Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 03:30

 

La France prête à saborder son armée sur l’autel de la mondialisation financière ?

Je n'ai pas lu l'article, mais le sujet semble intéressant, note d'eva


http://www.solidariteetprogres.org/local/cache-gd2/b827721e9684ec6df0adaf9cab73fe51.png 

Christine Bierre 

mardi 18 décembre 2012


Introduction

Comme nous avons pu le constater, jamais le moral de l’armée n’a été aussi bas. En cause une conjoncture générale de problèmes majeurs. Problèmes politiques d’abord, et le premier d’entre eux pour un militaire : savoir qui est l’ennemi de la France aujourd’hui. Quelqu’un est-il capable de le définir dans notre pays ? Rôle de la France ensuite dans une OTAN vouée à des guerres coloniales. Devons-nous y poursuivre notre intégration au prix de risquer de perdre non seulement notre autonomie, mais surtout notre âme ? Autre déception majeure pour une France qui avait ambitionné de se trouver à la tête d’une défense européenne, l’absence totale de volonté de défense de nos partenaires, hors le Royaume-Uni.

JPEG - 11.5 ko 

La défense de la nation a toujours été au centre des préoccupations des républicains authentiques.

Ici l’affiche de 2011 commémorant le centenaire de L’Armée nouvelle de Jean Jaurès, ouvrage clef de la pensée de Jaurès et incontournable élément de notre histoire politique et militaire.  

Pénurie sévère de moyens, conséquence des coupes drastiques en hommes et en équipement engagées depuis la décision de la professionnalisation des armées en 1996, et de la réduction brutale des budgets suite à la crise financière et économique de 2007. Cette situation conduit d’ores et déjà l’armée française à l’impossibilité de tenir les contrats qui lui ont été fixés par le Livre blanc de la défense de 2008. Si elle devait perdurer, elle conduirait à des choix existentiels pour notre défense : faut-il choisir entre la force de dissuasion, les armées de projection et les armes conventionnelles ? Faut-il choisir entre notre autonomie et la mutualisation des efforts avec nos partenaires ?

Problèmes sociaux profonds enfin, provoqués par l’ensemble de ces mutations et aggravés par le déraillement du logiciel des paiements de salaires de l’armée, le mal nommé Louvois, qui depuis son entrée en fonction en 2011 met en émoi les personnels en provoquant des retards de paiement des soldes et d’autres frais allant de six mois à un an, pour des milliers des militaires !

Face à tout cela, notre armée est au bord de l’implosion, avec des conséquences graves pour notre défense, mais aussi pour le dernier carré de notre secteur industriel de pointe. Charles de Gaulle a conçu notre défense comme un outil d’excellence mondial, capable d’assurer notre souveraineté nationale face à des superpuissances, grâce à la richesse produite par une économie tirée par un secteur de recherche et des technologies à la pointe du progrès. Saborder notre armée aujourd’hui, comme nous sommes en train de le faire à coup de missions qui ne nous honorent pas et de coupes budgétaires, veut dire mettre en danger aussi ce dernier carré de notre richesse nationale qui se trouve concentré dans le secteur nucléaire, l’aéronautique, l’optique, avec tout ce que cela implique comme perte de puissance au niveau mondial. Les « capacités de l’armée de l’air s’appuient sur une industrie souveraine et à forte plus-value technologique », nous dit le rapport du Sénat. En France, « premier pays aéronautique européen, l’aéronautique militaire représente environ 30 % de ces activités, impliquant 117 sociétés majeures, et 8 milliards de chiffre d’affaires annuel ».

Arrêter ce processus de destruction n’est pas l’affaire des militaires principalement. Il est avant tout celui des politiques. Seule une vraie réforme bancaire – celle que propose Solidarité & Progrès – nous permettra de remettre le contrôle des finances à la collectivité nationale et à la puissance publique, d’organiser au plus vite le retour à une économie industrielle de pointe, pour faire face aux besoins de notre pays et de notre armée.

I. Notre ennemi stratégique, la finance spéculative

Au cœur de la grogne d’un certain nombre de militaires à la retraite et des personnalités politiques qui se pensent comme les héritiers des conceptions républicaines et gaullistes, et notamment de cette idée de l’Europe de l’Atlantique à l’Oural, et à la mer de Chine, il y a aussi la question de savoir qui est l’ennemi de la France aujourd’hui.

Il est frappant de constater combien au fur et à mesure de notre intégration dans l’OTAN, nous adoptons comme notre ennemi celui de l’OTAN, une organisation depuis toujours sous la domination des politiques d’empire du Royaume-Uni et des Etats-Unis. Voilà pourquoi les Etats-Unis aujourd’hui ne sont plus gênés par notre présence à leurs côtés, et se montrent même désireux, selon le rapport d’Hubert Védrine sur la France et l’OTAN, de voir la France prendre plus de responsabilités au sein des missions européennes que les Etats-Unis, en plein déménagement vers le Pacifique, ne pourront plus conduire eux-mêmes.

Quelle est l’évaluation du contexte stratégique qui se dégage de plus en plus d’un certain nombre de rapports officiels ? Si la plupart ne croient pas à un retour, du moins immédiat, aux conflits symétriques entre grandes puissances, et définissent les conflits de l’avenir proche comme étant asymétriques, exposant les pays forts à un combat inégal de guérilla dans les pays du Sud, la crainte réelle est bien celle d’un grand conflit à venir avec la Chine et les autres puissances émergentes asiatiques.

Le rapport de la Commission du Sénat sur le format et l’emploi des forces armées post 2014 cite Hubert Védrine, l’ancien ministre des Affaires étrangères, pour qui nous sommes à « la fin de la domination occidentale de quatre siècles au profit d’un rééquilibrage planétaire avec les pays émergents sur fond de crise économique et financière ». Le leadership des Etats-Unis est « fragilisé », dit-il, « sa position se relativise notamment par rapport à la Chine », sans qu’ils perdent pour autant leur position dominante. Cette fin programmée de la domination occidentale, avertit ce rapport, « n’est pas sans risque de frictions » car elle suppose un mouvement de rééquilibrage de pouvoirs et de prises de responsabilités.

Dans ce contexte « multipolaire », un monde décrit par un rapport de la Direction des Affaires stratégiques comme étant « oligopolaire », l’Europe pourra-t-elle être un des « pôles régionaux », une des « alliances pragmatiques à échelle variable » qui déterminera le cours de choses ?

Si cette analyse est partiellement correcte, deux choses sont choquantes. D’abord l’absence totale d’autocritique sur les raisons ayant conduit les pays occidentaux là où ils sont, et une tendance à s’aligner « naturellement » avec ces pays occidentaux pourtant en pleine déroute économique, politique et morale, dans la course contre ces pouvoirs émergents. Le rapport note bien que l’une des surprises stratégiques de la période a été la crise financière et économique de 2007, mais ne signale à aucun moment que c’est la fuite dans une économie de casino qui nous conduit à notre perte et que c’est dans la solution de ce problème qui se trouve la sortie de crise aussi pour l’armée.

Choquante aussi la façon dont le débat est posé, du seul point de vue des rapports de force, et non comme l’auraient fait un de Gaulle ou un Franklin Roosevelt, du point de vue plus élevé proposant une collaboration autour de grandes causes communes de l’humanité, seule voie pouvant conduire le monde vers une meilleure destinée. Oligopole, ça veut dire après tout pouvoir brutal d’un tout petit nombre sur la grande masse !

Plutôt que de voir que ce contexte de grave crise ouvre à nouveau le jeu mondial et crée la possibilité d’un débat tout à fait salutaire sur les nécessaires réformes à mener dans la zone transatlantique, ce qui transparaît entre les lignes du rapport du Sénat, et aussi ailleurs, est surtout la crainte de déclassement de la France, de l’Europe, de l’Occident, et le besoin de développer une stratégie de contrôle sur les nouveaux enjeux du pouvoir, là où « nos adversaires veulent lutter : l’espace, avec la menace chinoise, le cyberespace ; (…) les lignes de communication comme par exemple la mer de Chine méridionale, les détroits ou les canaux comme Suez ou Panama (…) les ressources, comme les terres rares… ».

Le rapport propose de remplacer la notion d’arc de crise, allant de la Mauritanie au Pakistan, définie par le Livre blanc de 2008 comme zone centrale des enjeux stratégiques, par le concept d’« aire d’investissements stratégiques majeurs » qui prolongerait l’arc de crise vers l’Est en passant par les détroits de Malacca jusqu’à la mer de Chine méridionale, et d’y inclure aussi des territoires comme l’Arctique.

Pour l’heure, cependant, le seul « crime » qu’on puisse imputer à ces puissances émergentes, est, contrairement à nous, leur volonté d’assurer leur développement économique ! A nous de recréer les conditions de notre propre avenir, en organisant le nécessaire retour à une régulation financière, à une économie productive et à une pensée longue qui, en collaboration avec ces pays émergents, crée les conditions d’un futur pour les générations à naître.

II. Une armée de dissuasion ou une armée de poche ?

L’appauvrissement continuel de notre économie, provoqué par l’abandon d’une perspective industrielle de pointe et par la fuite en avant dans les services et dans les profits financiers à court terme, conduit aujourd’hui notre armée au bord du précipice.

JPEG - 62.8 ko 

Après notre industrie et nos services publics, c’est au démantèlement de l’armée que l’on assiste.

Des véhicules de l’armée française lors du défilé du 14 juillet 2012 à Paris
afp.com/Bertrand Guay
 

Plusieurs réformes majeures, le passage à l’armée professionnelle en 1996, son dégraissage via la RGPP et le Livre blanc de 2008 avec sa loi de programmation militaire (LPM) 2009-2014, ont réduit l’armée française, un bijou de la haute technologie et des compétences, à ce que certains appellent avec la langue de bois « la juste suffisance », et d’autres moins diplomatiquement une « armée échantillonaire », voire même « une armée de poche ».

L’année 2012 a vu passer les effectifs d’active de l’armée de terre sous la barre de 100 000. A ce jour, on dispose de 80 régiments totalisant 88 000 hommes. Comme le souligne le rapport du Sénat, nous avons une armée « au format de celle de Louis XIV, le plus petit appareil militaire de l’histoire moderne ». Plus prosaïque, l’amiral Guillaud compare ces effectifs à ceux de la RATP, alors que le général Irastorza ironise sur le fait qu’« il y a plus de canons devant les Invalides que dans l’armée française » !

Donnons d’abord une idée de la contraction brutale subie par l’armée depuis 1996. Depuis la fin de la conscription, l’armée a connu une baisse de 50 %, et dans la seule période 2009-2014, elle a perdu 54 000 personnes. En 10 ans, l’armée de terre est passée de 11 000 à 7000 poids lourds, de 400 à 254 chars, de 250 à 135 canons, de 600 hélicoptères à 330.

Entre 2009-2014, l’armée de l’air a perdu, elle aussi, 25 % de ses effectifs, passant de 66 000 à 50 000. L’aviation de combat a été réduite de 30 % et 6 escadrons de chasse ont été fermés ainsi que 8 bases aériennes en Métropole et 4 en Outremer. (Voir graphique)

Quant à la marine, elle est passée de 70 000 en 1996 à 35 000 effectifs aujourd’hui. 19 bâtiments ont été retirés du service actif entre 2009 et 2012, dont 15 n’ont pas été remplacés et il n’est plus du tout question d’un deuxième porte-avions.

Ces coupes budgétaires ne sont pas près de s’arrêter. Déjà un écart de 4 milliards d’euros est prévu entre 2011 et 2013, et la Défense n’étant pas parmi les 3 ministères devant bénéficier de crédits de croissance, les réductions se poursuivront.

Or, de l’avis général, toute coupe supplémentaire menacerait désormais l’équilibre extrêmement ténu d’une armée de grande qualité, mais parvenue au bout des possibilités de ce critère de « juste suffisant ». Exemple du problème, il n’y a plus qu’un seul régiment de drones, un seul régiment d’artillerie sol-air, un seul régiment lance-roquettes unitaires dans l’armée de terre. Quant à l’armée de l’air, elle n’a plus de moyens de faire taire une batterie anti-aérienne.

En juillet dernier, la Cour des comptes tira la sonnette d’alarme : l’armée française n’est plus en mesure de remplir « les dimensions les plus exigeantes des contrats opérationnels conventionnels, fixées par le Livre blanc de 2008 ». Notons ici que les déclarations de la Cour ne concernent pas les fonctions de la force de dissuasion nucléaire, mais seulement des exigences imposées aux déploiements des opérations extérieures (OPEX).

Le contrat opérationnel de trois armées exige qu’elles puissent se projeter dans un théâtre distant de 8000 km, mais ni l’armée de terre ni la marine ne sont en mesure d’assurer actuellement ces contrats. L’armée de terre devait pouvoir déployer une force de 30 000 hommes avec un préavis de 6 mois pour une durée d’un an. La Cour signale cependant des difficultés à avoir des pièces détachées et des munitions, pouvant fragiliser l’engagement dans la durée, ainsi que les contraintes logistiques de l’outil industriel et le manque de moyens financiers pour constituer des stocks importants en amont de l’engagement, pouvant créer des tensions sur les délais dans la phase de montée en puissance.

La Marine éprouve les mêmes difficultés. Son contrat opérationnel prévoit le déploiement du « groupe aéronaval (…) avec son groupe aérien complet et les frégates d’escorte et les sous-marins nucléaires d’accompagnement » ainsi que celui « d’un ou deux groupes navals, amphibie ou de protection du trafic maritime, avec leur soutien logistique » pour des « missions d’intervention et de présence ». Le tout en gardant une capacité d’intervention pour des missions ponctuelles d’évacuation de ressortissants ou de contre-terrorisme.

Or, pour la Cour, « la simultanéité de tenue des contrats opérationnels pour le groupe aéronaval, le groupe amphibie et le groupe d’action navale n’est plus envisageable à tout moment ».

Seule l’armée de l’air, dont le contrat est de projeter 70 avions de combat, auxquels s’ajoutent les appareils de soutien opérationnel associés ainsi que les « moyens de commandement, de conduite, de détection et de contrôle aérien associés et jusqu’à deux bases majeures simultanément », s’en tire à bon compte.

La Cour revient cependant sur les problèmes de ravitaillement en vol, avec des avions (C-135) qui ont près de 50 ans de service, et le transport aérien tactique, les C-160 Transall et C-130 Hercules devant être remplacés par l’A400M Atlas à partir de 2013.

Faut-il choisir entre dissuasion et projections extérieures ?

La contraction budgétaire de nos armées est telle qu’elle menace désormais les choix stratégiques faits par les gouvernements se succédant depuis la première guerre du Golfe en 1990/1991, notamment le choix de doter l’armée de capacités de projection.
Le général de Gaulle a doté la France d’une force de dissuasion nucléaire lui permettant de défendre le territoire national et ses dépendances, mais aussi, par la puissance de son armée, de son industrie, et par la hauteur de ses vues, de faire jouer à notre pays, puissance moyenne, un rôle de premier plan dans les affaires du monde.

JPEG - 115.6 ko

Le général de Gaulle saluant la « Grande Muette »

theatrum-belli.com

C’était l’époque où grâce à la volonté de résistance du général de Gaulle, le déploiement de l’OTAN était strictement confiné à la zone de l’Atlantique Nord et où l’on savait que projection rimait avec colonisation. Jamais le Général n’aurait accepté la constitution d’une force de projection où la France aurait été embarquée dans des opérations coloniales montées par l’Empire anglais et ses alliés américains.

Jusqu’à présent, les gouvernements ont pu maintenir les dépenses à la fois dans la force de dissuasion et pour les opérations extérieures et les équipements conventionnels. Poursuivre dans les coupes obligerait l’armée à choisir entre une force de dissuasion représentant 10 % du budget de la défense (4 milliards), 20 % de crédits d’investissements et plus de 20 % de la Recherche et Développement, et les coûts non négligeables de la projection et d’autres programmes de modernisation. Selon un rapport du ministère de la Défense daté du 17 novembre 2011, portant sur les surcoûts des OPEX, les coûts de la projection sont tout de même considérables. En 2011, pas moins de 11 000 hommes ont été mobilisés dans ces déploiements et leur coût moyen s’est élevé à 511 millions d’euros par an en 2000-2001, et à 624 millions d’euros en moyenne entre 2002-2006, soit une hausse de 22 % par rapport à 2000-2001. Pour la période 2007-2011, en retenant l’hypothèse médiane du gouvernement d’un coût de 325 millions d’euros pour l’opération Harmattan, en Libye, le coût annuel moyen des OPEX s’élèverait ainsi à 894 millions d’euros, en hausse de 75 % par rapport aux années 2000 et 2001.

De plus, ces guerres de projection, après une première phase d’élimination de l’adversaire, deviennent des conflits asymétriques, où, disons-le clairement, les populations se mobilisent pour chasser l’occupant. Or, le type de combat qu’engagent les armées occidentales dans ces situations est comparable aux techniques de contre-insurrection développées par David Galula en Algérie : il s’agissait d’aller chercher les opposants, maison par maison, dans des zones soit urbaines, soit rurales. Aujourd’hui, à ce type de guerre (qui est toujours, par sa nature même, une « sale » guerre) s’ajoutent tous les moyens de la haute technologie : drones d’observation pour dénicher les terroristes, drones tueurs pour les abattre, lunettes de ciblage à l’infrarouge du type Félin, permettant de tirer jour et nuit et de dénicher des cibles jusqu’à 400 mètres, programme Scorpion destiné à moderniser l’armée de terre, nouveaux blindés, chars, système de communication centralisé et mettant en réseaux tous les éléments du déploiement, sur mer, terre et air. Tout cela coûte extrêmement cher : Félin, 25 000 euros par combattant, drone SDTI, 1,5 milliard, hélicoptère tigre, 25 millions, etc.

JPEG - 356 ko

L’armée française reste un des derniers carrés de la haute technologie

Vision thermique, télémètre, pointeur laser, GPS et compas magnétique, intensification de lumière…, les moyens d’observation et de détection dont dispose l’armée de Terre sont de plus en plus performants. Ici des soldats du 1er RI équipés du système Félin (Fantassin à équipements et liaisons intégrés).
Sirpa Terre

Et tout cela pour quel résultat ? Le rapport du Sénat note combien le bilan des guerres en Irak et en Afghanistan montre les limites de cette puissance. La plus forte coalition militaire de tous les temps n’est parvenue qu’à des résultats tactiques ambigus face à quelques milliers d’insurgés, alors même que le différentiel technologique est immense entre les adversaires !

L’intégration de notre armée dans l’OTAN nous oblige à suivre des normes dans les équipements, notamment des investissements dans la haute technologie qui coûtent excessivement chers. Ces exigences et les sur-spécifications demandées aux producteurs d’armement renchérissent massivement les coûts des armements, et pour suivre, l’armée est obligée de réduire son format. D’où l’accusation d’armée « échantillonaire ».

Mettre fin aux projections

Pour des raisons politiques, nous défendons, avec Jacques Cheminade, l’arrêt pur et simple des opérations de projection. Ceci nous permettra, y compris en ces temps de crise, de dégager des marges pour concentrer nos efforts dans la modernisation d’un outil destiné à notre seule défense nationale et au rayonnement de notre puissance grâce à notre force de dissuasion nucléaire.

Il nous faut aussi nous préparer aux armes de la prochaine génération : les énergies dirigées (lasers, faisceaux de particules), et notre pays est bien placé en optique pour être dans le peloton de tête de cette course. Ces systèmes se développent sûrement. La ligne officielle veut qu’ils ne soient pas utiles contre des missiles stratégiques, car les boucliers anti-missiles n’étant pas étanches, il suffit de lancer une grande quantité des missiles pour en faire passer un. Mais il arrivera un moment où ces systèmes deviendront de plus en plus performants, et où produire autant de missiles deviendra ruineux. De plus, à terme, les équipements laser deviendront des éléments essentiels dans le dispositif permettant de faire face à la menace d’astéroïdes.


L’armée ne doit plus être la variable d’ajustement de la crise financière

Beaucoup de militaires ont l’impression, à juste titre, que l’armée est devenue la variable d’ajustement des programmes d’austérité en cours, que du fait que chez la Grande Muette, il n’y a pas de syndicats, les politiques en profitent pour imposer des coupes qui seraient refusées partout ailleurs.

En effet, Le Livre blanc de la défense de 2008 a déjà acté une baisse d’effectifs de 54 000 entre 2009 et 2014, et rien que pour l’exercice 2013, sur les 12 298 suppressions d’effectifs de la fonction publique, 7234 toucheront l’armée !

Dans ce contexte de contraction brutale d’effectifs, deux autres problèmes sont devenus particulièrement sensibles. D’abord le logiciel Louvois qui, depuis 2011, est incapable de gérer le paiement des soldes des militaires. Résultat : soldes non versés, ou versés avec 6 mois à un an de retard, frais de déménagement non remboursés, indemnités de campagne non perçues, et une précarisation générale des familles dont certaines n’ont pas hésité à aller jusqu’à manifester. Le ministère reconnaît 10 000 dossiers non traités rien que pour l’armée de terre, mais certains prétendent que le chiffre réel pourrait concerner plus de 100 000 militaires !

Autre dossier sensible, le gel des avancements de 30 % annoncé par le Premier ministre au ministère de la Défense, dans une lettre de cadrage en septembre dernier. Cela revient à plus d’augmentation de salaire du tout pour un tiers des militaires. « Quelle administration accepterait qu’on lui dise : l’an prochain, c’est moins 30 % ? Tout le monde serait dans la rue », déclara à L’Express du 7 novembre l’amiral Guillaud, chef d’état-major des armées.

Notons enfin que 65 % d’entre eux sont embauchés sous contrat à durée déterminée pour une durée moyenne de six à sept ans.

Les propositions phares de Solidarité & Progrès

1 - Une armée professionnelle entourée de conscrits. Six mois de conscription, dont un mois de formation militaire élémentaire et le reste, au choix, dans un service civique ou dans la défense opérationnelle du territoire (DOT).

2 - Abandon de la projection massive hors zone et recentrage sur la défense du territoire, avec notre force de dissuasion et les moyens les plus avancés de l’époque.

3 - Rompre l’accord de Lancaster car « il est imprudent et immoral de se trouver en partenariat avec un gouvernement protecteur de la City de Londres et opérant pour les intérêts de l’Empire britannique ». (Jacques Cheminade)

4 – Retrait de l’OTAN si notre voix, républicaine, n’est pas entendue.

5 – Arrêter net la privatisation des fonctions militaires.

6 – Assurer notre indépendance en étant à l’avant-garde technologique : notamment dans les domaines des armes à énergie dirigée et celui des moyens de renseignement spatiaux, de guidage et d’alerte antimissile.

 


http://www.solidariteetprogres.org/orientation-strategique-47/article/la-france-prete-a-saborder-son-armee-sur-l-autel.html

 

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 02:44

http://www.alterinfo.net/USA-L-agenda-du-desarmement-de-la-population-est-en-marche_a84966.html

USA: L’agenda du désarmement de la population est en marche…

Pays du goulag levant (ex-USA): L’agenda du désarmement de la population est en marche…

Posté dans actualité, police politique et totalitarisme, politique et social, terrorisme d'état avec des tags , , , , le décembre 21,

 

 

2012 par Résistance 71

 

Dans cet article, Paul Craig Roberts dit: « Un état policier est inconsistant avec une population armée « . Nous irions plus loin: un état est inconsistant avec une population armée. La préservation de l’état, garde-chiourme des privilèges, ne peut se faire à terme que sur une population désarmée.

Si les révolutionnaires de 1793 avaient voulu appliquer leur déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de la même année et spécifiquement l’article 35 qui stipule: « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. » comment auraient-ils pu s’y prendre avec u peuple desarmé ? Historiquement, toutes les révolutions ont vu le désarmement des peuples une fois les fonctions de la masse vues comme terminées par les nouveaux oligarques en place. De fait aux Etats-Unis de l’origine, le second amendement de la constitution par les « pères fondateurs » (tous esclavagistes comme le fit remarquer Howard Zinn) est et demeure une provision de maintenir le peuple en arme pour lutter contre la tyrannie du gouvernement. De fait, il est plus que probable que ‘état policier serait encore bien plus avancé dans ce pays si la population avait déjà été désarmée.

Alors bien sûr la dérive du second amendement dans une société fondée sur la violence, le vol, le génocide et le pillage est bien réelle. Mais d’un autre côté, le désarmement de la population mènerait à une accélération sans précédent du totalitarisme déjà si bien avancé. Les polices de nos états se militarisent à vitesse V, la grille de surveillance totalitaire de referme chaque jour un peu plus sur nous. Si l’oligarchie en place parvient à totalement contrôler physiquement le peuple américain sans que celui-ci ne puisse plus se rebeller (car il y a une limite: celui de l’effondrement économique annoncé, de la loi martiale et de l’application définitive du goulag…), alors le reste du monde suivra, car la grosse épine est ce peuple américain qui possèdent plus de 300 millions d’armes disséminées et qui peut à un moment donné, lorsque la ligne rouge est franchie, se liguer d’un coup contre ses oppresseurs. L’oligarchie est terrifiée de cela et l’heure est venue pour elle d’essayer de désarmer (progressivement) sa population. Elle n’y parviendra pas et qui sait ? Il est possible que ce second amendement de la constitution des Etats-Unis empêche l’établissement du Nouvel Ordre Mondial. Si nous regardons ceci sous l’angle de notre DDHC de 1793 et son article 35… Il est possible de donner un certain sens à tout cela sans pour autant tomber dans une dérive militariste. Après tout, une arme en elle-même n’est pas dangereuse… C’est l’usage qu’on en fait qui peut l’être. En d’autres termes: c’est la culture qui fait le détenteur d’armes.

Sujet très délicat, qui demande une réflexion sous tous les angles possibles.

Paul Craig Roberts soulève également un aspect très important lié à ces phénomène de flingage de masse: la consommation de substances psychotropes et d’antidépresseurs à outrance. Le choix de blâmer les armes plus que ces médicaments est, au regard des statistiques, manifestement un choix politique. Michael Moore lui-même en a convenu récemment. (voir vidéo en anglais ici: http://landdestroyer.blogspot.fr/2012/12/tell-system-youre-not-getting-guns.html#more )

Tout ceci est bien plus complexe qu’il n’y paraît et va bien au delà du débat classique du « pour ou contre les armes personnelles »…

– Résistance 71–

 

L’information motivée par un agenda

 

Par Dr. Paul Craig Roberts

 

Le 19 Décembre 2012

 

http://resistance71.wordpress.com/2012/12/21/pays-du-goulag-levant-ex-usa-lagenda-du-desarmement-de-la-population-est-en-marche/

 

.

 

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 03:13

 

Le plan oligarchique européen avance grâce à la crise

pactedestabiliteLes technocrates de Bruxelles planchent sur le projet d’union bancaire et des consignes semblent manifestement données pour développer le projet début 2014. Un rapport de 15 pages vient d’être rédigé par le président du Conseil européen Herman Van Rompuy pour les dirigeants européens, ces derniers faisant fonction de faisans pour le parapher avec de beaux sourires.

Ce sera finalement la BCE et le maître Draghi aux commandes qui auront l’entière responsabilité de la supervision des banques de la zone euro à partir du début 2014… au nom et lieu de la Firme Goldman, elle-même paravent de plus puissants, préférant la discrétion derrière des holdings et ne pas figurer dans les livres des plus grandes fortunes.

L’objectif est d’assurer encore plus d’intégration budgétaire pour les pays membres de la zone euro. Petit détail intéressant, sait-on jamais, car nul calendrier de ce genre n’est « anodin » : « Herman Van Rompuy y préconise également qu’un cadre juridique permettant une recapitalisation directe des banques par le fonds de sauvetage de la zone euro soit défini d’ici fin mars 2013 ». N’est-ce pas la période de départ de Mario Monti ?

Bien sûr, on commence à préparer la suite du décor avec des références à l’instauration d’une plus grande intégration budgétaire pour les 17 pays de la zone euro. Cela fera plaisir à l’Allemagne. Et pour satisfaire les autres, plus pauvres (pour le moment), on évoque la forte probabilité que cette magnifique structure européenne servirait de base à une mutualisation des émissions de dette au sein de la zone euro. Là, on reste pour le moment dans le flou… Pas de jubilation chez Jacques Attali…

Et pour cause ! Il y a quelques jours, la chancelière allemande a évoqué le modèle social européen. Selon elle, peut-on distribuer 50% des prestations sociales de par le monde seulement dans la Zone euro, alors que celle-ci ne représente que 25% du PIB mondial et seulement 8% de la population ? Sa conclusion fera réfléchir ceux qui pensent que l’Allemagne fléchira sur le point de la mutualisation des dettes souveraines : « Ce n’est pas tenable, à moins de consentir des efforts extraordinaires ».

De la jurisprudence grecque au ‘message’ à l’intention des autorités françaises

Le 5 décembre 2012, l’agence de notation financière Standard and Poor’s avait placé la note de la Grèce à « défaillance partielle », à un cran seulement du défaut de paiement.

Le 18 décembre 2012, la même agence a, pour la première fois depuis le début de la crise de la dette, inversé la tendance pour la Grèce, en relevant sa note de six crans à « B- ». Traduction : la note du pays passe de « défaut sélectif » (SD) à « B- » (spéculatif). Le plus intéressant est que la perspective est passée de ‘stable’ à long terme.

Le commentaire suivant, extrait du rapport de Standard and Poor’s servira d’introduction à notre prochain paragraphe. Ils saluent « l’engagement du gouvernement à mener l’ajustement budgétaire et structurel » requis par les bailleurs de fonds du pays… c’est-à-dire les institutions essentiellement supranationales.

1613756_3_7122_standard-poor-s-a-degrade-la-notes-la-grece-a_ee4302a0d766c25879e832e968c843f7

Aujourd’hui, les projecteurs quittent la Grèce pour le gouvernement des capitaliste entourant François Hollande. C’est le pion européen Peter Praet, chef économiste de la Banque centrale européenne, qui envoie la communication de ses mentors : « Il est important que la France mette en œuvre le plan de réduction des dépenses publiques de 60 milliards d’euros sur laquelle elle s’est engagée. La mise en œuvre de telles mesures sera déterminante » .

On comprend aisément le message du directoire de la BCE piloté par Goldman Sachs : « Il faut que les ajustements budgétaires se poursuivent dans chaque pays, qu’il n’y ait pas de marche arrière et que l’objet de ramener les déficits publics à 3 % du PIB (produit intérieur brut) demeure d’actualité ».

Les euro-atlantistes qui soutiennent le Premier ministre français vont souffler dans les violons et ce dernier annonce  la modernisation de l’action publique (MAP) qui nous mettra dans les bonnes grâces de la technocratie bruxelloise.

 
26 commentaires

Publié par le 19 décembre 2012 dans Non classé

 

RÉFORME MONÉTAIRE

Menthalo Jim Sinclair vient de communiquer aux lecteurs de sa lettre confidentielle des informations partielles à prendre au sérieux, que je vais essayer d’interpréter.

C’est une information à manier avec des pincettes. Notez bien qu’elle n’est confirmée nulle part et qu’aucun timing n’est donné.

Jim-Sinclair

Le premier paragraphe semble évoquer un accord monétaire très proche de ce qui se passe aujourd’hui. Actuellement le DTS est un panier de monnaies. Nous entrerions dans une phase où le poids relatif des monnaies aurait été totalement remanié.

Au 1/01/2006,  le DTS était composé de 0,632 USD + 0,4100 EUR +  0,0903 GBP +18,4000 JPY .

Au 1/01/2010, le DTS était composé de 0,660 USD + 0,423 EUR  +  0,111 GBP  + 12,1 JPY

Comme on le voit ci-dessus, le DTS ne regroupait que 4 monnaies, dont 3 des banques occidentales dominantes.

Les Banques Centrales pourraient échanger entre elles une forme de DTSbis, d’après Jim Sinclair. Le  Rouble Russe, le Yuan Chinois, la Roupie Indienne et l’Euro formeraient un panier de monnaies. Apparemment le Dollar ne serait temporairement pas inclus et il n’est pas question de la Livre. Apparemment, nous retrouvons l’alliance monétaire connue des BRIC voulant rabattre la puissance anglo-américaine. La Chine a déjà abondamment œuvré dans ce sens, en supprimant le Dollar de toutes ses transactions commerciales bilatérales. Ce DTSbis, logiquement, ne peut pas être conçu et mis en service par le FMI, qui est une instance anglo-américaine et dont le siège est à Washington. Il s’agirait de l’organisme homologue, créé par la Chine, à l’usage des BRIC.

SI, si tout cela est vrai, cela signifierait que la B.I.S. de Bâle aurait pris des accords avec les BRIC… ou serait en pourparlers dans ce sens.

Notez que Jim Sinclair annonce que la chute du dollar sera brutale et arrivera en un jour (souligné en bleu). Sans en préciser la date… Cela peut très bien advenir dans 8 jours ou dans 6 mois ou dans 3 ans.

Jim Sinclair annonce des événements mais rarement pour le TCT. Si vous ne jouez pas sur les marchés, cela ne vous concerne pas. Notez qu’il parle d’un Euro-Dollar  à 1,50$ , donc ce n’est pas un événement dramatique, puisque nous retournons à cette valeur de manière cyclique.

Si simultanément, l’Or s’envolait également dans toutes les autres monnaies, nous aurions donc une dévaluation généralisée mais aggravée sur le Dollar.

Sur ce graphe de l’Or en Euro, on voit qu’il ne manquait il y a quelques jours que quelques points pour terminer ce pull-back sur la résistance, devenue support. Ce pull-back est donc probablement en train de se terminer, l’or pourrait ensuite aller attaquer et franchir la résistance horizontale pour aller marquer de nouveaux plus hauts. Je ne suis pas ce marché de près et je ne joue pas, mais à voir ce graphe, je pense que c’est le bon moment pour les européens d’acheter leurs napoléons, juste avant la hausse. Mais ne jouez pas cette hausse en bourse !

Or-euro

Un retour de l’Euro fort  handicaperait les pays du Sud de l’Europe, certes, mais  l’Eurozone va-t’elle rester unie? Seuls les menteurs de la BCE l’affirment.

La crise de la dette est à peine commencée.

La crise des produits dérivés est pour l’instant encore maîtrisée par l’entente entre les 5 Banques américaines, qui ont fabriqué ce marché et qui le maîtrisent tant bien que mal, mais pour combien de temps encore ?

 
28 commentaires

Publié par le 19 décembre 2012 dans Non classé

 

Le marché vu par Menthalo

CJ_napoleon-3,5cmCASINORAMA

Certains se seraient plaints que certaines analyses ne s’étaient pas révélées exactes et qu’ils avaient perdu leurs mises au Grand Casino. Dois-je les plaindre et faire un acte de contrition ?

Les 20.000 lecteurs quotidiens de LIESI peuvent témoigner, que nous déconseillons formellement de jouer en bourse depuis l’origine du blog. Trader Noé donnait des points-clés et ses analyses sur les valeurs boursières des banques venaient donner une réalité aux articles évoquant la crise bancaire et systémique. Quant aux métaux précieux, notre discours est inchangé, protégez-vous ! Achetez pour le Long Terme. Ils seront la cagnotte pour votre retraite, bien mieux que tous les produits financiers offerts par les banques ou les assurances. Les graphes boursiers sont prétexte à évoquer telle ou telle société et dépeindre ce qui se trame derrière, comme le Plan NeXt de France Telecom pour virer les fonctionnaires. Ceux qui jouent sur les marchés le font certainement en connaissance de cause. Personne ne prendrait des risques à miser l’argent du ménage en bourse, sans être capable de faire ses propres analyses, n’est-ce pas ?

A vrai dire, dans notre société dépravée, dont les limites de l’immoralité sont sans cesse repoussées, personne ne semble s’élever contre le fait que les banques offrent à tous et à chacun la possibilité de spéculer sur tout avec des produits financiers que l’immense majorité ne maîtrise pas. Si vous entrez dans un casino et que vous regardez la table du jeu de « la boule », vous pouvez calculer vos chances et celles du casino.

Quelle est l’espérance de gain de la banque quand vous jouez depuis votre écran ? Le savez-vous ? Non, sinon vous ne joueriez pas. Connaissez-vous beaucoup de particuliers qui aient gagné durablement sur ces casinos boursiers ? Moi pas.

Sur le fond, spéculer en bourse n’est pas plus moral que de jouer au poker. Le jeu est un vice.

Que ceux qui ont la faiblesse de s’y adonner ne viennent pas faire porter aux autres le poids de leurs turpitudes.

Boursipapies en folie

Je partage avec vous une histoire d’Albert Edwards de SG CAR, qui m’a beaucoup amusé. Comme quoi, l’argent peut faire péter les plombs.

torture

Certains ont fait bien pire qu’

APPLE 

macintosh-1984

Ca va mal pour Apple.

Je suis client exclusif MacOS depuis 1987, à l’époque, leur macintosh était une petite horreur en matière de design industriel, mais tellement facile d’utilisation. Vous, qui êtes nés avec un PC et un téléphone portable dans votre berceau, vous aurez du mal à imaginer le monde d’avant. En 1984, j’avais acheté un ordinateur pour pouvoir faire des courriers en série mais personnalisés en traitement de texte à mes clients de l’époque. Pour cela, j’avais investi dans un HP-150, qui valait une petite fortune et dons les manuels d’utilisation sous forme de petits classeurs de 18cm de haut et 7cm de large, occupaient 3 mètres de bibliothèque. C’est totalement inimaginable aujourd’hui. Nous avions mis à peu près 3 mois pour apprendre à nous en servir. Ma secrétaire aurait eu cent fois le temps de faire ces mêmes courriers avec une machine à écrire de base !  Le Macintosh, quant à lui était 100% intuitif. Avec 8 jours de hot line pour demander un conseil, quand on était bloqué, on pouvait presque tout faire sans manuel. Depuis, je suis resté un Apple Addict et j’ai transmis le virus à mes enfants.

Pour revenir à 2012, Apple qui s’est depuis développé dans la musique, le téléphone et les tablettes, pourrait être en sérieuses difficultés. Le Iphone 5 vendu encore aujourd’hui 899€ dans les Apple Store se révèle être un échec commercial. Le segment de marché de téléphones intelligents à ce prix est trop étroit. Apple a été obligé de changer brutalement de politique à l’approche de Noël. La grande chaine de distribution américaine Wall-Mart vend désormais l’Iphone5  un tiers moins cher que le prix de lancement d’il y a quelques semaines. Il n’y a donc pas urgence à vous ruer pour Noël sur ce gadget de luxe.

Evidemment, l’Action en pâtit. En fondamental, la baisse de la dynamique des ventes d’une année sur l’autre pourrait justifier la méfiance des investisseurs depuis la publication des résultats en septembre.

APPLE-Ventes

Le support qui a soutenu les cours depuis 145 en juillet 2009 jusqu’à 700 en septembre 2012, vient d’être cassé une première fois en novembre et une deuxième fois, il y a quinze jours. Les cours ont perdu 30% depuis les plus hauts et pourraient redescendre encore d’un étage. Goldman Sachs et ses initiés suiveurs se sont amusés avec la pomme et vont désormais jouer ailleurs.

Le titre, qui a tiré le Nasdaq à la hausse, pourrait désormais le faire chuter. Le ver est dans le fruit.

 
22 commentaires

Publié par le 18 décembre 2012 dans Non classé

 

Jusqu’à quand les oligarques du cartel bancaire veulent-ils maintenir la Fed et la vitrine ?

fedLes semaines passent, les mois passent, ainsi que les années, mais le message des responsables de la banque centrale américaine est toujours le même. La politique monétaire accommodante, avec toute une batterie de nouveautés selon les saisons, doit parvenir à faire refluer le chômage. Mais de quel chiffre parlons-nous ? Officiellement, les banquiers centraux et les organismes supranationaux avec lesquels ils se prostituent, parlent de 6,5 voire 7,5%. Certains économistes font plutôt référence à 20-25%. C’est un grand écart !

Qu’importe, selon le Times : « Pour aider à réduire le chômage, la Fed a annoncé qu’elle poursuivrait également les rachats mensuels de 85 milliards de dollars de bons du Trésor US et de créances hypothécaires jusqu’à ce que les conditions s’améliorent sur le marché de l’emploi, prolongeant une politique annoncée en septembre ».

fed0Peu importe, ce qui compte c’est de faire avaler le mensonge du travail efficace de la banque centrale américaine. Pourtant, on décèle quelques couacs. C’est ainsi que le grand Ben Bernanke avoue, toujours selon le Times : « Durant une conférence de presse après une réunion de deux jours du principal comité de politique de la banque, M. Bernanke a suggéré que la Fed approchait les limites de sa capacité à aider les chômeurs ». « Si nous pouvions agiter une baguette magique et faire baisser le chômage à 5% demain, de toute évidence nous le ferions, a assuré Ben Bernanke lorsqu’on lui a demandé si la Fed pouvait faire plus ».

Alors, puisque l’impression monétaire explose ainsi que le chômage, avec une croissance qui décline et un pouvoir d’achat des contribuables qui diminue…les banquiers centraux américains peuvent toujours évoquer 2015… La Fed vient en effet de publier de nouvelles projections économiques montrant que la majorité de ses dirigeants ne s’attendaient pas à atteindre le but d’un chômage à 6,5% avant la fin 2015.

PLUS, et après cette date, ce sera 2020 ? Pourront-ils maintenir la vitrine avec ses beaux indices toujours au-dessus de l’Everest ? Où en sera la cohésion sociale ? Faudra t-il encore quelques meurtres pour engager le dialogue sur la nécessité de désarmer l’Américain lambda ?

L’on peut souhaiter bonne chance aux adulateurs de la Fed et de la BCE et interroger les grand prêtres de la Finance : que feront ces banques centrales du stock d’actifs accumulés à leur bilan ?

Vers une crise de confiance

La menace qui plane s’appelle la CRISE DE CONFIANCE. Si cela arriverait ou quand cela arrivera, notre monde connaîtrait ou connaîtra une immense misère. N’est-ce pas ce qu’avait annoncé Madeleine Porsat il y a bien longtemps : « La roue du commerce s’arrêtTERA »… parce qu’il n’y aura plus de confiance.

Mieux vaut prendre de la hauteur sur ce monde où les borgnes sont des légions et les prétendus responsables des incapables qui précipitent les foules aveugles vers l’abîme, qui n’ont pas d’autre ambition que celle de détruire notre civilisation chrétienne pour lui substituer ce que le règne animal ne pratique même pas.

 

http://liesidotorg.wordpress.com/

 


Partager cet article
Repost0
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 23:46

 

Mardi 18 décembre 2012

Vous savez ce que ce mot désigne, je suppose ? Je rapelle que très sommairement résumé le libéral-fascisme consiste à accorder toujours plus de liberté aux entreprises (base du libéralisme) et toujours moins de liberté aux citoyens (base du fascisme). http://www.syti.net/LiberalFascisme.html

 

  Le capitalisme financier, c’est l’écrasement définitif des pauvres (et des moins pauvres) par les riches, dans le cadre d’un État fort, très régalien, archi-fliqué.

 

 

Neo-Fascisme-copie-1.jpg.

 

http://miiraslimake.over-blog.com/

 

 

 

Sur ce site,

 

L'Europe d'aujourd'hui c'est ça ! ....

 

Savez-vous qu’il existe certaines villes, en Europe - absolument , en Europe ! - où il est interdit de :


* blasphémer ou jurer sur la voie publique (amende de 50 à 100 euros)

* faire des châteaux de sables sur la plage ! (amende 100 à 500 euros)

* faire des massages sur la plage (amende 100 à 200 euros)

* mendier sur la voie publique (confiscation de l’argent collecté)

* aller sur la voie publique le torse nu (amende 100 à 200 euros)

* se déplacer sur la voie publique avec des chaussures en bois, qui font du bruit ! ! (100 à 200 euros)

* tondre son gazon un autre jour que vendredi, samedi ou dimanche (amende de 500 euros)

* se réunir ou se promener à plus de 3 personnes passé 11 h du soir

* s’arrêter le nuit dans un parc !!! (le jour c‘est permis mais seulement à deux)

* donner à manger aux pigeons (amende 50 à 200)

* jouer de la guitare ou autre instrument de musique sur la voie publique (amende 50 à 200 euros et confiscation de l’instrument de musique !) - et chantonner aussi ?

* dessiner avec des craies sur le trottoir (argent confisqué)

* faire l’amour dans son automobile.

* faire des spectacles artistique sauf le samedi entre 10 h 30 du matin et 11 h du soir (amende 150 à 500)

* porter des sacs en plastiques remplis de choses susceptible d’être objet de vente (amende 150  euros)

* aller sur la voie publique en portant avec soi une bouteille ou une canette (amende 50 à 100 euros)

* fouiller dans les poubelles ou les décharges à ordures (confiscation des objets récupérés plus amende de 150 à 250 euros)

* pique-niquer sur la voie publique (confiscation de la nourriture et amende de 150 à 350 euros)

* et « las but not least » protester contre l’application des lois susdites (arrestation pour « rebellion »)

 

 

maintenant les paris sont ouverts : dans quel pays d'Europe se trouvent ces villes ?

 

Celui-là ? :  http://www.sudpresse.be/actualite/faits_divers/2011-05-05/6-mois-de-prison-pour-avoir-vole-2-sachets-de-muffins-perimes-dans-une-poubelle-870713.shtml?page=2

ou celui-là ? http://www.lesoir.be/132967/article/actualite/monde/2012-12-05/amsterdam-va-placer-ses-marginaux-dans-des-camps

 

(en fait, vu le contexte dnas lequel j'ai lu ce témoignage, je crois que c'est aux Pays-Bas, pays où venait de s'achever le congrès universel des espérantistes, congrès au cours duquel on avait arrêté et conduit au poste de police un des congressistes sparce que .... il avait refusé de mettre à son cou la fameuse LAISSE d'identification avec badge plastique, photo, etc, que tout le monde maintenant est obligé de porter losqu'il participe à n'importe quel congrès ou réunion dans un bâtiment quelconque gardé par des "gorilles privés".)

 

On est vraiment des des sociétés de détraqués.

ULTRANOVA

 

.

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 22:43

puce-ecole-texas-index.jpg

http://cdn.pearltrees.com/s/preview/index?urlId=45670811

 

La puce RFID s'invite dans une crèche française

7 décembre 2012

 

Pucer les enfants en couche-culotte, c'est parti, du moins une expérimentation est lancée dans une crèche parisienne pour l'année soclaire 2012-2013. Si vous désirez pucer votre enfant comme un chien, rendez-vous à la capitale, si vous êtes convaincus que votre bambin est une marchandise, rendez-vous à la capitale, si vous pensez qu'un salafiste super dangereux se cache derière les yeux de votre progéniture rebelle, n'hésitez plus, rendez-vous à la capitale.

 

Si certains parents sont ravis (voir la vidéo) à l'idée d'une puce dans un vêtement (ou dans la couche) pour que son gosse ne puisse pas s'échapper de la crèche, la majorité est réticente, et on peut les comprendre. Ce qui est certain, c'est que cela commence toujours par un test... puis vient un attentat... (dans ce cas un enlèvement)... puis ce qui n'était qu'un essai devient obligatoire.

 

Source: WikiStrike

 

 

 PS: Quid aussi de l'éventuelle insertion de puces RFID dans des vaccins (étant donné que cela est techniquement faisable), toujours "Pour notre Bien" bien entendu....?!

 

Vidéo sur le site,

La puce RFID s'invite dans une crèche française

 

 

______________________________________________________

 

.

 

Abus psychiatriques : les enfants ciblés
http://violencealhopital.over-blog.com/article-abus-psychiatriques-les-enfants-cibles-113461372.html

Abus psychiatriques : les enfants ciblés

De nos jours les enfants sont de plus en plus soumis à des évaluations et des traitements psychiatriques. Ces derniers peuvent être brutaux et dangereux : chambre d'isolement, camisole de force,…


Pour lire la suite cliquez ici

 

.

 

.

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 13:13

 

Comme je l'ai écrit il y a quelques années, l'Europe est le tremplin du Nouvel Ordre Mondial (eva)

 

Et pendant ce temps, propagande des Médias de "gôche" saluant cette "avancée" :Supervision bancaire : "Un cadeau pour la zone euro"

http://tempsreel.nouvelobs.com/la-crise-de-l-euro/20121213.OBS2407/supervision-bancaire-un-cadeau-pour-la-zone-euro.html#xtor=EPR-3-[Actu17h]-20121213 

.

L’Europe fait un premier pas vers l’union bancaire

 

Voilà pourquoi dans les médias et en politique, ils ont tant insisté pour que le nationalisme soit aussi mal perçu, pour faire exploser toute notion de souveraineté comme cela a été expliqué ici il y a quelques temps, et tout cela pour….. Une union bancaire. Certains vont faire référence sans trop de difficulté à ce Nouvel Ordre Mondial que souhaitent certaines puissances, un seul gouvernement, une seule finance, et la finance unique est en train de se mettre en place inexorablement.


© epa.

Les 27 Etats de l’Union européenne sont parvenus dans la nuit de mercredi à jeudi à un accord unanime sur la supervision unique des banques de la zone euro, ont annoncé plusieurs responsables européens sur leur compte Twitter.

« Accord historique superviseur! « , a twitté le commissaire européen chargé des Services financiers, Michel Barnier, après 14 heures de discussions, tandis que le porte-parole de la présidence chypriote de l’UE indiquait que les discussions avec le Parlement européen allaient maintenant pouvoir débuter.

Accord historique superviseur!— Michel Barnier (@MBarnierEU) Décembre 13, 2012

La mise en place d’une supervision commune des banques de la zone euro, confiée à la Banque centrale européenne (BCE), est la première étape de l’union bancaire souhaitée par les dirigeants européens pour tenter d’empêcher de nouvelles crises. 

Les 27 ont trouvé un compromis sur les points qui bloquaient depuis plusieurs mois: le champ d’application de la supervision directe par la BCE, l’articulation entre l’Autorité bancaire européenne (qui concerne l’ensemble de l’UE) et la BCE (qui ne concerne que les 17 membres de la zone euro), enfin le moyen de séparer les deux fonctions de la BCE (politique monétaire de la zone euro et supervision, qui touchera des pays non membres).

Source: 7sur7.be

 

.

http://lesmoutonsenrages.fr/2012/12/13/leurope-fait-un-premier-pas-vers-lunion-bancaire/

 

.

Sur ce site,

 

 

.

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 12:51

grece-pauvre-launeGreceA1.jpg

http://alencontre.org/

.

Crise économique et sociale: le modèle antisocial grec modèle pour une oppression et une destruction généralisées

 

Grèce, Espagne, Portugal, Irlande, puis Italie, France, Grande-Bretagne et Allemagne, l’oligarchie produit son effet domino pour l’élimination économique et sociale des états souverains et l’appauvrissement généralisé des populations pour mieux les réduire plus avant en esclavage.

Qu’à cela ne tienne, saisissons cette opportunité, prenons l’initiative du contre-pouvoir autogestionnaire. Tout comme une entreprise n’a pas besoin de patrons pour tourner, une société n’a pas besoin d’état pour bien (mieux) fonctionner !

Il est plus que temps que la vaste majorité se rende compte de ce fait.

– Résistance 71 –

=  =  =

« Aussi existe t’il non seulement des sociétés sans état, mais également des sociétés sans pouvoir. » (Pierre Clastres, « La société contre l’État », 1974)

=  =  =

 

Tragédies grecques : un nouveau paquet de mesures antisociales

 

Le Monde Libertaire

 

Le 13 Décembre 2012

 

url de l’article original:

http://www.monde-libertaire.fr/international/16088-tragedies-grecques-un-nouveau-paquet-de-mesures-antisociales

 

Le vote du mercredi 7 novembre


Le Parlement grec a voté un nouveau paquet de mesures d’austérité, incluant un grand nombre de licenciements, une baisse supplémentaire des salaires, des pensions et des avantages. Ainsi, ils détruisent ce qui était resté debout après trois années d’austérité.

L’âge de la retraite augmente de deux ans, ce qui signifie que la majorité des travailleurs partiront à la retraite à 67 ans. Réduction des retraites entre 5 % et 15 %, réduction des primes de Noël et de Pâques pour tous les retraités et les fonctionnaires, réduction, voire arrêt des prestations sociales, de même que des indemnités chômage, des aides contre la pauvreté, des prestations familiales et même des prestations pour les handicapés.

Ils introduisent également une modification rétrospective de la convention collective nationale du travail déclarée anticonstitutionnelle par une commission spécialisée du Parlement – ce qui ne semble pas déranger le gouvernement. Selon cette modification, le salaire minimum sera gelé et, à partir d’aujourd’hui, réglementé par le ministre du Travail lui-même. Il n’y aura pas d’augmentation pour quiconque, les employeurs ont le droit de donner un préavis plus court avant le licenciement, une prime de licenciement plus faible, une contribution moindre aux caisses de retraite et de santé. Enfin, les employeurs ne sont pas obligés de suivre la convention nationale s’ils ne veulent pas la signer !

On constate aussi de nouvelles hausses d’impôts indirects, des mesures contre le revenu des agriculteurs, des licenciements dans le secteur public et la flexibilité totale pour les fonctionnaires. Le paquet de mesures contient la poursuite de la privatisation du secteur public, renforçant la privatisation des soins hospitaliers, comprenant un forfait d’hospitalisation (un patient hospitalisé devra payer 25 euros), ce qui, pour un pays avec plus de 30 % de chômage, signifie que des milliers de gens ne vont plus être en mesure de payer un traitement médical.


La grève générale des 6 et 7 novembre


La Confédération générale des syndicats grecs a appelé à la grève générale les 6 et 7 novembre.

Mardi 6 novembre, premier jour de la grève générale. Il semble que les grèves

continues dans le secteur des transports et les grèves générales au cours de la dernière période ont empêché les gens d’y participer en masse. Malgré la présence d’un grand nombre d’escadrons de police anti-émeute, les manifestants ont occupé la place Syntagma, jusqu’à une heure du matin. Ce fut une journée de grève calme et assez décevante !

Le deuxième jour, mercredi 7 novembre, les choses ont été différentes. Dans l’après-midi, quand le paquet de mesures a été soumis au vote, il y a eu plusieurs appels à se rassembler à l’extérieur du Parlement. Beaucoup de grévistes ont été arrêtés par la police, dont les unités ont attaqué et bloqué les manifestants qui tentaient de se rendre au point de rassemblement. De plus, des stations de métro dans le centre d’Athènes ont été fermées par la police qui, à plusieurs reprises, a procédé à des arrestations préventives afin d’empêcher les manifestants d’atteindre la place Syntagma.

Malgré la mobilisation de la police, au moins 100 000 manifestants se sont rassemblés à 18 h 30 devant ou près du Parlement grec. À 19 heures, les manifestants ont commencé à pousser les grilles qui protégeaient le Parlement et dès qu’ils ont réussi à en détruire une petite partie, les unités de police antiémeute sont intervenues et ont utilisé pour la première fois des canons à eau contre des personnes en grève.

Il y a eu des affrontements en dehors du Parlement et autour de la place Syntagma pendant des heures. Mais la combinaison des gaz lacrymogènes et de la pluie a rendu la place irrespirable pour la majorité des manifestants. Quand les groupes de grévistes ont quitté la place, les unités de police les ont attaqués, causant un grand nombre de blessés. Au moins 40.

Après une ultime tentative pour reprendre la place Syntagma, vers 22 heures, des unités de police anti-émeute ont finalement quitté les lieux sous une pluie battante. Il y eut 103 interpellations, 5 arrestations, au moins 40 manifestants et 7 policiers blessés. Le sévère paquet de mesures d’austérité a été voté et adopté par le Parlement à minuit.


Ce n’est pas fini


Dehors, les flics avec leurs APC (blindés légers anti-émeute), des produits chimiques, des fusils, des motos, et, pendant ce temps, à l’intérieur, le Parlement qui a voté d’une manière éhontée une augmentation sans précédent des mesures antisociales.

L’État a de l’argent. Il a de l’argent pour faire respecter un État policier dans les rues, pour acheter des tonnes de produits chimiques et des APC, pour armer les unités spéciales de répression.

Peu importe combien de flics ils ont mis en place, cette lutte ne va pas s’arrêter. Peu importe les mesures qu’ils prennent au Parlement, le nombre de voix aux élections, rien n’est fini et nous lutterons pour les empêcher de réaliser leur sinistre projet.

Nous n’avons rien d’autre à faire que de donner une place à la rage, comme le dit un récent slogan anarchiste écrit dans une rue d’Athènes.

 

Groupe de communistes libertaires

Athènes

 

.

Sur ce site,

 

L’empire se fissure… L’arrogance criminelle de Washington n’a plus de limites…

 

Washington l’obstinée

 

Par Dr. Paul Craig Roberts

 

Le 11 Décembre 2012

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2012/12/11/obdurate-washington/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Avec sa puissance en déclin, Washington n’a pas pu conserver la Russie en dehors de l’OMC. Le congrès a montré son impotence en ferrant la normalisation du commerce avec la Russie avec ce qui est appelé “la règle de Magnitsky”.

http://www.bbc.co.uk/news/world-us-canada-20634768

Sergeï Magnitsky était un avocat russe qui représentait une firme d’investissement britannique accusée de fraude fiscale en Russie. Apparemment, la firme britannique a donné des informations aux médias supputant une malversation du gouvernement et une corruption active au sein des entreprises d’état russes.

Magnitsky représentait la dite firme britannique accusée; il plaida qu’elle n’avait pas commis de fraude fiscale, mais qu’elle fut en fait la victime d’une fraude. A son tour, Magnitsky fut arrêté. Il tomba malade en prison et ne fut pas traité de manière adéquate.

Est-il décédé d’une maladie mal traitée, nous ne pouvons pas le savoir. Mais le congrès américain, agissant sur la supposition infondée que Magnitsky fut torturé et assassiné, a épinglé la loi sur la normalisation du commerce avec une provision qui requiert le gouvernement américain de diffuser une liste d’officiels du gouvernement russe qu’on croit ou imagine être impliqués dans la violation des droits de l’Homme de Magnitsky et de geler les avoirs de ces membres du gouvernement russe ainsi que de leur refuser tout visa pour voyager aux Etats-Unis. Considérant la croyance abusive de Washington de ce que sa loi est la loi universelle de l’humanité, Washington s’attend, plus que probablement, à ce que chaque pays mette en pratique ses édits ou soit sanctionné à son tour.

Le gouvernement russe trouve “la règle Magnitsky” amusante. Voilà le gouvernement russe accusé sans l’ombre d’une preuve, d’UNE mort par torture, tandis que Washington baigne dans les morts par torture d’Abu Graïb à Guantanamo Bay en passant par les centres de torture secrets de la CIA et les attaques par drones et sans relâche, d’enfants jouant au football, de cérémonies de mariage, d’enterrements, de cliniques médicales, d’écoles, de fermes et de travailleurs sociaux. La preuve a été faite que Washington a torturé à mort un nombre d’individus et à fait faire de fausses confessions, ainsi que d’avoir fait exploser des milliers d’innocents décrits dans les rapports comme des “dégâts collatéraux”. Personne, sauf Washington et ses laquais, ne nie ceci. Mais un seul faux pas présumé russe contre les droits de l’Homme, amène un acte sérieux du congrès, le tout sur la supposition de la violation des droits d’un avocat russe.

Un certain nombre de dirigeants dans l’histoire humaine ont été aussi arrogants. Mais y a t’il jamais eu de démocratie ? L’Athènes antique peut-être, mais Sparte lui a enseigné une leçon.

Que pensent les membres du congrès américain de ce que sera la réponse du reste du monde à l’hypocrisie éhontée de Washington ? Comment Washington peut-elle passer une loi punissant des officiels du gouvernement russe pour avoir fait une fois, de manière supposée, ce que nous savons être pour un fait absolu, Washington fait tous les jours ?

L’attitude du “je suis plus vertueux que vous tous” que Washington affirme à la face du monde est si fabriquée et usée que Washington n’est plus seulement méprisée, mais aussi moquée. Les gens ne craignent plus la “super-puissance” quand ils rient de ses bêtises, de son hypocrisie et de sa stupidité absolue.

Il est certain que les Russes n’ont pas peur. Le premier ministre russe Dimitri Medvedev a répondu aux imbéciles de Washington de la façon suivante: “Il est inadmissible qu’un pays essaie de dicter sa volonté à un autre.” La règle Magnitsky » amènera une “réaction symétrique et asymétrique de la part de la Russie.” La Douma russe (parlement) semble assurée que ce sera le cas,

http://rt.com/politics/prepares-russias-reply-magnitsky-705/print/

Washington est comme le poivrot dans un bar qui cherche la bagarre. Washington crâne, mais la Russie et la Chine ne vont plus s’embarrasser avec un freluquet financièrement exengue et militairement complètement étiré. Le diabolisme de Washington est en train de nous mener à la guerre nucléaire et à la destruction de la vie sur Terre.

 

.

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 17:16

 

Claude Hagège: "Imposer sa langue, c'est imposer sa pensée"

Claude Hagège: "Imposer sa langue, c'est imposer sa pensée"

Par Michel Feltin-Palas (L'Express), publié le 28/03/2012 à 11:00, mis à jour le 03/04/2012 à 10:26

Faut-il s'inquiéter de la domination de la langue anglaise? Les langues nationales vont-elles disparaître? Sans chauvinisme ni ringardise, le linguiste Claude Hagège dresse un constat lucide de la situation. Rencontre. 

 

 

En amoureux des langues,Claude Hagège défend la diversité et s'oppose fermemement à la domination de l'anglais.

Yann Rabarier/L'Express

Claude Hagège en 5 dates

1955 Entrée à l'Ecole normale supérieure 

1966 Première enquête linguistique de terrain, au Cameroun 

Depuis 1988 Professeur au Collège de France 

2009Dictionnaire amoureux des langues (Plon). 

2012Contre la pensée unique (Odile Jacob) 

 

.

La Semaine de la langue française, qui vient de s'achever, n'aura pas suffi à mettre du baume au coeur de Claude Hagège. Car le constat du grand linguiste est sans appel : jamais, dans l'histoire de l'humanité, une langue n'a été "comparable en extension dans le monde à ce qu'est aujourd'hui l'anglais". Oh ! il sait bien ce que l'on va dire. Que la défense du français est un combat ranci, franchouillard, passéiste. Une lubie de vieux ronchon réfractaire à la modernité. Il n'en a cure. Car, à ses yeux, cette domination constitue une menace pour le patrimoine de l'humanité. Et fait peser sur elle un risque plus grave encore : voir cette "langue unique" déboucher sur une "pensée unique" obsédée par l'argent et le consumérisme. Que l'on se rassure, cependant : si Hagège est inquiet, il n'est pas défaitiste. La preuve, avec cet entretien où chacun en prend pour son grade... 

Comment décide-t-on, comme vous, de consacrer sa vie aux langues?

Je l'ignore. Je suis né et j'ai grandi à Tunis, une ville polyglotte. Mais je ne crois pas que ce soit là une explication suffisante : mes frères, eux, n'ont pas du tout emprunté cette voie.  

Enfant, quelles langues avez-vous apprises?

A la maison, nous utilisions le français. Mais mes parents m'ont fait suivre une partie de ma scolarité en arabe - ce qui montre leur ouverture d'esprit, car l'arabe était alors considéré comme une langue de colonisés. J'ai également appris l'hébreu sous ses deux formes, biblique et israélienne. Et je connaissais l'italien, qu'employaient notamment plusieurs de mes maîtres de musique. 

Combien de langues parlez-vous?

S'il s'agit de dénombrer les idiomes dont je connais les règles, je puis en mentionner plusieurs centaines, comme la plupart de mes confrères linguistes. S'il s'agit de recenser ceux dans lesquels je sais m'exprimer aisément, la réponse sera plus proche de 10. 

Beaucoup de Français pensent que la langue française compte parmi les plus difficiles, et, pour cette raison, qu'elle serait "supérieure" aux autres. Est-ce vraiment le cas?

Pas du tout. En premier lieu, il n'existe pas de langue "supérieure". Le français ne s'est pas imposé au détriment du breton ou du gascon en raison de ses supposées qualités linguistiques, mais parce qu'il s'agissait de la langue du roi, puis de celle de la République. C'est toujours comme cela, d'ailleurs : un parler ne se développe jamais en raison de la richesse de son vocabulaire ou de la complexité de sa grammaire, mais parce que l'Etat qui l'utilise est puissant militairement - ce fut, entre autres choses, la colonisation - ou économiquement - c'est la "mondialisation". En second lieu, le français est un idiome moins difficile que le russe, l'arabe, le géorgien, le peul ou, surtout, l'anglais.  

L'anglais ? Mais tout le monde, ou presque, l'utilise!

Beaucoup parlent un anglais d'aéroport, ce qui est très différent ! Mais l'anglais des autochtones reste un idiome redoutable. Son orthographe, notamment, est terriblement ardue : songez que ce qui s'écrit "ou" se prononce, par exemple, de cinq manières différentes dans through, rough, bough, four et tour ! De plus, il s'agit d'une langue imprécise, qui rend d'autant moins acceptable sa prétention à l'universalité.  

Imprécise?

Parfaitement. Prenez la sécurité aérienne. Le 29 décembre 1972, un avion s'est écrasé en Floride. La tour de contrôle avait ordonné : "Turn left, right now", c'est-à-dire "Tournez à gauche, immédiatement !" Mais le pilote avait traduit "right now" par "à droite maintenant", ce qui a provoqué la catastrophe. Voyez la diplomatie, avec la version anglaise de la fameuse résolution 242 de l'ONU de 1967, qui recommande le "withdrawal of Israel armed forces from territories occupied in the recent conflict". Les pays arabes estiment qu'Israël doit se retirer "des" territoires occupés - sous-entendu : de tous. Tandis qu'Israël considère qu'il lui suffit de se retirer "de" territoires occupés, c'est-à-dire d'une partie d'entre eux seulement.  

Est-ce une raison pour partir si violemment en guerre contre l'anglais ?

Je ne pars pas en guerre contre l'anglais. Je pars en guerre contre ceux qui prétendent faire de l'anglais une langue universelle, car cette domination risque d'entraîner la disparition d'autres idiomes. Je combattrais avec autant d' énergie le japonais, le chinois ou encore le français s'ils avaient la même ambition. Il se trouve que c'est aujourd'hui l'anglais qui menace les autres, puisque jamais, dans l'Histoire, une langue n'a été en usage dans une telle proportion sur les cinq continents. 

En quoi est-ce gênant ? La rencontre des cultures n'est-elle pas toujours enrichissante ?

La rencontre des cultures, oui. Le problème est que la plupart des gens qui affirment "Il faut apprendre des langues étrangères" n'en apprennent qu'une : l'anglais. Ce qui fait peser une menace pour l'humanité tout entière. 

A ce point ?

Seuls les gens mal informés pensent qu'une langue sert seulement à communiquer. Une langue constitue aussi une manière de penser, une façon de voir le monde, une culture. En hindi, par exemple, on utilise le même mot pour "hier" et "demain". Cela nous étonne, mais cette population distingue entre ce qui est - aujourd'hui - et ce qui n'est pas : hier et demain, selon cette conception, appartiennent à la même catégorie. Tout idiome qui disparaît représente une perte inestimable, au même titre qu'un monument ou une oeuvre d'art. 

Avec 27 pays dans l'Union européenne, n'est-il pas bien utile d'avoir l'anglais pour converser ? Nous dépensons des fortunes en traduction!

Cette idée est stupide ! La richesse de l'Europe réside précisément dans sa diversité. Comme le dit l'écrivain Umberto Eco, "la langue de l'Europe, c'est la traduction". Car la traduction - qui coûte moins cher qu'on ne le prétend - met en relief les différences entre les cultures, les exalte, permet de comprendre la richesse de l'autre. 

Mais une langue commune est bien pratique quand on voyage. Et cela ne conduit en rien à éliminer les autres!

Détrompez-vous. Toute l'Histoire le montre : les idiomes des Etats dominants conduisent souvent à la disparition de ceux des Etats dominés. Le grec a englouti le phrygien. Le latin a tué l'ibère et le gaulois. A l'heure actuelle, 25 langues disparaissent chaque année ! Comprenez bien une chose : je ne me bats pas contre l'anglais ; je me bats pour la diversité. Un proverbe arménien résume merveilleusement ma pensée : "Autant tu connais de langues, autant de fois tu es un homme."  

Vous allez plus loin, en affirmant qu'une langue unique aboutirait à une "pensée unique"...

Ce point est fondamental. Il faut bien comprendre que la langue structure la pensée d'un individu. Certains croient qu'on peut promouvoir une pensée française en anglais : ils ont tort. Imposer sa langue, c'est aussi imposer sa manière de penser. Comme l'explique le grand mathématicien Laurent Lafforgue : ce n'est pas parce que l'école de mathématiques française est influente qu'elle peut encore publier en français ; c'est parce qu'elle publie en français qu'elle est puissante, car cela la conduit à emprunter des chemins de réflexion différents.  

Vous estimez aussi que l'anglais est porteur d'une certaine idéologie néolibérale...

Oui. Et celle-ci menace de détruire nos cultures dans la mesure où elle est axée essentiellement sur le profit.  

Je ne vous suis pas...

Prenez le débat sur l'exception culturelle. Les Américains ont voulu imposer l'idée selon laquelle un livre ou un film devaient être considérés comme n'importe quel objet commercial. Car eux ont compris qu'à côté de l'armée, de la diplomatie et du commerce il existe aussi une guerre culturelle. Un combat qu'ils entendent gagner à la fois pour des raisons nobles - les Etats-Unis ont toujours estimé que leurs valeurs sont universelles - et moins nobles : le formatage des esprits est le meilleur moyen d'écouler les produits américains. Songez que le cinéma représente leur poste d'exportation le plus important, bien avant les armes, l'aéronautique ou l'informatique ! D'où leur volonté d'imposer l'anglais comme langue mondiale. Même si l'on note depuis deux décennies un certain recul de leur influence.  

Pour quelles raisons?

D'abord, parce que les Américains ont connu une série d'échecs, en Irak et en Afghanistan, qui leur a fait prendre conscience que certaines guerres se perdaient aussi faute de compréhension des autres cultures. Ensuite, parce qu'Internet favorise la diversité : dans les dix dernières années, les langues qui ont connu la croissance la plus rapide sur la Toile sont l'arabe, le chinois, le portugais, l'espagnol et le français. Enfin, parce que les peuples se montrent attachés à leurs idiomes maternels et se révoltent peu à peu contre cette politique. 

Pas en France, à vous lire... Vous vous en prenez même de manière violente aux "élites vassalisées" qui mèneraient un travail de sape contre le français.

Je maintiens. C'est d'ailleurs un invariant de l'Histoire. Le gaulois a disparu parce que les élites gauloises se sont empressées d'envoyer leurs enfants à l'école romaine. Tout comme les élites provinciales, plus tard, ont appris à leur progéniture le français au détriment des langues régionales. Les classes dominantes sont souvent les premières à adopter le parler de l'envahisseur. Elles font de même aujourd'hui avec l'anglais.  

Comment l'expliquez-vous?

En adoptant la langue de l'ennemi, elles espèrent en tirer parti sur le plan matériel, ou s'assimiler à lui pour bénéficier symboliquement de son prestige. La situation devient grave quand certains se convainquent de l'infériorité de leur propre culture. Or nous en sommes là. Dans certains milieux sensibles à la mode - la publicité, notamment, mais aussi, pardonnez-moi de vous le dire, le journalisme - on recourt aux anglicismes sans aucune raison. Pourquoi dire "planning" au lieu d'"emploi du temps" ? "Coach" au lieu d'"entraîneur" ? "Lifestyle" au lieu de "mode de vie" ? "Challenge" au lieu de "défi" ? 

Pour se distinguer du peuple?

Sans doute. Mais ceux qui s'adonnent à ces petits jeux se donnent l'illusion d'être modernes, alors qu'ils ne sont qu'américanisés. Et l'on en arrive à ce paradoxe : ce sont souvent les immigrés qui se disent les plus fiers de la culture française ! Il est vrai qu'eux se sont battus pour l'acquérir : ils en mesurent apparemment mieux la valeur que ceux qui se sont contentés d'en hériter. 

Mais que dites-vous aux parents qui pensent bien faire en envoyant leurs enfants suivre un séjour linguistique en Angleterre ou aux Etats-Unis?

Je leur réponds : "Pourquoi pas la Russie ou l'Allemagne ? Ce sont des marchés porteurs et beaucoup moins concurrentiels, où vos enfants trouveront plus facilement de l'emploi." 

Ne craignez-vous pas d'être taxé de ringardise, voire de pétainisme?

Mais en quoi est-il ringard d'employer les mots de sa propre langue ? Et en quoi le fait de défendre la diversité devrait-il être assimilé à une idéologie fascisante ? Le français est à la base même de notre Révolution et de notre République !  

Pourquoi les Québécois défendent-ils le français avec plus d'acharnement que nous-mêmes?

Parce qu'ils sont davantage conscients de la menace : ils forment un îlot de 6 millions de francophones au milieu d'un océan de 260 millions d'anglophones ! D'où leur activité néologique extraordinaire. Ce sont eux qui, par exemple, ont inventé le terme "courriel", que j'invite les lecteurs de L'Express à adopter ! 

Des limites de l'anglais en entreprise

En 1999, le PDG de Renault, Louis Schweitzer, impose l'anglais dans les comptes rendus de réunions de direction. Une mesure sur laquelle il sera obligé de revenir, à la plus grande satisfaction de Claude Hagège. "Les entreprises qui ont adopté cette mesure ont perdu en efficacité. Pour une raison simple, que décrit très bien l'ancien patron de Sanofi-Aventis, Jean- François Dehecq : "Si nous imposons l'anglais à tous, les natifs anglophones fonctionneront à 100 % de leur potentiel, ceux qui le parlent bien en seconde langue, à 50 %, et les autres, à 10 %."" "Par ailleurs, il est faux de croire que l'anglais soit indispensable pour le commerce, reprend Hagège. C'est parfois le contraire. Quand on veut vendre un produit à un étranger, mieux vaut utiliser la langue de son client, qui n'est pas toujours l'anglais ! Une grande compagnie d'eau française est allée récemment à Brasilia. Quand ses représentants ont commencé à recourir à l'anglais, cela a rendu furieux les Brésiliens, qui possèdent, comme nous, une langue d'origine latine. Par anglomanie, nos commerciaux ont transformé un avantage culturel en handicap !" 

La victoire de l'anglais est-elle irréversible?

Pas du tout. Des mesures positives ont d'ailleurs déjà été prises : les quotas de musique française sur les radios et les télévisions, les aides au cinéma français, etc. Hélas, l'Etat ne joue pas toujours son rôle. Il complique l'accès au marché du travail des diplômés étrangers formés chez nous, il soutient insuffisamment la francophonie, il ferme des Alliances françaises... Les Chinois, eux, ont ouvert 1 100 instituts Confucius à travers le monde. Il y en a même un à Arras ! 

Si une seule mesure était à prendre, quelle serait-elle?

Tout commence à l'école primaire, où il faut enseigner non pas une, mais deux langues vivantes. Car, si on n'en propose qu'une, tout le monde se ruera sur l'anglais et nous aggraverons le problème. En offrir deux, c'est s'ouvrir à la diversité.  

Nicolas Sarkozy est coutumier des fautes de syntaxe : "On se demande c'est à quoi ça leur a servi..." ou encore "J'écoute, mais je tiens pas compte". Est-ce grave, de la part d'un chef d'Etat?

Peut-être moins qu'on ne le croit. Regardez : il a relancé les ventes de La Princesse de Clèves depuis qu'il a critiqué ce livre de Mme de La Fayette ! Mais il est certain que de Gaulle et Mitterrand étaient plus cultivés et avaient un plus grand respect pour la langue. 

Le français pourrait-il être le porte-étendard de la diversité culturelle dans le monde?

J'en suis persuadé, car il dispose de tous les atouts d'une grande langue internationale. Par sa diffusion sur les cinq continents, par le prestige de sa culture, par son statut de langue officielle à l'ONU, à la Commission européenne ou aux Jeux olympiques. Et aussi par la voix singulière de la France. Songez qu'après le discours de M. de Villepin à l'ONU, s'opposant à la guerre en Irak, on a assisté à un afflux d'inscriptions dans les Alliances françaises. 

N'est-il pas contradictoire de vouloir promouvoir le français à l'international et de laisser mourir les langues régionales?

Vous avez raison. On ne peut pas défendre la diversité dans le monde et l'uniformité en France ! Depuis peu, notre pays a commencé d'accorder aux langues régionales la reconnaissance qu'elles méritent. Mais il aura fallu attendre qu'elles soient moribondes et ne représentent plus aucun danger pour l'unité nationale. 

Il est donc bien tard...

Il est bien tard, mais il n'est pas trop tard. Il faut augmenter les moyens qui sont consacrés à ces langues, les sauver, avant que l'on ne s'aperçoive que nous avons laissé sombrer l'une des grandes richesses culturelles de la France. l

 

http://www.lexpress.fr/culture/livre/claude-hagege-imposer-sa-langue-c-est-imposer-sa-pensee_1098440.html

 

 


Claude : "Imposer sa langue, c'est imposer sa pensée"

 

 

.

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 03:29

Coupon alimentaire contre l’acceptation d’une technologie d’identification biométrique ?

 

 

Aujourd’hui, tout le monde connaît cet extrait de l’Apocalypse de saint Jean : « Et il se fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur la main droite ou sur le front et que personne ne put acheter ni vendre sans avoir la marque ou le nom de la bête, ou le nombre de son nom ».

Question qui se pose à la lumière des informations diffusées aux Etats-Unis : la crise alimentaire qui frappe les plus démunis sera-t-elle un prétexte pour condamner les pauvres au marquage s’ils veulent manger ?


puceRFIDAux Etats-Unis, des conditions drastiques commencent à être imposées pour obliger les individus voulant bénéficier d’une aide alimentaire à se faire « marquer » d’une manière ou d’une autre. Explication des autorités fédérales : la technologie d’identification biométrique permettra de réduire la fraude. Cette technologie permet d’identifier une personne sur la base de caractéristiques physiques telles que les empreintes digitales, la forme de la main, les yeux du visage, etc.

Ce sujet avait été abordé par plusieurs sites d’informations depuis de nombreuses années. On se souviendra par exemple et tout particulièrement de Serge Monast qui, dans les années 80, a compilé de nombreux documents de première main pour annoncer ce sombre futur qui tend à devenir la réalité du jour.

Selon certains sites d’informations américains, un système d’identification biométrique est actuellement mis en œuvre à un certain niveau en Arizona, en Californie, dans le Connecticut, le Massachusetts, le New Jersey et New York ainsi que le Texas : le scan du doigt. Plusieurs autres Etats s’engagent dans la mise en pratique de cette technologie. Il est cependant difficile de déterminer en l’état actuel l’évolution et les systèmes d’identification biométrique qui seront communément adoptés par les Etats américains au fur et à mesure du déroulement de la crise. D’aucuns évoquent des calendriers d’exécution en fonction de priorités et de considérations internes. Ils affirment que les processus actuellement développés de contrôle des individus ne donnent pas lieu à des problèmes particuliers et rien ne laisse donc entrevoir des objections massives à l’utilisation et au développement d’une diffusion large de la technologie RFID pour ceux qui ont faim.

 
18 commentaires

Publié par liesiletter le 5 décembre 2012 dans Non classé

 

Ces fameux géocroiseurs… que l’on ne doit pas oublier

 

Film ‘Forces occultes’ (1943)

 

A chacun de se faire sa propre opinion mais on ne peut s’empêcher d’établir quelques correspondances entre les scandales des gouvernements actuels et leur politique des « réseaux »… bien loin du bien commun.

En 1943, le film Forces occultes sort sur les écrans. Le scénario de ce moyen-métrage de cinquante minutes a été réalisé par deux ex-frères : Jean Marquès-Rivière et Jean Mamy (sous le pseudonyme de Paul Riche).
Ce film montre certaines facettes d’ordinaire obscures de la franc-maçonnerie dû à son statut de société secrète. Les réalisateurs seront à la fin de la guerre et du régime de Vichy condamnés par la justice, mais Marquès-Rivière arrive à fuir la vengeance des Alliés. Il sera condamné à mort par contumace.
Le film raconte la vie d’un jeune député qui se joint au Grand Orient, influent ordre franc-maçon, afin de relancer sa carrière. Il se confronte alors avec la corruption et les scandales politiques du moment et constate ensuite que les francs-maçons conspirent avec les Juifs et les Anglo-americains pour encourager la France dans une guerre contre l’Allemagne. (Wikipedia)
Merci au lecteur qui a donné le lien permettant de voir le film dans son intégralité.
 
28 commentaires

Publié par liesiletter le 5 décembre 2012 dans Non classé

 

Les règles monétaires ne sont pas favorables aux populations… ni les stratégies mondialistes

OPCVM-Monétaire-2011-07-051

Il y a quelques années, un analyste chevronné du renseignement économique commentait ainsi « la crise » :

« Il y a essentiellement deux types de systèmes dans le monde aujourd’hui. Dans un système de crédit, (…) l’argent est émis par le gouvernement, au nom du gouvernement, et il est soutenu par l’engagement du gouvernement à reconnaître ce crédit. Ce crédit peut alors être légalement monétisé et servir de devise aussi bien que de crédit pour le développement. Par contre, dans un système monétaire, l’argent est en dehors du gouvernement et peut être ou non en accord avec la politique du gouvernement. »

Malheureusement, nous savons vers quel sens le vent a tourné et qui contrôle les banques centrales.

Plus que cela, les politiques criminelles des banquiers centraux sont soutenues par de nombreux politiciens nationaux hyper dépendants des lobbies, eux-mêmes sous la coupe de qui l’on sait.

Dans un tel contexte, peut-on espérer en une sortie de crise favorable aux populations ?

« L’effondrement du système est largement reconnu, et pourtant on a décidé, volontairement, de ne rien faire pour l’empêcher. Il est donc clair que ces gouvernements préféreraient mourir, en condamnant des milliards de gens à mourir avec eux, d’une mort terrible, plutôt que de changer le système. »

Le banquier qui nous a écrit ce commentaire en août 2008 a préféré quitté l’une des quatre plus grosses banques françaises où il travaillait, et regarder la suite de notre histoire commune à l’extérieur du monde bancaire.

 
16 commentaires

Publié par liesiletter le 5 décembre 2012 dans Non classé

 

Chemtrails, Autruches et Bienfaiteurs de l’humanité

Par Menthalo – Avec mes remerciements à Jacques d’Artemisia et à Noam.

Sur ce site, vous trouverez une vidéo (et sa traduction) prouvant que les avions épandeurs militaires sont invisibles aux radars civils car ils ne branchent pas leur transpondeur, l’appareil électronique qui permet aux aiguilleurs du ciel de les voir pour diriger le trafic aérien. Les opérations d’épandage ont lieu à proximité immédiate des avions de ligne dans les couloirs aériens, créant un danger permanent.

evergreen.jp

Evergreen Air

est une des sociétés contractuelles de la CIA spécialisée dans les opérations chemtrails. Ses bases principales sont à Marana Air Park, près de Tucson en Arizona, et à McMinville, près de Portland en Oregon. Evergreen dispose de plus de100 bases secondaires et emploie 4.500 personnes. La société a obtenu ce contrat à la suite d’une adjudication, décrochant du même coup l’accès aux différentes installations de la CIA, qui travaillait jusqu’alors avec l’une de leur société écran Air America. Air America s’est longtemps illustrée dans le trafic d’héroïne dans le Sud-Est asiatique (Laos, Thaïlande, Birmanie) durant et après la guerre du Vietnam, mais également dans la cocaïne au départ de l’Amérique du Sud. Pour mémoire, Bush a dirigé la CIA et a été très impliqué dans ces domaines et dans l’organisation du blanchiment au sein des grandes banques occidentales.

Evergreen sur son site propose ses services pour la modification du climat. Les avions dédiés à l’épandage de la Compagnie Evergreen ont 7 fois la capacité de ceux utilisés par les canadairs pour les incendies de forêts. Ils peuvent contenir 76.000 litres du mélange d’huile, de baryum et de paillettes d’aluminium utilisés pour les chemtrails. Ce mélange en se répandant dans l’atmosphère grâce aux vents d’altitude, crée une couverture réfléchissante, qui permettrait en renvoyant une partie des rayons cosmiques de lutter contre le « réchauffement climatique ».
Evergreen International Aviation jouit d’exemptions à la loi commune, qui sont annoncés publiquement sur leur site web. Elle peut voler n’importe où, sans avoir à respecter les règlements des couloirs aériens.

Les relations publiques d’Evergreen sont gérées par Philip Lader de WPP.  Lader a travaillé sous l’actuel chef de la CIA, Leon Panetta, ainsi qu’à la Maison Blanche, en tant qu’adjoint du cabinet de Bill Clinton. Philip Lader est un «familier de l’intérieur» qui fait autorité sur les affaires internationales et internes. Il est le Président non-exécutif du groupe WPP, conseiller principal auprès de Morgan Stanley International, et membre du conseil du think-tank RAND Corporation. Il est également chargé d’affaire de l’UC Rusal (la plus grande compagnie d’aluminium russe). Cette société n’est pas inconnue de nos lecteurs, qui se rappelleront quel est le jeune banquier très investi dans ce domaine aux côtés des oligarques russes.

Lader est ambassadeur à  l’ONU pour les affaires publiques transatlantiques et membre du conseil de la Fondation Rockefeller sur les relations étrangères. Philip Lader est un acteur clé dans la gouvernance mondiale.

Génocides et Petits Meurtres entre Amis

Si vous voulez entrer dans le détail et découvrir quelques meurtres sanglants d’initiés pris soudain de remords, il va falloir lire ces pages dans la langue de Shakespeare, qui vous révèlent quelques dessous de l’histoire. J’y reviendrai peut être une autre fois.

Témoignage d’un mécanicien de l’aviation civile

« Pour des raisons que vous comprendrez, je ne puis divulguer mon identité. Je suis mécanicien d’aviation pour une importante compagnie aérienne. Je travaille sur l’une de nos bases de maintenance située dans un grand aéroport. Je pense avoir découvert des informations que vous trouverez importantes.  D’abord je devrais expliquer la « hiérarchie » chez les mécaniciens. C’est important pour mon histoire et pour la cause à laquelle vous vous êtes consacré.
La mécanique exige de travailler sur trois choses. L’avionique, les moteurs, ou les commandes de vol. Les mécaniciens qui travaillent sur ces systèmes sont considérée en haut de la « hiérarchie ». Viennent ensuite les mécaniciens travaillant sur l’hydraulique et les systèmes de climatisation. Puis viennent ceux travaillant sur l’office et les autres systèmes non essentiels. Mais en bas même de la liste viennent les mécaniciens des systèmes de traitement des déchets. Aucun mécanicien ne veut travailler sur les pompes, les réservoirs, et les canalisations servant à stocker les détritus des toilettes. Mais dans chaque aéroport où j’ai travaillé il y avait toujours 2 ou 3 mécaniciens se proposant de travailler sur les systèmes des toilettes. Les autres mécaniciens les laissent faire de bon cœur. Pour cette raison vous n’avez que 2 ou 3 mécaniciens travaillant sur ces systèmes dans chaque aéroport. Personne ne prête beaucoup d’attention à ces types et aucun mécanicien ne fréquente un type, qui ne travaille que les systèmes de déchets. En fait, je n’avais jamais beaucoup pensé à cette situation jusqu’au mois dernier.
Comme la plupart des lignes aériennes nous avons des accords réciproques avec les autres lignes aériennes qui utilisent cet aéroport. Si elles ont un problème avec un avion, l’un de nos mécaniciens saura gérer le problème. De même si l’un de nos avions a un problème sur un aéroport où une autre ligne aérienne a une base de maintenance, elle retapera notre avion.

Un jour le mois dernier, j’ai été appelé de notre base pour travailler sur un avion d’une autre ligne aérienne. Quand j’ai reçu l’appel l’agent technique d’exploitation ne savait pas quel était le problème. En rejoignant l’avion, j’ai vu que le problème venait dans le système de traitement des déchets.

Je n’avais rien d’autre à faire que ramper dedans et arranger le problème. Quand je suis entré dans le compartiment je me suis rendu compte que quelque chose ne collait pas. Il y avait là-dedans plus de réservoirs, de pompes, et de canalisations qu’il n’en fallait. J’ai d’abord supposé que le système avait été modifié. Il y avait 10 ans que je n’avais travaillé sur l’un d’eux. Pendant que j’essayais de trouver le problème j’ai rapidement réalisé que la tuyauterie et les réservoirs supplémentaires n’étaient pas reliés au système de traitement des ordures. Je venais juste de découvrir ça quand un autre mécanicien de ma compagnie est venu.  C’était l’un des mécaniciens qui travaillaient d’habitude sur ces systèmes. J’ai été heureux de lui rendre son job. En partant, je l’ai interrogé sur l’équipement supplémentaire. Il m’a dit de « me préoccuper de ma partie d’avion et de le laisser se décarcasser avec la sienne ! »

Le jour suivant j’étais sur l’ordinateur de la compagnie pour rechercher un schéma de câblage. Pendant que j’y étais j’ai décidé de rechercher l’équipement supplémentaire que j’avais trouvé. À ma stupéfaction les manuels ne montraient aucun des équipements supplémentaires que j’avais vu de mes propres yeux le jour précédant. Je me suis même connecté aux dossiers du fabricant et n’ai toujours rien trouvé. À ce moment-là, j’étais vraiment déterminé à découvrir ce que faisait cet équipement. La semaine suivante nous avons eu trois de nos avions dans notre hangar principal pour l’inspection périodique. Il y avait des mécaniciens rampant partout dans l’avion durant ces inspections. Ayant juste fini mon poste, j’ai décidé d’aller voir le système des déchets sur l’un de nos avions. Avec tous les mécaniciens autour j’estimais que personne ne remarqueraient quelqu’un de plus sur l’avion. L’avion que j’ai choisi avait bien l’équipement supplémentaire !

J’ai commencé à suivre le tracé du système de canalisations, des pompes, et des réservoirs. J’ai trouvé ce qui semblait être l’unité de contrôle du système. C’était une boîte de commande d’avionique semblant standard sauf qu’elle n’avait aucune sorte d’inscription. Je pouvais retrouver les fils de commande de la boîte vers les pompes et les valves mais il n’y avait pas de circuit de commande entrant dans l’unité. Les seuls fils entrant dans l’unité étaient l’alimentation raccordée au principal bus de distribution de courant de l’avion. Le système avait un grand réservoir et deux plus petits. C’était difficile à dire dans le compartiment exiguë, mais il semblait que le grand réservoir pouvait contenir 50 gallons ( 190 litres ). Les réservoirs étaient reliés à un [dispositif de] remplissage et à une valve de purge qui traversait le fuselage juste derrière la valve de purge du système de détritus. Quand j’ai eu l’occasion de rechercher ce raccordement sous l’avion je l’ai trouvé ingénieusement caché derrière un panneau, sous le panneau servant à accéder à la vidange des déchets.
J’ai commencé à suivre la tuyauterie des pompes. Ces tubes mènent à un réseau de petites tubulures qui se terminent sur les rebords arrière des ailes et des stabilisateurs horizontaux. Si vous regardez de près les ailes d’un gros avion vous verrez un ensemble de fils, d’environ la grosseur de votre doigt, s’étendant du rebord arrière de la surface des ailes. Ce sont les mèches de décharge statique. Elles servent à dissiper dans l’air la charge d’électricité statique qui s’accumule sur l’avion en vol. J’ai découvert que les tubulures de ce mystérieux système mènent à une mèche de décharge statique sur trois. Ces mèches « avaient été évidées » afin de pouvoir être traversées par ce qui doit être déversé par les tubulures.

C’était pendant que j’étais sur l’aile que l’un des cadres m’a repéré. Il m’a ordonné de sortir du hangar, me disant que mon poste était fini et que je n’avais été autorisé à aucune heure supplémentaire. Les deux jours suivants étaient très occupés et je n’avais pas le temps de continuer mes recherches. En fin d’après-midi, deux jours après ma découverte, j’ai été appelé pour remplacer une sonde de température de moteur sur un avion devant décoller dans deux heures. J’ai fini le travail et suis retourné à la paperasserie.
Environ 30 minutes plus tard le haut-parleur m’a appelé pour que j’aille voir le directeur général. Quand je suis entré dans son bureau j’ai constaté que notre représentant syndical et deux autres que je ne connaissais pas m’attendaient. Il m’a dit qu’un problème sérieux avait été découvert. Il a dit que j’avais fait l’objet d’un procès-verbal et que j’étais suspendu pour avoir fait de fausses écritures. Il m’a remis un formulaire disciplinaire déclarant que j’avais fait de fausses écritures sur la sonde de température de moteur que j’avais installée quelques heures avant. J’étais sidéré et je commençait à protester. Je leur ai dit que c’était ridicule et que j’avais effectué ce travail. Le syndicaliste a alors pris la parole, recommandant d’aller jeter un coup d’œil sur l’avion et voir si nous pouvions tout arranger. C’est à ce moment que j’ai demandé qui étaient les deux autres hommes. Le directeur général m’a dit qu’ils étaient inspecteurs de la sécurité de la ligne aérienne sans me donner leur nom.
Nous sommes allés à l’avion, qui au lieu d’être en l’air, était garé sur notre rampe de maintenance. Nous avons ouvert le capot du moteur et le syndicaliste a retiré la sonde. Il a vérifié le numéro de série et dit à tout le monde que c’était l’ancien instrument. Ensuite, nous sommes allés à la baie des casiers où reviennent les pièces. Le syndicaliste a vérifié mon rapport et a tiré du casier une boîte scellée. Il a ouvert la boîte et a retiré la sonde de température de moteur avec le numéro de série de celle que j’avais installée. Il m’a été dit que j’étais suspendu pendant une semaine sans salaire et de partir immédiatement.

Le premier jour de ma suspension, j’étais assis chez moi me demandant que diable m’était-il arrivé. Ce soir-là j’ai reçu un coup de téléphone. La voix m’a dit : « Maintenant vous savez ce qui arrive aux mécaniciens qui fourrent le nez là où ils ne le devraient pas. La prochaine fois que vous commencerez à travailler sur des systèmes qui ne vous concernent pas vous perdrez votre travail. Comme il se trouve que je me sens chevaleresque, je pensent que vous pourrez retourner au travail bientôt » CLIC.
De nouveau je me suis relevé. J’ai déduit que ce qui était arrivé, était directement lié à mon relevé de la mystérieuse tuyauterie. Le matin suivant le directeur général m’a appelé. Il a dit qu’en raison de mon excellent dossier pour mon travail passé, la suspension avait été réduite à un jour et que je devais me présenter immédiatement au travail. La seule chose à laquelle je pouvais penser était qu’est-ce qu’ils essayaient de cacher et qui sont-ILS ! Ce jour de travail s’est passé comme si rien n’était arrivé. Aucun autre mécanicien n’a mentionné la suspension et mon syndicaliste m’a dit de ne pas en parler. Cette nuit-là je me suis connecté sur Internet pour essayer de trouver quelques réponses. Je ne me rappelle pas maintenant comment j’y suis arrivé, mais j’ai trouvé votre site. C’est alors que tout est venu ensemble. Mais le matin suivant au travail j’ai trouvé une note à l’intérieur de mon casier verrouillé. Elle disait, « La curiosité a tué le chat. Ne regardez pas les sites Internet qui ne vous concernent pas. » Eh bien c’est ça. ILS me surveillent.

Eh bien vous savez déjà ce qu’ils font. Je ne sais pas ce qu’ils pulvérisent mais je peux vous dire qu’ils le font. Je me dis qu’ils utilisent les « camions de douceurs ». Ce sont les camions qui vident les réservoirs de détritus des toilettes. Les aéroports sous-traitent habituellement ce travail et personne ne s’approche de ces camions. Qui voudrait se tenir à côté d’un camion plein de m—e. Pendant que ces types vident les réservoirs de détritus ils remplissent les réservoirs du système de pulvérisation. Ils connaissent le chemin de vol des avions, ainsi ils programment probablement l’unité de commande pour commencer à vaporiser au bout d’un certain temps après que l’avion ait atteint une certaine altitude. Les becs de pulvérisation dans les fausses mèches de décharges statiques sont si petits que personne dans l’avion ne verra le truc.
Dieu nous vienne en aide »

Désinformation et manipulation

Ce site hispanisant explique comment la désinformation supra-gouvernementale désamorce les polémiques des blog en mélangeant des images d’épandeurs civils, agricoles et militaires voire des pompiers de l’air .. laissant les blogueurs s’enferrer sur ces photos avant de les ridiculiser en donnant la nature réelle de ces équipements.

 
100 commentaires

Publié par liesiletter le 4 décembre 2012 dans Non classé

 

Et quid des cycles économiques aujourd’hui ?

schemacrisereprisef2ic

Agefi – Au cours des 50 dernières années, nous avons traversé 8 récessions et de manière classique l’économie a été relancée par des baisses de taux.

Cette récession est différente, c’est la reprise la plus faible alors que les moyens de stimulus sont les plus importants jamais mobilisés.

Cela va en effet faire 4 ans que le taux des Fed Funds n’a pas été modifié, c’est la période la plus longue depuis les années 50 ; parallèlement à cette politique de taux quasi 0, les banques centrales mènent des politiques quantitatives complètement atypiques.

Et l’une des difficultés du moment réside dans le fait que les courbes sont tellement manipulées par les banques centrales qu’il n’est plus possible d’y lire des informations comme on pouvait le faire durant ces dernières décennies. [...]  (Source)

Et si la sortie de cette récession ‘différente’ des autres… n’avait rien à voir avec les schémas précédents ?

 
28 commentaires

Publié par liesiletter le 4 décembre 2012 dans Non classé

 

La crise actuelle doit servir des intérêts supranationaux

Quand Gordon Brown fut Premier ministre britannique, d’aucuns l’ont comparé au Premier ministre fabien de la Grande Bretagne des années 1920 et 30, Ramsay McDonald. Ce dernier mit en place un gouvernement d’unité ouvertement corporatiste.

gordonbrownlefigaroSous le mandat politique de Gordon Brown, ses supérieurs imposèrent une politique visant à mener différentes intrigues pour sauver, coûte que coûte, les refuges financiers offshore et renforcer le FMI afin de mettre en œuvre une dictature monétaire mondiale. La crise de 2008 commençait à peine…

Dans un discours prononcé devant les Nations unies le 26 septembre 2008, Gordon Brown dévoila le plan pour sauver le cadavre du système de taux de change flottants. Rejetant tout retour au protectionnisme, il réclama une structure corporatiste globale, ou ce qu’il appela des collègues internationaux pour chacune des plus grandes institutions financières, destinées à ôter le pouvoir aux gouvernements souverains pour le confier à de nouvelles entités supranationales. Par la suite, Gordon Brown peaufina son plan, proposant de faire du FMI une agence dictatoriale, à laquelle les nations verseraient un tribut annuel sous forme de cotisations.

Rappelons que par souci de l’intérêt national, Gordon Brown dilapida les réserves d’or de la Grande Bretagne, juste avant le début de l’envolée des métaux précieux.

Le cabinet fantôme britannique

Dans la perspective du début de crise majeure nécessaire à la réforme du monde et ouvrant la voie à une période de soumission des Etats nations au ukases des entités supranationales, Gordon Brown a contribué à la création du Conseil économique national (NEC). Cela fut fait le 3 octobre 2008. Ce jour-là, le bureau londonien du Premier ministre publia un communiqué de presse annonçant la formation d’un Conseil économique national (NEC), baptisé le ‘cabinet de guerre économique’ par les initiés à Londres. Il a son quartier général dans la salle de guerre du 10 Downing Street, qu’il partage avec l’ultra-secret comité Cobra, qui prend les décisions en matière de sécurité nationale.

Le président du NEC fut donc le Premier ministre Gordon Brown, son adjoint étant le chancelier de l’Echiquier, Alistair Darling. En sont membres dix-huit ministres et secrétaires d’Etat dont le portefeuille concerne l’économie et les affaires. On y trouve David Miliband, lord Peter Mandelson  et lord Paul Myners, le ministre de la City (un ancien de Rothschild et du Guardian Media Group, qui est considéré comme l’architecte du récent plan de renflouent des banques britanniques).

Or, fidèle à la tradition britannique de pouvoir oligarchique privé, le NEC fonctionne via un réseau d’ambassadeurs commerciaux, comprenant les PDG de tous les grands groupes financiers, industriels et de matières premières de la City – Barclays, Lloyds TSB, Standard Chartered, la Bourse de Londres, BAE Systems et Rio Tinto.

Dernier numéro de LIESI – 30 novembre 2012

 
50 commentaires

Publié par liesiletter le 3 décembre 2012 dans Non classé

 

Club de Rome, Trainées blanches dans le Ciel & HAARP

CJ_napoleon-3,5cmPar Menthalo – Certains voudraient vous faire croire que les trainées blanches qui strient le ciel sont la condensation de l’eau contenue dans l’air après passage dans les turbines d’un avion. C’est un pur mensonge, mais qui est parfois véhiculé par des personnes de bonne foi. Ces traînées blanches sont un mélange d’huile, de poudre d’aluminium et d’autres éléments, répandus par des avions dans le but créer un vaste film protecteur au dessus des zones habitées. Ce film a d’autres fonctions, comme nous le verrons plus loin.

chemtrail

En novembre 1965, une étude américaine publiée par la Maison Blanche parlait déjà de réchauffement climatique sous prétexte de CO2 et évoquait déjà la possibilité d’ensemencer le ciel avec de l’aluminium pour former un bouclier thermique. Elle évoque aussi la possibilité de créer un bouclier thermique marin (Page 127), dont le coût est évalué à 500 millions de dollars par an (17 milliards de $/an aujourd’hui), un investissement raisonnable au niveau mondial.

En 1968, est créé le « Club de Rome » sur l’une des propriétés des Rockefeller en Italie. La famille est alors à l’apogée de sa puissance. Le Club de Rome, qui réunit des scientifiques, des économistes, des industriels et des responsables gouvernementaux de près de 53 pays, va étudier les problèmes futurs de notre Terre liés au développement prévisible de notre société. C’est dans ce cénacle, que vont naître un certain nombre de lignes directrices, qui vont progressivement formater notre société: contrôle des naissances, pollution, eau, climat, etc…  et toute la politique de désinformation ou de manipulation des masses qui va avec. C’est au Club de Rome qu’a été conçu le traité de Kyoto, la taxe carbone et le hoax médiatique du réchauffement climatique.

Dès la fin du XIXe siècle, les astrophysiciens vont évoquer la présence d’un corps céleste inconnu, dont la présence est détectée du fait de son interaction magnétique sur les autres corps célestes aux confins de notre galaxie. Au début du XXe, Percival Lowell va appuyer cette théorie. La découverte de Pluton en 1930 va d’abord satisfaire les savants, mais très vite ils vont se rendre à l’évidence: sa taille est trop petite pour correspondre à la planète mystérieuse. L’amélioration des techniques, tant spatiales, qu’électroniques ou astronomiques, vont peu à peu certifier cette thèse. Dans les années 70, le Professeur Robert Harrington de l’Observatoire de Washington va diriger les recherches astronomiques sur cette dixième planète inconnue. Sur son impulsion, le Jet Propulsion Laboratory (filiale commune de la NASA et de Caltec) va lancer un programme spatial pour vérifier cette réalité. En 1982, deux satellites « pioneer » sont lancés dans l’espace pour essayer de cartographier notre galaxie par triangulation, tout en vérifiant la théorie des astrophysiciens. Les données recueillies par ces satellites vont confirmer l’existence de cette planète inconnue. Pour en savoir plus, la NASA envoie alors de nouveaux satellites astronomiques à infrarouges, « IRAS », dont les données sont non seulement restées secrètes, mais l’ensemble du programme devient alors tabou.

Pour revenir à la fin des années 70, un journaliste, Sitchin, féru d’archéologie va écrire un livre sur la Douzième Planète, dont le cycle dure 3600 ans, Nibiru pour les Mésopotamiens, Némésis pour les Grecs. Son livre en forme de thèse prétend décrypter les tablettes cunéïformes parlant de la création du monde, du règne de ces dieux venus du Ciel et qui ont ensemencés la Terre. Autant de sujets prêtant à polémiques, vous le comprendrez aisément, mais passionnant néanmoins. Une fois recueillies et décryptées les données des satellites « Pioneer », Sitchin a enregistré un interview télévisé avec Robert Harrington. C’était le 30 août 1990. Harrington félicite Sitchin pour ses recherches et lui annonce qu’il avait raison ou qu’ils avaient tous deux raison. Cette planète existe réellement. Elle fait environ 2,5 fois la taille de la Terre, son orbite très excentrique a un cycle de 3600 ans et elle se déplace vers le centre de notre système solaire. Harrington est mort 3 ans plus tard d’une maladie que certains jugent suspecte. Après sa mort, la communication sur la Dixième Planète a changé. La NASA est devenue une tombe et ses services ont progressivement retiré de la consultation libre de plus en plus de données ou de relevés en temps réel, jusqu’alors ouverts au grand public. Cette politique s’est accentuée ces 3 dernières années. Aujourd’hui, la plupart des astrophysiciens s’en tiennent au discours officiel.

Tous les faits et déclarations ci-dessus sont indubitables. Cette planète a traversé la « ceinture Kuiper » et était à proximité de Pluton, il y a déjà 4 ans. Information reprise récemment par le daily-mail 

Imaginez qu’un objet céleste d’une très grande taille s’approche du centre de notre galaxie. Sa masse et sa force d’attraction va perturber l’équilibre millénaire, qui régit la gravitation des planètes entre elles et notre soleil. La Terre elle même doit en être affecté de différentes manière: déplacement du pole magnétique vers l’Est, déchirure du bouclier thermique, réchauffement de l’écorce terrestre et du magma, d’où une accélération des mouvements des plaques tectoniques, …

Dans un tout autre domaine, en décembre 1974, Howard Benedict de l’Associated Press écrivait un article sur la « guerre météorologique » intitulé « Le climat, une arme secrète ?« . Si un journaliste sort un rapport sur le sujet, c’est que ces armes sont à l’étude depuis plusieurs décennies tant au Pentagone que dans son équivalent soviétique et que malheureusement, elles sont déjà secrètement à l’œuvre sans que les masses ne s’en doutent un seul instant. C’est tellement vrai, que lors de la Conférence de Genève sur le désarmement, le texte qui est proposé en août 1975 mentionne l’interdiction de « déclencher des avalanches, de réveiller des volcans, de provoquer des séismes ou des tsunamis, d’exploiter militairement l’énergie des éclairs, de diriger des tornades vers des cibles stratégiques, faire fondre la banquise pour inonder les côtes, changer la direction des rivières, générer des brouillards, de la grêle ou de la pluie ou délibérément détruire des portions de la couche d’ozone. » C’était il y a quarante ans ! Mais ces recherches découlent des travaux de Nicolas Tesla, ce génie né en 1856 et mort en 1943. Un précurseur, qui a inventé les principes de toutes les armes secrètes d’aujourd’hui, développées et utilisées par toutes les grandes puissances. Dans ce rapport, Howard Benedict parle déjà de « la possibilité d’ensemencer l’atmosphère à plusieurs milliers de km d’une région donnée pour y provoquer de terribles sécheresses ».

En 1991, Hughes Aircraft Company dépose un certain nombre de brevets, notamment pour « ensemencer la stratosphère » avec de la poudre d’aluminium pour diminuer le réchauffement climatique et les rayonnements solaires… Diffusés en haute altitude par des avions, si vous prenez le temps de les observer, ces trainées étroites au départ, vont être progressivement étalées par les vents, pour former au bout de quelques temps, un film continu, une sorte de voile, que la plupart des gens ne remarquent même pas.  US PATENT 5003186    Vous pouvez constater que ce brevet est réel. Voilà un autre lien http://www.scribd.com/doc/4296843/US-Pa … -aluminum-
De nombreux brevets sont liés à ce procédé, ils entrent plus dans le détail des diffuseurs, du carburant, ou du mélange répandu dans le ciel. Depuis 20 ans, ces chemtrails (trainées chimiques) rayent le ciel et polluent l’air, l’eau et la terre. En regardant un vieux film à la télévision, vous pouvez le dater à la pureté du ciel, avant ou après 1991. Sur l’image ci-dessous prise de ma fenêtre le 26 décembre 2009, on voit très nettement les ratés du diffuseur de l’une des trainées et le démarrage de l’autre en plein ciel. Si ces trainées étaient dues à la condensation au sortir des réacteurs, elles seraient continues et uniformes.

chemtrail-rates

Dans un premier temps, ces trainées seront expérimentées strictement par des avions militaires. Il y a des sites spécialisés, qui montrent avec des téléobjectifs de grande puissance ces avions sous différents angles et l’épandage de ces chemtrails, mais ce n’est pas le sujet, très largement traité ailleurs. Aujourd’hui, de très nombreux avions de ligne sont équipés de diffuseurs. Il faut croire que l’opération est rentable pour les compagnies aériennes, sinon nos ciels resteraient d’azur. La question que l’on peut se poser, que l’on DOIT se poser, est quelle est la part de cette voute créée au-dessus de nos têtes destinée à :

A) nous protéger d’attaques d’ondes VLF d’une puissance « amie » ou ennemie (comme les tempêtes de décembre 1999, par exemple, qui était une attaque américaine pour imposer les OGM au gouvernement Jospin. Merci Monsanto).

B) nous protéger des radiations solaires et cosmiques naturelles, beaucoup plus fortes depuis la déchirure de la thermosphère naturelle, nous évitant ainsi d’être grillés comme des homards.

C) au contraire, cette voute réfléchissante sert-elle au contrôle des masses par une manipulation permanente des esprits, le « Mind Control »…

Evidemment chaque sujet mériterait d’être amplement développé, mais chaque lecteur est libre de faire ses propres recherches, pour essayer de comprendre et de se faire sa propre opinion. Le fait est là. Cet épandage permanent d’un film d’aluminium réfléchissant au dessus de nos têtes, qui est très dangereux pour vos bronches, votre système nerveux et votre santé en général, devrait vous amener à y réfléchir plutôt deux fois qu’une. Je ne vais pas vous apporter la réponse parce que je ne l’ai pas. Le monde n’est pas tout blanc mais il n’est pas tout noir non plus. Je pense que ce bouclier thermique de substitution pourrait être un mal nécessaire, mais qu’il est utilisé par les forces obscures qui le détournent pour d’autres usages.

H.A.A.R.P.

Ce système est connu de la plupart d’entre vous, les autres n’ont qu’à faire quelques recherches pour en connaitre les bases. Le premier brevet américain a été déposé le 11 août 1987 par Bernard Eastlund sous le numéro 4 686 605. Il est intéressant de découvrir que Eastlund a été financé par ARCO, une compagnie pétrolière américaine, à l’origine de la découverte de l’immense gisement pétrolifère de Prudhoe Bay en Alaska… celui-là même où Lindsey Williams a travaillé dans les années 70. Le Monde est petit. Tout petit, puisque ARCO va investir dans LUKOIL à la chute de l’URSS et que la chaine de stations-services ARCO est vendue à BP en 2000.

Les brevets de HAARP, propriétés de « Advanced Power Technologies INC », filiale de ARCO, sont vendus avec la société APTI à « E-Systems » en 1994, une société sous contrat de la CIA et du Ministère américain de la défense.  E-Systems va être rachetée par « Raytheon Corporation », l’une des plus grosses sociétés dans le domaine du renseignement. Sur cette page, vous trouverez les liens intimes entre ces industriels du pétrole, de la guerre, des semences avec les hommes politiques US.

HAARP-inventaire

Nous savons depuis longtemps, qu’il existe une base américaine en Alaska et une autre russe en Sibérie, mais ce que j’ai découvert récemment, c’est que ces bases ont été multipliées et qu’il existe aujourd’hui des relais un peu partout aux Etats Unis, mais aussi ailleurs dans le Monde. (voir ces videos en anglais à ce sujet) Ces relais permettent de travailler très finement tant dans la manipulation du climat, le trajet des tornades, les pluies diluviennes ou les sécheresses, que dans le « mind control », car je ne crois pas que ces relais servent à créer un dôme magnétique de protection à la manière de Tusla. Malheureusement, ces technologies sont détournées par quelques groupes de nazillions ploutocrates, pour gagner plus de pouvoir. D’évidence, hélas, leurs objectifs sont de réduire la population de la planète de différentes manières. Les désastres agricoles successifs d’une année sur l’autre aux Etats Unis, en Russie, en Amérique du Sud et en Australie pour ne citer que ceux-là montrent les moyens que ces monstres ont l’intention d’utiliser pour réduire les populations. Attendez-vous à entendre parler de terribles famines dans les années à venir, en espérant que vous n’ayez pas à les subir, vous mêmes.

Le « Club de Rome » dont je vous parlais en introduction, est présenté par les médias comme une assemblée œuvrant pour le bien de l’humanité. Al Gore en fait partie. En tant que vice-président des Etats Unis, il a été officiellement en charge de coordonner les efforts internationaux pour remédier au fameux « Bug de l’An 2000″, un hoax planétaire qui a bénéficié aux fabricants américains d’ordinateurs et de logiciels. Puis, il a quitté officiellement toute fonction politique pour promouvoir le film « une vérité qui dérange », se faire le chantre du hoax planétaire du « réchauffement climatique » en cherchant à imposer la taxe carbone, alors même que dans le même temps, il était l’un des principaux actionnaires de la Bourse du Carbone aux USA. Al Gore est un des membres éminents du Club de Rome. Il a reçu le prix Nobel peut être pas pour avoir sauvé le monde du bug de l’An 2000, mais pour avoir essayé de le sauver au sujet du climat.

Nicolas Sarkozy sera t’il lui aussi récompensé pour ses efforts à ce sujet au sommet de Copenhague, qui fut une magnifique claque dans la gueule de ces Messieurs ? Décidément, NS aura été très actif sur beaucoup de dossiers honteux comme la « Pandémie mondiale de H1N1″, « l’Afghanistan », « le réchauffement », « le printemps arabe », la « Syrie », « l’Or de la France »,  etc. Le bon petit soldat sera certainement amplement récompensé par ses maîtres …

WWIII

Journalistes et blogguers évoquent de manière récurrente le déclenchement imminent de la troisième guerre mondiale, tenant leurs lecteurs en haleine et entretenant la peur d’une guerre nucléaire.

La Guerre Mondiale a été déclenchée il y a très longtemps. Elle ne ressemble pas aux guerres de tranchées de 14-18, ni à la Blitz Krieg de 39-40 ou au carpet bombing chère aux américains en 44-45. Elle est multiforme, insidieuse et permanente.

Guerre Financière avec la création de produits financiers extrêmement destructeurs, qui ont ruiné la plupart des banques occidentales, ruiné les administrations, les régions et les états avec la complicité active et passive de réseaux de l’intérieur…

Guerre monétaire, incompréhensible pour les masses et pour la plupart des observateurs. Pourtant, celle-ci fait rage en ce moment même.

Guerre climatique  monstrueuse avec une escalade permanente entre les belligérants, utilisant toutes les techniques pour arriver à leurs fins (Tempêtes, Tsunamis, Déluges, Sécheresses, Tornades, Ouragans, séismes, … )

Guerre électronique et Cyber-wars à tous les niveaux. Il y aurait des milliers d’attaques chaque jour dans tous les domaines. Piratages, mais aussi virus informatiques, qui vivent leur vie propre et frappent désormais à l’aveugle.

Guerre bactériologique (SRAS, H1N1, H5N1,…) mais aussi rouille noire des blés ou autres pour imposer ses semences ou ses traitements.

Quand verrez-vous dans les médias dominants des articles écrits par un correspondant de guerre, décrivant ces batailles terribles et ruineuses  pour ce qu’elles sont ? Non, il ne faut pas réveiller les masses laborieuses. Ensuite, il est difficile de dénoncer l’ennemi, car il est souvent au milieu de nous. Ce sont des financiers et des industriels, gérant des empires tentaculaires, comme nous l’avons vu dans d’autres dossiers. Ils sont au-dessus des frontières, au dessus des lois et le plus souvent au dessus des gouvernements.  Nous ne pouvons que compter les points en cherchant à mettre les nôtres un tant soit peu à l’abri.

Cette  carte, montre que 27 stations américaines sur 28 sont en action pour diriger l’Ouragan Sandy vers NY. Guerre intérieure comme lors du 11 septembre ou entente générale autour d’un scénario commun ?

Vous trouverez en suivant ce lien une attaque équivalente qui a eu lieu sur la côte ouest la semaine dernière et qui a entrainé des orages extraordinaires, mais dont le tonnerre (ou le son du canon) n’a pas résonné jusqu’à nous. Ces apprentis sorciers semblent ne jamais s’arrêter. Depuis   »El Nino », que l’on vous a présenté comme un phénomène naturel, et tous ses Fukushima plus ou moins médiatisés, ces « apprentis sorciers » de l’Est et de l’Ouest sont en pleine escalade, sans maîtriser une seconde les modifications de la terre, qu’ils engendrent sur le Long Terme.

La fonte des glaces du pôle ne doivent rien au hasard. Ces fous furieux organisent ce réchauffement localisé pour avoir accès plus facilement à des ressources jusqu’alors inexploitées. L’appât du gain est leur seul moteur. Peu leur importe que la fonte des glaces va entrainer une hausse du niveau des océans et l’inondation des côtes où vivent une forte proportion des habitants de la planète. Au rythme où vont les choses, mieux vaut ne pas investir dans les zones basses de nos côtes ou de nos estuaires, votre fortune serait vite dans le lac. Souvenez vous que Marie Julie conseillait d’être à plus de 50 km des côtes. Les inondations du littoral de Vendée en 2010 montrent que nous nous rapprochons des événements annoncés.

Carpe Diem

HAARP-Sandy

 
109 commentaires

Publié par liesiletter le 3 décembre 2012 dans Non classé

 
lass="post-11554 post type-post status-publish format-standard hentry category-non-classe">

SANTE : Fin du Monde le 14 décembre

CJ_napoleon-3,5cmPar Menthalo – SANTE : Les compléments alimentaires, la médecine douce, et toutes les solutions alternatives aux poisons officiels imposés par BigPharma, le lobby des laboratoires, vont être muselés dans deux semaines. En effet, le 14 décembre prochain, les nouvelles règles européennes sur les allégations santé entrent en vigueur. Les petits laboratoires comme Eau Positive vont devoir revoir toute leur politique de communication. C’est la Fin d’un monde.

Il ne sera plus possible d’écrire que l’Argent Colloïdal par un simple gargarisme va soigner l’angine, qu’un antibiotique mettrait 3 jours à soigner… qu’il va éradiquer ces infections urinaires, qui font tant souffrir nos compagnes et que les produits proposés par les Grands Laboratoires ne soignent plus… qu’il rend le sommeil aux insomniaques … que c’est le plus extraordinaire des cicatrisants (tant pour la peau que pour les os)… qu’il combat l’acné comme aucun produit officiel… En pulvérisation, il soulage les bronchites chroniques.

Déjà, il était interdit d’en parler comme d’un médicament miracle ou comme complément alimentaire permettant de prévenir la maladie, plutôt que de la soigner… Désormais, il ne sera plus possible que de vanter ses caractéristiques bactéricides, virucides et fongicides qu’en tant que désinfectant ménager.  Néanmoins, rien n’empêchera le client, d’utiliser ce « désinfectant ménager » pour essayer de soigner son Hépatite C, sa tuberculose, ses aphtes buccaux ou ses vilains abcès. Il sera évidemment interdit de citer  la « rémission temporaire » de tel ou tel cancer, d’une sclérose en plaque ou d’une tuberculose.

Hopital

BigPharma avait entamé une campagne cet été avec l’aide de quelques sommités de la faculté de médecine de Suède, dénonçant le fait que les colloïdes d’argent ou les nanoparticules d’argent envahissaient la thérapeutique hospitalière aujourd’hui. Ils servaient à la fois à filtrer l’eau et l’air des cliniques et hôpitaux, mais on les utilisait aussi sous différentes formes pour soigner les grands brûlés, les escarres des grabataires, les blessures des urgences ou les bactéries résistantes aux antibiotiques et notamment toutes celles qui prolifèrent dans les hôpitaux, à l’origine des maladies nosocomiales. On retrouve l’argent dans les cathéters, les valves cardiaques, les sutures, les savons et désinfectants, etc. Le Professeur Asa Melhus du Département de microbiologie clinique au C.H.U d’Uppsala en Suède, et le Professeur Lars Hylander du département des sciences de la Terre, de l’Air et de l’Eau de la même université suédoise, ont co-signé un document mettant en garde des risques que fait courir l’argent-métal dans ses multiples utilisations actuelles.

Ce qui est amusant, c’est que ce qui semble au premier abord une attaque en règle contre l’Argent Colloïdal en fait le panégyrique, listant ses victoires et réussite en médecine. (voir le document en anglais)

L’argument de choc final étant que cette utilisation grandissante de l’argent amenait un risque pour notre organisme d’augmenter les métaux lourds et leurs éventuelles pathologies propres. Mais si vous faites une recherche sur les Métaux Lourds, vous constaterez que l’aluminium est omniprésent dans les vaccins et pire encore dans les chemtrails et quoique reconnus pour sa dangerosité, n’est pas éradiqué des produits des laboratoires agréés. Si vous faites une petite étude (ici ou  ) sur la dangerosité réelle de la plupart des vaccins produits par les laboratoires pharmaceutiques, ces Messieurs mériteraient plusieurs fois la perpétuité pour tentative de génocide. Consultez aussi cette page pour voir comment éliminer les métaux lourds, vous verrez que l’argent n’y est pas cité.

Les liens intimes entre les Laboratoires, le Cartel des Pétroles, les Banques et nos gouvernements ont ils jamais été plus évidents que lorsque Sarkozy a vendu au Mexique un laboratoire Sanofi-Pasteur, pour fabriquer des vaccins H1N1 quelques mois seulement avant la fameuse pandémie mexicaine ?… sans même évoquer comment le gouvernement de l’époque avait acheté massivement des vaccins, aux laboratoires. Ceux qui ont courageusement dénoncé l’extrême nocivité de ces vaccins, je pense à Rauni Kidle, ministre de la santé de Finlande à la Ministre de la santé polonaise, Ewa Kopacz ,  Jane Burgermeister et les blogs, ont fait échec à cette gigantesque forfaiture des gouvernements. Cela s’est passé il y a seulement 3 ans et tout le monde semble l’avoir oublié.

C’est en cherchant comment  protéger mes proches du H1N1 en 2009, que j’ai acheté de quoi fabriquer de l’Argent Colloïdal. Ce n’est que parce que certains amis et relations du web m’en ont demandé pour soigner d’autres pathologies, que j’ai commencé à en commercialiser à très petite échelle 18 mois après, bien avant de créer la boutique de vente sur internet.  Ce que je vous recommande, c’est de chercher dès aujourd’hui toute la documentation disponible sur les médecines alternatives, car dans deux semaines, elle aura été éradiquée du web. Ce n’est évidemment pas la Fin du Monde, mais la fin d’un monde. Notre espace de liberté aura diminué d’un cran de plus.

 
91 commentaires

Publié par liesiletter le 2 décembre 2012 dans Non classé

 

La ‘prophétie’ de Joseph de Maistre sur le devenir des nations

demaistre

Joseph de Maistre (1753-1851), qui avait été franc-maçon mais qui sortira de la Maçonnerie, avait écrit à son ami le vicomte de Bonald :

« Jusqu’à présent les nations ont été tuées par conquête, c’est-à-dire par voie de pénétration ; mais il se présente ici une grande question : une nation peut-elle mourir sur son propre sol, sans transplantation, ni pénétration, uniquement par voie de putréfaction, en laissant parvenir la corruption jusqu’au point central et jusqu’aux principes originaux et constitutifs qui font ce qu’elle est ? »

Que dirait de Maistre aujourd’hui ?

 
127 commentaires

Publié par liesiletter le 1 décembre 2012 dans Non classé

 

Des risques considérables sur le bilan de la BNS

bns

Depuis plusieurs mois, quelques sources expriment leurs inquiétudes quant à la réputation de la Suisse sur de nombreux points. Aujourd’hui, ce n’est plus le sujet du secret bancaire qui est mis en avant, mais la politique monétaire de la banque centrale dont les dirigeants achètent de l’euro pour éviter au franc suisse de s’envoler contre la monnaie européenne. Rappelons que cette stratégie fut mise en œuvre le 6 septembre 2011 avec un taux de change plancher à 1,20 franc suisse pour un euro.

Le plus intéressant est que l’avertissement vienne de Thomas Jordan, l’actuel président de la Banque Nationale Suisse (BNS), s’exprimant devant la société d’économie publique du canton de Berne : l’accumulation des réserves étrangères liées à la stratégie de défense du franc suisse fait peser des risques considérables sur le bilan de la Banque centrale helvète.

Le tout est en effet de savoir s’il est judicieux de se gaver d’euros dans le contexte futur d’implosion de la zone euro, probablement par des révoltes sociales traduites, dans le langage mélenchoniste de l’Internationale, par : guerres civiles ? L’armée suisse hyper équipée et l’éventualité d’une fermeture des frontières du pays avec ses voisins correspondent-ils à une plan B ?

 
64 commentaires

Publié par liesiletter le 30 novembre 2012 dans Non classé

 

Les Turcs poursuivent un troc intelligent avec l’Iran

turquieiran

Au cours des six derniers mois, l’Iran est parvenu à se soustraire à une partie des sanctions américaines par l’importation d’or de Turquie en échange de plusieurs milliards de pétrole vendu. L’un des officiels turcs a parlé de « succès en matière de troc » entre la Turquie et l’Iran. Voilà la réponse à ceux qui s’interrogeaient sur les raisons pour lesquelles les exportations d’or, et tout particulièrement de lingots, de Turquie, sont devenues si importantes en direction de Téhéran.

CNN écrit : selon les statistiques du gouvernement turc, l’Iran a importé des milliards de dollars d’or de la Turquie depuis mars dernier, époque où les mollahs ont été éjectés du système SWIFT.

En fait, les exportations de lingots d’or ont commencé à exploser dès le mois d’avril. Cette hausse dépasse les 400% par rapport à l’année précédente.

gold0En réalité, il y a eu beaucoup de spéculation sur la manière dont l’or est transféré de la Turquie vers l’Iran, mais d’aucuns assurent que le sujet implique également les Emirats arabes unis. « Il est vrai que Dubaï a toujours été la plus importante porte d’entrée économique vers l’Iran », précise un analyste américain. De manière générale, l’on dit que cet or est  transféré par sacs de 50 kilos, qui est la limite de transfert autorisé de Turquie. « Tous ces transferts ressemblent à un film de James Bond. Vous avez des personnages avec des valises noires transportant l’or », a commenté Behzad Yaghmaian, économiste américano-iranien à Ramapo College.

Bien évidemment, les autorités turques vont s’attirer les foudres des ténors américains à la solde des sionistes, mais ne sommes-nous pas dans la période des grandes alliances ? Et les discussions en vue du prochain conflit mondial ne se font certainement devant les grands médias.

Le jeu opéré par la Turquie s’explique par des considérations plus singulières qui furent mises en évidence dans le numéro 264 de LIESI, et qui ont un rapport évident avec le contexte religieux de la prochaine explosion du Moyen Orient.

 
30 commentaires

Publié par liesiletter le 30 novembre 2012 dans Non classé

 

Economie chinoise : un point d’interrogation pour les prochains trimestres

Un analyste de Citigroup anticipe une chute des prix du pétrole

Yellow Submarine : la Chine en plongée

Drôle de fin d’année

La publication des derniers chiffres du chômage doivent être une source d’inquiétude tandis que le nombre de Français qui s’expatrient augmente à une cadence impressionnante. Pour le chômage en France, c’est le dix-huitième mois consécutif de progression !

statchomageide102012.jpg?w=645

Hasard du calendrier, c’est ce même jour que le syndicaliste François Chérèque doit quitter la direction de la CFDT, qu’il dirige depuis dix ans.

Sale ambiance… Même l’OCDE est de la partie avec de sombres prévisions économiques pour la France et l’assurance que la courbe du chômage va poursuivre sa progression pour se stabiliser à 11,25 % à la fin de 2013. C’est loin… mais il faut bien donner de l’espoir. Nous sommes encore dans une projection optimiste ! L’OCDE met en cause non seulement la très faible croissance, mais surtout la faible marge bénéficiaire des entreprises et le niveau élevé de leur endettement. L’OCDE vise une expansion de + 0,3 % en 2013 avant une reprise à + 1,3 % en 2014, alors que le gouvernement n’en démord pas et vise une croissance de + 0,8 % l’an prochain.

bce.jpg?w=300&h=130Dépassant le cadre de la France dans ses projections, l’OCDE prévient que l’économie pourrait replonger dans la récession si les projections concernant la zone euro ne sont pas au rendez-vous. Malheureusement, l’OCDE n’a pas de solution : il est conseillé à la BCE de baisser encore ses taux, de donner un message fort au Marché comme quoi les banquiers centraux poursuivront une politique très accommodante pour de nombreux mois. L’institution assure que l’inflation va décliner encore. Pour les Etats-Unis, ce sont là aussi les même « solutions » recommandées: une politique encore plus agressive d’assouplissement quantitatif de la Fed.

Bref, ils n’ont AUCUNE SOLUTION autre que celle souhaitée par des intérêts financiers supérieurs cherchant à réaliser la perestroïka de notre modèle de société..

nibiru0.jpg?w=300&h=242Dans le même temps, les sectes de l’Apocalypse font de plus en plus d’adeptes. On sait à ce jour que l’affaire Nibiru est un montage. Reste à savoir qui se trouve derrière et qui a intérêt à rendre crédible une grande catastrophe fin décembre 2012. Est-ce simplement, comme le dit Eric Taladoire, professeur d’archéologie précolombienne à la Sorbonne, une instrumentalisation à des fins mercantiles ? On le saura bientôt.

Plus généralement en Europe, les reportages mettent en avant le problème de la crise qui touche l’Allemagne et où le fossé entre riches et pauvres s’accentue. En attendant, si le gouvernement français estime nécessaire de serrer la ceinture de ses contribuables, on va encore trouver quelques centaines de millions, on parle même de 1 milliard d’euros pour la banque DEXIA

 
47 commentaires

Publié par liesiletter le 28 novembre 2012 dans Non classé

 

Vers un contrôle de l’Internet ?

internet-mobile.jpg?w=645Les onusiens souhaiteraient travailler sur un nouveau traité en matière de communication. Comme c’est souvent le cas, les directives viennent de l’Oncle Sam qui a toujours la bonne idée au temps opportun. Les onusiens veulent suivre la voie tracée par le président américain et soutenu par le Congrès en s’attaquant à la liberté d’Internet. Cette volonté de légiférer la censure éviterait bien évidemment à certains de calomnier et dire n’importe quoi parce qu’ils ont la haine dans le ventre, mais aussi de tirer dans le tas. Voyons dans cette manière de faire la certitude que les organisations supranationales nous préparent bien le monde de rêve que les gouvernements promettent à chaque élection. Non, cela n’ira pas mieux demain ! mais sûrement après-demain.

« Internet, explique Allain Jules, c’est quand même 40.000 réseaux d’interconnexion entre 425.000 itinéraires mondiaux, ce qui permet à plus de deux milliards de personnes à travers le monde, de diffuser des messages et autres contenus numériques. Internet c’est aujourd’hui, près de 500.000 nouveaux utilisateurs par jour… »

Ces données permettent de mesurer l’ampleur des enjeux pour les mondialistes.

Beaucoup estiment qu’Internet doit être gratuit. Les mondialistes vont probablement commencer par la taxation. Que feront les gouvernements ?

En attendant, la triste nouvelle d’hier soir est l’annonce française d’une forte augmentation du chômage en octobre. « En comptant les chômeurs en activité réduite, la hausse atteint même 73 600 personnes et frôle les progressions historiques atteintes lors de la crise de 2008-2009″. Et pourtant, pour l’Europe de l’Ouest, la crise n’est pas encore là.

 

___________________________________________________________

 

 

La liste non exhaustive des produits recensés...
Eric Libre Pensador 5 décembre 15:54
La liste non exhaustive des produits recensés dans les chemtrails, en provenance de laboratoires de toutes les régions du monde:

Qu'est-ce qui se trament derrière les épandages récurrents de produits chimiques et bactériologiques par des avions militaires et civils?
La liste des produits rencontrés au fil des analyses comprend :

● le ‘‘dibrométhane’’ : interdit depuis 1984, additif du carburant des avions, insecticide cancérigène, pouvant causer des oedèmes pulmonaires ;

● la bactérie ‘‘Pseudomonas aeruginosa’’, qui peut être à l’état naturel dans le sol, mais est fabriquée par une compagnie au doux nom de ‘‘Patho-genesis’’ ; sur les personnes vulnérables, cette bactérie forme un bio-film qui bloque le système immunitaire ;

● la bactérie ‘‘Pseudomonas fluorescens’’, qui se trouve aussi dans le sol ;

● des ‘‘entérobactériacées’’ : Escherichia coli et salmonelles pour les intoxications alimentaires, Klebsiella pour les infections pulmonaires ;

● la bactérie pathogène ‘‘Serratia marcescens’’, responsable de pneumonies, méningites, endocardites ;

● des streptomycines, composants des antibiotiques ;

● des enzymes restrictives, utilisées en laboratoire pour couper et recombiner l’ADN ;

● des cellules de sang humaines : globules rouges, globules blancs pris dans des agrégats ;

● d’autres bacilles, bactéries et moisissures pouvant provoquer des maladies cardiaques, des difficultés respiratoires et des maladies gastro-intestinales aiguës ;

● du BCTP huileux, antibiotique, décontaminant (sans doute testé après l’épandage d’une bactérie bénigne) ;

● des stéarates et sulfates de , toxiques pour les mammifères ;

● différentes formes d’aluminium, neurotoxiques à l’origine de démences dégénératives (Alzheimer) ;

● des fibres de polymères, dont certains sont analogues aux additifs polymères utilisés en charcuterie pour uniformiser la cuisson au four à micro-ondes.

 

.

Le Nouvel Ordre Mondial en vidéo, quelques mn :

  

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 02:52

 

Un nouveau paradigme

avatar-musele.jpg?w=199&h=250

Menthalo -

Lors de ma dernière analyse des marchés, l’Horizon funèbre du Bear Menthalo, j’avais mis en évidence la « Croix Mortelle » formée par le croisement à la baisse des Moyennes Mobiles 20 jours et 50 jours.

« Cette « Croix Mortelle » est apparue sur le CAC entre le 15 et le 16 novembre dernier. Si la bougie verte d’aujourd’hui poussait encore violemment à la hausse, la croix pourrait se défaire. Il faut donc surveiller de près ces deux moyennes.  Si tout le monde joue cette baisse trop évidente, les banksters peuvent provoquer un short squeeze. A ce moment-là, tous les vendeurs à découvert cherchent à se racheter en catastrophe, accélérant la hausse. »

20121127cac-decroisement-2.jpg?w=645

Ceux qui suivent la bourse de près, ont pu voir qu’effectivement, la bougie verte a poussé très fort à la hausse à la suite du « short squeeze », tant sur le CAC que sur l’Euro et que les Moyennes Mobiles se sont décroisées. Ces Messieurs ont donc apparemment décidé de repeindre les marchés en rose, mais ils peuvent changer d’avis encore, donc les plus sages restent sur la touche et se contentent d’observer, car tout est encore possible aujourd’hui, un scénario haussier comme un scénario baissier.

Sur ce graphe en quotidien, l’Euro peut aller finir la symétrie de la figure en ETE inversé…  cela permettrait un rallye haussier de fin d’année ..

20121127euro-etei.jpg?w=645&h=420

Avant d’aller finir une figure en Hebdomadaire, très baissière pour le début de l’année… une fois encore ce n’est que l’un des scénarios possibles.

20121127etei-hebdo.jpg?w=645&h=418

Cette hausse de l’Euro permettrait une hausse des métaux précieux, qui réjouirait ceux qui en ont… sous réserve que la hausse des métaux soit supérieure à celle de l’Euro, sinon nos jolies pièces resteront encore un temps extrêmement achetables. Mais pour l’instant, rien n’est sûr… il faut laisser le temps à la tendance de s’affirmer.

Les grandes manœuvres semblent se jouer ailleurs pour l’instant. Goldman Sachs après avoir réussi à placer son pion à la BCE, serait en train d’en placer un autre à la Banque d’Angleterre. Qui sait, peut être ces Messieurs de la Banque envisagent t’ils aussi de placer un de leurs   »liquidateurs » à la BoPC et à la Banque de Russie ?

« Ils sont partout » comme aurait pu le dire un de ces canards d’avant-guerre.

En une image, voilà la mainmise de la Banque sur l’Europe. Pour plus de détails, prenez votre dictionnaire Harraps pour lire zerohedge dans le texte.

gs-european-domination.jpg?w=645

C’est marrant qu’ils se mettent en avant comme ça. Ils prennent des risques…

En Espagne, la police manifestait contre les mesures d’austérité imposées au Gouvernement Rajoy par les Banksters de la BCE et du FMI. La prime de Noël a été supprimée, les pensions sont temporairement gelées et il doit y avoir des diminutions de salaire pour tous les employés de l’état comme en Grèce. Les policiers ne sont pas dupes. La preuve, cette banderole qu’ils portaient au cours de leur manifestation, qui disait:

« Citoyens ! Pardonnez nous de ne pas avoir arrêté ceux qui sont les vrais responsables de cette crise: les banquiers et les politiciens« .

madridpolice.png?w=645

Un pays a eu le courage de mettre ses banquiers en prison. Saluons son courage.

Vive l’Islande libre !
 
30 commentaires

Publié par liesiletter le 27 novembre 2012 dans Non classé

 

Des milliardaires ‘généreux’ dans un contexte de crise ?

warren-buffy1.jpg?w=645Dans les temps difficiles qui s’annoncent, les personnes très riches et soucieuses de longévité, ont bien raison de chercher à se faire bien voir de la population. C’est ainsi que Warren Buffett (président de Berkshire Hathaway Inc.) a jeté un pavé dans la mare en proposant quelque chose pour la prochaine réforme fiscale américaine. Il est absolument favorable à un taux d’imposition minimum pour les millionnaires. Pourquoi pas, explique t-il dans un article du New York Times, imposer les revenus de 1 à 10 millions de dollars au taux de 30% et 35% au-delà ?

Le sujet de l’imposition des gros revenus se pose désormais avec la fin des allégements fiscaux consentis par le président Bush Jr.

Stephen Roach, ancien président de Morgan Stanley en Asie et économiste de Yale, met en garde contre la politique des taux d’intérêt au plancher de la réserve fédérale et l’injection massive de papier dans le circuit bancaire, dont ne profite même pas l’économie réelle. Pour Stephen Roach, les Etats-Unis risquent de voir les investisseurs déserter les bons du Trésor et le risque d’une implosion de la bulle obligataire devient réelle. « Je crains que nous ayons mal diagnostiqué les problèmes de la crise financière et que les politiques choisies s’avèrent très mal adaptées. Les partisans de la planche à billets sont incapables de proposer une stratégie de sortie de crise. Il faut cesser de manipuler les taux d’intérêt ». « Je pense réellement que la politique des taux d’intérêt à zéro et les plans d’assouplissement quantitatifs sont devenus une bombe à retardement ».

Une autre voix s’élève pour avertir du danger de la « bombe de l’austérité ». Paul Krugman, en effet, affirme que la politique engagée conduit les Etats-Unis vers une grave récession. Il faut, dit-il, réduire les dépenses et tout faire pour favoriser l’augmentation des revenus des Américains et ainsi « on réduira les déficits ».

 
19 commentaires

Publié par liesiletter le 27 novembre 2012 dans Non classé

 

Cours de l’or et de l’argent, marchés : résumé de la Semaine (16/11 au 23/11/2012)

Par Ben Traynor pour BullionVault, 23 novembre 2012

L’un des événements économiques qui a marqué cette semaine chargée fut la rétrogradation de la France (pour la seconde fois cette année) par une agence de notation. Moody’s a abaissé la note de crédit à long terme de la Caisse des Dépôts et Consignations de AAA à AA1, avec une perspective négative, mais n’a pas touché à la note des grandes banques françaises cotées.

Si en France, le recul de l’activité a ralenti en novembre, l’activité du secteur privé dans la zone euro a continué de se contracter, laissant présager une récession de la zone au 4ème trimestre. Cette semaine (et depuis la mi-novembre), le Cac 40 n’a pas tenu compte de ces craintes, affichant un pic d’un mois.

Au niveau européen, les ministres des finances de la zone euro se sont réunis toute la nuit de mardi jusqu’au petit matin mercredi sans s’être mis d’accord, pour des raisons techniques semble-t-il, sur le paiement à la Grèce de la nouvelle tranche du plan de sauvetage.

Dans la foulée, et sans perspective non plus d’un accord à l’horizon, les dirigeants européens s’entretiennent depuis jeudi à Bruxelles pour tenter de négocier le budget 2014-2020 de la communauté. Sous les pressions de son parti conservateur, le premier ministre britannique David Cameron est arrivé tôt dans la journée d’hier avec une longue liste de demandes et la menace d’un véto si les avantages accordés par le passé au Royaume-Uni (un pays où aujourd’hui l’euroscepticisme et le France bashing jouissent d’un regain de popularité), n’étaient pas maintenus.

L’euro contre le dollar US continue sa hausse entamée vendredi dernier malgré une chute dans la nuit du mardi au mercredi. L’euro a récupéré la plupart de ses pertes contre le dollar mercredi midi et à percer les 1,29 dollars en fin de semaine.

Le Fix de l’or de vendredi après-midi à Londres était de 1734,50 de dollars l’once, 1,2% en hausse sur le Fix de vendredi passé (ou une légère baisse de 0,47% pour l’or en euros).

Le Fix de l’argent de vendredi après-midi à Londres était de 33,41 dollars l’once, soit une légère hausse de 3,53% sur le Fix de clôture de la semaine dernière.

2012162311bv.jpg?w=645&h=376

2012162311bceuro.jpg?w=645&h=375

 

Après avoir entamé un rally lundi, l’or en dollars a tradé latéralement sur un écart de 12 dollars pendant une grande partie de la semaine. Ceci dit, l’or en euros, n’a cessé de baisser depuis mardi repassant jeudi sous le Fix de clôture de vendredi dernier pour atteindre un niveau bas de 16 jours, et ce malgré un rally toute la journée lundi.

L’or s’est envolé aujourd’hui après 16H (heures de Paris) de plus de 14 dollars l’once en moins d’une heure.

L’argent a atteint son meilleur cours en dollars de six semaines. Selon un rapport de Thomson Reuters GFMS la demande industrielle de l’argent devrait rebondir en 2013 et pourrait atteindre 60% de la demande totale en 2014.

Les volumes de trading on ralenti aux Etats-Unis pour les fêtes de Thanksgiving, les traders profitent du long week-end ce qui rend l’activité sur le marché modérée.

En octobre, les banques centrales du Brésil et du Kazakhstan ont ajouté quelques tonnes d’or à leurs réserves (respectivement 17,17 et 7,5 tonnes), selon les chiffres du FMI publiés cette semaine. L’Allemagne a vendu plus de quatre tonnes (pour produire des pièces commémoratives). Des pressions croissantes ont poussé la Bundesbank à révéler l’état des réserves d’or allemandes (d’un total de 3 396 tonnes) et les lieux de stockage. 69% de ces réserves sont détenus à l’étranger : 45% aux Etats-Unis, 13% au Royaume-Uni et 11% en France.

La semaine prochaine l’on verra la publication des chiffres du PIB britannique et de l’indice des prix à la consommation harmonisé sur l’ensemble de l’Union Européenne.

 
35 commentaires

Publié par liesiletter le 26 novembre 2012 dans Non classé

 

Lecture des conclusions des agences de notation

Voici un tableau proposé par le site http://www.cafedelabourse.com mettant en évidence les notes des trois principales agences de notation et ce qu’elles signifient concrètement.

article_agences_de_notation_520_630_c1_r

 
33 commentaires

Publié par liesiletter le 26 novembre 2012 dans Non classé

 

La situation réelle des Etats-Unis… est loin du décor virtuel des statistiques manipulées et publiées

bonsalimentairesus.jpg?w=645&h=349

Tandis que la saison des fêtes bat son plein aux Etats-Unis, les banques alimentaires du pays tirent la sonnette d’alarme. Le filet de sécurité constitué pour nourrir les (presque) 50 millions d’Américains qui ont besoin d’aides alimentaires est mis à mal par les conséquences générées par la pire sécheresse des cinq dernières décennies. La hausse des denrées nécessaires à l’élevage des bovins a entraîné une augmentation importante du prix de la viande.

Les autorités sont confrontées à de plus en plus de personnes fréquentant les soupes populaires et les refuges d’urgence, dernière bouée de sauvetage pour des personnes âgées, des personnes handicapées, ainsi que des familles entières à faible revenu.

Le problème devient d’autant plus crucial que les dons gouvernementaux diminuent avec une quantité de personnes de plus en plus blessées par les affres de la vie.

feedingamerica.jpg?w=645Constat affligeant de Carrie Calvert, directeur de la politique fiscale et des matières premières chez Feeding America, la plus importante organisation américaine de lutte contre la faim : « Les gens ont dû faire face à la détresse économique depuis pas mal de temps maintenant… Ils puisent depuis quelques années dans les ressources dont nous disposons et nous commençons à percevoir que nos moyens deviennent très limités ».

Les témoignages se multiplient chez les dirigeants de grandes banques alimentaires à travers les Etats-Unis. Le même écho revient : on craint être incapable de suivre le rythme de la demande ! En août, un pic fut atteint avec 47 100 000 de coupons alimentaires utilisés. Avec une telle demande, par exemple, la Banque alimentaire régionale de Los Angeles a vu ses réserves alimentaires tomber d’environ 3,3 semaines en 2010 à moins de deux semaines – le plus bas dans l’histoire récente !

Etant donné les difficultés et les dons moins importants des autorités fédérales, « les caddies sont moins remplis pour les pauvres ». « On diminue le nombre de boîtes de conserve mais on essaie de donner au moins quelque chose aux personnes qui se présentent ».

Il y a donc une vive inquiétude pour 2013 car beaucoup annoncent déjà des prix alimentaires en hausse et que dire de l’ONU qui parle déjà de famine ! Où est leur boule de cristal ?

Malgré les dons privés, toujours importants, les responsables des associations qui s’occupent de nourrir les pauvres craignent que cette générosité ne puisse compenser la baisse de l’aide fédérale. Allez dire à tous ces pauvres gens que Ben Shalom Bernanke croit à l’Arlésienne et que demain sera mieux qu’aujourd’hui !

 
24 commentaires

Publié par liesiletter le 26 novembre 2012 dans Non classé

 

La finance américaine quitte la Grèce et les Allemands s’inquiètent pour leur or

exit.jpg?w=645

En 1964, la banque américaine Citigroup s’était implantée en Grèce en son nom propre, sans faire l’acquisition d’un établissement national. Aujourd’hui, sa direction annonce qu’elle va s’en aller. « L’environnement actuel requiert de s’adapter (…) nous allons porter davantage l’accent sur l’investissement, les produits financiers et les cartes de crédit », a déclaré à Reuters une porte-parole de la filiale grecque de Citi. Dans le détail : « Citigroup va fermer toutes ses agences en dehors d’Athènes et de Thessalonique, soit 16 sur 37″.

Comment les banquiers européens et les politiciens ne Bruxelles peuvent-ils faire croire que la Grèce restera dans la zone euro ? Il ne fait pas le moindre doute qu’un calendrier est respecté, permettant aux rats de quitter le navire avant qu’un froid glacial ne règne sur le pont européen.

Attention à l’Oncle Sam… un fieffé menteur

Pendant ce temps, les Allemands cherchent timidement à rapatrier leur or soi-disant confiné dans d’immenses coffres-forts à New York. Voilà la CLÉ de la soumission d’Angela Merkel à la Haute finance new-yorkaise ! Une grande partie de l’or de l’Allemagne avait été achetée à partir de 1951 et il est stocké depuis à New York, Londres et Paris.

gold0.jpg?w=645Dans la perspective de la mort des DEVISES PAPIER, il faut bien se préparer et donc, chercher à récupérer le précieux métal qui ressemble déjà à une précieuse devise. Connaissant la fin tragique de De Gaulle qui avait exigé le rapatriement de l’or de la France stocké à New York (la CIA lui a offert le financement de Mai 68 et un certain député vert doit se souvenir de l’histoire de certaines valises bourrées de papier comme nous l’exprimait personnellement un témoin de l’époque travaillant pour ‘les services’), les financiers et politiques allemands demandent timidement à l’Oncle Sam de bien vouloir leur rendre 150 tonnes par bateau en petite quantité, au cours des prochaines années. La Allemands voudraient… le faire fondre et vérifier sa pureté dans des lieux tenus secrets. On ne sait jamais avec ces Américains…

 

A ce train là, chacun comprendra que la crise n’est pas arrivée à son terme et que l’Allemagne n’a pas fini de PAYER et de faire PAYER les autres. Ceux qui pensent que les Etats-Unis n’ont plus besoin de l’Europe se trompent lourdement. cela viendra, mais pas encore.

Publication des dernière BREVES DE LIESI pour octobre 2012

 
48 commentaires

Publié par liesiletter le 25 novembre 2012 dans Non classé

 

La situation de l’industrie de l’or dans le monde à la conférence annuelle de l’association des professionnels des métaux précieux

Adrian Ash pour BullionVault, 21 novembre 2012

Aperçu de ce qui se passe en Chine, en Inde et dans le reste du monde pour le métal jaune.

« La semaine dernière j’ai assisté à la conférence annuelle de la London Bullion Market Association (LBMA) (l’association des professionnels des métaux précieux) qui s’est tenue cette année à Hong Kong, et voici un aperçu de la situation de l’industrie de l’or dans le monde et plus particulièrement en Asie », écrit Adrian Ash pour BullionVault.

Il y avait plus de 700 délégués, un nouveau record, et cette conférence fut ce qu’un des participants a appelé à juste titre l’événement le plus important de l’industrie des métaux précieux. Les conférenciers et les invités représentaient tous les corps de métier liés à la chaîne des métaux précieux professionnelle qui sortent l’or et l’argent du sol et les placent dans des coffres-forts sécurisés ou dans les mains des acheteurs de bijoux. C’est-à-dire les sociétés minières, les affineurs, les gérant de coffres professionnels, les analystes des banques, les négociants des métaux et les dirigeants d’entreprises, ainsi que les plus grands fabricants et vendeurs au détail de l’Inde et de la Chine, les deux plus grands marchés de consommation au monde.

Les diverses présentations faites lundi et mardi (le 12 et le 13 novembre 2012) étaient pour moi toutes excellentes, les meilleures de ces quatre dernières années. Vous pouvez télécharger les diapositives présentées et commentées ici sur le site de la LBMA, lbma.org.uk.

Voici mon top 5 des graphiques présentés et les plus importants ou représentatifs pour moi et pour ceux intéressés par le marché de l’or et de l’argent.

1- Le premier provient de la présentation, The global debt crisis and China’s macro situation, du Professeur Yu Yongding anciennement de la Banque centrale de Chine et actuellement à la Cass Business School. Il a déclaré que l’économie chinoise a été plus résistante à la récession mondiale que ce que beaucoup d’analystes occidentaux avaient pensé. Puis il a montré ce graphique des taux de croissance trimestriels du PIB chinois.20121123a.jpg?w=645&h=332

Taux de croissance trimestriels du PIB chinois

Le fait d’avoir évité un hard landing (la confrontation à une récession brutale) a été bénéfique pour l’or, avec la Chine qui est maintenant le marché de consommation de l’or numéro un mondial, dépassant l’Inde cette année.

Mais le rééquilibrage dont a besoin la Chine, en passant des exportations à une croissance domestique, sans exploser les prix de l’immobilier, sera pénible, confie Yu. On ne peut pas acheter la stabilité. Et dans sa tentative d’éviter la surchauffe, la Chine a déjà vu une baisse brutale des importations de minerai et d’énergie, une diminution à deux chiffres en 2012 jusqu’ici. La croissance plus basse et les dépenses de consommation plus hautes contre les épargnes privées, pourraient miner le taux de croissance de la demande chinoise pour l’or.

2- Cependant, la demande de l’or par l’ancien numéro un mondial, l’Inde, semble partie pour augmenter fortement en 2013, selon Shekhar Bhandari, le vice président de Kotak Mahindra Bank. Il a montré l’augmentation abrupte de 24% des jours propices [à l’achat d’or] l’an prochain dans le calendrier hindou.

Effectivement, 2012 a vu un nombre plus petit que d’ordinaire des jours propices pour les mariages, quatre mois entiers de Chaturmas (quatre mois d’austérité durant lesquels les transactions sont évitées). Ce qui voulait dire un plus petit nombre de cadeaux de mariage et d’investissements personnels en bijoux. Ceci s’ajoute à la forte augmentation des taxes sur les importations de métaux précieux par le gouvernement indien. On a donc remarqué une vilaine baisse cette année de peut-être un tiers de la demande indienne totale en or.

20121123b.png?w=645&h=466

Nombre de jours propices dans le calendrier hindou, pour 2012 et 2013

3- La grande tendance pour ces deux géants asiatiques était claire sur cette diapositive de Thomson Reuters GFMS. Présentant la séance sur la demande pour la joaillerie en Asie (JEWELLERY SESSION – SETTING THE SCENE) lors de la conférence de la LBMA, Philip Klapwijk, directeur international de l’analyse des métaux chez Thomson Reuters GFMS, a remarqué que l’Inde et la Chine comptent maintenant comme une partie importante du volume de la consommation de bijoux en or dans le monde. Vous pouvez voir également à quelle hauteur la demande occidentale s’est amoindrie au cours de la dernière décennie.

20121123c.jpg?w=645&h=448

Demande mondiale pour les bijoux en or (en tonnes)

4- Il y a une tendance plus nouvelle et moins connue, sur notre quatrième graphique proposé par Marc Faber. L’auteur de Gloom, Boom and Doom Report s’en est un peu pris à Ben Bernanke, le président de la Fed, dans son exposé lors du premier jour de la conférence. Mais il a aussi noté que les Etats-Unis sont évités par les puissances émergentes du monde. Dans ce nouvel ordre mondial, les exportations de la Chine vers les pays produisant des commodités, tels que l’Australie et le Brésil, sont plus importantes que ses exportations vers les US, explique Faber. Les exportations de Corée du Sud vers les pays exportant des commodités sont plus importantes que les exportations vers les Etats-Unis et l’Europe combinées.

Toujours est-il qu’à un moment, la demande pour les commodités se nivèlera, a ajouté Faber. Il a confié qu’il préférerait être long [détenir une position créditrice] sur les métaux précieux plutôt que sur les commodités industrielles.

20121123d.jpg?w=645&h=403

La destination des exportations chinoises (%)

5- Charlie Morris de HSBC a affirmé la même chose lors de sa présentation sur comment prévoir et trader sur le marché de l’or (Tactical allocation to gold). Sa présentation mérite un article complet, mais le point clé est que tous les signaux sont là en ce moment pour l’investissement en or. Les cours n’oscillent pas trop violemment, donc la volatilité est basse. L’argent est relativement sous-évalué contre l’or, ce qui indique des gains futurs pour les deux métaux. Et le sentiment, tel que mesuré par les recherches Google pour l’or et les autres termes clés, est aussi faible. Ce qui veut dire que les investisseurs sont actuellement sous-exposés à l’or.

20121123e.jpg?w=645&h=403

Approche tactique et stratégique

A propos de l’auteur :

adrian-ash1.jpg?w=645Adrian Ash : Les points de vue d’Adrian sur le marché de l’or sont régulièrement repris par le Financial Times et AFX Thomson. Il dirige actuellement le bureau de recherches de BullionVault, un des moyens les plus simples et les plus économiques au monde pour acheter et d’investir dans l’or. Après avoir été responsable éditorial de Fleet Street Publications — l’homologue britannique des Publications Agora — il a été correspondant au Daily Reckoning à la City de Londres pendant quatre ans. Il intervient désormais régulièrement dans les publications de 321gold.com, FinancialSense, GoldSeek, Prudent Bear, SafeHaven et Whiskey & Gunpowder ainsi que sur plusieurs sites internet d’investissement.

Source : http://or.bullionvault.fr/#LI-23112012

 
21 commentaires

Publié par liesiletter le 24 novembre 2012 dans Non classé

 

La situation de l’industrie de l’or dans le monde à la conférence annuelle de l’association des professionnels des métaux précieux

Adrian Ash pour BullionVault, 21 novembre 2012

Aperçu de ce qui se passe en Chine, en Inde et dans le reste du monde pour le métal jaune.

« La semaine dernière j’ai assisté à la conférence annuelle de la London Bullion Market Association (LBMA) (l’association des professionnels des métaux précieux) qui s’est tenue cette année à Hong Kong, et voici un aperçu de la situation de l’industrie de l’or dans le monde et plus particulièrement en Asie », écrit Adrian Ash pour BullionVault.

Il y avait plus de 700 délégués, un nouveau record, et cette conférence fut ce qu’un des participants a appelé à juste titre l’événement le plus important de l’industrie des métaux précieux. Les conférenciers et les invités représentaient tous les corps de métier liés à la chaîne des métaux précieux professionnelle qui sortent l’or et l’argent du sol et les placent dans des coffres-forts sécurisés ou dans les mains des acheteurs de bijoux. C’est-à-dire les sociétés minières, les affineurs, les gérant de coffres professionnels, les analystes des banques, les négociants des métaux et les dirigeants d’entreprises, ainsi que les plus grands fabricants et vendeurs au détail de l’Inde et de la Chine, les deux plus grands marchés de consommation au monde.

Les diverses présentations faites lundi et mardi (le 12 et le 13 novembre 2012) étaient pour moi toutes excellentes, les meilleures de ces quatre dernières années. Vous pouvez télécharger les diapositives présentées et commentées ici sur le site de la LBMA, lbma.org.uk.

Voici mon top 5 des graphiques présentés et les plus importants ou représentatifs pour moi et pour ceux intéressés par le marché de l’or et de l’argent.

1- Le premier provient de la présentation, The global debt crisis and China’s macro situation, du Professeur Yu Yongding anciennement de la Banque centrale de Chine et actuellement à la Cass Business School. Il a déclaré que l’économie chinoise a été plus résistante à la récession mondiale que ce que beaucoup d’analystes occidentaux avaient pensé. Puis il a montré ce graphique des taux de croissance trimestriels du PIB chinois.20121123a.jpg?w=645&h=332

Taux de croissance trimestriels du PIB chinois

Le fait d’avoir évité un hard landing (la confrontation à une récession brutale) a été bénéfique pour l’or, avec la Chine qui est maintenant le marché de consommation de l’or numéro un mondial, dépassant l’Inde cette année.

Mais le rééquilibrage dont a besoin la Chine, en passant des exportations à une croissance domestique, sans exploser les prix de l’immobilier, sera pénible, confie Yu. On ne peut pas acheter la stabilité. Et dans sa tentative d’éviter la surchauffe, la Chine a déjà vu une baisse brutale des importations de minerai et d’énergie, une diminution à deux chiffres en 2012 jusqu’ici. La croissance plus basse et les dépenses de consommation plus hautes contre les épargnes privées, pourraient miner le taux de croissance de la demande chinoise pour l’or.

2- Cependant, la demande de l’or par l’ancien numéro un mondial, l’Inde, semble partie pour augmenter fortement en 2013, selon Shekhar Bhandari, le vice président de Kotak Mahindra Bank. Il a montré l’augmentation abrupte de 24% des jours propices [à l’achat d’or] l’an prochain dans le calendrier hindou.

Effectivement, 2012 a vu un nombre plus petit que d’ordinaire des jours propices pour les mariages, quatre mois entiers de Chaturmas (quatre mois d’austérité durant lesquels les transactions sont évitées). Ce qui voulait dire un plus petit nombre de cadeaux de mariage et d’investissements personnels en bijoux. Ceci s’ajoute à la forte augmentation des taxes sur les importations de métaux précieux par le gouvernement indien. On a donc remarqué une vilaine baisse cette année de peut-être un tiers de la demande indienne totale en or.

20121123b.png?w=645&h=466

Nombre de jours propices dans le calendrier hindou, pour 2012 et 2013

3- La grande tendance pour ces deux géants asiatiques était claire sur cette diapositive de Thomson Reuters GFMS. Présentant la séance sur la demande pour la joaillerie en Asie (JEWELLERY SESSION – SETTING THE SCENE) lors de la conférence de la LBMA, Philip Klapwijk, directeur international de l’analyse des métaux chez Thomson Reuters GFMS, a remarqué que l’Inde et la Chine comptent maintenant comme une partie importante du volume de la consommation de bijoux en or dans le monde. Vous pouvez voir également à quelle hauteur la demande occidentale s’est amoindrie au cours de la dernière décennie.

20121123c.jpg?w=645&h=448

Demande mondiale pour les bijoux en or (en tonnes)

4- Il y a une tendance plus nouvelle et moins connue, sur notre quatrième graphique proposé par Marc Faber. L’auteur de Gloom, Boom and Doom Report s’en est un peu pris à Ben Bernanke, le président de la Fed, dans son exposé lors du premier jour de la conférence. Mais il a aussi noté que les Etats-Unis sont évités par les puissances émergentes du monde. Dans ce nouvel ordre mondial, les exportations de la Chine vers les pays produisant des commodités, tels que l’Australie et le Brésil, sont plus importantes que ses exportations vers les US, explique Faber. Les exportations de Corée du Sud vers les pays exportant des commodités sont plus importantes que les exportations vers les Etats-Unis et l’Europe combinées.

Toujours est-il qu’à un moment, la demande pour les commodités se nivèlera, a ajouté Faber. Il a confié qu’il préférerait être long [détenir une position créditrice] sur les métaux précieux plutôt que sur les commodités industrielles.

20121123d.jpg?w=645&h=403

La destination des exportations chinoises (%)

5- Charlie Morris de HSBC a affirmé la même chose lors de sa présentation sur comment prévoir et trader sur le marché de l’or (Tactical allocation to gold). Sa présentation mérite un article complet, mais le point clé est que tous les signaux sont là en ce moment pour l’investissement en or. Les cours n’oscillent pas trop violemment, donc la volatilité est basse. L’argent est relativement sous-évalué contre l’or, ce qui indique des gains futurs pour les deux métaux. Et le sentiment, tel que mesuré par les recherches Google pour l’or et les autres termes clés, est aussi faible. Ce qui veut dire que les investisseurs sont actuellement sous-exposés à l’or.

20121123e.jpg?w=645&h=403

Approche tactique et stratégique

A propos de l’auteur :

adrian-ash1.jpg?w=645Adrian Ash : Les points de vue d’Adrian sur le marché de l’or sont régulièrement repris par le Financial Times et AFX Thomson. Il dirige actuellement le bureau de recherches de BullionVault, un des moyens les plus simples et les plus économiques au monde pour acheter et d’investir dans l’or. Après avoir été responsable éditorial de Fleet Street Publications — l’homologue britannique des Publications Agora — il a été correspondant au Daily Reckoning à la City de Londres pendant quatre ans. Il intervient désormais régulièrement dans les publications de 321gold.com, FinancialSense, GoldSeek, Prudent Bear, SafeHaven et Whiskey & Gunpowder ainsi que sur plusieurs sites internet d’investissement.

Source : http://or.bullionvault.fr/#LI-23112012

 
21 commentaires

Publié par liesiletter le 24 novembre 2012 dans Non classé

 

Le club des Treize

reunioncartel2.jpg?w=645&h=474

La réunion s’achevait et plusieurs banquiers commençaient à bailler. Amschel Kharzai, responsable délégué par les membres du cartel des banques, avait les traits tirés. Il venait de superviser la dernière réunion du Groupe Bilderberg en Italie, il y a quelques jours, et avait pris peu de repos.

Il saisit un document, le glissa à qui de droit et prit un ton solennel, intimant le silence des participants.

- Karl Novus, selon le document que je vous remets ci-joint, vos traders procèderont prochainement à des ventes massives des principales banques espagnoles. Comme d’habitude, vous respecterez scrupuleusement les points donnés. Utilisez les comptes numérotés que nos holdings possèdent dans les paradis fiscaux et à la City, habituellement pour les opérations de niveau 3.

Tandis qu’Amschel Kharzai s’exprimait, le responsables des opérations de trading du cartel prenait connaissance du dossier contenant trois feuilles A4. Les opérations étaient clairement exposées.

- Il faut accélérer le délitement de l’Espagne par son secteur bancaire, interrogea-t-il ?

- Tout se discute en ce moment à New York. Je prends ensuite l’avion et une fois sur place, nous allons harmoniser notre attaque avec une ou deux agences de notation. Le prochain sommet européen sera très probablement un échec. Il y a trop de blocage de la part des souverainistes.

- Pourtant, ajoute C. Brinx, banquier genevois, notre ami, le président Carlo Lucci de la BCE, a bien précisé qu’il n’y avait plus de souveraineté.

- Des mots ! oppose Amschel Kharzai. Nous sommes parvenus au stade d’une guerre entre souverainistes et fédéralistes en Europe. Il y a trop de blocages. La partie américaine veut appuyer sur le champignon afin de casser la résistance de certains politiciens européens en mauvaise posture dans les sondages. Ils sont trop hésitants parce qu’ils sont dépendants de l’humeur de leurs électeurs pour de futures élections.

- Heureusement que l’Allemagne est dans notre main, ajoute David Joux, parisien à ses temps perdus.

- Pour le moment, M. Joux, pour le moment…, rétorque Amschel Kharzai. Les relations entre Berlin et Moscou sont un souci pour nous. Poutine et le groupe qu’il représente ne sont pas conquis à notre projet global. La Syrie est un sérieux problème entre nous et il y en a bien d’autres ! Actuellement, les Russes ne veulent rien lâcher sur la Syrie. A l’heure où nous parlons, plusieurs de ses bâtiments de guerre sont positionnés au large de Gaza pour se tenir prêts à une possible évacuation des citoyens russes en cas d’escalade du conflit avec Israël. Selon des informations que j’ai eues juste avant cette réunion, le croiseur Moskva, le patrouilleur Smetlivyi et les navires de débarquement Novotcherkassk et Saratov, qui appartiennent à la Flotte de la mer Noire pourraient accoster au port syrien de Tartous, seule implantation navale russe en Méditerranée. Pour rappel, Tartous qui est à 220 kilomètres au nord-ouest de Damas, a été créée en vertu d’un accord conclu en 1971, à l’époque soviétique. Pour en revenir aux Allemands, tant que nous ne leur donnerons par leur or, nous les tenons par la gorge. Messieurs, il faut encore plus de crise pour moins de souveraineté. Il faut faire passer le mot dans nos réseaux infiltrés dans les partis dominants en Europe afin d’écarter ceux qui sont trop vieux jeu. Une bande de mollassons qui ne comprennent pas le nouveau monde que nous sommes en train de façonner. Messieurs, il se fait tard et nous avons tous du pain sur la planche… Je m’envole vers New York dans deux heures. Vous pouvez donc disposer.

Tandis que les personnes présentes s’occupaient à compléter leur affaires et à les ranger en ordre dans leurs cartables ou mallettes, un garde du corps ouvrit la porte pour confirmer la dispersion.

Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.

 
40 commentaires

Publié par liesiletter le 24 novembre 2012 dans Non classé

 

La Fed va assurer la progression des cours de l’or en 2013

r0.jpg">or0.jpg?w=645

Pour Peter Schiff, directeur général d’Euro Pacific Capital, la politique menée par la banque centrale américaine ne peut que propulser les cours de l’or vers les 5 000 dollars l’once. Il se garde cependant d’établir un calendrier sur le temps des prolongations des monnaies papier, mais ajoute cependant que ce cours peut être bien plus élevé car personne ne peut établir avec certitude le niveau de faiblesse des principales devises papier. On ignore également jusqu’où les banques centrales ont l’intention d’aller dans la politique de la planche à billets. « Comme Bernanke peut imprimer dans des quantités inimaginables, les cours de l’or peuvent crever des plafonds inimaginables ».

Plusieurs analystes américains estiment que les cours de l’or devraient performer au cours des prochains trimestres. Ils jugent un prix raisonnable de 1925 dollars l’once pour 2013.

De la manière dont les fonds de l’initié G. Soros se sont gavés de métaux précieux, on peut dire avec prudence que cette cible est extrêmement pessimiste. Comme nous avons eu l’occasion de l’exprimer dans les derniers numéros de la lettre confidentielle, la nomenklatura russe joue un scénario beaucoup plus optimiste pour l’or car ils sont très pessimistes pour la zone euro.

 
44 commentaires

Publié par liesiletter le 23 novembre 2012 dans Non classé

 

Dollar : il baissera mais quand ?

Depuis la crise financière de 2008, la banque centrale américaine pratique une politique monétaire très souple d’assouplissement quantitatif (QE). Cela consiste à faire marcher la planche à billets. Le dollar ne cesse de décliner et les Américains perdent du pouvoir d’achat. Les banquiers centraux de la Fed justifient leur action au motif qu’ils cherchent à relancer l’économie.

Désormais, chaque mois, la Fed achète 40 milliards de dollars de titres hypothécaires détenus par les banques pour améliorer l’économie et le marché du travail. Ce cirque pourrait durer jusqu’à la mi-2014. C’est la troisième fois, sous la présidence de Ben Bernanke, que les banquiers de la Fed recourent à cette politique d’assouplissement quantitatif. Cela se traduit certes par un dollar qui s’affaiblit et des taux d’intérêt au plancher, mais aussi par une hausse des actifs tangibles exprimés en dollar, comme les matières premières et agricoles, sans oublier les métaux précieux.

usdollarindex20121122.jpg?w=645

D’aucuns considèrent aux Etats-Unis que le dollar ne chute pas assez. Pourtant, les autorités n’ont pas caché leur intention de le faire décliner. A ce jour, le dollar bénéficie des incertitudes au Moyen Orient, ainsi que des déboires de la zone euro. Comme l’exprime Rickards Told Yahoo : « La Fed veut un dollar moins cher, mais cela ne signifie pas qu’ils vont le faire » tout de suite.

L’index dollar, qui traduit le rendement de la devise américaine par rapport à un panier de six autres grandes monnaies, est en hausse de 3,3 pour cent sur un an, et le taux d’inflation (officiel) demeure largement en ligne avec les attentes. On sait que la statistique de l’inflation est complètement manipulée : il suffit de voir l’évolution du pouvoir d’achat par rapport au salaire indexé sur l’inflation (officielle) pour traduire la véritable évolution de l’inflation. Par conséquent, les financiers de la banque centrale ont ‘quasiment’ (car il y a aussi le grain de sable possible) le pouvoir de décider du moment où la devise américaine descendra encore d’une marche. Cela viendra, c’est très probable, mais quand ?

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche