Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 20:00

  Les vidéos sont sur le site, cliquer plus haut



Attaques de Toulouse : la version officielle de la mort de Mohamed Merah est un mensonge


 

article_2118052_124A0331000005.jpg

 

La version officielle du dénouement final du drame de Toulouse est, comme tant d'autres récits officiels concernant les « attaques terroristes islamiques », remplie d'incohérences, et quiconque aurait des velléités d'y croire devra faire une sacrée gymnastique mentale. 

Mohamed Merah, Français de 23 ans d'origine algérienne, amateur de voitures, carrossier dans un garage automobile, avait voulu s'engager dans l'armée française pour « défendre le drapeau français » mais avait été rejeté, faisait la fête en boîte de nuit quelques semaines avant sa prétendue folie meurtrière, avait des antécédents de délits mineurs, et devait voir le juge en avril pour une histoire de conduite sans permis. Il se serait aussi rendu en Israël, en Afghanistan et auPakistan pour des raisons inconnues à ce jour - peut-être pour y subir un « endoctrinement idéologique ». 

C'est à peu près tout ce qu'on peut dire sur lui sans tomber dans la propagande douteuse du gouvernement, à savoir l'allégation selon laquelle il serait l'auteur des récentes tueries de Toulouse. Allégation sérieusement mise en doute, un témoin oculaire des meurtres de Montauban ayant déclaré de façon claire que le tireur, qui portait toujours un casque de moto, était « corpulent ». 

 


VIDEO



Voilà une photo récente de Mohamed Merah : 


« Corpulent » ?

Ainsi, il y a des chances que Mohamed Merah ne soit pas l'assassin de Toulouse. 

Mais ne soyons pas trop cyniques ici, et autorisons-nous à penser que, au moins, Mohamed Merah se trouvait bien dans l'appartement où, après un siège de 33 h, il aurait été abattu par un sniper de la police. Voilà la version officielle du déroulement du drame, illustrée par un joli schéma : 

Après avoir lu ça et tenté d'en déterminer le niveau de plausibilité, on vous pardonnera si vous avez le cerveau un peu embrouillé. 

L'appartement de Merah fait 38m2, soit environ 6m sur 6. Selon n'importe quel critère, c'est un lieu vraiment petit pour y mener un assaut, et avec Merah et 15 officiers du RAID suréquipés sur place, ils devaient se sentir légèrement à l'étroit là-dedans. Regardez à nouveau le schéma du déroulement officiel du drame. 

Merah se trouvait dans la minuscule salle de bains. Il avait (nous dit-on) trois Colt 45, peut-être un dans chaque main et un autre coincé dans la ceinture de son pantalon. Bon en fait, non, il n'aurait pas pu avoir une des « trois armes » avec lesquelles il a tiré coincées dans son pantalon. Parce que maintenant, voilà qu'on nous dit qu'il était « vêtu d'une djellaba noire et d'un gilet pare-balles » au moment de l'assaut. Au fait, on m'a dit que les Colt 45 étaient des armes très puissantes et qu'il était très difficile de tirer avec précision sans pratique intensive. Le recul de ce type d'arme nécessite de viser à nouveau à chaque fois qu'on tire. Bref, Merah sort de la salle de bains, fait deux pas dans le couloir menant au salon, traverse la pièce en marchant ou en courant, enjambe/saute par la fenêtre tout en tirant frénétiquement, et est alors abattu par un tireur à distance situé à l'extérieur de l'immeuble. 

Tout au long de ce court trajet, qui n'a probablement pas pris plus de 5-10 secondes si Merah courait, les 15 officiers du RAID entassés dans cet espace exigu ont tiré environ 300 cartouches avec leurs armes automatiques. 

Voilà une courte séquence vidéo des quelques secondes de l'assaut durant lesquelles le RAID a déchargé ses 300 cartouches sur Merah, à 11 h 25, tandis que Merah traversait le salon pour atteindre la fenêtre. 

VIDEO sur le site

Aucune de ces balles n'a atteint Merah ni un seul membre du groupe d'assaut. Bon, ce n'est pas tout à fait juste, car selon une source policière, le feu d'artifice final a blessé trois officiers du RAID : « ‪Un policier a été blessé au pied, deux autres sont choqués‬ [...] Quand il est arrivé au sol, il était mort », a déclaré la source. 

Même si la source, de même que le ministre de l'Intérieur Claude Guéant, n'iraient pas jusqu'à l'admettre, on peut supposer que les policiers susmentionnés sont tombés en état de choc lorsqu'ils ont réalisé que 300 cartouches tirées avec des armes automatiques dans un 382 avaient toutes manqué leur cible. 


Le gouvernement français permet enfin aux reporters de s'approcher du minuscule appartement de Merah (qui a été barricadé pour couvrir les crimes du gouvernement)

Le procureur de Paris chargé de l'enquête, François Molins, a dit aux médias peu après la fin du siège que « tout avait été fait pour interpeller Merah vivant ». Cette affirmation a été répétée ad nauseam par Sarkozy et le ministre de l'Intérieur Claude Guéant. Il s'agit incontestablement d'un mensonge, et la raison pour laquelle j'affirme cela devrait vous paraître claire une fois que vous aurez regardé cette courte séquence vidéo on l'on peut voir l'activité des policiers à l'arrière de l'appartement, séquence filmée par un voisin de Merah : 

 

VIDEO

Le voisin qui a filmé cette vidéo affirme savoir précisément à quel moment elle a été filmée parce que la police avait lancé plusieurs « flashbangs » à ce moment-là. Il était environ 8h du matin, trois heures avant le supposé « feu d'artifice » final. Si des officiers du RAID ont pu pénétrer dans le minuscule appartement de Merah à 8h du matin et en ressortir 25 secondes plus tard avec un air du genre « rien à voir ici », pourquoi n'auraient-ils pu lancer quelques bombes lacrymogènes ou autre agent incapacitant (des gaz endormissants par exemple), armes que ce genre de « forces de l'ordre » ont certainement à disposition dans leur arsenal ? Il est clair que Merah ne devait pas sortir de cet appartement vivant. Pourquoi ? 


Le « balcon » sur lequel le jeune Mohamed a) a été « retrouvé mort » b) a été abattu d'une (seule) balle dans la tête c) a été abattu d'une balle dans la tête et d'une balle dans le ventre d) a été criblé de balles e) a fait un saut de la mort f) a « basculé » de l'autre côté g) aucune de ces options

Parce qu'alors, il aurait été en mesure de dire la vérité  - à savoir qu'il n'a pas abattu ces trois soldats ni l'enseignant et les enfants de l'école juive. Vivant, il aurait pu raconter qu'il avait été contacté en prison par les services de renseignement français, qui lui avaient proposé un « marché », dans lequel il devait, en tant que musulman, se rendre en Afghanistan « sous couverture » pour rapporter des informations aux renseignements concernant les activités de certains groupes. Un processus de« sheep dipping »[1] consistant à lui fournir une seconde identité/une double vie qui pourrait être utilisée contre lui par la suite. Il aurait pu raconter qu'on lui avait arrangé un voyage en Israël et qu'il était entré en contact avec les renseignements israéliens. Pour avoir une idée de ce que pourrait cacher l'histoire de Mohamed Merah, l'histoire d'Umar Farouk Abdulmutallab, alias le terroriste au slip piégé, est un excellent point de référence : Abdulmutallab, un jeune Nigérien influençable, avait été escorté dans l'aéroport jusqu'à la porte d'embarquement, sans passeport et avec des bombes dissimulées sous son slip, par un homme « bien habillé » qui était manifestement un membre des renseignements US. 


« Si vous désirez une image de l'avenir, imaginez une botte piétinant un visage humain... éternellement » 
~ George Orwell

Merah aurait pu nous dire qu'à 3 h du matin, le 21 mars 2012, il dormait dans son appartement. À son réveil, au milieu de la nuit, il a vu des hordes de policiers cerner son immeuble. Il a allumé la radio et la télé, et a réalisé qu'on l'avait pigeonné, c'est-à-dire qu'on s'était arrangé pour le faire accuser des meurtres de Toulouse. Il aurait pu raconter comment, après que les policiers eurent coupé l'électricité et l'eau, et lancé des grenades, il avait passé le reste de la nuit et le lendemain dans l'angoisse et la terreur. Comment, à 22 h 45 le lendemain soir, il commençait à craquer, terrassé par les tactiques de pression psychologique que la police utilisait depuis bientôt 24 h. 

Tard dans la soirée du 21 mars, la police a fait exploser les volets de l'appartement de Merah avec une grenade. Peu après, deux détonations ont retenti. Puis Merah n'a plus rien dit. Vous pouvez déduire le reste par vous-même. 

Il est pratiquement certain que Merah a été abattu à ce moment-là. Les 12 heures qui ont suivi et le « feu d'artifice » ridicule illustré plus haut ne sont rien de plus que du cinéma, destiné à maintenir les Français dans un état de fascination et de peur, et à permettre aux forces de sécurité et aux politiciens de gagner du temps pour accorder leurs violons sur la version officielle à nous servir. Le problème est qu'ils ont un peu de mal à le faire, apparemment. D'après une « source judiciaire » citée le vendredi 23 mars, Merah a désormais été abattu de deux balles - deux blessures par balle dans la tempe gauche et à l'estomac. Son gillet pare-balles a également pris plusieurs balles, nous dit-on. D'un autre côté, selon le chef du RAID Amaury de Hauteclocque, la police qui se trouvait dans l'appartement de Merah n'avait que des armes non létales, mais bon, 300 cartouches ont été tirées, apparemment par Merah (nous dit-on cette fois), avec ses trois Colts 45. Le chef du RAID a déclaré quelque chose qui contredit d'autant plus la version officielle, c'est le moins qu'on puisse dire :

« Nous avions alors engagé uniquement des armes non-létales. J'avais donné l'ordre de ne riposter qu'avec des grenades susceptibles de le choquer. Mais il a progressé dans l'appartement, et il a tenté d'abattre mes hommes qui étaient placés en protection sur le balcon. C'est probablement l'un des snipers qui l'a alors touché ».

Les grenades incapacitantes sont des flashbangs. On ne peut pas les lancer avec des fusils automatiques, ceux dont on nous dit (jusque-là) qu'ils ont été utilisés par les officiers du RAID contre Merah. La remarque ambivalente et désinvolte de Hauteclocque selon laquelle « C'est probablement l'un des snipers qui l'a alors touché » n'est vraiment pas crédible. Est-il en train de nous dire qu'il ne sait pas qui a tué Merah ? 

Rien dans cette histoire que nous servent le gouvernement et les médias français n'a de sens. À l'étranger, les médias rapportent encore les propos de la police française, selon lesquels Merah « a ouvert le feu [sur nous] avant de sauter par la fenêtre de son appartement situé au rez-de-chaussée », continuant à tirer alors qu'il était en train de tomber. « Il a été abattu d'une balle dans la tête. » Vraiment ? Alors pourquoi, d'après cet article, son corps présente-t-il des impacts aux bras et aux jambes ? 

À ce stade, il est clair qu'ils ressassent mensonge sur mensonge, espérant que les gens auront trop peur ou auront l'esprit trop confus pour tirer de cette saga une chronologie logique des événements. Bien entendu, ils ont réponse à tout. Interrogé sur la raison pour laquelle le gouvernement n'avait pas arrêté Merah avant, étant donné qu'il était pisté et qu'on avait retracé ses « liens connus avec Al-Qaïda », le Premier ministre français a donné cette excuse désinvolte et hypocrite :

[‪il n'existe] « aucun élément permettant d'appréhender Mohamed Merah »‬, [a déclaré M. Fillon sur RTL.] « On n'a pas le droit dans un pays comme le nôtre de surveiller en permanence sans décision de justice quelqu'un qui n'a pas commis de délit (...). Nous vivons dans un État de droit. »

Dans l'article que j'ai coécrit avec Niall Bradley sur l'organisation étatique « chasseuses de sectes » alias MIVILUDES, j'ai expliqué de façon assez claire et détaillée que le véritable but de la fabrication d'une hystérie liée aux « sectes » en France était, en essence, de contrôler les pensées et les croyances des Français

L'influence nocive et oppressante d'organisations comme la MIVILUDES reste toutefois limitée aux domaines des croyances et pratiques thérapeutiques et religieuses alternatives. Maintenant, grâce à cette attaque « terroriste islamique » bidon à Toulouse, Sarkozy et ses alliés ont créé les conditions grâce auxquelles ils pourront étendre leur contrôle aux croyances politiques. 

En conséquence des tueries de Montauban et de Toulouse, des lois seront bientôt votées en France qui criminaliseront « l'endoctrinement idéologique » et ceux qui font « l'apologie du terrorisme ». Il ne faut pas être un génie pour se rendre compte que des termes aussi généralistes et vagues peuvent être utilisés - et le seront très probablement  - pour faire taire (d'une façon ou d'une autre) quiconque tente de s'informer et de dénoncer les politiques bellicistes et les crimes de guerre des gouvernements occidentaux. D'ailleurs, les véritables cerveaux du terrorisme à l'échelle mondiale - les Israéliens  - ont récemment donné un exemple du fonctionnement de ce procédé. Lorsque la baronne Ashton a commis l'erreurd'associer les enfants palestiniens assassinés par les militaires israéliens aux enfants abattus dans une école juive toulousaine, elle s'est, selon le gouvernement israélien, rendue coupable d' « endoctrinement idéologique » et de « faire l'apologie du terrorisme », et les sionistes ont appelé à sa démission. Le simple fait d'exprimer son humanité et son empathie pour ses congénères, d'exprimer son rejet total de l'idéologie destructrice psychopathique, figurera bientôt sur la liste des délits criminels dans notre monde. Et c'est ce qui arrivera, si nous nous taisons et laissons faire. 

Dans son récent article étonnamment perspicace (compte tenu des événements récents) "How the World is gonna end in 2012?" [« Comment le monde va finir en 2012 ? »], Laura K-J a expliqué en des termes clairs ce que la « fin du monde en 2012 » signifie :

Le monde se termine en 2012. C'est-à-dire que la mise en place finale du Nouvel Ordre Mondial fasciste et totalitaire aura lieu cette année, et vous serez dans ce « Nouveau Monde » que l'élite mondialisée a conçu pour vous et prévoit d'établir depuis longtemps déjà. Oh, certes, de Nouveaux Ordres Mondiaux similaires ont déjà été mis en place dans le passé à de plus petites échelles, mais cette fois, c'est mondial, parce qu'ils sont tous ensemble dans le coup ! Les précédents Nouveaux Ordres Mondiaux n'ont pas vraiment échoué, même s'ils ont en apparence disparu ; ils se sont juste passé le relais pendant des millénaires, répandant la maladie, accroissant l'état maladif de la société, jusqu'à ce que, finalement, aujourd'hui, avec leur mainmise sur la communication mondiale et leurs incroyables armes de destruction, ils soient prêts à finaliser le pacte faustien que vous, le peuple, avez signé avec votre sang. » [...] 

Comme je l'ai dit, les humains ont évolué pour se faire mutuellement confiance - mais c'était un monde dans lequel les autres étaient dignes de confiance. Nous vivons aujourd'hui dans un monde différent. Les tricheurs de notre monde ont développé des moyens sophistiqués pour nous inciter à leur faire confiance, mais trop peu d'entre nous sont capables de juger avec précision notre environnement, trop peu d'entre nous réalisent que nous sommes en danger de mort. 

Bien sûr, il est possible que les gens capables d'accomplir la tâche consistant à rebâtir des liens sociaux fondés sur la nouvelle norme évolutionnaire qui nécessite de prendre en compte la pathologie dans l'équation, évoluent et survivent s'ils arrivent à passer le cap des deux prochaines années. Ceux qui ne pourront évoluer périront. Pas de ravissement, de Jésus ni d'extraterrestres ; pas de cavalerie à la rescousse ; pas d'ascension vers la 5e dimension ; pas de réveil de l'humanité et de « mumuse » dans le bac à sable. 

C'en est quasiment fini de l'espèce humaine telle que nous la connaissons. 2012 est la Fin de l'Ancien Monde et de ses possibilités, et le début d'une période transitoire de règne psychopathique à découvert dont je prédis qu'il durera deux ans avant que l'horreur de la situation ne nous pénètre en profondeur. Après cela, la vie ne sera possible qu'à ceux qui sont préparés à survivre dans le Nouveau Monde réel, et pour comprendre cela, vous devrez vous débrouiller seul.

[1] Dans le monde du renseignement, le « sheep dipping » désigne le fait de brouiller les liens entre un agent des services secrets et ces derniers, en le plaçant au sein d'une organisation légitime dans le but d'établir une fausse crédibilité, qui peut plus tard être utilisée pour infiltrer ou subvertir des groupes ou organisations rivales.

Source: Sott.net - Joe Quinn

Partager cet article
Repost0
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 18:58

 

Mardi 27 mars 2012 2 27 /03 /Mars /2012 12:56
Les liens se précisent, la France vacille 

teaserbreitjazee-8ce023dc99974436842c7b8aa8c2dac2.jpg
Mohamed Merah, le tueur au scooter, se serait rendu en Afghanistan et en Israël en 2010 avec la bénédiction de la DGSE, les services secrets français, qui l'utilisait comme «informateur».


 

Selon le quotidien italien «Il Foglio», cité par Arrêt sur images, Mohamed Merah, auteur de sept assassinats dans le sud-ouest de la France, se serait rendu en Israël puis en Afghanistan en septembre 2010 avec la caution de la Direction Générale de la Sécurité Extérieure (DGSE), en échange de la fourniture d'informations aux services secrets français.

L'agence française en charge de l'espionnage et du contre-terrorisme à l'extérieur du pays l'aurait utilisé comme «informateur». Un accord aurait même été passé: la liberté de mouvements en échange d'informations précieuses.

Mohamed Merah est arrivé en septembre 2010 par le pont Allenby, qui relie la Jordanie à la Cisjordanie, occupée par Israël, selon les sources sécuritaires israéliennes. Il a pu venir en compagnie d'autres ressortissants français. Entré avec un visa de tourisme israélien, le jeune homme est reparti trois jours plus tard par le même pont Allenby. Après ce séjour en Israël, le tueur au scooter serait retourné en Jordanie d'où il s'est envolé pour l'Afghanistan.

Infiltration d'un réseau de djihadistes

Son entrée en Israël, couverte par les services secrets français, aurait eu pour but de démontrer qu'un réseau djihadiste avait la capacité de passer à travers la frontière avec un passeport européen. Aucune confirmation officielle n'est apportée par le quotidien italien. Il évoque cependant une confirmation indirecte dans le journal israélien «Haaretz», qui cite des sources du Shin Bet, les services secrets israéliens.

«Il Foglio» raconte que le passage de Merah dans les Territoires palestiniens, suggéré par le patron du renseignement français Bernard Squarcini, n'est pas prouvé. De même, une éventuelle arrestation du tueur au scooter à Jérusalem pour port d'un couteau n'a laissé aucune trace.

Par ailleurs, les services secrets palestiniens ont affirmé à l'agence AP que les Français, par l'intermédiaire des services secrets, avaient tout intérêt à faire infiltrer des jeunes ayant le profil de Merah dans des camps de formation de djihadistes au Pakistan et en Afghanistan.

Mardi dans le quotidien toulousain «La Dépêche», Yves Bonnet l'ancien patron des services de renseignements français s’interrogeait sur un éventuel rôle de «correspondant» du meurtrier auprès des renseignements intérieurs. «Le garçon avait manifestement des relations avec la DCRI comme on l'a appris à travers les déclarations de Bernard Squarcini lui-même. C'est-à-dire qu'il avait un correspondant au Renseignement intérieur. Alors appelez ça 'correspondant', appelez ça 'officier traitant'… je ne sais pas jusqu'où allaient ces relations, voire cette 'collaboration' avec le service, mais on peut effectivement s'interroger sur ce point».

Mohamed Merah aurait cité parmi les motivations de ses actes le sort des Palestiniens sous occupation israélienne, selon le ministre français de l'Intérieur Claude Guéant et une journaliste de la chaîne France 24, que le tueur avait appelée au téléphone.

 20 minutes.ch

http://www.wikistrike.com/article-merah-a-eu-l-appui-des-services-secrets-fran-ais-102366976.html

Partager cet article
Repost0
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 13:13

 

Mohamed Merah était-il un indicateur de la DCRI ?
le 27 mars 2012
    

 

Dans un entretien donné au quotidien La Depêche, Yves Bonnet, ex-patron de la Direction de la Surveillance du Territoire (DST), s'interroge de savoir si Mohamed Merah étéit un indic de la Direction Centrale du Renseignement Intérieur (DCRI) : "Ce qui, personnellement, me paraît poser question, c'est que le garçon avait manifestement des relations avec la DCRI comme on l'a appris à travers les déclarations de Bernard Squarcini lui-même. C'est-à-dire qu'il avait un correspondant au Renseignement intérieur. Alors appelez ça « correspondant », appelez ça « officier traitant »… je ne sais pas jusqu'où allaient ces relations, voire cette « collaboration » avec le service, mais on peut effectivement s'interroger sur ce point."  Puis le journaliste lui pose la question suivante: Pour mettre un mot sur les choses, était-il un indicateur de la DCRI ?


Yves Bonnet réponds ainsi : "Eh bien voilà… c'est exactement ça le problème. Car ce qui interpelle, quand même, c'est qu'il était connu de la DCRI non pas spécialement parce qu'il était islamiste, mais parce qu'il avait un correspondant au Renseignement intérieur. Or avoir un correspondant ce n'est pas tout à fait innocent. Ce n'est pas anodin."

 

http://oumma.com/12069/mohamed-merah-etait-il-un-indicateur-de-la-dcri?utm_source=Oumma+Media&utm_campaign=538b6c73e5-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email

.

 

27 Mar 2012 10:04 am

 

L'affaire Mérah connaîtra-t-elle un  nouvel épisode judiciaire? Loin de se satisfaire du dénouement des  meurtres de Toulouse et de Montauban,  le père de  Mohamed Merah s'est manifesté lundi soir en déclarant qu'il comptait porter plainte contre la France "pour avoir tué" son fils.

 

lire la suite

 



27 Mar 2012 12:55 am

 

Questions : comment Mohamed Merah a-t-il pu passer les contrôles israéliens ? Q’allait-il faire en Israël, où il ne serait resté que « quelques jours » ? Comment, ensuite, a-t-il pu entrer en Syrie avec un visa israélien sur son passeport ?


lire la suite




27 Mar 2012 12:21 am

 

Dans l’avalanche de réactions qui questionnent, remettent en cause, ou critiquent vertement la gestion du drame de Toulouse, certaines voix ont plus que d’autres une vraie légitimité pour s’interroger sur ce qui pourrait  ressembler étrangement à de la manipulation.

 

lire la suite




26 Mar 2012 08:49 pm

 

Même mort, Mohamed Merah reste un danger public qui hante les esprits, la délicate question de son enterrement constituant un vrai casse-tête sur lequel achoppent l’Etat, ainsi que les instances représentatives musulmanes mises à contribution.Quelle sera la dernière demeure du « tueur au scooter », celle qui sera suffisamment discrète pour se faire oublier, et ne pas devenir le lieu de pèlerinages obscènes ou de représailles inflammables ?


lire la suite

.

Partager cet article
Repost0
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 12:31

 

Hier, stats sos-crise visiteurs uniques :
  • 8 777 pages vues 
  • 4 937 visiteurs uniques

 

Toulouse : L'assassinat politique programmé par Israël pour montrer sa puissance à l'ONU  
mardi 27 mars 2012 2 27 /03 /Mars /2012 03:13
 

EXCLUSIVITE WIKISTRIKE


  L’Etat d’Israël a l’Iran dans sa cible. Résolution ou pas de l’ONU, il attaquera d’après Netanyahu. Les Nations Unies pressés par le Qatar le 24 février dernier et d’autres nations arabes a décidé de porter une résolution votée le 22 mars, jour du siège de Toulouse et de l’assassinat (qu’on le veuille ou non) de M. Merah, une résolution dont le but est de vérifier les droits de l’homme dans Jérusalem-est ainsi que dans les territoires palestiniens. Israël est au courant depuis plusieurs mois déjà de ce qui se trame à New-York pour la simple raison que la femme de Samuel Sandler dont les enfants et petits-enfants sont morts, travaille justement comme directrice exécutive aux Nations Unies : Joanne Sandler, dont le visage n’apparaît pas et n’était pas à montrer ! La pauvre Joanne était un contact malgré elle très utile aux Nations-Unies…

 

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

Johanne Sandler de l'ONU et son fils Jonathan Sandler 



Joanne Sandler est Directrice exécutive du Fonds de développement des Nations Unies pour la femme (UNIFEM). Elle guide les efforts visant à mettre en œuvre les programmes fondés sur les droits et les résultats en matière d’autonomisation et de droits des femmes dans le monde. Elle a également fait partie de conseils d’administration et d’organisations internationales et nationales, y compris l’Association pour le droit des femmes au développement, au travail et le droit de faire des films.

  

Le but de cette résolution est de retarder l’échéance d’une guerre contre l’Iran qui enflammerait tout le Proche-Orient, d’où la colère aujourd’hui d’Israël qui a décidé de rompre toute relation avec le Comité aux droits de l’Homme (CHR) de l’ONU.


Pour démontrer sa toute-puissance, Israël a mis en place un projet qui leur permettra de tenir ce grade : Tuer les derniers garçons Sandler. Eh oui, avec l’assassinat de Jonathan et ses enfants, Gabriel et Arié, le nom de famille Sandler s’arrête là. On comprend maintenant pourquoi Mohamed Merah, chargé de la mission, a poursuivi ses victimes pour s’assurer qu’ils ne s’en sortent pas, et voilà pourquoi la fille a survécu !

 

C’était le nom de famille qu'il fallait abattre. Mais pourquoi ? Simplement pour montrer sa force à l’ONU ou bien, pour se prouver, ou parce qu’un autre élément entre en compte ?

 

La création de l’Etat d’Israël remonte à 1948, la création de l’ONU  à 3 années plus tôt, en 1945, au sortir de la seconde guerre mondiale. Si l’on s’intéresse maintenant à l’ancêtre de l’ONU, la Société des Nations, on peut s’apercevoir que le dernier Président de l’Assemblée est un… Sandler ! Monsieur Rickardes Johannes Sandler. Il prit ses fonctions en 1934, à l’éveil du nazisme.


ric.jpg

Rickard Johannes Sandler de la Société des Nations en 1934


Rickard Johannes Sandler, né le 29 janvier 1884 à Torsåker, Ångermanland, Suède, mort le 12 septembre 1964 à Solna, est un homme politique socialiste réformiste suédois. Il est successivement Ministre d'État (chef du gouvernement) de 1925 à 1926 et ministre des Affaires étrangères de 1932 à 1936 puis de 1936 à 1939. Il est également président de l'Assemblée générale de la Société des Nations en 1934.


Durant l’existence de la Société des Nations née suite à la tragédie de la 1ère guerre mondiale, ni Israël (qui n’existait pas), ni les USA n’en faisaient partis. Il leur a fallu pour cela attendre la création de l’ONU.


En assassinant le nom de famille Sandler, Israël et les USA toujours main dans main pour faire les pires conneries, tuent définitivement le passé dont ils se sentaient exclus et revendiquent, comme tous, les droits à l'ONU où ils se sentent désormais les Pères fondateurs ! Ils montrent ainsi aux nations qui y sont représentées que rien ni personne ne pourra les arrêter dans leur entreprise de mondialisation. Il faut dire que Sandler était un social-réformiste ou si vous préférez un marxiste, un communiste, tout ce qu'ils haïssent.


La mort de la famille Sandler n’est donc pas anodine. Elle représente beaucoup dans le symbole. L’acte est POLITIQUE.

 

Ne pas oublier que la famille Sandler est ultra-orthodoxe (80% de la population d'Israël) et n'a par conséquence rien à voir avec l'Etat Sioniste (politique)


Pour montrer comme les deux s'aiment bien, les chaînes de télévision n'ont rien diffusé que des extraits des obsèques des 3 pauvres enfants et de Jonathan.  


Concernant les 3 militaires de Montauban, l’explication est simple. Ils ont été choisis pour faire diversion. Cela a marché !

 

merah

 

Pourquoi le choix de Mohamed Merah ?

 

La décision a été prise très rapidement, certainement en février. Et elle est décisive pour la suite des affaires israéliennes et Etats-uniennes, prendre un islamiste parti faire un tour dans des pays remplis de terroristes, le coincer en Israêl, le renvoyer en France. Il leur fallait un jeune algérien pour une seule raison, l’Algérie est le seul pays nord-africain a ne pas avoir subi de changements de régime. Du Maroc à l’Egypte, les pouvoirs en place sont tombés  est passés (placés) entre les mains des islamistes, tous sauf un… l’Algérie.

Les Etats-Unis ont demandé aujourd'hui même la création d’un CNT algérien, information passée à la trappe, mais qui tombe plutôt bien tandis que le jeune salafiste s’y fera enterré. Un joli symbole non ?!

La famille Merah, et Mohamed (qu'on ne pardonnera jamais) a bien été manipulée pour remplir les besoins d'une nation désireuse de pouvoir: Israël.


Les deux compères US-Israël qui se prêtent les bombes atomiques ont donc décidé de créer un climat de peur en Europe pour légitimer une attaque sur l’Iran. Hélas, ils y parviendront. Car aucun journaliste aujourd’hui n’a le courage de dire la vérité, et surtout aucun journaliste n’est plus libre de ce qu’il dit ou écrit.

Joseph Kirchner pour WikiStrike


Quelques annexes:


Le 24 février 2012

Le Qatar appelle l'ONU à enquêter sur la judaïsation de Jérusalem 

Le Qatar a appelé dimanche à la création d'une commission d'enquête de l'ONU sur la judaïsation de Jérusalem et averti que les pays du Printemps arabe n'accepteraient plus l'occupation de la Ville sainte par Israël. 

 

Le 10 mars : violences sur Gaza, le lendemain, Merah tuera un militaire français, le plan d’Israël se met en place.

 

Le 21 mars, Netanyahu fustige l’ONU

Israël a fustigé "l'hypocrisie" du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, qui a annoncé jeudi 22 mars la première enquête internationale sur les conséquences des colonies israéliennes.

  "Ce Conseil, avec une majorité automatique hostile à Israël, est hypocrite et devrait avoir honte de lui-même", a déploré le bureau du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dans un communiqué.

  "Il a pris 91 décisions, dont 39 relatives à Israël, 3 à la Syrie et une à l'Iran. Il suffit d'entendre le représentant syrien s'exprimer aujourd'hui sur les droits de l'Homme pour comprendre à quel point ce Conseil est loin des réalités", a souligné M. Netanyahu.

  Il s'agit encore une fois d'une décision surréaliste bricolée par un Conseil qui plutôt que de se vouer aux droits de l'Homme est l'instrument d'initiatives politisées en sens unique", a affirmé le ministère israélien des Affaires étrangères.

  "Se tourner vers des organismes internationaux est une violation des accords israélo-palestiniens. Si les Palestiniens avaient voulu régler le problème des colonies, ils auraient repris sans retard des négociations directes et sans conditions", a ajouté le ministère.

  Une victoire pour la Palestine

  Côté palestinien, cette "nouvelle décision internationale est une nouvelle victoire pour la cause palestinienne qui soutient les droits palestiniens face à l'occupation et la colonisation israéliennes", a estimé Nabil Abou Roudeina, le porte-parole du président Mahmoud Abbas.

  "Cette position envoie un message de la communauté internationale à Israël que la colonisation est illégale et doit cesser totalement", a-t-il dit à l'AFP.

  Les négociations de paix israélo-palestiniennes sont au point mort depuis septembre 2010. Les dirigeants palestiniens exigent pour les reprendre qu'Israël cesse la colonisation des territoires occupés depuis la guerre de juin 1967 et accepte les lignes d'avant 1967 comme base de discussions.

  Aux yeux de la communauté internationale, les colonies israéliennes sont illégales. Plus de 310.000 colons israéliens habitent en Cisjordanie et plus de 200.000 dans des quartiers de colonisation à Jérusalem-Est occupée et annexée depuis 1967.

  22 mars http://unispal.un.org/pdfs/HRC12052f.pdf



LE CONSEIL DES DROITS DE L'HOMME DÉCIDE DE CRÉER UNE MISSION

CHARGÉE D'ÉTUDIER LES EFFETS DE LA COLONISATION ISRAÉLIENNE


Il proroge les mandats sur l'Iran et la République populaire démocratique de

Corée et nomme un expert sur les droits de l'homme et l'environnement

22 mars 2012

Le Conseil des droits de l'homme a adopté, cet après-midi, onze résolutions, dont

cinq portaient sur la situation des droits de l'homme en Palestine et dans les

autres territoires arabes occupés. Il a également adopté des résolutions sur la

République islamique d'Iran et la République populaire démocratique de Corée au

titre des situations relatives aux droits de l'homme qui requièrent son attention.

D'autres textes adoptés cet après-midi ont porté sur les droits de l'homme et

l'environnement, sur la liberté de religion ou de conviction, sur l'obligation des

États d'assurer l'enregistrement des naissances et sur la participation des

personnes handicapées à la vie politique et publique.

Dans le cadre du point relatif à la situation au Moyen-Orient, le Conseil a adopté

cinq résolutions qui ont toutes dû être mises aux voix. Le Conseil décide

notamment d'envoyer une mission internationale indépendante d'établissement

des faits afin d'étudier les effets des colonies de peuplement israéliennes sur les

droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels des Palestiniens dans le

territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est. Une résolution sur le Golan

syrien occupé presse notamment Israël de cesser d'y construire des colonies.

S'agissant de la suite donnée au rapport de la Mission d'établissement des faits

de l'ONU sur le conflit de Gaza, le Conseil salue les efforts déployés par le

Gouvernement suisse pour convoquer une conférence des Hautes Parties

contractantes à la quatrième Convention de Genève relative à la protection des

personnes civiles en temps de guerre, qui sera chargée d'examiner les mesures à

prendre pour appliquer la Convention dans le territoire palestinien occupé, y

compris Jérusalem-Est. Le Conseil réaffirme, dans une autre résolution, le droit

inaliénable, permanent et absolu du peuple palestinien à disposer de lui-même et,

par un texte sur la situation des droits de l'homme dans le territoire palestinien

occupé, exige qu'Israël mette un terme à toutes les pratiques et à tous les actes

qui violent les droits de l'homme du peuple palestinien et cesse notamment de

tuer ou de blesser des civils, de les arrêter et de les détenir arbitrairement ainsi

que de détruire ou de confisquer leurs biens. 

/... Adoption de résolutions



novembre 2011 Les USA veulent un CNT en Algérie

La déclaration de la première responsable du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune, à la clôture des travaux de la conférence internationale d’urgence

relative à un «complot américain visant la création d’un conseil national de transition en cas de soulèvement populaire en Algérie», a jeté un pavé dans la mare et suscite des interrogations sur cette information jusqu’à présent non démentie par les responsables américains.

  A deux reprises (interventions médiatiques), la même responsable faisait état d’une rencontre entre Abdallah Djaballah, président du Front pour la justice et le développement (FJD), parti non encore agréé, et les ambassadeurs de France et des Etats-Unis d’Amérique en Algérie.

 Ces révélations viennent d’être soutenues par des déclarations de syndicalistes américains ayant pris part à la conférence internationale sur les ingérences et les guerres d’occupation, tenue à Alger. Selon les participants à la conférence, des personnalités algériennes ont été en effet contactées par les Américains en vue de diriger un «conseil national de transition».

La délégation des syndicalistes des Etats-Unis qui a pris part à cette conférence n’a pas voulu donner plus de détails à la presse. Les syndicalistes américains se

sont contentés de dire qu’un site appartenant à l’administration des Etats-Unis aurait publié récemment des informations selon lesquelles les Etats-Unis s’apprêterait à “mettre en place un conseil national de transition pour l’Algérie en cas de révolte populaire contre le gouvernement en place».

 Les participants à la rencontre ont assuré que leur opinion publique s’oppose totalement à ces «guerres menées par leur pays sous le drapeau de l’OTAN». Nous avons appris hier que la secrétaire générale

 Louisa Hanoune préfère revenir en détail sur cette affaire aujourd’hui lors d’une conférence de presse qu’elle devra animer au siège du parti à Alger. Le leader du PT s’est distingué par ses appels réguliers à la vigilance, afin d’éviter de vivre le scénario des pays arabes, notamment la Libye,

l’Egypte et la Tunisie, dont les populations ont été incitées à sortir dans la rue pour réclamer la chute du régime, au risque de leur vie et ouvrant les portes à l’ingérence de pays étrangers dans leurs affaires intérieures. Ce qui constitue, selon la SG du PT, «une nouvelle méthode d’occupation pour dilapider les richesses de ces pays». L’Algérie a été la cible des

Américains, a souligné Mme Hanoune à plusieurs reprises sans présenter les preuves de leur implication dans des appels à la révolte avec la coopération de personnalités locales sollicitées à intervenir. Il y a lieu de rappeler que des appels anonymes ont été lancés sur le réseau facebook pour «une révolution du 17 septembre».

Il avait été relayé notamment par le sulfureux Bernard-Henri Levy. L’appel anonyme à manifester a fait l’objet d’ailleurs d’un travail d’investigation de la part des services de sécurité afin de détecter les véritables auteurs ainsi que leurs motivations. Les RG (Renseignements généraux) ont ainsi discrètement interrogé certains animateurs de réseaux sociaux algériens pour recueillir des informations sur cette présumée manifestation. Aux termes de ses investigations,

Dahou Ould kablia, ministre de l’intérieur avait accusé des «parties étrangères» en relation avec «l’entité sioniste» (Israël) cherchant à fomenter des troubles dans le pays. Les autorités avaient salué la «sagesse et la sérénité du peuple qui n’a pas adhéré et n’est pas tombé dans le piège tendu».

 Source: letempsdz

http://www.wikistrike.com/article-toulouse-l-assassinat-du-nom-de-famille-sandler-par-israel-pour-montrer-sa-puissance-a-l-onu-102343861.html

Partager cet article
Repost0
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 01:08

Un texte que j'aime beaucoup, et dans lequel je me reconnais pleinement. Simple et humaniste ! (eva)

 

avenir-solidaire-copie-2.jpg

26 3 2012

Je suis profondément attristé par les assassinats perpétrés ces derniers jours sur Toulouse et Montauban.


Ma douleur et ma compassion sont profondes et réelles face à la douleur des familles frappées par la violence armée des terroristes.


Ma douleur et ma compassion sont tout aussi profondes et réelles de savoir des enfants mourant de faim en grand nombre, lentement assassinés dans le silence et l’indifférence d’un monde d’abondance.


Je suis profondément attristé que le monde occidental ignore délibérément ses propres formes de terrorisme :


—   Pillage des pays pauvres provoquant chaque jour plusieurs dizaines de milliers de morts.


—   Agressions militaires insolentes envers des pays qualifiés d’États voyous.


—   Détournement des résolutions de l’ONU.


Je suis profondément attristé par tout cela.


Il est regrettable que les pays occidentaux, lorsqu’ils sont eux-mêmes frappés par le terrorisme, oublient que le terrorisme qui les frappe n’est que le produit du terrorisme occidental.


Il est plus qu’urgent de transformer l’ordre mondial actuel avec sa très forte tendance totalitaire fondée sur l’égoïsme, la compétition et la violence.


Il est plus qu’urgent de transformer cet ordre mondial totalitaire en un ordre mondial plus juste, fondé sur la dignité et le respect mutuel.


Nous pourrons éradiquer ainsi toutes les formes de terrorisme, y compris celui contre la nature.


J’invite les Français à participer à cela en rejoignant Avenir Solidaire.


 

Gérard Privat
Président d’Avenir Solidaire

 

Pour lire les textes fondamentaux, visitez le site d’Avenir Solidaire.
Pour partager et échanger, visitez le blog « La Pensée Citoyenne ».

 

 

_____________________________

 

 

Dans un même ordre d'idées :

 

 

L'analyse du sociologue Jean-Claude Paye est intéressante à plus d'un titre, voici pour mémoire un extrait publié dans voltairenet.org :

 

"Anders Behring Breivik, l’auteur des attentats d’Oslo, ne présente pas les symptômes d’une soudaine folie ou d’une pathologie extraordinaire. Probablement comme Mohamed Merah, l’auteur des tueries de Montauban et Toulouse, il n’a pas succombé à un trouble mental, mais a simplement pris au sérieux le discours politico-médiatique du « clash des civilisations ». Tous deux ont cru ce qu’on leur disait, se sont positionnés dans ce conflit imaginaire, et ont voulu avec courage y prendre leur place. Pour Jean-Claude Paye, ce n’est pas tant le tueur de masse post-moderne qui est malade, c’est la société qui a validé la rhétorique néoconservatrice à travers les guerres impériales et les lois sécuritaires qui doit d’abord retrouver la raison."

Source : http://www.voltairenet.org/La-psychose-de-Breivik-phenomene


Pour mémoire, Anders Behring Breivik est décrit comme un "fondamentaliste chrétien" mais il était avant tout membre de la Grande Loge de Norvège de saint Jean Saint-Olaf aux trois colonnes. (..) Jean-Charles Boisvert

 

Rappel :

Mercredi 21 mars 2012

Jacques Attali

La situation qui prévaudra avant les élections présidentielles de mai 2012 bouleversera tout. Prédit une explosion : « Tout va sauter ».

Source

http://basacode.blogspot.fr/2012/03/au-cours-dune-conference-donnee-le-29.html

 

.

Partager cet article
Repost0
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 13:46

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 21:36

wikipedia Une astuce bluffante nichée dans Wikipedia !

dimanche 25 mars 2012

Wikipedia France est-il neutre ?


Depuis quelque temps, une polémique assez dense s'est élevée dans les pages de discussion de Wikipedia France. Un des prétendants à nos suffrages, François Asselineau, s'est vu la fiche proposée à la suppression, puis effectivement supprimée. Disons-le tout de suite, je ne partage vraiment qu'une sur ses nombreuses idées : la dénonciation du traité de Lisbonne selon les officielles modalités de l'article 50 dudit traité, et dans la foulée le retrait de l'OTAN. Pour comparer, Jean-Luc Mélenchon se propose non de sortir dans un cadre légal, mais de "désobéir", c'est son terme, et de ne se retirer que si ce coup de poker ne fonctionne pas. A mon avis il ne fonctionnera pas, et enlèvera de la crédibilité à la politique extérieure de notre pays.  Nous perdrons du temps, et du "panache".
Concernant Asselineau, il s'est vu appliqué un ostracisme terrible sur les médias. Une seule apparition, pour autant que je sache, a pu le mettre en avant sur une chaîne assez peu regardée (je ne connais pas ne nom de toutes ces nouvelles chaînes, n'ayant pas la télévision). Quelques radios. Les grands journaux l'ont boudé.
Pourtant, il avait un programme très précis, même si comme je l'ai dit ce n'était pas tout-à-fait celui qui je préférais sauf sur un point. Gros avantage sur les deux plus gros partis, qui de programme, n'en ont point. Mais sauf à aller sur son site, donc à déjà le connaître, impossible de lire et commenter ce programme justement.
Il lui est arrivé donc une chose terrible. Il avait commencé à récolter des promesses de signatures en vue de sa candidature. Il en avait déjà  eu jusqu'à  350. En raison du black-out dans les médias personne ne parlait de lui. Et petit à petit les élus qui lui avaient fait confiance ont retiré leurs signatures, peut-être aussi sous la "pression amicale" des partis, mais cela, on ne le saura sans doute jamais. A la fin, il ne lui est resté que 17 "fidèles", ce qui est terrible.
C'est là que nous retournons sur Wikipedia. Prenant prétexte de sa "visibilité" trop faible, des administrateurs ont décidé la suppression de sa fiche. C'est fait aujourd'hui. Cet homme de talent, de grand mérite, que je respecte malgré des idées différentes, n'existe plus. Un coup de gomme, et hop ! Combien il devait gêner ces "européistes", coupables du 4 février 2008, inféodés à Bruxelles, donc aux banques !  C'est au point que son parti, qui avait une fiche lui aussi, a vu en même temps sa fiche supprimée également. De l'acharnement.
C'est pourquoi aujourd'hui j'ai demandé au site Wikipedia de supprimer la fiche, beaucoup moins intéressante qui plus est, de François Hollande. Si UN homme politique, ancien haut fonctionnaire, familier des ministères, très compétent, n'a pas droit à sa fiche, alors tous les politiciens de ce pays ont le droit au même sort. Question d'égalité, et cela, j'y tiens beaucoup.
Quant à celle de Nicolas Sarkozy, en tant que président de la république officiellement, il a logiquement sa fiche. Je me contenterai d'espérer que le 7 mai au matin celle-ci n'ait plus aucune raison d'être, sauf à titre d'archive historique.
http://bab007-babelouest.blogspot.fr/2012/03/wikipedia-france-est-il-neutre.html

 

Un lecteur écrit ceci :


Quand on voit des réactions comme celles de Wikipedia (suppression fiche de F Asselineau), et que même Internet se corporatise à ce point, on se dit que la belle époque de la liberté du net est déjà bien entamée.

 

 

.

 

 

Partager cet article
Repost0
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 18:06

 

Samedi 24 mars 2012

Suite à l'article de Gilles Devers, on est en droit de s'interroger sur les responsabilités de la Justice, des services secrets et de la Présidence de la République.

 


    


 

Sur Arte, hier soir, un journaliste du Figaro, Yves Tréad, nous apprend que Mr Merah avait le tampon d'un visa d'entrée pour ISRAÊL !!!

 

 

 

 

Sur la plateau se trouvait un membre de la DCRI, Yves Bonnet. 

 

Source : http://www.tv-replay.fr/magazines/france5-pluzz/23-03-12/date/1.html 

 

Sachant que Merah a aussi séjourné en Syrie, au Pakistan, en Afghanistan. Le journaliste en déduit qu'il avait deux passeports. 

 

 

Qui peut circuler avec deux passeports, tout en étant suivi par les services d'espionnages français ?

 

 

 

Sachant que Mr Merah était en contact direct avec la DCRI, d'après un autre journaliste du nouvel observateur, il nous apprend que Mr Merah lors de son séjour en Pakistan, avait téléphoné à la DCRI pour leur dire ou il se trouvait et leur dire quand il rentrait précisément. Il aurait été repéré comme un agent par son comportement, par très islamique, et à chaque fois n'est pas resté plus de 15 jours. 

 

Le responsable de la DCRI confirme que Merah est bien rentré à la date convenue. 

 

Tous ces éléments laissent clairement entendre que Mr Merah était un jeune informateur de la DCRI, corroboré par sa conduite, il sort en boîte de nuit, boit de l'alcool et se livre à des rodéos pour épater ses copains, violente sa voisine qui porte plainte et n'est pas inquiété par la police et la justice !!! 

 

 

On s'interroge alors. Pourquoi un responsable de la DCRI vient-il révéler aux grands publics que Mr Merah a le prototype classique d'un informateur au sein de la mouvance fondamentaliste ? J'y reviendrai... 

 

 

Sur ce même plateau, Christian Proutaud, fondateur du GIGN, nous apprend que cet homme seul dans 25 m2 au rez de chaussée, sans otage, aurait pu être facilement être maîtrisé par l'emploi d'une bombe asphyxiante, il n'a jamais parlé de bombe lacrymo. 

 

Faute de quoi, on a assisté à la mise en scène d'un spectacle digne d'une série policière étatunienne. chronométré pour qu'elle rentre dans l'agenda de la campagne électorale de N. Sarkozy. 

 

N'est pas -t-on pas en train de nous préparer une république autoritaire, telle que récemment défendue par le candidat Sarkozy ? 

 

Cet fait divers, aussi horrible soit-il, il y a en eu d'autres comme ces 15 enfants africains morts lors d'un incendie criminel à Paris,n'a-t'il pas tous les ingrédients d'une orchestration habile de Sarkozy pour tout ramener sur le sécuritaire ? se faire passer pour le sauveur suprême des Français, le Petit père du Peuple, pour faire oublier son incurie sur le plan socio-économique, et se faire réélire sur une peur irrationnelle mais bien construite médiatiquement. Le vote guidé par la peur et l'émotion. 

 

En tous cas, le résultat y conduit.. 

 

Ne s'agit-t-il pas pour l'UMP de faire taire, encore quatre semaines, tous ceux qui détiennent des éléments qui montrent que Merah est devenu une élement clef de la campagne électorale de Mr Sarkozy pour sa réelection. 

 

Faire taire les élements qui montrent clairement que ce jeune homme était un informateur de la DCRI, que le candidat Sarkozy l'a utilisé pour mener une dernière campagne de diabolisation de l'Islam et des musulmans de France, une énième stigmatisation des banlieues , après sa campagne avorté sur la viande Halal ? 

 

On comprend mieux pourquoi Merah a été liquidé et non arrêté vivant, comme l'a montré M. Proutaud. Pourquoi sa voiture a été détruite par le Raid, qui sont là les méthodes de criminelles qui effacent systématiquement les traces de leurs méfaits. 

 

On s'emploie à à détruire les éventuels preuves d'une autre piste criminelle. 

 

Le GIGN et une partie des services secrets viennent nous dire, qu'ils ont eté utilisés et bernés. La guerre des polices est une excellente chose pour les citoyens, c'est pourquoi Sarkozy a voulu placer toutes les polices sous son contrôle unique

 

Merah n'était qu'un informateur de la DCRI, il venait rendre compte à leur bureau, en échange, il le payait pour ses plaisirs de petit caïd violent.On comprend mieux pourquoi il n'a pas été arrêté lorsqu’il a violemment frappé et menacé de mort sa voisine. On comprend pourquoi il n' a pas été arrêté par la DCRI au moment de l'assassinat des militaires d'origine maghrébine.. La DCRI recherchait un autre homme correspondant à un autre signalement, sans se douter de ce qui se tramaît ? ( les descritpions des témoins ne correspondent en rien à ce Merah.) 

 

Par conséquent, on ne peut pas écarter l'hypothèse qu'un autre homme était sur la moto.On a construit autour de Merah un scénario bien ficelé avec le RAID pour faire du terrorisme, la première des préoccupations des électeurs pendant 4 semaines, en bernant la DCRI. 

 

Bonnet et Proutaud viennent nous dire, qu'ils ont été manipulés , en critiquant vivement le RAID. Rien ne dit que le commandant du Raid était au courant, trop fier d'avoir été choisi , il exécute les ordres sans se poser de questions, ce sont des hommes paradoxalement facilement manipulable par les politiques. Il n'était pas nécessaire d'informer le Raid, seulement de flatter leur ego. 

 

Qui était sur la moto ? Certains parlent d'un agent du Mossad, qui il est vrai ressemble à leur mode opératoire, en Iran par exemple.

 

 

 

Il faudrait savoir qui était ce père de famille assassiné et ses deux enfants. Si le Mossad est dans le coup, ce père et enseignant n'a pas été choisi au hasard. 

 

 

Pour éviter que le frère et la soeur de Mérah ne donnent leur version, qui risquerait de corroborer les infos de Bonnet et Proutaud ? Guéant les fait enfermer. On n'entend pas leur avocat ! 

 

 

 

Sarkozy n'a jamais cessé d'être en campagne, surtout au moment ou il affirmait marquer une pause, il a simplement fait taire les autres candidats pour être en situation de chef rassembleur et protecteur des enfants de la nation. 


Les mères de famille très sensibles voteront, dans un climat fabriqué de danger pour leur enfants, pour celui qui apparaîtra les protéger. 

 

Toute cette affaire révèle à quel point les pouvoirs de la Présidence menacent nos libertés, que les services de police sont gravement manipulés dans des affaires de crimes, au nom du secret-défense, pour asseoir le pouvoir d'un homme et de son parti. 


Ce parti et son leader, pris dans leur engrenage de mensonge n'auront de cesse, pour se maintenir, de décréter des lois de plus en plus liberticides et autoritaires. 

 

C'est pourquoi, il faut nous y opposer calmement mais surement, par nos démonstrations citoyennes , nos questionnements et nos éclairages.

 

 

      A LIRE AUSSI

      A LIRE AUSSI

 

 

Source: france.eternelle

 

 

 

Rappel (mon post) :

Toulouse: Souriez (pas trop), vous êtes roulés ! Crime parfait. Trop parfait ?

http://r-sistons.over-blog.com/article-toulouse-souriez-pas-trop-vous-etes-roules-crime-parfait-trop-parfait-102014016.html

 

.

Partager cet article
Repost0
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 17:14

 

Mohamed Merah, le Lee Harvey Oswald de Toulouse

En ce dimanche 25 mars 2012, le calme est revenu sur l'Hexagone. Après des jours d'attente angoissée, les Français peuvent retourner paisiblement dans leurs chaumières, notre sauveur Nicolas Sarkozy a triomphé du méchant-terroriste-algérien-arabe-musulman-salafiste. Ils auraient tout de même pu trouver un bouc-émissaire barbu pour que le cliché soit complet.


Ruby_shooting_oswald2.png
© Wikipedia
Jack Rubenstein (Ruby) sur le point d'abattre Lee Harvey Oswald



Enfin ne faisons pas la fine bouche, après plus de 10 journées ininterrompues de matraquage médiatique, d'hystérisation et de désinformation, l'affaire est réglée. L' « assassin » assassiné, Sarkozy caracole désormais en tête des sondages et sous couvert de mettre le peuple français à l'abri de toute nouvelle menace, il nous concocte un arsenal répressif à faire pâlir Kim Jong-il.

En conclusion, circulez il n'y a plus rien à voir. Toutefois n'oubliez pas au moment de glisser votre bulletin dans l'urne que le valeureux Nicolas nous a sauvés de la menace terroriste et qu'il continuera à veiller au grain.

Screenshot_24_03_2012_20_16_30.jpg

Sarkozy portant dans les bras un enfant sauvé des griffes de « Human Bomb »


Avec les tueries de Montauban et de Toulouse, Sarkozy n'en était pas à son coup d'essai. Il avait déjà prouvé son « exceptionnel talent » (d'acteur) dans ce genre de situation au cours de la prise d'otages de la maternelle de Neuilly en 1993, événement largement enjolivé par les médias concernant le rôle de Sarkozy, présenté comme un véritable héros sortant de l'école un enfant sous le bras après avoir personnellement négocié avec le « terroriste ».

Maire de Neuilly pendant la prise d'otages dans la maternelle de la ville en 1993, président de la République et candidat (jusqu'alors mal engagé) aux présidentielles quand, un mois avant les élections, M. Merah terrorise tout le pays. Sauveur providentiel dans les deux cas.

Mohamed Merah, le Lee Harvey Oswald à la française

Finalement, après cette semaine éprouvante, tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes si la thèse officielle correspondait au moins partiellement à la réalité. Force est de constater que nous sommes bien loin du compte.

Au préalable, précisons que comme nous l'avions annoncé la veille de sa disparition, Mohamed Merah a été éliminé. À la manière de Lee Harvey Oswald, un bon bouc-émissaire est un bouc-émissaire mort.

Sott.net écrivait le 21 mars :

Il semble fort probable que sous peu, l' « assassin » aura été éliminé : « suicide » par balle ou par explosif qui permettrait de dédouaner les autorités qui auraient tenté jusqu'au bout d'entretenir le dialogue, ou élimination du « terroriste » par les membres du RAID (évidemment en légitime défense) si un suicide ne pouvait être provoqué ou simulé.

Ce scénario servirait un double objectif. À l'instar de Lee Harvey Oswald, il permettrait de faire taire le « coupable » et ainsi lui faire endosser parfaitement le rôle, les agissements et les motivations qui étayent la thèse officielle...

Mohamed Merah éliminé, il est dans l'incapacité de participer à un procès, de se défendre, de préciser où il se trouvait au moment des tueries, d'expliquer ce qu'il était allé faire en Israël, de clarifier ses liens avec les services secrets français...

Il est donc déclaré officiellement coupable sans qu'ait eu lieu la moindre forme de procès (plaidoirie de la défense, audition des témoins à décharge, examen de preuves, débats contradictoires, expertises balistiques ...)

4022526_6102882.jpg
© Inconnu
Mohammed Legouade, jeune soldat musulman d'origine arabe n'ayant jamais servi en Afghanistan. Abattu le 15 mars à Montauban


Effectivement, si un procès (équitable) avait eu lieu, il eût été fort difficile de démontrer la pertinence de la thèse officielle qui regorge d'incohérences. Voici une sélection (non exhaustive) des perles les plus abracadabrantes :


- La thèse officielle prétend que M. Merah a été emprisonné en Afghanistan. Ce n'est visiblement pas le cas. En revanche, le passeport de M. Merah montre qu'il a séjourné en Israël...
- La thèse officielle prétend que M. Merah défendait la cause palestinienne. Pourtant, il s'en est pris à des soldats d'origine maghrébine ou antillaise. Parmi les trois soldats abattus à Montauban et celui abattu à Toulouse, trois étaient d'origine arabe. Deux d'entre eux étaient musulmans. Un seul avait servi en Afghanistan.
- Politiciens et médias de masse décrivent M. Merah comme un monstre sanguinaire, un repris de justice adepte des vidéos de décapitation. Pourtant ses proches et son avocat le décrivent comme quelqu'un de « doux et courtois », « calme et gentil ».
- Un témoin de la tuerie de Montauban a vu le visage du meurtrier qui avait « une cicatrice ou un tatouage sur la joue ». M. Merah n'a ni cicatrice ni tatouage sur le visage.
- Un témoin a décrit le meurtrier de Montauban comme ayant une forte corpulence alors que les vidéos de M. Merah révèlent un jeune homme élancé.

Pour une analyse approfondie de certaines incohérences, consultez l'excellent article de Joe Quinn.

32 heures interminables

Les techniques permettant de neutraliser un forcené sont simples, rapides et éprouvées. Il suffit d'utiliser des diffuseurs de gaz incapacitants (comme pour les affaires de la Grande mosquée ou de la grotte d'Ouvéa) dans le refuge du « délinquant » pour l'appréhender.

toulouse_police.jpg
© AFP
Une partie des troupes d'élites mobilisées autour de l'affaire Merah. Où sont les chars ?


Comme le souligne l'ex-patron du GIGN, l'interpellation d'individus très dangereux sans effusion de sang est monnaie courante :

... en soixante-quatre opérations menées par le GIGN sous mon commandement, il n'y a pas eu un mort.

Mais comme nous l'écrivions le 21, les interminables heures de « négociations » ont été voulues.

D'une part, pour maximiser la période de stress intense subie par les Français qui, accrochés à leur poste de TV ou de radio, attendaient fébrilement le dénouement de cette odieuse affaire.

D'autre part, pour finaliser un scénario officiel qui ne soit pas trop bancal. Au cours de ce laps de temps, les autorités ont :
- Obtenu, par le biais du procureur, les « confessions » de l' « assassin » qui a confirmé sa responsabilité et ses liens avec Al-Qaïda. Où sont les enregistrements de ces confessions ? Il y a fort à parier que nous n'entendrons jamais la (vraie) voix de M. Merah pour la simple et bonne raison que ces confessions n'existent pas.
- Obtenu une des armes du crime. Notez combien le même individu qui, quelques heures auparavant tirait à bout touchant dans la tête d'enfants innocents au calibre 45, se montre coopératif et généreux. A-t-on vu M. Merah jeter cette arme ? Serons-nous informés des résultats d'une expertise balistique (impartiale) reliant cette arme aux douilles retrouvées à Montauban ou à Toulouse ?
- Arrêté les membres de la famille de M. Mérah. S'assurant ainsi qu'ils ne pourraient s'exprimer, fournir un quelconque alibi ou des éléments de preuve contradictoires et s'assurant via divers chantages qu'ils joueraient le rôle qui leur est assigné
- Trouvé des explosifs dans le véhicule du frère, ce qui permettra l'incarcération de ce dernier et un contrôle sur ce qu'il pourrait révéler.

Thèse alternative

M. Merah est un jeune homme passionné de belles voitures. Son salaire de carrossier ne lui permet pas d'assouvir sa passion, il commet donc des larcins (maquillage de véhicules ? Recel de pièces auto ? Vols ?) pour arrondir ses fins de mois.

Après quelques délits, les autorités l'emprisonnent. Au cours de son incarcération, les services secrets l'approchent et lui proposent un marché : réduction de peine et/ou rémunération occulte en échange de sa coopération. Étant donné ses origines arabo-musulmanes, M. Merah se voit proposer d'infiltrer des « réseaux islamistes » en Afghanistan et au Pakistan et de collecter des informations sur leurs activités.

Merah accepte de collaborer et, quelques mois plus tard, il se retrouve donc en Afghanistan et au Pakistan.

Début mars, les tueries débutent. Pendant ces dernières, M. Merah est probablement convoqué dans un lieu discret par son contact des services secrets sous prétexte d'une nouvelle mission ou pour transmettre telle ou telle information.

Renseignement_4_000_agents_au_.jpg
© Maxppp
Squarcini (à droite) s'était déjà illustré dans l'affaire des écoutes des journalistes du Monde pour le compte de l'Elysée


Puis le 21 au soir, après que le contact de Merah s'est assuré que ce dernier était bien à son domicile, sa résidence est assiégée. C'est seulement à ce moment-là qu'il réalise la vaste mise en scène dont il a été victime. Privé d'eau, d'électricité, de sommeil, traqué comme une bête sauvage, M. Merah vit ses dernières heures dans la terreur jusqu'à ce qu'une mascarade de fusillade vienne clore l'affaire.

Notez que tout au long de ces événements, Merah ignore tout du rôle qu'il joue réellement. En Afghanistan, il croit infiltrer des réseaux islamistes alors que son séjour sera utilisé pour prouver ses liens avec l'islamisme radical. Lorsqu'il est avec son contact au moment des tueries, il croit échanger des informations alors que le véritable objectif est de l'isoler de tout témoin oculaire.

Ce scénario semble délirant ?

Avez-vous toujours le même sentiment, après cette déclaration de Bernard Squarcini, directeur de la DRCI (services secrets français) ?

De_Classified_Document_Admits_.jpg

Document officiel déclassifié attestant qu'Oswald était informateur pour la CIA - soi disant pour infiltrer les milieux castristes
Il a souhaité parler avec le policier de la direction régionale du renseignement intérieur (DRRI) de Toulouse qui l'avait rencontré en novembre 2011. Il est intervenu au cours des négociations. Mohamed Merah semblait avoir un rapport de confiance avec lui. Il s'est confié, il a coopéré. Il nous a dit où était le scooter ou les deux voitures. Le courant passait bien. Non sans cynisme. Il a même dit à ce policier: "De toute façon, je devais t'appeler pour te dire que j'avais des tuyaux à te donner, mais en fait, j'allais te fumer."

Si le moindre doute subsistait, dans l'émission C dans l'air du 23 mars (30 minutes après le début du débat), nous apprenons de la bouche même d'Yves Bonnet, représentant de la DCRI, que le passeport de M. Merah porte le tampon d'Israël. Pour qu'un individu puisse se rendre au Pakistan, en Syrie et au Pakistan d'une part et en Israël d'autre part, cela signifie qu'il possède deux passeports.

Comment un jeune carrossier déjà condamné et incarcéré peut-il détenir deux passeports ? Tout simplement en étant informateur de la DRCI.

Israël, grand vainqueur sur l'échiquier international

 

Star_of_david_on_terrorist.jpg

Agent israélien déguisé en activiste du Hamas. L'intéressé a oublié d'enlever son étoile de David...


Pendant les tueries de Toulouse et Montauban, l'armée israélienne assassinait 26 civils palestiniens (dont nombre d'enfants). Les récents événements auront efficacement détourné les feux médiatiques vers le méchant musulman.

Les tueries qui ont ravagé le Sud-ouest vont encore renforcer la diabolisation de la communauté musulmane, attiser la xénophobie anti musulmans/arabes, conforter l'impunité d'Israël dans le génocide qu'il mène en Palestine depuis des décennies et justifier les guerres d'invasion menées par les puissances occidentales dans les nations musulmanes (Syrie, Afghanistan, Irak, Lybie...)

Nous nous arrêterons là pour ce qui est de ce vaste sujet, car un article détaillant les conséquences de cette série d'attentats au niveau international sera prochainement publié par Sott.net

Émergence de la police de la pensée

La finalité de ces tueries savamment orchestrées n'est pas la réélection de Sarkozy per se mais l'établissement d'un État fasciste. Sarkozy n'est qu'un intermédiaire, ses maîtres lui permettent de briguer un second mandat, de conserver son immunité et d'échapper aux affaires qui le rattrapent (affaire de Karachi, achat d'un terrain municipal à Neuilly, financement de la campagne de 2007 par Khadafi, affaire Woerth-Bettencourt...). En échange, il devra faire preuve d'allégeance et appliquer le plan à la lettre.

Nous commençons à entrevoir les contours de ce plan. Dès le lendemain du meurtre de Mohamed Merah, les premières mesures avancées par Sarkozy nous ont donné un avant-goût du régime totalitaire qu'il souhaite instaurer pendant son second quinquennat.

sarkozy_kadhafi432.jpg
© NC
Sarkozy et Kadhafi sur le perron de l'Élysée lors de la visite officiel du dirigeant lybien.


Le 22 mars à 13h24, l'intéressé déclarait :

La France ne tolèrera ni embrigadement ni endoctrinement idéologiques extrémistes sur son sol

Cette notion d' « endoctrinement idéologique » n'est pas sans rappeler à ceux qui s'intéressent aux dérives des autorités françaises et aux violations des Droits de l'Homme, l'épouvantail de « manipulation mentale » agité par la MIVILUDES, l'organe gouvernemental mandaté pour mener croisade contre les viles « sectes » et harceler les hérétiques qui ont osé pratiqué le Tai-Chi, la macrobiotique, le Yoga, la méditation ou encore les médecines alternatives comme la naturopathie ou la cryothérapie.

Les faits d'armes de la MIVILUDES ayant entrainé faillites, divorces, gardes à vue et suicides d'innocents durent depuis des années. Mais à ce jour, les tribunaux ont récusé les allégations de la MIVILUDES et en particulier la notion de « manipulation mentale » pour la simple et bonne raison que les experts du secteur confirment unanimement que ce concept n'existe tout simplement pas.

Les choses pourraient changer avec les tueries de Toulouse et de Montauban. Sarkozy va invoquer la protection de la nation contre la menace terroriste et profiter de l'état de choc de la population pour mettre en œuvre le délit d' « endoctrinement idéologique ».

L' « endoctrinement idéologique » est un nouvel avatar de la « manipulation mentale », en pire :
- cette fois-ci, le domaine ciblé ne se limite pas aux pratiques alternatives mais couvre également le champ des opinions politiques au sens large
- a contrario de la « manipulation mentale », la notion d' « endoctrinement idéologique » devrait être reconnue par les tribunaux et considérée comme un véritable délit

L'expression exacte employée par Sarkozy est celle d' « endoctrinement idéologique extrémiste ». Vous aurez noté combien ce dernier terme est vague. Il laisse la porte ouverte aux interprétations les plus arbitraires et, à la manière de l'Inquisition qui terrifia notre pays pendant près de 4 siècles, il permettra de poursuivre tout citoyen qui penserait différemment, tout mouvement de pensée, école, association, réunion qui entretiendrait une vision du monde différente de celle colportée par les médias de masse.

Vous ne croyez pas à la thèse officielle sur le 11 septembre ? Vous pensez que Big Pharma court après le profit et se moque de la santé des patients ? Vous pensez que les médias ont perdu toute indépendance ? Vous pensez que les banques nous pillent ? Vous pensez que la démocratie est une mascarade ? Vous pensez que nos soldats n'ont rien à faire en Afghanistan ? Vous pensez que le génocide perpétré en Palestine depuis un demi-siècle est inacceptable ? Vous pensez que la crise profite aux nantis ? Vous pensez que certains suppléments alimentaires peuvent améliorer votre santé ? Vous pensez que les OGM sont dangereux ?

Vous participez à un forum de discussion sur un de ces sujets ? Votre association locale organise une rencontre sur ces idées ? Vous assistez à des conférences sur ce thème ?

Arrêtez immédiatement ! D'après les nouvelles règles édictées par notre cher Président, vous êtes potentiellement victime/coupable d' « endoctrinement idéologique extrémiste »

Neutralisation des médias indépendants

En plus de l' « endoctrinement idéologique », Sarkozy a ciblé le même jour Internet en ces termes :

Désormais, toute personne qui consultera de manière habituelle des sites internet qui font l'apologie du terrorisme ou qui appellent à la haine et à la violence sera punie pénalement
Nicolas_Sarkozy_C_C3_A9cilia_S.jpg
© Inconnu
Lagardère, parrain de Louis Sarkozy, est patron de Europe 1, Paris Match, Elle, RFM, Hachette, Grasset, Larousse, Canal J, ...


La stigmatisation d'Internet n'est pas non plus le fruit du hasard. Les médias de masse (télévision, presse, radio) sont désormais contrôlés par une poignée de dirigeants liés au pouvoir en place.

Le seul média encore en mesure de diffuser des informations non censurées par les quelques nantis qui contrôlent tous les autres facettes de notre société est Internet. Tout un chacun peut y diffuser ses informations/témoignages et réflexions, consultables instantanément dans le monde entier.

Depuis des années, Sarkozy met en œuvre un plan bien établi qui, mesure après mesure, a pour vocation de démanteler la liberté d'expression sur Internet. Après DADVSI et HADOPI, notre cher gouvernement va encore intensifier la censure et la répression sur le Net.

Tous responsables ?

Comment en sommes-nous arrivés là ? La France, pays des droits de l'Homme, de la liberté, de l'égalité, de la fraternité. Pays à la culture millénaire, à l'histoire riche. Phare de la civilisation. Pays des arts, des lumières, de l'humanisme, des libres penseurs. Pays de Jaurès et d'Hugo, pays de Voltaire et de Descartes.

Comment Sarkozy se retrouve-t-il en tête des sondages à un mois des présidentielles alors que la plupart d'entre nous l'honnissons ?
Comment ceux-là mêmes qui, hier, voulaient se débarasser de Sarko l'Américain et voter en conséquence se mettent-ils à douter ?
Comment, après avoir détruit la société française pendant 5 ans, Sarkozy se retrouve-t-il à l'aune de son second mandat ?
Pourquoi tant d'invidus ressentent ce dégoût à l'égard des politiques actuelles mais n'osent l'exprimer ?

Nous sommes paralysés par la peur. Peur de voir l'affreuse réalité en face, peur de sonder la profondeur des mensonges qui nous sont rabâchés, peur de contempler l'abysse qui nous attend, peur de perdre le peu que nous possédons, peur de prendre la parole et de dire ce que nous pensons vraiment. Peur des autorités, peur des sanctions, peur pour nos proches, peur d'être jugé, peur d'être isolé...

 

Cette peur paralysante laisse les coudées franches aux élites pour mettre en œuvre leurs plans destructeurs. Au final, ils nous auront tout enlevé, jusqu'à notre liberté, notre humanité, notre dignité, sans que nous ayons même tenté de résister.

Les deux grands ennemis de tout régime totalitaire sont la connaissance et le lien social. Voici donc pour conclure un extrait de l'excellent V pour Vendetta qui semble particulièrement approprié à la situation actuelle.

 

 

_______________________________

 

 

L’étrange relation entre Mohamed Merah et Bernard Squarcini

Un jeune de banlieue particulièrement perturbé qui entre en confidence avec les fonctionnaires des services spéciaux français : on aura tout vu, décidément, sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Car ne nous leurrons pas : c'est bien ce qui s'est passé, au point aujourdhui d'en arriver à regarder tout autrement ce qui s'est passé à Toulouse. En ce moment, on le voit tous les jours, les américains, via leurs drones tueurs, liquident un par un tous leurs anciens amis talibans. Sysématiquement. Ceux qui les ont tant aidés jadis à repousser les soviétiques en Afghanistan. J'avais écrit il y a quelque temps qu'ils effectuaient un solde de tout compte, ce faisant. Partir du pays, certes, mais en ne laissant derrière eux rien qui puisse ressurgir un jour de leurs agissements et de leurs compromissions avec ceux qu'ils vitupèrent tous les jours depuis qu'ils se sont retournés contre eux. En France, nous ne possédons pas de drone (sinon des copies israéliennes recarossées par Serge Dassault, pour nous les vendre à un prix exorbitant). Mais nous pratiquons de même, en éliminant ceux qui, à un moment de leur vie, ont pactisé avec des services placés aujourd'hui au pied du mur et forcés de révéler leurs liaisons douteuses. Et même apeurés par les possibles révélations, à en avoir pris les devants aujourd'hui dans les colonnes du Monde.

Mohammed Merah lui aurait dit, à lui où à un de ses fonctionnaires "de toute façon, je devais t'appeler pour te dire que j'avais des tuyaux à te donner, mais en fait, j'allais te fumer (*)," finit par lâcher Bernard Squarcini dans une interview sollicitée au journal le Monde pour tenter de masquer son rôle délétère dans ce qui devient une histoire sordide, comme si les meurtres d'enfants d'une école juive ne l'avaient pas encore assez été. Qu'est-ce qui peut faire qu'un paumé de banlieue de 23 ans puisse parler sur ce ton à l'instance la plus haute, en France, des services de sécurité du pays ? D'où lui est venu cette familiarité, à ce jeune meurtrier qui écrivait pourtant à son juge sur un ton très respectueux ? Pourquoi en était-il arrivé à autant de familiarité avec ce fonctionnaire ou ses subordonnés ? Pourquoi en être arrivé à vouloir souhaiter tuer celui qu'il aura eu pendant des mois comme interlocuteur privilégié ? S'est-il senti trahi ? Pourquoi en est-il arrivé, avant de voir sa vie se terminer au bout de l'entonnoir qu'il s'était construit, ou qu'on lui avait fabriqué, à vouloir dire qu'il avait "mis la France à genoux ?" En quoi pouvait-il penser l'avoir fait en commettant de pareils actes ?

Bernard-Squarcini-b27ab.jpgPour une raison simple : on lui avait confié un rôle. Un double rôle, à l'évidence. Le jeune jihadiste devait en avoir à nous dire, en effet. Et mort, Bernard Squarcini s'est empressé de parler à sa place. Tellement rapidement que le soupçon n'est même plus supposé. Le lendemain même où le pantin terroriste été retrouvé en bas de son immeuble criblé de balles, l'homme qui avait demandé à le rencontrer à l'automne 2011 est venu aussi vite parler à sa place, pour nous dresser un tableau hallucinant du personnage, mais aussi et encore plus de ses propres relations avec lui. A dresser le tableau de quelqu'un qui le connaissait très bien depuis... 2007. Celui d'un jeune de banlieue sans le sous, ou vivant d'un RSA (un peu plus de 400 euros par mois) ayant déjà fait tamponner son passeport dans neuf pays, et non des moindres. Mais laissons donc le "Squale" en dresser lui-même la longue liste : "il a passé du temps chez son frère au Caire après avoir voyagé au Proche-Orient : Turquie, Syrie, Liban, Jordanie, et même Israël. A Jérusalem, la police découvre un canif dans son sac puis le relâche. Ensuite, il se rend en Afghanistan en passant par le Tadjikistan. Il prend des parcours qui sont inhabituels et n'apparaît pas sur nos radars, ni sur ceux des services extérieurs français, américains et locaux. Il arrive le 13 novembre à Kaboul, il est contrôlé le 22 novembre à Kandahar et il rentre en France le 5 décembre 2010." Neuf pays vous ai-je dit : oui, car à la liste, il faut aussi ajouter le Pakistan et même... l'Iran, qui comme chacun le sait, est un pays où l'on rentre très facilement... c'est bien connu !!! "Un autre élément troublant sur les déplacements de Mohamed Merah reste à éclaircir : sa présence en Iran "à deux reprises" d'après une source militaire française en Afghanistan. Interrogée par Le Monde, mercredi, la DCRI, chargée du contre-espionnage et de la lutte antiterroriste, a démenti ce séjour" apprend-t-on encore ce jour.

En fait, fort étrangement, ce n'est même pas le gros poisson de la sécurité française qui prend les devants en 2010. C'est le jeune de banlieue, fiché pourtant comme délinquant à surveiller par la police ou la médecine psychiatrique, qui décroche son portable et appelle Squarcini en personne : et il ne le fait pas alors qu'il est rentré, non, il le fait... à partir du Pakistan même. Tout le monde sait bien que c'est d'un naturel fou, pour un gamin de Toulouse qui avant ses voyages à 21 ans n'a jamais mis les pieds au dehors de la ville rose, à part une petite incursion en Espagne, d'appeler de son propre chef les services de renseignements français, au prix où sont les communications téléphoniques, même au fin fond d'une échoppe de communication pakistanaise : " Mohamed Merah l'appelle le 13 octobre 2011 car il n'est pas en France à ce moment-là, il est au Pakistan. "Dès que je rentre, je vous contacte", a-t-il dit. Le 3 novembre, il rappelle de l'hôpital Purpan, à Toulouse, ou il est hospitalisé pour une hépatite. "Dès que je sors, je viens vous voir", assure-t-il. Il fait preuve d'une excellente coopération, d'éducation, et de courtoisie" raconte le chef du renseignement français. Car, fait totalement hallucinant pour celui qui a déjà eu maille à partir avec la police locale (au point de vouloir dégommer son représentant !) ; et vient de sortir d'une période de 9 mois de prison (pour une condamnation à 18 mois, preuve qu'emprisonné il s'est montré plutôt coopérant, pour une tête brûlée manifeste), celui qui possède un casier judicaire lesté de 15 condamnations pour des faits sérieux (dont des agressions physiques), vient tranquillement causer le bout de gras avec un fonctionnaire de la police du plus haut niveau (Squarcini parlant d'un de ses afjoints comme interlocuteur). Et c'est lui qui propose le rendez-vous ! Un fonctionnaire un peu à côté de ses dossiers, puisqu'il oublie de lui parler ce jour-là d'une interdiction de prendre un avion américain, pour le cas où il y aurait une prochaine fois de programmé pour ses talents évidents de voyageur sans le sou vaillant.

Les autres services secrets, ceux de la concurrence pourrait-on dire, qui ont stipulé en 2011 que la rixe à laquelle a participé notre excité vient de lui fermer définitivement la porte des voyages sur les lignes US. C'est la deuxième fois, en prime, que les services US envoyaient la menace à leurs collègues français. la première fois, c'était en 2010... et ce sont eux qui avaient payé le retour à la case départ du Toulousain. Ce que raconte, toujours à sa façon, son illustre confident Squarcini : "après un simple contrôle routier à Kandahar, en Afghanistan, en novembre 2010, qui est effectué par la police afghane. Ils le remettent aux Américains qui l'ont forcé à remonter dans l'avion pour rentrer à Kaboul. La direction de la sécurité et de la protection de la défense (DPSD), un des services de renseignement des armées, nous a signalé l'incident". Un an avant que le jeune homme se propose de venir s'expliquer, les gens à qui il s'adressaient savaient déjà tout de lui, via l'ambassade française au Pakistan et celle d'Afghanistan qui avaient averti la France du "cas" Mérah. On a dit qu'il avait un "lourd passé", à Toulouse. Ailleurs aussi, sans nul doute !

Album-photos-dd58a.jpgUn cas passionnant en effet : débarqué devant les fonctionnaires, raconte toujours l'homme à l'allure du prédateur des mers, dont il a gardé le surnom, voilà notre étrange Phileas Fogg de banlieue venir étaler ses photos de vacances, assure le proche de Nicolas Sarkozy, avec un Merah qui le prend bien entendu au mot, dans une séquence qui tourne au surréalisme : "il vient à l'entretien avec sa clé USB qui contient ses photos de voyages. Il demande à s'allonger sur la table pour pouvoir discuter parce qu'il est malade, dit-il. Il explique en photos tout le parcours touristique qu'il a réalisé au Proche-Orient, en Afghanistan et au Pakistan. " Un fonctionnaire des services de renseignement qui feuillette un album de photos "familial" ou de randonnée et semble s'en contenter, avouez que c'est tout aussi rare qu'un tueur en scooter qui circule sur un engin dont on connait la trajectoire au mètre près grâce à sa puce émettrrice incorporée ! Sidérante scène !!! Racontée ce jour par Bernard Squarcini en personne !

3-aa9fe.gifAlors, reprenons un peu nos esprits, choqués à la fois par les crimes commis et par ce qu'on lui a demandé de faire quelques mois auparavant, à ce Mohammed en scooter. Les américains, a-t-on dit, ont déclaré le jeune banlieusard persona non grata au Pakistan. Très bien, découvrons exactement pourquoi, en examinant où notre photographe de vacances s'est rendu pour remplir sa clé USB. Pour cela, il suffit de demander à son frère. Ou à sa mère, tiens, plutôt. Cette dame, qui semble bien avoir eu tout le mal du monde à élever ses enfants après que son mari ne l'ait quittée pour rentrer en Algérie, s'est depuis remariée. Avec un monsieur dont le nom de famille est Essid. Un nom que les fonctionnaires de la DGSE de l'époque connaissaient bien : ce monsieur a en effet lui-même un fils, qui s'appelle Sabir Essid. En 2007, en Ariège (et donc a proximité immédiate de Toulouse), il avait fait parler de lui, ce garçon. Et pas qu'un peu, car la presse titrait alors "une filière terroriste démantelée à Toulouse". Une filière où des noms étaient apparus. Et mieux encore : une filière bien connue de la DGSE ! Qui emmagasine dans ses ordinateurs regroupés en "clusters" dans une immense salle blanche des millions de fichiers, sur des prérendants au terrorisme... ou sur les groupes de djihadistes, alors que Mérah continue à être présenté comme un "loup solitaire"...

loup-5ed0e.jpgA l'époque, comme récemment, on avait indiqué la méthode pour les "surveiller"  : "La détection d'un islamiste radical parti pour l'Afghanistan ou envisageant de le faire commence souvent dans le secret du bureau d'un magistrat antiterroriste ou d'un policier de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI). Les enquêtes en cours sur les « nouvelles filières afghanes » permettent d'identifier les membres des groupes plus ou moins organisés envoyant des « volontaires ». Chaque individu et ses proches font l'objet d'une surveillance. Les écoutes téléphoniques, les interceptions Internet, les témoignages recueillis dans l'entourage, l'aide éventuelle d'indicateurs permettent souvent de « découvrir » un ou plusieurs nouveaux djihadistes." Une méthode qui n'a donc pas marché, mais le Figaro comme le Squale ont la solution à ce dysfonctionnement : "Cette détection ne connaît qu'une seule faille : elle suppose l'existence d'un réseau, même informel. Un homme seul partant par ses propres moyens a des chances de passer inaperçu. Selon les déclarations du procureur de la République de Paris, ce serait le cas de Mohamed Merah, parti pour l'Afghanistan sans passer par des « facilitateurs » liés à des groupes radicaux". D'où le pilonnage de la presse actuellement pour présenter la thèse du loup... agissant seul. En Ariège, c'est vrai que les loups on connaît... "Chercheuse à la chaire d'histoire du monde arabe du Collège de France, Nora Benkorich note que dans la mesure où des témoignages et plaintes ont montré que Merah pouvait avoir un comportement dangereux, les autorités "ont plutôt intérêt à miser sur un loup solitaire chez qui les meurtres ne pouvaient pas être anticipés", note finement Rue89.

En 2007 en prime, c'était déjà une répétition, car"ce n'est pas la première fois que de jeunes extrémistes se revendiquant d'Al Qaïda font parler d'eux à Toulouse" écrivait alors la Dépêche. "Preuve de l'enracinement d'un phénomène inquiétant dans les cités, comme du travail de fond de la mouvance salafiste. Fin 2006, en Syrie, non loin de la frontière avec l'Irak, deux jeunes hommes sont arrêtés. L'un est un Albigeois de 28 ans, Thomas Barnouin, l'autre un Toulousain de 22 ans, Sabri Essid. « Des frappés qui étaient prêts à se faire sauter en Irak », lâche alors une source proche de l'enquête. Expulsés en France, les deux jeunes sont cueillis à Roissy par la police qui les attend." Des jeunes, en 2006, provenant des mêmes quartiers : "Issus des quartiers de la Reynerie, de Papus, des Izards, Stéphane Lelièvre, Imad Djebali, Mohamed Megherbi et Sabri Essid, ainsi que l'Albigeois Thomas Barnouin, partageaient leur vie entre petits boulots et prières à la mosquée. Ils s'étaient mis en tête de résister aux Américains présents en Irak". Regroupés par ce que la Dépêche résume ainsi sans hésiter : "c'était le bureau de recrutement pour le djihad islamique". Le salafisme toulousain, c'est donc comme le cassoulet du même coin ; aujourd'hui, c'est la version réchaufée qui est celle la plus prisée. Dès 2007, on savait tout de la filière, comme quoi les "entraînements" armés n'avaient pas lieu au Pakistan mais... en Egypte : 'La filière toulousaine, elle, fonctionnait depuis plusieurs mois, et aurait recruté une dizaine d'apprentis djihadistes, dont certains auraient rallié la Syrie en bus. « Il y avait une première phase d'endoctrinement, explique un enquêteur. Puis, les jeunes étaient envoyés en Égypte, pour des séjours de plus en plus longs. » Une phase de préparation, plus dure, était ensuite organisée : stages sportifs, conditionnement à base de vidéos de combats de djihad. Les candidats djihadistes devaient compléter leur « formation » en Égypte, dans une école du Caire, avant d'atteindre l'Irak, via la Syrie.'
 

artigat-69b9e.jpgLes officiers de la DGSE, qui les"cueillent" à leur descente d'avion de Syrie, à une époque où ce pays coopérait avec la France, Sarkozy commençant un rapprochement certain avec El-Hassad. Une DGSE qui en ramasse plein ses filets, de salafistes : "Le lendemain, le 14 février 2007, un vaste coup de filet est aussitôt déclenché par la Sous-direction anti-terroriste, la Police judiciaire et les RG. A Reynerie, à Papus, aux Izards, dans la banlieue parisienne et dans le village d'Artigat en Ariège, onze personnes sont interpellées. Dans les filets des enquêteurs : des jeunes de nationalité française. Certains sont originaires du Maghreb. Beaucoup sont de récents convertis à l'islam. À Artigat, un couple franco-syrien, âgé d'une soixantaine d'années, est soupçonné d'avoir joué les prédicateurs. Le 23 octobre 2007, dans la même affaire, lors d'une seconde vague d'interpellations dans la Ville rose et le Lot, les policiers arrêtent un Toulousain. Officiellement étudiant, il aurait formé au combat rapproché les deux candidats au Jihad. Des cités toulousaines à l'Irak, c'est toute une filière d'endoctrinement, d'acheminement et de combat que les policiers estiment avoir démantelée". La Syrie, comme zone d'envoi pour passer en Irak, et aller se faire un bel avenir (mais plutôt bref) de kamikaze, pour la simple raison que le gourou religieux ariègeois était (et est toujours) Syrien d'origine ! Des gens "surveillés de près" à l'époque : "les membres du réseau toulousain étaient étroitement surveillés depuis plusieurs mois par les renseignements généraux, la police judiciaire et la sous-direction antiterroriste (SDAT)." Au point de les attendre au bas de l'échelle de coupée à leur retour, ce que Bernard Squarcini ne sait plus faire (ou ne souhaite plus faire) en 2010 et 2011, au retour des deux voyages de Mohammed Mérah ! Le Figaro semble lui aussi depuis avoir oublié sa description forte du cas de Thomas Barnouin, devenu Thomas-Abdelhakim... et son itinéraire à la Merah !

Un Barnouin déjà très "écouté".... "Il quitte Médine juste avant un coup de filet des services de sécurité saoudiens. Mais sa trace n'est pas perdue pour autant. Les Saoudiens ont enregistré ses communications téléphoniques avec deux amis toulousains, auxquels il a donné rendez-vous en Syrie. Durant ses trois ans à Médine, Barnouin est resté également en contact avec les autres membres du réseau toulousain, démantelé en février par les policiers français. Parmi les huit hommes mis en examen, le cerveau du groupe, cheikh Olivier Qorel, 60 ans, Français d'origine syrienne, habitant Artigat, un village de l'Ariège. C'est lui qui convainc Sabri Essid, un compagnon de Barnouin, d'aller rejoindre ce dernier en Syrie, via la Bulgarie et la Turquie. « Tu retrouveras ta copine au paradis, mais avant vend ta voiture et règle tes dettes » lui enjoint Qorel." 

Un prototype de Mohammed, que ce Barnouin, comme le décrit le Figaro, qui oublie régulièrement qu'il détient des trésors qui disent le contraire de ce que sa direction actuelle aux ordres lui fait écrire : "comme la plupart des 25 à 30 djihadistes français, partis depuis quatre ans dans l'ancienne Mésopotamie, il n'avait pas d'expérience militaire. Si ce n'est les exercices de combat rapproché, auxquels les membres du réseau toulousain s'entraînaient régulièrement à cinq heures du matin dans une cité de la Ville rose. « Pour être prêt physiquement le jour où l'on devrait partir pour la guerre sainte », reconnaîtra l'un d'entre eux. « Même si on est loin des camps d'al-Qaida en Afghanistan, ce n'est tout de même pas très rassurant », s'inquiète un policier. D'autant que sur leurs ordinateurs, les enquêteurs ont retrouvé un florilège de vidéos islamistes. L'une d'elles livrait la recette de fabrication d'une bombe artisanale. Une autre martelait que « la meilleure mort, c'est la mort au combat ». Pas besoin de s'entraîner au Pakistan, donc : une "cité" toulousaine suffit !

salaf_2007-95f31.jpgUne filière qui atterrit donc logiquement en prison, après un procès en juin 2009 où apparaît un autre nom, comme "sympathisant " : celui d'Abdelkader Merah "soupçonné mais pas inquiété" dit la Dépêche. Le frère de l'autre. Un frangin qui a une emprise notable sur son petit frère, une emprise religieuse que les policiers connaissent là encore très bien : "son voyage en Irak aurait été facilité par son frère Abdelkader connu des services de police français pour avoir participé à l'organisation d'une filière islamiste basée dans la région toulousaine en direction de ce pays. Ce frère et sa sœur, considérés comme les "religieux de la famille Merah", selon un policier de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), auraient séjourné au Caire dans une école coranique où la proximité avec les réseaux salafistes régionaux ont permis de mettre sur pied cette filière." C'est fou ce qu'il connaît sur cette famille, notre requin élyséen ! Et c'est fou ces facultés à ne pas se rappeler du rôle "militaire" du grand frère, à entraîner les jihadistes en Egypte, dans son fief ! 

Fait tout aussi sidérant : qui donc retrouve-t-on comme porteur d'oranges à la prison où sont enfermés les salafistes désireux de finir en martyrs explosés, dont le fils du futur beau père de Merah ? Mohammed Merah en personne, pardi, alors âgé de 19 ans ! "En 2008, Mohamed Merah avait obtenu un permis pour rendre visite en prison à Sabri Essid, ex-grutier, l'un des principaux protagonistes de ce groupe. Les services de police notent, à cette époque, qu'il lui apportait de l'argent. Sabri Essid a été arrêté, les armes à la main, à la frontière entre la Syrie et l'Irak." Un beau-frère embrigadé dans un mouvement salafiste, Mohammed qui le rempace, mais qui n'est pas considéré comme membre du groupe ? On croît rêver ! Cela, l'année même ou le "Squale" devient le directeur de la DCRI (officiellement créée le 1er juillet 2008 par décret du Président de la République, une nomination qui a l'art de rendre furax les anciens de la DST et des RG, forcés à fusionnner). Une volonté Elyséenne, de "surveiller de plus près le terrorisme", le dada d'un président qui crée alors avec "Mam" une sorte de Homeland Security à la française, calqué entièrement sur le modèle US. Un Président qui vient également de nous balancer il y a deux jours une tirade sur l'apprentissage de l'islamisme extrémiste en prison... à partir de l'exemple de quelqu'un qui ne l'était pas alors, en prison, mais qui allait porter des oranges à un taliban en herbe !!! Condamnera-t-il aussi les porteurs d'oranges ?

Les voyages, c'est bien connu, ça coûte. Neuf pays, ça coûte bonbon quand on ne gagne... rien, comme cela était le cas pour le tueur toulousain. De l'argent provenant de où alors ? A coup sûr, en 2007 et 2008, du groupe qui soutient notre autre salafiste près à aller jouer les bombes vivantes en Irak. Un mouvement qui envoie aussi ses recrues au Pakistan, via un obscur mouvement ouzbèke, ce qui va arriver illico à notre Mohammed, remplaçant sur le pouce du beau-frère purgeant sa peine de prison : il a en effet été "pris en charge par le Mouvement islamique d'Ouzbékistan (MIO), qui a pour tâche, depuis la chute des talibans en 2001, d'encadrer les "étrangers" qui viennent combattre "les infidèles" en Afghanistan ou les forces de sécurité pakistanaises qui tentent, périodiquement, de les déloger. Le MIO, qui intègre aussi les combattants déclarés d'Al-Qaida, opère sous l'autorité du Tehrik-e-Taliban Pakistan (Mouvement des talibans du Pakistan, TTP)."

tehrik-79d81.jpgLe Tehrik-e-Taliban ? Voilà qui devient passionnant. C'est en effet le mouvement de Baitullah Mehsud, celui qui est soupçonné d'avoir commandité l'assassinat de Benazir Bhutto ! Les américains, là-bas, avaient leur "envoyé spécial" de la CIA, Michael Headley, qui n'a pas fini mort, lui mais a hérité depuis de la prison à vie sans qu'on ne sache dans quelle prison exactement (façon Ali Mohammed, que sa propre femme cherche toujours aujourd'hui !) ou ont même un successeur (Raymond Davis), qui se fera bêtement prendre dans un sorte de rixe en pleine rue. Les français ne semblant avoir personne, là-bas. Sauf, il est vrai, un jeune "touriste" de 22 ans, qui arrive même à se faire engager dans les mêmes camps d'entraînement que surveillait également Headley... malgré un stature qui n'est pas d'athlète, et qui prend des photos de "touriste" de la région... avant de sagement les rapporter sur une clé USB à qui vous savez. Tout cela avant de se faire repérer pour "faits de droit commun" et de se retrouver à l'ambassade de France, renvoyé par la police pakistanaise, qui prend soin quand même d'aller consciencieusement vider sa chambre d'hôtel (car notre banlieusard a débarqué àl 'hôtel et non en chambre d'hôtes comme il en existe des milliers là-bas).

Un parcours bien singulier, donc, que celui de notre photographe du dimanche... pakistanais. Qui n'a donc pas beaucoup d'amis à Toulouse, à-t-on appris depuis, parlait peu, mais s'épanchait beaucoup chez les fonctionnaires de la DRCI. "Les éléments détenus par les services spécialisés montrent donc des liens entre le tueur présumé de Toulouse, le MIO et le TTP qui lui ont permis d'accéder à cette zone dangereuse, l'ont formé et encadré. Ces connexions avec des structures terroristes reconnues remettent en cause le statut de "personnage solitaire" de Mohamed Merah. Il est par ailleurs surprenant qu'il ait échappé au contrôle de la CIA ou de son homologue française, la DGSE, qui prêtent une attention toute particulière aux combattants djihadistes étrangers venus dans la région et qui constituent une menace terroriste majeure pour leur pays d'origine". Une DGSE qui n'a toujours pas digéré les prérogatives étendues dont s'est emparé le vorace Squale. Une DGSE qui serait passé à côté de la plaque... Mérah. Pas d'amis ou peu à Toulouse, mais un correspondant privilégié qui lui parlera, à sa demande, derrière la porte où il s'était retranché pour ses dernières heures d'existence : "c'est d'ailleurs avec ce fonctionnaire qu'il a "souhaité parlé" lors des négociations avec le RAID, semblant avoir établi avec lui "un rapport de confiance" avoue encore Squarcini. Un "rapport de confiance" qui en dit long, très long, sur les étranges relations entre le terroriste toulousain et les services secrets français.

trafic-armes-af04a.jpgSur France-Info, avant-hier, un commentateur avisé avait évalué l'impressionnant arsenal saisi chez Mohammed Merah à environ 5000 euros au bas mot. Le jeune désœuvré, apprenti carrossier ayant acheté son stock grâce à des "cambriolages", présentés depuis hier comme de "simples larcins". Personnellement, voyez-vous, je verrais davantage des revenus provenant de ventes de photos, mais bon, je ne sais pas combien ça se vend, des paysages pakistanais où apparaîtrait un bout de camp du TTP ! Comme ça, par simple analyse et le flair émanant de la déclaration ahurissante de Squarcini, à peine

le corps de son "correspondant" refroidi. Car il existe de sales histoires qui sentent fort mauvais, et celle d'un jeune de banlieue prenant aussi souvent l'avion pour se balader autant en deux ans à l'art de remuer des remugles que n'aurait pas renié l'as en la matière, Charles Pasqua, le formateur d'un certain... Nicolas Sarkozy. "Charly" avait en son temps réussi à envoyer au Burkina Faso des prétendus terroristes islamistes qui ne l'étaient en rien, islamistes. Envoyés là-bas sans le sou, ils y sont encore, et pensent toujours à lui, pour sûr.

le_jihad_pour_les_nuls-50888.jpgEnvoyé, revenu et... poussé à agîr, mais cette fois en France. Une chercheuse en histoire du monde arabe au Collège de France, Nora Benkorich va plus loin encore : « J'ai lu beaucoup de mémoires de djihadistes, et ce sont tous des radicaux très extrêmes dans leur islamisme. Le côté bon vivant de Mohamed Merah montre, au contraire, qu'il n'a pas agi par conviction profonde. Il faut donc s'interroger sur les moteurs de ses actions. Et parmi les hypothèses, il y a celle d'une commande, d'une influence exercée par d'autres personnes sur lui afin qu'il commette ces assassinats. » Ce qu'on découvrira peut-être en épluchant les participations de Mérah à des blogs et notamment au site du groupe Forsane Alizza, dissous par Guéant en janvier dernier, et ses forums où l'on pouvait s'inscrire pour un entraînement à la guérilla urbaine ! Bien monté en sauce, nôtre jihadiste devient vite chaud comme un cassoulet devenu trop bouillant !

raid-2-b837b.jpgMohammed Méeah, lui, s'est retrouvé en apprenti-taliban ayant fleurté de trop près avec des apprentis sorciers, qui ont fini par décider de se passer de ses services après l'avoir bien manipulé. J'ai vu ce soir son appartement, ravagé par le tir de 300 cartouches diverses et l'envoi de grenades. En voyant sa cuisine, j'ai pensé à un tir de HellFire à partir d'un drone, dans les zones tribales du Pakistan ! On vient d'apprendre qu'il a été atteint de plusieurs balles (dont deux mortelles,) la plupart, souligne le médecin légiste, tirées dans le dos. Ce qui est en complète contradiction avec Amaury de Hautecloque, le responsable du RAID, dont le témoignage sur France 2 le 23 mars, laisse plutôt pantois. Ses armes "non létales" qui laissent 300 douilles vides et qui criblent quand même le corps du forcené restent une belle vue de l'esprit, comme l'est aussi la nouvelle idée de l'usage de lacrymogène, survenue après que le web ne se soit emparé des reproches à faire à ce ratage manifeste. Jamais auparavant il n'y avait eu allusion à son usage. Son "je donne l'ordre à mes hommes de ne pas riposter", les riverains on pu l'entendre, en effet, et nous aussi en direct sur BFM : Mérah a tiré une trentaine de projectiles (il aurait possédé sur place trois Colt 45), en face dix fois plus. Son "honoré de se mesurer au Raid" une auto-admiration même pas déplacée, plus que gênante. Les crimes de Merah ont été les pires de ses seize dernières années en France Mais j'aurai aimé, tout criminel odieux qu'il ait pu être, l'entendre nous dire ce qu'il faisait en novembre 2011 dans le bureau de quelqu'un venu hier nous dire qu'il venait lui rapporter ses photos de vacances d'un endroit régulièrement bombardé par des drones, car infesté de terroristes talibans qui tuent eux aussi femmes et enfants.

On a parlé de fiasco, pour l'intervention. Personnellement, je pense que pour Bernard Squarcini c'est une superbe réussite. La France ne possède pas de drone tueur, mais arrive à faire exactement la même chose sans.

 

(*) avant hier soir, dans le journal de France 2, la phrase a perdu son langage d'origine ""de toute façon, je devais t'appeler pour te dire que j'avais des tuyaux à te donner, mais en fait, j'allais te tuer" (*),"

 

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-etrange-relation-entre-mohamed-113234

 

par morice samedi 24 mars 2012

 

 

Et qu'est-ce que j'ai écrit pendant le siège ? Que Mohamed serait tué, et qu'il finirait comme Ostwald. Evidemment ! (eva)

 

.

Partager cet article
Repost0
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 17:04

 

 

EN 2 MINUTES CETTE VIDÉO VA TE CONVAINCRE
DE NE PAS VOTER SARKOZY (à partager)

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche