Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 17:36

folie-du-monde-j.jpg

 

Par eva R-sistons

Le bonheur du commerce en ligne avec Amazon

 

Bonjour

 

J'ai d'abord acheté un petit Guide de survie (pour la guerre mondiale à venir), que j'ai reçu, lui. Puis j'ai commandé un chargeur solaire pour ordi portable, à 132 euros. Patatra ! Amazon ne me reconnaît plus, il met du temps à comprendre que les deux commandes viennent de la même cliente. Entre temps, j'ai dû batailler ferme par courriels interposés. Enfin, on me donne un unique identifiant, et on s'intéresse à ma commande de chargeur - payée par chèque d'ailleurs, elle, aussitôt encaissé non seulement avant envoi de l'objet, mais avant de chercher à savoir qui je suis.

 

Mais je ne suis qu'au début des ennuis. Le temps passe, les semaines puis les mois, toujours pas d'appareil, bien que le chèque soit encaissé. Une réponse: Vous pouvez annuler la commande - et acheter le même modèle pour... un prix double !!!!! Olé !!!

 

Echange de courriels, au bout d'une dizaine de mails infructueux je perds patience. Ah ! On a trouvé un appareil à m'envoyer !

 

Patatra (re) ! On me l'envoie au relais-colis de ma commune, mais il n'y est pas. Je proteste. Au bout de plusieurs couriels, à nouveau, on m'indique une adresse (incomplète, pas de numéro) dans une commune à une quinzaine de kms de la mienne. Je vais chercher, je sillonne la commune toute une apm, on m'indique deux relais-colis qui n'ont pas trouvé trace de l'envoi, et un autre qui, il y a encore un mois, était dépositaire des envois Amazon. Mais plus maintenant ! Bref, je reviens bredouille...

 

Je repars à la charge le lendemain, je marche partout, et là on m'indique qu'il n'y a pas de rue au nom indiqué, mais bien une route qui va dans la même direction... je la sillonne de part en part, inutilement, pas de relais-colis. En désespoir de cause, j'aboutis à un tabac qui me dit qu'il n'y a rien pour moi et qu'il ne connaît pas l'adresse donnée !!!

 

Total, deux apm perdues, 80 kms, et toujours rien.

 

A nouveau échange de courriels, mielleux et commerciaux, d'Amazon, pour... ne rien dire. J'ai même écrit au Transporteur (en ayant du mal à trouver la bonne adresse) ! Sans parler de tous les coups de fils, on me donne un nouveau numéro de colis, on m'inscrit pour une nouvelle commande du même objet, qu'il faut payer mais sans payer (!), et pour un objet identique mais... plus cher.

 

Toujours rien, qu'une vingtaine de courriels et d'appels téléphoniques de plus en plus aigre-doux. Plusieurs mois ont passé. De guerre lasse, je finis par accepter le remboursement.

 

Et là, je dois à nouveau attendre, attendre... A Amazon, on encaisse le chèque avant de traiter la commande, et pour le recevoir à défaut de livraison de l'objet commandé, il faut attendre, attendre, attendre... Hé hé, l'argent est placé, pendant ce temps-là, c'est tout profit pour cette sale boîte américaine !

 

Ca y est, au bout de cinq mois environ, à défaut d'objet, j'ai reçu mon chèque.

 

Bilan: 5 mois d'attente, des courriels et des appels téléphoniques, cent kms de trajet en trois déplacements, deux apm perdues, des fureurs rentrées, des attentes insupportables, et... pas d'objet.

 

Vous avez dit Amazon ? Moi, j'ai compris. Faites-en autant ! D'autant que c'est une boîte yankee... vous voulez enrichir le pays qui bombarde la planète entière pour voler les ressources qui ne lui appartiennent pas, vous ?

 

A titre indicatif, j'ai eu affaire à RueduCommerce. Ils s'engagent à n'encaisser les sous qu'une fois la commande partie, et à rendre ces sous en quinze jours si l'article est retourné. J'ai eu un suivi impeccable de la commande, l'objet à peine commandé est arrivé, et voilà une entreprise sérieuse. A vous d'en tirer les conséquences...

 

Quant à moi, Amazon, plus jamais !  eva R-sistons

 

 

N.B. : Il n'y aura pas de commentaires pour cet article; je les ferme, exceptionnellement.

Partager cet article
Repost0
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 03:28
Attali-trop-pvoir-achat.jpg
  
 
Reçu ce courriel,  
un tuyau qui rendra service à beaucoup ! 
eva
 
 
Salut,
Je t'envoie cet email car j'ai trouvé un super site
où trouver les meilleures affaires sur Internet :

 
 
Tout y est !
Vetements, électronique, alimentation, loisirs, etc...
il y a vraiment tous les meilleurs liens.
Grâce à ce site, on peut vraiment gagner beaucoup d'argent !

 
Vas vite y faire un tour
et visiter leurs liens,
 
c'est vraiment le top !
  
Partager cet article
Repost0
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 01:23




Constatant qu'une personne sur trois reporte des soins dentaires ou l'achat de lunettes et que presque autant s'endette pour se soigner,le Crédit municipal de Paris met en place des prêts à taux zéro en partenariat avec certaines mutuelles. Un crédit à taux zéro est sûrement mieux qu'crédit révolving,mais devoir s"endetter deux ans voire plus est tout simplement révoltant.

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 02:05
Ma voiture me rapporte 150 euros par mois !

n




Vous avez déjà croisé des voitures "brandées", repeintes au couleur d'une marque. Transformer son véhicule en panneau publicitaire peut rapporter de 70 et jusqu'à 500 € par mois ! Mais est-ce ouvert à tous ? Et, au-delà, est-ce moral ?

 

D’une inventivité extraordinaire, les publicitaires n’ont pas fini de nous surprendre…Avec la publicité par l’objet, stylos et porte-clés ont été très longtemps les supports privilégiés de marques en tout genre ou du numéro de téléphone du plombier du coin. Depuis quelques années, on voit apparaitre un peu partout une autre de forme de publicité, cette fois-ci plus participative, puisque nous devenons ambassadeurs des marques: la voiture publicitaire.

Nouveau concept de « street marketing », cette variante publicitaire verrait ses origines dater de 1993, lorsque pour la première fois une grande marque de soda aux couleurs bleu et noir fait recouvrir quelques bus de la ville de Seattle aux couleurs de son célèbre cola. La voiture, ce trou béant dans votre budget mensuel peut désormais vous rapporter de l’argent. Si vous souhaitez arrondir vos fins de mois, il faudra vous racheter une conduite : adeptes du doigt dans le nez au feu rouge ou conducteurs irascibles dans les embouteillages, il faudra bien vous tenir! Désormais tous les regards se porteront sur vous!

Le « car wrapping » ou recouvrement d’un véhicule avec des slogans et logos publicitaires arrive en force dans nos grandes agglomérations. De nombreuses sociétés se sont spécialisées en la matière, et sont à la recherche de véhicules destinés à recevoir les messages des annonceurs, contre rémunération. Mais attention, pour espérer arborer ces autocollants et autres peintures stylisées rémunératrices, vous devrez d’abord être sélectionné, ou plutôt votre voiture, pour vous voir ensuite gratifier d’un montant oscillant entre 50 euros et 500 euros par mois, selon le degré de recouvrement de votre automobile.

En effet, si vous êtes possesseur d’un tas de ferraille rouillé laissant s’échapper autant de gaz d’échappement qu’une centrale à charbon, il y a peu de chance que votre candidature soit retenue. Les conditions d’éligibilité répondent à des critères drastiques et il est évident que les annonceurs privilégient les voitures en très bon état qui, de surcroît, peuvent apporter une touche d’originalité. Ainsi, si vous êtes propriétaire d’une petite voiture ayant fait sa réputation sur sa compacité et son agilité en milieu urbain, alors vous partez avec pas mal de points d’avance.

Si vous êtes intéressé, contactez ces sociétés qui vous feront remplir un questionnaire par email et vous recontacterons, le cas échéant, pour participer à une campagne publicitaire, pouvant s’étaler de un à plusieurs mois. Voici quelques conditions sine qua non à la sélection:

-être majeur et titulaire du permis de conduire et assurer une bonne exposition du véhicule et donc de la publicité vantée. Ce qui exclut donc que votre véhicule regagne son garage chaque soir.

-si vous habitez une grande agglomération, un point supplémentaire. Le monde rural n’est évidemment pas un atout pour une forte exposition du véhicule aux yeux de potentiels chalands.

-autre condition et non des moindres, effectuer un kilométrage minimum par mois pour, là encore, solliciter le maximum de regards.

-un dernier point coulant de source, votre véhicule doit être en parfait état de carrosserie et maintenu propre, une publicité vantant une marque de lessive n’étant pas du meilleur effet sur un véhicule qui semble tout droit sorti du Paris-Dakar.

Une fois sélectionné, vous devrez bien évidemment signer un contrat stipulant la durée de la campagne, le taux de recouvrement du véhicule, le montant de la rémunération, le kilométrage impérativement parcouru chaque mois et autres conditions spécifiques au contrat.

Vous serez ensuite invité à rejoindre un centre spécialisé qui se chargera alors de recouvrir votre carrosserie des stickers énumérés dans les conditions contractuelles.

Pour la rémunération, tout dépend du taux de couverture de votre voiture, selon qu’elle sera partielle ou complète. Ainsi, pour reprendre les rétributions d’un prestataire contacté, vous pourrez espérer:

• environ 70 euros par mois pour la pose d’un vinyle sur votre pare-brise arrière

• entre 70 et 90 euros par mois pour le recouvrement de vos deux portières avant

• jusqu’à 150 euros par mois si vous faites recouvrir les quatre portières

• puis enfin jusqu’à 500 euros par mois si vous êtes le titulaire d’un contrat imposant la couverture totale de votre véhicule.

De toute évidence, la pose de ces stickers est sans risque pour votre véhicule, et si d’aventure une mauvaise pose venait à abimer votre véhicule, les frais liés à la remise en état seraient à la charge du prestataire vous ayant sollicité.

Philippe, 36 ans, a vu ses revenus mensuels s’étoffer de 340 euros par mois grâce à sa voiture « publicitaire »: « Quand ma copine m’a suggéré de postuler pour faire de ma voiture un panneau publicitaire ambulant, j’ai longuement hésité : me faire remarquer, ce n’est pas mon truc. Je dois avouer que la nécessité financière m’a poussé à accepter d’afficher sur ma voiture de ville le dernier forfait d’un grand opérateur téléphonique. Mais les revenus supplémentaires, qui m’ont permis de respirer financièrement, ont vite eu raison de ma discrétion. » Bien évidemment, les revenus issus de ce type de contrat sont à déclarer aux impôts, précise Philippe.

Il est vrai qu’afficher de la publicité jusque sur nos véhicules peut poser un problème éthique : jusqu’où accepterons nous de nous vendre ? Laisserons nous le capitalisme envahir jusqu’à notre vie intime ? Quel que soit le cas de conscience posé, ces contrats peuvent néanmoins procurer un bol d’air à ceux que la crise, dont on prévoit la fin pour 2010, n’a pas épargnés…

http://www.ecotidien.fr/2009/10/ma-voiture-me-rapporte-150-euros-par-mois/


___________________________________________________________________________________________



Le sandwich à 1 €uro: quel rapport qualité / prix ?

Neuf mois après la création de ce concept à Paris, Ecotidien a testé pour vous le sandwich "cheap and best"...

Chiffonnade de jambon blanc/beurre salé, concombre/fromage frais/menthe, tarama /sauce citronnée ou encore oeuf mimosa/concombre/tartare de tomates… Ces garnitures qui donnent l’eau à la bouche, on les trouve dans les sandwiches à 1 euro. A ce prix-là, c’est en réalité un mini-sandwich qu’on déguste (13 cm). Mais le concept est plutôt séduisant. « A l’origine, on s’est demandé ce qu’on pouvait avoir pour 1 euro. Et en fait pas grand-chose ! C’est à partir de ce constat qu’on s’est lancé le défi de faire un sandwich à un euro », explique Tania, manager. Et si le pari est en train d’être réussi, c’est au prix d’une négociation drastique avec les fournisseurs et d’une réduction significative des marges.

Pourtant, ces sandwiches n’ont rien à envier à leurs homologues des autres snacks. Le choix est limité à six produits, certes, mais l’originalité est là.  « Au début, je suis venu par curiosité. Mais je reviens de temps en temps, ça fait un repas pas cher qui permet de varier les goûts. C’est sympa », se réjouit Christophe. « Moi, ce qui me plaît, ajoute Sophie, une habituée, c’est la fraîcheur et l’originalité des ingrédients. C’est contre toute attente, plus élaboré que les sandwiches traditionnels. »

Les sandwiches sont préparés sur place à la demande avec des ingrédients frais. Comme le fromage/concombre/menthe. Une valeur sûre qui remporte chaque jour un succès fou. Excellent et très rafraîchissant en dépit du pain tiède. Cuit sur place (c’est un des bémols: il arrive congelé) en fonction du nombre de clients, il était encore chaud quand on m’a servi mon sandwich. Dommage, mais pas de quoi couper l’appétit !

La qualité du pain n’est pas extraordinaire mais ca passe très bien et pour le prix, c’est imbattable. Deuxième best-seller : le Parisien amélioré (chiffonnade de jambon blanc/beurre salé). Pas de surprise pour ce classique : c’est simple. Cela pourrait ressembler aux sandwiches faits à la maison, pour un coût équivalent et sans le souci de la préparation !

Même les sandwiches les plus chers restent une affaire tant les associations de goûts sont innovantes. Pour un ou deux euros de plus, on peut varier les plaisirs en optant pour un second sandwich (2 ou 3 euros).  Un prix qui permet de goûter à des ingrédients plus recherchés : sauce coco-citron, smoothie de figues ou d’avocat, crevettes, tartare de saumon etc. On apprécie particulièrement les feuilles de roquette dans presque toute la gamme à 2 et 3 euros. Un vrai régal.

A 3 ou 4 euros le repas, la note reste très abordable et laisse même un peu de place pour un dernier petit sandwich beurre/carré de chocolat pour le goûter. De bon augure car ces petits sandwiches, s’ils sont goûteux, ne sont pas très copieux.

Le gros point noir d’un déjeuner chez cette sandwicherie : le tarif low-cost ne s’applique qu’aux sandwiches. Les formules ne sont pas franchement avantageuses, et mieux vaut venir avec sa gourde ou attendre le retour au bureau pour étancher sa soif : la petite bouteille d’eau coûte deux euros. Autre souci pour les clients, la rançon du succès : l’enseigne installée dans le 9e arrondissement de Paris ne désemplit pas aux heures de pointe et il faut compter 20 minutes d’attente.

Malgré tout, le rapport qualité-prix est excellent et cette adresse mérite de figurer dans vos agendas.
Le concept fait d’ailleurs déjà des envieux. « Nous avons eu 500 demandes de franchises dans toute la France et même à l’étranger depuis l’ouverture en janvier, mais on ne peut pas encore les accepter. La loi nous impose au moins deux ans d’activité », insiste Tania.

Petite consolation pour les seuls Parisiens, les nouveaux rois du sandwich « cheap and best » cherchent un nouveau local dans Paris. Ouverture prochaine garantie. Pour les autres, il faudra encore patienter quelques mois.

Juliette Camuzard

________________________________________________________________________________________

Le SEL au secours du pouvoir d’achat

Connaissez-vous le SEL ? Avec le Système d’Echange Local, on achète et on vend sans argent... Nadia nous explique, en détails,  comment donner pour recevoir. Mode d'emploi.

Un lit à donner ou un déménagement à organiser ? Passez donc par le Système d’échange local (SEL) ! Crée dans les années 80 au Canada, le réseau fait ses premiers émules en France en 1994. Depuis, il a conquis de nombreux Français séduit par ce mode de consommation où l’argent n’est pas une préoccupation.

Et si l’argent n’était plus nécessaire à la consommation? Pour les adeptes du Système d’échange local (SEL), c’est une évidence. Le principe est plutôt simple : les adhérents du SEL – il y en a 300 en France- procèdent à des échanges de services. Pour un euro par mois, ils accèdent au groupe Yahoo propre à leur département ou arrondissement où chaque jour une dizaine d’annonces transite. Nadia, une assistante maternelle à la retraite, est adhérente d’un SEL depuis 14 ans. « Si j’ai besoin d’une aide informatique, je fais appel au SEL. On a un chéquier avec un numéro. Celui qui rend ce service indique sur son chèque qu’il m’a aidé pour 60 grains de sel. Je signe et à la fin de l’année, on fait les comptes.» Une condition quand même. « Ne pas être débiteur ! précise t-elle.
L’originalité repose sur l’absence de monnaie réelle. Ici, point d’euros. « Mais plutôt des grains de sel, des piafs ou même des minutes. » souligne Nadia. Et à l’écouter, parler d’argent serait presque tabou. « On n’a pas forcément besoin de parler d’euros. On évite même le sujet. Même si avec la crise, certains dérapent. » lâche t- elle. Car détrompez vous, les adhérents du SEL ne sont pas dans une logique purement économique. « On s’est lancé dans ce procédé d’abord pour se faire plaisir. C’est un mode de consommation plus sain mais attention ce n’est pas du troc !» tonne t- elle. En clair, un séliste pose votre carrelage, vous créditez son compte avec la monnaie de votre SEL.

Un point clé dans le réseau, restaurer le lien social tout en consommant.

Rachid, coordinateur social en Gironde, insiste beaucoup sur cet aspect. « Avec le SEL, on n’est plus dans un magasin où tu prend tout et n’importe quoi. Quand je vais réparer les fenêtres chez un papy, on est dans une rencontre, on se rend service…cela t’enrichit » explique ce séliste, tombé dans la marmite en 1996. Depuis, passer par le SEL pour lui est devenu une habitude presque un réflexe. Il faut dire que Rachid est plutôt curieux et surtout impliqué dans le réseau associatif. Et pour ce militant de gauche, le SEL est « un système monétaire sans risque. Je ne fais pas faillite. Si je pars un jour en ayant un débit de 500 grains de sel, je n’aurais ruiné personne. C’est une monnaie fictive » lance t-il, la voix pleine de conviction.

D’autant qu’avec la crise actuelle, les sélistes se remettent à évoquer l’argent habituellement, sujet proscrit des discussions. Comme Chantal, 71 ans, séliste parisienne depuis 2000. « Le SEL est un bon moyen de faire des économies dans le contexte actuel. » Avant d’ajouter, « j’ai hébergé un séliste il y a quelques temps. En contrepartie il a peint une pièce dans ma maison du Sud de la France». Quoi de plus concret comme économie ! Pour autant, le SEL reste un réseau d’initiés, loin de la consommation de masse. Si à Paris, il compte 1000 membres, en province, le réseau reste concentré autour de quelques adhérents. « A Montargis, nous sommes une dizaine.» confirme Nadia.

Pourquoi le SEL reste si peu connu alors que tout y est « gratuit » ? Parmi les raisons évoquées, la nécessaire connaissance du milieu associatif. Le SEL repose sur une vision solidaire de la consommation et bien souvent les sélistes sont très impliqués dans des actions citoyennes. «J’ai un réseau important, j’ai beaucoup voyagé et j’avais entendu parler du SEL. Une fois à la retraite, j’ai adhéré car je recherchais une aide en informatique» confie Chantal. Autre explication, la méfiance. Il faut bien le rappeler, un séliste est avant tout un inconnu. Alors pour se prémunir d’éventuels arnaqueurs, « les adhérents au SEL transmettent leurs coordonnées, numéro de police. Ainsi, les adhérents peuvent s’informer, ils ne vont pas à l’aveuglette » affirme Nadia.

Après tout, ça ne viendrait pas à l’esprit des 60 millions de Français, de dispenser gratuitement des cours de guitare, de proposer du jardinage ou même d’accueillir un inconnu chez soi ! A l’instar de la route des SEL d’ailleurs qui propose un hébergement en France et dans le monde entier. Enfin, adhérer au SEL c’est accepter de consommer mais aussi…de donner en échange. « On n’est plus dans la consommation unilatérale. C’est avant tout des échanges.» Plus besoin d’argent certes. Ici, il faut du temps et c’est encore une autre histoire…

Le SEL en chiffre :
Le SEL en France, c’est 350 groupes répartis dans près de 80 départements.
A l’échelle européenne, on en trouve un peu partout Italie, Allemagne, Espagne, Suisse…

Concrètement, comment adhérer au SEL ?
Inscription en ligne sur : www.selidaire.org. Pour obtenir les coordonnées du SEL de votre département, envoyez un mail à : secretariat@selidaire.org
Comptez 1 euro par mois pour l’adhésion.

Comment accédez aux groupes Yahoo?
En adhérant au SEL, vous êtes automatiquement rattaché au groupe Yahoo qui en dépend. Une condition quand même : avoir une adresse Yahoo.

Quels moyens pour être sûr de la fiabilité des autres membres?
Au moment de l’inscription, vous devrez transmettre coordonnées complètes et votre numéro de police. Pour se prémunir d’éventuels abus, le SEL a mis en place une charte de bonne conduite.

Combien d’offres en ligne transitent sur le groupe?
Parmi les échanges les plus importants, du matériel informatique, du mobilier neuf et même une voiture d’occasion !

Nadia Moulaï

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 15:29
21-09-2009

Et de 11...

kiwi

A l'occasion de mon onzième post sur ce blog, je souhaitais partager avec vous 11 principes, pratiques et "bonnes habitudes" qui me semblent essentielles pour vous sentir durablement mieux dans votre corps. Si tout ça vous paraît évident, c'est que vous avez probablement déjà une bonne hygiène de vie

1. Ne basez pas votre comportement alimentaire sur la résistance à la faim. Cela apprend à votre organisme à stocker. Ne sautez pas de repas, mangez à votre faim mais lentement et sans voracité.


2. Les boissons caloriques, si elles étanchent éventuellement la soif, ne vous rassasient pas. En consommer augmentera votre apport calorique. Buvez de préférence de l'eau et des boissons naturelles non caloriques. 


3. Le sommeil a une influence très importante sur l'hormone de la satiété (la leptine). Dormez bien et vous aurez moins faim la journée.


4. Pour éviter les carences qui mettraient votre santé et votre moral en danger, variez le plus possible les aliments et les cuissons.


5. Lisez les étiquettes: Evitez les graisses trans (huiles hydrogénées) et limitez les acides gras saturés. Attention à l'huile de palme.


6. Prenez le temps pour un bon petit déjeuner. Le soir, contentez-vous d'un repas plus frugal.


7. Les fruits et les légumes sont essentiels à votre santé: Consommez-en quotidiennement. Faites attention à leur index glycémique si vous souhaitez contrôler votre poids.

8. Orientez vous vers des pratiques alimentaires saines mais qui ne vous marginalisent pas.


9. Bougez: Faire du sport vous aide à garder un corps tonique. Le sport est aussi un moyen efficace d'augmenter votre dépense énergétique et de lutter contre certaines maladies.


10. Vos muscles vous aident à brûler de la graisse, même au repos. Entretenez les pour le bien de votre métabolisme de base.


11. Continuez à manger avec plaisir: choisissez vos aliments parce-qu'ils sont bénéfiques mais également parce-qu'ils vous plaisent. Que votre alimentation saine soit également une expérience sensorielle.

Bonne semaine à vous


http://happybody.skynetblogs.be/




Partager cet article
Repost0
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 10:59


Jeudi 3 septembre 2009
Voici une nouvelle recette basique, vite faite, à peu de frais et écologique. Mais avant tout, un petit rappel sur le calcaire afin de bien montrer l'inutilité d'acheter de l'adoucissant industriel.

Un adoucissant sert à neutraliser le calcaire, ou carbonate de calcium, de formule CaCO3, présent naturellement dans l'eau, dans des concentrations différentes suivant  les régions ... on parle d'eau plus ou moins dure ou douce.

Les problèmes que posent la dureté de l'eau sont les dépôts de calcaire (aussi appelés tartre) dans les robinets, les tuyauteries, les appareils électroménagers utilisant de l'eau (lave-linge), ...
Il est à noter que plus la température de l'eau est élevée, plus la formation de tartre s'accroît (phénomène bien connu sur les résistances de chauffe-eau par exemple).

Un autre inconvénient est que le linge lavé est rêche ... comme couvert de milliers de micro-pierres.

Alors, bien sûr, les industries chimiques et  bio proposent des produits qui visent à assouplir le linge ... sans adoucir l'eau et qui cumulent beaucoup d'inconvénients (plus ou moins si le produit est certifié) : les emballages, le prix, la chaîne mise en oeuvre pour la production, les rejets polluants, les risques allergiques ...

Le meilleur des adoucissants reste le classique vinaigre blanc ou cristal, additionné de quelques gouttes d'huile essentielle de lavande par exemple (c'est l'huile essentielle qui présente le moins de risques allergiques) ... il suffit d'en faire un bidon à l'avance et d'en verser de 2 bouchons à 1/2 verre en fonction de la qualité de votre eau à chaque lessive (dans le bac prévu à cet effet).
Vous ferez d'une pierre plusieurs coups en protégeant la machine à laver, en assouplissant le linge, en réduisant considérablement l'empreinte écologique de votre lessive et en faisant des économies ...

Pensez aussi à utiliser des cycles pas trop chaud (40°) le plus souvent possible pour économiser l'énergie et éviter la formation du calcaire !

Source

Et bien, j'utilise le savon noir un peu pour tout (le nettoyage des sols est par ici) et entre autre pour la lessive.

Pour cela, c'est tout simple, je mets l'équivalent d'une cuillère à soupe de savon noir mou pour 5 kg sur une chaussette par exemple, que je place au coeur du linge.

Pour les tâches de gras, sang, herbe, cols de chemises ou autre, j'applique directement du savon noir sur la tâche (1).

Pour éviter d'encrasser, rajouter un peu de vinaigre blanc à l'occasion ou lorsque vous faites votre lessive de blanc, 2 poignées de cristaux de soude (attention, pas de la soude caustique), car ils ont la vertu de raviver le blanc.

Pour la lessive, j'utilise du savon noir mou (en pâte) et pas liquide, toujours le même, le Marius Fabre ... mais vous pouvez faire un autre ch
oix ...
 
(1) : pas trop épais, et de suite mouillé à l'eau, car il peut rester une légère coloration verdâtre, ce serait dommage


Source


Pour d'autres trucs et astuces c'est
ICI

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-35612451.html
Partager cet article
Repost0
14 août 2009 5 14 /08 /août /2009 07:42



Une analyse au vitriol des sites gérés par le Service d'information du gouvernement


publié par liliM Avant-hier 11H40


Une analyse au vitriol des sites gérés par le Service d'information du gouvernement


05/08/09 - Intitulé "Saussez : 22 millions d'euros pour laisser dormir le web du SIG", un article publié sur Marianne2 passe en revue les sites du SIG qui "ronronnent sur des «actus» datant de l'année dernière, voire de 2003". Sont examinés le « Portail société de l'information Internet du gouvernement » internet.gouv.fr, dont une seule rubrique est à peu près à jour Stat@gouv (l'audience des sites gouvernementaux), Retraites.gouv et Fonction-publique.retraites.gouv, dont les dates de parution remontent majoritairement à 2003, Forum.gouv, forum de discussion propose aux internautes de donner leur avis sur les grands sujets de société dont le dernier sujet a été fermé en juillet 2008, et enfin Tabac.gouv qui ne semble pas avoir bougé d'un mot depuis sa mise en ligne. Et pourtant, en juillet 2008, on apprenait par le Canard Enchaîné que "Le patron du Service d'information du gouvernement (SIG) réclamait un budget de 22,4 millions d'euros en 2009 contre 5,7 millions en 2008 « pour redéployer l'Etat annonceur ». Soit une hausse de 292 %". A l'époque, il évoquait la création d'une télévision gouvernementale sur Internet, à l'image de celle mise en ligne par l'Elysée. Alors, à quoi sert l'équipe dédiée à cette activité, se demande l'article de Marianne. Le SIG  préfère concentrer ses moyens sur sa mission de surveillance de l'opinion publique à travers un réseau de veilleurs interministériels. "Les rendus sont destinés à nourrir la réflexion des cabinets ministériels dans leurs prises de décision et à les alerter lorsqu'une crise ou un embrasement numérique se prépare à cause d'une mesure annoncée". Alors, pourquoi perdre du temps à donner de l'information aux internautes lambda..., conclut l'article.
Par ailleurs, le site Internet de l'Elysée, qui dispose déjà de fonctionnalités Web 2.0, prendra la forme d'ici la fin de l'année d'une plate-forme d'échanges avec les citoyens. L'objectif est de toucher un électorat plus jeune, mais aussi affranchir la communication présidentielle du filtre des médias. Une cellule Internet de cinq personnes a donc été créée à l'Elysée pour refondre Elysee.fr en plate-forme d'échanges, qui devrait également être "un media leader qui produit de l'information", explique aux "Echos" Franck Louvrier, le conseiller en communication du chef de l'Etat.



> http:// www.marianne2.fr/Saussez-22-millions-d-pour-laisser-dormir-le-web-du-SIG_a181702.html?com

Source : reçu par mail de annuaire sécu


http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=5415

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2009 6 18 /07 /juillet /2009 06:41

argent-Moyen-Age.jpg

Au cours des deux prochaines années, vous assisterez à

la plus grande hausse du cours de l'or
de toute l'histoire des marchés... 

... Une envolée qui a toutes les chances
d'emmener le métal jaune
au-delà des 2 000 $

Continuez votre lecture pour découvrir
comment profiter de cette hausse sans plus attendre

 

Cher lecteur,

J'aimerais vous présenter le moyen d'investir dans la hausse des cours de l'or -- un moyen entièrement nouveau, qui vous permettra de profiter des gains... sans prendre de risques inutiles.

Ce service s'appelle L'Investisseur Or et Matières. Comme son nom l'indique, il vous permettra de vous positionner sur le secteur le plus porteur de ce début de 21ème siècle : les matières premières. Mais pas n'importe lesquelles...

Vous le savez, les marchés actions dégringolent... la crise financière et bancaire fait souffler un vent de panique sur les places mondiales... et la récession lamine l'économie de la planète.

Ce que vous ne savez peut-être pas, c'est que tous ces facteurs sont en fait bénéfiques à certaines ressources naturelles -- et parmi elles, l'or se trouve aux premières loges.

Dans quelques lignes, je vous montrerai pourquoi l'or doit absolument faire partie de vos investissements... comment faire pour profiter au maximum de sa hausse... quel autre métal précieux sur le point de grimper pourrait vous rapporter des plus-values spectaculaires... et pourquoi tous ces gains sont beaucoup plus simples que vous le pensez.

Et voilà la cerise sur le gâteau...

D'habitude, je fais payer les investisseurs pour leur révéler ces angles d'investissement "cachés". Mais aujourd'hui, vous pouvez profiter d'une offre exceptionnelle : si vous n'êtes pas convaincu, vous serez entièrement remboursé... et mes conseils auront été absolument GRATUITS.  

Comment ? Tout ça va devenir très clair dans quelques minutes.

Pour l'instant, répondons à la question que vous vous posez sûrement...

Pourquoi l'or -- et pourquoi maintenant ?

Vous vous rappelez la dernière fois où l'or a dépassé les 2 000 $ l'once ?

Jamais l'or n'est passé au-dessus des 2 000 $, vous dites-vous peut-être. Eh bien si !  

Revenons en 1971. L'or se vend 35 $. Mais Nixon brise les liens du métal jaune avec le dollar, et le cours commence à grimper. En 1975, il en est à 196 $. En 1980, on frôle les 850 $.

Seulement voilà : à l'époque, on pouvait également gagner l'équivalent de 27 000 $ par an... et vivre comme quelqu'un gagnant 100 000 $ aujourd'hui. On pouvait acheter 50 000 $ une maison qui en vaut 250 000 $ aujourd'hui. Avec 270 000 $ sur votre compte-épargne, vous pouviez prendre votre retraite avec l'équivalent d'un million de dollars actuels.

Comparer les prix de l'or autrefois à ceux d'aujourd'hui, c'est comme comparer des pommes et des pintades.  

iom2.gif

Si l'on calcule le cours en dollars actuels, l'or qui était à 196 $ en 1975 passe à 750 $. Quant au cours de l'or en 1980 -- lorsque le métal jaune a atteint son sommet à 850 $ -- il est à 2 176 $. Et ça, c'est juste ce qu'on obtient en utilisant les chiffres conservateurs de la Fed.

Maintenant, essayez un peu ce calcul...

L'or à 39 296 $ l'once !

Les Etats-Unis ont 8 133,5 tonnes d'or, selon les derniers chiffres du World Gold Council à décembre 2008 -- soit près de 261,5 millions d'onces -- dans leurs réserves.

Combien de dollars peut-on acheter avec autant d'or ?

Eh bien, en 1980, pour chaque once d'or aux Etats-Unis, le système financier faisait circuler 6 966 $. Cela fait un total de 1 800 milliards de dollars. En février 2006 le total réel de la masse monétaire américaine était de 10 276 milliards de dollars. Mais depuis le 23 mars 2006 les Etats-Unis ne publient plus leurs chiffres, et des estimations non-officielles envisagent même une masse monétaire avoisinant les 15 000 milliards de dollars. Et avec les récentes surexploitations de la planche à billet vert durant la fin du mandat de l'ancien président George W.Bush, ce chiffre n'est peut-être pas si fantaisiste.

Quoiqu'il en soit, en se basant sur le dernier chiffre officiel connu donné par les Etats-Unis, cela fait 39 296 $ en circulation pour chaque once d'or en réserve !

Bien entendu, on ne verra jamais l'or atteindre un tel prix.

Tout comme vous n'entendrez plus jamais -- depuis le 23 mars 2006 -- la Réserve fédérale américaine révéler la taille réelle de la masse monétaire américaine. Les chiffres sont si embarrassants que la Fed a annoncé qu'elle les "retirait" des futures déclarations !

Heureusement, vous n'avez pas besoin de l'aide de politiciens pour avoir une véritable idée de ce qui est en train de se produire.

Méga-tendance des métaux précieux :
2 graphiques... et une vérité

J'aimerais vous montrer deux graphiques.

Regardez les côte à côte...

iom3.gif

On pourrait utiliser des centaines de chiffres différents pour démontrer le pétrin dans lequel se trouvent les Etats-Unis. La hausse vertigineuse des dettes gouvernementales et personnelles. La chute abyssale de l'immobilier. La hausse spectaculaire du chômage. Les difficultés du secteur industriel. Les dettes gouvernementales "officieuses", en hausse constante, et qui pourraient atteindre jusqu'à 53 000 milliards de dollars.Et surtout, un déficit budgétaire qui devrait atteindre des records à 1 750 milliards de dollars pour 2009 -- et 1 171 milliards de dollars pour 2010 -- selon les prévisions de l'administration du nouveau président Obama. C'est tout de même 12,3% du PIB américain pour l'année 2009 !

Mais j'ai plutôt choisi ces deux graphiques très simples : la masse monétaire qui s'envole... et le pouvoir d'achat du dollar, qui chute comme une pierre depuis des décennies. 

Pourquoi ces deux courbes sont-elles si importantes ? Parce que les Etats-Unis sont au cœur d'un phénomène potentiellement dévastateur pour l'économie planétaire... mais qui provoquera également l'envolée des cours de l'or.

Ne vous laissez pas abuser par le rebond actuel du dollar. Il est purement conjoncturel -- le fruit de la panique des investisseurs face aux difficultés des marchés. Ce dont ils ne se rendent pas compte, c'est que la devise qu'ils prennent pour un "abri" est en fait un géant aux pieds d'argile... Voyez-vous, les autorités américaines mènent une "guerre secrète" depuis 20 et quelques années. Voyez-vous, les autorités américaines mènent une "guerre secrète" depuis 20 et quelques années.

Quelle guerre ? Pas l'Irak, ni le Kosovo ou l'Afghanistan.

Je vous parle là d'une autre sorte de guerre. Contre les ravages d'une économie morte et stagnante. La Fed, depuis toutes ces années, lutte désespérément contre la déflation -- une situation où rien ne bouge et personne n'achète quoi que ce soit.

L'arme de choix, dans cette guerre continue et secrète, c'est d'inonder le marché de liquidités et de crédit facile. Voilà pourquoi, depuis 1950, la somme totale de dollars en circulation a grimpé de plus de 3 000% !

C'est très simple : des injections régulières de liquide et de crédit donnent à tout le monde l'impression d'être riche. Selon une certaine théorie économique, lorsqu'on a du liquide et du crédit à taux bas, les entreprises empruntent et se développent. Les consommateurs empruntent et dépensent. Les ménages empruntent et achètent des maisons.

Et tout ça, c'est très bien... jusqu'à ce que tout tourne mal.

Voyez-vous, le problème, c'est que même la monnaie ne peut pas échapper aux lois naturelles de l'offre et de la demande. Lorsqu'il y a trop d'argent en circulation, chaque centime vaut moins par rapport à la masse générale. C'est l'inflation des prix. Et tout à coup, chaque centime que vous avez dans votre compte en banque voit sa valeur diminuer.

Actuellement, ce phénomène a déjà entraîné une chute de pas moins de 96% du pouvoir d'achat du dollar ! En d'autres termes, le dollar ne vaut plus que quelques centimes par rapport à ce qu'il valait il y a un siècle de ça. Ou même par rapport à ce qu'il valait la dernière fois que l'or a connu un boom, dans les années 70.

C'est tout ce qui reste de marge de manoeuvre avant que la planète n'assiste à la destruction complète du dollar -- ce qui entraînerait l'implosion du système monétaire mondial, dont le dollar est le pivot.

Est-ce que cela pourrait se produire ? Oui. Voyez ce qu'en pensait Ben Bernanke, président de la Fed, dans un discours au National Economists Club, à Washington, en novembre 2002... 

"Comme l'or, les dollars n'ont de valeur que dans la mesure où leur offre est strictement limitée. Mais le gouvernement américain possède une technologie, appelée planche à billets (ou son équivalent électronique aujourd'hui) qui lui permet de produire autant de dollars qu'il le souhaite quasiment sans frais... Nous concluons que, sous un système de monnaie fiduciaire, un gouvernement déterminé peut toujours générer une hausse des dépenses -- et donc une inflation positive".

En d'autres termes, si vous voulez lubrifier une économie... faites marcher la planche à billets et rendez l'emprunt aussi facile que possible, à des taux d'intérêt très très bas. Et aujourd'hui, les taux sont passés quasiment à zéro... tandis que la Fed a commencé à imprimer de l'argent à tour de bras pour tenter de lutter contre la déflation.

Mais il y a un petit souci... c'est que le remède est pire que le mal. Inonder le marché d'argent facile, c'est un peu comme brûler vos meubles pour vous tenir chaud au beau milieu d'une tempête de neige ! Je préfère croire qu'un économiste plus intelligent encore, Ludwig von Mises, a vu juste... Inonder le marché d'argent facile, c'est un peu comme brûler vos meubles pour vous tenir chaud au beau milieu d'une tempête de neige ! Je préfère croire qu'un économiste plus intelligent encore, Ludwig von Mises, a vu juste...

"Il n'y a aucun moyen d'éviter l'effondrement final d'un boom provoqué par l'expansion de crédit. La seule alternative, c'est de voir la crise arriver tôt, suite à l'abandon volontaire de l'expansion de crédit, plutôt que tard, sous la forme d'une catastrophe finale et totale pour le système monétaire concerné".

Grâce au crédit facile, la dette de consommation a augmenté aux Etats-Unis. Elle atteignait environ 10 000 milliards de dollars lorsque Greenspan a pris les rênes de la Fed en 1987. A présent, elle se monte à 2,56 milliers de milliards de dollars !

Pendant ce temps, le gouvernement dépense et s'endette encore plus rapidement. Durant la présidence de George W. Bush, l'administration US actuelle avait déjà dépensé plus d'argent depuis 2000 que tous les gouvernements passés à la Maison-Blanche depuis George Washington. Et ce n'est pas près de s'arrêter avec l'administration Obama... D'ici 2017 -- selon la Heritage Foundation -- les déficits fédéraux devraient grimper d'au moins 1 000 milliards de dollars par an. Après ça, ils passeront à 2 000 milliards de dollars.

S'il y a un carrefour sur la route
vers la catastrophe...
nous venons de le franchir !

La Fed et les autorités américaines sont au pied du mur. Elles n'ont pas d'autre choix : pour lutter contre la récession actuelle, elles doivent imprimer des dollars... et maintenir les taux d'intérêts au plus bas possible.

Mais voilà : une baisse des taux entraînera un effondrement encore plus grave du dollar. Une dette de crédit plus élevée encore. Et encore moins de confiance en l'économie US à l'étranger. Lorsque tous les détenteurs d'obligations de la planète verront les Etats-Unis désintégrer leur base économique, le doute n'est pas permis : ils se débarrasseront du dollar à pleines brassées.

Tous les ingrédients seront alors réunis pour propulser l'or à 2 000 $.

Et quand cela se produira, le métal jaune ne sera pas le seul bénéficiaire...

Encore mieux que l'or... L'ARGENT !

Je parle là des immenses profits que vous pourriez engranger lorsque l'argent-métal s'envolera dans les mois qui viennent. Voyez-vous, l'or se vendait autrefois environ 30 fois le prix de l'argent. En 1991, il vous fallait 98 onces d'argent pour acheter une once d'or.

Mais depuis quelques années, les choses changent : la tendance du ratio or/argent s'inverse. Alors que nous sommes partis de 80... nous sommes arrivés à 50 -- et je suis convaincue que le ratio va continuer à baisser en faveur de l’argent.

40... 30... 20... jusqu’où peut aller son potentiel de rattrapage ? Eh bien... que pensez-vous du chiffre 16 ?

En 1980, lorsque l’or atteignait son plus haut niveau autour de 850 $ l’once, le ratio n’était que de 16. L’or n’était que 16 fois plus cher que l’argent.

Même chose à la fin des années soixante. Le ratio était de 16. C'est tout à fait logique, si on y réfléchit un peu : du strict point de vue fondamental, il y a 16 fois plus d’argent que d’or dans notre bonne vieille écorce terrestre. C'est aussi simple que ça...

Et devinez combien vaudrait l’argent aujourd’hui si on lui appliquait ce ratio ?
Une once d'argent coûterait dans les 40 $. Sachant qu'elle vaut aux alentours de 13 $ actuellement... cela représenterait un gain de plus de 200% -- plus de trois fois le capital de départ !

Et vous pourriez gagner encore plus.

Il suffit de regarder certains fondamentaux...

  • La dynamique offre/demande de l'argent semble encore meilleure maintenant que pour tout autre métal -- or et platine compris.

  • Mais attendez... la popularité croissante de la photographie numérique ne signe-t-elle pas l'arrêt de mort de la demande d'argent ? Pas du tout -- 8% seulement de la demande mondiale d'argent-métal provenait du marché de la photographie.

  • Bon nombre d'investisseurs amateurs ne réalisent pas que l'argent est l'un des meilleurs conducteurs électriques au monde. Il ne se corrode pas comme d'autres métaux. Quasiment tous les interrupteurs électriques modernes, des batteries aux circuits informatiques, utilisent des soudures à base d'argent.

  • Cela signifie qu'il faut de l'argent métal pour fabriquer des appareils numériques. Des iPods. Et des ordinateurs portables. Sans parler des lave-vaisselle, des micro-ondes, des télévisions, des machines à laver, des réfrigérateurs, et ainsi de suite.

  • A lui seul, le secteur de l'électronique utilise 44% de tout l'argent produit chaque année.

  • Il faut de l'argent pour souder la plupart des tuyaux métalliques, parce qu'il résiste également aux températures élevées. Et il est lisse. Ce qui a également contribué à la hausse de la demande d'argent, parce que c'est un excellent lubrifiant pour les moteurs d'avions.

  • L'argent a aussi des propriétés anti-bactériennes. L'eau que vous buvez a été filtrée par de l'argent. Il sert au processus de traitement des plats préparés.

  • Le secteur des plastiques, lui aussi, ne pourrait exister sans l'argent-métal. Il représente le catalyseur chimique parfait. On l'utilise pour fabriquer des adhésifs et des surfaces résistantes à la chaleur, en passant par des jouets, des pièces automobiles et bien d'autres choses encore.

  • Et je ne parle même pas de la demande en joaillerie, qui absorbe pas moins de 30% de la production annuelle d'argent.

Je pense que de beaux profits sont à venir, à mesure que l'argent suivra l'or à la hausse.

Warren Buffett, George Soros et Bill Gates se sont tous positionnés sur l'argent. Que savent-ils que les autres investisseurs ignorent?

Il n'y a que 22 mines d'argent pur dans le monde. Depuis plus de 15 ans, elles ne parviennent pas à répondre à la demande totale d'argent. Ces dernières années, le déficit se montait à près de 76 millions d'onces.

Pourquoi les prix de l'argent-métal sont-ils restés si bas, dans ce cas ?

Aujourd'hui, vous payez votre argent-métal 66% plus cher qu'en 1999. Mais l'argent, comme l'or, est un métal que les gouvernements possèdent dans leurs réserves. Et ces dernières années, ils se sont débarrassés de millions d'onces d'argent pour obtenir des liquidités.

Mais désormais, une bonne partie des réserves s'est évaporée.

En plus, contrairement à l'or, lorsque l'argent passe dans le circuit industriel, il est consommé. Le monde avait autrefois 2,2 milliards d'onces d'argent. Aujourd'hui, il ne reste plus que 300 millions d'onces.

L'or n'est que cinq fois plus rare que l'argent. Que se passerait-il si les ratios de prix or et argent s'équilibraient eux aussi ? Le prix de l'argent-métal grimperait en flèche, de plus de 1 124% !

Lorsque le ratio or/argent se rééquilibrera,
ce sera le moment d'encaisser vos gains !

Tout ce que vous avez à faire, c'est de trouver le moyen d'investir dans le boom de l'argent avant que les prix ne s'envolent.  

Je vous donnerai tout ce dont vous avez besoin dans L'Investisseur Or et Matières. Vous y découvrirez des recommandations concrètes et ultra-pointues sur des mines ayant un bel avenir... mais aussi des conseils pour vous positionner sur les meilleurs fonds d'investissement en métaux précieux... ainsi que des techniques de plus court terme qui vous aideront à tirer de ces opportunités des gains dignes d'investisseurs professionnels !

Vous trouverez tous les détails pour vous inscrire en toute simplicité ici même.

Mais avant de vous précipiter...

Permettez-moi de passer aux aveux :
Pourquoi j'aime... l'or

Je m'appelle Simone Wapler.

Et j'adore l'or. Ce n'est pas un secret. J'ai toujours aimé l'or.

En fait, voilà quelques années que je me spécialise dans ces marchés. Pas uniquement l'or, mais toutes les opportunités basées sur les matières premières. Et je peux vous assurer qu'elles ont permis pas mal de gains.

En ce moment, cependant, je pense que vous ferez des gains encore plus importants sur l'or que quiconque en a fait durant le dernier méga-boom, qui a mené au sommet record de 1980.

Rien que l'an dernier, un petit groupe d'investisseurs ayant bénéficié de mes conseils a déjà engrangé des gains considérables grâce à l'étonnante réapparition de l'or sous les feux de la rampe.

Je vous parle là de gains de l'ordre de +137,5% grâce à Bolsini Gold ou encore +78,57% sur Rochester. Et l'or n'est pas le seul concerné ! La hausse de l'uranium m'a permis un gain de 171,5% sur UrAsia... un autre de 43,44% sur UraMin... une plus-value de 50,94% sur Nufcor... 16,67% avec BG Group... ou encore 42,10% sur Potash One...

Je suis heureuse de voir que ma stratégie fonctionne. Et je suis tout aussi heureuse d'avoir aidé d'autres investisseurs à développer une passion pour l'investissement en matières premières. Mais je me trouve soudain dans une situation très étrange.

Tout à coup, tout le monde adore l'or.

On en entend parler dans les journaux. Et à la télévision grand public. Est-ce une raison pour en acheter ? Absolument pas. Pas plus que vous ne devriez acheter n'importe quel investissement simplement en vous basant sur la folie sous-jacente, encore attisée par les médias.

Alors pourquoi est-ce que je vous écris aujourd'hui en vous PRESSANT de vous positionner sur l'or ? La question est très pertinente, et la réponse très simple.

Voyez-vous, folie boursière ou non, j'ai les données permettant de prouver que ce qui se présente n'est pas un coup de hasard. Et ces données me disent, sans le moindre doute, que nous sommes en route pour ce qui pourrait être la plus grande envolée du cours de l'or de toute l'histoire des métaux précieux.

Avec les recommandations que je vous donnerai dans L'Investisseur Or et Matières, vous pourrez non seulement renforcer votre patrimoine actuel... mais vous aurez également une occasion unique d'accumuler une petite fortune dans les mois qui viennent.

Quelques minutes suffiront pour vous convaincre. Et voici une raison supplémentaire d'agir rapidement...

Méga-tendance des métaux précieux :
Le jeu secret de la Chine

Fan Gang, directeur de l'Institut national de recherches économiques de la Chine, se tenait devant une pièce pleine à craquer au Forum mondial de l'économie à Davos, en Suisse.

Et ses déclarations étaient très claires...

"Le dollar US n'est plus, selon nous, une devise stable. Il se dévalue sans arrêt, et sans arrêt cela cause des problèmes. La véritable question est donc de savoir comment changer de régime pour passer d'un lien avec le dollar à une référence plus facilement gérable, comme l'euro, le yen... ce genre de systèmes plus diversifiés..."

Et la Chine n'est pas la seule à se détourner du billet vert. La Malaisie abandonne elle aussi le dollar. Ainsi que l'Indonésie. Et la Thaïlande. Voire le Japon. Mais qui pourrait les en blâmer ?

A eux seuls, la Chine et le Japon possèdent environ 906 milliards sur les 1 100 milliards de dollars de bons du Trésor US détenus à l'étranger.

Mais un dollar faible, c'est un actif qui disparaît. Pour les Chinois, cela commence à ressembler à une gigantesque montagne de risque. Yu Yongding, qui siègeait au Comité de politique monétaire de la Banque centrale chinoise, avait déclaré au China Securities Journal qu'il s'inquiétait de la possibilité de voir les Etats-Unis baisser leurs taux, ce qui mettrait sous pression le dollar et le yuan.

"Plus grave", avait-il déclaré, "l'économie chinoise serait heurtée de plein fouet si le dollar US s'affaiblissait soudain à cause de facteurs comme l'effondrement de la bulle immobilière américaine. La perte causée aux réserves de change chinoises serait extrêmement sérieuse".

Ils n'auront pas à attendre bien longtemps -- regardez ce qui est en train de se passer en ce moment même sur les marchés immobiliers US... dans le secteur du crédit... et ce que cela entraîne sur les places boursières.

Publiquement, la Chine parle de convertir une partie de ses réserves de change, du dollar vers l'euro. Et cela pourrait arriver. Mais l'euro n'est que du papier, lui aussi... et a ses propres problèmes de dette à régler.

La véritable histoire, c'est que la Chine transforme discrètement ces dollars... vous l'aurez deviné... en OR.

La Chine a déjà liquidé environ 2,4% de ses réserves de dollars pour acheter de l'or. Ce dernier s'est toujours mieux comporté que le dollar. En fait, depuis des siècles, l'or se comporte mieux que n'importe quelle devise fiduciaire.

Le 28 décembre 2005 -- le même jour que l'inversion de la courbe des rendements dont je vous parlais plus haut -- un économiste de la plus grande société de courtage chinoise, China Galaxy Securities, a discrètement laissé entendre que la Banque centrale chinoise projetait de quadrupler ses réserves d'or dans un futur proche.

La Banque du Japon a également parlé d'augmenter ses réserves d'or. Idem pour les banques centrales d'Afrique du Sud, d'Argentine et de Russie. En fait, la Russie a déclaré qu'elle ferait passer la part de l'or dans ses réserves financières totales de 5% à 10%.

C'est le double de ce qu'elle détient actuellement.

Des chiffres rapportent même que la Russie est passée de 387 tonnes d'or en 2005 à 463 tonnes depuis le second semestre 2008.

Pour y parvenir, la Russie devrait absorber sa propre production aurifère tout entière sur les trois prochaines années. Cela fait une très longue période durant laquelle le monde devrait se passer de la production aurifère russe...

Et beaucoup d'autres pays suivent cette tendance : le Kazakhstan, qui est passé de 20 tonnes d'or en 1993 à 69 tonnes à la fin 2008... l'Algérie, qui a atteint un pic à 174 tonnes, alors qu'elle n'en possédait que 14 en 1991... ou encore l'Ukraine qui ne possédait pas du tout d'or en 1992 et en détient désormais 26 tonnes dans ses réserves à fin 2008...

De nouvelles rumeurs sur l'or russe ou sur les réserves de la Chine pourraient faire grimper le cours de l'or du jour au lendemain. Soyez prêt à en profiter dès que possible...

Et avant que vous ne le fassiez, voici une autre méga-tendance qui a de beaux jours devant elle...

Méga-tendance des métaux précieux :
Préparez-vous au "PEAK GOLD" !

Vous avez entendu parler du Peak Oil -- le pic de la production pétrolière, et l'inévitable déclin qui s'ensuit.

Eh bien, préparez-vous au Peak Gold -- le pic de l'or.

Je vous parle là du moment où on atteint le sommet de la quantité d'une ressource naturelle que la Terre peut fournir. Avec le pétrole, ce seuil a déjà été dépassé aux Etats-Unis. A l'échelle planétaire, nous devrions dépasser le sommet de l'offre mondiale de pétrole durant cette décennie. Les prix de l'énergie ont déjà grimpé en conséquence.

Eh bien, le Peak Gold, c'est à peu près la même chose. Il ne s'agit plus de politique, ni même de devises... mais simplement de la quantité d'or non traitée, ou encore sous terre. L'or était déjà rare, mais il le devient de plus en plus. Et plus nous en extrayons, plus il se fait rare.

Il devient déjà beaucoup plus difficile d'obtenir un or de bonne qualité, alors qu'il était beaucoup plus facile à trouver jadis. Par exemple, les mineurs trouvaient autrefois de l'or dans les rivières. Aujourd'hui, si l'on veut trouver assez d'or pour un simple anneau de mariage, il faut écraser jusqu'à 20 tonnes de rochers !

Et rappelez-vous que l'or ne sert pas uniquement aux bijoux, aux pièces ou aux lingots.

L'or passe dans les ordinateurs, les téléphones cellulaires et les satellites. On l'utilise pour les lasers médicaux, les lasers industriels et les vaisseaux spatiaux. Il joue un rôle majeur dans la recherche médicale. On l'utilise même pour traiter certaines maladies.

Que se passe-t-il lorsque la demande augmente mais que l'offre chute à pic ?

Les prix grimpent !

Aujourd'hui, la production aurifère est en baisse dans 11 des 20 principaux pays producteurs d'or... y compris en Afrique du Sud, aux Etats-Unis et en Australie, les trois plus grands producteurs d'or au monde. Cela suffit à enlever 36% de l'or nouvellement extrait de l'offre mondiale.

En plus, huit des 15 plus grandes sociétés de mines aurifères ont également vu de grosses chutes de production. Six de ces entreprises font partie des dix plus grands producteurs d'or au monde.

Les nouvelles lois environnementales et 20 années de sous-investissements n'aident pas vraiment. Mais c'est surtout la géologie qui conspire contre les mineurs. Personne ne peut plus trouver de grands gisements aurifères -- on dirait qu'ils ont tous été épuisés.

Pourtant, avec la récente hausse des cours, on cherche et on s'active. De nouveaux forages apparaissent. De nouvelles tonnes de pierres sont passées à la moulinette. Mais jusqu'à présent, la qualité moyenne de l'or trouvé a baissé.

Les endroits les plus simples de l'univers aurifère -- les gisements faciles à atteindre et les mines les plus riches -- ont commencé à disparaître. L'or est déjà rare -- mais il se fait de plus en plus rare de jour en jour. Cela implique des gains spectaculaires -- surtout si vous vous positionnez sur les valeurs que je vous recommanderai dans L'Investisseur Or et Matières.

Je vous conseille donc d'agir aussi rapidement que possible !

Voici comment faire -- mais n'attendez pas...

Le moment est venu de vous en dire un peu plus sur L'Investisseur Or et Matières, et tout ce qu'il fera pour vos investissements. Cela fait des mois que je travaille à ce projet avec l'équipe éditoriale des Publications Agora -- et je dois avouer que je suis assez fière du résultat. Parce que ce service est vraiment unique en son genre.

Voyez-vous, l'un des problèmes auxquels se heurtent les investisseurs en matières premières aujourd'hui, c'est le manque de conseils vraiment spécialisés.

Bien sûr, vous pouvez toujours vous positionner sur quelques grandes minières, ou sur des actions dépendant du secteur des matières premières... mais qu'en est-il des sources moins connues -- et souvent beaucoup plus profitables  -- des sources qu'exploitent les investisseurs professionnels ou les initiés ?

Je vous parle là des juniors minières par exemple... des certificats... des warrants... ou, plus simplement, des ETF et autres fonds d'investissement spécialisés : autant d'opportunités de gains littéralement ignorées par la majorité des investisseurs en matières premières.

Eh bien, plus maintenant.

Parce qu'avec L'Investisseur Or et Matières, je vous invite à explorer ce monde de plus-values potentielles. Je m'engage à détecter pour vous les meilleures occasions, les placements les plus pointus, les tendances les plus profitables... tout en vous indiquant comment limiter les risques.

Et si vous êtes prêt à me suivre, je peux vous assurer que le voyage sera aussi passionnant qu'enrichissant -- dans tous les sens du terme. Très concrètement, voilà comment nous procéderons...

- Toutes les semaines, je vous enverrai par e-mail un bulletin complet, qui vous présentera l'opportunité de la semaine : une recommandation concrète et détaillée, qui vous permettra de vous positionner le jour même. Bien entendu, l'or et l'argent figureront en bonne place... mais pas question de passer à côté d'autres opportunités tout aussi spectaculaires. Pétrole, uranium, énergies alternatives... toutes les matières premières sont bonnes à prendre -- tant qu'elles présentent les meilleures chances de vous faire faire des gains.

- Comme je vous le disais plus haut, je ne me contenterai pas de vous recommander des actions : fonds d'investissement, ETF, certificats, warrants, futures... Mon but est très simple : faire des plus-values sous quelque forme que ce soit. Je ne m'interdirai pas non plus de jouer la hausse -- et la baisse, grâce à une catégorie de certificats bien particulière. En fait, je pars du principe qu'on peut faire des gains quelles que soient les conditions de marché. Pourquoi vous en priver ?

- Vous trouverez aussi des stratégies de trading sur l'or physique qui vous permettront de faire des allers-retours sur le métal jaune. Vous pourrez ainsi capter tout son potentiel à moyen terme (quelques semaines environ) -- et surtout, jouer la hausse comme la baisse des cours. Notre spécialiste de l'analyse technique, Marc Dagher, vous dira à quel prix vous positionner, quels sont les objectifs et quels seuils de sécurité fixer. En plus de profiter de la hausse de long terme... vous aurez donc toutes les clés en main pour faire aussi des plus-values à court terme !

- Ceci dit, il n'est pas question de vous retrouver avec des dizaines et des dizaines de positions en portefeuille , ou des transactions si rapides que vous devez passer la journée devant votre ordinateur pour les suivre. Non, vous pouvez compter sur trois à quatre nouvelles recommandations par mois, sur un horizon d'investissement de trois à six mois, pour que mes conseils aient le temps de se concrétiser.

- Et je ne vous laisserai jamais dans le flou. Toutes mes recommandations sont suivies jusqu'au bout : je vous donne tout ce qu'il vous faut pour vous positionner, bien entendu, du code de la valeur au seuil d'achat... mais je vous indiquerai également un seuil de sécurité, et l'objectif à atteindre. J'irai même jusqu'à vous envoyer une alerte spéciale lorsque le moment de vendre est venu. Vous n'avez vraiment plus qu'à vous laisser guider... et engranger les profits quand je vous le signale.

- Le marché des matières premières étant ce qu'il est, certaines de mes recommandations se trouvent sur des places étrangères. C'est ainsi que les choses fonctionnent, et je n'y peux absolument rien -- si vous voulez les meilleures opportunités de gain, il faut en passer par là. Mais je peux vous assurer que je vous simplifierai les choses autant que possible. Je vous indiquerai les codes précis, le nom du marché concerné, les précautions à prendre si nécessaire... j'irai même jusqu'à vous recommander des courtiers dont la fiabilité et l'accessibilité sont prouvées. Vous verrez : investir à l'étranger n'est pas si difficile que vous le pensez !

- Je voudrais également préciser que mes conseils et recommandations sont destinés à tous les profils d'investisseurs ; cependant, pour vous aider à vous y retrouver, une signalisation claire vous montrera quelles valeurs sont plus spéculatives... et lesquelles sont à garder tranquillement au fond de votre portefeuille -- en attendant les gains !

- Autre chose : tous les mois, vous retrouverez notre rubrique numismatique. Investir sur les marchés, c'est bien... mais vu les conditions actuelles, il faut aussi avoir du concret, du solide, bref, des pièces que vous pourrez conserver quoi qu'il arrive. Bruno Collin, qui connaît le marché des pièces sous tous ses aspects (économique, historique, iconographique, technique et bien sûr investissement et objets de collection), vous conseillera pour que vous puissiez investir en tout connaissance de cause sur les pièces en or, mais aussi en argent ou en platine. Comment détecter le potentiel des pièces, lesquelles acheter et comment les acheter, les pièges à éviter... le monde de l'or physique n'aura plus de secrets pour vous !

- Un dernier avantage : dans chaque bulletin de L'Investisseur Or et Matières, vous trouverez une mise à jour complète du portefeuille, avec un suivi des positions en cours. Vous trouverez également des analyses complètes sur l'actualité et ce qu'elle signifie pour nos investissements. Et je vous indiquerai même les deux valeurs à choisir en priorité parmi celles que nous avons en portefeuille : vous pourrez ainsi vous positionner quel que soit le moment où vous nous rejoignez, sans avoir à acheter toutes les positions ouvertes.

Tout ça, c'est juste ce que vous trouverez toutes les semaines dans un bulletin "normal". Mais L'Investisseur Or et Matières, c'est aussi...

  • Des alertes d'achat qui vous avertiront dès qu'une valeur a atteint notre seuil d'achat : vous pourrez donc vous positionner au moment idéal.

  • Des alertes de vente : chaque fois que nous vendons une valeur, je vous enverrai un petit message correspondant. Vous n'aurez donc même pas à surveiller le cours... il vous suffira de suivre mes instructions.

  • Des alertes de suivi : entre deux bulletins hebdomadaires, il peut arriver que l'actualité s'accélère... et entraîne un changement dans notre portefeuille. Annonce de résultats, changement de cours d'entrée, prise de bénéfices partiels -- à chaque fois qu'une valeur est concernée, je vous préviendrai. Vous saurez ainsi toujours à quoi vous en tenir pour toutes les valeurs en portefeuille.

Et pour vous souhaiter la bienvenue dans le cercle de L'Investisseur Or et Matières, j'aurai également le plaisir de vous offrir un cadeau indispensable pour vous lancer. Il s'agit de L'Investisseur Or et Matières : mode d'emploi -- un guide complet en deux volumes sur mon service, ma méthode et ma vision de l'investissement. Ce livret vous donnera tous les détails sur L'Investisseur Or et Matières et ce qu'il fera pour vos investissements. J'y passe en revue les perspectives de l'or et des matières premières... et les manières d'en faire profiter votre portefeuille. Vous saurez également tout sur l'or physique et le trading sur l'or physique. A lire absolument avant de commencer à suivre mes conseils !

Pourquoi tout ça ?

Parce que, bien entendu, je voudrais que vous fassiez quelque chose pour moi en échange...

Je voudrais que vous essayiez mes meilleures recommandations pendant 4 semaines

Si vous avez lu ma lettre jusque là, j'en déduis que vous êtes comme moi. Vous savez -- comme moi -- qu'un million d'actions dot.com ne vaut plus grand'chose aujourd'hui...

... mais que, par contre, les matières premières comme le cuivre... le coton... le platine... l'argent... le gaz naturel... l'acier... le pétrole... le charbon... et en particulier l'or ont une valeur réelle et tangible pour la civilisation.

Et c'est exactement le contenu de mon service de conseils, L'Investisseur Or et Matières.

Alors que les actions chutent ou peuvent s'effondrer... l'humanité ne peut pas exister ou fonctionner plus de quelques semaines, quelques jours -- voire quelques heures dans certains cas -- sans les matières premières essentielles.

Du pétrole à brûler... des terrains où construire... des tuyaux et des câbles de cuivre dans nos murs... des circuits pour nos ordinateurs... de l'électricité pour alimenter nos lampes, nos appareils électriques, internet... du bois, de l'acier et des céréales... sans parler de métaux précieux comme l'or et l'argent pour nous aider à protéger notre richesse.

Les ressources naturelles m'ont déjà permis d'engranger des gains de 171,5%, 43,33%, 50,94%, ou encore 42,10%, 16,67%, 78,57%, 137,5%... et bien d'autres encore.

Ce que j'aimerais à présent vous demander -- en retour de votre cadeau de bienvenue, de vos bulletins, de vos alertes e-mail et tout le reste -- c'est simplement d'essayer L'Investisseur Or et Matières pendant quatre semaines.

Laissez-moi vous montrer jour après jour les matières que je surveille, les investissements que je recommande et la méthode de sélection que j'applique pour les recommandations de L'Investisseur Or et Matières.

Nous renforcerons notre richesse en toute sécurité grâce aux investissements dans les métaux précieux.

Et je vous montrerai également de nombreux autres moyens de profiter du boom des matières premières -- métaux, bien entendu, mais aussi énergie, céréales...

Voilà comment ça fonctionne...

Ma garantie "Satisfait ou 100% remboursé"

Au début de cette lettre, je vous disais que je vous garantissais que l'or grimperait largement au-dessus de ses niveaux actuels. De toute évidence, je n'ai pas le contrôle des marchés de l'or, ou bien vous en auriez déjà entendu parler au journal de 20 h !

Mais j'ai le contrôle sur une autre chose : ce que je pense être la meilleure source de conseils et de recommandations sur les matières premières -- L'Investisseur Or et Matières.

Je voudrais vraiment que vous puissiez en profiter -- si bien que je vous propose un mois d'essai, satisfait ou 100% remboursé. Lorsque vous vous inscrirez, nous vous facturerons 154 euros -- ce qui représente un quart du total de 616 euros. Et si pour quelque raison que ce soit vous n'êtes pas complètement satisfait de L'Investisseur Or et Matières à la fin du premier mois, je vous rembourserai jusqu'au dernier centime -- l'intégralité des 154 euros que vous aurez versés.

Vous aurez donc un mois complet pour essayer le service au quotidien : vous pourrez participer à toutes les recommandations de mon système, recevoir tous vos bulletins, lire vos alertes et découvrir votre cadeau de bienvenue. Pour en profiter, il suffit de cliquer ici.

Je suis prête à vous faire cette offre d'un mois parce que je suis convaincue que vous verrez rapidement le potentiel des matières premières... et l'efficacité de L'Investisseur Or et Matières pour vous aider à en profiter.

Ensuite, 154 euros seront débités automatiquement de votre carte bancaire tous les trois mois, et ce jusqu'à ce que vous souhaitiez arrêter.

Bien entendu, si vous le souhaitez, vous pouvez également décider de vous abonner directement, et régler les 616 euros par chèque -- dans ce cas, il vous suffit d'envoyer votre paiement, libellé à l'ordre des Publications Agora, à l'adresse suivante :

Publications Agora - Libre Réponse 38099 - 75919 Paris Cedex 19

Vous n'avez même pas besoin de mettre un timbre ! Et bien entendu, votre période d'essai reste valable : pendant le premier mois de votre adhésion, vous pouvez arrêter à tout moment et recevoir un remboursement intégral de la somme versée.

J'espère que cela vous semble équitable.  

Plus important... j'espère que vous agirez rapidement à la lecture de ce message. Je suis convaincue que nous entrons en scène au bon moment pour profiter du cycle haussier des matières premières. Mais je ne suis pas sûre de pouvoir vous promettre que la meilleure phase de ces opportunités dure encore longtemps.

La pression à la hausse s'accentue. J'espère avoir bientôt de vos nouvelles...

Meilleures salutations,

Simone Wapler

Analyste en chef,
L'Investisseur Or et Matières

P.S. : En cliquant ici, vous accédez à une source de conseils et d'information sans pareille dans le domaine des matières premières. Vous pourrez également recevoir votre cadeau de bienvenue, qui vous aidera à vous lancer en toute connaissance de cause.

Des profits considérables sont à la clé -- et pas uniquement pour l'or. Assurez-vous d'en profiter en agissant sans plus attendre.

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 18:57
 > Economie

Actualités

publié par
babelouest (crisonnier) Aujourd'hui 05H33
LE MONDE | 07.07.09 | 15h20  •  Isabelle Rey-Lefebvre

Le Crédit foncier a publié, le 7 juillet, sa carte de France des "risques locatifs". Sont ainsi recensées plus d'une centaine de communes - en général des villes moyennes - où l'offre est supérieure à la demande de biens à louer. Cela fait certes l'affaire des locataires mais pas celle de propriétaires privés de revenus. Pour le Crédit foncier, deux facteurs expliquent ce phénomène.

La dégradation de la conjoncture économique, d'abord, pèse sur la demande de logements à louer. On l'observe à Dieppe, Fécamp, Elbeuf (Seine-Maritime), à Bernay (Eure), dans les Alpes du Sud, à Gap, Briançon (Hautes-Alpes), à Digne ou à Salon-de-Provence (Bouches-du-Rhône). "A Manosque (Alpes-de-Haute-Provence), avec la perspective du chantier d'Iter, la centrale nucléaire de nouvelle génération, la demande a été mal estimée et il y a surproduction de logements", raconte Jean-Michel Ciuch, directeur de l'observatoire immobilier du Crédit foncier.

L'afflux de constructions encouragées par des dispositions fiscales et pas toujours bien localisées a aussi alimenté cette offre inadaptée. L'avantage dit "de Robien" a, entre 2003 et 2008, suscité la réalisation de près de 350 000 logements. Depuis le 1er janvier, c'est la loi Scellier qui offre à l'acheteur d'un logement neuf destiné à la location une économie fiscale significative - il peut déduire de l'impôt sur le revenu 25 % du montant investi, dans la limite de 300 000 euros, soit 75 000 euros en tout, étalés sur neuf ans. Il faut avoir acheté le logement, situé dans une des trois zones éligibles, avant le 31 décembre 2009 (s'il l'achète en 2010, la réduction n'est plus que de 20 %) et, surtout, le louer pendant neuf ans !

Lire la suite sur Le Monde :

http:// www.lemonde.fr/la-crise-financiere/article/2009/07/07/pour-la-premiere-fois-depuis-2000-les-loyers-baissent-nettement_1216234_1101386.html#xtor=RSS-3234

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=4813

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 17:48

Chez SFR, on efface votre numéro de téléphone définitivement... par erreur!

Au début, je n'ai pas bien compris. Je n'y croyais pas vraiment, j'étais sûr qu'il s'agissait juste d'une petite erreur. Ce n'était pas la première fois que SFR m'envoyait des factures délirantes. Lire la suite l'article

La dernière fois, c'était en juillet dernier: près de 500 euros prélevés sur mon compte par erreur. Remboursés deux mois après... avec les excuses de la maison. Je passe.

Bref, le 5 juin au soir, je découvre une facture de 420,21 euros dans ma boîte aux lettres. Je relis trois fois le document... et je découvre, juste en dessous de la mention "ce montant sera prélevé le 17 juin (gasp...)", ce message:

"Nous vous rappelons que votre contrat a été résilié depuis le 16 mai. Votre facture a été calculée sur une période de facturation arrêtée à cette date. Toutes les sommes restant dûes à cette date et non encore facturées feront l'objet d'une facture qui vous sera adressée ultérieurement"

A ce moment je ne panique pas (encore), je récapitule:

Bon, alors...

1) Mon contrat est résilié.

2) Cette facture de 420 euros a été calculée je ne sais pas vraiment comment... je n'ai aucun décompte. Tout ce que je lis sur la facture, c'est que je n'ai pas dépassé mon forfait de 40 euros.

3) Si j'ai bien compris, une autre facture va m'être adressée pour le paiement de sommes... non facturées. Au secours! De quoi parlent-ils ?

J'appelle SFR.

Hum... J'appelle SFR trois fois avant de tomber sur un télé-opérateur.

Qui me répond (je résume): "Ah oui, tiens, en effet, c'est étrange. Il y a peut-être eu une erreur. Je vais transmettre votre dossier et on va vous rappeler".

En attendant, bien évidemment, impossible de bloquer le prélèvement de SFR sur mon compte en banque (il faut le faire un mois à l'avance, m'explique-t-on).

Mais surtout : impossible d'utiliser mon téléphone!

Une semaine après, un message sur le répondeur de mon mobile pro:

(Je résume toujours...) : "Bonjour Monsieur, ici SFR. Nous avons étudié votre dossier. Je n'ai rien vu d'anormal dans votre facture puisque vous avez demandé la résiliation de votre ligne."

Je rappelle. Je demande une explicatoin. On me répète que ma ligne a été résiliée. Oui, merci, ça j'avais compris. J'insiste (je me trouve assez calme, bvu la situation...):

- Je ne comprends pas, je ne vous ai jamais demandé de résilier mon contrat. Avez vous un document ? Une trace écrite de cette résiliation ? M'avez vous demandé confirmation ? Ou autre chose, je ne sais pas... ? (en mode: mais comment est-ce possible ?)

- Euh... non. Je ne sais pas Monsieur. Je transfère votre dossier, hein, et on va vous rappeler.

Une semaine plus tard (entre temps, SFR m'a prélevé 420,21 euros), toujours pas de nouvelles. Je rappelle...

- Mmmmh, si je comprends bien Monsieur votre ligne a été résiliée alors que vous ne l'aviez pas demandé ?

- Oui, c'est ce que je vous répète depuis un mois.

- Mmmmh, je vois, oui. Vous avez appelé la dernière fois le 17 juin. Je lis le rapport : "Le Monsieur n'est pas content"...

- Euh... oui, c'est une bonne façon de résumer. Vous réalisez, j'imagine, que je ne peux plus utiliser mon téléphone depuis un mois... Vous mesurez le préjudice ?

- Ah mais c'est normal Monsieur, quand c'est résilié c'est résilié !

- Mais...

- Ah oui, quand un numéro est supprimé on ne peut plus le récupérer!

- Mais... je fais quoi maintenant ?

- Ah, on va vous rappeler, Monsieur.

Incroyable ! J'ai ce numéro depuis plus de dix ans. Ma ligne a été supprimée par erreur, sans que je sois prévenu. Et la suppression est irréversible !

Et vous, avez vous eu ce même genre d'aventures avec votre opérateur ? Racontez moi !


Réagissez à l'info : Chez SFR, on efface votre numéro de téléphone définitivement... par erreur!

http://fr.news.yahoo.com/63/20090707/tod-chez-sfr-on-efface-votre-numro-de-tl-366b5ef.html

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche