Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 17:03

Lettre de Jesse Ventura

ancien gouverneur du Minnesota, à la classe dirigeante

 

samedi 16 avril 2011


http://www.navyseals.com/files/jesse-ventura.jpg
 

Vous contrôlez notre monde. Vous avez empoisonné l’air que nous respirons, contaminé l’eau que nous buvons, exigé des droits sur la nourriture que nous prenons. 

 

Nous nous sommes battus dans vos guerres, nous avons perdu la vie pour vos causes, nous avons sacrifié nos libertés pour vous protéger. Vous avez dilapidé notre épargne, détruit la classe moyenne et vous avez utilisé nos impôts pour renflouer votre insatiable cupidité. Nous sommes les esclaves de vos sociétés, les zombies de vos diktats, les serviteurs de votre décadence.

 

Vous avez volé nos élections, assassiné nos leaders, aboli nos droits fondamentaux d’êtres humains. C’est vous qui possédez nos biens, qui avez délocalisé nos emplois, détruit nos syndicats. Vous avez profité des désastres, déstabilisé nos monnaies et alourdi le coût de la vie.

 

Vous avez monopolisé notre liberté, vous avez démoli notre éducation et avez pratiquement éteint la flamme de nos vies. Nous sommes blessés… nous sommes ensanglantés, mais nous n’avons plus le temps de saigner.

 

Nous allons mettre les géants à genoux et vous allez assister à notre révolution !

 

Sincèrement vôtre : Les serfs


weaintgottimetobleed.com
rense.com

 

.

.

.

Biographie de Jesse Ventura

sur Wikipedia 

Après une longue carrière dans la lutte, il a été élu gouverneur du Minnesota de 1999 à 2003 et n'a pas sollicité de second mandat.

 

Le 23 novembre 2009, il est le présentateur d'un soir de RAW, émission de catch de la World Wrestling Entertainment.

 

11 septembre 2001 et politique américaine

Dans son ouvrage "Don’t start the revolution Without Me!"[1] Ventura délivre une critique incisive du système politique à deux parties et de la corruption qui y règne. Il livre ses doutes sur les attentats du 11 septembre 2001, en s'interrogeant entre autres sur l'effondrement des deux tours jumelles et du bâtiment n°7 du World Trade Center à New York. Il fait part de l'impossibilité de discuter du sujet dans l'emission "Fox and Friends"[2] sur Fox News, lors d'une altercation avec l'animateur vedette Brian Kilmeade.

 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jesse_Ventura

 

.

 


Partager cet article
Repost0
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 20:23
http://img.over-blog.com/455x341/0/52/28/82/2011-PART-1/CHEIKFITANEWS-P1014430.JPG
http://img.over-blog.com/455x341/0/52/28/82/2011-PART-1/CHEIKFITANEWS-P1014430.JPG
.
.
Côte d’Ivoire - Gbagbo -
Manif à Paris samedi 16 avril 2011
à la Bastille à 14h
.

  .
Quand un peuple est libéré d’un dictateur, il sort en masse, c’est une liesse populaire indescriptible. Mais ici, nous avons vu la même image sur toutes les chaînes : Moins de 100 personnes dans les rues d’une ville de plus de 3 millions. Alors, le « libérateur » Ouattara est un imposteur, et Laurent GBAGBO est une fierté africaine !
 
Le samedi 16 avril 2011, tous et toutes à la Bastille à partir de 14h :
 
 
Et j'espère que cette fois-ci, il y aura un nombre conséquent de Blancs, contrairement à la grande manif antiguerre du 9 avril 2011 où il n'y avait quasiment aucun Blanc dans la foule. Voici une vidéo de cette manif et constatez vous-mêmes ! :
 
 
C'est honteux pour les Blancs ! où est la solidarité internationale ? Où est l'internationalisme prolétarien ? Prolétaires de tous les pays unissez-vous !

 
Urgent faire circuler
.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 05:23
L’Amérique latine secoue le joug des Etats-Unis (The Guardian)
Mark WEISBROT
La dispute avec l’Equateur montre que les Etats-Unis n’ont toujours pas compris qu’ils ont perdu leur hégémonie régionale.


Jeudi, les Etats-Unis ont expulsé l’ambassadeur d’Equateur, en riposte à l’expulsion mercredi de l’ambassadeur US en Equateur. Les Etats-Unis se retrouvent sans représentation diplomatique dans trois pays d’Amérique du sud – les deux autres sont la Bolivie et le Venezuela – dépassant ainsi l’administration Bush en matière de problèmes diplomatiques dans la région.

L’ambassadrice US Heather Hodges a été déclarée « persona non grata » et priée de quitter l’Equateur « au plus tôt » après la révélation par un câble Wikileaks de ses remarques désobligeantes envers le président équatorien, Rafael Correa. Dans le câble, elle affirme que le Président Correa avait connaissance de la corruption d’un ancien chef de la police nationale.

Bien que l’administration Bush soit intervenue dans les affaires intérieures de pays tels que la Bolivie ou même le Brésil, elle était en quelque sorte plus douée pour « pister la proie » et éviter des conflits secondaires qui auraient pu la détourner de son objectif principal. L’objectif principal, bien sûr, c’est le Venezuela – où sont situées les plus grandes réserves de pétrole au monde, estimées par US Geological Survey à 500 milliards de barils. L’objectif de Washington depuis dix ans est un changement de régime. L’équipe Bush avait compris que plus elle entrait en conflit avec d’autres pays de la région, moins sa propagande accusant le Venezuela de tous les maux serait crédible.

Ca n’a vraiment rien de personnel. Si le président vénézuelien Hugo Chavez avait été un parfait diplomate, cela n’aurait rien changé pour le gouvernement des Etats-Unis. Et ce n’est pas uniquement le pétrole, puisque le Venezuela vend toujours aux Etats-Unis plus de 1 millions de barils par jour, et qu’il existe d’autres sources d’approvisionnement le cas échéant. C’est simplement parce que n’importe quel pays avec autant de pétrole finit par exercer une influence régionale, et les Etats-Unis refusent tout simplement de traiter avec une influence régionale non-lignée sur ses propres objectifs – surtout s’ils peuvent s’en débarrasser. Et ils ont failli réussir en 2002 avec le coup d’état contre Chavez – et ils ne vont pas abandonner.

Mais ici aussi la Maison Blanche perd du terrain. Un gros coup fut le changement intervenu dans la politique étrangère de la Colombie l’été dernier lorsque le président Juan Manuel Santos est arrivé au pouvoir. Un des axes importants de la stratégie de Washington est de faire régner une tension permanente entre la Colombie et le Venezuela, facilitée par les 2000 km de frontières communes souvent marquées par des violences paramilitaires ou de guérilla depuis des dizaines d’années. Les conflits entre la Colombie et le Venezuela sont importants aussi pour la stratégie électorale de Washington au Venezuela. Lorsqu’un conflit éclate entre les deux pays, comme en 2009, lorsque le Venezuela a coupé les échanges commerciaux bilatéraux en réponse aux efforts US d’étendre leur présence militaire en Colombie, il produit des effets négatifs pour de nombreux Vénézuéliens qui habitent les régions frontalières. Ce qui permet de faire gagner quelques voix anti-chavistes dans ces zones, comme lors des dernières élections législatives au Venezuela. Et les accusations d’un soutien vénézuélien aux guérillas de la FARC en Colombie – malgré l’absence de preuves – font partie des efforts de Washington pour positionner sa campagne contre le Venezuela sur le terrain de la « guerre contre le terrorisme ».

Bien que le précédent président, Alvaro Uribe, était – dans les dernières années – un allié dans la stratégie des Etats-Unis envers le Venezuela, le nouveau président Santos l’a immédiatement rejeté et a décidé de faire la paix avec Chavez. Ce qui était assez facile à faire, malgré les conflits à l’époque où Santos était le ministre de la défense d’Uribe. Comme le savent tous ceux qui suivent le Venezuela, Chavez se montre amical avec tous les dirigeants d’état ou de gouvernement qui se montrent eux-mêmes amicaux avec le Venezuela.

Le demi-tour effectué par Santos est très intéressant à plusieurs égards. D’abord, il montre l’importance de l’intégration économique régionale en tant que facteur de paix et de stabilité dans la région. La tentative de Washington et du prédécesseur de Santos de renforcer la présence militaire US en Colombie a provoqué une baisse de 2,3 milliards de dollars des exportations de la Colombie vers le Venezuela qui était devenu son deuxième partenaire commercial. Cela représentait plus de 11% des exportations colombiennes, et la majorité était constituée de bétail et produits textiles pour lesquels il n’y a pas de marché alternatif. Le Venezuela entretient aussi des relations très étroites avec le Brésil et pratiquement tout le reste de l’Amérique du sud qui pensaient tous la même chose de la politique étrangère de la Colombie – et s’y sont opposés encore plus fermement lorsque des documents de l’armée de l’air US ont été rendus publics et indiquaient clairement que l’expansion était destinée « à des opérations mobiles... sur le continent Sud-américain » et visait « la menace permanente » de « gouvernements anti-américains ».

Santos avait en gros le choix entre continuer d’obéir à Washington ou faire partie de l’Amérique du sud. Il a choisi l’Amérique du sud. Le rôle clé du commerce ici, alors que l’Amérique du sud poursuit son intégration économique, montre un des plus importants « gains » tirés des échanges commerciaux. Ces gains sont bien plus importants que les « gains de productivité » néoclassiques, souvent exagérés par les partisans des accords de « libre-échange ».

Le choix de Santos de faire partie de l’Amérique du sud montre à quel point les changements géopolitiques menés par les gouvernements de gauche de la région ont désormais une influence y compris sur les gouvernements de droite. C’est le résultat de changements dans les institutions (ministres des affaires étrangères, organisations multilatérales telles l’UNASUR, le groupe de Rio), des idées, et des normes mises en application ces dix dernières années.

Voilà maintenant Washington qui demande à la Colombie d’extrader un certain Walid Makled, un vénézuélien accusé de narcotrafic et arrêté en Colombie, vers les Etats-Unis. Non, merci, répond le Président Santos – ce type ira au Venezuela. Santos évoque la loi colombienne, et dit que premièrement, la Colombie a un accord d’extradition avec le Venezuela, mais pas avec les Etats-Unis ; et deuxièmement, le Venezuela a présenté sa demande en premier ; et troisièmement, Makled est recherché pour des crimes plus graves (meurtre) au Venezuela qu’aux Etats-Unis (trafic de drogue). Autant d’éléments qui exigent une extradition de Makled vers le Venezuela.

Et Washington est furieux. Pour comprendre pourquoi cette histoire est si importante pour le Département d’Etat US, il faut analyser leurs déclarations sur l’impossibilité d’un « procès équitable » pour Makled au Venezuela et autres bêtises répétées avec un air faussement naïf par tous les grand médias.

Une élection présidentielle est prévue au Venezuela l’année prochaine. A chaque élection ou référendum important au Venezuela – et il y en a beaucoup, mais aucun n’est aussi important que celui-là aux yeux de Washington – on assiste à une campagne médiatique internationale, avec la participation du gouvernement US. (Un câble récent de Wikileaks montre que le gouvernement Colombien a collaboré avec les fonctionnaires US pour coordonner la campagne médiatique qui liait à la fois Chavez et Correa aux guérillas colombiens, les FARC). Makled a déjà offert de parler sur la corruption de certains officiels vénézuéliens, mais uniquement s’il est extradé vers les Etats-Unis. Ainsi, s’ils pouvaient le faire venir jusqu’à Miami, là ils pourraient monter un procès-spectacle meilleur que n’importe quelle campagne médiatique que le Département d’Etat pourrait organiser.

Pour tous ceux qui pensent que de tels efforts paraissent disproportionnés, rappelons que c’est exactement ce qui s’est passé en 2008. Les autorités US ont utilisé un vague procès-spectacle d’un Venezuelien accusé de « d’agir en tant qu’agent étranger non-enregistré » - il n’a pas été accusé d’espionnage – afin de diffuser des accusations de corruption « au plus haut niveau » du gouvernement Vénézuélien. Ces accusations ont fait la "une" des journaux de tout le continent et, bien sûr, ont été reprises en boucle par les médias vénézuéliens dominés par l’opposition. Imaginez ce que le procès de Markled pourrait faire : personne ne demanderait ce qui aurait été offert à l’accusé en échange de son témoignage, ni si son témoignage repose sur quelques éléments de preuve. Ce serait juste une gigantesque campagne de diffamation que les journaliste avaleraient tout rond.

Mais Santos refus de jouer le jeu, malgré les énormes pressions exercées et, bien sûr, l’accord de « libre-échange » en attente de ratification entre les Etats-Unis et la Colombie. Peut-être parce que cet accord est plus important pour Washington que pour lui.

En tous cas, l’administration Obama – comme celle de son prédécesseur – livre un combat perdu d’avance. Le voyage récent d’Obama en Amérique latine fut à peine meilleur que ceux de Bush. Obama est mieux traité – pas d’émeutes dans les rues et pas de dignitaires Maya pour purifier le site après son passage. Mais tous les présidents et ministres des affaires étrangères là-bas vient bien que la politique des Etats-Unis n’a pas changé d’un iota.

Mark Weisbrot

 

http://www.guardian.co.uk/commentis...

traduction "Obama, c’est bonnet noir, noir bonnet" par VD pour le Grand Soir avec probablement les fautes et coquilles habituelles

 


URL de cet article 13359
http://www.legrandsoir.info/L-Amerique-latine-secoue-le-joug-des-Etats-Unis-The-Guardian.html
Partager cet article
Repost0
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 22:22

http://idata.over-blog.com/0/04/46/67//revolution.gif

 

Sommaire

(du post publié à l'instant sur mon blog R-sistons) :

 

Tout l'Opéra de Rome s'est levé contre la tyrannie ! 

Silvio Berlusconi renversé par Giuseppe Verdi (Agora Vox)

 

Debout, citoyens, debout, peuples !

par eva R-sistons

 

Révoltes, actions, répressions...

Sélection de liens, en particulier

Révolution du Muguet, le premier mai on marche sur l'Elysée, et

Présence au C.A. des transnationales

 

BHL pollue notre télévision et notre politique étrangère,

par eva R-sistons

 

http://www.rougemidi.org/local/cache-vignettes/L423xH200/arton5795-e37f1.jpg

Nabucco (Verdi), le choeur des esclaves.

 

Debout, citoyens,

debout, peuples !

Par eva R-sistons

 

Citoyens !

La France est en péril !

Elle est ravagée par un homme, par un clan !

Peuples !

La planète est en péril !

Elle est ravagée par un clan,

par un consortium de fous,

obsédés par la réalisation

d'un Nouvel Ordre Mondial

anglo-américain

qui achèvera de détruire le monde

tel que nous le connaissons !

 

Citoyens, peuples,

nous avons été assez floués,

nous n'avons pas une mentalité d'esclaves,

nous allons nous réveiller, nous allons

nous libérer des chaînes qu'on nous impose,

debout, citoyens,

debout, peuples,

boutons dehors nos ennemis tout en Haut !

 

Nos frères et soeurs arabes,

particulièrement en Tunisie et en Egypte,

nous ont montré le chemin,

unis, déterminés, organisés,

et avec une sagesse et une maturité étonnantes.

 

Voici maintenant que les Italiens à leur tour,

en plein opéra,

en voyant les esclaves juifs de Babylone

se libérer de l'oppression,

se sont levés à l'unisson

pour chanter avec le choeur,

une deuxième fois, l'hymne de la libération,

guidés par le chef d'orchestre qui a dit oui à la rébellion !

 

Citoyens, l'heure est venue, partout,

de dire non à la nuit qui s'étend sur le monde,

une nuit orchestrée de la City ou de Wall Street

pour ôter ce qui reste de liberté,

ce qui reste de solidarité,

ce qui reste d'humain,

ce qui reste de vivant,

ce qui reste de beau !

 

http://idata.over-blog.com/0/04/46/67//revolution.gif

http://idata.over-blog.com/0/04/46/67//revolution.gif

 

 

Réveillez-vous, citoyens, réveillez-vous, peuples !

Sortez de votre torpeur !

Terrassez votre apathie !

Les chaînes perpétuelles arrivent !

 

De tous côtés, la colère monte !

En Espagne, les jeunes chômeurs (45 %)

sortent dans la rue, qui en parle ?

En Grèce, les manifestations sont quotidiennes,

qui en parle ?

En Islande, tout un peuple refuse

la captivité proposée par le FMI et les grandes banques,

qui en parle ?

En France, un Hulot passe du vert au rose,

un de Villepin se lève pour déborder sur sa Gauche

le PS aux couleurs strauss-kahniennes

furieusement libérales,

un vent gaullien de rassemblement et de libération

souffle jusque dans les rangs les plus conservateurs,

et puis les chaumières retentissent

des cris et des pleurs des victimes

de la mondialisation malheureuse,

les parents occupent les écoles désertées

par les enseignants non remplacés,

même les juges et les médecins hurlent leur colère,

et le pouvoir reste sourd, sourd !

La France a dit non au Traité de Lisbonne,

la "démocratie irréprochable" le lui a imposé,

les Français ont dit non aux retraites de plus en plus tardives,

on les leur a imposées,

jusqu'à quand allons-nous tolérer la surdité des dirigeants ?

 

Les peuples ne veulent plus des tyrans ! 

Même aux Etats-Unis les rues se mettent à gronder,

45 millions de pauvres dans le pays le plus riche du monde,

et en Amazonie, les Indiens

s'opposent aux Compagnies pétrolières

qui polluent leurs rivières,

oui partout la terre crie : Assez, assez !


Nous ne voulons plus de la "compétition"

qui nous dresse les uns contre les autres,

 de la "modernité" qui nous prive

de nos conquêtes sociales et de nos services publics,

des crises bancaires qui transfèrent nos maigres revenus

dans les poches de ceux qui ne savent

plus quoi faire de leurs fortunes !

 

http://www.starzik.com/covers/tracks/Nabucco_Choeur_des_esclaves_Album_Version_Choeurs_du_Staatsoper_de_Vienne-11794413.jpg

 

Ca suffit ! Nous sommes comme les Juifs de Babylone,

comme les esclaves de l'Opéra de Verdi,

nous crions notre désir de liberté, de justice !

 

Nous ne voulons pas d'un monde où l'on place et déplace

les dirigeants à volonté,

au gré des caprices du Marché et des prédateurs,

pour installer des pions du FMI comme en Côte d'Ivoire,

nous ne voulons pas d'un monde où l'on bombarde

les pays qui ont des dirigeants assurant à leur peuple

un niveau de vie décent, comme en Libye,

ou sans doute bientôt au Vénézuela,

nous voulons décider nous-mêmes de notre avenir,

nous voulons choisir notre destin,

nous ne voulons pas que nos terres soient pillées, souillées, 

nous ne voulons pas voir nos animaux torturés,

  nous ne voulons pas voir nos paysans, nos ouvriers,  

nos caissières, nos fonctionnaires, notre Armée,

nos gendarmes sacrifiés aux appétits des actionnaires,

nous voulons retrouver la maîtrise de notre monnaie,

de notre Etat redistributeur,

de nos frontières, de notre souveraineté !

 

Assez de tyrannie ! Assez de corruption !

Assez de privilèges ! Assez d'injustices !

Assez de crimes !

Assez de veuves éplorées,

de jeunes filles sans leur fiancé,

d'enfants sans parents, de familles disloquées !

Stop le massacre de la nature,

stop la pollution par les gazs, le nucléaire,

les pesticides, la rapacité !


Vos guerres pour le profit sont des crimes

contre l'humanité toute entière !

Cessez de nous considérer

comme de la chair à canons,

 ou comme de vulgaires numéros,

ou comme de simples consommateurs,

ou comme des sources de profits juteux,

comme des esclaves à exploiter ! 

Et cessez de nous désigner des  boucs-émissaires !

 

Les responsables de nos malheurs,

c'est vous,

vous les Berlusconi,

vous les Sarkozy,

vous les Cameron,

vous les Ouattara !

Nous ne voulons pas savoir

qui sont vos commanditaires, au sommet !

Vous êtes responsables !

 

Ecoutez la voix du choeur de Nabucco,

tout l'opéra retentissait

de sa clameur, reprise par le peuple,

écoutez la voix de la révolte,

elle vient des entrailles de la terre,

d'une terre blessée, meurtrie, saccagée, violentée !

 

Assez, bourreaux de nos vies,

nous vous avons assez supportés,

nous ne plierons plus,

nous ne croirons plus vos mensonges dans les médias,

nous n'accepterons pas les chaînes

que vous nous posez toujours plus !

 

Dehors, les imposteurs !

Le peuple arabe parle !

Le peuple indien parle !

Le peuple italien parle !

Tous les peuples vont se lever en même temps

pour crier comme le choeur de l'Opéra de Verdi :

Notre patrie est belle,

nous ne la laisserons pas perdre, se perdre !

 

 

 

 

En avant, citoyens,

que retentisse un opéra planétaire,

celui de la libération des peuples opprimés,

brisés, meurtris, mais vivants, encore,

et suffisamment conscientisés

pour se lever

et bouter dehors les tyrans !

 

Merci peuples arabes ou d'Italie,

vous nous avez montré le chemin,

à notre tour, levons-nous,

debout les citoyens, debout les citoyennes,

en avant, tous ensemble, tous unis vers la victoire !

 

eva R-sistons

 

http://r-sistons.over-blog.com

 

TAGS : Nabucco, Opéra, Rome, City, Wall-Street, FMI, Strauss-Kahn, Hulot, de Villepin, Ouattara, Libye, Vénézuela, Côte-d'Ivoire, Italie, Arabes, Juifs, esclaves, Babylone, Verdi, Amazonie, Nouvel Ordre Mondial, Tunisie, Egypte

 

.

 

 

http://www.rougemidi.org/local/cache-vignettes/L423xH200/arton5795-e37f1.jpg

 

Les esclaves se réveillent !

Les peuples se réveillent !

 

 

Merci Verdi, merci Muti, merci au peuple italien


Silvio Berlusconi renversé par Giuseppe Verdi

 

 

 Le 12 mars dernier, Silvio Berlusconi a dû faire face à la réalité. L’Italie fêtait le 150ème anniversaire de sa création et à cette occasion fut donnée, à l’opéra de Rome, une représentation de l’opéra le plus symbolique de cette unification : Nabucco de Giuseppe Verdi, dirigé par Riccardo Muti.

 

Nabucco de Verdi est une œuvre autant musicale que politique : elle évoque l'épisode de l'esclavage des juifs à Babylone, et le fameux chant « Va pensiero » est celui du Chœur des esclaves opprimés. En Italie, ce chant est le symbole de la quête de liberté du peuple, qui dans les années 1840 - époque où l'opéra fut écrit - était opprimé par l'empire des Habsbourg, et qui se battit jusqu'à la création de l’Italie unifiée.

 

Avant la représentation, Gianni Alemanno, le maire de Rome, est monté sur scène pour prononcer un discours dénonçant les coupes dans le budget de la culture du gouvernement. Et ce, alors qu’Alemanno est un membre du parti au pouvoir et un ancien ministre de Berlusconi.

  

Cette intervention politique, dans un moment culturel des plus symboliques pour l’Italie, allait produire un effet inattendu, d’autant plus que Sylvio Berlusconi en personne assistait à la représentation…

 

Repris par le Times, Riccardo Muti, le chef d'orchestre, raconte ce qui fut une véritable soirée de révolution : « Au tout début, il y a eu une grande ovation dans le public. Puis nous avons commencé l’opéra. Il se déroula très bien, mais lorsque nous en sommes arrivés au fameux chant Va Pensiero, j’ai immédiatement senti que l’atmosphère devenait tendue dans le public. Il y a des choses que vous ne pouvez pas décrire, mais que vous sentez. Auparavant, c’est le silence du public qui régnait. Mais au moment où les gens ont réalisé que le Va Pensiero allait démarrer, le silence s’est rempli d’une véritable ferveur. On pouvait sentir la réaction viscérale du public à la lamentation des esclaves qui chantent : « Oh ma patrie, si belle et perdue ! ».

  

Alors que le Chœur arrivait à sa fin, dans le public certains s’écriaient déjà : « Bis ! » Le public commençait à crier « Vive l’Italie ! » et « Vive Verdi ! » Des gens du poulailler (places tout en haut de l’opéra) commencèrent à jeter des papiers remplis de messages patriotiques – certains demandant « Muti, sénateur à vie ».

  

Bien qu’il l’eut déjà fait une seule fois à La Scala de Milan en 1986, Muti hésita à accorder le « bis » pour le Va pensiero. Pour lui, un opéra doit aller du début à la fin. « Je ne voulais pas faire simplement jouer un bis. Il fallait qu’il y ait une intention particulière.  », raconte-t-il.

  

Mais le public avait déjà réveillé son sentiment patriotique. Dans un geste théâtral, le chef d’orchestre s’est alors retourné sur son podium, faisant face à la fois au public et à M. Berlusconi, et voilà ce qui s'est produit :

 

[Après que les appels pour un "bis" du "Va Pensiero" se soient tus, on entend dans le public : "Longue vie à l'Italie !"]
 

Le chef d'orchestre Riccardo Muti : Oui, je suis d'accord avec ça, "Longue vie à l'Italie" mais...

 

[applaudissements]

 

Muti : Je n'ai plus 30 ans et j'ai vécu ma vie, mais en tant qu'Italien qui a beaucoup parcouru le monde, j'ai honte de ce qui se passe dans mon pays. Donc j'acquiesce à votre demande de bis pour le "Va Pensiero" à nouveau. Ce n'est pas seulement pour la joie patriotique que je ressens, mais parce que ce soir, alors que je dirigeais le Choeur qui chantait "O mon pays, beau et perdu", j'ai pensé que si nous continuons ainsi, nous allons tuer la culture sur laquelle l'histoire de l'Italie est bâtie. Auquel cas, nous, notre patrie, serait vraiment "belle et perdue".

 

Applaudissements à tout rompre, y compris des artistes sur scène]

 

Muti : Depuis que règne par ici un "climat italien", moi, Muti, je me suis tu depuis de trop longues années. Je voudrais maintenant... nous devrions donner du sens à ce chant ; comme nous sommes dans notre Maison, le théatre de la capitale, et avec un Choeur qui a chanté magnifiquement, et qui est accompagné magnifiquement, si vous le voulez bien, je vous propose de vous joindre à nous pour chanter tous ensemble.

  

C’est alors qu’il invita le public à chanter avec le Chœur des esclaves. « J’ai vu des groupes de gens se lever. Tout l’opéra de Rome s’est levé. Et le Chœur s’est lui aussi levé. Ce fut un moment magique dans l’opéra. »

 

« Ce soir-là fut non seulement une représentation du Nabucco, mais également une déclaration du théâtre de la capitale à l’attention des politiciens. 


   

http://mobile.agoravox.fr/actualites/europe/article/silvio-berlusconi-renverse-par-91522

 

 

http://fr.myverona.it/fotocomuni/pa_84/100/img84-02-1.jpghttp://fr.myverona.it/fotocomuni/pa_84/100/img84-02-1.jpghttp://fr.myverona.it/fotocomuni/pa_84/100/img84-02-1.jpghttp://fr.myverona.it/fotocomuni/pa_84/100/img84-02-1.jpghttp://fr.myverona.it/fotocomuni/pa_84/100/img84-02-1.jpg 

 

Sur Google tapez :

 

Berlusconi muti et cliquez sur «  recherche » 

 

Ou bien cliquez sur ce lien pour la vidéo: 

 

Silvio Berlusconi renversé par Giuseppe Verdi - AgoraVox le média ...

 

et vous allez retrouver  le texte ci-dessus…..Mais en bonus vous aurez le droit  à la vidéo d’excellente qualité ( 7'’ 23 ‘’) du fameux bis, et de la déclaration  du chef MUTI !
 

C’est sublime. 

 

VIDEO oco :

http://youtu.be/7vQ_uQsITko

 

http://www.youtube.com/watch?v=7vQ_uQsITko&feature=player_embedded

 

 

http://www.infosuroit.com/wp-content/uploads/2010/09/la-revolution-francaise.1234120192.jpg

http://www.infosuroit.com/wp-content/uploads/2010/09/la-revolution-francaise.1234120192.jpg

Partager cet article
Repost0
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 01:00

Posté par Raphaël Rezvanpour

Après l’Égypte et la Tunisie, la France ? Depuis plusieurs semaines, un appel à faire dégager Sarkozy et l’oligarchie circule sur internet. La journée du 1 er mai est dans la ligne de mire avec comme objectif, une marche sur l’Elysée !


 

photo DR

 

Alors que notre voisin Britannique a été touché par une première secousse de 500 000 manifestants à Londres le 26 mars suivi de 3 occupations de Trafalgar Square contre la politique d’austérité et pour une société alternative, la France va t’elle à son tour être touchée par un éveil révolutionnaire ?

Depuis plusieurs semaines, des appels à marcher sur l’Elysée pour faire « dégager Sarkozy et l’oligarchie » fleurissent sur la toile. Le plus gros groupe sur facebook réunit plus de 10 000 personnes. En les rassemblant tous, on atteint plus de 20 000 participants potentiels.

Quels est donc cet appel ?

Extraits..

« Voila des années que nous tentons vainement de nous faire entendre des dirigeants corrompus, sourds à nos requêtes, qui prospèrent grâce aux malheurs des Peuples. Pourquoi laisser pourrir plus longtemps la situation?
C’est nous, le Peuple qui devons dessiner notre avenir, en se débarrassant de l’oligarchie mondialiste qui s’est accaparée les biens communs de l’Humanité.
Les multiples débats que nous nourrissons, bien que nécessaire, nous ont fait perdre trop de temps. Il est un temps pour les discours, puis vient celui de l’action.

Chacun se demande quel sera le prochain pays a être libéré de l’exploitation de la majorité par une minorité de possédants. Nous avons la conviction que le peuple français a, lui aussi, un rôle a jouer dans cette ère de changement.

[...]

Le but de cette révolution est dappeler toutes les bonnes volontés, doù quelles viennent, tous ceux qui croient que les mots : Liberté, Égalité, Fraternité, Dignité, Laïcité et Démocratie ont encore un sens, à marcher dans la même direction, celle du changement.

Face à l’immobilisme, à la complaisance et à la lâcheté des partis et des grandes centrales syndicales, nous sommes convaincus que le changement ne viendra, comme dans le monde arabe, que par l’action populaire, pacifique, démocratique et directe. »

 

L’un des organisateurs de la marche, Benjamin Ball nous en dit un peu plus.

Actualutte – Qui sont les organisateurs de ce mouvement ?

Benjamin – C’est un collectif de citoyens qui est composé d’anciens organisateurs du NSD, des militants, des internautes qui ont envie de se mobiliser, qui ont envie de changer la société et veulent exprimer leur ras le bol.

On est clairement intéressé par des personnes d’où qu’elles viennent tant qu’elles ne viennent pas d’un mouvement d’extrême droite.

Actualutte – Comment va se dérouler votre marche ?

Benjamin – Le rendez vous est  à 14h au point de départ de la manifestation de l’intersyndicale puis nous organiseront un grand cortège derrière une banderole « DEGAGE ! ».

Nous marcherons aux côtés des travailleurs avant de changer de direction et d’aller vers l’Elysée. A l’issu de la manifestation intersyndicale, nous continueront alors que beaucoup rentreront chez eux, nous on ne rentrera pas chez nous, la rue nous appartient et pas seulement la rue mais l’espace publique tout entier, il appartient au peuple. »

Actualutte – Quel est l’objectif de cette marche ?

Benjamin – L’objectif c’est la démission du gouvernement et l’élection d’une assemblée constituante.

Actualutte – Quels sont vos soutiens ?

Benjamin – On a des soutiens qui proviennent de la base de toutes les organisations mais aucunes structures politiques ou syndicales ne veulent apporter leur soutien en tant que tel, peut être parce que certains sont déjà un peu trop co-gestionnaires du pouvoir en place. Quand on dit qu’on veut virer l’oligarchie, ils comprennent bien que derrière il n’y a pas que Sarkozy et son gouvernement, c’est aussi tout un tas de gens qui seraient susceptibles de faire la même politique à sa place.

Actualutte – Que souhaitez vous dire aux personnes qui se déplaceront ?

Benjamin – Nous appelons les gens à venir avec leurs propres revendications dans le mouvement pour se le réapproprier, bien sur qu’il y a un ras le bol général mais il faut aussi que chacun viennent avec ses revendications sociales, écologiques, démocratiques et que ça puisse vraiment être un mouvement populaire et diversifié.

 

 

-

Originellement journée de grève pour la réduction du temps de travail, la Fête du Travail du 1 er mai est au fil des années devenue de plus en plus une marche du dimanche où les cortèges ne défilent plus sans réel but et perspective. Avec cet appel à marcher sur l’Elysée, la fête prendra t’elle un caractère révolutionnaire ?!

 

 

Raphaël Rezvanpour

 

Quelques liens :

L’appel du 1 er mai : cliquez

La principale page facebook du mouvement : cliquez

Tags:
8 Comments
  • c’est vrai que sarkozy commence a en faire trop, au début , on pensait que c’était un petit QI, mais là, partir en guerre contre un pays qui n’est le sien , pour une cause qui n’est pas la sienne , maissant derrière lui des tas de problèmes en instance, franchement , il devien ou dingue , ou sa mégalomanie lui monte à la tête

  • On commence par ce guignol et les autres colonialistes qui sucent le sang des pays sous développés suivront.Je suis avec vous de tout mon cœur.

  • je suis pour le dégage de ce raciste

  • enfin ont bouge!!!c est bien mais j espere pas trop tard

  • bonjour , moi je suis admins de la page Opération revolution france nous avons aussi des soutiens d’autre pays dont la tunisien qui est de tout coeur avec nous

  • la révolution n’est pas un jeu répétitif, sinon elle perd son sens,elle nous fait converger vers l’anarchie,la pagaille.Ce n’est pas l’oligarchie qui pose problème mais plutot la persistance au pouvoir .

    • De tout coeur avec ce mouvement en marche.

      J’ai l’espoir de penser que les oligarchies en place ne sont pas éternelles, mais afin d’y mettre un terme il est nécessaire que la conscience de la masse soit éveillée et prompte à se révolter. Il est certes rassurant de voir d’autres peuples capables de renverser des décennies de dictatures mais il d’autant moins rassurant de penser à l’emprise et à l’influence des médias français qui vont très certainement freiner l’élan de cette marche en la discréditant ou en l’étouffant.

      Nous n’avons peut-être pas encore atteint le bord du vase et pourtant on le voit arriver, entre les bévues répétées et poussives des membres du gouvernement et du score toujours plus puissant et latent du FN.

      Je pense pour ma part qu’il est nécessaire de ne pas limiter le mouvement à une marche exceptionnelle ou bien à des manifestations à intervalles régulier. Il faut marquer le caractère extraordinaire du renversement de situation possible en invitant les gens à se rassembler, à différents endroits dans Paris et à travers la France, ou dans un lieu unique.
      Passant d’abord surement pour un rassemblement loufoque, l’engagement dans une lutte neutre et juste fera bouillir la rage que tout le monde éprouve face à cette oligarchie éco-financière et dont personne ne se sent à même de l’affronter seul. Peu à peu, si le discours ne dérive pas de la simple table rase voulue, si aucune organisation, association ou parti ne vient tenter de récupérer ce mouvement, si aucune promesse n’est lancée, alors les gens y croiront et y investirons leur confiance.

      A partir du 1er mai, rassemblons, réveillons, et à 10 000 nous marcherons, à 100 000 nous courrons, ensuite, nous renverserons

 

http://chiron.over-blog.org/ext/http://actualutte.info/?p=3530

 

 


Partager cet article
Repost0
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 00:58

http://nsm01.casimages.com/img/2009/04/29//090429013118480083565857.jpg

http://nsm01.casimages.com/img/2009/04/29//090429013118480083565857.jpg

L'appel lancé sur Facebook va-t-il être suivi?

 

http://www.facebook.com/event.php?eid=144429258954949

Quelque chose se prépare. Cela aura-t-il de l'ampleur? Il ne tient qu'à
vous.


Voir aussi le lien:
http://assembleeconstituante.fr/
pour ceux qui veulent mettre la main à la pâte.

Avez-vous envie de changer le cours du temps?
Avez-vous pensé à vos enfants?

Si vous regardez la télé, ce message n'est pas pour vous.

Le mouvement est initié par:
http://degage.ning.com/group/sarkozydegage

"Les peuples se lèvent contre les confiscateurs du pouvoir, partout un même
mot d'ordre "DÉGAGE!!".En Tunisie et en Egypte Hier, en Algérie, en Libye,
au Yemen, au Maroc, aujourd'hui, la RÉVOLUTION est en marche. Demain ce sont tous les peuples qui se lèveront pour faire dégager toutes les oligarchies.

En France nous devons mettre à bas la bande du Fouquets, nous nous
mobiliserons donc, pour dire TOUS ENSEMBLE, "SARKOZY DEGAGE!!"

Inconséquence politique, échec économique, casse sociale, rupture du pacte
républicain, atteinte à l'égalité des chances, politique de la peur,
stratégie de la division, lois liberticides et sécuritaires, pratiques
autocratiques du pouvoir, favoritisme, népotisme, manipulations médiatiques,
ingérences judiciaires, collusion avec le monde des affaires et les forces de
l'argent... Nous avons tous nos raisons pour nous opposer à Sarkozy et à son
clan, pour résister au sarkozysme. Mais ce président sans envergure, effrayé
par le peuple, prend grand soin de le tenir à l'écart, muselant au besoin sa
parole derrière des cordons de CRS, mais aussi du G.I.P.N, etc... Alors,
ENSEMBLE, nous élèverons la voix plus haut, nous nous ferons entendre plus
fort, unis dans la défense des valeurs de notre République : Liberté-
Egalité- Fraternité- Laïcité- Démocratie Pour nous contacter : Email :
life1984@hotmail.fr

http://1ermai2011.fr/ Facebook Facebook
http://www.facebook.com/event.php?eid=176465202396613

Le rendez vous pour dégager Sarkozy et l'Oligarchie est fixé A Paris le 1er
Mai à 14H sur le lieu de départ de la manif intersyndicale il y aura une
grande banderole DÉGAGE !! On défile tranquillement pour la fête du travail
au côtés des travailleurs et ensuite on marche sur l'Elysée !! Si toi aussi
tu es partant copie ce message partout où tu peux sur les listes emails, les
blogs facebook twitter etc.

D'ailleurs, la télé c'est dégage aussi !!"
http://chiron.over-blog.org/ext/http://www.alterinfo.net/Revolution-du-Muguet-le-premier-mai-on-marche-sur-l-Elysee_a57456.html
Partager cet article
Repost0
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 00:57

Espagne : protestation

de milliers de jeunes contre le chômage

Espagne : protestation de milliers de jeunes contre le chômage

IRIB- Des milliers d’Espagnols ont manifesté, dans la ville de Madrid, en signe de protestation contre la situation économique critique et la hausse du taux de chômage, dans ce pays.


La majeure partie des manifestants était constituée par des jeunes qui sont confrontés à de nombreuses difficultés, en raison du manque d’offres d’emplois. Les manifestations des jeunes espagnols ont été tenues, dans la foulée des vastes protestations, menées, dans la plupart des pays européens, contre la politique d’austérité des gouvernements. Dans le même temps, la fondation, «Les jeunes sans avenir», en Espagne, qui est l’un des groupes organisateurs de ces manifestations, a déclaré : «Les protestations populaires, en Italie, en France, en Irlande et en Grèce, ont appris aux jeunes espagnols que l’unité est nécessaire et nous avons, aussi, appris des révolutions des pays arabes que la victoire est possible». A noter que le taux moyen de chômage, parmi les jeunes espagnols de moins de 25 ans, s’élève à 45%, un taux de chômage, qui, par rapport à celui des autres pays européens, est plus élevé.

 

http://chiron.over-blog.org/ext/http://french.irib.ir/info/international/item/111883-espagne-protestation-de-milliers-de-jeunes-contre-le-ch%C3%B4mage

Partager cet article
Repost0
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 00:40

http://www.legrandsoir.info/local/cache-vignettes/L200xH142/arton12551-f9ec3.jpg

http://www.legrandsoir.info/local/cache-vignettes/L200xH142/arton12551-f9ec3.jpg

 

 

 

Embajada de la República Bolivariana de Venezuela en la República Francesa

  

Dans le cadre de la Célébration

de l’échec du coup d’état du 11 avril 2002  


L’Ambassadeur de la République Bolivarienne du Venezuela 

Jesús Arnaldo Pérez

 

Vous invite à la conférence de

 

Maurice Lemoine,

écrivain et journaliste


 

« Du 11 au 13 avril : lutte pour la vérité
et la souveraineté  »


Le vendredi 15 avril 2011 à 17h30

 

 

Maison de l’Amérique Latine

217, Boulevard Saint Germain

75007 Paris

Métro : Solferino

 

 

http://cbparis.over-blog.com/article-conference-de-maurice-lemoine-vendredi-15-avril-71547034.html

 

 

Partager cet article
Repost0
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 23:58

Les derniers jours du monde

Publié par Marc Lafontan | Libellés : La Cage


C'est quand, chaque matin, tu te lèves en pensant que cela va forcément être encore pire que la veille.

Une grande fuite en avant. Pas encore une chute, mais cette frénésie compulsive de ceux qui sentent confusément que le temps leur est compté. Une forme de catastrophisme ambiant en toile de fond de la banalité du quotidien. Tout se casse la gueule, mais ce matin, encore, j'aurais le droit à ma tasse de café. Que je me jette à la gueule en galopant comme le hamster dans sa roue, ou que je prends le temps de savourer, posément, consciemment, avec l'infinie volupté que l'on n'accorde qu'aux moments les plus rares.

 


J'ai grandi dans un autre monde. Un monde d'espoir où chaque matin se levait sur la marche triomphante du progrès, sur la foi que nous construisions tous des lendemains qui chantent, sur la tranquille conviction que nous vivions déjà mieux que nos parents et que nous œuvrions à encore améliorer la situation pour la génération suivante, celle de nos futurs enfants, pas encore conçus, à peine pensés, mais déjà emportés dans l'inexorable et sublime saga de l'espèce.


C'était dans l'ordre des choses. Les aînés bétonnaient les fondations de notre civilisation, puis nous hissaient sur leurs épaules pour que nous puissions voir plus loin, penser plus haut, donnant notre part au grand œuvre collectif, avant de nous-mêmes servir de marchepied à nos enfants. Le passage du flambeau. Le cycle de la vie. L'épopée humaine. Le dépassement de soi dans la projection continue vers un monde meilleur.


Forcément meilleur.

 

Et puis, on ne sait pas trop ce qui s'est passé. À moment donné, c'est un peu comme si quelques-uns avaient fini par penser qu'ils étaient le summum de l'évolution humaine, qu'il n'y avait plus rien à ajouter, plus rien à inventer, plus rien à construire, plus de relais à passer. Les gars ont marché sur la gueule de leurs parents et ont commencé à distribuer de grands coups de pompes dans tous les sens pour empêcher leurs gosses de prendre leur place sur la grande pyramide des âges. Un peu comme si le pacte tacite entre les générations qui se succèdent avait brusquement été rompu, comme si, brusquement, les bâtisseurs étaient morts, dévorés de l'intérieur par une bande de charognards. Une génération entière de jouisseurs égoïstes et assez monstrueux qui ce seraient dit : après moi, la fin du monde !.

 

Depuis, c'est juste un grand bond en arrière continu et inexorable.


Bien sûr, une civilisation s'écroule rarement en deux jours, dans un grand craquement sinistre. Non, non. Ça se casse la gueule tout doucement, comme une grande bâtisse vide laissée à l'abandon. Des gosses commencent à péter les vitres, pour le fun, en jetant des pierres, il y a des squatteurs, des rats, des bestiaux, des courts-circuits, des fuites d'eau, des morceaux de caillasses que les éléments arrachent au corps du bâtiment, petit à petit, des accidents, des orages, le temps qui passe et qui abîme tout.


Je ne sais vraiment pas à quel moment on a réellement abandonné l'idée de progrès de société. Jusque là, il y avait des chiffres, en amélioration constante : plus d'éducation, plus de santé, plus de prospérité, plus de confort, de culture, de loisirs, de meilleures habitations, des moyens de transport plus performants... c'était le règne de Monsieur Plus. C'était comme un élan formidable qui nous portait tous vers l'avant.


Et puis, à moment donné, ça n'a plus été possible. Plus de moyens, plus d'argent. Nous étions de plus en plus riches, mais comme si nous étions arrivés à un palier indépassable : la fin des possibles, du progrès qui ne vaut que s'il est partagé par tous, des lendemains qui chantent.


Et nous nous sommes résignés. Ben voilà, le bal est fini, les gars, maintenant, il faut payer les violons. Sauf que les danseurs se sont tirés avec la caisse et que ce sont les larbins qui doivent régler l'addition.
Et nous nous sommes résignés !

 

Fatalitas !

 

Moins de tout. Moins de santé, moins de salaires, moins de retraites, moins d'éducation, moins de chauffage, moins de transport, moins de loisirs, moins de bouffe, moins de logements, moins de tout. Et de moins en moins, comme une spirale infernale, un maelström maudit qui aspire nos plus belles espérances, réduit à néant l'œuvre patiente de nos ancêtres.


Et nous nous sommes résignés !


Le spectre de la famine traîne ses hideux haillons jusqu'au cœur des nations les plus riches, les plus avancées. L'eau devient une ressource rare et précieuse. La colère des peuples gronde, mais bientôt éclipsée par les grondements inaudibles et terribles du feu nucléaire qui joue aux dés avec le génome de nos enfants.


La chronique du monde qui finit traverse les lucarnes aveugles de nos derniers jouets high-tech et peint nos visages hagards et vides de la lueur livide de leurs écrans plats. Nous regardons les hommes tomber avec une fascination morbide et malsaine avant de noyer notre vacuité dans la course au dernier leurre technologique, celui qui ne sert pas vraiment à quelque chose, qui n'améliore pas grand-chose, mais qui nous donne l'illusion, un bref instant, d'être encore dans la course vers un futur triomphant.


Nous n'y croyons plus, mais nous faisons encore semblant.
Peut-être n'avons-nous pas encore avalé assez de couleuvres.
Peut-être n'avons-nous pas encore pris la mesure de l'ampleur des dégâts.
Peut-être sommes-nous juste trop lâches.
Ou peut-être préférons-nous juste nous enivrer de festivités féroces et absurdes, de bacchanales impudiques et d'orgies indécentes, parce que nous sommes résignés et et que nous voulons juste encore un tour de danse pendant les derniers jours du monde.

 

 

http://au-bout-de-la-route.blogspot.com/2011/04/les-derniers-jours-du-monde.html

Partager cet article
Repost0
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 23:28
http://www.globalresearch.ca/coverStoryPictures2/21532.jpg
Envoyé par Lucien Pons,
Une autre façon d'intervenir
dans le combat
contre la barbarie financière,
présence au C.A.
des transnationales.
  

 

  

Le combat à mener contre l'ultralibéralisme peut prendre plusieurs formes.

Peut-être faut-il toucher ces monstres froids là où ça fait mal? Peut-être faut-il les toucher au coeur du système? La contestation dans les conseils d'administration des grands groupes mondialisés est certainement un de ces nouveaux outils.


Le jeudi 14 avril se tiendra Paris à la salle Wagram le CA du groupe Casino. Son PDG, Jean-Charles Naouri est comptable de nombreux méfaits dans ce monde barbare. Entre 1984 et 1986, il exerçait comme directeur de cabinet au ministère de l'économie. C'est lui qui a opéré le "BIG BANG" de la finance. De son propre aveu, il a mis en oeuvre cette "révolution", non pas dans la transparence ; mais de façon cachée. Vingt cinq ans plus tard, la finance a resserré son emprise sur l'économie donc sur nos vies. La destruction de notre vivre ensemble est rendue possible à ce moment là.


Il a aussi en 1994 organisé la faillite de l'entreprise "Moulinex". En prédateur tout puissant, il a démantelé ce groupe industriel pour un profit maximum.  

 

Lors du CA du 14 avril, des personnes possédant une action "Casino" vont demander des comptes à son PDG. 


Pour les soutenir, je vous invite à lire le message ci-dessous relatant en détail les faits. 

 

Il est important de signer la pétition jointe, qui sera transmise ce jeudi aux actionnaires en assemblée générale.  

 

 

Lucien PONS


 

FAITES CIRCULER CETTE INFORMATION SVP

 

  

Tous munis d’une action, des anciens salariés de Moulinex (via leur association, l’ApicMx), des gérants de Petit Casino (soutenus par la CGT Gérants Casino) et les amis du journal Fakir (à qui la multinationale réclame 75 000 €) interviendront lors de l’Assemblée générale du groupe Casino, ce jeudi 14 avril. Ils tiendront un point presse à l’entrée et formuleront notamment trois exigences à Jean-Charles Naouri. L’an dernier, le patron avait préféré la fuite...


Venez les encourager à 9 h 30 devant la salle Wagram ce jeudi 14 avril 2011 (39 avenue de Wagram, à Paris, métro Ternes).

Signez la pétition en ligne ici – qui sera transmise dès ce jeudi, en pleine AG des actionnaires, à Jean-Charles Naouri. et relayez notre campagne sur votre blog, votre facebook, votre twitter, qu’on rende enfin Jean-Charles Naouri célèbre sur Google…

Diffusez des T’chio Fakir « Ne fuyez plus, Monsieur Naouri ! » dans les manifs, dans vos familles, vos associations, vos partis, vos syndicats... Nous serons déjà présents dans plus de cent villes le 1er mai, avec 50000 tracts : contactez-nous à laurent@fakirpresse.info ou au 03.60.10.60.15 pour en distribuer dans votre défilé !


Voici leur déclaration commune :


Nous, anciens salariés de Moulinex, gérants de Petits Casinos, amis du journal Fakir, journalistes, citoyens, nous sommes venus l’an dernier à l’Assemblée générale du groupe Casino. Nous n’avons obtenu aucune réponse de son PDG, Monsieur Jean-Charles Naouri – qui avait préféré la fuite. Nous revenons donc en deuxième saison, avec des exigences simples sur trois points :


1 – Entre 1984 et 1986, Monsieur Jean-Charles Naouri exerçait comme directeur de cabinet au ministère de l’Economie. C’est lui qui a opéré le « big-bang de la finance ». De son propre aveu, il a mis en œuvre cette « révolution », non pas dans la transparence, mais de façon cachée. Nous le citons : « On ne voulait pas donner l’idée qu’il y avait un grand mouvement, parce qu’on aurait fait peur, explique ainsi Jean-Charles Naouri. Au contraire, on a fait cela très éparpillé, très morcelé, pour qu’il ne se constitue pas une opposition unie contre nous. » (Source : la biographie Pierre Bérégovoy, de Christine Rambaud.)


Vingt-cinq ans plus tard, la Finance a resserré son emprise sur l’économie, et donc sur nos vies. Nous subissons toujours les conséquences de cette « profonde réforme ». Pourtant, jamais Monsieur Jean-Charles Naouri n’a accepté de débattre, publiquement, de cette orientation. Nous lui demandons aujourd’hui de s’expliquer, en toute transparence cette fois, devant des députés, des journalistes, des citoyens, des caméras.

 

2 - En 1994, à la tête de son fonds d’investissement, Euris, Monsieur Jean-Charles Naouri a acquis 33 % de Moulinex. Et il a recruté son ami Pierre Blayau, à la réputation de « corporate killer » pour diriger l’entreprise. Ce nouveau directeur annonce alors 2 600 suppressions d'emploi (sur 11 000). Aussitôt, le titre Moulinex gagne 21 % en Bourse. Monsieur Jean-Charles Naouri se retire, alors que le cours de l’action culmine. Il en soustrait une plus-value – que lui évalue à 25 millions d’euros. Le double, d’après les députés et les syndicats, aux alentours de 50 millions d’euros. Qu’importe : il y a gagné beaucoup.

 

Pendant que les anciens salariés de Moulinex, eux, ont tout perdu : leur emploi, d’abord, leurs revenus – et nombreux sont ceux, comme Nadine, à se rendre au Secours Populaire pour nourrir leur fille, ou qui portent un manteau à 5 € estampillé Croix-Rouge. Ils ont perdu leur santé, aussi, dépressions qui se suivent et se ressemblent. Ils ont perdu leur vie, parfois : dix d’entre eux se sont suicidés.


Nous demandons donc à Monsieur Jean-Charles Naouri une chose très simple : qu’il rende aux anciens salariés de Moulinex les 25 millions d’€ de bénéfices (sa propre estimation) qu’il a retirés de cette débâcle. Seuls les rapaces se nourrissent sur le dos des cadavres.


 

3 – Lors de cette Assemblée générale, dans sa « présentation des résultats financiers », Monsieur Jean-Charles Naouri ne dira pas un mot de Jacqueline Geissbuhler, de Joël Anres, de Christophe Léger, de Monsieur et Madame Louis, et de centaines d’autres, tous gérants de Petits Casino, tous au bord de la déprime. D’après L’Express, « au moins 5 % des ex-gérants de Petit Casino sont en procès avec le groupe » (16 juin 2010). Les litiges sont si nombreux que les avocats se répartissent les dossiers par région – ainsi de Maître Jorquera à Grenoble : « J’en ai un nombre certain. En général, les gens que je reçois sont dévastés. Ils ont travaillé six jous sur sept, voire sept jours sur sept, pour même pas le SMIC. Et à l’arrivée, ils sont virés de leur emploi, de leur logement, pour de soi-disants déficits de gestion. Je suis atterré par ces méthodes. Aujourd’hui même, d’ailleurs, pour un client, on vient d’obtenir des dommages et intérêts. » Même constat pour Maître Bouyer-Fromentin, à Neuilly : « Je rencontre des gens brisés. Qui n’ont pas pris de congé depuis deux ou trois ans. Qui n’ont plus, parfois, des réflexes de défense : c’est l’entourage qui me demande alors d’intervenir. Cette pression sur les gérants s’est renforcée, très nettement, depuis que ce sont des financiers qui ont pris les rênes du groupe Casino. »


Monsieur Leclercq, qui officiait en 2007 à Meurchain, témoigne : « Là, on est descendus à 600 € pour mon épouse et moi à 500 €. Donc un SMIC pour deux. Casino m’a promis monts et merveilles, et j’ai cru aux belles paroles. En fin de compte, c’est de l’arnaque, le miroir aux alouettes. Et si vous ne gagnez pas assez, ils vous incitent à travailler plus. Ils vous poussent à ouvrir sept jours sur sept, et non-stop. J’ai tout perdu : ma santé, 50 000 €, des années de joie de vivre. Pour tenir, on carbure au Tranxène. »

Nous demandons donc à Monsieur Jean-Charles Naouri de requalifier tous les « gérants non-salariés » et autres « franchisés » qui le souhaitent en « contrats de travail salariés », avec 35 heures hebdomadaires et au-delà, des heures supplémentaires majorées. Dans plusieurs cas, la Cour de cassation leur a d’ores et déjà donné raison.

 

Nous étions déjà présents l’an dernier.

Nous sommes de retour cette année.

Et nous serons encore là l’an prochain, toujours plus nombreux.

Avec ce rendez-vous, à travers Jean-Charles Naouri, l’homme qui a libéré la Finance, c’est le pouvoir de tous ses frères financiers que nous combattons – eux qui leur pression sur les Petits Casino, mais aussi sur France Télécom, sur Renault, sur Airbus, sur Goodyear, sur Continental, etc.

 


 Item Thumbnail


Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche