Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 00:34
ConsomActrice - Eco-Action

Faire sa lessive soi même, c'est facile, économique et éco-logiqueFaire sa lessive soi même, c'est facile... il suffit d'avoir du savon de marseille, de cristaux de soude, et de l'eau!!!  Le mieux c'est de tester et d'adapter les proportions et les ingrédients selon votre préférence.

Je vous recommande d'essayer avant de l'adopter, la lessive ainsi préparée n'est pas semblable à la lessive du commerce à laquelle nous sommes habituées.
La lessive durcit, devient "pâte", en pressant sur le bidon elle sort sans problème,
Si ça vous gêne, vous pouvez secouer le bidon très fort pour la liquidifier..

La recette:
Râper 75 gr de savon de marseille,
Les mettre dans un bidon de 2 litres avec un verre à moutarde de cristaux de soude,
Ajouter 1.5 litres d'eau très chaude
Mélanger énergétiquement
Attendre 24 heures, ajouter quelques gouttes d'huile essentielle selon vos préférences (on aime bien lavande pour son odeur ou le tea tree qui désinfecte ou la  sarriette des montagnes qui est antibactérienne, antifongique, antiparasitaire, antivirale)

Nous en sommes contents de notre lessive maison mais j'ai eu les échos suivants:
- penser à mettre le vinaigre blanc en guise d'anticalcaire,
- les cristaux de soude sont dégraissants et désodorisants, ils neutralisent l'effet calcaire de l'eau et de ce fait, renforcent le pouvoir nettoyant du savon
- on peut aussi ajouter du bicarbonate de soude qui assouplit et neutralise les odeurs
- ou faire une lessive avec une lessive du commerce de temps en temps, pour décrasser un peu, et éviter que ça ne bouche la machine
- comme il n'y a pas de conservateur, ni de colorant, ni de stabilisant....la couleur et texture obtenues changent en fonction de la matière première
- mettre les ingrédients tels quels dans la machine sans faire le mélange

 

http://terredefemme.com/faire-sa-lessive-soi-meme-cest-facile-economique-et-eco-logique.html

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 01:55
Cinq jours de régime végétarien pour détoxiquer l’organisme

Natural News, David Gutierrez, 24 septembre 2010

 


http://www.alterinfo.net/Cinq-jours-de-regime-vegetarien-pour-detoxiquer-l-organisme_a50173.html

      Des chercheurs ont constaté que cinq jours de régime végétarien permettent de réduire considérablement le taux d'antibiotiques et de produits chimiques toxiques dans le corps humain.


      Ces scientifiques ont recruté 25 personnes pour séjourner dans un temple bouddhiste pendant cinq jours, et vivre comme les moines qui y résident. Ce mode de vie inclus l’adhésion à un régime strictement sans chair animale. Les chercheurs n'ont pas précisé si des produits laitiers [*] étaient inclus ou non dans le régime. Les participants ont aussi été interrogés sur leur régime avant le début de l'étude.


      Les chercheurs ont recueilli des échantillons d’urine de tous les participants 48 heures avant et immédiatement après les cinq jours de séjour dans le temple. Les chercheurs ont vérifié dans ces échantillons les antibiotiques et leurs métabolites, ainsi que six produits chimiques produits dans le corps par la décomposition des phtalates.


      Les phtalates sont des substances chimiques industrielles utilisées dans la fabrication des pesticides et des plastiques souples. On a démontré que, chez les vertébrés, ils interférent avec les systèmes hormonaux, le système nerveux et d'autres fonctions organiques, et qu’ils produisent des défauts de reproduction. Comme il est difficile de détecter les phtalates dans l'urine, les chercheurs ont dû à la place vérifier ses métabolites.


      Tous les six métabolites des phtalates ont été détectés chez chaque participant avant et après l'étude, mais le taux de cinq métabolites a considérablement diminué au cours de l'étude. Les résultats suggèrent que l'alimentation est l'une des nombreuses sources de contamination de l’homme par les phtalates. Toujours est-il, les chercheurs ont constaté que les participants qui consommaient davantage de bœuf, de porc et de produits laitiers avant l'étude, l’ont entamée avec un taux de phtalates plus élevé que ceux qui consommaient moins de ces aliments.


      Au début de l'étude, des taux d'antibiotiques ont été trouvés chez quasiment tous les participants ; à la fin, les niveaux de tous ces médicaments avaient chuté drastiquement. L'ampleur de la baisse suggère que l'alimentation est la principale source d’exposition de l'homme aux antibiotiques.


      Le bétail élevé à la fois pour la viande et les produits laitiers est régulièrement traité avec de fortes doses d'antibiotiques afin de favoriser une croissance rapide.



Original : www.naturalnews.com/029834_plant-based_diet_toxic_chemicals.html
Traduction copyleft de Pétrus Lombard



* Notes du traducteur : Il est peu probable que des moines bouddhistes consomment des produits laitiers. À part peut-être du beurre de yacks, s’ils sont dans monastère de montagne ?


      Au sujet des « bienfaits » des produits laitiers, fromages, yaourt, lait, il faut savoir que certaines études de l’INSERM ont montré qu’ils ne sont pas du tout adaptés à l’alimentation humaine. Non seulement, contrairement à ce que raconte leur publicité, le calcium qu’ils contiennent n’est pas assimilable par l’organisme humain, mais, en plus, ils sont à l’origine d’une foule de dégradations lentes, certainement à cause de leurs graisses saturées. Il faut lire, par exemple, Lait, mensonges et propagande de Thierry Souccar pour comprendre l’étendue de la tromperie.


      Il se pourrait, mais ce n’est pas sûr, que le problème avec les produits laitiers soit récent. Des éleveurs de Normandie affirment que le lait des vaches qui ne broutent que de l’herbe contient des omégas 3. Mais peut-être que le lait de vache nourrie idéalement n’est pas adapté à l’homme ? Peut-être que ce problème est apparu parce que le bétail est nourri de manière inadaptée ou avec des produits avariés ? Peut-être est-il en plus aggravé par les trafics pour faire du fric avec le lait ?


      Sur la qualité du lait, par exemple, qui peut dire ce que contient exactement celui qui est vendu dans le circuit commercial ? Le vrai lait avait autrefois une épaisse couche de crème flottant à la surface. Aujourd’hui, même si vous achetez du lait dit « bio entier, » vous ne voyez jamais cette couche de crème. Où est-elle passée ? Par ailleurs, il est admis publiquement que le lait qui sert à alimenter au biberon les vaux en batteries est recomposé. Sa crème a été prélevée pour être vendue à part, et est remplacée par un produit d’équarrissage qui ne vaut rien, du suif, qui est ensuite homogénéisé avec le lait écrémé pour recréer du lait entier. Comme le lait entier ou non que l’on trouve aujourd’hui pour la consommation humaine est toujours homogénéisé, cela amène tout naturellement la question : Contient-il lui aussi du suif à la place du beurre ?


      Même avec le lait intégral servant à fabriquer certains fromages, il faut se rappeler les problèmes qui ont surgi il y quelques années (il y a peut-être 15 à 20 ans) dans les pays producteurs de fromages renommés. Des fromages, comme le gruyère suisse, ont commencé à cette époque à présenter des fissures à l’aspect inquiétant, extrêmement découpées et malodorantes, avec un goût désagréable prononcé. Les Suisses ont découvert la nature du problème : Les vaches laitières, comme le reste du bétail partout en Europe et en Zunie, étaient nourries avec de l’ensilage (du maïs broyé stocké en silos) et des résidus (tourteaux) de soja contaminés par des aflatoxines, des toxines de moisissures. Ces toxines passaient ensuite dans le lait et dégradaient le fromage. Les autorités suisses ont décrété la destruction de tous les fromages contaminés et le retour à une alimentation du bétail plus naturelle en Suisse.


      Ce problème d’aflatoxines existe toujours puisqu’on peut souvent voir des fromages avec ces fissures caractéristiques sur les rayons des fromagers. Mais, si cela se voit sur les fromages durs, c’est par contre invisible dans les produits laitiers mous ou liquides tels que le camembert, les yaourts ou le lait.


      Enfin, comme j’avais évoqué le fait que le régime végétalien permet à l’organisme de se guérir de pratiquement tout sans expliquer pourquoi j’affirmais cela, voici ma propre expérience, anecdotique, du régime végétalien et des produits laitiers.


      Au printemps 1990 je me suis converti aux principes de l’hygiénisme exposés par le Dr Herbert Shelton et Albert Mosséri. Incité en cela par les histoires de vaches folles, du jour au lendemain je me suis nourri exclusivement de fruits et de toutes sortes de noix et graines oléagineuses.

      Les résultats notables furent une perte de poids importante, un ressenti très agréable du corps, la disparition des odeurs corporelles désagréables (sueur), une santé parfaite... et, chose étrange, les moustiques ne me piquent plus et les abeilles, guêpes, et même frelons, me tolèrent de très près sans montrer d’agressivité ou de peur.

      J’ai rajouté plus tard des légumes cuits à la vapeur basse pression à mon régime ainsi que des compléments en chlorure de magnésium, vitamines C et complexe B. Comme je suis habitué à ne faire qu’un seul repas par jour depuis des lustres, mon entourage s’étonnait beaucoup que je puisse vivre normalement ainsi, uniquement de végétaux, et être capable de marcher 50 kilomètres.

      J’ai conservé ce régime jusqu’à il y a environ 4 ans, quand j’ai commencé à consommer des fromages, surtout de chèvres et de brebis, parfois de vaches. Insensiblement, je me suis mis à souffrir du genou et de la hanche de la jambe gauche, qui avait été abîmée par un accident il y a plus de quarante ans. À partir de l’été 2009, il m’était difficile certains jours de marcher sans boiter. Au printemps 2010 je marchais très difficilement et une sciatique a envahi ma jambe gauche. Même la nuit, ma jambe gauche me faisait souffrir. J’ai constaté alors qu’il y avait une plaque d’eczéma sur la face interne de mon genou gauche. Ce fait a été le déclencheur de la prise de conscience qu’il me fallait arrêter de manger du fromage. Ce que j’ai fait immédiatement. En moins d’une semaine les douleurs ont disparu et ma capacité à marcher, redevenue presque normale aujourd’hui, est en constante amélioration...

      Å propos de la sciatique évoquée ci-dessus, je rajouterai un fait étrange, qui touche certainement aux circuits énergétiques naturels. Plus ou moins consciemment, il arrive que l’on fasse de temps en temps, du moins moi, une grande respiration. Ces inspirations profondes involontaires provoquaient une intensification de la douleur, ressentie comme si elle se propageait en descendant le circuit nerveux de la jambe. Ce qui est notable, c’est que les inspirations profondes volontaires, que je faisais pour vérifier le phénomène, ne provoquaient aucun effet.



Vendredi 24 Septembre 2010

http://www.alterinfo.net/Cinq-jours-de-regime-vegetarien-pour-detoxiquer-l-organisme_a50173.html
Partager cet article
Repost0
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 02:56

Objet : Naissance de l'association K'T PAT' Bien – être et nutrition

Madame, Monsieur,

Aimez–vous votre compagnon à quatre pattes?

Souhaitez–vous lui offrir la meilleure alimentation possible?

Êtes–vous préoccupé par son bien–être?

Constatez–vous que votre compagnon a des problèmes de santé inexpliqués ?

 

Si vous avez répondu oui à l'une de ces questions, c'est que vous partagez le but de la toute nouvelle association K'T PAT' Bien–être et Nutrition (loi 1901), ayant pour objet d’améliorer la qualité nutritionnelle de l'alimentation industrielle ou artisanale contribuant ainsi au bien–être et à la santé des animaux domestiques.

 

Nous savons que la nourriture industrielle pour animaux domestiques est, pour la quasi totalité, contaminée par diverses sortes de mycotoxines, de l'arsenic, des additifs, de la mélamine, des salmonelles... Nous savons aussi que certains ingrédients de cette alimentation sont non seulement de mauvaise qualité mais aussi inutiles, voire dangereux pour nos compagnons.

 

 

Nos champs d'action seront :


·         sensibilisation du public aux risques liés à l'alimentation industrielle

·         informations et conseils à nos membres sur les choix et les alternatives possibles

·         actions auprès des politiques (gouvernement français, parlement européen)



 

Sachez que l'association K'T PAT' Bien-être et Nutrition n'a pas de conseil d'administration. Ceci signifie que chacun y a les mêmes droits, et que votre voix sera très importante dans les décisions qui seront prises. Ceci n'est pas souvent le cas dans le milieu associatif !

 

Nous avons besoin de vous, et de votre contribution financière.

 

A quoi serviront votre adhésion et votre cotisation?

 

·         A bénéficier de conseils personnalisés, ainsi que d'informations ne pouvant être publiées publiquement

·         A bénéficier, à terme, de réductions chez des animaliers

·         A donner du poids à l'association (l'union fait la force)

·         A vous permettre d'assister, sans vous déplacer, aux assemblées générales, qui seront organisées par téléphone

·         A obtenir copie des résultats des analyses d’aliments choisis par l'assemblée générale

·         A financer les divers frais postaux, acquisition de livres nécessaires à la bonne marche de l'association, aux abonnements aux conférences téléphoniques, frais bancaires, etc.

 

Vous pouvez consulter nos statuts ici :

http://nourriture-cat-dog.forumactif.net/statuts-de-k-t-pat-bien-etre-et-nutrition-f11/statuts-de-l-association-k-t-pat-bien-etre-et-nutrition-et-bulletin-d-adhesion-t456.htm#6139



Pour adhérer (1 euro, note d'eva), c'est très simple :

 

Veuillez remplir le formulaire d'adhésion joint, et le renvoyer à  :

K'T PAT' Bien–être et Nutrition, 24, rue de Mulhouse, 71200 LE CREUSOT, accompagné d'un

chèque bancaire libellé à « K'T PAT' Bien–être et Nutrition »

 

(Merci à Caroline pour cette info)

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 00:41

 

Savons de Marseille
wikipedia

 

Bonjour,

 

Nous apprenons que les gel anti bactérien ne servent finalement à rien d'autre qu'à enrichir ceux qui le fabriquent.... Et bien, nous voici une fois de plus dupés comme de bleus. On y a cru pour tant, hein ?

 

Bon, pour faire bref, le savon de Marseille est décidément bien le pire ennemi de la saleté et des méchantes bactéries. Lorsque vous le faites mousser, une procédure chimique s'enclenche et décolle la saleté, tue les petites bêtes. Du bon savon de Marseille, du vrai. Nul de besoin de lui adjoindre des produits pour le rendre efficace. Juste de l'huile d'olive pour nourrir la peau. Un gros pain de savon de Marseille à l'huile d'olive, c'est moins de deux euros dans un magasin bio et vous en avez pour plusieurs mois de lavages de mains et de douche.


Et puis comme j'ai emménagé dans une maison dégueulasse, je peux vous dire que rien n'est plus efficace que les cristaux de soude pour désinfecter la maison du sol au plafond, pour la dégraisser et la faire briller, nickel. Cristaux de soude aussi dans la machine à laver, et votre linge blanc ou couleur est désinfecté en douceur et sent vraiment le frais. Cristaux de soude pour laver la litière du chat, impeccable. Plus d'odeur. Alcool ménager pour vos vitres, ordis, instruments de musique, interrupteurs, etc... huile de lin et essence de térébenthine pour le bois... Vous n'avez besoin de rien d'autres. Tout ce qu'on vous vend, c'est du "sentbon" chimique absolument inefficace. Vous ne vous en rendez pas compte quand vous nettoyez une maison normalement entretenue. Mais quand vous nettoyez une maison pourrie de graillon et de fumée de clope, là, vous voyez bien la différence. J'en ai essayé des produits.

 

Voilà... Un petit geste pour votre porte-monnaie, un grand pour la planète, un petit signe de main aux lobbies chimiques qui depuis de décennies vous fabriquent des produits placébos et vous font croire que votre maison est propre parce que leurs produits laissent une odeur chimique de propre.... Revenons aux fondamentaux....

 

Mais attention ! le vrai savon de Marseille doit être gravé "72 % huile " et le nom de la savonnerie. Les savons de marseille de grandes surfaces viennent souvent d'Asie et contiennent des additifs non biodégradables. Un savon de Marseille bio dans un magasin bio n'est absolument pas plus cher qu'un savon de Marseille chimique vendu en grande surface....

 

http://o-pied-humide.over-blog.com/article-osez-osez-le-savon-de-marseille-57028714-comments.html#anchorComment

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 02:45
Comment faire son dentifrice bio avec seulement ; Argile+ eau + bicarbonate de soude ( facultatif )+ huile essentielle. Dentifrice sans fluor, ni dioxyde de titane, ces 2 éléments sont présents dans kaziman tous les dentifrices industriels (et parfois même dans les dentifrices BIO ! vérifiez bien les compositions …). Leur nocivité sur l’organisme est désormais reconnue et prouvée. Échappez à la consommation aliénante et nocive…

Wakeup-

 

 

 


Comment faire son dentifrice bio en 2 mn montre en main !

C’est pourtant très simple et pas cher…Je pense que je vais m’y mettre moi aussi ;)
Imaginez si tout l’monde se mettait à fabriquer sa pâte dentifrice! Les pauvres multinationales feraient faillite, à moins qu’il s’ajuste et enlève tous leurs produits chimiques tel le fluor de leur produits, mais là je rêve en couleur ;)
Jo ^^

 

http://noxmail.us/Syl20Jonathan/?p=10681

 

 

Partager cet article
Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 05:27

 

Agoravox

Service "Internet plus" d’Orange activé par défaut : attention !

Avis à la population : l’option "Internet plus" d’Orange est activée par défaut !

16 h 31 : « Ding », le son significatif de l’arrivée d’un mail dans ma boîte aux lettres… Un truc bizarre et inconnu pour moi : De : « Orange : vos achats de services Internet plus »  :
 
----------------------------------------------------------------------------------------------------
Chers clients,
Nous avons le plaisir de vous informer de la prise en compte de votre commande le 08 08 2010 à 16 h 30.
Produits achetés : 5 euros = 28 crédits Abbo
Services : Abbo
Prix : 5 euros
Ce montant sera automatiquement ajouté à votre facture mensuelle Internet orange.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Sur le coup, je crois à un spam imitation Orange ou à un abonnement (Abbo ?) bizarroïde. Je vais donc directement sur le site Orange pour vérifier de quoi il en retourne. Et là, stupéfaction, je suis bien débité de 5 euros pour un achat que je viens de faire il y a une minute.
Or, ni il y a une minute ni même il y a une heure ou une semaine, je n’ai acheté quoi que ce soit sur Internet par l’intermédiaire d’Orange ni sur aucun site. Je conteste donc l’achat auprès d’Orange en remplissant un formulaire web adéquat.
Angoisse : et si un hacker quelconque avait pris possession de mon ordinateur ou de mon compte Orange et que tout ça n’était que les prémices d’une attaque massive de mes comptes divers et variés ? Parano comme je suis j’enquête donc fissa fissa autour de moi pour savoir si ma femme ou mes enfants n’auraient pas, à distance, acheté quelque chose sur Internet dans la minute où la semaine qui vient de passer.
Une heure plus tard, j’ai l’explication, ouf ! : sur l’ordinateur de mes enfants, la fille d’un ami en vacances chez nous vient effectivement de cliquer par hasard sur la fenêtre d’un jeu en ligne qui s’appelle Abbo et qui, après une inscription gratuite et la création d’un avatar vend des améliorations aux enfants connectés.
Jusque-là, on comprend le principe. Mais, là où ça se gâte, c’est que Abbo bénéficie par Orange du service « Internet plus  » qui permet d’acheter sur leur site tout ce qui s’y vend … en 1 clic.
Pas de mots de passe, pas d’inscription, aucune fenêtre de demande de confirmation, aucun formulaire préalable à remplir, aucun numéro de CB à donner… rien, rien de rien : 1 clic et c’est acheté… et ajouté directement à votre facture mensuelle Orange.
 Vous me direz : « Alain, tu es un peu con d’avoir souscrit à cette offre Internet plus et d’ouvrir ainsi ton porte-monnaie à n’importe qui ! » Eh bien, c’est là que c’est extraordinaire : je n’ai jamais souscrit à quoi que ce soit ! Tenez-vous bien : l’option Internet plus chez Orange est activée par défaut ! C’est-à-dire que n’importe quel petit haker débutant ayant piraté votre adresse IP peut s’acheter, sur les sites ayant la formule Internet plus d’Orange, tout ce qu’il veut. C’est tout du moins ce que je crois... mais, n’étant pas spécialiste en piratage, je peux me tromper.
Je viens d’avoir aujourd’hui la réponse d’Orange concernant la contestation de mon achat. Sans aucune explication ou autre enquête : « Votre demande de remboursement a été refusée. » Quelque peu énervé par cette réponse succincte, je téléphone au 3900. L’opératrice me confirme que le problème est connu. Elle me certifie qu’il est impossible qu’un haker puisse utiliser mon service Internet plus et... me propose de me rembourser mes 5 euros.
 
Donc, avis à tous les clients d’Orange.
S’il vous arrive la même mésaventure, il suffit de réclamer par oral au 3900. S’il s’avère que votre réclamation est justifiée Orange vous rembourse sans problème (dixit l’opératrice). 
Mais surtout : Pour désactiver le service Internet plus : « espace client/mes services/internet plus : paiement sur facture Orange/modifier/service:désactivé.
 

par Alain Michel Robert (son site)

 

 

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-service-internet-plus-d-orange-active-par-defaut-attention-55465128.html

 

 

Partager cet article
Repost0
14 août 2010 6 14 /08 /août /2010 17:32

combien-de-tps-les-porter.jpg

 

 

 

Une courte alerte pour témoigner.

 

Vous le savez, les citoyens, légitimement, boudent de plus en plus la Grande Distribution si coûteuse, en réalité: Distance à parcourir, temps et énergie perdus, tentations innombrables, publicités alléchantes pour certains articles masquant des produits aux prix peu "compétitifs" à l'arrière-plan et au final, le consommateur est perdant !

 

Aujourd'hui, d'instinct, le citoyen renoue avec le commerce de proximité finalement pas plus cher, et de surcroît plus personnel, plus accueillant.

 

Les Grandes enseignes ont flairé le danger. Elles veulent conserver leur suprématie ! Alors, elles investissent dans la proximité, en changeant de nom. A côté de chez moi, une petite enseigne s'est installée, au nom charmant, plein de vitalité. Petite enseigne ? Pas du tout ! Un géant de la Grande distribution se cache en fait derrière la "petite" enseigne. Pour continuer à faire de gros bénéfices ! Sur notre dos, de surcroît avec un rapport qualité-prix approximatif...

 

Souriez, vous êtes roulés.

 

Si vous le voulez bien !

 

eva R-sistons aux supercheries...

Partager cet article
Repost0
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 16:40

Vue partielle d’une étagère à deux niveaux devant un lattis peint en vert assez pâle ; sur les deux planches, une trentaine de boites de conserve anciennes, parfois rouillées, présentent différents types d’étiquettes qui mettent en évidence soit le nom de la denrée, soit le nom de la marque ; des cruches et des tasses sont suspendues par l’anse à des clous plantés dans la tranche de la planche du bas.

wikipedia

 

NOUVEAU RAPPORT SUR LE BISPHENOL A : LES BOITES DE CONSERVE SONT DANGEREUSES POUR LES FEMMES ENCEINTES

 

Selon le rapport rendu au mois de mai par le National Workgroup for Safe Markets, une coalition de 19 ONG américaines oeuvrant dans le domaine de la santé publique et la santé environnementale, 92 % des boîtes de conserve et des cannettes diffusent du bisphénol A (BPA) dans la nourriture ou les boissons qu'elles contiennent.

L'étude a consisté à faire analyser 50 produits variés en conserve (fruits, légumes, poisson, soupes, sodas etc.) provenant de 19 Etats. Les analyses ont révélé que le BPA, substance chimique utilisée dans le revêtement époxy des boîtes de conserve métalliques, avait imprégné les denrées alimentaires et les boissons de 46 des 50 boîtes testées. Le niveau le plus élevé de BPA jamais trouvé aux USA (1.140 ppb) a même été détecté dans des haricots verts de la marque DelMonte. Aucune corrélation n'a pourtant été trouvée entre la date de mise en conserve et la quantité de BPA trouvée dans la nourriture.

Il ressort de cette étude que l'exposition au BPA est particulièrement préoccupante pour les femmes enceintes, les bébés et les enfants. En effet, une femme enceinte consommant une ou plusieurs boîtes de conserve ou cannettes lors de ses repas ingère des niveaux de BPA dont on sait qu'ils produisent des effets délétères sur le développement du fœtus chez les animaux de laboratoire. Des études indépendantes sur les animaux ont établi un lien entre une exposition à de faibles doses de BPA et certaines pathologies telles que le cancer, les troubles du comportement, le diabète, les maladies cardiaques, l'infertilité, les anomalie du développement et de la reproduction, l'obésité, la puberté précoce et un facteur de risque connu pour le cancer du sein.

Les Centres pour le Contrôle et la Prévention des Maladies (Centers for Disease Control and Prevention) ont trouvé du BPA dans l'urine de 93% de la population américaine. Le Groupe de Travail pour l'Environnement (Environmental Working Group) a trouvé du BPA dans le cordon ombilical des nouveau-nés, laissant supposer que le BPA contenu dans le sang de la mère a bien traversé le placenta et pénétré dans le corps du foetus.   

Certaines entreprises ont commencé à remplacer le BPA des revêtement des boîtes métalliques. Le Canada, le Danemark, cinq Etats américains, trois comtés de l'Etat de NewYork ainsi que la ville de Chicago ont restreint l'utilisation du BPA dans certains produits destinés aux enfants (biberons, revêtement des boîtes de lait pour nourrissons). D'autres pays et Etats américains envisagent sérieusement des restrictions et des interdictions1.

 

 

 Note : 1 En France, les députés ont entériné début mai la suspension de la commercialisation des biberons en plastique contenant du bisphénol A. 

 

 

 

http://www.reseau-environnement-sante.fr/ressources/news-et-alertes/137-no-silver-lining.html

 

 

Partager cet article
Repost0
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 07:05
alambic-copie-1.jpg
Du poison dans l’eau du robinet
Un film de Sophie Le Gall

mardi 27 avril 2010
Posté par David Naulin

 

L’eau du robinet est-elle potable ? Sans le savoir, des millions de Français boivent une eau trop chargée en aluminium, nitrates, pesticides, médicaments et en radioactivité. Dans certains cas, l’eau est même non-conforme aux normes de précautions sanitaires. Ce danger invisible menace les foyers et la santé des Français, des plus jeunes aux plus âgés. Sophie Le Gall, la réalisatrice de ce documentaire d’investigation a parcouru la France pour recueillir les preuves de la contamination et interpeller les autorités.

Résultats de son enquête ?

Dans le Centre et en Ile-de-France, l’eau du robinet regorge de pesticides ou de nitrates, ces traitements chimiques qui sont soupçonnés d’être à l’origine de cancers. Les autorités le savent mais elles délivrent régulièrement des dérogations qui permettent de distribuer une eau qui dépasse les normes pesticides ou nitrates.

Dans des villages d’Auvergne ou à Saint Etienne, les habitants boivent une eau blanchie avec de la poudre d’aluminium qui pourrait déclencher la maladie d’Alzheimer. Les doses dépassent largement le seuil de risque fixé par certains scientifiques mais les autorités ignorent les dangers de ce neurotoxique.

La réglementation fait par ailleurs l’impasse sur le radon, ce gaz hautement radioactif, présent dans l’eau potable de plusieurs villages du Limousin. Résultat, des habitants boivent une eau chargée en radon sans en être informés.

Depuis quelques années, des citoyens et des scientifiques isolés tirent la sonnette d’alarme sur ces toxiques qui coulent de nos robinets. Partout en France, l’eau potable charrie désormais des résidus médicamenteux : antiépileptiques, aspirine, antidiabétique. Nul ne connait l’impact sur la santé des populations exposées. Pour décontaminer l’eau potable des Français, il faudrait bâtir des usines pour éliminer nitrates et pesticides, investir pour filtrer les molécules de médicaments, protéger les réserves d’eau des pollutions… Mais les communes et les grandes compagnies de distribution de l’eau ne souhaitent pas que de nouvelles règles viennent compromettre leurs affaires. En tant pis si les Français trinquent à leur santé.

Le documentaire sera suivi d’un post-scriptum présenté par Marie Drucker. Cette partie est un prolongement du film, un lieu de discussions avec auteur, réalisateur, témoin ou expert, pour que les téléspectateurs puissent se forger leur propre opinion.

- Du poison dans l’eau du robinet - Un film de Sophie Le Gall - Produit par Ligne de Mire avec la participation de France Télévisions - Durée : 90’ - Diffusion : Lundi 17 mai 2010 à 20h35 sur France 3

 

L’eau du robinet en débat

La diffusion sur France 3 de ce documentaire consacré à l’eau du robinet interpelle de nombreux lecteurs (lire le forum ci-dessous). Pour alimenter votre réflexion et le débat, je vous invite à relire sur CDURABLE.info :

- "L’eau potable et le cancer : les recommandations de consommation du WWF et du médecin David Servan-Schreiber rouvrent le débat" publié en juillet 2009. Si l’ONG admet que l’eau du robinet est en général de bonne qualité en France si l’on prend comme critères d’évaluation les normes réglementaires, elle se demande si est suffisante pour les personnes malades du cancer ou qui sont passées par la maladie. Selon le WWF, de nombreuses études établissent des liens entre cancer et polluants de l’eau. Une campagne qui fait déjà grand bruit, ce qui amènent les associations Agir pour l’environnement, l’ACME et France Nature Environnement à réagir aux préconisations proposées par le panda et d’inviter "les citoyens à solliciter massivement les pouvoirs publics locaux et nationaux pour que l’eau du robinet, publique et jusqu’à 100 fois moins chère que l’eau en bouteille, soit de bonne qualité partout en France". Pour lire cet article, cliquez ici.

- L’eau du robinet est-elle dangereuse pour notre santé ? publié en janvier 2008. Cette eau du robinet que nous consommons, est-elle totalement inoffensive ? Cette question est posée par un collège de scientifiques et en particulier par deux experts français : Henri Pezerat, toxicologue, directeur de recherche honoraire au CNRS et François Dartigues, l’ancien patron du laboratoire Inserm à Bordeaux . Selon Henri Pezerat, "plusieurs études épidémiologiques ont en effet conclu à une augmentation notable de l’incidence de la maladie d’Alzheimer avec une concentration anormalement élevée de l’aluminium dans l’eau". Pour lire cet article, cliquez ici.

- "Pollution : des traces de médicaments dans l’eau des rivières et de la Méditerranée" publié en décembre 2008. De récentes études démontrent que les stations d’épuration n’éliminent pas les résidus de médicaments contenus dans les eaux usagées, ce qui contribue à la pollution des rivières. Les conséquences de cette pollution sont importantes, des poissons hermaphrodites ou qui changent de sexe, des êtres humains qui résistent aux traitements antibiotiques et, vraisemblablement, d’autres retombées que l’on ne connaît pas encore. Pour lire cet article, cliquez ici.

- Eau en bouteille : le grand retour de la publicité idéologique publié en février 2010. Depuis plusieurs semaines, la société d’eau en bouteille Cristaline diffuse des jeux de 7 familles dans les packs d’eau vendus et communique par le biais de publicités dans les magazines. Cinq associations de protection de l’environnement dénoncent une nouvelle campagne publicitaire mensongère contre l’eau du robinet qui induit une nouvelle fois le consommateur en erreur. Pour lire cet article, cliquez ici.

 

http://www.cdurable.info/Du-poison-dans-l-eau-du-robinet-France-3,2528.html

Partager cet article
Repost0
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 04:11

Le Café Citoyen de Caen

 

Créé en 1997 par ce qui deviendra plus tard l'équipe de La Nouvelle Arcadie, le premier Café Citoyen est né à Caen (14). L'objectif est à la fois simple et ambitieux : rétablir des lieux publics d'expression où tous les citoyens peuvent se retrouver pour discuter librement.

Un Café Citoyen est un lieu convivial où l'on débat de problématiques de société. Une ou deux fois par mois, les citoyens sont invités à débattre sur un thème qu'ils ont choisi, généralement la séance précédente.

 
Un sujet traité:
Les réseaux sociaux sont-ils les nouveaux réseaux d'influence ?
 

Cette synthèse reflète les échanges aussi fidèlement que possible mais ne prétend pas être exhaustive. Vous pouvez, ici, continuer le débat, ou le porter dans votre café citoyen.

Une quinzaine de participants pour ce café citoyen en pleine actualité locale. Coïncidence ! La veille, un « apéro géant » réunissait, à Nancy, environ 400 personnes, sur la place Stanislas. Antoine, l’animateur, rappelle que cet « événement » nancéien, lancé sur internet, a recueilli plus de 8.000 inscrits, avant d’être « annulé » par son initiateur, sous la pression des pouvoirs publics. Témoin de la scène, Clémentine, 26 ans, analyse : « beaucoup de jeunes sont venus par provocation contre la mairie. Et finalement, il y avait surtout des gens ‘bourrés’... ».

Clémentine fait le parallèle avec les « flash-mob », ces appels à mobiliser des gens dans la rue, autour d’un thème plus ou moins idéologique. Antoine demande aux participants de bien vouloir exposer leur manière d’utiliser les réseaux sociaux. Quasiment tous les participants ont un « compte » internet sur ce type de réseaux. Ahmed, la cinquantaine, apporte son regard personnel sur facebook : « pour moi, c’est le bistrot. J’adore les bistrots. Je suis content d’y croiser des gens. Mais c’est très difficile de construire quelque chose dans un bistrot. » La majorité des personnes présentes, au café citoyen, semblent d’abord s’accorder sur un point : un réseau d’influence construit des liens de manière discrète, voire « secrète », comme le note Pierre, qui ajoute : « le problème de facebook, c’est que c’est public. »

D’après Catherine, néanmoins, « sur les réseaux internet, facebook ou twitter, un tas de personnes ont de l’influence efficace pour le pouvoir en place ». Catherine souligne aussi ce qu’elle appelle le « panurgisme » des internautes : « une pente naturelle dont il est difficile de se défaire ». Quelques participants affirment, en substance, que les réseaux sociaux créent effectivement du « suivisme » mais pas forcément du « sens ». Tout dépend des « objectifs poursuivis » et des « intérêts » des gens, estime Olivier, qui anime un réseau professionnel passant « du virtuel au réel ». Il affirme que la moitié des membres de ce réseau s’implique réellement.

Pour Vincent, les réseaux sociaux font plus de la « résistance » que de « l’influence », car ils sont avant tout des « médias de contre-pouvoirs». Vincent évoque ce qui se passe en Egypte, où Mohammed El Baradei, l’ancien président de l’agence internationale de l’énergie atomique (AEIA), envisage de se présenter à l’élection présidentielle. « El Baradei a 250.000 supporteurs sur facebook mais pas de parti. A-t-il un avenir politique ? » interroge Vincent. Laurent a le sentiment « que ce qu’on appelle ‘réseau social’ est plutôt destructeur du lien social. Même si j’ai une page facebook, c’est très souvent inintéressant et inutile ». Pierre témoigne que, sur le réseau, il n’a « pas de relations avec les gens qu’il ne connaît pas » dans la vie réelle. Même point de vue exprimé par un jeune lycéen : « on s’échange surtout des photos, des trucs qu’on a en commun ». Expérience différente pour Catherine qui dit s’être fait « des amis » après des échanges sur Facebook.

Revenant plus précisément dans le thème de ce café citoyen, Olivier pense qu’un réseau social est « clairement un réseau d’influence ». L’enjeu, selon lui, est d’y être « connu, promu, reconnu ». Laurent rebondit : c’est « du pop art moderne, pour faire référence à Andy Warhol : aujourd’hui, on peut avoir sa seconde de gloire plusieurs fois par jour sur facebook. Et après ? ». Pierre estime qu’un réseau traditionnel (club service par exemple) s’avère plus efficace pour concrétiser quelque chose. « Facebook est un réseau de liens faibles, et donc d’influence faible, mais tout de même…», d’après Olivier. Chacun sa réalité du réseau virtuel ? Christophe explique qu’il utilise les réseaux sociaux, à titre professionnel, pour recruter des personnes et « chasser des candidats ». Sur l’aspect médiatique de l’internet, Vincent évoque l’expérience des journalistes enfermés avec des ordinateurs pour seules sources d’information : « il n’en est rien sorti ! ». Catherine note que ça a tout juste permis de vérifier que certains journalistes vérifiaient leurs sources et d’autres pas… Laki rappelle que l’affaire de l’EPAD – concernant Jean Sarkozy – est tout de même « sorti e » sur un réseau social, avant d’être reprise dans la presse.

Influence ou simple caisse de résonnance ? Revenant sur le terrain du réseau qui crée de l’influence, Clémentine pense qu’un réseau social peut « entretenir » une idée ou un projet, mais que ce n’est pas « l’étincelle » du projet. Vincent estime que les réseaux sociaux nous apportent surtout une « rapidité » et « une massification » des messages, mais aussi un lien géographique qui nous donne l’impression d’une « appartenance globale ». La question technologique n’est évidemment pas neutre, selon plusieurs citoyens présents, mais « est-ce que c’est vraiment nouveau ? » se demande un enseignant : « des pratiques innovantes, moi, sur les réseaux sociaux, je n’en vois pas ». Laki estime que le réseau social est surtout un outil qui simplifie les « phénomènes marketing mais que les hommes ont besoin de contacts physiques et durables ». Avis majoritairement partagé.

 

 

À lire :

http://www.cafes-citoyens.fr/comptes-rendus/538-les-reseaux-sociaux-sont-ils-les-nouveaux-reseaux-d-influence  

 

Créer un Café Citoyen dans ma ville

Si vous souhaitez créer un Café Citoyen ou que vous souhaitez rejoindre le réseau de La Nouvelle Arcadie, prenez contact avec nous :

Créer un Café Citoyen dans ma ville Rejoindre le réseau


 

http://www.cafes-citoyens.fr/

 

 

Un lien à regarder :

 

http://latelelibre.fr/

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche