Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 00:01

 

« La colère des musulmans »

Cette idée d’une « colère musulmane » qui se répandrait de l’Indonésie au Pakistan, en passant bien sûr par la France, n’est pas nouvelle. Elle remonte à l’historien anglo-américain Bernard Lewis qui a inventé le terme de « choc des civilisations »

(...)

.

 

En couverture de Newsweek daté du 24 septembre, un gros titre : « Muslim Rage » (colère musulmane ou colère des musulmans) ; une photo de quelques barbus excités ; un sous-titre, « How I survived it, how we can end it », (comment j’y ai survécu, comment peut-on y mettre un terme), qui annonce un article d’Ayaan Hirsi Ali.

Qui est-elle ? Quelqu’un dont le tueur norvégien Anders Breivik a dit qu’elle méritait le prix Nobel et qui a justifié indirectement ses actions (« Ayaan Hirsi Ali : Sympathizes with terrorist Anders Behring Breivik », Loonwatch.com, 22 mai 2012). Rappelons aussi qu’elle a signé, avec Caroline Fourest, Bernard-Henri Lévy, Philippe Val, Antoine Sfeir et quelques autres un appel en 2006 contre « le fascisme islamique ».

Cette idée d’une « colère musulmane » qui se répandrait de l’Indonésie au Pakistan, en passant bien sûr par la France, n’est pas nouvelle. Elle remonte à l’historien anglo-américain Bernard Lewis qui a inventé le terme de « choc des civilisations » et qui évoquait dans un article de 1990 cette « rage musulmane » (lire « Bernard Lewis et le gène de l’islam », Le Monde diplomatique, août 2005). Sa thèse est ainsi exprimée :

« Les ressentiments actuels des peuples du Moyen-Orient se comprennent mieux lorsqu’on s’aperçoit qu’ils résultent, non pas d’un conflit entre des Etats ou des nations, mais du choc entre deux civilisations. Commencé avec le déferlement des Arabes musulmans vers l’ouest et leur conquête de la Syrie, de l’Afrique du Nord et de l’Espagne chrétiennes, le “grand débat”, comme l’appelait Gibbon, entre l’islam et la chrétienté s’est poursuivi avec la contre-offensive chrétienne des croisades et son échec, puis avec la poussée des Turcs en Europe, leur farouche combat pour y rester et leur repli. Depuis un siècle et demi, le Moyen-Orient musulman subit la domination de l’Occident – domination politique, économique et culturelle, même dans les pays qui n’ont pas connu un régime colonial (...). Je me suis efforcé de hisser les conflits du Moyen-Orient, souvent tenus pour des querelles entre Etats, au niveau d’un choc des civilisations. »

Ce qui frappe dans cette analyse, c’est son caractère a-historique et sa volonté de dédouaner toutes les politiques occidentales dans la région (ils nous haïssent, non pas à cause de ce que nous faisons, mais à cause de ce que nous sommes).

Qu’importe, par ailleurs, que ce que l’on appelle « le monde musulman » soit composé d’une soixantaine de pays et compte 1,2 milliard de fidèles, vivant sous des systèmes politiques multiples, ayant des traditions religieuses diverses, etc. Pour Lewis, « les musulmans » sont réduits à leur seule religion (comme si celle-ci avait une seule interprétation, comme s’il y avait une seule charia).

Or les quelques minutes de « film » sur le prophète Mohammed n’ont suscité que de faibles manifestations, notamment dans le monde arabe, de quelques milliers de personnes tout au plus, à l’exception du Liban. L’attaque contre le consulat de Benghazi, durant laquelle l’ambassadeur américain a été tué, était une action terroriste sans rapport avec les faits et préparée de longue date.

En Egypte, se mêlaient parmi les manifestants des salafistes – mais pas tous, ceux-ci étant divisés en différentes forces politiques ayant des stratégies divergentes – et les « ultras » des supporteurs de football, qui ont joué un rôle actif durant la révolution, et qui pensent que rien n’a changé, notamment les brutalités policières.

Deux seules exceptions, note Benjamin Barthe dans lemonde.fr, (« Bataille dans la galaxie islamiste », 21 septembre) :

« Les deux seuls rassemblements massifs, celui de Khartoum, le 14 septembre – 10 000 personnes – et celui de Beyrouth, le 17 septembre – plusieurs dizaines de milliers –, sont aussi ceux qui ont été les moins spontanés. Tant Omar Al-Bachir, le président du Soudan, poursuivi pour génocide par la Cour pénale internationale pour son rôle au Darfour, qu’Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, fragilisé par son soutien au régime syrien, avaient besoin de mobiliser leurs troupes. » Même si les raisons des manifestations du Hezbollah sont plus complexes – notamment sa volonté de trouver un terrain d’entente avec les sunnites pour réduire la coupure confessionnelle au Liban et atténuer les retombées de la crise syrienne –, les remarques du journaliste confirment que ces mobilisations (ou leur absence) relèvent de la politique et pas de la religion.

Le « film » a été unanimement condamné, aussi bien par les islamistes que les autres forces politiques. Ainsi, Hamdin Sabbahi, qui fut candidat nassérien à l’élection présidentielle en Egypte, arrivé en troisième position, dénonce dans un tweet du 10 septembre « le crime », l’attaque contre le Prophète. Mais, malgré ces condamnations, la grande majorité des partis, des responsables religieux, des intellectuels, ont appelé à ne pas tomber dans la provocation et sur le terrain a prévalu une logique liée aux stratégies des diverses organisations politiques. Il est donc important d’analyser ces stratégies, à partir des réalités concrètes de chaque pays.

Il est vrai que domine souvent dans le monde musulman un discours contre les agressions occidentales. Mais relève-t-il seulement de la paranoïa ? On peut dresser une longue liste des guerres menées contre des pays musulmans depuis la fin de la guerre froide, de l’Irak à Gaza, du Liban à l’Afghanistan, sans parler des drones qui tuent régulièrement au Pakistan ou au Yémen. Même si ces agressions ne visent pas l’islam, elles touchent des pays appartenant tous à « l’aire musulmane ».

En Egypte, certains salafistes, notamment les partisans d’un candidat à l’élection présidentielle qui n’avait pas pu se présenter, Hazem Abou Isrmaïl, ont saisi cette occasion pour tenter, sans grand succès, une démonstration de force. D’autres groupes salafistes sont restés beaucoup plus réservés – le parti Nour, de loin le plus important, a ainsi condamné l’assassinat de l’ambassadeur américain en Libye. La diversité du mouvement salafiste est aussi une réalité que les observateurs ont du mal à comprendre et à analyser (on lira, sur les salafistes égyptiens, la remarquable étude de Stéphane Lacroix, « Sheikhs and Politicians : Inside the New Egyptian Salafism », Brooking, 11 juin 2012).

Quant aux Frères musulmans, ils tentaient de ne pas se laisser déborder (rappelons que les salafistes ont obtenu 25 % des voix aux élections législatives en Egypte), tout en condamnant le « film ». Le président Morsi, après quelques cafouillages, s’est démarqué des attaques contre les locaux diplomatiques. A la veille de sa visite aux Etats-Unis pour l’Assemblée générale des Nations unies, il a répondu aux questions du New York Times, reconnaissant qu’il avait pris son temps pour réagir aux manifestations mais qu’il avait agi de manière décisive contre les éléments violents (« Egypt’s New Leader Spells Out Terms for U.S.-Arab Ties », 23 septembre).

Décidément, il est temps d’en finir avec l’adjectif « musulman » qui ne permet pas de comprendre la réalité politique de ces pays ni même des organisations qui se réclament de l’islam politique.

Pour donner une illustration moins directement politique de cette diversité, disons un mot sur l’ouverture par le musée du Louvre d’un nouveau département consacré aux arts de l’islam. Tous les compte-rendus sont, à juste titre, élogieux de la diversité et de la beauté des objets exposés. Pourtant, comme le remarque le New York Times (« Blurring of Cultures at Louvre’s Islamic Art Wing », 21 septembre) :

« L’accrochage même [de cette exposition] trahit une méconnaissance de la culture et de l’histoire de civilisations profondément différentes. Le problème n’est pas rare dans les institutions occidentales portant sur « l’art islamique », une invention du XIXe siècle. Si des spécialistes de l’art avaient rassemblés tous les objets bouddhistes du Népal au Japon, du Cambodge à l’Indonésie, pour en faire un ensemble sur les arts bouddhistes, ils seraient devenus la risée de tous. »

Nouvelles d'Orient

 

.

 

28 septembre 2012

Les clivages politiques s’effacent devant l’ennemi commun, cet islam bouc-émissaire coupable de tous les maux ! On l’aura compris la mode politico-médiatique n’est pas à la conjuration des démons de la haine avec la banalisation d’une islamophobie décomplexée et publiquement assumée.

25 septembre 2012

Mauvaise foi. Oumma vous propose de découvrir le procédé rhétorique employé par l’avocat de Charlie Hebdo pour distinguer la (bonne) caricature anti-islam ou anti-chrétienne et le (mauvais) dessin antisémite.

25 septembre 2012

Mona Eltahawy, éditorialiste, conférencière et activiste égypto-américaine, a été arrêtée dans le métro de New York, alors qu’elle réagissait à la violente campagne islamophobe initiée par l’ultra-sioniste Pamela Geller.

25 septembre 2012
La finance islamique est appelée, selon les experts les plus avertis, à jouer un rôle névralgique dans le développement du concept de « moralisation des marchés et de protection contre les crises
.
.
Autres infos sur ce site,
.

26 septembre 2012

L'esprit d'Actu sur OummaTV reçoit aujourd'hui Bassam Tahhan, porte-parole du collectif pour la Syrie.


24 septembre 2012

L'esprit d'Actu sur OummaTV: un débat entre Marwan Muhammad, porte-parole du CCIF (Collectif contre l'islamophobie en France), et Youssef...


.
§§§

L’antisionisme d’Ahmadinejad le Jour du Grand Pardon

http://johanlivernette.wordpress.com/2012/09/26/lantisionisme-dahmadinejad-le-jour-du-grand-pardon/

 

Medias autour de la polémique anti-islam – semaine du 17 au 21 septembre 2012

Quelques interventions du professeur Tariq RAMADAN durant la semaine du 17 au 21 septembre 2012 autour de la polémique anti-islam. (vidéos)

http://www.tariqramadan.com/spip.php?article12548

 

L’illustré on line : Tariq Ramadan :
"On est sur une bombe à retardement"
 

TARIQ RAMADAN : « ON EST SUR UNE BOMBE À RETARDEMENT »

Après la diffusion d’un film anti-islam, le monde arabe s’embrase une nouvelle fois avec notamment l’assassinat de l’ambassadeur américain en Libye et des manifestations dans le monde entier. Le décryptage de l’islamologue genevois.


On l’aime ou on le déteste. Son nom suffit à cristalliser les passions et parfois les haines, mais il ne laisse personne indifférent – jusqu’au « candidat » Nicolas Sarkozy qui l’avait défié naguère dans un débat sur France 2 – et sa voix est aujourd’hui incontournable dans le monde musulman. Dimanche matin à Londres, Tariq Ramadan, professeur à l’Université d’Oxford, venait de rentrer le matin même des Etats-Unis où il avait enchaîné les interviews, et repartait le lendemain matin pour un voyage au Qatar. Quelques heures de liberté sous un ciel gris, près du stade de Wembley, où il a reçu L’illustré.

Avez-vous vu « L’innocence des musulmans », le fameux film dont tout le monde parle ?

Bien sûr ! Je suis allé le voir dès qu’on m’a appelé, c’était la NBC, pour solliciter mon avis sur ce qui se passait en Libye, à Benghazi, le 11 septembre dernier.

Quelle a été votre réaction ?

C’est un tout petit film, grossier, de qualité extrêmement mauvaise, avec de mauvaises intentions, destiné d’abord à insulter. C’est une provocation.

Mais n’a-t-on pas le droit de critiquer Mahomet aujourd’hui ?

Quand j’entends le monde musulman qui demande à ce qu’on établisse des lois contre le blasphème et contre la critique, je crois que ce n’est absolument pas la bonne réponse à apporter. Il faut qu’on laisse les gens s’exprimer et dire ce qu’ils ont à dire. Mais faire de la provocation, c’est bien beau au nom de la liberté d’expression, mais quand cela engendre des morts, on peut se poser la question de savoir quel usage on fait de cette liberté.

« Ce film islamophobe est une provocation »

C’est un problème de fond…

Oui, et je lance un appel à la conscience musulmane contemporaine. Il faut qu’on travaille sur un enseignement de l’islam qui tienne compte de la substance et des objectifs et non pas du rituel et des interdits. Aujourd’hui, la façon d’enseigner l’islam est problématique. Il existe un clivage entre les sociétés riches, qui parlent toujours de la liberté d’expression, et les sociétés plus pauvres, où les réactions sont émotionnelles parce qu’il y a plein de frustrations sociales et un mal-être terrible. Dès qu’on touche au sacré qui leur permet de vivre malgré tout, les populations réagissent.

Mais si je vous dis que Mahomet n’est pas la vérité, vous allez me tuer ?

Non. Mais on ne peut éthiquement pas utiliser sa liberté de nanti pour attaquer la frustration des populations pauvres. Quand on voit ce film islamophobe, c’est vraiment grossier. Ces peuples qui se battent pour leur survie, qui ont plein de problèmes, qu’est-ce qui les fait vivre et survivre ? C’est souvent le sacré. Et que voient-ils ? Des riches, assis dans leurs privilèges, qui leur disent : notre droit, c’est de pouvoir nous moquer de vous, de considérer que l’islam est un cancer…

Au Siècle des lumières, le christianisme a été critiqué sans déclencher de telles violences…

Non, ça a provoqué des violences. En termes de réactions religieuses, voyez l’Inquisition, voyez ce qui a été fait aux philosophes…

On brûlait surtout leurs livres…

Oui, mais c’était dans le même cadre social. C’était une société qui se parlait à elle-même. Aujourd’hui, que ce soit pour l’affaire des caricatures au Danemark ou pour le fameux film, on observe que ça n’a absolument pas provoqué de réactions chez les musulmans occidentaux, car ils sont dans les mêmes références culturelles.

Est-ce que vous êtes choqué par la violence des contestataires ?

Oui, bien sûr. Les responsables ont d’abord été des salafistes littéralistes. Il faut que la conscience musulmane contemporaine prenne vraiment en compte qu’il y a des courants conservateurs et dogmatiques qui, quand ils rentrent dans le champ politique et qu’ils jouent sur le religieux, deviennent dangereux. Il faut avoir une parole très forte par rapport à ces mouvements-là. Ils sont en Tunisie, en Algérie, en Libye, en Egypte et dans les sociétés occidentales. Ils sont légitimes à être littéralistes pour eux-mêmes mais absolument pas légitimes à utiliser le populisme pour attiser les frustrations populaires et les haines. Mais, d’un autre côté, il faut aussi que les pays occidentaux se posent la question : qui sont leurs alliés ? Ce sont ceux qu’on appelle les salafistes littéralistes ou, dans un langage médiatique, les wahhabites ! Ils sont issus d’organisations saoudiennes, qataries, et proviennent essentiellement des pétromonarchies. Ces mouvements sont les produits des alliés objectifs de l’Occident : ce dernier les soutient quand ils protègent ses intérêts, mais ne s’intéresse absolument pas à ce qui se passe dans ces pétromonarchies. Que les femmes ne conduisent pas en Arabie Saoudite, ça ne les gêne pas, par exemple.

Condamnez-vous l’assassinat de l’ambassadeur américain à Benghazi ?

Oui, une condamnation absolument claire et sans aucune condition. Rien ne justifie l’attaque contre des ambassades, ni le meurtre de diplomates.

Si on les retrouve, faut-il juger et condamner à mort les assassins ?

Je suis contre la peine de mort et contre toutes les exécutions, sommaires ou légales. Mais bien sûr qu’il faut arrêter les coupables et les juger. Je suis pour qu’on fasse ça, mais aussi pour qu’on soumette la question devant l’histoire de la responsabilité de George W. Bush, par exemple. Cet homme-là est responsable de tellement de morts, il a tellement menti sur la guerre en Irak…

Doit-il être traduit devant le Tribunal pénal international de La Haye ?

Pourquoi pas, si on peut le faire.

Dans le fond, entend-on souvent, le printemps arabe n’était qu’un printemps islamiste…

Oui, on le dit beaucoup. J’ai écrit un livre, L’islam et le réveil arabe, où je mets en évidence le fait que l’islamisme n’a jamais disparu de l’équation politique, mais qu’il avait simplement été réprimé. Donc là, maintenant, on le voit réapparaître. Mais nul ne peut déterminer aujourd’hui quel sera l’avenir de ces mouvements. Il y a dix ans, on disait que les Turcs allaient devenir islamistes, mais ils ont évolué comme des musulmans démocrates qui essaient de trouver leur voie. Des réformes s’imposent encore. Encore une fois, dans le processus de démocratisation, l’islam sera de toute façon une référence. Plutôt que de jouer depuis l’Occident et de polariser le débat sur l’équation laïcité contre islamisme, il faut poser les vraies questions : quel type d’éducation, de projet social, économique et culturel dans une société majoritairement musulmane ?


(..)

 

Les Etats-Unis et Israël ont donc un coup d’avance ?

Je ne sais pas s’ils ont un coup d’avance, en tout cas, ils n’ont pas un coup de retard. Dans la gestion des soulèvements, ils sont extrêmement habiles, on est loin de l’idée qu’ils auraient perdu pied. La fracture chiite-sunnite est un affaiblissement pour le monde musulman. Sur ce plan, on est dans une situation plutôt favorable à Israël. Si aujourd’hui Israël décide d’une façon ou d’une autre d’intervenir en Iran, avec un président américain affaibli avant l’élection présidentielle à venir qu’il n’est pas sûr de remporter, cela peut déstabiliser définitivement la région. Netanyahou en profite d’ailleurs pour dire aux Américains : « Vous n’avez pas le droit moral de nous empêcher d’attaquer l’Iran. »

Mais ces menaces d’Israël contre l’Iran sont-elles réelles ou est-ce d’abord un jeu politique ?

Je pensais au départ que c’était un jeu politique. Maintenant, à voir l’évolution du Moyen-Orient, je dirais que la fracture chiite-sunnite pourrait suffire à mettre l’Iran dans une situation fragile et que les Israéliens n’ont pas besoin d’intervenir, ou alors c’est exactement le bon moment.

Comment voyez-vous l’évolution au Moyen-Orient dans les prochains mois ?

Je suis inquiet parce que je vois que ces sociétés qui se sont libérées ont besoin de temps et de stabilité pour aller vers la démocratisation. L’équation salafiste tend à déstabiliser les processus. On est dans une fragilité intense. N’importe quelle attaque peut tout déstabiliser. Avec, au milieu, la Palestine qui est la laissée-pourcompte de l’équation actuelle. On est dans un processus de bombe à retardement potentielle.

Source : http://www.illustre.ch/Tariq-Ramada...

http://www.tariqramadan.com/spip.php?article12545

 

Témoignage. Du Rap au voile...
Diam's apparaît voilée
dans "Sept à Huit" sur TF1
.
Convertie à l'islam, l'ex-rappeuse a accordé sa seule interview télé à TF1,
pour le magazine "Sept à Huit" sur TF1.
.
Diam's se confie dans "Sept à huit", sur TF1.
Diam's se confie dans "Sept à huit", sur TF1.

Depuis un appartement privé pour éviter les paparazzis, Diam's a accordé sa première interview télé à "Sept à Huit", dimanche soir sur TF1. Face à Thierry Demaizière, elle est apparue voilée (notre photo) pour assurer la promotion de son autobiographie. Outre les photos volées publiées dans VSD la semaine dernière, il s'agit de la seule et unique apparition filmée de l'ex-rappeuse depuis quatre ans. Les clichés qui illustraient ses interviews dans la presse écrite ces derniers jours dataient de trois ou quatre ans.

 

"Je suis redevenue une femme normale, je n'ai plus besoin de pseudo", a-t-elle expliqué au journaliste de "Sept à Huit", préférant qu'on l'appelle désormais Mélanie. Sa nouvelle apparence, l'ex-rappeuse comprend qu'elle puisse choquer. "Je sais très bien que ça va surprendre (...) Je comprends que ça interpelle les gens, je comprends, mais j'ai tellement gagné en paix et en sérénité que la méchanceté et la haine, je n'ai plus le temps de les contrer", a-t-elle expliqué sur TF1.

 

"Pourquoi ce succès, cet argent, à quoi bon ?"

Pour Diam's, visiblement très émue et "heureuse", le voile "a totalement guéri (son) coeur". "Je sais ce que je fais sur terre, je sais pourquoi je suis là. Se lever tous les matins en essayant d'être meilleure que la veille, c'est un programme complet pour une journée", a-t-elle confié. L'ex-rappeuse est aussi revenue sur sa descente aux enfers et sa longue dépression, à l'origine de son absence médiatique.

 

"Les à-côtés étaient très douloureux. Le silence, l'angoisse, la solitude. Le statut de star ne me convenait pas a-t-elle expliqué. J'ai essayé de kiffer mais je n'y suis jamais arrivée. J'ai esssayé de m'amuser dans les soirées, de me peopoliser. J'ai tout eu, tout ce que quelqu'un a rêvé d'avoir dans une vie de star. J'ai cru à ce rêve mais c'était un leurre. J'étais tellement omnibulée par ma petite personne que j'en oubliais les autres (...) J'étais malheureuse, seule dans mon lit, à ne pas savoir ce que je fichais sur la terre. Pourquoi ce succès, cet argent, à quoi bon ? Pourquoi moi ?".

 

Conversion à l'islam

La question de sa conversion a l'islam était omniprésente pendant l'interview. Diam's a raconté comment elle a prié pour la première fois, avec une amie. "J'ai toujours été croyante, croyante en un dieu unique (...) Il s'avère que les musulmans autour de moi, leur spiritualié, je la voyais. Je suis partie à l'Ile Maurice avec le Coran dans mon sac. Ca a été la révélation, j'ai eu l'intime conviction que Dieu existait", a-t-elle témoigné.

 

Pourquoi le voile ? "Plus je lisais, plus j'étais convaincue. J'ai lu qu'il était préférable à la femme de rester discrète, pudique (...) Au départ, j'ai dit ah non, je peux pas. Puis j'ai essayé. J'ai averti mes proches, ceux qui travaillaient avec moi" a-t-elle expliqué. Le rap, Diam's semble y a avoir malheureusement mis un point final : "Je suis en train de gagner une vie de sérénité, de paix, de vie de famille. Habillée comme ça, je ne me vois pas rapper (...) Moi j'ai écrit beaucoup en colère. Mais je ne suis plus en colère. Je vis dans un petit village de banlieue, je suis maman, heureuse".

 

http://www.ozap.com/actu/diam-s-apparait-voilee-dans-sept-a-huit-sur-tf1/443281

 

.

 

La lutte contre l’islamophobie et les pièges à éviter

Sur le chemin difficile de la prise de conscience sociale et démocratique, les associations qui militent plus spécifiquement contre cette forme particulière de racisme qu’est l’islamophobie auront à prendre garde contre trois pathologies sociopolitiques dangereuses que sont l’intégrisme, le communautarisme et le populisme.

 

lire la suite

 

..

 

Numériser 37.jpeg.

 

 

L'humour de Laplote

.

 

.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 23:34

 

Pour tout savoir sur votre blogueuse....

.

 

.

 

chantal-dupille-photo-perso-copie-1.jpg

 

Chantal Dupille

journaliste, écrivain et blogueuse


 

Chantal Eve Dupille

Pseudo : Eva R-sistons

 

Née le 10 janvier 1944 dans l'Oise, Française

 

Blogueuse (plusieurs sites sous pseudo et sous son nom)

 

Etudes: Licenciée ès-Lettres modernes,

Diplômée Ecole Supérieure de Journalisme

 

Petite-nièce du Professeur Hyacinthe Vincent (1862-1950),

Médecin Chef de l'Armée française, Chercheur,

plusieurs découvertes, Membre de l'Académie de Médecine,

et de l'Académie des Sciences

 

Son blog Officiel : Le blog de Chantal Dupille

Les critiques, les interviews

 

Distinction : Prix Broquette-Gonin

"destiné à récompenser l'auteur d'un ouvrage philosophique,

politique ou littéraire jugé susceptible d'inspirer

l'amour du vrai, du beau et du bien"



CD-34-ans-haut.jpg

 

Jeunesse et formation

 

Chantal Dupille naît le 10 janvier 1944 de Raymond Dupille, Français d'origine bordelaise et catholique, et de Raïssa Ossipovna Haletzkaya, juive d'origine russe ukrainienne (mère; certains de ses ascendants sont de confession orthodoxe) et mongole (père). Elle-même se convertit dans les milieux évangéliques protestants mais par dégoût du sectarisme, des communautarismes, des fondamentalismes et des fanatismes, elle se définit seulement comme "croyante en Dieu" et elle milite pour la communion des civilisations.  

 

Né en 1900, Raymond Dupille, fils d' Exportateur-Importateur, est d'abord Industriel  (il crée la marque "Bonneterie Erdé" - griffe "Pirouette", tricots de luxe - près de Troyes, à St André les Vergers), puis il perd sa fortune 15 ans après la 2e guerre mondiale et devient Agent de manufactures. Il a écrit plusieurs pièces pour un Théâtre réputé de l'époque, Le Grand Guignol, dont "Du sang dans l'Azur" (prise d'otage dans un avion). Il était champion d'escrime. 

 

Née en 1911 près d'Odessa, Raissa Ossipovna Haletzkaya est dessinatrice de mode pour des industriels à Troyes et sculpteur (expositions de miniatures en Allemagne). 

 

Raymond et Raissa ont 2 filles. L'aînée, Monique Dupille, diplômée de l'Ecole d'Architecture de Francfort, est architecte d'intérieur, pendant plusieurs années elle dirige une société en Allemagne, "Ambiance exclusive". 

 

Chantal Dupille passe ses 25 premières années près de l'Avenue Foch à Paris (déjà rebelle, dès 4 ans elle ne supporte pas l'injustice sociale et commence à prendre la défense des pauvres), puis les suivantes dans le XVe après avoir épousé un actuaire (Ingénieur des Mines). Elle est mère de 2 garçons et d'une fille.  

 

Elle fait ses études au cours Hattemer (75016 Paris) sauf un an au Couvent des Urselines (Neuilly).  En 6e, elle rentre au lycée Lafontaine (section moderne) jusqu'en 3e (BEPC), puis elle prépare le bac au Cours Lamartine (75016 Paris). Enfin, terminale (philo) au Lycée Molière à Paris (16e). 

 

Elle souhaite rentrer à l'Opéra (sélectionnée par Serge Lifar), mais sa mère préfère la voir faire des études. A 17 ans, elle montre ses dessins de mode au Grand Couturier Jacques Heim qui veut l'embaucher aussitôt, mais seulement après avoir pris des cours de couture, ce qu'elle refuse.  Son rêve, ensuite, est de servir les lépreux en Afrique avec le Dr Schweitzer, mais allergique aux matières scientifiques, elle ne peut faire sa médecine. Elle se présente alors au concours de HEC jf à Paris, qu'elle rate de peu, mais déjà elle songe à devenir journaliste, écrivain, conférencière, cinéaste et exploratrice. Dix ans plus tard, elle réalisera son rêve d'aller en Amazonie sur le Rio Napo et de rencontrer les Aucas, les célèbres coupeurs de têtes, puis elle recevra chez elle, aux Hauts de Klingenthal (Alsace), de nombreux Conférenciers de "Connaissance du Monde" (dont Douchan Gersi auteur de «  Aventures dans l'enfer de la jungle de Bornéo » ) ayant entre autres séjourné en Amazonie, à Bornéo (où elle se rendra elle-même en pirogue dans une longhouse en pleine jungle)... Elle effectuera son voyage de noces en partie dans les Hurdes, la région la plus inaccessible d'Espagne alors qu'une voie commençait à être construite pour juste atteindre le premier village de la contrée (voir le film "Terre Sans Pain" de Bunuel sur cette région si sauvage) et elle rencontre un des héros du film.  



 

A-Chantal-en-Amazonie.jpg

Amazonie, Rio Napo (Equateur)

Chantal Dupille, munie de sa caméra 16 mm,

préfère franchir le fleuve

à califourchon plutôt que debout !

.

 

En août 1967, aidée par le Consulat de France à la Nouvelle-Orléans, elle réalise son premier documentaire en 16 mm "L'ombre de Napoléon à la Nouvelle-Orléans",  et elle rencontre le Cinéaste-Conférencier de "Connaissance du monde" Jacques Stevens au moment où il vient de créer son organisation, "Découverte du Monde". Il lui demande de devenir sa collaboratrice et de voyager avec lui, mais elle préfère terminer ses études. Le cinéma lui manquera toujours, et elle effectuera 2 stages de réalisation cinématographique en 1977 et en 1978 sous la direction d'André Gevin travaillant pour le Ministère de la Culture et pour le Ministère de la Jeunesse et des Sports, qui lui conseillera de devenir réalisatrice de films ou, au moins, d'écrire des scénarios, ce qu'elle commencera à faire (2 scénarios) en particulier contre la guerre : "La dernière moisson" (sur le conflit de 1870 en Alsace et sur la révolte des veuves), sélectionné par le Directeur artistique à FR3 Martin Allheilig, mais refusé à Paris en raison du coût élevé de la réalisation du sujet..  

 

Tout en étant étudiante, elle pose pour des photos de mode et elle séjourne un mois à Grenade chez ses amis Gitans. Elle collabore bénévolement à Études tsiganes (articles, documents photographiques et conférences) http://fnasat.centredoc.fr/opac/index.php?lvl=author_see&id=5361 [archive] . Elle apprend la rumba gitane avec les Fajardo qui possèdent une cueva au Sacro-Monte, puis elle danse pour les touristes, une expérience qu'elle racontera dans un article pour l'hebdomadaire Noir et Blanc (1). Ce magazine l'embauche alors comme pigiste, et l'un de ses articles, "La vendeuse, un métier fichu, ou un métier fichu ?", sera cité dans sa Sélection hébdomadaire par le Figaro du 4 mars 1968. 

 

Elle fait son cursus à la Sorbonne, où elle obtient une Licence de Lettres modernes, puis à l'Ecole supérieure de Journalisme (mention bien)..  

 

Elle commence, sous la direction de Pierre-Georges Castex, un mémoire sur "la Cour des Miracles dans la littérature française". Inachevé, le mémoire est transformé en ouvrage publié chez Hachette Littérature sous le titre"Histoire de la Cour des Miracles". Préfacé par Didier Decoin Secrétaire de l'Académie Goncourt. Couronné par l'Académie française.


(1)

La vraie Gitane était française

A Grenade avec les Gitans   



  gitanlite-copie-1.jpg

 

Chantal Dupille et ses amis gitans (Grenade)

 

 

Journalisme

 

Chantal Dupille devient journaliste à 20 ans, en 1964 (piges pour l'hebdomadaire Noir et Blanc), tout en poursuivant ses études.

 

Sous la direction du célèbre chroniqueur judiciaire James de Coquet, elle effectue un stage de plusieurs semaines au Figaro, mais l'orientation du Journal ne lui convient pas.

 

Dès 1968, elle travaille pour divers organes de presse (Détective, revue médicale...), notamment, à partir de 1979, une bonne dizaine d'années comme pigiste régulière pour les Dernières Nouvelles d'Alsace, où elle est chargée, en plus des pages pratiques et sous la direction de Cécile Daval, d'alimenter la « page jeunes », notamment pour la rubrique "Passions de jeunes", qu'elle créée, ainsi que la page destinée aux enfants, qu'elle crée aussi, DNA Récré.

 

De 1979 à 1984, elle fait également carrière simultanément :

  • à Radio-France-Strasbourg, comme présentatrice du Journal, animatrice (Libre à vous) et chroniqueuse ;

  • à FR3, où elle collabore au Journal du soir, et qui diffuse plusieurs de ses documentaires tels Les Compagnons du Tour de France (26 min, juin 1983), Les Croisés de la moto (Moto-club d’Ostwald, en Alsace) et Mulhouse, ville en pentes douces (en faveur de l’accessibilité des villes aux personnes handicapées, 5 mars 1984). Elle tourne aussi de nombreux magazines sur Strasbourg la nuit, les travestis, les jeux vidéos, les Tziganes, le travail des Brigades de nuit, les Ilôtiers, etc.

En 1984, elle refuse la titularisation à FR3 pour se consacrer à sa vie de famille (troisième enfant). Parallèlement à son métier de journaliste, elle écrit plusieurs ouvrages.

 

A partir de 1982, et pendant plusieurs années, elle collabore au magazine mensuel alsacien de Bernard Deck Objectif Alsace, attaché à la diffusion de l'identité alsacienne, journal de sensibilité catholique fidèle à la doctrine sociale de l'Eglise (enquêtes notamment sur le Congrès de Bâle 'Justice Paix et Sauvegarde de la création', ou sur la Théologie de la Libération, l'Economie de Communion, la défense de l'environnement et de la famille, les Lions Clubs, etc). Elle a également collaboré au quotidien alsacien l'Alsace, où elle a écrit des articles sur la vie des missionnaires, les communautés agricoles, la guerre des gangs à New-York...

 

Par ailleurs, en tant que pigiste elle est intervenue sur différents supports comme pour le magazine du Consulat américain en France (pages culturelles, danse notamment) ou pour le magazine Histoire, ici.

 

Elle a aussi été Secrétaire de Rédaction pendant un an, et elle a été, à temps partiel, Lectrice-Conseil à partir de 1987 pour les Editions LLB (Ligue pour la Lecture de la Bible) après sa conversion au Protestantisme.

 

Installée à Marseille dès 1993, elle collabore à des revues comme Avancer (vers le progrès social), premier journal interactif de solidarité, et elle s'investit dans l'engagement humanitaire notamment pour la Fondation Abbé Pierre, à la Boutique Solidarité (accueil, écoute, orientation des sdf). A Marseille également, elle met en place dans le quartier historique du Panier, le Centre Chrétien Vie Nouvelle (Accueil, écoute, animation, orientation de tous sans distinction d'appartenance, organisation de débats et de rencontres notamment culturelles). Et dans cette ville, elle s'occupe aussi de protection animale.

 

 

eva-avatar-copie-1.jpg

 

Implication politique et associative

et sur le Net.

 

 

Ses engagements humanitaires,

associatifs et politiques,

sont multiples.


 

Après Mai 68, Chantal Dupille adhère au PSU dans le XVIe à Paris, qu'elle quitte rapidement pour le Parti Socialiste (CERES, aile gauche du PS, Chevènement). A partir de 1973 Chantal Dupille est trésorière de la section des écrivains du Parti Socialiste à Paris (fréquentée par Clara Malraux, Claude Manceron, etc), ainsi que Secrétaire de section. Elle met en place la section d'Hardricourt, dans les Yvelines, en juin 1977, et elle prend en charge la rédaction du Bulletin local du PS.

 

À la même époque, elle anime la commission "3e âge" de la fédération du PS des Yvelines. En mars 1977, elle est tête de liste (PS) d'Union de la Gauche à Hardricourt, commune la plus à Droite du département (score de la Gauche doublé). Aux Législatives, lors du choix des candidats par la Fédération, elle se présente en tandem avec Jean-¨Pierre Coeuillet, maire de Verneuil (CERES, minoritaire), contre Michel Rocard qui est élu. En plein débat sur Superphénix et les réacteurs surgénérateurs, en 1977, elle prend position contre cette filière et plus généralement contre le nucléaire, et elle est invitée par la Fédération des Yvelines à faire une conférence : « Soyons actifs pour éviter d'être radio-actifs ». En 1979, au moment où le PS cherche des femmes pour le représenter au Parlement, elle quitte les Yvelines et le Parti socialiste pour l'Alsace, où elle ne milite plus car elle juge incompatibles la carrières politique et de journaliste pour une chaîne publique.

 

Le 19 février 1976, elle est candidate à l' Académie Française, postulant à la succession de Robert Aron au 32e fauteuil. Le siège vacant est remporté par Maurice Rheims.  L'objectif de cette candidature était seulement de dénoncer l'absence de femmes dans cette institution.

 


En 1977, elle met en place, entre autres et simultanément, une Association de parents d'élèves Cornec à Hardricourt (Yvelines), une mini-school d'Anglais pour les petits, une Association de défense de l'environnement, avec M. J. Cl. Jousset (P.C.).


Dans les années 85-90, elle est Secrétaire du Groupe TC (Témoignage Chrétien, chrétiens engagés à Gauche) qui prenait position lors des Elections, qui envoyait des textes aux Partis Politiques et qui rédigeait des communiqués pour la Presse régionale comme 'la générosité et la charité ne peuvent remplacer la Justice et le Droit'.

 

Outre la mise en place, en 1996, d'un Centre chrétien d'entraide à Marseille, au Panier, elle participe à la collecte de vêtements et de jouets pour les Orphelinats de Roumanie, et de matériel médical pour le Nicaragua (Réseau d'Aide Médicale à l'Hôpital de Chinandega, 1987-88). Pendant une dizaine d'années, elle accueille chez elle des personnes en difficulté (jeunes, drogués, sortants de prison..) pour les aider à prendre un nouveau départ. En 2007, elle crée un Collectif de défense des consommateurs à Perpignan. Elle a aussi animé des soirées débats dans le Sud de la France, sur des sujets divers (médias, mondialisation..).

 

En 2002, elle envisage de mettre en place Massillia éditions (Ma.), une Maison d'Edition  d'ouvrages engagés à Marseille. Elle projette le lancement de l'entreprise avec la publication de trois titres qu'elle a écrits, mais renonce face à l'étendue de la charge après avoir publié à compte d'auteur (sans le commercialiser) un premier titre, un roman sur les gangs du Bronx (parmi lesquels elle a vécu pendant deux mois). Elle publiera bientôt cet ouvrage, notamment en version en ligne (Et l'espérance jaillit du gang)

 

À partir de juillet 2007, Chantal Dupille administre, essentiellement sous le pseudonyme eva R-sistons, différents blogs (environ 4.000.000 de visiteurs uniques en septembre 2012),  principalement hébergés par OverBlog, dans le but d'éveiller les consciences, de susciter la réflexion et même l'engagement. Les principaux sont R-sistons à l'intolérable (http://r-sistons.over-blog.com/) et SOS-Crise (http://sos-crise.over-blog.com). Elle s'engage contre le libéralisme militaro-financier, la désinformation,  les guerres, le Nouvel Ordre Mondial, les communautarismes sectaires...  Sur Eva-communion-civilisations, elle dénonce le choc de civilisations. Et elle donne ses coups de coeur sur un blog.

Le 20 février 2010, elle met en place un nouveau blog contre les guerres, No-War, http://no-war.over-blog.com/. À partir d'août 2010, elle entretient un blog destiné aux seniors intitulé Senor-information',http://senor-information.over-blog.com/, et le 8 mars 2012, elle crée un blog politique pour les jeunes, http://jeunes.actualite.over-blog.com/

 

Sous son pseudo, elle collabore ou elle a collaboré à plusieurs sites de journalisme citoyen tels Agora Vox, Oulala.net, Alterinfo.net, C4N, Yahoo, l'Aviseur International...

 

Elle anime la Communauté Journalistes et Clubs de presse sur OverBlog.


Le 22 avril 2010, elle lance un appel aux généraux français pour libérer la France. Le 20 août 2010, elle écrit une Lettre de la France d'En-Bas à la France d'En-Haut. Le 24 août 2010, elle salue Eva Joly pour, selon ses dires, réintroduire l'éthique et la justice dans le politique. Le 26 février 2011, elle adresse une Lettre ouverte aux officiers et aux soldats de l'Armée français


Dès février 2010, elle met en garde contre la candidature de Dominique Strauss-Kahn en 2012, qui selon elle serait « une catastrophe pour la France et pour la Gauche » :http://r-sistons.over-blog.com/article-d-strauss-kahn-serait-une-catastrophe-pour-la-france-societe-toxique-44131622.html. Article recommandé par Michel Collon (http://www.michelcollon.info/Strauss-Kahn-Une-catastrophe-pour.html) et repris en vidéo sur le Net notamment sur Agora Vox .


Le 17 avril 2011, elle publie un article sur deux candidats le même jour à la présidentielle:  Elle salue leur "humanisme" :Dominique de Villepin et Nicolas Hulot


À l'heure de la montée de l'Extrémisme anti-mondialiste, xénophobe et islamophobe, elle lance un Appel pour que le mécontentement se tourne contre le Nouvel Ordre Mondial et non contre d'artificiels boucs-émissaires :http://chantaldupille.over-blog.com/article-non-aux-aventures-extremistes-tous-unis-contre-le-nouvel-ordre-mondial-80344746.html

 

Elle dénonce régulièrement l'antisémitisme et le sionisme politique international, l'occupation de la Palestine, et elle plaide pour un Etat bi-national. Elle prend d'autres positions sur ses blogs, à l'occasion des Elections :  Contre le FN, contre Nicolas Sarkozy, pour François Bayrou afin de battre N. Sarkozy au 2e tour de la Présidentielle de 2007, pour le Front de Gauche aux autres Elections, sauf en 2012 où elle appelle avant tout à "sortir Nicolas Sarkozy". Elle met également en garde les Electeurs contre François Hollande et son faux socialisme (tout en annonçant qu'elle votera pour lui en 2012, afin de battre Sarkozy), et surtout à plusieurs reprises contre Manuel Valls, faux homme de gauche. Partout elle dénonce l'Europe des banquiers, et la première elle annonce que celle-ci est le tremplin du Nouvel Ordre Mondial (sur Legrandsoir). Sur Agora Vox, elle s'amuse de la guerre des Droites


Elle s'intéresse particulièrement à la géopolitique et elle appelle comme le Général de Gaulle à la constitution de l'Europe de l'Atlantique à l'Oural, et elle plaide sans cesse pour un monde multipolaire ou au moins bi-polaire. Elle appelle aussi, comme François Asselineau (UPR), à la sortie de l'euro, de l'UE, de l'OTAN et des Institutions internationales comme la BM ou le FMI.

 

Elle apprécie Ségolène Royal, et le dit notamment ici, et elle salue le Mouvement Avenir Solidaire, humaniste, fraternel.

 

Elle recommande l'union des forces vraiment à gauche et du gaullisme réel


Primaires Socialistes 2011 : Elle prend parti pour Arnaud Montebourg et sa démondialisation :http://chantaldupille.over-blog.com/article-un-p-s-qui-n-a-plus-de-socialiste-que-le-nom-et-un-joker-montebourg-86184779.htm

 

Elle s'adresse à plusieurs reprises aux Militaires, aux Policiers, aux Gendarmes... comme ici : http://r-sistons.over-blog.com/article-26430262.htmlou ici : http://sos-crise.over-blog.com/article-policier-citoyen-militaires-policiers-gendarmes-citoyens-unis-contre-le-nwo-77901288.html

 

Elle appelle l'ensemble des peuples à rejeter le Système capitaliste financier, la mondialisation ultra-libérale :http://r-sistons.over-blog.com/article-la-dette-explose-l-ue-explose-le-systeme-capitaliste-explose-jusqu-ou-84292529.html. Et elle recommande de se préparer à l'effondrement économique :http://sos-crise.over-blog.com/article-crise-il-est-temps-d-organiser-de-preparer-votre-survie-avec-eva-r-sistons-89763287.html

 

 Régulièrement, elle rappelle l'actualité du Programme du CNR, comme ici http://chantaldupille.over-blog.com/article-l-actualite-du-programme-du-cnr-le-conseil-national-de-la-resistance-107686475.html. Elle a la nostalgie de l'époque du CNR où Gaullistes (indépendance nationale) et communistes façonnaient ensemble la France (modèle social français).

 

Dans tous ses blogs, elle dénonce la désinformation et la fausse Presse de Gauche. Ainsi que la trahison de certains hommes de Gauche ou au service, d'abord, des intérêts d'Israël (collusion d'intérêts), comme Kouchner, DSK, Valls, Fabius... 

 

Le 24 mai 2011, elle appelle non seulement à un printemps de la France, comme en Espagne, mais à un printemps des peuples :http://r-sistons.over-blog.com/article-voici-le-printemps-des-fran-ais-appel-d-eva-r-sistons-au-printemps-des-peuples-74561771.html. En France, pour elle, il ne faut faire confiance à aucun des trois « grands » partis :http://sos-crise.over-blog.com/article-dsk-lagarde-ouattara-tragique-face-a-face-peuples-oligarchie-eva-r-sistons-74719844.html

 

Pour que les élus de la Nation « sortent de leur bulle », elle plaide pour un stage obligatoire dans le « Quart Monde » avant d'entrer en fonction :http://chantaldupille.over-blog.com/article-elus-de-la-nation-pour-un-stage-dans-le-quart-monde-avant-d-entrer-en-fonction-75123334.html


Portant plusieurs influences en elle (chrétienne catholique par son père et protestante par conversion, juive et orthodoxe par sa mère, musulmane par lien d'amitié, syncrétisme baha'i par goût pour l'universel), elle est engagée contre le choc de civilisations et contre le communautarisme et plus généralement contre le racisme (et contre le fascisme); elle dénonce dans ses blogs, avec force, l'islamophobie qui, selon elle, a remplacé l'antisémitisme d'antan :http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/archive/2010/02/10/le-nouvel-antisemitisme-contre-les-arabes-et-souvent-de-leur.html,http://chantaldupille.over-blog.com/article-lettre-aux-citoyens-juifs-qui-ont-ete-persecutes-79538792.html


Elle milite pour d'autres causes comme la reconnaissance du génocide des Tsiganes et elle dénonce les persécution dont font l'objet les gens du voyage,  http://michelcollon.info/index.php?option=com_content&view=article&id=1414&catid=8:lautre-histoire&Itemid=13 ou icir-sistons.over-blog.com/article-tsiganes-2-appel-aux-rescapes-de-la-shoah-pour-qu-ils-temoignent-49795471.html ou encore ici :r-sistons.over-blog.com/article-special-tsiganes-une-persecution-intolerable-qui-ne-cesse-de-s-amplifier-54265252.html

 

Elle appelle à commémorer tous les génocides ensemble: Tsiganes, Juifs, Arméniens, Amérindiens, Tutsi, Karens, traite des Noirs, Palestiniens, etc.:http://r-sistons.over-blog.com/categorie-10463116.html, ou encore :http://sos-crise.over-blog.com/article-un-monument-pour-les-homosexuels-deportes-reconnaissance-de-tous-les-genocides-en-meme-temps-eva-75613910.html. Vidéo :http://www.dailymotion.com/video/xlk4sq_r-sistons-video-5-un-genocide-ou-des-genocides-introduction-a-la-question_news


Elle plaide pour l'accessibilité de toutes les villes aux personnes handicapées (Auprès des Elus, ou dans reportages, blogs..) :http://sos-crise.over-blog.com/article-alerte-les-personnes-handicapees-flouees-par-l-ump-accessibilite-76913204.html, et aussi pour la reconnaissance de l'amour entre personnes handicapées "mentales",http://chantaldupille.over-blog.com/article-albert-et-giselle-un-mariage-contrarie-affectivite-sexualite-et-handicap-79590094.html.

 

Elle est une ardente défenseur des animaux, surtout sur son blog sos-crise (voir à catégorie, "animaux"), notamment ici : http://sos-crise.over-blog.com/categorie-10895182.html

 

Cinéphile, elle attire l'attention sur un film méconnu, réalisé dans des conditions difficiles pendant la dictature franquiste, La Venganza (de Juan Antonio Bardem Espagne, 1958) pour qu'il soit exhumé et reconnu, diffusé, notamment comme document social sur une période tragique de l'histoire espagnole.http://chantaldupille.over-blog.com/article-la-vengeance-de-bardem-a-exhumer-terre-sans-pain-o-cangaceiro-73402000.html


Une cause prioritaire pour elle, la défense de la ruralité :http://r-sistons.over-blog.com/article-alerte-veut-on-achever-nos-agriculteurs-dossier-defense-de-la-ruralite-75988295.html. Elle appelle à la mobilisation pour la défense des communes de France :http://r-sistons.over-blog.com/article-urgent-mobilisons-nous-contre-la-destruction-programmee-de-nos-communes-76633298.html. Elle propose une idée pour revitaliser les villages en voie de désertification :http://r-sistons.over-blog.com/article-la-premiere-video-d-eva-r-sistons-revitaliser-nos-villages-14-mn-85032467.html (Vidéo 14 min 90 s). Elle dénonce la barbarie de la dépopulation et elle plaide pour la simplicité de vie volontaire, pour le retour aux modes de vie anciens :http://chantaldupille.over-blog.com/article-l-avenir-est-il-a-la-depopulation-ou-a-la-simplicite-de-vie-barbarie-ou-sagesse-98475594.html. Elle a la nostalgie de la vie d'antan : http://chantaldupille.over-blog.com/article-temoignages-du-temps-de-nos-grands-parents-1-appel-a-tous-les-temoins-107900716.html

 

Fin 2010, elle est contactée par Eric Fiorile fondateur du Mouvement international de libres penseurs "La Démosophie" (http://www.demosophie.com/) pour représenter les citoyens opposés au Nouvel Ordre Mondial lors de la présidentielle de 2012 en France. Eric Fiorile sur Facebook, Démosophie Présidentielles, 14.8.2011 : "Je propose comme représentant officiel du mouvement "EVA", journaliste politique qui, l'un des premiers en France, a dénoncé TOUS les partis politiques, toutes les manigances du Nouvel Ordre Mondial, et anime les plus importants blogs de France. EVA est une femme qui de par son âge comme par son parcours personnel nous offre toutes les garanties de sincérité, et qu'aucune forme de corruption ne pourra l'atteindre. De plus, par ses blogs, elle est une "leader d'opinion", habituée aux médias elle sait s'exprimer" Elle donne sa réponse ici :http://r-sistons.over-blog.com/article-eva-r-sistons-candidate-en-2012-3-nouvelles-videos-eva-r-sistons-85472169.html.

 

Elle est contactée en janvier 2012 par le RIC (Rassemblement pour l'Initiative Citoyenne) pour être candidate aux Législatives et promouvoir la Démocratie directe, adepte du penser global et de l'agir local : http://r-sistons.over-blog.com/article-eva-r-sistons-de-demosophie-au-rassemblement-pour-l-initiative-citoyenne-97328176.html.

 

Lors des Législatives 2012, Debout la République lui propose d'être candidate à Marseille 1. Elle décline l'invitation.

 

Pour la Présidentielle 2012, elle a choisi son candidat (http://chantaldupille.over-blog.com/article-2012-presidentielle-france-chantal-dupille-choisit-fran-ois-asselineau-99789205.html) et elle appelle à la mobilisation en sa faveur :http://r-sistons.over-blog.com/article-nicolas-sarkozy-la-france-faible-fran-ois-asselineau-la-france-forte-99612499.html, et surtout ici :http://r-sistons.over-blog.com/article-dictature-en-france-black-out-a-la-presidentielle-2012-boycott-organise-101116684.html (+ résumé de son parcours politique)

 

Les détracteurs institutionnels de la vérité comme des contributeurs sur Wikipedia la présentent abusivement comme une 'conspirationniste' alors qu'elle ridiculise cette mouvance plongeant dans l'ésotérisme et le paranormal et qu'elle se contente de dénoncer les projets et les plans des Décideurs. Et comme pour tous les dissidents, les chercheurs de Vérité, elle qui est souverainiste de gauche est ravalée, aussi abusivement, au rang de " brun-rouge" par les Atlantistes radicaux qui polluent sites et forums. 

 

Toujours à contre-courant, à la disparition de Roger Garaudy, elle salue l'homme de foi, de gauche, de paix, de communion des civilisations et l'artiste de la danse. Et elle rétablit la vérité sur ce libre penseur si indépendant. De la même façon, elle dresse un portrait non aligné de Kadhafi et de Bachar el Assad. Au nom de la Vérité, toujours - éthique oblige, sa première priorité. 

 

Ses blogs (surtout R-sistons à l'intolérable) se veulent, aussi, impertinents. L'impertinence, l'humour, sont pour elle des outils indispensables.


Sur ses nombreux engagements politiques (Ruralité, Dissidence, Nouvel Ordre Mondial, etc), voir ici : http://chantaldupille.over-blog.com/article-itineraire-politique-engagements-d-une-pseudo-conspirationniste-109923010.html, ou ici : http://chantaldupille.over-blog.com/article-mon-itineraire-politique-du-ceres-a-l-upr-en-passant-par-demosophie-101399498.html. La désinformation lui fait horreur : http://chantaldupille.over-blog.com/article-ceux-qui-vivent-ce-sont-ceux-qui-luttent-sans-cesse-epris-d-un-but-sublime-107503604.html


Elle appelle à résister sans violence à la mondialisation militaro-financière : http://chantaldupille.over-blog.com/article-comment-resister-sans-violence-a-la-mondialisation-militaro-financiere-97626647.html


 

(Cette rubrique est provisoire, elle sera abondamment modifiée,

ajouts de liens par exemple).

 

 

chantal-souriante--30-ans.jpg

Œuvres

  • Les Enragés du XVe siècle : les étudiants au Moyen Âge (Le mai 1468 des étudiants), Paris, éditions du Cerf, coll. « Chrétiens de tous les temps », 1969, 31e éd., 224 p.  : Histoire – Présentation et choix de textes par Chantal Dupille , avec une préface de Pierre Lyautey. Ouvrage sélectionné en mars 2012 pour être coédité avec les Editions du CNRS dans leur Collection de poche. Fiche du livre sur le site de l'éditeur. Traduit en italien (Il Saggiatore)

  • Histoire de la Cour des Miracles, Paris, Hachette Littérature, 1971, 215 p. (notice BNF no FRBNF36268169z)  : Histoire – Avec une préface de Didier Decoin, Secrétaire général de l'Académie Goncourt. Ouvrage colauréat du prix Broquette-Gonin de l'Académie Française. Le prix Broquette-Gonin est un prix « destiné à récompenser l'auteur d'un ouvrage philosophique, politique ou littéraire jugé susceptible d'inspirer l'amour du vrai, du beau et du bien »(http://www.prix-litteraires.net/prix/1430,prix-broquette-gonin.html [archive])

  • Les clochards ne peuvent plus vivre, Paris, Hachette Littérature, 1973, 222 p. (notice BNF no FRBNF35319605b) .

 

 

 

R-sistons vidéo 7. En 1982, eva interviewée par un journaliste-producteur de FR3, 3 mn 
02:59

 

Ses vidéos

 

.

Et d'autres vidéos sur différents sujets, Liste ici :


.
a-photo-preferee-chantal-30-ans.JPG
.

Lien externe

 

chantal-gitane-Images-avant-2011-3037.jpg

.

Chantal Dupille au Sacro-Monte gitan de Grenade

 

..

Chantal Dupille : Interviews, critiques, articles...

Chantal Dupille, Interviews, critiques, articles... (2) : Les liens

 

 

C. Dupille, photo récente
balcon-chien.jpg

 

 

D' eva R-sistons à Chantal Dupille, l'itinéraire d'une journaliste non alignée

.

.

.

.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 10:30

  Parlement Juif Européen

 

 

Le Parlement Juif Européen a tenu sa première session générale à Bruxelles.

 

Les 120 membres du nouveau Parlement Juif Européen, représentant 47 pays de tout l’Europe élargie aux pays de l’Est, ont tenu leur première assemblée générale à Bruxellesles 15 et 16 mai 2012. Cette première session a permis de créer des groupes de travail dans lesquels les parlementaires ont défini les direction dans lesquels ils allaient orienter leur travail.

Le Parlement Juif Européen (EJP) est composé d’hommes et de femmes venant de tout horizon regroupant laïcs et religieux, jeunes et moins jeunes. 

Plusieurs groupes de travail ont été constitués:  éducation, relation avec les médias, les réseaux sociaux, combattre l’antisémitisme, Israël, culture et héritage, affaires étrangères, dialogue politique et culturel avec les Chrétiens et les Musulmans, étudiants et jeunes professionnels.

Après une première journée de travail en groupe, la seconde journée s’est déroulée au Parlement Européen sous la présidence du Docteur Antonyia PARVANOVA. Plusieurs personnalités sont venus apporter leur soutien au Parlement Juif Européen: Frédéric RIES, membre du Parlement Européen, Zeev ELKIN, chef de la nouvelle coalition gouvernementale israélienne, membre de la Knesset, Son excellence Huda NOONO, Ambassadrice du Bahrain aux Etats Unis ainsi que l’Ambassadeur du Bahrain en Belgique.

La session fût consacrée à la crise économique et ses conséquences sur l’extrêmisme, le populisme et l’antisémitisme.

Les professeurs Guy MILLIERE de l’Universite Paris VIII et Michel HERMANS de l’Université de Liège brossèrent un portrait de la situation économique en Europe et des conséquences qui en découlent tant dans la montée des extrêmismes de gauche comme de droite, mais aussi de la montée de l’antisémitisme islamique en Europe de l’Ouest.

La France était représentée par Joël ROCHARD, Raymond BRIEFEL, Roger FAJNZYLBERG, Caroline OHAYON, Yaël MALKA, Jacques-David SEBBAN et Jean-Marc MOSKOWICZ, membres élus au Parlement Juifs Européen.

Depuis son installation le 16 février 2012, le Parlement Juif Européen s’est déjà illustré par quelques actions concrètes:

  • une pétition pour exiger des excuses de la part de Catherine Ashton ayant comparé la tuerie de Toulouse aux enfants de Gaza
  • plusieurs communiqués pour dénoncer des actes antisémites
  • un groupe de parlementaire s’est rendu en Lettonie pour protester contre la marche des anciens Waffen-SS et les commémorations à la mémoire de ces SS

Jean-Marc MOSKOWICZ
Membre du Parlement Juif Européen

In the command center of pan-European politics, the European Jewish Parliament convened for a second day… At the European Parliament, panel discussions were held on the economic crisis in Europe and its impact on extremism, populism and anti-semitism… Dr. Antonyia Parvanova, a member of the European Parliament from Bulgaria, moderated… Parvanova says she and her colleagues are aware that baseless hatred for Jews is rearing its ugly head again in violent acts, in anti-Israeli sentiment and in politics…

Igor Kolomoisky, the President of the European Jewish Union, was the guiding light behind the first-ever Parliament for Jews and forging ties with other European leaders is one of its priorities. The European Jewish Parliament was modeled in some ways after the European Parliament. Its members are elected osein contrast to how other Jewish leaders in Europe are chosen which is usually by those inside existing organizations. The European Jewish Parliament hopes its system can attract young, unaffiliated Jews with fresh ideas.

A Jewish woman from Washington joined the EJP’s meetings…but she’s not an American working for President Obama or Republican candidate Mitt Romney…Her boss is King Hamad bin Isa Al Khalifa of Bahrain… Hoodah Nunu is the Bahraini Ambassador to the US, a Jewish woman who represents her Muslim country. EJP members also expressed hope that they can help build bridges between Jews and Muslims wherever they clash. Nunu’s colleague — the Bahraini Ambassador to the EU — attended the panel discussions. Tomorrow these new Jewish reps of Europe will head back to their home countries after two days of sharing ideas, solutions and meeting like-minded politicians.

 

Jordana Miller, JN1, Brussels

 


http://www.europe-israel.org/2012/05/le-parlement-juif-europeen-a-tenu-sa-premiere-session-generale-a-bruxelles/ 

Vidéo : http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=sQdqI5uC3C4

 

 

http://www.europe-israel.org/2012/05/le-parlement-juif-europeen-a-tenu-sa-premiere-session-generale-a-bruxelles/

 

 

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=sQdqI5uC3C4

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 21:53
Retraités : quels avantages ? Quel niveau de vie ? Quelles réformes ?
Créé le 14-09-2012

Autrefois dans la précarité, les retraités ont globalement rattrapé les actifs. Malgré des situations très diverses, leurs avantages fiscaux et sociaux semblent sur la sellette.

 

Quels sont les avantages sociaux et fiscaux des retraités ? (Sipa)

Quels sont les avantages sociaux et fiscaux des retraités ? (Sipa)

Dans son rapport sur la Sécurité sociale publié jeudi 13 septembre, la Cour des comptes a fait valoir que "contrairement a une idée reçue, les retraités sont dans une situation plus favorable que les actifs, notamment les jeunes". Pour les magistrats, "cette situation résulte pour une part de l'existence de nombreux dispositifs fiscaux et sociaux en leur faveur", qui représentent un manque à gagner de 12 milliards d'euros pour les finances publiques. Ils proposent donc d'en supprimer une partie.

Vendredi, Force ouvrière a estimé que ces préconisations revenaient à un "nivellement par le bas". Mais le gouvernement ne rejette pas l'idée de réduire les avantages des retraités. "On peut s'orienter vers quelque chose qui permette aux plus aisés des retraités d'avoir des cotisations de même niveau que les plus aisés des salariés", au nom de la "justice fiscale", a estimé le ministre du Travail Michel Sapin. "Nous devons revoir la fiscalité dans son ensemble, c'est dans ce cadre là qu'on peut envisager une remise à plat de la contribution de chacun", a expliqué de son côté la ministre de la Santé Marisol Touraine.

De quels avantages bénéficient les retraités ?

"De multiples dispositifs spécifiques se sont construits au fil du temps pour permettre aux retraités dont la situation a été longtemps plus que précaire, voire indigne, de disposer de meilleures ressources", explique la Cour des comptes, qui les a listés :

Moins d'impôt sur le revenu. Plus de 7 millions de retraités bénéficient d'abord d'un abattement de 10% sur leurs pensions. C'est l'équivalent de celui accordé aux salariés pour frais professionnels, même si les retraités, par définition, n'en ont aucun. A cela s'ajoute une exonération des majorations de pension pour les personnes ayant élevé au moins trois enfants. Enfin, un million et demi de retraités modestes de plus de 65 peuvent appliquer un autre abattement.

Moins d'impôts locaux. Au-dessous de 835 euros de pensions, les personnes de plus de 60 ans ne paient pas de taxe d'habitation et paient moins, voire aucune taxe sur le foncier.

Moins de CSG et de CRDS. Les pensions de retraite sont soumises à la Contribution sociale généralisée, comme le sont les salaires ou les revenus du capital. Mais le taux qui s'y applique est inférieur : 6,6% pour les 16,2 millions de retraités, contre 7,5% pour les actifs. Pour les plus modestes, ce taux peut passer à 3,8%, voir à 0%. Même chose pour la CRDS. Résultat : un retraité déclarant pour tout revenu 10.024 euros de pension (soit 11.138 euros avant abattement) ne s'acquitte d'aucune CSG, ni CRDS, alors qu'un salarié ayant un revenu net de 11.138 euros doit payer 1.000 euros de CSG et CRDS. Par ailleurs, les retraités ne paient presqu'aucune cotisation d'assurance-maladie. Enfin, 585.000 particuliers employeurs de plus de 70 ans bénéficient d'exonérations sur leurs cotisations.

Les retraités, des situations disparates

Il y a près de 16,2 millions de retraités en France. En 2010, la pension moyenne, tous régimes confondus, s’établissait à 1.216 euros par mois. Mais ces chiffres regroupent des situations très différentes :

Encore beaucoup de retraités pauvres. Selon l'Insee, près d'un million de personnes de plus de 64 ans vivaient sous le seuil de pauvreté en 2009. De 1959 à 2006, le nombre de bénéficiaires du minimum vieillesse (complément de ressources de 777 euros pour un plus de 65 ans quelle que soit sa nationalité, 1.206 euros pour un couple) a été divisé par quatre. Mais au total, il couvrait encore fin 2010 près de 940.000 personnes. Les titulaires du minimum vieillesse ne se répartissent pas également sur le territoire :

Source : Drees et Insee 

Des écarts énormes entre hommes et femmes. La retraite globale moyenne des femmes (y compris les avantages accessoires de retraite, et notamment les pensions de réversion) représente 72 % de celle des hommes. Les écarts se réduisent progressivement, selon la Drees, mais le montant moyen de pension des femmes reste nettement plus faible, avec 899 euros mensuels, contre 1.552 euros pour les hommes en décembre 2010.

Des écarts énormes entre les situations. Le niveau de vie des retraités varie selon leur âge, s'ils sont en couple, et suivant la situation de l'autre membre du couple ( le "droit dérivé" est une pension reversée après la mort du conjoint) :

 

Un niveau de vie global qui rejoint celui des actifs. Avec les Pays-Bas, la France est l'un des seuls pays d'Europe où le taux de pauvreté des plus de 65 ans est inférieur ou égal à celui des 25-54 ans. En 2006, le niveau de vie moyen était de 23.970 euros chez les retraités, contre 23.060 euros chez les actifs. En moyenne, leur patrimoine net était de 252.700 euros en 2004, contre 231.000 euros pour les actifs. "Au total, si les retraités forment un ensemble hétérogène, il s'avère que leur situation financière moyenne a connu une amélioration indéniable et a rejoint celle des actifs, voire peut apparaître plus favorables que celle du reste de la population", résume la Cour des comptes dans son rapport.

Ce qui attend les retraités

Partant de ce constat, la Cour des comptes propose de revoir un certain nombre de dispositifs :

L'abattement de 10% de l'impôt sur le revenu. Sa suppression pourrait rapporter 3 milliards d'euros. Elle mettrait fin à une injustice : la moitié de cette dépense fiscale profite aux 20% des foyers les plus aisés. Mais sa suppression nécessite des aménagements. En rendant imposable ou en augmentant le revenu imposable des centaines de milliers de retraités, elle les rendrait inéligibles à de nombreuses prestations sociales soumises à conditions de ressources : allocations logement, allocations adulte handicapé. 

L'exonération pour les retraités ayant eu plus de trois enfants. La fiscalisation de la majoration qu'ils perçoivent pourrait rapporter 800 millions d'euros.

Le taux de CSG à 6,6%. En alignant son taux sur celui des actifs, 7,5%, pour les pensions les plus élevées, elle rapporterait 1,2 milliard d'euros supplémentaires.

L'exonération pour les particuliers employeurs. La Cour propose de soumettre cette exonération totale de cotisations sociales à des conditions de ressources. Elle serait ainsi maintenue uniquement pour les moins aisés.

La cotisation d'Assurance maladie. La cour des comptes propose que les retraites complémentaires et les pensions de base soient taxés à 1% (au-dessus d'un certain seuil pour les pensions).

La fiscalité locale. A plus long terme, la Cour évoque une suppression de la fiscalité fondée sur les critères d'âge. Ainsi, les retraités au-delà de 65 ans seraient tous soumis à la taxe d'habitation et à la taxe foncière.

Le minimum vieillesse. La Cour propose de repenser un certain nombre de points de ce dispositif. Notamment son mode de financement. Aujourd'hui, il coûte 3,45 milliards d'euros par an, et n'est financé que par la dette sociale, explique la Cour. "C'est-à-dire par les générations futures".

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20120914.OBS2472/retraites-quels-avantages-quel-niveau-de-vie-quelles-reformes.html#xtor=EPR-3-[Actu17h]-20120915

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 15:26

 

Des entrepôts géants d’entreposage de nourriture en Alaska, juste au cas où ! ..

On ne va pas spéculer sur l’opportunité de ce stockage, néanmoins on peut se demander, qui pourra en bénéficier toujours « au cas oùùùù!!! »Nous cacherait on des choses?

 

Avec « l’arche de Noé végétale » qui a été construite dans les îles de Svalbard (Norvège), à quelque 1100 kilomètre du Pôle Nord, pour la conservation de toutes les semences de la terre, projet dans lequel Bill Gates a investi des millions de dollars, il est permis de croire que le « Nord » pourrait être un refuge pour certaines personnes bien informées…


Des installations de stockage de produits alimentaires et de première nécessité seront construites cet automne en Alaska pour recevoir les premières livraisons en décembre et ce, pendant les 3 prochaines années.
Pour faire face aux éventualités cataclysmiques de la région, pour venir en aide aux résidents, disent les autorités.  Au cours de la dernière année, des unités de purification de l’eau et des générateurs ont été achetés ainsi que du matériel d’urgence et de soins médicaux.

Source:

Publié par Isabelle  et Brujitafr!

Source de l’image: http://www.blot-entreprise.fr
Partager cet article
Repost0
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 00:40
Jean-François Copé, l'ambitieux aux mille visages
Vendredi 24 Août 2012 à 16:20


Claude Askolovitch


Jean-François Copé doit déclarer officiellement sa candidature à la présidence de l'UMP le 26 août, date à laquelle il devrait commencer à clarifier sa ligne politique. Mais comment zigzaguer entre les humanistes, les libéraux de l'UMP et les ultras de la droite populaire qui lorgnent sur l'électorat FN?


(Jean-François Copé, le 30 juillet 2012-ALFRED/SIPA)
(Jean-François Copé, le 30 juillet 2012-ALFRED/SIPA)
Article publié de le n° 785-786 du magazine Marianne, daté du 9 au 18 mai 2012.

La défaite est sa victoire, le moment où il peut devenir la droite, quand ses mots symbolisent son camp, quand son destin porte celui de la famille - la France des lodens et des banques, des foulards autour du cou, des costumes bien coupés, la rage au coeur d'être dépossédée. Ils regarderont vers lui et il sera leur revanche. On raconterait la politique comme un mauvais roman, Jean-François Copé serait le héros d'une épopée d'oligarque. Il y a cinq ans, il n'était rien, tricard chez Sarkozy, voué à l'humiliation des destins manqués. Aujourd'hui, secrétaire général de l'UMP, tenant l'appareil, les finances donc, ayant placé ses hommes, noué des alliances, paré à résister à François Fillon, Laurent Wauquiez ou Nathalie Kosciusko-Morizet, une bernique à son rocher. Il a fait sa propre campagne, lovée dans celle de Sarkozy : chauffant les salles en son nom propre, provoquant les «Jean-François !» militants, irréprochable et pourtant déjà en marche...

>> Lire aussi : Copé-Fillon, une guerre inévitable

On pourrait s'ennuyer de cette froide perfection. Copé est un classique qui parle de la politique comme d'un art codé. Il fait des figures imposées, tels des arpèges au piano. Député, maire, ministre, le groupe parlementaire, un club politique, le parti, calcul, l'Elysée en 2017. «Je construis un parcours initiatique», dit-il. «J'ai beaucoup travaillé en cinq ans», ajoute-t-il, et on le sentirait piaffant de conter autre chose que du convenu. Parler pour soi ? Mais est-ce possible encore ou bien tout est-il déjà cristallisé, dans les mots de ses ennemis et dans ce qu'il a construit : un homme aimable aux riches et dur aux pauvres, portant le durcissement de la droite ? De quoi Copé est-il le nom ? D'une disposition fiscale favorisant les holdings, mais aussi de la taxation des indemnités des accidents du travail. Un député devenu avocat d'affaires, qui provoquait un rendez-vous entre un de ses collègues et la garde des Sceaux Rachida Dati, afin de bloquer une réforme (la fusion entre le métier d'avocat et celui de conseil en propriété industrielle) gênante pour sa profession. Un patron de l'UMP additionnant sur TF1, le soir du premier tour de la présidentielle, les scores de Sarkozy et de Le Pen pour proclamer «la droite» à 48 %. Un républicain laissant ses troupes applaudir le journaliste Eric Zemmour, à peine condamné pour avoir défendu les contrôles au faciès, qui réclamait dans un colloque UMP hilare l'abrogation des lois antiracistes.

Il dit qu'il n'a jamais agi que par liberté, et qu'il se fout des pruderies ! Pourtant, elles comptent. Il s'est passé une chose, pendant cette campagne, qui vaut plus qu'un incident. Chez Laurent Ruquier, dans une émission de télévision où s'attestent les évidences, Copé s'est fait cracher à la figure par Audrey Pulvar. «Nous ne nagerons pas ensemble dans la piscine de M. Takieddine», a lancé la dame, renvoyant Copé à son amitié avec l'affairiste scandaleux. La scène était d'une brutalité rare dans un média, la télévision, d'ordinaire servile aux forts : donc Copé ne l'est pas tant que ça ? Pour Copé, Pulvar illustre la haine des gauches et la perte des repères du service public. Etre sa cible l'a même conforté dans sa famille assiégée. Il n'empêche. C'est arrivé. Etre traité de pourri en public. Cela circule sur le Web, des photos de vacances - lui qui abhorre l'exhibitionnisme, qui jamais ne convoquera les photographes pour son jogging, ni n'utilisera ses enfants.

A droite, l'antisémitisme affleure contre Copé l'affairiste, et ce juif laïc, longtemps pudique jusqu'au déni sur ses origines, le soupçonne déjà. Mais il n'y a pas que cela. Martin Hirsch - hollandiste après son séjour sarkozyste - voit en Copé l'incarnation du conflit d'intérêts. Anecdote ? Ces deux-là se méprisent dans une de ces haines qui font la politique. Elle est née sous Chirac, quand Copé, ministre du Budget, bloquait une taxe sur le textile, destinée à financer la récupération de vieux vêtements - la taxe Emmaüs. Elle est allée crescendo jusqu'aux ruptures ultimes, exacerbée par des origines communes, des familles toutes deux sauvées par des justes du Chambon-sur-Lignon, chacun jugeant l'autre indigne de ce passé. Pour Copé, Hirsch est un veule opportuniste ; pour Hirsch, Copé est un corrompu en puissance. Les deux hommes peuvent se tromper, mais cela ne rend rien plus simple. Copé, en réalité, pèche par morgue : il trimbale une inconscience, un complexe de supériorité qui l'autoriserait. Naturellement invité chez Takieddine, pensant naturellement que les entreprises méritent plus d'égards qu'un maçon tombé de l'échelle, hésitant à taxer le textile mais soupçonnant les accidentés du travail de faire porter à la Sécu les foulures du foot du dimanche. Il est vraiment de droite, convaincu que l'ordre est bon, et si la crise nous force à tout changer, ce n'est pas dans la protection qu'on trouvera le salut, mais dans l'adaptation au monde. En est-il un salaud ? Tout cela lui est tellement naturel qu'il n'y met plus de frein.

Résister ou se perdre

Quand Sarkozy croyait encore réformer la France et transgresser les «tabous», Copé s'y opposait. C'était au temps de l'ouverture - Copé était contre - et du «Grenelle de l'environnement» - son ami Christian Jacob, parangon de l'agriculture de combat, défendait les pesticides. Quand Sarkozy a largué l'ouverture pour le combat identitaire, Copé est revenu au coeur du système. A ses convictions ? Il aura été aux manettes du parti au temps de la guerre faite aux Roms, de l'assimilation de l'islam au vote des étrangers et de la proclamation du FN en parti républicain. Président de groupe, il s'est fait aimer des députés en se rangeant à leurs réticences ; patron du parti, il a chevauché la violence de sa base. La droite dite populaire, cette coalition d'individualistes qui attisent les feux jusqu'aux confins du Front national, y a trouvé son avantage. Il y a deux semaines, lors un repas à la questure, les membres de La Droite pop ont choisi Copé pour la suite ; comme Brice Hortefeux, gardien du sarkozysme émietté ; comme Jean-Pierre Raffarin, ultime héritier du libéralisme. Copé veut diversifier son pouvoir, être le fédérateur, cultiver ses centristes, ne pas être prisonnier des seuls ultras. «Il y a une nouvelle génération autour de moi», affirme-t-il, et il cultive Guillaume Peltier, atypique égaré au FN à 20 ans, désormais sniper droitier de l'UMP qui - paradoxe - voudrait amener «Jean-François» au culte de la protection et des services publics, et l'éloigner des vulgarités populistes.

Copé soupèse. Il pense que la ligne droitière est majoritaire en France, que le pays a rejeté Sarkozy dans un élan irrationnel, mais que la gauche échouant, tout lui reviendra. Ne pas bouger donc ? Si l'on pioche dans ce qu'il a construit avec son club Génération France, il y a chez Copé une droite à l'ancienne en mal de changement. Il revendique la générosité - mais le mot vient d'en haut et reste un concept creux. Il a réfléchi sur l'égalité au collège. Quand il menait la charge contre la burqa, il défendait en même temps l'enseignement de l'arabe dans l'Education nationale, au nom de la fierté des enfants d'immigrés. Et, au lendemain des tueries de Toulouse et de Montauban, il allait à la mosquée de Meaux. En réalité, il a du mal avec une société mouvante, avec le religieux qui s'installe, lui qui n'est que laïc ne comprend rien à l'irrationnel. «L'islamophobie est détestable, dit-il, il faut en finir avec la peur de l'invasion !» Mais, pour ce faire, il aurait voulu imposer aux mosquées des prêches en français...

Jadis, il aurait été d'une droite à la Tardieu, à la Reynaud, conservatrice et républicaine, portant des repères, autoritaire, mais incapable d'indignité. Ce furent les repères de son enfance et de ses premières ascensions, quand la République se tenait au repère gaulliste. Aujourd'hui, quand la société se fracture, quand les peurs s'égarent et des rages emportent la droite paroxystique, Jean-François Copé va devoir résister à sa famille, ou se perdre. Ses mots ne seront plus des habiletés tactiques, mais des enjeux nationaux. Il dit le savoir. A lui de choisir à qui il ressemble, s'il en est encore capable.

Copé et la ligne rouge du FN

Il ne le fera jamais, jure-t-il, mais n'en est pas cru pourtant, tant sa réputation d'arriviste obère ses sincérités ! Jean-François Copé ne s'alliera pas avec le Front national, ni ne dialoguera avec le parti lepéniste. Il l'a dit jusqu'à la veille du second tour, au risque même (calculé ?) de gêner Sarkozy dans ses dernières razzias, retrouvant un refus chiraquien presque incongru. Il l'a dit, mais tiendra-t-il parole ? Copé pourrait pourtant explorer la piste frontiste, poussé par la base, les électorats qui convergent, par son affirmation même d'une droite sans complexes ni tabous... Mais sa ligne rouge, répète-t-il, est ici : le FN le dégoûte et les Le Pen lui répugnent. Il s'en cache à peine, exaspéré par la démagogie et les constructions hasardeuses, imprégné d'une supériorité d'énarque qui le fait détester du FN en retour.

Il y a là le complexe du gouvernant, l'horreur du vulgaire de l'élève des écoles, et aussi autre chose : des raisons intimes, qui tiennent aux origines de Copé. C'est le juif républicain qui résiste, mais ne pourra jamais l'admettre politiquement : il y a une tragédie en pointillé, qui ne se résume pas à Copé, mais aux raisons que la droite se donnera. Refusant de condamner moralement le Front national, abandonnant le désistement républicain au profit du PS, proclamant «normal» le parti lepéniste, elle s'ampute d'un argument au moment décisif. Quand Copé était jeune ambitieux, un homme l'avait pris sous son aile, qui s'appelait Paul Benmussa, restaurateur dans le quartier des médias, ami des politiques et des grands journalistes qui cantinaient Chez Edgard, son antre dans le triangle d'or du VIIIe arrondissement de Paris. Benmussa, ces années-là, s'amusait à voir venir Jean-Marie Le Pen et Bruno Mégret, le numéro deux de l'extrême droite, en quête de validation culinaire, et à leur claquer la porte au nez, en souriant. «Nous sommes complets», lançait-il, devant une salle vide.

Il y aurait désormais des tables libres à l'UMP pour un banquet du diable. Copé tiendra-t-il la ligne Benmussa ? C'est toute la question.
________________
.
UMP : l'islamophobie, un "clivage fondamental" pour Juppé
Créé le 28-08-2012 à 12h53 - Mis à jour à 13h36

S'il n'a pas nommément visé Jean-François Copé, l'ancien Premier ministre ne veut pas que l'on "globalise les problèmes de cette religion".

.

L'ancien Premier ministre Alain Juppé, interrogé mardi 28 août par France Inter sur sa préférence pour la tête de l'UMP, a expliqué qu'un "des points de clivage fondamentaux" était l'islamophobie, contraire, a-t-il dit, aux principes républicains.


Comme on lui faisait valoir que ses prises de position antérieures semblaient l'incliner plus vers François Fillon que vers Jean-François Copé, l'ancien premier ministre a répondu qu'il "attend de voir ce que propose chacun des deux candidats".

"Pas la guerre aux religions"

"Ma vision de l'identité de la France est tout à fait claire", a enchaîné le maire de Bordeaux. "Ce sont les principes républicains", "le principe de laïcité" qui "n'est pas la guerre aux religions, mais le respect de toutes les religions".

"Pour moi, un des points de clivage fondamentaux, c'est l'attitude vis-à-vis de l'islam", a poursuivi le dirigeant UMP. "L'islamophobie qui globalise les problèmes de cette religion est contraire à ce principe de laïcité et ce principe républicain. C'est donc pour moi un point extrêmement sensible".

 

.

Partager cet article
Repost0
26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 01:10

 

La Birmanie martyrise sa minorité musulmane
Par Florence Compain
Des centaines de maisons ont été incendiées ce week-end, lors d'affrontements religieux entre les bouddhistes rakhines et les musulmans rohingyas.
Des centaines de maisons ont été incendiées ce week-end, lors d'affrontements religieux entre les bouddhistes rakhines et les musulmans rohingyas. Crédits photo : STAFF/Reuters
  •   

Le sort des Rohingyas, victimes des brimades de la junte et de la majorité bouddhiste, gêne Aung San Suu Kyi.

L'Arakan, État isolé de l'ouest de la Birmanie, s'embrase. Dans un enchaînement de représailles sanglantes, dix pèlerins musulmans ont été frappés à mort la semaine dernière par une foule en colère après le viol et l'assassinat d'une jeune femme boud­dhiste. Les tensions religieuses ont dégénéré en émeutes. Et, depuis quatre jours, des bandes rivales armées de longs couteaux et de bambous affûtés se livrent à des chasses à l'homme et incendient des centaines de maisons dans la bourgade de Maungdaw, dans le nord de l'État, ainsi qu'à Sittwe, la capitale.

En dépit de l'état d'urgence décrété par le pouvoir et de la présence de forces de l'ordre aux abords des mosquées et des pagodes, les violences entre boud­dhistes et musulmans se poursuivaient lundi, poussant les Nations unies à évacuer leur personnel international. Les médias officiels avancent les chiffres de 7 morts et 17 blessés depuis vendredi, mais semblent ignorer les victimes musulmanes. D'autres sources font état de bilans plus lourds, mais invérifiables.

Étrangers dans leur propre pays

L'Arakan est l'un de ces nœuds improbables perdus dans les confins: cette bande de terre sur le golfe du Bengale est le point de rencontre de l'Asie musulmane et hindoue avec l'Asie bouddhiste. Y cohabitent très difficilement une majorité bouddhiste, les Rakhines, et une minorité musulmane, les Rohingyas. Le sort de ces Rohingyas n'a rien d'enviable. Considérés par l'ONU comme une des minorités les plus persécutées au monde, ils sont systématiquement rejetés, stigmatisés et violentés. Leur drame est d'avoir servi de supplétifs à l'armée britannique lors de sa conquête de la Birmanie au XIXe siècle.

Considérés comme des traîtres, ils sont tyrannisés depuis l'indépendance en 1948. En 1978, 200.000 d'entre eux ont dû fuir au Bangladesh la campagne de terreur lancée par l'armée birmane. En 1982, une loi les a dépouillés de leur nationalité et en a fait des étrangers dans leur propre pays. En 1991-1992, ils ont été la cible de nouvelles opérations d'éradication. Et les violentes discriminations qu'ils subissent, comme le travail forcé, la confiscation des terres ou l'interdiction de se marier et de se déplacer sans l'accord des autorités les poussent à fuir. Ils sont aujourd'hui plus nombreux hors de Birmanie (plus d'un million) où ils mènent une vie de clandestins ou de réfugiés, que dans leur pays d'origine (750.000).

Les dernières convulsions dans l'Arakan sont à première vue engendrées spontanément par les haines religieuses et ethniques. Mais elles pourraient aussi être orchestrées par le régime birman pour forcer la figure de proue de l'opposition, Aung San Suu Kyi, à faire des déclarations impopulaires, comme un appel au calme et à la sympathie envers cette minorité que l'opinion birmane tient en piètre estime. Depuis quelques jours, les réseaux sociaux birmans se déchaînent contre les «Kalar», ces étrangers à la peau sombre. Les comptes Facebook regorgent de commentaires sur ces musulmans «terroristes», ces «immigrés clandestins infiltrés sous couvert de colons britanniques». Certains offrent même «une récompense pour l'assassinat d'un musulman» de l'Arakan. Les diplomates birmans ou les vedettes de cinéma ne sont pas en reste: les Rohingyas sont tour à tour décrits comme «vilains comme des ogres» ou «noirs, bedonnants et velus».

Sous les insultes, la politique affleure. Les exemples abondent où les autorités birmanes ont attisé, voire déclenché de violents heurts confessionnels, n'hésitant pas à déguiser leurs agents en bonzes. Cette fois encore, des tracts de propa­gande anti-Rohingyas circulaient depuis des semaines et, selon plusieurs témoins, les forces de sécurité ont prêté main-forte aux miliciens bouddhistes.

En réagissant sur ce sujet très sensible, Aung San Suu Kyi, qui entame une tournée européenne mercredi, risque de diviser les rangs dans son parti. Quant aux Rohingyas, ils sont décidément damnés: des gardes-frontières bangladais ont renvoyé lundi huit embarcations transportant 300 de ces parias qui fuyaient les violences.

 

LIRE AUSSI:


» Les États-Unis nomment un ambassadeur en Birmanie

» Aung San Suu Kyi à la rencontre des réfugiés birmans

 

.http://www.lefigaro.fr/international/2012/06/11/01003-20120611ARTFIG00723-la-birmanie-martyrise-sa-minorite-musulmane.php

 

.

Partager cet article
Repost0
12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 23:53
michelle jeune

 

 

Michelle MEYER ! J'avais été éblouie par sa personnalité lorsque je l'ai rencontrée à un Rassemblement international de Femmes écrivains § voici pas mal de temps, je l'avais retrouvée à Strasbourg, nos routes se sont ensuite éloignées (la belle Michelle est restée en Alsace, je suis allée dans le Sud), et le hasard qui fait souvent si bien les choses, nous a permis de nous retrouver récemment. Pour moi, avec délices... Découvrez cette femme extraordinaire ! eva

 

§ Je l'ai croisée, j'ai eu envie de la connaître, de l'approfondir, elle, elle seule... Les artistes se rencontrent toujours ! Son physique (qui aurait inspiré tout peintre), son talent, son intelligence, son humanisme, ses engagements notamment pour le Beau, la Justice, la Paix, j'ai tout aimé... un vrai coup de foudre, quoi !


 

Michelle MEYER, un destin à découvrir par tous, une grande dame de l'Edition engagée

 

.
Sur le blog politique de la talentueuse écrivain Michelle MEYER, comme moi humaniste et engagée contre les guerres :
. 
http://michellemeyerpol.canalblog.com/   

link

 

 

.

Le "cri" de Lucien Pons

sur Marianne (commentaire)

.

 

Je suis scandalisé et agacé par la déferlante en faveur de ces fameux combattants de la liberté qui ont déjà si bien opéré en Libye, en Irak et en de nombreux autres pays. Les forces du bien, islamo atlantistes répandent partout la bonne parole ultralibérale. Pour eux la liberté serait donc synonyme de malheur et de mort. Pour ces chevaliers des temps modernes, en fait pour ces chevaliers de l’apocalypse, l'émancipation passe par la charia.

Les femmes, ces créatures du mal, doivent se soumettre à l'autorité suprême de l’homme et accepter de se voiler sous la menace. La vague impressionnante de femmes voilées dans notre pays devrait nous faire réfléchir quant à la démarche de ces adeptes du libre marché. Pour eux, le communautarisme est un allié indispensable pour créer des métastases dans le corps social. Les alliés objectifs de la stratégie de choc, sont soutenus et armés en prêcheurs intégristes par les pires régimes du moyen orient. Dans les monarchies du Golfe, pas question de liberté, pas question de démocratie, ils ont écrasé dans le sang le printemps arabe du Bahreïn, sans susciter la moindre émotion parmi la caste bien-pensante occidentale. Monsieur Botul, alias BHL, n’a pas levé d’armée pour venir en aide à ces personnes éprises de liberté.

La manipulation mentale est une arme absolue, comme dans le meilleur des mondes on sacrifie aux rituels démocratiques tout en confisquant les vrais pouvoirs aux élus du peuple.


Nous devrions nous interroger sur la constance de l'alignement de notre politique étrangère sur les pires travers de l'alliance atlantique. Pourquoi ne parle-t-on pas de la sortie de la France du gouvernement intégré de l'OTAN? Pourquoi notre indépendance ne fait-elle pas parti des sujets offerts aux débats ? Pourquoi cette armée de supplétifs doit garantir la suprématie de l'empire américain partout dans le monde ? Je crois me souvenir que cette alliance a été crée au départ pour protéger chaque pays membre d'une agression extérieure. En quoi la Libye menaçait-elle un des pays de l'alliance? En quoi l'Irak, la Serbie, etc..., mettaient-ils en danger les intérêts vitaux d'un de ses membres?

Pour en revenir à la Syrie, j'en ai par dessus la tête de voir la presque totalité des média se transformer en officine de propagande en faveur du renversement du régime actuel.
La plupart des observateurs indépendants, la plupart des journalistes étrangers, mettent en avant la présence de groupes armés violents qui sèment la terreur, la désolation et la mort auprès de la population civile. La présence de mercenaires d'Al-Quaïda au sein de l’armée de libération de la Syrie est une information donnée par beaucoup de journalistes étrangers. Je vous invite à lire le reportage du journaliste britannique, Alex Thomson, concernant son expérience personnelle sur l’attitude des rebelles à propos des reporters étrangers utilisés à des fins de propagande. Son témoignage personnel, « Syrie : Journalistes envoyés à la mort par les rebelles (Channel 4) » par Alex Thomson.
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=31374

Dans les grands média français, nos grands reporters se contentent de filtrer les informations et de répéter à satiété la litanie selon laquelle le président Bachar El Assad massacrerait sa population dans un accès de folie meurtrière.

Afin d'enfumer un peu plus le bon peuple on met en avant des fameuses ONG, telles "Human Rights Watch" ou bien le site pétitionnaire "Avaaz", afin de conforter les certitudes que nous devons tous avoir. Le seul problème est que ces belles officines sont des têtes de pont de la CIA afin de manipuler les opinions publiques à travers le monde. L'une d'entre elles a-t-elle déjà engagé une quelconque action en faveur des indignés du Québec, d'Espagne, d'Israël, ou d'ailleurs? Cherchez bien, la réponse est non. Le calme plat est la seule réponse envisagée dans ce cas.

Comment se fait-il que les média dominants ne cherchent pas à nous informer? Pourquoi leurs préoccupations sont-elles seulement bellicistes en faveur des lobbys du complexe militaro financier, états-uniens de préférence? La polémique autour du rôle de Thalès est éloquente dans l’article de Marianne. Thalès est un concurrent sérieux il convient de prendre sa place.

J'attendrais des grands média qu'ils m'informent.
J'attendrais des grands média qu’ils fassent des enquêtes sérieuses.
J'attendrais des grands média qu'ils n'essaient pas de manipuler les citoyens.
J'attendrais des grands média qu'ils agissent en faveur de la paix.
J'attendrais des grands média qu'ils favorisent les manifestations citoyennes en faveur de la paix dans le monde.

Hélas, rien de cela ne nous est proposé, seul un salmigondis de mensonges plus ou moins forts est servi en pâture au public, afin de le transformer en va-t-en-guerre.

Comment peut-on se plaindre encore que la grande presse va mal, que les citoyens délaissent les canaux officiels de l’information, tout en servant cette soupe de propagande quotidienne?

Les grands journalistes existent. Ils sont épris de l’éthique d’Albert Londres. Ils veulent informer, analyser, recouper, en un mot exercer leur métier normalement. Il est insupportable que les intérêts des oligarchies leur imposent le silence.

 

Posté par Lucien PONS le 16/06/2012 20:22

 

http://www.marianne2.fr/Syrie-malgre-les-massacres-le-commerce-des-armes-continue_a219677.html?com&order=2&start=20#comments

 

http://michellemeyerpol.canalblog.com/

 

.

 

Derniers messages
.
Partager cet article
Repost0
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 14:29

 

 

 

Sarkozy au Maroc : derrière le bonheur, un…malheur caché.

by Allain Jules


Marrakech : Selon le site arabophone Hespress, l’ancien président français Nicolas Sarkozy et son épouse Carla Bruni qui s’étaient épris lors d’un séjour à Marrakech d’une villa somptueuse, le Palais d’Antares (photo ci-contre), l'auraient finalement acquis, le mois dernier, c'est à dire en juillet. Il est aussi possible que se soit un cadeau, après ses menées guerrières en...Libye.

 

Syrie : Sarkozy à Alep avec sa kalachnikov ou en psychiatrie à Sainte-Anne ?

by Allain Jules


L'été est vraiment chaud. A chacun de choisir où envoyer cet homme. Alep, avec sa kalachnikov en bandoulière, où dans le 14e arrondissement de Paris, à l'hôpital psychiatrique de Sainte-Anne. De quel droit cet homme veut-il s'occuper des relations internationales françaises après avoir été battu lors de la présidentielle dernière ?

Lire la suite

 

Sarkozy conseiller royal de Mohammed VI?

Notre ex-hyperprésident, qui voulait être roi, connaîtrait la consécration au Maroc, en étant élevé au rang de conseiller royal très spécial de Mohammed VI...


lire la suite

 

Je me suis intéressée au Maroc le pays d'élection de notre "super Sarko",

j'ai voulu voir ce qui s'y passe (eva)

 

 

Economie

  La loi bancaire enfin prête. C'est acté pour la nouvelle loi bancaire. Selon nos sources, le nouveau texte a été finalisé et il devrait être introduit dans le circuit du Parlement durant les prochaines semaines. Pour rappel, ce texte consacre dans l'un de ces chapitres les bases réglementaires de la finance islamique. Selon les premiers échos, le gouvernement aurait opté pour l’appellation des «banques participatives», à l'instar du modèle de la Turquie. Après les produits alternatifs, place donc aux banques participatives. ...
  Financement. Le Maroc décroche 5 milliards de dollars des pays du Golfe. C’est officiel, enfin presque... Le Maroc a eu l’accord des pays du Golfe pour un financement de 5 milliards de dollars sur cinq ans, en vue de financer les projets d’investissement de l’Etat. Cet accord de financement sera annoncé incessamment. On parle même d’une grosse. Ces financements s’inscrivent dans le cadre de l’intégration du Maroc dans le CCG (Conseil de coopération du Golfe), qui lui a ainsi ouvert la porte de plusieurs ...
  Endettement. Contre la baisse des réserves en devises, le gouvernement préconise l’endettement. La baisse des réserves en devises inquiète à tel point qu’elle a fait l’objet, avant hier, de cinq questions orales à la Chambre des représentants. Les députés, à l’unisson, ont interpellé le gouvernement sur ce qu’il compte entreprendre pour stopper l’hémorragie, sachant qu’en l’espace de six mois le Maroc a perdu l’équivalent de 30 milliards de dh en dollars et en euros, un chiffre préoccupant. Si cette tendance ...

 

 

  Message Royal. SM le Roi félicite le Président ivoirien à l'occasion de l'anniversaire de l'indépendance de son pays. SM le Roi Mohammed VI a adressé un message de félicitations au Président de la République de Côte d'Ivoire, M. Alassane Dramane Ouattara, à l'occasion du 52ème anniversaire de l'indépendance de son pays. SM le Roi exprime, dans ce message, Ses chaleureuses félicitations et Ses vœux les meilleurs de santé, de bonheur et de plein succès dans les efforts soutenus que M. Ouattara ...
  Politique. Mezouar échappe à un nouveau scandale financier grâce à un dirigeant du RNI. A la Une du quotidien arabophone Al Massae samedi dernier, une nouvelle affaire dénonçant la corruption à haute échelle avec pour principal concerné Salaheddine Mezouar, ancien ministre des Finances. Le député Mohamed Abbou, l’un des dirigeants du RNI, aurait déclaré, lors « d’une réunion houleuse » tenue mardi 31 juillet, avoir donné 7 milliards de centimes (soit 70 millions de dirhams) à Mezouar. ...
  Aziz Rebbah : 400 millions DH pour éliminer les "points noirs" sur les routes et réduire le nombre d'accidents. Le ministère de l'équipement et du transport a mobilisé 400 millions de dirhams pour éliminer, en trois ans, les "points noirs" sur les routes, afin de réduire le nombre des accidents, a indiqué, mardi, le ministre de l'équipement et du transport, M. Aziz Rebbah, précisant que cette opération a porté principalement sur les passages à niveau. M. Rebbah a relevé que le ministère a accepté, dans le cadre ...

 

 

.

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 18:58

 

Je retrouve ce texte écrit voici plus d'un an

sur un autre de mes blogs,

et sous mon nom véritable.

Pour en savoir plus,

vous avez les liens à la fin de cette parution.

 

interieur--fe-enfants-chat.jpg 

  

Hier et aujourd'hui,

par Chantal Dupille

 

 

Il y avait des enfants qui riaient ensemble

en montant dans les cerisiers ou en jouant à la marelle.

 

Il y avait des enfants qui chantaient en allant à l'école,

il y aura des enfants tristes devant la Télé-Enseignement

 

Il y avait des Tsiganes qui sillonnaient nos chemins,

avec leurs roulottes chatoyantes, on veut brider leur liberté.  

 

Il y avait des paysans qui travaillaient la terre,

et qui enchantaient les paysages comme nos villages.

 

Il y avait des ouvriers spécialisés,

ils se sont battus pour que nous vivions mieux...

 

Il y avait des pêcheurs qui bravaient la mer pour remplir nos assiettes,

la marée noire de l'Argent va les engloutir. 

 

Il y avait les fonctionnaires de l'Etat,

ils sont privatisés, livrés à la rentabilité meurtrière.

 

Il y avait des apprentis qui aimaient leur travail,

et qui valorisaient chaque geste. Ils deviennent un souvenir.

 

Il y avait des médecins de famille qui  étaient nos amis, avec dévouement,

il n'y a plus que des cabinets médicaux où l'on travaille à la chaîne.  

 

Il y avait un employé à la station service, dans le bus,

dans les couloirs des métros. Où sont-ils ?

 

Il y avait des gendarmes et des gardes-champêtres,

il y aura des caméras de surveillance.

 

Il y avait des soldats de la République pour défendre la France,

il y aura des mercenaires sans foi ni loi ni racines.

 

Il y avait des artisans pour perpétuer, pour parfaire.  

Il y aura des multinationales anonymes.

 

Il y avait nos petits boutiquiers accueillants, nos petits marchés  colorés,

il y aura des super et des hyper marchés protégés comme des forteresses.

 

Il y avait des villageois qui faisaient la fête, 

il y aura des déserts mélancoliques.   

 

Il y avait des anciens sur le pas de leurs portes, que tout le monde cajôlait.

Sont-ils promis à l'épuisement et à l'euthanasie ?

 

 

C'était la vie hier,    

aujourd'hui il y aura

des numéros, des consommateurs, des robots,

des cobayes, des esclaves, de la chair à canons.

C'est la modernité, que voulez-vous...

On n'arrête pas le progrès. 

 

Et ....... 

Et si on l'arrêtait, tous ensemble ?

 

Il était une fois les paysans, il était une fois les villages, il était une fois hier

 

 

  interieur-naturel.jpg.

 

Témoignages du temps de nos grands-parents (2). Appel à tous les témoins

Témoignages du temps de nos grands-parents (1). Appel à tous les témoins

.

 

lavandiere-sur-tabouret.jpg

John Sloan [1871-1951] - Travail de femme

francophonia.net

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche