Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 14:12

 

L'effroyable vérité dans cette vidéo :

A voir absolument ! eva 

 

 

 

 

 

Des citoyens américains expliquent pourquoi le monde les déteste. Les vrais terroristes, semant partout souffrances, ruines, morts dans le monde, sont Américains ! Cette vidéo dit tout en mots simples, elle accuse - il faut la voir en entier ! Eva

 

.

. http://a1.idata.over-blog.com/434x331/1/04/56/21/IMAGES-2010/terroristes-usa-gi-americains.jpg

http://a1.idata.over-blog.com/434x331/1/04/56/21/IMAGES-2010/terroristes-usa-gi-americains.jpg

 

.

http://www.ubest1.com/?page=video/34170/Des-citoyens-américains-expliquent-pourquoi-le-monde-déteste-les-États-Unis#null

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 03:44

La Henry Jackson Society de Londres publie son plan pour une invasion de la Syrie

 

 

27 décembre 2011 (Nouvelle Solidarité) – La Henry Jackson Society de Londres, un think tank de l’impérialisme libéral britannique, vient de publier son plan pour une invasion anglo-américaine de la Syrie. Une telle opération, pour laquelle tous les moyens sont actuellement mis en œuvre par Londres, précipiterait le monde vers un conflit nucléaire entre les Etats-Unis et la Russie.

 

La HJS a été fondée à Cambridge en 2005 par des membres de l’establishment impérialiste britannique et leurs disciples néo-conservateurs américains.


Dans leur scenario, les partisans de Scoop Jackson (un sénateur américain va-t-en-guerre de la période Maccarthyste) proposent à l’OTAN ou à une coalition anglo-franco-americano-turque, de commencer par une campagne de frappes aériennes préventives afin de neutraliser les défenses antiaériennes de la Syrie, suivie d’opérations réduites au sol.

 

Le SAS britannique et les forces spéciales des Etats-Unis, de Turquie et du Qatar se déploieraient en coordination avec les forces rebelles pour établir une « zone de sûreté en Syrie » – une « Benghazi syrienne » – servant de base d’opérations pour les insurgés et où seront installés des équipements de cryptage et de télécommunication, notamment pour diffuser des programmes radio et télé « Syrie libre ».

 

En ce qui concerne la justification légale de l’attaque, la HJS suggère : « Une résolution de l’ONU critiquant simplement le régime Assad pourrait toujours être utilisé comme prétexte à une intervention ».

 

Mais comme la Russie et la Chine bloqueraient toute décision du Conseil de sécurité, poursuit le document, l’Assemblée générale de l’ONU pourrait invoquer la résolution 377A d’« Union pour le maintien de la paix » utilisée en 1950 pour autoriser le recours à la force en Corée malgré le véto soviétique.


Evidemment, le rapport affirme que les risques sont quasiment nuls car l’armée syrienne est faible, vieillissante et démoralisée ; il suffira d’empêcher l’infiltration de forces du Hezbollah côté libanais et de forces chiites côté irakien. En outre la HJS affirme que la Russie ne s’engagera pas militairement en cas de conflit, la présence de ses navires de guerre n’étant qu’une « posture symbolique » visant à dissuader l’OTAN ; Affaibli par la contestation et faisant face à la 6ème flotte américaine, Poutine ne s’engagera pas dans « une épreuve de force militaire internationale ». La HJS promet tout au plus des « désagréments géopolitiques » ; une simple « pression américaine, britannique et européenne devrait être exercée sur le Kremlin pour qu’il retire ses forces navales de Syrie ». Et l’on promet que le renversement du régime Assad « sera vraisemblablement accueilli avec reconnaissance ».


Il s’agit donc de précipiter les dirigeants occidentaux dans un conflit mondial en leur faisant miroiter, comme en Irak et en Afghanistan, une opération facile pour aller tuer un méchant, à la veilles d’élections où tant Obama que Sarkozy sont en manque de popularité. Et le grand problème, c’est que l’alliance anglo-américaine est déjà à pied d’œuvre en Turquie pour déclencher ce scénario. Mais comme ce fut le cas en Libye, une intervention en Syrie (et aussi en Iran) serait impossible sans les forces américaines, le plus court chemin pour enrayer cette escalade vers un conflit mondial est d’évincer le président narcissique fou qu’est Obama.

 

http://www.solidariteetprogres.org/La-Henry-Jackson-Society-de-Londres-publie-son-plan-pour-une-invasion-de_08439

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 02:12

http://www.achblog.com/admin/img/images/11415642100.jpg

http://www.achblog.com/admin/img/images/11415642100.jpg

 

Sur le site du Conseil des Relations Étrangères (CFR)

"les opposants à une action militaire contre l'Iran supposent qu'une frappe contre l'Iran serait beaucoup plus dangeureuse que de laisser Téhéran fabriquer une bombe.  Selon un planificateur de la Défense au Pentagone, une attaque soigneusement planifiée pourrait au contraire atténuer des conséquences éventuelles et libérer le monde d'une menace inacceptable."

 

article de janvier/février 2012...

 

Source:http://www.cfr.org/iran/time-attack-iran/p26875

 

Foreign Affairs - iran

 

Time to Attack Iran
Why a Strike Is the Least Bad Option

Author:
Matthew Kroenig

January/February 2012
Foreign Affairs

 

Opponents of military action against Iran assume a U.S. military strike would be far more dangerous than simply letting Tehran build a bomb. Not so, argues this former Pentagon defense planner. With a carefully designed strike, Washington could mitigate the costs—or at least bring them down to a bearable level—and spare the region and the world from an unacceptable threat.

 

Subscribe to Foreign Affairs for only $32 -- that's 45% off the newsstand price!

View article at Foreign Affairs.

 

.

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 01:41

La guerre de l’Iran doit précéder les guerres civiles européennes

Voici ce qu’écrivait Jean Lombard, historien chartiste, en 1984 : « Si l’on permet le déclenchement de la Troisième Guerre mondiale, la dévastation sera si considérable que les Internationalistes en arriveront à prétendre que seul un Gouvernement Mondial soutenu par une force de police internationale permettra de résoudre les différents problèmes nationaux et internationaux, rendant impossible de nouvelles guerres. Cet argument paraîtra logique à de nombreuses personnes… » (J. Lombard, La face cachée de l’histoire moderne, p. 553)

Oui, tout le plan vise cet unique objectif : imposer un Nouvel Ordre Mondial avec sa Religion Universelle… le culte de Lucifer ! Le 14 juillet 1889, Albert Pike déclarait par exemple aux 23 Suprêmes Conseils du monde (les chefs de la Franc-Maçonnerie universelle) : « la véritable et pure religion philosophique est la croyance en Lucifer ». (“The Freemason” du 19/1/1935)

Ce n’est pas tout du Plan poursuivi depuis 1871, sans résistance apparente. Le 15 août 1871, Albert Pike confia à Mazzini qu’une fois les Trois Guerres mondiales réalisées, ceux qui aspirent à mettre sur pied une “Domination Mondiale Incontestée” -un Gouvernement Mondial Planétaire- provoqueront le plus grand cataclysme social que le monde n’ait jamais connu.

“Nous allons lâcher, libérer les nihilistes et les athéistes et, nous allons provoquer un formidable cata-clysme social final qui, dans toutes ses horreurs, démontrera aux nations, l’effet d’un athéisme absolu, (…) Par la suite, la multitude, désillu-sionnée avec la Chrétienté (…) sans pourtant savoir à qui exprimer son adoration, recevra alors la vraie lumière à travers la manifestation universelle de la pure doctrine de Lucifer”.

Et pour provoquer des guerres civiles européennes, il est plus facile d’attaquer plusieurs pays ayant une même monnaie que s’en prendre à chacun d’eux, si par exemple, l’arme monétaire est l’instrument de déstabilisation choisi…

 
58 Comments

Publié par le 28 décembre 2011 dans Non classé

 

LA GUERRE SECRETE DU PETROLE, de Pierre Fontaine

Extrait de l’ouvrage LA GUERRE SECRETE DU PETROLE, de Pierre Fontaine, écrit il y a une quarantaine d’années.

Le pétrole est un symbole, celui de la colonisation occulte des pays dépourvus de sources énergétiques indispensables au travail des hommes. Il est à la base de la plupart des transformations de matières diverses engendrant d’autres trusts d’importance moindre. Ceux qui en captèrent la production et la commercialisation sont devenus plus puissants que les gouvernants issus du suffrage universel ; ils sont dangereux et mal connus.

Les premiers pétroliers (américains) pensèrent essen­tiellement à un « business » international. En accaparant les sources et le commerce du pétrole, ils ne visaient que le monopole commercial d’un produit devenant, par la motorisation, de plus en plus indispensable au monde à un cours imposé par eux sans tenir compte du prix de revient. Feu J. D. Rockefeller, le créateur du business, jouissant d’un revenu QUOTIDIEN d’entre trois et quatre millions de francs. Les pétroliers britanniques se lancè­rent sur la même piste que leurs confrères d’outre-Atlan­tique pour le même objectif, avec les mêmes discutables méthodes, mais en liant leurs intérêts aux intérêts généraux du Royaume-Uni. Politique bientôt imitée par les pétroliers américains. En contrôlant la quasi-totalité des sources de pétrole éparses à travers le monde, Américains et Britanniques supervisaient l’activité économique des nations dépourvues de gisements du précieux carburant. Le pétrole remplaçait avantageusement les troupes d’occupation et les protectorats visibles.

Le 1er Reich voulut secouer, le premier au monde, le joug pétrolier anglo-saxon en cherchant, avec les Turcs, le pétrole mésopotamien. Cette tentative aboutit à la guerre de 1914. Et le monde retomba sous l’emprise pé­trolière américano-britannique.

 

Ce livre donne l’origine indiscutable de la guerre de 1939 dont le prélude était de faire rentrer le pétrole soviétique dans le giron pétrolier anglo-saxon. Aujourdhui, phase plus dramatique pour Londres et Washington, le pétrole soviétique prépare sa revanche et, tout comme le pétrole adverse, il est aussi teinté de politique. […]


Qui donc a préconisé la recherche du pétrole en France AVANT celle du Sahara ? Je crois être l’un des premiers et l’un des rares à l’avoir conseillé. Avec l’Algérie indépendante, où nous retrouvons-nous en matière pétrolière ? Pourquoi la France, à défaut de pétrole, se désintéresse-t-elle de ses roches pétroligènes ?

 

Quels partis politiques se penchèrent, en un demi-siècle, sur le problème d’indépendance économique sans laquelle l’indépendance politique n’est quun leurre ? Ce silence destiné à maintenir le pays dans la dépen­dance des profits étrangers (sachant rétribuer les concours intérieurs) ne put être imposé qu’avec la collabo­ration de gouvernants, pusillanimes parfois, incompétents peut-être, mais le plus souvent employés inféodés. Ce qui revient à dire que la véritable indépendance nationale fut délibérément monnayée : la vassalité entraîne la complicité de guerre.

 

Les trusts pétroliers n’ont pas seulement l’exclusivité dune matière première, ils détiennent aussi une extraordinaire puissance finan­cière particulièrement dangereuse dans les régimes à ir­responsabilité totale des politiciens et des grands commis.


M. Guy Mollet, président du conseil en 1956-57, ne me démentira pas. Plouto-démocrates, les gouvernements an­glais et américain soutiennent leurs pétroliers leur ame­nant lappui de leur emprise économique corruptrice. « La Standard Oil fera pour les Etats-Unis ce que la Royal Dutch-Shell fait pour la Grande-Bretagne », est une  phrase pétrolière « historique ». […]


Toutes les recherches en dehors de l’orbite anglo-saxonne furent systématiquement sabotées. En France surtout ! Alors, au moment où elle devenait puissance pétrolière avec le Sahara, le Gabon, tout craqua et la France se retrouve comme avant, sous la dépendance du carburant étranger. Aucun hasard, ni « sens de l’histoire » dans l’opération, une implacable politique des pétroliers tout simplement, annoncée par nous bien avant sa réalisation.


Cette pesante sujétion anglo-saxonne dura plus d’un demi-siècle sur le monde. Est-elle terminée ou sur le point de l’être avec l’accession de l’U.R.S.S. au deuxième rang de producteur mondial de pétrole ? La vieille Europe occidentale, accaparée par les jeux de l’agio et se vau­trant devant le veau dor dispensateur de ses commodités sans songer aux lendemains de sa descendance, tombera­ t-elle dans le piège de la moderne motorisation à l’excès pour se trouver, un jour, devant de beaux jouets sans produits pétroliers pour les animer ? Le pétrole, nouvel esclavagiste des peuples sans idéal, peut-il de­venir un facteur de chantage et de troubles plus efficace qu’une guerre ? En France, oui et tout demeure possible dans le domaine pétrolier quand les questions économi­ques NON RÉGIES PAR DES LOIS FIXES sont sou­mises au bon plaisir des hommes de passage de la poli­tique. Or, si l’on fit une loi pétrolière pour le Sahara et pour le Mali, on se garda bien d’en promulguer une pour la  métropole, afin que le pétrole demeurât une matière dépendant du fait du prince dont la prévoyance et la clairvoyance ne sont pas les qualités maîtresses.


Le pétrole est entre les mains de sociétés bancaires et il englobe une partie de l’industrie par le raffinage, les transports spécialisés, les pipelines, les appareils de recherche et de distribution, la pétrochimie. Directement et indirectement, il est devenu la plus extraordinaire affaire mondiale. Si le pétrole anglo-saxon venait à sauter, tout un système international s’effondrerait. Moscou le sait bien, Washington et Londres ne l’ignorent pas. Mais les Français préfèrent twister sur le volcan. La perte de l’Algérie-Sahara en contrôle direct d’une source pétrolière affaiblit considérablement les positions françaises, car, seule, une économie indépendante en carbu­rants pourrait maintenir la France à l’écart d’un litige au règlement inéluctable. Malheureusement, la masse tenue dans l’ignorance volontaire des causes n’a pas acquis le sentiment des réalités qui conditionnent son exis­tence. Dans très peu d’années, il sera trop tard.


A cinquante années de carences volontaires et de ser­vage succède l’irréalisme de technocrates et de politiciens combinards. Le pétrole existe EN FRANCE sous diffé­rentes formes ; l’essence de pétrole n’est ni indispensable ni le meilleur des carburants. Nous pouvons nous créer une autonomie de ressources énergétiques et ne plus dé­pendre des apports extérieurs. Puisque le pétrole est une question de guerre ou de paix, au public à réfléchir avec ces nouveaux arguments qui s’étagent d’hier à demain.


Extrait introduction de LA GUERRE SECRETE DU PETROLE – 15 € franco de port

LIESI – BP 18 – 35430 CHATEAUNEUF

 
33 Comments

Publié par le 28 décembre 2011 dans Non classé

 

Trader Noé – Analyse du 28 décembre 2011

L’Iran menace de fermer le détroit d’Ormuz en cas de sanctions contre les exportations pétrolières Iraniennes.
Le responsable iranien cité par l’agence officielle Irna précise également que 40 % du trafic maritime pétrolier mondial passe par ce détroit.
Il y a quelques jours, nous avions rédigé un article en précisant que le support 100 sur le Brent et 90 sur le Crude Oil étaient  très importants.
Nous constatons que l’Arc présent sur les indices se terminent. Or un Arc inversé est bien présent (en formation) sur les indices pétroliers ! (pour une envolée, c’est probablement la raison pour laquelle nous évoquions les 2.6 euros/l à la pompe et peut être plus).
Ajoutez à cela des nouvelles géopolitiques (bruits de bottes) et vous obtiendrez probablement une validation parfaite courant 2012, peut être dès le printemps (environ).

Tant que le cours évolue au-dessus de 99 pour le Brent, nous surveillerons les résistances 115 et la zone 126-130 et 148 (pic atteint en juillet 2008). Surveillerons dans un premier temps 99 et 115 pour déterminer le sens et la formation de cet Arc.

Comme nous l’évoquions la semaine dernière, les indices E-mini SP 500 et Future CAC 40 manquent vraiment de dynamisme. Les points proposés hier restent d’actualité.

Quand nous abordions l’or hier, nous parlons essentiellement de l’achat de physique sur les prochains supports. Ces achats permettront de préserver les économies actuelles.

J’avais lu un article et vous en fais part (les sources sont à vérifier) “Pendant la seconde guerre mondiale, certains témoins prétendaient que l’or s’échangeait à plus de 55.000 dollars l’once au marché noir. D’autre part, le prix de l’immobilier au mètre carré en France était de l’ordre de 0.2 once. Aujourd’hui il est d’environ 9 onces (prix moyen) et plus dans les villes comme Paris !”

Dernièrement je lisais également le livre du PR. Antal Fekete (Le Retour au standard OR -page 224) il mentionne: “Les lecteurs devraient également stocker nourriture et médicaments, car avec une crise de cette nature, il n’y aura plus une pharmacie d’ouverte, ni de stations service”.

Nous proposerons donc une liste des médicaments essentiels établie par des médécins généralistes.

 
41 Comments

Publié par le 28 décembre 2011 dans Non classé

 

Immobilier en 2012 : pas de fumée sans feu

2011 a vu les prix de l’immobilier poursuivre leur marche en avant (notamment à Paris et en Ile-de-France). Qu’en sera-t-il en 2012 ? Selon la FNAIM, pourtant généralement peu encline à délivrer ce genre d’annonce, ce pourrait bien être l’année d’un véritable retournement du marché. Le phénomène est déjà visible en province et l’on s’attend à le constater tarir en Ile-de-France.

En dévoilant la 25ème édition de son observatoire des prix de l’immobilier, la Fédération nationale des agents immobiliers semble en effet avoir retenu les leçons du passé et n’a donc pas hésité à évoquer un « début d’effet de crise ». Pour la Chambre Paris Ile-de-France de la FNAIM, de nombreux signaux annonciateurs d’un tel retournement sont en effet aujourd’hui clairement visibles. L’un d’eux est l’accroissement progressif du stock de biens mis sur le marché (une hausse de près de 25% du nombre de mandats étant attendue) ainsi qu’un allongement de la durée moyenne d’une vente. S’il ne fallait que 38 jours pour finaliser une transaction au second semestre 2010, 60 jours sont aujourd’hui nécessaires pour qu’un logement parisien change de main. La FNAIM dit craindre également  « un blocage des achats dans l’ancien ».  Selon Pierre-Antoine Menez, vice-président de la FNAIM Paris Ile-de-France, « avec la suppression du prêt à taux zéro, il est à craindre que l’on assiste à un blocage pour les primo-accédants et les ventes dans l’ancien ». (Source : Diagnostic Expertise)

 
60 Comments

Publié par le 27 décembre 2011 dans Non classé

 

Trader Noé – Analyse du 27 décembre 2011

Les derniers propos de Christine Lagarde sont rassurants:
“L’économie mondiale est dans une situation dangereuse, à un tournant très dangereux, c’est la récession en Europe et sa crise financière crée une crise de confiance d’ampleur internationale qui menace d’entrainer le reste du monde”.

Et dire que l’Arc est juste en train de se terminer, nous observerons les effets l’année prochaine.

Le Future CAC 40 évolue toujours au-dessus de son pivot mentionné la semaine dernière tout comme l’indice E-mini SP 500.
Cependant ce dernier manque de dynamisme avec une très importante zone de résistances successives à 1275-1280-1290 points.

Les agences de notation sont bien silencieuses et pourraient peut être s’exprimer prochainement. Restons très attentifs.

Surveillons également le Gold spot proposé hier, ainsi que les différents supports.
De même la correction sur le Silver spot avait été proposé à plusieurs reprises en commençant à Pâques.
Tant que l’évolution se fait sous les 32 euros, il faudra surveiller les supports 27.5-25 et peut être moins vers 23. A chaque support, il serait intéressant d’acheter à nouveau quelques pièces, plus abordables que l’or. Pourtant certains spécialistes estiment que le ratio Or/Argent devrait être de l’ordre moyen de 16.
Alors en supposant que le Gold spot soit à 3000 dollars l’once à terme, cela signifierait l’once d’argent à 3000/16= 187.5 dollars l’once.
Bien sur, actuellement il est difficile de trouver de l’argent et nous l’avions déjà constaté dès mai-juin les prix proposés à la vente étaient tout de suite majorés de 20 % et plus.

 
36 Comments

Publié par le 27 décembre 2011 dans Non classé

 

On tourne en rond…

Nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer Jürgen Stark, l’économiste en chef démissionnaire de la Banque centrale européenne (BCE). Sa retraite ne l’empêche nullement de s’exprimer et de garder sa ligne de défense : L’Europe doit régler ses problèmes toute seule et réduire sa dépendance envers les marchés de capitaux par une politique budgétaire conséquente”. Dans un entretien accordé à Die Welt, il vient de mettre en garde les responsables de la zone euro contre la mobilisation du Fonds monétaire international (FMI) pour soulager la crise de la dette. Selon l’Allemand, en mêlant le FMI à ses problèmes, l’Europe risque de s’exposer outre mesure aux intérêts des autres pays. Dans la pratique je ne vois aucun autre Etat en dehors de la zone euro qui aurait besoin de cet argent (du FMI). C’est une tentative de contourner l’interdiction du financement direct des Etats par les banques centrales en Europe, a encore critiqué M. Stark, qui était déjà un fervent opposant des rachats d’obligations souveraines par la BCE.

 
3 Comments

Publié par le 27 décembre 2011 dans Non classé

 

Mystère de Noël

Par Menthalo -  C’était au milieu de nulle part dans le Caucase, à peine un hameau perché dans la montagne, dont les pauvres masures n’avaient plus de vitres. Quand les murs n’étaient pas couverts d’un mauvais crépi, tombant par plaques, on voyait qu’ils étaient faits de pierres sèches parfaitement ajustées selon une technique très ancienne . La route se terminait là, devant une église des premiers âges de la chrétienté, dont les fidèles avaient du être massacrés par les “jeunes turcs”, sur ordre du Grand Orient. Une porte posée sur des tréteaux rustiques tenait lieu de table et la famille qui vivait là offrait un thé très noir aux visiteurs étrangers pour une aumône dans une monnaie 100 fois dévaluée. Depuis que le “Grand Frère” russe s’était recentré sur lui même, le pays allait à-vau-l’eau. Les centrales thermiques étaient en berne 3 mois sur 4, faute de devises pour payer le gaz des Perses voisins. Le pays était retombé dans un système mi-féodal mi-mafieux entre clans familiaux et seigneurs de la guerre, désordre encouragé par le Cartel, “diviser pour mieux régner”. Au “Café de Paris” d’Erevan, les oligarques venaient prendre un thé en convois de 4×4 noires, pleins de miliciens sur-armés. J’étais venu voir un ingénieur de mes amis, qui reprenait des laboratoires de l’ère soviétique, après avoir passé 7 ans à travailler avec Jacques Benvéniste sur “la mémoire de l’eau”. Etrange que quelques années plus tard, je produise l’argent colloïdal d’Eau Positive, non ? Les voies du Seigneur …

Alors, “Oui hélas !”,  à mon plus grand dépit, l’un de vous à trouvé la bonne réponse.

Mea culpa, comme un sot, je n’avais pas fait attention au nom de l’image, un mauvais jeu de mot où apparaissait le mot “thé”. Cela réduisait le champs de recherche pour ceux qui avaient cliqué sur l’image pour l’agrandir. De la théière au samovar, il n’y avait qu’un pas à franchir, aisé pour les voyageurs et les littéraires. Ensuite, avec l’aide de google, les pistes  se réduisaient à trois, ce que je n’avais pas vu au départ, n’ayant pas fait de recherche sur wikipédia. Voilà leur définition du “samovar” :

Un samovar  est un ustensile pour faire du thé en Russie, en Perse, en Arménie  orientale ainsi que dans la diaspora arménienne et dans quelques autres pays. L’objet aurait été inventé au début du XVIIIe  siècle dans l’Oural. Le mot vient du russe samovarit qui signifie « qui bout par soi-même ».

Traditionnellement, le samovar a une partie centrale qui contient le charbon destiné à chauffer l’eau. La partie basse est remplie d’eau, tandis que la petite théière du haut fait bouillir un thé noir très fort. De nos jours, les samovars sont  électriques, mais l’utilisation générale reste la même.

Le thé que l’on tire de la théière doit être allongé avec l’eau chaude qui se trouve en dessous et versé dans une tasse.

Caralmera, qui a proposé “samovar” et “Arménie” dans les toutes premières réponses a donc gagné….

J’étais, vous l’imaginez, bien aussi dépité que furieux contre moi même… mais l’esprit de Noël aidant, je lui ai pardonné. Il faut savoir perdre avec élégance. Caralméra a donc gagné mon estime et un “Léopold de 20 frs or”. Voici, ci-dessous la photo du samovar avant découpage sous photoshop.

Merci à tous pour vos réponses qui m’ont beaucoup amusé. J’espère que vous avez eu le même plaisir. Amitiés à tous.

 
77 Comments

Publié par le 26 décembre 2011 dans Non classé

 

Trader Noé – Analyse du 26 décembre 2011

La majorité des marchés sont fermés ce lundi 26 décembre.
L’EURUSD évolue toujours à proximité de son support des 1.3030. La rupture des 1.3025 déclencherait probablement une correction vers les supports 1.285 et 1.245. Sous ces niveaux l’EURUSD pourrait se rapprocher des 1.21 puis 0.99.
Pour échapper au premier scénario, il faudrait que la parité rebondisse sur les 1.3030 et parvienne à franchir les résistances 1.315 et 1.32.
La tendance de fond reste baissière comme pour les indices européens. Désormais il ne reste plus que 4 jours pour éviter la chute des indices. Pour cela il faudrait que le CAC 40 dépasse les 4100 points (soit environ +34 %) ce qui est impossible.
L’ARC est bien présent et nous connaitrons ses effets l’année prochaine.

Nous avions anticipé la correction du Gold spot lors des ruptures des 1850 et dernièrement 1700 dollars l’once environ. Il serait intéressant d’attendre un retour vers les supports 1540-1500 et peut être moins si cassure il y a, pour acheter quelques pièces de Napoléon.
Logiquement, le point bas est assez proche car lorsque les indices s’écrouleront, les institutionnels délaisseront les actions et obligations d’états pour les valeurs refuges (Or, Argent, Matières Premières et Or noir avant les conflits au Moyen Orient).

 
19 Comments

Publié par le 26 décembre 2011 dans Non classé

 

Le cadeau virtuel de la BCE aux populations

Nous voilà rassurés pour la fameuse année 2012, que les insiders ont pris le temps d’annoncer comme catastrophique, ou tout particulièrement importante dans leur calendrier occulte. Citons à titre d’exemple le film 2012 qu’il serait bon de revoir dans cette perspective… juste avant les JO de Londres…

Pourquoi devons-nous donc être rassurés ?

Parce que la Banque centrale européenne (BCE) vient d’ouvrir son guichet aux banques, avec un prêt particulièrement attractif à 1 % d’intérêt su trois ans. La presse commente que le geste très généreux des banquiers centraux européens aidera ces pauvres banques européennes à affronter 2012 où elles auront besoin de  578 milliards d’euros, dont près de la moitié au premier trimestre.

Afin de faire passer la pilule, on explique que cette manne permettra aux banques de mieux assurer du crédit aux particuliers et aux entreprises, et de faire leur métier pour garantir la croissance de demain.

En outre, on affirme que ce plan merveilleux donnera plus de moyens aux banques PRIVEES pour sous-traiter la mission interdite à la BCE et consistant à racheter sur les marchés de la dette souveraine des Etats européens, ce qui fera baisser les taux. [Et si tel était le cas, les banques continueraient à placer ces titres dans les portefeuilles d'assurance-vie ou autres produits annoncés comme "extraordinaires".]

Certes, c’est la période du Père Noël, mais de nombreux adultes n’y croient plus… et ils ont raison.

Partager cet article

Repost0
28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 03:33

http://www.the-savoisien.com/blog/public/img12/fallofrome.jpg

http://www.the-savoisien.com/blog/public/img12/fallofrome.jpg

 

Comment Londres

est à l’œuvre en Syrie

 

26 décembre 2011 (Nouvelle Solidarité) – Le drame qui se joue actuellement en Syrie n’est pas local mais international, car c’est un des foyers d’instabilité créé par l’oligarchie financière britannique pour déclencher un conflit mondial. A l’heure où l’empire financier offshore de la City de Londres est au bord de l’effondrement, ce sont bien diverses agences britanniques qui sont à l’œuvre pour forcer l’opinion mondiale à soutenir la destruction de la nation syrienne, quoi que l’on pense de son régime actuel.

Comme le révèle le site d’information de la gauche américaine Huffington Post, « pour la première fois, une société de collecte de renseignements “mainstream” basée aux Etats-Unis même, remet en question la ligne éditoriale sur la Syrie ». Agence privée basée au Texas, Stratfor vient en effet de publier un rapport où sur la base d’une série d’exemples étayés, il conclut que « la plupart des dénonciations faites par le Conseil national syrien (CNS) se sont avérées grossièrement exagérées ou tout simplement fausses, révélant ainsi plus la faiblesse de l’opposition que le niveau d’instabilité au sein même du régime syrien ». Le rapport mentionne aussi comme acteur de cette propagande l’Armée syrienne libre et l’Observatoire des droits de l’homme, et explique que « les forces de l’opposition ont intérêt à évoquer des massacres imminents, espérant ainsi engendrer les mêmes conditions qui ont conduit à une intervention militaire en Libye ».

Ainsi, l’Observatoire syrien des droits de l’homme, organisme basé à Londres, est non seulement la seule source de tous les médias internationaux lorsqu’ils évoquent le bilan totale des affrontements en Syrie, mais il est aussi la source des chiffres annoncés par le Haut Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme. Et cet « Observatoire » est à son tour alimenté par une autre officine londonienne, le Strategic Research and Communication Center présidé par Ausama Monajed, un opposant syrien adopté par le MI6 et choyé par le Project Democracy américain. Ce qui laisse à penser, selon l’ancien agent de la CIA Phil Giraldi, que les bilans chiffrés des victimes civiles en Syrie émanent en fait directement des services britanniques.

D’autre part, la multiplication des attentats, sabotages et attaques contre les services de sécurité syriens démontrent la présence de troupes entraînées à la guérilla et approvisionnées en armes depuis l’extérieur. Grande-Bretagne, France et Etats-Unis sont à l’œuvre côté turc pour former et ravitailler les combattants syriens : « ils utilisent le printemps arabe et les manifestations comme couverture, comme ils l’ont fait en Libye », a déclaré Paul Craig Roberts, ancien officiel de l’administration Reagan. « Ce ne sont pas des protestions spontanées et dans un Etat autoritaire comme la Syrie, on n’est pas censé trouver une opposition capable de s’armer militairement ». D’ailleurs, et ce n’est plus un secret puisque les grands journaux en font état, de nombreux rebelles libyens sont à pied d’œuvre en Syrie.

Comme l’ont rapporté l’envoyée spéciale du Figaro, qui s’est infiltrée au sein de l’Armée syrienne libre, et plusieurs autres journalistes, parmi les Libyens présents l’on trouve Mahdi al Hatari et Adem Kikli, les lieutenants d’Abdelhakim Belhaj, le dirigeant d’Al Qaida Libye utilisé par les Occidentaux pour renverser le régime libyen et devenu depuis commandant militaire de Tripoli. Belhaj était le chef du Groupe des combattants islamistes libyens (GCIL), un groupe terroriste « made in Britain » né dans les années 90 en Afghanistan puis fondu au sein d’Al Qaida.

http://www.solidariteetprogres.org/Comment-Londres-est-a-l-oeuvre-en-Syrie_08433

 

À lire ou voir aussi...

 

 

Noël : notre mobilisation internationale

contre la guerre qui rôde

 

A l’heure où tout le monde a le nez dans la dinde, c’est l’histoire de l’humanité qui se joue. Avec l’imminence de l’effondrement financier et depuis l’assassinat extra-judiciaire de Kadhafi, le monde est précipité vers la guerre par une alliance anglo-américaine dans laquelle la France sert de caniche éclaireur. Les politiques de changement de régime en Syrie et de frappes préventives contre l’Iran servent de déclencheur pour provoquer un conflit entre les puissances nucléaires de l’OTAN et celles du monde Asie-Pacifique. Des deux côtés de l’Atlantique et sur les cinq continents, notre mouvement est mobilisé pour identifier le véritable ennemi — l’empire monétaire en faillite de la City de Londres et de Wall Street —, éviter le pire et faire se lever une résistance.

Pendant les « fêtes » des centaines de milliers de tracts sont distribués par nos militants et sympathisants en Allemagne, aux Etats-Unis, en Italie, en Argentine, au Mexique, en Belgique, en Australie, en Suède, au Canada, etc.

 

http://www.solidariteetprogres.org/sp_HP-Guerre.php

 

artoff8439.jpg?1324998564
27 décembre 2011 - Brèves
artoff8438.jpg?1324980545
27 décembre 2011 - Brèves
artoff8437.jpg?1324976875
27 décembre 2011 - Brèves
artoff8433.jpg?1324917405
26 décembre 2011 - Brèves
artoff8432.jpg?1324903589
26 décembre 2011 - Brèves
artoff8431.jpg?1324726772
24 décembre 2011 - Déclarations de Lyndon LaRouche
artoff8430.jpg?1324659828
23 décembre 2011 - Brèves
artoff8427.jpg?1324641224
23 décembre 2011 - Brèves
artoff8423.jpg?1324543110
22 décembre 2011 - Brèves
artoff8420.jpg?1324481823
21 décembre 2011 -
artoff8417.jpg?1324468376
21 décembre 2011 - Brèves
artoff8413.jpg?1324396199
20 décembre 2011 - Brèves
artoff8411.jpg?1324389351
20 décembre 2011 - Brèves
artoff8408.jpg?1324372878
20 décembre 2011 - Déclarations de Lyndon LaRouche
artoff8405.jpg?1324305871
19 décembre 2011 - Brèves
artoff8404.jpg?1324216856
18 décembre 2011 - Brèves
artoff8398.jpg?1323955347
15 décembre 2011 - Brèves
artoff8393.png?1323885684
15 décembre 2011 - Brèves
artoff8392.jpg?1323883513
14 décembre 2011 - Brèves
artoff8391.jpg?1323877286
14 décembre 2011 - Brèves
artoff8388.jpg?1323785040
13 décembre 2011 - Brèves
artoff8387.jpg?1323781049
13 décembre 2011 - Brèves
artoff8382.jpg?1323619417
11 décembre 2011 - Brèves
artoff8381.jpg?1323610239
11 décembre 2011 - Brèves
artoff8380.jpg?1323532311
10 décembre 2011 - Brèves
artoff8379.jpg?1323521367
10 décembre 2011 - Brèves
artoff8376.jpg?1323426948
9 décembre 2011 - Brèves
artoff8373.jpg?1323338227
8 décembre 2011 - Brèves
artoff8372.jpg?1323334885
8 décembre 2011 - Brèves
artoff8370.jpg?1323263334
7 décembre 2011 - Brèves
artoff8363.gif?1323165382
6 décembre 2011 - Interview
artoff8360.jpg?1323085234
5 décembre 2011 - Brèves
artoff8359.jpg?1323080955
5 décembre 2011 - Brèves
artoff8358.jpg?1322941143
3 décembre 2011 - Brèves
artoff8355.jpg?1322824802
2 décembre 2011 - Brèves
artoff8354.jpg?1322820089
2 décembre 2011 - Brèves
artoff8352.jpg?1322763178
1er décembre 2011 - Brèves
artoff8342.jpg?1322669678
30 novembre 2011 - Brèves
artoff8341.png?1322643480
30 novembre 2011 - Brèves
artoff8340.jpg?1322642122
30 novembre 2011 - Brèves
artoff8335.jpg?1322561094
29 novembre 2011 - Brèves
artoff8333.jpg?1322501873
28 novembre 2011 - Brèves
artoff8332.jpg?1322492486
28 novembre 2011 - Brèves
artoff8324.jpg?1322251237
25 novembre 2011 - Brèves
artoff8319.jpg?1322161768
24 novembre 2011 - Brèves
artoff8315.jpg?1322130923
24 novembre 2011 - Brèves
artoff8309.jpg?1322037710
23 novembre 2011 - Brèves
artoff8308.jpg?1321960781
22 novembre 2011 - Brèves
artoff8306.jpg?1321908691
22 novembre 2011 - Brèves
artoff8302.jpg?1321879642
21 novembre 2011 -
artoff8300.jpg?1321802767
20 novembre 2011 -
artoff8297.jpg?1321795601
20 novembre 2011 - Brèves
artoff8295.jpg?1321708631
19 novembre 2011 - Brèves
artoff8289.jpg?1321620804
18 novembre 2011 - Brèves
artoff8288.jpg?1321614739
18 novembre 2011 - Brèves
artoff8287.jpg?1321613039
18 novembre 2011 - Brèves
artoff8282.jpg?1321538300
17 novembre 2011 - Brèves
artoff8281.jpg?1321534337
17 novembre 2011 - Brèves
artoff8280.jpg?1321525982
17 novembre 2011 - Brèves
artoff8277.jpg?1321462238
16 novembre 2011 - Brèves
artoff8276.jpg?1321459808
16 novembre 2011 - Brèves
artoff8275.jpg?1321451592
16 novembre 2011 - Brèves
artoff8272.jpg?1321364928
15 novembre 2011 - Brèves
artoff8271.jpg?1321354085
15 novembre 2011 -
artoff8269.jpg?1321347319
15 novembre 2011 - Brèves
artoff8265.jpg?1321283126
14 novembre 2011 - Vidéos
artoff8263.jpg?1321120041
12 novembre 2011 - Brèves
artoff8257.jpg?1320931823
10 novembre 2011 - Brèves
artoff8252.gif?1320841209
9 novembre 2011 - Brèves
artoff8249.jpg?1320762375
8 novembre 2011 - Brèves
artoff8246.jpg?1320750411
8 novembre 2011 - Brèves
artoff8243.jpg?1320679929
7 novembre 2011 - Brèves
artoff8242.jpg?1320668584
7 novembre 2011 - Brèves
artoff8239.jpg?1320502003
5 novembre 2011 - Brèves
artoff8238.jpg?1320486668
5 novembre 2011 - Brèves
artoff8236.jpg?1320427931
4 novembre 2011 - Brèves
artoff8235.jpg?1320414535
4 novembre 2011 - Brèves
artoff8219.jpg?1320075276
31 octobre 2011 - Brèves
artoff8205.jpg?1319719599
27 octobre 2011 - Brèves
artoff8192.jpg?1319623817
26 octobre 2011 - Brèves
.
VOIR  AUSSI sur le site alterinfo :

Partager cet article

Repost0
24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 15:05

 

 

 

PostHeaderIcon Ben Fulford – Urgent – Arrêter le NOM- Ils planifient de faire la 3ième guerre mondiale

Traduction de la vidéo de Benjamin Fulford par Louise

J’ai subi plusieurs attentats sur ma vie.  Les personnes qui ont essayé de me tuer, incluant Henry Kissinger, Georges Bush senior David Rothschild de Genève Ok!


En plus des gens qui sont maintenant à la source des problèmes aux États-Unis sont Frank Carlucci, James Baker, Georges Soros, Sbignew Brezinski, Thimothy Geithner, Ok!  Ces personnes sont des meurtriers et des criminels.  Vous devez les arrêter, ils ne doivent pas rester libres, c’est important!!!


Ils planifient de faire la 3ième guerre mondiale et d’assassiner des milliards de personnes.  

David Rothschild à Genève! Ne pense pas être en sécurité dans ton château! Tu ne le seras  pas!!!  Nous savons où vous êtes et qui vous êtes!!!

Il y a aussi le pape Benoit XVI, abuseur d’enfants, qui va mourir bientôt et ce sera un bon débarras!

Il y a aussi plusieurs nuisances au pouvoir qui devraient perdre leurs places, car ils empêchent la progression de l’humanité, ils retiennent les progrès technologiques depuis des centaines d’années et plus.  Ils veulent éliminer quatre milliards de personnes  et démarrer la 3ième guerre mondiale.  Présentement, en Iran et en Syrie, les gens se disent <<Ge>>, je ne sais pas quoi faire?  Voyons, c’est juste une poignée de vieillards!  Pourquoi! Vous américain, ne les mettez-vous pas en prison??

Je veux vous dire que présentement, il y a une menace sur le Japon, il y a un bateau avec des armes nucléaires près des côtes du Japon.

Si le Japon est encore attaqué par un ¨Tsunami nucléaire¨¸ parce qu’alors j’ai entendu dire qu’il y aurait des représailles, qu’ils vont couler une large formation rocheuse aux iles Canaries, ce qui causerait un Tsunami de 300 pieds de hauteur qui frapperait la côte Est des États-Unis, qui inclurait New York, Washington et Miami.

Vous devez prévenir cette tragédie!!  Vous devez arrêter ces criminels!!
Nous savons qui ils sont :  D. Rockefeller, Georges Bush, n’oubliez pas les bandits à Chicago qui contrôlent Obama, n’oubliez pas non plus Benjamin Netanyahu!

Et je veux dire autres choses, je veux dire au peuple juif : Vous qui craignez Dieu, vous êtes de bonnes personnes qui se font rouler par des bandits, Ok!

Le drapeau Israélien devrait être le « Menorah«  mais! C’est la famille Rothschild qui à créé Israël, ils adorent Lucifer, ils adorent Satan, ils n’adorent pas Yahvé, ils ne sont pas de vrais juifs, leur vrai nom est Bauer, ils vous utilisent et vous faites des fous de vous-mêmes en les suivant dans leurs plans.

Levez-vous! Et arrêtez ces criminels qui ont pris le pouvoir de votre société.  Ce n’est pas une plaisanterie!  Il y a suffisamment d’évidences pour que chacun en voie les preuves.  N’importe qui, qui fait un peu de recherche, il y a une abondance de documents et de faits prouvés.  


C’est bien connu, les criminels qui contrôlent depuis des centaines d’années le système financier planifient un génocide!!!

Ils doivent être arrêtés !  Nous allons les arrêter!  Ceci est une déclaration de guerre!!!!!
Vous m’entendez??  David Rothschild! Ok!  Vous n’êtes plus en sécurité!!  Nous sommes fatigués de vos meurtres et de vos jeux!!!

J’ai entendu dire qu’Evelyn Rothschild la chef de la famille, se cache dans son château en Angleterre…Bien! Evelyn! Dite à votre famille de s’écraser! Assez, c’est assez!!!  Pas de génocide!!!  Votre famille est en danger, à moins qu’elle ne cesse ses atrocités!!!  Le temps est terminé!!!

Je n’aime pas avoir un visage en colère à l’approche de Noël, ça devrait être un temps où nous avons un boom de possibilité la plus riche de l’histoire de notre civilisation.  Nous avons la technologie pour reverdir les déserts, nous pouvons remplir les océans de poissons, nous pouvons avoir la paix mondiale, et ce qui nous bloque, ce sont c’est quelques douzaines de vieillards!!!!

S’il vous plaît!  Arrêtez-les!!!!!  Qu’arrive- t-il avec vous, nous pourrions avoir la paix dans le monde, nous pouvons avoir toutes les bonnes choses et nous sommes bloqués par un petit groupe de vieillards!!!!  Au plus 60!!!  Nous devons sauver la planète!!!  Merci!

Une dernière chose à dire…Ce n’est pas d’attraper les méchants, et cela ne l’a jamais été, mais ils essaient de s’en sauver!!! En m’accusant, de menaces de mort, de prendre des drogues et de tuer des gens partout….

Vous savez!! Ils ont tué plus de gens que n’importe qui dans l’histoire, ils sont responsables des deux plus grandes guerres et aussi pour l’holocauste.  Ils ont tué J.F. Kennedy, Martin Luther King, John Lennon, Michael Jackson!!!  En plus des leaders partout sur la planète.  Ils sont les pires types de bandits et de criminels et ils ont conduit les États-Unis à devenir une république de bananes et ils essaient de rendre l’Europe en dictature fasciste.

Et tout ce qu’ils ont comme arme c’est l’illusion, c’est de la monnaie de singe qui n’est pas appuyé sur aucune valeur réelle.  Nous allons leur couper l’argent et les mettre en prison!!!  Ils doivent se rendre!!!


Nous pouvons avoir la paix, la prospérité et nous pouvons augmenter la longévité.  Nous pouvons nous débarrasser de ce cauchemar, cela dépend de nous!!!!!

Chacun qui écoutez ce message, faites ce que vous pouvez, souvenez-vous que nous sommes un million contre un et dans les endroits les plus infestés au moins cent contre un!!!
Arrêtez ces criminels, ceux près de vous et sauvez cette planète…Merci!

Kim Jong Il a été tué samedi dernier dans une bataille majeure ici en Asie.  La famille Rothschild et leurs amis veulent le voir remplacer par son fils King Jong Un qui est un playboy éduqué en Suisse et ils espèrent que celui-ci va suivre leurs ordres en échanges de belles femmes et de belles voitures et d’autres jouets…

Mais!  Il y a une chance pour le peuple de créer des alliances financières et de retrouver l’indépendance.  Ils ont été artificiellement divisés, de façon à garder le contrôle de force en Europe.  Il n’est pas nécessaire que les Coréens soient divisés.  Unis, ils seront et une des plus grandes force sur la terre.  Il y a une chance pour la paix dans la péninsule Coréenne et bien sûr une chance pour un « boom«  qui n’a jamais été vu dans cette région du monde.  Au même moment, le réseau d’agents Nord Coréen au Japon a été démantelé et arrêté.  Le Japon veut devenir libre du contrôle des forces étrangères.  C’est une chance pour les deux pays d’établir des relations amicales et prospère.  N’oubliez pas, les Rothschild ont besoin des guerres pour maintenir leur contrôle et nous garder dans la merde.  Il n’est pas nécessaire de lutter un contre l’autre, nous pouvons avoir une paix mondiale.  C’est une chance d’arrêter le pouvoir des armes, nous ne devons pas leur donner la chance de nous garder sous leur contrôle.

L’humanité peut se libérer elle-même!!! La bataille à commencé!!! Nous devons lutter sur tous les fronts jusqu’à ce que le monde soit en paix et mettre une fin à la pauvreté et à l’épuisement de l’environnement et nous pouvons accomplir cela, c’est une question de mois!!!!         

Nous serons libérés de ces meurtriers!!! C’est déjà commencé !!!!      

Ben Fulford
.
Note d'eva : Je ne partage pas certaines analyses du post de Larouche. D'accord avec le début - mais pas avec la suite. Obama est dangereux, va-t-en guerre (pour le compte de l'Oligarchie anglo-saxonne), certes, mais son remplaçant - surtout républicain, surtout Sarah Palin - le serait autant. Eva
 

Intervention spéciale de Lyndon LaRouche face au risque de guerre

24 décembre 2011 (Nouvelle Solidarité) – Hier soir, Lyndon LaRouche est intervenu en direct sur la chaîne internet de son Comité d’action politique pour mobiliser dirigeants et citoyens autour de cette double guerre économique et militaire qui s’empare du monde et dont l’issue est en train de se jouer. Voici la traduction de ses propos, suivie de la vidéo en anglais (les intertitres ont été ajoutés par nous).


>>> Noël : notre mobilisation internationale contre la guerre qui rôde


Lyndon LaRouche : Nous sommes au bord de ce qui doit être appelé la Troisième Guerre mondiale, une guerre thermonucléaire dont la cible principale sont la Russie et la Chine. Elle est sur le point d’être déclenchée par une opération sur l’Iran censée engager Israël ; rien n’est sûr, mais c’est ce qui est prévu pour lancer cette guerre.

Voici le véritable enjeu : le système économique mondial est en cours de désintégration ; on ne sait pas quelle forme cela peut prendre mais c’est en train d’arriver. Le but est d’éliminer deux nations : la Russie et la Chine ; un processus impliquant des armes nucléaires et thermonucléaires, et qui est déjà en cours. Une fois la guerre déclenchée, probablement par un incident en Iran ou quelque chose de la sorte, Israël sera partie prenante dans ces hostilités, ce qui déclenchera un conflit à plus grande échelle, une guerre mondiale thermonucléaire. Les Etats-Unis, les pays européens, la Russie, la Chine, etc. sont sur le point d’entrer dans cette guerre.

 

L’arrière-plan de la guerre est l’état de faillite du monde, et particulièrement de la région transatlantique : l’Europe, les Etats-Unis, ainsi que les pays d’Amérique du Sud, etc. Cette guerre est en marche depuis la guerre illégale d’Obama en Libye, dont le but était de jouer le rôle de déclencheur pour un conflit bien plus vaste et qui, avec l’extension du conflit à la Syrie et à l’Iran, implique la Russie, en devenant ainsi la cible principale. La Russie se prépare à cela, elle est la première puissance nucléaire, et il y a la Chine de ce côté. La possibilité de mener un tel conflit dépend de la capacité militaire et nucléaire des Etats-Unis ; des pays européens possèdent l’arme nucléaire mais n’ont pas la profondeur d’arsenal que nous avons ici. Donc l’essentiel du fardeau pour lancer une guerre thermonucléaire dépend des capacités américaines, notamment ses forces navales présentes dans l’est méditerranéen et dans le Golfe Persique, afin d’engager les cibles principales que sont la Russie et la Chine, ainsi que d’autres.

Evincer Obama pour éviter la guerre

Cet état de fait signifie que si Obama était évincé, sur la base de sa folie reconnue qui tombe sous le coup de la section 4 du 25ème amendement, la guerre serait terminée. Mais s’il reste à son poste, il est fort probable que ce conflit thermonucléaire aura lieu. Voilà où nous en sommes.

D’autre part, et beaucoup de bêtises sont dites là-dessus, le monde transatlantique est en faillite. Du point de vue américain, cette banqueroute est devenue inéluctable en 2007 avec le début des plans de renflouement. Depuis lors, l’ensemble de la région transatlantique – les Etats-Unis et l’Europe – sont pris dans une crise hyperinflationniste. A ce point-ci des choses, et avec les règles actuelles, la dette accumulée avec les renflouements depuis 2007 ne vaut absolument plus rien. Et aucun pays européen, avec un tel niveau de dette ne pourra jamais s’en sortir ; il en est de même pour les Etats-Unis, l’Europe n’étant qu’un cas légèrement plus grave.

Donc si nous évincions le président des Etats-Unis grâce à la section 4 du 25e amendement de la Constitution – avec ses nombreuses violations de la loi, un destitution est également possible – il est quasi certain que cette guerre serait enrayée : si les forces armées américaines ne sont pas engagées en soutien de cette politique de guerre nucléaire orchestrée par l’Empire britannique, alors il ne pourrait pas mener cette guerre.

Ainsi, le sort de l’humanité repose sur l’espoir qu’Obama soit évincé – ou bien suspendu puis évincé. Que ce soit pour sa folie ou pour ses crimes, il faut absolument l’écarter ou bien l’on verra le monde glisser vers l’enfer. Mais tant qu’il sera président, il n’y a rien qui laisse entrevoir une autre voie que la guerre. Le commanditaire ? Les Britanniques ! Nous avons eu deux présidences Bush et maintenant nous avons Obama : ces douze années de destruction nous ont mené où nous en sommes, avec le concours de ce processus hyperinflationniste engagé avec les politiques de renflouement dès l’automne 2007.

Procédure de mise en faillite financière

Il y a des remèdes : d’abord, mettre le système international en faillite ; une procédure de mise en faillite ! Les Etats-Unis doivent rétablir la loi Glass-Steagall, de concert avec d’autres pays, notamment en Europe où certains pays songent à le rétablir. Sous l’effet de Glass-Steagall, la majeure partie des dettes des européens, des Etats-Unis et d’autres, seront effacées. Car avec cette loi, les dettes de jeu, qui constituent la majeure partie de l’endettement, seront simplement effacées des livres de comptes ! Il n’y a pas d’autre solution. Effacer cette dette, effacer les renflouements, signifie que les Etats-Unis, et l’Europe si elle s’y joint, seront en position de réorganiser leurs finances pour créer un nouveau système bancaire hamiltonien et organiser ainsi la reprise avec d’autres pays. Pensez au fait que toutes ces dettes de Wall Street, de la City de Londres, des renflouements, ne valent absolument rien ! Rien ni personne ne pourra jamais les rembourser. La seule solution est donc pour eux d’avoir cette guerre, d’en sortir vainqueurs grâce aux Etats-Unis, puis d’annuler toutes leurs dettes pendant que la population mondiale aura été réduite considérablement, notamment par les famines qui auraient eu lieu de toute façon.

Notre objectif n’est donc pas simplement de stopper la guerre – ce n’est que la première étape – , mais aussi d’enrayer cette dépression mondiale ; Et c’est là qu’il faut un plan pour une reprise économique mondiale, laquelle est tout à fait possible.

Par exemple, nous avons aux Etats-Unis un projet majeur prêt à être lancé : NAWAPA, l’Alliance nord-américaine pour l’eau et l’énergie, qui serait décisif pour déclencher une reprise vaste et rapide de l’économie américaine basée sur des emplois productifs, pas des petits boulots, et des nouvelles industries dans un programme façon New Deal de Roosevelt. L’Europe, et d’autres pays nous rejoindraient dans de tels projets.

Puisque Obama n’est pas près d’abandonner sa folie – il y est trop attaché – il faut le virer, tout en s’assurant qu’il ne soit pas tué car nous voulons absolument éviter le facteur chaos. C’est le précédent à une reprise.

Mais le problème dans une reprise économique, c’est que depuis les assassinats de John F. Kennedy et de son frère Robert, il y a eu un affaissement de l’économie dans lequel notre pays a perdu son caractère : il faut donc aujourd’hui se débarrasser de cette politique verte. Par exemple, la situation alimentaire aux Etats-Unis et en Europe est très mauvaise, et tant que l’on aura la prédominance de cette politique verte, nous verrons des morts en séries des deux côtés de l’Atlantique : la pénurie de nourriture sera sans commune mesure. Des mesures doivent être prises dès maintenant pour l’éviter.

L’autre aspect est que la Russie, la Chine, l’Inde, etc. – la partie asiatique du monde – n’est pas dans un état aussi piteux, relativement parlant, que la région transatlantique. C’est pour cela que l’Asie est la cible : L’Empire britannique et ses forces associées sont partis pour détruire l’économie et les peuples de la zone transatlantique, mais cela laisserait la Russie, la Chine et les autres devenir les nations dominantes du monde ; c’est tout l’enjeu de cette guerre, le but est d’éliminer la Russie, la Chine et l’Inde en tant que puissances, tout en menant à bien la destruction des nations transatlantiques.

L’Arctique et l’espace comme horizon de développement

Il nous faut donc prendre la direction opposée : avec la Russie, la Chine et les autres pays, nous devons nous orienter vers l’Arctique pour déclencher une reprise économique mondiale. Comme l’ont récemment souligné les chercheurs scientifiques de notre mouvement, jusqu’alors, les glaces de l’Arctique n’arrivaient pas à s’éliminer, ce qui produisait une accumulation ; désormais, la banquise tend à se détacher de l’Arctique et à aller fondre dans les océans Atlantique et Pacifique. L’on constate donc un réchauffement des conditions météorologiques dans l’Arctique, qui passe soudainement d’une situation de gel complet depuis très longtemps à une situation de dégel significatif. Le développement du monde s’oriente donc vers l’ouverture de cette région, modifiant ainsi la direction générale de l’économie mondiale.

La Russie et le Canada, les Etats-Unis avec l’Alaska, sont les potentiels leaders de cette reprise. Si dans le même temps nous rétablissons un programme spatial, notamment pour aller vers Mars, alors nous nous projetons dans une situation tout à fait nouvelle pour l’ensemble de l’humanité.

Maintenant, pour revenir à ce que j’ai dit – et, si je suis bien informé de par ma position, je ne détiens toutefois pas de « secrets » – : nous pouvons échapper à cette guerre et à cette dépression, on peut sauvegarder la vie civilisée avec de bonnes perspectives d’avenir, mais nous devons évincer ce président fou – son état mental nous suffit pour l’écarter sous l’autorité de la section 4 du 25e amendement – pour empêcher la guerre ; cette destitution pourrait sauver l’économie mondiale.

http://www.solidariteetprogres.org/

Les hauts gradés de l’armée US répondent à Obama et Panetta : Pas de guerre en Iran


 

23 décembre 2011 (Nouvelle Solidarité) – En abaissant les critères d’engagement des Etats-Unis contre l’Iran et en laissant entendre que des frappes israéliennes auraient un soutien assuré des forces américaines, le secrétaire à la Défense américain Leon Panetta est entré en rupture avec le haut commandement militaire qui insiste auprès d’Obama pour qu’il ne déclenche pas une Troisième Guerre mondiale.

Les haut gradés opposés à la guerre ont immédiatement riposté lors d’une interview du général Martin Dempsey sur CNN. Le chef de l’état-major interarmées américain (JCS) a averti au lendemain des déclarations de Panetta qu’une guerre entre l’Iran et les Etats-Unis serait « une tragédie pour la région et pour le monde ».

Dans le même temps, le capitaine John Kirby, porte-parole du Pentagone, est allé encore plus loin dans la répudiation des propos de Panetta. Devant la presse, il a expliqué que l’évaluation du Pentagone sur le programme nucléaire iranien n’avait pas changé et a ajouté que si Téhéran produisait de l’uranium enrichi à usage militaire, les inspecteurs de l’ONU le saurait. Kirby et l’attaché de presse du Pentagone George Little, ont tout deux affirmé que les Etats-Unis n’ont aucun élément leur permettant de savoir s’il y a un programme nucléaire militaire ou non.

PNG - 203 ko
Devant répondre face à la presse des affirmations du ministre de la Défense, les porte-parole du Pentagone ont poliment et radicalement rejeté la politique de frappe contre l’Iran. A gauche, George Little, à droite, le capitaine John Kirby, le 21 décembre 2011.
crédit : c-span.org

Kirby a également réaffirmé, contrairement à ce qu’ont pu dire Obama et Panetta ces derniers jours, que le critère d’engagement militaire contre l’Iran – la « ligne rouge » que la république islamique ne doit pas franchir – est bel et bien la possession d’une arme nucléaire, et non pas l’intention de s’en doter.

Si l’on ne peut que se réjouir de ce réflexe patriote contre une guerre qui mènerait à la destruction certaine de tous les pays qui y participeraient et même au delà, la seule garantie pour empêcher un conflit mondial est d’évincer le président Obama, véritable marionnette du parti de la guerre anglo-américain. C’est ce que martèlent à Washington et dans tous les Etats-Unis, Lyndon LaRouche et son comité d’action politique, afin que cette bataille dure entre factions bascule du côté de la Paix.

>>> Noël : notre mobilisation internationale contre la guerre qui rôde

http://www.solidariteetprogres.org/

Partager cet article

Repost0
24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 08:15

 

L'Irak totalement détruit par l'invasion et l'occupation

 

 « C'est avec une grande fierté - et une fierté durable - que vous quitterez ce pays d'entre les fleuves », a déclaré le ministre américain de la Défense, Leon Panetta, à l'adresse de ses soldats lors de la cérémonie d'adieu qui s'est déroulée à Bagdad le 15 décembre 2011. Et Panetta, ancien patron de la CIA, d'ajouter que « la guerre en Irak a bien valu son coût énorme en sang et en argent ». Un récapitulatif s'impose.
irak_terugtrb552_8dd73.jpg

Au moins 31 pour 100 du million cinq cent mille soldats environ qui rentrent de la guerre en Irak souffrent de dépression ou de trouble de stress post-traumatique, lesquels influencent de façon très négative leur travail, leurs relations et leur existence familiale. C'est ce que révèle une étude réalisée par des chercheurs de l'armée américaine. Tant en 2009 qu'en 2010, un plus grand nombre de soldats américains sont morts de suicide que lors des combats. 
Cela en valait-il vraiment la peine ? 

Le déclin de l'empire américain 

Le 18 mars 2003, ECAAR (EConomists Allied for Arms Reduction - Économistes unis pour la limitation des armements) rédigeait un pamphlet contre le déclenchement d'une guerre unilatérale en Irak. Le texte était signé par plus de deux cents économistes américains, dont sept lauréats du prix Nobel et deux anciens présidents du Comité des conseillers économiques de la Maison-Blanche. Ce texte constituait la base d'une annonce publiée dans le Wall Street Journal. En voici quelques extraits :

« En tant qu'économistes américains, nous nous opposons à une guerre unilatérale contre l'Irak que nous considérons comme inutile et néfaste pour la sécurité et l'économie des États-Unis et de l'ensemble de la communauté mondiale. » 
« (...) Nous doutons que la guerre serve la sécurité et qu'elle n'accroisse le risque d'instabilité future et de terrorisme. Nous pressentons clairement l'immédiate tragédie humaine et les destructions de la guerre, ainsi que la potentialité de dégâts économiques graves pour notre nation et le monde entier. » 
« (...) Nous ne croyons pas que cette guerre soit nécessaire pour la sécurité nationale des États-Unis. Une économie saine est nécessaire pour la sécurité des États-Unis et le développement économique pacifique du reste du monde. »

La guerre contre l'Irak est la cause de la crise économique 

Cette explication donne une image douloureusement précise de ce qui allait suivre : Cette guerre a plongé les États-Unis et le reste du monde dans une crise économique et elle a indiqué clairement les limites de la puissance américaine. La résistance irakienne contre l'occupation est coresponsable du déclin de l'Amérique tel qu'il fut prédit en 2004 : « Nous figerons les occupants ici en Irak, épuiserons leurs moyens et effectifs et briserons leur volonté de combattre. Nous les obligerons à investir autant qu'ils pourront voler, si pas plus. Nous perturberons le flux du pétrole volé, puis l'arrêterons de sorte que leurs plans deviendront inutiles. » 

Le lauréat du prix Nobel Joseph Stiglitz a calculé le prix de la guerre 

Joseph E. Stiglitz, lauréat du prix Nobel et l'un des signataires de la déclaration susmentionnée, a calculé les coûts de la guerre en Irak dans son ouvrage paru en 2008, The Three Trillion Dollar War (La guerre à trois mille milliards de dollars). Il conclut : « Il n'existe pas de déjeuner gratuit, pas plus qu'il n'existe de guerre gratuite. L'aventure irakienne a gravement affaibli l'économie américaine et la misère va bien plus loin que la crise des hypothèques. On ne peut dépenser 3.000 milliards de dollars - oui, 3.000 milliards de dollars - dans une guerre ratée à l'étranger sans en ressentir la douleur dans son propre pays. » 

Stiglitz décrit ce qu'on pourrait payer avec ces milliards de dollars : 8 millions d'habitations ou 15 millions d'enseignants, les soins de santé pour 530 millions d'enfants pendant un an, des bourses universitaires pour 43 millions d'étudiants. Ces 3.000 milliards de dollars résoudraient le problème de la sécurité sociale de l'Amérique pour un demi-siècle. 

En ce moment, dit Stiglitz, l'Amérique consacré 5 milliards de dollars par an à l'Afrique et se fait du mouron parce qu'elle est sur le point d'y être supplantée par la Chine : « Cinq milliards de dollars, cela représente en gros 10 jours de guerre. Cela vous donne une idée du gaspillage de moyens ! » 

Cela s'aggrave encore 

« Maintenant que les États-Unis vont mettre un terme à la guerre en Irak, il s'avère que notre estimation de 3.000 milliards de dollars (couvrant aussi bien les dépenses publiques pour la guerre que l'impact plus large sur l'économie américaine) était bien trop basse. Ainsi, les coûts du diagnostic, du traitement et des compensation des vétérans handicapés se sont révélés plus élevés que nous ne nous y étions attendus », écrivait Joseph Stiglitz le 3 septembre 2010 dans The Washington Post. 

Encore plus dramatiques sont les conséquences pour le Moyen-Orient même. Un rapport publié par le Strategic Foresight Group en Inde, dans un ouvrage intitulé Les coûts du conflit au Moyen-Orient, a calculé que, ces vingt dernières années, les conflits dans la région ont coûté aux pays et aux habitants 12.000 milliards de dollars (!). Le rapport indien ajoute que le Moyen-Orient « a consacré un montant record aux dépenses militaires des vingt dernières années et qu'il est considéré comme la région la plus armée du monde ». 

Imaginez que ce montant soit consacré au développement des régions rurales et des infrastructures urbaines, des barrages et des réservoirs, de la désalinisation et de l'irrigation, du reboisement et des pêcheries, de l'industrie et de l'agriculture, de la médecine et de la santé publique, du logement et des technologies de l'information, des emplois, de l'intégration équitable des villes et des villages et aux réparations des dégâts de la guerre au lieu de produire des armes qui ne sèment que la destruction. 

Les conséquences dramatiques de la prétendue « démocratie florissante » pour l'Irak 

L'argent de la guerre du contribuable américain a non seulement ruiné l'économie américaine et plongé le reste du monde dans une crise économique, il a aussi anéanti une nation souveraine qui ne souhaitait aucunement faire partie du « Nouvel Ordre mondial ». La situation dramatique qui règne en Irak dément de façon criarde les échos positifs du « progrès en Irak » tel que le présentent les mass media. 

Pour le contrôle de la perception par l'Américain moyen de la guerre en Irak, le ministère de la Défense a payé à des entrepreneurs privés américains jusqu'à 300 millions de dollars dans les années 2009-2011 pour la production d'informations et de programmes de distraction dans les médias irakiens et ce, dans une tentative de présenter une image sympathique à la population locale afin que celle-ci soutienne les objectifs américains et le gouvernement irakien. 

La désinformation, une arme stratégique de la guerre 

« Cette année, les dépenses en public relations du Pentagone censées 'rallier les cœurs et les esprits' tant au pays qu'à l'extérieur, s'élèveront à 4,7 milliards de dollars au moins », communiquait en 2009 la Fondation Nieman pour le journalisme à l'Université de Harvard, se demandant où se situe exactement la frontière entre information et propagande. 

Le public n'est pas censé être mis au courant de tous les méfaits de la machine de guerre américaine et la désinformation se diffuse à grande échelle pour être avidement reprise par un appareil médiatique ami. 

« Il est essentiel aussi essentiel pour le succès du nouveau gouvernement irakien et pour les troupes américaines de communiquer efficacement avec notre public stratégique (c'est-à-dire le public irakien, panarabe, international et américain) que de recevoir un large soutien dans nos thèmes centraux et nos informations », disait l'annonce de recrutement d'une équipe de 12 entrepreneurs civils en Irak. 

Une catastrophe humanitaire encore jamais vue 

Le haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR), António Guterres, a constaté que la guerre de l'Irak est le conflit le plus retentissant au monde, mais également la crise humanitaire la moins connue. Examinons donc quelques-uns des « résultats » destructeurs de cette guerre et de cette occupation de ce même Irak que l'élite américaine qualifie de « démocratie florissante » :

-1,45 million de victimes. Le nombre est choquant et dégrise. Il est au moins dix fois plus élevé que la plupart des estimations citées dans les médias américains, mais il s'appuie sur une étude scientifique portant sur les morts irakiens par violence suite à l'invasion de mars 2003 dirigée par les États-Unis ; 
- la mortalité infantile irakienne a augmenté de 150 pour 100 depuis 1990, lorsque, pour la première fois, les Nations unies ont imposé des sanctions ; 
- en 2008, 50 pour 100 seulement des enfants en âge de fréquenter l'école primaire allaient en classe, contre 80 pour 100 en 2005 ; 
- en 2007, l'Irak comptait 5 millions d'orphelins, selon les statistiques officielles du gouvernement ; 
- l'Irak compte entre 1 et 2 millions de veuves ; 
- d'après des chiffres de l'UNHCR, il y a 2,7 millions d'Irakiens expatriés et 2,2 millions de réfugiés, surtout dans les pays voisins. Un Irakien sur six a quitté son pays. Le Croissant-Rouge irakien estime que plus de 83 pour 100 des expatriés irakiens sont des femmes et des enfants, dont la majorité de moins de 12 ans ; 
-on estime que 8 millions d'Irakiens ont besoin d'aide humanitaire ; 
- 70 pour 100 des Irakiens n'ont pas accès à l'eau potable. Le taux de chômage est officiellement de 50 pour 100 et, officieusement, de 70 pour 100. 43 pour 100 des Irakiens vivent dans une pauvreté profonde. 4 millions de personnes souffrent d'un manque de nourriture. 80 pour 100 des Irakiens n'ont pas accès à des équipements sanitaires décents ; 
- 60 pour 100 seulement des 4 millions de personnes dépendant de l'aide alimentaire ont accès aux rations distribuées par le Système de distribution publique (PDS) contre 96 pour 100 en 2004 ; 
- l'Irak n'a plus d'argent pour le paiement des indemnités aux veuves, les plantes servant dans l'agriculture et autres programmes pour les pauvres, a déclaré le président du Parlement, le 21 novembre 2010, et ce dans une des nations les plus riches en pétrole de la terre ; 
- diverses minorités confessionnelles irakiennes (chaldéens, orthodoxes syriens, chrétiens assyriens et arméniens, communautés yezidi et mandéennes) courent le risque d'être éradiquées parce qu'elles sont confrontées à des niveaux inouïs de violence, d'après un rapport de Minority Rights Group International ; 
- d'après un rapport d'Oxfam, 33 pour 100 des femmes n'ont pas reçu la moindre aide humanitaire depuis 2003 ; 76 pour 100 des veuves n'avaient pas reçu la moindre pension ; 52 pour 100 étaient au chômage ; 55 pour 100 s'étaient expatriées depuis 2003 et 55 pour 100 avaient été victimes de violence(s) ; 
- des années d'instabilité et de guerre ont fait qu'entre un et deux millions de femmes sont chefs de famille (FHoH) en Irak : veuves, divorcées et soignante de leur époux malade. À peine 2 pour 100 de ces femmes chefs de famille travaillent régulièrement, selon l'Organisation internationale de la migration (OIM).

Prendre la vie à des personnes innocentes est devenu une composante de la vie quotidienne. 

Source originale : De wereld morgen 

Traduit du néerlandais par Jean-Marie Flémal pour Investig'Action

 

Source: Investig'action

 

 

Voir aussi :

150 000 collaborateurs irakiens abandonnés par les troupes américaines

 

Remodelage Par La Force Du Moyen Orient Pour Sauver L’Entité Coloniale Sioniste Illégitime

 

 

Remodelage Par La Force Du Moyen Orient Pour Sauver L’Entité Coloniale Sioniste Illégitime

L’analyste égyptien expérimenté, Muhammed Hassanein Heikal, ancien ministre de l’information sous Nasser et directeur d’Al Ahram pendant plusieurs années a fait une analyse très pertinente visionnaire des mouvements de contestation dans certains pays arabes volontairement ignorée ou parfois durement critiquée y compris hélas par des Arabes le qualifiant de «conspirationniste». Il y dénonce ce qu’il appelle le « nouveau Sykes Picot » organisé pour sauver l’entité sioniste illégitimement installée en Palestine

en divisant les Arabes pour leur faire croire que le véritable conflit régional n’est pas arabo israélien mais arabo perse.


Remodelage Par La Force Du Moyen Orient Pour Sauver L’Entité Coloniale Sioniste Illégitime
 

13 Novembre 2011 Muhammed Hassanein Heikal

sur le nouveau Sykes Picot

Extraits traduits en français d’une traduction d’un compte rendu en anglais de l’intervention en arabe de Muhammed Hassanein Heikal sur Al Jazeera.

Mohammed Hassanein Heikal : «Ce qui se passe actuellement ce n’est pas un « printemps » mais un nouveau « Sykes -Picot « pour diviser les Arabes »

Nasrallah : «Ce qui se passe au Yemen en Syrie et dans la région fait partie d’un plan américano sioniste de fragmentation ».

L’écrivain et analyste politique Muhammed Hassanein Heikal a déclaré que les évènements qui secouent actuellement le Monde Arabe ne sont pas un « printemps » mais un nouveau « Sikes Picot » pour diviser la région arabe et s’emparer de ses ressources et territoires selon 3 plans.

Le premier plan est « euro américain « le deuxième est iranien, et le troisième turc en plus d’un ½ plan israélien pour faire enterrer le problème palestinien. Il avance que les révolutions ne sont pas fabriquées en usine et qu’il est impossible qu’elles réussissent de cette façon. Les Révolutions n’ont pas lieu de sorte que des forces externes affamées de pouvoir « remettent les clés » mais en fait elles cherchent plutôt à satisfaire leurs propres intérêts et personne ne doit s’imaginer que la libération des peuples passe avant les propres intérêts des étrangers.

Il a fait remarquer que la reconnaissance américaine et occidentale des Frères Musulmans ne découlait pas de l’acceptation de leurs droits, ou par respect ou par sagesse - mais parce qu’ils ont suivi les conseils de spécialistes du Moyen Orient d’utiliser les évènements pour inciter à la division au sein de l’Islam au bénéfice des autres. Il a ajouté que l’euphorie des Frères Musulmans face à la reconnaissance américaine et occidentale de leur légitimité ne les a pas conduits à examiner les causes derrière cette reconnaissance après l’euphorie initiale….

Il a fait remarquer que le plan occidental, euro américain, avance selon deux axes dans un mouvement en pince et d’encerclement. Le premier axe est visible audible et tangible et vise à plonger la région dans un conflit inter islamique spécifiquement sunnite shi’ite, et la réalisation de ce plan a commencé il y a plusieurs années quand le régime impérial en Iran est tombé et a été remplacé par le régime révolutionnaire islamique. En ce qui concerne le deuxième axe du plan euro américain c’est un axe parallèle à celui qui implique des conflits sectaires et se développe à grande vitesse pour dépasser les autres. Il s’agit de diviser la région selon les lignes de l’accord «Sykes Picot » avec des ajustements nécessaires dus aux circonstances changeantes.

Il a précisé que « les nouvelles cartes ne se basent pas sur l’héritage du califat ottoman mais plutôt sur l’héritage du projet national arabe qui a réussi à chasser le colonialisme occidental au cours de l’étape précédente et qui a essayé de remplir le vide (politique ndlt) mais a échoué « et que «l’état du califat ottoman a été in capable de protéger ses biens et par conséquent a perdu son héritage. Le projet arabe a été incapable de se protéger lui-même et par conséquent son héritage est actuellement en jeu ».

Heikal a développé son analyse disant : « le premier accord « Sykes Picot « c’était une ligne sur la carte allant de K à K - le K d’Akka ( Akko Palestine ndlt) et le K de Kirkuk (Irak du Nord majoritairement kurde) et divisait le Nord. Cette fois il n’y a pas de ligne de partage mais des localisations éparpillées. La première fois la division était une division géographique et en nations, mais cette fois la division est selon les ressources et localisations. Ce qui est divisé actuellement c’est d’abord le pétrole et autres richesses …le pétrole et autres richesses de la Libye après ceux de l’Irak. »

Répondant à une question lui demandant un exemple d’application pratique du nouveau Sykes Picot concernant ce qui est entrain de se passer en Libye, Heikal a répondu : « Nous savons de ce que nous lisons actuellement que les concessions pétrolière de la Libye sont entrain d’être distribuées selon des pourcentages connus publiquement : 30% pour la France (Total) 20% pour la Grande Bretagne (BP). La part britannique est moindre car la Grande Bretagne a obtenu plus de pétrole irakien. Je n’ai pas le reste des pourcentages de distributions devant moi là mais l’Italie affirme avoir obtenu son du (Eni) alors que les compagnies pétrolières américaines insistent pour être mises sur les listes de bénéficiaires. .. Après l’héritage des ressources il y a des distributions de sites pour des bases militaires pour la 6ème flotte à Tripoli pour les US, un centre des services secrets à Benghazi et Tobrouk pour la Grande Bretagne ; l’Italie a protesté disant que la Libye était considérée historiquement comme faisant partie de sa zone d’influence ; la France de l’autre côté de la mer a aussi ses demandes. Tout ceci alors que le bruit de la bataille se fait toujours entendre et que le flot de sang continue de couler »….

… Heikal a ensuite mis l’accent sur le fait que tous les composantes d’une révolution ont besoin de maturité pour qu’une révolution réussisse. Il a dit : « pour être totalement honnête les révolutions ne sont pas fabriquées en usine et c’est impossible qu’elles réussissent de cette façon. Les révolutions ne se passent pas avec une « remise des clés ». Il n’y a pas de révolution où les clés sont remises par des forces extérieures qui cherchent à contrôler. Ces forces extérieures cherchent en fait à satisfaire leurs propres intérêts et personne ne peut imaginer que la libération des peuples passe avant leurs propres intérêts. Nous avons découvert d’après ce que nous avons entendu et vu dans la péninsule arabe que des palaces ont été construits grâce à des contrats « clés en main » comme on dit. Ceci se passe aussi pour des ports et des aéroports : tout est payé d’avance en liquide en échange d’une remise de clés mais les révolutions sont des choses différentes ».

Heikal a dit : « j’ai lu il y a plusieurs semaines que l’OTAN veut ouvrir la voie à la libération de Tripoli mais j’ai des doutes quant à la volonté de l’OTAN de libérer ne serait qu’un cm de terre arabe ».

Il a ajouté : «Les Arabes n’ont pas tiré les leçons du passé ou du présent qu’il n’y a de pacte entre des nations que dans le cadre de ce qu’exige le pouvoir et qu’elles renonceront à tout pacte dés l’instant où leurs intérêts l’exigent. » Au cours de la conversation portant sur la Syrie, Heikal a dit qu’une intervention militaire étrangère en ce moment est une perspective effrayante et que c’est difficile de prévoir les conséquences du choix d’une invasion étrangère spécialement après ce qui est arrivé en Irak au Yemen, au Soudan, et finalement en Libye.

Il a ajouté que : « la région de Bagdad à Benghazi et d’Aleppe à Aden ne peut supporter tous les événements rapides déferlants grâce à des armées étrangères et des flottes même si cela devait clarifier les choses ici »….

…Heikal a mis en garde contre le fait que les Arabes tombent dans le piège des conflits sectaires prédisant que cela « conduirait au désastre dont on a vu les débuts au Yémen et au Bahreïn » Heikal a aussi critiqué les Frères Musulmans pour ne pas avoir compris ce qui se passait l’attribuant à « l’euphorie de la reconnaissance » de leur légitimité, ce qui ne leur a pas permis de réfléchir suffisamment aux motifs cachés derrière cette reconnaissance euphorisante selon Heikal.

Il a dit que la reconnaissance américaine et européenne des Frères Musulmans « ne découlait pas d’une acceptation de leurs droits ou d’un calcul qui brusquement devenait manifeste pour ceux qui les reconnaissaient ou par respect ou par sagesse mais plutôt parce qu’ils ont accepté - même partiellement- l’avis d’orientalistes dont Bernard Lewis d’utiliser les conflits sectaires pour continuer à isoler l’Iran dans le monde arabe et musulman ».

Heikal a ajouté qu’après que l’avis de Bernard Lewis ait été accepté l’Amérique a essayé d’utiliser les dirigeants arabes pour répondre à cette demande et ils ont mis l’accent visiblement sur les efforts des princes et présidents pour essayer de changer la nature principale du conflit dans la région d’un conflit arabo israélien en un conflit arabo perse. Cette tentative n’a pas rencontré le succès que les élites de Washington et ailleurs espéraient donc l’avis de l’Orientaliste a refait surface disant que la manière la plus efficace d’intensifier le conflit serait si d’un conflit de gouvernements contre gouvernements il se transformait en conflit de sociétés conte sociétés et qu’il évolue vers un conflit entre sectes car ce problème implique une hostilité directe avec la répercussion la plus profonde….

… Il a continué en disant « les Frères Musulmans ont le droit d’être reconnus mais après l’euphorie initiale c’était leur devoir de surveiller les motivations derrière cette reconnaissance dans le sens que s’ils ont ce droit l’utilisation de ce dernier pour aviver les tensions au sein de l’Islam au bénéfice des autres est mauvais - spécialement dans ces circonstances. »

Dans un contexte identique le secrétaire général du groupe libanais le Hezbollah, Hassan Nasrallah, a déclaré que ce que la région arabe vivait fait partie d’un plan Sioniste Américain visant à redessiner la carte de la région.

Lors d’un discours célébrant l’anniversaire de l’Ayatollah Khomeini mardi soir Nasrallah a dit : « ce qui se passe au Yémen en Syrie et dans un certain nombre de pays arabes fait partie d’un plan de fragmentation sioniste américain. »

Dans son discours - diffusé sur un certain nombre de chaînes satellitaires TV - Nasrallah a mis en garde les gens qu’il a décrit comme « ceux qui suivent dans l’orbite du plan américain » contre les résultats désastreux qu’il pourrait avoir pour la Palestine le Liban et la nation arabe….

Traduction de l’article entier d’Arabe en Anglais

Traduction Mireille Delamarre
http://www.planetenonviolence.org

 

http://www.alterinfo.net/Remodelage-Par-La-Force-Du-Moyen-Orient-Pour-Sauver-L-Entite-Coloniale-Sioniste-Illegitime_a68509.html

 

.

 

Les Etats-Unis plus présents que jamais en Irak

 

Traduit par Marie-Ange Patrizio


Les Etats-Unis ont littéralement dévasté et pillé l’Irak et Obama escompte maintenant assurer une fausse transition en s’appuyant sur des structures politiques irakiennes fantoches
Nos troupes sont sorties d'Irak « la tête haute », a annoncé le commandant en chef Barack Obama. Les USA ont de quoi être fiers.

Ils quittent un pays envahi en 2003 au motif qu'il possédait des armes de destruction de masse, motif qui s'est révélé infondé. Mis à feu et à sang par plus d'un million et demi de soldats, que le Pentagone a déployés par rotations, avec aussi des centaines de milliers de contractor militaires (mercenaires), en employant n'importe quel moyen pour écraser la résistance : des bombes au phosphore contre la population de Fallujah aux tortures d'Abu Ghraib.

Provoquant environ un million de victimes civiles, qui s'ajoutent à celles de la première guerre contre l'Irak et de l'embargo. Contraignant plus de 2 millions d'Irakiens à quitter leur maison et autant à se réfugier en Syrie et en Jordanie. Laissant un pays sinistré, avec un chômage à plus de 50%, la moitié des médecins qu'il avait avant l'invasion, un tiers des enfants affectés de malnutrition, à qui s'ajoutent ceux qui ont des malformations génétiques dues aux armes du Pentagone.

Une guerre que les USA ont payée de 4.500 morts et plus de 30mille blessés chez les militaires, dont 30% sont rentrés chez eux avec de graves problèmes psychiques. Guerre qui a coûté 1.000 milliards de dollars, à quoi s'ajoutent environ 4mille milliards de dépenses indirectes, comme celles de l'assistance aux anciens combattants. Elle en a cependant valu la peine : dorénavant « l'avenir de l'Irak sera dans les mains de son peuple », assure le président Obama.

Est-ce ainsi qu'il a gagné le Prix Nobel de la Paix ? On peut en douter en lisant le manuel de la US Army sur « La guerre subrogée pour le 21ème siècle » : une guerre menée en substituant aux forces armées traditionnelles, qui interviennent ouvertement, des forces spéciales et agents secrets qui agissent dans l'ombre, avec le soutien de forces alliées, de fait sous commandement étasunien. Divers faits le confirment.

Le personnel de l'ambassade étasunienne à Bagdad, la plus grande du monde, passera de 8mille à 16mille personnes. Son « bureau de coopération et sécurité », qui entraîne et arme les forces irakiennes sera renforcé.

Depuis 2005, le gouvernement irakien a acheté des armements étasuniens pour une valeur de 5 milliards de dollars et, selon le programme, il en achètera d'autres pour 26 milliards. Parmi lesquels, 36 chasseurs F-6 avec leurs armements (qui pourraient augmenter jusqu'à 96), dont les pilotes seront entraînés aux Etats-Unis et dont les bases seront de fait sous le contrôle du Pentagone.

Des unités de la Cia et des forces spéciales étasuniennes continuent à entraîner (et de fait à diriger) les « forces de sécurité » qui, sur ordre du premier ministre Nouri al-Maliki, ont déjà arrêté des centaines d'ex-baasistes accusés, sur la base de preuves fournies par le Cnt libyen, d'avoir préparé un coup d'état avec l'appui de Kadhafi.

En même temps Washington s'attache le gouvernement régional kurde de Masoud Barzani avec lequel ExxonMobil a conclu un gros contrat d'exploitation pétrolière, en doublant le gouvernement de Bagdad.

Au Kurdistan irakien opèrent depuis 2003 des forces spéciales étasuniennes, sous les ordres du général Charles Cleveland. Celui-là même qui -révèle le journal égyptien al-Arabi- entraîne et dirige aujourd'hui en Turquie les commandos de l' « armée syrienne libre » pour la « guerre subrogée » contre la Syrie.

Source

Partager cet article

Repost0
24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 07:13

Guerre biologique contre le peuple anglais par son propre gouvernement

 22 avril 2011 |  4 commentaire(s) |  vu 1 029 fois
Guerre biologique contre le peuple anglais par son propre gouvernement

 

En Novembre 2006, la BBC a diffusé un InsideOut spécial de 30 minutes intitulé « Le secret des nuages ». Cette enquête à Porton Down de 1960 parle des « attaques » spray de Norfolk (avec la ville de Norwich comme cible principale). Elle révèle aussi une série de découvertes récentes de pulvérisations, menée dans la région de Bedford Cardington au début des années 1960, qui comportait l’utilisation de véhicules clandestins de pulvérisation spécialement convertis.
La population ne se doutaient de rien quand l’Est de l’Angleterre a été pulvérisé en secret avec les composés toxiques au moins 76 fois.
Vidéo.
Voici également sur le même sujet un article du 22 avril 2002 paru dans le journal britannique The Guardian:
 

 

Des millions dépensés dans des tests de guerre bactériologique

 

La plus grande partie de la Grande-Bretagne a été exposée aux bactéries répandues pendant des tests secrets
Antony Barnett, rédacteur d’affaires publiques
Dimanche, le 21 avril 2002
Le Ministère de la Défense a transformé de grandes parties du pays en un laboratoire géant pour conduire une série de tests secrets de guerre bactériologique sur le public.

Un rapport gouvernemental récemment déclassé fournit pour la première fois une histoire officielle complète des tests d’armes biologiques de la Grande-Bretagne entre 1940 et 1979. Beaucoup de ces tests ont impliqué de répandre des produits chimiques potentiellement dangereux et des micro-organismes sur de vastes pans de la population sans que le public ne soit avertit.
Pendant que les détails de quelques tests secrets ont émergé ces dernières années, le rapport de 60 pages révèle de nouvelles informations sur plus de 100 expériences classées secrètes. Le rapport révèle que le personnel militaire était formé pour dire à tout  » enquêteur curieux  » que les tests faisaient partie de projets de recherche sur le climat et la pollution de l’air. Les tests, réalisés par les scientifiques gouvernementaux à Porton Down, ont été conçus pour aider le Ministère de la Défense à évaluer la vulnérabilité de la Grande-Bretagne si les Russes répandaient des nuages bactériologiques mortels sur le pays.
Dans la plupart des cas, les tests n’ont pas utilisé d’armes biologiques, mais des alternatives dont les scientifiques pensaient qu’elles simuleraient une guerre bactériologique et que le Ministère de la Défense considéreraient comme inoffensifs. Mais des familles dans certaines régions du pays ayant des enfants avec les anomalies congénitales demandent une investigation publique.
Un chapitre du rapport, ‘les tests de Particules Fluorescentes’, révèle comment entre 1955 et 1963 des avions volèrent du nord-est l’Angleterre jusqu’au bout de Cornwall le long des côtes sud et ouest, en répandant d’énormes quantités de sulfure de cadmium de zinc sur la population. Le produit chimique a dérivé des miles à l’intérieur des terres, sa fluorescence permettant à l’épandage d’être localisé. Dans un autre test avec du sulfure de cadmium de zinc, un générateur a été remorqué le long d’une route près de Frome dans Somerset et où il a déversé le produit chimique pendant une heure. Alors que le Gouvernement a insisté sur le fait que le produit chimique était sans danger, le cadmium est reconnu comme une cause de cancer du poumon et pendant la Deuxième Guerre mondiale a été considéré par les Alliés comme une arme chimique.
Dans un autre chapitre, ‘les Grands Tests d’épandage régionaux’, le Ministère de la Défense décrit comment entre 1961 et 1968 plus d’un million de personnes le long de la côte sud de l’Angleterre, de Torquay jusqu’à New Forest, ont été exposées aux bactéries incluant l’e.coli et le bacillus globigii, qui imite l’Anthrax. Ces épandages venaient d’un navire militaire, l’Icewhale, ancré vers la côte Dorset, qui a répandu les micro-organismes dans un rayon de 8 à 16 Km. Le rapport révèle aussi des détails des tests de DICE dans le sud de Dors entre 1971 et 1975. Des scientifiques militaires du Royaume-Uni et des Etats-Unis impliqués répandant des quantités massives de bactéries serratia marcescens par voies aériennes, avec un substitut à l’Anthrax et du Phénol.
Des bactéries semblables ont été répandues dans ‘les Test de Sabotage’ entre 1952 et 1964. Ceux-ci étaient des tests pour déterminer la vulnérabilité de grands bâtiments gouvernementaux et de transport public en cas d’attaque.
En 1956 les bactéries ont été répandues dans le Métro de Londres à l’heure du déjeuner le long de la Ligne du Nord entre Colliers Wood et Tooting Broadway. Les résultats montrent que les bactéries ont été dispersées sur environ 16 Km. Des tests semblables ont été conduits dans les tunnels passant sous les bâtiments gouvernementaux dans le Whitehall. Les expériences conduites entre 1964 et 1973 ont consisté à joindre des bactéries aux fils de toiles d’araignées dans les boîtes pour évaluer comment les germes survivraient dans de différents environnements.
Ces tests ont été réalisés dans une douzaine d’endroits à travers le pays, incluant l’extrème Ouest de Londres, Southampton et Swindon. Le rapport donne aussi des détails de plus d’une douzaine de petits essais sur le terrain entre 1968 et 1977. Ces dernières années, le Ministère de la Défense a chargé deux scientifiques de reconsidérer la sécurité de ces tests. Tous les deux ont déclaré qu’il n’y avait aucun risque pour la santé publique, bien que l’un ait suggéré que les personnes âgées ou des personnes souffrant de maladies respiratoires pouvaient avoir été sérieusement touchées s’ils avaient inhalé des quantités importantes de bactéries. Cependant, certaines familles dans les régions qui ont porté le poids de ces tests secrets sont convaincues que les expériences sont responsables des maladies congénitales, des handicaps physiques et des difficultés d’apprentissage de leurs enfants.
David Orman, un officier militaire de Bournemouth, demande une enquète publique. Sa femme, Janette, est née dans l’Est de Lulworth à Dorset, près des lieux où beaucoup de tests furent pratiqués. Elle a eut une fausse couche,et a donné naissance ensuite à un fils avec une infirmité motrice cérébrale. Les trois soeurs de Janette, aussi nées dans le village pendant que les tests étaient réalisés, ont donné naissance aussi à des enfants avec les problèmes inexpliqués, tout comme un certain nombre de leurs voisins. L’autorité de santé locale a dénié le fait qu’il y ait une corrélation, mais Orman pense autrement. Il dit : ‘jesuis convaincu que quelque chose de terrible est arrivé. Le village était une communauté étroitement unie et avoir tant d’anomalies congénitales sur un laps de temps si court doit être plus qu’une simple coïncidence.’ Les gouvernements successifs ont essayé de maintenir le secret sur les détails des tests de guerre bactériologique. Pendant que les rapports d’un certain nombre de tests ont émergé au cours des années du Bureau des Dossiers Publics, ce dernier document du Ministère de la Défense – qui a été publié par le député de démocrate Libéral Norman Baker – donne la version officielle la plus complète à ce jour des tests de guerre biologique. Baker a déclaré : ‘je félicite le fait que le Gouvernement ait finalement publié ces renseignements, mais je me demande pourquoi il a pris autant de temps. Il est inacceptable que l’on ait traité le public comme des cobayes sans qu’ils en aient connaissance et je veux être sûr de la véracité des affirmations du Ministère de la Défense comme quoi ces produits chimiques et bactéries utilisées étaient sans danger. ‘
Le rapport du Ministère de la Défense retrace l’historique de la recherche du Royaume-Uni dans la guerre bactériologique comme remontant à la Deuxième Guerre mondiale quand Porton Down a produit cinq millions de doses d’alimentations bovines remplis des spores mortelles d’Anthrax qui auraient été envoyées en Allemagne pour tuer leur bétail. Il donne aussi des détails des infâmes expériences d’Anthrax à Gruinard sur la côte écossaise dont l’île fut si contaminé qu’on ne pouvait plus y habiter jusqu’à la fin des années 1980.
Le rapport confirme aussi l’utilisation d’Anthrax et d’autres bactéries mortelles sur des test à bord de navires dans les Caraïbes et la côte écossaise pendant les années 1950.
Les documents décrivent : ‘l’approbation tacite pour les tests de simulation, où le public devait être exposé, était fortement sous l’influence des considérations du ministère de la défense visant évidemment à restreindre la connaissance public. Une des raisons évoquées était le besoin d’éviter l’affolement et l’inquiétude du public au sujet de la vulnérabilité de la population civile lors d’une attaque de guerre biologique’.
Sue Ellison, le porte-parole de Porton Down (Porton Down est un parc scientifique militaire), a déclaré : ‘Des rapports indépendants de scientifiques éminents ont montré qu’il n’y avait aucun danger pour la santé publique de ces tests et épandages qui ont été réalisés pour protéger le public.’ Elle a aussi ajouté : ‘Les résultats de ces test sauveront des vies, au cas où le pays ou nos forces feraient face à une attaque d’armes chimiques et d’armes biologiques.’ A la question si de tels tests étaient encore effectués, elle a répondu : ‘ce n’est pas notre politique de discuter des recherches en cours.’


antony.barnett@observer.co.uk
Source: guardian

 

http://stefouxxx.wordpress.com/2011/12/23/guerre-biologique-contre-le-peuple-anglais-par-son-propre-gouvernement/

Guerre biologique contre le peuple anglais par son propre gouvernement

by bodyspiritzen

 

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 23:08

La Russie se prépare à une attaque israelo-américaine contre l’Iran dans les prochains jours

Le calendrier ne peut que nous rendre pessimistes. C’est loin l’Iran? Cela ne justifie en aucun cas son attaque, et le conflit s’annonce mondial, la Chine est prête, la Russie aussi, etc…. Cela va être un gros bordel (passez-moi l’expression…).

Les sources du ministère russe de la Défense déclarent que le Kremlin reçoit des informations sur la préparation d’une attaque d’Israël contre les sites nucléaires de l’Iran avec le soutien des Etats-Unis. L’attaque sera soudaine et lancée très prochainement, écrit jeudi 15 décembre le quotidien Nezavissimaïa gazeta. La riposte de Téhéran ne devrait pas se faire attendre. Une guerre à part entière pourrait alors se déclencher, dont les conséquences seraient imprévisibles.

http://www.beardface.com/files/news_images/russian-army-uniform.preview.jpg

Au niveau armée russe, c’est pas plus joli et moins déprimant qu’un char non?

 

La situation géopolitique autour de la Syrie et de l’Iran pousse la Russie à optimiser d’urgence ses forces armées en Transcaucasie, dans la mer Caspienne et dans les régions de la Méditerranée et de la mer Noire. Les sources du ministère russe de la Défense déclarent que le Kremlin reçoit des informations sur la préparation d’une attaque d’Israël contre les sites nucléaires de l’Iran avec le soutien des Etats-Unis. L’attaque sera soudaine et lancée très prochainement, écrit jeudi 15 décembre le quotidien Nezavissimaïa gazeta. La riposte de Téhéran ne devrait pas se faire attendre. Une guerre à part entière pourrait alors se déclencher, dont les conséquences seraient imprévisibles.

Ce problème fait partie des priorités de l’ordre du jour du sommet de jeudi UE-Russie à Bruxelles avec la participation du président russe Dmitri Medvedev. La Russie a commencé récemment à exercer une influence diplomatique directe sur l’Europe et la communauté internationale concernant les problèmes d’une éventuelle guerre en Iran, après la publication en novembre par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) d’un rapport sur le programme nucléaire iranien. 

Cependant, la préparation de la Russie visant à minimiser les pertes suite aux actions éventuelles contre Téhéran a commencé il y a plus d’un an. A l’heure actuelle elle est pratiquement terminée. Selon les sources du ministère russe de la Défense, en octobre-novembre 2011, la 102e base militaire en Arménie a été intégralement optimisée. Les familles des militaires ont été rapatriées en Russie, et la garnison russe déployée près d’Erevan a été réduite, les unités de la garnison ont été projetées dans la région de Gumri, plus près de la frontière turque. En fait, les attaques éventuelles des troupes américaines contre les sites iraniens sont possibles à partir du territoire de la Turquie. On ignore pour l’instant quelle serait la mission de la 102e base. Mais on sait que depuis le 1er décembre les forces russes des bases militaires en Ossétie du Sud et en Abkhazie sont entièrement opérationnelles. Et les navires de la flotte russe de la mer Noire croisent près des eaux territoriales de la Géorgie, qui pourrait dans ce conflit se mettre du côté des forces anti-iraniennes.

A Izberbach (Daguestan), à proximité de la frontière azerbaïdjanaise, le groupe de batteries doté de missiles côtiers Bal-E d’une portée de 130 km est en régime d’alerte permanent. Et tous les patrouilleurs lance-missiles de la flotte russe de la mer Caspienne ont été projetés d’Astrakhan près de Makhatchkala et de Kaspiisk pour créer une unité navale unie. Le navire-amiral Tatarstan devrait être rejoint par le petit navire d’artillerie Volgodonsk et la corvette lance-missiles Daguestan. Les vaisseaux-amiraux de la flottille sont dotés de systèmes de missiles d’une portée de 200 km.

Un groupe aéronaval de la flotte russe du Nord sous le commandement du croiseur lourd porte-avions Admiral Kouznetsov, qui a l’intention d’entrer dans le port syrien de Tartus, a été envoyé près des côtes méditerranéennes. Les sources du ministère russe de la Défense n’ont pas confirmé, mais n’ont pas non plus réfuté le fait que ce groupe aéronaval était accompagné par des sous-marins nucléaires de la flotte du Nord. Aucune annonce officielle n’a été faite concernant les missions de l’armée et de la flotte si une guerre était déclenchée contre l’Iran.

Les analystes n’excluent pas la participation militaire de la Russie au conflit en Iran. « Dans le pire cas de figure, si Téhéran était menacé par une défaite militaire totale en résistant à l’invasion des forces des Etats-Unis et l’Otan, la Russie lui apporterait son aide militaire. Du moins, technique », prédit le colonel Vladimir Popov, expert militaire.

 

Source: News26.tv

 

La Russie se prépare à une attaque israelo-américaine contre l’Iran dans les prochains jours

 

 

 

 

Guerres, dernières nouvelles :

Corruption financière de l’Otan au Pakistan

L’échec de la guerre secrète de la Turquie contre Damas*

L'Union Africaine telle qu'elle existe aujourd'hui est le symbole palpable d'une Afrique sabotée

Wayne Madsen sur la mort de Kadhafi

Wayne Madsen sur la mort de Kadhafi

 

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 06:10

L’Iran et le Drone : Un Désastre Ravageur pour les Etats-Unis

Georges STANECHY

Les hurlements du vent ne font pas trembler la Montagne - Proverbe Chinois

Silence

Silence des médias occidentaux, presse, radio, TV, chroniqueurs obsédés de buzz, praticiens patentés du ’bashing’ capables de s’emparer du moindre prétexte dès qu’il s’agit de diaboliser Russie, Chine, Cuba, Venezuela et autres boucs émissaires désignés à la vindicte d’une opinion publique droguée de désinformation… Censure privatisée, parfaitement rodée.

Parfois, dans la presse européenne ou nord-américaine, quelques maigres entrefilets, comme à regret, de reprises de communiqués d’agence de presse, lénifiants, noyés dans la masse de ce qu’on n’a pas le temps de lire. Alors que les médias du reste du monde n’ont cessé d’en faire leurs titres et articles ces jours derniers, particulièrement en Asie.

L’évènement qui s’est produit le dimanche 4 décembre 2011 présente, pourtant, des implications immédiates et une portée géopolitique d’une colossale importance. Composant un cocktail qui devrait passionner “journalistes d’investigation” et “experts médiatiques de politique étrangère”, esprits curieux et friands d’actualités, amateurs de jeux vidéo, lecteurs de BD et de romans d’espionnage assaisonnés aux missions ou exploits “impossibles”.

Coup de théâtre fusionnant tous les ingrédients des hautes technologies : aéronautique futuriste, guerres secrètes entre services spéciaux ou renseignements militaires, CyberWars ou conflits mêlant télécommunications cryptées et informatique bardée de codes et pare-feux, ruses minutieusement architecturées face aux foucades de l’arrogance stupide…

Silence, expression d’un déni.

Celui d’un désastre militaire et technologique majeur, immense, ravageur, pour les USA, dans leur prétention hégémonique à dominer le monde. Aux conséquences multiples.

Ce désastre vient de leur être infligé par l’Iran.

Ses spécialistes en CyberWars, en « guerre électronique », se sont emparés d’un exemplaire de son drone technologiquement le plus sophistiqué. Avion sans pilote à bord, radioguidé au moyen d’un système satellitaire, qui avait décollé d’Afghanistan. Le faisant atterrir en douceur, après en avoir neutralisé les systèmes de sécurité, avec une parfaite maîtrise, sur une de leurs bases aériennes.

L’appareil avait pénétré l’espace aérien iranien, se croyant indétectable pour l’avoir effectué précédemment à plusieurs reprises, sur une profondeur de 225 km au nord-est du pays. Survolant Kāshmar, capitale de la province de Razavi Khorasan.

Kāshmar, à 926 km de Téhéran, célèbre pour la beauté veloutée de ses tapis laine et soie à l’extraordinaire finesse des motifs rehaussés, dans leur brillance, d’un subtil équilibre de couleurs et nuances. Amateurs et collectionneurs de tapis persans, notamment dans les pays de l’Eurasie, en raffolent. A 220 km de la frontière afghane dans le nord-est du pays, près du magnifique désert deLoot, un des plus beaux de la planète. La proximité de l’air chaud lui permet de cultiver une quarantaine de variété de raisins, avec une des plus savoureuses productions mondiales de safran (1). Réputée, aussi, pour la qualité de deux universités : Payame Nur University, spécialisée dans l’enseignement à distance, et Azad University.

Le drone n’était pas là pour photographier universités, hôpitaux, stations d’épuration d’eau et centrales électriques de la ville. Photos et plans sont disponibles au public. Les Iraniens savent que ces infrastructures civiles figurent parmi les cibles prioritaires, malgré l’interdiction internationale des Conventions de Genève, en cas de bombardements par “La Communauté Internationale”. Comme ce fut le cas en Palestine-Gaza, Irak, Afghanistan, Liban, ou en Libye récemment réduite en cendres. (2)

Pas davantage pour inventorier les sites touristiques de la région…

JPEG - 21.8 ko
Rires en Chine sur la diabolisation obsessionnelle de l’Iran par les occidentaux

Le Chihuahua

Il ne le savait pas, impatiemment attendu ce jour-là. Une réception spéciale lui était réservée, s’agissant d’un drone d’exception. De loin, beaucoup plus perfectionné que les “drones-tueurs”, armés de missiles, spécialisés dans les massacres quotidiens de civils en Afghanistan ou au Pakistan, aux noms sanguinairement évocateurs : “Reaper” (La Faucheuse), “Predator”... (3)

Non. C’était la superstar de l’arsenal US qui franchissait la frontière iranienne, un « drone espion » : le RQ-170 Sentinel. La crème de la crème, en termes de haute technologie aéronautique et militaire, un concentré de tout le savoir et de la technicité la plus secrète, même auprès de ses alliés et vassaux, du complexe militaro-industriel US.

Peu d’exemplaires construits. Si précieux que seule la CIA en détient l’exclusivité : mise au point, programmes des missions, pilotage, exploitation des informations recueillies. Son pilotage s’effectue à partir de la base de Tonopah dans le Nevada, via des relais satellite. Les RQ-170 Sentinel chargés d’espionner Iran, Pakistan et Chine, limitrophes de l’Afghanistan, sont dans leur majorité physiquement positionnés et gérés par la CIA, depuis 2008, sur la base aérienne de Shindand, avec leurs équipes de maintenance, même s’ils sont pilotés à partir des USA.

Située à 1.500 mètres d’altitude dans la province de Hérat à l’ouest de l’Afghanistan, face à l’Iran, la “Shindand Air Base” est destinée, chez les stratèges US, à servir de plateforme logistique dans l’éventualité, souhaitée par tous les traîneurs de sabre à Washington, d’une invasion de ce pays. Car, rien ne justifie une telle démesure de moyens face à une guérilla de résistance nationale, faiblement armée, en Afghanistan. Cette gigantesque base vient de faire l’objet d’un triplement de son infrastructure et pistes en 2011, et une nouvelle piste va encore être rajoutée début 2012. La longueur de ses pistes permet de recevoir les avions de transport géants C-17 Globemaster III. (4)

Le RQ-170 Sentinel, drone à long rayon d’action capable de voler à 15 000 mètres d’altitude, sa forme en delta lui donne une envergure de 26 mètres en largeur, 4,5 mètres en longueur, 1,84 en hauteur. Equipé d’un réacteur General Electric TF34connu pour sa robustesse et sa fiabilité. Son équipement, son “design”, son “avionique”, pour reprendre le jargon du métier, sont dérivés du fameux bombardier B-2, réputé indétectable par tout système radar. D’où son qualificatif de “furtif” selon l’expression technique, “stealth” en anglais. (5)

Cette merveille aéronautique a ainsi une “signature”, une identification ou un repérage, parmi les plus faibles : acoustique, infrarouge, visuelle et radar. Quasiment, impossible à détecter, passant inaperçu. Quand il l’est, c’est trop tard, ayant disparu ou déjà frappé. En raison de deux caractéristiques :

=> Son aérodynamisme en forme d’aile-volante en matériaux composites, au profilage offrant peu de prise aux ondes radars adverses

=> Son revêtement spécial, sa “peau” (wing skins) comme disent les spécialistes, dont la composition multicouche est ultrasecrète, absorbant tous types d’ondes de détection radar.

Il embarque le nec plus ultra de ce que science et technique ont pu rendre opérationnel sur le plan de la détection, de la surveillance, du radioguidage, et des transmissions cryptées : interception de communications, prélèvement par capteurs (sniffers) d’émanations chimiques ou radioactives même à doses infimes, prise de photos et de films par tous temps et toutes résolutions de nuit comme de jour, identification des positions radars ennemies, centres de commandements, localisation de bunkers et souterrains, etc.

L’ensemble de cet appareillage est si sophistiqué et sensible qu’il est nécessaire d’abriter ce drone, en dehors de ses missions, dans un hangar climatisé.

Pareil « trésor volant » évolue, évidemment, dans un environnement sécurisé à l’extrême. Quatre systèmes de sécurité le rendent quasiment invulnérable :

i) Systèmes antibrouillages (“anti jam”) et de guerre électronique les plus récents et les plus puissants

ii) Doublement systématique des éléments essentiels de sa motorisation et de son pilotage, avec basculement immédiat de l’un à l’autre dès l’amorce d’une panne improbable

iii) En cas de perte de contact avec son pilote à terre, procédure de mise en pilotage automatique avec programmation de son ordinateur de bord en guidage autonome lui permettant de retourner à sa base initiale, dans une sorte de « retour au pigeonnier »

iv) En cas de défaillance du pilotage automatique, ou du système de « retour au pigeonnier », phase terminale par destruction automatique, ou plutôt pulvérisation en vol, pour qu’il n’y ait aucune possibilité de récupérer une quelconque pièce ou trace éventuelles à récupérer par des mains autres que celles des agents de la CIA.

Dans leur mégalomanie coutumière, les experts militaires et du renseignement US l’avaient surnommé “The Beast of Kandahar”, où il fut exhibé et filmé en vidéo au décollage en 2007 pour la première fois. La Bête, le Monstre… Mais encore, en argot anglais, The Beast c’est le flic méchant, à la matraque facile, la brute, la terreur légitimée par l’insigne et la loi du plus fort…

Les ingénieurs Iraniens ont apprivoisé, domestiqué, The Beast.

Le transformant en Chihuahua docile, couettes enrubannées au vent, allant sagement se coucher selon leurs instructions, et dans la soumission, sur le coussinet qu’ils lui avaient assigné. A son insu, coupant ses relations satellitaires, se substituant au pilote du Nevada, gérant tous les recoins de son ordinateur de bord, son cerveau, le manipulant de brillante façon au point de le faire atterrir, sur ce qu’il croyait être sa niche ou son “pigeonnier” d’origine : la “Shindand Air Base”. Intact.

Saluons, sportivement, ce fantastique et historique exploit.

JPEG - 22.8 ko
Présentation du RQ-170 Sentinel intact par l’Iran. La grille qu’on aperçoit est l’entrée du réacteur, situé au milieu de “l’aile volante”, conçue pour éviter “l’ingestion d’oiseaux”.

Un cadeau impérial

Mais, allons au-delà.

Conséquences, perspectives, bouleversements, impacts, s’amoncèlent : juridiques, économiques, technologiques, militaires, géopolitiques. Un regard sur les plus déterminants s’impose pour qui veut comprendre l’ampleur de l’évènement. Reste deux attitudes : soit examiner d’un œil clinique et logique les faits, soit en nier l’évidence, l’importance, en se réfugiant dans une idéologie sclérosante.

Essayons la première voie, en retenant brièvement quelques dimensions :

i) Droit International et Bellicisme

« Acte hostile », gravissime, dénoncent les Iraniens, en saisissant les instances de l’ONU. Sachant qu’ils n’obtiendront rien. Mais, ils ont raison sur le fond, en droit international, et pour le principe : une fois de plus, tendre à l’ONU le miroir de ses postures hypocrites, son double jeu et son incurie. Imaginons qu’un drone russe ou chinois ait pénétré de 225 km à l’intérieur des frontières des USA… Dans l’hystérie médiatique, ce ne seraient que cris, résolutions, sanctions, en cascade, de “La Communauté Internationale”.

Plus révélateur est le comportement de la nomenklatura US. Lundi dernier sur CNN, l’ancien vice-président Dick Cheney, le second de Bush, reprochait à Obama de ne pas avoir immédiatement donné l’ordre de bombarder l’endroit où avait été vu pour la dernière fois le drone capturé par les Iraniens :

« La bonne réponse à cette affaire était de réagir immédiatement dès que l’appareil a été capturé et le détruire… Cela peut être fait à partir d’une opération aérienne. Cela peut être réalisé par une rapide frappe aérienne ». (6)

Non seulement, aucune volonté de s’excuser ou de regretter un tel « acte hostile », mais, au contraire, il paraît naturel de passer aussitôt, jouant les outragés, à un « acte de guerre ».

Position partagée par les politiciens du Congrès US. Notamment, chez les candidats ’républicains’ aux primaires présidentielles en cours dans une surenchère délirante : tels, l’ancien président de la Chambre des Représentants Newt Gingrich, (7), ou encore Rick Santorum, qui ne cessent de préconiser l’assassinat des dirigeants de l’Iran ainsi que celui de ses scientifiques. Exigeant, outre ses centres de recherche atomique, le bombardement de ses productions de pétrole et de gaz, ses infrastructures portuaires, etc.

Un tel degré d’inconscience, d’irrationalité, de fanatisme, à ce niveau de responsabilité, démontre combien la caste dirigeante américaine est gangrénée par un ramassis de milliardaires-voyous, analphabètes de la situation du monde. Etalage d’arrogance, de mépris des peuples, de la vie humaine et des principes élémentaires du respect du Droit à l’Autodétermination. Véritables gangsters psychopathes de la violence, substituant l’Assassinat, le Bellicisme, au Droit International.

Face au désastre militaire et technologique que représente la saisie intacte du RQ-170 Sentinel par les Iraniens, leur fureur aveugle ne semble pas se calmer…

ii) Science et Technologie

Le Président Ahmadinejad, ingénieur de formation, s’en délecte dans l’ironie. Synthétisant, dans un entretien avec une télévision latino-américaine, un des aspects majeurs de cette opération, évoquant un “cadeau” :

« Les américains ont peut être décidé de nous offrir cet avion espion … »

Assurément, “cadeau” est bien le terme. Impérial. Au minimum, d’une valeur de 50 milliards de dollars. Et, je pèse mes chiffres !... Ce n’est pas simplement le prix de l’appareil et de son équipement. C’est aussi celui de la masse des brevets, fournis gratuitement à l’Iran.

Celui de l’ensemble, de l’aboutissement sur plusieurs décennies, des programmes, budgets, financements, centaines de milliers d’heures de recherches, d’essais, de mises au point, de savoir-faire (know how), dans une multitude de disciplines et de techniques : aéronautique, motorisation, matériaux composites, réseau de fibres optiques embarqués, logiciels de bord, interfaces satellitaires, radars, télécoms et radioguidages, optiques et systèmes électro-optiques, photos, système d’imagerie hyperspectrale, systèmes de piratages téléphoniques et informatiques, d’écoutes, prélèvements chimiques-bactériologiques, sondes ou sniffers de particules radioactives, etc.

L’équivalent d’une visite guidée, portes ouvertes, par le Pentagone, au cœur de l’arsenal et du ’secret défense’ de son industrie de l’armement. Le complexe militaro-industriel US soudainement nu comme un ver, sous les projecteurs. Tous les systèmes de navigation, de radar, de furtivité, de mesures et de contremesures électroniques, intégrés aux appareils les plus perfectionnés des forces aériennes US et occidentales, offerts aux patientes investigations des spécialistes Iraniens.

Non seulement le fameux bombardier B-2, mais aussi le chasseur de dernière génération F-35, qualifié de “furtif”, qui a le même fabricant que le drone espion : Lockheed Martin. Chasseur polyvalent (Multirole Joint Strike Fighter) qui équipe progressivement l’aviation, la marine, le corps des marines (modèle spécial à décollage vertical), des USA, ainsi que la Royal Navy britannique. Prochainement une vingtaine pour Israël, livrables à partir de 2018, avec une option sur 55 supplémentaires. Sous la pression du lobby sioniste, le Congrès US a bloqué la vente du F-35 à l’Arabie saoudite qui devra se contenter du F-15 de conception ancienne, et de plus, dans une version bridée...

Paradoxe, l’Iran bénéficie dès aujourd’hui des technologies les plus secrètes et précieuses de l’aéronautique US que l’Arabie saoudite, un des plus fidèles alliés des USA, n’obtiendra jamais, et qu’Israël ne pourra utiliser que dans sept ans ! “Cadeau”, faisant apparaître ridicule, dérisoire, caduc, l’embargo obsessionnel des occidentaux sur le transfert de technologie à l’Iran …

Mais, rien n’y fait. L’arrogance indécrottable des responsables US et de leurs « experts militaires » demeure. Exemple : un analyste du Teal Group (expertise en aéronautique et spatial), Richard Aboulafia, minimise le cataclysme dans une métaphore méprisante :

« D’un point de vue du secret, c’est comme si on avait fait tomber une Ferrari dans une culture du char à bœuf ». (8)

Fanatisés, conditionnés, niant les faits, abrutis d’idéologie coloniale, la nomenklatura US ne peut fantasmer l’Iran qu’en désert technologique, peuplés de sauvages, incapables de décoder, adapter, tirer le moindre enseignement de la saisie d’un appareil de haute technologique que ses ingénieurs ont fait atterrir comme une fleur sur leur territoire. L’arrogance n’est-elle pas une manifestation imbécile, une pathologie déconnectant de la réalité, précipitant droit dans le mur ?… Symptôme du pathétique suicide intellectuel d’une oligarchie.

JPEG - 17.3 ko
Rires en Chine sur les menaces des va-t-en-guerre contre l’Iran. L’Oncle Sam tient dans ses bras le rapport de l’IAEA sous le regard impatient de Netanyahou.

Le Lièvre et la Tortue

Certes, sur le papier le rapport de forces théorique entre l’Empire et l’Iran reste inchangé. Une vague de bombes atomiques peut réduire en poussière l’Iran, en quelques secondes. Toutefois, utiliser la force atomique, contre un Etat qui n’attaque personne, n’occupe aucun pays dans la violence ni la spoliation, serait pour l’Empire se mettre au ban de la planète entière. Même, sous prétexte de guerre préventive fondée sur des mensonges. D’où l’intensité de la “guerre secrète” imposée à l’Iran.

Comme dans la fable du ’Lièvre et la Tortue’, rattrapant dans beaucoup de domaines le retard accumulé sous la dictature du Shah inféodée aux industries de l’armement occidentale, pour préserver son indépendance l’Iran a édifié une performante industrie de la défense et du renseignement. Adossée à une infrastructure scientifique et technique de premier plan, aux nombreuses universités, multiples centres de recherches et milliers d’ingénieurs (ce qui va exiger des services occidentaux beaucoup d’assassinats pour les exterminer jusqu’aux derniers…).

Ce coup terrible, envoyé en pleine figure de l’appareil militaire américain et occidental dans son ensemble, est révélateur. L’opération réussie d’arraisonnement du drone espion, préparée de longue date, méticuleusement mise au point, en est une éclatante démonstration.

L’Iran, sur les 10 dernières années, a abattu, neutralisé, de nombreux drones franchissant ses frontières. La plupart ont été récupérés sous forme de débris et reconstitués, certains en bon état. D’autres ont été complètement perdus, dont deux abattus au-dessus des eaux territoriales du Golfe Persique. Les autorités iraniennes vont prochainement organiser une exposition, destinée dans un premier temps aux ambassadeurs et aux professionnels de l’information, pour présenter le drone espion arraisonné, encadré de 7 autres drones en bon état : 4 israéliens (violation des frontières est) et 3 américains (violation des frontières sud et ouest).

A partir de cette mine d’informations, les Iraniens avaient organisé des équipes multidisciplinaires de recherche et développement afin de pénétrer tous les secrets du fonctionnement de ces aéronefs sophistiqués. D’autres équipes, se relayant nuit et jour, se sont spécialisées, par type de drone, dans un véritable travail de fourmi : suivre toutes leurs évolutions, en Iran, en Afghanistan. Et, même au Pakistan, où une de leur équipe était présente en permanence.

Le drone a un grand défaut : il est excessivement bavard, une pie jacassant sans interruption. Ne pouvant cesser de communiquer avec son pilote au sol pour savoir où se diriger, envoyant un flot continu d’images, d’informations et prélèvements divers. Une masse de communications faciles à enregistrer, même en langage codé. Ce bavardage continu facilite grandement l’apprentissage de son langage. Rien de plus facile : quel que soit son niveau de cryptage, un langage codé « se casse ». Les Iraniens comptent parmi eux les meilleurs mathématiciens et logiciens du monde (dont de nombreuses femmes…), jonglant avec les algorithmes et les supercalculateurs avec autant de facilité qu’un joueur de frisbee. (9)

Dernière étape, à partir du décryptage, décortiquer le fonctionnement de son cerveau. Qui n’a rien à voir, pour le moment, avec la complexité du cerveau humain. Un simple logiciel de bord qui, par définition, livre celui utilisé au sol. Avec leurs différents modes d’échanges d’instruction via les satellites. C’est ainsi que la “feuille de route” du RQ-170 Sentinel destiné à violer les frontières de l’Iran pour l’espionner, était connue de la défense iranienne dès son décollage…

S’amusant à pénétrer les ordinateurs de la “Creech Air Force Base” dans le Nevada et y infecter de quelques virus retors, pendant plusieurs semaines à l’insu des spécialistes US, l’ensemble de leur flotte de drones. Générant de multiples incidents, jusqu’à provoquer l’écrasement d’un drone de type Reaper aux Seychelles cette semaine. (10)

S’il est possible de disposer de tous les codes sources pour arraisonner des drones adverses, en gérant leurs liaisons terrestres et satellitaires parmi les plus fortement protégées, il faut savoir que la maîtrise d’algorithmes et de logique est encore plus simple dans le contrôle des stations de radars, avions, bateaux, chars d’assaut, missiles. Jusqu’aux relations satellitaires coordonnant les troupes au sol…

Constat implacable : les forces armées iraniennes, sur le plan opérationnel de la « guerre électronique », ont atteint l’excellence. Faisant au moins jeu égal, si ce n’est plus, avec leurs adversaires potentiels. Ceux qui prétendent l’envahir auront en face d’eux non pas un pays sans ’défense électronique’ comme la Palestine, le Liban, l’Irak, l’Afghanistan, le Pakistan ou la Libye, qu’ils sont habitués à écraser dans la facilité et l’impunité, après avoir “aveuglé” leurs défenses aériennes quand ils en ont, mais des forces comparables aux leurs… (11)

The Beast, emblématique d’une géopolitique mégalomaniaque de l’absurde, subitement devenue l’ombre d’elle-même.

Préfigurant le sort d’un Empire décadent…

(1) Safran qu’on retrouve sur nos tables, du fait d’un embargo hypocrite profitant surtout aux intermédiaires véreux, dans un conditionnement ’espagnol’, ’turc’, ou autres appellations d’origines non contrôlées…

(2) Cf. in Justice ou Injustice internationale, Daniel Lagot, Edditions L’Harmattan, 2009, Les Conventions de Genève, art. 85.5, énoncent parmi les crimes de guerre :

- « soumettre la population ou des personnes civiles à une attaque »

- « lancer une attaque indiscriminée atteignant la population civile ou des biens de caractère civil, en sachant qu’elle causera des pertes en vies humaines dans la population civile, des blessures aux personnes civiles, des dommages aux biens civils, “excessifs par rapport à l’avantage militaire et concret attendu” ».

(3) Ces “drones-tueurs” sont responsables des plus grand massacres actuels de civils en Afghanistan et au Pakistan, sous prétexte de tuer des “commandants Talibans ou membres d’Al Qaïda”. Comme lors de la guerre du Vietnam, à l’exemple des luttes des puissances coloniales contre une révolte face à leurs prédations, tout chef de village est assimilé à un rebelle, un insurgé, un terroriste, ou un Taliban. En conséquence : tué avec sa famille, quand ce n’est pas avec l’ensemble de son village. Dans la stratégie de lutte contre une résistance nationale, le premier objectif étant de déstructurer une société en éradiquant un quelconque “leadership”.

(4) L’USAF y a affecté le 838th Air Expeditionary Advisory Group, cohabitant avec les services spécialisés de la CIA.

(5) Le coût “officiel” de chaque B-2 avec ses pièces détachées et sa maintenance, est évalué à 2,13 milliards de dollars (’B-2 Bomber : Cost and Operational Issues Letter Report, 14 August 1997, GAO/NSIAD-97-181.’ United States General Accounting Office).

Attaquant toujours de nuit, les B-2 ont été le fer de lance de l’écrasement de l’Irak sous les bombes en 2003, au cours duquel ils ont lancé plus de « 1,5 millions de pounds » (1 pound = 0,45359237 kg) de bombes de tous calibres. Jusqu’à une tonne par bombe.

Trois d’entre eux, furent les premiers appareils de l’OTAN, à pénétrer dans l’espace aérien Libyen pour y bombarder des aérodromes en mars 2011, déversant une quarantaine de bombes.

Dans les deux cas, pour « renverser » un dictateur… Ils ont été aussi utilisés au Kosovo et en Afghanistan, pour annoncer l’arrivée de « la démocratie »…

(6) ’The right response to that would have been to go in immediately after it had gone down and destroy it,’ […] ’You can do that from the air. You can do that with a quick air strike.”, http://rt.com/news/iran-obama-drone-request-713/

(7) Inconnu de l’opinion publique internationale jusqu’à sa récente et délirante déclaration qualifiant les Palestiniens de « Peuple inventé et terroriste »…
(8) ’From a secrecy standpoint, it’s like dropping a Ferrari into an ox-cart technology culture’, http://www.defensenews.com/story.php?i=8517205&c=AIR&s=TOP

(9) La Chine possède le deuxième plus puissant supercalculateur du monde, et le plus rapide, avec son Nebulae Dawning de 1,2 pétaflop et 55 680 cœurs Intel…

(10) http://rt.com/usa/news/seychelles-drone-us-iran-711/

(11) Avec d’autant plus de facilité quand ils leur ont vendu le matériel de défense antiaérienne dont ils connaissent toutes les caractéristiques, emplacements, systèmes de surveillance et de communication, disposant de tous les codes sources qu’ils peuvent neutraliser en un claquement de doigt. Exemple : les missiles antiaériens “crotale” livrés par la France à la Lybie (9 unités d’acquisition & 27 unités de tir) n’ont abattu aucun avion ni hélicoptère …

Caricatures talentueuses de Pang Li et Luo Jie du ChinaDaily Europe

URL de cet article 15421
http://www.legrandsoir.info/l-iran-et-le-drone-un-desastre-ravageur-pour-les-etats-unis.html

Note d'eva : Tant de silences assourdissants des Médias aux ordres ! Comme celui sur l'Islande qui refuse la dictature du Cartel bancaire ... ou sur l'Equateur §
.
§Équateur : le courage politique de dire non à la dette et au FMI

Guillaume BEAULANDE

Le 14 décembre 2008, le président de l’Équateur, Rafael Correa, prenait la décision simple et ferme de ne plus payer la part « illégitime » de la dette publique et de suspendre le remboursement des titres de la dette. Retour sur une réussite politique, sociale et économique.

Rafael Correa annonçait un plan de restructuration ainsi qu’un audit de la dette publique pour en déceler la part « légitime » (la part utilisée dans l’intérêt du peuple équatorien) et celle « illégitime » (le renflouement des banques privées et issue des contrats de dettes illégaux), voire « odieuse » (contractée par des régimes dictatoriaux contre l’intérêt du peuple). Le pouvoir exécutif avait en effet décidé en 2007 de mettre en place une commission d’enquête pour un audit de la dette sur la période 1976-2006 dont faisaient partie des experts européens tels que Éric Toussaint du Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers-Monde (CADTM). Le Président de l’Équateur déclara qu’il ne paierait plus la part de la dette jugée illégitime. Cette part fut estimée alors à 70% de sa totalité. Un point significatif de cette démarche est que 95% des créanciers de l’Équateur (FMI, Banques, et autres fonds institutionnels) ont accepté cette décision !! En utilisant l’outil de l’audit de la dette et grâce à une mobilisation (...) Lire la suite »
.
Guerres :
.
Voir aussi :

Printemps arabe: lorsque les colonialistes répètent les expériences du passé

LES GUERRES HUMANITAIRES, UN INVESTISSEMENT À RENTABILISER…

En Irak la guerre est « subrogée »

Etonnant : Les Inrocks disent la vérité sur Homs !

Le doigt sur la couture du pantalon descendu sur les chevilles: schizophrénie ou féminisation de la Grande Muette?

La défaite de l’empire états-unien

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche