Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 06:41


La Crise : support de la construction d'un Etat Global Totalitaire
publié par SERA7477 (La vérité est ailleurs) Hier 09H06

 Olga CHETVERIKOVACrisis as a way to build a global totalitarian state

 

 

 Ne fais jamais rien contre ta conscience, même si l'Etat te le demande

 

Albert Einstein

Le mental intuitif es un don sacré et le mental rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons créé une société qui honore le serviteur et a oublié le don.

 

Albert Einstein

As the world financial and economic crisis comes into its own, the Western community leaders are seeking to impress on mankind the idea that this upheaval will end up ‘turning the world into something different’.

Even though the picture of the 'new world order’ remains vague and fuzzy, the main idea is quite clear: A single global government, goes the argument, has to be established if we don’t want general chaos to prevail.

Every now and again, Western politicians mention the need for a ‘new world order’, a ‘new world financial architecture’, or some kind of ‘supranational control’, calling it a ‘New Deal’ for the world. Nicolas Sarkozy was the first to say so, while addressing the UN General Assembly in September 2007 (that is, before the crisis).

During the February 2009 meeting in Berlin convened to prepare the G20 summit, this was echoed by Gordon Brown, who said that a worldwide New Deal was needed. We are conscious, he added, that where the world financial flows were concerned, we would not be able to emerge from this situation with the help of purely national authorities alone. We need the authorities and world watchdogs to make the activities of financial institutions operating in the world markets totally open to us. Both Sarkozy and Brown are protégés of the Rothschilds. Statements made by certain representatives of ‘the global elite’ indicate that the current crisis is being used as a mechanism for provoking some deepening social upheavals that would make mankind – plunged as it is already into chaos and frightened by the ghost of an all-out violence – urge of its own free will that a ‘supranational’ arbitrator with dictatorial powers intervene into the world affairs.

The events are following the same path as the Great Depression in 1929-1933: a financial crisis, an economic recession, social conflicts, establishing totalitarian dictatorships, inciting a war to concentrate power, and capital in the hands of a narrow circle. This time, however, the case in point is the final stage in the ‘global control’ strategy, where a decisive blow should be dealt to the national state sovereignty institution, followed by a transition to a system of private power of transnational elites.

As early as the late 1990s, David Rockefeller, author of the idea of private power that is due to replace the governments, said that we (the world) were on the threshold of global changes. All we need, he went on, is some large-scale crisis that will make people accept the new world order.

Jacques Attali, Sarkozy’s adviser and former EBRD chief, claimed that the elites had been incapable of dealing with the currency problems of the 1930s. He was afraid, he said, that a similar mistake would be made again. At first we’ll wage wars, he went on, and let 300 million people perish. After that reforms will follow and a world government. Shouldn’t we better think about a world government already at this stage, he asked?

The same was stated by Henry Kissinger: In the final analysis, the main task is to define and formulate the general concerns of the majority of countries, as well as of all leading states with regard to the economic crisis, considering the collective fear of a terrorist jihad. Next, all of that should be converted to a common action strategy… Thus, America and its potential partners are getting a unique chance for turning the moment of the crisis into a vision of hope.

The world is being led to accept the “new order” idea step by step to avoid provoking events that are likely to make the universal protests against the worsening conditions of human existence take ‘a wrong course’ and become uncontrolled. The main thing that Stage One managed to achieve was to start a wide-ranging discussion on ‘global government’ and the ‘inadmissibility of protectionism’ with an emphasis on the ‘hopelessness’ of the national-state models for emerging from the crisis.

This discussion is proceeding against the background of information pressures that help to build up human anxieties, fear, and uncertainty. Some of those information actions are the following: WTO forecasts to the effect that 1.4 billion people are likely to sink below the poverty line in 2009; a warning by the WTO director general that the biggest world trade slide in postwar history is in the offing; a statement by the IMF’s Dominique Strauss-Kohn (a protégé of Sarkozy’s) that a world economic crash is impending unless a large-scale reform of the financial sector of the world economy is implemented, and a crash that is most likely to bring in its wake not only social unrest but also a war.

Against this background, the idea to introduce a common world currency as a cornerstone of the ‘new world order’ was put forward. The real masterminds of this long-standing project are as yet in the shadow. Let us note that some or other representatives of Russia are pushed to the fore. This is reminiscent of the situation before World War I, where the Anglo-French circles that possessed some well-elaborated plans for a new division of the world instructed the Russian Foreign Minister to draw up a general program for the Entente Cordiale. It went down in history as the ‘Sazonov program’, even though Russia did not play an independent role in that war and was from the start built into the system of interests of the British financial elite.

On March 19, Henry Kissinger came to Moscow as a member of The Wise Men (James Baker, George Schultz, and others), who had meetings with the Russian leaders before the G20 summit. Dmitry Trenin, director of the Moscow Carnegie Center and participant in the latest US meeting of the Bilderbergers, called that meeting a ‘positive signal’. On March 25, Moskovsky Komsomolets published an article ‘The Crisis and the World Problems’, by Gavriil Popov (currently President of the International Union of Economists) that openly voiced what was normally discussed behind closed doors.

The article mentioned World Parliament, World Government, World Armed Forces, World Police Force, World Bank, the necessity of placing under international control the nuclear weapons, nuclear power generating capacities, the entire amount of space rocket technology, and the planet’s minerals, the imposition of birth-rate limits, the cleansing of humanity’s gene pool, the fostering of people intolerant to cultural and religious incompatibility, and the like.

The “countries that will not accept the global prospects,” says Popov, “must be expelled from the world community.”

Of course, the Moskovsky Komsomolets article conveys nothing new that would enable one to understand the strategy of the global elite. Another thing is important. The establishment of a totalitarian police order and the elimination of national states is being suggested as an open program of action, and what both the liberals, and the socialists, and the conservatives always viewed as ‘new fascism’ is being recommended as the only possible salutary path for the whole of mankind. Someone wants the discussing of these projects to become a norm. In this context, some ‘particularly trusted’ representatives of Russia are pushed to the fore, Russia that will become the main victim of the policy of total plunder should the ‘global government’ become a reality.

The G20 did not discuss the common world currency issue, since time had not yet come for that. The summit itself was a step forward on the way to chaos, because its decisions, if followed blindly, will only worsen the world socioeconomic situation and, to quote Lyndon LaRouche, will “finish off the patient.”

In the meantime, the crisis is being exacerbated, and analysts are predicting an era of mass-scale unemployment. The most pessimistic predictions come from LEAP/Europe 20201, which regularly publishes them in its bulletins and even set them out in an open letter sent to the leaders of the Twenty before the London summit.

As early as February 2006, LEAP was surprisingly precise in describing the prospects for the ‘systemic global crisis’ as a consequence of the financial illness caused by the US debt. LEAP analysts are viewing the current events in the context of the general crisis that began in the late 1970s and is now in its fourth, final and most grave stage, the so-called ‘elutriation phase’, where the collapse of real economy begins. According to LEAP’s Frank Biancheri, it is not simply a recession but the end of the system, in which its main pillar, the US economy, collapsed. “We are witnessing the end of an entire epoch before our own eyes.”

The crisis may lead to some most difficult consequences. LEAP forecasts a rise in unemployment to 15-20% in Europe and as much as 30% in the United States. If the key dollar problem fails to be solved, the world events will take a most dramatic turn. The dollar collapse may take place as early as July 2009, and the potentially decades-long crisis will trigger off “a world-wide geopolitical disintegration” with social upheavals and civil conflicts, with the division of the world into separate blocs, with the world coming back to Europe’s1914, with military clashes, etc. The most powerful popular unrest will take place in countries with the least developed social security systems and the biggest concentrations of weapons, primarily in Latin America and the United States, where social violence is already now manifest in the activities of armed gangs. Experts note the beginning of US population fleeing to Europe, where the direct threat to life is for the time being not so great. Aside from armed conflicts, LEAP analysts forecast power, food and water shortages in areas dependent on food imports.

LEAP experts describe behavior demonstrated by the Western elites as absolutely inadequate: "Our leaders have failed to understand what happened, and show the same amount of incomprehension to this day. We are amid a period of protracted recession, and it was necessary to engage in introducing some long-term measures to cushion the blows, whereas our leaders still hope to avoid a prolonged recession… All of them have been formed around the American pillar and cannot see that the pillar is a shambles…"

But this is not seen by the mid-level leaders, while the top-level world managers are, on the contrary, informed quite well; it is they who are implementing the ‘controlled chaos’ and general disintegration policy, including a civil war and the disintegration of the United States planned for the end of 2009, a scenario that is being widely discussed both by American and world media.

On the threshold of conflicts planned in various areas of the planets, a system is being established that will give a supranational center relying on a large-scale punitive machine total political, military, legal, and electronic control over the population. That system uses the network management principle that allows embedding into any society parallel structures of authority that report to external decision-making centers and are legalized through the doctrine of prevalence of international law over national law. The shell remains national, while real power becomes transnational. Jacques Attali calls this a ‘global law-based state’.

The ruling center of the global law-based state is located in the US. While its fundamentals began to emerge in the 1990s, the fight against terrorism after the 9/11 events has lead to radically new phenomena. The passing of the 2001 Patriot Act not only allowed security services to control the American population and suspected foreigners, but also accelerated the passing of state responsibilities into the hands of transnational corporate structures.

Intelligence activities, trade of war, penitentiary system, and information control are passing into private hands. This is done through so-called outsourcing, a relatively new business phenomenon that consists of trusting certain functions to private firms that act as contractors and relying on individuals outside an organization to solve its internal tasks.

In 2007, the American government found out that 70% of its secret intelligence budget is spent on private contracts and that “Cold-War intelligence bureaucracy is transforming into something new, where contractor’s interests dominate.” For American society (Congress included), their activities remain classified, which allows them to gather more and more important functions in their hands.

Former CIA employees say that nearly 60% of their staff are on contracts. Those people analyze most of the information, write reports for those who make decisions in state authorities, maintain communications among various security services, help foreign stations, and analyze data interception. As a result, America’s National Security Agency is becoming more and more dependent on private companies that have access to classified information. No wonder, then, that it is lobbying a bill in the Congress that is supposed to guarantee immunity to corporations that have worked with NSA for the last five years.

The same is happening to private military companies (PMCs), which have been assuming more and more army and police functions. On a significant scale, it started in the nineties in former Yugoslavia, but contract workers were especially widely used in Afghanistan and other conflict zones. They did the ‘dirtiest’ actions, as was the case during the war in South Ossetia, where up to 3000 mercenaries were involved. At the moment, PMCs are real armies, each up to 70,000 strong, that operate in over 60 countries, with annual revenues of up to $180 billion (according to Brookings Institution, USA) For example, over 20,000 employees of American PMCs work in Iraq along with the 160,000 American military contingent.

The system of private prisons is also growing rapidly in the US. The prison industry complex, which uses slave labor and sweatshop practices, is flourishing, and its investors are based on Wall Street. The use of convict labor by private corporations has been legalized in 37 states already, and it is used by major corporations such as IBM, Boeing, Motorola, Microsoft, Texas Instrument, Intel, Pierre Cardin, and others. In 2008, the number of inmates in US private prisons was about 100,000, and it is growing rapidly, along with the total number of inmates in the country (mostly African-Americans and Latin Americans), which is 2.2 million people, or 25% of all convicts in the world.

After Bush came to power, privatization of the system for transportation and retention of migrants in concentration camps began. In particular, a branch of the notorious firm Halliburton, Kellog Brown and Root (once headed by Dick Cheney), did just that.

The biggest achievements have been made over the last few years in the area of establishing electronic control over people’s identities, carried out under the pretext of counterterrorism. Currently, the FBI is creating the world’s biggest database of biometric indexes (fingerprints, retina scans, face shapes, scar shapes and allocation, speech and gesture patterns, etc.) that now contains 55 million fingerprints. The latest novelties include the introduction of body scanning system in US airports, tracking of literature read by passengers in flight, and so on. A new opportunity to gather detailed information on people’s private lives follow from the NSA Directive N59, passed in summer 2008, ‘Identification and tracking biometry for the purpose of strengthening national security’, and the classified ‘Homeland Terrorism Preparedness Law’.

Evaluating the policy of America’s authorities, ex-Congressman and 2008 presidential candidate Ron Paul said that America is gradually turning into a fascist state, “We are approaching not a Hitler-type fascism, but one of a softer type, which shows in the loss of civil freedoms, when corporations rule everything and… the government lies in the same bed with big business.” May we remind you that Ron Paul is one of the few American politicians speaking for the closing of the Federal Reserve System as a secret unconstitutional organization?

With Obama’s coming to power, the police order in America is getting tighter and tighter in two directions – strengthening internal security and militarization of civilian institutions. Tellingly, having condemned the infringements on individual freedoms done by the Bush administration, Obama has put his own staff under total control by making them fill out a 63-question form that touches upon the most intricate details of their private lives. In January, the US President signed bills that enable the continuation of the illegal practice of abducting people, keeping them secretly in prisons, and moving them to countries where tortures are used. He also proposed a bill called National Emergency Help Center Establishment Act, which stipulates the establishment of six such centers in US military bases to provide help to people who are displaced due to an emergency situation or disaster and thus get into military jurisdiction. Analysts connect this bill with possible disturbances and consider it proof that the US administration is preparing for a military conflict which may follow after the provocation that is being planned.

The American system of police control is actively implemented in other countries, primarily in Europe – through the establishment of American law hegemony on its territory by means of closing various agreements. A big part here was played by US–European talks out of the glare of publicity on creation of the common ‘area of control over the population’ that were held in spring 2008, when the European Parliament adopted resolution that ratified creation of the single transatlantic market abolishing all barriers to trade and investments by 2015. The talks resulted in the classified report prepared by the experts from six participating countries. This report described the project to create the ‘area of cooperation’ in the spheres of ‘freedom, safety and justice’.

The report dwells upon the reorganization of the system of justice and internal affairs of the EU member states in such a manner that it would resemble the American system. It concerns not only the ability to transfer personal data and cooperation of police services (which is already being carried out), but also, for example, extradition of EU immigrants to US authorities in accordance with the new mandate that abolished all the guarantees the European procedure of extradition provided. In the US the Military Commissions Act of 2006 is in force, and it allows persecution or imprisonment of any person who is identified as an ‘illegally fighting enemy’ by the executive authorities and extends to immigrants from any country not at war with the US. They are persecuted like “enemies” not based on some evidence but because they were labeled so by the governmental agencies. No foreign governments have protested against this law which is of international importance.

Soon they will sign the agreement on personal data communication, in accordance with which the American authorities will be able to obtain such personal information as credit card numbers, bank account details, investments, travel routes or communication via Internet, as well as the information concerning race, political and religious beliefs, habits, etc.. It was under the US pressure that the EU countries have introduced biometric passports. The new EU regulation implies the overall switch of EU citizens to electronic passports from the end of June 2009 by 2012. New passports will contain a chip with not only passport info and a photo, but also fingerprints.

We are witnessing the creation of the global electronic concentration camp, and crisis, conflicts and wars are used to justify it. As Douglas Reed wrote “people tend to tremble in the face of an imaginary danger and are too lazy to see the real one.”

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=5703

Partager cet article
Repost0
26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 05:45

Sur le blog R-sistons à l'intolérable, l'article d'Eva

Janus: PS, presse de gauche, Verts de Cohn-Bendit. On nous roule !

                       

           
    Buste romain de Janus, Musée du Vatican

                                               (NB Eva: Le Vatican, Janus ça lui va bien,
                                                  une face spirituelle - officielle - et une
                                                 face temporelle, dans l'ombre... Bande
                                                         d'hypocrites !) - Wikipedia.org


                                        Janus, 2 faces
                               pour une même politique !
                                      par eva R-sistons




Mes amis,

Souriez, ou ne souriez pas, mais en tous cas, vous êtes copieusement roulés ! Oui, les Maîtres de ce bas, très bas monde, savent comment vous rouler. Leur objectif ? Garder le pouvoir, sans contestation possible. Leur arme ? Janus ! Une même réalité, en deux versions !!

Y-a-t-il une presse de gauche ? A part quelques titres marginaux, où la voyez-vous ? Libé, le Nouvel Obs ? Vous plaisantez ! Hé hé, Libération fondé en 1954 par un ancien nazi et par David Rockefeller, puis depuis 2005 avec un capital contrôlé par Edouard de Rothschild, n'a rien d'un journal populaire; Et quand on sait que c'est Laurent Joffrin, le fossoyeur de Ségolène Royal aux dernières Présidentielles avec sa "gauche bécassine" publié en pleine campagne électorale, qui l'anime, on se doute qu'il n'est pas là pour faire gagner la Gauche, mais pour manipuler ses lecteurs, désamorcer leurs vélléités de contestation. Quant au Nouvel Obs, sauf sur les sujets de société, rien ne le distingue fondamentalement de la Droite: Il accepte la loi du marché, la mondialisation libérale, il est atlantiste et sioniste. Plutôt Philippe Val que Siné !!! Alors il peut toujours tenter de faire illusion, seuls les sots sont bernés. Souriez, vous êtes roulés ! La presse de gauche, comme les salons de "causeries" progressistes du style de celui d'E.Lévy, ne sont là que pour donner le change, attraper les gogos, et au final, amener à accepter la Mondialisation comme le Nouvel Ordre Mondial soi-disant idyllique.

Le P.S. ? L'Oligarchie a pris soin de placer ses hommes, Dray désormais hors-jeu et personne ne s'en plaindra, Kouchner le néocon tombé du côté où il penchait réellement, Besson-Yago, Delanoë qui offre avec l'argent des contribuables des fontaines à 100.000 euros à Israël qui détourne l'eau des Palestiniens, etc etc, et surtout, surtout, D. Strauss-Kahn, à la tête de l'Institution qui ruine les peuples et les asservit, le FMI, échoué au PS pour le prendre, et la Présidence avec, et offrir le tout à Israël, puisque chaque matin en se levant, selon ses propres aveux, il se demande comment servir ce pays au mieux de ses intérêts. Ca y est, on va encore m'accuser d'antisémitisme, mais moi je demande à tous ces procureurs ce qu'ils diraient, eux les zélés défenseurs d'Israël, si des Français s'installaient dans leur pays chéri, et colonisaient tous les partis et les Médias pour servir... la France ! Susceptibles comme ils sont, gageons que les frictions seraient croustillantes !

Or donc, pour revenir à mon propos, l'Oligarchie place dans tous les partis, de Droite comme de Gauche, SES hommes pour être sûrs d'être au Pouvoir par procuration, en d'autres termes, il n'y a pas de Droite et pas de Gauche, il n'y a qu'un seul parti, celui de l'imposture, souriez vous êtes roulés, et c'est pour ça qu'une fois au pouvoir, les zélus font tous la même politique... Sarkozy est une marionnette unique en son genre, car tout en étant le plus à droite de tous, il réussit à donner le change, via les médias aux ordres, il réussit à faire croire qu'il est à gauche, en débauchant des gens se prétendant à gauche (mais en réalité de droite et c'est pour cela qu'ils franchissent allègrément le rubicon), et en ayant des discours de gauche, d'ailleurs aussitôt démentis dans les faits, et comme c'est un fieffé hypocrite, il ôte toute perspective d'alternance... en martelant qu'il fera de la France une "démocratie irréprochable" !!! Roulés, roulés... heureux ???


Mais ce n'est pas tout ! Voici Con-bandit, l'agent de l'Etranger venu donner aux Français le goût du Vert, en cassant toute l'Opposition, celle de Bayrou comme celle du PS, en ôtant le rouge des Rouges-Verts, et en faisant la promotion d'une Ecologie à l'allemande, plus libérale que verte. Là aussi, souriez, vous êtes roulés: L'Oligarchie se fout du Vert, elle veut garder le pouvoir. Comment ? En mettant sur orbite le Capitalisme "vert", pour en faire la roue de secours des Capitalistes, au cas où ceux-ci deviendraient trop impopulaires. Notre José Bové s'est fait avoir ! Et la madone de la Justice, Eva (pas moi, l'autre, la Joly) a été roulée aussi par le sieur Con-Bandit, le roi des opportunistes !!!

Ceci pour dire que les fadas que nous sommes sommes roulés, roulés, roulés, par des faux journaux de Gauche, des faux partis de Gauche, des faux écolos, tous aux mains des mêmes, mais enrobés différemment. Au final, libéraux grand teint, 
atlantistes et sionistes à souhait, Nouvel Ordre Mondiste à pleines doses (et c'est pour ça qu'ils se gardent bien de désamorcer la bombe du 11 septembre), friands de chocs de civilisation sans l'avouer (et c'est pourquoi le Nouvel Obs supprime un blog musulman progressiste afin qu'il n'y ait que les plus conservateurs face à l'Occident "démocrate"), et si, si, au fond tous réjouis à l'idée de voir l'Iran bombardé, puis la Russie, puis la Chine, et au final tous ceux qui ne sautent pas de joie à l'idée de voir l'Empire, le NOM, contrôler la planète.
 

Janus ? Oui, la face de Libé et celle du Figaro pour une même presse, la face du PS et celle de la Droite pour une même politique, la face des Verts et des Bleus (ou des Oranges) pour un même Capitalisme... sourions ! Nous sommes copieusement roulés..


Eva R-sistons aux manipulations




TAGS : Verts, PS, Libé, Nouvel Obs, Rockefeller, Rothschild, Figaro, libéralisme, capitalisme, capitalisme vert, NOM, Russie, Chine, Iran, choc de civilisations, l'Empire, gauche, roite, Eva Joly, José Bové, Sarkozy, Ségolène Royal, FMI, Strauss-Kahn, Dray, Kouchner, Besson, Yago, Janus, Delanoë, Israël, atlantiste, sioniste, antisémitisme, E. Lévy, Ph. Val, Siné..

Partager cet article
Repost0
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 03:55





Réfléchir,

par l'Observeur

 

Nous avons constaté l'effondrement du communisme.

Nous assistons à l'effondrement du capitalisme.

Le moins que nous puissions dire, c'est que ça sent le fagot.

Il semble que cela soit concerté par des puissances occultes.

Le but à atteindre est le Pouvoir Absolu Mondial

entre les mains d'une oligarchie. Cela n'est qu'une étape

qui en prépare d'autres bien plus hallucinantes.

 

Apprenez à penser par vous-même.

Si vous ne le faites pas, d'autres le feront pour vous.

 

Si une personne propose un scénario de ce qui se prépare,

aussitôt, elle est traitée de toutes sortes de "noms d'oiseaux".

Bien sûr, nous savons qu'il y a beaucoup d'intox.

De nombreuse officines font tout pour empêcher

d'y voir clair, sinon Leur Plan risque d'échouer.

 

J'ai beaucoup de choses à dire, mais à cause de ce qui précède,

je ne donnerai pas une vision des évènements à venir.

Alors, cherchez plusieurs sources, faites des recoupements,

réfléchissez, comparez avec ce qui s'est passé aux cours

des siècles et des millénaires et peut-être commencerez-vous

à soupçonner ce qui se trame en coulisses.

 

Toute forme de conditionnement est un carcan.

Les carcans les plus connus : la politique, la religion, l'argent.

Tous les autres carcans en découlent.

Pour se libérer des carcans, il faut beaucoup de lucidité,

d'esprit critique, de caractère.

Cela demande tellement de temps et d'efforts

que peu de personnes réussissent à se libérer,

ce qui fait le bonheur des Manipulateurs.

 

Réfléchir, c'est commencer à désobéir.

C'est pourquoi ON empêche les gens de réfléchir

en les abreuvant de niaiseries qui satisfont

leurs penchants sordides ou infantiles.

 

A vous de décider ce qu'il convient de faire. 

Partager cet article
Repost0
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 08:54



Le Faux Nouvel Ordre Mondial,
et le Vrai Nouvel Ordre Mondial

 

 

 

Cet article va être d’une grande utilité pour ceux qui veulent faire la part des choses entre le vrai et le faux à propos du nouvel ordre mondial. Ce terme particulier qui revient très souvent, mais il y a 3 ans il était relativement secret, et jamais prononcé en public. Voila pourquoi il faut faire la part des choses et pourquoi soudainement on entend ce terme tout le temps et partout.

 

Le Faux Nouvel Ordre Mondial

 

C’est le nouvel ordre mondial qui est visible. C’est celui que le public entend à partir de la télévision et la radio, et est donc le nouvel ordre mondial que les gens pensent être réel, mais qui est partiel, tordu, clair à moitié, et qui est une grosse déception. Les institutions qui participent dans ce faux nouvel ordre mondial sont les moyennes banques aux USA, la Réserve Fédérale, l’Organisation International du Travail, L’International Socialisme, la Droite et la Gauche, Obama et les Démocrates, Bush et les Républicains, la police aux USA et en Europe, les gouvernements nationaux du monde, les grands PDG qui ne sont pas grands du tout, les petites banques comme Goldman Sach et etc etc; Et personne ne sait vraiment ce que fait ce nouvel ordre mondial, son but et pourquoi il est là en premier lieu.

On vous dit que c’est la solution pour un monde écologique contre les méchants humains, que c’est une forme de mondialisation économique, et que l’Union Européenne avec les USA vont rétablir l’ordre dans le monde, mais pourquoi? Il est où le problème? Ce Nouvel ordre mondial apparait dans le Figaro, dans plein de journaux dans le genre, et ne veut absolument aboutir à rien quand vous lisez les articles. Pour ceux qui ont un peu étudié ce faux nouvel ordre mondial, ils vous diront que c’est un plus grand échange d’argent dans le monde à l’échelle mondiale. En gros le faux nouvel ordre mondial est économique et financier et fait croire que les institutions publiques que tout le monde connait dirigent le show. Et personne n’entend jamais parler des institutions et groupes privés, et de leurs influences sur la scène publique.

 

Le Vrai Nouvel Ordre Mondial

 

C’est le nouvel ordre mondial invisible, qui est bien bien plus secret que le faux nouvel ordre mondial, et qui n’est jamais discuté par la presse et les médias, bien que la populace est désormais informée du nouvel ordre mondial. Les institutions qui dirigent ce nouvel ordre mondial sont bien sur le Groupe Bilderberg, quelques dirigeants du mouvement pour l’eugénisme, et des gens discrets et secrets qui dirigent des sociétés méga-monopolistiques. Le vrai nouvel ordre mondial est une oligarchie composée d’aristocrates très puissants et riches, qui administrent les rôles et les fonctions de ceux qui doivent se charger de faire passer la fausse image du nouvel ordre mondial à la télévision et dans les médias. Peu de gens savent vraiment qui est derrière le vrai nouvel ordre mondial, même des gens comme Alex Jones, Jordan Maxwell, David Icke, Michael Tsarion, ne savent pas tellement à propos du vrai nouvel ordre mondial et du gouvernement invisible, ils savent le plan, mais ils ne savent pas qui sont les cerveaux derrière le plan, ils ont tous leurs théories à eux. Ce gouvernement invisible utilise les mêmes techniques depuis toujours pour amener la société où les aristocrates le veulent, en faisant la promotion de sexe, d’imbécilité, de sensationnel, de programmes émotionnelles pour vous empêcher de réagir normalement aux pressions de la société, de malbouffe, de drogues et de narcotiques, par ailleurs c’est une opinion personnelle mais je pense qu’on trouvera qui sont ces gens si on remonte la chaîne du trafic de drogue. Mais comme ce trafic est si bien organisé, il est pratiquement impossible de savoir une chose pareille même pour le détective le plus autoritaire et le plus gradé du monde en matière de trafic de stupéfiants. Ce groupe suit une religion dites « satanique » qui est très difficile à comprendre même pour les experts qui comparent les religions. Ce groupe contrôle le monde en utilisant ses morceaux les plus puissants, les gouvernements, les corporations, entreprises, le complexe militaro-industriel, la confusion des religions dans le monde, et les gens n’ont pas idées de ce qui se passe parce qu’ils assument que leurs nations ou leurs président dirigent les institutions qui ont un contrôle sur les choses, alors que non.

 

Les gens deviennent de plus en plus au courant du faux nouvel ordre mondial, et la plupart des gens sont appelés à se révolter et à faire une révolution contre le nouvel ordre mondial; Et de ce fait, le faux nouvel ordre mondial faillira, ce qui fera croire aux gens qu’ils auront gagné et vaincu le malin, alors que le vrai nouvel ordre mondial, qui était caché depuis le début, sera introduit en tant que « nouvelle société » pour remplir le Nouveau Vide Mondial.

 

C’est le scénario classique de problème-réaction-solution:
Problème: Le Faux Nouvel Ordre Mondial
Réaction: Révolte global contre ce faux nouvel ordre mondial
Solution: Le Vrai Nouvel Ordre Mondial

 

Il y a trois groupes de gens, à peu près, dans la société qui réagissent différemment à tout cela:

Groupe 1: Ces millions de gens qui constamment renient tout, et qui ne verront jamais et ne voudront jamais voir le faux nouvel ordre mondial, croyant que le faux nouvel ordre mondial est une chose magnifique et que c’est là pour nous aider, que c’est une chose excitante (par exemple l’administration d’Obama), et aux USA par exemple ces gens feront partis de la milice civile qu’Obama souhaite avoir pour compenser le manque de militaires dans l’armée, ils feront aussi partis de l’administration des camps et villes de concentration FEMA aux USA, et généralement rejoindront un groupe para-militaire voir même l’armée, ou des milices secrètes en tout genre. Ce sont ceux qui croient tout ce que le gouvernement raconte et qui ignorent tout ce que le gouvernement raconte.

 

Groupe 2: C’est le deuxième groupe de gens le plus large, et qui consistera de millions de gens aux USA et partout en Europe, et est composé de gens qui ne veulent pas du faux nouvel ordre mondial, et qui ne peuvent pas accepter et tolérer les zombies du groupe 1, et ils se révolteront contre le faux nouvel ordre mondial et le groupe 1. C’est un scénario classique de « diviser et conquérir »: le groupe 1 et le groupe 2 vont s’entretuer, combattre, faire la guerre et le vrai nouvel ordre mondial se cachera discrètement à côté de tout ça en mangeant du pop corn et en attendant que le massacre cesse pour faire son entrée.

 

Groupe 3: Désolé de le dire mais c’est le groupe le plus petit qui soit, une extrème minorité de gens, et est composé de ceux qui essayent de faire passer le message du vrai nouvel ordre mondial, et proablement le groupe 1 et le groupe 2 ne comprendront pas la description du vrai nouvel ordre mondial par le groupe 3. Et la plupart des gens qui croient appartenir au groupe 3, généralement appartiennent au groupe 2 mais ne s’en rendent pas compte. Quand je parle avec beaucoup de gens par exemple, à propos du nouvel ordre mondial, les gens mélangent tout, ils mélangent réserve fédérale et obama puis ensuite ils parlent du plan pour dépeupler la planète et ils ne trouvent aucun lien entre les deux, mais ça ne semble pas les déranger. Le groupe 3 est généralement ridiculisé et ignoré par les deux autres groupes.

 

Le vrai nouvel ordre mondial veut la guerre entre groupe 1 et groupe 2, pour créer un chaos. Et ensuite amener l’ordre à partir de ce chaos, « Ordo Ab Chao ». On a un gros exemple d’Ordo Ab Chao en France et c’est la Révolution Française. Si vous étudiez bien la révolution vous verrez que les gens ont été bombardé constamment de propagandes pour s’en prendre physiquement à la monarchie en place et les aristocrates secondaires qui n’ont rien à voir avec les vrais problèmes de la société, mais qui étaient des pions de ceux qui dirigent vraiment le show. Ceux qui ont fait la révolution française ont aussi créé le chaos qui la permettait. Et personnellement les révolutions sont inutiles, car elle aurait naturellement pu se passer 50 ou 60 ans plus tard sans avoir à se battre ou à tuer des gens, la nature a un plan pour l’humanité, et l’accélérer ne cause que de la misère et du chaos, qui est utile pour ceux qui dirigent le show dans l’ombre. Prenez aussi l’exemple d’Adolf Hitler, un autre exemple de « ordo ab chao », organisé par ceux qui dirigent le show dans l’ombre, adolf hitler étant juste un pion sur l’échiquier de cette oligarchie invisible. Voyez aussi combien on vous bombarde constamment d’adolf hitler pour vous conditionner et vous faire croire que le fascisme est du passé, et que maintenant le monde a les dirigeants les plus « honorables et humbles » de toute l’histoire de l’humanité, et qu’une telle chose ne peut pas se reproduire car les gens sont constamment prévenus, dés leur plus jeune âge, du terrible chaos qu’a causé adolf hitler dans les années 40. Et on sait que la propagande hitlérienne de l’europe créé un chaos à l’intérieur de l’individu en l’empêchant d’investiguer par lui même les causes de pourquoi Hitler a été élu en premier lieu, et qui la financé, et pourquoi il croyait de telles choses. Regardez aussi le 11 Septembre, magnifique exemple de Probleme-Reaction-Solution, Ordo ab Chao. Probleme: 11 Septembre / Musulman, Réaction: Effroi, peur de la part de la populace à cause des médias et du bombardement intensif des images des tours en feu, Solution: Guerre en Irak et en Afghanistan, et bientôt en Iran.

 

Pareil pour le problème du nucléaire coréen et iranien, Probleme: Nucléaire en Corée, Réaction: Indignation mondiale contre les projets de missiles nucléaires nord coréen, Solution: Guerres. Mais on est encore au stade de la réaction quant au nucléaire iranien et coréen.

 

Le groupe 3 cherche à faire passer le message publiquement du vrai nouvel ordre mondial : c’est à dire le plan eugénique de vouloir faire un « humain parfait », créer un gouvernement mondial, une armée mondiale, avoir une population a qui on a implanté des puces électroniques reliées à un super serveur, créer une religion mondiale, un culte mondial, une tradition mondiale et une langue mondiale, réduire la population de 90% tel que c’est écrit sur les pierres guides de géorgie, installation de millions de caméras de surveillance, faire la promotion du sexe, de drogues, et de musiques psychédéliques pour les utiliser contre les gens et plus tard ces choses seront strictement interdites à 100%. Pour l’instant ils ont besoin de chaos pour avoir une raison de stopper ces choses qu’ils ont eux-mêmes créé. C’est eux qui ont fait la promotion du sexe, des drogues, et c’est eux qui vont stopper tout ça plus tard une fois que l’ordre sera installé.

 

Mais le groupe 1 ne peut pas investiguer, entendre, écouter une chose pareille. Le groupe 2 cependant, est plus incliné à écouter et à accepter certaines « théories » du groupe 3, toujours sans investiguer, mais le groupe 2 est certain que les problèmes du monde proviennent des présidents, des groupes religieux, des petites et moyennes banques, de la presse, des médias, et le groupe 2 n’investiguera jamais à propos de qui met les pdgs, présidents, chefs religieux là où ils sont. Le groupe 2 accepte occasionnellement que ce ne sont que des pantins, mais préfère penser que non. Que le vrai problème c’est le gouvernement, que le vrai problème c’est Benoit XVI, que le vrai problème c’est Ahmadinejad, et Kim Jong, et autre.

 

Le groupe 2 partira en croisade contre les institutions, les gouvernements nationaux, et réussiront à les déstabiliser, à créer une forme de chaos. Le groupe 1 est zombifié. Le groupe 2 est émotionnalisé. Le groupe 3 est intellectualisé. Le groupe 2 ne supporte pas le groupe 1. Et le groupe 1 se fout de l’existence du groupe 2 ou 3. Et les problèmes du groupe 3 proviennent majoritairement du groupe 2 et pas du groupe 1, car on ne peut pas changer le caractère des gens une fois qu’il est mis en place, et le groupe 2 créé bien plus de problèmes que les fameux Zombies de la société.

 

Si vous appartenez au groupe 2, faites plus d’investigations et arrêtez de croire ce que la presse raconte, arrêtez de répéter comme des perroquets ce que la télévision raconte, arrêtez de tomber dans le piège du vrai nouvel ordre mondial qui veut provoquer de la haine en vous à l’égard du groupe 1.

 

 

http://www.nouvelordremondial.cc/2009/06/14/le-faux-nouvel-ordre-mondial-et-le-vrai-nouvel-ordre-mondial/


merci Observeur 

Partager cet article
Repost0
19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 06:58



NOUVELLE CONFERENCE DE VINCENT BURGUIERE LIEE A LA MISE EN PLACE D'UNE GOUVERNANCE MONDIALE !

Le 18/08/2009

En effet, mr vincent Burguière (c'est à dire le jeune homme s'étant illustré à 3 reprises entre fin mai et fin juin 2009 en surgissant par surprise sur les plateaux de télévision, son adresse courriel étant : bge.vincent@yahoo.fr) actuellement extrêmement motivé comme je l'ai d'ailleurs indiqué lors de mon dernier message audio du 12/08/2009, vient de décider d'organiser une seconde conférence relative à la mise en place d'une gouvernance mondiale dictatoriale et ce, au même lieu que celui de sa 1 ère conférence du 17/08/2009, c'est à dire au bar le Pix - 49 rue Pixérécourt - 75020 PARIS.
Cette seconde conférence se déroulera le 24 août 2009 de 17 à 19 heures.


http://revelations4.blogs.fr/
Partager cet article
Repost0
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 21:13
Voici un texte fondamental pour la compréhension du monde,
surtout dans sa partie finale. 
Terrifiant ! 
Eva




20060319-chien-renifleur-Mariali-aussi.g


La fin du pétrole n'aura pas lieu


Depuis janvier 2008, le prix du baril crève les plafonds. En mai, il avait atteint 135 $, un cours spectaculaire qui, selon les spécialistes de la banque d’investissement Goldman Sachs[1], pourrait atteindre les 200 $ d'ici 6 mois à deux ans.

Cette  flambée des prix présage-t-elle la fin du pétrole ?

C'est ce que pensent les géologues de l'Association pour l'étude des pics de production de pétrole et de gaz naturel (Aspo) qui prêchent l'avènement d'une crise majeure des hydrocarbures en mesure de provoquer l'effondrement de l'économie mondiale.

Cependant, l'éventualité d'un pic pétrolier ne fédère pas toute la communauté scientifique qui compte au contraire des détracteurs convaincus que le pétrole existe en quantités abondantes dans les entrailles de la terre.


  petrol2.jpg

Vu sous cet angle, nous pourrions bien être victime
d'un mensonge destiné à nous manipuler,
mais dans quel but ?
 


Depuis plusieurs années, les spécialistes nous signalent une diminution irréversible de la quantité des ressources pétrolières mondiales et annoncent un pic imminent dont les conséquences économiques et sociales pourraient se révéler catastrophiques.

Beaucoup d'entre eux se sont réunis au sein de l'Aspo, une association qui fut fondée en 2000 par Colin Campbell, ancien géologue de prospection chez Texaco, British Petroleum, et Fina, et Jean Laherrère, ancien ingénieur chez Total. Leurs arguments reposent sur la théorie du pic pétrolier qui fut inventée dans les années cinquante par Marion King Hubbert. Le modèle élaboré par ce géophysicien américain et ancien expert chez Shell retrace l'évolution de la production d'un champ pétrolifère en fonction de ses conditions géologiques et des techniques de forage. Dans un premier temps, la production de pétrole y est représentée comme exponentielle, facile et rentable, pour ensuite atteindre un maximum -le pic- qui correspond au stade où la moitié des réserves récupérables[2] a été produite. Une fois le pic franchi, la poche souterraine se vide progressivement; il faut forer plus profondément, ce qui nécessite une plus grande consommation d'énergie et davantage d'outillage et rend par conséquent le pétrole moins rentable et plus cher. Finalement, le déclin de la production conjuguée à l'augmentation de la demande mondiale provenant, entre autres, des pays émergents tels que la Chine et l'Inde entraîne pénurie et hausse des prix.

 


graphique1.jpg 




Modèle d’évolution de la production et de la demande mondiale de pétrole aux alentours du pic de production (situé en 2015 pour les besoins de l’illustration).
(Source : Aspo belgique )

Dans ces conditions, l'Aspo estime que le pic pétrolier a été franchi en 2007[3] et nous prévient de l'urgence de changer notre mode de vie si l'on souhaite passer en douceur dans une ère post pétrolière : « Compte tenu de l'importance du pétrole dans le fonctionnement de nos sociétés industrialisées aussi bien pour les transports, le fioul de chauffage, la pétrochimie ou l'agriculture... la diminution des quantités de pétrole disponible va entraîner des bouleversements importants qu'il est nécessaire d'anticiper. Or ce n'est pas réellement le cas actuellement. Nous pensons que la diffusion d'une information la plus réaliste possible à un large public est de nature à enclencher une prise de conscience et une réflexion sur nos modes de vie actuels, en vue notamment d'imaginer des alternatives[4]».

D'autres scientifiques tirent les mêmes conclusions. Commandé en 2005 par le Département de l'Energie américain, le rapport Hirsh, rédigé par une firme spécialisée dans la recherche et l'ingénierie, la Science Applications International Corporation, se révèle également très alarmiste : « On estime que la demande mondiale en pétrole va croître de 50% d’ici 2025. Pour satisfaire cette demande, des volumes de pétrole plus larges que jamais vont devoir être produits. Etant donné que la production de pétrole provenant de chaque champ pétrolifère est exponentielle jusqu’à un pic pour ensuite décliner, de nouveaux champs doivent continuellement être découverts et le pétrole produit pour compenser l’épuisement des anciens champs et pour satisfaire la demande mondiale sans cesse croissante.

Si de grandes quantités de nouveau pétrole ne sont pas découvertes et produites quelque part dans le monde, alors la production mondiale de pétrole ne satisfera plus la demande (…) 

Les compagnies pétrolières et les gouvernements ont conduits des recherches étendues à travers le monde, mais les résultats ont été décevants durant des décennies. Sur cette base, il y a très peu de raison de s’attendre à ce que les découvertes futures de pétrole augmentent de façon importante. (…) Durant le siècle dernier, le développement économique mondial a fondamentalement été façonné par la disponibilité et l’abondance du pétrole bon marché. Les transitions énergétiques précédentes (du bois au charbon, du charbon au pétrole, etc.) furent progressives et évolutives ; le pic pétrolier sera abrupte et révolutionnaire. Le monde n’a jamais fait face à un problème comme celui-ci. Sans une préparation massive au moins 10 ans avant les faits, le problème sera omniprésent et durable[5]".

station-service.jpg

File devant une station service de Los Angeles en anticipation d'un rationnement, 11 mai 1979_KPA/dpa (Source : http://www.egodesign.ca)



Mouvement des survivalistes

Face à ces annonces apocalyptiques, le mouvement des survivalistes se popularise d'ailleurs de plus en plus.

Le raisonnement est simple, logique et sans équivoque : la société telle que nous la connaissons ne peut subsister sans pétrole. L'or noir est le pilier de l'économie du monde industrialisé car notre système industriel fonctionne essentiellement grâce aux hydrocarbures: nos modes de transports, le chauffage de nos maisons, l'eau chaude, l’électricité, les matières plastiques, les produits de beauté, les vêtements, mais aussi et surtout l'agriculture devenue intensive et qui grâce -ou à cause, selon le point de vue-  aux engrais chimiques, aux traitements herbicides, fongicides et insecticides à permis durant le 20e siècle de multiplier la population mondiale par trois. Notre confort, nos loisir, notre sécurité alimentaire et sanitaire, les moindres de nos habitudes sont conditionnées et intégralement alimentées par le pétrole.

Sa disparition équivaudrait par conséquent à une décroissance économique, à l'explosion du chômage massif et à la réduction drastique du niveau de vie dans les pays industrialisés. Une vision qui laisse en somme très peu d’espoir à notre civilisation puisque que ce sont la famine, la désolation urbaine, l'exode voire la mort qui nous attendent.

De plus en plus d'individus, essentiellement aux Etats-Unis, se préparent à une rupture économique et sociale d'envergure : des chefs d'entreprise, des commerciaux, des employés, des journalistes, professeurs et écrivains.

Au programme, kits de survie, stocks de nourriture, installations autosuffisantes voire même pour certains un entraînement physique adapté et la sécurisation du domicile par tous les moyens, y compris les armes.

graph2.jpg


Schéma représentant la théorie d’Olduvaï (Duncan 1989)- théorie de type survivaliste selon laquelle la phase industrielle sera suivie d'une phase caractérisée par un retour à l'âge des cavernes. Nous serions actuellement au point G, juste avant le point H, caractérisé par une consommation énergétique valant 37% de la valeur du pic (F).


Allons-nous donc bientôt entrer dans une ère
post-pétrole précédée d'une période transitoire,
marquée par le déclin de la société industrielle
et la difficile survie de notre espèce ?



 

Peut-être Daniel Yergin a-t-il raison ? L'histoire pourrait bien être plus longue que le laisse supposer l'Aspo et tous les prêcheurs de la fin du monde. C'est du moins ce qu'avancent des géologues russes ayant examiné le pétrole sous toutes ses coutures.



Le pétrole coule à flots
dans les abysses de la terre
 


Le modèle de Hubbert prend pour acquis l’origine fossile du pétrole. En Occident, il est en effet communément admis depuis le 18e siècle que les hydrocarbures se seraient formés à partir de résidus de matières organiques végétales et animales enfouies sous des couches de sédiments depuis des millions d’années. En d'autres termes, au cours des millénaires, les fossiles se seraient transformés en hydrocarbures dans des conditions bien précises de température et de pression dans la roche-mère. La quantité de végétaux et d'animaux fossilisés étant forcément limitée, les experts en ont déduit que le pétrole l'était aussi. Reconnue par la majorité de géologues occidentaux, cette théorie dirige depuis deux siècles la prospection et les politiques menées par les compagnies pétrolières et les gouvernements américains et européens. 

Cependant, il existe une autre théorie sur l'origine du pétrole. Elle n’est pas occulte, juste largement ignorée par l'establishment. Développée dans les années cinquante par des géologues russes et ukrainiens, la  théorie « abiotique », en opposition au terme « biologique», réfute l’hypothèse selon laquelle le pétrole provient de détritus biologiques fossilisés et affirme qu’il dérive de molécules hydrocarbonées qui furent emprisonnées dans la croûte terrestre lors de la formation de la terre, il y a 4,5 milliards d’années. Le pétrole se serait donc formé à partir de la roche cristalline précambrienne et non de fossiles.
 

Cette hypothèse ne date pas d'hier, au contraire, durant tout le 19e siècle et le début du 20e siècle, plusieurs scientifiques ont réfuté l'origine fossile des hydrocarbures : le naturaliste et géologue Alexandre von Humboldt, le chimiste et thermodynamicien français Louis Joseph Gay-Lussac, ainsi que le chimiste français Marcellin Berthelot, connu pour avoir mené une expérience qui lui a permit de démontrer la possibilité de générer du pétrole dans des conditions abiotiques. Enfin, le chimiste russe Dmitri Ivanovitch Mendeleïev a également repris les travaux de ses prédécesseurs et énoncé le postulat du pétrole en tant que matière primaire émergeant des structures géologiques d’origine. Mais c'est surtout après la Seconde Guerre Mondiale que le postulat abiotique prend de l'ampleur. L'Union soviétique ne dispose alors pas d'énormes ressources pétrolières et, n'ayant pas accès aux régions riches en or noir, est contrainte d’en trouver sur son sol.

Le gouvernement russe décide donc de lancer un vaste projet visant l'examen de tous les aspects du pétrole : son origine, sa formation, et l'étude des meilleurs moyens de prospection et d'extraction. Il réunit les plus grands scientifiques soviétiques : géologues, chimistes, pétrochimistes, physiciens et thermodynamiciens qui dénombrent de nombreuses erreurs et incohérences dans la théorie conventionnelle que leur science permet de corriger. Une fois les recherches effectuées et sa crédibilité assise, l'équipe de scientifiques menée par les professeurs Nikolai Krudyavtsev et Vladimir Porfir’yev présente ses travaux au gouvernement russe qui les valide. C'est sur ces bases que l’Union soviétique découvrira plus tard de nombreux gisements sur son territoire.


A la suite du projet, une quantité impressionnante d'études fut publiée par le corps scientifique dans les journaux soviétiques, mais aucune ne fut traduite en anglais. Seul Thomas Gold, un astronome américain d'origine autrichienne qui parlait couramment russe s'intéressa à la théorie abiotique jusqu'à en devenir l'un des adeptes les plus fervents. Cependant, malgré les années de travaux menés pour vérifier son postulat et malgré les résultats probants rapportés par les scientifiques, elle reste encore aujourd'hui impopulaire et dénigrée. Les arguments implacables semblent, sous plus d'un aspect, déranger le jeu stratégique et financier qui s'opère actuellement à l'échelle mondiale.


Aux Etats-Unis, un ancien « croyant » du pic pétrolier « reconverti » à la science abiotique, F. William Engdahl, économiste et auteur de nombreux livres dont Anglo-American Oil Politics
explique[8] : "S'ils (NDA : les scientifiques russo-ukrainiens) avaient raison, les réserves de pétrole sur terre ne seraient limitées que par la quantité de constituants d'hydrocarbures présents dans les entrailles de la Terre au moment de sa formation. La disponibilité du pétrole dépendrait uniquement de la technologie pour forer des puits ultra profonds et pour explorer dans les régions intérieures de la terre. Ils ont également réalisé que d'anciens gisements pourraient être restaurés et continuer à produire, à la manière de gisements qui se rempliraient à nouveau par eux-mêmes. (…). La nouvelle théorie sur le pétrole a été utilisée au début des années 90 pour rechercher du pétrole et du gaz dans le bassin Dnieper-Donets, région située entre la Russie et l'Ukraine et considérée pendant plus de quarante-cinq ans comme un bassin géologiquement stérile. Suivant leur théorie (…), les géophysiciens et les chimistes pétroliers russes et ukrainiens ont commencé par une analyse détaillée du passé tectonique et de la structure géologique du sous-sol cristallin du bassin de Dnieper-Donets. Après des analyses tectoniques et des analyses de la structure profonde du secteur, ils ont mené des investigations géophysiques et géochimiques. Un total de 61 puits a été foré, dont 37 étaient commercialement productifs, ce qui représentait un taux de succès d'exploration extrêmement impressionnant de près de 60%. La taille du champ découvert était comparable à celle du North Slope en Alaska. En revanche, le forage sauvage des États-Unis a été considéré un succès avec un taux de réussite de 10%. Neuf des dix puits sont pour ainsi dire des trous secs. (…) L'expertise géophysique russe permettant de trouver du pétrole et du gaz a été hermétiquement enveloppée dans le traditionnel voile soviétique de la sécurité d'état pendant l'ère de la Guerre Froide et elle est demeurée en grande partie inconnue des géophysiciens occidentaux, qui ont continué à enseigner les origines fossiles et par conséquent, les sévères limites des réserves de pétrole".


Les Russes ont effectivement trouvé du pétrole dans le secteur de la mer caspienne, à partir de roches cristallines (des roches issues du magma). Or, la théorie fossile affirme que seuls les terrains sédimentaires sont susceptibles de contenir du pétrole. Pourtant, beaucoup de gisements présentent cette géologie : celui du bassin de Dnieper-Donets et celui du Tigre Blanc, au Vietnam (une région qui fut longtemps considérée comme stérile par les Etats-Unis). En Sibérie occidentale, 90 % des champs qui ont été découverts produisent leur pétrole partiellement ou complètement à partir de la roche cristalline. Actuellement des projets de prospection sont menés en Azerbaïdjan, au Tatarstan et en Sibérie orientale dans des régions géologiquement similaires.


Afin de prouver l'origine abiotique du pétrole, Thomas Gold est parvenu, il y a 20 ans, à convaincre le gouvernement suédois de forer à plus de 5 km de profondeur dans le granite cristallin du cratère qui fut formé par l’impact de la météorite Siljan. Le forage, réalisé entre 1986 et 1993, a révélé la présence de pétrole brut, plus précisément, 80 barils furent extraits. Cependant, l'expérience se révéla très coûteuse et peu rentable et s'acheva à ce stade bien que Gold fut certain d'y trouver davantage de pétrole, plus en profondeur. Très controversée, cette tentative est encore partiellement, mais fortement dénigrée et réfutée par les défenseurs de la théorie fossile qui expliquent l'existence de pétrole brut dans la roche cristalline par la présence de terrains sédimentaires à quelques kilomètres des gisements.

Siljan_WorldWind-m-t-orite.jpg

Impact de la météorite Siljan, Suède (Source : NASA)


De nombreuses expériences réalisées en laboratoire ont confirmé qu'il est possible de produire du pétrole à partir des minéraux. Par contre, pas une seule n'est parvenue à en créer à partir des matières végétales et animales. C'est un fait connu des scientifiques et, pourtant, la théorie abiotique reste systématiquement dépréciée bien que des incohérences majeures persistent chez sa rivale.

L'une d'elles se rapporte aux conditions dans lesquelles le pétrole est sensé s'être formé. Selon la théorie officielle, le phénomène de sédimentation des restes biologiques aurait provoqué l'augmentation de la température et de la pression dans la roche-mère, ce qui aurait permit à la matière organique de se transformer en kérogène. La roche aurait ensuite atteint au minimum 50°C pour que du pétrole puisse être produit. Les géologues soviétiques affirment que ce processus est absolument absurde car il est formellement impossible que le pétrole se soit formé dans les couches sédimentaires puisque celles-ci se situent entre 500m et 4 km de profondeur et, à cette distance, les conditions de pression et de température ne permettent pas aux restes de plantes et d'animaux fossilisés de se transformer. Du pétrole a d'ailleurs été retrouvé à plus de 6 km de profondeur, c'est-à-dire là où il n'y aurait pas dû y en avoir si l'on s'en tient à la version communément admise.


Une étude[9] probante fut d'ailleurs menée en 2002 par J. F. Kenney, un scientifique américain membre de l'Académie russe des sciences et Président-Directeur-Général de la Gas Resources Corporation
. En recréant en laboratoire les conditions de température et de pression de la croûte terrestre, 100 km au-dessous de la surface, l'équipe de Kenney a mimé les conditions de formation du pétrole et obtenu des résultats qui ont soulevés une controverse retentissante au sein de la communauté des géologues et pétrochimistes.

Le modèle mathématique conçu à la suite de cette étude a effectivement démontré que, mis à part du méthane, il est impossible que du pétrole se soit formé à moins de 100 km de profondeur et que, par conséquent, il se serait formé entièrement à partir de sources inorganiques et dans des conditions abiotiques. A défaut de pouvoir réfuter ce modèle, les défenseurs de la théorie fossile ont reconnu que le pétrole pouvait effectivement s'être formé à partir de minéraux, mais en insistant sur le fait que cela ne prouvait pas qu'il soit exclusivement produit chimiquement, et qu'au contraire, il restait majoritairement d'origine fossile. En somme, deux processus de formation coexisteraient.

Pour reprendre les termes[10]de Dave Mc Gowan, auteur du site the Centre for an Informed America: "Ce à quoi nous faisons face ici, est une situation claire dans laquelle les géochimistes occidentaux ne peuvent contester la validité de l'invulnérable modèle mathématique de Kenney, et ils ont donc par conséquent, assez remarquablement, adopté une stratégie inhabituelle qui consiste à prétendre qu'il y a en fait plus d'une façon de produire du pétrole. Il peut se former dans des conditions de température et de pression extrêmes, ou il peut se former dans des conditions de température et de pression relativement basses. Il peut se former biologiquement ou il peut se former chimiquement. Il peut se créer au fond de la terre, ou proche de la surface de la terre. Vous pouvez le faire à partir de la roche, comme vous pouvez le faire dans une poche. Vous pouvez le faire ci et là. Vous pouvez le faire partout. (…) Ce dont nous prenons connaissance, ne nous méprenons pas, c'est que le pétrole que nous extrayons des poches souterraines situées proches de la surface de la terre, et le pétrole qui se génère spontanément et continuellement dans les abysses de la terre, pourrait très bien être le même pétrole."

 

Kenney explique, dans un article publié sur le site de la Gas Resources Corporation[11], le raisonnement qui le mène à penser que la théorie abiotique prévaut sur celle de l'origine fossile du pétrole: "Il n'y a pas réellement eu de débat sur l'origine des hydrocarbures depuis plus d'un siècle. Les physiciens, chimistes et ingénieurs chimistes compétents ainsi que les meilleurs experts en thermodynamique savent  depuis le dernier quart du 19e siècle que le pétrole naturel n'évolue pas à partir de matière biologique. (…) A travers l'histoire de l'industrie pétrolière, il y a eu une quantité d'articles ou de rapports prédisant sa fin imminente, tous ont fait ces prédictions sur base d'hypothèses selon lesquelles l'approvisionnement en pétrole brut dans le monde était (prétendument) rapidement en train de décliner, et que bientôt il serait (donc) épuisé. En bref, que le monde était en train de "manquer de pétrole". Heureusement, toutes ces prédictions ont été, sans aucune exception, prouvées fausses. Bien au contraire, les statistiques de l'industrie pétrolière  internationale prouvent que, loin de diminuer, les réserves pétrolières prouvées ont augmenté de façon constante durant les 50 dernières années. Ces statistiques montrent que, chaque année depuis 1946, l'industrie pétrolière internationale a découvert au moins 5 nouvelles tonnes de pétrole récupérable pour 3 tonnes de consommées.

Comme le Professeur Peter Odell
(NDA : P. Odell est Professeur Emérite de l'Université Erasmus de Rotterdam) le souligne, au lieu de «manquer de pétrole», la race humaine semble plutôt (…) "nager dans le pétrole". (…) En éliminant le postulat selon lequel le pétrole serait une sorte de manifestation de matières organiques transformées, mais limitées provenant de la surface de la Terre, les erreurs résultant des soi-disant limites en quantités et en habitats disparaissent. Par conséquent, toutes les prédictions de "fin du monde" liées à la déplétion du pétrole, qui ne se sont en réalité jamais produites, sont expliquées, - ou, plus simplement, éliminées. (…) Non seulement les prédictions qui annoncent la "fin du pétrole" sont invalides,  mais le sont aussi les hypothèses selon lesquelles la prospection et la production pétrolières sont "matures" ou "en déclin"."


Mais les arguments ne s'arrêtent pas là, car, de preuves, la théorie abiotique en regorge. Des applications récentes du postulat abiotique mènent à penser que les champs du Moyen-Orient seraient en mesure de produire du pétrole pour toujours et que les champs pétrolifères et gazeux dans le golf du Mexique seraient également en mesure de se reconstituer naturellement. Il a effectivement été constaté que des puits forés en grandes profondeurs s'étaient totalement reconstitués car le pétrole situé dans les abysses était appelé à remonter là où la pression était moindre. Il y aurait donc une migration du pétrole des abysses à la surface terrestre.

Le gisement de l'île d'Eugène située au large des côtes de Louisiane, figure parmi les cas observés. Dans un article paru sur World Net Daily[12], le journaliste Chris Bennett relate les faits: "A environ 130 km au large des côtes de la Louisiane se situe une montagne pratiquement submergée, son sommet est connu sous le nom de l'île d'Eugène. (…) A la fin des années 60, un réservoir important de pétrole brut fut découvert près de l'île. Et dès 1970, un gisement nommé "Eugene 330" produisait activement près de 15.000 barils par jour de pétrole de grande qualité. Et dès la fin des années 80, la production du gisement avait chutée à moins de 4000 barils par jour et fut considérée comme vidée. Soudainement, en 1990, la production revînt à 15.000 barils par jours, et les réserves qui avaient été estimées à 60 millions de barils dans les années 70 furent recalculées à près de 400 millions de barils. Etonnement, l'estimation de l'âge géologique du "nouveau" pétrole fut considérablement différent du pétrole extrait dans les années 70. L'analyse des enregistrements sismiques révéla la présence d'une brèche profonde au fond de la poche souterraine de l'île d'Eugène, d'où jaillissait une rivière de pétrole provenant d'une source plus profonde et préalablement inconnue. Des résultats similaires furent remarqués dans d'autres puits de pétrole du Golfe du Mexique, ainsi que dans les champs pétrolifères Cook Inlet d'Alaska et ceux d'Ouzbékistan. Au Moyen-Orient, où la prospection et l'extraction de pétrole étaient en route depuis 20 ans, des réserves connues ont doublé. Aujourd'hui, il y a près de 680 milliards de barils de réserves de pétrole au Moyen-Orient. Produire tant de pétrole nécessiterait un énorme tas de dinosaures morts et de plantes préhistoriques sédimentées. Pourrait-il donc y avoir une autre origine au pétrole brut ?".
Pour Larry Cathles[13], une chimiste géologue en charge de l'étude de ces gisements, le phénomène est bel et bien réel: " Au-dessous du Golfe du Mexique, les hydrocarbures coulent vers le haut par un réseau complexe des conduits et des réservoirs. Ils partent des couches minces de la roche et, à partir de là, montent légèrement à la surface. En montant, les hydrocarbures se rassemblent en petits ruisseaux, et créent des poches provisoires comparables à un étang qui serait rempli par la pluie. Finalement, la plupart fuit vers l'océan. Et, tout ceci se produit maintenant, non pas il y a des millions et des millions d'années (…) Nous avons affaire à un immense système d'écoulement où les hydrocarbures se produisent maintenant, circulent maintenant à travers les strates supérieures, construisent maintenant des réservoirs et s'échappent maintenant dans l'océan."


  forage.jpg

Forage Eugene 330 (Source: PrisonPlanet.com)

De plus, un simple calcul de la quantité totale potentielle d'hydrocarbures contenu dans les couches sédimentaires de la surface terrestre montre qu'il y eu trop peu de matériel fossile pour fournir les volumes de pétrole extraits durant tout le 19e et le 20e siècle. Un biologiste de l'Université américaine de Utah, Jeffrey S. Dukes[14] a calculé que produire 1 litre de pétrole nécessitait 23,5 tonnes de détritus organiques. Le chercheur a également établi qu'il aurait fallu 400 fois la biomasse présente en 1997 sur la terre pour satisfaire la consommation mondiale d'hydrocarbures cette année là. Multiplié par le nombre d'années de production pétrolière, le volume devient incroyablement immense, une année équivalant à 4 siècles de déchets de plantes et d'animaux.

Conjugués à d'autres éléments de la science moderne, les probabilités pour que le pétrole soit d'origine fossile s'amenuisent : l'atmosphère contenait plus d'oxygène à l'époque des dinosaures, ce qui implique une décomposition beaucoup plus rapide des organismes morts tandis que le processus de sédimentation se faisait de façon extrêmement lente. En d'autres termes, les plantes et les animaux morts restaient soumis aux conditions atmosphériques pendant une longue période. Or, s'il l'on se réfère au cycle du carbone, cela suppose que si les végétaux et animaux n'étaient pas rapidement enterrés sous les couches de sédiments, leurs restes étaient soit ingérés par des organismes vivants plus petits, soit évacués sous forme de gaz dans l'atmosphère. Seule une minuscule quantité de résidus a donc pu être transformée en hydrocarbures. L'origine fossile du pétrole semble dorénavant tenir beaucoup plus du miracle que du postulat scientifique.


La sacrosainte vérité
de l'origine fossile du pétrole.

Intouchable paradigme ? Peut-être pas, car malgré l'indifférence visible des compagnies pétrolières à l'égard de la science abiotique, il semblerait qu'elles la reconnaissent officieusement. Cette information nous provient d'un internaute se présentant comme un ancien employé de la société Schlumberger, une multinationale dans les services pétroliers. Sur un forum de discussion de Futura Science[15], il témoigne: " J'ai travaillé pendant plusieurs années pour la société Schlumberger, leader mondial de la prospection pétrolière (et de très loin) auquel font appel la plupart des compagnies pétrolières pour leur exploration et leur forages. Bien qu'électronicien ne travaillant pas à proprement parler dans la division pétrole, j'ai pu à de nombreuses occasions discuter de cela avec des géophysiciens de la compagnie. Et je vous assure qu'en interne la question du pétrole abiotique est largement admise. Je vous parle d'un sujet concret, vécu, donc ne généralisez pas tout de suite en théorie du complot. Mais la doctrine de la société est "No-comment" car cela ne correspond pas aux intérêt économiques à court/moyen terme.". En effet, on peut aisément imaginer que le pétrole perdrait totalement sa valeur s’il l’on venait à apprendre qu’il existe en réalité en énormes quantités disponibles sur la quasi-totalité du globe, sans restrictions régionales et ce pour des centaines de milliers d'années. Les compagnies pétrolières ont donc tout intérêt à faire du pétrole une denrée rare, car la seule façon de rester maître des profits que leur procurent le pétrole est d'éviter la concurrence dans ce domaine.


Un autre témoignage[16] mérite que l'on s'y attarde, celui de Leroy Fletcher Prouty[17], un ancien colonel de l'Air Force : "Mon expérience sur le sujet remonte à 1943. J'étais le pilote qui menait une équipe d'inspection géologique américaine de Casablanca à Dhahran, en Arabie saoudite. (…)Nous sommes ensuite allés au Caire pour rencontrer le président Roosevelt pendant la "Conférence du Caire" en Novembre 1943 avec Churchill et Chiang Kai Shek, et Roosevelt  y a ordonné la construction immédiate d'une raffinerie de pétrole à cet endroit pour les besoins de la Seconde Guerre mondiale. Ceci a mené vers ARAMCO[18].

Pendant la crise énergétique des années 70, je représentais l'industrie du transport américain dans le cadre du programme "Federal Staff Energy Seminar", une initiative du Centre des études stratégiques et internationales, sponsorisé par l'université de Georgetown. Cela a commencé en Janvier 1974 et a continué pendant 4 ans. C'était conçu pour discuter du "fonctionnement du système national américain d'énergie, et les nouveaux horizons de la recherche en matière d'énergie".

Parmi les membres réguliers, il y avait des hommes tels qu' Henry Kissinger and James Schlesinger (…). Pendant l'une de ces réunions, nous avons eu une pause pour déjeuner et j'étais assis avec Arthur Kantrowitz[19] de la Société AVCO… les "laboratoires Kantrowitz" près de Boston. A nos côtés, il y avait quatre jeunes géologues occupés à discuter du pétrole quand l'un d'entre eux fit référence au pétrole "en tant que matière organique et combustible fossile". (…) Kantrowitz se tourna vers le géologue qui était à coté de lui et lui demanda "Croyez-vous vraiment que le pétrole est un combustible fossile" L'homme dit : "Certainement" et tous les quatre étaient d'accord. Kantrowitz écouta calmement et dit : "les fossiles les plus profondément enfouis jamais trouvés l'ont été environ à 16.000 pieds (+/- 5 km) sous le niveau de l'océan, alors que nous forons déjà à plus de 30.000 pieds (+/- 9 km).

Comment du combustible fossile a-t-il bien pu atterrir là ? Si ce fut un jour du combustible fossile, cela devait être à la surface à un moment donné. Si cela s'est effectivement transformé en pétrole, à la surface ou proche de la surface, comment est-ce que cela a-t-il pu arriver à une telle profondeur ? Qu'est-ce qui est le plus lourd ? L'eau ou le pétrole ? L'eau : donc elle irait vers le bas, pas le pétrole. Le pétrole serait à la surface, si cela était "organique" ou "plus léger"". Le pétrole n'est pas "organique" ou "plus léger". Ils étaient tous d'accord que l'eau était plus lourde et que, par conséquent, s'il y avait du avoir une fêlure ou un autre espace ouvert pour que cette "matière organique" puisse passer profondément dans le magma de la Terre, l'eau se serait écoulée en premier, et le pétrole serait resté en surface. C'est logique. Même si nous sommes d'accord que le "magma" est un "mélange brut de minéraux et de matière organique dans un état de mince pâte", cela n'en fait pas du pétrole, et si c'était du pétrole, ce serait resté en surface (…). Le pétrole doit provenir depuis les profondeurs et graduellement faire son chemin vers la surface, accessible aux forages. Par conséquent, le pétrole n'est pas un combustible "fossile" qui trouve son origine sous la surface de la terre. C'est une hypothèse émise par les producteurs de pétrole du 19e siècle afin de faire du pétrole une ressource limitée et donc extrêmement précieuse."


Si les dirigeants et les scientifiques occidentaux ont bâti un consensus autour de la théorie fossile, cela sous-entend qu'ils sont tous d'accord sur le caractère fini du pétrole.

Le pouvoir en place a donc toujours eu toutes les cartes en main pour raisonner de façon préventive. Pourtant, depuis le début, les dirigeants et les compagnies pétrolières agissent comme s'ils savaient  que le pétrole existait en abondance.


Mais si les compagnies pétrolières
et les dirigeants politiques sont au courant,
pourquoi continuer à garder le silence sur le pétrole abiotique
?

La situation mondiale est explosive et nous vivons déjà les prémisses d'une crise économique planétaire. Dans ces conditions, pourquoi ne pas profiter de ces ressources, certes polluantes, mais actuellement irremplaçables ? Pourquoi sommes-nous manipulés et à qui profite le mensonge ?



La menace du pic pétrolier,
une des nombreuses composantes
au service du Nouvel Ordre Mondial


En faisant du pétrole un bien précieux, les riches familles du secteur, les compagnies pétrolières et les gouvernements des pays exportateurs de pétrole se sont assuré l'argent et donc le pouvoir durant près de deux siècles.

Rien ne leur pourrait être plus défavorable que d'admettre l'abondance du pétrole.

Parallèlement, les élites ont laissé les géologues tels que ceux de l'Aspo diffuser leur message apocalyptique sans pour autant y faire obstacle. Ils ont sciemment laissé cette théorie se développer et aujourd'hui, la pomme est mûre et s'inscrit dans une logique propagandiste.

En effet, depuis le début du 21e siècle,  le changement climatique presse les gouvernements à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, essentiellement produits par les hydrocarbures. Jusqu'ici, les énergies alternatives étaient considérées comme une fantaisie d'écologiste et furent longtemps ignorées afin de pouvoir préserver la préciosité de l'or noir, mais aujourd'hui, l'argument écologique s'avère de plus en plus rentable.

En effet, les nations industrielles, pic ou pas, vont bientôt devoir passer à de nouvelles énergies et, alors que mentir sur l'origine du pétrole en a fait une valeur sûre sur le long terme durant le 19e et le 20e siècle, le système stable sur lequel s'est basée la richesse des élites au pouvoir est aujourd'hui défié par le challenge écologique.

Comment dès lors s'assurer un gros coup financier, celui de la dernière chance, si ce n'est en alimentant la propagande du pic, en nourrissant l'idée que la société sera vidée de sa source d'énergie principale ? Certainement en exacerbant le mythe de la rareté, histoire d'en profiter avant que le pétrole ne perde complètement sa popularité et sa valeur.


Par ailleurs, le profit n'est sans doute pas le seul moteur de la duperie.

La théorie du pic pétrolier présente de nombreux avantages dans une stratégie plus complexe visant, sur le long terme, la mise en place de nouvelles structures de pouvoir.

Paul Joseph Watson de Prison Planet
, dénonce une manipulation[20] orchestrée au sein du club Bilderberg, un groupe informel et secret comptant parmi ses membres tous les puissants de la planète.

Selon les sources de ce journaliste, ce groupe qui se réunit chaque année aurait décidé en mai 2005 de faire doubler le prix du baril (alors à 40$) au plus tard dans les deux années suivant sa rencontre. En 2006, il aurait été ensuite décidé de le faire monter à plus de 100$ avant la fin de l'année 2008, et ce dans le but de provoquer un crash économique mondial dont l'objectif final serait l'élimination de la classe moyenne et corrélativement un élargissement du fossé entre pauvres et riches accentuant l'asservissement des premiers aux seconds.


La fin du pétrole est associée, comme l'est aussi le changement climatique d'ailleurs, à la fin de notre monde.

Ce message permet de véhiculer une paranoïa aussi forte que celle qu'a suscitée la menace nucléaire en son temps.

Au-delà du pic, il s'agit donc d'analyser ce à quoi l'idée de fin du monde contribue.

La société de consommation est construite sur le désir de ses membres d'atteindre un standard de vie toujours plus élevé, permettant de consommer toujours plus de produits et de loisirs. Qui dit :"fin du pétrole", dit :"fin du confort".

Mus par leurs intérêts et la préservation de leurs acquis, les individus consommateurs seront amenés par la propagande à tolérer de grands bouleversements tels que l'agriculture massive visant la production de biocarburants; la prolifération de l'énergie nucléaire à des fins civiles (il a d'ailleurs été récemment constaté que le nucléaire était aujourd'hui plébiscité alors qu'il y a à peine une décennie, on ne voulait pas en entendre parler) et la multiplication des manipulations génétiques.

En effet, en alimentant la psychose, les élites façonnent les mentalités afin de les préparer à accueillir tous leurs programmes de domination du monde.

Dans un premier temps, les biocarburants sont présentés comme l'issue aux problèmes du pétrole et du changement climatique. Lorsqu'une grande partie de notre nourriture sera ensuite  convertie en piles, une famine généralisée s'ensuivra.

Pour survivre, les populations seront amenées à accepter les cultures OGM en tant que solution palliant le manque. Bientôt, l'agriculture sera entièrement biotechnologique. L'alimentation sera alors contrôlée au même titre que l'énergie par de grosses sociétés spécialisées dans la biotechnologie.

Ceux qui détiendront le pouvoir sur les récoltes seront les maîtres de la société de demain. Le plan est en marche. Déjà Monsanto, leader sur le marché OGM, a développé un programme de brevetage des graines qu'elle commercialise. 

monsanto.jpg

Le contrôle de la population par le contrôle de l'alimentation
(Source : www.educate-yourself.org)


Le futur qui nous attend n'est peut-être pas celui que les survivalistes envisagent, néanmoins, il sera probablement fait d'un nouvel ordre mondial constitué uniquement de deux classes sociales : l'une extrêmement riche et l'autre extrêmement pauvre. La seconde sera complètement dépendante et asservie à la première, la classe moyenne étant vouée à disparaître.

Lire les commentaires

Kali

 

Kali © Karmapolis - Juin 2008
 
Sources


[1]

Créée en 1869, cette banque d'investissement est couramment appelée "The Firm" dans le milieu financier. Elle conseille les gouvernements du monde entier et les familles les plus riches de la planète. Ses conseils font office de référence en la matière. 
Le pétrole bientôt à 200 dollars le baril : tel est l’avertissement qu’a lancé Goldman Sachs la semaine dernière : http://www.ft.com/cms/s/0/70b4ef0a-1b91-11dd-9e58-0000779fd2ac.html?nclick_check=1
 

[2] Un champ peut "mourir" alors qu'il contient encore du pétrole car il peut rester de 20 à 40% de réserves non récupérées faute de rentabilité.

[5] Source, résumé du rapport rédigé par Robert Hirsch (en anglais) : http://www.acus.org/docs/051007-Hirsch_World_Oil_Production.pdf


[6] Les sables bitumineux dont parle Daniel Yergin sont d'ors et déjà exploités, essentiellement au Canada sur le site de l'Alberta et dans le bassin du fleuve d'Orénoque, au Venezuela. Le pétrole issu du sable bitumineux est ce qu'on appelle une source de pétrole non-conventionnelle. Il ne s'agit pas à proprement parler de pétrole, mais de bitume visqueux et dense difficile et très coûteux à extraire. Par ailleurs le coût écologique est énorme car cela demande des quantités d'eau colossales pour séparer le sable du bitume tandis que les déjections dans l'eau et l'air sont ultra-polluantes : "Puisqu’il faut environ quatre tonnes de sables bitumineux pour fabriquer un baril de pétrole de synthèse, on comprendra sans peine que les conséquences environnementales qui découlent du procédé d’extraction sont colossaux : Les sables bitumineux engendrent cinq fois plus de gaz à effet de serre que le pétrole ordinaire parce que les techniques d’extraction employées nécessitent de grandes quantités d’énergie, d’immenses quantités de gaz naturel étant nécessaires pour isoler et traiter le bitume, il faut se servir de quatre barils d’eau prélevée en surface ou sous terre pour obtenir un baril de pétrole brut synthétique à partir des sables bitumineux. On prélève dans ce but d’immenses masses d’eau dans la rivière Athabasca. L’eau toxique contaminée résultant des opérations est rejetée dans d’immenses bassins de rétention, parmi les polluants atmosphériques engendrés par le processus d’extraction on observe non seulement des gaz à effet de serre, mais aussi des émissions importantes d’oxydes d’azote, de dioxyde de soufre, des composés organiques volatiles et des particules, dont la présence entraîne du smog, des pluies acides et toute une série de problèmes de santé publique, les sables bitumineux couvrent au moins 4,3 millions d’hectares situés entièrement  au sein de la forêt boréale canadienne. Il ne sera pas possible de restaurer l’écosystème forestier dans son état originel, les efforts de mise en valeur des forêts et des milieux humides s’avéreront ici insuffisants. On s’attend à ce que l’exploitation des sables bitumineux représente une proportion de plus en plus considérable des émissions de gaz à effet de serre au Canada. Le développement de ces gisements traverse présentement une période comparable à celle de la ruée vers l’or, la production ayant doublé au cours de la décennie précédente pour atteindre un million de barils par jour (soit la moitié de la production totale canadienne)[6]" explique Greenpeace Canada sur son site web. (Voir également l'émission française Envoyé spécial qui diffusait le 17 avril 2008 un reportage éloquent sur le sujet: Pour quelques barils de plus, de Patrice Lorton et Elodie Metge, disponible sur dailymotion: http://www.dailymotion.com/video/x54po5_envoye-special-pour-quelques-barils_news

"C’est la dernière frontière du pétrole, le dernier eldorado pour les géants Total ou Exxon. La province de l’Alberta est assise sur des réserves colossales, les deuxièmes au monde après l’Arabie Saoudite. Envoyé spécial a enquêté sur ce “Texas canadien”, où les pétrodollars coulent à flot et les villes-champignons sortent de terre. Grands espaces, 4 X 4 et population essentiellement masculine : ces régions reculées rappellent le Far West. Ici, ce sont les compagnies pétrolières qui s’affrontent, à coups de milliards.

A elle seule, la française Total va investir dix milliards de dollars dans les dix années à venir. En Alberta, il faut payer cher pour que le pétrole coule. Englué dans des couches de sables, il se présente sous la forme d’un bitume lourd, impossible à pomper. Les pétroliers rivalisent d’ingéniosité pour l’extirper, mais quelle que soit la technologie, ils consomment de grosses quantités d’eau, et d’énergie. L’équation revient à brûler l’équivalent d’un baril, pour en extraire deux, avec au passage une émission massive de gaz à effet de serre. Il a fallu que le prix du baril de brut s’envole, dans les années 90, pour que l’exploitation de ces sables bitumineux devienne rentable.

Aujourd’hui, à plus de quatre-vingt dollars, c’est la ruée, et l’environnement passe en second. Les mines à ciel ouvert dévorent la forêt boréale et les raffineries rejettent une eau polluée. En aval, les Indiens du lac Athabasca sont frappés de cancers rares. L’équipe d’Envoyé spécial a recueilli leur témoignage. L’eldorado attire des travailleurs venus de l’autre bout du pays. Fort Mac Murray, la Mecque des sables bitumineux voit sa population doubler tous les dix ans.

Ici, un soudeur débutant gagne cinq milles euros par mois, mais la vie est rude et la protection sociale réduite.

Plusieurs centaines de sans-abris errent dans les rues, victimes pour certains de leur addiction au crack. La ruée vers l’or noir est cruelle."(Résumé FR2 de l'émission).
 

Article original en anglais, War and "Peak Oil", publié le 26 septembre 2007 sur le site en anglais, F. William Engdahl

[15] Source : http://forums.futura-sciences.com/thread32398.html, 14/04/2005, pseudo "Click"

[17] After he left the military, Col. Prouty was vice president for general operations of General Aircraft Corp., vice president and Pentagon branch manager of First National Bank of Arlington and vice president of marketing at Madison National Bank.


[18]

Saudi Aramco est la compagnie nationale saudienne d'hydrocarbures (son nom est la contraction de Arabian American Oil Company). Elle possède la quasi intégralité des ressources en hydrocarbures du royaume et, du point de vue de ses réserves comme de celui de sa production, c'est de loin la première compagnie pétrolière mondiale. Son siège se trouve à Dhahran, dans l'est du pays. Le centre de son principal gisement pétrolier est Abqayq. (Source : Wikipedia)

[19] Arthur R. Kantrowitz est un scientifique américain. Il a fondé les laboratoires de recherche Avco-Everett.

[20] Sources : http://www.alterinfo.net

Ce n'est pas l'avis de Daniel Yergin, spécialiste américain de l'énergie qui réfute la théorie du pic pétrolier
"C’est la cinquième fois depuis les années 1880 que l’on nous prédit une telle fin. En 1970, on utilisait déjà l’image du sommet de la montagne dont on allait tomber. Il faut analyser les réserves, les projets mais aussi l’évolution technologique. En prenant en compte tous ces éléments, nous estimons que les capacités mondiales de production de brut vont augmenter de 20% au cours des dix prochaines années. Il y a d’un côté un élargissement de la notion de « pétrole » avec les nouveaux gisements issus des sables bitumineux[6] ou des eaux très profondes par exemple. De l’autre, il ne faut pas sous-estimer le progrès technologique. Certains parlent de « pic » depuis plus de trente ans mais ne cessent, année après année, de repousser la date du début du déclin annoncé (…) Il ne faut pas perdre de vue que les ressources naturelles sont là et que la technologie n’a jamais cessé de progresser. Ce n’est ni la fin de l’histoire, ni la fin de la technologie." [7]


http://www.karmapolis.be/pipeline/petrole.html

Partager cet article
Repost0
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 01:57
Reçu :






www.rense.com

 

Le programme des Illuminati pour 
le Nouvel Ordre à venir

La PROMESSE DE L'AUBE et l'ORACLE 8i
par A. True Ott
 09-08-2009

 

Il semblerait que la société américaine s'enfonce toujours plus dans la spirale du chaos. Les méfaits financiers du gouvernement et des milieux d'affaires ont jeté des millions d'Américains à la rue et dans les colonnes de chômeurs. En de nombreux endroits, la bulle immobilière a explosé alors que ses valeurs s'effondraient. Pour beaucoup, le "suspense" de la pandémie de grippe n'est juste qu'un aléa de plus sur la route de leur misère et de leur désespoir.
Pour la plupart des Américains, le malaise financier qui grippe leur pays n'a absolument rien à voir avec la "pandémie" mondiale, ceux qui le pensent ne sont que des naïfs désinformés. En vérité, ces deux situations ont été manigancées par "l'élite dirigeante" mondiale à partir du modèle informatique de la centralisation finale de leur pouvoir. Ne vous leurrez pas, il n'y a rien de "naturel" dans l'effondrement de l'économie ni dans l'épidémie de grippe élaborée en laboratoire, c'est complètement DÉLIBÉRÉ. 

 

Pour aider cette élite dans sa quête effrénée d'un pouvoir mondial et d'un génocide méthodique, une nouvelle génération de "SUPER-ORDINATEURS" utilise (s'il vous est possible de saisir le concept),
l'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE (I.A.). La production hollywoodienne "Eagle Eye" ["L'Oeil du mal"] se fonde sur des faits scientifiques, ce n'est pas du tout une fiction. Le taux de réussite de l'élite dans cette aventure dépendra toutefois (tout comme dans "Eagle Eye") de quelques variables que ces "maîtres ordinateurs" ne peuvent ni contrôler ni prédire de façon assurée, à savoir LE LIBRE ARBITRE, l'INTUITION et l'INTELLIGENCE DES ESPRITS HUMAINS QU'ILS CHERCHENT A ASSERVIR. Il s'agit, après tout, de l'essence de l'âme humaine; c'est la création divine qu'il lui reste quand tout lui a été retiré, et jamais une machine ne saura vraiment la dupliquer.
Depuis la fin du mandat du Président Dwight Eisenhower, quand celui-ci PRÉVENAIT L'AMÉRIQUE du dangereux "essor du complexe militaro-industriel", un sinistre CANCER extrêmement dangereux a développé sa putrescence dans les aréopages des grandes multinationales et s'est répandu dans les couloirs des gouvernements-laquais; ses tentacules visqueux se sont désormais propagés dans le monde entier et l'enserrent.
Dans son livre stupéfiant, "Dr. Mary's Monkey", Edward T. Haslam décrit les origines du "bras médical" de cette pieuvre malfaisante et perfide. Il détaille l'origine d'un groupe occulte, contrôlant tout, qui est si puissant qu'il a pu littéralement assassiner un Président élu des U.S.A et une scientifique de renommée internationale, la chirurgienne Mary Sherman, et échapper aux inquisitions judiciaires qui ont suivi ces faits ignobles.

 

Cet article va analyser la plus odieuse des formes de "malversations" médicales possibles : CRÉER UNE MALADIE EN LABORATOIRE, LA DIFFUSER PAR LES VACCINS puis TIRER IMMENSÉMENT PROFIT DU REMÈDE PRESCRIT !! Avec un peu de chance, cet article, associé à mes autres écrits, servira de point d'appui à la force nécessaire pour aider à l'éveil d'une nation assoupie d'hommes et de femmes libres afin qu'ils déposent plainte contre l'ULTIME MALVERSATION DE CETTE MORT INJUSTIFIÉE !

 



DES LIENS FINANCIERS
QUI SE RECOUPENT


La brillante, géniale et compétente Catherine Austin Fitts est probablement le premier "gourou" économique à faire le lien entre ces deux histoires apparemment sans rapport. Dans un article en date du 22 juin 2009, Fitts déclare : "Je pense que l'un des buts du vaccin contre la grippe porcine est la dépopulation. Peut-être est-ce aussi le but de tout ce battage autour de l'épidémie de grippe, qu'elle soit une arme biologique ou une récurrence saisonnière."
Fitts poursuit sa démonstration : le Gatt et les traités "mondialistes" du même genre ne sont surtout rien d'autre que des consolidations des ressources mondiales sous le contrôle d'un tout petit groupe. Implémenté la première fois sous l'administration de Bush-Père, ce programme corrompu s'est développé chaque jour depuis lors partout dans le monde. Fitts a averti Bush en 1991 que de telles politiques aboutiraient au bout du compte à une concentration massive de la richesse et des ressources naturelles entre les mains d'une élite minoritaire; elles aboutiraient à ce que la grande majorité de la population terrestre soit systématiquement privée de nourriture, d'eau et, finalement, de sa vie même. C'est là que "l'épidémie programmée" entre en scène, selon Fitts.

 

Fitts explique qu'elle a développé une formule mathématique (un logarithme) pour ce "modèle élitiste", et celle-ci a montré que les politiques mondiales adoptées assuraient la pérennité de toutes les ressources naturelles pour tout juste 500 millions "d'élus" (tout comme le prédit leur monument maléfique, le "Georgia Guidestones"). Les résidents de ce "Nouvel Ordre" jouiraient d'un très haut standard de vie et ne manqueraient de rien. La contraction et la déflation des devises mondiales (en commençant par le Dollar américain) devrait donc, par nécessité, simultanément coïncider avec un programme de "dépopulation" pour que l'ultime programme "Utopique" se réalise (pour lire l'article complet de Fitts, http://solari.com/blog/?p=3532).

 

Voici un tuyau pour vous, MM. David Rockefeller et Rothschild, ainsi que pour vos "gardiens" autoproclamés de la planète terre - il y a largement assez de ressources sur cette planète pour qu'au moins 8 milliards de personnes y vivent ou y survivent très bien ! C'est-à-dire, si chacun apprend à partager, si chacun apprend à aimer son prochain dans la paix. Votre programme de mondialisation au cours de ces 6 dernières décennies n'a été qu'un programme égoïste, haineux et cupide fomentant la peur, la luxure et la pestilence. Il ne peut réussir. La liberté l'emportera sûrement. Votre programme satanique échouera.



LES OUTILS DÉVELOPPÉS PAR LES ILLUMINATI -
CEUX QUI SONT EN SERVICE AUJOURD'HUI


Nul doute que nous vivons dans un monde toujours plus high-tech. Nous avons à portée de main d'incroyables informations par l'intermédiaire de ce que l'on nomme l'internet. C'est l'une des raisons, toutefois, pour laquelle un grand nombre de gens n'arrivent pas à comprendre le danger dans lequel le monde se trouve présentement, la richesse dépeinte par et dans le "cyberespace" donnant souvent un faux sentiment de sécurité qui, à son tour, génère une confiance erronée dans la légitimité toujours plus grande de la technologie qui en est issue, rien ne pouvant jamais "mal tourner". Des milliards de personnes innocentes mourant terrassées par un simple virus "grippal", c'est impossible n'est-ce pas ?

La dure réalité, c'est qu'avec l'arrivée de nouveaux "super-ordinateurs", des outils pour créer l'ultime "virus tueur" ont été utilisés.



GARDER UNE "PROMESSE" -
 GARDER "PROMIS"


D'après un ex-officier de la Brigade des Stups de Los Angelès, Mike Ruppert, cet incroyable logiciel appelé PROMIS ["La Promesse"] a été "créé dans les années 70 par l'ancien analyste-programmeur de la NSA [Agence de Sécurité Nationale], Bill Hamilton, aujourd'hui Président de la Inslaw Corporation à Washington D.C. - PROMIS (Prosecutor's Management Information System) a franchi un seuil dans l'évolution de la programmation informatique. Travaillant à partir de gros systèmes informatiques ou de petits réseaux fonctionnant grâce aux ancêtres des PC actuels, PROMIS, dès son premier test il y a un quart de siècle, était capable de faire quelque chose qu'aucun autre programme informatique n'a jamais été capable de faire depuis. Il pouvait lire et intégrer simultanément une quantité illimitée de programmes ou de bases de données informatiques différents, quel que soit le langage dans lesquels les logiciels originaux étaient écrits ou quel que soit le système d'exploitation [O.S., Operating System] ou la plate-forme sur laquelle résidaient les données."
Pour les besoins de notre discussion, toutefois, chacun doit bien comprendre que le logiciel "PROMIS" a été modifié et fortement amélioré depuis son prototype originel de 1972. Il nous faut en suivre les traces pour décrire l'évolution qui a permis finalement la CARTOGRAPHIE DU SÉQUENÇAGE COMPLET ET DÉTAILLÉ des filaments de l'ADN et de l'ARN, le CODE même de LA VIE. Lorsque cela est compris, on peut mieux comprendre sans se tromper COMMENT des scientifiques, dans des laboratoires top-secret du gouvernement U.S., ont pu réussir à ressusciter le mortel virus tueur de 1918 et le loger dans les plasmides de cellules humaines et, finalement, dans un VACCIN tueur à effet différé.

 

N'oubliez pas, tout ceci n'est pas un mythe, ni une théorie, ni de la science-fiction. Ce sont des faits parfaitement documentés, quand bien même vous n'en avez jamais entendu parlé dans les médias ordinaires. Le logiciel PROMIS a finalement évolué dans des versions biochimiques très spécialisées appelées "Daylight" ["l'Aube"] et "Oracle 8i",

 

L'évolution du logiciel PROMIS est mieux comprise à la lecture de THE LAST CIRCLE de Cheri Seymour, alias Carol Marshall, tout particulièrement dans le 15ème chapitre. Celui-ci révèle le contenu de fichiers que Seymour a reçus du programmeur de PROMIS, Michael Riconosciuto, lesquels décrivent l'historique du développement de la guerre biologique à Fort Detrick et le désir affirmé des plus grands "Instituts Nationaux pour la Santé" des USA et des chercheurs du CDC de se servir des nouvelles technologies informatiques afin de créer des "Virus sur mesure" sophistiqués pour leur usage secret par la CIA. Il y est décrit également l'INFILTRATION d'AGENTS ISRAELIENS dans les laboratoires de Fort Detrick.

Les "améliorations" de Riconosciuto sont si "sensibles pour la sécurité nationale" que celui-ci a été placé de force en détention dans une prison fédérale de haute-sécurité, non pas pour quelque crime qu'il aurait commis mais pour l'empêcher d'être enlevé pour l'intérêt qu'il représente pour d'autres "groupes multinationaux" concurrents. 

 

D'après les fichiers de Riconosciuto, la DERNIÈRE GÉNÉRATION du logiciel PROMIS, aujourd'hui sous les copyrights DAYLIGHT et ORACLE 8i, est incroyablement complexe et a donné les preuves des incroyables possibilités de l'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE, comme le décrit si bien le film "Eagle Eye".

 

ORACLE 8i n'a pas seulement la possibilité d'analyser rapidement le séquençage génétique d'un clade viral ou bactérien en quelques petites minutes, il peut aussi modéliser une nouvelle structure virale complexe tout aussi rapidement en calculant dans le moindre détail la possible "évolution" de ses mutations après sa dissémination. Ce logiciel peut non seulement prédire le BILAN DES VICTIMES que le virus produirait, mais aussi le nombre total exact de ses mutations génétiques sur une période donnée. En bref, ce logiciel a vraiment la possibilité de contrôler le PROGRAMME complexe d'un GÉNOCIDE sous la forme d'une PANDÉMIE VIRALE mondiale fabriquée de toute pièce du début à la fin, de A jusqu'à Z. L'évidence suggère que ce programme a en fait été systématiquement déclenché en mars 2009.

 

Aussi puissant que ce logiciel puisse être, il a toutefois quelques limitations. La première, c'est que l'indispensable ÉCHANTILLON d'un virus tueur qu'il lui faut d'abord, afin d'en connaître TOUS LES PARAMÈTRES SUR LE COMMENT ET LE POURQUOI DE SA LÉTALITÉ SI EFFICACE, POURRAIT ÊTRE DÉTERMINÉ PAR L'ORDINATEUR. C'est ce qu'il s'est passé quand l'équipe de Jeff Taubenberger a réussi à isoler un échantillon totalement intact du virus tueur de 1918 à partir d'une de ses victimes, retrouvée congelée en 1997 à Brevig en Alaska. Avec cet échantillon, l'ordinateur a pu faire ses milliards d'analyses complexes, et tout ce que Taubenberger et Terrence M. Tumpey avaient à faire, c'est d'en tenir informés les chefs de la CIA et du MOSSAD israélien sur les estimations finales projetées par ORACLE.

 

Comme le dit Michael Ruppert : "Que feriez-vous si vous aviez un logiciel capable de penser et de comprendre tous les langages de la planète, un logiciel qui pourrait garder en permanence un oeil discret dans les "placards" de chaque ordinateur en y introduisant des données à l'insu de leurs propriétaires, un logiciel qui pourrait compléter les vides qui dépassent le raisonnement humain et aussi prévoir comment les gens se comporteraient - avant même qu'ils ne le sachent eux-mêmes ? Il est fort probable que vous l'utiliseriez, non ?"

Dans les domaines de la DÉPOPULATION MONDIALE et de l'EUGÉNISME tels que prescrits par les bailleurs de fonds de Hitler à Wall Street et à Londres, un tel programme informatique serait indispensable. La preuve que cela s'est vraiment produit et que le "génie viral" a vraiment été libéré de la bouteille est tout bonnement atterrante.
Examinons cette preuve.



CONTRÔLE DU LOGICIEL
PAR NOVARTIS PHARMA, BÂLE, SUISSE


Un chercheur de mes amis, Don Nicoloff, m'a immensément aidé à assembler les articles parus sur ces logiciels d'Intelligence Artificielle appelés DAYLIGHT et ORACLE 8i en détaillant la façon dont ils sont utilisés pour créer l'ULTIME UTOPIE DES ILLUMINATI sur la planète terre. Comme on pouvait s'y attendre, puisque le monde de l'Élite Mondiale est en fait très restreint et interconnecté, d'autres informations sur ce monde apparemment sans liens entre elles font leur chemin dans cette gigantesque toile de l'illusion, le Web.
Ce chemin nous mène au "Dr Orly Taitz" et à son mari, Yosef. Comme le dit Nicoloff, "Taitz, dentiste en activité, avocate et agent immobilier qui vit à Mission Viejo, au sud de la Californie dans la communauté huppée du littoral, a intenté nombre de procès et de poursuites judiciaires au nom de l'ancien candidat au Sénat U.S. Alan Keyes (et d'autres) pour demander la preuve de la citoyenneté de Barack Hussein Obama Jr (alias Barry Soetoro et autres) et de son éligibilité pour servir comme président des États Unis d'Amérique. Taitz a récemment publié la "preuve" qu'elle était professionnellement apte à délibérer devant la Cour Suprême US, et elle prétend avoir "rencontré personnellement" le Ministre de la Justice John Roberts." 
Nicoloff poursuit : "Yosef Taitz se décrit lui-même comme Producteur Exécutif en Chef (CEO) de Daylight Chemical Information Systems Inc. (DCIS), une compagnie privée de création de logiciels située à Mission Viejo en Californie, à Santa Fe au Nouveau Mexique et à Cambridge en Angleterre. DCIS est intimement impliquée avec Novartis Pharmaceuticals (USA, Suisse, Allemagne, France, Angleterre), détenteur du brevet de la vaccination aviaire/porcine. Le logiciel "DayCart" produit par DCIS intègre la recherche et le développement en cours par Novartis et d'autres utilisant les technologies propriétaires d'Oracle 8i.
Ce que Nicoloff oublie de mentionner, toutefois, c'est le fait que le brevet de Novartis détaille expressément que le pathogène viral dont le vaccin breveté est conçu pour s'en protéger est un virus synthétique "reprogrammé" qui n'a pu être créé que dans les laboratoires de Fort Detrick en utilisant les ordinateurs équipés d'ORACLE 8i. C'est EXACTEMENT ce que Michael Riconosciuto déclarait il y a plusieurs années pour ce qui concerne les possibilités de guerre biologique du logiciel ORACLE 8i.

 

Ne vous y trompez pas, en utilisant son logiciel propriétaire, NOVARTIS a créé le virus même qui menace le monde aujourd'hui, puis il a manipulé l'Organisation Mondiale de la Santé, l'O.M.S (que le logiciel PROMIS originel avait aidé à créer avec la "Banque Mondiale") pour qu'elle lance des alertes "PANDÉMIQUES DE NIVEAU 6" qui en retour ont créé dans l'URGENCE un MARCHÉ MONDIAL POUR DES MILLIARDS DE DOSES DE VACCIN. Manifestement, l'investissement de Novartis dans le logiciel Oracle 8i se montre vraiment joliment payant. 
Selon la BRANCHE INDUSTRIELLE de Novartis International basée en Chine, le Chemical Information Network ou ChIN (anagramme de "ChINe"), nous lisons la coupure de presse transnationale suivante :

 



DAYLIGHT CIS annonce DayCart

 

Contact: Yosef Taitz DAYLIGHT Chemical Information Systems Tel: +1-949.367.9990 Fax: +1-949.367.0990 Email: yosi@daylight.com www.daylight.com

 

DayCart(tm) présenté par DAYLIGHT

 

Mission Viejo, Calif. USA - July 14, 2000 -- DAYLIGHT Chemical Information Systems, Inc. (USA) présente aujourd'hui une nouvelle addition au tableau des logiciels DAYLIGHT; DayCart(tm), une application qui utilise les caractéristiques uniques de l'extensibilité d'Oracle 8i(tm), est conçue pour pleinement intégrer les structures et réactions moléculaires dans l'environnement d'un serveur sous Oracle 8i. En tant que module intégré, DayCart ne requiert aucun appel ou autre opération à l'extérieur du serveur Oracle pour fonctionner. DayCart apporte la vitesse, la capacité et la performance des outils Daylight partout dans l'organisation. L'utilisation de DayCart avec le serveur Oracle 8i ouvre l'accès aux applications et outils existants d'Oracle (tels que SQL, PL/SQL, Java, C, etc.) au tableau de l'information chimique.
"DayCart a été développé en étroite collaboration avec les chercheurs de Novartis et les architectes de la structure extensible d'Oracle 8i. Par conséquent, DayCart fournit une solution pratique et exceptionnelle pleinement compatible avec la technologie d'Oracle.

 

DayCart aujourd'hui délivre une large gamme d'informations sur les possibilités chimiques, tel que le stockage et l'accès directs et rapides de structures, réactions et mixtures 2D et 3D. Les opérations disponibles incluent la haute performance dans la recherche de structures complètes, sous-structures, super-structures, similarités et autres opérations structurelles. Notre utilisation de SMILES est unique et son indexation apporte une vitesse inégalable et la flexibilité dans le stockage, la vérification des nouveautés et les opérations de recherche," énonce Yosef Taitz, CEO de DAYLIGHT. 

 

"En utilisant la technologie de DayCart aujourd'hui, nous délivrons un système commun d'enregistrement de composés supportant l'archivage, la recherche et la récupération de plus de 9 millions de composés à la vitesse de la lumière. Un large éventail de solutions DayCart sont produites, à la fois par Daylight et par ses développements associés. Nous fournissons un chemin de migration pour la conversion et l'intégration des données existantes. Daylight chemical technology, solidement intégrée avec la base de données d'Oracle 8i ouvre la porte aux solutions révolutionnaires "informatiques". Cette technologie permet aux utilisateurs de faire le pont en étendant les horizons de l'information scientifique de la chimie, en mélangeant les données biologiques et chimiques et en fournissant des solutions pour le stockage des données, acquisition de composés et bien plus encore."

 

"La base de données Oracle est unique dans sa capacité singulière à stocker, gérer et sécuriser les données relationnelles, les fichiers et les données non-structurées", selon Jeremy Burton, senior vice président de iPlatform marketing, Oracle Corp. "En étendant les possibilités de gestion de ces données, comme DAYLIGHT le fait avec DayCart, la technologie continue de faire des progrès significatifs d'ordre commercial et scientifique. Nous sommes heureux d'être une partie fondamentale de ces progrès."
"La cartouche Daylight combine de puissantes performances avec une versatilité intéressante via l'approche des outils typiques de Daylight. Elle permet aux fonctions de Pharma R&D IT d'adapter la flexibilité de ses systèmes aux nouveaux défis des environnements commerciaux et scientifiques." D'après le Dr René Ziegler, à la tête du Pharma Research Information Management de Novartis.

 

DAYLIGHT Chemical Information Systems, fondée en 1987, est une compagnie privée dont le siège est à Mission Viejo, en Californie, avec des unités de recherches à Santa Fe, NM et Cambridge, en Angleterre. DAYLIGHT est un leader technologique qui apporte des outils hautement performants (tels que SMILES et Daylight Toolkit) pour les chercheurs en chimie partout dans le monde. Ses outils logiciels sont utilisés par des milliers de chercheurs dans plus de 250 compagnies dans le monde. Pour plus d'information : info@daylight.com and visit DAYLIGHT's homepage at www.daylight.com
Voilà. Cette pandémie programmée est un crime haineux contre l'humanité. Je suggère que cet article, combiné avec ceux que j'ai déjà écrits, réponde aux requis légaux pour engager des poursuites contre les suspects assassins. J'ai établi le motif (des bénéfices exceptionnels), l'opportunité et, finalement, les moyens et les méthodes pour commettre ce crime.

 

L'unique question qu'il reste est :

 



Y A-T-IL UN JUGE AUX USA ASSEZ BRAVE ET COURAGEUX
POUR METTRE CES ASSASSINS EN EXAMEN ???

 

 

True Ott, PhD, ND

L'affaire INSLAW : Ou comment les services de renseignements israéliens ont volé le logiciel américain -- PROMIS -- qui permet d'espionner toutes les communications téléphoniques et électroniques partout dans le monde


Partager cet article
Repost0
14 août 2009 5 14 /08 /août /2009 12:29
wikipedia


Mail reçu :

Il est Malin ce diable.....

Il mélange le vrai au faux pour mieux "noyer le poison"

Quand on và à l'essentiel, voici le sens de son message :

"La crise vient du destin, pour éviter la révolution, il faut un nouvel ordre mondial et il faut surtout éviter de chercher des coupables qui n'existent pas....."

_______________________________________________________________


La théorie des complots

le 11 août 2009 8h10 | par
Jacques Attali


 

 Chaque fois qu’un événement considérable et énigmatique  se produit, les hommes cherchent non seulement un responsable, mais, lorsqu’ils en sont les victimes,   un coupable. Et ils ne se contentent pas en général d’un mobile, il leur faut un complot.

  

 L’idée en est toujours séduisante : un complot donne à penser que l’inexplicable trouve sa source dans  une action secrète, lâche, masquée, globale, cohérente, organisée longtemps à l’avance par un  petit groupe, tirant les fils dans l’ombre, dont il  suffirait de se débarrasser  pour régler le problème.

 

Aujourd’hui, la théorie du complot fait florès pour expliquer la crise économique et financière.

 

Ou plutôt la théorie des complots. Car en fait, mille et un comploteurs sont dénoncés :  on  entend  dire de manière également   péremptoire que la crise a été, depuis longtemps , voulue,  pensée, organisée  et conduite de main de maitre   par l’ensemble des banques américaines, pour transférer leurs pertes sur les contribuables ; par Goldman Sachs pour écarter ses concurrents ;   par les compagnies pétrolières , pour qu’une récession interrompe les investissements et pousse à la hausse le prix du brut; par les détenteurs d’or, pour le faire monter ; par les détenteurs d’argent, pour remplacer l’or ;  par les Démocrates américains , pour en finir avec les Républicains ; par  les Républicains pour laisser le sale boulot aux Démocrates ; par la Chine pour  supplanter les Etats-Unis,  en faisant baisser les taux d'intérêt, incitant les Américains à s’endetter; par les Etats-Unis, pour ruiner la Chine, qui a placé l’essentiel de ses réserves en dollars ; par la Banque Centrale européenne, pour mettre à genoux le dollar ; par les islamistes,    pour détruire le capitalisme financier après avoir détruit les Twins Towers. Chaque tenant d’une théorie prétend détenir  des preuves parfaitement documentées, solidement établies, issues de sources les plus sures,  de la véracité de sa thèse.

   

Bien sur, certains des groupes dénoncés dans cette longue liste ont profité, profitent ou profiteront de la crise, d’une façon ou d’une autre, parce que  plusieurs ont trouvé une façon d’en tirer le meilleur.

 

Mais aucun d’entre eux n'en est le responsable ; ils ont réussi à en être  les bénéficiaires, ce qui n’est pas du tout la même chose.    

 

Tout autre, placé dans la même situation qu’eux, chercherait aussi à en tirer profit, ne serait ce que pour survivre.   Et il est important de contraindre ces puissances  à ne pas l'aggraver en en faisant leur miel. 

 

 D’autres encore désignent des comploteurs  d’autant plus masqués qu’ils sont, eux, totalement imaginaires : les juifs, les francs-maçons, les Illuminatis.

 

De fait, s’il y  a un complot, c'est bien celui ci tout pouvoir, tout groupe de pression, même moribond, surtout moribond, a besoin, pour durer,  de donner un sens à ce qu’il ne sait  pas expliquer, et pour cela de dénoncer un complot et de designer un bouc émissaire.

 

Et  comme tous les pouvoirs,  sont, dans la globalisation, chacun à sa manière, moribonds,  il y aura avalanche de boucs émissaires,  et les bourreaux s’entretueront.

 

Là est l’essentiel : aucun pouvoir, aucun contre-pouvoir, n’a plus la moindre influence  sérieuse sur le cours des événements,  parce que l’humanité s’est laissée déborder par les systèmes qu’elle a créés, à commencer par le marché. 

 

Et les théories du complot sont avant tout  la manifestation de l’impuissance de l’humanité face à son destin.

 

   Il faudrait donc avoir le courage, aujourd’hui,  de  s’attaquer aux règles du jeu, et non aux joueurs, si l’on veut éviter que la partie tourne au carnage.


http://blogs.lexpress.fr/attali/2009/08/la-theorie-des-complots.php


Merci à MD
Partager cet article
Repost0
14 août 2009 5 14 /08 /août /2009 06:23
Retort : «Ils firent un désert
et le nommèrent paix»

publié par
graffitix le 11/08/2009 16H38


Le tableau est noir, très noir. Et le propos essentiel.

Retort, groupe informel d’activistes américains opposés à l’ordre capitaliste des choses, auteur du très recommandé "Des Images et des Bombes", a accepté de répondre aux questions  d’Article11. Entre dénonciation sans concessions de l’Empire post-11 septembre, dégonflage de la baudruche Obama et mise à nu du néo-libéralisme guerrier, entretien fleuve.

"Néron triomphe en vain, comme partout ailleurs dans l’Empire qui avait déjà vu naitre Tacite."


Retort : "Ils firent un désert et le nommèrent paix"


Source Article XI ici - samedi 14 février 2009, par Lémi

american_empire_1_a.jpg

Ils ont écrit, à quatre mains, le livre contemporain le plus percutant sur les tribulations sanglantes de l’impérialisme américain, entre guerre de l’image et néo-libéralisme guerrier : "Des Images et des Bombes. Politique du spectacle et néolibéralisme militaire" (éditions Les Prairies Ordinaires). Dans cet ouvrage (que nous avions déjà abordé ici) essentiel, ils mêlent avec virtuosité Debord et Hobbes, Nietzche et Milton,  sautant d’une référence à l’autre pour dresser un état des lieux sans concession de la politique étrangère américaine et de ses conséquences désastreuses.

9782350960029-451fd-04306.jpg 

"Ils", c’est Retort, un groupe d’intellectuels et d’agitateurs américains basés à San Francisco et soucieux de dénoncer un "ordre actuel des choses" qu’ils rejettent en bloc, sans concessions.
Le collectif a gentiment accepté de répondre à quelques questions, par mails évidemment. Lecture instructive pour qui se leurrerait encore sur l’état du monde et sur les "promesses" de changement d’Obama. Mais aussi pour ceux qui, encore et toujours, cherchent des raisons d’espérer et des moyens d’agir [
1].


Membres, acte de naissance, actions initiées : pouvez-vous présenter votre collectif ?

Retort est une réunion d’antinomiens, qui a pour base la baie de San Francisco. Nous ne sommes pas un collectif, nous n’avons pas de programme explicite ; nous sommes plutôt une équipe hétéroclite - écrivains, artisans, professeurs, artistes, scientifiques, poètes - rassemblée dans un réseau d’amitiés enrichissantes et partageant le même antagonisme envers l’ordre présent des choses. Nous nous sommes rencontrés régulièrement tout au long des deux dernières décennies, principalement pour manger et boire ensemble - nous sommes heureux de le confesser - mais aussi pour discuter de politique, d’histoire, d’esthétique, des termes et techniques d’oppositions au capitalisme - par la racine ou par les branches -, de l’Empire, ou des différentes versions de barbarie en stock à notre époque. Nous cultivons un profond amour des bistrots et tavernes urbaines, ainsi qu’une tendance à favoriser le plein-air (ballades, arrière-pays, piques-niques sur bâches, baignades dans des lieux sauvages…). Nous avons produit des pamphlets et des brochures pour des occasions particulières et, de temps en temps, nous organisons des réunions publiques - lectures, banquets, soirées cinéma etc. Il y a des collaborations de tous genres à l’intérieur du groupe.

Par ce nom, "Retort" ("riposte"), nous reconnaissons que nous sommes engagés dans une conversation très large dont nous rejetons les termes et les suppositions, et que nous restons au sol, de manière rhétorique ou pas, sans que nous puissions faire autrement. Nous sommes forcés de passer une grande part de notre temps - beaucoup trop, vraiment - en réfutations, dénégations, répliques juridiques. En un mot, à "riposter" ("RETORTing"). Celà fait également référence à un obscur journal non-sectaire des années 1940, qui portait ce nom et que nous songions sérieusement à faire revivre. Il était édité et publié depuis une cabane de Bearsville, dans l’état de New-York, un hameau près de Woodstock. La presse utilisée pour l’imprimer avait appartenu à un agitateur anarchiste, l’éloquent Carlo Tresca, avant qu’il ne soit assassiné dans les rues de Manhattan, peut-être par des agents de Mussolini. Cette publication était anti-étatique, anti-militariste, et publiait des essais sur l’art, la politique et la culture, ainsi que de la poésie. Dans le premier numéro, il y avait ce poème de Kenneth Rexroth qui commence ainsi :

"Maintenant à Waldheim là où la pluie
Est tombée négligemment, inconsciemment
Pour toute la diabolique jeunesse du siècle
Là où maintenant reposent les rives de roses noires
" [
2]

Ce journal, Retort, publiait également The convinct’s Compendium of Useful Information [3], compilé par des opposants à la guerre, principalement ceux emprisonnés pour avoir refusé de collaborer soit avec l’Etat, soit avec les "églises de la paix" anabaptistes qui avaient conclu un accord avec le gouvernement américain : elles s’occupaient des camps de travail pour objecteurs de conscience situés à la campagne. Au final, Retort est un vaisseau alchimique qui fermente, distille transforme. C’est fragile, cela ne marche pas si l’on n’ajoute pas de feu, il y a des problèmes avec les théories sous-jacentes, mais il y a des explosions occasionnelles de magie.

"Au final, Retort est un vaisseau alchimique qui fermente, distille transforme. C’est fragile, cela ne marche pas si l’on n’ajoute pas de feu, il y a des problèmes avec les théories sous-jacentes, mais il y a des explosions occasionnelles de magie."

Comment vous est venue l’idée du livre, Des Images et des bombes ?

"Afflicted Powers" ("Des Images et des bombes" dans sa traduction française) a fait suite à une brochure intitulée "Ni leur guerre, ni leur paix", produite par Retort pour les manifestations anti-guerre du printemps 2003. Ce fut écrit dans l’urgence, dans le but de faire concurrence aux slogans qui, nous le savions, allaient dominer les marches - c’est à dire "pas de sang pour le pétrole" et "paix". Des dizaines de milliers de ces brochures ont fait leur chemin autour du monde et nous avons reçu de nombreuses réactions de gens demandant que nous développions ce qui était, c’est sûr, compressé et rhétorique. Nous avions l’intention d’écrire un pamphlet qui aurait été distribué à travers nos propres réseaux, mais cela gonfla et prit la forme d’un manuscrit finalement publié à Londres par Verso. Le ton d’Afflicted Powers porte la marque de son origine en tant qu’intervention de rue ; un critique le décrivit comme "venimeux et poétique" - pas de plus grand compliment. Chomsky caractérisa précisément le livre comme "moitié analyse, moitié manifeste", et nous fûmes heureux qu’Harold Pinter écrive à propos : "Une analyse détaillée de la relation entre les Etats-Unis et le monde. Pas une pierre qui ne soit retournée. Les vers mis en lumière sont grotesques."

empire_avion-2-0f08a.jpg

Les leaders d’Al Qaida souhaitaient la victoire de Bush aux élection de 2004 au motif que son action aurait été "davantage inspirée par la force que par la sagesse." En 2008, les mêmes ont dit vouloir la victoire de Mc-Cain, l’Amérique demeurant "l’ennemi parfait" avec un conservateur à sa tête. L’élection d’Obama est donc une défaite pour Al Qaida ?

Sûrement pas. La victoire d’Obama fut, c’est certain, une défaite domestique et symbolique pour les suprémacistes blancs américains. Ce fut aussi une rebuffade pour la caste militaire que McCain symbolisait. Beaucoup d’officiers des troupes américaines sont ainsi des descendants des migrants protestants irlando-écossais, qui ont fait également une grande part du sale boulot pour l’impérialisme anglais.
D’un autre côté, si les leaders d’Al Qaida croient maintenant qu’ils ont besoin d’un conservateur à la Maison Blanche pour constituer le "parfait ennemi" - et nous ne pensons pas qu’ils soient stupides à ce point - alors ils ont trop regardé la télévision américaine. Ou peut-être pas assez… Après tout, Obama s’est lui même engagé publiquement, à la télévision, à étendre la guerre en Afghanistan, et si nécessaire à bombarder le Pakistan sans concertation. Même Bush a hésité quand il a entendu cela durant la campagne de 2008… Il ne faut jamais sous-estimer l’extrémisme des Néo-libéraux [
4] - historiquement, le décompte global des victimes des administrations "néo-libérales" capitalistes dépasse même les bains de sang mis en place par les communistes d’état, les fascistes et la grande galerie des tyrans à poigne de fer. Il faut noter, bien sûr, que concernant le Moyen-Orient et le monde islamique, Obama a déjà juré sa loyauté à l’Etat sioniste. Et il sait parfaitement que - sans vouloir manquer de respect à Israël - si vous voulez les moyens, vous voulez les fins. A savoir, cette gamme complète d’ethnocides actuellement en cours en Palestine.

"Après tout, Obama s’est lui même engagé publiquement, à la télévision, à étendre la guerre en Afghanistan, et si nécessaire à bombarder le Pakistan sans concertation. Même Bush a hésité quand il a entendu cela durant la campagne de 2008… Ne jamais sous-estimer l’extrémisme des Néo-libéraux."

obama_cross-2-74a4c.jpg

Dans Afflicted Powers, votre analyse accorde une grande part au concept de "spectacle" théorisée par Guy Debord. Avec Obama aussi, cette notion semble opérante : il serait la représentation personnifiée du spectacle dans un sens "positif" un peu mièvre, pas loin d’Hollywood. Après avoir été défait en Irak, est ce que l’impérialisme américain ne cherche pas à "adoucir" son image, de manière à pouvoir continuer le boulot ?

D’abord, Obama est intégralement dans l’idée de politique spectaculaire - comment pourrait-il ne pas l’être ? Considérez ces photos mises en scène sorties tout droit d’un album de Leni Riefenstahl, ce logo "soleil levant" réminiscent du drapeau Hinomaru - qui fut banni pour ses significations militaristes durant l’occupation du Japon - , cette jeune femme musulmane bousculée hors de scène par des vigiles à un rassemblement démocrate parce qu’elle portait un foulard, etc.
Le tortureur en chef Rumsfeld écuma un jour de rage devant le club de presse de Washington en évoquant la difficulté de gérer les affaires de l’état dans un monde de caméras de téléphones portables, d’Internet, de cycles d’infos de quatre heures et d’Al Jazeera : il produisait ainsi sa propre théorie - vulgarisée, c’est certain - du spectacle.
Notre livre porte précisément sur les contradictions du militarisme néo-libéral dans les condition de spectacle induites par la nouvelle matrice à produire des images. Il y aura, c’est sûr, quelques changements avec Obama - spécialement dans l’organisation des apparences. Par exemple, Guantanamo, l’inacceptable visage de la torture d’état, sera fermé [
5] ; mais au fond, le goulag persistera, et le militarisme pourrait même être étendu sous la présidence Obama.

obama-sun-85ea7.jpg

Nous pensons également qu’il est important de réfuter le côté simpliste de votre formulation : "après avoir été défait en Irak." Comme nous le développons largement dans le chapitre "Permanent War" (qui n’est malheureusement pas reproduit dans la version française), il y a beaucoup de points par lesquels l’occupation de l’Irak a servi les intérêts néolibéraux - particulièrement américains - , même si sur d’autres aspects cela s’est révélé un désastre. Ces débats sur l’usage de la force sans modération, l’imposition d’une volonté hégémonique, l’établissement d’avant-postes militaires, etc., pourraient se résumer par l’expression : "L’Etat américain et ses clients du capital ont pu faire ce qu’ils voulaient, même s’ils n’ont pas pu obtenir tout ce qu’ils voulaient."

 

Depuis le 11 septembre, ceux qui étaient les spécialistes incontestés de la manipulation par le spectacle savent qu’ils sont vulnérables. Leur ennemi a appris comment se battre sur ce terrain, et avec une grande efficacité : le 11 septembre en est la preuve. La réaction des Etats-Unis fut essentiellement militaire (guerres en Afghanistan et Irak, menaces contre l’Iran, la Syrie, La Corée du Nord…). En cas de nouvelle attaque terroriste, à quoi faut-il s’attendre ?

Connaissant l’histoire des USA, on peut parier qu’un deuxième attentat du style du 11 septembre produirait encore une fois une très violente réponse de l’Etat américain, et serait supportée par la part importante d’éléments chauvins de la population. Nous hasardons deux prédictions : à l’étranger, dans n’importe laquelle des aventures militaires à venir, les victimes seront comme d’habitude, et en très grande majorité, des non-combattants ; sur le front intérieur, dans notre propre pays, il y aura des assauts plus poussés au niveau des libertés civiques - concernant le caractère privé d

obama_pop-a4f85.jpg

es correspondances, sur l’Habeas Corpus, le droit de rassemblement, le droit à la ville ("right to the city"), et ainsi de suite. Bien sûr, ces droits ont toujours été régulièrement et sérieusement ébréchés, ce n’est pas une grande nouvelle, par exemple pour ces américains régulièrement contrôlés pour "conduite de voiture alors qu’ils sont de race noire".
Concernant la future politique étatique, quel que soit le degré de belligerence entre les cliques au pouvoir, le point crucial est que l’appareil stratégique de l’Empire "vacille toujours dans la direction de l’intervention militaire", quoi que l’administration Obama puisse dire sur la "diplomatie de la force intelligente" comme arme principale.

"(...) Le point crucial est que l’appareil stratégique de l’Empire ’vacille toujours dans la direction de l’intervention militaire’, quoi que l’administration Obama puisse dire sur la ’diplomatie de la force intelligente’ comme arme principale."

Un des chapitres de votre ouvrage traite de l’émergence du terrorisme islamique révolutionnaire, de ces gens qui ont appris à utiliser les techniques de la modernité et le pouvoir de l’image. Bien évidemment, vous rejetez en bloc leurs méthodes. Mais dans le même temps vous semblez dire que ce sont les seuls capables de déstabiliser l’impérialisme américain et le modèle capitaliste. Vous pensez que l’opposition occidentale à la marche actuelle des choses devrait s’inspirer sur certains points des analyses de l’Islam révolutionnaire ?

Aucun assassin, aucun propagandiste de la force, n’a jamais atteint l’impact des aviateurs qui attaquèrent le World Trade Center en 2001 ; et pourtant, nous étions dès le début sceptiques sur les conséquences de cet attentat, pas réellement déstabilisatrices pour l’hégémonie ou pouvant mener à un véritable échec stratégique. Sans doute l’événement a-t-il marqué l’arrivée dans le centre névralgique du capitalisme mondial d’un nouveau modèle d’avant-garde, réussissant une forme de détournement de l’appareil de la modernité. Notez que les avions qu’Atta et son équipe transformèrent en lance-missiles furent en fait conçus pour être des armes de destruction massive : l’entreprise Boeing reconfigura les vieux bombardiers utilisés pour lâcher des déluges de feu sur les villes européennes et japonaises durant la Seconde Guerre mondial en vue de les adapter au tourisme de masse et aux voyages professionnels dans les années 1960. Atta lui-même était un urbaniste (Au Caire et à Alep), dégoûté par la "disneyification" émergente et l’échec du développement national séculaire en Egypte et dans le tiers-monde. Il avait raison ; Dubaï est un visage de la globalisation néolibérale, les bidonvilles géants en sont un autre.

En même temps, il est nécessaire de reconnaitre la relation amoureuse qu’entretient al-Qaida avec l’image utilisée comme arme politique. Même dans leur rejet de l’Occident, les avants gardes islamiques affichent une maîtrise totale du monde virtuel et des nouvelles techniques de diffusion. C’est un aspect du mélange actuel entre atavisme et nouvelle ultra-modernité que ceux qui s’opposent autant à l’Empire qu’au Jihad, que nous considérons comme deux virulentes mutations du "bien", doivent prendre très au sérieux. "Très au sérieux", non pas à cause des troubles qu’ils traînent dans leur sillage, ou pas seulement à cause de cela, mais parce que les avant-gardes révolutionnaires de la Terreur parlent comme personne d’autre des vérités de la modernité, d’une manière qu’aucun langage de la raison n’ose faire. C’est pourquoi nous affirmons que c’est au niveau de la modernité elle-même qu’une critique stratégique de gauche doit s’enchasser. Bien sûr, tactiquement, nous avons besoin d’un programme anti-capitaliste qui ferait le lien entre les opprimés ("commoners") du Nord et ceux du Sud, qui ferait campagne contre les racines mêmes de l’impérialisme, et qui refoulerait les récents épisodes d’enclosure et d’accumulation primaire.

1-11-ccec4.jpg

"(...) Il est nécessaire de reconnaitre la relation amoureuse qu’entretient al-Qaida avec l’image utilisée comme arme politique. Même dans leur rejet de l’Occident, les avants gardes islamiques affichent une maîtrise totale du monde virtuel et des nouvelles techniques de diffusion."

Je sais que certains chapitres du livre original ne sont pas présents dans l’édition française. De quoi traitaient-ils ?

Il y a deux chapitres d’"Afflicted Powers" qui n’ont pas été inclus dans sa traduction française, "des Images et des bombes". Un chapitre intitulé "Guerre Permanente" affirme l’importance centrale du militarisme dans toute analyse du monde contemporain. Nous passons en revue les enregistrements historiques de l’incessante et continuelle belligérance des Etats-Unis, de manière à faire taire les prétentions de ceux qui font la différence entre un Etat aux mains d’un "parti de la guerre" et un autre aux mains d’un "parti de la paix" et de la diplomatie. Il est suivi d’un chapitre intitulé "le Futur d’une Illusion", qui s’attaque aux relations entre les Etats-Unis et l’Etat d’Israël, et essaye de casser le silence presque total sur la généalogie de cette relation et ses dynamiques, ainsi que sur le rôle de cette relation dans le moment impérialiste présent. Nous soutenons qu’Israël est non-seulement un "Etat-raté", si on recourt au langage du FMI, mais qu’il a aussi cessé depuis longtemps d’être un atout stratégique ; même comme mirage dans le désert, c’est maintenant un échec, vraiment un sérieux handicap pour les gérants de l’Empire. A ce niveau du spectacle, cela a tourné au désastre ; les images de vergers d’orangers et de "fleurs dans le désert" ont été remplacées par celles de la destruction au bulldozer des vergers d’oliviers, et maintenant par les scènes de massacres en masse d’innocents à Gaza, lesquels n’ont même plus l’option de devenir des réfugiés.

"A ce niveau du spectacle, cela a tourné au désastre ; les images de vergers d’orangers et de ’fleurs dans le désert’ ont été remplacées par la destruction au bulldozer des vergers d’oliviers, et maintenant par les scènes de massacres en masse d’innocents à Gaza, lesquels n’ont même plus l’option de devenir des réfugiés."

Nous sommes ravis que Les Prairies Ordinaires aient publié ce livre en France, et nous comprenons que les exigences de format requièrent certaines excisions. Cependant, le débat qui est au cœur d’Afflicted Powers concerne précisément les nouvelles conditions très complexes dans lesquelles les intérêts bruts de l’impérialisme et les conflits géostratégiques entrent en collision avec les récents développements dans les rouages, la production et la gestion de l’image-monde. Avec l’omission de ces deux chapitre, notre argumentaire est - pour les lecteurs français - déséquilibré et incomplet, sur des points importants.

Qu’en est-il des intellectuels américains ? A part Howard Zinn ou Noam Chomsky, est ce qu’il y a d’autres "voix" qui jouent un grand rôle dans l’opposition à l’ordre des choses ?

La figure de l’intellectuel comme opposant publique a plus ou moins disparu pendant la chasse aux sorcières anti-communiste, en partie via ces carrières qu’on a détruites, en partie via l’impossibilité d’accéder au quatrième pouvoir. L’essai de Chomsky, "La responsabilité des intellectuels", l’a rendu célèbre pour sa critique de la guerre du Vietnam, mais il faut rappeler qu’au moment où le livre a été publié, en 1967, Chomsky était tranquillement titulaire d’un poste au Massasuchett Institute of Technology [6] (MIT) pour son travail novateur en linguistique mathématique. Le MIT était financé par l’US Navy et l’Army Signal Corps

Plus généralement, l’explosion soudaine d’énergie contestataires dans la zone de la baie de San Fransisco au cours des années 1960, captée à travers les voix de Huey Newton et de Mario Savio, qui ont fait le lien entre les revendications des Black Panthers et du Free Speech Movement, a vite été étouffée ou supprimée. Le petit nombre de ceux accueillis dans la nouvelle académie modèle, multi-culturelle, tira parti de ces luttes, mais les voix noires radicales comme celles d’Angela Davis, d’Adolphe Reed et de Ruth Wilson Gilmore ont été occultées dans les médias principaux. Les journaux "underground" de la contre-culture furent soit fermés soit "normalisés" vers le milieu des années 1970. Depuis, les discours publics ont été dominés par l’agenda des "think-thanks" conservateurs et néo-libéraux, fondés comme une réplique directe aux événements de la fin des sixties. La réaction s’installa et Chomsky, par exemple, se retrouva exclu des pages de la New York review of Books. Il se passa la même chose avec son collègue anarchiste Howard Zinn, qui enseignait à l’université de Boston, de l’autre côté de la rivière par rapport au MIT. Même s’il était terriblement populaire auprès des jeunes étudiants qui accouraient en masse à ses cours sur les libertés civiles, Zinn fut perpétuellement malmené et humilié par l’administration universitaire. C’est très tardivement que Zinn a gagné une reconnaissance au niveau national, suite à l’extraordinaire succès de son ouvrage "Une Histoire populaire des Etats-Unis", qui continue à se vendre à 100 000 exemplaires par an. Ironiquement, la mise à l’écart des voix critiques en Amérique signifie que l’effondrement des ventes des journaux principaux n’a pas les conséquence qu’il aurait ailleurs, en Inde par exemple.

41R8YCWCRVL._SS500_-e092e.jpg

Ce qui est beaucoup plus dangereux pour les voix de l’opposition, c’est l’implosion des librairies indépendantes et du réseau de lieux pour lire, se réunir et discuter. Ceux qui s’enthousiasment pour la vie virtuelle sont apparemment tellement focalisés sur leurs écrans, ou alors leur tête est perchée tellement haut dans la blogosphère, qu’ils n’ont pas remarqué ce vide grandissant dans les environs, et le peu qui reste de l’espace public. Dans ces circonstances, il n’est pas étonnant que les voix critiques en circulation se trouvent essentiellement sur Internet. Quelques-unes parviennent à s’échapper du ghetto ; Mike Davis et Naomi Klein viennent à l’esprit parce qu’ils combinent des analyses tranchantes avec des recherches sérieuses. Ils attirent l’attention parce que le journalisme d’investigation est quasiment mort.

"Ceux qui s’enthousiasment pour la vie virtuelle sont apparemment tellement focalisés sur leurs écrans, ou alors leur tête est perchée tellement haut dans la blogosphère, qu’ils n’ont pas remarqué ce vide grandissant dans les environs, et le peu qui reste de l’espace public."

Au-dessous de ce seuil d’une certaine notoriété publique, il y a une liste beaucoup plus longue - il serait injuste d’y piocher seulement quelques noms - composée de ceux dont la pensée et l’œuvre aident à reconquérir le passé et qui forgent des outils pour clarifier et théroser la situation actuelle. Et, bien sûr, il peut y avoir certains écrits dont l’utilité, usant du temps comme arme, se situe un peu plus loin dans le futur. Un bon échantillon de ces "autres voix" peut être entendu en se rendant sur les archives en ligne d’"Against the Grain", un programme possédant un grand éventail d’entretiens très fouillés et qui se trouve sur les ondes de Pacifica Radio, le seul réseau audiovisuel indépendant aux Etats-Unis. Depuis sa fondation en 1946, Pacifica a lutté pour survivre dans un environnement politique hostile.

Enfin, le monde de l’édition est désormais globalement congelé. C’est pourquoi nous sommes grandement redevables aux efforts courageux et constants de petites structures comme Autonomedia à New-York et AK et PM Press dans la zone de la baie de San Francisco, qui continuent à procurer une plate-forme pour les voies radicales.

Vous donnez l’impression d’avoir été réellement impressionnés par les manifestations de février et mars 2003 contre la guerre en Irak, pas seulement aux Etats-Unis mais tout autour du globe. Pour vous, il y avait alors une "multitude" qui commençait à se lever contre le néo-libéralisme militaire américain. Six ans plus tard, est-ce que cette "multitude" continue à se développer ? Est-ce que vous êtes encore optimiste ?

Nous n’avons jamais été optimistes. Cependant, nous voulions insister sur le fait qu’à un moment qui est normalement le moment en or pour l’Etat - l’heure de mobilisation pour la guerre, qui stimule une unanimité de chiens d’attaque, composée de peur, d’agressivité et de xénophobie - , des millions de personne ont simplement refusé de croire ce que les seigneurs de guerre leurs disaient et ont essayé de stopper un conflit avant qu’il ne commence. Sans succès, évidemment ; nous soutenons dans "Afflicted Powers" que le mouvement anti-guerre a rapidement décliné, d’abord parce que l’omniprésent slogan "No Blood for Oil" (pas de sang pour le pétrole) a entraîné une grande confusion concernant les relations des Etats-Unis avec l’économie politique mondiale du pétrole - une histoire complexe, c’est certain. Et deuxièmement, parce que marcher et s’organiser sous la bannière "Peace" implique une méconnaissance des dynamiques du militarisme et de la modernité. Près d’un siècle plus tôt, Randolph Bourne avait prévu ce fait établi, inquiétant, qu’avec une armée en état de marche, un impôt sur le revenu et une industrie de guerre, l’Etat a seulement besoin d’un consentement tacite, tel que le concevait Gramsci, ou d’une inconscience de la population. La paix en tant que cadre oppositionnel est condamnée à finir dans la démoralisation et la confusion : en réalité, dans les conditions actuelles, la paix signifie la guerre par d’autres moyens. C’est la paix des "processus de paix" et de la "pacification". La paix des cimetières, du genre de celui qu’ils construisent aujourd’hui à Gaza.

"La paix en tant que cadre oppositionnel est condamnée à finir dans la démoralisation et la confusion : en réalité, dans les conditions actuelles, la paix signifie la guerre par d’autres moyens. C’est la paix des ’processus de paix’ et de la ’pacification’. La paix des cimetières, du genre de celui qu’ils construisent aujourd’hui à Gaza."

Concernant l’idée de "multitude", nous ne souscrivons pas au point de vue, présenté ces derniers temps par une tendance post-léniniste franciscaine et populaire, selon lequel, de la même manière que la machine à vapeur des usines victoriennes a produit un prolétariat conscient, les réseaux informatiques produiraient une multitude néo-spinoziste qui jouerait cette fois le rôle du fossoyeur. Cette fantaisie millénariste est l’autre face de la "mode-cyber" générée dans les moulins à relations publiques du capitalisme à la Silicone Valley pour la consommation de Wall-Street.

C’est vrai que dans le sillage cahotant des états "ratés", des thérapies de choc du FMI et de la nouvelles séries d’enclosures mondiales du néolibéralisme, un mouvement non-avant-gardiste est en train d’émerger lentement. Les lieux et les modes de résistances sont - doivent être - aussi hétéroclites et protéiformes que les lieux et modes de nouvelles enclosures. L’époque de la nostalgie envers l’entrée de l’usine et de la fétichisation pour le lieu de production s’est envolée depuis longtemps. La tâche urgente et nécessaire, c’est de connecter les luttes dans tous les lieux, au Nord et au Sud, incorporés dans les circuits du capital - dans les lieux de production, de reproduction, de consommation et d’expropriation. Cela signifie, par exemple, de comprendre, puis d’articuler les intérêts communs, par exemple, des paysans sans terre du mouvement "Sem Terra" en Amérique du Sud et du mouvement "Open Source" de la baie de San Francisco, qui s’attaque aux catégories actuelles de la "propriété intellectuelle" en les considérant comme la forme d’enclosure responsable de l’agro-business des OGM et du fiasco du biofuel. En dehors des problèmes pratiques auxquels font face les réseaux horizontaux et transnationaux comme ceux de résistance au G8 ou le Forum Social Mondial, il y a un important travail de théorisation à accomplir. Au niveau conceptuel, si le système matérialiste a ses subtilités métaphysiques et ses raffinements théologiques, ce que nous appelons "la forme commune" ("common form") a aussi ses énigmes philosophiques, qui nécessitent notre attention. Il nous faut écouter les opprimés survivants de la planète et nous assurer l’aide d’anthropologistes et d’historiens du peuple, de l’usufruit et du droit d’accès à la propriété ("coincident use-rights").

Dans la préface à l’édition française, vous expliquez que la vision de l’Europe comme un pôle d’opposition à l’hégémonie américaine est une illusion. Pour vous, l’Europe s’est plus ou moins alignée sur la puissance américaine et le néolibéralisme militaire.
En France, il y a eu l’élection de Sarkozy, président résolument atlantiste. C’est une confirmation de votre point de vue ? L’Europe dans son ensemble ne serait qu’un outil de la stratégie américaine ?

Ce n’est pas seulement une "illusion", cela joue un rôle à l’intérieur du spectacle de la fausse opposition. Cette imagerie spectaculaire permet à certains en Europe d’affirmer qu’une telle collusion, profonde et inébranlable, n’existe pas, quand ils seraient autrement forcés d’admettre leur complicité avec le néolibéralisme militaire américain et leur entière participation au projet néolibéral plus large en Europe même. Ce n’est pas affirmer que l’Europe est un "outil de la stratégie américaine", mais plutôt que les Etats européens sont des partenaires à part entière des USA dans les stratégies capitalistes mondiales, parfois militaristes, parfois non. Sarkozy et son "atlantisme" - c’était bien sûr aussi le terme utilisé par Blair - représentent juste une autre figure de bois peinturlurée sur le manège de l’auto-représentation européenne. Schroeder et Merkel, Chirac et Sarkozy, Blair et Brown, Berlusconi et Prodi, Simitis et Karamanlis : quel que soit celui qui dirige le cheval peinturluré, le manège ne va nul part. Aucun de ces Etats européens ne s’est engagé dans la moindre opposition significative au militarisme américain, alors que chacun d’eux a implacablement imposé sa propre - et celle des USA - néo-libéralisation interne.

bush_sarkozy432-a9f24.jpg

C’est finalement aux citoyens qu’incombe la tâche de résister à la néo-libéralisation, qu’elle soit militariste ou interne, ainsi que les insurgés grecs l’ont montré récemment - non seulement par leur volonté de se battre dans la rue mais par leurs actions spécifiquement ciblées, comme l’actuelle protection des émigrés et le blocage dans le port d’Astakos d’armes américaines destinées à Israël.

"Schroeder et Merkel, Chirac et Sarkozy, Blair et Brown, Berlusconi et Prodi, Simitis et Karamanlis : quel que soit celui qui dirige le cheval peinturluré, le manège ne va nul part. Aucun de ces états européens ne s’est engagé dans la moindre opposition significative au militarisme américain, alors que chacun d’eux a implacablement imposé sa propre - et celle des USA - néolibéralisation interne."

Il y a un aspect de votre livre qui est plutôt inhabituel dans les ouvrages politiques : comme les Situationnistes, qui semblent avoir exercé une grande influence sur votre analyse, vous utilisez la force de la poésie pour exprimer vos idées - la citation de Milton [7], récurrente dans le livre, en est une illustration parfaite.
Globalement, l’arrière-plan théorique de votre livre est assez étendu. De Marx à Debord en passant par Burke Polyiani ou Milton, vous refusez toute approche mono-centrée. C’est important pour vous de vous référer à la littérature, comme une manière de refuser l’ennui se dégageant de la plupart des livres politiques ?

Une partie de la réponse se trouve évidemment dans le fait que c’est un projet collectif, avec un large groupe actif supportant les quatre auteurs, chacun apportant son expérience particulière et son corps de connaissances. Du quartet qui s’est assis pour ébaucher et écrire "afflicted Powers", deux sont historiens et les deux autres sont très intéressés par l’histoire. C’est sans doute une déformation propre aux historiens de s’attaquer aux débarras du passé, mais, franchement, nous n’aurions pu imaginer embarquer sur un tel projet sans l’assistance de Rosa Luxembourg, de Randolph Bourne ou d’Hannah Arendt. Et sans Nietzche entre les mains, une critique de la modernité aurait été beaucoup plus difficile à élaborer. Edmund Burke et Thomas Hobbes formèrent une part essentielle de la trousse à outils analytique. Milton, qui contribua à forger un langage politique radical dans les décennies révolutionnaires du 17e siècle, nous donna le titre de l’ouvrage, et fut une source d’inspiration continuelle et pas seulement parce que son grand poème fut écrit dans le visage de la défaite.

Et, bien sûr, l’indélébile citation de Tactite, "Ils firent un désert et le nommèrent paix", nous parla à travers les siècles. Ce sont des mots qu’il plaça dans la bouche d’un guerrier gallois à la veille d’une bataille contre les légions romaines dans les montagnes écossaises, à la lointaine frontière Nord/Ouest de l’empire. Nous avons besoin de Tacite pour nous rappeler quel genre de paix, ainsi que le nous disions plus tôt, recherchent les maitres de guerre. Une grande partie de l’œuvre de Pierre Vidal-Naquet, l’historien de la Grèce ancienne, abordait la violence d’Etat et l’assassinat de la mémoire, des thèmes centraux dans le spectacle. Il fut inspiré par une ligne de Chateaubriand qu’il trouva retranscrite dans le journal intime de son père, avant sa déportation à Auschwitz : "Néron triomphe en vain, comme partout ailleurs dans l’Empire qui avait déjà vu naitre Tacite."

"Et, bien sûr, l’indélébile citation de Tactite, "Ils firent un désert et le nommèrent paix", nous parla à travers les siècles. (...) Nous avons besoin de Tacite pour nous rappeler quel genre de paix (...) recherchent les maitres de guerre."

Vous avez raison concernant l’ennui se dégageant des livres politiques. Mais, qu’est-ce qui n’est pas ennuyeux ? Les divertissements de la vie moderne sont trois fois narcotiques, et la modernité en général est une vaste blessure de stress, toujours répétée. Néanmoins nous semblons être au seuil de périodes intéressantes, et il y a des raisons de dresser l’oreille. C’est selon nous une période propice pour élaborer des concepts neufs, aussi bien que pour rénover impitoyablement de vieux concepts à la lumière de nouveaux terrains cauchemardesques. Nous surveillons les dédoctions fraiches et les ferment de notre laboratoire de la zone de la baie de San Francisco. Sans être optimistes, nous sommes encouragés par des signes de masses rassemblant les légions affligées et - qui sait ? - se confédérant pour nuire à l’ennemi.


Abu_20Ghraib_20Torture-715244-4fb54-a86e

"Rassemblant nos légions affligées,
examinons comment nous pourrons dorénavant nuire à
notre ennemi, comment nous pourrons réparer notre perte,
surmonter cette affreuse calamité ;
quel renforcement nous pouvons tirer de l espérance,
si non quelle résolution du désespoir.
"
(John Milton, Le Paradis perdu, Tome 1)

filet.gif

Notes

[1] Cet entretien a été traduit (de l’américain au français) par votre serviteur, aka Lémi. Il a été rédigé par Retort il y a environ trois semaines, il faut donc replacer certaines déclarations dans le contexte de l’actualité de l’époque. Pour certains termes qui me paraissaient ambivalents j’ai placé de ma propre initiative les termes originaux, en anglais, entre parenthèses.

[2] Traduction évidemment approximative par votre serviteur, peu versé dans la traduction de poésies. L’original : "Now in Waldheim where the rain/ Has fallen careless and unthinking/ For all an evil century’s youth, / Where now the banks of dark roses lie..."

[3] Traduction approximative : "Le recueil d’informations utiles sur les prisonniers".

[4] Le terme utilisé par Retort est "liberal" : dans l’acceptation outre-atlantique, cela ne recouvre pas exactement la même définition que "libéral". Voir cet article de Rue 89 soulignant la différence, pas toujours claire.

[5] L’actualité est bien sûr venue par la suite confirmer cette affirmation.

[6] Université située à Cambridge, au Nord de Boston.

[7] "Rassemblant nos légions affligées,
examinons comment nous pourrons dorénavant nuire à
notre ennemi, comment nous pourrons réparer notre perte,
surmonter cette affreuse calamité ;
quel renforcement nous pouvons tirer de l espérance,
si non quelle résolution du désespoir."
(John Milton, Le Paradis perdu, Tome 1)

Partager cet article
Repost0
8 août 2009 6 08 /08 /août /2009 00:27




Le cynisme des politiques !!!

Revue de presse de Pierre Jovanovic sur la radio "ICI et MAINTENANT"

Vidéo ici :

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-34663135.html

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche