Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 23:55
Le 9 novembre prochain, tous les réseaux de communication et de diffusion seront mobilisés pour tester le système d'alerte nationale. Toutes les communications seront interrompues pour 3 minutes, elles seront sous le contrôle du gouvernement: tous les réseaux de télévision, de radio, internet, systèmes de téléphonie, satellites, etc.

De nombreux bloggers, dans les derniers jours, prétendent que cette opération vise à mettre à l'essai la rupture systémique de tous systèmes de communication et de toutes plate-formes d'information.

Est-ce que l'on va assister à l'avant-première de la prise de contrôle totale et définitive de toutes formes de communication et de diffusion de l'information?

"Switch on, switch off"???
C'est exactement ce qui s'est produit en Égypte lors du grand mouvement de protestation, le gouvernement a fermé tous les réseaux de téléphonie cellulaire et les accès internet.
Certains analystes croient qu'un nouveau système doit être téléchargé, installé, pour permettre des modifications dans le programme.
Le fait que tous les foyers américains et canadiens (en Europe?) soient maintenant obligés de passer par le numérique pour accéder aux réseaux de télévision n'est certainement pas étranger à toutes ces manoeuvres...
Avouons que sans communication et sans information, nous sommes un peuple conquis!
"Omega Code 3405454666 Is basically a Internet Kill Switch x10.
The system was invented for the purposes of Tracking, Researching, and Destroying. I personally knew one of the Programmers who had a connection to this project and exactly 5 years ago he told me something of this Caliber would occur. This is not a joke people.
All it would take is 1 47 minutes to upload, install, then activate. The Code is like a mindframe system which will connect to every electronic device on the PLANET that has access to the internet. It will be able to track what you are doing, find out where you are, and even determin your next location.
A code like this cannot simply be installed anytime. THE WORLD WIDE WEB must be SHUT DOWN to install this Correctly."

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 04:38

Carte d'identité biométrique : la CNIL tire le signal d'alarme
 CNIL vs CNI

Droit

 

La CNIL a décidé de rendre public ses observations sur un débat parlementaire en cours : c’est celui sur la Carte Nationale d’Identité sécurisée. Une initiative signée Isabelle Falque Pierrotin, toute récente présidente de la CNIL, qui vient pointer plusieurs bugs et risques dans le dispositif soutenu par Claude Guéant, tout juste arrivé en seconde lecture au Sénat

La future carte comprendra deux puces. L’une régalienne, avec, outre les informations d’Etat civil, des données biométriques (taille, couleur des yeux, empreintes digitales, photographie). Une seconde puce, optionnelle, distincte et cloisonnée, sera destinée à sécuriser les transactions de e-commerce. Au niveau serveur, une base commune avec les passeports centralisera le fichage des porteurs. Ce fichage pourra accueillir ceux des 45 millions de personnes âgées de 15 ans et plus qui voudraient basculer sur cette CNI sécurisée.

biometry µµ CC BY-SA 2.0)

Biometry par µµ CC BY-SA 2.0

Les données biométriques, des données pas comme les autres

Dans sa consultation, la CNIL souligne et explique d’entrée pourquoi les données biométriques ne sont pas des données comme les autres. « Elles présentent en effet la particularité de permettre à tout moment l’identification de la personne concernée sur la base d’une réalité biologique qui lui est propre, permanente dans le temps et dont elle ne peut s’affranchir ». La Commission poursuit : « à la différence de toute autre donnée à caractère personnel, la donnée biométrique n’est donc pas attribuée par un tiers ou choisie par la personne : elle est produite par le corps lui-même et le désigne ou le représente, lui et nul autre, de façon immuable. Elle appartient donc à la personne qui l’a générée et tout détournement ou mauvais usage de cette donnée fait alors peser un risque majeur sur l’identité de celle-ci »

Les données à trace

La sensibilité de ces données est encore plus forte quand elles sont dites « à trace » comme les empreintes digitales, qui ont « la particularité de pouvoir être capturées et utilisées à l’insu des personnes concernées, comme par exemple à des fins d’usurpation d’identité ». Même situation pour les caractéristiques du visage. « Si [ces caractéristiques] ci ne donnent pas lieu à dépôt de traces, l’association entre vidéoprotection et dispositifs de reconnaissance faciale aboutit à un résultat similaire en créant des traces informatiques en lieu et place des traces physiques laissées par les empreintes digitales ».

Base centralisée, lien fort ou faible ?


Voilà justement la difficulté soulevée par la CNI sécurisée : elle intègrera ces deux données biométriques (empreintes et visage) en plus d’être couplée à une base centralisée. Autre chose, un débat oppose actuellement le ministère de l’Intérieur et le Sénat sur l’exploitation de cette base. Les sénateurs veulent une étanchéité de ce fichier. Ils militent pour la technique du « lien faible » entre cette base centralisée et les données biométriques afin d’interdire l’exploitation aux fins de recherches criminelles. Ce « lien faible » est cependant suffisant pour détecter 99,9% des cas d’usurpation de titre.

Claude Guéant lui veut décloisonner les bases pour permettre les recherches dans tous les sens à partir de cette base, avec pour pas, à l’avenir un système permettant d’identifier à la volée les personnes par captation de leur visage… « La reconnaissance faciale, qui n’apporte pas, à l’heure actuelle, toutes les garanties de fiabilité nécessaires, est une technologie qui évolue très rapidement : on peut donc penser que, très bientôt, elle sera aussi fiable que la reconnaissance digitale ».

Grille de lecture de la CNIL


Pour la CNIL, la grille de lecture est simple et évidente : compte tenu de la sensibilité de ces informations et de la généralisation de ces titres d’identité, un dispositif biométrique doit impérativement répondre à deux principes. Le principe de finalité (les traitements de données doivent poursuivre des finalités « déterminées, explicites et légitimes ») et le principe de proportionnalité (les données traitées doivent être « adéquates, pertinentes et non excessives » au regard des finalités attribuées au traitement, leur durée de conservation ne doit pas excéder la durée nécessaire à ces finalités et elles ne doivent être rendues accessibles qu’aux destinataires ayant un intérêt légitime à en connaître).

Partant de là, l’analyse de la CNIL n’est pas la même selon qu’elle se penche sur le titre sécurisé ou la base centralisée.

Le titre sécurisé

Pour le premier, la Commission considère qu’abriter une reconnaissance biométrique dans un titre répond aux impératifs énumérés. Pourquoi ? Car « la personne concernée, et elle seule, conserve la maîtrise de ses données biométriques qui restent sous sa responsabilité et ne peuvent pas être utilisées pour l’identifier à son insu ». C’est là « une mesure efficace de protection contre la falsification ou la contrefaçon des documents dès lors qu’elle permet de s’assurer par des mécanismes cryptographiques de l’authenticité de la puce et de l’intégrité des données qu’elle contient »

La base centralisée


Pour la base centralisée, la CNIL se montre évidemment plus tatillonne compte tenu des risques importants en termes de sécurité ou de menace pour les libertés individuelles.

La CNIL va aussi émettre une série d’observation au dispositif soutenu par Claude Guéant.

Les observations de la CNIL sur la CNI sécurisée


Il faut déjà prévoir de manière claire et nette, une dispense de collecte pour les enfants.

La comparaison entre la donnée enregistrée et l’empreinte lue en direct peut ne pas passer par un système centralisé, mais se faire directement par la technique du « match on card » tout en prévoyant des garanties pour éviter la copie de ces informations.

Pour le système centralisé, on le sait, Guéant veut doubler sa finalité : garantir la sécurité des titres mais également fournir un nouvel outil à la police judiciaire sur réquisition judiciaire. Pour la CNIL, « une consultation systématique du fichier [sur réquisition, NDLR] aurait pour effet de le doter de facto d’une finalité de police judiciaire, qui constitue une finalité distincte ». Et la CNIL d'évoquer un détournement de finalité.

Autre critique : la Commission considère que toutes les mesures destinées à sécuriser les titres « devrait être précisément évaluée avant d’envisager la généralisation du traitement en base centralisée des identifiants biométriques des individus ». Or en l’état actuel, « la proportionnalité de la conservation sous forme centralisée de données biométriques, au regard de l’objectif légitime de lutte contre la fraude documentaire, n’est pas à ce jour démontrée. »

La CNIL milite aussi pour la limitation du nombre d’empreintes digitales enregistrées dans la base centrale. « La limitation à deux doigts constituerait une garantie matérielle contre le détournement de finalité du système, en empêchant les recherches en identification sur la base des empreintes digitales, tout en permettant de vérifier la correspondance entre l’identité revendiquée et les empreintes présentées ».

La Commission soutient, contrairement au ministère de l’intérieur, qu’il faut limiter les possibilités d’utilisation de la base de données biométriques à la seule fin de lutte contre la fraude à l’identité. Comment ? En interdisant le « lien univoque entre les données biométriques enregistrées dans le traitement central et les données d’état civil des personnes auxquelles ces données correspondent » ou encore en interdisant « de procéder à des recherches en identification sur la base des éléments biométriques enregistrées dans la base ».

Autre chose, la CNIL se méfie comme de la peste des systèmes de reconnaissances faciales, en cette période où les caméras de vidéosurveillances pullulent. Du coup, elle « exprime sa plus grande réserve sur la possibilité, ouverte par la proposition de loi, de recourir à de telles fonctionnalités dans le cadre des demandes de titres d’identité et de voyage »

Enfin, la CNIL considère que la puce optionnelle, si elle est une idée légitime ne doit pas faire oublier qu’elle peut permettre « la constitution d’un identifiant unique pour tous les citoyens français ainsi que la constitution d’un savoir public sur les agissements privés ». D’où l’importance des garanties qui doivent encadrer son utilisation et son déploiement. Par exemple ? Imposer une divulgation sélective des données selon la nature du téléservice, tout en informant clairement le citoyen avant la transaction.

Enfin, « de telles fonctionnalités ne devraient pas permettre le suivi des personnes sur internet ou l’exploitation par l’État d’informations sur les transactions privées effectuées par les citoyens. Une telle interdiction serait utilement rappelée dans le texte prévoyant ces nouvelles fonctionnalités de la carte électronique ».

Claude Guéant réintroduit un amendement pour casser le "lien faible"

Claude Guéant n’a visiblement que peu à faire de ces remarques sur la base centralisée. Alors que les sénateurs militent pour ce système de lien faible, le ministère de l’intérieur vient de réintroduire un amendement pour permettre le lien univoque entre les données, exception faite de la biométrie du visage.
Partager cet article
Repost0
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 23:34
Tous fichés, tous surveillés :
le nouveau Big Brother

Publié le 17-10-11 à 19:20   par Le Nouvel Observateur 

Dossier. Alors que les fichiers de police se sont multipliés, les géants du high-tech sont les nouveaux rois du flicage. Les Etats et le privé possèdent des milliards de données personnelles. Vous avez dit Big Brother ?

Illustration Diego Aranega (DR) Illustration Diego Aranega (DR)

 (Retrouver l'intégralité du dossier "Tous fichés" dans l'hebdomadaire en kiosque mercredi 19 octobre 2011) 


L’actualité, ces derniers jours, donne le tournis. Fermeture du site de fichage de la police Copwatch; listing du service du personnel du Sidaction bourré de renseignements privés sur la personnalité des salariés, selon Libération; mise en examen de Bernard Squarcini, directeur central du renseignement intérieur, suite à l’espionnage téléphonique d’un journaliste du "Monde" qui suivait l’affaire , inquiétudes attisées par la droite sur le recensement des votants à la primaire socialiste… Si on en doutait encore, la surveillance des citoyens n’a jamais été aussi forte et insidieuse. Le fichage n'est pas nouveau, comme en témoigne la magnifique exposition des Archives Nationales, mais il bénéficie désormais d'un arsenal technologique redoutable. Aux photographies face-profil, rangées par ordre alphabétique dans des boîtes en carton, du Second Empire ont succédé aujourd’hui des techniques sans cesse plus sophistiquées, comme la biométrie ou la miniaturisation des logiciels espions. La surveillance étatique, plus forte que jamais, se double de nouveaux concurrents: les réseaux sociaux. Diablement séduisants, ils seront terriblement dangereux si leurs usagers ne leur imposent pas de limites. Les Big Brothers des années 2010 peuvent aussi prendre, plus simplement, l’allure d’un voisin de palier, membre d’un réseau de vigilance, ou celle d’un mouchard miniature, quasi invisible, et pourtant capable de stocker toutes vos données personnelles. Le "Nouvel Observateur" explore les coulisses du fichage.

Extrait du dossier "Tous fichés" paru dans "le Nouvel Observateur" en kiosque le 19 octobre 2011

Votera, votera pas ? Dimanche 9 octobre, premier tour de la primaire. Laura hésite. "J’ai envie d’y aller, mais ce qui m’embête, c’est d’être fichée comme socialiste. Les opinions, c’est secret. Qui me dit que le ministère de l’Intérieur n’y aura pas accès ?" Son petit ami ironise. "Nous sommes déjà tous fichés !" Finalement, Laura a voté, non sans s’assurer que les listes d’émargement seraient bien détruites après la proclamation des résultats. Big Brother, voilà la nouvelle peur moderne. Le climat s’y prête : des journalistes espionnés, la compagne de François Hollande surveillée par les RG, si l’on en croit "l’Express" ; bref, l’époque est au retour des barbouzes. Dans "1984", George Orwell imaginait Big Brother étatique, omniprésent, tout-puissant. Les services de police disposent aujourd’hui de technologies qui feraient frissonner l’écrivain anglais. Biométrie, puces GPS, reconnaissance faciale… Mais le flicage n’est plus l’apanage de l’Etat. Il est aussi l’œuvre d’officines privées et, surtout, des seigneurs du réseau et des rois des télécoms. Le terrorisme et l’innovation ont été ses promoteurs les plus efficaces.

Automne 2001. Les attentats contre le World Trade Center entraînent une prolifération des fichiers de sûreté. Au même moment, une poignée de génies de l’informatique, dont Mark Zuckerberg, futur patron de Facebook, cogitent sur l’internet du futur, tandis que les ingénieurs d’Apple et autres Nokia planchent déjà sur les téléphones intelligents. Dix ans plus tard, des milliards de données personnelles ont été engrangées au nom des impératifs de sécurité et de la loi du marché. Stockés dans les ordinateurs des commissariats, des services de renseignement et des entreprises high-tech : échantillons ADN, empreintes numérisées, photographies, noms, prénoms, adresses, tailles, poids, goûts… "Aujourd’hui, tout le monde est fiché au moins une fois quelque part, s’insurge Alex Türk, ex-président de la Cnil. Sans qu’on sache où, ni pourquoi, ni combien de temps."

Tous fichés. dessin

 

673 000 caméras sur tout le territoire

Le nouveau Big Brother a mille visages. La vidéosurveillance, d’abord : 673 000 caméras sur tout le territoire (voie publique, commerces, gares, stations de métro, entreprises, etc.), selon le ministère de l’Intérieur. A Valenciennes (Nord), les policiers n’ont même plus besoin de descendre dans la rue pour verbaliser. Les plaques d’immatriculation sont identifiées par caméra et le PV envoyé automatiquement au domicile de l’automobiliste. Et ce n’est qu’un début. La police réfléchit à un fichier qui classerait les images de vidéosurveillance via un système de reconnaissance faciale. Il suffira que l’infraction et le suspect soient filmés pour que le logiciel puisse comparer avec les faciès répertoriés. L’outil proposera alors une liste de suspects potentiels, par ordre de ressemblance.

Les forces de l’ordre ont aussi des "oreilles" : les 63,8 millions de mobiles français. Dans les enquêtes judiciaires, une fois obtenue la commission rogatoire, les policiers n’ont plus qu’un code à entrer sur leur table d’écoute pour espionner les conversations du suspect. Les citoyens "irréprochables" ne sont pas à l’abri, eux, d’une surveillance dite "administrative". Ils se retrouvent alors dans la ligne de mire de la Direction centrale du Renseignement intérieur (DCRI), née de la fusion des RG et de la DST. Un épiphénomène ? Pas vraiment. En 2010, le gendarme des écoutes, la Commission nationale de Contrôle des Interceptions de Sécurité (CNCIS) a validé près de 6 000 "interceptions de sécurité" (mises sous surveillance à la demande du gouvernement de lignes mobiles, filaires ou internet) : 18% de plus que l’année précédente ! Sans compter les interceptions non validées par la CNCIS, comme on l’a vu dans l’affaire des fadettes des journalistes du "Monde".

Un quart des fichiers de police n’ont pas d’existence légale

Et puis il y a les fichiers de police, de plus en plus nombreux (37 en 2007, 58 aujourd’hui). D’après un rapport parlementaire, un quart n’ont pas d’existence légale. "Le hic, c’est que cette multiplication entraîne des doublons et accroît le risque d’erreurs, notamment les noms mal orthographiés", dit un spécialiste de la sûreté. Sans parler de l’usurpation d’identité qui frappe 210 000 personnes chaque année. Une loi en cours d’adoption vise, elle, à créer une carte d’identité biométrique où seront stockées toutes les informations du détenteur, que ce soit son état civil ou ses empreintes digitales. En clair, le premier fichage intégral de la population.

Dessin du dossier "Tous fichés" (Illustration Diégo Aranega)

Une nouvelle race de mouchards prolifère 

Mais l’espion le plus redoutable n’est pas forcément l’Etat. Une nouvelle race de mouchards prolifère : les "mini-Big Brothers", pour reprendre le terme d’Alex Türk. Minuscules, indécelables, invisibles à l’œil nu. Ces nanotechnologies sont les nouveaux joujoux des entreprises 2.0. Il s’agit des puces électroniques que l’on trouve dans les cartes et, surtout, des logiciels des téléphones new age. Ils permettent de connaître en temps réel la position exacte d’un individu grâce à son portable, le plus redoutable des délateurs. MapMyMobiles, de la société MappingControl, propose par exemple aux parents inquiets de "savoir à tout moment où est son ado". Une version existe pour les employeurs : des boîtiers GPS placés discrètement dans les voitures de fonction suivent à la trace les employés. Mais c’est avec les réseaux sociaux que le néo-Big Brother est le plus pernicieux. Celui-là est jovial, amical, égotique. Il propose aux citoyens de se ficher eux-mêmes…[...]

Tristan Berteloot, Jérôme Hourdeaux et Boris Manenti - Le Nouvel Observateur

Retrouver l'intégralité du dossier "Tous fichés" dans l'hebdomadaire du mercredi 19 octobre 2011, et les auteurs du dossier.


Fichage : Que dit la loi ?

Le fichage est encadré par la loi du 6 janvier 1978, dite "Informatique et libertés". Sauf dérogations, les fichiers ne peuvent être créés sans être déclarés auprès de la Cnil, qui peut contester leur légalité. La collecte de données privées est soumise à la publication de conditions générales d’utilisation. Les citoyens répertoriés doivent être informés sur la collecte et l’usage de leurs données personnelles. Ils peuvent aussi les consulter, les rectifier ou les supprimer, si besoin en adressant une plainte à la Cnil. Selon l’Association française des Correspondants à la Protection des Données à Caractère personnel (AFCDP), 82% des entreprises et administrations ne respectent pas les obligations prévues par la loi.

 

Quelques chiffres

- Le fichier de police Stic recensait 6,2 millions de noms fin 2010 et 41 millions de faits

- Le fichier national des empreintes génétique (Fnaeg) avait stocké 1,2 millions de profils fin 2010

- Le Fichier automatisé des empreintes digitales (FAED) répertoriait 3,6 millions d’individus début 2011

- En 2010, gendarmes et policiers ont procédé à 43.000 écoutes téléphoniques, soit 65% d’augmentation en 4 ans

- Claude Guéant s’est fixé l’objectif de 45.000 caméras de surveillance en France d’ici fin 2011

- La Cnil a totalisé 1,3 millions de fichiers déclarés fin 2009 contre 650.000 en 1999

- Chaque année près de 70.000 nouveaux fichiers sont déclarés auprès de la CNIL

- La France comptait 38,23 millions d’internautes début 2011. 20 millions sont inscrits sur les réseaux sociaux

- Les Français passent en moyenne 5 heures par mois sur les réseaux sociaux, 2 fois plus qu’il y a 2 ans

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20111017.OBS2654/tous-fiches-tous-surveilles-le-retour-de-big-brother.html

 

 

"Big Brother sera bientôt impossible à arrêter"

Publié le 19-10-11    par Boris Manenti    

Face à la multiplication des fichiers, Alex Türk, sénateur du Nord et ancien président de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil), lance un cri d'alarme. Interview.

http://cache.20minutes.fr/img/photos/afp/2008-09/2008-09-20/article_photo_1221819021142-7-0.jpg
http://cache.20minutes.fr/img/photos/afp/2008-09/2008-09-20/article_photo_1221819021142-7-0.jpg
photo ajoutée par eva

Après huit ans de présidence de la Cnil, vous lancez un cri d'alarme sur une société qui va plus loin que le Big Brother imaginé par George Orwell dans "1984". Quelles sont vos plus grandes craintes pour l'avenir ?

- Ce qui m'inquiète le plus est le laisser-faire. Dans cinq ou dix ans, notre mode de vie aura été profondément bouleversé, la protection des libertés individuelles aura été altéré, mais il sera trop tard. Il faut que les pouvoirs publics, en France comme ailleurs, mettent en place des instruments d'évaluation des avantages et dangers des technologies, en particulier dans les domaines de vidéosurveillance, de biométrie, de géolocalisation et de développement du réseau internet. Pour l'heure, rien n'est fait. Et je suis extrêmement pessimiste sur l'avenir, je ne me fais aucune illusion... Avec mon livre "La vie privée en péril" [éd. Odile Jacob], j'ai voulu prendre date sur ce que j'ai pu constater durant mes huit ans de présidence de la Cnil et alerter sur l'état d'urgence. Nos libertés sont chaque jour un peu plus rognées, de manière lente et progressive. Un jour, on s'en rendra compte, mais il sera trop tard, cela aura été trop loin.

Les quatre points que vous évoquez constituent-ils les futurs chantiers de la Cnil, et donc de votre successeur Isabelle Falque-Pierrotin ?

- Nous avons travaillé ensemble pendant plusieurs mois sur de nombreux dossiers, et chaque fois ces points revenaient comme des priorités. La vidéosurveillance et la biométrie ne sont pas les dossiers les plus compliqués, pas les moins dangereux, mais pas les plus complexes. Les pouvoirs publics peuvent, et doivent, encadrer juridiquement ces domaines. Pour la vidéosurveillance, on peut par exemple imaginer une charte qui fixe une série de règles qui touchent aux durées de conservation, à la limitation des personnes qui ont accès au système, etc. Mais pour des champs comme la géolocalisation ou le développement du réseau, la décision n'est plus franco-française mais nécessite des accords internationaux, avec l'imposition de normes. Il faut que les Européens tapent du poing sur la table et aient le courage politique - ce qu'ils n'ont pas du tout aujourd'hui - de dire que "ça ne peut plus durer". Il est inacceptable que le droit européen ne s'applique pas aux consommateurs européens dès lors qu'il s'agit d'un grand acteur américain.

Cette démarche pourrait-elle s'intégrer à la révision actuelle de la directive européenne de 1995 qui définit la législation sur internet ?

-  Je l'espère. En tout cas, ce sera l'occasion. Mais je ne me fais aucune illusion. J'attends une proposition forte, mais ce que j'ai vu pour l'instant n'est pas réjouissant...

 

Qu'est-ce qui vous effraye le plus dans notre future société "Big Brother" ?

- Surtout les réseaux sociaux, planétaires avec des ramifications infinies, et la géolocalisation, invisible et irréversible. Il est prévu qu'un jour les nanotechnologies soient utilisées dans les systèmes d'information. On se retrouvera alors avec des milliers, voire des millions, de puces RFID [de radio-identification, NDLR] invisibles à l'œil et disséminées partout à l'initiative du secteur public ou privé. On regrettera bientôt l'idée du bon vieux Big Brother, visible et ventripotent. Avec ces milliers de "nano-Brothers" invisibles qui se promènent partout dans la nature, on sera alors face à un phénomène irréversible. Les systèmes d'informations verront et entendront à distance. Nous n'aurons plus jamais la certitude absolue d'être seul, et serons toujours entendu, vu, surveillé... C'est absolument insupportable !

Concernant votre mandat de président de la Cnil, vous avez été critiqué pour votre position sur le dossier Hadopi, haute autorité visant à lutter contre le téléchargement illégal.

- Vous ne trouvez pas que ça commence à faire ringard de parler d'Hadopi ? Il faut se faire une raison... Sur ce dossier, l'avis rendu parla Cnil était mitigé, réservé. Néanmoins, en tant que président de la Cnil, je dois admettre que j'ai voté de manière délibérée en faveur du dossier Hadopi. Avec le recul du temps, chacun reconnaît que c'est un peu le bordel. Toute cette affaire tourne d'une manière difficile à comprendre. Mais j'ai une admiration pour ceux qui, sur le dossier Hadopi, ont une position tranchée. Je suis, encore aujourd'hui, tiraillé dans le dilemme protection de la liberté de création et protection de la liberté d'expression. Pour l'heure, il n'y a pas de bonne solution et j'attends toujours que quelqu'un fasse une vraie proposition pour résoudre ce problème.

Il y a deux semaines vous démissionniez de la Cnil. Pourquoi avoir préféré votre mandat de sénateur à celui de président de la Cnil ?

- C'était surtout une question de clarté. J'aurais pu conserver les deux fonctions jusqu'au 1er septembre 2012 [comme le prévoit un amendement], mais alors j'aurais de toute façon dû faire un choix. Là, Isabelle Falque-Pierrotin a au moins trois années devant elle pour réaliser ce qu'elle veut. J'ai été président de la Cnil pendant huit ans. En huit ans, j'ai fait un gros boulot, mais je me suis dit que quelqu'un de nouveau, avec des idées différentes, ne pouvait être que bénéfique. En fait, j'ai démissionné dans l'intérêt de la Cnil. J'aile sentiment de transmettre à Isabelle Falque-Pierrotin un bel outil, qu'elle va maintenant porter à un niveau supérieur. Mais je ne veux pas devenir le bonhomme informatique et libertés du Sénat. Et surtout, je ne veux pas mettre Isabelle Falque-Pierrotin en porte-à-faux, notamment avec des amendements qui la contrarient. Je vais lui foutre une paix royale. Je préfère sortir du jeu, même si ça sera parfois un déchirement.

Interview d'Alex Türk, sénateur du Nord et ancien président de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil), par Boris Manenti (le Jeudi 29 septembre 2011)

 

http://tempsreel.nouvelobs.com

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 21:50

 

Mercredi 19 octobre 2011

http://www.mecanopolis.org/wp-content/uploads/2009/10/europe-dictature-276x300.jpg

http://www.mecanopolis.org/wp-content/uploads/2009/10/europe-dictature-276x300.jpg

 

La dictature du MES, le Mécanisme Européen de Stabilité pour l'Europe,

préfigure la dictature du NOM (Nouvel Ordre Mondial) pour les peuples !

(eva R-sistons)

 

Pour la traduction française du traité MES, cela vaut le coup d’être lu, cliquez ici.

Les peuples d’Europe se doivent d’arrêter ce coup d’état fasciste, nous pesons nos mots, car le fascisme selon Mussolini soi-même, c’est « la fusion entre l’état et la grosse industrie » qu’il appelait « corporatisme », ourdi dans leur dos. L’oligarchie fait passer en catimini sans aucun consentement populaire les pires traités faits pour parachever le néo-féodalisme post industriel, celui du Nouvel Ordre Mondial.

 lire et diffuser sans modération…

Merci à Doctorix pour les liens français de la toile sur cette affaire ,

– Résistance 71 –

 

http://s4.e-monsite.com/2011/04/04/07/resize_550_550//europe-dictature003.jpg

http://s4.e-monsite.com/2011/04/04/07/resize_550_550//europe-dictature003.jpg

 

Vers un fascisme européen ?

 

Url de l’article original:

http://www.haoui.net/newsletter/2011/octobre18/exclusivite/index.html

Imaginez une autorité nouvelle qui demande, quand elle le veut, aux Etats de payer dans les 7 jours des montants non plafonnés. Une autorité qui peut accuser sans être accusée. Une autorité dont les dirigeants et employés bénéficient de l’immunité. Une autorité qui ne peut pas être attaquée par les tribunaux. Des gouvernements qui ne peuvent plus revenir sur les engagements pris par leurs prédécesseurs auprès de cette autorité. Une autorité non élue qui détiendrait dans une seule main les caisses des Etats européens. Et bien cette autorité est en cours de création. Elle s’appelle le MES, le Mécanisme Européen de Stabilité qui devrait entrer en vigueur en 2013. Vous n’en avez jamais entendu parler ? HaOui s’est procuré la version anglaise de ce traité en cours de ratification et vous propose en exclusivité sa traduction, car opacité oblige, sa version française n’est pas diffusée…

 

Extraits du projet de traité en cours de ratification

 

Article 3
Objet 
L’objet du MES est de mobiliser des fonds et fournir une assistance financière, sous stricte conditionnalité de politique économique, au profit des Membres du MES qui connaissent ou sont menacées par des problèmes de financement grave, si cela s’avère indispensable pour sauvegarder la stabilité financière de la zone euro dans son ensemble. A cet effet, le MES est en droit de lever des fonds par émission d’instruments financiers ou en concluant des accords financiers ou autres arrangements avec les Membres du MES, les institutions financières ou d’autres tiers.

Article 8
Capital social
1. Le capital social s’élève à 700 milliards d’euros (EUR 700 000 000 000).

Article 9
Appels du capital
[...] Les Membres du MES, irrévocablement et inconditionnellement, s’engagent à payer sur demande l’appel de capital effectué par le Directeur Général conformément au présent paragraphe, cet appel devant être payé dans les sept (7) jours suivant la réception de ladite demande.

Article 10
Les changements dans le capital social
1. Le Conseil des Gouverneurs [...] peut décider du changement du capital social et de la modification de l’article 8 et l’annexe 2 en conséquence.

Article 27
Le statut juridique du MES, les immunités et privilèges

2. Le MES a la pleine personnalité juridique, il doit avoir la pleine capacité juridique:

(A) pour acquérir et aliéner des biens immobiliers et mobiliers;

(B) pour contracter;­

(C) pour ester en justice et

(D) pour entrer dans un accord cadre et / ou des protocoles nécessaires pour s’assurer que ses statuts, privilèges et immunités sont reconnus et mis en vigueur.

3. Le MES, ses biens, fonds et avoirs, où qu’ils se trouvent et quel qu’en soit le détenteur, jouissent de l’immunité de toute forme de procédure judiciaire, sauf dans la mesure où le MES renonce expressément à son immunité dans le but de toute procédure ou par les conditions de tout contrat, y compris la documentation sur les instruments financiers.

4. La propriété, le financement et les actifs du MES, où qu’ils se trouvent et quel qu’en soit le lieu, sont exempts de perquisition, réquisition, confiscation, expropriation ou de toute autre forme de saisie, de prise ou forclusion par action de l’exécutif, judiciaire, administrative ou législative.

Article 30
Immunités des personnes

  1. Gouverneurs, Gouverneurs suppléants, Directeurs, Directeurs suppléants, le Directeur Général et membres du personnel doivent être à l’abri de poursuites à l’égard des actes accomplis par eux dans leur qualité officielle et jouissent de l’inviolabilité à l’égard de leurs papiers officiels et documents, sauf lorsque le Conseil des Gouverneurs renonce expressément à cette immunité.

Connaissez-vous le Mécanisme Européen de Stabilité ou MES ?.. Non ?… Normal, on nous le cache soigneusement… La dictature fasciste de L’UE est en marche !

 

Europe-dictature.jpg   

Vers un vol total de la souveraineté. En route vers la dictature !

L'euro-dictature se profile + régime policier - la monnaie commune ne fonctionne que par la force

 

La loi martiale en europe, c'est possible. Phase pré-guerre, dictature

 

L'ue au service des banksters - bientôt la dictature - immunité (vidéo 3 mn)

La crise de l’europe

N. Farage : la grèce sous dictature de l'ue, de la bce et du fmi, vidéo

La dictature des agences de notation

Nous sommes dans une période de mise en place d'une dictature totale

La crise de la dette européenne et la menace de dictature

La dictature européenne s’organise pour sauver l’euro 

 

http://www.mecanopolis.org/wp-content/uploads/2011/09/euro2.png

http://www.mecanopolis.org/wp-content/uploads/2011/09/euro2.png

 

 

.

 

'Une autre Europe semble émerger plus à l’est,

en Eurasie,

avec l’union économique et politique

de la Russie, du Kazakhstan et de la Biélorussie'.


http://fr.rian.ru/tribune/20111019/191574878.html

 

 

.

.

Finalement, je ne vais pas interrompre mes blogs,

pendant quelques semaines pour cause de mise au vert,

mais fonctionner au ralenti,

afin de continuer à alerter quand c'est nécessaire

votre eva

 

.

 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 02:04

 

Le député Maxime Gremetz violemment bousculé par les CRS

 


 

 

 

.

 

Retour à l'an 33 ...
Non, je veux parler de 1933 !
Lex primipili non scribitur, sed profluit quodam naturali fonte ex vilia bestia exprimititur 
« La loi du centurion n'est pas écrite ; elle s'épanche de la "bête immonde" de nous comme d'une source naturelle. »

Les « gérants loyaux du capitalisme » , confrontés à sa contradiction fondamentale retrouvent les vieux réflexes.

En 1871, ils « triomphent », sous la protection de l'occupant prussien, dans  l'odeur âcre  du sang des 17 000 communards fusillés pendant la semaine sanglante et des 10 000 autres, condamnés à mort, à l'exil ou à la prison.

De 1914 à 1918, ils « triomphent », sur les millions de cadavres de poilus, après avoir fait taire Jaurès, rue du Croissant, et sa veuve, 5 ans plus tard,  obligée de payer les frais du procès au cours duquel elle devra entendre l'acquittement de l'assassin. 

Je passe sur la répression sanglante de la grève des cheminots français, des métallos de la Rhur, la guerre du Rif, ... 

En 1933, ils incendient le Reichtag à Berlin.  En 1940, à Paris, ils interdisent le PCF et déchoient ses députés de leur mandat donc de leur immunité parlementaire ...

Je passe également sur la période du maccartysme et des guerres coloniales, pour en arriver au 7 septembre dernier :

Vous pourrez constater de visu que les fonctionnaires de police « dressés » par près d'une décennie de tutelle Sarkozienne, méconnaissent totalement la notion d'immunité parlementaire, puisque leur violences physiques conduisent, sans sommations et en toute connaissance de cause, un député de la République en exercice, à l'hôpital.
De deux choses l'une, soit leur formation juridique est insuffisante, soit ils ont reçu des ordres ... nécessairement politiques.

« Der Brandstifter, Göring, das bist du ! » (L'incendiaire, Göring, c'est toi!) démontrait Dimitrov au procès de Leipzig en septembre 1933.

Je suis heureux de voir qu'en septembre 2011, place de la Nation, une jeune génération de video-reporters savent prendre la relève :

« L'incendiaire,  BouHortefeux, c'est toi ! »

Voici le lien qui vous permettra de lire leur article et de visionner leur témoignage video.

 

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 05:08
La santé publique dans tous ses états:
questions au Dr Alain Braillon,
un expert trop indépendant (I)

http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2011/09/18/la-sante-publique-dans-tous-ses-etats-questions-au-dr-alain.html

 

.

J'ai proposé un entretien au Dr Alain Braillon, à la fois pour Pharmacritique et pour la Fondation Alain Braillon désaffecté.jpgSciences Citoyennes, ce qui permet à l'association d'exprimer son soutien et sa solidarité en lui donnant directement la parole. Cette forme permet aussi de tendre un miroir à la santé publique, par des réponses à mes questions ciblées sur des actualités comme sur des problématiques plus globales. Voici la première partie de cet entretien, après une introduction faite par moi. La deuxième partie est ici

Mis sur le banc de touche pour avoir trop bien fait son travail, le Dr Alain Braillon est un témoin privilégié de la démolition de la médecine de santé publique, parente pauvre d’une médecine calquée sur les demandes de l’industrie pharmaceutique, dans un système tout entier conçu pour être pharma-amical, faire non pas de la prévention rationnelle, mais de l’abus de prévention, réduite à son sens pharmacologique, faire de la médicalisation des états physiologiques comme des facteurs de risque, des états d’âme, du mal-être socio-économique… Avec ses conséquences de surmédicalisation, surdiagnostic et surmédicamentation et l’augmentation exponentielle des risques iatrogènes. Ces tares structurelles ont été exposées moult fois sur Pharmacritique et illustrées aussi par le « cas » représentatif d’Alain Braillon.

Un article récent épinglait la misère de la médecine de santé publique, première victime de coupes budgétaires et du désinvestissement de l’Etat, qui ne saurait être occultée par quelques vitrines bien lustrées telles que le mastère de santé publique annoncé par le Cnam, l’Institut Pasteur et l’EHESP (Ecole de Hautes Etudes en Santé Publique). Ces institutions devraient donner des garanties de leur indépendance et de la qualité de leur formation, par exemple en ayant recours à des experts indépendants et reconnus au niveau international. Proposer une chaire à Alain Braillon serait un bon début.

En posant un certain nombre de questions, au nom de la Fondation Sciences Citoyennes et de Pharmacritique, j’ai souhaité demander au Dr Alain Braillon de tendre un miroir à cette santé publique qu’il connaît désormais sous toutes les coutures : de l’intérieur, de l’extérieur et même en tant que « dommage collatéral » parmi d’autres induits par la politique du gouvernement actuel. Car c’est en pratique, sur de tels cas précis de démolition d’un service et d’éviction de l’un des rares médecins français à être une référence de niveau international, que l’on peut juger ce qu’il en est des annonces médiatiques et du projet de loi de Xavier Bertrand, présenté comme « radical » et à même d’introduire une coupure nette entre « l’avant et l’après Médiator ».


Le communiqué détaillé de la Fondation Sciences Citoyennes précise que l’ « après Médiator » selon Xavier Bertrand, c’est de la communication, du marketing sur le modèle pharmaceutique qui vit de cela et non plus de la recherche et développement... Le ministre sait vendre son projet, pour que l’essentiel du système pharma-amical reste en place, tout en donnant l’illusion d’une volonté politique et d’une consultation large. Or le système verrouillé par des leaders d’opinion grevés de conflits d’intérêts, promus comme le Pr Jean-Luc Harousseau à la Haute autorité de santé (voir ici), gardera les mêmes tares structurelles qui permettront d’autres Médiator.

Evincé il y a un an, Alain Braillon n’a toujours pas été réintégré, malgré les promesses de Xavier Bertrand de défendre les experts indépendants. Il y a eu et il y aura d’autres évictions de tels experts qui dérangent les sociétés savantes sponsorisées par l’industrie et les intérêts des lobbies qu’elles défendent. Elles passeront inaperçues, car le système procède habituellement de façon plus subtile. Raison de plus d’être solidaires et de faire de la… prévention avec nos maigres moyens. Défendre tous les Alain Braillon, c’est défendre notre santé. [Elena Pasca]

 

Activités du Dr Alain Braillon en bref

Alain Braillon était médecin des hôpitaux au CHU d’Amiens depuis 4 ans, dans le service du Pr Gérard Dubois, membre titulaire de l’Académie de Médecine, lorsque, brutalement, une procédure a été engagée pour supprimer son poste. Le Centre National de Gestion du Ministère de la Santé est passé outre l’avis de 70% des membres de la Commission Statutaire Nationale pour mettre fin à ses fonctions.

Ancien chef de clinique en hépato-gastroentérogie, le Dr Braillon est parti aux Etats Unis pour une année post doctorale dans un service de pharmacologie avant d’intégrer l’Inserm en tant que chargé de recherche. Il a ensuite participé, auprès du Pr Claude Griscelli au siège de l’AP-HP, à la création de la première Délégation à la Recherche Clinque dans un CHU français. C’est ce modèle original qu’a repris quelques années plus tard le ministère de la Santé pour l’appliquer au niveau national. Le Dr Braillon a aussi dirigé le service de la Commission de la Transparence à l’Afssaps ; les conditions dans lesquelles il a été mis fin à cette fonction ont été analysées lors de la mission d’information parlementaire sur le Médiator.

Le Dr Alain Braillon a publié plus de 190 articles médicaux indexés dans PubMed (US National Library of Medicine), essentiellement en anglais, en majorité dans les revues de tout premier plan de différentes spécialités.

 ***

Elena Pasca : Quel est le travail et le rôle d'un médecin de santé publique?

Alain Braillon : La santé publique est une discipline transversale et son champ s’est largement développé au fil du temps, en particulier jusqu’aux soins curatifs. Charles-Edward Winslow a fourni une définition dans la revue Science en 1920 : « La santé publique est la science et l’art de prévenir les maladies, de prolonger la vie et de promouvoir la santé … » (Winslow CE. The Untilled Fields of Public Health. Science. 1920;51:23-33).

Il n’y a pas de raison d’opposer la Santé Publique aux autres spécialités médicales. L’essence est la même : limiter la souffrance, essayer de guérir et toujours respecter le malade. Sans être des spécialistes de santé publique, nombreux sont les praticiens qui font naturellement de la santé publique, en s’investissant dans des actions collectives, comme l’animation d’un réseau de soins, ou en intervenant dans les médias et diffusant des messages d’éducation à la santé. Je ne parle évidemment pas des campagnes sponsorisées par des firmes pharmaceutiques auxquelles participent des médecins rémunérés pour cela, mais de praticiens qui font leur travail en utilisant les médias comme un moyen de diffusion à même d’atteindre un public plus large.

La seule différence est l’échelle : un médecin de santé publique agit sur une population, alors qu’un clinicien agit sur une personne à la fois. En cas d’erreur ou de faute, les conséquences changent d’échelle. Comme l’a montré Brigitte Rossigneux dans le Canard Enchaîné, la Commission de la Transparence de la Haute Autorité de Santé a permis le renouvellement du remboursement du Médiator en 2006, en censurant les mises en garde des travaux préparatoires. (Voir cet article du Lancet). Une telle décision expose d’un seul coup des centaines de milliers de malades pendant des années à un produit inefficace, mais avec des effets secondaires graves connus depuis longtemps.

A l’inverse, par une seule mesure de santé publique pertinente, des milliers de vies peuvent être sauvées, ou des milliers d’effets indésirables graves peuvent être évités. Les Belges l’ont prise en 1976 en refusant l’autorisation de mise sur le marché du Médiator.

Autre exemple : en France, la consommation de cigarettes augmentait chaque année depuis la fin de la seconde guerre mondiale, représentant en moyenne 2 000 morts supplémentaires chaque année. Il a fallu attendre la loi Evin, qui a mis en place un dispositif global pour lutter contre tabac, pour voir enfin diminuer la consommation de tabac en France. Pendant 7 ans, il s’en est suivi une baisse régulière de la consommation, sauvant plus de 3 000 vies chaque année.

 

Quels sont les axes principaux de votre travail ?

 

Mon activité ces dernières années peut être résumée à trois domaines principaux :

1/ Améliorer la prise en charge.

C’est ce que j’ai fait en créant trois réseaux régionaux pluri-professionnels et pluridisciplinaires.

Le premier fédérait les vingt maternités publiques et privées de la région picarde, associant gynécologues-obstétriciens, sage-femmes, pédiatres, infirmières et cadres. Il ciblait le tabagisme chez les femmes enceintes, qui est la première cause évitable de complications au cours de la grossesse, en particulier la prématurité et la mort subite du nourrisson. C’est un fléau majeur, et la France détient un triste record, celui du pays d’Europe où il y a le plus de femmes enceintes qui fument. (Voir cet article dans J Gynecol Obstet Biol Reprod. 2010;39:1-2). Il a donc fallu sensibiliser, motiver et former de nombreux praticiens et intervenants, et leur fournir l’équipement nécessaire.

Le second réseau concernait la prévention de l’hépatite B au cours de la grossesse, une pratique jusque-là non évaluée en France et d’autant plus préoccupante que la France est lanterne rouge dans le monde pour la vaccination contre l’hépatite B … si l’on exclut le Yémen et la République Dominicaine.

Le troisième concernait la prise en charge des suicidants, une priorité du plan régional de santé publique. Ce réseau réunissait les urgentistes, les psychiatres et les infirmières des neuf hôpitaux pivots de la région qui ont participé à trois programmes. Les actions menées ont été évaluées, les résultats publiés dans des revues médicales nationales et internationales à comité de lecture. La publication d’éditoriaux a permis de renforcer l’impact de nos propositions. De même, des interventions dans les médias, dont la télévision, ont permis de sensibiliser et d’informer le grand public.

2/ Développer la sécurité des soins.

Pour cela, j’ai créé un réseau pour réunir les responsables Qualité et Sécurité des établissements de santé publics et privés de la région. Pas plus d’une demi-douzaine de réseaux de ce type existaient en France. Cela a permis d’organiser des formations, de faciliter le partage d’expérience et mettre en place des actions communes. Il s’est ensuite associé à un autre réseau régional, devenant ainsi le premier réseau inter-régional de ce type.

Pour tous ces réseaux, il a fallu trouver des financements en répondant à des appels d’offres. En effet, je ne bénéficiais d’aucun moyen, pas même d’un secrétariat. Les crédits obtenus sur appels d’offres auprès de la Fondation de France, des comités départementaux de la Ligue contre le cancer de l’Oise et de la Somme, du Conseil régional ont permis de recruter les collaborateurs, de financer l’achat des équipements et les différents frais de fonctionnement. En 5 ans, j’ai obtenu 550 000 € de crédits.

3/ Produire des expertises et fournir des conseils

Cela a été le cas pour la politique de dépistage de plusieurs cancers (prostate, colo-rectal, sein) ou par exemple pour les addictions.

 

Vous êtes actuellement "en disponibilité" (quel euphémisme!), sous prétexte que le financement de votre poste ne serait plus assuré. Que s'est-il passé?

Je ne sais quel terme utiliser. Présidée par M. Gérard Bapt, la mission parlementaire d’information sur le Médiator m’a présenté lors de mon audition comme « médecin des hôpitaux désaffecté du CHU d’Amiens par le ministère de la Santé ».

J’avais été nommé au CHU d’Amiens à l’issue du concours national des praticiens hospitaliers de 2004, avec 150 points sur 150.

Cela s’est passé très brutalement, comme à France Télécom. A la mi-décembre 2009, un simple mail d’un secrétariat m’informe que la Commission Médicale d’Etablissement a demandé mon placement au Centre National de Gestion. Ni moi, ni mon chef de service, ni le responsable de pôle n’étions au courant de ce qui se tramait. En effet, cela a été rajouté à l’ordre du jour en pleine séance et mon exclusion votée en fin de séance, quand il ne restait qu’un nombre très réduit de membres, dont personne ne peut d’ailleurs fournir la liste. La raison invoquée n’a été connue que plus tard : l’arrêt d’un financement par l’Agence Régionale de Santé qui subventionnait une de mes missions. Or un tel arrêt aurait dû faire l’objet d’une décision motivée et d’un avenant au contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens liant le CHU à l’Agence Régionale d’Hospitalisation. On a refusé de me communiquer cette décision, mais après une longue procédure, la Commission d’Accès au Documents Administratifs m’a donné raison, et le directeur de l’Agence a dû confesser qu’il n’y avait aucun document traçant cette décision !

Le motif financier était d’autant plus absurde que je rapportais à l’hôpital deux fois mon salaire (charges patronales comprises), grâce aux crédits « Mission Enseignement Recherche Référence et Innovation » que versait le ministère de la Santé au CHU. Ces crédits prennent en compte l’activité de publication scientifique de chaque médecin, sur des critères qualitatifs et quantitatifs. Le CHU d’Amiens comporte environ 450 médecins, dont un tiers ont aussi un statut universitaire. J’étais le médecin qui publiait le plus dans les meilleures revues internationales.

Le Centre National de Gestion a validé la procédure et instruit mon dossier comme si de rien n’était. J’ai eu communication du rapport à charge que le Centre National de Gestion a fait réaliser contre moi, pour requérir ma désaffectation du CHU d’Amiens. Dans ce rapport, j’ai appris que la Haute Autorité de Santé me jugeait « incontrôlable » et que c’est pour cette raison que le contrat de travail qui me liait à elle n’avait pas été renouvelé fin 2006. Malgré l’avis favorable de la Commission d’Accès au Documents Administratifs, la Haute Autorité de Santé refuse de me communiquer la note originale qui m’évalue ainsi.

Fait inhabituel, la Commission Statutaire Nationale s’est opposée, à plus de 70% de ses membres, à la réquisition du Centre National de Gestion contre moi. Autre fait inhabituel, le Centre National de Gestion n’a pas suivi cet avis. Tout cela est très significatif.

Je vous épargne les détails de la procédure, qui sont dignes de Georges Orwell. Quoiqu’il en soit, le terme « en disponibilité » ne s’applique pas à ma situation. C’est ma mort professionnelle et sociale qui a été organisée. Je ne peux plus prescrire, même pour ma famille, le Centre National de Gestion refusant de me communiquer les identifiants qui doivent figurer sur les ordonnances. J’ai dû attendre deux mois pour avoir communication de la procédure me permettant de me déplacer, et elle n’était valable que deux mois. Quand j’ai voulu l’utiliser, le Centre National de Gestion m’a refusé l’autorisation de me déplacer. J’ai encore près de 80 000 € de crédits de recherche obtenus sur appels d’offres qui sont au CHU. Le Centre National de Gestion refuse d’en assurer la gestion, et le CHU refuse de m’informer sur leur devenir.

Tout cela a fait à l’objet d’articles dans différents média [NdR : voir les liens à la fin de la deuxième partie de l’interview].

 

J’y verrais plutôt un « procès » à la Kafka, d’autant que votre ancien chef de service se voit poursuivi en justice. Pure coïncidence ?

Oui c’est assez kafkaïen, et même orwellien par certains aspects. Pour ce qui est des coïncidences, il est vrai que cela en fait beaucoup pour un service qui ne comporte que trois médecins, le troisième étant proche de la retraite. Oui, le service ne comporte que trois médecins, sans secrétaire depuis de plusieurs années ; et l’interne qui a choisi de faire son stage dans le service l’année dernière s’en est vu refuser l’autorisation par l’administration !

Cela fait beaucoup de coïncidences. Statistiquement, il est peu probable que cela soit dû au hasard.  

 

Qui a intérêt à vous mettre hors service et à épuiser le Pr Gérard Dubois par des procédures en justice?

Je ne suis pas journaliste d’investigation, mais pour le Pr Dubois, c’est assez évident. British American Tobacco avait menacé publiquement de le poursuivre en justice, mais finalement n’a pas donné suite et la procédure a été menée par la Confédération des buralistes de France.

Pour mon cas personnel, il est probable que des articles critiques que j’ai publiés dans les revues internationales de premier plan aient déplu. Les sujets sont nombreux : pharmacovigilance, expertise des politiques de santé publique (dépistages des cancers, hépatite B, alcool, tabac…). Je ne comprends pas l’intérêt que le ministère de la Santé pourrait avoir à me mettre hors service, mais c’est bien le ministère de la Santé qui l’a fait et qui persiste dans sa décision, malgré l’avis de la Commission statutaire nationale, les interventions ou les articles de soutien dans les différents media français ou étrangers.

 

C’est un type particulier d’action en justice intentée au Pr Gérard Dubois. Pourriez-vous préciser ?

Il s’agit d’une SLAPP. C’est l’acronyme anglo-saxon pour Strategic Lawsuit Against Public Participation (Poursuite stratégique contre la mobilisation publique). Le puissant et riche qui vous traîne devant les tribunaux se moque du jugement car, quel que soit le jugement, il gagne toujours : l’attaqué perd son temps et son argent, et même si le tribunal finit par lui donner raison, les frais d’avocat ne seront même pas couverts. Cela permet aussi de faire peur à ceux qui auraient pu penser à faire entendre leur voix critique. C’est fréquent dans les pays anglo-saxons, et cela touche maintenant la France (Le Silence est d'or, dans la revue Pratiques. 2011;53:74-5).

Pierre Meneton, un chercheur de l’Inserm qui lutte contre l’overdose de sel dans les aliments industriels, en a fait les frais récemment. Un Français consomme en moyenne 8 g de sel par jour, quand tous les experts internationaux recommandent de ne pas dépasser 5 g. Les conséquences de cette petite « gratte » pour vendre de l’eau au prix de l’aliment (le sel ayant un pourvoir de rétention d’eau très important) sont lourdes : hypertension artérielle avec son cortège de morts et de malades subissant des infarctus, des accidents vasculaires cérébraux… Le Comité des Salines de France a poursuit Pierre Meneton en diffamation, sous le prétexte qu’il a affirmé lors d’une interview pour le magazine TOC en 2006 : « Le lobby des producteurs de sel et du secteur agroalimentaire industriel est très actif. Il désinforme les professionnels de la santé et les médias ». L’Inserm non seulement ne le défendra pas, mais, à la suite de pressions extérieures, fera même scruter son activité par un « Comité d'Ethique interne » pour voir « s’il ne portait pas atteinte à l'image de son institution ». Les différentes sociétés savantes - Cardiologie, Hypertension artérielle, Pharmacologie… - ont été aux abonnés absents pour sa défense. C’est plus facile de faire des ordonnances de médicaments que de la prévention et de l’éducation. Pour celui qui prescrit : c’est plus rapide, il se rassure en confortant son statut de « savant tout puissant », car il permet l’accès à des médicaments nouveaux et coûteux. Celui à qui l’on prescrit est heureux : on lui reconnait un statut et le médicament miracle l’exonère de tout effort personnel. C’est un peu comme les émissions de télé-achat.

Le lobby du sel a été débouté, mais heureusement que les très lourds frais du long procès ont été assurés par la revue Prescrire. En règle, les lanceurs d’alerte n’ont pas cette chance, ils doivent assumer seuls. En plus, en règle générale, les représailles de leur hiérarchie, si subtiles mais si efficaces, les mettent hors jeu professionnellement et socialement, avant qu’ils n’aient pu diffuser leurs mises en garde efficacement.

En 2010, c’est le laboratoire Astellas Pharma qui poursuit, devant le tribunal de grande instance de Paris, cette même revue Prescrire (voir cet article). Il ne tolère pas que cette revue mette en garde sur la nouvelle indication d’un de ses médicaments.

 

L’information indépendante se paie cher... Les axes de travail dans les services de santé publique sont-ils imposés ou librement choisis ?

Oui, l’information indépendante se paie cher pour ceux qui tentent de la faire. On progresse mieux dans la hiérarchie avec une dose de servilité que de bon sens critique. On gagne plus à faire de la publicité rédactionnelle et flatter les intérêts des lobbies qu’à alerter sur les problèmes. La situation où ma mort professionnelle a été organisée délibérément est un exemple du prix que l’on peut payer. Cet exemple n’est pas exceptionnel, ce qui est inhabituel dans notre pays c’est la couverture médiatique qu’il a eu. Nombreux sont ceux qui sont mis sur la touche et dont on n’entend pas parler parce que les exécuteurs des basses œuvres ont été plus habiles pour sauver les apparences.     

Quant à l’autre sens du terme, bien sûr, l’indépendance a un coût, impossible de faire autrement. Plus de 30 000 professionnels de santé choisissent de s’abonner à Prescrire, c’est environ 10% des professionnels qui investissent près de 400 € par an pour s’abonner. Est-ce cher payé pour avoir une information indépendante ? D’autres préfèrent s’informer directement auprès des laboratoires pharmaceutiques. C’est gratuit, et parfois le gîte et le couvert sont offerts en prime.

Pour les axes de travail, c’est plus facile de suivre le troupeau que d’essayer de développer des thèmes ou des concepts différents. Un système, en plus bureaucratique comme le nôtre, n’aime jamais être remis en cause. Toutefois, chacun a la liberté de développer les thèmes qui lui semblent importants, mais il faut parfois assumer les risques que cela comporte.

Il est vrai qu’il est parfois difficile d’aborder certains thèmes et que certaines revues « scientifiques » françaises refusent de publier des articles, s’affranchissant même parfois d’une expertise et relecture par les pairs. Mais il existe plein de revues internationales qui sont d’ailleurs bien plus réputées et qui ont bien plus d’audience. Et même si leurs critères de qualité scientifique sont plus exigeants pour y être publiés, cela n’est pas insurmontable avec un peu de travail.

 

Comment jugez-vous la situation globale de la médecine, ou plus globalement de la santé publique en France ?

On peut envisager la situation en termes de résultats.

Voici un exemple qui en dit long. La mortalité infantile stagnait en France depuis de nombreuses années, contrairement aux autres pays développés. Pire, elle a même augmenté en 2009. Ainsi, la France est passée du 5ème au 14ème rang européen pour la mortalité infantile entre 1999 et 2008, derrière la Grèce, un pays en faillite frauduleuse. (Le terme frauduleux ne doit pas choquer : a) les comptes de l’Etat étaient manifestement truqués et les pays qui vendaient de l’armement lourd à la Grèce ne pouvaient ignorer que ces dépenses figuraient dans le budget de l’Etat grec à la ligne investissement ; b) quant aux citoyens grecs, ils avaient fait de la fraude fiscale un sport national et se réjouissaient de leur impunité.)

On dispose d’indicateurs simples et robustes dans de nombreux autres domaines. Pour les soins palliatifs, ce sont les Anglais qui se classent premiers en Europe et la France se traîne encore à la 13ème ou la 14ème place.

Pour le récent classement qui a été publié sur la chirurgie cardiaque, l’Angleterre obtient encore des résultats excellents, mais la France n’a pas participé, car elle n’a pas communiqué ses résultats pour l’enquête européenne qui existe depuis une quinzaine d’années. Pourtant le succès de cette enquête est indiscutable, et même la Chine et l’Arménie y participent maintenant.

 

On peut envisager la situation en termes de processus.

Le tabac est la première cause de mortalité évitable en France, avec 60 000 décès par an. Pour les cigarettes, la consommation a diminué de 81 milliards de cigarettes  en 2002 à 55 en 2004, grâce aux augmentations répétées (trois) et importantes des taxes. Elle a stagné après le gel des taxes annoncé par Raffarin en 2004, gel que la Confédération des buralistes de France a considéré comme « un bon compromis ».

Depuis, cette stagnation persiste et fait à nouveau de la France une exception parmi les pays développés. En effet, les trois dernières augmentations (2007, 2009, 2010) sont incroyables. Ces augmentations concernent le prix industriel et non la taxe spécifique sur le tabac. Elles ont été faibles (6%), trop faibles pour impacter les ventes. Ces augmentations des prix industriels ont par contre permis un accroissement des profits des cigarettiers: ainsi, les trois majors - Philip Morris, British American Tobacco et Imperial Tobacco - ont vu leurs chiffres d’affaires augmenter de 3% entre 2008 et 2009, en pleine crise mondiale.

Actuellement, la consommation est à nouveau à la hausse, en particulier chez les jeunes et les femmes. Les augmentations annoncées pour 2011 et 2012 concernent bien les taxes, cette fois-ci ; cependant, elles restent insuffisantes (6%) pour diminuer le niveau des ventes. En plus, il y a le retrait annoncé de la varénicline de la prise en charge du déjà bien faible forfait thérapeutique limité à 50 €. L’ajout en 2011 sur les paquets de cigarettes de messages d’alerte sanitaires comportant des images est une mesure qu’il faut détailler un peu pour comprendre le caractère très relatif de l’engagement de la France dans la lutte contre le tabac : cette mesure n’a eu lieu qu’après deux ans de discussion avec les industriels et un incroyable délai d’un an « pour que les industriels puissent écouler leur stocks ». La France a  dix ans de retard sur le Canada et n’est que le 39ème pays à appliquer cette mesure. La complaisance ne s’arrête pas là, car ces messages n’occupent que 30% de la surface du paquet, contre 80% en Uruguay, par exemple. L’Australie a même annoncé en 2010 l’adoption du paquet générique avec couleur uniforme, taille standard et interdiction des logos. 

Pour l’alcool, Roselyne Bachelot a permis en juin 2009, à travers la loi HPST [NdR : Hôpital, patients, santé, territoires], la promotion par la publicité sur Internet, le média le plus utilisé par les jeunes, réduisant à néant les protections mises en place avec la loi Evin en 1991. (Voir Web-based intervention and alcohol: who is upside down? Alcohol Alcohol. 2010;45:103 et Alcohol control policy: evidence-based medicine versus evidence-based marketing Addiction. 2011 ; 106(4):852-3). Cela a mené à la création de l’Alliance Prévention Alcool.

Le développement de l’obésité est la troisième épidémie industrielle à laquelle il faut faire face. Là encore, l’inertie qui profite aux industriels est tout aussi inacceptable. Ainsi, par exemple, la demande d’une régulation de la publicité aux heures de grande écoute par les enfants, faite par 22 sociétés savantes, est restée sans réponse. Une taxe sur les boissons avec sucre ajouté vient cependant d’être annoncée.

Les intérêts des lobbies passent de plus en plus souvent avant l’intérêt de la population. Cela devient quasi systématique.

 

On peut envisager la situation en termes de coûts.

La France est le pays d’Europe qui dépense le plus pour la santé. Au classement mondial, nous sommes deuxième derrière les Etats-Unis. Et pourtant, fin 2010, le délai moyen d'obtention d'un rendez-vous pour un examen d'imagerie par résonance magnétique (IRM) a été évalué à 29 jours. Quatre régions proposent un délai moyen supérieur à 45 jours (Auvergne, Basse-Normandie, Limousin et Poitou-Charentes). Le délai d'attente pour un examen d'IRM est un problème ancien qui figurait déjà dans les objectifs du premier Plan cancer (2003-2007) : le délai ne devait plus dépasser 10 jours en 2010 ! On a l’impression d’être dans le dernier pays communiste du monde, où les commissaires du peuple chargés du Plan fixent tous les ans des objectifs d’autant plus irréalistes que les résultats sont mauvais : le délai moyen d'obtention d'un rendez-vous était de 29,3 jours en 2005 ! En 2010, la France, qui dispose de 8,7 IRM par million d'habitants, est deux fois moins équipée que la moyenne européenne (17 appareils par million d'habitants). Certains pays ont trois fois plus d’appareils par million d'habitants.

Cette dissociation entre des dépenses pharaoniques et des résultats plus que médiocres est incompréhensible !

 

suite ici :

 

http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2011/09/18/la-sante-publique-dans-tous-ses-etats-questions-au-dr-alain.html

 

Lire aussi :

Protection des lanceurs d'alerte et...

 

 


Partager cet article
Repost0
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 08:00

http://violette.martinez.free.fr/logos/Etienne%20chouard.jpg

http://violette.martinez.free.fr/logos/Etienne%20chouard.jpg

 

La Gôche Nouvel Obs en flagrant délit de censure

Des Primaires truquées 

Une illusion de démocratie

Arnaud Montebourg ostracisé

Par eva R-sistons

 

 

Jolie, jolie démocratie irréprochable ! Hier, j'ai publié sur mon blog du Nouvelobs, un article que j'ai envoyé sur ce blog, ici  : "Primaires PS: Non au conditionnement ! - Démondialisation - NOM en tract, sous le titre "Un PS qui n'a plus de socialiste que le nom". Et sur le Nouvel Obs, le titre était "Un si joli PS, et un joker Montebourg". Jusqu'à ce qu'il disparaisse, oh mystères insondables de la démocratie irréprochable de la Gôche caviar du Nouvel Obs ! Oui vous avez bien lu, pas celle de la Droite sarkozyste....

 

A titre indicatif, voici l'un des derniers commentaires reçus sur mon blog du Nouvelobs :

 

"Cela fait du bien de voir enfin des articles contradicteurs à ceux que l'on nous sert à tour de bras, matin, midi et soir c'est devenu insupportable.  Je vous soutiens dans votre démarche. J'espère que cette fois le peuple va se réveiller. Continuez vos articles de très grande qualité."

Primaires PS, conditionnement, sondages bidons, Montebourg ,

(sur le précédent post, car l'autre, "Un si joli PS, et un joker, Montebourg" a été censuré, comme le blog, du coup !)

 

Et voici les dernières stats :

 

08.10.2011 1 856  visiteurs

 

09.10.2011 1

 

Vous avez vu ? Bien vu ? On est passé de 1856, à... un visiteur. Et le blog n'apparaît plus !

 

1856 visiteurs le 8 octobre, sans doute plus que la plupart des journalistes-maisons du Nouvelobs, et le lendemain, jour de la suspension de mon blog... un seul visiteur ! Le modérateur, sans doute ! Hé hé, un modérateur, ça sert, en démocratie irréprochable ! A modérer, pardi, et même à supprimer, sans préavis...

 

C'est à cause de gens comme moi que le vilain dissident Montebourg s'est retrouvé en 3e position, devançant le chou-chou de Bilderberg (le sieur Valls), et même Ségolène Royal, pourtant brillante candidate en 2007 et personnalité originale, indépendante, pleine de convictions !

 

Vous vous rendez compte ? Les Médias vont devoir parler d'Arnaud Montebourg, maintenant, ils ne pourront plus faire autrement, la France profonde ne comprendrait pas !


 

Re-voici mon post qui tourne en dérision le PS, mais pas Arnaud Montebourg chantre de la démondialisation :


 

Six candidats pour un seul fauteuil... Qui va incarner le changement en France ? Au fait, vous avez dit changement ? Avec une Europe toujours aussi étrangère aux préoccupations et aux besoins des citoyens, avec un ultra-libéralisme accommodé à la sauce sociale-démocrate,  avec une politique étrangère furieusement impérialiste, coloniale, et une même allégeance aux Lobbies et à l'Empire...  Rien de nouveau sous le soleil de la pseudo démocratie qui prône l'alternance et fait tout pour l'éviter, et qui s'emploie à neutraliser toutes les libertés prises face à la Pensée Unique mondialisée... au service des vampires du Nouvel Ordre Mondial.

 

Hollande, le chéri des Sondeurs et des Médias modelés par le CRIF, après DSK et avant Valls (adulé par les Bilderberg, quel atout pour le MEDEF !), est imposé à notre subconscient, car il doit gagner, il va gagner ! Naturellement, puisqu'on nous le dit. Tant pis pour Martine Aubry la catholique sociale (et fossoyeuse de Ségolène au PS, au risque d'une grossière manipulations des chiffres), et tant mieux pour Sarkozy, qui serait alors confronté à un adversaire faible, malléable, émotif, inconsistant, sans personnalité, et si joliment social démocrate, qu'il en est terne. Droite pour Droite, autant préférer l'original à la copie, n'est-ce pas ?

 

Exit le Radical et son fédéralisme cher aux tenants du Nouvel Ordre Mondial, restent trois candidats.  Valls, plus énergique que son compère Hollande, mais tellement peu socialiste et même social qu'on se demande ce qu'il fait au PS, sinon pour infléchir sa politique dans le sens du renforcement de l'austérité, des sacrifices populaires, et de la vassalisation à l'Empire. Il a de l'avenir, le petit ! Puisque le Nouvel Ordre Mondial le veut... pour la continuation de sa prospérité.

 

Ségolène Royal, encore elle ! Toujours aussi déterminée, aussi déconcertante, aussi accrochée aux convictions de la France profonde attachée au modèle social et à l'autorité. A la lisière du PS, de ses scléroses, de ses rivalités et de ses déchirements étouffés avant chaque élection - et c'est à son honneur.  Drapée dans son incorruptibilité, comme Arnaud Montebourg, le pourfendeur de la corruption, justement !

 

Oui, mais Arnaud Montebourg, lui, a diagnostiqué le Mal. Et il veut le combattre à la source. Courageusement, avec détermination, et en prônant sa différence. Un "socialiste" qui, enfin, ose proclamer que les licenciements boursiers doivent être proscrits ! Et qu'il faut démondialiser. Oui, la sacro-sainte mondialisation enfin écornée ! Y aurait-il donc autre chose que la Pensée Unique ultra-libérale ?

 

Arnaud Montebourg a osé s'en prendre à la citadelle de l'Argent !  Rien que pour cela, nous lui écrivons notre reconnaissance. Et nous l'encourageons à persévérer... et à terrasser ses adversaires d'un parti qui n'a plus de socialiste que le nom.

 

Mais les Médias, les Sondeurs et le PS lui-même, le laisseront-ils prendre son envol pour notre plus grande espérance ? Pas sûr !

 

Notre soutien doit d'autant moins lui manquer...

 

eva R-sistons


 

Or donc, en démocratie irréprochable, non pas celle de l'UMP mais celle de la Gôche Nouvel Obs, lorsqu'on fait l'éloge du candidat qui n'est pas l'élu du CRIF (et donc des sondeurs), ou si vous préférez, de la Presse dite de Gauche, eh bien, patatra ! Ostracisme garanti. Un peu comme à Gaza, qui a scrupuleusement appliqué les consignes de la démocratie à la sauce occidentale, et qui s'est retrouvé mis au ban des nations pour avoir osé voter pour le candidat qui n'était pas celui de nos grands démocrates (eh oui, c'est ça, la démocratie irréprochable ! Votez comme il faut, ou attendez-vous au pire !).

 

Souvenez-vous: Lorsque j'ai commencé à mettre mon nez dans la sphère anglo-saxonne, voici environ deux ans, boum ! Plus de blog au Nouvelobs. Envolé, l'oiseau ! Avec un joli commentaire : "Là, ça va trop loin...." Pas touche la City et ses banksters (vous savez, ceux-là mêmes qui déclenchent, pour regonfler leurs coffre-forts, les jolies guerres mondiales) ! Bref, le Nouvelobs a montré son vrai visage : au service des intérêts du monde anglo-saxon, de la mondialisation anglo-saxonne, du Nouvel Ordre Mondial d'essence anglo-saxonne. Le tout (comme Libé, Marianne, le Courriel international - qui m'a lui aussi supprimé mon blog décidément trop irrévérencieux -, etc) maquillé en journal progressiste, en se permettant quelques critiques de Sarkozy, quelques avancées en matière de sujets de sociétés, quelques défenses de populations maltraitées (Roms par ex). Faut bien faire croire qu'on est de gauche, pardi !

 

Et justement, pour revenir au NouvelObs, nous voici au coeur du PS, que le journal soutient, "gôche" oblige. Oui, mais à condition que ce PS n'ait rien de socialiste, justement. Patatra ! Arnaud Montebourg, au sein même de son Parti, a mis les pieds dans le plat. En proposant de commencer à démondialiser ! Intolérable pour la Goche caviar, celle qui se pare des couleurs de la gauche pour mieux étouffer ses vraies valeurs... et nous conduire subrepticement à accepter les sondages quotidiens (pour nous aider à choisir), la mondialisation naturellement heureuse (puisqu'elle s'en prend à la citadelle de l'Etat), les guerres de protection des populations (en les bombardant), les violations du Droit international (car il s'agit de la vache sacrée israélienne), la nouvelle gouvernance mondiale (car elle apportera soi-disant paix et prospérité)... bref, le parapluie anglo-saxon. Un parapluie pimenté d'effluves radio-actives, de puces, de susbtances chimiques, d'uranium enrichi, de vaccins hautement toxiques, de pestilentiels chemtrails, de guerres humanitaires préventives, et bien sûr de crises à répétition permettant le racket des patrimoines humains, naturels etc.

 

Alors, le NouvelObs de Gauche ?

 

Vous voyez pour qui il roule ? Pour une fausse gauche, et pour une vraie politique au service des mêmes que l'UMP, tout En haut ! Mon article se moquait du PS, il plaidait pour Montebourg qui esquissait une démondialisation, c'est tout, et mon blog a sauté ! Alors, elle est pas belle, notre démocratie ? Alors, il est pas beau, le Nouvelobs ?

 

Figurez-vous qu'au moment même où j'écris cet article, j'écoute Public Sénat, émission Déshabillons-les, avec, justement, le grand vainqueur des Primaires socialistes : Arnaud Montebourg. Et que dit-il ? "Un journal de gauche comme le  NouvelObs n'a parlé de moi qu'une fois en (huit ?) mois... et je suis interdit de TF1 !"

 

Et pan dans le mille ! J'ai donc vu juste en flairant une censure de mon blog pour cause, cette fois, non de dénonciation des perversités anglo-saxonnes (car mon site, curieusement, a réapparu récemment), mais d'éloge du chantre de la démondialisation ! 

 

Vous vous rendez compte ? A quoi ressemble le PS, à quoi ressemble la Presse dite de gauche, à quoi ressemble la démocratie "irréprochable" ? Que je me sois moquée du PS qui n'a plus de socialiste que le nom, passe encore, mais oser faire l'éloge de celui, Arnaud Montebourg, qui prêche pour la démondialisation alors que le PS, et la Presse de Gauche, font tout pour perpétuer la mondialisation ultra-libérale, et même l'accentuer sous couleur de l'humaniser, de la réguler - voilà qui est impardonnable !

 

Ainsi, vous voyez bien en face les limites de la "démocratie irréprochable", de la liberté, de la Gauche, du PS, de la Presse dite de progrès, lorsque le fait même de critiquer les sondages-bidons (Ségolène a parfaitement raison §), le conditionnement des populations, le faux socialisme, conduit à la suppression de son blog, ou au moins, à sa neutralisation, le temps que les Primaires du PS soient passées et que François Hollande, l'homme du CRIF, de la sociale-démocratie, de la Gôche caviar, l'emporte sur Martine Aubry sa rivale catholique-sociale, plus à gauche, et désormais renforcée dans cette voie-là par la spectaculaire percée d'Arnaud Montebourg pourtant ostracisé par les Médias (d'ailleurs comme Nicolas Dupont-Aignan, D. de Villepin, ou F. Assellineau, trop indépendants) ! De qui se moque-t-on ?

 

Citoyens, citoyennes ! On vous prive de votre liberté, avec de faux sondages, une fausse presse libre, une fausse démocratie, des Primaires et des élections truquées !

 

Ce simple fait - la suspension de mon blog au moins le temps des élections - montre l'impasse dans laquelle nous sommes, montre les limites d' élections même  "socialistes" ! Et démontre la nocivité d'une Presse soi-disant de Gauche, en fait  seulement là pour nous bercer de l'illusion qu'elle existe, que la démocratie est une réalité, alors que nous sommes tous les jouets de manipulateurs infâmes. Tout n'est qu'imposture ! Après Sarkozy, après DSK, voici venu le temps de François Hollande, et demain, de Valls face à Copé ! C'est joué d'avance ! Tous du même sérail, programmés à la fois par le CRIF, le MEDEF et le Club Bilderberg qui décide de tout, des crises, de l'austérité, des pandémies, des guerres à répétition, et même de ce que nous devons manger !

 

Aurons-nous le choix, pour le 2 e tour ? Bien sûr que non ! Hollande est programmé, de gré ou de force, comme avant lui Sarkozy et DSK, et demain Valls et Copé ! Ainsi, nous croyons choisir, mais en réalité, on choisit pour nous, en nous conditionnant par les sondages et la désinformation, en censurant la Parole libre ou le programme différent, en nous privant de nos libertés, même celle de voter, au nom de laquelle, pourtant, on impose les guerres aux peuples !

 

Citoyens, citoyennes, relayez ce post.

 

"Cela fait du bien de voir enfin des articles contradicteurs à ceux que l'on nous sert à tour de bras, matin,midi et soir c'est devenu insupportable. Je vous soutiens dans votre démarche. J'espère que cette fois le peuple va se réveiller"

 

Car ce post vous prouve que tout est illusion, mensonge, imposture, et que les médias de Gauche sont comme le Parti Socialiste : Rouges à l'extérieur, et mondialistes à l'intérieur.

 

Oui, comme Arnaud Montebourg, prenons le chemin de la démondialisation ! Et libérons-nous de la Parole unique, de la Pensée unique, libérons-nous des chaînes que l'on nous impose au nom de la démocratie !

 

Il y a urgence, le compte à rebours a commencé... 

 

Eva R-sistons

 

http://r-sistons.over-blog.com

 

NB : La campagne de calomnies contre Martine Aubry va débuter : Elle n'est pas du sérail, elle est moins à droite que F. Hollande. Et tout va être fait pour discréditer Arnaud Montebourg, qui par sa clairvoyance menace la citadelle de l'Argent assassin (comme sur France24, avec la choniqueuse politique Jocelyne qui annonce, patheline, que Montebourg est aussi "déraisonnable" que Valls est raisonnable). Ouvrez les yeux, citoyens, citoyennes ! Notre démocratie est une imposture ! Un concept vide de sens ! Les Primaires du PS sont truquées !

 

Valls a déjà apporté son appui à Hollande. Solidarité de clan oblige ! Ah, elle est belle notre République ! Les Médias vont commencer à conditionner nos cerveaux pour que tels des robots, nous votions pour Hollande ! Et en ce moment, France24 traite de snippers les Libyens qui luttent pour libérer leur pays occupé par les prédateurs de l'Occident ! Ainsi, tout n'est qu'imposture !


 

TAGS : PS, Nouvelobs, mondialisation, démondialiser, Arnaud Montebourg, Valls, Hollande, Aubry, P.S., UMP, Pensée unique, Copé, DSK, CRIF, MEDEF, Nouvel Ordre Mondial, démocratie, médias, Libération, Marianne, Courrier international, Gaza, démocratie irréprochable

 

 

 Et voilà !

 

Pendant que mon post faisant l'éloge du chantre

de la démondialisation est censuré,

celui-ci, qui commence à attaquer Arnaud Montebourg,

est diffusé sur le Nouvelobs !

Alors, vous avez encore des illusions

sur ce pseudo journal de gauche ?

eva R-sistons

 

.http://peoplebokay.peoplebokay.netdna-cdn.com/wp-content/uploads/2010/03/arnaud-montebourg-1024x682.jpg

http://peoplebokay.peoplebokay.netdna-cdn.com/wp-content/uploads/2010/03/arnaud-montebourg-1024x682.jpg

 

La campagne

de dénigrement commence !

Arnaud Montebourg et Israel

 

En arrivant en troisième position lors des primaires du PS, Arnaud Montebourg s'est invité dans la cour des grands. Il devance largement Ségolène Royal. 

 

Mais concernant Israel, Arnaud Montebourg fait preuve d'une ignorance dangereuse, qui le voit épouser les théses les plus partiales et anti-israéliennes.

 

La flottille, justement, fut une occasion merveilleuse d'un tissu de mensonges et de condamnations d'un blocus qu'il juge "illégale" (alors qu'un rapport de l'ONU a considéré qu'il était légale)

 

Réagissant à chaud, il n'a pas ménagé Israel et a exprimé ce qu'il pensait réellement : il parle d'agréssion (d'acte de piraterie dans la suite de la vidéo) alors qu'il s'agissait d'un acte de défense visant à faire respecter un blocus légal contre une expédition de militants armés (Rapport de l'ONU).

 

Il parle d'impunité d'Israel comme s'il s'agissait de je ne sais quel pays terroriste et considère qu'Israel (pays démocratique rappelons-le) est dirigé par un gouvernement d'extreme droite (Il semble qu'il confonde la droite et l'extreme droite ce qui n'est pas étonant pour un homme qui se dit de gauche alors qu'il est réellement d'extreme gauche).

 

En définitive et quelque soit notre opinion sur la situation au Proche-Orient, l'on ne peut cautionner de tels mensonges sans s'indigner et s'interroger sur la sincérité des combats politiques de cet homme.

 

 

 

 

.

http://web.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/10/09/arnaud-montebourg-et-israel.html?c

 

.Commentaires des Lecteurs du Nouvelobs

qui commencent sérieusement à s'éveiller

malgré le flot de désinformation continu !

 

 

 

C'est quoi israel ?
on s'en fout! nous sommes en france ici
laissez les gens en paix avec ce faux problème

Écrit par : tino

 

colonisation - expropriation des terres palestiniennes

Écrit par : tino

 

encore un sioniste qui écrit un artcile de merde! vous les sayanims me faites pitié! c vrément minable! tout ça pour salir arnaud! vous avez oublié de le traiter d'antisémite au fait pendant que vous y êtes! vous ne savez faire que ça quand on s'oppose à Israel et au colonialisme sioniste honteux, projet fasciste, de droite et d'extrême droite que vous défendez!

Écrit par : the edge |

 

 

Quand on critique Montebourg, on est publié.
Moi j'ai fait son éloge, mon blog sur le Nouvelobs a sauté hier !
Je vais écrire un post sur mes blogs très lus (3 millions de visiteurs uniques) à ce sujet.

Et à l'instant, j'entends Montebourg se plaindre sur Public Sénat que le Nouvel Obs de Gauche n'ait parlé de lui qu'une fois... c'est un journal de gauche ? C'est la démocratie ??????

Et il ajoute : Rien sur TF1 !

Hé hé elle est belle notre démocratie irréprochable ! A suivre sur mon blog R-sistons.

eva R-sistons

Écrit par : eva R-sistons

 

http://web.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/10/09/arnaud-montebourg-et-israel.html?c

 

Toute cette presse (qui défend les mêmes causes et prend pour cibles Arabes,  Musulmans, Chinois, Russes.. bref les Non-alignés), comme une Organisation telle qu'Avaaz, sous couleur de défense de la démocratie, ne sert en réalité que les intérêts de l'Occident militaro-financier préparant le choc de civilisations..

 

.

http://medias.lepost.fr/ill/2009/08/03/h-20-1643893-1249257396.jpg

http://medias.lepost.fr/ill/2009/08/03/h-20-1643893-1249257396.jpg.

.

Bonjour les censeurs !

 

 

Je n’ai participé ni à la préparation, ni à la réalisation d’Un œil sur la planète. Ma seule contribution a été l’interview  deNabil Shaath, responsable des affaires internationales du Fatah. A l’exception de Martine Laroche Joubert, je ne connais pas les journalistes, auteurs des reportages. Je me sens donc libre de publier mon point de vue.

D’abord, je n’ai relevé dans les divers sujets aucune fausse information. La Cisjordanie se développe dans la non-violence comme l’a montré Martine Laroche Joubert avec »Un Etat en marche » . J’ajouterai que l’armée et les services de sécurité israéliens se félicitent de leur coordination avec la nouvelle police palestinienne. A Gaza, le Hamas – le pire ennemi d’Israël – a mis en place un régime totalitaire, et la majeure partie de la population n’en peut plus. Oui, dans ce territoire se développe Al Qaida. C’est un scoop du sujet « Les mille visages de Gaza ».

Le problème des colonies montré dans le reportage « Les frontières de la discorde » est exact. Les agriculteurs palestiniens ont le plus grand mal à aller cultiver leurs terres de l’autre côté de la barrière de séparation. Effectivement, dans la vallée du Jourdain les Palestiniens et les bédouins n’ont pas le même accès à l’eau qui va en priorité aux colonies. Pour plus de détails, consultez : http://www.btselem.org/jordan_valley/water. On comprend la raison pour laquelle les organisations pro-israéliennes ne veulent pas qu’une chaine publique montre cette situation scandaleuse. A regretter l’absence dans ce tournage des attaques commises par des colons extrémistes contre des Palestiniens. Incendie de mosquées, destruction de champs d’oliviers, attaques d’unités de l’armée israélienne.. J’ai bien écrit : attaques d’unités de l’armée israélienne. Bien sur, il y a aussi des actions violentes de la part de palestiniens. Lorsque leurs auteurs sont capturés ils passent devant des tribunaux israéliens. De quand date un seul procès de colon ayant incendié une mosquée ? Cherchez … En l’occurrence, les auteurs d’Un œil sur la planète n’ont pas voulu entrer dans une comptabilité macabre.

« Un droit au retour », tourné au Liban, apporte plutôt de l’eau au moulin de la droite israélienne. Sa conclusion : au pays des Cèdres, les Palestiniens ne veulent pas d’état, seulement revenir en Israël..

Il n’empêche, Patrick Boitet et Etienne Leenhardt ont reçu des centaines de mails d’insulte et de menace. Richard Prasquier, le président du Crif a demandé un rendez vous à Rémy Pfimlin, le Président de France Télévisions, affirmant que l’équipe qui a réalisé l’émission : « a présenté, d’un conflit complexe, une image caricaturale et unilatérale », « en distordant les causalités, en ridiculisant l’adversaire, sans éviter les insinuations à la limite des théories conspirationnistes antisémites » Maniant, à son habitude, l’insulte, Philippe Karsenty, l’ami de Mr.Prasquier en profite par ailleurs, pour me traiter de « délinquant multi récidiviste » Etc. Etc. Sur ce personnage, voir mon livre « Un enfant est mort. Netzarim 30 septembre 2000 »

La réponse à ces réactions violentes se trouve dans le sujet sur « Le lobby pro-israélien » aux Etats-Unis. M.J. Rozenberg, un ancien d’AIPAC raconte comment des organisations comme « Camera » traquent les journalistes déviants. « Le lobby, dit-il, rend la vie difficile aux journalistes qui ne sont pas perçus comme pro-israéliens. Ils auront du mal à trouver un job ou s’ils en ont un à garder un poste. Lorsque je travaillai à AIPAC, il y avait des listes, des dossiers sur chaque reporter. »

L’attaque généralisée contre « Un œil sur la planète » entre visiblement dans ce cadre. Il ne faut rien montrer qui soit défavorable à la politique israélienne d’occupation. Cela s’appelle de la censure et c’est une atteinte intolérable au droit d’informer.


http://blog.france2.fr/charles-enderlin/2011/10/08/bonjour-les-censeurs/

 

.

.

 

Le Grand Soir devant le tribunal correctionnel d’Auxerre
le 20 Octobre

 

(Dernière mise à jour : 9/10) VOILA AUTRE CHOSE - Nous l’avions laissé entendre par le passé, maintenant c’est fait : suite à une plainte pour diffamation portée par un proche de Nicolas Sarkozy pour un article publié en mai 2008, le représentant légal du Grand Soir, Viktor Dedaj, est cité à comparaître devant le tribunal correctionnel d’Auxerre, le 20 octobre 2011 à 13h30 au Palais de Justice. Et voilà, encore un que le Grand Soir dérang

 

L’argent étant le nerf de la guerre - et l’oxygène de survie - nous lançons donc un appel aux lecteurs. Il s’agit dans un premier temps de couvrir les frais d’avocat en attendant la suite éventuelle.

 

afin de ne pas freiner vos élans de solidarité, nous ne passerons pas par des organismes tiers (genre Paypal) mais nous indiquons directement ici un compte bancaire.

 

Banque Guichet Compte Clé Domiciliation
13825 00200 04806253707 40 CE RHONE ALPES

 

 

IBAN : FR76 1382 5002 0004 8062 5370 740

BIC : C E P A F R P P 3 8 2

Titulaire : VIKTOR DEDAJ

CAISSE D’EPARGNE
124 BD DE LA CROIX ROUSSE
69001 LYON

Nous vous tiendrons au courant ici même.

Aucun nom de donateur ne sera publié, sauf si précisé spécifiquement dans le libellé du transfert.

Merci d’avance à tous.

LGS

 


Partager cet article
Repost0
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 06:42
Plus de 600 camps d'emprisonnement ont été construits aux Etats-Unis par l'administration Bush, tous pleinement opérationnels et prêts à recevoir des prisonniers. Le personnel de la direction des camps est déjà en place, ainsi que des gardes à plein temps, bien que les camps soient tous vides pour l'instant.

 

 

USA : Camps FEMA [REX 84], un nouvel holocauste ?!

 

 

.
.

 


ConscienceU12
Mardi 4 Octobre 2011


USA : Camps FEMA [REX 84], un nouvel holocauste ?!
Peuple étasunien indignez-vous, les fascistes du « nouvel ordre mondial » n’attendent que ça !
A leurs yeux vous êtes déjà considérés comme des terroristes au regard du Patriot Act.
Ils sont prêts, leurs camps de concentration sont prêts, plus de 600 camps FEMA [REX 84] vous attendent parmi au moins 4000 camps de détention possibles si l’on compte également les bases militaires et les prisons.

Ils n’attendent plus qu’une chose, que vous leur donniez de bonnes raisons de décréter la Loi Martiale, afin de lancer l’extermination finale.

Et l’on peut facilement imaginer qu’il y ait également de nombreux autres camps similaires de par le monde, et notamment en Europe, vu que le but ultime du « nouvel ordre mondial » vise à réduire à terme la population mondiale de 93%.

Dans n’importe quel cas on voit bien qu’ils ont tout prévu : des milliers de wagons pour la déportation, et les « coffins » cercueils de plastique par millions, comme si ils s’apprêtaient à juguler une épidémie de grande ampleur. Le genre d’épidémie que je les verrais bien déclencher eux mêmes si ils perdaient le contrôle à cause de l’effondrement économique qui plongera le pays dans la guerre civile et le chaos après la fermeture de toutes les banques.
http://www.alterinfo.net/USA-Camps-FEMA-REX-84--un-nouvel-holocauste-_a64545.html
Partager cet article
Repost0
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 00:59

 

 

 

L’UE : Un Régime Tyrannique Montre ses Dents

 


Une nouvelle autorité tyrannique se met en place. Les Etats de l’UE doivent lui payer irrévocablement et sans conditions toute somme qu’elle demande sous 7 jours. Cette autorité est extra légale et échappe à tout contrôle, audit, loi ou toute forme de police.
.
L’Occidental croit naïvement que les dictatures se font appeler dictatures et se présentent sous ce nom à leurs peuples. Rien n’est plus faux. Même le pire général président africain se présentera toujours comme démocrate et défenseur du droit. Les pires régimes récents comme les nazis, Franco, Pinochet… se présentaient comme les « gentils ». C’est seulement après leur chute qu’on a commencé à leur donner les qualificatifs qui sont les leurs aujourd’hui.
.
L’UE est un régime comme l’Histoire n’en a jamais connu avant. Dans le futur, les enfants étudieront comment ce régime a mis des peuples entiers en esclavage sous la coupe d’une poigné de financiers. Ils apprendront avec horreur des choses qu’on ne sait même pas aujourd’hui.
.
Partager cet article
Repost0
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 23:10

Chronique de la servilité annoncée

 

Chronique de la servilité annoncée

 

Il n’est pas depuis un an une catastrophe planétaire que les marchés financiers n’aient méprisée. Du golfe du Mexique à Fukushima, en passant par l’Australie ou la Nouvelle Zélande, rien ne semble altérer la puissance de l’argent, rien n’affecte Maître Dow Jones! Vitrine de la soi-disant bonne santé de l’économie occidentale, les marchés financiers ne sont au consumérisme que ce que sont les ventes des hospices de Beaune aux clochards alcooliques.
Il n’est pas plus de compassion pour la ruine patente des malheureux PIGS, dont la hauteur des taux, donne un aperçu de la ruine nationale que ses populations devront transpirer pendant plusieurs décennies, mais plutôt un terrain propice a de juteux bénéfices.
http://denissto.eu/forumv3/viewtopic.php?f=11&t=5236#p35290
Si les marchés financiers étaient efficients, comment n’en seraient ils pas affectés ?
Le mécanisme est pourtant simple………..Les pantins démocratiquement élus, ou les dictateurs issues d’une révolution spontanée a la mode Soros-colorée vendent tous les peuples et leurs biens ancestraux en enchères privées, réservées aux familles oligarchiques, pour ne pas dire mafias rastaquouères, l’avenir, le travail de leur population pour plusieurs générations, payé en monnaie de singe. Ces montagnes d’injections financières pour soi-disant relever, soutenir l’économie mondiale, relancer la croissance, ne coulent que dans les marigots de la spéculation, pour se transformer en dettes nationales remboursables uniquement par ceux qui connaissent et comptent le prix du pain et du lait…………..Demandez a un conducteur de Ferrari ce que consomme sa voiture….il n’en a pas la moindre idée.
Sic transit gloria mundi
Malheureusement pour elles, ces élites politico-financières s’imaginent au dessus des lois de la morale élémentaire, et s’imaginent mêmes plus forts que la nature; réaction tout à fait normale pour ceux qui adorent le serpent de la genèse, ce dernier ayant promis à ces adorateurs qu’ils seraient comme des Dieux. Si on reconnait aujourd’hui les diverses communautés religieuses ou ethniques, où qu’elles se trouvent, à des signes ostentatoires que nos gouvernants combattent au nom d’une religion qui ne veut pas dire son nom, c’est qu’ils se reconnaissent d’une manière plus subtile et apparemment invisible a l’œil nu, j’ai nommé la triple concupiscence………….A savoir un amour sans limite pour…La gloire, L’argent, la luxure………..
La luxure pour les serviteurs de la bête :
Ne vous étonnez pas de ne plus voir sortir une affaire de ballets roses ou bleu, plus connus aujourd’hui sous la dénomination de crime pédophile, chez ces grands initiés…..ils ont compris les leçons d’hier. La crème de ces élites violent et tuent nos enfants dans l’indifférence ou la concussion, selon les cas :
http://www.dailymotion.com/video/xc76px_jean-pierre-mocky-et-la-pedophil…
http://denissto.eu/forumv3/viewtopic.php?f=36&t=5189
Ne vous étonnez pas de voir ces élites se partager toutes les richesses de l’humanité dans quelques mains; depuis la parution de cette étude, et la crise des banksters, les centaines de milliards injectés par les gouvernements finissent dans la poche de ces 2%………..si l’on grossissait le trombinoscope des richesses, on se rendrait compte que dans ces 2% de riches, il y a juste quelques familles oligarchiques et des laquais grassement rétribués pour les servir:
http://www.wider.unu.edu/events/past-events/2006-events/en_GB/05-12-2006…
Ne vous étonnez pas de voir toute une génération sacrifiée aux pitreries les plus pitoyables de la télé réalité, du sport-bizness, de l’ascension politique, se vautrer dans les orgies people pour être vu de tout le monde, pour les plus riches se pâmer dans les shows de charité spectacle, la liste est loin d’être exhaustive…………voilà la vaine gloire du monde.
Depuis la naissance du christianisme en occident, des armés de martyrs, de moines et de religieuses anonymes ont relevé l’Europe des invasions barbares ; de la chute de Rome par leurs témoignages pendant 3 siècles dans le Colisée, puis 15 autres siècles pour l’enseignement des vertus théologales: La Foi, L’espérance, La charité …………..antinomie parfaite de la triple concupiscence.
La quête du pouvoir absolu
Dans ce contexte, le vrai pouvoir ne pouvait se tenir que dans les ténèbres. S’il fallut jadis à César traverser les eaux limpides du Rubicon, pour s’emparer du pouvoir, c’est aujourd’hui dans les égouts du vice et de la corruption que se conquièrent les prébendes de la démocratie. Les lois iniques sont plébiscitées dans de pitoyables assemblées ou l’apparente opposition a déjà été organisée dans les loges maçonniques. En ripou-blique, les « fils de la veuve » tiennent les deux tiers des deux assemblées depuis fort longtemps, et ne s’admonestent publiquement qu’a propos de la ponctuation.
La majorité des francs -maçons étant convertis aux lumières que par arrivisme, c’est par un mécanisme subtil, un aiguillon secret, réservé aux loges supérieures, jusqu’au sommet de cette pyramide qu’ils affichent tant qu’ils le peuvent leurs fins et leurs moyens…………… La laïcité, n’est qu’un leurre réservé a la plèbe qu’ils ne cessent de générer et mépriser, au seul profit d’un incroyable complot, digne du maitre qu’ils servent: Le complot des vices
Si d’aucuns doutaient de ce méprisable secret, il suffit de lire attentivement le livre du grand maitre et initiateur Oswald Wirth pour le comprendre……….livre mis en honneur sur un piédestal, en vitrine, a l’entré de certaines loges, ces deux lignes suffisent :
« Cela explique pourquoi le Serpent inspirateur de désobéissance, d’insubordination et de révolte, fut maudit par les anciens théocrates, alors qu’il était en honneur parmi les Initiés (Le Livre du Compagnon, p. 74)
Et les marchés financiers dans tout çà?
La finance international à suivit avec les yeux de Chimène la prodigalité et la souplesse d’échine du couple Obama/ Geithner, si prompts a déverser dans leur escarcelle quelques centaines de milliards supplémentaires, pudiquement nommé QE3 et que 10 générations futures ne suffiront pas à rembourser. Certains de l’inévitable recours à ces 700 milliards, ils ont portés les indices à des hauteurs inespérées, tant les catastrophes évoquées au début de cet article ne les ont pas plus affectés que la misère, les guerres et révolutions qu’ils génèrent à leur seul profit.
La pantomime de l’heure présente, aura eu le mérite de démontrer à ceux qui ont des yeux pour voir, que les gouvernements du monde entier, pour remercier les banquiers de leur scandaleuse spéculation sur les dettes des particuliers (subprimes), leur ont offert dorénavant l’argent nécessaire aux spéculations sur les dettes d’état.
Des jeux et du pain ?
Ne rêvez pas, dorénavant ce seront des psychotropes et des éléphants roses qu’ils vous offriront, le pain ça se mérite et depuis trop de générations nous avions des yeux pour voir, des oreilles pour entendre et un cerveau pour comprendre……….malheureusement nous l’avons vendu au plus offrant.
Jadis travailler garantissait pour le moins la dignité, celle qui évite de tendre la main au bord du trottoir………………Les fameux plans n’ont créés qu’une nouvelles classe de travailleurs pauvres qui se comptent par dizaines de millions en occident, les prochains vous referont découvrir ce que le mot paupérisme veut dire…………..injectez, injectez, encore et encore ! Dans les temps qui viennent je n’aurais qu’un conseil à donner, sortez de la poussière vos vieux livres d’histoires et pas ceux faisandés qu’ils vous ressassent depuis J Ferry, c’est la foi, l’espérance et la charité qui a fait de la France la première nation du monde………….pas la liberté, l’égalité la fraternité que l’ont voit sur les frontispices et nulle part ailleurs.
Denissto

http://infoguerilla.fr

 

http://www.alterinfo.net/Chronique-de-la-servilite-annoncee_a63924.html

 

Denissto
Mardi 20 Septembre 2011


Il

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche