Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 04:31
Corne de l’Afrique: 10 façons d’aider (PAM)
1. Faites un don en ligne

 

Au cours des prochaines semaines, le PAM va nourrir plus de personnes dans la Corne de l’Afrique qu’il n’en vit à Los Angeles. Une tâ che gigantesque. Faites un don en ligne et aidez-nous à relever ce défi.

 

2. Participez à ce quiz

 

Testez vos connaissances sur la crise dans la Corne de l’Afrique en participant à ce quiz. Pour chaque personne qui joue à ce quiz, un enfant recevra un repas chaud grâ ce à un donateur anonyme. Testez vos connaissances et lancez le défi à vos proches! Commencez le quiz

 

3. Partagez cette vidéo

 

En moins d’une minute, cette vidéo vous expliquera la situation dans la Corne de l’Afrique et la réponse du PAM. Après l’avoir regardée, partagez-la avec vos amis. Regardez la vidéo

 

4. Restez informé

 

Des milliers de personnes ont dû prendre la route en Somalie. Le PAM renforce ses opérations dans la région. Suivez les dernières actualités sur notre page de crise. Vous y retrouverez les derniers articles, photos et vidéos. Rendez-vous sur la page de crise

 

5. Devenez social

 

Il faut informer le monde sur la situation en Somalie. Vous pouvez commencer en alertant vos amis sur Facebook, vos abonnés sur Twitter, Youtube et autres. Rejoignez nos communautés en ligne et diffusez le message via vos réseaux sociaux. Rejoignez le PAM sur Facebook, Twitter et Youtube

 

6. Publiez une bannière

 

Vous êtes un bloggeur? Consultez notre collection de bannières et publiez-en une sur votre site afin de sensibiliser vos lecteurs. Même si vous n’avez pas de blog,  vous pouvez partager ce lien avec des bloggeurs et les inviter à poster des bannières. Choisissez une bannière

 

7. Publiez ces affiches

 

Contactez la rédaction de votre journal préféré et demandez-lui de publier l’une de nos affiches. Expliquez-lui l’ampleur et l’importance de cette crise. Consultez les affiches (disponible également en français)

 

8. Faites un don via texto

 

Vous n’avez pas de carte bancaire ? Aucun problème. Si vous vivez aux États-Unis, au Canada ou au Royaume-Uni, vous pouvez également faire un don par SMS.
Pour les États-Unis, envoyez ‘ AID’ par SMS au 27722 pour faire un don de $10.
Pour le Canada, envoyez ‘ RELIEF’ par SMS au 45678 pour faire un don de $5.
Pour le Royaume-Uni, envoyez ‘ AID’ par SMS au 70303 pour faire un don de £3.

 

9. Soyez créatif!

 

Il y a des centaines de façons d’aider et de soutenir nos opérations dans la Corne de l’Afrique. Vous pouvez organiser un dîner solidaire, voire une récolte de fonds dans votre école ou au sein même de votre communauté.

 

10. Tenez nous informé!

 

Nous aimerions savoir ce que vous faites pour sensibiliser votre réseau et récolter des fonds pour nos opérations. Envoyez-nous un email à community@wfp.org ou contactez-nous sur Twitter et/ou Facebook.
http://www.alterinfo.net/Corne-de-l-Afrique-10-facons-d-aider-PAM_a62211.html
Partager cet article
Repost0
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 00:00
Lettre d'information du réseau Handicap
Accueil > Handicap
.
Grand-Parrainage :
une chance
pour les jeunes handicapés
(12/05/2011)

 


Le 02 avril dernier s'est tenue l'assemblée générale de l'association « Grands Parrains », à Issy-les-Moulineaux (92). (afficher ici)

Il est précisé sur le site (voir ici)  que « l'association, à vocation nationale et à but non lucratif, met en relation des enfants qui souhaitent retrouver des grands parents, avec des papis et des mamies de coe�ur bénévoles, qui ont du temps et de l'affection à donner »

Ces mots et cette volonté prennent toute leur dimension quand il s'agit d'enfants ou d'adolescents handicapés.

Certains de ceux-ci manquent cruellement de repères dans le « monde des adultes », malgré la bonne volonté des parents, ou du parent isolé qui tente avec abnégation de faire de son mieux pour son enfant.

Certains autres, bien que très volontaires pour intégrer pleinement le milieu des études ou professionnel, ont besoin d'un accompagnement individuel, d'un soutien encourageant qui peut les aider à trouver (ou retrouver) confiance en eux.

Chacune ou chacun de ces jeunes, quel que soit son âge, ainsi que sa famille, peuvent trouver avec le Grand Parrainage une solution pour mieux envisager l'avenir, mieux le construire.

Michelle Joyaux, Présidente-fondatrice de l'association, a lancé, lors de la clôture de cette journée : « Le grand-parrainage est un investissement d'avenir. L'évolution de nos petits-filleuls est importante car ils profitent du savoir de nos « grands-parrains passeurs de mémoire  et de bonheur». (lire ici). Cela est valable pour les enfants valides comme pour ceux handicapés.

L'association, forte de 13 années d'existence et d'expérience, a décidé de faire du handicap l'une de ses priorités, aidée, pour cela par l'Adapt (www.ladapt.net ). Le Conseil d'administration s'est ainsi doté d'un secrétaire général adjoint (M. Fontaine Jean-Louis) spécifiquement chargé de développer le grand-parrainage en faveur des jeunes handicapés.

Le docteur Flamant Françoise, pédiatre, cancérologue, est intervenue lors de cette journée afin d'expliquer comment se sont déroulées les choses jusque maintenant (lire ici). Ce fut pour conclure : « on peut dire que les grands-parrains s'épanouissent au contact d'enfants qui leur apportent de l'affection, de la jeunesse. Ils se sentent utiles alors qu'ils sont en retraite ou en approchent. Quant aux enfants ils retrouvent par eux la génération manquante pour leur éducation et leur conception de la vie ». Des paroles pleines de réalisme et d'espoir.

Se fixant pour mission l'aide et/ou les conseils à des jeunes handicapés et à leur famille, c'est un nouveau type de grand-parrainage qui est né.

Ces grands-parrains vont être les initiateurs de nouveaux rapports sociaux, se voulant les véritables « artisans » d'une nouvelle société dans laquelle les mots Solidarité et Fraternité ont un sens. Soyez nombreux à vous joindre cet élan.

Plus d'information :

*  Pour qui voudrait en savoir plus sur le « grand parrainage », l'Unaf recommandait récemment le livre de la présidente-fondatrice de l'association, Michelle Joyaux,  « Le beau chemin ».(afficher ici)

 

*  Lancement du Grand-Parrainage «SEL intergénérationnel». (afficher ici)

 

 

http://www.tessolidaire.com/PAR_TPL_IDENTIFIANT/1265/TPL_CODE/TPL_EDITO_FICHE/1530-handicap-solidarite-insertion-sociale.htm link

 

 

 

 

Une excellente initiative à relayer :

Note d'eva :

 

Il s'agit de parrainages.

C'est une intiative à relayer.

Chacun y trouvera des sujets de joie.


Voici le courriel reçu :


"Nous sommes à la recherche de grands-parrains et grandes-marraines
et accueillons tous les petits filleuls qui en auraient besoin - JLF".
Contact :

Personnellement, je suis sensible à la question du handicap.
J'ai réalisé, jeune, un documentaire pour la télévision,
sur l'accessibilité des villes aux personnes handicapées.
Par ailleurs, je suis pour le "mélange" des générations, profitable à tous.
Et par ex, d'un côté des besoins (car souvent les parents sont occupés),
de l'autre de la disponibilité, de l'expérience - et de la tendresse à partager.
Les deux sont faits pour se rencontrer.
Alors, relayons cette initiative citoyenne et fraternelle ! eva
Lettre d'information du réseau Handicap

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 17:31
http://influenceurs.net/images/actions_citoyennes-160.gif

influenceurs.net

 


Voici trois propos pour une action citoyenne. Citoyenne c’est-à-dire appelant au respect de l’éthique toujours et partout. L’état, la politique, la religion ne peuvent faire exception.

 

 

I- Opportunité règlementaire pour modifier la constitution

Le président de la république convoque le congrès pour inscrire l’interdiction de la peine de mort dans la constitution. Nous avons là une occasion inespérée de mobiliser pour la citoyenneté. Pas même besoin d’un nouveau numéro de république.

Un congrès a le pouvoir de modifier la constitution. Citoyennes, Citoyens, nous pouvons former une majorité. Non pas de "non", mais de "oui". Exerçons une pression légitime sur les parlementaires réunis à Versailles pour les décider à innover. Beaucoup veulent un parlement renforcé dans son rôle de bâtisseur de la loi contre un présidentialisme monarchisant. Bientôt des dynasties comme aux USA est-ce cela que nous voulons ?

Les mots ont un pouvoir

Cette direction suppose d’abandonner (au moins jusqu’à la fin du congrès), non les idées de justice, de vérité, d’égalité, de liberté, de fraternité, de solidarité, d’honnêteté, de laïcité, etc... mais d’abandonner des mots qui nous sont chers. Des mots qui, pour diverses raisons regrettables mais historiques, ne font pas ou plus consensus ; je pense à communisme, socialisme, gauche, droite, centre, gaullisme, libéralisme. Notons aussi qu’écologie, antilibéralisme et même révolution (voir les dires de Jacques Chirac) sont des mots récupérés par nos démagogues.

Mettons-nous dans l’esprit de la déclaration des Droits de 1789, dans celui de 1946 au sortir de la guerre ou même dans celui de 1958. Puisque c’est le texte en vigueur, partons de là.

Centrons-nous, simples citoyens, collectifs et groupes désorientés, sur notre constitution actuelle. Formulons des propositions de modifications courtes. Cet effort peut nous aider à nous rassembler avant des présidentielles ouvertes à des risques de déchirement du pays.

Une constitution sur l’essentiel du bien commun sera une référence pour l’Europe.

Si vous prenez des initiatives de réunions dans ce sens, cette activité développera - localement la démocratie citoyenne, - dans chaque circonscription, une meilleure (s)élection de députés (voir point II) plus conscients de leur responsabilité - en France, une présidence plus consciente de ses limites.

 

 

II- Faire cesser l’inadmissible Insister auprès des candidats aux présidentielles et aux législatives (leur réaction sera un tri) pour qu’ils dénoncent une pratique observable actuellement dans les rangs de l’UMP et du PS. Ce ne sont pas des cas rares. Manoeuvres des appareils UMP (par exemple 1ere du Cantal) et PS (Hérault ou Aude, je ne sais plus) pour imposer des candidats parachutés ou soumis contre l’avis des militants de base PS et UMP.

Il y a là une démarche grossièrement contraire à la démocratie. En démocratie, c’est la base qui doit choisir son candidat et non l’inverse.

- Affaiblir le parlement, se fabriquer une majorité de "godillots" voilà une perversion du présidentialisme.

- N’oublions pas que le calendrier qui prévoyait législatives puis présidentielle a été inversé par simples décrets d’un premier ministre.

- Résistons à ces pratiques qui concernent tout l’éventail des organisations.

 

 

III- Philosophie de la laïcité : Vers une laïcité pleine et entière

Philippe Val de Charlie Hebdo a déclaré dans Interactive sur France-Inter que les religions ne sont que des opinions et j’en suis d’accord. Pour être complet, il faut aussi dire que l’athéisme est objectivement une opinion ; comme les religions.

Il existe un athéisme professionnel, déontologique, nécessaire au chercheur qui travaille dans son laboratoire, à son observation. Mais dès qu’il quitte cette fonction, le chercheur devient un citoyen comme les autres. En dehors de sa spécialité, il n’a pas d’éclairage particulier sur ce qu’est dans son fond la Nature, le Cosmos.

Chaque chercheur peut recueillir le témoignage de l’ensemble de ses confrères : effectivement aucun ne trouve Dieu dans son travail. Ce résultat est logique puisque leurs observations portent uniquement sur la matière. Cette insaisissabilité matérielle n’est pas preuve de l’inexistence d’une Divinité créatrice.

L’athéisme scientifique est une posture professionnelle. En faire une position publique est un abus de langage, une privatisation de la laïcité. L¹athéisme scientifique devient une position intime ou communautaire, lorsque un ou plusieurs choisissent librement d¹affirmer que seule la matière existe. On peut se dire Athée à titre privé ou à titre communautaire (les Chrétiens furent traités d’Athées parce qu’ils ne croyaient pas aux Dieux de la cité) pas à titre public. L’athéisme technique de la science ne doit pas être confondu avec l’Athéisme choisi par telle personne ou tel groupe. Cet Athéisme est une croyance, une opinion respectable ; et comme les autres Croyances improuvables.

Devant la part de mystère que conserve l’univers malgré nos savoirs, tous les Humains sans exception sont dans le manque. La position qu’ils prennent reste métaphysique, partiellement ignorante. Elle touche, inévitablement, à une forme de croyance.

Pour devenir pleine et entière, la laïcité doit garder sa balance égale face à toutes les métaphysiques ou spiritualités. Plus facile à dire qu’à faire !

Chacun, évidemment, a la sensation que sa position spirituelle ou métaphysique est la bonne, la meilleure ou la plus fondée... sans quoi il changerait d’opinion.

L’effort pour devenir moins intégriste de sa propre croyance, de son propre engagement est un effort moral qui concerne tous les Humains.

Je ne peux pas changer de force ou par la ruse l’attitude d’un autre, d’autres (ou c’est la guerre, une forme de guerre larvée). Chacun ne peut que changer sa propre attitude. Et parfois l’autre, librement, peut changer.

Cordialement et citoyennement

 

Michel Portal


Posté par Alaindependant
 
Partager cet article
Repost0
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 17:00
Création de la Fondation pour un Habitat Solidaire

Logement-solidaire Aider les plus démunis à mieux se loger : c'est ce que propose la Fondation pour un Habitat Solidaire. Innover pour moins de précarité énergétique, créer des habitations, mettre à disposition des logements solidaires... Autant d'actions que la Fondation souhaite soutenir.

Aujourd'hui, en France, la pauvreté se définit en fonction d'un niveau de vie inférieur à 908 euros pour une personne seule. Actuellement, on dénombre dans notre pays 8 millions de personnes pauvres, ce qui représente 13,4% de la population. Parmi ces 8 millions, 1,7 million de travailleurs pauvres peinent au quotidien. Pour cette frange de la population, payer son loyer ou chauffer convenablement son habitat s'avère très difficile, voire impossible. Une mauvaise qualité thermique des logements, l'explosion des coûts de l'énergie, couplés à de faibles revenus, conduisent à la précarité énergétique.

Face à ce constat, l’Union des Constructeurs Immobiliers de la Fédération Française du Bâtiment (UCI-FFB) et ses partenaires ont lancé la Fondation pour un Habitat Solidaire en décembre 2010.

Constructeurs de maisons individuelles, rénovateurs énergétiques, promoteurs immobiliers, aménageurs/lotisseurs... Tous les membres de l'UCI-FFB mettent leurs ressources en commun pour aider les plus démunis dans trois domaines : l’accès au logement, l’accès à la propriété et la précarité énergétique.

Les missions de la Fondation

La Fondation a établi un programme d'actions articulé autour de 7 missions :

• mener des recherches en faveur d'une meilleure accession à la propriété des travailleurs pauvres,

• favoriser une meilleure coexistence entre parc locatif social et logement neuf privé,

• accroître la mixité des citoyens,

• permettre un meilleur équilibre entre densité et territoire durable pour une utilisation raisonnée de l'espace,

• rechercher des solutions contre la précarité énergétique dans l'habitat,

• développer des solutions innovantes en matière de création de logements pour les plus démunis,

• et mettre à disposition des logements solidaires.

La Fondation, désireuse de soutenir des associations, a lancé un appel à projets. Pour en savoir plus, rendez-vous sur leur site http://www.habitat-solidaire.org  
http://www.infos-immobilier.fr/2011/02/cr%C3%A9ation-de-la-fondation-pour-un-habitat-solidaire.html#xtor=EPR-23
http://www.infos-immobilier.fr/2011/02/cr%C3%A9ation-de-la-fondation-pour-un-habitat-solidaire.html#xtor=EPR-23

Partager cet article
Repost0
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 03:13

 

 

 

.

Interpellation de votre maire, conseiller général , député par courriel afin que la rumeur monte jusqu'aux portes du Capitole puisque visiblement la distance qui sépare les élus du pont de la honte semble infranchissable!
  
Il serait temps dans ce pays que les élus se rendent compte combien ils sont coupés, pour certains, des réalités de la rue avant qu'ils découvrent que la rue peut les rappeller à leurs devoirs un beau matin en lisant leur quotidien favori ou en célébrant la messe du J.T.
  
Merci pour eux.
  
C.L.
  
plus d'infos :
  

.

 


samedi 12 février 2011

Le pont des Catalans cache la misère

Depuis le mois de juillet 2010, une dizaine de personnes sans abris vivent dans des conditions extrêmes sous le pont des Catalans de Toulouse. Face à l'inertie municipale, un vent de contestation s'élève...
Une dizaine de personnes, et au moins autant de chiens vivent dans les conditions les plus précaires sous le pont des Catalans. Des détritus éparpillés partout, des tentes trouées, pas d'eau, entre le froid et le manque d'hygiène, « la situation est intolérable » pour Patricia, membre de Don Quichotte.

Les occupants du pont des Catalans demandent depuis juillet à la mairie qu'on mette à leur disposition une benne à ordure pour évacuer leurs déchets. Aucune action n'a suivi.
Mais aujourd'hui, « c'est les gens qui faut sortir d'ici », déclare Patricia, « les tantes, c'est la dernière alternative des plus démunis ».

En plus de l'association Don Quichotte, le syndicat Solidaire 31 et Myriam Martin, porte-parole du NPA Toulouse, soutiennent les sans abris. Tous demandent une solution d'urgence adaptée: un terrain en centre ville, avec des bungalows, pour leur permettre de rester avec leurs chiens.

Et tous, dénoncent le « comportement antisocial de la mairie », pour reprendre les mots de Patricia.

Le but à présent, médiatiser la situation de ces sans abris, et faire pression sur la municipalité. Une action est d'ailleurs en train de se préparer pour les semaines à venir, nous confie Loïc, un membre de Solidaire 31.

Coralie Bombail

.

 

 

0 commentaires Liens vers ce message
Partager cet article
Repost0
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 07:57
Solecopedia, l'encyclopédie internationale partagée pour une économie sociale et solidaire
http://solecopedia.org/
Image:Solecopedia full fr.jpg

Construisons ensemble une base de connaissances commune pour une autre économie

Plus de 157 articles écrits collaborativement sont librement réutilisables

 

Les pratiques de l'économie sociale et solidaire Les idées de l'économie sociale et solidaire
Les pratiques de l'économie sociale et solidaire sont présentes dans tous les actes de la vie économique et dans beaucoup de secteurs. Par exemple : L'économie sociale et solidaire est un mouvement qui s'appuie non seulement sur des pratiques, mais aussi sur des concepts et des bases théoriques. L'économie écologique est également un champ de recherche qui vise à intégrer l'économie et la biosphère.

 

Les acteurs de l'économie sociale et solidaire Aide et information
  • Les acteurs ayant une pratique économique différente sont nombreux et diversifiés. Cette catégorie regroupe quelques uns de leurs principaux réseaux.
  • Cette autre économie utilise également des outils, dont vous découvrirez ici quelques un.

 

Afficher une page au hasard

Solecopedia est une initiative qui vise à construire une base de connaissances internationale sur l'économie sociale et solidaire et l'économie écologique. Se concentrant d'abord sur les mots de cette autre économie, c'est un outil qui permet aux acteurs et chercheurs de différents pays, cultures et secteurs d'échanger et de communiquer sur les pratiques et les concepts d'une économie responsable, plurielle et solidaire.

Proposée au 4e Forum Globalisation de la Solidarité Lux09 en avril 2009 par des membres fondateurs d'ALOE, la fonction de Solecopedia est complémentaire des autres outils de communication en faveur d'une nouvelle économie en émergence, plus solidaire et plus durable, comme les sites ressources et les cartographies des initiatives existantes.

Fichier:aloe.gif   Fichier:Lux09.jpg

 

 

 

http://fr.solecopedia.org/index.php?title=Accueil

 

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 05:17
faneuse

 

                  Merci de diffuser cette annonce solidaire


Le 07/01/2011 08:40, Jérôme POCHOY a écrit :

G.A.E.C. Les Paysbio

Malabrout 

46700 LACAPELLE-CABANAC

Téléphone : 05 65 22 68 03

Courriel : lespaysbio@orange.fr

 

vendredi 7 janvier 2011

René CHABOY

Lien en Pays d'ÒC
Avenue du 8 mai 1945,Quartier Laroque     
82 160 Caylus

Tél. :  05 63 67 02 36, Port. : 06 20 08 19 74

lienenpaysdoc@orange.fr

 

 

Nous sommes deux jeunes maraîchers bio récemment installés sur la Communauté de Commune de la Vallée du Lot et du Vignoble, près de PUY L’EVEQUE . Il s’agit d’une création d’une exploitation maraîchère de 2,5 ha dont 2000 m2 de serres. Nous nous sommes engagés sur des pratiques écologiques en signant un bail environnemental avec la commune de LACAPELLE-CABANAC et l’association Terres de Liens. Notre production est certifiée en Agriculture Biologique par AGROCERT.

 

Nous produisons une quarantaine de variétés de fruits et légumes sur l’année en offrant aux consommateurs les deux gammes de bases saisonnières « ratatouille » (Tomate, aubergine, courgette, poivron, oignon, ail, ) et « potage » (Pommes de terre, courges, carottes, choux, navets, poireaux) étoffés d’autres produits : salades, concombres, pastèques, melons, fraises…etc.

 

Notre commercialisation est en vente directe du producteur au consommateur, par deux ventes à la ferme et 4 marchés, permet de valoriser les produits maraîchers de notre terroir mais le marché est difficile. Les 36 heures de commercialisation que nous assurons ne nous permettent pas de dégager de revenus.

 

Vu qu’il s’agit d’une installation hors cadre familial, nous avons très peu de moyens. Actuellement les voisins nous prêtent gentiment un tracteur et quelques outils à l’occasion. Nous avons des besoins quotidiens, nous étions donc intéressés par des dons de matériel.

 

Alors s’il existe un Père Noël, il nous faudrait par ordre de priorité :


-          Un tracteur maraîcher, simple, sans cabine, 4 roues motrices de 60 à 80 ch,

-          Une motteuse pour faire des plants en motte,

-          Un épandeur à bouchon,

-          Un décompacteur à 3 ou 4 dents,

-          Une planteuse polyvalente tractable derrière tracteur à 1 ou deux sièges planteurs,…..

…mais pas d’ atomixer, ni de pistolet à gaufres!

 

Nous ne connaissons pas bien votre réseau, ni les agriculteurs susceptibles de céder du matériel mais nous serions extrêmement heureux que nos vœux soient exhaussés.

 

Avec sympathie,

 

Jérôme POCHOY                                                                     Aude DUWER

 

 

S'adresser ici :

 

 

G.A.E.C. Les Paysbio

Malabrout 

46700 LACAPELLE-CABANAC

Téléphone : 05 65 22 68 03

Courriel : lespaysbio@orange.fr

 

 


 

 Autre annonce reçue :

Pour notre part, nous recherchons à acheter, en occasion
mais en bon état de fonctionnement

(nous sommes maraîchers BIO en vente directe) :

une presse pour petites bottes
une faucheuse pour petit tracteur (c'est un fruitier)
un collier pour cheval de trait (c'est un Castillonais) : H 50 x l 12 réglable

Nous avons à vendre ou à échanger
une botteleuse (petites bottes)
une belle charrette pour cheval de trait ou boeuf (trop lourde pour
notre petit Castillonais)

nous pourrons adresser des photos sur demande.

merci de diffuser également notre demande, dans la mesure de vos
possibilités.


A très bientôt.

Taliesin LOPEZ
Ferme Le Petit Renaudis
31310 RIEUX Volvestre
05 61 90 09 98

lejardinierduparticulier@orange.fr
 

 

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 18:38

La risée du monde, vraiment? Non, l’espoir des peuples!

 

 

Guy Môquet

 

  http://www.citoyendedemain.net/agenda/resistance

 

 

Pour le chercheur américain Mark Weisbrot, “les Français se battent pour l’avenir de l’Europe – et ils sont un bon exemple pour les autres”.
A les entendre, les grèves et les manifestations donneraient une désastreuse image de la France. Un mouvement social ? Quelle idée, quelle ringardise ! Sont-ils idiots, tous ces gens qui ne veulent pas comprendre qu’on ne peut pas faire autrement et qu’il n’y a pas d’autre solution pour sauver nos retraites ! Qui dit ça ? En vrac, la droite, les socio-traîtres strauss-kahniens, les éditocrates des grands médias et… la cohorte de boeufs, commentateurs des sites du Figaro, du Post ou du Point, liste non limitative : il en est même parvenu jusqu’à ce blog ! Incapables de sortir de la pensée unique libérale, ils affirment par exemple que nos retraites sont payées à crédit. Et si c’étaient plutôt les exonérations de charges des entreprises et les cadeaux fiscaux qui l’étaient ? Mais non, ce genre d’idée saugrenue n’effleure pas la masse spongieuse qui leur tient lieu de cerveau. A les croire, les syndicalistes et les gauchistes, englobés dans une même détestation, feraient de la lutte des travailleurs français un ridicule anachronisme. Ils tiennent par exemple pour porte-parole un David Pujadas, le « journaliste » de France 2 n’hésitant pas à demander au responsable de la principale organisation syndicale française invitée dans son journal : « avec cette culture du blocage, ne craignez-vous pas d’être la risée de toute l’Europe ? » Un Eric Fottorino du Monde dit la même chose, en termes juste un peu plus alambiqués: « Une fois de plus, la contestation massive du projet de réforme des retraites illustre combien la France reste un pays très conservateur, arc bouté au statu quo et aux droits acquis, l’histoire servant de paravent au réel. » Mais le son de cloche est radicalement différent à la lecture de ce délectable article du Guardian britannique.
Il est signé par Mark Weisbrot, co-directeur du Centre de recherche économique et politique (CEPR) de Washington, et décoiffe dès son titre : Sarkozy devrait démissionner, dit la France. Extraits, traduits par… Le Monde* : le chercheur américain « critique l’argument selon lequel “comme l’espérance de vie augmente, il faut absolument travailler plus longtemps”. “L’âge de départ à la retraite a été déplacé pour la dernière fois en 1983. Depuis, le PIB par habitant a augmenté de 45%. L’augmentation de la durée de vie est très limitée en comparaison, estime Mark Weisbrot. L’augmentation du revenu national a été largement suffisante pour compenser les changements démographiques”. Selon lui, le refus d’augmenter l’âge de la retraite relève uniquement “d’un choix social“. “Si les Français veulent conserver le même âge de départ, il y a beaucoup de manières de financer le coût des retraites. Une d’entre elles (…) serait une taxe sur les transactions financières”, écrit le chercheur. Mark Weisbrot en profite pour vanter un système social qui permet de réduire les inégalités par rapport aux autres pays de l’OCDE et une gauche qui a encore les moyens d’organiser des protestations de masse, alors que “les autorités européennes et internationales accélèrent les régressions sociales dans les économies les plus faibles de la zone euro comme la Grèce”. De quoi conclure que “les Français se battent pour l’avenir de l’Europe – et ils sont un bon exemple pour les autres”. Sans surprise, le chercheur avoue toutefois n’avoir jamais compris comment les Français ont pu voter pour un président qui faisait campagne en vantant le modèle économique américain, qui entrait alors dans une crise profonde. Il commet par ailleurs une erreur factuelle en affirmant que Nicolas Sarkozy a “récemment abandonné l’une de ses plus impopulaires réductions d’impôt pour les riches”, alors que le bouclier fiscal, bien que critiqué par la majorité, est toujours effectif. »
Voilà les pendules efficacement remises à l’heure : ce ne sont pas les luttes des travailleurs français qui sont ridicules mais les arguments d’autorité grotesques des sarkozystes. Et le mouvement de défense de nos retraites, loin d’être « la risée du monde », est au contraire ressenti comme un espoir pour tous les peuples exploités par une oligarchie qui gouverne suivant la loi du profit de quelques privilégiés. Nous l’avons déjà fait en 1789 : au milieu des monarchies absolutistes, nous avons inventé la démocratie représentative, devenue aujourd’hui la règle en Europe et le modèle vanté dans le monde entier. Au bout du compte, la Révolution française, à l’usure, a fini par avoir la peau de la tyrannie. En 2010, une nouvelle forme d’oppression règne : celle du capitalisme financier mondialisé. Et si la France, une deuxième fois, montrait la voie pour accomplir une nouvelle nuit du 4 août – que Jean-François Copé, insupportable patron des députés UMPistes, a confessé à plusieurs reprises tant redouter, un comble quand on sait qu’il s’est agi de l’abolition des privilèges de la Noblesse ! Et si la France, disions-nous, devait à nouveau montrer la voie pour l’émancipation des peuples victimes de la dictature des marchés et de la concurrence libre et non faussée ? Nous avons notre destin entre les mains : ne lâchons rien ! Tous dans la rue jeudi et soutien total aux grévistes ! Non, le mouvement ne s’est pas « essouflé ». Tous ensemble, nous ferons reculer le Medef et ses larbins de l’UMP. Que se vayan todos ! Hasta la victoria, siempre**.
*Comme quoi tous les journalistes de ce quotidien ne partagent pas la pensée réactionnaire de leur patron !
**« Qu’ils s’en aillent tous ! », slogan du peuple argentin en lutte contre ses oligarques, « Jusqu’à la victoire, toujours », devise du révolutionnaire cubain Ernesto « Che » Guevara.

 

Soutenez Plume de presse Cet article vous a intéressé ? L’info indépendante et gratuite ne nourrit pas son homme… Contribuez à faire vivre ce blog en vous acquittant d’une cotisation, même d’un euro. Merci !

La risée du monde, vraiment? Non, l’espoir des peuples!

 

 

http://www.alterinfo.net/La-risee-du-monde-vraiment-Non-l-espoir-des-peuples_a51189.html?preaction=nl&id=6763568&idnl=77124&

 


Partager cet article
Repost0
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 17:31
Galloway : "Je dirigerai le convoi "Viva Palestina 5" malgré l'interdiction égyptienne"
http://soutien-palestine.blogspot.com/2010/09/galloway-je-dirigerai-le-convoi-viva.html

 

 

C’est au milieu de scènes d’allégresse et de larmes de joie partagées que
le convoi Viva Palestina5 est entré hier après-midi à Gaza, après un
voyage épique de 4 semaines et 5.000 kms.
http://www.ism-france.org/news/article.php?id=14513&type=temoignage&lesujet=Actions

Le convoi, à l’initiative de George Galloway, avait quitté la
Grande-Bretagne le 18 septembre et a traversé l’Europe (France, Italie,
Grèce) et le Proche-Orient (Turquie, Syrie) pour arriver à Lattaquié
(Syrie) le 2 octobre. Là, 2 semaines de dures négociations ont été
nécessaires pour obtenir le feu vert définitif des autorités égyptiennes
qui, après avoir exigé l’exclusion de 17 membres du convoi, ont finalement
accepté que le convoi fasse route pour Al-Arish-Egypte (par ferry pour les
véhicules et par avion pour les activistes).

Le 21 octobre au matin, les 140 camions chargés d’aide et les 370
militants étaient regroupés à Al-Arish pour la dernière et ô combien
attendue partie du voyage.

Les camions sont maintenant remis aux autorités palestiniennes de Gaza,
avec tout leur chargement constitué de produits et matériels qu’elles ont
demandés et qui vont permettre d’équiper une clinique, une classe,
remettre à flot les stocks de médicaments et le matériel des hôpitaux,
etc. C’est au total 5 millions de $ de matériel et aides diverses que le
convoi a emmenés à Gaza.

Avec aussi l’expression non chiffrable de la mobilisation internationale
(le convoi est constitué de militants d’Algérie, Australie, Canada,
Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Irlande du Nord, Italie, Jordanie,
Malaisie, Maroc, Nouvelle-Zélande, Qatar) pour briser l’insupportable
blocus de Gaza, le témoignage vivant adressé aux Palestiniens de Gaza que
le monde ne les oublie pas.

Grâce à votre soutien et votre réactivité, ISM-France a été en mesure de
se joindre au convoi, à Lyon, le 21 septembre, avec 3 militants et un
camion, ce qui est un exploit si l’on tient compte du délai très court
d’inscription et d’organisation (3 semaines), en pleine « pause »
estivale.

Nous vous en remercions encore infiniment et nous sommes fiers que la
solidarité pro-palestinienne française soit présente dans cette
extraordinaire expédition par l’intermédiaire de notre association.

Pour nous permettre de continuer à soutenir le peuple palestinien, nous
avons besoin de votre soutien moral et financier. Nous projetons de lancer
un autre convoi terrestre au printemps 2011, forts de l’expérience retirée
de cette première participation et d’une organisation préparée sur
plusieurs mois.

Vous pouvez nous aider à concrétiser ce projet de plusieurs manières :

- adhérez à ISM-France
http://www.ism-france.org/news/article.php?id=14356&type=campagne&lesujet=Actions

- faites-nous part de vos possibilités d’organisation dans votre région
pour l’acquisition d’un camion, la collecte de l’aide, la participation au
convoi.

Et toujours, pour une solidarité active sur le terrain, rejoignez, pour
une semaine ou 2 mois, à n’importe quel moment de l’année

- ISM-Ramallah
http://www.ism-france.org/news/article.php?id=14334&type=campagne&lesujet=Résistances

- ISM-Gaza
http://www.ism-france.org/news/article.php?id=14455&type=campagne&lesujet=Actions

Nous ne libèrerons pas la Palestine, mais nous pouvons soutenir les
Palestiniens dans leur lutte contre le colonialisme sioniste, nous pouvons
les aider à tenir jusqu’à la libération de leur pays.

Vive les Palestiniens !
Longue vie à la résistance palestinienne !

--
http://www.ism-france.org
ou
http://www.ism-suisse.org

 

 

Victoire pour Viva Palestina dans Gaza !

 

 

Les 147 véhicules et les 342 militants sont entrés dans Gaza hier soir après un mois de voyage !

 

.

Acclamés tant par la population que par les responsables de la bande Gaza, les volontaires du convoi Viva Palestina 5 ont réussi à brisé le blocus de Gaza, et on apporté, outre 5 millions de dollars d’aide à la population, un grand réconfort.

George Galloway s’est félicité de cette victoire qui a "notamment permis d’attirer l’attention de tous les dirigeants des pays que nous avons traversés sur le sort du peuple palestinien et ce siège illégal". "C’est un succès lié à la prise de conscience croissante de l’opinion publique internationale du caractère insupportable de cette situation."

Seuls 16 volontaires n’ont pas été autorisés à entrés dans Gaza par le gouvernement égyptien qui a prétexté un "risque pour sa sécurité". Les autres resteront environ 48 H dans Gaza, le temps de remettre l’aide et de fêter l’événement.

Voir les deux vidéos :



CAPJPO-EuroPalestine

http://www.europalestine.org/

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2010 5 01 /10 /octobre /2010 06:39


Gandhi et la fraternité humaine

Mohandas Karamchand Gandhi, août 1942
Wikipedia



mercredi 29 septembre 2010, par Tariq Ramadan

Enregistrer l'article en PDF Imprimer l'article Envoyer l'article à un ami


L’égalité entre les Hommes est un idéal. Des religions, des philosophies et des idéologies politiques ont inscrit l’égalité des êtres humains dans l’essence de leurs enseignements, dans leurs principes ou leur système. Les individus doivent être traités de façon également digne et juste. Un voyage à travers les sociétés et les nations nous convainc que nous en sommes bien loin : des philosophies politiques ont été échafaudées, des Déclarations et des Chartes ont été élaborées, ratifiées et signées, des législations établies et pourtant la réalité de l’inégalité et des discriminations s’impose à nous. Universellement. Si l’égalité est, de fait, un principe légal, force est de constater que la loi ne suffit pas à son établissement. En amont des législations et des règles, c’est bien l’idée de l’humanité, de son unité et de sa diversité, qu’il faut discuter et évaluer. Au demeurant, il n’y a pas de loi sans morale…sans une certaine idée de l’Homme, du bien et de l’idéal social et politique et, ainsi, il ne peut être question d’égalité légale parmi les Hommes sans une philosophie morale établissant la nature de leur relation. Il ne peut être question de penser un principe éthique que l’on ajouterait, a posteriori, à l’ordre qui établit l’égalité entre les Hommes mais bien de déterminer un principe fondateur, a priori, sans lequel cet ordre n’a aucune substance ni réalité. Il importe d’évaluer les lois par leur philosophie et, encore et toujours, dans leurs rapports au pouvoir.



Les philosophies antiques ou les religions ont bien souvent établi, dans leurs fondements, l’idée de la communauté d’origine et de l’égalité entre les êtres humains. Il n’en demeure pas moins néanmoins que de nombreuses interprétations ont justifié des inégalités et des rapports de domination intellectuelle, religieuse et/ou politique : entre les Grecs (puis les Romains) et les « barbares », entre les appelés et les réprouvés au sein des religions, entre les civilisés et les colonisés au nom parfois de la philosophie des lumières. Que la commune origine adamique soit ou non un acte de foi, que l’évolution des espèces soit un fait admis, que la science nous informe que le concept de « race » est une vue de l’œil et de l’esprit étant scientifiquement et objectivement inopérant…tout cela ne change rien aux faits : des philosophies, des discours, des regards sur soi et autrui – explicites ou implicites – justifient l’inégalité et son lot de discriminations. Même si des lois devaient ensuite essayer de rectifier et de réguler ces dernières, ce rééquilibrage ne peut être que partiel et imparfait : encore une fois, il faut aller au bout de la question morale et questionner les individus et les sociétés sur l’idée qu’ils se font de l’Homme et de leur fraternité au-delà des postulats philosophiques, des dogmes religieux et des faits scientifiques. 

 

On se souvient de la lutte du Mahatma Gandhi au cœur de l’hindouisme et du système des castes. Les Intouchables, les parias, qu’ils soient des « enfants de Dieu » (harijan) comme les appelait respectueusement Gandhi, ou les « opprimés » (dalit) comme certains s’auto-définirent à l’image de l’avocat et du politicien B.R. Ambedkar, étaient en marge et exclus des quatre castes reconnues par la philosophie classique de l’hindouisme. Selon cette dernière, le cosmos est parfaitement ordonné et la loi universelle (dharma) établit des ordres et des catégories dont les castes sont la juste représentation parmi les êtres humains : elles sont le respect et le miroir du dharma qu’il faut respecter, entretenir et promouvoir si l’on veut agir en harmonie avec l’ordre du macrocosme. Les prêtres, les enseignants, et les êtres de l’esprit (brahmane), les guerriers, les rois et les princes (ksatriya), les artisans et les commerçants (vaisya) sont les élus et accèdent au savoir alors que les serviteurs (sûdras) – eux-mêmes subdivisés en une multitude de catégories – obéissent aux castes supérieures à travers leurs activités de valeurs spirituelles et sociales mineures. Les parias représentent encore une autre caste – hors castes – qui est le niveau le plus bas de la hiérarchie cosmique, l’état de l’impur, de l’indigne et de la misère. Il s’agit donc d’un ordre, d’une harmonie, qui a besoin d’une hiérarchie, d’un supérieur et d’un inférieur, et l’ensemble des relations sociales est ainsi codifié au miroir de cette réalité : les espaces, les métiers, les mariages, les amitiés, etc. Gandhi s’est battu pour que les intouchables, les harijan, puissent accéder à l’éducation, sortir de la misère et être traités plus égalitairement. Il n’a eu de cesse de lutter contre les injustices et le mépris auxquels faisaient face les exclus du système. En janvier 1934, il interpréta le tremblement de terre de Bihâr comme étant un avertissement et une punition dirigés contre les castes supérieures, leur arrogance et « leurs péchés » vis-à-vis des pauvres et des parias. Lorsqu’il meurt en janvier 1948, le système des castes était légalement aboli depuis une année (avec l’accession à l’indépendance) et ce grâce à l’élaboration de la constitution sous l’autorité de Ambedkar (choisi par Nehru) qui s’était très tôt opposé à l’attitude trop « condescendante » de Gandhi, voulait qu’on appelle sans faux-fuyants les intouchables des « opprimés » (dalit) et défendait le principe de l’« affirmative action », ou discrimination positive, à l’égard des castes marginalisées. La réalité était bien moins belle. La loi n’a point eu raison des mentalités : dans le silence des quotidiens, loin des infractions visibles de la loi, le système perdurait et Gandhi savait et avait affirmé – il y a plus d’un siècle déjà – qu’il s’agissait de travailler en amont de la loi, sur l’idée que l’on enseignait de l’Homme, sur le sens moral, sur la conception même de la fraternité au cœur des philosophies et des religions. Sans ce travail, cette éducation, la loi peut n’être qu’un prétexte ou un instrument dangereux entre les mains de ceux qui détiennent le pouvoir (et/ou le verbe) et qui entretiennent leurs privilèges au moyen de lois dont l’essence paraît égalitaire mais dont l’application ne l’est point. C’est le cœur du débat qui opposait Ambedkar, lui-même issu de la caste des intouchables, qui revendiquait l’égalité, la résistance, la justice, le droit d’interpréter la loi et l’accès au verbe assumé et militant et Gandhi qui prônait la reconnaissance et l’amour des exclus et la réforme de l’intérieur par l’engagement volontariste de l’élite et des riches.


Le religieux et l’activiste Gandhi, qui se disait « hindouiste, chrétien, musulman, bouddhiste et juif », questionnait les religions à partir des pratiques quotidiennes et sociales et il avertissait : « Dès que nous perdons la base morale, nous cessons d’être religieux. » Il s’agit donc de cohérence entre des pratiques et des philosophies et il faut appréhender ensemble ces dernières : les mêmes questions traversent nos sociétés modernes, du Sud et du Nord, avec la même intensité qu’à l’époque de Gandhi même si les castes, les classes et les catégories de nos sociétés - « développées » ou « en voie de développement » - apparaissent moins visibles qu’elles ne l’étaient dans l’Inde de la première moitié du 20ème siècle. Le rapport dialectique est le même et le questionnement doit être permanent : les inégalités concrètes du quotidien nous invitent à soumettre à la critique nos philosophies fondamentales et notre conception de la fraternité humaine de même que ces dernières doivent questionner la cohérence des systèmes se présentant comme égalitaires. Pas de loi sans morale, pas de morale sans loi : on retrouve cette équation dans toutes les religions et, avec ou sans Dieu, dans toutes les spiritualités et les philosophies humanistes et/ou politiques. 

 


 

 Source  : Extrait de l’Autre en Nous, chapitre 6

 

 http://www.tariqramadan.com/spip.php?article11390

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche