Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 05:30

De Bretton Woods à DSK, en passant par Kadhafi, ou cette guerre qui ne veut pas dire son nom

Ne pas traiter l’information « à chaud » permet d’écrire et de dire moins d’âneries que d’autres ne l’ont fait à ce jour.

En effet, ramener « l’affaire » DSK - oui puisqu’affaire il y a - à une à une médiatique histoire d’agression sexuelle sur une femme de ménage, nous paraît être le degré zéro du journalisme d’investigation et une opération d’enfumage particulièrement bien huilée. A preuve, tout le monde a marché dans la combine et les plus éminents « politologues » et autre analystes confirmés – qu’ils soient experts en fellations en tout genre ou en psychologie appliquée en passant par les paparazzi officiels et patentés de nos inénarrables chaînes de télévisions publiques ou privées – ont une explication rationnelle de l’acte supposé accompli par DSK ou de celui subit par la femme de chambre. Deux camps s’affrontent maintenant – comme si cela était le plus important dans cette affaire ! D’un côté le monde féministe qui crie au machisme et à la banalisation des agressions sexuelles... en France. Et de l’autre, quelques hurluberlus, qui pour ne pas rester inaudibles dans tel parti ou tel journal, se croient autorisés à jouer la provocation graveleuse en minimisant « le crime », puisque crime il y a. L’affaire Georges Tron, venant en remettre une couche – salutaire ? - pour étayer la thèse officielle et démontrer que, les hommes politiques français sont vraiment de sales types !

Les 99,99 % qui n’ont rien à se reprocher apprécieront.

Les faiseurs de vérité vraie

Dont acte. Nous avons l’information, les journalistes et, parfois, les politiciens que nous méritons. Ils nous en envoient la preuve au quotidien, et bien au travers de la figure, comme autant de gifles cinglantes qui au lieu de nous éveiller nous assoupissent un peu plus. Nous avons tous, en nous, quelque chose de la grenouille que l’on plonge dans l’eau froide et que l’on porte lentement a ébullition.

Force est de constater qu’il n’y a pas de voix dissonantes dans le brouhaha médiatique depuis le début de cette affaire. Ni du côté des politiques, [1] ni de celui de la presse dominante. Le web non plus, et contrairement à son habitude, ne bruisse pas d’écrits ou de prises de positions opposées à la version officielle distillée par la police et la justice étasunienne à l’exception de l’excellent article de Thierry Meyssan publié par Voltairenet.org.


Si le néant existait, sa représentation tiendrait en un condensé de ce que la presse et les médias Français – et du monde entier - nous ont déversé depuis le début de cette histoire rocambolesque.

Au début, nous voulions intituler ce papier : « De JFK à DSK en passant par le 11 septembre ». Un ami nous en a vite dissuadé, et il a parfaitement raison, car disait-il : " De JFK à DSK " peut apparaitre comme un grand écart intellectuel qui apportera de l’eau au moulin de ceux qui ironisent sur la théorie du complot.

Du Far West à la CIA

Et pourtant, il ne serait pas fastidieux de démontrer l’évolution des méthodes mafieuses dans l’histoire des USA. Au début les éliminations des hommes politiques gênants se faisaient « à l’ancienne » , comme au Far West. La mafia jouait pleinement son rôle contrôlée par le CIA. La liste est longue, inutile de la rappeler.


Depuis quelque temps, les éliminations des personnalités politiques et économiques gênantes se font de manière plus soft : Watergate, affaire Clinton-Monica, armes de destructions massives pour justifier l’invasion de l’Irak, Madoff... DSK étant la dernière connue. En gros, on frappe l’individu sur son côté le plus faible et la chose n’en parait que plus crédible et exécrable pour le citoyen lambda et le bon peuple nourri a la tétine des séries B et autres « soap » made in USA. Le but étant toujours le même : assurer la mainmise étasunienne sur le reste du monde et sauver ce qui peut l’être en reculant pour mieux sauter... ou rebondir face aux désastres de tous ordres.

Pour ce qui concerne les désastres, celui qui s’annonce au pays de l’oncle Sam sera particulièrement gratiné. Le Figaro a publié sur le sujet un excellent article le 16 mai 2011 intitulé : Les États-Unis à moins de trois mois de la faillite. Et trois mois, c’est un peu court pour sauver les meubles ! Sauf que l’analyse faite par le titre parisien est connue des dirigeants étasuniens et du monde de la finance depuis pas mal de temps. Les États-Unis qui utilisent la planche a billet pour imposer au monde une devise qui n’a que la valeur monétaire que l’on veut bien croire qu’elle a, sont dans une perpétuelle fuite en avant. Porter le fer au quatre coins du monde est pour eux une une question de survie qui conforte la puissance de leur complexe militaro-indistriel.

Il y a urgence pour les USA à reprendre la main sur la marche financière du monde. Pour ce faire, éliminer, ou affaiblir, une monnaie (l’euro) qui les gène particulièrement et jeter le discrédit sur le FMI sont les deux mamelles du début de leur sauvetage temporaire. L’analyse de Clovis Casadue reprise par le site Mecanopolis, quoi que l’on puisse penser des supports qui l’ont publiée, nous paraît assez pertinente. L’attaque contre l’euro a débuté il y a bien longtemps et l’effet domino que certains avaient prédit lors du début de la crise grecque est en passe de devenir réalité puisque nombre de pays européens sont aujourd’hui touchés. Et si l’un d’eux s’avisait de sortir de la zone l’Euro, ce serait le bingo pour les USA car là encore, l’effet domino jouerait à plein régime.

Le marché, toujours le marché, rien que le marché

Le silence de Monsieur Sarkozy et d’une majeure partie de la classe politique française sur ce dossier est particulièrement consternant et révélateur. Essayer de caser Madame Lagarde à la Tête du FMI est un piètre contre-feu, annoncé comme par hasard à la veille du G8, qui en dit long. Sauf que notre ministre de l’économie et des finance du moment a toujours démontré qu’elle était plus proche des milieux d’affaires et « du marché » que des préoccupations hexagonales ou européennes. Ce pourrait être, au vu de son passé, le cheval de Troie au service de ces marchés, de la trilatérale et de Bilderberg réunis, porté à la tête du FMI pour achever le travail. Entendez par là : tout faire pour sauver la prédominance du Dollar que le projet Zhou [2] [3], dont le processus aurait du aboutir lors du G8 du 26 mai 2011, avait décidé qu’il cesserait d’être ma monnaie de référence.

DSK hors jeu, plus de projet Zhou et plus de Bancor.

L’euro et l’Europe dans le collimateur

Il nous semble que si le scénario dont il est question ci-dessus voyait le jour, nous serions à la veille de quelque chose qui risque fort d’atomiser l’Europe et ses pays membres.

Il sera intéressant, alors, de suivre l’évolution économique et le positionnement de l’Angleterre qui a toujours été la tête de pont étasunienne en Europe – et a gardé sa propre monnaie.

Et si les choses ne se passent pas comme annoncé, c’est la Chine qui pourrait bien prendre la main et accentuer sa domination. Nous sommes donc à l’aube d’un cataclysme dont personne ne sait ce qu’il va entrainer sur son passage.

Les élections présidentielles en France sont désormais anecdotiques, même si elles vont mobiliser les esprits et les médias dans les mois à venir.

Le hasard n’existe pas

Comment ne pas supposer, également, que tout est lié : les révolutions arabes n’ont pas été le fruit du hasard ou de la conscience politique de quelques "révolutionnaires" que l’oppression aurait sorti de l’ombre. A notre sens, tout a été planifié par les USA et le monde de la finance. Si la France n’a rien vu venir, c’est que la naïveté de Monsieur Sarkozy lui a laissé croire que les USA étaient des alliés loyaux. Il n’en est rien, l’entrée de la France dans l’OTAN a été la première manœuvre destinée à donner l’illusion à la France de jouer égal à égal avec les USA. Ce fut, aussi, la première faute politique. En fait le piège destiné à l’envoyer en première ligne a parfaitement fonctionné. Après l’enlisement en Afghanistan, les frappes sur la Libye en sont un exemple flagrant et l’intervention en côte d’Ivoire un autre. Les USA on fait faire le sale boulot à la France tout en en connaissant les conséquences néfastes.


Ce qui se passe, aujourd’hui, en Espagne et que l’on voudrait voir s’étendre à d’autres pays européens s’inscrit dans la continuité d’une déstabilisation du vieux continent pour mieux l’affaiblir. Il n’y a, malheureusement plus de révolutions spontanées. Les mouvements populaires, quels qu’ils soient, servent, à un moment donné, les intérêts de ceux qui les ont fait naître ou qui les récupèrent.

 

Le capitalisme a un projet de société écrit et planifié. Celui qui tient les médias est sûr de gagner le combat, toujours. Et la guerre aussi. Pendant 50ans on a nourri le peuple avec des séries télévisées et des films qui préparaient, en fait, à ce qui se passe aujourd’hui. Si les enfants ne font plus la différence entre les jeux vidéo, le virtuel et la réalité, il faut être conscient que le peuple ne fait plus la différence, non plus, entre les films made in USA et la réalité. Même chose pour la télévision qui rend la réalité acceptable grâce au fait que les images de guerre (la vraie) ressemblent aux images de la guerre mise en scène au cinéma. Il n’y a plus de morts, tout est virtuel. C’est un jeu, comme à la télé. L’interpellation de DSK et ce qui s’en est suivi ressemble comme deux gouttes d’eau à n’importe quel feuilleton étasunien. De telle sorte que tout parait crédible, normal, évident et tellement quotidien car enfoui au fond de la mémoire. Et dans ce jeu subtil les bouffons qui mélangent le sujets sérieux et le divertissement, la politique et le comique parachèvent la stratégie de décervellement.


Guerre économique, guerre psychologique, guerre physique, manipulation, etc., ne sont possible que parce que le monopole des médias et de l’information est sous contrôle, non pas des états, mais des firmes transnationales et des complexes militaro-industriels qui sont les vrais décideurs. Ils placent leurs pions en fonction de leurs intérêts du moment et suivent - ou accélèrent - la partition écrite pour que prospère le capitalisme.


Le « politique » n’étant que le pantin que l’on exhibe, que l’on flatte, que l’on fait réélire – ou pas - et à qui l’on dicte les mots et les actions qui écriront la feuille de route au service des transnationales, du marché, et des quelques uns qui les administrent en même temps qu’ils décident de la marche du monde.


Le pitoyable G8 qui s’est déroulé à La Baule en est une illustration parmi tant d’autres. Mais tout le monde croit, encore, que ces pantins dirigent le monde !

 

La méthode Coué à de beaux jours devant elle.

 

Notes

[1] Entendez par là : cette classe politique parisianiste à qui l’on tend le micro et qui noircit de ses tribunes et autres interviews les colonnes de la presse aux ordres.

[2] Zhou Xiaochuan gouverneur de la Banque centrale chinoise

[3] http://www.voltairenet.org/article1...

 
 
Sur le même sujet :
 
Partager cet article
Repost0
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 04:08

http://img.over-blog.com/199x199/2/47/37/13/Dossier-9---4-10/D10--juin-10/Dossier11/NOM-Capital-j-copie-2.jpg

Oligarchie financière: les huit familles derrière le cartel banquier privé international… L’ennemi des peuples a un nom et des visages !

le juin 3, 2011 par Résistance 71


 

Nous avons traduit ici un article de Dean Henderson qui décortique le panier de crabes de la haute finance internationale pour nous. Il confirme ici que les banques centrales n’ont de « centrale » que le nom, et qu’elles sont des entités privées, dirigées pour le profit et mettre le contrôle total de l’économie mondiale dans le moins de mains possible.

 

Les banques sont un outil d’oppression sans précédent et des armes de destruction massive qui doivent être éradiquées si nous désirons vivre libre. Le néo-esclavagisme orchestré par le cartel des banques privées et bel et bien en marche. Il suffit de lui dire NON pour que tout s’arrête et que nous reprenions notre destinée en main.


Oui, c’est aussi con que cela: être capable de dire NON ! en masse et s’y tenir…

– Résistance 71 –

Le cartel de la réserve fédérale: les huit familles  ------

par Dean Henderson

Global Research, le 1er Juin 2011 (Part one of a four-part series)

url de l’article original:

http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=25080

 

Les quatre cavaliers du sytème bancaire américain (Bank of America, JP Morgan Chase, Citigroup and Wells Fargo) possèdent les quatre cavaliers du pétrole (Exxon Mobil, Royal Dutch/Shell, BP Amoco et Chevron Texaco) en tandem avec Deutsche Bank, la BNP, Barclays et d’autres anciens pontes européens de l’argent. Mais leur monopole sur l’économie globale ne s’arrête pas aux limites des champs pétroliers.


D’après les déclarations d’entreprise 10K enregistrées avec la SEC (NdT: la commission des cotations boursières, le “shériff” de Wall Street, ou ce qui devrait l’être), les quatre cavaliers de la banque sont parmi les 10 actionnaires majeurs de pratiquement toutes les entreprises figurant dans le ghotta du Fortune 500 [1]

 

Alors qui sont donc les actionaires

de ces banques centralisant l’argent ?

 

Cette information est gardée de manière plus ferme. Mes demandes aux agences régulatrices bancaires concernant la question de savoir qui possède les actions des top 25 compagnies américaines tenant les actions des banques ont initialement reçu un status couvert par le Freedom of Information Act (NDT: loi sur la liberté de l’information, qui aux Etats-Unis prévoit d’empêcher le secret de l’information), avant d’être finalement refusées sous couvert de raisons de “sécurité nationale”. Ceci est très ironique, sachant que bon nombre d’actionnaires résident en Europe.

 

Un des monuments de la richesse de l’oligarchie globale qui possède ces compagnies de holding bancaire est la US Trust Corporation, fondée en 1853 et maintenant propriété de Bank of America. Un des récents directeurs de l’US Trust Corporation et administrateur honoraire était Walter Rothschild. D’autres directeurs furent Daniel Davison de JP Morgan Chase, Richard Tucker d’Exxon Mobil, Daniel Roberts de Citigroup et Marshall Schwartz de Morgan Stanley. [2] J.W. McCalister, un membre éminent de l’industrie du pétrole avec des entrées dans la maison des Saouds, écrivit dans le Grim Reaper, qu’il a obtenu des informations de banquiers saoudiens, qui citaient le fait que 80% de la banque fédérale de New York, de loin la plus puissante branche de la réserve fédérale, étaient détenus par juste huit familles, dont quatre résident aux Etats-Unis.

 

Ce sont les familles Goldman Sachs, Rockefellers, Lehmans et Kuh Loebs de New York, les Rothschild de Paris et de Londres, les Warburg de Hambourd, les Lazards de Paris et les Israël Moses Seifs de Rome.

 

CPA Thomas D. Schauf confirme les dires de McCallister, ajoutant que 10 banques contrôlent les douze branches de la réserve fédérale.

 

Il nomme N.M Rothschild de Londres, Rotshschild Bank de Berlin, la banque Warburg de Hambourg, la banque Warburg d’Amsterdam, Lehmans Brothers de New York, Lazard Brothers de Paris, la banque Kuhn Loeb de New York, la banque Israel Moses Seif de Rome, Goldman Sachs de New York et la banque JP Morgan Chase de New York. Schauf également cite William Rockefeller, Paul Warburg, Jacob Schiff et James Stillman comme étant les individus qui ont le plus d’actions à tire individuel dans la réserve fédérale. [3] Les Schiffs sont étroitement liés à Kuhn Loeb, les Stillmans de Citigroup, qui se marrièrent dans le clan Rockefeller au début du siècle.

 

Eustace Mullins arriva aux même conclusions dans son livre “Les secrets de la réserve fédérale”, dans lequel il montre des diagrammes connectant la Fed et ses banques membres avec les familles Rothschild, Warburg, Rockefeller et autres. [4] Le contrôle exercé par ces familles sur l’économie globale ne peut pas être exagéré et est couvert volontairement du sceau du secret. Leur bras médiatique est prompt à discréditer toute information exposant ce cartel de banques privées comme étant une “théorie du complot”. Pourtant, les faits demeurent.


La maison Morgan


La banque de la réserve fédérale est née en 1913, la même année que mourut J. Pierpont Morgan et que la fondation Rockefeller fut créée. La maison Morgan présidait sur la finance américaine depuis le coin de Wall Street et Broad, agissant déjà en quasi banque centrale américaine depuis 1838, quand Georges Peabody la fonda à Londres.

 

Peabody était un partenaire d’affaires des Rothschilds. En 1952, l’enquêteur sur le Fed Eustace Mulins émit la suposition que les Morgans n’étaient de fait que les agents de Rothschild. Mullins écrivit que les Rothschilds “…préféraient opérer de manière anonyme aux etats-Unis derrière la façade de la JP Morgan and co”. [5] L’écrivain Gabriel Kolko écrivit “Les activités des Morgan en 1895-96 à vendre des bons du trésor or américains en Europe étaient basées sur une alliance avec la maison Rothschild.” [6]

 

La pieuvre financière Morgan enroula rapidement ses tentacules autour du monde. Morgan Grenfell opérait depuis Londres. Morgan et Ce depuis Paris. Les cousins des Rothschilds Lambert montèrent Drexel et compagnie à Philadelphie.

 

La maison des Morgans étaient impliquées avec les Astors, DuPonts, Guggenheims, Vanderbilts et les Rockefellers. Elle finança le lancement de AT&T, de General Motors, General Electric et DuPont. Tout comme les banques de Londres Rothschild et Barings, Morgan devint partie prenante dans la structure de bon nombre de pays.

 

Dès 1890, la maison Morgan prêtait à la banque centrale d’Egypte, finançait les chemins de fer russes, renflouait les obligations du gouvernememt provincial du Brésil et finançait des travaux publics argentins. Une récession économique en 1893 renforça la puissance financière de Morgan. Cette année là, Morgan sauva les Etats-Unis d’une panique bancaire, formant un groupement pour remonter les réserves fédérales avec un envoi d’une valeur de 62 millions de dollars d’or des Rothschilds. [7]

 

Morgan fut la force motrice derrière l’expansion occidentale des Etats-Unis, finançant et contrôlant les chemins de fer qui avançaient vers l’Ouest. En 1879 les chemins de fer centraux de New York, financés par Cornelius Vanderbilt-Morgan donnèrent des prix préférentiels à John D. Rockefeller pour son monopole pétrolier de la Standard Oil, scellant ainsi la relation Rockefeller/Morgan.

 

La maison Morgan alors tombe sous le contrôle familial Rothschild et Rockefeller. Un titre du New York Herald clame “Les géants du chemin de fer forment un trust gigantesque”. J. Pierpont Morgan qui déclara un jour “la compétition est un pêché” se réjouissait maintenant, “pensez un peu que tout le traffic ferrovière en compétition à l’Ouest de St Louis est placé sous le contrôle d’une trentaine d’hommes.” [8] Morgan et le banquier de d’Edward Harriman Kuhn Loeb obtenaient un monopole sur les chemins de fer, tandis que les dynasties banquières Lehman, Goldman Sachs et Lazard rejoignaient les Rockefellers à contrôler la base industrielle états-unienne. [9]

 

En 1903, les huit familles établirent le Banker’s Trust. Benjamin Strong du même organisme fut le premier gouverneur de la banque de la réserve fédérale de New York. La création de la réserve fédérale en 1913 fusionna la puissance des huit familles à la puissance militaire et diplomatique du gouvernement américain. Si leurs prêts internationaux n’étaient pas repayés, les oligarques pouvaient maintenant déployer les fusiliers marins américains (NdT: traduction la plus proche pour “US Marines ») pour collecter les dettes. Morgan, Chase et Citibank formèrent une alliance internationale syndiquée de prêteurs sur gage.

 

La maison Morgan était dans les petits papiers de la maison Windsor britannique et de la maison italienne de Savoie. Les Kuh Loebs, Warburgs, Lehmans, Lazards, Israël Moses Seifs et Goldman Sachs étaient également très proches des maisons royales européennes. Dès 1895, Morgan contrôlait le flot d’or qui entrait et sortait des Etats-Unis. La première vague des fusions américaines étaient dans sa prime enfance et était promue par les banquiers. En 1897, il y eut 69 fusions d’entreprises industrielles. En 1899, il y en eut 1200. En 1904, John Moody, le fondateur de Moody’s Investor Services, dit qu’il était alors impossible de séparer les intérêts des Rockefellers et des Morgans. [10]

 

La méfiance du public envers l’alliance se propagea. Beaucoup les considéraient comme des traitres à travailler avec le vieux système financier européen. La Standard Oil de Rockefeller, les aciers américains de Andrew Carnegie et les chemins de fer de Edward Harriman étaient tous financés par le banquier Jacob Schiff de  Kuhn Loeab, qui lui travaillait en relations étroites avec les Rothschilds d’Europe.

 

Plusieurs états de l’ouest des Etats-Unis bannirent les banquiers. Le populiste William Jennings Bryan fut trois fois le candidat présidentiel démocrate de 1896 à 1908. Le thème central de sa campagne anti-impérialiste fut de dire aux citoyens que les Etats-Unis étaient en train de tomber dans le piège de “l’esclavage financier au capital britannique”. Teddy Roosevelt battît Bryan en 1908, mais fut forcé à la suite de ce feu de brousse anti-impérialiste de faire passer le décret anti-trust. Il s’attaqua ensuite au trust de la la Standard Oil.

 

En 1912 eurent lieu les auditions Pujo, qui s’occupèrent des concentrations de pouvoir à Wall Street. La même année, Mme Harriman vendît ses parts substantielles de la banque du New York Guaranty Trust à J.P Morgan, créant ainsi Morgan Guaranty Trust. Le juge Louis Brandeis convainquît le présidfent Woodrow Wilson de terminer les situations d’inter-relations de comités directeurs. La loi anti-trust Clayton fut passée en 1914.

 

Jack Morgan le fils et successeur de J. Piermont, répliqua en demandant aux clients de Morgan Remington et Winchester d’augmenter la production d’armement. Il décida que les Etats-Unis devaient entrer dans la première guerre mondiale. Pressé par la fondation Carnégie et d’autres instances de l’oligarchie, Wilson céda. Comme Charles Tansill écrivit dans “L’Amérique s’en va en guerre”: “Même bien avant que la poudre ne parle, la firme française des frères Rothschild câbla à Morgan and co à New York suggérant le flottement d’un prêt de 100 millions de dollars, dont une partie substantielle serait laissée aux Etats-Unis pour payer les dépenses françaises pour des achats de produits américains.”

 

La maison Morgan finança la moitié de l’effort de guerre américain, tout en recevant des commissions pour avoir introduit des sous-traitants comme General Electric, DuPont, les aciers Américain, Kennecott et ASARCO. Tous étaient des clients de Morgan. Morgan finança également la guerre des Boers britannique en Afrique du Sud et la guerre franco-prussienne. La conférence de la paix de Paris en 1919 fut présidée par Morgan, qui mena les efforts de reconstruction à la fois de l’Allemagne et des alliés. [11]

 

Dans les années 1930, le populisme refît surface après que Goldman Sachs, Lehman et autres banques eurent profité du crash de 1929. [12] Le président du comité bancaire du parlement américain Luois McFadden (démocrate-New York) dit de la grande dépression: “ce ne fut pas un accident. Ce fut planifié… Les banquiers internationaux pensèrent à créer une situation de désespoir afin de pouvoir en émerger comme nos dirigeants absolus.”

 

Le sénateur Gerald Nye (démocrate-Dakota du nord) présida une enquête sur les munitions en 1936. Nye conclua que la maison Morgan précipita les etats-unis dans la première guerre mondiale pour protéger des emprunts et pour créer un essor de l’industrie de l’armement. Nye produisit plus tard un document dont le titre était “La prochaine guerre”, qui réferrait cyniquement au “truc de le vielle déesse démocratie”, par lequel le Japon pourrait-être dupé dans une seconde guerre mondiale. En 1937, le secrétaire à l’intérieur Harold Ickes, mit en garde de “l’influence des 60 familles américaines”. L’historien Ferdinand Lundberg plus tard écrivit un livre ayant le même titre. Le juge de la cour suprême de justice William O. Douglas décria “l’influence de Morgan… la plus pernicieuse dans la finance et l’industrie aujourd’hui.”


Jack Morgan répondit en rapprochant les Etats-Unis de la seconde guerre mondiale. Morgan avait des relations très étroites avec les familles Iwasaki et Dan, les clans les plus riches du Japon, qui possédaient Mitsubishi et Mitsui respectivement, depuis que ces deux compagnies émergèrent des shogunats du XVIIème siècle. Quand le Japon envahit la Manchourie et massacra les paysans de Nankin, Morgan minimisa l’incident. Morgan avait aussi d’étroites relations avec le fasciste italien Benito Mussolini, tandis que le nazi allemand Dr. Hjalmer Schacht était la liaison entre la banque Morgan et l’allemagne durant la seconde guerre mondiale. Après la guerre, les représentants de Morgan rentrèrent Schacht à la Bank for International Settlements (BIS) à Bâle en Suisse. [13]

 

La maison Rockefeller


La BIS est la banque la plus puissante du monde, une banque centrale globale pour les huit familles qui contrôlent les banques centrales de presque toutes la nations occidentales et des pays en voie de développement. Le premier président de la BIS fut le banquier de Rockefeller Gates McGarrah, un officiel de la Chase Manhattan Bank et de la réserve fédérale. McGarrah était le grand-père de l’ex-directeur de la CIA Richard Helms. Les Rockefellers, tout comme les Morgans, avaient des relations très étroites avec Londres. David Icke écrit dans “Les enfants de la matrix”, que les Rockefellers et les Morgans n’étaient que des “prête-noms” pour les Rothschilds. [14]

 

La BIS est une propriété de la réserve fédérale, de la banque d’angleterre, de la banque d’italie, banque du canada, banque de suisse, banque de hollande, banque fédérale allemande et la banque de france..

 

L’historien Carroll Quigley écrivit dans son épique livre “Tragédie et Espoir” que la BIS faisait partie d’un plan, celui de “créer un système mondial de contrôle financier dans des mains privées et capable de dominer le système politique de chaque pays et l’économie du monde dans son entieretéun contrôle s’exerçant de manière féodale par les banques centrales du monde agissant de concert à travers des accords secrets.” Le gouvernement américain avait une méfiance historique à l’égard de la BIS, et fit pression sans succès pour qu’elle soit abandonnée en 1945 à la conférence de Bretton-Woods. Au contraire de cela, la puissance des huit familles fut exacerbée avec la création par la conférence de Bretton-Woods du FMI et de la banque mondiale. Le banque fédérale américaine ne prit des parts à la BIS qu’en Septembre 1994. [15]

 

La BIS détient au moins 10% des fonds de réserve d’au moins 80 banques centrales au monde, du FMI et autres institutions multilatérales. Elle sert d’agent financier pour les accords internationaux, collecte les informations sur l’économie globale et sert de prêteur ou de dernier rempart pour éviter un effondrement financier global général.

 

La BIS fait la promotion d’un agenda de fascisme monopolistique capitaliste. Elle donna un prêt de soudure à la Hongrie dans les années 1990 pour assurer la privatisation de l’économie de ce pays. Elle servit de canal de financement d’Adolf Hitler pour les huit familles, emmené par Henry Schroeder des Warburgs et la banque Mendelsohn d’Amsterdam. Un certain nombre de chercheurs assument que la BIS est en fait le centre du blanchiement d’argent du traffic de drogue global. [16]

 

Ce n’est pas une coïncidence si la BIS a son QG en Suisse, la cache financière préférée pour la richesse de l’aristocratie globale et quartier général de la loge franc-maçonne P2 italienne Alpina et Nazi International. D’autres institutions que contrôlent les huit familles inclues le Forum Economique Mondial (Davos NdT), la Conférence Mnnétaire Internationale et l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC).

 

Bretton Woods fut une aubaine pour les huit familles. Le FMI et la banque mondiale étaient centrales à ce “Nouvel Ordre Mondial”. En 1944, les premiers bons de la banque mondiale furent amenés par Morgan Stanley et la First Boston. La famille française Lazard devint plus impliquée dans les intérêts de la maison Morgan. Lazard Frères, la banque d’investissement la plus importante de France, est la propriété de Lazard et des familles David-Weill, vieille tradition bancaire de Gênes représentée par Michelle Davive. Un directeur récent et PDG de Citigroup fut Sanford Weill.

 

En 1968, Morgan Guaranty lança Euro-Clear, une banque basée à Bruxelles spécialisée dans le système de négoce des sécurités Eurodollar. Ce fut la première aventure automatique. Certains appelèrent Euro-Clear “la bête”. Bruxelles sert de QG pour la nouvelle banque centrale européenne (BCE) et pour l’OTAN.

 

En 1973, les officiels de Morgan se rencontrèrent secrètement aux Bermudes pour opérer la résurrection illégale de la vieille maison Morgan, 20 ans avant que la loi Glass Steagal fut abandonnée. Morgan et les Rockefeller donnèrent l’apport financier de départ pour Merrill Lynch, la propulsant dans le top 5 des banques d’investissement américaines. Merrill Lynch est maintenant une partie de Bank of America.

 

John D. Rockefeller utilisa sa richesse du pétrole pour acquérir Equitable Trust, qui avait absorbé plusieurs grandes banques et entreprises dans les années 1920. La grande dépression de 1929 aida Rockefeller à consolider sa puissance. Sa banque Chase, mergea avec la banque de Manhattan de Kuhn Loeb pour former la banque Chase Manhattan, ainsi cimentant une relation familiale de longue durée. Les Kuhn-Loeb avaient financé, avec les Rothschilds, la quête de Rockefeller pour devenir le roi du pétrole. La banque National City Bank de Cleveland donna les fonds à John D. Rockefeller dont il avait besoin pour s’embarquer dans le monopole de l’industrie pétrolière américaine. La banque fut identifiée dans une enquête du congrès comme étant une des trois banques des Rothschilds aux Etats-Unis dans les années 1870; quand John D. créa pour la première fois la Standard Oil dans l’état de l’Ohio. [17]

 

Un des associés de Rockefeller dans la Standard Oil était Edward Harkness dont la famille fut amenée à contrôler Chemical Bank. Un autre fut James Stillman, dont la famille contrôlait Manufacturers Hanover Trust, Les deux banques ont mergé sous l’ombrelle de JP Morgan Chase. Deux des filles Stillman marièrent deux des fils de William Rockefeller. Les deux familles contrôlent une grosse part de Citigroup également. [18]

 

Dans les affaires des assurances, les Rockefellers contrôlent Metropolitan Life, Equitable Life, Prudential and New York Life. Les banques de Rockefeller contrôlent 25% de tous les biens des 50 plus grandes banques commerciales des Etats-Unis et 30% de tous les biens des 50 plus grosses compagnies d’assurance aux Etats-Unis. [19] Les compagnies d’assurance, la première aux Etats-Unis fut créée par les franc-maçons, jouent un rôle important dans la donne de l’argent de la drogue aux Bermudes.

 

Les entreprises sous contrôle des Rockefeller incluent Exxon Mobil, Chevron Texaco, BP Amoco, Marathon Oil, Freeport McMoran, Quaker Oats, ASARCO, United, Delta, Northwest, ITT, International Harvester, Xerox, Boeing, Westinghouse, Hewlett-Packard, Honeywell, International Paper, Pfizer, Mororola, Monsanto, Union Carbide et General Foods.

 

La fondation Rockefeller a des liens très étroits avec les fondations Carnegie et Ford.

 

D’autres aventures philanthropiques de la famille incluent le fond des fréres rockefeller, Rockefeller Institute for Medical Research, General Foundation Board, Rockefeller University et l’Université de Chicago, qui vomit régulièrement un flot continu d’économistes d’extrême droite, apologistes du capital international, incluant Milton Friedman.

 

La famille possède 30 Rockefeller Plaza, où l’arbre de Noël national est allumé chaque année et le Centre Rockefeller. David Rockefeller fut instrumental dans la construction des tours du WTC. La maison de famille des Rockefeller est un complexe dans la partie bourgeoise de New York appelée Pocantico Hills. Ils possèdent également un duplex de 32 pièces sur la 5ème avenue à Manhattan, un manoir à Washington DC, le ranch Monte Sacro au Vénézuéla, des plantations de café en Equateur, plusieurs fermes au Brésil, une grande propriété à Seal Harbor, dans le Maine et des stations balnéaires dans les Caraïbes, Hawaïï et à Porto Rico. [20]

 

Les familles Dulles et Rockefeller sont cousines. Allen Dulles créa la CIA, assista les nazis, couvra l’assassinat de Kennedy de la commission Warren et fît une alliance avec la confrérie des Frères Musulmans pour créer des assassins conditionnés. [21]

 

Son frère John Foster Dulles, fut président des trusts bidon de la Goldman Sachs avant l’effondrement de la bourse en 1929 et aida son frère à renverser des gouvernements au Guatémala et en Iran. Tous deux étaient membres de la société secrète Skull & Bones, du Conseil en Relation Etrangère (CFR) et franc-maçons au 33ème degré. [22]

 

Les Rockefellers furent instrumentaux pour former le club de Rome et son agenda de dépopulation, dans leur propriété familale de Bellagio en Italie. Leur propriété de Pocantico Hills donna naissance à la Commission Trilatérale. La famille est une pourvoyeuse de fonds importante pour le mouvement eugéniste, qui accoucha d’Hitler, du clonage humain et de la forme courante d’obsession génétique sur l’ADN qui court dans les cercles scientifiques américains.

 

John Rockefeller Junior fut à la tête du conseil de la population jusqu’à sa mort. [23] Son fils du même nom est un sénateur élu pour la Virginie de l’Ouest. Son frère Winthrop Rockefeller fut lieutenant gouverneur d’Arkansas et demeure l’homme le plus puissant de cet état. Dans une interview avec le magazine Playboy en Octobre 1975, le Vice-président Nelson Rockefeller, qui était aussi gouverneur de l’état de New York, articula les vues globalistes et arrogantes de sa famille de cette façon: “Je crois absolument dans une planification mondiale totale de l’économie, des affaires sociales, de la politique, de l’armée…”


Mais de tous les frères Rockefeller, c’est le fondateur de la commission trilatérale et président de la banque Chase Manhattan David qui propulsa l’agenda fasciste de la famille sur la scène globale.

 

Il défendît le Shah d’Iran, le régime d’apartheid d’Afrique du Sud, et la junte militaire de Pinochet au Chili. Il fut le plus grand financier du CFR, de la commission trilatérale et (pendant la guerre du Vietnam), du comité pour une paix effective et durable en Asie, une aventure affairiste pour ceux qui faisaient leur argent et vivaient du conflit.

 

Nixon lui proposa d’être son secrétaire au trésor (ministre des finances, NdT), mais Rockefeller déclina l’offre, sachant que sa puissance était bien supérieure en étant à la tête de la banque Chase Manhattan. L’écrivain Gary Allen écrivit dans son livre “Le dossier Rockefeller” en 1973: “David Rockefeller a rencontré 27 chefs d’état, incluant les dirigerants de la Chine et de l’URSS.”

 

En 1975, après Le coup de la Nugan Hand Bank et de la CIA contre le premier ministre australien Gough Whitlam, son successeur nommé par la couronne britannique se dépêcha d’aller aux Etats-Unis où il rencontra Gerald Ford après avoir rencontré David Rockefeller. [24]

 

[à suivre...]

 

[1] 10K Filings of Fortune 500 Corporations to SEC. 3-91

[2] 10K Filing of US Trust Corporation to SEC. 6-28-95

[3] “The Federal Reserve ‘Fed Up’. Thomas Schauf. www.davidicke.com 1-02

[4] The Secrets of the Federal Reserve. Eustace Mullins. Bankers Research Institute. Staunton, VA. 1983. p.179

[5] Ibid. p.53

[6] The Triumph of Conservatism. Gabriel Kolko. MacMillan and Company New York. 1963. p.142

[7] Rule by Secrecy: The Hidden History that Connects the Trilateral Commission, the Freemasons and the Great Pyramids. Jim Marrs. HarperCollins Publishers. New York. 2000. p.57

[8] The House of Morgan. Ron Chernow. Atlantic Monthly Press NewYork 1990

[9] Marrs. p.57

[10] Democracy for the Few. Michael Parenti. St. Martin’s Press. New York. 1977. p.178

[11] Chernow

[12] The Great Crash of 1929. John Kenneth Galbraith. Houghton, Mifflin Company. Boston. 1979. p.148

[13] Chernow

[14] Children of the Matrix. David Icke. Bridge of Love. Scottsdale, AZ. 2000

[15] The Confidence Game: How Un-Elected Central Bankers are Governing the Changed World Economy. Steven Solomon. Simon & Schuster. New York. 1995. p.112 [16] Marrs. p.180

[17] Ibid. p.45

[18] The Money Lenders: The People and Politics of the World Banking Crisis. Anthony Sampson. Penguin Books. New York. 1981

[19] The Rockefeller File. Gary Allen. ’76 Press. Seal Beach, CA. 1977

http://www.globalresearch.ca/PrintArticle.php?articleId=25080                  Page 7 of 8

The Federal Reserve Cartel: The Eight Families                  6/2/11 9:26 AM

[19] The Rockefeller File. Gary Allen. ’76 Press. Seal Beach, CA. 1977

[20] Ibid

[21] Dope Inc.: The Book That Drove Kissinger Crazy. Editors of Executive Intelligence Review. Washington, DC. 1992

[22] Marrs.

[23] The Rockefeller Syndrome. Ferdinand Lundberg. Lyle Stuart Inc. Secaucus, NJ. 1975. p.296

[24] Marrs. p.53

 

Dean Henderson is the author of Big Oil & Their Bankers in the Persian Gulf: Four Horsemen, Eight Families & Their Global Intelligence, Narcotics & Terror Network and The Grateful Unrich: Revolution in 50 Countries. His Left Hook blog is at


www.deanhenderson.wordpress.com

http://resistance71.wordpress.com/

 

 

 

Additif, rappel


 

L’UMPS (UMP + PS) se partage invariablement le pouvoir depuis que De Gaulle a été poussé vers la sortie par deux envoyés de la banque Rothschild: Giscard et Pompidou. Auteurs tous les deux de la célèbre loi de 1973 abandonnant notre souveraineté monétaire aux banques privées et donc à Rothschild.

http://lesouffledivin.fr/2011/06/03/le-vrai-fascisme-cest-lumps/


 

 

A lire + vidéos INCONTOURNABLES

 


.


Partager cet article
Repost0
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 18:47

Perte de souveraineté : Trichet veut aller plus loin

3 juin 2011 - 10:27

Voici ce qu’a déclaré Jean-claude Trichet, patron de la banque centrale européenne : «Serait-ce trop audacieux, d’un point de vue économique, avec un marché unique, une monnaie unique et une banque centrale unique, d’envisager un ministre des Finances de l’Union?» Il propose donc un ministre des finances commun à tous les « états » de l’UE qui remplacerait ceux des différents pays membres.  Il est évident que le peu de marge de manœuvre qu’ont les nations européennes pour mener leur propre politique économique agace les mondialistes.

 

Le rôle de ce « super » ministre serait de s’ingérer directement dans la vie politique des états : «l’interdépendance signifie que les pays n’ont pas de facto une autorité interne complète. Ils peuvent expérimenter des crises causées entièrement par les politiques économiques néfastes menées par d’autres». Les domaines d’intervention du ministère des finances supra-national seraient dans un premier temps :«Premièrement, la surveillance des politiques budgétaires et de compétitivité. Deuxièmement, toutes les responsabilités typiques du pouvoir exécutif en ce qui concerne le secteur financier intégré de l’UE. Troisièmement, la représentation de la confédération européenne auprès des institutions financières internationales».

 

http://www.contre-info.com/perte-de-souverainte-trichet-veut-aller-plus-loin

Partager cet article
Repost0
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 18:08

La République veut qu’aucun jeune cerveau ne lui échappe

Qu’importe que les élèves d’aujourd’hui soient illettrés et ignares. L’important est que les « valeurs de la République » (franc-maçonne) soient bien inscrites dans leur esprit : immoralité, démocratisme, shoatisme, ethno-masochisme, mondialisme, individualisme, négation de tout ordre naturel, etc.


Toujours dans cette optique, alors que l’UMP vient de porter un terrible coup à la normalité, via les manuels scolaires, le PS n’est pas en reste, comme vous le voyez ci-dessous.


La large fraction pro-maçonnique du Parti socialiste, Jean Glavany et Jean-Marc Ayrault en tête, repart au combat contre l’enseignement privé sous et hors contrat.


Avec une soixantaine de députés, ils viennent de déposer une proposition de création d’une « commission d’enquête sur les pratiques intégristes, fondamentalistes et sectaires portant atteinte aux lois, aux principes et aux valeurs de la République dans des établissements privés d’enseignement qu’ils soient sous ou hors contrat, et sur les moyens de contrôle qu’exerce l’Education nationale sur ces pratiques ». Ce, alors même que tous ces établissements, aux résultats en général excellents, sont soigneusement inspectés au moins une fois par an.


Source : Faits & Documents n°316.

 

 

http://www.contre-info.com/la-republique-veut-quaucun-jeune-cerveau-ne-lui-echappe

Partager cet article
Repost0
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 15:42

Le peuple élu par Dieu

 

Le nouvel ordre mondial ou l’achévement du projet juif talmudique (Opinion)

 

Non le monde n’est pas gouverné en sous-mains par des extra-terrestres reptiliens ou je ne sais quelle race réfugiée dans les entrailles de la Terre ou ayant colonisé la lune pour mieux nous observer. Ceci ne veut pas dire entendons-nous bien qu’il n’existe aucune possibilité de vie extra-terrestre. Nous avons des témoignages troublants chaque jour pour nous rappeler combien les ovnis font désormais partie intégrante de notre vie. On pourrait d’ailleurs se demander pourquoi cette divulgation ET a lieu aujourd’hui de façon si massive et à qui cela profite. Si on se rappelle le discours de Reagan à l’ONU alors cela doit profiter à l’avènement d’un nouvel ordre mondial soudant les nations dans une défense commune contre une menace extérieure. Or qu’est finalement ce nouvel ordre mondial sinon le projet juif talmudique achevé?

Je me base sur des faits que l’on peut trouver partout sur internet si on a la volonté de chercher. Je fais partie de ceux qui cherchent, qui réfléchissent et qui essayent d’apporter des réponses à la réalité de notre monde. Je ne me prétends pas détenteur de la vérité ultime universelle néanmoins c’est ma réflexion.

Si l’on regarde l’histoire du monde des deux derniers millénaires, puisque c’est de ceux-ci que nous avons le plus d’informations exploitables, alors nous pouvons dire que nous vivons dans une ère juive au sens global du terme. Tout nous y ramène.

 

Les tables de leur loi

 

 

En premier lieu la religion puisque tous les livres sacrés des religions monothéistes sont issus de cette région du monde qu’est Israël. N’oublions pas que les juifs furent à l’origine chassé d’Egypte mais non pas pour fuir l’esclavage puisque les dernières découvertes scientifiques et archéologiques montrent que l’esclavage n’a pas existé pour construire les pyramides.  Alors pourquoi? Ont-ils dérobé le savoir secret des égyptiens? La construction du temple de salomon est une symbolique tellement forte à travers les âges que le maître constructeur, Hiram, est la figure vénérée de la franc-maçonnerie mondiale. Le compas et l’équerre sont un hommage au grand bâtisseur du temple. Quelle est la finalité de ce temple pour que des siècles après l’ordre du monde combatte avec autant de férocité encore pour achever sa construction? Sera-t-il une stargate? Une porte d’espace temps permettant la connexion avec Orion comme le symbolise si parfaitement les pyramides de gizeh? Seuls les initiés au grand œuvre, ceux qu’on appelle les Illuminati, savent réellement la finalité de la construction de ce temple. Le retour du messie juif Jésus? Peut-être. La venue des habitants d’Orion sur notre planète? Pourquoi pas.

Oui Jésus est juif au cas où certains l’auraient oublié. Dans les trois religions monothéistes c’est une figure reconnue mais pas pour les mêmes raisons. Pour les chrétiens c’est Dieu (Dieu est donc juif), pour les musulmans c’est un prophète respecté, pour les juifs c’est un imposteur qui mettait à mal le pouvoir local puissant des pharisiens et fût mis à mort. Jésus est donc une figure juive pour laquelle le monde se déchire encore aujourd’hui. Jésus a-t-il vraiment existé? Ce sert-on de lui pour accomplir le projet juif aujourd’hui? Le projet de la domination du plus petit des peuples sur la masse des peuples mondiaux. Projet mené par une petite élite, par quelques familles ayant signé un pacte de sang entre elles les enjoignant à essaimer partout sur la planète pour prendre le contrôle des nations et finir par les rassembler sous un même gouvernement mondial qu’ils contrôleraient. Pure délire? peut-être mais comment expliquer l’extraordinaire puissance de ce petit peuple sinon qu’il est appuyé sur un socle de connaissance dont ils sont les détenteurs et qu’ils utilisent pour asseoir leur domination.

De tout temps les juifs ont été honnis par l’ensemble des nations, des peuples souverains, qui font passer, et c’est bien naturel, leur bien-être avant tout. Les juifs n’ont jamais partagé ce projet puisque le leur est finalement de dominer les nations en tant que peuple élu. En contrôlant l’or et la magie ils arrivent à leurs fins. Les templiers initiés au secret de l’usure ont pu prospérer et faire fortune jusqu’à devenir une menace pour les nations, c’est ainsi que Philippe Le bel décidât de leur extermination. Les juifs furent persécutés pour les mêmes raisons mais revinrent toujours auprès du pouvoir car indispensables. eux seuls maîtrisaient avec autant de talent ce pouvoir de faire monnaie qui est le nerf de la guerre. De toutes les guerres.
La magie c’est gouverner les esprits en masquant la réalité du monde par une réalité fabriquée. La magie aujourd’hui c’est de ne voir jamais parler dans nos informations la dangerosité du lobby juif talmudique alors qu’on nous bassine sans cesse sur le danger musulman, catholique ou autre. Pourquoi? Parce que par la grâce de leur savoir, qu’ils ont dérobés ou non, ils ont fait la preuve de leur exception pour parvenir à devenir incontournable dans les affaires d’état. Ceci bien sûr s’est passé au fil des siècles et après de multiples péripéties. Mais quand on a l’or et qu’on a aucune retenue dans l’accomplissement du grand œuvre puisqu’il dépasse le simple cadre des nations, donc des peuples, on est prêt à employer tous les moyens pour parvenir à ses fins. Qu’on soit au côté du roi d’Angleterre, de France ou d’Allemagne on roule toujours pour le grand oeuvre.

Ce livre est intéressant à lire, et il se lit assez vite, parce qu’il explique bien le projet juif et le mépris envers les peuples. A juste raison d’ailleurs tant nous sommes soumis à leur pouvoir alors qu’ils sont si peu nombreux. N’est-ce pas de la magie cela?

 

 

L’ère moderne est inauguré avec les grandes révolutions citoyennes maçonniques entièrement sous contrôle juif et ayant pour objectif de détruire les pouvoirs temporels monarchiques et spirituels des religions en imposant la laïcité. La maçonnerie est une émanation juive qui a pour finalité la reconstruction du temple de salomon. En s’enrôlant dans les loges on participe directement ou indirectement au grand œuvre. La mise en place de ce pouvoir occulte au côté du pouvoir bancaire et financier a donné inévitablement un pouvoir exponentiel à ceux qui le contrôlent: les juifs. Disons les grandes familles juives historiques qui n’ont jamais cessé à travers l’histoire de mener le jeu ou de le vouloir. Ce sont encore les mêmes aujourd’hui que l’on retrouve derrière tous les outils de contrôle des nations et donc des gouvernements.

Dès lors les grands événements mondiaux trouvent tous leur origine dans leur finalité: un gouvernement mondial. Les juifs ont financé Hitler et Staline pour déstabiliser les peuples et surtout les nations. Interdire à tout jamais l’idée d’une idée nationaliste contraire à l’établissement d’une gouvernance mondiale transnationale. Ce sont eux donc qui se sont empressés de faire l’Europe pour l’atteler aux USA, qu’ils contrôlent intégralement, et en faire un instrument au service de l’accomplissement de leur grand œuvre. Alors peu importera les peuples, les nations, puisque les gouvernements seront alliés dans une même défense d’Israël. Croyez bien qu’il n’y a jamais eu 6 millions de morts juifs pendant la shoah. Ceci est une imposture comme tant d’autres véhiculés par les juifs qui contrôlent le pouvoir magique de la propagande et du formatage des esprits.  Je ne sais pas si vous vous rendez compte de la boucherie que cela représente si jamais cela était vrai!? Mais que beaucoup de juifs furent déportés, c’est le mot, en Palestine pour la peupler de juifs ça oui. Qu’il y en ait refusant de partir, qui sont morts dans des camps de travail forcés ça oui. Avec des communistes, des idéalistes humanistes, des marginaux, des minorités de toute sorte esclave du III ème reich sioniste.

Regardez la réalité de notre monde aujourd’hui. Les USA sont sous contrôle juif comme l’Allemagne et l’Angleterre. Le mariage princier avec une juive est venu finaliser tout cela au plus haut niveau de la société anglaise. La France abrite en son sein la plus forte communauté juive et cela fait partie du projet comme expliqué dans le document SCRIB plus haut. Une communauté qui se fait la courte échelle pour contrôler notre pays et qui y arrive magnifiquement bien. Ils sont partout! Ils contrôlent tout. Nous sommes un peuple sous surveillance pour permettre à notre armée, troisième puissance mondiale, d’être aux ordres lorsque le conflit final commencera. Le conflit qui décidera de l’accomplissement du grand oeuvre.

Le projet final n’est pas de conserver la Terre telle qu’elle est mais de la dominer. Il faudra réduire drastiquement sa population et pour cela rien de tel qu’un grand conflit nucléaire mondial. N’en sont-ils pas les inventeurs? N’est-ce pas un secret qu’ils conservent depuis la nuit des temps et qu’ils distillent aux initiés suivant l’époque.
Pour le dire franchement je n’ai jamais cru aux génies comme Einstein, Tesla ou Léonard de Vinci. D’où provenaient leur connaissances extraordinaires pour l’époque qui leur a donné une autorité suffisante pour être admiré à travers les temps? Est-ce la grâce divine? Ou bien ont-ils été initiés à des secrets jalousement gardés et savamment distillés pour influencer leur époque. Des secrets gardés entre quelques mains à travers les siècles et que l’on appelle: les Illuminati.

L’architecture mondiale, notamment en occident, est toute entière tournée vers l’Egypte. Nos monuments sont tous d’inspiration égyptienne et font référence à la grandeur égyptienne. Pour quelles raisons? Pourquoi la suprématie de la civilisation égyptienne est-elle si profondément ancrée dans nos esprits alors pourtant que l’on dit qu’ils réduisaient les juifs en esclavage. Il y a là quelque chose qui ne colle pas. En fait la fin de la civilisation égyptienne ne correspond-elle pas avec l’essor des religions monothéistes juives organisant l’essor des civilisations sur des connaissances acquises et dérobées? le savoir égyptien est-il passer entre les mains des juifs? Du moins de certains juifs, des initiés, ce qui leur a permis de garder un temps d’avance sur toutes les civilisations.

Tout ça pour en arriver au projet ultime de contrôle total du monde par cette poignée d’initiés juifs. Le temple de salomon n’est-il pas finalement une connexion avec Orion donnant la suprématie matérielle et physique à ceux qui en contrôleront le savoir et la puissance? Jésus n’était-il pas finalement un envoyé d’Orion? Alors toute son histoire racontée s’explique. C’était un initié récupéré par la bible l’idée qu’il fallait croire en un Dieu pour sa propre rédemption. Que nous étions trop indignes pour nous sauver nous-même de notre sauvagerie brutale. Etait-il envoyé pour lutter contre ce grand œuvre juif ou fait-il partie de la gigantesque supercherie devant amener la conversion de Jésus au talmud au final? La soumission de Jésus au pouvoir juif serait un retournement de l’histoire suffisamment puissant pour déclencher le chaos mondial. La guerre finale sera alors entre ceux qui l’acceptent et ceux qui la refusent…

Toutes les hypothèses sont envisageables car la réalité du monde est bien celle-là: Nous sommes gouvernés par des juifs pour mettre en place le grand projet juif. Certains l’acceptent d’autres pas. La frontière est souvent entre l’élite et le peuple. En attendant ce sont eux qui mènent le monde et nous qui la subissons. Jusqu’à quand? Jusqu’où? C’est toute la question. tout ce que l’on peut dire avec certitude c’est que tout se met en place. Les nations occidentales sont sous contrôle, les nations arabes sont en cours de renouvellement. On vire des dictateurs trop vieux, trop corrompus, pour les remplacer par des technocrates à la solde de l’empire et qui n’hésiteront pas le temps venu à se ranger à ses côtés. Dehors le Kadhafi juif mais trop engagé dans la panarabie. Il faut des dictateurs soumis. C’est ce qui se passe actuellement aussi au Pakistan où il faut à tout prix prendre le contrôle sur un pays ayant l’arme atomique tout en n’étant pas fiable. Ce sera ensuite le tour de l’Inde, de la Chine, de la Russie. Même si là déjà le pouvoir juif est déjà infiltré au plus haut sommet. Medvedev est juif et saura s’en souvenir le temps venu s’il est réélu. La Chine est travaillée de l’intérieur pour ne pas intervenir dans le conflit proche-orient. Bref le grand oeuvre semble s’accélérer et devenir inéluctable.

Pourquoi tant de précipitations à prendre le contrôle du monde avant 2012? Parce que la Terre est à l’aube de voir se terminer un grand cycle cosmique de 320 000 ans amenant à un saut quantique favorisant l’élévation des consciences et donc la fin du grand projet? Imaginons que nous soyons tous initiés au savoir alors la domination d’un petit groupe sur les autres n’aurait plus lieu d’être. La construction du temple si ardemment revendiquée par les juifs talmudiques ,  par les chrétiens de la renaissance aussi notamment, par les évangélistes protestants, annonçant la venue d’un messie, ou le retour de Jésus sera pour le plus grand malheur des peuples du monde tant il signifiera la main mise totale et en toute exclusive sur nos consciences d’un pouvoir spirituel sans partage. Le vrai fascisme.

NB: La réalité vient nous dire que le temple de Salomon ne sera pas reconstruit sur le mont du temple mais à Londres pour les JO de 2012. Londres considérée comme la nouvelle Jérusalem abriterait le futur temple de salomon annonçant l’arrivée de l’antéchrist dans un rituel païen de dimension cosmique n’en doutons pas! Les JO de 2012 vont incontestablement jouer un grand rôle dans l’accomplissement du grand œuvre.

 

http://lesouffledivin.fr/2011/06/02/le-nouvel-ordre-mondial-ou-lachevement-du-projet-juif-talmudique/

 

 

Billets liés:

  1. L’Egypte déclare la guerre au lobby sioniste mondial.
  2. A qui profite le terrorisme d'Al-Qaeda?
  3. A qui profite le terrorisme d’Al-Qaeda?
  4. Le salut de l'occident passera par la soumission d'Israël.
  5. La révolution populaire sera anti-talmudiste.
  6. La révolution citoyenne en marche inquiète l’ordre mondial impérialiste occidental.
  7. La révolution citoyenne en marche inquiète l'ordre mondial impérialiste occidental.
  8. Jacques Attali le raciste!

 

Derniers posts sur ce blog :

  1. Le refus de la globalisation imposée par le nouvel ordre mondial.
  2. Le projet sioniste ou l'apocalypse révélée.

 

 

Des juifs US se lèvent contre l’AIPAC.

 

Refusons le fascisme.

 

 

 

A quand des juifs français contre le CRIF qui décide pour eux ce qui doit être bon ou mauvais? On sait bien que ces lobbys sionistes qui prétendent représenter la communauté juive ne représentent en fait qu’une minorité d’entre eux. La majorité est silencieuse.


Mais il est temps maintenant aussi de se lever pour faire entendre une autre voix. Tous les juifs ne sont pas sionistes et ne veulent pas une guerre avec le monde entier  comme le montre l’arrogance israélienne. Alors c’est à vous juifs de France de nous débarrasser du CRIF, de la LDJ, du Betar qui sont des émanations israéliennes qui montrent une mauvaise image de votre communauté. Si vous voulez la paix il faut aussi le montrer physiquement. Shalom.

 

http://lesouffledivin.fr/2011/05/31/des-juifs-us-se-levent-contre-laipac/

 

 

 

D'une façon générale,


il y a un divorce peuples-dirigeants - qui ne les représentent pas


(note d'eva R-sistons)

 

 

.

 


Partager cet article
Repost0
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 02:51

Malheureusement tous les organes sont atteints

Par Pascal Roussel – Les grands media préfèrent toujours évoquer les événements nouveaux du moment et passent sous silence les problèmes plus anciens même s’ils ne sont pas résolus. De plus l’information est loin d’être neutre et seule une recherche personnelle, active en se basant sur diverses sources, permet d’y voir un peu plus clair. Ainsi si l’on n’y prend pas garde, on peut se laisser entraîner à suivre le point de vue des media traditionnels en « oubliant » des problèmes parfois bien plus graves. En courant le risque de se laisser surprendre lorsqu’un de ces problèmes refait surface.

Dans un contexte de guerre des monnaies et de conflits mondiaux entre grands groupes d’intérêts, il est bon de faire une liste des risques en présence. Chacun de ces problèmes, pris individuellement, pourraient probablement être résolus mais le fait est qu’ils interférent les uns avec les autres.

Nous sommes par conséquent face à une situation financière excessivement fragile. Dans cet environnement, le moindre événement exogène et imprévisible peut mettre le feu aux poudres. Je pense à des catastrophes naturelles ( ?) (par ex un tremblement de terre aux US sur la faille de New Madrid, une explosion de yellowstone, …etc.) ou à des attentats criminels ( par ex l’explosion d’une bombe sale à Chicago). Ce ne sont malheureusement pas les exemples qui peuvent manquer.

Mon but n’est pas d’entrer dans les détails de chaque risque systémique car ils ont déjà été décrits dans d’autres articles. Je suis bien conscient que le classement ci-après est purement subjectif mais il s’agit là d’une simple tentative de prendre de la hauteur pour avoir une vue d’ensemble.


Evénements qui ont ou auront un impact sur une durée relativement courte (moins d’une année):

  • Grave sécheresse en Chine : lourd impact probable sur le prix de la nourriture et donc sur la population avec un risque d’instabilité dans ce pays.
  • Foreclosure gate : quel impact financier pour les banques américaines?
  • Quantitative Easing 3 : à mon avis inévitable pour la Fed avec comme conséquence un effet dilutif sur la valeur d’échange du USD.
  • Pakistan : une zone de tensions géostratégiques qui pourraient bien dégénérer.
  • Dette grecque : à quand la restructuration ? Et aussitôt après l’Irlande et le Portugal risquent de lui emboiter le pas.
  • Royaume-Uni : pendant combien de temps encore le quantitative easing va-t-il continuer ? Et si le marché se lassait de la Grèce et prenait conscience de la situation catastrophique de la dette souveraine anglaise ? Et combien de temps encore, les Ecossais vont-ils supporter cette situation ? Et finalement, si les pétro monarchies et autres oligarques  du monde entier désertaient la City ?

Evénements qui ont ou auront un impact sur une durée moyenne (moins de 3 années):

  • Flambée des prix de la nourriture.
  • Mouvement sociaux grandissants en Europe.
  • « Révolutions » au Moyen Orient avec risque d’entraînement de l’Otan dans des guerres religieuses sans fin.
  • Grave défaut de paiement de certains Etats américains avec risque de sécession de certains autres. A quand les Etats-Désunis d’Amérique ?

Evénements qui ont ou auront un impact durable sur une longue durée (plus de 3 années):

  • Fukushima : aucune solution rapide en vue, avec le temps la pollution ne cesse d’augmenter. Impact durable sur la production d’électricité, sur l’agriculture nippone et potentiellement sur la ville de Tokyo.
  • Explosion de la bulle immobilière en Chine, en Australie et au Canada.
  • Les conséquences de la pollution de BP dans le golf du Mexique.
  • Immobilier US : la chute qui n’en finit pas avec un impact inévitable sur les produits toxiques dont la plupart sont, soit sur le bilan des banques centrales, soit dangereusement garantis par des Etats inconscients.
  • Creusement de l’écart entre les plus riches et les plus pauvres.
  • Guerre des monnaies entre ceux qui veulent garder leurs devises nationales, ceux qui veulent une monnaie mondiale sous le contrôle exclusif des sphères financières et ceux qui veulent une monnaie mondiale sous le contrôle du complexe militaro industriel.

Evénements qui peuvent avoir un impact du type « explosif » (brutal et soudain) :

  • Marché de l’or et de l’argent : de plus en plus en plus de demandes pour des livraisons de métal physique alors que de gros acteurs ont vendu des métaux qu’ils ne possèdent pas.
  • Dette Italienne : et si les Italiens avaient fait du maquillage de statistiques sur leur niveau réel d’endettement, autrement dit comme les Grecs mais en pire ?
  • Prix de l’essence aux US qui dépasse la barrière psychologique  des 4USD/Gallon avec le risque d’engendrer de véritables mouvements sociaux aux Etats-Unis.
  • Flash crash majeur sur les bourses US avec effet d’entraînement incontrôlable sur les autres places financières.

La liste n’est bien évidement pas exhaustive mais tandis que la Grèce est sur toutes les lèvres, il n’est pas inutile de rappeler que nous ne vivons plus au Ve siècle av. J.-C. et donc que ce pays n’est plus le centre du monde !

Pascal Roussel, auteur de « Divina Insidia, le Piège Divin », analyste au sein du Département des Risques Financiers de la Banque Européenne d’Investissement (BEI).

Les opinions exprimées sont celles de l’auteur et ne reflète pas nécessairement l’opinion de la BEI ou de son management.

 Cette lettre d’information financière a initialement été éditée sur le site eurasianfinance.com

Email: pasroussel@gmail.com

 

http://liesidotorg.wordpress.com/2011/06/01/malheureusement-tous-les-organes-sont-atteints/

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 01:55

Résumé de notre réponse au précédent article : METAUX contre KRACH des monnaies et effondrement du PAPIER

Réponse à des questions souvent posées.

Un (éventuel pour le moment) QE3 ferait en effet remonter les cours et permettrait surtout de gagner quelques mois avant la débâcle qui est de toutes les façons inévitable. D’une part parce que tous les moyens employés par les mondialistes arrivent à épuisement, d’autre part (et là est le plus important) parce que c’est la volonté du cartel bancaire.

 

Les citations sont nombreuses sur le sujet depuis une dizaine d’années et Jacques Attali, porte-parole de l’establishment, le dit maintenant ouvertement. Nous allons vers le « règne de la barbarie ». Il faut un chaos pour introduire un Nouvel Ordre. Il faut un chaos mondial pour rendre acceptable un Nouvel Ordre Mondial... même si celui-ci n’est pas pour notre époque.


Cette perspective, bien évidemment partagée par les familles oligarchiques, explique pourquoi le complexe militaro-industriel a accéléré le processus consistant à miner le Moyen-Orient en vue d’une explosion.

 

Pendant la réalisation du scénario visant la désintégration de l’Etat-nation doit également s’achever la construction des bunkers dans différents parties du monde. Une source ayant travaillé sur ce projet pour une famille oligarchique nous a récemment dit que cela était devenu l’une des priorités majeures d’un petit groupe de « familles ».

Si les actifs papier remonteront la pente dans une telle perspective (QE3), les métaux, eux, s’envoleront. Il sera alors quasi-impossible de transformer le papier contre des métaux, lesquels traduiront l’effondrement des monnaies et pas seulement du dollar. L’EURO lui aussi s’effondrera. Ce n’est pas anodin si toutes les grosses banques occidentales ont commencé à déplacer une partie de leur centre « de commandement » en Inde… Bill Gates a fait la même chose il y a quelques années en vue du Big One attendu sur la faille de San Andrea. Ce même Bill Gates qui a servi de prête-nom pour le cartel bancaire dans la construction de l’ARCHE VEGETALE.


Maintenant, le fait de posséder de l’or ou de l’argent métal permettra t-il d’éviter l’effondrement du type de société dépravée, sans repères, qui est la nôtre ? Bien évidemment que non et nous n’avons, de ce point de vue, jamais prétendu le contraire. Le fait de posséder des métaux et de lâcher toute forme de PAPIER consiste simplement à ne pas perdre ses économies.

 

Mais il est aussi vrai, à un moment donné, qu’il faudra convertir les métaux en tout ce qui peut être utile en vue d’une guerre civile, d’une disette et d’une guerre mondiale. Nous entendons : maison à la campagne, stocks de nourriture, médicaments, eau potable, etc.


Inutile de préciser – la majorité des lecteur de LIESI connait notre raisonnement depuis dix ans – : le trou de sortie sera très court. Il suffira de suivre l’actualité (ou plus précisément une certain forme d’information) pour le comprendre, et nous le mentionnerons en temps et en heure dans la lettre confidentielle, comme cela fut fait avant chaque catastrophe majeure… à moins que la Providence surprenne tout le monde y compris les « élites ».


Pour notre part, nous avions conseillé les métaux dès 2001 (quand le Napoléon était proche de 60 euros ou le 50 Pesos à 365 euros, voire la 50 FHercule à 4.20 euros) en vue d’un tel scénario : désintégration des monnaies et de l’Etat-nation, délitement de la société et préparation d’une nouvelle guerre mondiale à partir d’un embrasement du Moyen-Orient.

 

Hier, beaucoup ne se sont pas gênés pour ridiculiser nos avertissements. Aujourd’hui, ils disent la même chose que nous à la différence qu’ils ne partagent pas notre grille eschatologique de l’Histoire. Ils voient le Nouvel Ordre Mondial triompher ; LIESI pas du tout. En fait, beaucoup d’entre eux n’ont pas compris la dimension mystique du combat engagé. C’est bien trop long à expliquer dans un petit article et le temps nous manque. Mais il est important de le signaler car là est le signe de l’ESPOIR.

Amasser pour amasser, comme l’exprime un lecteur en guise de commentaire sur ce blog, c’est un raisonnement en effet stupide. Nous savons qu’à un certain moment, même les métaux chuteront pour n’avoir de valeur que dans un système de troc.

 

Mais ce moment n’est pas encore là. Avant, il y aura la lessive des monnaies, la ruine des économies du citoyen, la flambée des biens alimentaires et une accélération de la crise économique ET sociétale… y compris une amplification des scandales de moeurs des politiciens.

 

 

http://liesidotorg.wordpress.com/2011/06/02/resume-de-notre-reponse-au-precedent-article-metaux-contre-krach-des-monnaies-et-effondrement-du-papier/

Partager cet article
Repost0
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 03:44
Nutrismart ... ou le pucage de la population sans forcer !!
Aberrant...
Après les gadgets et autres accessoires du quotidien, les tags RFID pourraient bien atterrir prochainement dans nos assiettes ou meme nos aliments directement : c'est en tout cas un projet sur lequel travaille Hannes Harms, un élève ingénieur du Royal College of Art de Londres. Le concept, nommé NutriSmart, a des ambitions diététiques ...et plus peut etre?

 

Objectif: Tagger la nourriture que l'on ingere afin de fournir au consommateur des informations sur la composition de l'aliment (dont l'apport nutritionnel) et offrir une traçabilité renforcée, en indiquant même le nombre de kilomètres parcourus par le produit avant d'arriver dans l'assiette. Objectif derive potentiel et dagnereux: Tracer chaque individu et controller son alimentation, decider au final du droit de vie de chacun! L'excuse: Des ambitions nutritives et diététiques que Hannes Harms complète par un panel de possibilité plus technologique, comme la reconnaissance des aliments par un réfrigérateur équipé de capteurs, permettant par exemple de détecter la nourriture périmée. L'étudiant présente également un prototype de support intelligent capable de signaler au consommateur si l'aliment contient des éléments auxquels il est allergique. NutriSmart n'est pour le moment qu'un concept : dans la vidéo de présentation de son projet, Hannes Harms ne s'attarde pas, par exemple, sur la façon dont le tag RFID est intégré à la nourriture. Reste que le projet peut faire peur et risquerait fortement d' intéresser l'industrie de l'agro-alimentaire, ainsi que les fabriquant d'électroménager… Qui voudrait se faire à l'idée de manger de la nourriture traçable??
http://www.alterinfo.net/Nutrismart-ou-le-pucage-de-la-population-sans-forcer-_a59361.html
Partager cet article
Repost0
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 00:35

 

chemtrails-lectrice.jpg

 

Observations, chemtrails

envoyé par une Lectrice :
 
-    Traces, quadrillage au ciel, surtout le dimanche matin quand tout le monde est encore au lit
-  Odeur : sorte de gaz qui change sous l’influence du soleil, pénètre dans les maisons, dans les armoires… qui colle à la peau et aux cheveux
-  Météo : nuages dispersés, dissous dans le quart d’heure qui suit le passage d’un avion à chemtrails
- Sécheresse qui dure – parodie de météo
-  Absence de vent pendant un moment – la vie dans les prés est comme arrêtée
-  Absence de senteurs du printemps, odeur uniforme
-  Paysage qui a l’air écorché
-   Palpitations et tintement dans les oreilles
-  Sensations de chaud bizarre, parfois frissons
-  Eau de pluie acide dans le tonneau de récupération et dans les flaques
-  Substance blanche non identifiée (ce n’est pas du pollen) dans les flaques
 
 
Conclusions :
 
On risque d’avoir un sérieux problème d’eau dans les semaines et les mois à venir. Assèchement des nuages et, chaque fois qu’il y a une petite pluie, celle-ci pollue nos maigres réserves un peu plus. Un/e chimiste pourrait en dire plus !
L’air est souvent irrespirable ce qui crée un manque d’oxygène et une tendance à la résignation.
 
Infos assez complètes dans le film suivant :
 
http://projectcamelot.info/1082/chem-trails-real-or-not/ 

 

.

 


Partager cet article
Repost0
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 00:29

 

 

 

« Divina Insidia – Le Piège Divin » de Pascal Roussel

Tandis que la terre est embarquée dans une course folle, et que des millions de gens peinent à survivre, la haute finance poursuit inexorablement et sûre de l’impunité, son objectif destructeur.
L’histoire qui vous est ici contée est d’une surprenante actualité . De plus, elle pourrait être plus vraie que la vérité si celle-ci était dévoilée. Anne Standfort journaliste de talent, est entraînée, sous couvert d’un livre à écrire pour un mystérieux et richissime inconnu, dans les couloirs sombres de l’étrange « planète financière ». Elle va être confrontée, souvent choquée, parfois horrifiée, à une conception des valeurs du bien et du mal qui lui est étrangère.
Tout comme le lecteur, elle va découvrir la naissance et le fonctionnement d’une banque centrale, jusqu’à la mise en place d’une future monnaie mondiale . Elle va prendre conscience du pouvoir occulte de certaines loges maçonniques et de certaines familles oligarchiques dont la puissance illimitée n’est connue que de quelques initiés.
Tentant désespérément de conserver son sang froid, elle évoluera entre une réalité dont elle ignorait tout et un imaginaire qui la stupéfie.
Ni elle, ni son mari, ni son jeune fils ne sortiront moralement indemnes de cette aventure haletante qui bouleversera leur vie.
Histoire d’argent ?
Affaire de spiritualité ?
Ce livre pose les questions essentielles.
Il encourage le lecteur à se les poser aussi. Et plus encore, à n’avoir de cesse de trouver les réponses.

Auteur : Pascal Roussel, analyste au sein du Département des Risques Financiers de la Banque Européenne d’Investissement (BEI). Auteur spécialisé dans les questions relatives aux risques liés aux changes et aux monnaies, Pascal Roussel a posé au cours de sa carrière un regard aigu sur l’économie. Il est, en outre, rédacteur indépendant pour les Editions Romaines.

Vidéo : Les Editions Romaines ont eu le plaisir de recevoir Pascal Roussel à propos de son nouveau livre, Divina Insidia – Le Piège Divin .

prix :

Version électronique : 5.00€ (PDF – Termes et Conditions)

Livre physique : 18.00€ + 2.00€  de frais d’envoi (l’adresse de livraison sera demandée lors du paiement - Termes et Conditions)

 

http://librairieromaine.biz/?p=261

 

 

 

 

Livre disponible http://librairieromaine.biz/?p=261

Pascal Roussel, analyste au sein du Département des Risques Financiers de la Banque Européenne

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche