Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 03:09

http://dreamorlive.files.wordpress.com/2010/07/3eme-guerre-mondial.jpg

.http://dreamorlive.files.wordpress.com/2010/07/3eme-guerre-mondial.jpg.

ALEX JONES : ISRAËL SUR LE POINT D'ATTAQUER L'IRAN
 
jeudi 13 octobre 2011
  
Selon les infos d'Alex Jones, Israël attaquera l'Iran d'ici 2 semaines. Des sources de l'armée lui auraient confirmé que le GO a été donné pour attaquer. Steve Pieczenik, qui est très bien informé, est venu confirmer la nouvelle.

Alors qu'Obama est incroyablement impopulaire, ils activent le plan qui était prévu depuis belle lurette. Ils ont besoin de cette guerre et des attaques sous faux pavillon blamant les iraniens pour créer l'ultime diversion en cette période où la pression sur eux est de plus en plus grande.


Source: http://eso-news.blogspot.com/#ixzz1ai3wXvU6

 

 

NB Eva R-sistons : D'où la libération du soldat de Tsahal Shalit (le préserver des retombées) et les faits faussement imputés à l'Iran.

 

 

Assez dépensé pour les armes nucléaires !

Pétition.

 

Faites signer la pétition de Global Zero qui appelle les décideurs politiques du monde entier à revoir leurs priorités et à faire passer les services sociaux et publics essentiels avant les armes nucléaires. Rejoignez-moi !

http://cutnukes.globalzero.org

LES FAITS : Nos gouvernements se sont engagés à dépenser dans les dix prochaines années plus de 713 milliards d'euros pour des armes nucléaires.

 

.

 

.

« Les relations sino-russes n’ont jamais été aussi bonnes »

http://www.solidariteetprogres.org/sp_accueil.php3

Russie et Chine se préparent à une 3 e Guerre Mondiale contre l'OTAN

La Russie et la chine se préparent à une Troisième Guerre Mondiale contre les États-Unis d’Amérique et les forces de l’OTAN


  aap1.jpg

 Par Svetlana Antonovitch

  

Le président de la Fédération de Russie, Dmitri Anatolievitch Medvedev, a indiqué il y a quelques jours à ses généraux qu’il « fallait se préparer à l’Armaggedon. »

Un membre du FSB (russe : ФСБ) ou Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie (Федеральная служба безопасности Российской Федерации, retranscrit en Federalnaïa sloujba bezopasnosti Rossiyskoï Federatsii), les services secrets de la Russie,  a récemment parlé à un journaliste d’investigation français d’une opération géopolitique planifiée sans précédent, laquelle serait supervisée par le premier ministre russe Vladimir Poutine, lequel souhaite fonder l’union eurasienne dont le Kazakhstan et la Biélorussie, mais également l’Ukraine et la Bulgarie feraient partie. Le gouvernement russe est tout simplement ancré dans une volonté de récupérer sous d’autres formes son empire perdu. Il bute cependant sur la Turquie et sur la Mongolie. La Turquie que les américains se dépêchent de faire entrer dans l’union européenne, union européenne qu’ils souhaitent à terme fusionner avec une union nord-américaine, et la Mongolie car la Chine ne veut pas cautionner cette fusion puisque ce pays riche en matière premières qu’elle voudrait bien aussi s’accaparer posent ainsi des difficultés aux deux gouvernements frontaliers qui n’arrivent toujours pas à se mettre d’accord sur le partage des ressources du captif mongol. Les négociations portant sur le problème mongol s’enchainent et se ressemblent, mais une résolution qui mettrait un terme à des décennies de litiges semble encore loin de portée.

En outre, les états-majors russes et chinois se sont coordonnés sur un plan commun, ils ont décidé conjointement de mettre leurs armées respectives en « état d’alerte maximale », en raison d’une prévision d’une attaque terrestre massive que le FSB croit être planifiée par les américains et les forces de l’OTAN, à la fois au Moyen-Orient et en Asie centrale.

Alors qu’une formidable bataille géopolitique et économique s’engage à peine entre l’union eurasienne dirigée par Moscou et l’union européenne dirigée par Washington, pour savoir qui récupérera la Turquie, dont le marché, les ressources et la géographie en font un bien précieux, économiquement et stratégiquement, une troisième guerre mondiale serait déjà en cours, son arrivée inattendue aurait été précipitée par la crise économique et le surlendemain des États-Unis. Le calendrier du pentagone aurait été avancé pour anticiper la chute de l’euro et du dollar. La Russie et la Chine veulent certainement profiter du marasme économique mondiale pour prendre la relève et arbitrer à eux seuls le monde, et ce sur tous les plans. Il faut saisir l’opportunité tant que la « bête » (les Etats-Unis) est à terre, aurait dit Poutine à son homologue chinois Hu Jintao.

Le projet d’une guerre mondiale totale que se prépare à lancer les américains aurait en premier lieu été révélé au MSS chinois par le mercenaire Bryan Underwood actuellement détenu par les autorités américaines pour espionnage. Le ministère de la Sécurité de l'État (Guoanbu, en chinois simplifié : 国家安全部, en pinyin : Guójiā Ānquánbù), appelé aussi MSS (Chinese Ministry of State Security) est l’agence de sécurité et probablement les services secrets de la République populaire de Chine. Son adresse est le 14, rue Dongchang'an (East Chang'an Street) à côté du Ministère de la sécurité publique de la République populaire de Chine (Gonganbu) à Pékin.

Aussitôt la Chine a avertit les autorités russes, le mardi 4 octobre 2011, du grand événement américain à venir. Ce n’est qu’après en avoir été informé,  que Vladimir Poutine a fait paraître dans un article du quotidien Izvestia une interview de lui en vérité improvisée, dans lequel il annonce au grand public la création prochaine d’une union eurasienne intégrant à la Fédération de Russie les Etats post-soviétiques afin d’établir une coopération plus étroite entre les gouvernants et une meilleur stabilité politique des régions. Poutine a également changé brusquement son agenda afin d’effectuer un voyage diplomatique d’urgence pour rencontrer le président chinois Hu Jintao. Remerciant ce dernier pour les informations transmises et pour la confiance de l’Etat chinois accordé à Moscou, Vladimir Poutine a ordonné au FSB de confirmer au MSS chinois que c’est bien la Russie qui est responsable de l’arrestation et de la détention de l’espion chinois Tun Sheniyun qui a été capturé l’année dernière par le FSB pour avoir tenter de voler à la Russie des informations sur leur système anti-aérien. Il sera libéré prochainement.

Mais qu’on ne soit pas dupe de cette mise en scène qui assure le prolongement de la seconde guerre mondiale. Nous savons pertinemment, et il n’y a pas que les journalistes indépendants d’investigation de Wikistrike qui le savent, loin de là, Cette troisième guerre mondiale n’est que la nouvelle étape planifiée, encore une fois, pour permettre la création d’un gouvernement mondial que tous les citoyens du monde accepteront sans contrepartie, aveuglément, tant ils seront atrophiés psychologiquement et émotionnellement par les atrocités de cette nouvelle boucherie. L’implosion délibérée et voulue par la FED du système économique global actuel, à commencer par la contexture financière et économique de l’Amérique du nord et de l’Union Européenne, n’a pour but que la destruction et la refonte total du système financier mondial qui a été mis en place depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

Le lancement de cette guerre terrible est un chapitre capital pour les élites mondiales, les Etats-Unis et les forces de l’OTAN vont entrer en guerre contre la Russie, la Chine et l’Iran, pour le contrôle du monde. Au cours de ce conflit, des deux côtés, sera délibérément utilisées des armes biologiques puissantes destinées à exterminer rapidement des centaines de millions, si ce n’est des milliards de civils innocents. Une fois le chaos généralisé, une fois que le nombre de victimes aura été jugée suffisant pour les oligarchies mondiales, un appel à la paix sera lancé, car il n’y aura pas de vainqueurs, personne ainsi ne se sentira lésé, et un appel à un nouvel ordre mondial sera émis, on assistera alors à la mise en place d’un gouvernement mondial et d’une banque mondiale, afin d’unir les peuples et de gérer les ressources, l’écosystème et l’économie, dans le but d’éviter à jamais une crise économique. A cet effet, une monnaie unique sera émise.

Pourquoi doit-on en arriver là ? C’est parce-que la surpopulation est un problème grave. Le nombre d’habitants de la planète ne cesse de croitre alors que les matières premières, les sources d’eau potable et les terres cultivables ne cessent de diminuer. Il existe en vérité des solutions pacifiques pour contrer la troisième guerre mondiale prévue par les Illuminatis : une loi pour la régulation démographique mondiale, abandonner le pétrole et le gaz en faveur des moteurs à hydrogène, à aimants permanents, des moteurs électromagnétiques utilisant la bioélectricité naturelle des champs magnétiques terrestres, et créer un système alimentaire mondial axé sur plus de végétarisme. En Inde, sur 1 milliard d’habitants, 450 millions d’indiens sont végétariens. Ce n’est pas seulement pour des raisons morales, c’est parce-qu’un hectare de fruits et de légumes nourrit des milliers de fois plus de gens qu’un hectare de bétail. Et avec l’arrivée des pays émergents, les terres commencent à manquer, l’alimentation carnée à grande échelle pose problème.

Pour faire court, si tous les pays du monde devenaient des sociétés de consommation à hauteur de pays européens par exemple, ce qui est leur droit le plus fondamental, il faudrait 17 planètes car il n’y a pas d’hectares et de matières premières suffisants. Si la Chine continue son exponentialité actuelle, en 2040, il faudrait deux planètes juste pour nourrir la population chinoise !

Mais qui va imposer une loi de régulation démographique mondiale, un système alimentaire végétarien et l’interdiction pure et simple de l’utilisation au niveau mondial du pétrole et du gaz, alors que les américains possèdent la quasi-totalité du pétrole et les russes la quasi-totalité du gaz ? Réponse : personne.

Alors, la solution qui consisterait à éviter cette troisième guerre mondiale qui s’avère inéluctable rendrait automatiquement l’humanité libre, elle vivrait mieux et plus longtemps, chacun utiliserait une technologie quasi-gratuite et tous accepterait la régulation démographique en fonction de ses besoins et du respect des autres. Ainsi, il apparait que les élites du monde, pour conserver leur pouvoir, ait choisi un plan B, un peu moins paradisiaque, qui consiste à exterminer tout le monde, cette même logique a d’ailleurs été appliqué pour la première  et pour la seconde guerre mondiale, les élites de ce monde ne sont pas à leur coup d’essai, on ne change pas une méthode qui gagne. Comme disait Anatole France, en parlant de la première guerre mondiale, « on croit mourir pour la patrie, et on ne meurt que pour des banquiers et des industriels. » Les guerres mondiales sont pour les élites comme des snuff-movies. Ils sont tels des dieux dont le seul ennemi de leur éternité réside dans l’ennui, alors il faut innover.


 L’Iran sera le tombeau des États-Unis d’Amérique


 syrie-1.jpg

 Le combat des palestiniens pour leur liberté est le combat de tous les peuples

 Les lignes de front se dessinent

 Les américains n’ont pas besoin des décrets de leur Congrès pour étendre leurs zones de combat. La preuve : en Afghanistan et en Irak ils ont pré-positionné des milliers de chars M1 abrams au cas où… Washington s’apprêterait même à une « mobilisation générale » de 2 millions de personnes, en incluant les réservistes des diverses forces américaines. Les russes ne sont pas en reste puisqu’ils ont renforcé leur présence militaire au Kazakhstan, ainsi que dans les régions russes près des villes de Samara et de Volgograd. Si les américains attaquent l’Iran, les russes et peut-être les chinois profiteraient de la situation pour porter le coup de grâce à « la bête blessée », saignée par un dollar ne valant plus rien, un surendettement économique historique, sans compter le moyens mis en œuvre que les américains auront du déployer pour affronter l’Iran.

 Le plan de domination américain rencontre des obstacles

 Il est intéressant de noter que l’ancien leader de la Libye, le colonel Kadhafi, voulait introduire dans l’économie, basée sur un dinar or, une monnaie africaine unique qui aurait servit d’alternative à l’hégémonie du dollar, ainsi les pays africains se seraient peu à peu vus disposés à recevoir plus de partage de richesses. Les américains avaient alors décidé d’intervenir. Avant l’épisode libyen, c’était Saddam Hussein qui en 2000 s’était séparé de la valeur dollar, deux ans plus tard, les américains intervenaient brutalement.

Et aujourd’hui, en février 2009, une nouvelle nation a décidé de se révolter contre la dictature américaine en abandonnant le dollar, préférant opter pour une valeur de son pétrole et de son gaz en euro. Ce pays c’est l’Iran, merde, les américains ne sont pas encore intervenus ! C’est incroyable, que s’est-il passé ?

Explications : attention ouvrez les yeux, l’Iran n’a pas été attaqué pour la simple et bonne raison que Téhéran a fait l’acquisition d’une vingtaine de têtes nucléaires ukrainiennes armées de missiles X-55, ayant une portée de 3500 km. 

L’ancien président ukrainien Viktor Iouchtchenko a déclaré que ce qui a été vendu à l’Iran ne constitue aucune menace. Déclaration qui a été vivement contestée par Washington et par Moscou (pour faire bonne figure…).

Si on rajoute les têtes nucléaires russes et chinoises négociées discrètement dans le dos de l’ONU, la guerre en Iran pourrait devenir historique : premièrement parce-que ce sera la première guerre directe entre deux nations nucléaires, secondement parce-que le règne de la grande Amérique pourrait bien prendre fin. Si les États-Unis se fatiguent trop en hommes et en moyens contre l’Iran, la Russie et la Chine pourraient profiter de l’aubaine offerte sur un plateau, et le destin du monde basculerait.

 Svetlana Antonovitch pour Wikistrike

http://www.wikistrike.com/article-la-russie-et-la-chine-se-preparent-a-une-troisieme-guerre-mondiale-contre-les-etats-unis-d-amerique-86216176.html

Notes :

 ESPIONAGE CASES Defense Personnel Security Research Center

Bruté de Rémur, Damien, Hong, Jian Wen, La guerre de l'information en république populaire de Chine

 Her, Sophie, Le système d'intelligence économique chinois

Laïdi, Ali, Les États en guerre économique, Seuil, 2010, (ISBN 978201000320) , p. 218

Roger Faligot et Rémi KaufferKang Sheng et les services secrets chinoisÉditions Robert Laffont, 1988. (ISBN 2-221-04962-4).

Roger FaligotLes Services secrets chinois de Mao aux JO, Nouveau monde éditions, 2008.

In Russia, A Secretive Force Widens [archive], P. Finn Washington Post, 2006.

Yevgenia Albats et Catherine A. Fitzpatrick, The State Within a State: The KGB and Its Hold on Russia — Past, Present, and Future, 1994, ISBN 0-374-52738-5

 In Russia, A Secretive Force Widens [archive], Washington Post 2006

Counterintelligence Cases [archive] sur GlobalSecurity.org

(ru) Сочинение ко Дню чекиста [archive], Vladimir Voronov, 2006

(fr) Russie : Le FSB annonce l’arrestation d’une centaine d’espions étrangers en 2007, Fenêtre sur l'Europe, 20 Décembre 2007 [archive]

Russia Used 'Deception' To Kill Maskhadov [archive], 8 mai 2006

(en) FSB Reform: Changes Are Few and Far between [archive], The Moscow News

 Jacques Baud, « Comment travaillent les services secrets russes ? [archive] », entretien sur lemonde.fr

L'écrivain exilé Victor Suvorov, déserteur du GRU, explique que les membres des services de sécurité ne peuvent quitter de telles organisations « que dans un cercueil », parce qu'ils connaissent trop de secrets.

 Interview d'Olga Krychtanovskaïa Siloviks, Tchékistes au pouvoir : peurs ou réalité ? [archive]Écho de Moscou, 4 février 2006

KGB

Alexander Litvinenko

Service des renseignements extérieurs de la Fédération de Russie

(ru) Page officielle du FSB

(fr) Comment travaillent les services secrets russes ?Jacques Baud sur lemonde.fr

(en) http://www.fas.org/irp/world/russia/fsb/

http://www.wikistrike.com/article-la-russie-et-la-chine-se-preparent-a-une-troisieme-guerre-mondiale-contre-les-etats-unis-d-amerique-86216176.html

 

 

Une attaque sur l’Iran imminente

15 octobre 2011 Posté par benji sous Géopolitique

Cela ne vient que confirmer tout ce qui a été dit, certains pensaient que nous pourrions échapper à un troisième conflit planétaire mais malheureusement, cela s’annonce mal… Comme lors de chaque grosse crise financière un conflit s’ensuit, nous n’allons pas échapper à la règle, seulement, cette fois-ci cela risque d’être bien pire puisque les guerres risquent fort d’être autant civiles que militaires à travers la planète…

Pour faite suite à l’annonce d’Alex Jones un peu plus tôt…

par Aldous

La tension monte autour de l’Iran alors que de nombreux signes d’intense agitation montrent qu’une action armée serait en préparation.

Iran-nuclear-power-plant-a17f8.jpg

L’Iran accusé de terrorismeLe ton est soudainement monté contre l’Iran ces derniers jours. Aux USA d’abord où l’administration Obama a accusé les Gardiens de la Révolution de collusion avec les narcotrafiquants en vue d’organiser l’assassinat de l’ambassadeur Saoudien aux USA.

L’Iran accusé de chercher à mettre au point la bombe.

C’est ensuite l’AIEA qui vient d’accuser ouvertement l’Iran de mener un programme de recherche nucléaire suspect, c’est à dire pouvant mener au développement de bombes atomiques, révélations qui ont durci la position du congrès US sur la question des sanctions iraniennes. 
http://www.lepoint.fr/monde/iran-de…

Effervescence militaire entre USA et Israël

Sur le plan militaire également des signes d’effervescences se font sentir : Selon l’AFP ; les USA auraient fourni à Israël 55 bombes anti-bunker de type GBU-28. Ces bombes à guidage laser de presque une tonne sont capables de pénétrer jusqu’à 30m sous terre ou 6 m dans du béton avant d’exploser. Sa flèche (le pénétrateur) est sans doute constituée d’uranium appauvri.

gbu-28_buster_-2129c.jpg

http://www.ausairpower.net/GBU-28.html

Les spécialistes s’accordent à dire qu’il s’agirait de l’arme indispensable pour mener une mission aérienne visant détruire des installations nucléaire iranienne dont la plupart sont souterraines.

La fourniture de ces armes par les USA à Israël est une première et ce durcissement contraste étonnement avec la posture volontiers critique vis-à-vis de la politique israélienne que le prix Nobel de la paix Obama aime mettre en avant.

Dans une interview à Newsweek, james Cartwright, qui était vice-président de l’état major US jusqu’en aout dernier, a déclaré que la fourniture de ces bombes revenait à donner « le feu vert à Israël pour bombarder les installations nucléaires iraniennes. »

Newsweek cite également le républicain Steve Rothman, membre des comités de financement des militaires et de l’aide étrangère, que le président Obama a ordonné aux militaires américains de « renforcer la coopération avec Israël à tous les échelons. »
Le lieutenant Colonel Anthony Shaffer, spécialiste du renseignement militaire, affirme que l’aide logistique pour une telle attaque est déjà sur place en Israël et qu’elle aura lien dans les deux semaines.

Une attaque à haut risques

Les conséquences de l’attaque pourraient être potentiellement très graves pour plusieurs raisons :Le premier effet immédiat de la destruction de ces installation serait une pollution massive de l’environnement par des radionucléides qui affecteraient de dramatiquement l’ensemble du moyen orient mais aussi de façon significative le reste de la planète.

La suite dépendrait de la réaction de l’Iran, qui a déjà annoncé qu’en cas d’attaque elle bloquerait le détroit d’Ormuz, ce qui provoquerait un nouveau choc pétrolier, et riposterait avec des missiles ; tels le Shahab-3, capable d’atteindre Israël et même le sud-est de l’UE (Grèce, Bulgarie, Roumanie). C’est en tous cas une des raisons avancée par les USA pour déployer de noiuvelles batteries antimissiles en Europe.

panoplie_missiles_iran-f3602.jpg

Vers un nouveau choc pétrolier.

Les USA ont déjà indiqué qu’en cas de blocus sur Ormuz, ils interviendraient militairement.
Les forces américaines ceinturent littéralement l’Iran.

Les USA ont des bases au sud à Oman, au Qatar, en Arabie Saoudite, au Koweit et en Irak. A l’ouest en Turquie. Au nord en Ouzbekistan. A l’est au Pakistan et en Afghanistan.

En mer ils disposent de la base de Diego Garcia et de quatre porte-avions USS Roosvelt, USS Vinson, USS Illustrious et USS Kitty Hawks.

Un déploiement de force impressionnante mais qui ne doit pas faire négliger la capacité de riposte de l’armée Iranienne, aguerrie par des années de guerre contre l’Irak et dotée de sa propre industrie militaire doté de 300 usines.

Un pays membre du club spatial. Iran-Safir-satellite-carrier1-d5523.jpg

L’Iran dispose même depuis 2008 de la fusée Safir capable de mettre des satellites de 27 kg en orbite à 380 km d’altitude, et potentiellement modifiable en missile intercontinental.
Une inconnue de taille est la réaction de la Russie face à cette agression. Partenaire privilégié de l’Iran, elle n’est pas liée à elle par un accord de défense. Mais il est évident qu’un changement de régime en Iran serait perçu comme une menace à la sécurité et aux intérêts pétroliers de la Russie dans la région de la mer caspienne. La possibilité d’une escalade n’est donc pas exclue.

La stratégie de la Nouvelle Carte du Pentagone.

L’attaque de l’Iran semble d’autant plus probable qu’elle s’inscrit parfaitement dans la stratégie globale du Pendagone telle que décrite par de nombreux spécialistes comme Thomas Barnett, professeur en géostratégie au US Naval War College.

http://www.agoravox.fr/actualites/i…

Dans un livre intitulé « New Pentagone Map » Thomas Barnett démontrait que le principal obstacle à la stratégie d’influence globale des USA demeurait l’Iran, tête de file des pays du « gap » c’est-à-dire refusant les nouvelles règles mondialistes imposées par les organisations internationales comme l’OMC, le FMI ou la banque mondiale.

La mise au pas de l’Iran répond donc à plusieurs objectifs. Elle servairait non seulement à maîtriser la prolifération nucléiare et à donner un débouché facile du pétrole de la caspienne vers l’océan indien mais aussi elle retirerait au mouvement des anti-mondialistes un pays parmi les plus riches et les plus en avancés.

Autant de raisons qui ont amené les USA à un patient encerclement progressif qui pourrait maintenant aboutir à une action militaire de grande envergure.

Cliquez sur la photo pour agrandir

JPEG - 250.5 ko

Mapping America’s war on terrorism : An aggressive new strategy

Source: leveil2011

 

.

 

L’OTAN commet un massacre, à Syrte,

et rase la ville (témoignage)

http://www.alterinfo.net/L-OTAN-commet-un-massacre-a-Syrte-et-rase-la-ville-temoignage_a65164.html

.

.

TOUTES les guerres en préparation ici :
Syrie, Pakistan, attaque imminente Iran....
sur mon blog No-War

.

 

Voir aussi :


http://www.dhblogs.be/categories/International.html

                              

http://www.lalibreblogs.be/categories/International.html

 

.

.

 

Une nouvelle guerre :

 

Intervention militaire étatsunienne en Ouganda

usmarine.jpg"J'ai autorisé un nombre restreint de forces combattantes équipées américaines à se déployer en Afrique centrale pour fournir une aide aux forces régionales qui travaillent à évincer Joseph Kony du champ de bataille "a indiqué le président Obama dans vendredi dernier dans une lettre envoyée aux présidents de la Chambre des représentants et du Sénat en se fondant sur une loi d'assistance votée par le Congrès en 2009 (Northern Uganda Recovery Act of 2009).

 

L'envoi d'une centaine de soldats américains  en Ouganda pour combattre l' Armée de résistance du Seigneur (Lord's Resistance Army - LRA) a surpris. Certes la LRA a ravagé l'Ouganda pendant 25 ans avec ses milices d'enfants tueurs mais elle ne s'est jamais opposée aux Etats-Unis et l'affirmation selon laquelle l'engagement de Washington contre elle correspond à « un intérêt de sécurité nationale » pour les Etats-Unis en a laissé plus d'un perplexe. Dans les milieux conservateurs américains le chroniqueur Rush Limbaugh a mis en cause cette décision en jugeant inopportun que les Etats-Unis s'attaquent à une guérilla chrétienne, et le libertarien Ron Paul que cet envoi de troupes est inconstitutionnel. L'un et l'autre ont en commun de souligner que cet engagement cache sans doute un projet belliciste plus ambitieux. La LRA compte en effet environ 500 combattants et l'envoi de 100 soldats américains face à eux paraît disproportionné.

 

En réalité il s'agit d'une opération qui permettra à l'Ouganda de devenir une base de projection de l'armée américaine dans les pays voisins, notamment au Soudan et au Congo.

 

L'Ouganda voit ainsi consacrer son rôle de partenaire privilégié de Washington dans la zone. Il est déjà lourdement impliqué dans la répression des milices islamistes Shebab en Somalie et fonctionne comme un sous-traitant des Etats-Unis dans ce pays (ce qui lui a valu de subir un attentat islamiste dans sa capitale récemment). En juin dernier le Pentagone lui a octroyé 45 millions de dollars d'équipement militaire (malgré la crise financière) ainsi qu'au Burundi (équipement de vision de nuit, drones etc).

 

Le Kenya (où se trouveraient des bases secrètes américaines de drones pour des assassinats ciblés en Somalie) est aussi impliqué dans cette guerre : hier dimanche, à la suite d'enlèvements perpétrés sur le territoire de ce pays, une quarantaine de véhicules militaires kenyans sont entrés dans la ville somalienne de Dhobley,  une ingérence qui a été désavouée à demi-mots par le porte-parole du gouvernement somalien Abdirahman Omar Osman qui a dit apprécier l'aide kényane mais ne pas souhaiter de présence militaire de son voisin sur le sol somalien.

 

Les Shebab contrôlent la plus grande partie du sud et du centre de la Somalie, mais ils ont perdu l'essentiel de la capitale, Mogadiscio, et reculent en ce moment devant les forces gouvernementales qui ont conquis la semaine dernière Qoqani, une ville de la région de la Basse Juba, à la frontière kenyane.

 

Le président ougandais Yoweri Museveni a insisté hier sur le fait que les GIs étatsuniens sont de simples "conseillers militaires" qui ne participeront pas aux combats. Le site Antiwar.com rappelle cependant qu'il s'agit de forces spéciales qui se tiennent rarement en marge du champ de bataille, et que la guerre du Vietnam elle aussi avait commencé par l'envoi de soldats censés uniquement "conseiller" l'armée du Sud-Vietnam.

 

 

 

.

Le point de vue d'un Lecteur averti,

Observeur :


Selon toutes apparences,
il semblerait qu'une troisième guerre mondiale
soit en préparation.
De nombreux sites évoquent cette possibilité.
Il n'en est rien.
Les USA et Israël ont besoin d'une guerre à cause :
- de l'effondrement du dollar,
- de leurs dettes délirantes impossible à rembourser,
- des révoltes  qui se multiplient et qui risquent
de se généraliser en insurrections incontrôlables.
La guerre sera régionale.
La Chine et la Russie observeront, l'arme aux pieds,
l'évolution des conflits en aidant leurs alliés.
Les USA et Israël seront affaiblis et ruinés.
Des milliers d'Israëliens quitteront leur pays
et les milliardaires, si ce n'est déjà fait,
mettront leurs richesses à l'abri dans d'autres pays.
Alors, attendre et voir.

Observeur

 

.

 

A lire absolument :

 

 

Le Monde, Le Nouvelobs, et la Libye. Vous avez dit presse libre ?

 

 

Desobeir et grandir - vers une societe de decroissance
Actualité, à savoir :

.

 

Guerre mondiale ?

 


Partager cet article

Repost0
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 03:01

http://www.ombresetlumieres.com/wp-content/uploads/2008/06/lord_of_war.jpg

http://www.ombresetlumieres.com/wp-content/uploads/2008/06/lord_of_war.jpg

11 octobre 2011

Le fardeau des dépenses militaires

Dépenses militaires et débats électoraux.

La crise financière mondiale met à nu, parmi d'autres contradictions, le rôle négatif joué par le fardeau des dépenses militaires dans l'économie de nombreux pays. L'économie grecque est plombée par celles-ci. Aux États-Unis, l'économiste Josef Stiglitz a écrit que  « La croissance des dépenses de défense, avec les exemptions d'impôt de George Bush, sont des raisons clefs pour expliquer comment les Etats-Unis sont passés d'un excédent budgétaire de 2 % du PIB, au moment de l'élection de George Bush, à un déficit et à la position de la dette aujourd'hui ». Le budget militaire étatsunien dépasse les 750 milliards de dollars, mais si on y réintègre d'autres dépenses liées (retraites, sécurité intérieure, soins de longue durée aux anciens combattants, intérêts de la dette liée aux dépenses militaires), l'économiste Chalmers Johnson estime alors que le chiffre le plus réaliste est supérieur à 11OO Mds de $ pour 2008 ! Rien de surprenant dans ce contexte de voir des puissances dites émergentes comme le Brésil, l'Inde, augmenter elles aussi leurs dépenses militaires (+30 % entre 2007 et 2011). La Chine les a portées à 91 Mds de $ en 2011, soit environ 13,5 % de celles des USA. Ce rapport reste sensiblement le même si on intégre dans le budget chinois les dépenses non prises en compte (maintien de l'ordre, par ex) et si on les compare ce nouveau total (près de 200 Mds de $) au budget officiel étatsunien augmenté des mêmes dépenses non prises en compte (plus de 1100 Mds de $).
En France, à un budget de la défense important (38 Mds d'euros avec les pensions) s'ajoute maintenant un coût des interventions militaires extérieures (OPEX) en augmentation constante : plus d'un milliard d'euros en 2011 ! Certaines sont d'une légitimité internationale douteuse car le mandat initial du Conseil de sécurité des Nations unies a été perverti comme en Afghanistan (la pression US a fait passer l'option militaire avant les volets civils de l'opération) ou en Libye (la protection des civils contre Khadafi a été instrumentalisée au profit d'une opération de renversement du régime). Le coût des opérations françaises en Afghanistan s'établirait officiellement à plus de 600 millions d'euros et celui des opérations en Libye entre 300 et 350 millions d'euros selon le ministre Longuet (environ 60 % pour les munitions tirées et environ 70 millions d'euros de primes pour les 4300 militaires concernés par ces six mois d'opération). Ces chiffres sont-ils complètement transparents ? L'exemple du Royaume-Uni permet d'en douter : en juillet dernier, le gouvernement britannique avait indiqué que le coût global de la campagne de Libye tournerait autour de 300 millions d'euros, en septembre, une étude du Département de la Défense chiffre à 2 Mds d'euros les dépenses engagées par les Britanniques, soit sept fois plus ! L'opposition travailliste réclame la transparence, la question est posée aussi en France !
L'augmentation ou le maintien à un haut niveau des dépenses militaires perd sa légitimité dans le cadre de la crise financière et de l'austérité imposée aux populations. Il n'est pas étonnant dans ce contexte de voir se développer depuis le début du mois de septembre une campagne de presse pour maintenir au plus haut les dépenses militaires en France, et soutenir les politiques de militarisations défendues par l'actuel Président de la République.
Le général de l'armée de l'air, Stéphane Abrial, délégué à l'OTAN, déclare dans La Tribune que "Notre effort de défense doit être soutenu" ; le député UMP Guy Tessier, président de la commission de la Défense, refuse toute réduction "parce que là on est vraiment arrivé à l’épure...". Les arguments pour justifier ces choix sont sur le thème : le monde ne devient pas moins dangereux au contraire...
Cette pseudo-démonstration se base justement sur l'augmentation des dépenses militaires mondiales sans dire qu'elles proviennent d'abord du non-règlement de conflits (Irak, Afghanistan, Libye) qui auraient pû être résolus politiquement différemment et aussi, d'un climat de méfiance persistant du fait du ralentissement, voire du blocage, depuis l'ère Bush des processus de désarmement, notamment sur l'arme nucléaire. On peut d'ailleurs s'étonner de lire dans la presse de ces derniers jours des leaders socialistes comme Arnaud Montebourg (dans La Tribune) ou le conseiller militaire de Lionel Jospin, Louis Gautier (dans Le Monde), exprimant un soutien sans condition à l'arme nucléaire française, sans prendre en compte, les débats internationaux qui se sont ouverts sur sa possible abolition.
Les orientations françaises de défense sont définies par le Livre blanc de la Défense qui couvre la période 2009-2014. Le ministère commence à travailler pour sa réactualisation pour prendre en compte les orientations pro-otaniennes et interventionnistes de Nicolas Sarkozy à partir de 2012. Quatre groupes de travail ont été créés afin de réintégrer les problématiques non traitées, ou pas assez traitées dans l’édition de 2008, selon les responsables du ministère. Mais voilà, les élections présidentielles et législatives de 2012 dont le résultat est devenu incertain bouleversent la donne. Du coup, selon Francis DELON, secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale, la rédaction finale du Livre blanc actualisé ne pourra intervenir qu’après ces élections afin que la nouvelle Assemblée Nationale puisse voter éventuellement une nouvelle Loi de programmation militaire. Cela signifie que le débat sur la politique de défense de la France, son budget militaire, ses armements, sa politique de sécurité, ses relations avec la société internationale doivent être au coeur des débats des futures élections et que les candidats doivent fournir aux citoyens des engagements clairs. Il n'est pas trop tôt pour y réfléchir.


Posté par Alaindependant à 21:32 - Changer le monde - Commentaires [1] - Rétroliens [0] - Permalien [#]
Tags : ,
PARTAGER : 



Commentaires

Mélenchon a au départ soutenu la guerre en Lybie. Le programme du Front de gauche ne prévoit pas la suppression de la force de frappe et ne dit pas grand chose - pour ne pas dire rien - sur la politique de défense et sur la présence militaire française dans le monde (page 75 du dit programme, Editions Librio)...Problème !

 

.

.

 

1-1 Mohammed Larbi  : La poudrière afghane ne connaît pas de répit.

1-2 Manlio Dinucci : Le coût exhorbitant de la « Guerre au Terrorisme »...

1-3 Manlio Dinucci : Assiégés dans les forteresses : L’art de la guerre.  

2  Annexe  

2-1 Dana Priest et William M. Arkin : "Top secret america": aux Etats-Unis, un monde caché hors de tout contrôle.

2-2 Francisco Vielma : Les tyrans pétroliers dans le monde.  

2-3 Lindsey GERMAN ; Et maintenant, que diriez-vous d’une minute de silence pour les morts en Afghanistan, Irak, Pakistan.... ?


http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

 


 


Partager cet article

Repost0
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 06:08

 

La Russie et la chine se préparent à une Troisième Guerre Mondiale contre les États-Unis d’Amérique et les forces de l’OTAN

  aap1.jpg

 Par Svetlana Antonovitch

 Le président de la Fédération de Russie, Dmitri Anatolievitch Medvedev, a indiqué il y a quelques jours à ses généraux qu’il « fallait se préparer à l’Armaggedon. »

Un membre du FSB (russe : ФСБ) ou Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie (Федеральная служба безопасности Российской Федерации, retranscrit en Federalnaïa sloujba bezopasnosti Rossiyskoï Federatsii), les services secrets de la Russie,  a récemment parlé à un journaliste d’investigation français d’une opération géopolitique planifiée sans précédent, laquelle serait supervisée par le premier ministre russe Vladimir Poutine, lequel souhaite fonder l’union eurasienne dont le Kazakhstan et la Biélorussie, mais également l’Ukraine et la Bulgarie feraient partie. Le gouvernement russe est tout simplement ancré dans une volonté de récupérer sous d’autres formes son empire perdu. Il bute cependant sur la Turquie et sur la Mongolie. La Turquie que les américains se dépêchent de faire entrer dans l’union européenne, union européenne qu’ils souhaitent à terme fusionner avec une union nord-américaine, et la Mongolie car la Chine ne veut pas cautionner cette fusion puisque ce pays riche en matière premières qu’elle voudrait bien aussi s’accaparer posent ainsi des difficultés aux deux gouvernements frontaliers qui n’arrivent toujours pas à se mettre d’accord sur le partage des ressources du captif mongol. Les négociations portant sur le problème mongol s’enchainent et se ressemblent, mais une résolution qui mettrait un terme à des décennies de litiges semble encore loin de portée.

En outre, les états-majors russes et chinois se sont coordonnés sur un plan commun, ils ont décidé conjointement de mettre leurs armées respectives en « état d’alerte maximale », en raison d’une prévision d’une attaque terrestre massive que le FSB croit être planifiée par les américains et les forces de l’OTAN, à la fois au Moyen-Orient et en Asie centrale.

Alors qu’une formidable bataille géopolitique et économique s’engage à peine entre l’union eurasienne dirigée par Moscou et l’union européenne dirigée par Washington, pour savoir qui récupérera la Turquie, dont le marché, les ressources et la géographie en font un bien précieux, économiquement et stratégiquement, une troisième guerre mondiale serait déjà en cours, son arrivée inattendue aurait été précipitée par la crise économique et le surlendemain des États-Unis. Le calendrier du pentagone aurait été avancé pour anticiper la chute de l’euro et du dollar. La Russie et la Chine veulent certainement profiter du marasme économique mondiale pour prendre la relève et arbitrer à eux seuls le monde, et ce sur tous les plans. Il faut saisir l’opportunité tant que la « bête » (les Etats-Unis) est à terre, aurait dit Poutine à son homologue chinois Hu Jintao.

Le projet d’une guerre mondiale totale que se prépare à lancer les américains aurait en premier lieu été révélé au MSS chinois par le mercenaire Bryan Underwood actuellement détenu par les autorités américaines pour espionnage. Le ministère de la Sécurité de l'État (Guoanbu, en chinois simplifié : 国家安全部, en pinyin : Guójiā Ānquánbù), appelé aussi MSS (Chinese Ministry of State Security) est l’agence de sécurité et probablement les services secrets de la République populaire de Chine. Son adresse est le 14, rue Dongchang'an (East Chang'an Street) à côté du Ministère de la sécurité publique de la République populaire de Chine (Gonganbu) à Pékin.

Aussitôt la Chine a avertit les autorités russes, le mardi 4 octobre 2011, du grand événement américain à venir. Ce n’est qu’après en avoir été informé,  que Vladimir Poutine a fait paraître dans un article du quotidien Izvestia une interview de lui en vérité improvisée, dans lequel il annonce au grand public la création prochaine d’une union eurasienne intégrant à la Fédération de Russie les Etats post-soviétiques afin d’établir une coopération plus étroite entre les gouvernants et une meilleur stabilité politique des régions. Poutine a également changé brusquement son agenda afin d’effectuer un voyage diplomatique d’urgence pour rencontrer le président chinois Hu Jintao. Remerciant ce dernier pour les informations transmises et pour la confiance de l’Etat chinois accordé à Moscou, Vladimir Poutine a ordonné au FSB de confirmer au MSS chinois que c’est bien la Russie qui est responsable de l’arrestation et de la détention de l’espion chinois Tun Sheniyun qui a été capturé l’année dernière par le FSB pour avoir tenter de voler à la Russie des informations sur leur système anti-aérien. Il sera libéré prochainement.

Mais qu’on ne soit pas dupe de cette mise en scène qui assure le prolongement de la seconde guerre mondiale. Nous savons pertinemment, et il n’y a pas que les journalistes indépendants d’investigation de Wikistrike qui le savent, loin de là, Cette troisième guerre mondiale n’est que la nouvelle étape planifiée, encore une fois, pour permettre la création d’un gouvernement mondial que tous les citoyens du monde accepteront sans contrepartie, aveuglément, tant ils seront atrophiés psychologiquement et émotionnellement par les atrocités de cette nouvelle boucherie. L’implosion délibérée et voulue par la FED du système économique global actuel, à commencer par la contexture financière et économique de l’Amérique du nord et de l’Union Européenne, n’a pour but que la destruction et la refonte total du système financier mondial qui a été mis en place depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

Le lancement de cette guerre terrible est un chapitre capital pour les élites mondiales, les Etats-Unis et les forces de l’OTAN vont entrer en guerre contre la Russie, la Chine et l’Iran, pour le contrôle du monde. Au cours de ce conflit, des deux côtés, sera délibérément utilisées des armes biologiques puissantes destinées à exterminer rapidement des centaines de millions, si ce n’est des milliards de civils innocents. Une fois le chaos généralisé, une fois que le nombre de victimes aura été jugée suffisant pour les oligarchies mondiales, un appel à la paix sera lancé, car il n’y aura pas de vainqueurs, personne ainsi ne se sentira lésé, et un appel à un nouvel ordre mondial sera émis, on assistera alors à la mise en place d’un gouvernement mondial et d’une banque mondiale, afin d’unir les peuples et de gérer les ressources, l’écosystème et l’économie, dans le but d’éviter à jamais une crise économique. A cet effet, une monnaie unique sera émise.

Pourquoi doit-on en arriver là ? C’est parce-que la surpopulation est un problème grave. Le nombre d’habitants de la planète ne cesse de croitre alors que les matières premières, les sources d’eau potable et les terres cultivables ne cessent de diminuer. Il existe en vérité des solutions pacifiques pour contrer la troisième guerre mondiale prévue par les Illuminatis : une loi pour la régulation démographique mondiale, abandonner le pétrole et le gaz en faveur des moteurs à hydrogène, à aimants permanents, des moteurs électromagnétiques utilisant la bioélectricité naturelle des champs magnétiques terrestres, et créer un système alimentaire mondial axé sur plus de végétarisme. En Inde, sur 1 milliard d’habitants, 450 millions d’indiens sont végétariens. Ce n’est pas seulement pour des raisons morales, c’est parce-qu’un hectare de fruits et de légumes nourrit des milliers de fois plus de gens qu’un hectare de bétail. Et avec l’arrivée des pays émergents, les terres commencent à manquer, l’alimentation carnée à grande échelle pose problème.

Pour faire court, si tous les pays du monde devenaient des sociétés de consommation à hauteur de pays européens par exemple, ce qui est leur droit le plus fondamental, il faudrait 17 planètes car il n’y a pas d’hectares et de matières premières suffisants. Si la Chine continue son exponentialité actuelle, en 2040, il faudrait deux planètes juste pour nourrir la population chinoise !

Mais qui va imposer une loi de régulation démographique mondiale, un système alimentaire végétarien et l’interdiction pure et simple de l’utilisation au niveau mondial du pétrole et du gaz, alors que les américains possèdent la quasi-totalité du pétrole et les russes la quasi-totalité du gaz ? Réponse : personne.

Alors, la solution qui consisterait à éviter cette troisième guerre mondiale qui s’avère inéluctable rendrait automatiquement l’humanité libre, elle vivrait mieux et plus longtemps, chacun utiliserait une technologie quasi-gratuite et tous accepterait la régulation démographique en fonction de ses besoins et du respect des autres. Ainsi, il apparait que les élites du monde, pour conserver leur pouvoir, ait choisi un plan B, un peu moins paradisiaque, qui consiste à exterminer tout le monde, cette même logique a d’ailleurs été appliqué pour la première  et pour la seconde guerre mondiale, les élites de ce monde ne sont pas à leur coup d’essai, on ne change pas une méthode qui gagne. Comme disait Anatole France, en parlant de la première guerre mondiale, « on croit mourir pour la patrie, et on ne meurt que pour des banquiers et des industriels. » Les guerres mondiales sont pour les élites comme des snuff-movies. Ils sont tels des dieux dont le seul ennemi de leur éternité réside dans l’ennui, alors il faut innover.

 L’Iran sera le tombeau des États-Unis d’Amérique

 syrie-1.jpg

 Le combat des palestiniens pour leur liberté est le combat de tous les peuples

 Les lignes de front se dessinent

 Les américains n’ont pas besoin des décrets de leur Congrès pour étendre leurs zones de combat. La preuve : en Afghanistan et en Irak ils ont pré-positionné des milliers de chars M1 abrams au cas où… Washington s’apprêterait même à une « mobilisation générale » de 2 millions de personnes, en incluant les réservistes des diverses forces américaines. Les russes ne sont pas en reste puisqu’ils ont renforcé leur présence militaire au Kazakhstan, ainsi que dans les régions russes près des villes de Samara et de Volgograd. Si les américains attaquent l’Iran, les russes et peut-être les chinois profiteraient de la situation pour porter le coup de grâce à « la bête blessée », saignée par un dollar ne valant plus rien, un surendettement économique historique, sans compter le moyens mis en œuvre que les américains auront du déployer pour affronter l’Iran.

 Le plan de domination américain rencontre des obstacles

 Il est intéressant de noter que l’ancien leader de la Libye, le colonel Kadhafi, voulait introduire dans l’économie, basée sur un dinar or, une monnaie africaine unique qui aurait servit d’alternative à l’hégémonie du dollar, ainsi les pays africains se seraient peu à peu vus disposés à recevoir plus de partage de richesses. Les américains avaient alors décidé d’intervenir. Avant l’épisode libyen, c’était Saddam Hussein qui en 2000 s’était séparé de la valeur dollar, deux ans plus tard, les américains intervenaient brutalement.

Et aujourd’hui, en février 2009, une nouvelle nation a décidé de se révolter contre la dictature américaine en abandonnant le dollar, préférant opter pour une valeur de son pétrole et de son gaz en euro. Ce pays c’est l’Iran, merde, les américains ne sont pas encore intervenus ! C’est incroyable, que s’est-il passé ?

Explications : attention ouvrez les yeux, l’Iran n’a pas été attaqué pour la simple et bonne raison que Téhéran a fait l’acquisition d’une vingtaine de têtes nucléaires ukrainiennes armées de missiles X-55, ayant une portée de 3500 km. 

L’ancien président ukrainien Viktor Iouchtchenko a déclaré que ce qui a été vendu à l’Iran ne constitue aucune menace. Déclaration qui a été vivement contestée par Washington et par Moscou (pour faire bonne figure…).

Si on rajoute les têtes nucléaires russes et chinoises négociées discrètement dans le dos de l’ONU, la guerre en Iran pourrait devenir historique : premièrement parce-que ce sera la première guerre directe entre deux nations nucléaires, secondement parce-que le règne de la grande Amérique pourrait bien prendre fin. Si les États-Unis se fatiguent trop en hommes et en moyens contre l’Iran, la Russie et la Chine pourraient profiter de l’aubaine offerte sur un plateau, et le destin du monde basculerait.

 Svetlana Antonovitch pour Wikistrike

http://www.wikistrike.com/article-la-russie-et-la-chine-se-preparent-a-une-troisieme-guerre-mondiale-contre-les-etats-unis-d-amerique-86216176.html

Notes :

 ESPIONAGE CASES Defense Personnel Security Research Center

Bruté de Rémur, Damien, Hong, Jian Wen, La guerre de l'information en république populaire de Chine

 Her, Sophie, Le système d'intelligence économique chinois

Laïdi, Ali, Les États en guerre économique, Seuil, 2010, (ISBN 978201000320) , p. 218

Roger Faligot et Rémi Kauffer, Kang Sheng et les services secrets chinois, Éditions Robert Laffont, 1988. (ISBN 2-221-04962-4).

Roger Faligot, Les Services secrets chinois de Mao aux JO, Nouveau monde éditions, 2008.

In Russia, A Secretive Force Widens [archive], P. Finn Washington Post, 2006.

Yevgenia Albats et Catherine A. Fitzpatrick, The State Within a State: The KGB and Its Hold on Russia — Past, Present, and Future, 1994, ISBN 0-374-52738-5

 In Russia, A Secretive Force Widens [archive], Washington Post 2006

Counterintelligence Cases [archive] sur GlobalSecurity.org

(ru) Сочинение ко Дню чекиста [archive], Vladimir Voronov, 2006

(fr) Russie : Le FSB annonce l’arrestation d’une centaine d’espions étrangers en 2007, Fenêtre sur l'Europe, 20 Décembre 2007 [archive]

Russia Used 'Deception' To Kill Maskhadov [archive], 8 mai 2006

(en) FSB Reform: Changes Are Few and Far between [archive], The Moscow News

 Jacques Baud, « Comment travaillent les services secrets russes ? [archive] », entretien sur lemonde.fr

L'écrivain exilé Victor Suvorov, déserteur du GRU, explique que les membres des services de sécurité ne peuvent quitter de telles organisations « que dans un cercueil », parce qu'ils connaissent trop de secrets.

 Interview d'Olga Krychtanovskaïa Siloviks, Tchékistes au pouvoir : peurs ou réalité ? [archive], Écho de Moscou, 4 février 2006

KGB

Alexander Litvinenko

Service des renseignements extérieurs de la Fédération de Russie

(ru) Page officielle du FSB

(fr) Comment travaillent les services secrets russes ?, Jacques Baud sur lemonde.fr

(en) http://www.fas.org/irp/world/russia/fsb/

 http://www.wikistrike.com/article-la-russie-et-la-chine-se-preparent-a-une-troisieme-guerre-mondiale-contre-les-etats-unis-d-amerique-86216176.html

Partager cet article

Repost0
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 07:24
Guerre De L'Information

La Turquie Aboie contre Son Maître Mais Amplifie Sa Collaboration Militaire Avec Israël Contre La Syrie Et L'Iran

La Turquie par la voix de son premier ministre Erdogan fait semblant de critiquer l’entité sioniste tout en acceptant une collaboration par l’entremise des US/OTAN pour des exercices militaires simultanés à la frontière syrienne et pour le bouclier anti missile US visant à protéger Israël de l’Iran. Ankara a accepté de transmettre les données recueillies aux Israéliens. Les citoyens turcs serviront de boucliers humains ou de chair à missiles en cas de conflit armé provoqué par Israël.



La Turquie Aboie contre Son Maître Mais Amplifie Sa Collaboration Militaire Avec Israël Contre La Syrie Et L'Iran

Des exercices militaires de la Turquie coordonnés avec ceux de l’entité sioniste

Le 5 Octobre dernier la Turquie a entrepris 10 jours de «mobilisation» militaire dans la province d’Hatay au sud du pays prés de la frontière syrienne. C’est dans cette région que prés de 10 000 réfugiés syriens pour l a plupart membres de familles d’opposants qui ont déclenché une insurrection armée contre le régime d’Assad se sont regroupés formant un paravent humanitaire au trafic d’armes y compris des armes lourdes fournies par la Turquie à ces djihadistes.

Israël de son côté a lancé des manœuvres déployant des troupes au Sud de la Syrie. Ces exercices d’entraînement improvisés visaient à vérifier les capacités de mobilisation des réservistes israéliens et de leur transport sur le front nord dans le cadre d’un scénario d’attaque de Tel Aviv par des missiles syriens et ou du Hezbollah.

Le 27 Septembre le commandant européen de l’OTAN, le Gl James Staviris a visité Tel Aviv et Ankara pour coordonner ces manœuvres militaires. Le secrétaire à la défense US, Léon Panetta, s’est rendu de même à Tel Aviv et Ankara insistant pour un rapprochement israélo -turc tout en donnant son accord à ce genre de manœuvres militaires coordonnées.

La Turquie constitue la base Sud des US/OTAN en Méditerranée . De plus, les US ont informé le gouvernement d’Ankara et de Tel Aviv qu’ils avaient déployé des navires de guerre dans l’Est méditerranéen en prévision d’une éventuelle escalade des tensions dans la région.

L’assassinat d’un dirigeant kurde opposant au régime d’Assad, Mashal Tammo, par des hommes armés dont on ignore pour le compte de qui ils ont agi - simple bon sens Assad n’a pas intérêt à assassiner des opposants - est une provocation visant à semer le chaos au Nord Est de la Syrie là où les Kurdes sont majoritaires à la frontière avec la Turquie.

Des manifestations dans cette région qui tournent mal feraient le jeu de la Turquie dont le gouvernement a affirmé qu’il interviendrait militairement si ces désordres débordaient de l’autre côté de la frontière. Depuis le début de la campagne de déstabilisation de la Syrie l’objectif est de créer une zone tampon sur la frontière turco syrienne en territoire syrien afin d’y regrouper les opposants les armer et transformer cette zone en «Benghazi syrienne».

Les données collectées par le bouclier anti missile US stationné en Turquie seront transmises à Israël

Selon le quotidien turc Hurriyet, les données collectées par les radars du bouclier antimissile qui sera déployé en Turquie seront transmises directement à Tel Aviv.

D’après un haut responsable américain cité par le journal, les Turcs se sont d’abord opposés à l’exploitation par l'entité sioniste des informations enregistrées par les radars du bouclier antimissile.

Mais ce haut responsable a ensuite déclaré:

"Toutes les informations y compris celles provenant du côté américain seront retransmises à Tel-Aviv et à tous les alliés de Washington parce que le bouclier antimissile est une propriété des Etats-Unis." Il a ajouté : "le déploiement du bouclier antimissile est la plus grande coopération entre la Turquie et les Etats-Unis au cours des vingt dernières années."

Autrement dit Washington fait ce qu’il veut sur le territoire d’un état supposé souverain à partir du moment ou le gouvernement du dit territoire donne son feu vert pour de telles installations.

Si les US décident d’utiliser ce système de missiles anti missiles pour attaquer un autre pays le pays hôte de ce système en subira directement les conséquences bien évidemment alors même que le territoire des US et sa population seront épargnés.

Bref en Turquie on pourrait bientôt Mourir non pas pour la Patrie mais pour les Etats Unis !

Qu’en pense les citoyens turcs ainsi transformés en boucliers humains et chair à missiles pour les US et Israël ?

En Syrie on a bien compris que le gouvernement Erdogan a succombé aux pressions de Washington.

Le président syrien Bashar al Assad a accordé récemment une interview au quotidien turc Cumhuriyet dans laquelle il accuse Washington de faire pression sur Ankara.

« On m’a demandé ce qui se passait avec la Turquie (qui aurait pu être la cause d’une telle dégradation des relations). Je n’ai pas changé c’est votre premier ministre qui a changé. Mon opinion c’est que ce sont les US qui ne voulaient pas d’une amitié turco syrienne. Ils ne se soucient pas de la Démocratie. Le principal problème pour eux c’est de contrôler nos ressources. Les responsables venus de Turquie se sont comportés comme des porte parole d’Obama. Ils sont venus me voir pour me dire qu’Obama veut ceci ou cela. Les US maintiennent un ambassadeur à Damas, ils viennent et nous disent (ce qu’ils veulent) de toute façon. Cela nous attriste de voir nos frères turcs répéter les mêmes mots ».

Moscou a qualifié d'inacceptable la politique du "fait accompli" menée par les Etats-Unis dans le domaine de la défense antimissile selon un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères

"Nous trouvons inacceptable la politique américaine du "fait accompli" (…). On adopte sans discussion collective des décisions capables d'avoir des répercussions sur la sécurité et la stabilité de l'espace euro-atlantique".

Si les événements continuent d’évoluer de cette façon, les Etats-Unis vont perdre la possibilité de coopérer dans le domaine de la défense antimissile dans le cadre du sommet de Lisbonne Russie-OTAN souligne le document.

Autre pays en Méditerranée à accepter de devenir une base militaire américaine, l’Espagne. En effet Madrid vient d'accepter d'accueillir dans son espace maritime quatre navires militaires américains équipés de missiles intercepteurs qui seront reliés au système anti missile basé en Turquie.Washington envisage également d’installer dans la période 2015 2020 une troisième zone de positionnement de leur système de défense antimissile en Europe.

Moscou s'oppose à ce projet considérant que la mise en place d'un bouclier antimissile à proximité de ses frontières menace ses capacités stratégiques de défense. La Russie réclame en outre des garanties contraignantes attestant que les systèmes antimissiles en cours de déploiement en Europe ne seront pas dirigés contre les forces stratégiques nucléaires russes.

Le gouvernement Medvedev n’est pas en capacité de s’opposer au dictat américain mais si Poutine reprend la direction du pays en 2012 la situation pourrait changer avec la constitution d’un bloc Eurasie fort pour contrebalancer les velléités hégémoniques des US et de leurs serviteurs européens dont Sarkozy.

En France inutile d’attendre du PS une autre politique étrangère que celle pratiquée à l’heure actuelle surtout si Hollande est élu. Seul un gouvernement hors UMPS ayant un programme de sortie de l’OTAN serait en mesure de rétablir l’indépendance de la France.

Quand à la position iranienne, le ministre iranien des Affaires étrangères Ali-Akbar Salehi a déclaré que la décision de la Turquie de déployer un système de bouclier antimissile de l'OTAN sur son sol n'était "pas une bonne décision". "L'Iran ne pense pas qu'un tel système soit nécessaire compte tenu des évolutions actuelles dans la région, et espère que la Turquie fournira les explications nécessaires sur le sujet"

A jouer avec le feu dans la région la Turquie d’ Erdogan risque de s’aliéner la Russie et l’Iran et d’en pâtir économiquement alors même que son avenir est loin d’être inclus dans celui de l’UE, certains dirigeants européens refusant son adhésion à l’UE si tant est que cette dernière survive à la catastrophe économique qui pointe à l’horizon.
Samedi 8 Octobre 2011
.

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 03:45

NOUVEAU ! Informez-vous n°2 : Syriana, la conquête continue
Investig’Action

8 octobre 2011


Que se passe-t-il en Syrie ? La Russie et la Chine viennent de refuser de voter une résolution de l'ONU ; le Brésil, l'Inde, l'Afrique du Sud et le Liban se sont abstenus. Pourquoi ? Sont-ils complices des massacres ? Ou bien existe-t-il un autre point de vue sur les événements ? En Libye, on parlait de 6000 morts avant l'intervention. Au Kosovo, de 100 000... Faux à chaque fois. Jamais deux sans trois ?

 

Bientôt disponible :

 

 

 

Présentation

 

A cheval sur deux mondes en conflit, l’auteur du présent livre regarde « le printemps syrien » d’un œil critique depuis une petite fenêtre verdoyante nichée dans le midi turc, au pied du Casius, le mont sacré des peuples de l’Orient ancien. Invoquant une lointaine parenté avec Bachar El Assad, le président de la République arabe syrienne, il passe au crible les principaux clichés et mensonges qui visent son régime et la communauté alaouite à laquelle ils appartiennent l’un et l’autre. Bahar Kimyongür voit dans cette dangereuse diabolisation, une stratégie de déstabilisation tantôt naïvement tantôt sciemment occultée par les médias dominants pourtant revendiquée haut et fort par les chancelleries atlantistes pressées d’abattre les derniers remparts du nationalisme arabe en vue d’assurer leur reconquête de la région. L'auteur se défend toutefois de vouloir encenser un régime syrien aveuglé par son credo sécuritaire au point de verser le sang d’innocents et qui tourne peu à peu le dos à ses idéaux fondateurs. A travers son témoignage des conflits inter-communautaires qui émaillent désormais le sol syrien, Bahar Kimyongür nous met en garde contre leurs risques de débordement sur les pays voisins et d’embrasement généralisé d’un monde arabo-musulman déjà affaibli par ses sempiternels clivages confessionnels.


En somme, cet ouvrage dénonce la malbouffe intellectuelle que nous sert l’industrie de la désinformation à propos d’un régime qui, malgré ses défauts inexcusables, bénéficie d’un large soutien de ses minorités auxquelles il assure une protection vitale et celui de nombreux partisans d’un monde multipolaire pour qui il incarne le front du refus face à l’ordre impérial.


Table des matières
 

  1. Turquie/Syrie : Une interminable guerre froide
     
  2. La montée des conservatismes

  3. L’Etat syrien, un seul parti, une seule confession ?

  4. Les alaouites, untermenschen du Proche-Orient

  5. Polémiques autour des camps de réfugiés du Hatay

  6. Syriana, l’autre nom du plan américain en Syrie

  7. Ils choisissent notre camp

  8. Zone sismique

 

 

Commandes bientôt disponibles sur michelcollon.info

Livres de Michel Collon - Syrie

.

 

08/10/2011 06:24:27
Abonnez gratuitement vos amis à l'Atlas alternatif

atlasalternatif.jpgVous êtes 400 abonnés au blog de l'Atlas alternatif. Si chacun d'entre vous abonne 10 de ses amis vous serez 4 000 et les idées et infos diffusées sur ce blog auront beaucoup plus d'impact. Comment faire ? Rien de plus facile. Entrez une par une les adresses e-mail de vos amis dans la rubrique "Inscription à la Newletter", et si ceux-ci acceptent la proposition d'abonnement ils recevront gratuitement les actualisations du blog.

Vous pouvez aussi sur Facebook inviter vos contacts à devenir amis d'Atlas alternatif Bis, le profil du blog Atlas alternatif sur les réseaux sociaux !

On compte sur vous !!!

 

 

..

 

Sommaire

Tiré à part

 7sur7.be : Les USA "furieux" de l'échec de la résolution sur la Syrie. 

7sur7.be : Une fille donnée pour morte sous la torture apparaît à la télé syrienne. 

 René Naba  Syrie: Des dangers d’une lecture occidentaliste des soulèvements dans le Monde arabe 

1 Dossier

1-1 Louis Denghien : « A l’ONU, une vision syrienne de la crise syrienne » 

1-2 Domenico Losurdo : La Syrie vue depuis l’Irak.

2 Déclaration, courrier des lecteurs & témoignage 

2-1 Yacine Farah : L’opposition laïque appelle l’Occident à protéger le peuple syrien. 

2-2 Pr. Elias Zahlaoui : Lettre ouverte d’un prêtre syrien à Alain Juppé.  

2-3 La situation des chrétiens à homs.  

3  Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion

3-1 Mireille Delamarre : Qui Sont les Djihadistes Responsables de L’Insurrection Armée ?

3-2 Pierre Khalaf : La vague colonialiste se brisera en Syrie. 

3-3 Kinan Al Kourdi : Entretien avec Gilles Munier sur la Syrie.

 

 

 

20 septembre 2011 

Monsieur le Ministre, Depuis votre nomination au poste de Ministre des Affaires Étrangères de la France, vos déclarations à l’encontre de mon pays la Syrie, sont, pour le moins qu’on puisse dire, sinistres et orageuses.
Pas plus tard qu’hier vous avez accusé la Syrie d’être responsable de crimes contre l’Humanité, emboîtant ainsi le pas de votre prédécesseur Bernard Kouchner, le valeureux « défenseur des droits de l’homme » ! 

Ces graves accusations, vous vous plaisez à les lancer contre la Syrie, chaque fois que vous vous trouvez au cœur de ce boiteux et aveugle Conseil de Sécurité ; ou encore quand vous vous pavanez auprès de Mme Hilary Clinton. 

N’auriez-vous donc pas été parachuté au Quai d’Orsay, après votre longue disgrâce politique, par on ne sait quelle main mystérieuse, pour préparer et justifier aux yeux de l’opinion publique, française et internationale, la destruction programmée et définitive de la Syrie, pour bien assurer la survie d’Israël ? 

Ignorez-vous donc que cette opinion publique, française et internationale, est savamment matraquée par des médias au service aveugle des tout puissants lobbys sionistes ?
Ignorez-vous aussi que ces fameuses Instances Internationales, qui ont pour noms Assemblée Générale des Nations-Unies, Conseil de Sécurité et Conseil des droits de l’Homme, qui sont censées asseoir la justice et la paix mondiale, sont, depuis des décades, effrontément manipulées par les États-Unis ?
 

Ignorez-vous aussi que ces mêmes États-Unis, leurs présidents en tête, sont, de l’aveu même de chercheurs américains, courageux, comme Paul Findley, Edward Tivnan, Noam Chomsky, David Duke, Franklin Lamb, Stephen Walt et John Mearsheimer, sont tenus en laisse par le tout-puissant lobby israélien ? 

La Syrie, dites-vous, est responsable de crimes contre l’humanité. Mais depuis quand est-il interdit à un pays de défendre son existence propre, ainsi que la sécurité et la dignité de ses citoyens ? 

Cela ne serait-il permis qu’aux puissants de ce monde, comme les États-Unis, la
France, l’Angleterre et l’Allemagne, qui s’érigent toujours, en dépit de leur écœurant machiavélisme et de leurs distorsions sans nombre, en arbitres infaillibles des droits et des légitimités de toute sorte ?

En attendant, et surtout depuis les mystérieux événements du 11 septembre 2001, vous prenez prétexte de tout pour justifier l’injustifiable, comme d’envahir et de détruire d’autres pays, comme l’Afghanistan, le Pakistan, l’Irak, et tout dernièrement la Lybie, pour en faire à votre façon odieuse, des "paradis" de paix, de droits et de démocratie !

N’est-il pas vrai que vous êtes intervenus en Lybie, pour soi-disant protéger les droits humains des civils, contre un dictateur, que, pourtant, la France et l’Italie n’ont cessé de flatter, et que l’Angleterre et les États-Unis ont fini par chérir ! Et vous vous en êtes acquittés en laissant sur le sol de la Lybie, un charnier de 50,000 morts, pour la plupart des civils.

Ah, de quelle "bravoure" vous y avez tous fait preuve !

Je me dois aussi de signaler que vous avez eu l’intelligence de ne pas toucher aux installations de pétrole, but unique et ultime de votre fameuse "intervention humanitaire" !

Étrange "humanisme" que celui des États-Unis, de la France, de l’Angleterre, de
l’Allemagne et de l’Italie, digne, il est vrai, de l’Histoire de vos différents pays, toute remplie, sans exception, d’injustices, de charniers et d’horreurs !

Cependant, si, en Occident, vous êtes si sensibles au problème des droits de l’homme, pouvez-vous me dire ce qui vous rend totalement aveugles à ce que fait Israël en Palestine, depuis plus de 60 ans, en décimant systématiquement le peuple palestinien, et en dévorant même la portion de terre, qui lui a été décidée par les fameuses Nations Unies en 1947 ?

A ce propos, Monsieur le Ministre, pouvez-vous m’assurer que la France et tous les pays occidentaux, si servilement alignés sur les États-Unis et Israël, ne voteront pas le 20 septembre courant, contre le droit du Peuple palestinien à avoir "sa " Patrie, si réduite soit-elle ?

Seriez-vous donc aussi, tous en Occident, aveugles et esclaves, pour ne pas oser voir, et dénigrer ce qu’a fait et continue de faire, Israël, sans impunité, au Liban, en Égypte, au Soudan, en Syrie, et même en pleine mer, contre les bateaux venus au secours des habitants de cette immense prison de Gaza, d’un million et demi d’habitants ?

Par quelle étrange procédure, Israël a pu arracher la langue de tous ces "Grands" de l’Occident, pour s’être privés, durant tant d’années, de lui adresser le moindre reproche, face aux monstrueux et continuels défis qu’il ne cesse de lancer à tout moment, à toutes les lois et conventions internationales, dont l’Occident pourtant est l’auteur ?

Pauvre et monstrueux Occident ! Savez-vous dans quel gouffre vous vous précipitez, et où vous risquez d’embarquer bientôt le monde entier ?

Monsieur le Ministre, sachez bien que je ne vous déteste pas. Mais je vous plains. Tout comme je plains avec vous, toute l’Église d’Occident qui devrait crier tout haut, face à de telles distorsions et injustices, comme l’a fait un jour le Cardinal de Boston, Mgr. Bernard Law, en adressant une terrible lettre ouverte à Mr. Georges Bush, lettre qui lui a valu d’être démis peu après. Cette Église d’Occident, serait-elle donc réellement morte, comme je vous l’avais dit dans la première lettre ouverte, que je vous avais adressée en date du 9/6/2011 ?

Et pourtant, ce qui se passe au niveau du monde, et ce qui se commet par les
Puissances Occidentales, sont de nature à réveiller les morts. Il a donc fallu la toute dernière visite du Patriarche Maronite en France, Sa Béatitude Béchara Raï, pour dire à la France et à tout l’Occident, à travers la France, sa triste vérité.

Qu’il en soit remercié, au nom de tous les opprimés du monde, surtout les opprimés du Monde Arabe et Musulman.

Pr. Elias ZAHLAOUI
Église Notre-Dame de Damas

Source : mondialisation.ca

 

Voir aussi :

 

 

 

http://www.planetenonviolence.org/Syrie-Qui-Sont-Les-Djihadistes-Responsables-De-L-Insurrection-Armee_a2488.html

 

Le " Dossier de Syrie" est  visible 

a) sur nos blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

b) sur le site de Eva Resis           :  no-war.over-blog.com

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

d) sur le site : www.palestine-solidarite.org à cette adresse : http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 06:45
Libye
Et si l’ONU retrouvait sa raison d’être...
jeudi 6 octobre 2011
par La rédaction
Si, par simple prudence, l’ONU refusait de servir de caution aux guerres censées masquer, quelques temps encore, l‘effondrement de l’empire atlantiste, elle procéderait immédiatement à la mise à jour de la résolution 1973 du Conseil de Sécurité. Voici quelques suggestions de corrections qui semblent désormais indispensables, dès lors que la censure orchestrée par les médias complices se révèle de plus en plus contre-productive.

ONU - Résolution 1973

Suggestions de corrections :

-  Considérant que les attaques généralisées et systématiques actuellement commises par l’OTAN et son allié AL Qaïda opérant sous le logo « CNT » en Jamahiriya arabe libyenne contre la population civile peuvent constituer des crimes contre l’humanité,

-  Constatant que la situation en Jamahiriya arabe libyenne reste une menace pour la paix et la sécurité internationales,

-  Agissant en vertu du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies,

-  1. Exige un cessez-le-feu immédiat et la cessation totale des violences et de toutes les attaques et exactions contre la population civile ;

-  2. Souligne qu’il faut redoubler d’efforts pour apporter une solution à la crise, qui satisfasse les revendications légitimes du peuple libyen,

-  3. Exige de l’OTAN et son allié AL Qaïda opérant sous le logo « CNT » qu’elles respectent les obligations qui leur incombent en vertu du droit international, y compris le droit international humanitaire, du droit des droits de l’homme et du droit des réfugiés, et prenne toutes les mesures pour protéger les civils et satisfaire leurs besoins élémentaires, et pour garantir l’acheminement sans obstacle ni contretemps de l’aide humanitaire ;

-  4. Demande à tous les États Membres, de garantir la stricte application de l’embargo sur les armes. Demande particulièrement à la France et au Qatar de mettre tout en œuvre, comme le réclament les parlementaires allemands inquiets pour la sécurité de l’aviation civile, pour récupérer les missiles surface-air qu’ils ont livrés à Al Qaïda.

(...)

-  16. Déplore les flux continus de mercenaires qui arrivent en Jamahiriya arabe libyenne pour servir l’OTAN et son allié AL Qaïda opérant sous le logo « CNT » et appelle tous les États Membres à respecter strictement les obligations mises à leur charge par le paragraphe 9 de la résolution 1970 (2011) afin d’empêcher la fourniture de mercenaires armés.

-  17. Décide que tous les États interdiront à tout aéronef de l’OTAN, de décoller de leur territoire, de le survoler ou d’y atterrir, à moins que le vol ait été approuvé par avance par le Comité ou en cas d’atterrissage d’urgence ;

(...)

 


Témoignage :

Appel d’urgence et vidéos du génocide de Syrte

par Allain Jules

Nous vous écrivons avec la conviction que vous avez le pouvoir et la possibilité de faire parvenir une aide humanitaire à une bonne partie de la population Libyenne qui subit quotidiennement torture et exactions de la part de ce qu’on appelle les « rebelles insurgés » . Des milliers de disparus ainsi que des milliers de jeunes (souvent des moins de 18 ans) qui n’ont aucun rapport avec la situation politique ou militaire sont emmenés brutalement dans des camps et prisons secrètes sur une simple base appartenance ethnique et tribale.


Plusieurs localités ainsi que des familles subissent un véritable nettoyage ethnique comme ce qu’ont connu les habitants de Taourgha, Elquoualish et Laâouina. Avec aussi des déportations, massacres et extermination par les faim des villes assiégées à l’image de Bani Walid et Syrte et ses environs.


Si on s’adresse à vous aujourd’hui ,c’est pour vous mettre devant vos responsabilités sur les plans éthique ,humain et juridique afin de protéger un peuple victime de graves injustices et de massacres comme a rarement connue l’humanité par des bandes armées assoiffées de sang que certains appellent « révolutionnaires »


Nous espérons une intervention rapide et urgente de votre part pour sauver les vies qui restent et pour secourir ces innocents Libyens victimes à chaque instant d’injustices et de barbarie. Pour acheminer aussi une aide humanitaire et médicale d’urgence à la population des villes assiégées.


Vous trouverez en pièces jointes des vidéos montrant une partie de l’horreur vécue par la population de Syrte et l’état désastreux des hôpitaux de cette ville sinistrée et martyrisé par les bombardements aveugles de l’OTAN et de ses révolutionnaires qui ont meurtri la population par leurs tirs à l’arme lourde.




-  Vidéo 1

-  Vidéo 2

-  Vidéo 3

Post-scriptum :

D’autres preuves sur ALGERIA ISP :

Libye - Des rebelles tués à Syrte par les combattants de la résistance

Mise à jour du 7 octobre 2011 : Libye - dernières nouvelles du front

Envoyez cet article à un ami
Images jointes à cet article :
  • Taille : 512 par 335
  • Poids : 31 ko
  • Titre : "Libération" de Syrte par le CNT
  • Format : JPG
  • Taille : 735 par 489
  • Poids : 91.9 ko
  • Titre : CNT (allié de l’OTAN) Utilisation massive de lance-flammes contre les civils de Syrte
  • Format : JPG
France24 montre l'armée victorieuse du CNT (avec l'aidse e l'OTAN) et fustige les fidèles à Kadhafi, juste un mot qui en dit long sur les atrocités : "Maison par maison"... les soldats entrent partout !
Silence des Médias et de la Communauté internationale sur le génocide en cours !
L'Occident est diabolique !

Merci à Sarkozy, au "philosophe" BHL, à Cameron, au Prix Nobel de la Paix Obama, à l'OTAN....
Vous avez dit guerres pour protéger la population ?
eva R-sistons

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 04:40

 

 

Le 7 octobre 2001: La décision de l'OTAN et des États-Unis d'envahir l'Afghanistan. Le prétexte d'une « guerre juste ».
10 ans de guerre illégale

 


Le 7 octobre 2001: La décision de l'OTAN et des États-Unis d'envahir l'Afghanistan. Le prétexte d'une « guerre juste ».
10 ans de guerre illégale
par Michel Chossudovsky

 

 

En 2010, Obama, Prix Nobel de la Paix 2010, annonçait l’intensification du conflit en Afghanistan avec l’envoi de 30,000 soldats supplémentaires, Michel Chossudovsky nous rappelle que cette guerre, conséquence la plus visible et pourtant la plus méconnue des attentats du 11 Septembre, est illégale et criminelle aux yeux du Droit International. Cet article a été rédigé le 21 décembre 2009.


Pourquoi les Américains et l’OTAN ont-ils envoyé des soldats en Afghanistan ?

Comment justifie-t-on la guerre menée dans ce pays de 28 millions d’habitants ?

Qu’est-ce qui justifie l’escalade militaire d’Obama ?

Les médias et le gouvernement des États-Unis continuent à l’unisson de se référer au 11 Septembre et au rôle du réseau al-Qaïda emmené par le « cerveau du terrorisme » Oussama ben Laden [et désormais par ses lieutenants - Ndlr]. Le bombardement et l’invasion de l’Afghanistan sont décrits comme une « campagne » contre les terroristes islamistes plutôt que comme une guerre.

Pourtant, à la date d’aujourd’hui, il n’existe aucune preuve qu’al-Qaïda soit derrière les attaques du 11 Septembre. Il n’y en a pas non plus concernant une quelconque complicité de l’Afghanistan en tant qu’État-nation dans les attaques du 11 Septembre. Dans les semaines qui suivirent les attaques, le gouvernement afghan offrit à deux reprises de livrer ben Laden si la justice des États-Unis présentait d’abord les preuves de son implication. Washington a refusé ces offres.

Où était Oussama le 11 septembre 2001 ?

Aujourd’hui, Oussama ben Laden, le chef d’al-Qaïda, est désigné dans les documents militaires et les déclarations officielles comme le « cerveau » qui a planifié les attaques du 11 Septembre.

Le 10 septembre 2001, d’après CBS news report, Oussama ben Laden avait été admis dans un hôpital militaire pakistanais à Rawalpindi (CBS Evening News with Dan Rather;  CBS, 28 janvier 2002, voir aussi Michel Chossudovsky, Où était Oussama le 11 septembre 2001 ?(en anglais), Global Research, 11 septembre 2008):

« DAN RATHER, PRÉSENTATEUR SUR CBS : Tandis que les États-Unis et leurs alliés dans la Guerre contre le terrorisme resserrent la traque d’Oussama ben Laden, CBS News s’est procuré une information exclusive ce soir concernant le lieu où se trouvait ben Laden et ce qu’il faisait durant les quelques heures juste avant que ses hommes ne frappent les États-Unis le 11 Septembre.

Ceci est le résultat d’une investigation très fouillée conduite par une équipe de journalistes de CBS News, et par un des meilleurs correspondants de presse à l’étranger, Barry Petersen de CBS. Voici son reportage:

(DÉBUT DU REPORTAGE VIDÉO): BARRY PETERSEN, CORRESPONDANT POUR CBS (voix off): Tout le monde se souvient de ce qui s’est passé le 11 Septembre. Voici l’histoire de ce qui a pu se passer la nuit précédente. C’est une histoire aussi folle que la traque de ben Laden elle-même.

CBS News a obtenu l’information selon laquelle la nuit précédant les attaques terroristes du 11 Septembre, Oussama ben Laden était au Pakistan. Il recevait des soins médicaux, entouré de l’armée pakistanaise, celle-là même qui promettra quelques jours plus tard de soutenir les États-Unis dans la Guerre contre le terrorisme en Afghanistan. » (CBS, op. cit., souligné par l’auteur)

Convalescent dans son lit d’hôpital à Rawalpindi le 11 septembre, comment Oussama aurait-il pu coordonner les attaques?

Comment l’Afghanistan a-t-il été rendu responsable des attaques attribuées à al-Qaïda? Ben Laden est un citoyen saoudien qui, d’après CBS News, n’était pas en Afghanistan, mais au Pakistan au moment des événements.

L’invasion de l’Afghanistan: la clause de défense collective de l’OTAN

L’argument légal avancé par Washington et par l’OTAN pour envahir l’Afghanistan fut que les attaques du 11 Septembre constituaient une « attaque armée » lancée par surprise « depuis l’étranger » par une puissance anonyme étrangère, et qu’en conséquence « les lois de la guerre » s’appliquaient, permettant à la Nation attaquée de répliquer en vertu du droit à « la légitime défense ».

La « Guerre globale contre le terrorisme » a officiellement été lancée par l’administration Bush le 11 septembre 2001. Le lendemain matin (le 12 septembre 2001), la réunion du Conseil de l’Atlantique Nord de l’OTAN adoptait la résolution suivante:

« s’il s’avère que les attaques [du 11 Septembre] contre les États-Unis ont été lancées depuis l’étranger [l'Afghanistan] contre « la Zone Nord-Atlantique », elles seront considérées comme une action relevant de l’Article 5 du Traité de Washington. » (souligné par l’auteur)

L’article 5 du traité de Washington stipule à cet égard que :

« Les parties conviennent qu’une attaque armée contre l’une ou plusieurs d’entre elles, survenant en Europe ou en Amérique du Nord, sera considérée comme une attaque dirigée contre toutes les parties, et en conséquence elles conviennent que, si une telle attaque se produit, chacune d’elles, dans l’exercice du droit de légitime défense, individuelle ou collective, reconnu par l’article 51 de la Charte des Nations Unies, assistera la partie ou les parties ainsi attaquées en prenant aussitôt, individuellement et en accord avec les autres parties, toute action qu’elle jugera nécessaire, y compris l’emploi de la force armée, pour rétablir et assurer la sécurité dans la région de l’Atlantique Nord. » (OTAN, « Qu’est-ce que l’Article 5? »,  NATO Topics – NATO and the Scourge of Terrorism, page consultée le 24 novembre 2009, souligné par l’auteur)

L’ « emploi de la force armée » seulement « s’il s’avère que… »

Il y avait un « si » dans la résolution du 12 septembre. L’Article 5 s’appliquerait seulement s’il s’avérait que l’Afghanistan en tant qu’État-nation était complice ou derrière les attaques du 11 Septembre.

Sur le terrain, on avait balayé le « si » bien avant le 11 Septembre. Tout l’arsenal de l’OTAN était déjà sur le chemin de la guerre. Dit en termes militaires, les États-Unis et l’OTAN étaient déjà à un stade avancé de préparation. Chose connue des experts, mais jamais révélée dans les médias occidentaux, le déploiement à vaste échelle d’un théâtre de guerre nécessite au moins un an de planification d’opérations avant de pouvoir lancer une invasion. Le recours à l’Article 5 du Traité de Washington a selon toute vraisemblance été imaginé avant le 11 Septembre comme un prétexte pour déclencher la guerre.

Il n’y a pas eu de déclaration de guerre officielle le 12 septembre. L’Alliance a attendu 3 jours avant l’invasion pour déclarer la guerre à l’Afghanistan, un pays sans ressources dont on a du mal à imaginer qu’il ait pu s’en prendre à l’un des membres des États de la Zone Atlantique-Nord.

La résolution du Conseil de l’OTAN le 12 septembre exigeait la « vérification » et des preuves corroborant les points suivants :

1) Al-Qaïda, emmené par Oussama ben Laden, a commandé « l’attaque depuis l’étranger » contre les États-Unis d’Amérique ;

2) Les attaques terroristes du 11 Septembre constituent un authentique cas d’opération militaire (conformément aux dispositions de l’Article 5) par un pays étranger (l’Afghanistan) contre un pays membre de l’OTAN, et par conséquent contre tous les membres de l’OTAN suivant la clause de défense collective :

« L’Article 5 et le cas des attaques terroristes menées contre les États-Unis

Les États-Unis ont été l’objet de brutales attaques terroristes. Ils ont immédiatement entrepris des consultations avec les autres membres de l’Alliance. Cette dernière a établi que les États-Unis avaient été l’objet d’une attaque armée. Elle a donc décidé que, s’il est déterminé que cette attaque est effectivement venue de l’étranger, elle considèrera que le cas relève de l’application de l’Article 5. Le Secrétaire général de l’OTAN, Lord Robertson, a ensuite informé le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies de la décision prise par l’Alliance.

L’Article 5 a donc été invoqué, mais il n’a pas encore été établi si l’attaque menée contre les États-Unis avait été dirigée depuis l’étranger. Si cela est établi, chaque Allié examinera alors l’assistance qu’il devrait apporter. Dans la pratique, il y aura des consultations entre les Alliés. Toute action collective de l’OTAN sera, le cas échéant, décidée par le Conseil de l’Atlantique Nord. Les États-Unis peuvent également mener des actions indépendantes, dans le respect des droits et des obligations que leur confère la Charte des Nations Unies.

Les Alliés peuvent apporter toute forme d’aide qu’ils jugent appropriée face à la situation. Cette aide, qui n’est pas nécessairement militaire, dépend des ressources matérielles de chaque pays. Chaque membre détermine les modalités de sa contribution et consulte les autres membres, sans perdre de vue que l’objectif ultime est de " rétablir et d’assurer la sécurité dans la région de l’Atlantique Nord".

En invoquant l’Article 5, les membres de l’OTAN ont manifesté leur solidarité envers les États-Unis et condamné, de la manière la plus vigoureuse, les attaques terroristes perpétrées contre ce pays le 11 Septembre.

Si les conditions sont réunies pour que soit appliqué l’Article 5, les Alliés de l’OTAN décideront comment ils assisteront les États-Unis. (De nombreux Alliés ont explicitement offert leur aide sous forme de secours d’urgence). Chaque Allié est tenu d’aider les États-Unis en prenant, individuellement et en accord avec les autres Alliés, les mesures qu’il juge appropriées. Il s’agit d’une obligation individuelle pour chaque Allié et il appartient à chacun d’eux de déterminer ce qu’il juge nécessaire dans ces circonstances particulières.

Aucune action collective ne sera entreprise par l’OTAN avant que de nouvelles consultations n’aient eu lieu et que d’autres décisions n’aient été prises par le Conseil de l’Atlantique Nord. » (OTAN, NATO Topics – NATO and the Scourge of Terrorism, page consultée le 24 novembre 2009, souligné par l’auteur)

Le mystérieux rapport Taylor

Il ne fut finalement décidé d’invoquer l’Article 5 pour le cas du 11 Septembre que trois semaines plus tard, lorsqu’un mystérieux rapport fut soumis au Conseil de l’OTAN par un officiel du Département d’État américain du nom de Franck Taylor. Le rapport fut soumis à l’OTAN le 2 octobre 2001, soit 5 jours avant le commencement du bombardement et de l’invasion de l’Afghanistan.

Franck Taylor travaillait au Département d’État américain. On lui avait confié la rédaction d’un document devant établir si l’attaque contre les États-Unis « avait été dirigée depuis l’étranger », faisant suite à la résolution du Conseil de l’OTAN du 12 septembre 2001.

L’ambassadeur extraordinaire des États-Unis Franck Taylor, également coordinateur pour le contre-terrorisme, défendit son rapport devant le Conseil de l’OTAN seulement le 2 octobre, soit cinq jours avant le début des bombardements.

Le 2 octobre, il remit son document à l’OTAN, basé « sur les résultats de l’enquête relative aux attentats du 11-Septembre. » (OTAN – Les Dossiers de l’OTAN : L’OTAN et la lutte contre le terrorisme, page consultée le 24 November 2009)

Ce rapport, classifié, n’a pas été diffusé dans les médias. À notre connaissance, il n’a pas été déclassifié à ce jour.

Le Secrétaire général de l’OTAN Lord Robertson a négligemment résumé le contenu du rapport Taylor dans une déclaration à la presse :

« Ce matin, les États-Unis ont informé le Conseil de l’Alliance Nord-Atlantique des conclusions d’une enquête qui visait à déterminer l’origine des terribles attaques terroristes survenues le 11 Septembre.

La séance d’information a été conduite par Franck Taylor, du Département d’État américain, Coordinateur pour le contre-terrorisme.

Cette séance fait suite à celles qu’ont données le Député des États-Unis et Secrétaire adjoint au Département d’Etat Richard Armitage et le Député des États-Unis et Secrétaire adjoint à la Défense Paul Wolfowitz, illustrant l’engagement des États-Unis dans une étroite coopération avec les Alliés.

Les informations de la séance d’aujourd’hui sont classifiées, aussi je ne peux pas vous donner tous les détails.

Les informations sont également données directement par les États-Unis aux Alliés dans les capitales.

La séance se rapportait aux événements du 11 Septembre, ce sont les conclusions de l’investigation au jour d’aujourd’hui, ce que l’on sait sur Oussama ben Laden et sur l’organisation al-Qaïda et leur implication dans les attaques et dans de précédentes actions terroristes, et sur les liens entre al-Qaïda et le régime taliban en Afghanistan.

Les faits sont clairs et accablants. Les informations données désignent sans erreur possible al-Qaïda comme étant à l’origine des attaques du 11 Septembre.

Nous savons que les individus qui ont perpétré ces attaques faisaient partie du réseau international al-Qaïda, dirigé par Oussama ben Laden et ses proches lieutenants, et protégé par les talibans.

Sur la base de ces informations, il est maintenant déterminé que les attaques contre les États-Unis le 11 Septembre provenaient de l’étranger et doivent donc être considérées comme relevant de l’Article 5 du Traité de Washington, qui stipule qu’une attaque armée contre l’un ou plusieurs Alliés en Europe ou en Amérique du Nord doit être considérée comme une attaque contre eux tous.

Je veux dire encore une fois que les États-Unis peuvent compter sur le plein soutien de ses 18 Alliés de l’OTAN dans sa campagne contre le terrorisme. (Lord Robertson, Secrétaire général de l’OTAN, déclaration au Conseil de l’OTAN, Appendice H, Réponse multinationale au 11 Septembre, NATO Press, (en anglais), page consultée le 24 novembre 2009, souligné par l’auteur)

En d’autres termes, deux jours avant le commencement effectif des frappes le 7 octobre, le Conseil de l’Alliance Atlantique décida, sur la foi des informations fournies par Frank Taylor au Conseil « que les attaques étaient dirigées depuis l’étranger » par al-Qaïda, emmené par Oussama ben Laden, et que ces attaques appelaient une réponse de la part de l’OTAN dans le cadre de  l’Article 5 du Traité de Washington. (OTAN – Les Dossiers de l’OTAN: L’OTAN et la lutte contre le terrorisme)

Deux jours plus tard, le 4 octobre, les Alliés de lOTAN s’accordent sur huit mesures encadrant leur soutien aux États-Unis, qui sont l’équivalent d’une déclaration de guerre :

«  – renforcer, tant sur le plan bilatéral qu’au sein des instances appropriées de l’OTAN, le partage des données du renseignement et la coopération dans ce domaine en ce qui concerne les menaces que fait peser le terrorisme, et les mesures de lutte à prendre dans ce contexte ;

- fournir, à titre individuel ou collectif, en fonction des besoins et de leurs capacités, une aide [militaire] aux Alliés et aux autres États qui font ou qui pourraient faire l’objet de menaces terroristes accrues par suite de leur soutien à la campagne menée contre le terrorisme ;

- prendre les mesures nécessaires pour renforcer la sécurité des installations des États-Unis et des autres Alliés sur leur territoire ;

- assurer, dans la zone de responsabilité de l’OTAN, le remplacement de certains moyens alliés, qui sont nécessaires pour un soutien direct aux opérations contre le terrorisme ;

- accorder des autorisations de survol générales pour les appareils des États-Unis et d’autres Alliés, conformément aux arrangements requis en matière de circulation aérienne et aux procédures nationales, pour les vols militaires liés à des opérations contre le terrorisme ;

- assurer aux États-Unis et à d’autres Alliés l’accès aux ports et aux aérodromes situés sur le territoire de pays de l’OTAN pour des opérations de lutte contre le terrorisme, notamment pour le ravitaillement, conformément aux procédures nationales ;

- montrer que l’Alliance est prête à déployer des éléments de ses forces navales permanentes en Méditerranée orientale pour assurer une présence de l’OTAN et montrer sa détermination ;

- montrer qu’elle est également prête à déployer des éléments de la NAEWF pour appuyer des opérations contre le terrorisme. » (OTAN – Les Dossiers de l’OTAN: L’OTAN et la lutte contre le terrorisme, page consultée le 24 novembre 2009, souligné par l’auteur)

Dans la presse, l’écho du rapport Taylor devant le Conseil de l’OTAN fut pratiquement inexistant. L’invocation de l’Article 5 cinq jours avant que ne commencent les frappes a été à peine mentionnée. Le consensus médiatique était que « toutes les routes mènent à ben Laden » comme si ben Laden était un État-nation qui avait attaqué l’Amérique.

Mensonges et manipulations, voilà purement et simplement de quoi il s’agit. En outre, avant le 2 octobre, l’OTAN ne disposait d’aucun prétexte relevant de l’Article 5 du Traité de Washington pour intervenir militairement en Afghanistan.

Le prétexte a été fourni par le rapport classifié de Franck Taylor, document qui [depuis] n’a pas été rendu public.

Les deux résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU adoptées suite au 11 Septembre ne fournissaient absolument pas de justification pour l’invasion et l’occupation illégales d’un pays de 28 millions d’habitants, membre des Nations-Unies. (voir la Résolution 1368 du Conseil de Sécurité (2001), Menaces contre la paix et la sécurité internationales résultant d’actes de terrorisme, et la Résolution 1373 du Conseil de Sécurité (2001), Menaces contre la paix et la sécurité internationales résultant d’actes de terrorisme)

La Résolution 1373 du Conseil de Sécurité de l’ONU en appelait à une prévention et à la fin des actes terroristes, aussi bien qu’à la suppression du financement du terrorisme :

e) Veillent à ce que toute personne qui participe au financement, à l’organisation, à la préparation ou à la perpétration d’actes de terrorisme ou qui y apporte un appui soit traduite en justice, à ce que, outre les mesures qui pourraient être prises contre ces personnes, ces actes de terrorisme soient érigés en crimes graves dans la législation et la réglementation nationales et à ce que la peine infligée soit à la mesure de la gravité de ces actes ;

[...]

3. Demande à tous les États :

a) De trouver les moyens d’intensifier et d’accélérer l’échange d’informations opérationnelles, concernant en particulier les actions ou les mouvements de terroristes ou de réseaux de terroristes, les documents de voyage contrefaits ou falsifiés, le trafic d’armes, d’explosifs ou de matières sensibles, l’utilisation des technologies de communication par des groupes terroristes, et la menace que constituent les armes de destruction massive en possession de groupes terroristes ;

b) D’échanger des renseignements conformément au droit international et national et de coopérer sur les plans administratif et judiciaire afin de prévenir les actes de terrorisme ;

[...]

4. Note avec préoccupation les liens étroits existants entre le terrorisme international et la criminalité transnationale organisée, la drogue illicite, le blanchiment d’argent, le trafic d’armes et le transfert illégal de matières nucléaires, chimiques, biologiques et autres présentant un danger mortel et, à cet égard, souligne qu’il convient de renforcer la coordination des efforts accomplis aux échelons national, sous-régional, régional et international afin de renforcer une action mondiale face à

ce grave problème et à la lourde menace qu’il fait peser sur la sécurité internationale;

5. Déclare que les actes, méthodes et pratiques du terrorisme sont contraires aux buts et aux principes de l’Organisation des Nations Unies et que le financement et l’organisation d’actes de terrorisme ou l’incitation à de tels actes en connaissance de cause sont également contraires aux buts et principes de l’Organisation des Nations Unies; (extraits de la Résolution 1373 du Conseil de Sécurité de l’ONU (2001))

Nulle part dans cette résolution il n’est fait mention d’une intervention militaire contre un État membre des Nations-Unies.

La guerre conduite par les États-Unis contre l’Afghanistan, utilisant le 11 Septembre comme un prétexte et une justification, est illégale et criminelle.

Les chefs d’État et de gouvernement des États-Unis et des pays de l’OTAN depuis 2001 jusqu’à aujourd’hui sont complices dans la conduite d’une guerre criminelle et illégale.


Michel Chossudovsky
Le 21 décembre 2009

Article original en anglais : « October 7, 2001: America and NATO's Decision to Invade Afghanistan. The Pretext to Wage a "Just War"», publié en 2009 sous le titre « September 11, 2001: America and NATO Declare War on Afghanistan: NATO's Doctrine of Collective Security » (« 11 septembre 2001: Les États-Unis et l’OTAN déclarent la guerre à l’Afghanistan. La clause de défense collective de l’OTAN.»)

 Traduction Loïc et GV pour ReOpenNews, janvier 2010.



Michel Chossudovsky est directeur du Centre de recherche sur la mondialisation et professeur émérite de sciences économiques à l'Université d'Ottawa. Il est l'auteur de Guerre et mondialisation, La vérité derrière le 11 septembre et de la Mondialisation de la pauvreté et nouvel ordre mondial (best-seller international publié en plus de 20 langues). 

 

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=26966

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 06:09

Moscou dénonce la tendance de l'Otan à imposer le scénario libyen


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 5 Octobre 2011 - 19:31 Le printemps arabe aura-t-il lieu en Algérie ?

Mercredi 5 Octobre 2011 - 14:32 La corne de l'Afrique a faim


Ria Novosti
Mercredi 5 Octobre 2011


Moscou dénonce la tendance de l'Otan à imposer le scénario libyen
Les actions déployées par l'Otan pour protéger la population civile en Libye constituent un "abus grossier des décisions du Conseil de sécurité de l'Onu", et la Russie s'opposera aux efforts de l'Alliance pour faire de ces actions une norme du droit international, indique un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères.

"Nous nous opposerons fermement à la tendance à faire du « scénario libyen » une norme internationale", car cette tendance "porterait préjudice à l'autorité et à la réputation du Conseil de sécurité de l'Onu",  lit-on dans le communiqué.

La Russie dénonce les démarches de l'Otan visant à utiliser les mêmes méthodes à l'encontre de la Syrie.

"Le projet de résolution bloqué le 4 octobre était fondé sur le désir d'attiser les tensions et d'accuser unilatéralement Damas, et il contenait des menaces de sanctions à l'encontre des autorités syriennes", constate le document de la diplomatie russe.

Moscou juge cette position particulièrement inquiétante compte tenu des affirmations de l'Otan selon lesquelles ses actions visant à appliquer la résolution du Conseil de sécurité sur la Libye constituent un "modèle" que l'Alliance envisage d'utiliser à l'avenir pour assurer la "protection des populations civiles".
http://www.alterinfo.net/Moscou-denonce-la-tendance-de-l-Otan-a-imposer-le-scenario-libyen_a64592.html
.
Voir aussi :

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 02:19

 

Sur mon blog R-sistons à l'intolérable,

j'ai introduit ainsi les liens suivants de ce blog :

 

 

http://www.ababord.org/local/cache-vignettes/L227xH142/arton532-9bc9b.jpg

http://www.ababord.org/local/cache-vignettes/L227xH142/arton532-9bc9b.jpg

 

 

Les guerres impériales et françaises

 

La guerre mondiale a commencé: Contre la Yougoslavie (pour encercler la Russie et installer la base militaire US au Kosovo), contre l'Irak, l'Afghanistan, la côte d'Ivoire, la Libye, puis contre la Syrie avec bientôt un scénario à la Libyenne et à l'Irakienne (en attendant le Pakistan, l'Iran, le Vénézuela, la Russie, la Chine, tous pays non-alignés sur la politique du Nouvel Ordre Mondial). Et destabilisés de l'intérieur, ou bombardés. Les dirigeants de l'Occident, et leurs amis comme BHL, devraient répondre de leurs crimes... En Libye, le génocide a commencé comme en Irak, avec à la clef une guerre civile, car l'Occident , fidèle à ses habitudes machiavéliques, divise pour mieux régner...  (eva R-sistons)

 

L'imposture de Tripoli reconnue par le Président du CNT (vidéo)

 

Comment Washington déstabilise un pays - Exemple de la Bolivie

 

La guerre de l’OTAN contre la Libye est dirigée, aussi, contre la Chine

 

Vers la guerre contre le Pakistan nucléaire - et la guerre mondiale ?

 

10.000 missiles sol-air perdus en Libye ? L'OTAN est préoccupée..

 

L'armée française commet-elle des crimes de guerre à Syrte ?

 

Timisoara bis, désinformation : le faux charnier d’Abu Salim (Libye)

 

Désormais, l'ennemi des peuples a un nom (John Pilger)

 

Qui se dresse derrière le remplacement du pouvoir en Libye ?

 

.

 

Les guerres de Sarkozy sont celles que les USA et Israël lui ordonnent de faire.  Pauvre France au service de l'Empire !

 

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 04:08

Qui se dresse derrière le remplacement du pouvoir en Libye ?


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 3 Octobre 2011 - 10:59 La guerre contre le terrorisme est-elle une fraude ?

Dimanche 2 Octobre 2011 - 13:28 Libye – Incohérences, contre-vérités et invraisemblance du CNT/ OTAN

 


Alexei Grigoriev
Lundi 3 Octobre 2011


Qui se dresse derrière le remplacement du pouvoir en Libye


Les propos du général français Vincent Desportes sont la meilleure épigraphe à mon sujet. L’ex-directeur de l’Ecole de Guerre destitué de ce poste à cause de la critique des actes de la coalition occidentale en Afghanistan a dit dans une interview accordée à la station radio France Info à la veille des débats à l’Assemblée nationale pour les opérations armées françaises en Libye en répondant à la question sur l’ingérence armée de l’Occident dans la crise libyenne : « On y a confondu guerre et maintien de l’ordre ». Les désordres en vue de renverser le régime de Mouammar Kadhafi qui ont éclaté à la mi-février et réprimés pour rétablir l’ordre ont débouché en moins d’un mois sur une insurrection d’envergure contre le régime à Tripoli. L’opposition a bénéficié tout de suite d’un soutien militaire solide. La coalition occidentale formée à l’initiative de la France et de la Grande-Bretagne a engagé le 19 mars les bombardements depuis l’air et la mer des installations militaires de l’armée du colonel.  L’ensemble du territoire du pays est contrôlé à l’issue de huit mois de combats acharnés de l’opposition avec le soutien politique et militaire de l’Occident. Le Conseil national de transition formé à Benghazi a déménagé à Tripoli et se prépare à se proclamer gouvernement de la Libye. Après l’extinction de tous les foyers de résistance des forces loyales à Kadhafi le leader libyen sera arrêté et comparaîtra devant le tribunal ou sera assassiné. Cependant, Kadhafi est toujours en liberté et exhorte de temps en temps ses partisans à poursuivre la lutte. En ce qui concerne l’OTAN, la direction de l’alliance a déclaré qu’elle resterait en Libye jusqu’à la victoire complète sur les forces de Kadhafi. Ainsi, le porte-parole de l'état-major des armées françaises, le colonel Thierry Burkhard a déclaré le 29 septembre à la presse que l’aviation française avait effectué la semaine dernière 142 vols dont 88 avec le bombardement de 55 installations militaires à Bani Walid et à Syrte dans le Nord de la Libye et près de Sebha – dans le Sud.

Bref, la guerre en Libye continue et les experts se demandent de plus en plus souvent : qui se dressait derrière l’opposition libyenne, qui était intéressé à remplacer le pouvoir en Jamahiriya, un Etat souverain stable au plan économique et social avec lequel plusieurs pays, notamment européens, cherchaient à se lier d’amitié ? Le président de l’Institut de religion et de politique Alexandre Ignatenko, membre du Conseil pour la coopération avec les groupes religieux auprès du Président de Russie, ayant pris part à la récente table ronde à l’agence RIA Novosti à Moscou estime que les monarchies sunnites ayant formé l’Union de coopération des Etats arabes du Golfe ou du golfe d’Arabie sont mêlées aux changements dans les pays arabes du Proche-Orient et d’Afrique du Nord. L’Union regroupe l’Arabie saoudite, le Koweït, le Qatar, le Bahreïn, l’Oman, les Emirats arabes unis. Le Maroc et la Jordanie se préparent à y adhérer. L’Union se propose de fonder l’Union sainte des Etats sunnites  en contrepoids à l’Iran et à l’Irak où prédominent les chiites ainsi qu’aux régimes républicains en Tunisie, en Egypte, au Yémen, en Libye. Selon Alexandre Igantenko, l’Union a proposé immédiatement après le début des émeutes de l’opposition en Libye d’hisser le drapeau de la monarchie libyenne renversée par Mouammar Kadhafi en septembre 1969.

De l’avis d’autres délégués à la table ronde, les origines des troubles socio-politiques dans plusieurs pays de la région et de l’ingérence de l’Occident sont sensiblement plus prosaïques et moins liées aux contradictions religieuses. L’Occident estime que ces pays ont besoin d’une authentique démocratie, de droits de l’homme et d’une société civile. Selon le directeur du Centre d’études proche-orientales de l’Académie diplomatique de Russie Oleg Peressypkine, ancien ambassadeur de Russie en Libye, les intérêts économiques de l’Occident sont en premier lieu à l’origine de l’ingérence de l’OTAN dans le conflit libyen :
 
A mon avis, ce sont des motifs secondaires, dit l’ambassadeur Oleg Peressypkine, le conflit provient en premier lieu des facteurs économiques. La politique est une expression concentrée de l’économie. Si nous envisageons la situation autour de la Libye dans cet aspect, tout devient clair. L’Europe traverse actuellement la crise financière. La Grèce, l’Italie, le Portugal ont des dettes, la situation dans d’autres pays de l’OTAN et de l’UE est instable. Comment remédier à la situation ? Il est possible d’accroître les impôts pour les habitants qui sortiront tout de suite dans les rues. Il est possible d’essayer de trouver les moyens à l’étranger. A mon avis, l’aspiration de l’OTAN et de l’UE à régler leurs problèmes financiers au détriment de la Libye a été à l’origine de l’opération armée dans ce pays. D’après certaines données, 160-180 milliards de dollars de la Jamahiriya se sont accumulés sur les comptes des banques américaines et européennes. A y ajouter le pétrole libyen. Les pays européens se sont déjà mis à le partager. Ensuite les pays de la coalition présenteront le compte aux nouvelles autorités libyennes. Nous vous avons aidé à chasser Kadhafi, leur diront-ils. Maintenant il est temps de payer, notamment par le pétrole. La France insistera également sur sa part.  

Je regrette, par exemple, que le président Sarkozy, un homme civilisé s’obstine à se prononcer pour l’assassinat de Kadhafi en déclarant que l’OTAN bombarderait la Libye pendant encore 90 jours jusqu’à ce qu’il soit détruit, dit Oleg Peressypkine interviewé par notre observateur. Je sais l’authentique situation en Libye et au Proche-Orient et je suis choqué de telles déclarations prononcées par un leader de la grande puissance française préconisant la démocratie.

french.ruvr.ru
.
Lire aussi :
.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche