche 10 février 2013
Résistance. En février 1943, le préfet Jean Moulin devient de fait le seul représentant permanent du général de Gaulle et du Comité national pour l’ensemble du territoire métropolitain. Délégué général du chef de la France combattante, il a comme mission de rassembler les mouvements de la Résistance intérieure pour qu’ils travaillent tous main dans la main.  Alors que les ralliements se multiplient, le Général juge nécessaire de renforcer les pouvoirs de Jean Moulin alia « Rex (...)

 

 

 

RIAD AHMAD

..

Vers une sortie de crise négociée en Syrie?

http://www.alterinfo.net/Vers-une-sortie-de-crise-negociee-en-Syrie_a86781.html

 

 

.

.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche