Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 05:19

 

Afrique/Venezuela
Par Olivier Dossou Fado
20 mars 2013
Pourquoi l’Afrique doit impérativement s’inspirer d’Hugo Chavez
.

hugo chavezEl Comandante Hugo Chavez. Source: www.guardian.co.uk
© Copyright www.vr-africa.com, 03/2013

 

Comme il sied en pareille occasion, je voudrais avant tout, saluer la mémoire du Président Chavez décédé le 05 mars 2013 à Caracas au Venezuela. Un immense phare s'est éteint. Hugo Chavez Frias a donc définitivement succombé au mystérieux cancer qui le rongeait depuis plusieurs mois. Il avait 58 ans et venait d'être réélu pour un troisième mandat.

Une perte incommensurable. D'extraction modeste, Hugo Chavez, le "Zambo", métis indo-africain, n'appartenait pas à la caste des élus, celle des descendants des colons espagnols qui ont longtemps trusté le pouvoir d'Etat au détriment des petites gens, en instaura un bipartisme corrompu, oligarchique, et totalement inféodé aux Etats-Unis.
Ces dernières décennies, l'Amérique latine n'a eu de cesse d'offrir au monde entier un champ inouï d'imaginaires et d'innovations politiques dont le noyau essentiel reste la conquête de la souveraineté pleine et entière.
Depuis son accession au pouvoir en 1999, Hugo Chavez fut l'inspirateur, le moteur et le centre de gravité politique de toutes les mutations politiques majeures dans cette partie du monde. L'objectif de cette tribune libre, est de s'inspirer des enseignements d'Hugo Chavez, pour formuler à l'adresse de l'Afrique, un message d'optimisme afin qu'à son tour, celle-ci s'affranchisse totalement du joug néocolonial.

1. Le socialisme révolutionnaire est un humanisme toujours d'actualité...
Face à l'atomisation croissante de nos sociétés, à l'exclusion sociale et à la misère grandissante dans les villes africaines, il urge de redéfinir un nouveau contrat social basé sur un socialisme révolutionnaire. Une sorte de "socialisme de 21è siècle" comme aimait à l'appeler Hugo Chavez lui-même. Chavez l'appelait également "révolution bolivarienne" du nom de Simon Bolivar, héros des luttes d'indépendances en Amérique Latine, parvenu à ses fins grâce à l'apport politique et logistique de la République noire d'Haïti en 1824.
Qu'importe la dénomination qu'on voudra, le primordial restera l'extirpation de la pieuvre néocoloniale et de ses tentacules partout en Afrique. Or cela n'est possible que dans le cadre d'un mouvement politique révolutionnaire qui entrainerait une mutation radicale des institutions, des hommes et des idées dans nos pays.
Par ailleurs, depuis les indépendances nominales de 1960 qui ont surtout consacré la contractualisation asymétrique (post-colonie/métropole) des rapports de domination, la France exerce, plus que de raison, un droit de propriété sur le sol, sous-sol, espace aérien de son ancien pré-carré.  Il faudra y mettre un terme !  Cela ne sera possible que dans un paradigme totalement révolutionnaire, loin du cadre institutionnel émasculateur actuel qui a cours dans nos Etats francophones.
Dans les pays africains, l'impression globale qui se dégage est celle d'une histoire finie, figée, écrite pour nous par autrui. Nous devons être les propres acteurs de notre histoire et non des contemplateurs passifs voire des sujets totalement inertes. La révolution bolivarienne socialiste d'Hugo Chavez nous montre la voie malgré ses défauts inhérents à toute œuvre humaine. L'Afrique doit s'affranchir de la logique des Etats néo-patrimoniaux où sévit néocolonialisme, corruption, crimes, misère, enkystement démocratique et racket institutionnel afin d'édifier de véritables Etats souverains, démocratiques et progressistes.

 

2. Le peuple comme ultime gardien du temple démocratique...
Le bilan politique des années Chavez est celle d'une véritable leçon de démocratie participative contre l'oligarchie des classes possédantes inféodées à Washington.
Lors du pronunciamiento (coup d'Etat) avorté d'avril 2002, ce sont les modestes populations des ranchitos (bidonvilles) qui marchèrent sur le palais présidentiel de Miraflorès pour exiger le retour immédiat de leur président.
En Afrique, nos formes de "démocratie" manquent cruellement d'assises populaires.
Les Chefs d'Etats africains doivent souvent leur pouvoir à l'imposante garde prétorienne qui leur sert de cache-sexe démocratique. La démocratie sous nos cieux, se résume à une kyrielle de zombies institutionnelles à la légitimité souvent douteuse. Ces institutions pourries, oligarchiques, sont centrées principalement autour du Chef de l'Etat, son clan,
ses obligés et son parti-Etat au pouvoir. A cela s'ajoute une ritualisation électorale vide de sens, sans symbolique, et plus grave, sans incidence aucune, sur la vie des petites gens.
Or l'Afrique gagnerait à s'inspirer aussi du modèle démocratique populaire du Venezuela qui n'est certes pas parfait, mais au moins, a le mérite de vivifier la vie politique de ce pays. Depuis 1999 sur toutes les questions essentielles ou accessoires (limitation du mandat, nationalisations du pétrole, révocation du président, élection de conseils communaux et de provinces,...), le peuple vénézuélien est fortement impliqué au quotidien et a toujours porté massivement ses préférences sur celles de son président Hugo Chavez. 
Par ailleurs, ces consultations électorales ont aussi l'intérêt d'élever le niveau de conscience politique de la population qui devient la véritable gardienne de sa souveraineté démocratique. En dernière analyse, il est à noter que sur une quinzaine d'élections démocratiques, Chavez en a remporté quatorze à plus de 10 points d'écarts de ses principaux rivaux politiques en treize années de présidence ! Un record mondial !

 

3. Constitutionnaliser la protection vitale de secteurs stratégiques africains...
Les économies africaines sont structurellement désorganisées depuis la période coloniale.
Cette déstructuration s'est fortement accentuée durant les décennies des Programmes d'Ajustements Structurels (PAS) du début des années 80 jusqu'aujourd'hui.
Ces vagues de privatisations et libéralisation économiques ont affaibli nos capacités à conserver nos secteurs stratégiques dans le giron de l'Etat central. Ce qui entraine comme conséquence que notre souveraineté économique se trouve aux mains des multinationales étrangères. Une dépendance économique qui obère fortement nos politiques de développement dans la mesure où des secteurs aussi vitaux que l'eau, l'électricité, les télécommunications, les voies portuaires, ferroviaires et aéroportuaires sont détenus par des capitaux privés dont l'objectif ultime est l'accumulation de profits à court terme au détriment des missions de service public. Un rapide bilan des secteurs économiques privatisés (eau, électricité, télécoms, ports, chemins de fer...) montre grosso modo une indigence de la qualité de service, des prix trop élevés et une dégradation très avancée du patrimoine cédé aux intérêts privés. Il faut en finir avec cette prédation inadmissible des biens communs à la Collectivité.
A ce niveau, la révolution bolivarienne du Venezuela nous enseigne que l'urgence pour nos Etats, demeure d'abord la protection constitutionnelle des secteurs stratégiques (Sol, sous-sol, ciel et terres arables...) de nos économies africaines par un arsenal législatif très contraignant logé dans un nouveau dispositif constitutionnel.
Quand Chavez arriva au pouvoir en 1999, il organise dans la foulée, un référendum portant sur la nationalisation de l'or noir vénézuélien. Pourquoi? Parce que Hugo Chavez comprend tôt l'importance vitale que revêt le pétrole pour son pays dans les nécessaires reformes sociales qu'il entend mettre en œuvre durant son mandat. Referendum qui sera d'ailleurs, approuvé à plus de 60% par les électeurs vénézuéliens.
Dans ce corpus législatif, les articles 302 et 303 de la Constitution vénézuélienne1  de 1999 stipulent que d'une part l'Etat se réserve la primauté pour des questions d'intérêt national, de nationaliser les secteurs économiques stratégiques vitaux pour des besoins de développement économique national et d'autre part, ces articles renforcent aussi la mission de contrôle du gouvernement dans tous les entreprises et leurs filiales ayant un caractère stratégique pour le Venezuela. L'Afrique doit aller impérativement à cette école!
Il est révoltant de voir nombre de pays africains brader leurs mines, ports, aéroports, et voies ferroviaires sans aucune consultation populaire ni parlementaire !
A ce titre, l'exemple des Ports Autonomes de Lomé, Conakry et Cotonou bradés à l'homme d'affaires français Vincent Bolloré est assez édifiant sur l'incurie de nos dirigeants africains actuels.  Au demeurant, une étude2  récente montre que la multinationale Bolloré Africa Logistics dégage plus de 80% de son chiffre d'affaires en Afrique francophone, soit 2,5 milliards de d'euros ! Or ce droit d'exploiter les ports africains a été acquis souvent en violation du code des marchés publics des pays en africains comme en Guinée-Conakry, au Bénin et au Togo. Inutile de dire que les parlements des pays précités n'ont pas accès aux clauses contractuelles de ces transactions commerciales !

 

4. Vaincre la malédiction des richesses minières en Afrique...
Si le Venezuela joua une part active à la création de l'Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP) lors de la Conférence de Bagdad le 14 septembre 1960, il n'a pas su toujours tirer meilleure partie de la manne pétrolière. Alfonzo Adolfo Perez alors ministre vénézuélien du Pétrole, parla même du pétrole comme étant « l'excrément du diable »! 
Tant l'exploitation du pétrole est souvent porteuse d'une charge particulièrement déstabilisatrice (guerres civiles, putschs, insurrections, corruption...) pour les Etats qui en détiennent d'importantes réserves. Hugo Chavez a su inverser la tendance au péril de sa vie et de son pouvoir. Depuis lors, l'importante manne financière issue des recettes pétrolières a permis en 14 ans, de construire plus de 700.000 logements sociaux depuis 1999, d'abattre l'extrême pauvreté de plus de 50%, de rendre l'éducation et la santé gratuites, de permettre à plus de 83% des jeunes d'accéder à l'enseignement supérieur, d'instaurer un salaire minimum et in fine, de favoriser l'augmentation du standard de vie des vénézuéliens.
Une révolution sociale inédite!  Si Hugo Chavez a ainsi permis une véritable extension du rôle social de l'Etat vénézuélien, en Afrique globalement, l'Etat social a entièrement disparu.
Par ailleurs, en Afrique, les richesses minières de façon générale, n'ont jamais réellement servi les couches sociales marginales. Seule une infime minorité inféodée aux multinationales impérialistes pillent abusivement les recettes issues des industries extractives.
Le Gabon fut appauvri par une classe dirigeante qui s'est longtemps partagée l'argent du pétrole avec les politiques français toutes tendances confondus3.  Ainsi, le pétrole gabonais avec des réserves prouvées de 3,7 milliards de barils4  pour une population de 1, 5 millions d'habitants n'a jamais réellement profité à la population qui croupit dans une misère révoltante. Quant au pétrole du Congo-Brazzaville depuis sa découverte dans les années 1970, il  n'échappe, pas non plus à cette triste réalité. La découverte en 1992/1993 des gisements prometteurs de N'kossa5  évalués à 500 millions de barils au large de Pointe-Noire, a exacerbé les tensions politiques entre le président d'alors, Pascal Lissouba, et Denis Sassou Nguesso, l'obligé de Paris et de la compagnie pétrolière Elf6.  La conséquence logique de cette polarisation politique entre Lissouba et Sassou fut une guerre civile par milices tribales interposées; Cobras (Sassou Nguesso), Cocoyes (Lissouba) épaulées les Ninjas de Bernard Kolélas et leurs différents alliés régionaux (Tchad, Gabon, Angola, Congo RDC, Rwanda,...). Plus de 200.000 morts furent comptabilités durant cette tragédie politique dont la toile de fond reste la maitrise de l'or noir congolais par la France.
Par ailleurs, ce qui est vrai pour le pétrole dans certains pays africains, l'est aussi, mutatis mutandis, pour les autres ressources minières. L'Afrique est abondamment pillé et c'est un secret de polichinelle que de l'affirmer. Un pays comme le Niger, qui connait une pauvreté endémique avec des indicateurs sociaux7  parmi les plus faibles  au monde, nous renseigne sur l'absence de souveraineté économique en Afrique francophone.
L'uranium nigérien est abondamment pillé par la multinationale française AREVA depuis plus de cinquante ans et tous les régimes qui se sont succédés au pouvoir ont été incapables de changer cette donne. L'Etat du Niger aurait perdu pas moins de 20 milliards d'euros depuis 1960  pour un Produit Intérieur Brut (PIB) estimé à 2 milliards d'euros "gracieusement" alimenté par l'Aide Publique au Développement (APD) qui vient principalement du trésor français. Or, une politique  volontariste de nationalisation des sites uranifères et une gestion parcimonieuse et des recettes issues d'une revalorisation du prix au kilo permettraient au Niger de relever le standard de vie des couches les plus précaires. Le Niger peut inverser radicalement la malédiction de l'uranium pour édifier une société prospère et apaisée socialement. Hugo Chavez lui a montré la voie, à elle de s'en inspirer pour s'affranchir définitivement du joug impérialiste français.

En guise d'épilogue, Hugo Chavez est parti à jamais mais ce qu'il a incarné, illuminera encore longtemps l'Amérique latine et toute l'Afrique. Le chavisme continuera d'éclairer tous ceux qui aspirent à un nouvel ordre politique basé sur la justice sociale, le progrès émancipateur et la solidarité envers les plus pauvres. Dans cette quête politique, l'Etat socialiste révolutionnaire est une voie d'avenir qu'il importe de réenchanter partout en Afrique.
Enfin, il est scandaleux de voir qu'aucun dirigeant africain de premier plan, n'ait fait le déplacement de Caracas afin de rendre un dernier hommage au Président Hugo Chavez, excepté Teodoro Obiang Nguema Mbasogo de Guinée Equatoriale. Quelle lâcheté !
Pourtant nul n'ignore que le Venezuela d'Hugo Chavez, accessoirement membre observateur de l'Union Africaine, a augmenté significativement sa coopération en direction de l'Afrique ces dernières années.

Olivier DOSSOU FADO
Mouvement pour la Renaissance Africaine (MORAF)
Bruxelles, le 19 mars 2013.
----
www.guardian.co.uk

1...  Voir Camille Forite, La diplomatie pétrolière du gouvernement Chávez en Afrique : pour une projection du « socialisme du xxie siècle » ? Revue RITA, 2012.
2...  Cfr http://www.agenceecofin.com/bourses/0603-9382-l-afrique-represente-80-des-profits-du-groupe-bollore
3...   Voir à cet effet,  François Xavier Verschaeve, La Françafrique : Le plus long scandale de la République,1998, Stock, 380 p
4...  Voir à cet effet le rapport de British Petroleum Review 2011, qui évoque 3, 7 milliards de barils en réserves prouvées.
5...  C'est le nœud gordien de la guerre civile congolaise entre les sociétes pétrolières Oxy (USA) et Elf (France) d'une part et leurs alliés respectifs Lissouba (Oxy) et Sassou Nguesso (Elf), in Patrice Yengo, La guerre civile du Congo-Brazzaville, Karthala 2006, page 189 à 191.
6...  Voir notamment le rôle direct de Elf via sa banque d'affaires FIBA, dans le financement de l'équipement militaire de Sassou Nguesso durant la guerre civile de 1997, ibid. pages 319 à 321.
7...  Le Niger est classé au niveau de l'Indice de Développement Humain (IDH) en 2011, 186 sur 193 avec  une politique de scolarisation et de santé très déficiente.

 

http://vr-africa.com/2013/03/pourquoi-lafrique-doit-imperativement-sinspirer-dhugo-chavez/


«

»

 

 

Un site à découvrir :

 

,

la voix de l'Afrique LIBRE

 

 

JT 27 MARS 2013 vision92700- marche pour la libération Gbagbo le 31 Mars 2013

 

Marche pour la libération de Gbagbo

le 31 mars 2013

 

...
.

 

Partager cet article

Repost0
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 01:40

 

Roger Waters, figure emblématique des Pink Floyd, appelle au boycott d’Israël

 

 

 
 

 

Porté à la boutonnière, son attachement indéfectible à la Palestine aurait pu devenir un hymne à la résistance s’égrenant sur sa guitare au rythme de mots qui résonnent, Roger Waters, le bassiste de légende et membre fondateur des Pink Floyd, est de cette trempe d’artistes qui ne craignent pas de troquer leur habit de lumière contre celui d’artistes maudits...


Sur la scène publique de l’appel au Boycott d’Israël et de la condamnation de son impérialisme inassouvi, illégal mais impuni, les stars, auréolées de gloire, ne se bousculent pas au portillon pour décrocher le premier rôle, préférant, en l’occurrence, l’ombre à la lumière. Ce n’est pas le cas de Roger Waters, qui a choisi de s’exposer sous ces feux de la rampe-là, depuis son séjour électrochoc en Cisjordanie en 2006, au cours duquel sa prise de conscience a trouvé un exutoire : peindre, sur le mur de la honte, l'inscription « Nous n’avons pas besoin d’un contrôle de la pensée », extraite du célébrissime titre des Pink Floyd « Another brick in the Wall (part 2)».


Dès lors, Roger Waters n’a eu de cesse de briser la chape de plomb du silence, rejoignant les rangs du mouvement BDS (Boycott, Désinvestissements, Sanctions), dont il est l’un des plus fervents avocats. Membre du Tribunal Russell sur la Palestine, qui a récemment recommandé aux Nations unies de réinstaurer le Comité spécial contre l’apartheid afin de dénoncer les pra­tiques d’Israël envers les Pales­ti­niens, Waters, l’activiste pro-palestinien, a accusé le gouvernement de Netanyahu d’être un régime d’apartheid sur le site The Electronic Intifada, insistant sur les similitudes saisissantes avec les pires moments de l’apartheid en Afrique du Sud.


Si les ambassadeurs de la politique conduite par Israël sont légion, les partisans de son boycott sont aux abonnés absents dans le showbusiness, une désaffection à laquelle compte bien remédier Roger Waters en sensibilisant, dans une lettre ouverte, ses pairs de l’industrie de la musique à la cause palestinienne.


C’est également par écrit que l’ex-auteur-compositeur des Pink Floyd a réussi à ouvrir les yeux au géant de la musique Stevie Wonder, en l’appelant à ne pas se produire lors d’une soirée de bienfaisance, le 6 décembre 2012, organisée par "les amis des Forces de Défense d’Israël". "Je lui ai dit que s’il donnait ce concert, ce serait comme jouer lors du bal de la police à Johannesburg, le lendemain du massacre de Sharpeville en 1960. Ce ne serait pas une bonne chose à faire, d’autant plus qu’il est investi d’une noble mission par l’ONU : celle de prêcher la paix. Je ne suis pas le seul à avoir tenté de le dissuader, Desmond Tutu l'a interpellé dans ce sens, de son côté", a déclaré Roger Waters, tout en déplorant vivement que le revirement de Stevie Wonder, qui a choisi d’annuler son concert, ait été passé sous silence dans un black-out médiatique toujours aussi assourdissant.

Il n'y a guère que l'omerta qui se fasse écho par-delà les océans, dès que l'on ose égratigner le vernis de la "seule démocratie du Proche-Orient".

 

http://oumma.com/16179/roger-waters-figure-emblematique-pink-floyd-appelle-bo?utm_source=Oumma+Media&utm_campaign=569ed533bf-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email


 

boycott.israel.jpg

 

 

Les sionistes dénoncent ceux qui appellent au boycott.

Et pourtant, ils utilisent l' "arme" du boycott, aussi ! Extrait :

 

 

http://effondrements.wordpress.com/2012/05/19/leffarante-histoire-du-sionisme/


 


En 1933, quand l’Allemagne refusa de se plier aux exigences sionistes à la conférence d’Amsterdam qui se clôturera sans avoir entamé la résilience allemande, le président de cette conférence et chef de la délégation américaine, Samuel Untermeyer, la quitta aussitôt pour retourner aux USA. Du bateau, il transmit par le biais des studios de la CBS (Columbia Broadcasting System) un discours qui passa sur tout le territoire américain et fut publié le 7 Aout 1933 dans le New York Times : « le sionisme international maintenant appelle à la guerre sainte contre l’Allemagne. Nous sommes maintenant engagés dans une bataille sacrée contre les allemands. Nous allons les forcer à se rendre. Nous allons exercer un boycott international contre eux qui les détruira du fait qu’ils dépendent exclusivement de leurs exportations…. Ce boycott économique est notre moyen d’auto défense ; le président Roosevelt l’a soutenu dans le programme de l’administration de reprise nationale. »C’est un fait que 2/3 des besoins alimentaire allemands devaient être importés. Ils devaient donc beaucoup exporter pour se les payer. . Sans çà, l’Allemagne allait mourir de faim. Mais aux USA, quiconque ne respectait pas les lois du New Deal se voyait aussi boycotté, même si ces lois furent déclarées inconstitutionnelles par la cour suprême américaine. Les juifs de par le monde déclarèrent donc un boycott contre l’Allemagne qui fut tellement efficace qu’il ne fut plus possible de trouver dans un magasin un produit ’’ MADE IN GERMANY’’. Un représentant de la Woolworth Company rapporta qu’ils avaient du jeter des millions de Dollar en vaisselle dans la rivière ; parce que leurs magasins auraient été boycottés si quiconque avait trouvé des assiettes portant la mention ’’ MADE IN GERMANY’’. Ils auraient tout simplement subi des manifestations avec des slogans « Hitler assassin ».

 

 

 

Notre dernier espoir !

Au début, les Allemands ne surent comment réagir contre ceux qui les soumettaient à un boycott qui entraînait tous les salariés au chômage. Ce fut un total désarroi. Ils se mirent à dessiner des swastikas (croix gammée) sur les murs des magasins juifs. Car pourquoi diable un allemand irait donner son argent à un commerçant faisant partie d’un blocus international poussant l’Allemagne à la famine ? Se demandèrent-ils. Le boycott dura un certain temps ; mais en 1938, quand un jeune juif polonais fit irruption dans l’ambassade allemande à Paris pour tirer sur un diplomate allemand, le tuant de sang froid, les allemands devinrent alors réellement durs avec les juifs. Quelques uns de leurs magasins furent alors attaqués.

 

..

Des liens envoyés par SOS-JUSTICE :

 

 

  

Voir aussi :

Shlomo Sand : « L’invention du peuple juif »
Conférence de novembre 2011 à New York
http://realinfos.wordpress.com/2013/02/22/shlomo-sand-linvention-du-peuple-juif/

 

Luc Ferry: Sionisme, Khazars et invention du peuple juif

Je suis un khazar fier de l’être (Haaretz)

http://www.legrandsoir.info/Je-suis-un-khazar-fier-de-l-etre.html

Le fondateur d'Israël : Théodore Hertzl sioniste et .. antisémite

http://www.partiantisioniste.com/actualites/theodor-herzl-fondateur-d-israel-un-antisemite-video-1054.html

Théodore Herzl et l’utopie d’Israël de Raymond TROUSSON
Nous apprenons dans cet écrit à la page 6 que les sionistes avaient le choix pour installer leur colonie, entre la Palestine et l'Argentine.
Donc la Palestine n'était pas leur pays historique !
Bizarre que le nouveau PDG du Vatican soit d'origine Argentine, non ?
http://www.arllfb.be/ebibliotheque/communications/trousson140392.pdf

Judaïsme n'est pas sionisme !

http://bestofactus.wordpress.com/marre-des-sionistes-antisemites/
Le juif n'est pas sémite, il est d'origine Khazar ! Parce que les vérités doivent être dites
http://mutien.com/site_officiel/?p=2288
 
 

L’effarante histoire du sionisme - le royaume Khazar

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=dvWxoYULWrw

Difficile après çà de croire en leur loyauté ! De plus, n’ont-ils pas créé un réseau dans le monde entier, qui collabore avec le Mossad ? Ces juifs de la diaspora, se nomment les « Sayanim », c’est-à-dire les informateurs en hébreu. D’après Jacob Cohen, ils seraient dans les 3.000 en France et se recruteraient au sein du B’NAI B’RITH (une franc-maçonnerie juive internationale) et autres organisations juives nationales comme le CRIF. Un livre est paru sur ce sujet : « Le printemps des Sayanim » aux éditions l’Harmattan.

http://info-palestine.net/article.php3?id_article=9047

http://jacobdemeknes.blogspot.com/

http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/article-le-printemps-des-sayanim-recit-de-jacob-cohen-50005415.html

 

C’est ainsi que de nombreux attentats ont pour origine le Mossad, mais exécutés avec l’aide des Sayanim, ils sont bien plus difficiles à détecter. Les attentats de Buenos-Aires par exemple :

http://www.voltairenet.org/article141896.html


Pour plus d’informations sur le sionisme, on se doit d’écouter le discours de Freedman (1890-1984) en 1961, à l’hôtel Willard de Washington DC.

http://www.dailymotion.com/video/xiphun_discours-benjamin-freedman-1961-partie-1_news

http://www.dailymotion.com/video/xipiaa_discours-benjamin-freedman-1961-partie-2_news

http://fr.wikipedia.org/wiki/Benjamin_Harrison_Freedman


http://lougris.over-blog.com/article-adolf-et-les-rothchild-84161449.html

http://lougris.over-blog.com/article-nazies-nazies-95921979.html

http://lougris.over-blog.com/article-la-loi-rothschild-cause-de-l-endettement-de-la-france-97378259.html

http://lougris.over-blog.com/article-la-redemption-de-schindler-102525679.html

http://lougris.over-blog.com/article-howard-gutman-un-juif-defie-israel-102932692.html

http://lougris.over-blog.com/article-le-peuple-juif-invente-104025810.html


Comment le peuple juif fut inventé

Juif_invente

                  A en croire l’académicien juif Chlomo Sand, dans son ouvrage  » Comment le peuple juif fut inventé « , les authentiques israélites, à savoir les vrais descendants du prophète Israël, allias Jacob,

Je suis un khazar fier de l’être (Haaretz)

http://www.legrandsoir.info/Je-suis-un-khazar-fier-de-l-etre.html

————————————————————

genocide_des_juifs_sepharades_par_les_sionistes

Le génocide des juifs séfarades par les sionistes : « Les enfants de la teigne » : 60 ans de secret …
http://www.scoop.it/t/best-of-news/p/2380433672/le-genocide-des-juifs-sepharades-par-les-sionistes

————————————————————

La télé israélienne dénonce l’imposture de Hertzl sioniste et .. antisémite !
Hertzl_histoire_sionisme

1/4 : http://www.dailymotion.com/video/xemr61_l-histoire-interdite-du-sionisme-1s_newsundefined
2/4 : http://www.dailymotion.com/video/xemr65_l-histoire-interdite-du-sionisme-2s_news
3/4 : http://www.dailymotion.com/video/xemr69_l-histoire-interdite-du-sionisme-3s_news
4/4 : http://www.dailymotion.com/video/xemr6g_l-histoire-interdite-du-sionisme-4s_news

————————————————————

Shmiel Mordche BORREMAN de l'association d'Etude Yechouroun Judaïsme contre sionisme.

Discours officiel du Rabbin M. Shmiel Mordche BORREMAN de l’association d’Etude Yechouroun Judaïsme contre sionisme.
http://www.dailymotion.com/video/x6ryyx_le-judaisme-juge-le-sionisme_news

  • « Les sionistes abusent des appellations Israel et SIon« 
  • « Le sionisme est un attentat contre l’identité juive« 
  • « L’oppression sioniste est une tragédie pour les juifs authentiques« 
  • « Le sionisme est une rébellion satanique contre la Torah« 
  • « S’opposer au sionisme et à ses crimes n’est pas anti-juif, bien au contraire« 
  • « Le sionisme et le judaïsme authentique sont diamétralement opposés« 
  • « Nous exigeons le démantèlement du régime sioniste« 
  • « Nous prions pour toutes les victimes du sionisme« 

(Rabbin Mordche BORREMAN)

————————————————————

rabbin_yisroel_weiss_fox_news

L’éminent Rabbin Weiss de « juifs unis contre le sionisme » rappelle les bases du judaisme et la parole du Grand Rabbin de Jérusalem avant l’invasion sioniste.
http://www.dailymotion.com/video/xn5qjo_aveux-stupefiants-d-un-rabbin-la-vie-serait-meilleure-si-israel-n-existait-pas_news

  • « Le grand rabbin de Jérusalem ne voulait pas d’un état sioniste »
  • « La propagande sioniste a manipulé les juifs pour les éloigner du judaisme »
  • « La vie était meilleure pour les juifs avant l’état sioniste »

(Rabbin Yisroel WEISS)

————————————————————

Jubilprod_iran_communaute_juive

L’Iran est le pays où vit la + grande comm. juive du Moy.Orient (+ la mieux intégrée dep. 30 siècles)
http://www.youtube.com/watch?v=I5hvJJc1LgM

.

Ahmadinejad_prix_de_la_torah

/NB:Ahmadinejad recoit 1 distinction par le Jury Mondial de la Torah :
http://www.scoop.it/t/envracfr/p/2830729690/ahmadinejad-recoit-a-new-york-une-distinction-de-la-part-du-jury-mondial-de-la-torah

————————————————————

norman_finkelstein

Dr Norman G. Finkelstein juif et parents déportés et… farouchement antisioniste !
http://www.youtube.com/watch?v=U3Y3AO5AdBk

————————————————————

deffamation

Yoav Shamir, 1 juif Israélien infiltre la Defamation League et dénonce la manipulation
http://cmick23r.wordpress.com/2012/06/22/defamation-video-en-9-parties-sous-titree-en-francais/

————————————————————

Pierre_stambul

Pierre Stambul, juif et parents déportés et…. farouchement antisioniste ! dai.ly/sre0lB
http://www.dailymotion.com/video/xbaqvv_pierre-stambul-juif-francais-et-ant_news

————————————————————

Comprendre la différence entre juif et sémite

http://wp.me/p2QAH5-nm.

————————————————————

kicked_by_aipac_lobby_Rae Abileah

Rae Abileah : 1 militante juive opposée à Israël agressée par des sionistes antisémites
http://tedstein.com/2011-05-25/rae-abileah-assaulted-pro-aipac-thugs?page=5

————————————————————

BHL_perfide

BHL blasphème la religion juive et s’autoproclame « Le Représentant de la tribu d’Israël » !!
http://bestofactus.wordpress.com/bhl-le-belliciste/

————————————————————

jacob_cohen_1

Jacob Cohen, auteur du livre à propos du deux poids deux mesures :
http://www.youtube.com/watch?v=XrmMCsTb5a4

.

jacob_cohen_2

Jacob Cohen à propos du sionisme « la plus belle arnaque du siècle » :
http://bestofactus.wordpress.com/2012/12/02/dieu-ne-repasse-pas-a-bethleem-de-jacob-cohen-par-franck-abed/

————————————————————

genie_juif

Comprendre que ceux qui possèdent véritablement le « génie juif » rencontrent de facto la communauté d’esprit des honnêtes gens
http://bestofactus.wordpress.com/2012/11/01/alain-soral-cite-souligne-les-plus-grands-genies-juifs-de-lhumanite-dont-jesus-christ/

————————————————————

*!* IMPORTANT *!* [A DIFFUSER]

Comment demain l’élite sioniste trahira à nouveau les juifs eux-mêmes (notamment le petit peuple israélien) en le sacrifiant volontairement dans un projet immonde de nouvelle guerre mondiale (The Great Deception)
http://wp.me/p2QAH5-pa

 

Le sionisme n’est pas une fatalité…

Le sionisme est-il http://wp.me/P2QAH5-p Le grand vecteur de l’antisémitisme ?

Le sionisme n’est pas seulement responsable de l’antisémitisme http://wp.me/P2QAH5-p C’en est la forme, la + exacerbée

Le peuple juif est martyr : d’abord parce qu’il est fourvoyé, abusé, puis sacrifié par http://wp.me/P2QAH5-p par sa propre élite, traitre

Les juifs doivent se détourner du sionisme de leur élite traitre http://wp.me/P2QAH5-p pour échapper à la « grande déception »

Les juifs s’étant détournés de Dieu, fourvoyés par leur élite http://wp.me/P2QAH5-p seront sacrifiés par ces mêmes corrupteurs

http://bestofactus.wordpress.com/marre-des-sionistes-antisemites/

 

 
Marre des sionistes antisémites ! | BEST OF NEWS | Scoop.it

Partager cet article

Repost0
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 03:11
La Nation - 2010
http://www.lacollectionducitoyen.fr/fr/patrimoine-et-histoire/92-la-nation.html
.

 

POUR COMBATTRE LE CAPITALISME ET L'EXTRÊME DROITE :

SE RÉAPPROPRIER L’IDÉE DE NATION

Par le Mouvement politique d’émancipation populaire (M’PEP).

Le 24 mars 2013.


C’est un fait ! Prononcez le mot « nation » et vous serez qualifié de ringard, tout de suite soupçonné de « nationalisme ». Sortez un drapeau tricolore ou défendez la langue française, et immédiatement vous apparaîtrez chauvin, cocardier, etc. Et bien sûr vous serez, en plus, soupçonné d’être sympathisant… du Front national !

Vous voulez passer pour quelqu’un de moderne, progressiste, ouvert sur le monde ? Alors parlez de « libre-échange », de « mondialisation », de « construction » européenne, de « gouvernance »... Soyez contre tout cela et on vous accusera de prôner le repli nationaliste et d’être… pour la guerre !

Pour imposer le système capitaliste et son modèle de société, ses défenseurs mènent une véritable guerre idéologique. En disqualifiant l’idée de nation, en la rendant « has been », voire dangereuse… les classes dirigeantes souhaitent en finir avec la nation, devenue un cadre trop gênant pour l’expansion de leurs profits. Ils ont en effet compris que la nation constitue le seul et unique espace de souveraineté des peuples. Il n’existe pas de souveraineté populaire sans souveraineté nationale. Par conséquent, faire disparaître la nation c’est faire disparaître la démocratie… c’est limiter la capacité d’action des peuples à décider de leur avenir.

(…)


Pour lire la suite, cliquez ci-dessous :
http://www.m-pep.org/spip.php?article3245

 


.

Simplement "penser français avant de penser finance internationale".

Sur cette coïncidence où Jean-Luc Melenchon est traité d’antisémite 2 jours après avoir dit qu’il « choisit la souveraineté des peuples » plutôt que l’euro...

http://rupturetranquille.over-blog.com/article-la-nation-contre-l-extreme-droite-116502667.html

Pour combattre le capitalisme et l’extrême droite : se réapproprier l’idée de nation.

File:Valmy Battle painting.jpg

 

C’est un fait ! Prononcez le mot « nation » et vous serez qualifié de ringard, tout de suite soupçonné de « nationalisme ». Sortez un drapeau tricolore ou défendez la langue française, et immédiatement vous apparaîtrez chauvin, cocardier, etc. Et bien sûr vous serez, en plus, soupçonné d’être sympathisant… du Front national !


Vous voulez passer pour quelqu’un de moderne, progressiste, ouvert sur le monde ? Alors parlez de « libre-échange », de « mondialisation », de « construction » européenne, de « gouvernance »... Soyez contre tout cela et on vous accusera de prôner le repli nationaliste et d’être… pour la guerre !


Pour imposer le système capitaliste et son modèle de société, ses défenseurs mènent une véritable guerre idéologique. En disqualifiant l’idée de nation, en la rendant « has been », voire dangereuse… les classes dirigeantes souhaitent en finir avec la nation, devenue un cadre trop gênant pour l’expansion de leurs profits.


Ils ont en effet compris que la nation constitue le seul et unique espace de souveraineté des peuples. Il n’existe pas de souveraineté populaire sans souveraineté nationale. Par conséquent, faire disparaître la nation c’est faire disparaître la démocratie… c’est limiter la capacité d’action des peuples à décider de leur avenir.


Ils s’y emploient donc activement. La gauche les regarde sans réagir, elle-même empêtrée dans un rêve « alter » mondialiste (qu’elle confond avec son idéal internationaliste) où la nation est remplacée par une hypothétique « gouvernance mondiale ».

Guerre culturelle

Faire disparaître la nation passe donc par un travail idéologique qui consiste à en faire une idée du passé. Cela passe aussi par un impérialisme culturel qui consiste (entre autre) à imposer la langue des affaires (l’anglais) comme la langue « naturelle », via des productions culturelles standardisées réalisées par les multinationales anglo-saxonnes (voir à ce sujet les excellentes analyses et initiatives de l’association C.O.U.R.R.I.E.L (www.courriel-languefrancaise.org))

Guerre institutionnelle

Pour mettre en œuvre leur stratégie de « mondialisation » qui consiste à réorganiser la production à l’échelle de la planète afin de maximiser les profits, les classes dirigeantes doivent détruire les espaces qui ont permis les conquêtes sociales. En effet, l’Histoire nous apprend qu’aucune lutte sociale n’a jamais abouti en dehors des cadres nationaux. Aucune conquête sociale n’est possible sans indépendance nationale.


Pour remplacer la nation, ils ont donc inventé des institutions supranationales : l’OMC, le FMI, l’Union européenne. Toutes ces institutions fonctionnent en fait de manière anti-démocratique : les peuples n’ont jamais voix au chapitre. Pour s’en convaincre il suffit de se poser la question : « à quel moment la voix des peuples a-t-elle été prise en compte dans cette fameuse « construction européenne ?  ».


D’ailleurs une démocratie pourrait-elle émerger au niveau européen alors qu’il n’existe pas de peuple européen, qu’il n’existe pas de nation européenne ? Autre question : serait-il souhaitable d’avoir un gouvernement européen ? Et pourquoi pas un gouvernement mondial… ? Voilà un scénario orwellien peu désirable.

 

La gauche en déshérence idéologique

Les positions de la « gauche de gauche » - ne parlons même pas de la « gauche » qui n’est pas de gauche - sur ces questions sont très inquiétantes. En effet, elle semble elle-même engluée dans ce discours idéologique dominant. Ainsi, pour certains dirigeants du Front de Gauche, une éventuelle explosion de l’Union européenne et de la zone euro conduirait à « un retour des nationalismes en Europe ». Mais c’est déjà le cas ! La montée des partis d’extrême droite au sein des pays membres de l’UE en témoigne ! Les causes principales sont les politiques d’austérité qui mettent les peuples dans la misère et les mettent en concurrence. Alors, est-ce le fait que les peuples retrouvent demain leur souveraineté qui constitue un risque de guerre, ou bien le fait que l’Union européenne continue à exister et à imposer ses politiques d’austérité ?


Ces inquiétudes reposent en réalité sur une chimère idéologique construite par les classes dirigeantes et ressassée à longueur de temps dans les grands médias et qui pourrait se résumer ainsi : « l’Union européenne c’est la paix, le retour aux nations c’est la guerre ».

 

Quand la nation est associée au Front national

Alors que la droite et l’ensemble de la gauche sont devenues mondialiste et européiste, que les gaullistes ont disparu, que le Parti communiste n’ose plus associer le drapeau tricolore au drapeau rouge, le Front national peut s’approprier à lui seul l’idée et les symboles de la nation. Et réciproquement l’idée de nation finit par être assimilée… au Front national !


Or le FN défend une vision étriquée de la nation réduite à sa seule dimension identitaire. Ce discours identitaire sert avant tout à dresser les citoyens les uns contre les autres pour éviter de pointer les véritables responsables de la crise. Le rôle du Front national dans la vie politique française est donc clair : finir de diaboliser l’idée de nation, masquer les vrais problèmes et diviser le peuple. Loin d’être un parti antisystème, comme il prétend l’être, il est en réalité un agent au service du système et des classes dirigeantes !


Il n’empêche que la montée du vote Front national est bien réelle. L’insécurité sociale et psychologique dans laquelle sont plongés les citoyens (une insécurité permanente organisée par les classes dirigeantes) les amène à rechercher des repères, des « valeurs sûres ». La nation fait partie de ces repères. Il y a donc toutes les chances pour que le FN continue de progresser en se faisant le chantre de la défense de la nation, et en se camouflant derrière un pseudo discours social !

La gauche doit se réveiller !

Face à ce danger, la gauche doit se réveiller. Elle doit se réapproprier l’idée de la nation. Elle doit comprendre que le capitalisme n’a aucun intérêt à voir les nations continuer à exister… tout simplement parce que leur existence gêne sa propre expansion. Comme nous le proposons au M’PEP, la gauche doit s’émanciper du mythe du libre-échange et repenser les relations internationales entre des nations libres et indépendantes, coopérant entre elles, sur les bases de la Charte de la Havane


Concrètement il s’agit de sortir des institutions supranationales que sont l’OMC, le FMI, l’OTAN, la Banque mondiale et l’UE pour reprendre notre souveraineté (monétaire, industrielle, écologique, culturelle, etc.). Les classes populaires qui souffrent des politiques néolibérales mises en œuvre par l’OMC et l’UE n’ont rien à perdre et tout à gagner.


Pour aller plus loin :

Placer la souveraineté des peuples au centre du débat politique :

  http://m-pep.org/spip.php?article508

Souveraineté, démocratie et institutions internationales :

  http://www.m-pep.org/spip.php?article3196

 

 

http://rupturetranquille.over-blog.com/article-la-nation-contre-l-extreme-droite-116502667.html

 

.

 

Partager cet article

Repost0
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 16:30

 

Je propose d'étendre l'action devant les Rédactions TV, devant la Presse ! (eva R-sistons)

 

banques-cartel-a-table.jpg

 

 

1 : Cet évènement est sérieux, ce n'est pas une blague, c'est une idée reprise et relancée différemment, nous ne pourrons pas empêcher les plaisantins, et de toute façon ça fait du bien de se marrer un peu, mais , une fois encore, ceci n'est pas une plaisanterie.

!!Cet évènement est APOLITIQUE : toute promotion de tel ou tel parti sera supprimé !!

2 : Depuis le lancement de cet évènement ( vendredi 22 mars 2013 ) , nous sommes :

220 participants
59 indécis
6274 invités

3 : Le but étant de faire effet boule de neige, nous invitons toute personne à diffuser, à partager à outrance sur tous les réseaux sociaux, dans l'IRL…. Bref partout. nous invitons chaque participant et les autres à inviter tous leurs amis/connaissances.

4 : ceci est une manifestation populaire pacifique, dont le but est la volonté de transparence, le changement ( le vrai cette fois ..) de ce système bankster qui a désormais le pouvoir sur le bien être des populations, sur nos élus qui ne sont plus qu'à leur botte à ce jour. Les choses vont s’accélérer, et se détériorer encore plus.
Esclaves de la dette ! Réveillez-vous !

5 : nous invitons toute personne à partager ici des documents acceptables et des sources valables (un minimum), à les argumenter, à en débattre, dans le respect de chacun.

6 : L’évènement prendra effet lorsque nous serons au minimum 1000 participants, et se poursuivra tant que les médias ne relayeront pas cette protestation du peuple et ce jusqu'au 22 mars 2014 si nécessaire , ce qui nous laisse UN AN jour pour jour depuis le lancement de cet Evénement .. Nous sommes grecs, nous sommes chypriotes, nous sommes espagnols, italiens, nous sommes sous le joug des banksters. Cela suffit ! A nous de nous faire entendre, de quelque manière que ce soit.

soyons créatifs ! Rassemblons plutôt que de nous disperser.

http://www.facebook.com/events/548414471866099/

 

OPÉRATION JE DEPOSE MES POUBELLES DEVANT LES BANQUES
PARTOUT EN FRANCE METROPOLITAINE ET AUTRE .
  • PARTOUT EN FRANCE METROPOLITAINE ET AUTRE .
  • Les ordures avec les ordures.
    Ras le cul de la marchandisation de l'éducation..

    L’évènement prendra effet lorsque nous seront au minimum 1000 participants, et se poursuivra tant que les médias ne relayeront pas cette protestation du peuple. Nous sommes grecs, nous sommes chypriotes, nous sommes espagnols, italiens, nous sommes sous le joug des banksters. Cela suffit ! A nous de nous faire entendre, de quelque manière que ce soit.

Partager cet article

Repost0
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 16:46

 

 

OPPT-France

 

 

 

Le One People’s Public Trust ou OPPT * est constitué d’un groupe d’avocats très compétents qui, dans le cadre du système judiciaire, a décidé quelques années en arrière, de se dresser contre le système afin de corriger les injustices, dont ils étaient témoins. Pour commencer leur investigation, ils décidèrent, de dénoncer les malversations faites par les banques avec l’argent public. Cet argent est employé par les banques à des fins privées et s’avère souvent en relations directes avec la majorité de tous les crimes : Crime contre l’humanité, contre la souveraineté du citoyen, crimes judiciaires et commerciaux, etc. et qui inclue sans limites, la violation de la paix, les outrages, la servitude involontaire, l’escroquerie, la coercition, l’utilisation de la force, le vol, le découragement, les actes et pratiques trompeuses, etc.

Ces courageux avocats ont décidé de renverser le système avec ses propres règles. Ils ont mené une série d’investigations très complexes où ils ont repris le Public Trust, crée dans le cadre de la constitution des Etats Unis. Ils ont inscrit tous les habitants de la planète et ont suivi une procédure judiciaire où les défenseurs sont tous les débiteurs et l’accusation, non seulement le système bancaire mais aussi toutes les multinationales abusant de ces mêmes citoyens...Une fois les dossiers constitués, ils leurs ont demandé de contester l’accusation, ce qu’ils n’ont pas fait, bien sûr.

La défense a donc entamé des poursuites allant jusqu’à la saisie complète et la clôture d’ entités légales du système dans leur totalité.

Parallèlement à cela, fut créée une structure de base d’un autre type de gouvernance appelé le CVAC (Centre de Valeur des Actifs du Créateur). Le CVAC est une structure légale très bien constituée.

Qu’est-ce donc que l’OPPT ? C’est une organisation légale constituée par nous tous, chaque individu de la planète. Y sont inclus les capitaux de la planète, c’est à dire tout ce qui a une valeur, aujourd’hui, principalement l’or et l’argent, et qui a été consigné en propriété par le Trust. Il est important de préciser que dans l’OPPT, c’est tout les individus de la planète qui sont concernés, personne n’est mis à l’écart, il n’y a pas de frontières, pas de gouvernements et pas de multinationales. L’OPPT est donc une organisation derrière laquelle tous les individus de la Planète se positionnent pour dénoncer les injustices commises à leur insu et dont le but principal est de récupérer les richesses volées afin qu’elles soient redistribuées de manière égale .

Note : CVAC= Creator’s Value Assests Centre

* Comprendre " Groupement Public du peuple Uni "

 

OPPT SAISIT LEGALEMENT ...

 

One People’s Public Trust (OPPT) saisit légalement les avoirs des grandes entreprises, des Banques et des Gouvernements, pour abus d’esclavage et usage de systèmes monétaires privés.


http://wakeup-world.com/2013/02/18/all-corporations-banks-and-governments-lawfully-foreclosed-by-oppt/
17 février 2013
Par Andy Whiteley
Co-fondateur de Wake Up World


Beaucoup d’entre vous en ont entendu parler… beaucoup d’autres pas du tout. Annoncé publiquement le 25 décembre 2012, le système de « Multinationale Gouvernementale » a été saisi. Saisi en toute légalité… via l’un de ses propres mécanismes. Les « pouvoirs en place » sont maintenant les « pouvoirs du passé ». Toute dette a été effacée et les entreprises incluant, sans limite, les Multinationales Gouvernementales, et les Banques – ont été saisies.
Bien entendu, ils pourront continuer leur jeu en espérant que nous continuerons à jouer avec eux. Mais grâce à une série d’investigations menées par One People’s Public Trust (connu sous le nom de OPPT) dans le cadre du C.C.U. (Code de Commerce Uniforme), le choix est désormais de notre côté.
Un nouveau cadre légal pour une gouvernance sociale est maintenant en vigueur, un fait qui a été ratifié légalement par le cadre juridique contrôlé par son prédécesseur.
Automatiquement et pour ainsi dire… NOUS SOMMES LIBRES !!!
(Mettez-vous à l’aise - c’est un article long, mais c’en est un que vous ne pouvez rater !!!)

One People’s Public Trust
Le jugement des poursuites judiciaires menées par OPPT à la cour a entraîné beaucoup d’agitation. Et à juste titre ! Le potentiel pour le changement positif qu’il a généré est d’une IMPORTANCE CAPITALE !

Mais avant d’en arriver aux conséquences, j’aimerais vous présenter « les faits » et « comment cela s’est passé ».

La multinationale Gouvernementale sous contrôle et les principaux médias sous contrôle, refusent d’annoncer leur propre disparition – pour une raison évidente. Ainsi, en tant que citoyens planétaires informés, je crois que notre rôle est de comprendre ce qui est arrivé, de comprendre comment, afin d’informer les autres … et finalement pour initier le mécanisme de changement mondial que nous attendons tous.
Mais tout d’abord, un tour d’horizon de la réalité.
Avant de poursuivre, permettez-moi de formuler quelques faits marquants.
1) Les Gouvernements étaient des multinationales. Le phénomène de la multinationale Gouvernementale n’est pas seulement démontré par le fait que les « Gouvernements » se comportent comme des Bénéficiaires (non comme des Administrateurs) du Gouvernement supposé en place, mais de nombreux documents, apportant la preuve, le démontrent aussi ! Les Etats-Unis, le Canada, l’Australie, Le Royaume Uni, la France, l’Italie, le Japon, l’Afrique du Sud… et la liste est longue… sont tous des multinationales basées aux Etats-Unis, et enregistrées en tant que telles auprès de la Commission des Opérations de Bourse des Etats-Unis… (S.E.C) et agissent de la sorte à nos dépens. « Ce Système » est oligarchique par nature, dans la mesure où il est destiné seulement à offrir le profit « à quelques-uns », alors que nous autres travaillons pour l’alimenter.

2) Les individus étaient des entreprises privées : A la naissance, un acte de naissance est signé par vos parents, qui est utilisé ensuite par la Multinationale Gouvernementale pour alimenter un Trust en votre nom. Ce Trust permet de cautionner votre fond de garantie, et « un compte en fond de garantie » est créé et financé sous votre propre nom. Vous êtes le bénéficiaire de ce Trust… mais personne ne vous signifie qu’il existe. Si vous ne faites pas un acte testamentaire à l’âge de 7 ans, la Multinationale Gouvernementale vous considère comme décédé – selon la loi maritime – et vous êtes officiellement considéré « comme disparu en mer » par le système. Sérieusement. C’est alors que la Multinationale Gouvernementale assure ensuite le contrôle financier de vos avoirs, en toute connaissance de cause. Elle sait que la plupart d’entre nous vivons de fait au-delà de l’âge de 7 ans, et continue à nous considérer comme des esclaves vivants. Les fonds de garanties générés par la monétisation de votre vie – vous utilisant comme cautionnement – vous sont prêtés lorsque vous avez recours aux prêts bancaires, prêts immobiliers, etc. Vous êtes alors forcé de travailler pour rembourser ces prêts en plus des intérêts – au système sur votre fond de garantie. Légalement, vous n’avez aucun droit sur ce fond, parce que vous êtes considéré comme « décédé » à l’âge de 7 ans. Vous perdez.

3) Les grands médias sont l’instrument dont se servent les Multinationales Gouvernementales pour mener la propagande directement chez vous. Ils sont utilisés pour manipuler les perceptions du public sur les actions et inactions de la Multinationale Gouvernementale, dans le but de renforcer les normes sociales, de les délimiter, de dicter des comportements sociaux et vous vendre des futilités en créant un « besoin » et un produit qui le satisfait. Ceci n’est pas limité aux seuls grands médias. La psychologie du « vieux » paradigme est également renforcée par les institutions telles que l’éducation nationale et la religion.
Les multinationales, les gouvernements et les grands groupes médiatiques racontent tous les mêmes mensonges. Ils font tous partie de la même bête.

4) En conséquence, la structure du monde économique était un mécanisme d’esclavage de masse. L’esclavage est un système dans lequel les gens sont traités comme une propriété, et forcés de travailler. Les esclaves sont détenus contre leur gré, depuis le temps de leur capture, l’achat ou la naissance, et privés de leur droit de partir, ou de refuser de travailler.

Est-ce que cela vous rappelle quelque chose ?

Vous êtes né dans « le système » sans que l’on vous dise comment il fonctionne. Vous avez été élevé et l’on vous a appris à contribuer au système. Vous devez travailler des heures exhaustives dans le système, et vous devez payer des taxes au système privé. Vous devez adhérer aux règles du système – qui relèvent pour la plupart de la propriété et de la possession – sinon vous serez puni par le système. L’architecture du système délivre délibérément l’abondance à une minorité « triée sur le volet », et de nombreux autres auront faim. Mais si vous n’aimez pas ça, vous ne pouvez pas quitter le système. Le système « possède » tout, tout le monde et partout.

Jusqu’à maintenant, vous n’aviez qu’une option : coopérer. C’est comme vivre dans un casino sans porte de sortie, et la maison mère gagne toujours.

Quand nos Gouvernements sont-ils devenus des sociétés ?

Tout a commencé avec l’introduction du système bancaire dénommé, la Réserve Fédérale. Lorsque le décret de la Réserve Fédérale fut voté par le congrès aux Etats Unis en 1913, le Député Charles Lindbergh a prévenu le Congrès Américain dans un registre du Congrès daté du 22 décembre 1913 (vol. 51), qu’en instituant le système privé de la Réserve Fédérale, la conséquence inévitable serait qu’en utilisant le pouvoir de créer la monnaie, permettrait de provoquer l’inflation et la déflation de l’économie, et les grandes entreprises prendraient le contrôle.

Selon les termes du député Lindbergh : “A partir de maintenant, les dépressions seront créées scientifiquement”.

Et elles le sont. En 1929, les « pouvoirs du passé » ont délibérément fait chuter la bourse. Comment ? Les fluctuations des titres de la bourse sont causées par l’émotion. Avant le crash de 1929, on a créé une euphorie qui a généré une période d’inflation. Les pouvoirs aux commandes ont vendu leurs titres à prix élevé, puis créé la panique sur la baisse dans le marché. Lorsque les cours se sont effondrés, ils ont racheté leurs titres pour une bouchée de pain – et éliminé la concurrence aux abois du même coup.

En bref, la Grande Dépression de 1929 a été générée artificiellement afin que les grandes entreprises qui contrôlaient la bourse puissent en profiter pour prêter aux gouvernements l’argent nécessaire pour sortir de l’effondrement qu’elles avaient provoqué. Les nations souveraines ont finalement été forcées de signer des emprunts qui, par leur nature même, ne pourraient jamais être remboursés. Et comme les dettes souveraines ne cessaient de s’accroître, le paradigme de « l’esclavage par l’endettement » a été formalisé … et les grandes entreprises ont pris le contrôle.

De nos jours, les multinationales Gouvernementales continuent de feindre d’être les vrais gouvernements. Le Système des Banques centrales (qui domine actuellement les économies occidentales) continue d’alterner les périodes de ‘boom des marchés’ et de ‘dépression des marchés’ en restreignant ou relâchant stratégiquement l’émission de monnaie et de crédit. L’actuelle Crise Financière Mondiale en est un parfait exemple. Et en même temps, les grands médias jouent leurs rôles en manipulant les humeurs de la bourse sur les marchés et en facilitant les contre-vérités politiques.

Mais la campagne judiciaire complexe entreprise par l’OPPT a mené à la saisie des avoirs et propriétés du système des grandes multinationales. Toutes les sociétés privées, y compris les systèmes gouvernementaux et bancaires, ont été saisies de leurs avoirs en utilisant leurs propres mécanismes de législation/réglementation commerciale. En langage juridique, cela signifie la fin pour les anciens Trust du vieux système et le début pour les nouveaux !


Alors est-ce le « renversement du Gouvernement » ?

Non – c’est le renversement des grandes multinationales qui se sont comportées comme des gouvernements. Si vous comprenez que les « Gouvernements » sont en fait des entreprises privées qui ont, par ruse, altéré les constitutions des nations souveraines, leur acte de décès était un fait programmé à venir.

La fraude du gouvernement est réelle. Et finalement – par leur incapacité à réfuter les accusations basées sur le CCU (le Code de Commerce Uniforme) – l’imbrication des multinationales gouvernementales dans son ensemble se trouve coupable de fraude, de trahison et d’esclavage. En vertu du droit international, l’OPPT a le droit d’exiger la réparation par dédommagement de ces crimes. Celles-ci ont choisi la saisie de leurs avoirs et la cessation de leurs activités de grandes entreprises, banques et gouvernements en tant que responsables ainsi que la confiscation de leurs titres et avoirs des infrastructures légales – y compris l’or et l’argent détenus comme garanties par le système financier – pour les transférer entre les mains de l’OPPT.

N’y pensez pas en termes de renversement, mais comme la saisie de biens usurpés. Les poursuites en justice de l’OPPT récupèrent ce qui nous appartient en tant qu’êtres souverains sur cette planète. La loi Universelle, la Common Law et le C.C.U. sont maintenant la loi applicable sur cette planète.
(Je décrirai plus tard en détail les mécanismes mis en place par l’OPPT pour remplacer les fonctions de gouvernance).

CCU: La bible du commerce

Le C.C.U est la “bible” du commerce; il décrit précisément la manière selon laquelle le commerce international est régi. En fait, l’ensemble du système commercial gravite autour du C.C.U. Si le prêt immobilier de votre logement est saisi, via une hypothèque, ou que vous êtes dépossédé de votre voiture, la banque utilise le mécanisme parallèle du C.C.U pour agir.

Mais la législation du C.C.U. n’est pas enseignée dans les facultés de droit. Elle reste le domaine des grandes entreprises privées et de leurs dirigeants, qui forment leurs employés en contentieux du C.C.U. – gardant ainsi la connaissance de cet instrument « en interne ». Mais un des administrateurs d’OPPT a été amené professionnellement à utiliser la législation du C.C.U durant un certain temps, et comprend en profondeur comment les « pouvoirs du passé » manipulaient le C.C.U pour contrôler le système financier américain au plus haut niveau.

Experte en C.C.U, mère et fondatrice de l’OPPT, Heather-Ann Tucci-Jarraf a utilisé la saisie de sa propre maison comme cas d’école. Elle a attaqué la procédure de saisie immobilière à travers le mécanisme C.C.U et, ce faisant, a découvert – pour employer des termes simples – que la justice américaine est toujours en faveur des multinationales.

Ce qui n’est pas étonnant, vu que 99% des lois se rapportent à la propriété privée… ou au commerce.

En avançant prudemment, l’OPPT arriva à la conclusion que les entreprises privées opérant sous le couvert des gouvernements souverains et des systèmes financiers se rendaient coupables de trahison envers les habitants de cette planète en l’absence de toute information connue, volonté et consentement express de leur part. Le rapport final de cette investigation se trouve ici .

Et en l’espèce, … pour saisir le « système », les administrateurs du Trust OPPT ont tendu un piège en utilisant la structure légale qui leur était fournie PAR le « système » lui-même.
Comment les administrateurs OPPT sont-ils arrivés à la saisie ?

L’OPPT est géré par des administrateurs Caleb Skinner, Hollis Randall Hillner et Heather Ann Tucci-Jarraf. L’OPPT a été créé lorsque les administrateurs se sont associés – et ce faisant ont renoué – avec le Trust intégré dans les termes de la Constitution originale des Etats-Unis de 1776, laquelle constitution, fut abandonnée lorsque le gouvernement des Etats-Unis fut transformé en Multinationale Gouvernementale en 1933.

L’OPPT a ensuite associé chaque individu de la planète à cette structure de Trust en tant que bénéficiaires de ses titres et propriétés, et l’a désigné « le Peuple Unique, Créé par le Créateur ». Ce faisant, les administrateurs créaient un Trust, dans le cadre légal qui a des droits supérieurs à quelconque partie – le Trust entre le Créateur et les «Êtres existants » de la Terre. Les « Êtres existants » sur Terre sont les bénéficiaires du Créateur en tant que garants des manifestations du Créateur sur Terre. Juridiquement parlant, il ne peut y avoir de proclamation supérieure à celle du One People’s Public Trust … exceptée celle émise par le Créateur lui-même.

Les ressources de notre planète – spécifiées dans les actes du C.C.U. comme étant l’or et l’argent mondial – ne peuvent de ce fait être détenues, vendues contre rémunération, comptées sous forme de ‘salaire’ pour nous rendre esclaves, ou être épargnées afin de créer de la pauvreté ou déposséder. Sous l’OPPT, nous sommes tous actionnaires de titres. Les ressources de notre planète nous appartiennent dorénavant à chacun à parts égales. C’est notre droit de naissance. Maintenant c’est la loi.
Entre 2011 et 2012, les administrateurs ont déposé une série d’investigations complexes au C.C.U. au nom de ses bénéficiaires. Les détails de ces investigations de l’OPPT au C.C.U. peuvent être consultés sur leur site : http://peoplesstrust1776.org. Attention : c’est une lecture juridique dense destinée à un enregistrement et une divulgation légale officielle. Ce n’est pas destiné à la communication de poursuites de l’OPPT contre des tiers ou leurs conséquences sur le public. Cependant les administrateurs travaillent directement avec la collectivité de ‘médias alternatifs’ pour être sûrs que le public reçoive une information précise, claire et adéquate.

Pour résumer ces documents :
En l’espèce, les grandes entreprises multinationales, les gouvernements et les banques ne font qu’un, « Une Commission d’enquête et une instruction » ont été déposées à l’encontre « du débiteur », une entité juridique créée via le mécanisme C.C.U. régit par le Code d’Enregistrement des sociétés. Le dépôt de plainte stipule que le débiteur a « en toute connaissance de cause, volontairement et intentionnellement commis des actes de trahison » en « possédant, faisant fonctionner, aidant et encourageant des systèmes monétaires privés » et « en faisant fonctionner des systèmes d’esclavage envers … des citoyens sans les informer, contre leur volonté et leur consentement ».

Les dossiers de procédures de C.C.U. sont des données publiques, et suivent les mécanismes de procédures juridiques classiques. Si une entité légale fait l’objet d’une plainte, la personne morale (dans ce cas le « débiteur ») a le droit de la contester. Si celle-ci n’est pas en mesure d’en apporter la preuve contradictoire ou, n’est pas reçue dans un délai imparti, il en résulte un jugement par défaut, suivi par l’application du verdict. La conséquence est, la cessation immédiate d’activité de cette entité légale, dans le cas présent, au motif qu’elle a été incapable d’apporter la preuve contraire des charges de trahison démontrées par l’OPPT.

Le plus important ici, est que le jugement en culpabilité selon le C.C .U. a valeur légale immédiate s’il n’est pas démontré le contraire. Et dans ce cas, les administrateurs de l’OPPT se sont assurés qu’ils créaient une situation juridique dans laquelle les individus et toute entité légale dénommée le « débiteur » n’avaient aucune capacité de démontrer le contraire. Comment ont-ils réussi ? Toutes les charges déclarées d’esclavage et de fraudes sont vraies.

Bien sûr, aucune preuve tangible de leur innocence n’a été démontrée.
Le « débiteur » est de ce fait coupable de trahison.
En dédommagement, les grandes entreprises sont saisies de leurs avoirs usurpés et confisqués,
La richesse de notre planète est réaffectée au Trust l’OPPT.

Toute dette des multinationales est effacée,
Le « système » est définitivement clos.

Les archives publiques le prouvent,
Les dépôts et déclarations enregistrés au C.C.U. font office de Loi Internationale

Selon les clauses même du système, celui-ci n’existe plus.

Nous sommes libres !!

Cliquer ici pour lire le communiqué de presse de l’OPPT du 4 février 2013.

Alors que signifie tout cela ?


Légalement, personne ne peut se dresser comme autorité supérieure entre vous et votre relation avec le Créateur. En ayant ôté les mécanismes de contrôle de l’économie et du gouvernement privé, l’OPPT laisse les individus pleinement et, personnellement responsables pour eux-mêmes afin d’assurer les droits au libre-arbitre des autres. Il n’y a plus de chaîne de commandement hiérarchique. Plus de règles. Plus de multinationales derrière lesquelles se camoufler. Vous êtes – comme c’était l’intention du Créateur – un Être et un protecteur de notre planète et de ses habitants.

C’est un changement de paradigme MASSIF, qui prendra sans aucun doute du temps à se réaliser pleinement.

Les barrières systémiques qui ont inhibé notre libre-arbitre et nos choix ont maintenant été enlevées, ce qui remet en question la manière dont nous nous voyons et la manière dont nous faisons des choix dans nos propres vies. Nous vivons dorénavant – sur le papier du moins – dans un système d’auto-responsabilité. Les dépôts de dossiers de l’OPPT enregistrent ceci à perpétuité, et d’une manière telle que votre libre-arbitre ne peut plus vous être enlevé sans votre propre consentement.

Jusqu’ici, notre existence sous le système d’esclavage précédent a été une lutte constante ; une lutte pour équilibrer les engagements au travail et de la famille ; une lutte pour « joindre les deux bouts », pour « avoir les moyens » un endroit pour vivre décemment– un endroit pour exister.

Dans un monde d’ABONDANCE conçu par le Créateur pour subvenir à nos besoins, cette lutte n’avait de fait, rien d’un état naturel d’existence. C’était plutôt le résultat d’une guerre psychologique menée contre nous. Et cela fonctionnait ! Le système nous maintenait, nous humains, sous contrôle, nous faisait travailler comme de bons petits esclaves, et assurait que les profits continuent d’être encaissés pour les rares privilégiés au « pouvoir ».

Mais aujourd’hui, selon ses propres clauses et conditions, « le système » n’existe plus.
Beaucoup d’entre nous voyaient « le système » pour ce qu’il était. Beaucoup ne le voyaient pas. Beaucoup ne croyaient même pas que « le système » existait. Beaucoup le réaliseront bientôt.

Alors même, que la fin de l’ancien paradigme se confirme et devient apparent dans notre économie, un changement psychologique doit s’opérer à l’intérieur de chacun d’entre nous. Cela peut sembler insurmontable, mais nous, humains, avons déjà eu à gérer des changements de paradigme ; regardez le changement interne et psychologique qu’a dû opérer la race d’esclaves américains d’origine africaine lorsque le système de servitude involontaire a été aboli … Du peuple allemand lorsque le Mur de Berlin est tombé en 1989 … Des citoyens de l’ancienne Union Soviétique lors de sa dissolution en 1991 … Du peuple égyptien qui s’est débarrassé de son dictateur en 2011 … et du peuple islandais qui a emprisonné ses banquiers et politiciens corrompus et ainsi, réécrit sa constitution en 2012 …
Ce type de révolution psychologique n’est pas nouveau. Mais cela met en phase beaucoup de défis personnels.

C’est une époque pour être courageux, et pour être courageusement VOUS-MEME. En l’absence d’une structure de contrôle, nous devons tous prendre le contrôle de nos destins, et du destin de la planète. Nous devons apprendre à faire à nouveau des choix pour nous-mêmes, et commencer à créer le monde dans lequel NOUS voulons vivre.

Tout comme de nouveaux parents, nous devons accepter que la vie ne soit plus ce qu’elle a été … et en l’absence d’un « livre blanc » établissant des règles, nous nous fierons à nos instincts et apprendrons à coopérer selon de nouveaux moyens … ensemble.

Pourquoi ne puis-je pas voir le changement ?


Soyez patient ... vous le verrez. Mais d'abord, nous devons déterminer comment les poursuites de l’OPPT vont changer le paysage juridique et la justice, et comment cela se rapporte à nous.
Est-ce que l'ancien système des multinationales va se battre ? Bien sûr que oui ! Les Multinationales Gouvernementales sous contrôle continuent comme si rien n'avait changé. Et si vous continuez à accepter leur système d'esclavage à travers l’endettement, je suis sûre que les « pouvoirs passés » se feront un plaisir de continuer à vous asservir !
Mais ne vous y trompez pas: ils savent ce qui s'est passé. Ils savent qu'ils ont été saisis de leurs avoirs. Ils savent que ce jeu est terminé. C’est maintenant une Loi internationale.
Nous avons la liberté de ne pas coopérer avec l'ancien système de manière pacifique. Il est temps d'exercer cette liberté.
Si cela vous semble étrange que les gouvernements « visibles » opèrent encore déguisés comme tels, gardez à l'esprit que les gouvernements visibles sont des marionnettes des multinationales, et n'ont jamais vraiment été aux commandes. À ce stade, l’ancien système veut nous faire croire que « tout est comme d’habitude ». Ils se sont fortement appuyés sur le secret jusqu'à présent. Ils vont continuer à le prétendre jusqu’au bout. C'est juste leur façon d’exister.
Heather Ann Tucci-Jarraf du Trust OPPT a fait la déclaration suivante lors d'une interview récente à Radio Liberté, qui résume le plan pour répondre à ce sujet : "Pour ceux qui s'interrogent sur la réponse de l’OPPT au niveau des poursuites ou l’immobilisme de ces personnes de l’ancien système, nous pouvons clairement voir que ce sont les sorciers et des chiens enragés derrière le rideau, et je viens pour eux ... ils le savent. Dans l’amour absolu, en paix, avec gratitude et la grâce absolue ... Heather »

Gestion des litiges du "vieux système" contre vous.


Avec la dissolution du système d’endettement /d’esclavage, toute dette « fictive » mais réputée due par vous au système à également été éliminée. Pensez-y une minute !

Pour faciliter la transition en souplesse de l'ancien système et en sortir, vous aurez besoin de comprendre immédiatement la procédure que vous pouvez appliquer au « vieux » système, pour faire cesser celles actuellement menées contre vous.

Dans deux articles récents « Wake up World », nous avons discuté d'une méthode proposée par l’OPPT, afin de réaffirmer votre autorité sur le mécanisme des multinationales gouvernementales (lire la partie Part 1 & Part 2). Cette méthode trouve ses fondements sachant que :

- les gouvernements précédents étaient des sociétés multinationales privées,

- il incombe à toute personne qui prétend avoir l'autorité légale d’un gouvernement légitime, de le prouver.


Vous pouvez voir une étude de cas de cette méthode dans le documentaire de Scott Bartle : What the FUQ? Frequently Unanswered Questions of the “Australian Government”

D’une manière générale, le défi essentiel et le point crucial de cette demande se résumait ainsi :
"Vous avez émis une réclamation me concernant, et j’aimerais me conformer à votre demande ...Cependant, je voudrais vérifier si je suis bien en relation avec la personne morale ayant l’autorité légale. Veuillez s'il vous plaît, me démontrer que vous représentez bien le gouvernement de la nation lors de la constitution de ce pays. "
Dans ce cas, si l'entité légale, la multinationale gouvernementale (Corporate Government) ne réussit pas à démontrer sa légitimité, le contrôle de cette relation contractuelle pourrait être assurée par vous-même en introduisant vos propres clauses et conditions générales, selon lesquelles toutes les relations contractuelles entre les parties peuvent se poursuivre.
Selon l’OPPT la procédure de vérification de l'autorité légitime des agents d’une entreprise publique supposée (y compris celles qui prétendent représenter le gouvernement officiel) serait définie : "Je souhaiterais me conformer à votre demande du ... cependant selon la Loi du Code Commercial Uniforme il y a une clause qui n’est pas contestée et qui a saisi l'entité légale que vous prétendez représenter. Dorénavant, vous répondez sous votre responsabilité en nom propre. Veuillez en conséquence, retirer votre réclamation me concernant. Si vous poursuivez cette procédure de réclamation, les relations contractuelles à venir entre les parties s’effectueront à présent, selon les conditions suivantes ... "
Souvenez-vous que l'agent administratif ne représente plus une multinationale (corporate entity), une lettre recommandée simple doit lui être adressé personnellement y compris «les clauses et conditions générales » selon lesquelles vous accepterez des relations contractuelles à venir. Ceci les informe et leur permet à la fois, de se rétracter du litige illégal contre vous. Si l'agent établit d'autres contacts avec vous, il émet un contrat personnel entre vous, en indiquant l’acceptation des clauses du contrat que vous lui avez fourni.

Si un deuxième agent administratif de cette même multinationale vous contacte pour cette même réclamation, répétez le même mécanisme avec cette personne. Rappelez-vous, les multinationales gouvernementales n'existent plus. Vous ne traitez que des relations contractuelles qu’avec des individus en nom propre.
Des recommandations et dispositions détaillées sont disponibles pour créer votre propre lettre recommandée simple et présenter des Clauses et Conditions générales sur : www.oppt-in.com/documents. Le pouvoir est là, pour VOUS si besoin.

La compréhension du public au nouveau paradigme va prendre du temps à se manifester dans notre environnement. Jusqu'à ce que les conséquences des activités de OPPT soient largement reconnues et adoptées dans la collectivité, veuillez respectez ceux qui ne savent pas encore. A mesure que les gens vont se rendre compte du nouveau paradigme actuel, ils cesseront de fonctionner selon le vieux système. Mais si vous avez besoin d’adresser une lettre recommandée simple à un individu, dans l'intervalle, utilisez les informations que vous connaissez et profitez de l’opportunité pour l’informer. Les employés de base travaillant pour des sociétés multinationales de l’ancien système, les banques et les gouvernements sont comme vous et moi, ils étaient des esclaves du même système. Ils ne savent pas encore la vérité, c'est tout.

Dans le cas de litige en cours, il n'est pas recommandé d’envoyer une lettre recommandée simple avec les clauses et conditions générales à un agent de police (de l’ancien système) qui vous contrôle dans la rue. Encore une fois, ils sont comme le reste d'entre nous ... et sont susceptibles de vous arrêter et de vous poursuivre, si vous agissez de cette façon. Tant que le public n’a pas atteint le point critique de sensibilisation, je recommande de vous conformer à ce que veut l'officier ou l’agent, et ensuite lui envoyer une lettre recommandée simple par télécopie, e-mail, ou lettre à remettre en main propre. Et si cela se poursuit jusqu’au tribunal, avisez le magistrat ou similaire de la même manière, dans un délai suffisant avant la date prévue de comparution au tribunal. Je ne recommande pas de faire face au magistrat sur ces nouvelles conditions lors du jugement. Si vous agissez respectueusement en leur permettant de lire votre lettre recommandée préalablement à l’audience, vous obtiendrez une meilleure décision.

Rappelez-vous: Le mécanisme d’envoi de la lettre recommandée simple est un exercice d'apprentissage pour les individus qui en bénéficient, car c’est un moyen de régulariser une situation. La coopération entre les personnes est le point clé pour manifester le nouveau paradigme dans notre société. En effet, en l'absence de toute information par les principaux médias encore sous contrôle, concernant ce sujet, la sensibilisation du public à OPPT ne s’effectuera que dans le partage et le respect mutuel. Finalement, nous sommes « Un Peuple, créé par le Créateur ».

Quels sont les mécanismes fournis par l’OPPT ?


Avec la dissolution légale du système des multinationales Gouvernementales (Corporate Government) OPPT amène la dissolution de nombreuses règlementations et statuts qui avaient été créés selon ces cadres législatifs et administratifs. En tant que bénéficiaires de l’OPPT, le C.C.U., la Loi Universelle et la « Common Law » sont les seules règlements en vigueur.

La Loi Universelle est le principe fondamental régissant un code de conduite entre les individus. La Loi Universelle s’exprime ainsi : « tout choix impliquant le libre arbitre est permis, excepté s’il intervient directement sur le libre arbitre d’un individu ». Ceci est fondamental dans le cadre d’OPPT.
« La Common Law » se réfère aux coutumes et les précédents sur des litiges similaires à travers des décisions de justice des tribunaux au cours des millénaires. « La Common Law » fonctionne sur le principe selon lequel, il est injuste d’apprécier un litige différemment sur des faits similaires, à différentes occasions. Mais aussi sur le principe de « ne pas nuire, ni causer de perte ».
Pour faciliter notre transition vers le monde d’après l’OPPT, les administrateurs du trust ont créé un nouveau cadre juridique selon la Loi Universelle et la « Common Law » ce qui permettra de construire un nouveau monde et aussi le démantèlement de l'ancien système.

Toutes personnes, et particulièrement le personnel militaire dont les serments ont été annulés par la dissolution de la multinationale gouvernementale pour laquelle ils ont travaillé, peuvent « de leur plein gré et intentionnellement se porter volontaires » pour être associés à l’OPPT en tant que fonctionnaires ... afin de « protéger et servir le peuple du Créateur ".
Les fonctionnaires de l’état qui choisissent de se rallier à l’OPPT sont :
· Autorisés, sur ordre, à protéger et préserver toute vie et tout individu,
· Autorisés à mettre en détention ou garde à vue, tout individu, tout agent ou officier détenant, aidant, coopérant et soutenant des systèmes monétaires privés, des systèmes juridiques d’éviction par la force, et des systèmes d’esclavage en vigueur.
· Autorisés à réaffecter les actifs de tous les systèmes monétaires privés, par le suivi, le transfert, l'émission, la collecte, les systèmes d’éviction par la force.
· Autorisés à discrétion (Granted due authority of discretion) de faire usage de tous les moyens, par la force et à utiliser les stratégies pour servir.
A cet effet, pour les militaires volontaires, il leur sera fourni un cadre légal pour démissionner de l'armée contrôlée par la multinationale militaire, et demander le rattachement au Trust de l’OPPT, contribuant ainsi activement à la reprise des actifs de l'OPPT.
Et si j'en juge par la nature humaine, un nombre croissant de fonctionnaires et d’agents se fera un plaisir d'accepter ces nouvelles « consignes » !
Maintenant, l’exécution des ordres ne signifie pas que les fonctionnaires publics vont venir arrêter le premier huissier qui vous relance à propos de votre compte de carte de crédit. Il est de notre rôle en tant qu’Être du Créateur d’aider les gens de la base à comprendre ce changement, en les informant et en leur adressant une lettre recommandée simple. L’exécution des ordres concerne les actionnaires des Multinationales Gouvernementales qui ont été saisies (soit les 1 %).

CENTRES D’ASSISTANCE POUR SUIVRE l’OPPT


« Le service pour le bien commun » n'était manifestement pas une source de motivation pour les anciens actionnaires du « système ». Néanmoins, leurs grandes entreprises ont rempli certaines fonctions nécessaires de service public comme la police et les services de santé publique ... et ceci, dans l'espoir que nous n'aurions pas remarqué qu'ils étaient des grandes multinationales !
Alors quelles sont les dispositions de l’OPPT pour le service public ?
Des Centres de Valeur d’ Actifs du Créateur ou CVAC sont des mécanismes mis en place pour soutenir et servir l'humanité, les protecteurs de la Terre. Ils sont reliés à l'échelle planétaire, par un réseau de soutien, géré par des fonctionnaires publics qui agissent en toute responsabilité, et à tout moment. Ils fournissent un cadre simplifié de gouvernance et d’administration, couvrant 8 catégories de mécanismes fonctionnels :
· 1. Systèmes de Connaissances
· 2. Communication
· 3. Voyage
· 4. Transparence
· 5. Protection et maintien de la paix
· 6. Responsabilité
· 7. Trésorerie
· 8. Saisie des biens usurpés*
*Fonction de transition afin de récupérer les biens personnels saisis auprès du « Débiteur » c.f. les ressources, l'infrastructure, la richesse de l'Unique Peuple, et en conformité avec les clauses du Trust l'OPPT.
Chaque nation sur la planète a une branche CVAC (Centres de Valeur des Actifs du Créateur) qui lui est attribuée, à l'exception du Vatican. Chaque branche CVAC administrera et fonctionnera selon les modalités identiques de CVAC dans d'autres régions. Chaque être humain sur la planète sera pris en charge par un centre CVAC, et tous les êtres humains auront accès aux mêmes ressources du réseau. Chaque région administrative de CVAC sera dirigée par un conseil régional et dirigée par un économe, dont le rôle principal sera de coordonner et de faciliter le Trust OPPT à prendre des décisions et résoudre des problèmes dans chaque cas. La structure permet également à d'autres sous-structures CVAC d’être créés pour tenir compte de circonstances nouvelles ou d’initiatives, dans la mesure où leur fonction concerne le bien commun, de tous les individus et qu’il ne porte aucune atteinte aux droits de libre arbitre d'autrui.
Dans une interview à The CrowHouse , le 15 Février 2013, Heather Tucci-Jarraf de OPPT a décrit la structure CVAC comme « un statut, dans un lieu sûr et surveillé pour être et faire ce que vous souhaitez ... sans nuire à autrui ».

Nos possibilités sont littéralement sans limites !
Par définition, le système de CVAC est l'antithèse des outils corrompus de la multinationale privée que nous avions désignée sous le nom de « gouvernements ». La pleine responsabilité, les mesures de contrôle et la transparence sont les pierres angulaires du cadre CVAC. Celui-ci sera pour nous, la base simplifiant et uniformisant les lois pour tous, en s’assurant que les besoins de tous soient respectés. Celui-ci ne permet pas d'empiéter sur le libre arbitre d'une entité de quelque manière que ce soit, et « préserve, protège toutes les créations, et la valeur des actifs des centres ». Les économes et les membres du conseil seront nommés et désignés tous les 3 mois renouvelables dans leur poste, afin d’assurer que ces fonctionnaires publics demeurent pleinement responsables envers le Trust « OPPT à tout moment ».

Pour ces raisons, les CVAC sont le fondement d'un nouveau système de gouvernance. Le système nous sert tous, et non l'inverse. Et avec la prise de conscience et le soutien des gens (One People), la première tâche de l’OPPT sera de supprimer l’ancien système appelé « cabale ».

La documentation relative à la création et les modalités des CVAC est sur le site de :www.peoplestrust1776.org.
Des informations complémentaires seront publiées prochainement.

Aller de l'avant ensemble en étant
“Le Peuple Unique”


L’OPPT représente un changement de paradigme pour les masses qui fournira le mouvement énergétique structurel attendu depuis longtemps.

L’OPPT a ratifié notre liberté à perpétuité en tant qu'Êtres du Créateur. Il corrige les déséquilibres de la pauvreté, de l'inégalité non soutenables. Il fournit un fondement à travers lequel nous pouvons tous découvrir les merveilles et les ressources de notre planète. En supprimant la façade des entités corporatives et les protocoles ridicules qui protégeaient leurs auteurs, nous nous unirons à nouveau de manière énergétique les uns aux autres, comme des Êtres Humains à part entière, dans la confiance totale, en toute responsabilité, et en toute équité. Car nous sommes : LIBRES

Nous traversons une période de transformation phénoménale au niveau social, politique et spirituel.

Personnellement, je ressens cette transition comme si nous étions entre deux mondes. Le cadre systémique qui contrôlait nos vies depuis si longtemps a été supprimé, mais le changement ne s'est pas encore manifesté entièrement dans le monde physique qui nous entoure. Le mécanisme de réforme les précédentes grandes multinationales selon un mode de co-opérations mondiales, prendra sans doute du temps, mais nous avons déjà le pouvoir juridique d’opposer l'ancien système. Et pourtant, il n'a pas cessé de faire comme s’il était encore réel.

Nous avons tant de décisions à prendre aussi ! A présent, qu'est-ce que nous choisissons d'ETRE et de FAIRE dans le nouveau monde ? Quelles seront les opportunités que nous créerons dans le cadre des CVAC ? Et de façon réaliste, que ferons-nous avec ceux « des Pouvoirs du Passé" ?

Pour l'instant, il est du devoir de chaque Être humain de manifester la liberté de l’OPPT dans nos vies quotidiennes, et d'aider les autres à le comprendre, à l’intégrer et à le manifester dans leur vie aussi.

La liberté n'est pas libre. Elle vient par la responsabilité.



Le changement commence avec Vous.


Faites la bonne action maintenant.


Prenez vos responsabilités.


Informez le monde !


OPPT-EZ.
NOUS SOMMES LIBRES !


Liste des sites et blogs relatifs à OPPT
OPPT Trustee web site: http://www.peoplestrust1776.org/
UCC Filing Search site: https://gov.propertyinfo.com/DC-Washington/#
OPPT Web sites other people have created:



Regional OPPT Sites:
UNITED STATES

OPPT AUSTRALIA

OPPT CANADA

OPPT GERMANY

OPPT: GREECE

OPPT MALAYSIA



ATTENTION
Les sites suivants font appels à des donations financières
MAIS N’ONT RIEN A VOIR AVEC OPPT
OPPT ne demande pas de donation ni de sponsors, tous le travail réalisé par OPPT a été réalisé avec ses propres fonds.

http://peoplespublictrust.com/about

http://thepublictrust1776.org

 

http://oppt-france.blogspot.fr/

Partager cet article

Repost0
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 14:06
L'information déjantée, au Kärcher, et la liberté d'expression dans sa quintessence: "Mieux vaut mourir debout que de vivre à genoux" Dolores Ibárruri Gómez

ISRAËL. Cyber-attaque: Les Anonymous attaquent des sites officiels israéliens, dont celui du Mossad

Publié le 23 mars 2013

18

 

anonymous

Alors que le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou s’est enfin excusé auprès des turcs après le raid illicite de Tsahal sur la flotille pour Gaza, une équipe de hackers turcs nommée « The Hack-Rouge», a pris pour cible, le site du Mossad. Un autre groupe, du nom de « 404 Sektor. », s’en est pris aux autres sires gouvernementaux. 

Il semble donc que, la cyber-guerre engagée par les Anonymous contre l’Etat d’Israël se poursuit. Par cette attaque, ils ont ainsi publié de milliers de noms, numéros d’identification, des adresses électroniques et des informations géographiques correspondant à des politiciens israéliens, des officiers de Tsahal

mossadIls ont ensuite divulgué ces données sur les réseaux sociaux. Pour prouver leur acte, ils ont diffusé sur Twitter, l’image au dessus montrant le hacking du site du Mossad. Sur ce réseau social, ils s’expriment avec le hashtag  « # OpIsrael ». En pleine visite de Barack Obama le président américain qui a juré de combattre avec la dernière énergie la cybercriminalité, les Anonymous ont frappé dur, en ciblant les sites officielles et les domaines web israéliens. Ceci a évidemment causé des perturbations, notamment sur le site officiel de l’agence d’espionnage du Mossad, qui a « eu chaud », selon le jargon officiel…


 

http://allainjules.com/2013/03/23/israel-cyber-attaque-les-anonymous-attaquent-des-sites-officiels-israeliens-dont-celui-du-mossad/

 

 

.

Samedi 23 mars 2013


L'OTAN réfléchit à viser militairement les auteurs de cyberattaques Les auteurs de cyberattaques pourraient devenir des cibles militaires légitimes dans le cadre d'un conflit armé entre deux États. Même s'ils sont civils. C'est en tout cas la piste que suit un manuel rédigé par un centre d'excellence de l'OTAN, qui propose des recommandations à suivre dans le cadre d'une cyberguerre. Apparu il y a quelques années, le terme de "cyberguerre" désigne au sens large l'emploi d'ordinateurs et d'Internet pour mener des actions

 

[…]

 

Partager cet article

Repost0
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 12:03

 

europe_bastille_valmy.png

 

 

Vidéo à écouter et à voir sans faute

Philippe De Villiers sort enfin de son mutisme
et il le fait de belle manière,
en disant tout haut
ce que les gens pensent tout bas
de l’Europe et de l’Euro.

Son discours, qui s’adresse à Hollande présent dans l’Hémicycle,
est on ne peut plus juste !
Hollande est resté coi !

N’étant pas très politiquement correct, quoique très courtois, ce discours
n’a pas été relayé par la presse (achetée par la niche fiscale offerte aux
journalistes pour la Présidence de Hollande)...

A voir et à entendre absolument...
A ne manquer sous aucun prétexte ,
Cliquer sur le lien ci-dessous :

Gloria.tv: Mr Philippe de Villiers
fr.gloria.tv
https://www.facebook.com/upr.francoisasselineau?sk=wall&filter=2

Partager cet article

Repost0
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 21:31

 

Nathalie Kosciusko-Morizet : "François Hollande, un président qui règne par la division"

LE MONDE | 20.03.2013 à 14h15 • Mis à jour le 21.03.2013 à 08h34 Par Nathalie Kosciusko-Morizet (députée de l'Essonne, présidente du mouvement La France Droite)

 

Nathalie Kosciusko-Morizet, le 19 mars 2013 à l'Assemblée nationale.

 

Nous sommes mal. Les élus ne parviennent ni à comprendre la politique de François Hollande, ni à l'accompagner ou à la contrarier. A gauche, on grogne de plus en plus. A droite, on tente des sorties. On le savait. Cet homme règne par la division. De la France et des Français.

Mais les Français, eux, sont dépités. Plus encore ceux qui ont voté pour lui. Les autres attendent. Normalement après l'élection, c'est le temps de l'infaillibilité du vote. Quelle pire impression que d'avoir été trompé ? Et nous sommes dans ce moment-là. Dans ce doute-là. Une gauche qui a tous les pouvoirs mais qui ne sait qu'en faire. Impuissante. Irrésolue.

François Hollande ne parvient pas à éviter la double peur : rassurer sa gauche et ne pas trop inquiéter la droite. Ses résultats, presque un an après la présidentielle, sont marqués du sceau de l'inefficacité. De l'indigence. Du désordre des discours. Son équipe gouvernementale est faible, divisée, taraudée déjà par les excès de langage. Quel piètre bilan.

Pour réagir, François Hollande en appelle à la communication, invente des déplacements provinciaux dont l'artificialité n'échappe à personne. Déjà au plus bas dans les sondages, il croit trouver une sauvegarde dans la guerre. Confronté à la fronde d'une partie de sa majorité, il annonce le recours, vite contredit, aux ordonnances. Epuisement de sa légitimité.

 

LE RÈGNE DE LA CONTREFAÇON


Il voudrait nous habituer à être là. Qu'on le voie vraiment en président. Mais, avec son verbe saccadé, la solitude que l'on sent dans cette étrange pratique du pouvoir, cet habit que définitivement il ne parvient pas à revêtir, il voudrait nous soumettre à un pouvoir vieux jeu, triste et tout compte fait dangereux. 

C'est une vieille histoire. Le roi patelin. Marchant cahin-caha, cachant sa dureté et, par moments, jaillissant de sa boîte pour punir. Cet homme n'avait jamais gouverné. Les Français le découvrent. Ils comprennent chaque jour que le chef de l'Etat est un chef de bande, qui nomme les siens et ignore les autres. Pire, pour lui, un bon Français est un Français de gauche.

En vérité, pas de surprise. La ruse du détour, avec des textes législatifs qui jouent comme des accessoires, est éventée. La posture et les rodomontades vis-à-vis de l'Allemagne signent sans cesse l'échec de la France dans l'Union européenne. Et cette incapacité à affronter la crise économique, à lutter contre le chômage... C'est le règne de la contrefaçon. On peut se résoudre à obéir mais un peuple libre ne sert pas. Il refuse. Il se révolte. Il peut avoir des chefs mais ce ne sont pas des maîtres.

Que faire ? Il reste, et c'est énorme, la France et les Français, intelligents, curieux, insaisissables, originaux, inventeurs d'une démocratie vivante que quiconque jamais ne pourra museler, interdire, étouffer. Car tous ces pouvoirs assemblés (Parlement, régions, villes et départements), réunis, détenus par cette gauche qui en quelques semaines a raté son rendez-vous avec l'histoire, ne peuvent nous soumettre.(..)

 

http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/03/20/un-president-qui-regne-par-la-division_1851009_3232.html#xtor=EPR-32280273-[emailing_lesplus]-20130301-[commentes]?IdTis=XTC-FUFQ-FKJYQF-DD-N5JJH-F9W5

 

..

Partager cet article

Repost0
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 23:39

 

 

 

JDN

http://www.journaldunet.com/ebusiness/le-net/julian-assange-menace-sur-nos-libertes/des-attaques-contre-wikileaks.shtml

Extraits : "Menace sur nos libertés", le manuel d'insurrection de Julian Assange Des attaques bien réelles contre Wikileaks

 

"L'enquête du jury d'accusation n'est pas le seul angle de l'attaque portée contre WikiLeaks. En décembre 2010, dans le sillage du Cablegate, plusieurs responsables politiques américains ont réclamé l'assassinat extrajudiciaire de Julian Assange, si nécessaire par l'intermédiaire d'un drone.

Des sénateurs américains ont qualifié WikiLeaks d'"organisation terroriste" et Assange de "terroriste high-tech" et de "combattant ennemi" participant à la "cyberguerre". Au Pentagone, une équipe de 120 personnes a été constituée sous le nom de WikiLeaks Task Force, ou WTF, après la publication des Iraq War Logs et du Cablegate, pour envisager les "actions à mener" contre WikiLeaks. D'autres groupes de travail officiels ont aussi été constitués au FBI, à la CIA et au Département d'État américain.

"Un acte de censure sans précédent"

Commettant un acte de censure sans précédent à l'égard d'une publication journalistique, l'État américain a fait pression sur des fournisseurs d'accès Internet pour qu'ils interrompent le service de WikiLeaks.org. Le 1er décembre 2010, Amazon a retiré WikiLeaks de ses serveurs d'hébergement et, le 2 décembre, le prestataire DNS a mis fin au nom de domaine WikiLeaks.org. WikiLeaks n'est alors resté en ligne que grâce à un effort collectif de "miroir de masse" qui a vu des milliers de sympathisants de WikiLeaks copier les données du site pour en héberger leur propre version, distribuant les adresses IP à travers les réseaux sociaux.

L'administration Obama a averti les employés fédéraux que les documents rendus publics par WikiLeaks demeuraient confidentiels – bien qu'ils aient été publiés dans les pages de certains des principaux organes de presse du monde, dont le New York Times ou le Guardian. Les employés ont été avertis que toute consultation de ces documents, que ce soit sur WikiLeaks.org ou dans le New York Times, serait considérée comme une infraction à la sécurité.

Les organismes d'État comme la bibliothèque du Congrès, le département du Commerce ou l'armée américaine ont bloqué sur leurs réseaux l'accès aux documents WikiLeaks. L'interdiction ne s'est pas cantonnée au secteur public. Des employés de l'État américain ont averti les institutions universitaires que les étudiants se destinant à une carrière dans l'administration devraient se tenir à l'écart des documents rendus publics par WikiLeaks lors de leurs travaux de recherche et dans leurs activités en ligne.

Censure financière : le blocus bancaire WikiLeaks est financé par les dons de ses sympathisants. En décembre 2010, cédant aux pressions officieuses américaines, certaines institutions financières et bancaires importantes, dont Visa, MasterCard, PayPal et Bank of America, ont refusé leurs services financiers à WikiLeaks. Elles ont bloqué les virements bancaires et toute donation effectuée par le biais des principales cartes de crédit.

"Un blocus bancaire en dehors de toute procédure judiciaire"

Ce sont des institutions américaines, mais leur omniprésence dans le monde de la finance a eu pour conséquence que des donateurs américains ou du reste du monde se sont vu refuser la possibilité d'envoyer de l'argent à WikiLeaks pour soutenir ses activités. Ce "blocus bancaire", comme on l'a appelé, a été mis en place en dehors de toute procédure judiciaire ou administrative et reste en vigueur au moment où paraît ce livre.

WikiLeaks a engagé d'importantes poursuites judiciaires dans différentes juridictions du monde pour y mettre fin, obtenant certaines victoires préliminaires, et les procédures suivent leur cours. Entre-temps, WikiLeaks a été privé de revenus, a dû faire face à des frais élevés et opère depuis près de deux ans sur des fonds de réserve. Le blocus bancaire est l'affirmation par le pouvoir lui-même qu'il contrôle les transactions financières entre tiers. C'est une atteinte directe à la liberté économique des individus.

Au-delà de ce point précis, la menace existentielle qu'il fait peser sur WikiLeaks illustre une nouvelle forme troublante de censure économique mondiale. Certaines personnes censées être liées à WikiLeaks, ainsi que des sympathisants et des membres du personnel, ont connu de mystérieux ennuis avec leur compte bancaire – allant d'incidents concernant l'activité du compte à sa clôture pure et simple".

Partager cet article

Repost0
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 01:02

http://article-50.eu/contre-la-loi-esr-fioraso-parce-que-pour-la-langue-francaise/

 

CONTRE la loi ESR "Fioraso", parce que POUR la langue française !

CONTRE la loi ESR « Fioraso », parce que POUR la ... - Article 50

 

Les signataires de la présente pétition, lancée par l'Union Populaire Républicaine, demandent le retrait immédiat des projets de loi qui visent à marginaliser la langue française dans l'enseignement supérieur et la recherche, c'est-à-dire du projet de loi ESR dit "Fioraso" et de la proposition de loi relative à l'"attractivité universitaire de la France" déposée le 12 février 2013 au Sénat.

 

Précisions importantes :


  • Chaque signataire a le choix de rendre publics ses nom et prénom ou au contraire de conserver l'anonymat.

 

  • Le site « petitions24.net » par lequel est proposée cette pétition est géré de façon totalement indépendante et s’engage formellement à ne jamais afficher ni communiquer l’adresse des signataires à qui que ce soit, et en particulier pas à l'Union Populaire Républicaine.

 

Les internautes qui ne partagent pas tout ou partie des analyses de l'Union Populaire Républicaine, mais qui sont néanmoins d'accord pour s’opposer aux projets de loi incriminés, peuvent donc signer cette pétition sans arrière-pensées ni crainte de « récupération ».

 

Ce système élégant permet de conserver à cette pétition toute son éthique et toute sa force : l’Union Populaire Républicaine ne la lance pas pour établir une base de contacts. Elle la lance pour susciter un grand mouvement d'opposition à la destruction programmée de la langue française.

 

 

L’inacceptable marginalisation de la langue française dans l’enseignement supérieur et la recherche

 

 

Le projet de loi sur l’enseignement supérieur et la recherche (ESR), porté par Madame Fioraso, doit être présenté en Conseil des ministres à la fin du mois de mars avant d’être débattu au Parlement. Il prévoit, comme le montre sa version en date du 8 février 2013[1], de porter un coup sévère à l’emploi de la langue française dans l’enseignement supérieur et la recherche. Aucun des amendements du CNESER retenus par le ministère fin février ne corrige les atteintes programmées[2].

 

 

Le projet de loi ESR ambitionne d’expulser la langue française de l’enseignement supérieur et de la recherche

 

 

Le code de l’éducation précise, aujourd’hui, en son article L. 121-3 que « la langue de l’enseignement, des examens et concours, ainsi que des thèses et mémoires dans les établissements publics et privés d’enseignement est le français, sauf exceptions justifiées par les nécessités de l’enseignement des langues et cultures régionales ou étrangères, ou lorsque les enseignants sont des professeurs associés ou invités étrangers ».

 

L’article 2 du projet de loi ESR doit ajouter à cet extrait : « ou lorsque les enseignements sont dispensés dans le cadre d’un accord avec une institution étrangère ou internationale tel que prévu à l’article L. 123-7 ou dans le cadre de programmes bénéficiant d’un financement européen ».

 

Cet ajout étend considérablement les possibilités d’emploi de l’anglais – puisqu’aucune autre langue étrangère n’est réellement promue en France – dans l’enseignement supérieur. Ce qui, pour des raisons pratiques circonscrites, pouvait être accepté devient la norme dès lors qu’un partenaire étranger ou qu’un financement européen est associé. Notons que tout financement « européen » accordé à la France est en réalité français puisque notre pays est contributeur net au budget européen : autrement dit, nous allons payer pour expulser nous-mêmes la langue française de l’enseignement et de la recherche !

 

Loin de contribuer à une quelconque « internationalisation » de l’enseignement, le projet de loi ESR va un peu davantage araser toute différence linguistique entre des pays d’Europe de plus en plus indifférents les uns aux autres, pour les jeter dans une sphère culturelle anglo-saxonne étrangère.

 

L’article 2 du projet de loi ESR ne suffisant pas à calmer les ardeurs des plus farouches pourfendeurs du français, 36 sénateurs du groupe socialiste, dont l’un de ses vice-présidents délégués, ont déposé au Sénat le 12 février 2013 une proposition de loi « relative à l’attractivité universitaire de la France »[3] qui aggrave encore les objectifs funestes de Madame Fioraso.

 

L’ « exposé des motifs » de cette proposition de loi feint de découvrir qu’existe une compétition entre universités au niveau planétaire alors que ce qui est – vraiment – nouveau, et qui est tu, c’est qu’un modèle d’inspiration anglo-saxonne, reposant sur la domination exclusive de l’anglais dans toutes les disciplines, est en train d’être imposé, de l’intérieur, au monde de l’enseignement et de la recherche en France.

 

Ce ne sont, en effet, ni les partenaires universitaires étrangers de la France, ni les étudiants étrangers, ni davantage la qualité de l’enseignement et de la recherche qui poussent au « tout anglais ». Ce sont les Français eux-mêmes qui s’y contraignent, par des lois et des comportements idéologiques et mimétiques.

 

L’article 6 de ce projet de loi sénatorial ajoute le passage suivant à l’article L. 761-1 du code de l’éducation : « par dérogation à l’article L. 121-3 [celui cité plus haut], la langue de l’enseignement, des examens et concours, ainsi que des thèses et mémoires, dans les établissements d’enseignement supérieur, peut être une autre langue que le français. Pour les étudiants ne justifiant pas d’une connaissance suffisante du français, lorsqu’ils suivent une formation dispensée dans une langue étrangère, cette dérogation est soumise à l’obligation de suivre un cursus d’apprentissage de la langue et de la culture françaises ».

 

Cet article instaure la possibilité – bientôt l’obligation, peut-être – pour tout un chacun, étranger ou français, de suivre un cursus universitaire intégralement en anglais. Par exemple, il sera possible qu’un Français suive, en France, une formation en anglais de comptabilité sans connaître aucun des termes comptables dans la langue française !

 

Cette proposition de loi va, nécessairement, entrainer la dépossession de leur langue maternelle chez les jeunes étudiants français qui suivraient l’ensemble de leurs études en anglais. Croit-on d’ailleurs que leur anglais est si bon qu’ils tireront de leurs études le même profit que si elles avaient été en français ?

 

Par conséquent, cette expansion nouvelle consentie à l’anglais va inéluctablement s’accompagner d’une baisse du niveau général de la population, tout simplement parce que cette langue n’est pas – et ne sera jamais n’en déplaise aux 36 sénateurs – la langue maternelle des Français ! Il en résultera, de plus, un accroissement des inégalités entre les étudiants capables de s’offrir cours d’anglais et séjours linguistiques à l’étranger, et les autres. Le service public qu’est l’enseignement supérieur doit-il favoriser cela ? Nul doute que l’anglais agira alors comme le marqueur social d’une nouvelle classe dominante, soucieuse d’interdire le pouvoir aux non-anglophones.

 

Quant aux étudiants étrangers, on les priera de bien vouloir s’intéresser un tantinet au pays et à la langue, de sorte que le « tunnel » que constituera leur passage en France soit percé d’une lucarne folklorique. Ne comprenons-nous pas qu’un étranger est d’autant plus attaché et arrimé à la France qu’il maîtrise le lien fondamental qui unit – encore – la communauté nationale, à savoir la langue française ?

 

 

Le français n’est pas un frein à nos échanges universitaires et scientifiques avec le monde : c’est tout le contraire !

 

 

Le préjugé qui motive les deux textes législatifs dénoncés plus haut est que la langue française est un frein aux échanges entre nous, Français, et le reste du monde.

 

Or, cette façon d’aborder la question témoigne d’une accumulation dramatique d’erreurs de perception. En effet :

 

  • le français est une langue qui demeure considérablement apprise et appréciée à l’étranger, notamment pour sa précision, sa clarté et la résistance qu’elle offre – au corps défendant des gouvernements français – au rouleau compresseur de l’anglo-américain.

 

  • affirmer volontairement la suprématie de l’anglais sur le français revient par la même occasion à mépriser tout particulièrement les pays francophones, qui n’auraient pas de raison de le demeurer, dès lors que nous leur demanderions l’anglais pour toute coopération sérieuse avec eux. C’est envoyer un signal particulièrement négatif à tous ceux qui, dans le monde, voudraient apprendre le français.

 

  • renoncer à toute promotion du français à l’extérieur de nos frontières revient, en fait d’ouverture, à faire preuve d’un détestable repli. Cela revient à cantonner notre langue à une image d’Épinal idiote de « trésor culturel », qu’il faudrait mettre sous cloche de peur qu’il ne vive.

 

  • promouvoir l’anglais, c’est ignorer que les Français s’expriment mieux, pensent mieux, créent mieux en français et donc échangent mieux en français, leur langue maternelle, qu’en anglais : pourquoi renoncer au français qui nous apporte confort et efficacité ?

 

  • adopter le principe de l’anglais comme langue internationale exclusive revient à accorder, à l’inverse, un atout décisif à nos compétiteurs anglophones de naissance. Ce qui est constitutif d’une distorsion de concurrence inacceptable.

 

  • croire que l’on va attirer des étudiants et professeurs étrangers parce que les enseignements seraient en anglais est un contre-sens burlesque : ils ne viennent pas en France parce que l’on y parle l’anglais, mais... parce que l’on y parle le français justement ! Et aussi parce que c’est une nation réputée pour l’excellence de son enseignement et de sa recherche.

 

  • imposer l’anglais au sein des colloques internationaux et dans les revues scientifiques supprime tout recours à la traduction, qui présente l’avantage de laisser chacun s’exprimer dans la langue qu’il maîtrise le mieux, donc avec un maximum d’aisance, de nuance, de précision et de rigueur. Aucune promotion ni préservation de la diversité linguistique ne sont, du reste, possibles sans la traduction. Selon la formule chère à Umberto Eco, « la langue de l’Europe, c’est la traduction », ce n’est pas l’anglais.

 

  • le recours systématique à l’anglais occasionne une double traduction, source de malentendus, d’erreurs et d’appauvrissement, dès lors que les deux interlocuteurs qui y recourent ne sont ni l’un ni l’autre de langue maternelle anglaise.

 

  • l’imposition de l’anglais conduit à faire primer la compétence linguistique sur la compétence professionnelle et donc à classer, par construction, les enseignants et chercheurs francophones dans une communauté scientifique « de deuxième classe » : c’est en faire des « torchons », bien séparés des « serviettes » des pays anglophones. La France, dès lors, se réservera les étudiants étrangers qui, d’abord, auront été refusés par les universités anglo-saxonnes.

 

  • le renoncement au français encourage les avocats d’une prétendue supériorité de l’anglais, conception digne des pires théories racistes du vingtième siècle. Il conforte également les Français qui, par snobisme ou par peur, professent leur indifférence face au passage au tout anglais, alors qu’une part grandissante de la communauté scientifique souffre silencieusement de cette angoissante dépossession linguistique et sombre dans l’autocensure.

 

  • une langue n’est pas neutre mais au contraire porteuse de valeurs et d’un imaginaire propres : imposer l’anglais revient à imposer une pensée et une culture étrangères. À terme, cela revient également, à abandonner le pouvoir aux anglophones.

 

  • abattre sa propre langue est, enfin, la manifestation d’une incompréhensible haine de soi et d’une volonté politique d’automutilation et d’« autocolonisation » pour reprendre le terme de Dominique Noguez dans La colonisation douce. Pareille décision, d’une part, humilie l’enseignement supérieur et la recherche française et, d’autre part, appelle de la part de nos partenaires étrangers le plus profond mépris à notre endroit.

 

Le projet de loi ESR et la proposition des 36 sénateurs prétendent remédier à « l’attractivité universitaire de la France » et font de la langue française une ennemie de cette attractivité, quand elle est précisément un atout reconnu comme tel par le reste du monde !

 

Ils ont pour objectif la provincialisation du français afin de mieux transformer la France en une banale province d’un vaste ensemble euro-atlantiste anglophone. Existe-t-il d’ailleurs encore une « France » et un « nous », c’est-à-dire une communauté nationale, dès lors que la langue française est marginalisée ?

 

Pour toute précison, contacter François-Xavier Grison à l'adresse suivante :

francois-xavier.grison@u-p-r.fr

 



[3] Voir : http://www.senat.fr/leg/ppl12-348.pdf

 

 

L’Union Populaire Républicaine ainsi que les signataires de la présente pétition demandent le retrait immédiat des projets de loi qui visent à marginaliser la langue française dans l’enseignement supérieur et la recherche, c’est-à-dire du projet de loi ESR dit « Fioraso » et de la proposition de loi relative à l’ »attractivité universitaire de la France » déposée le 12 février 2013 au Sénat.

 

Signez la pétition ICI

 

Pétition nationale contre le projet de loi FIORASO - ESR qui vise à ...

 



fioraso

 

 

Pétition nationale contre le projet de loi FIORASO – ESR qui vise à imposer l’anglais dans l’enseignement supérieur en France

 

FAISONS BARRAGE AU PROJET DE LOI DIT “ESR” QUI VISE A IMPOSER PROGRESSIVEMENT LA LANGUE ANGLAISE DANS L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR EN FRANCE !


L’UPR LANCE UNE GRANDE PÉTITION POUR DEMANDER LE RETRAIT IMMÉDIAT DU PROJET DE LOI “FIORASO” ET DE LA PROPOSITION DE LOI PRÉTENDUMENT “RELATIVE À L’ATTRACTIVITÉ UNIVERSITAIRE DE LA FRANCE”.


L’UPR prend pour la première fois l’initiative de lancer une pétition pour faire barrage aux nouveaux projets de loi qui visent à marginaliser la langue française dans l’enseignement supérieur et la recherche.


Cette affaire est d’une exceptionnelle gravité


Car, sous couvert de “modernité” et de “réalisme”, le prétendu “gouvernement”, prétendument “socialiste”, prétendument “français”, représenté par Mme Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, envisage ni plus ni moins que d’autoriser les études supérieures et les examens ENTIÈREMENT en langue anglaise dans la patrie de Molière.

À terme, c’est la destruction même de notre langue et de notre culture qui se profile inexorablement derrière ce projet de loi, pour consentir à faire de la France une colonie américaine, comme c’est l’objectif final de la prétendue “construction européenne”.

On nous demande rien moins que de saborder l’une des plus grandes langues mondiales, et d’ânonner dans la langue de McDonald’s, pour satisfaire aux objectifs de “rentabilité” d’une oligarchie mondiale qui ne pèse rien face aux peuples et à l’histoire du monde.

Notons d’ailleurs que l’américanisation, notamment de la langue, fait aussi des ravages aux Pays-Bas, en Allemagne, en Italie et dans de nombreux pays de l’Est. Preuve qu’après une “monnaie unique”, c’est désormais une “langue unique” qui est imposée aux peuples d’Europe.

Notons en revanche qu’il n’y a nulle fatalité : en Inde ou en Chine, par exemple, les autorités exigent que les formations se fassent dans les langues nationales, et l’Inde est même en train de rétablir l’enseignement en hindi dans tout son enseignement supérieur.

Signez et faites signer la pétition sans crainte

En mon nom personnel comme au nom de tous les adhérents et sympathisants de l’UPR, je vous suggère donc instamment de signer la pétition que nous avons mise en ligne sur un site spécialisé, et de contribuer à votre tour à la faire signer.

Je prends l’engagement moral que vous pouvez le faire sans crainte. 

=> D’une part parce que chaque signataire de cette pétition a le choix de rendre publics ses nom et prénom, ou au contraire de conserver l’anonymat.

=> D’autre part parce que le site par lequel nous proposons cette pétition est géré de façon totalement indépendante et s’engage formellement à ne jamais afficher ni communiquer votre adresse à qui que ce soit. Et en particulier pas à l’UPR, qui ne disposera donc pas des adresses des signataires.

De la sorte, même les internautes qui ne partagent pas tout ou partie des analyses de l’UPR, mais qui sont néanmoins d’accord pour s’opposer au projet de loi Fioraso, peuvent signer cette pétition sans arrière-pensées ni crainte de “récupération”.

Nous avons opté pour ce système élégant afin de conserver à cette pétition toute son éthique et toute sa force : nous ne la lançons pas pour nous confectionner une nouvelle base de “prospects” ; nous la lançons pour susciter un grand mouvement d’opposition à la destruction programmée de la langue française.

Je compte sur vous tous. 

François ASSELINEAU

Toutes les précisions sur les actuels projet et proposition de loi actuellement à l’étude sont décrites dans le détail par François-Xavier Grison, responsable national en charge des solidarités francophones, sur le site même de la pétition.

Pour tout savoir et pour signer, c’est ici : http://www.petitions24.net/contre_la_loi_esr_fioraso_parce_que_pour_la_langue_francaise


PS :
Nous vous recommandons également de lire cet excellent interview de Claude Hagège intitulé  ”Imposer sa langue, c’est imposer sa pensée”

http://www.lexpress.fr/culture/livre/claude-hagege-imposer-sa-langue-c-est-imposer-sa-pensee_1098440.html

Extrait de l’interview :
Question du journaliste : Vous estimez aussi que l’anglais est porteur d’une certaine idéologie néolibérale…

Réponse de Claude Hagège : Oui. Et celle-ci menace de détruire nos cultures dans la mesure où elle est axée essentiellement sur le profit.

 

______________________________________________________________________________

 

..


SOUTENEZ FINANCIÈREMENT LA CAMPAGNE DU NON AU RÉFÉRENDUM DU 7 AVRIL EN ALSACE

Par le Mouvement politique d’émancipation populaire (M’PEP).

Le 19 mars 2013.

  • Parce que ce référendum a une portée  nationale : il sert d’expérimentation à la création  d’ «euro-régions » qui se profilent contournant l’État-nation, directement branchées sur les oligarques de Bruxelles et qui feraient voler en éclat le territoire national.
  • Parce qu’un oui à ce référendum  organiserait à terme le démembrement de la République.    
Ainsi, ce ne sont pas seulement les Alsaciens qui sont concernés mais tous les citoyens français !

Le M’PEP s’est engagé dans la campagne du NON, en appelant les citoyens à se mobiliser massivement. Des Brigades républicaines sont constituées et interviennent sur les marchés, organisent des réunions publiques…

Aidez-nous à financer la campagne pour le NON au référendum du 7 avril sur la Collectivité territoriale d’Alsace. Votre don vous fera bénéficier d’une déduction d’impôts de 66% de son montant.
Pour signer l'appel à voter "non" ou à boycotter le référendum, cliquez ci-dessous :
http://www.m-pep.org/spip.php?article3229#outil_sommaire_1

Inscrivez-vous aux Brigades républicaines pour mener la campagne en Alsace en remplissant le bulletin ci-dessous :
http://www.m-pep.org/spip.php?article3218



Vous appréciez notre information régulière, vous êtes souvent d'accord avec nos analyses et nos propositions suscitent votre intérêt.

Alors adhérez au MPEP !

Pour imprimer le bulletin d’adhésion, cliquez ci-dessous :
http://www.m-pep.org/IMG/pdf/bulletin_adhe_sion_2013.pdf
.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche