Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 14:23
Dessin de presse : Kadhafi lève le voile sur les négociations françaises
http://www.philippetastet.com/sarkozy-libye-presse.aspx


Les Kadhafi au ''clown'' Sarkozy :
''Qu'il rende l'argent !''

 

Après la reconnaissance officielle par la France de l'opposition libyenne, Kadhafi avait fait savoir le 10 mars dernier qu'il révélerait un « grave secret » qui pourrait entraîner la chute du président français. Lire la suite l'article


On pensait le « grave secret » révélé le 15 mars avec cette déclaration du colonel :


« C'est mon ami, mais je crois qu'il est devenu fou. Il souffre d'une maladie psychique. C'est ce que dit son entourage. »


« Sarkozy nous a déçus »


C'est finalement son fils, Saïf Al-Islam, qui s'est chargé d'enfoncer le président français dans une interview diffusée mercredi sur Euronews :


« Il faut que Sarkozy rende l'argent qu'il a accepté de la Libye pour financer sa campagne électorale. C'est nous qui avons financé sa campagne, et nous en avons la preuve. Nous sommes prêts à tout révéler.

La première chose que l'on demande à ce clown, c'est de rendre l'argent au peuple libyen. Nous lui avons accordé une aide afin qu'il oeuvre pour le peuple libyen, mais il nous a déçus. » (Voir la vidéo en anglais)

 

 

 

 

 

Le fils Kadhafi a assuré que des preuves de ses accusations seraient « publiées prochainement ». Ces déclarations hostiles à Nicolas Sarkozy interviennent suite sa prise de position favorable à des « frappes aériennes ciblées » en Libye. Dans un discours diffusé à la télévision libyenne mardi soir, Kadhafi, très exalté, a de nouveau injurié Sarkozy et déclaré la guerre à la France au passage :


« Et la France qui lève maintenant la tête et veut attaquer la Libye. Est-ce que tu veux attaquer la Libye espèce d'idiot ? C'est nous qui allons t'attaquer, viens et essaie de nous attaquer ! »

Plus d'informations dans quelques instants.

 

 

Retrouvez les images, les vidéos et les sons sur Rue89

 

 

http://fr.news.yahoo.com/pages/story/story_metro.php?id=/rue89/20110316/r_t_rue89_pl_other/tpl-les-kadhafi-au-clown-sarkozy-qu-il-r-86098b9_2

 

Rue89

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 04:23
Ce vieux film (1968) de Roman Polansky est sans doute l’un des plus effrayants et sombre de l’histoire du cinéma. Bien plus terrifiant que la plupart des films d’horreur modernes, et ce sans recourir à des déluges d’effets spéciaux. Son secret ? Une histoire très malsaine sur fond de satanisme familial dans l’Amérique bon chic bon genre. Une réalité sombre qui s’ancre dans le quotidien d’une famille au dessus de tout soupçon,  que le réalisme rend encore plus machiavélique.  
Traduction de l’article de Vigilant Citizen : « Roman Polanski’s “Rosemary’s Baby” and the Dark Side of Hollywood »


Le film Rosemary’s Baby sorti en 1968 est l’une des productions les plus effrayante de Roman Polansky, c’est aussi l’une des plus célèbre. Le film décrit la manipulation d’une jeune femme par une confrérie occulte de la haute société à des fins rituelles. La qualité dérangeante du film ne repose pas sur le sang et le gore, mais sur son principe réaliste, ce qui oblige le spectateur à s’interroger sur la probabilité de l’existence de l’élite des sociétés secrètes. Encore plus troublants sont les événements étranges dans la vie réelle qui ont entouré le film, impliquant des meurtres  rituels et MK ULTRA (cf : projet de la CIA sur le contrôle mental). Nous allons examiner la signification symbolique de « Rosemary’s Baby » et les événements  « plus étranges que la fiction » qui ont suivi sa sortie.
 



Bien que les articles de Vigilant Citizen ont généralement trait aux nouvelles sorties, un regard sur le passé est souvent nécessaire pour comprendre le présent. L’état de la  culture Pop Illuminati d’aujourd’hui n’est pas une tendance spontanée qui aurait surgit de nulle part. Au contraire, c’est le résultat d’années d’influences occultes sur l’industrie du spectacle et le conditionnement progressif des masses à certains messages et symboles. Bien que la culture Pop ait toujours été teintée du programme des Elites pour modeler les jeunes esprits, c’est pendant les années 60 et 70 que les larbins MK ULTRA et les sombres sociétés secrètes sont devenues visibles. La nécessité de réprimer les mouvements anti-guerre et anti establishment des années 60,  a forcé l’élite à infiltrer et manipuler la culture. Une série d’événements déstabilisateurs se sont produits, destinés à choquer les esprits idéalistes et les héros sont devenus des ennemis. Le « Peace and Love » des années 60 est devenu Charles Manson et le LSD dans les années 70.
 
Le film de Roman Polanski, Rosemary’s Baby, et son histoire de manipulation d’une jeune femme par un cercle (coven dans le texte original) de sorciers d’élite pour porter et donner naissance à l’anti-Christ a capturé la mentalité de cette époque et est devenu symbolique de l’évolution irréversible qui s’est produite à la fin des années 60. Cependant, c’est la vie réelle des événements entourant le film qui ont vraiment définis cette époque : moins d’un an après la sortie de Rosemary’s Baby, la femme de Roman Polansky alors enceinte a été assassinée rituellement par des membres de la « famille » de Charles Manson. Cet horrible événement a mis un terme brutal aux « bonnes vibrations » des années 60, et a été vu par beaucoup d’historiens comme un moment charnière de l’histoire américaine.  Nous allons examiner la signification symbolique de Rosemary’s Baby et analyser les événements étranges qui l’entourent, et qui impliquent des sociétés secrètes occultes, le Mind Control (contrôle mental) et des meurtres rituels.
 

Rosemary’s Baby

Rosemary’s Bay de Roman Polansky est une adaptation fidèle  du best seller de Roman Ira parut seulement un an auparavant. Bien qu’il ne contienne pas de sang ou de gore, Rosemary’s Baby est considéré comme l’un des films les plus effrayants de tous les temps. Pourquoi ? La nature terrifiante du film n’est pas dans les effets spéciaux mais dans ses prémisses réalistes. L’histoire se déroule dans l’appartement d’un immeuble réel (le Dakota), qui a la réputation d’attirer réellement  les excentriques de la haute société de New York. Le cercle maléfique n’est pas composé de sorcières stéréotypées avec des nez crochus, mais de voisins amicaux, médecins prestigieux et individus distingués. Ils sont élégants, rationnels et intelligents et sont connectés avec des gens importants. Le réalisme du film oblige le spectateur à s’interroger sur l’existence de tels groupes, à un point que certains craignent que le film, après sa sortie allait provoquer une « chasse aux sorcières ». La manipulation que subit Rosemary dans le film est égalementi extrêmement réaliste, entraînant le spectateur à penser : « cela peut aussi m’arriver ».
 
LE CADRE
Le film commence avec un panoramique qui glisse sur les toits de New York, survolant les bâtiments avant de finalement se poser sur le prestigieux Dakota Building (rebaptisé « le Bramford » dans le film).
Le Dakota Building (surnommé Bramford dans Rosemary’s Baby)
Le Dakota, et d’autres bâtiments de l’Upper West Side, sont connus pour être le fief de l’artistocratie New Yorkaise (the old money). Le Dakota a également attiré de nombreuses célébrités comme des acteurs, chanteurs et écrivains. C’est « the place to be »pour l’élite de New York.
Dans le film, la rumeur indique que le Bramford est connu pour avoir été le théâtre de nombreux événements étranges impliquant de la magie noire et des meurtres rituels. Adrian Marcato, un homme riche pratiquant la sorcellerie a failli être tué dans le hall de l’immeuble. Dix ans plus tard, John Lennon, qui vivait dans le Dakota, a été assassiné devant ce même bâtiment. Lors de l’introduction du film, le Bramford est juste l’un des nombreux toits de New York, cachant au sein de ses murs austères des rituels occultes que le citoyen lambda ne soupçonnerait jamais.
 
LE JEUNE COUPLE
John et Rosemary Woodhouse en train de visiter le Bramford
Rosemary et Guy Woodhouse (joués par Mia Farrow et John Cassavetes) forment un jeune couple qui cherche à louer un appartement dans le Bramford. Guy est un acteur qui galère, incapable d’obtenir la reconnaissance ou un rôle important, et il doit se résoudre à apparaître dans des publicités dégradantes pour générer quelques revenus. Rosemary est une jeune fille frêle et timide qui vient d’un milieu catholique strict. Le nom Rosemary a été historiquement associé à la Vierge Marie, dont il est dit qu’elle aurait étendu son manteau sur un buisson de romarin blanc en fleur alors qu’elle se reposait. Dans le film, la mignonne et digne de confiance Rosemary deviendra une sorte de « Vierge Marie noire », portant en son sein l’enfant de Satan.
THE CASTEVETS
Minnie et Roman Castevet, un éminent et distingué couple de personnes âgées.
Une fois installés dans leur appartement, les Woodhouse rencontrent leurs voisins les Castevets, un sympathique mais curieux couple de personnes âgées qui les invitent à dîner. Lors de cette importante soirée, Roman Castevet complimente Guy sur son action, affirmant qu’il possède une « intéressante qualité intérieure » et « qui devrait le mener sur un long chemin »…. A condition qu’il obtienne ces ruptures (on apprend plus tard que ces ruptures viennent d’autant plus facilement qu’il s’agit d’une composante de leur culte). Roman affirme que son père était un metteur en scène et qu’il a travaillé avec les plus grandes stars de l’époque (son père était en réalité Adrian Marcato, le sorcier qui a failli se faire tuer dans le hall de l’immeuble).
Dans la cuisine, Minnie pose des questions à Rosemary concernant le nombre d’enfants dans sa famille. Elle est manifestement très intéressée par les qualités de « mère porteuse » de Rosemary. Dans le salon, Roman est en pleine discussion privée avec Guy.
 
L’importante discussion entre Roman et Guy
Guy découvre le cercle de sorciers de Roman et leurs rites occultes. Il est également dit qu’il réussira dans sa carrière s’il se joint à eux. Le prix d’entrée est cependant raide : il doit permettre que sa femme soit droguée et imprégnée par Satan lors d’un rituel occulte.
SOUS LEUR CONTRÔLE
Bien que n’appréciant pas le vieux couple de prime abord, Guy rejoint le coven et devient ami avec Roman. Rosemary qui ignore tout de ces manigances, se lasse du couple et de leurs manières étranges. Durant une visite, Minnie donne à Rosemary un pendentif contenant de la racine de Tanin (une plante fictive), affirmant qu’il s’agit d’un porte bonheur.
Le pendentif sphérique a été précédemment porté par une jeune femme qui vivait avec les Castevets. Le vieux couple l’avait trouvée vivant dans la rue (les gestionnaires du mind control affectionnent ce genre de proies, des individus perdus et isolés). La femme s’est suicidée en sautant par la fenêtre, probablement après avoir compris les plans des Castevets pour elle/ Le pendentif devient le symbole du contrôle mental exercé par le Coven.
La même nuit, Guy obtient le premier rôle dans une pièce parceque l’acteur initial est soudainement devenu aveugle/ Cet étrange événement convainc Guy de la puissance du Coven, réprimant ses doutes en voyant sa capacité de l’aider dans sa carrière d’acteur. Rosemary remarque bientôt un changement radical dans l’attitude de Guy : son mari est soudainement « très chaud », atterrissant dans des grands rôles ca et là. Il devient également centré sur lui-même, « vain », « préoccupé » et « égocentrique ». Il est drôle de voir comme ceci décrit les changements observés chez les célébrités qui « vendent » leur âme pour obtenir la gloire
LE RITUEL
Un soir, Guy apporte des fleurs à Rosemary et lui propose de manière abrupte, « faisons un bébé chérie, ok ? ». Il entoure sur le calendrier les meilleurs jours pour avoir une relation sexuelle – 4 ou 5 octobre 1965. (Le Coven aurait déterminé les jours de la copulation pour obtenir une date de naissance correcte selon la numérologie). Alors que le couple a un diner romantique comme un prélude avant de faire l’amour, Minnie frappe à leur porte pour laisser un dessert qu’elle avait fait. Rosemary trouve que la mousse au chocolat a un goût douteux mais Guy insistes pour qu’elle en mange. La mousse contient en fait des drogues et Rosemary commence à avoir des vertiges.
Au cours de sa transe, Rosemary a des hallucinations incohérentes impliquant un sosie de JFK (le seul président US catholique, qui est mort six ans plus tôt), des images de la Chapelle Sixtine et du Pape (qui porte le pendentif de Rosemary, symbole du contrôle occulte). Elle est alors vue nue sur son lit, entourée par son mari, les Castevets et la totalité du Coven de sorciers, en train de chanter des hymnes rituels tandis qu’un rituel occulte est pratiqué sur elle.
 
Les marques sur la poitrine Rosemary, correspondent avec des rituels sataniques « réels ».

Pendant son état de rêve éveillé, Guy commence à faire l’amour avec elle, mais son apparence change en une figure grotesque ressemblant au Diable, avec des yeux jaunâtres, des mains écailleuses pourvues de griffes. Il carresse son corps avec sa griffe velue. Tout en étant violée, Rosemary réalise :
« Ce n’est pas un rêve,  cela est vraiment en train de se passer ! »
Il y a eu des rumeurs persistantes affirmant qu’Anton Lavey, fondateur de l’Eglise de Satan a joué le rôle (non crédité au générique) de Satan durant la scène du rituel d’imprégnation, et aurait également servi comme conseiller technique pour le film. Il n’y a pas de preuves dans l’implication d’Anton Lavey dans le film, mais il n’en reste pas moins lié à l’aura du film par un autre biais : Susan Atkins, membre de la « Famille » de Manson qui a tué plus tard la femme enceinte de Polansky Sharon Tate, était une ex-disciple d’Anton Lavey. 
LA GROSSESSE
Juste après avoir appris la grossesse de Rosemary, Guy frappe à la porte des Castevets pour les informer de la « bonne nouvelle ». Minnie recommande tout de suite que Rosemary consulte le meilleur obstétricien du pays, Abe Sapirstein. Il est le docteur de l’élite et « fournit tous les bébés de la haute société ».
 
Le Dr. Sapirstein se révèle être un membre de la société secrète. Il use de son prestige et de son autorité pour manipuler Rosemary durant sa grossesse.
La fameuse et authentique couverture de Time magazine d’avril 1966, présente dans le film lors de la scène dans la salle d’attente du Dr Sapirstein. L’Eglise de Satan d’Anton Lavey a été fondée durant le même mois, la même année.
Le docteur ordonne à Rosemary d’éviter tous les les livres concernant la grossesse, ainsi que tous les conseils amicaux, car « il n’y a pas deux grossesses identiques ». En réalité, il sait que cette grossesse impie sera extrêmement douloureuse. Il exige également de Rosemary qu’elle consomme les boissons quotidiennes fabriquées par sa voisine Minnie Castevet. Rosemary devient donc totalement dépendante des membres du Coven pour toutes les questions concernant sa grossesse. Ils la tiennent à l’abri du monde extérieur, maintenue sous surveillance et sous sédatifs par de nombreuses façons :
Gâteaux et boissons concoctées par Minnie
Pilules prescrites par le Dr. Sapirstein
Plans du docteur. Rosemary est gardée aveugle de la même façon que la population générale l’est : par le biais de la nourriture, des boissons, médicaments et vaccins qui engourdissent l’esprit.

Même l’air que Rosemary respire est contrôlé par les membres de la secte à travers l’air conditionné. A un moment donné, Rosemary éteint la clim et ouvre la fenêtre- essayant symboliquement de s’agripper à la éalité. Ceux qui s’occupent de Rosemary réagissent immédiatement en disant : « avez vous tourné l’air conditionné ? Vous ne devriez pas faire ça ma chère. » En fermant la fenêtre et rétablissant la climatisation.
La grossesse de Rosemary est extrêmement difficile. Elle perd du poids et elle continue de souffrir de douleurs aigues à l’estomac. Le Dr Sapirstein rejette ses préoccupations, en lui disant que la douleur allait disparaître. Rosemary se lasse de ses voisins, qui sont un peu trop « interessés » par sa grossesse. Puis elle obtient un livre d’un ami concerné par sa situation ( qui meurt mystérieusement peu après), avec la mention : « tous des sorciers ».
Le livre décrit la société secrète internationale des Castevets, qui est connue pour la pratique des rituels de sang. Rosemary se met à acheter d’autres livres sur la sorcellerie. Elle est vue lisant un passage qui pourrait décrire la raison pour laquelle Guy a obtenu des rôles importants.
 
« Pendant cette période, beaucoup de gens sont morts de supposées morts naturelles. Depuis lors, il a été déterminé que la Force Mentale Unie de l’ensemble des membres du Coven pouvait aveugler, paralyser, rendre sourd et de manière ultime tuer la victime choisie. Cette utilisation de la force mentale est parfois appelée un Coven »
 
Rosemary en train de lire Eliphas Levi’s Rituals and Dogma. Notez la représentation du Baphomet selon Levy.
Rosemary tente d’échapper au contrôle du Coven et cherche de l’aide mais elle est traquée et ramenée à la maison. Elle est droguée par le Dr Sapirstein et peu de temps après commence le travail de grossesse.

 

LE BEBE
Lorsque Rosemary se réveille, on lui dit que son bébé est mort (il a été pris par le Coven). Guy tente de réconforter sa femme en lui disant que de grandes sociétés de films comme Paramount et Universal sont interessés à l’embaucher. On lui a également promis une belle maison à Beverly Hills- tout cela tient lieu de récompenses pour l’initiation de Guy dans le Coven et le sacrifice de Rosemary. Celle-ci, determinée à trouver son bébé, se faufile dans l’appartement des Castevets et tombe dans une satanique scène de l’ « adoration des mages », avec des gens venant du monde entier pour apporter des cadeaux au bébé. (Une parodie satanique des Rois Mages).
Lorsque Rosemary voit les yeux reptiliens du bébé, elle commence à crier. Roman Castevet lui dit :
 
« Satan est son père, pas Guy. Il est venu de l’enfer et engendra un fils de la femme mortelle. Satan est son père et son nom est Adrian. Il doit renverser les puissants et dévaster leurs temples. Il rachetera les méprisés et assouvira leur vengeance au nom des brulés et des torturés. Je vous salue Adrian ! Réjouis-toi Satan ! Dieu est mort ! Satan vit ! L’année est un, l’année est un ! »
 
La naissance de Rosemary est la nouvelle «année 1 ». Il est également courant pour l’Eglise de Satan d’appeler « année 1 », l’année 1966. Il s’agit d’une référence consciente à l’année de naissance de Jésus Christ, également appelée « Année1 ». Autre fait non déclaré, le bébé est né en juin 1966, qui est numériquement 6/66.
Roman demande alors à Rosemary d’être une « mère pour son enfant » et de prendre soin de son bébé.
 
Roman demande à Rosemary de prendre soin d’Adrian, qui est dans un couffin noir et sous une croix renversée.
Incapable de résister à son instinct, presque animal, de répondre lorsque son bébé pleure, Rosemary commence à bercer son enfant. Le film se termine par une scène assez troublante : Le Coven se rassemble autour de Rosemary alors qu’elle prend soin de son monstrueux enfant. Elle accepte la réalité de la situation et sourit faiblement.
La caméra se déplace vers la fenêtre garnie de rideaux, puis à l’extérieur de l’appartement. Le film se termine de la même façon qu’il s’est ouvert, avec un lent panoramique sur les toits de New York, et personne ne se doutant jamais de rien.
 

Conséquences de la vidéo

Même si certains considèrent Rosemary’s Baby comme rien de plus qu’un film d’horreur qui joue sur la sensibilité des dévots chrétiens et des jeunes mères, d’autres y voient la courageuse exposition par Roman Polansky de cette haute société et son esprit occulte. Cependant, beaucoup considèrent le film comme un manifeste occulte ouvrant une ère nouvelle. Le bébé de Rosemary est Aleister Crowley « enfant du nouvel Aeon », ou Horus le fils d’Isis – le porteur d’une nouvelle ère dans l’histoire du monde. Que ce soit intentionnel ou non, Rosemary’s Baby est apparut à l’aube d’une nouvelle ère et devenu une composante de cet important changement social.
 
« Le film est apparu à un moment de chaos spirituel optimum dans la vie américaine. Rosemary’s Baby reste une mémoire iconique d’un temps ou tout semblait possible, y compris la naissance de l’Anti-Christ. »
Gary Indiana, « Bedeviled », Village Voice
 
Rosemary est représentative de la société traditionnelle, et naïve, américaine des années 50/60, pleine d’idéalisme et d’espoir. Mais cet espoir a été vendu, drogué et manipulé par un culte caché (formé par des membres respectables et prestigieux de la société) pour donner de force naissance à une nouvelle ère. Des événements choquants ont laissé une marque indélébile dans l’esprit du public, y compris les morts mystérieuses de JFK, Marilyn Monroe and Martin Luther King ; meurtres horribles perpétrés par des boucs émissaires MK ULTRA, comme Charles Manson et le « fils de Sam » (ndlr : the Son of Sam, un « célèbre » serial killer US) qui causèrent beaucoup de peur et d’horreur. Ces événements ont giflés l’Amérique en dehors de ses idéaux et l’ont forcé à regarder une indéfinissable, mais désormais tangible, force qui influence la société. Les « complots » et autres dissimulations ont fait la une des journaux et les masses découvraient graduellement l’existence d’un gouvernement de l’ombre. La désillusion et le cynisme ont suivis, obligeant la société américaine à accepter ou ignorer la vraie nature de ses dirigeants. La société est devenue l’équivalent de Rosemary qui a appris la nature perverse de son bébé, mais accepte tout de même la responsabilité de le materner. La Pop culture d’aujourd’hui est simplement l’évolution de ce système.
Même si l’on veut ignorer la dimension symbolique du film lui-même, les événements synchrones entourant sa production sont tout simplement étonnants. Pour examiner les événements entourant Rosemary’s Baby il faut regarder droit dans la face sombre d’Hollywood. Voici quelques uns de ces événements :
 
LE MEURTRE DE SHARON TATE
Roman Polanski et sa femme, Sharon Tate
Avant de se décider pour Mia Farrow, Roman Polansky avait à l’origine prévu sa femme, Sharon Tate, pour jouer le rôle de Rosemary. Elle n’a pas été auditionnée pour le rôle mais fait une brève apparition non créditée dans le film, au cours de la scène de la fête. Quatorze mois après la sortie du film, Tate (qui était enceinte de 8 mois) a été rituellement tuée par des membres de la « famille » Manson. Elle a été poignardée 16 fois et ses tueurs ont inscrits le mot « porc » avec son sang sur les murs de la maison.
Charles Manson est décrit par Fritz Springmeier comme étant « à la fois un esclave MONARCH et un gestionnaire ». Selon Springmeier, ses programmeurs savaient à l’avance qui allaient être les prochaines cibles. Il est essentiellement utilisé par l’élite pour mener à biens des meurtres rituels.
 
« (…) Les meurtres attribués au Fils de Sam, la famille Manson et de nombreux autres meurtres reliés entre eux (y compris éventuellement les meurtres du Zodiac) n’étaient pas ce qu’ils semblaient être. Bien que ces meurtres apparaissaient être l’œuvre de tueurs en série ou meurtriers de masses qui frappaient au hasard, ils étaient en fait des contrats exécutés pour des motifs spécifiques pour, le compte d’un réseau interconnecté de sectes sataniques. En d’autres termes, il s’agissait de coups de « professionnels » orchestrés et organisés pour ressembler au travail d’un autre « tueur en série solitaire ». »
-David McGowan, « Questions d’Henry »
 
 
« Les meurtres Manson ont sonnés le glas pour les Hippies et tout ce qu’ils représentaient symboliquement », dit Bugliosi (le procureur qui mène l’accusation) au journal The Observer la semaine dernière. « Ils ont fermé une époque. Les années 60, la décennie de l’amour, a pris fin cette nuit là, le 9 aout 1969. »
-The Guardian, « la disciple de Charles Manson met fin à 40 ans de silence après la nuit de la boucherie ».
 
Selon de nombreux observateurs, les meurtres de Manson ont été programmés à l’aide de chansons des Beatles (Manson lui-même a affirmé que la chanson Helter Skelter contenait des messages cachés destinés à lui et sa famille).
 
« Charles Manson a été programmé avec la musique des Beatles. (…) Ils font régulièrement appel à des esclaves et font des paroles hypnotiques destinées à être des indices pour les esclaves avant que la musique ne sorte. Par exemple, les paroles de « ain’t that a shame » vont altérer le comportement de certains vers la colère ». Pour un autre esclave, la chanson Everything is relative, in its own way”, rappelle à la personne du culte, la famille et l’obéissance. »
-Fritz Springmeier, « La formule Illuminati pour créer un esclave indétectable par le contrôle mental »
 
« Les meurtres de Manson ont été réalisés selon un antique rituel avec des tromperies et des « cordes d’initiation » autour des cous des sacrificiés. Une phrase tirée d’une chanson de John Lennon avec les Beatles a été peinte dans la maison de la mort, « Helter Skelter » qui était située de manière appropriée sur Cielo Drive (ciel en espagnol). (Il s’agit de l’adresse de la maison de Roman Polansky et Sharon Tate.)
Ce que nous observons dans la foulée de la prise de connaissance par le public de ces psychodrames alchimiques, dont les conséquences spirituelles pour l’Homme sont beaucoup plus importantes que la plupart d’entre nous peuvent l’imaginer, est un processus d’initiation occulte mondial. »
-Michael A Hoffman, sociétés secrètes et guerre psychologique.
 
En parlant de cela, la mort de John Lennon est un autre morceau de cet étrange puzzle. Le meurtre a eu lieu alors que John rentrait dans l’immeuble Dakota, celui où Rosemary’s Baby a été filmé, et où il vivait à l’époque. Mark David Chapman, « l’idiot solitaire » qui a tué John Lennon est fortement soupçonné d’être un esclave MONARCH, contrôlé mentalement.
 
Les gens rassemblés en masse devant l’immeuble Dakota après la mort de John Lennon
 
Chapman avait également des liens avec des gestionnaires de haut niveau et parmi le cercle étrange des célébrités occultes.
 
« Assassin de John Lennon, Mark David Chapman, a rencontré LaVey, le copain de Kenneth Anger, un disciple américain d’Aleister Crowley, à Honolulu à la fin des années 70. En 1967, Kenneth Anger avait réalisé un film titré « Lucifer rising », avec en guest star Bobby Beausoleil, un disciple de Manson. Une autre adepte et tueuse de Tate, Susan Atkins avait fait des apparitions lors de performances d’Anton LaVey dans un club de Los Angeles. »
-Ibid
 
Pourquoi a-t-on « choisi » Sharon Tate ? Elle n’était pas la plus grande star d’Hollywood et n’a connu qu’un succès commercial limité. Etait ce le destin inéluctable qui est réservé aux stars qui vont trop loin dans le côté occulte de la célébrité ? Trois ans avant sa mort, Tate a joué le rôle d’une sorcière dans le film Eye of the devil. La conclusion du film : un sacrifice de sang était nécessaire pour « remettre les choses à leur place »
 
Eye of the Devil,l’un des derniers films de Tate. Un autre cas d’une célébrité apparaissant dans un film symbolique avant une mort étrange.
Est-ce que Roman Polansky a sacrifié sa femme (de la même façon que Guy sacrifie Rosemary) pour obtenir les faveurs d’Hollywood ? Peu de temps après le meurtre, il se laisse photographier par LIFE magazine dans le living room ou sa femme avait été tuée. Le sang séché était encore clairement visible sur le sol devant lui. La séance photo lui a d’ailleurs valu d’être fortement critiqué.
D’autres événements n’ont pas aidé sa crédibilité. Sept ans après l’assassinat de sa femme, Roman Polansky a été arrêté et accusé d’un certain nombre d’infractions contre une Samantha Geimer, alors âgée de 13 ans, y compris le viol par usages de drogues, la perversion, la sodomie, et d’autres actes obscènes sur un enfant de moins de 14 ans. Selon le témoignage de la victime devant le grand jury, Polansky avait demandé à sa mère (une actrice de télévision et modèle photo) q’il pouvait photographier sa fille dans le cadre de son travail pour l’édition française de Vogue. Selon l’auteur Michael A Hoffman, Roman Polansky a produit des « snuff movies » mettant en scène des mineurs « à vendre » sur le marché privé, mais ces allégations n’ont pas été prouvées. Malgré ces diverses accusations, Roman Polansky demeure un homme libre.
S’agit-il de coïncidences étranges ou des morceaux d’un schéma plus large ? Peut-être quelque part entre les deux ? Quoi qu’il en soit, ces événements sont symptomatiques d’une force cachée qui influence la culture Pop américaine.
Conclusion
Rosemary’s Baby peut être considéré comme rien de plus qu’un film bien conçu, qui joue sur la peur et archétype intemporel du «diable». Cependant, quand on regarde le timing préçisdu film dans l’histoire américaine et de l’incroyable série d’événements qui ont suivi sa sortie, le film devient une œuvre charnière symbolisant un changement culturel important dans la vie américaine. De la même façon que Rosemary découvre le fonctionnement d’un coven international de sorciers, la société américaine «découvre» un côté plus sombre de sa politique intérieure et de l’industrie du spectacle. Les esclaves contrôlés mentalement se déchaînent dans le public, de choquants méga-rituels se produisent, et la pop culture devient une célébration de la dépravation.
 
Cette époque a ouvert la voie aux projets Illuminatis que l’on connaît aujourd’hui dans la culture Pop. Avec le consentement tacite de l’indifférence du public, l’industrie culturelle d’aujourd’hui est encore au travail, à enfermerl’esprit des jeunes dans des moules pour l’avènement d’un « nouvel éon ». Le même contrôle de l’esprit qui a servi à tuer Sharon Tate et John Lennon est devenu un moyen amusant pour pimenter une vidéo musicale. Les controverses du passé ont toujours un écho aujourd’hui. Devrions-nous être surpris de voir étoiles les Illuminati d’aujourd’hui comme Nicki Minaj « channeliser » une autre personne appelée … Roman Zolanski?
 
Cela étant dit, il serait trop simpliste de blâmer « Satan » pour tout ce qui s’est passé. En fait, les marionnettistes seraient ravis de voir une population effrayée et confuse blâmer un bouc émissaire non-humain, disculpant de fait de vrais hommes et de femmes de la responsabilité de leurs actions. Même l’Église de Satan LaVey est une comédie théâtrale de style hollywoodien par rapport aux véritables acteurs sur la scène mondiale. Cabales secrètes, évoluant dans les hautes sphères de la société, sont les vrais marionnettistes et ils évitent l’attention des médias. (…)
Les masses, réputées «profanes» et indignes de la vérité, sont désorientées, spectatrices d’un mauvais spectacle de  marionnettes. Pour cette raison, il est important de lever le rideau et de voir ce qui se passe dans les coulisses. Une fois que nous voyons réellement les marionnettistes malades qui tire les ficelles, nous allons, espérons-le, nous détacher de notre état d’hypnose et  sortir du spectacle.

http://infoguerilla.fr/?p=8518#more-8518 http://infoguerilla.fr/?p=8518#more-8518

 

http://www.alterinfo.net/Le-film-de-Polansky-Rosemary-s-baby-et-la-face-sombre-d-Hollywood_a56055.html


Mardi 8 Mars 2011
Partager cet article
Repost0
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 03:57
par Michele Giorgio

Le 8 mars 2011

 



Juffair (Bahrein)

Jennifer Stride affiche sa tranquillité. « Les désordres politiques qui ont lieu dans le centre de Manama n’ont pas troublé nos activités et la vie quotidienne du personnel, et n’ont pas concerné la base ni les deux môles où la Marine a ses plus grands bateaux », nous dit J. Stride porte-parole de la base étasunienne de Juffair, au Bahrein, port de la 5ème Flotte des Etats-Unis. « La préoccupation principale en ce moment est comment éviter les embouteillages (causés par les manifestations chiites de ces dernières semaines contre la monarchie, NDR) et que nos enfants ne rentrent  pas trop tard de l’école à la maison», ajoute la porte-parole.

Nous sommes assis dans un petit café de la zone relax de la base. A 5-6  Kms, sur la Place de la Perle, des dizaines de milliers de manifestants contestent chaque jour, depuis le 14 février, la monarchie des Khalifa et le gouvernement. Et il y a deux semaines la police et l’armée, pleines de mercenaires pakistanais et saoudiens, ont tué sept manifestants et blessé des dizaines de personnes. Mais ici sur la base de Juffair on ne ressent aucun ferment populaire, et la zone relax rappelle beaucoup le centre commercial d’une petite ville étasunienne tranquille. Salle de bal avec  podium pour l’orchestre, terrains de basket, bureau de poste et supermarché.  Peu de militaires en uniforme, ils sont le plus souvent en jeans et t-shirt de coton ou en tenue de sport. On n’attend plus que les sosies de Richie Cunningham et Fonzie, sortant d’un fast-food genre Arnold’s. Tout en règle pour les 4.800 hommes (et sans doute quelques femmes soldats, cher camarade du manifesto, NdT du 8 mars…) de la base (et plus de 1.300 contractors) (ceux que la communauté internationale et ses media appellent en Libye des « mercenaires étrangers », NdT). Parmi eux, se trouvent des militaires d’autres nationalités, de l’Australie jusqu’à l’Italie (présente avec deux officiers et deux sous-officiers) (brava gente, Ndt), représentant les 25 pays inclus dans les Combined Maritime Forces aux ordres du vice-amiral étasunien Mark Fox.

Mais les préoccupations sont quand même là, à un niveau bien plus élevé, malgré les tentatives de les masquer de Stride et des autres porte-parole qui acceptent de répondre à nos questions. C’est le silence de l’administration Obama qui les représente, qui n’a pas soutenu les aspirations à la démocratie de 70% de la population du Bahrein qui demande l’égalité pour tous les citoyens. De fait ceux qui manifestent sont les chiites, gravement discriminés par les sunnites, et ceci a suffi à convaincre la Maison Blanche de garder le silence. Dans les rencontres réservées, le roi Hamad du Bahrein répète que la révolte est un complot chiite iranien. Ses interlocuteurs étasuniens savent que c’est faux mais lui donnent raison parce qu’ils préfèrent garder leur roi allié sunnite, patron de Manama, plutôt que risquer de perdre une position de grande importance militaire dans le Golfe. On ne s’étonnera pas que le chef des états-majors étasuniens réunis, l’amiral Mike Mullen, soit venu il y a dix jours à Manama pour vérifier en personne la stabilité de la monarchie Khalifa.

  « D’un point de vue stratégique la révolte de Bahrein est plus dangereuse pour les intérêts étasuniens que celle de millions de personnes en Egypte dit Aaron Miller, un ex-analyste du département d’Etat, « un changement net de régime au Bahrein aurait des effets directs et immédiats sur le dispositif militaire étasunien dans la région ». Le Bahrein est en face de l’Iran « ennemi », en excellente position pour partir à l’attaque. D’ailleurs, ces dernières années, c’est de Juffair que sont parties de nombreuses missions dans la région, en particulier depuis les porte-avions, qui ont joué un rôle central dans l’invasion anglo-étasunienne de 2003 en Irak.  Et il n’est pas à exclure que d’autres ne soient lancées dans un avenir pas très lointain si les USA essayent d’arrêter par la force armée le programme nucléaire (attesté civil par l’AIEA, NdT) iranien. Par le Golfe passent 20-25% de tout le pétrole qui va en Occident et pendant que nous parlons avec les porte-parole militaires, une quarantaine de navires de guerre qui dépendent de Juffair, parmi lesquels deux porte-avions (Enterprise et Carl Vinson), naviguent entre Umm Qasr (Irak) et le Détroit d’Ormuz (entre Iran et Oman), dans l’océan Indien et en Mer Rouge pour affirmer la présence étasunienne et occidentale dans une zone d’intérêt stratégique et militaire exceptionnel qui va des côtes de la Somalie jusqu’en Afghanistan. Ces jours derniers sont partis du Golfe certains des navires étasuniens qui mouillent à présent en face des côtes libyennes. Et rien n’est fait pour cacher l’importance de la base étasunienne au Bahrein, par  Fred Martin, délégué à la presse de la 5ème Flotte, et par le lieutenant Susie Thomson porte-parole des Combined Maritime Forces. « Des milliers de nos homes sont en ce moment embraqués pour garantir la régularité du flux de la navigation commerciale » dit Martin dans une référence évidente au transit des pétroliers par le Détroit d’Ormuz qui, s’il devait se trouver bloqué finirait par mettre à genoux pas mal de pays occidentaux. Le lieutenant Thomson par contre nous parle de Ctf-150, Ctf-151 et Ctf-152. « Le premier sigle fait référence à la mission de sécurité et anti-terrorisme actuellement conduite par l’Australie, la seconde à l’anti-piraterie confiée au Pakistan, et la troisième à la sécurité et coopération dans le Golfe, sous le contrôle du Bahrein depuis quelques semaines. Les trois commandements se trouvent à Manama », explique Thomson. "C’est un engagement vaste qui requiert un fort emploi d’hommes et de moyens dans la lutte contre le terrorisme et au nom de la sécurité, de la stabilité et de la prospérité dans une zone de 2,5 millions de miles carrés où transitent d’importantes lignes commerciales ».

Personne ne parle de l’Iran, le nouveau-vieil ennemi de Washington (et d’Israël), les porte-parole nous disent maintenant qu’ils n’ont pas le temps de répondre à d’autres questions. Mais une attaque militaire contre les centrales nucléaires (civiles, NdT) iraniennes était et reste une option sur la table de Barack Obama. La base navale de Juffair est toujours le tasseau central dans le système militaire complexe que Washington développe dans le Golfe, à l’intérieur aussi de son projet de « bouclier anti-missile ». En installant rapidement les missiles défensifs Patriot Pac-3 sur les territoires de Qatar, Dubaï, Koweït et Bahrein, l’administration Obama  a donné un signal puissant de sa volonté de renforcer sa propre position dans la région. Le projet prévoit un programme conjoint avec l’Arabie Saoudite pour le développement de systèmes de défense des implantations pétrolières, dans une optique d’opposition à l’Iran. Le US CentCom, le commandement central des Forces Usa, a d’ailleurs aussi dans la région d’autres bases : au Koweït, Camp Doha et Camp Arifjan, qui, avec la base aérienne de Ali al-Salem sont les sites principaux à travers lesquels est en train de passer le processus de retrait étasunien de l’Irak. Au Qatar, se trouvent la base aérienne de al-Udeid et le commandement central CentCom, qui joue depuis des années un rôle central pour les opérations en Irak et Afghanistan. Washington se prépare à dépenser 213 millions de dollars pour étendre ultérieurement ses bases au Bahrein et dans les Emirats Arabes Unis. Investissements qui sont largement rendus par les monarchies et les émirats du Golfe qui sont en train de dépenser en armes étasuniennes de nombreuses dizaines de milliards de dollars (dont 60 pour la seule Arabie Saoudite), en refusant des investissements pour aider les jeunes qui, dans leurs pays et dans le monde arabe, luttent depuis des semaines pour avoir du travail et la liberté. Et des milliers de ces jeunes réclament ces droits à quelques kilomètres seulement de Juffair.

 

Edition de mardi 8 mars 2011 de il manifesto
http://www.ilmanifesto.it/Quotidiano-archivio/08-Marzo-2011/art35.php3

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

 

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=23586

Partager cet article
Repost0
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 03:42

Satan est condamné, et il le sait à être englouti

à la fin des temps dans « l’océan de feu !

http://lebloglaquestion.wordpress.com

« Satan, le Maître du monde » de Ean Rad. Fantastique ouvrage que je
conseille à tous ceux qui voient le monde sans le voir ! Voici quelques
extraits… A méditer ! Vraiment à méditer !

« Le monde actuel est comparable à un conservatoire de musique.
L’orchestre s’assimile aux quelques individus les plus influents de la
planète. C’est une entreprise collective à la réussite de laquelle
participe chaque virtuose concerné, au gré d’une spécialité bien définie.
Pour coordonner cette entreprise : un personnage, à savoir le Maître […], le
chef d’orchestre. Ensemble, ils interprètent une symphonie - la direction du
monde - pour une ultime représentation : le contrôle total de la Terre […].
»

Dakhanie - Chroniques XVII.


Page 93-94 : « […] La protection du commerce et de l'industrie est
impérative et principalement la spéculation qui sert à contrebalancer cette
dernière. Sans la spéculation, l'industrie augmenterait les capitaux privés
et la résultante serait un afflux de fonds pour les agriculteurs qui rachètent
les terres hypothéquées et ainsi remboursent leurs créances contractées chez
les banques agricoles, les établissements de crédit foncier !  
C’est pour cela qu’il était de notre intérêt que l'industrie, en
l’occurrence agro-alimentaire, puisse concentrer toutes les richesses
agricoles et nous permettre d’accumuler, par la spéculation, toute la
richesse mondiale, en poussant tous les peuples dans le salariat. Ainsi, ces
derniers se prosterneront devant nous, rien que pour nous supplier de leur
octroyer le droit d'exister !
L’animosité et le désordre qui en découlent s’amplifieront encore plus
quand éclatera la Crise Economique Ultime qui paralysera les marchés et la
production, les transactions bancaires et financières et toute la vie
industrielle de la planète. Cet événement a déjà été expérimenté à
faible amplitude au début du XXe siècle et vous connaissez la suite. Que de
dégâts ! Le reproduire à nouveau à une échelle sans commune mesure nous est
si facile. Pour le moment, nous nous contenterons d’essais, de petites
secousses que nous répartirons dans le temps. Une crise économique par-ci, une
autre par-là entrecoupée par des conflits que nous fabriquerons à travers le
monde non industrialisé dans le seul but de détourner l’attention. Et
surtout d’engendrer la peur !
Quel est le meilleur moyen de faire avancer nos projets, si ce n’est de
créer des crises économiques et financières. Celles-ci sont efficaces
lorsqu’il s’agit de changer, d’ajuster ou d’ajouter un élément dans
les rouages de la société des humains que ce soit au niveau de l’emploi, de
l’éducation, de l’économie ou des mœurs. Lesdites crises servent
d’alibis, d’exutoire aux populaces qui philosophent naïvement sur leur
situation, qui tergiversent bêtement sur leur avenir et celui de leurs
progénitures. Vous voyez le plus grand des abrutis, l’inculte primaire
discourir sur la crise comme s’il en était un expert. Les crises que nous
élaborons et que nous déclenchons pour ces animaux humains ne sont en
réalité qu’un leurre, sans quoi, il sera ardu pour nous de faire avancer nos
plans sans créer de la suspicion et des révoltes ! [ ...] »

Page 144-145 : « […] Absanoom, fait un geste discret de la main et annonce
:

- Votre voisin qui sollicite la parole complétera cette dernière notion
forte instructive !

    L’antre du fauteuil résonne en ces termes :

- Notre maxime demeure : « la fermeté, la violence et la fourberie » ! En
politique, la fermeté est la seule gagnante, notamment si elle est sournoise.
Celle-ci doit être une aptitude essentielle des hommes d’Etat, une seconde
nature, en quelque sorte !  
Pour tout gouvernement qui refuse de céder le pouvoir, la violence reste le
fondement, la ruse et la fourberie sont la règle. Ce savoir-faire est
l’unique façon d’agir avec les Humains, conformément à notre idéal. Dès
lors, nous devons corrompre, tromper, trahir et exterminer quand ceci nous
permet d’atteindre notre objectif. Ce sont là, les principes et les bases
d’un gouvernement iblisien ou Gouvib. Il est essentiel, en politique, de
s’accaparer sans état d’âme de l’usufruit d’autrui, pour parvenir à
l’obéissance et au pouvoir !

Nous avons fait en sorte qu’il existe toujours deux pouvoirs politiques. Un
gouvernemental qui sert de vitrine et un autre qui demeure secret. C’est ce
dernier qui est le véritable administrateur !
Qu’un Etat soit républicain ou absolu, celui-ci se sert toujours d’une
législation pour aviser la nation de ses décisions. En conséquence, notre
principal souci a été de créer un courant apte à la modifier, à la voiler
ou à la camoufler. Le remodelage de la législation vers une orientation
libérale habitue les législateurs à y installer tout type d’exigences
nouvelles. Ultérieurement, l'inobservation de ladite législation amène au
relâchement qui signe les prémices du désordre !  
Et c’est là que nous jouerons la scène finale. Nous consoliderons notre
Iblisocratie, déjà puissante, car elle est imperceptible, et de ce fait, bien
entendu irresponsable. En effet, la responsabilité n’incombe qu’à nos
adversaires récalcitrants et soi-disant représentants des peuples qui, de
manière inconsciente, et, évidemment, ignorants tout de notre objectif,
réalisent notre Plan !  
Etant donné que ce sont, en réalité, nos pantins, le seul risque qu’ils
encourent est une mutation dans l’administration ou une suspension temporaire.
Si par malheur pour eux, ils contestent nos directives, nous ne verrons pas
d’autre alternative qu’une sanction capitale : la mort !  
Les gouvernants et les fonctionnaires sont nommés par nous dans le secteur
public, à cause de leur bassesse et de leur ignorance de l’art
gouvernemental. C’est ce type de profil que nous cherchons. Dans notre Prog,
ils seront des pions entre les mains de nos scientifiques, de nos
universitaires, de nos excellents conseillers, de nos spécialistes et
technocrates qui eux, dès leur plus jeune âge, sont orientés par nos soins
afin de conduire les affaires de ce monde, notre monde, le monde d’Iblis !

Nos adeptes sont des hommes et des femmes qui s’instruisent dans nos Ecoles
et Instituts, véritables temples iblisiens où ils acquièrent un savoir
essentiel à nos plans politiques, une connaissance expérimentale de
l’histoire et une observation constructive de chaque fait passé !  
Les Humains ne sont dirigés que par les us et coutumes, par l’habitude, par
les théories et par tout modèle qui révolutionne leur monde que nous leur
préparons. Ils n’exploitent jamais les faits ou les circonstances pourtant
constamment fournies par l’Histoire. Ils ne se préoccupent guère des effets
qui en résultent. Tout cela, parce qu’ils ne lisent jamais entre les lignes,
quand ils daignent lire. Ils gobent tout ce qu’on leur dit, tout ce qu’on
leur montre et tout ce qu’on leur écrit !  
Dès lors, nous n’avons pas à nous inquiéter de leur sort. Ils pensent que
la vie ici-bas n’est que hasard et amusement. Ils ignorent ce que nous savons.
Et ce que nous savons est si lourd de conséquence pour leurs agissements. Si
seulement ils savaient. Laissons-les faire, qu’ils se divertissent, qu’ils
jouissent du peu de ce monde que nous leur accordons. Bien mieux, nous allons
faire en sorte que toute leur existence soit un jeu, une loterie, et ce,
jusqu’à ce que les temps soient accomplis. A ce moment là, il sera trop tard
; et alors que de chagrins et de désespoirs !
Qu’ils vivotent dans d’inextricables, innovantes et éphémères
satisfactions que leur procure la course folle aux richesses et aux biens de ce
monde ! Qu’ils végètent dans les souvenirs des allégresses passées et
d’espoirs incertains. Que de regrets, de soupirs. Que de lamentations et de
déceptions. Chaque génération maudira la précédente pour lui avoir légué
de tels fardeaux qui s’ajoutent aux siens !  
Les lois qui proviennent des théories et des spéculations scientifiques ont,
aux yeux des Humains une valeur inestimable, une véritable déification. Avec
la perspective de cette conception et le concours de notre appareil médiatique,
nous amplifierons à l’extrême leur confiance aveugle à l’égard de ces
dieux que sont la Science et la Technologie ! […] »


Mardi 8 Mars 2011
http://www.alterinfo.net/Satan-le-Maitre-du-monde-de-Ean-Rad_a56029.html
http://www.alterinfo.net/Satan-le-Maitre-du-monde-de-Ean-Rad_a56029.html
Partager cet article
Repost0
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 14:26
Kadhafi : in bed with Tony Blair
5 mars 2011 - 12:21

La guerre civile qui se déroule en Libye nous pose une question importante : Pourquoi avait-on oublié que Kadhafi est un dictateur fou ? Dès lors, il faut se demander : qui a bien pu le réhabiliter ? Bienvenue dans les marécages de l’Empire britannique…

Le dictateur blanchi façon Tony Blair

Aux yeux de la communauté internationale, Mouammar Kadhafi était un terroriste jusqu’à ce beau jour de 2004 où le Premier ministre britannique Tony Blair alla lui tendre « la main de l’amitié » en plein désert libyen. A partir de ce 24 mars 2004, Kadhafi allait devenir officiellement un « solide partenaire de l’Occident », selon les paroles de Blair lui-même.

Bien sûr, Blair ne fut pas le seul à vouloir faire des affaires avec la Libye, plus grosse réserve d’hydrocarbures de toute l’Afrique. Tant Silvio Berlusconi que Nicolas Sarkozy s’y précipitèrent – saluons au passage le dévouement d’un Sarkozy qui témoigna lors de la visite parisienne du Colonel en 2007 « de la collaboration des services français avec les services libyens pendant les quatre années où j’étais ministre de l’Intérieur ».

Mais les réseaux de Tony Blair furent les premiers à ouvrir la porte à Kadhafi pour intégrer la Lybie à la sphère d’influence géopolitique de l’Empire britannique ; plus intéressés par l’argent et la luxure que par l’influence mondiale, Berlusconi et Sarkozy ne firent que s’engouffrer dans le sillage des Britanniques.

L’opération « relooker Kadhafi » commença à l’initiative de Sir Mark Allen, le chef du service Moyen-Orient du MI6 – les services britanniques de renseignement extérieur – qui proposa à Blair de réhabiliter le chef libyen. En 2003, il rencontra à plusieurs reprises Kadhafi et la Grande-Bretagne obtint la levée des sanctions économiques contre la Libye. Un an plus tard, Mark Allen démissionna du MI6 pour devenir, avec la bénédiction de Blair, le conseiller spécial du PDG de la Bristish Petroleum. Depuis, BP est devenu un acteur majeur dans l’extraction pétrolière et gazière en Libye, notamment à travers un investissement de 900 millions de dollars pour l’exploration de champs gaziers conclu en 2007. Mark Allen intégra également le cabinet de conseil Monitor Group, en même temps que son chef au MI6, Sir Richard Dearlove. Dès 2006, le Monitor Group fut embauché par la Libye pour « Rehausser le profil de la Libye et de Mouammar Kadhafi », au tarif de 250 000 dollars par mois plus un fonds discrétionnaire de 2,5 millions.

La « London School of Useful Idiots »

L’une des premières missions du Monitor Group fut d’aider Saif Kadhafi, le fils de Mouammar, à obtenir une thèse de doctorat à la prestigieuse London School of Economics (LSE), le principal centre de formation à l’idéologie libérale britannique. Le 2 mars, la LSE annonçait l’ouverture d’une enquête pour répondre aux accusations de plagiats contre Saif Kadhafi et son directeur démissionnait 2 jours plus tard pour avoir accepté de grosses sommes d’argent libyen.

Si le rôle direct du Monitor Group consista à obtenir pour la thèse de Saif une quarantaine d’entrevues avec d’importantes personnalités du monde économique et politique – et Saif n’en fit aucune personnellement –, les réseaux blairistes à la LSE ont joué de tout leur poids.

Dans un article intitulé « La London School of Useful Idiots : Comment la bande à Blair a soutenu Kadhafi en échange de dons », le quotidien britannique Daily Mail révèle que ce sont quatre proches de Tony Blair à la LSE qui sont directement responsables de la promotion de Saif Kadhafi et qui pourraient avoir arrangé sa thèse. Il s’agit de la Baronne Liz Symons, de Jonathan Powell, de Sir David Manning et de… Sir Mark Allen, tous les quatre siégeant à l’Ideas Center de la LSE.

  • La Baronne Symons, ministre déléguée au Foreign Office chargée du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord sous le gouvernement Blair, est une proche du régime Kadhafi puisqu’elle siège au Conseil de national du développement économique libyen présidé par Saif Kadhafi et créé en 2007 sur conseil « d’un groupe de cabinets de consultants essentiellement américains et britanniques ». La baronne fut au cœur du blairisme puisqu’elle est l’épouse de Phil Bassett, le conseiller en communication de Blair derrière la propagande mensongère qui mena à la guerre en Irak. Elle joua aussi un rôle clé au sein du cabinet noir de Blair lorsque fut lancée une opération de désinformation contre ceux qui avaient osé dénoncer publiquement les mensonges du Premier ministre sur les armes de destruction massive irakiennes, comme l’inspecteur en armement David Kelly, mais aussi l’américain Lyndon LaRouche, farouche opposant du vice-président Cheney (dont l’épouse Lynne Cheney est une intime de la Baronne Symons) qui était intervenu à deux reprises sur la BBC en 2003.
  • Jonathan Powell est l’ancien chef de cabinet de Blair au 10 Downing Street et dirige actuellement la société de conseil Tony Blair Associates.
  • Président de l’Ideas Center, David Manning était l’ambassadeur britannique à Washington entre 2003 et 2007. Il fut nommé par Blair juste à temps pour le lancement anglo-américain de la Guerre en Irak.

La thèse de Saif Kadhafi portait sur « Le rôle de la société civile dans la démocratisation des institutions de la gouvernance globale : du soft power au processus de décision collective ». L’un de ses deux examinateurs était un autre blairiste, Lord Desai, fondateur de la chair Global Governance de la LSE à qui Saif Kadhafi versa 1,5 millions de livres sterling en 2009. Tous se déclarent aujourd’hui « surpris » de voir Saif professer publiquement la répression du peuple libyen par les armes.

Pour les flingues, allez voir Tony

Selon Saif Kadhafi lui-même, Tony Blair est « un ami personnel de la famille » et tient un rôle de conseil auprès du fond souverain Libyan Investment Authority (LIA), créé en 2006. Le LIA gère 70 milliards de dollars qu’il place à travers le monde, et en particulier à Londres, où il a ouvert des bureaux dans le luxueux quartier du Mayfair en 2009. Le LIA a investi massivement dans l’immobilier commercial de la capitale britannique et détient 3% du groupe Pearson, éditeur et propriétaire du prestigieux quotidien de la City, le Financial Times . Si Tony Blair a nié avoir conseillé le LIA, il a néanmoins voyagé à plusieurs reprises à Tripoli en tant que conseiller pour la banque d’affaire américaine JP Morgan. D’ailleurs, la banque de Wall Street est un partenaire privilégié du Libyan British Business Council créé en 2004, tout comme BP et les acteurs majeurs de la City que sont Barclays et HSBC.

Lors des derniers jours de son mandat de Premier ministre, le 29 mai 2007, Blair se rendit à nouveau en Libye pour signer un partenariat militaire et policier avec Mouammar Kadhafi. Les accords de Sirte, comme le prouve un document secret cité par le Daily Mail , portaient sur la fourniture de fusils, de munitions et d’équipement de police anti-émeutes, ainsi que sur la formation des forces spéciales libyennes par le SAS britannique et la formation d’officiers libyens à l’Académie militaire royale de Sandhurst. Des moyens qui sont désormais employés directement contre le peuple libyen. Rappelons que Tony Blair est le représentant du Quartet – UE, ONU, Etats-Unis, Russie – pour la paix au Proche-Orient…

« Avec son statut royal, Andrew peut lui ouvrir des portes »

Evidemment Blair et ses amis ne pouvaient pas laisser la famille royale sur la touche, celle-ci pouvant être un excellent facteur d’intégration de la Libye dans le haut monde. Selon un ami du prince Andrew, deuxième fils de la reine Elizabeth II et du prince Philip d’Edimbourg, « lui et Saif sont devenu incroyablement proches. Ils adorent prendre du bon temps ensemble et s’amuser. Avec son statut royal, Andrew peut lui ouvrir des portes, et Saif peut lui ouvrir d’autres portes avec l’argent de sa famille. » Le Prince Andrew est officiellement représentant commercial de la Grande Bretagne et s’est rendu à trois reprises en Libye, à l’invitation de Saif. Andrew, Duc d’York, a organisé plusieurs réceptions pour Saif dans les palais royaux de Buckingham et St James, ainsi qu’au Château de Windsor.

L’Attentat de Lockerbie

Pour justifier la réhabilitation de Kadhafi, la diplomatie britannique prétexta avoir convaincu le guide libyen de ne plus recourir au terrorisme. En effet, le Colonel Kadhafi est accusé d’avoir commandité l’attentat du vol Pan Am 103 au-dessus de la ville écossaise de Lockerbie en 1988. C’est en effet un agent des services libyens, Abdelbasset al-Megrahi, qui a été reconnu coupable et condamné en Ecosse à la réclusion criminelle à perpétuité pour le meurtre des 270 victimes. D’ailleurs, le ministre de la Justice libyen, qui a démissionné fin février pour protester contre la répression sanglante, a affirmé que Kadhafi était bien le commanditaire et qu’il en détenait les preuves.

En août 2009, Megrahi fut relâché par les autorités écossaises et accueilli en héros à Tripoli où Kadhafi, un tantinet narquois, lui avait préparé une grande fête. A partir de 2007, le gouvernement britannique fit « tout ce qu’il put » pour obtenir la libération de Megrahi, rapporte une enquête diligentée par le nouveau Premier ministre britannique David Cameron. La Libye menaçait de mettre un terme à l’un des juteux contrats d’exploration pétrolière offshore de BP obtenus sous Blair et évalué à 15 milliards de dollars. Selon la presse britannique, peu de doutes subsistent sur le rôle qu’a pu jouer Sir Mark Allen dans ces négociations. Avec le successeur de Blair, Gordon Brown, le gouvernement travailliste ratifia un accord de transfert de prisonniers avec la Libye, lui expliqua comment demander un transfert ou une libération et annonça aux autorités écossaises, seules capables de décider du sort de Megrahi, qu’il n’y avait aucune barrière légale à un transfert. Finalement, Megrahi bénéficia d’une « libération par compassion » puisque des médecins britanniques rémunérés par le régime lybien lui avait diagnostiqué un cancer de la prostate en phase terminale, concluant dans un rapport médical qu’il n’avait plus que trois mois à vivre… 18 mois plus tard, Megrahi est toujours vivant.

Mais les Britanniques n’ont pas oublié que 43 sujets de Sa Majesté avaient péri dans cet attentat.

Britannia delenda est

« La chute de Kadhafi pourrait achever Tony Blair », explique Damian Thompson du Daily Telegraph . « On dirait que le lien avec Kadhafi va permettre ce que même la guerre d’Irak n’a pu réaliser : détruire la crédibilité de Tony Blair sur la scène internationale ». On ne peut que souscrire, d’autant que l’Attorney General de Grande-Bretagne, Dominic Grieve, doit rendre prochainement son avis sur la réouverture de l’enquête sur l’étrange mort de David Kelly…

Mais comme il n’y a pas de fumée sans feu, il n’y a pas de serviteurs sans empire ; et c’est bien l’Empire financier et géopolitique de la City de Londres qui est sur le point de s’effondrer, impuissant face à la révolte mondiale des peuples qui ne veulent plus subir sa mondialisation financière.

Bertrand Buisson
bertrand (at) solidariteetprogres.org
Et les infirmières bulgares alors ?

Peu de mystères demeurent encore autour de la libération « héroïque », obtenue par Nicolas Sarkozy en juillet 2007, des infirmières bulgares détenues par Kadhafi. Elle aurait été arrangée par Sir Mark Allen en personne et finalisée grâce à l’argent obtenu par Sarkozy. Saif Kadhafi s’est dit très impressionné par la « générosité » française puisque, en plus des 72 millions de dollars donnés par le gouvernement bulgare, Nicolas Sarkozy a garanti le versement immédiat de 452 millions d’euros pour « indemniser » les familles des 400 victimes libyennes (à qui les infirmières étaient accusées d’avoir inoculé le VIH). Si cet argent a été finalement déboursé par les Etats-membres de l’UE, Mouammar Kadhafi se plaignait de la lenteur bureaucratique européenne. Alors que les négociations bloquaient, Nicolas Sarkozy passa un coup de fil à son ami Hamad ibn Khalifa al Thani, l’émir du Qatar (qui, une semaine auparavant, était l’invité d’honneur de Sarkozy pour le défilé du 14 juillet), pour qu’il avance intégralement cette somme. Le soir même, l’Emir dépêchait à Tripoli le gouverneur de sa banque centrale avec un chèque de 452 millions d’euros. Le lendemain, les infirmières étaient relâchées. Si Nicolas Sarkozy nie toujours qu’il y ait eu une compensation financière, il faut ajouter que la France était en négociations avec le régime libyen pour la vente de missiles pour 100 millions d’euros, ainsi que d’une centrale électrique française. De surcroît, le France s’engagea à restaurer l’hôpital de Tripoli, et Mark Allen et BP, qui jouèrent les entremetteurs, obtinrent leur contrat d’exploration gazière.

 

 

Partager cet article
Repost0
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 22:41

 

 

.

A noter le soin que prend Georges à décrire des « révolutions spontanées » sans intervention US. Il défend aussi la position d’Obama car il est visiblement soucieux que ces révoltes paraissent venir de l’intérieur. On voit bien la stratégie planifiée derrière tout ça. Tout est fait pour minimiser le rôle des USA dans ces évènements. Or dans la bouche de quelqu’un comme Soros, cela résonne bien comme un aveu.

Partager cet article
Repost0
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 07:22
Benoît XVI dédouane les Juifs de la mort de Jésus
Courriel
Pope exonerates Jews for Jesus' death in new book

 


NICOLE WINFIELD, THE ASSOCIATED PRESS
Publié: 02 mars 2011 10:16

 

VATICAN, État de la Cité du Vatican - Le peuple juif n'est pas responsable de la mort de Jésus, explique le pape Benoît XVI dans un nouveau livre à paraître en mars, dont des extraits ont été publiés mercredi. Il réitère ainsi une position déjà exprimée il y a près d'un demi-siècle par l'Église catholique.

Benoît XVI a recours à une analyse biblique et théologique pour montrer que le peuple juif dans son ensemble n'est pas responsable de mort de Jésus. Des interprétations inverses avaient été utilisées pendant des siècles pour justifier la persécution des Juifs.

Même si le Vatican enseigne depuis plusieurs décennies que les Juifs ne sont pas collectivement responsables de la mort de Jésus, les explications de Benoît XVI aideront à combattre l'antisémitisme, a estimé mercredi un responsable de la communauté juive américaine.

«Il y a une tendance naturelle à considérer que les choses vont de soi, et cela conduit très souvent à un relâchement de la sensibilisation et de la conscience» du risque d'antisémitisme, a déclaré le rabbin David Rosen, directeur des affaires interreligieuses au Comité juif américain (AJC) et figure du dialogue entre le Vatican et les Juifs.

Il rappelle que le Vatican a publié son document le plus important sur le sujet en 1965: la déclaration «Nostra Aetate», qui a révolutionné les relations de l'Église catholique avec le judaïsme en affirmant qu'on ne pouvait attribuer collectivement la mort du Christ aux Juifs, à l'époque comme aujourd'hui.

Selon David Rosen, le livre de Benoît XVI pourrait avoir un effet plus grand et durable car les fidèles n'ont pas forcément le réflexe de se référer à de vieux documents de l'Église. Le pape, dit-il, fournit un «outil pédagogique».

L'argumentaire du pape figure dans la suite de «Jésus de Nazareth» (2007), son premier livre, qui offrait une vision très personnelle des premières années de la vie et des enseignements du Christ. Le nouvel ouvrage, à paraître le 10 mars, porte sur la seconde moitié de la vie du Christ.
http://www.juif.org/go-news-146587.php
L' opinion d'eva R-sistons :

Il était temps que soit mis fin à ce scandale : Faire porter sur l'ensemble des Juifs, indéfiniment, la décision, maintenant ancienne, de quelques-uns d'entre eux. De surcroît, on peut comprendre que les Juifs de l'époque n'aient pas apprécié les "dissidents" ..chrétiens ! Et de toutes façons, le pardon chrétien ne doit pas seulement être proclamé, mais vécu. Concrètement ! Enfin, tout cela est du passé, il faut vivre le présent...
Partager cet article
Repost0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 07:16

Témoignage d'une israélienne cousine de KADHAFI.

 

 

 

Kadhafi n'a pas fini de nous étonner !

Partager cet article
Repost0
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 08:20

Napoléon, admirateur de l’Islam et de son Prophète

 

 

En marge du débat sans fin qui s’est instauré sur le Net, sur la sincérité et la réalité de la conversion de Napoléon Bonaparte à l’Islam, voici quelques extraits authentiques de la pensée de l’Empereur sur cette spiritualité.


Dans les Mémoires écrits à Sainte-Hélène du général Gourgaud, Napoléon dit : « Jésus-Christ, simple prédicateur, n’exerça aucun pouvoir sur la terre, mon règne n’est pas de ce monde disait-il. Il le prêchait dans le temple, il le prêchait en particulier à ses disciples. Il leur accorda le don de la parole, fit des miracles, ne se révolta pas contre la puissance établie et mourut sur une croix, entre deux larrons, en exécution du jugement d’un simple prêteur idolâtre… À l’opposé de Jésus-Christ, Mahomet fut roi ! Il déclara que tout l’univers devait être soumis à son empire… »

Plus loin, Napoléon poursuit : « Ce qui est supérieur en Mahomet, c’est qu’en dix ans il a conquis la moitié du globe, tandis qu’il a failli trois cents ans au christianisme pour s’établir ».

Dans sa Correspondance, au chapitre « Observations sur la tragédie de Mahomet », Napoléon écrit : « Il a détruit les faux dieux, renversé le temple des idoles dans la moitié du monde, propagé plus que qui que ce soit la connaissance d’un seul Dieu dans l’univers… Mahomet fut un grand homme, intrépide soldat…. Grand capitaine, éloquent, homme d’État, il régénéra sa patrie et créa au milieu des déserts de l’Arabie un nouveau peuple et une nouvelle puissance. »

Le comte de Las Cases, dans le Mémorial de Sainte-Hélène, raconte une anecdote intéressante : « A dîner, l’Empereur dit des choses curieuses sur l’Égypte, touchant un des chapitres qu’il avait dictés sur la religion, les usages, etc. (…) Alors, analysant de la manière la plus ingénieuse les deux religions de l’Orient et de l’Occident, il disait que la nôtre était toute spirituelle, et celle de Mahomet toute sensuelle ; que les châtiments dominaient chez nous : c’était l’enfer et ses supplices éternels, tandis que ce n’était que récompenses chez les Musulmans : les houris aux yeux bleus, les bocages riants, les fleuves de lait ; et de là il concluait, en opposant les deux religions, que l’on pourrait dire que l’une était une menace, elle se présentait comme la religion de la crainte ; que l’autre, au contraire, était une promesse, et devenait la religions des attraits. »


Voilà qui nous change un instant du discours sarközyste sur les « racines juives » de la France et des stéréotypes islamophobes diffusés par Marine Le Pen ou Éric Zemmour, qui se prétend bonapartiste !


Paul-Éric Blanrue

Voir également le blog Paul-Éric Blanrue, Le Clan des Vénitiens

 

Article placé le 20 fév 2011, par Mecanopolis

 

Partager cet article
Repost0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 15:38

Les oiseaux meurent de peur à cause des feux d'artifice du nouvel an pendant plusieurs semaines, aux quatre coins du monde. Les poisson également, pour des contaminations quelconques, au même moment, et toujours partout dans le monde. Ces évènements se passeraient tout le temps, mais c'est le buzz internet qui les ferait se corroborer et les farfelus d'internet y verrait une conspiration.


A220.jpg

Voilà l'explication officielle des médias que l'on peut lire sur les troublants évènements qui eurent lieu au cours des deux premières semaines de 2011.

Pourtant l'hécatombe continue depuis et si les possibles causes du désastre sont nombreuses et difficilement désignables (Mort massive d'animaux : 10 théories pour tenter de comprendre), nous n'en savons toujours pas beaucoup plus.

Nous avons cependant appris entre temps par un article de Natural News que certains services américains s'adonnaientt à l'abattage massif d'oiseaux, certes cela est coutumier dans la lutte anti-parasitaire, mais cela atteint tout de même des proportions intolérables.

Voici une liste non exhaustive des hécatombes des derniers jours, car c'est désormais quotidiennement que l'on apprend que des oiseaux des poissons, et des mammifères succombent massivement. suite ici :

http://aliensx.over-blog.com/article-l-hecatombe-des-animaux-continue-65715190-comments.html

 

 

 

Reçu ce courriel, à l'instant :


 

http://maps.google.fr/maps/ms?ie=UTF8&hl=fr&msa=0&msid=204770086983442352659.00049ac4499c4bb46cfac&ll=26.43122

Intéressant: attendez un tout petit peu...Ensuite, vous cliquez sur l'endroit pour avoir l'info.

La question est :
A quand notre tour ?...

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche