Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 16:33
8

Je comprends tout à fait la colère des agriculteurs français qui subissent directement les prix bien moindres de la concurrence étrangère, mais il leur arrive de détruire les stocks comme signe de protestation, pourquoi ne pas nourrir en donnant plutôt que jeter? Autre chose, pourquoi ne pas passer directement à la vente directe et ne plus vendre du tout aux supermarchés? Bref, après s’en être pris aux production espagnoles, les production italiennes sont dans la ligne de mire… Notez quand même la fin de l’article, ce cher Ministre Lemaire qui nous parle d’un plan de « sortie de crise » pour la filière agricole, une bien belle promesse…

Une trentaine d’agriculteurs sont venus ce soir dans une grande surface de Nîmes protester contre une vente flash de raisin italien, une action qui a dégénéré quand l’un d’eux s’est emparé du micro pour décréter « tout est gratuit » dans tout le magasin.

Les producteurs de fruits et légumes étaient venus proposer leur propre raisin de table gratuitement, mais l’un d’eux, sous la colère, a fini par annoncer au micro que tout était gratuit pendant dix minutes dans le magasin, a dit  Jean-Louis Portal, président de la FDSEA du Gard.

Des clients ont alors franchi les caisses, poursuivis jusque sur le parking par vigiles et caissières, tandis que deux agriculteurs prenaient des coups dans la bousculade, avant que la police n’intervienne, a ajouté M. Portal. Il n’y a eu ni interpellation ni dégât majeur dans le magasin.

 Cette grande surface vend ses raisins italiens à 1,09 euro le kilo, s’indigne le représentant syndical, qui relève que les producteurs français de leur côté ne trouvent pas preneurs.

« L’agriculture est en faillite, 70% des entreprises du département vont déposer le bilan si rien n’est fait », ajoute M. Portal, qui a appelé ses adhérents à l’apaisement et à rester chez eux en attendant la visite dans le Sud du ministre de l’Agriculture promise pour le début de semaine prochaine.

Le ministre Bruno Le Maire a annoncé vendredi qu’il présenterait le 7 septembre un plan de « sortie de crise » pour la filière des fruits et légumes, qui n’arrive pas à écouler ses produits à un prix couvrant ses coûts de production.

 

Source: lefigaro.fr

 

http://lesmoutonsenrages.fr/2011/08/21/des-agriculteurs-en-colere-dans-le-gard/

 

Partager cet article
Repost0
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 16:28
http://storage.canalblog.com/67/42/181887/58217723.png

http://storage.canalblog.com/67/42/181887/58217723.png

Les fonctionnaires, grands perdants de la faillite des États


La crise financière mondiale entre dans une nouvelle séquence.

Désormais ce sont les États, endettés à un niveau rendant impossible le remboursement ne serait-ce que des intérêts de ce qu'ils empruntent, qui se retrouvent en situation d'étranglement irrémédiable avec en ligne de mire la banqueroute et l'assèchement des ressources financières pour faire face aux dépenses courantes de fonctionnement.

Dans le même temps, le financement du développement et de la croissance est devenu impossible à mettre en œuvre, la stagnation puis la décroissance sont les seules issues à cette crise si on ne change pas radicalement de paradigme politique, sociétal et financier.

 On entend dire partout que la résultante sera bientôt "la ruine sociale".

Personne ne sait précisément ce qui va se produire à court et moyen terme, lorsque les États ne pourront plus faire face à leurs échéances.

Bien sûr, les créances privées seront reportées et prorogées, les délais de paiement des fournisseurs de l'État, qui sont déjà anormalement longs, vont être encore prolongés davantage, conduisant à la ruine nombre de petites ou grandes entreprises en quelques mois pour les plus fragiles jusqu'à quelques années pour les plus solides.

À court terme, l'État diminuera fortement toutes ses dépenses, et coupera massivement dans tous ses budgets.

Très vite ensuite, on constatera la diminution des services publics rendus dans tous les domaines, l'arrêt progressif de la maintenance des infrastructures, etc.

Effet domino garanti, avec effets visibles.

 

Mais qui seront réellement les premiers touchés ?

Une population dont on ne parle jamais est paticulièrement exposée, ce sont les "fonctionnaires de l'État", tous corps confondus.

D'une manière générale, tous ceux qui sont embauchés dans la fonction publique, ou assimilés, et qui pourraient prochainement, d'un jour à l'autre, se retrouver d'abord avec des retards de paiement de salaire, puis des acomptes versés au lieu d'un salaire complet, puis voir leur salaire baisser "par la force des choses" dans le cadre d'un programme nécessaire de baisse des coûts et des coupes budgétaires.

Tous les pays sont concernés, et la France bien entendu aussi, bien que cela devrait se produire d'abord ailleurs en Europe, en Espagne et en Italie, après la Grèce déjà concernée.

Ce qui est formidable dans cette histoire, c'est qu'on a toujours entendu dire que "les fonctionnaires étaient les privilégiés, quoi qu'il arrive, ils seront toujours payés, c'est l'État donc c'est très fiable".

Foutaise, bien entendu, dans le cas de la banqueroute d'un pays.

La ruine sociale ne se fera pas sans l'effondrement du revenu de millions de fonctionnaires et des innombrables conséquences liées.

Je sais que le scénario est difficile à imaginer, mais avant les salariés, avant les chômeurs, avant les retraités, les populations les plus exposées à un brutal retour à la réalité en cas de banqueroute d'un État, ce sont les fonctionnaires.

Ni préparés, ni habitués à l'instabilité, ne se sentant même pas concernés, les millions de fonctionnaires laminés précipiteront à la catastrophe toute une organisation publique et privée, dont ils sont l'un des éléments essentiel.

Avec eux, bien sûr, les chômeurs déjà confrontés à la misère, les retraités déjà limités financièrement feront pâle figure, l'impact de la ruine sociale leur sera moins sensible.

Avec l'inflation liée à une sortie de l'euro désorganisée (car non souhaitée par le pouvoir en place), les salariés seront ensuite projetés à la rue, au rythme des faillites d'entreprises qui vont se multiplier par voie de conséquence.

Les malades seront moins bien soignés, et disparaitront plus rapidement.

 

Comment va-t-on s'en sortir ?

Le monde occidental libre, laïque et démocratique était un beau projet, sur le papier, hélas rendu irréaliste par la nature de l'Homme.

L'Europe, et l'euro étaient également de magnifiques projets, encore aurait-il fallu que la composante sociale et politique soit prédominante.

Les solutions les plus évidentes, à court terme, pour limiter la casse sont :

- laisser les banques faire faillite, tout en protégeant les avoirs des clients,

- nationaliser les banques, faire contrôler les banques par les peuples au travers un système démocratique favorisant l'intérêt général,

- contraindre et contrôler les banques pour qu'elle assurent leur métier et uniquement leur métier qui consiste à financer directement le développement privé,

- développer des réseaux de banques destinées uniquement aux entreprises et à leurs spécificités métiers,

- décentraliser le pouvoir politique, et le concentrer davantage au niveau local pour favoriser la dimension humaine,

- rendre la Nation souveraine dans ses choix stratégiques et ses décisions,

- produire sa propre monnaie, au plan national, ou au plan européen si l'euro est maintenu,

- décider d'annuler tout ou partie des dettes bancaires, par des décisions politiques fortes et irrévocables,

- ne plus emprunter sur les marchés ni auprès de banques privées quand il s'agit des États,

- contrôler les frontières,

- limiter la globalisation des échanges,

- taxer fortement les produits importés qui existent déjà localement,

- réindustrialiser en urgence au niveau local,

- interdire la spéculation quand elle n'a pas vocation au développement des hommes et des entreprises,

- interdire la spéculation à la baisse d'une manière générale sur les marchés financiers,

- interdire la spéculation sur les matières premières et les produits d'alimentation,

- uniformaliser et stabiliser à long terme le prix des produits généralisés, comme l'électricité, l'eau, l'internet mais aussi le carburant, le gaz,

... et probablement d'autres choses encore plus difficiles à écrire.

 

Espérons que nous éviterons au maximum les troubles sociaux, la grande rigueur et l'insécurité qui s'annoncent à nos portes et que nous n'ayons pas à nous opposer les uns aux autres lorsqu'il s'agira de trouver de quoi vivre au quotidien.

Pour ceux qui peuvent, il va devenir vite essentiel de savoir cultiver le moindre mètre carré de terre dans son jardin.

 

par Olivier Rimmel lundi 8 août 2011

 

http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/les-fonctionnaires-grands-perdants-98639


Partager cet article
Repost0
17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 02:36


Les banlieues : des échecs successifs de nos politiques…Les banlieues : des échecs successifs de nos politiques…

Les banlieues françaises prises en otages par les politiques…


Il y a un lieu qui concentre tous les problèmes et les fantasmes de la société française. Ce lieu est appelé « banlieues ». C’est là que se concentrent à la fois toutes les inégalités et toutes les promesses non tenues. C’est aussi là que se mesurent tous les échecs de la société française : chômage de masse (surtout pour les jeunes), échec scolaire (mais à quoi sert une réussite scolaire qui condamne à la précarité en attendant le licenciement ?), discriminations de toutes sortes, etc. Il y a ainsi un département – la Seine Saint Denis – dont le numéro minéralogique (prononcé le « neuf trois ») équivaut, quand on y habite, à la relégation, aux ghettos aux États-Unis…
 
Pourtant, les « plans » dits sociaux n’ont pas manqué : des milliards d’euros y seraient attribués depuis des années. Et rien ne change, et la situation empire avec tous les effets de la crise. Les politiques ont tous un nouveau plan (surtout à la veille des élections) pour résoudre ce problème. Le problème est que cela dure depuis plus de vingt ans. Alors, incapacité des uns, mauvaise volonté des autres ?  Ce qui n’est pas vu est pourtant simple : la majorité de ces habitants en exclusion provient de l’ancien Empire colonial français. Et en fait, la discrimination sur laquelle a fonctionné le colonialisme outre-mer a continué, sous des formes plus sournoises, dans l’Hexagone. C’est ce passé colonial qui « ne passe pas », pour reprendre une expression utilisée dans un autre contexte, qui crée cette situation devant laquelle les tenants du républicanisme français s’avouent impuissants (nombreux sont les rapports officiels qui emploient le terme « impuissants », voir Le Monde du 16 octobre 2010).

Cette impuissance est masquée par les grands discours sur la « laïcité », sur « l’intégration » et sur le « pacte républicain » : autant de mots qui nous ramènent à une époque où la République fonctionnait relativement bien dans la France métropolitaine, mais ne traversait pas la Méditerranée. Dans les colonies situées au sud de la Méditerranée, le préfet, dit républicain, était remplacé par le gouverneur colonial qui n’avait pas à faire à des citoyens formatés par Jules Ferry, mais tout simplement à des colonisés qu’on appelait Indigènes. Cette fracture s’est perpétuée avec l’immigration et ses descendants. Et les « élites », tant à l’UMP qu’au PS, ne veulent pas le voir, ce qui en fait un véritable parti unique : le Parti Unique des Élites (PUE). Cela développe forcément une dérive communautaire avec toutes les conséquences que l’on sait.
 
La dérive communautaire va continuer d’autant plus qu’elle semble souhaitée, au plus haut niveau. Pour beaucoup, l’exemple serait New York qu’ils appellent la « Ville Monde ». Il s’agit tout simplement d’un ensemble avec son gouvernement à côté (Washington, solidement tenu en main par le lobby sioniste) et sa Bourse (Wall Street, dominée par le même lobby). Nous avons là le sommet de la pyramide. Et puis en-dessous, des communautés juxtaposées qui s’opposent ou que l’on oppose sciemment, conditionnées au quotidien par tous les médias qui, curieusement, sont aussi sous la coupe du lobby sioniste !

Pour le sommet de la pyramide, il s’agit de poursuivre la politique de domination, et la défense d’Israël en est une clé de voûte. Quant au reste (couche moyenne appauvrie, communautés ethniques entassées les unes à côté des autres), la seule perspective qui leur est offerte est la lutte pour la survie. La France n’en est pas encore tout à fait là, mais les politiques menées par les différents gouvernements nous y conduisent. On a pu voir, depuis quelques mois, comment le pouvoir et ses complices savent utiliser la stigmatisation, en particulier à l’encontre du Musulman. Mais pour le bénéfice de qui ?  De ce lobby sioniste qui a assujetti notre pays…

Nous ne prétendons pas avoir de solutions miracles, et encore moins un catalogue de promesses (les Français savent ce qu’elles valent). Mais nous voulons tout simplement poser une question. Qui gouverne VRAIMENT notre pays ?  Les citoyens, comme le prétend la Constitution, ou ce lobby qui convoque et donne ses instructions (qui sont des ordres) à la classe politique ?  La question est simple et les solutions dépendent de sa réponse. Voilà des questions que ne poseront jamais les partis du système : le CRIF ne leur permettra pas de les poser. Qui les posera alors afin de susciter un vrai débat ? (..)

 

 

http://www.partiantisioniste.com/communications/nos-banlieues-prises-en-otages-par-nos-politiques-0564.html

:

 


Partager cet article
Repost0
10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 04:38

 

http://www.france24.com/fr/files_fr/imagecache/aef_ct_wire_image/images/afp/photo_1312561836939-1-0.jpg

http://www.france24.com/fr/files_fr/imagecache/aef_ct_wire_image/images/afp/photo_1312561836939-1-0.jpg

 

Près de 46 millions d'Américains, soit 15 % de la population, vivait en avril 2011 grâce à des bons alimentaires, a indiqué vendredi 5 août le ministère de l'agriculture des Etats-Unis.


Ce chiffre record a augmenté de 2,5 % entre mai 2010 et avril 2011.

 

 [Article complet : lemonde.fr]

(Article référencé sur le site "Les mots ont un sens")

 

Partager cet article
Repost0
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 20:13

Neuf vérités indigènes pour marquer la journée du 9 août

Neuf vérités indigènes pour marquer la journée du 9 août

Le 9 août est la journée des peuples indigènes des Nations Unies. Pour la célébrer, voici 9 faits méconnus à leur propos diffusés par Survival International :
1) Il existe plus de 100 peuples isolés dans le monde. Certains vivent à moins de 100 km du Machu Picchu, la plus grande attraction touristique du Pérou.
2) Les peuples de la vallée de Baliem en Nouvelle-Guinée ont probablement développé l’agriculture bien avant les ancêtres des Européens.
3) Les Moken de la mer d’Andaman, appelés aussi ‘nomades de la mer’, ont développé une capacité unique à se diriger sous l’eau afin de plonger pour se nourrir. L’acuité visuelle des enfants moken est 50% plus importante que celle des enfants européens.
4) On estime que la tribu des Sentinele vit dans les îles Andaman depuis environ 55 000 ans.
5) Une sur 6 des langues parlées sur la planète vient de Nouvelle-Guinée.
6) Les peuples indigènes ont fait connaître certains des aliments de base les plus consommés au monde. Le manioc, le maïs et la pomme de terre sont tous des produits issus de l’agriculture indigène.
7) Les chasseurs hadzabe de Tanzanie utilisent le chant d’un oiseau d’Afrique pour trouver les nids d’abeilles dans les baobabs.
8) Les femmes awá du Brésil prennent soin des bébés singes orphelins en les allaitant.

Famille awá. Les femmes awá prennent souvent soin des bébés singes en les allaitant.
Famille awá. Les femmes awá prennent souvent soin des bébés singes en les allaitant.
© Fiona Watson/Survival

9) La langue des guérisseurs kallawaya de Bolivie, encore parlée aujourd’hui, serait peut-être la langue secrète des rois incas.
Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘Cette journée annuelle des Nations Unies est une opportunité unique pour le monde de reconnaître les peuples indigènes et leur droit à la survie et à l’autodétermination. Survival International a diffusé neuf réalités peu communes pour marquer la journée du 9 août afin d’aider à comprendre, et à respecter, la contribution extraordinaire des peuples indigènes à la diversité humaine’.
Vous avez aimé? En voici neuf autres :
10) Les peuples indigènes ont développé d’extraordinaires capacités de survie au cours des millénaires. Un chasseur amazonien peut simuler un prédateur pour effrayer sa proie et le conduire vers un autre chasseur ou encore imiter l’appel d’un animal femelle en chaleur pour attirer les mâles.
11) On pense que les peuples bushmen d’Afrique australe vivent sur ces terres depuis 70 000 ans, voire plus. Des études récentes suggèrent que les Bushmen seraient plus proches génétiquement que quiconque des ancêtres de l’homme.
12) En période de sécheresse, les Bushmen stockent l’eau sous la terre dans des œufs d’autruche vidés et obturés avec de la cire d’abeille.
13) Sur les 7 000 langues parlées dans le monde, 4 000 d’entre elles sont parlées par des peuples indigènes.
14) Les chasseurs d’aigles kazakh de Mongolie occidentale ont des liens si étroits avec leurs aigles qu’ils dorment à côté d’eux la nuit et les nourrissent à la main pendant un mois lorsqu’ils sont jeunes.
15) Les peuples indigènes ont une connaissance approfondie de l’écologie. Ils savent des choses que nous ignorons. Par exemple, les Shuar d’Equateur utilisent pas moins de cent plantes différentes uniquement pour guérir les maux d’estomac.
16) La dernière locutrice de la langue bo vieille de 55 000 ans est décédée en 2010, dans les îles Andaman.
17) Les tribus andamanes n’ont pas été affectées par le tsunami de 2004. Lorsqu’elles ont vu la mer se retirer, elles se sont immédiatement réfugiées en altitude.
18) Le curare, un poison végétal développé par les Indiens d’Amérique du Sud pour immobiliser leurs proies, a été adopté par la médecine occidentale comme décontractant musculaire et rend possible la chirurgie à cœur ouvert.

 

http://www.alterinfo.net/Neuf-verites-indigenes-pour-marquer-la-journee-du-9-aout_a62084.html

Partager cet article
Repost0
5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 05:40
Il est inadmissible...

 

C’est ce que vient de déclarer avec beaucoup de véhémence Monsieur Apparu, notre Secrétaire d’Etat au Logement : « Il est inadmissible que des familles avec enfants dorment dans la rue. » Au même moment, les salariés du numéro d’urgence 115 manifestait à Paris pour dénoncer la situation ingérable que leur imposaient les récentes décisions du gouvernement, les fermetures de centres d’hébergements d’urgence et la diminution drastique de leurs moyens financiers.

Je connais bien ces problèmes en ce moment. Une de mes amies a dû fuir le logement familial avec sa petite-fille de deux ans pour échapper à la violence conjugale. Les associations contactées, le numéro d’urgence spécialisé, lui ont tous dit : « Partez, partez vite, vos vies sont en danger. Après, nous trouverons bien une solution. ». Oui, mais en fait, il n’y a pas de solution. Le 115 lui a proposé de dormir dans la rue ou, en cas de pluie, sur les bancs de l’hôpital le plus proche, comme ils venaient de le dire à une maman accompagnée de ses cinq enfants. Tous ces gens sont très dévoués, ainsi que tous les services sociaux ou associations, mais ils ne peuvent pas donner ce qu’ils n’ont pas. Alors, il faut attendre 15 jours, 3 mois, 6 mois… on ne sait pas. Et, souvenez-vous, les « violences faites aux femmes » était une des grandes questions de l’année 2010 !

 Prévenue, j’ai fait appel à la solidarité de plusieurs personnes par mail et j’ai la chance d’avoir des amis formidables. Nous avons organisé un petit réseau, car nous ne sommes ni grandement logés, ni très riches. Les uns et les autres donnant à tour de rôle un peu de leur confort, nous avons évité la rue à cette maman et son adorable poupée, en attendant une solution pérenne, car en effet, Monsieur le Secrétaire d’Etat, c’était inadmissible. Et vous, vous continuez à parader en boucle sur I-Télé à faire votre publicité mensongère et cela aussi, c’est inadmissible.

Ce même ministre, je l’ai vu, avant-hier je crois, sur LCP dans l’émission dite laïque « Tombé du Ciel ». Là aussi, je l’ai entendu dire : « C’est inadmissible… », Oui « c’est inadmissible que les gens n’aient pas de lieu pour exercer leur culte. » et il a précisé que l’Etat et les collectivités locales ont le devoir de mettre à la disposition des croyants des édifices cultuels : églises, cathédrales, mosquées, synagogues etc…, que d’ailleurs cela se passe fort bien en Alsace où l’argent public finance ces constructions. Bien entendu, il n’a pas parlé du Concordat, véritable lésion cancéreuse de notre laïcité constitutionnelle. Je suppose que Monsieur le Secrétaire d’Etat au Logement ne verrait pas d’un mauvais œil le Concordat étendu à tout le territoire national. D’ailleurs en quoi cela le regarde-t-il ? Une église n’est pas un logement ? Il ferait mieux de chercher le moyen de donner un toit aux pauvres, puisque c’est la politique de son gouvernement qui fait exploser la misère (133 000 personnes sans domicile !). Cela peut arriver à n’importe quel citoyen de se retrouver sans revenu, les solutions sont donc d’intérêt général, alors que les pratiquants d’une religion représentent une minorité de la population de notre République laïque, il s’agit donc d’intérêts particuliers.

En conclusion, il est inadmissible de laisser dormir dans la rue femmes et enfants, mais il faut bien s’accommoder des insuffisances considérées comme inévitables. Par contre, il est absolument inadmissible de laisser les fidèles prier dans la rue, et là sans exception aucune. Inadmissible !


 Danièle Dugelay

 

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/il-est-inadmissible-98446

 

.

http://www.elwatan.com/images/2010/12/14/alger_242978.jpg

http://www.elwatan.com/images/2010/12/14/alger_242978.jpg

 

(Image posée par Eva)

 

.

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 20:23
48 ans, au chômage, beau CV, belle carrière... mais trop vieille (mis à jour)
eco89
Le jeudi 28 juillet 2011, à 13h 51

Le nombre de chômeurs n'ayant pas du tout travaillé a bondi de 33 600 en juin 2011. Parmi les plus touchés, les plus de 50 ans (+2%), avec une hausse de 13% sur un an. Une directrice de production, pas encore quinquagénaire, raconte ce qu'elle appelle la « discrimination à l'âge ».

J'ai 48 ans et je me demande comment je vais faire pour travailler encore vingt ans. Je suis directrice de production freelance. Je travaille depuis une vingtaine d'années pour la télévision française et pour des sociétés de production. Mais aujourd'hui , bien que mon CV soit riche et attractif, ma candidature n'est jamais retenue.

J'ai postulé cette année à de rares offres d'emploi provenant de sociétés de production notoires et même de chaînes câblées. Le scénario cauchemardesque que je vis est toujours le même : mon CV retient d'abord l'attention, on me contacte puis on me demande ensuite mon âge. Pour finir, ma candidature n'est pas retenue avec, comme raison un argument, de faux cul : j'ai un profil surdimensionné pour le poste !

On me conseille de rajeunir mon CV

J'ai beau annoncer que je suis prête à faire des efforts financiers, ça ne suffit pas. On préfère prendre des gens plus jeunes et moins expérimentés. Comme si l'expérience professionnelle n'avait finalement plus de valeur marchande dans ce métier.

Cette situation est devenue si fréquente et si insupportable qu'une conseillère en recrutement m'a suggéré de me rajeunir sur mon CV, au prétexte que je fais plus jeune. Sauf que cela me paraît très compliqué de maquiller à ce point mon CV et que je trouve scandaleux d'en arriver là à mon âge, qui n'est pas encore canonique. Pourtant, dans ce milieu professionnel, on est vieux bien avant 55 ans et le jeunisme ne choque personne.

« Mais quelle est votre date de naissance ? »

J'annonce désormais que j'ai 45 ans, mais ça


... lire la suite de l'article sur Eco89

 

http://fr.finance.yahoo.com/news/48-ans-ch%C3%B4mage-beau-CV-belle-eco89-2729778943.html?x=0

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 08:23
Les "vieux", choyés ou euthanasiés ? Par eva R-sistons

http://www.ouest-france.fr/of-photos/2008/12/08/SIDE_vieux_apx_470_.jpg

http://www.ouest-france.fr/of-photos/2008/12/08/SIDE_vieux_apx_470_.jpg

 

   La façon dont on s'occupe de nos anciens symbolise l'état de dégénérescence de notre société : Comme des animaux ! D'ailleurs ces derniers sont traités de manière de plus en plus barbare, pour le seul profit des entrepreneurs.

   Jeune, j'ai été choquée en regardant "Les Dents du Diable", un film sur le Pôle Nord (avec Anthony Quinn) où l'on voyait les familles abandonner leurs anciens dans les étendues glacées, au milieu des loups, quand ceux-ci devenaient des bouches... inutiles ! Je suis nostalgique des grandes maisons d'autrefois, où toutes les générations cohabitaient, où les plus âgés étaient jusqu'à la fin choyés, dorlotés, écoutés. Ils ont d'ailleurs tant à apporter aux plus jeunes ! Les Amérindiens, eux, ont le plus grand respect pour les plus âgés, ils suivent leurs conseils, ils les traitent avec tous les égards dus à leur âge.

   Lorsque je militais au PS, j'ai mis en place une Commission 3e âge dans mon département, les Yvelines. Et encore récemment, je visitais une vieille dame isolée (décédée depuis), les départs étaient toujours déchirants : Elle ne pouvait se résoudre à retrouver la solitude, et ne lâchait pas ma main... la main de la solidarité, de la tendresse ! Imagine-t-on la détresse de nos anciens isolés dans les cages de béton modernes ? Notre société est inhumaine.

   Aujourd'hui, Jacques Attali, ambassadeur du Nouvel Ordre Mondial, annonce que le temps viendra où les anciens seront euthanasiés : Parce qu'inutiles, improductifs, piètres consommateurs, et coûteux pour la Collectivité. Quel miroir tendre à notre société capitaliste ? Celui de la barbarie !

   Et récemment, Sarkozy a donné le premier coup d'envoi des plans de dépopulation orchestrés dans le cadre du Nouvel Ordre Mondial. Les premiers déremboursements - certes d'abord partiels - ont été annoncés pour ceux qui ont de l'hypertension - et qui ne pourront pas s'offrir une Mutuelle ou des soins dignes de ce nom. Vous avez dit sélection par l'argent ? En tous cas, euthanasie déguisée !

   Ainsi, nos jeunes n'ont aucune perspective, rien à attendre de la société d'aujourd'hui, pas même un emploi - seulement des dettes ! Et à l'autre bout, les plus âgés commencent à être traités comme des indésirables...

    Honte à nous qui traitons avec si peu de considération nos anciens, les personnes handicapées, les animaux. Les êtres plus faibles, plus dépendants, devraient au contraire mériter toute notre attention, tous nos soins ! Et la solidarité inter-générationnelle devrait être encouragée partout  !

     Honte à la société moderne en pleine déshumanisation ! Honte à la barbarie de la société ultra-libérale, prémice de ce qui nous attend avec le Nouvel Ordre Mondial défendu par Nicolas Sarkozy ! §

    Eva R-sistons

    

§ "Le Nouvel Ordre Mondial, on y viendra de gré ou de force" ! (Nicolas Sarkozy)

 

 

TAGS : Nouvel Ordre Mondial, barbarie, vieux, anciens, 3e âge, Sarkozy, Jacques Attali, PS, Pôle Nord, A Quinn, Dents du Diable, Amérindiens


http://senor-infos.over-blog.com
http://sos-crise.over-blog.com

 

.

 

Un peu d'humour :

 

Université du 4eme âge par SAMUEL

 
Leave a comment

Publié par le juillet 29, 2011 in divers

 

.

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 17:19
Médecins du monde

PARIAS - les Roms en France

expo photo - dossier - enquête - vidéo

 
Juillet 2011
 
   DIFFUSER SUR VOS BLOGS, TWITTER ...
1 an après le discours de Grenoble du Président de la République.
VIDEO
SITE INTERNET: roms.medecinsdumonde.org

DOSSIER DE PRESSE
 
VIDEO
Vidéo, mission Médecins du Monde à Brdeaux
DEPECHE AFP
 
EDITO DU DOSSIER / ARTICLE
 
EXPO : PARIAS - LES ROMS EN FRANCE
 
Les équipes MdM qui interviennent à Marseille, Bordeaux, Lyon ou en Ile de France font face à une situation aggravée qui génère des crises sanitaires ..

30 Juillet 2010, le Président de la République annonce lors d'un discours prononcé à Grenoble une politique d'expulsion massive à l'encontre des populations rroms, les désignant comme responsables de problèmes sécuritaires. Médecins du Monde, avec beaucoup d'autres, avait dénoncé le caractère stigmatisant de ces déclarations et les effets désastreux de ces expulsions répétées sur l'accès aux soins et la santé d'une population déjà très fragilisée par des conditions de vie déplorables.

Un an après, les Rroms sont toujours considérés comme des citoyens de seconde zone en France, perçus par les pouvoirs publics non plus comme des personnes en grande précarité mais, par un effet de glissement, comme une menace. Les expulsions de camps Rroms, ininterrompues, s'inscrivent dans la continuité d'une politique mise en place depuis déjà plusieurs années. Les équipes de MdM à Bordeaux, Lyon, Marseille ou Strasbourg alertent déjà sur la préparation d'une nouvelle vague d'expulsions massives cet été.

 

 

.

 

Voir aussi :

 

.
Un an après, rien n'a changé pour les Roms de France

Publié le 22-07-11 à 07:55    Modifié à 13:36     par Le Nouvel Observateur avec AFP     14 réactions

Le collectif Romeurope estime que les conditions de vie des personnes se sont dégradées.

 

http://tempsreel.nouvelobs.com//actualite/societe/20110722.OBS7467/un-an-apres-rien-n-a-change-pour-les-roms-de-france.html

.

 

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 05:15

http://4.bp.blogspot.com/-Nq3mAyXSdk4/Tdtq_okI_sI/AAAAAAAAOc4/pK1MqEkrZLs/s1600/Salauds+de+pauvres+1.png

http://4.bp.blogspot.com/-Nq3mAyXSdk4/Tdtq_okI_sI/AAAAAAAAOc4/pK1MqEkrZLs/s1600/Salauds+de+pauvres+1.png

lundi 25 juillet 2011

Les 8 millions de français qui sont sous le seuil de pauvreté ne sont pas gentils. Ils empêchent les nantis de dormir sur leurs deux oreilles. Alors, culpabilisés peut-être par leurs fortunes, les riches choisissent des lieux discrets pour leurs vacances.

C’est Marcel Aymé qui le premier a utilisé l’expression « salauds de pauvres » dans son livre « la traversée de Paris » dont Claude Autant Lara a réalisé en 1956 le film éponyme [*]. Le seuil de pauvreté a été relevé, passant de 791 € à 949 € et comme le dit Louis Maurin, directeur de l’observatoire des inégalités, cela explique en partie qu’un ménage français sur huit se trouve sous le seuil de pauvreté. Mais il y a manipulation de chiffres car les statistiques ne prennent en compte ni les sans-abri, ni les pensionnaires des maisons de retraite, ou les prisonniers.

Au-delà de la polémique sur ces chiffres, il reste une évidence : notre pays s’enfonce chaque jour un peu plus dans la misère. 7% des ménages ne peuvent pas chauffer convenablement leur appartement, et 10% ne peuvent pas recevoir des amis. Les discriminations se multiplient : les enfants de chômeurs ne seront pas acceptés à la rentrée 2011 dans les cantines scolaires de Thonon-les-Bains, car Jean Denais, maire UMP de cette commune pimpante, à trouvé pour cela la raison qui tue : manque de place. Il a fait voter par son conseil municipal en avril dernier un règlement intérieur qui « exige des demandeurs d’emplois de fournir à la ville, à partir de septembre 2011, un justificatif de présence à un entretien d’embauche ou à une formation pour que leur enfant déjeune à la cantine dans la limite des places disponibles ».

La France d’en bas a donc du souci à se faire, car la France d’en haut ne veut plus la voir, et pour l’exclure des grandes villes, elle va jusqu’à prendre des mesures pour empêcher leur vieilles voitures de rouler en ville, avec un prétexte tout trouvé : « elles polluent plus que les voitures des riches ». La chasse aux pauvres est bel et bien lancée. A Paris, par exemple, en 2006, on a discrètement fait évacuer 300 sans-abris, dont les tentes bigarrées installées pas très loin de « Paris Plage », déparaient dans le paysage, comme le raconte Jacques Deroo dans son livre « Salauds de Pauvres » (parus aux éditions Gutenberg).

Ils sont nombreux à ne pas aimer les pauvres, même dans les secteurs où l’on pourrait s’attendre à un peu d’humanisme, comme dans le milieu médical par exemple. En 2009, une étude à mis en évidence que le ¼ des médecins, ou dentistes exerçant à Paris refusent de soigner ceux qui sont bénéficiaires de la CMU. Alors bien sur, l’ordre des médecins tape sur la table, mais ça ne semble pas émouvoir grand monde, d’autant qu’ayant demandé au parlement de pouvoir sanctionner les coupables, les députés de notre belle assemblée nationale l‘ont tout simplement refusé. C’est peut-être l’une des raisons pour laquelle 1 français sur 4 ne se fait plus soigner. Rappelons que la CMU (couverture médicale universelle) ne s’applique qu’aux personnes ayant des revenus inférieurs à 750 € par mois, ce qui en limite considérablement l’accès. La France qui occupait jusqu’en 2006 la 1ère place du classement européen en matière de santé, à chuté en 5 ans à la 7ème place.

Il faut aussi évoquer malheureusement l’attitude méprisante des banquiers envers les personnes de modeste condition, malgré la charte qu’ils ont signée en 1992 dans laquelle ils s’engageaient à « offrir des services bancaires de base à tous ». Alain Bazot, président de l’UFC-Que choisir avait déjà dénoncé ça en 2005, expliquant que 4 à 5 millions de personnes étaient en situation d’exclusion financière. Depuis, ça ne s’est pas arrangé, car même si les statistiques ne mesurent pas ça, on estime qu’ils pourraient être entre 2 et 9 millions aujourd’hui, ce qui fait une large fourchette.

Mais la discrimination envers les pauvres va parfois plus loin, comme pour ce sdf de 45 ans battu a mort à coup de barres de fer, par trois jeunes de 17 ans, dans un village de Loire Atlantique.

Dans la France d’en haut, le champion s’appelle Bernard Arnault, et avec ses 21,2 milliards d’euros, il devance le patron d’Auchan, Gerard Mulliez alors que Liliane Bettencourt, la généreuse supportrice de l’autocrate présidentiel ferme la marche des plus riches de ce pays avec ses 17,5 milliards d’euros. Mais il est devenu vulgaire d’arborer une Rolex, la nouvelle tendance étant de vivre plus discrètement dans le luxe : de Saint Barthélémy (Antilles) à Rousset en Provence, en passant par Ste Marguerite (Vosges), les riches se cachent pour se nourrir, et passent leurs vacances à l’abri des regards curieux. D’après le classement Forbes, ils sont 1210 milliardaires sur cette planète ce qui représente 4500 milliards de dollars. Serge Dassault est l’un d’eux (7,6 milliards d’euros), et un blogueur a fait le calcul que pour atteindre cette somme, un salarié devrait travailler dur pendant plus de 3 millions d’années.

Et pourtant, ce même Dassault, est favorable à la suppression des aides sociales aux plus démunis. Il n’est pas le seul : en mars dernier, Pierre Lang, député UMP de Moselle, veut obliger les chômeurs qui reçoivent le RSA à faire en échange des « petits boulots non rémunérés » et il a déposé une proposition de loi dans ce sens : « les chômeurs indemnisé depuis plus de 6 mois, et les bénéficiaires du RSA seraient tenus d’effectuer des TIG » (travaux d’intérêt général). Laurent Waukiez, ministre des affaires européennes, soutient cette idée : il a proposé récemment conditionner le RSA, à un travail obligatoire. L’idée fait son chemin puisque Jean François Copé à repris le concept à son compte. Patrick Buisson, l’éminence noire de l’autocrate présidentiel va encore plus loin et a suggéré la suppression pure et simple du RSA, qu’il qualifie « d’assistanat ». Ce « fin stratège » a déjà définit les axes de bataille qui seront au centre de la campagne présidentielle afin de sauvegarder le fauteuil doré de l’Elysée. « Une grande loi de réhabilitation du travail qui lutterait contre l’assistanat en réservant le RSA seulement à ceux qui auraient un travail », plus de fermeté dans l’immigration, une nouvelle couche sur « l’identité nationale » et « le pouvoir d’achat », tels sont les plans que Buisson a proposé à Sarközy. L’idée sous-jacente étant que les bénéficiaires du RSA seraient pour la plupart des fraudeurs, et d’après un sondage du « Figaro« , qui sent la manipulation grossière, 67% des sondés seraient favorables à une contrepartie de travail obligatoire pour bénéficier du RSA. Au Conseil Général des Alpes Maritimes, cher à Christian Estrosi, ex ministre UMP et proche du FN, une idée fait son chemin : « supprimer les allocations familiales aux familles dont les enfants sont des absentéistes scolaires ». Pour défendre cette idée, TF1 est allé jusqu’au « bidonnage », en faisant témoigner la soi-disant mère d’un enfant qui aurait déserté l’école, mais cette femme n’était en fin de compte que l’attachée de presse du conseil général, et n’aurait pas plus d’enfant que de crédibilité.

La chasse aux pauvres est aussi ouverte à Pole Emploi où toutes les occasions permettant la radiation sont bonnes : le radié n’étant plus considéré comme chômeur, c’est un moyen radical pour en faire baisser le nombre. Les radiations abusives se multiplient : un simple retard lors d’un entretien, une recherche d’emploie jugée insuffisante, ou même une non réponse suite à un appel téléphonique suffit à vous faire radier. L’objectif présidentiel est clair : à quelques mois de l’échéance présidentielle tous les moyens sont bons pour faire baisser le nombre de chômeurs. Chaque année on dénombre 500 000 radiations, dont 95% sont consécutives à « une absence à une convocation ». En 5 ans, 2,5 millions de chômeurs auraient donc pu être théoriquement supprimés.

Pour la géologue Leuren Moret, tout cela fait partie d’un plan mondial : reprenant la thèse de Bertrand Russel écrite en 1959, elle explique « qu’une élite utilise la médecine, la technologie, l’informatique et l’état policier avec l’objectif final de créer une oligarchie totalitaire scientifique en mettant en place des programmes discriminatoires qui bénéficieront aux riches et auront un impact négatif sur les pauvres ». Dans le camp des nantis, les privilèges se multiplient, et une pétition vient d’être lancée proposant de s’inspirer des pays scandinaves, où les hommes politiques sont payés raisonnablement et utilisent les transports en commun. Espérons que les candidats de 2012 se focaliseront enfin sur la pauvreté, établissant un niveau de salaire maximum, et un salaire minimum décent pour tous, sans contrepartie. Car comme dit mon vieil ami africain : « une journée où tu ne ris pas est une journée perdue ».

 

Olivier Cabanel


[*] NDLR: Charles BAUDELAIRE avait déjà intitulé un de ses poèmes en prose: "Assommons les pauvres !"

Posté par Alaindependant à 09:55 - Le peuple - Commentaires [0] - Rétroliens [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
PARTAGER :

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche