Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 07:04

 

 

Pour un même panier de denrées alimentaires, le ticket de caisse peut varier de 17,60 euros entre l'enseigne la plus chère et la moins chère, selon le magazine Linéaires , cité par Le Parisien - Aujourd'hui en France .


Où faut-il faire ses courses pour bénéficier des meilleurs prix? Chaque trimestre depuis 1999, le magazine spécialisé Linéaires réalise une enquête nationale pour tester la politique tarifaire des enseignes de la grande distribution. Le Parisien-Aujourd'hui en France révèle ce vendredi le palmarès ainsi établi. Le même chariot de denrées peut ainsi coûter 17,60 euros de plus dans l'enseigne la plus chère que dans l'enseigne la moins chère.

Parmi les 170 magasins visités par les équipes du magazine, ce sont les Centres Leclerc qui offrent les prix les plus intéressants. Linéaires souligne même que l'enseigne réalise sa meilleure performance depuis la création de l'indice. Carrefour prend la seconde place. Un rang que le distributeur retrouve grâce à une «reprise en main des activités par Noël Prioux l'été dernier», précise le magazine. Fragilisée depuis dix ans par la difficile digestion de Promodès (Continent, Champion), il arrivait à l'enseigne de «remonter ses prix en fin d'année, uniquement pour réaliser ses objectifs et satisfaire ses actionnaires», explique Florent Vacheret, responsable du magazine, au Parisien-Aujourd'hui en France. Carrefour privilégie désormais les prix bas aux promotions occasionnelles.


La révolution du «drive» Intermarché se place troisième, suivi de Super U , Carrefour Market, Auchan , Simply, Cora , Smatch, Géant, Casino et enfin Monoprix. Bonne dernière (le même panier y coûte 111,50 euros contre 93,90 euros chez Leclerc) l'enseigne citadine assume sa politique tarifaire, tournée vers une clientèle qui fait des courses d'appoint et réclame des horaires d'ouverture tardifs. Florent Vacheret note une concurrence accrue entre les enseignes et un creusement des écarts de prix (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Partager cet article
Repost0
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 03:14

 

03/05/2012

France : la voiture moyenne de plus en plus chère !
Fotolia_6813050_XSQu’est-ce que la « voiture moyenne » ? Selon le magazine l’Argus, il s’agit de la voiture type vendue en France. Taille, puissance, prix… ses paramètres évoluent au gré des goûts des acheteurs et des évènements marquants de l’histoire automobile.

 Entre 1953 et 2008, la règle qui l’a guidée était le « toujours plus » : plus grande, plus puissante, mais aussi plus chère. En 2009, la tendance s’était inversée, sous l’effet de la crise financière, mais également de l’instauration du bonus écologique et de la prime à la casse, favorisant les petites voitures économiques. La voiture moyenne était ensuite repartie à la hausse mais sans atteindre ses niveau d’avant-crise. Eh bien cette fois, ça y est ! En 2011, son prix moyen a battu son record historique : 21 181 euros contre 20 018 en 2007 !

 

 

Pire, la hausse constatée par rapport à l’année dernière s’élève à 1 414 euros, un record là aussi. Bref, jamais les Français n’ont acheté autant de voitures chères.Comment dès lors expliquer cette évolution alors que la France traverse toujours une période de crise économique qui pèse sur le pouvoir d’achat des ménages français ? Après avoir remplacé leur parc de petites et grosses citadines grâce aux incitations financières favorisant ces catégories, les Français ont procédé au remplacement des véhicules d’autres segments qui pouvaient commencer à dater. Ainsi les ventes de compactes (+8 %), grands monospaces (+18 %) et grandes routières (+37 %) ont fait un véritable bond en avant. Pourtant, un segment a connu une véritable explosion de ses immatriculations, celui des SUV : + 135 % pour les petits, +33 % pour les compacts, et même +27 % pour les luxueux. Du jamais vu ! Et là, l’explication est plus complexe, car l’achat d’un SUV ne relève pas de la raison. Bref, la voiture moyenne reflète finalement l’évolution d’un pays partagé face aux difficultés économiques avec, d’un côté, ceux qui n’ont plus les moyens d’acquérir une voiture neuve et, de l’autre, ceux qui peuvent s’offrir des véhicules de plus en plus chers. Une dérive inquiétante…  
http://www.infos-automobile.fr/2012/05/france-la-voiture-moyenne-de-plus-en-plus-chere-.html#xtor=EPR-56

15/05/2012

Prix des pièces de rechange : c’est la flambée !

Fotolia_14804212_XSSelon une récente étude, les tarifs des pièces détachées ont bondi de 30% en six ans. Une évolution inquiétante qui pénalise encore un peu plus le pouvoir d’achat des automobilistes.

Il n’y a pas que le prix des carburants à la pompe qui a connu une envolée ces dernières années. L’organisme de statistiques des assureurs, le SRA, a récemment publié un document faisant état de l’évolution du coût d’un panier de 40 à 60 pièces automobiles (boucliers, carrosserie, radiateur, etc.) pour une centaine de véhicules des principales marques. Et la conclusion est sans appel : entre 2006 et 2011, la facturation de ces équipements a bondi de 30%, soit trois fois plus que l’indice des prix à la consommation. Parmi les plus mauvais élèves, on retrouve Citroën (+ 43,2 %), Peugeot (+ 32,6 %), ou encore Volkswagen (+ 31,5 %). Mais les autres constructeurs ne sont pas en reste avec des hausses toutes supérieures à 17,2 % (Audi).

Résultat, le coût des réparations dans les garages explosent, et avec eux les primes d’assurances. Et en bout de chaine, c’est l’automobiliste consommateur qui trinque. Mais comment en est-on arrivé là ? Contre toute attente, les constructeurs possèdent le monopole du marché des pièces détachées. Ce qui leur permet de pratiquer les tarifs comme bon leur semble et, bien entendu, toujours au détriment du consommateur. Face à la colère de ces derniers, ainsi qu’à la montée au créneau des assureurs et carrossiers en 2011, une loi devait casser ce monopole, avant que le gouvernement ne botte finalement en touche. Une enquête a néanmoins été demandée, et un rapport devrait être présenté le 30 juin. Peut-être l’occasion pour le nouveau Président de légiférer afin que les pièces de rechange soient enfin proposées à des tarifs « normaux » ?
http://www.infos-automobile.fr/2012/05/prix-des-pieces-de-rechange-cest-la-flambee.html#xtor=EPR-56
.
Partager cet article
Repost0
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 22:33
Bonjour

Je me suis rendue récemment à une journée "alternatives" (conso, bio, écovillages, solidarité, etc) et j'ai rencontré les gérants de cette société. Et j'ai découvert leur production ! Voici enfin un article proposé à prix vraiment sympa... eva

 

ARTICLE DE PRÉSENTATION DES TOILETTES SÈCHES


 

Les toilettes sèches à litière biomaitrisée (ou TLB) ont pour objectif de créer de l'humus en valorisant nos déjections par le biais du compostage.


Elles sont l’outil permettant à l'Homme de reprendre sa place dans le cycle alimentaire, fermant ainsi la boucle de la production alimentaire autonome.


En effet depuis des décennies nos sols s'appauvrissent continuellement car nous ne rendons pas à la Terre ce que nous y prélevons. Pour combler ce déficit, nous faisons appel à des procédés complexes pour créer des fertilisants synthétiques polluants fabriqués par l'industrie pétrochimique.

 

Les TLB sont très facile à installer et ne nécessitent aucune contrainte technique liée à l'habitat. Elles ne nécessitent aucun raccordement en eau ni électricité et permettent une économie de  25 à 30% de la consommation d'eau d'un foyer. Il suffit de disposer d'un espace extérieure permettant la réalisation d'un tas de compost.

 

Dans la pratique, il faut, après chaque passage au toilette, ajouter un peu de matière carbonée ( cela peut être un ou plusieurs de ces éléments suivant : sciure, copeaux de bois, paille broyée, feuille morte, carton déchiqueté...toute matière végétale sèche).

On peut trouver ces ressources dans les scieries, jardineries ou tout simplement dans la nature.

Cette matière carbonée permet d'absorber les liquides et également d'empêcher le développement de  mauvaises odeurs. Le récipient, une fois plein, sera vidé sur le tas de compost.

 

Il est recommandé de composter les résidus de TLB pendant 2 ans avant de pouvoir l'utiliser au jardin .

 

Utiliser des toilettes sèches, c'est reprendre le contrôle de sa vie par la maîtrise de ses propres déjections au lieu de les faire partir le plus loin possible sans s'en préoccuper.

La simplicité des TLB en fait l'élément indispensable de toute personne  en recherche d'autonomie et de décroissance ou tout simplement soucieuse de l'état de notre planète.

 

 

Les toilettes sèches artisanales de Lécopot :

 

Le modèle « Scarabée » est un modèle simple, pratique, léger (5 kg) et peu encombrant.


Il est doté d'une bavette en inox ce qui évite toute projection en dehors du seau et  facilite le nettoyage.


Son prix est très attractif aussi, 98 € pour un modèle brut et 118 € pour un modèle huilé.

Nous proposons également d'autres modèles ainsi que des seaux et accessoires.


 

Tous les produits sur le site internet : www.lecopot.fr

 

 

.

Partager cet article
Repost0
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 04:18

 

argent-fini-economies.gif

centerblog.net

 

.

 

 

Reçu ce mail qui résume bien la situation actuelle (eva) :


 

Afin d'avoir la conscience tranquille, je lance un cri d'alarme, adressé à tous mes lecteurs qui ont encore des Livret A (En Euro).

Il faut évacuer les lieux et surtout ne pas attendre que TF1 proclame la fin de l'Euro (officiellement).

En gros, il faut anticiper.

Le compte à rebours à commencé, il faut agir vite et bien.

L'or et l'argent peuvent encore stagner quelques mois, mais bientôt ce seront les dernières valeurs de confiance (Par défaut). Et le cuivre !

 

Assurance Vie, Argent liquide, Livret A, Plan Epargne Logement... C'est terminé !

 

Si la Grèce saute, tout le reste suivra inévitablement !



Alors pour la dernière fois, il faut sauver votre peau et vos économies.

 

 

Grèce: le compte à rebours a commencé
Par AFP | AFP –  il y a 3 heures

 

Le compte à rebours a commencé samedi pour une Grèce très divisée sur l'austérité, si elle veut éviter de nouvelles élections qui pourraient conduire à une sortie du pays de la zone euro, voire à sa banqueroute, faute d'avoir su former un gouvernement de coalition.

 

suite ici :

 

http://fr.finance.yahoo.com/actualites/gr%C3%A8ce-compte-%C3%A0-rebours-commenc%C3%A9-102843428--finance.html

 

 

Grèce : et si la fin de l’euro avait commencé ?

 

..

 

Voir aussi :

 

Alerte économique : 4 raisons de penser que l'Europe est sous l'eau
Gold-up pose 5 questions vitales au nouveau Président

Merkel/Hollande : ce n’est certainement pas pour la vie !

La trame de l’Euro

L’Allemagne menace les Grecs du bâton

Vive inquiétude pour les banques espagnoles

Par Menthalo – La Fin de la route

 

Partager cet article
Repost0
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 08:31

 

 

http://www.cem-expert.fr/antenne-relais-danger-mesure-lorraine-alsace-luxembourg,fr,8,70.cfm

 

 

L’antenne-relais de votre quartier, ce peut être vous


Ce message s’adresse à vous si vous disposez d’une « box » d’accès Internet mise à disposition par un opérateur télécom (Free, Orange, SFR, Bouygues...)

L’antenne-relais de votre quartier, ce peut être vous !!!

Le saviez-vous ? Votre « box » est la source de non pas un, mais deux réseaux Wi-fi : le vôtre, et un réseau dit « communautaire », qui a une portée beaucoup plus large puisqu’il « arrose » tout le quartier. Ce réseau en accès libre sert aux personnes qui souhaitent se connecter « en mobilité » à Internet, c'est-à-dire en passant dans la rue ou en faisant une pause dans le parc. Ils se connectent… en utilisant à votre insu votre boîte !
Les opérateurs procèdent de cette façon de longue date pour le Wi-fi. Mais le trafic va encore s’intensifier puisque pour faire face à la charge du réseau, ils s’apprêtent à utiliser également les box individuelles pour les communications en 3G !
Or, cette fonction est activée par défaut, c'est-à-dire qu’elle a commencé à fonctionner dès que vous avez mis votre box en service, et elle reste activée tant que vous ne l’avez pas éteinte, même si vous avez désactivé votre Wi-fi « maison ».

Il en découle plusieurs conséquences :

– vous servez d’antenne Wi-fi à votre opérateur de télécom, à vos frais, puisque c’est à partir de votre électricité, et en permanence puisque la boîte émet tout le temps ;
– vous prenez double dose de champs électromagnétiques et vous en faites prendre double dose à vos enfants, ainsi qu'à vos voisins, chez qui se trouvent peut-être des personnes fragiles (bébés, personnes âgées ou malades, personnes sensibles aux champs électromagnétiques), qui sont complètement démunies pour localiser l’origine de leurs maux ;

– vous êtes susceptible d’engager votre responsabilité si votre boîte est utilisée à des fins illégales, ne serait-ce que pour du téléchargement réprimé par la loi HADOPI. Certes, théoriquement, l’utilisateur doit s’identifier, et tout aussi théoriquement, il n’a pas accès à vos propres données de connexion ni à votre disque dur. Mais nous savons tous qu’il existe des logiciels permettant de « surfer » de façon anonyme ; et d’une façon générale, on sait que la créativité des hackers est sans limites.

Et plus généralement, êtes-vous d’accord pour rendre ce service à l’opérateur ? Vous a-t-on mis au courant des modalités et des conséquences ? Vous a-t-on demandé votre avis ? Même sans parler du risque sanitaire, il y a là une manipulation du consommateur qui n’est pas acceptable.
Vous ne croyez pas à ce que vous êtes en train de lire ? Appelez votre opérateur et parlez-lui du Wi-fi communautaire ou lisez ces articles : http://www.google.fr/search?q=wifi+communautaire&ie=utf-8&oe=utf-8&aq=t&rls=org.mozilla:fr:official&client=firefox-a
Vous pouvez désactiver ce Wi-fi communautaire et cesser de vous exposer à tous ces risques. Pour connaître la marche à suivre, consultez ce document de Robin des Toits, qui explique comment désactiver les Wi-fi :
Ou demandez à votre opérateur, si votre type de « box » n’est pas répertorié.

Et faites circuler ce message autour de vous !

 
Amicalement

 

 

Comment désactiver le wifi ?
Comment désactiver le Wifi (Wi-Fi) chez soi :
Par défaut, la plupart des "box" ADSL ont l'option wifi activée, source permanente (*) d'émission "type téléphonie mobile" dont la toxicité a été prouvée scientifiquement. (**)

Celui-ci est toxique non seulement pour votre bébé, pour vous et pour votre entourage, y compris vos voisins !

Voici comment désactiver le Wifi pour s'en protéger et ne plus en faire "profiter" ses voisins

(*) Un Wifi non-désactivé émet en permanence, que l'ordinateur soit allumé/connecté ou pas.
(**) Les ondes du wifi sont des hyperfréquences (micro-ondes) pulsées en extrêmement basses fréquences (ELF) du type téléphonie mobile dont la nocivité a été démontrée notamment par le rapport scientifique Bioinitiative.
.
Partager cet article
Repost0
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 03:41

 

 

 

 

Comment sauvegarder vos économies si l'Etat fait faillite

 

3357794.jpgA la veille du second tour de l'élection présidentielle, prenez soin de relire ce billet.

De plus en plus d'épargnants craignent les conséquences qu'aurait une faillite de l'Etat pour leurs économies. Challenges.fr est allé demander à un expert son avis sur le sujet.

 

La perte du triple A par la France chez Standard & Poor's a marqué un tournant dans l'histoire des finances publiques françaises. Si les gouvernements accumulent les déficits depuis plus de 30 ans, l'Hexagone semble être définitivement entré dans la zone à haut risque. 


Dans son dernier livre "France, la faillite ?" (éditions Eyrolles), Philippe Herlin, chercheur en finance et chargé de cours au Conseil national des arts et métiers (Cnam), détaille les raisons de l'endettement de la France. Conséquence directe des années de mauvaises gestion : le pays est obligé d'emprunter plus de 500 millions d'euros par jour sur les marchés internationaux pour faire tourner la machine.


Philippe Herlin décrit longuement dans son ouvrage les mécanismes de notre endettement et répond à quelques idées reçues, par exemple sur le patrimoine dont disposerait l'Etat pour s'en sortir en cas de coup dur. Ce spécialiste de la dette, qui tient à jour un blog sur le sujet, estime que les augmentations d'impôts et la chasse à l'évasion fiscale ne suffiront pas à éviter la banqueroute de l'Etat. Seules des coupes dans les dépenses seraient efficaces sur le long terme.


Eviter les actifs "papier"


Pour les épargnants, ces questions sont primordiales. Si l'Etat se retrouvait un jour en défaut de paiement, les salaires des fonctionnaires ne seraient plus versés et les banques feraient faillite à leur tour car elles détiennent de grandes quantités de dettes françaises. Et, in fine, le particulier se retrouverait au mieux à pouvoir retirer de l'argent au compte-goutte, au pire sans un sou. 


Afin d'éviter cette fâcheuse situation, Philippe Herlin donne quelques conseils aux épargnants : éviter les actifs "papier" (assurances-vie, actions, ...) et privilégier les actifs "réels" (comme l'immobilier, l'or ou les objets d'art). Conseil plus original : il invite ses lecteurs à ouvrir un compte Paypal.


Les explications en vidéo de Philippe Herlin :

 

Un élection de Hollande… vue de Russie

Moskovskie Novosti  –  La perspective de la victoire du candidat socialiste François Hollande à l’élection présidentielle en France présage d’importants changements dans la politique européenne. S’il devient président, on assistera à une course “Paris contre Berlin” pour le leadership économique au sein de l’UE, ce qui ne fera qu’ajouter des problèmes supplémentaires à l’Europe unie.

hollande.jpg?w=645Hollande promet de mettre sur le chemin de la croissance économique non seulement la France, mais également l’Europe entière. Les Français aisés payeront pour la croissance européenne. La première mesure du président potentiel sera la mise en place d’un impôt pour les très riches. Les Français qui déclarent un revenu annuel supérieur à 1 million d’euros devraient apporter à l’Etat au moins 15 milliards d’euros par an. […] La France de François Hollande entraînerait l’Europe dans la direction opposée à celle choisie par Berlin qui, selon le candidat du PS, dicte sa politique économique actuelle. Pendant sa campagne, il n’a jamais mentionné la Russie, mais cela ne devrait certainement pas peiner Moscou.

 
16 Comments

Publié par liesiletter le 5 mai 2012 dans Non classé

 

30 avril 2012 – Publication du NUMERO 253 DE LIESI

liesilogolettre.jpg?w=645
BCE : le temps… c’est de l’argent – Rien n’a changé – Le piège tendu aux Européens – Le président-candidat en saurait bien plus qu’il ne le dit – Quels intérêts sert le président-candidat ? – Le plan de désintégration de l’euro entre en application – La France n’est pas dans le BLOC NORD – La stratégie d’implosion de la zone euro – Vers la PERESTROIKA  de l’Europe de l’Ouest – Un scénario pour les présidentielles et législatives françaises – 1) L’affaire D. Strauss-Kahn – 2) Pression sur le candidat des Américains – 3) J.-L. Mélenchon : la roue de secours des banquiers internationaux – La perestroïka de l’Ouest est en marche.
Extrait.

Comme annoncé, les interventions massives de la BCE, de décembre 2011 et février 2012, ont essentiellement permis de gagner du temps. Elles ont du même coup fragilisé la qualité de ses actifs[1] ! Finalement, de l’avis des économistes fabiens pro-mondialistes, la décision des banquiers centraux européens (sous la présidence de Mario Draghi, ancien employé de Goldman Sachs) d’injecter MILLE MILLIARDS d’euros dans le circuit bancaire, a assuré le sauvetage des banques de l’Ouest. Quelques-unes comme le Crédit Agricole sont cependant dans de sales draps, mais la chute de la Grèce n’est plus un risque systémique pour les banques européennes. Désormais, la Grèce peut techniquement faire faillite et sortir de la zone euro sans provoquer un désastre.

Si le système bancaire occidental semble tiré d’affaire, personne n’ose cependant entrevoir un autre problème avec l’Italie et l’Espagne, voire la France. Nous y reviendrons. En attendant, les plans de sauvetage à répétition furent une scandaleuse gabegie. D’autant que rien n’est réglé ! Selon l’économiste Jacques Sapir, de nouvelles aides à la Grèce seront nécessaires dans le courant de l’été 2012. Comment éviter cette fois une sortie de l’euro pour la Grèce ? Que feront alors les Allemands ?

En attendant, les conditions de remboursement imposées à la Grèce par ses créanciers sont absolument INTENABLES. Les politiques meurtrières d’austérité rappellent celles que les vainqueurs imposent aux vaincus à la fin d’une guerre. Aujourd’hui cette politique décidée par les instances supranationales prend la forme d’une politique de TRIAGE SOCIAL[2]. Depuis quelques semaines, on voit même apparaître en Grèce les premiers camps de détention destinés à parquer les gens errants ! Logiquement, ce type de politique mène soit à une dictature, soit à une révolution, à moins que l’Etat ne se réapproprie le droit de battre une nouvelle monnaie, créée sans dette. Mais, de cette solution de bons sens, celle du seul Prix Nobel français d’économie, Maurice Allais, l’idée même semble avoir disparu : nulle voix autorisée ne l’évoque.


[1] Suite aux deux plans d’injections monétaires de Mario Draghi dans le circuit bancaire européen, la Bundesbank (banque centrale allemande) a contre-attaqué en rendant impossible de nouvelles mesures de ce genre. Un initié de Francfort a confié que les banquiers centraux allemands étaient paniqués à la lecture du bilan de la BCE. Les Allemands encourent de très lourdes pertes si jamais l’euro venait à éclater et s’opposent donc à la poursuite de cette politique afin de se protéger.

[2] Le gouvernement espagnol de M. Rajoy, qui a présenté pour 2012 un budget d’une rigueur exceptionnelle, a annoncé le 10 avril qu’il prévoyait d’économiser dix milliards d’euros supplémentaires dans les domaines de la santé et de l’éducation.

 
11 Comments

Publié par liesiletter le 5 mai 2012 dans Non classé

 

Impunité générale pour les criminels de guerre de l’Ouest

avatar26.jpg?w=645Comme nous l’avions annoncé dans la lettre LIESI, la guerre en Libye est en train de déstabiliser plusieurs pays situés au sud du Sahara. Les événements du Mali sont très inquiétants. Jugés incapable de mater la révolution des Touaregs dans le nord, les militaires ont tout simplement viré le président. Mais ces derniers sont finalement totalement impuissants : les Touaregs, très bien armés par feu M. Kadhafi, s’imposent sans problème.

mali.jpg?w=645La population des Touaregs est d’environ 5,5 millions. Ces derniers, nomades et désormais puissamment armés, cherchent à créer leur propre Etat ! Rappelons que les Touaregs servaient d’unités d’élite dans l’armée de Kadhafi.

Nous verrons donc de nouveaux camps d’entraînement au terrorisme et à la guerre urbaine dans cette région du monde, au moment même où l’équipe américaine Hollande/Sarkozy, et bien d’autres gouvernements inféodés, vont réduire définitivement l’Europe à la mendicité.

Nous allons probablement voir la charia s’appliquer au Mali et les socialistes/UMP regarder ailleurs, alors qu’ils furent les principaux architectes de cette présente catastrophe. Pas étonnant que le candidat Hollande ait été très silencieux sur le sujet de la LIBYE dans le débat…

« Lorsque Mouammar Kadhafi était au pouvoir en Libye, il jouait le rôle de médiateur dans les négociations entre les chefs des Touaregs et les autorités du Mali, du Niger et du Burkina Faso. Les injections financières généreuses de Tripoli ont souvent permis d’apaiser les nomades belliqueux. En échange, le colonel libyen pouvait compter sur le soutien de ses initiatives par les pays de la région dans le cadre de l’Union africaine. Après la mort du dirigeant libyen, tout le système de contrepoids s’est effondré. Les Touaregs sont devenus incontrôlables et les islamistes radicaux sont devenus leurs principaux alliés » (Presse russe).

Commentaire d’un lecteur du blog : mdesouche  –  Al Qaida au Maghreb Islamique, comme tous les groupes terroristes pseudo-islamistes, n’est qu’une marionnette contrôlée par le DRS algérien afin de servir de justification à la guerre au terrorisme et procurer les pleins pouvoirs aux généraux algériens. Ces derniers, dans l’espoir de sauver leur peau, se plient aux ordres du cartel bancaire et utilisent ces djihadistes bricolés pour mettre la pagaille dans la région avec l’aide des Touaregs qui ne sont en fin de compte que des mercenaires qui proposent leurs services aux plus offrants.
Plus globalement, cette campagne de déstabilisation du Mali s’inscrit dans le cadre du contrôle de l’Afrique par l’Empire. En effet, à l’horizon 2013, un quart du pétrole et des matières premières consommés aux USA devraient provenir d’Afrique. Sur la base de constat, un think tank israélo-états-unien l’Institute for Advanced Strategic & Political Studies (IASPS) a préconisé la création d’un commandement militaire US pour l’Afrique, l’Africom. Il a été inauguré par l’administration W. Bush à la fin de son mandat et placé sous le commandement du général afro-américain William E. Ward, ancien coordinateur de la sécurité entre Israël et l’Autorité palestinienne.
L’annonce de ce dispositif a suscité une forte résistance en Afrique et aucun État n’a accepté d’héberger le commandement général, lequel s’est en définitive installé en Allemagne et en Italie.
La montée en puissance de l’Africom s’articule autour de la base US de Djibouti où stationnent déjà des troupes israéliennes. Une emphase particulière devrait être portée au contrôle du Golfe de Guinée. Dans un premier temps, pour des raisons diplomatiques, elle devrait prendre la forme d’un réseau de petites bases, plutôt que de la construction de grandes installations. Washington devrait aussi prendre des initiatives pour se donner une image plus conciliante, notamment en acceptant l’exploitation chinoise des champs pétroliers soudanais, donc en cessant de déstabiliser ce pays.
Simultanément, la France devrait réduire sa présence militaire, la partager avec d’autres États de l’Union européenne, et la mettre au service des opérations de maintien de la paix de l’Union africaine. Paris dispose encore de 9 000 hommes sur place, stationnés en Côte d’Ivoire, au Sénégal, au Gabon, en Centrafrique, au Tchad et à Djibouti.
En 2011, l’OTAN a envahit la Libye « Bab el Africa » (porte de l’Afrique), notamment avec l’intention d’y installer à terme la base principale de l’Africom. (Source Réseau Voltaire).

sarkohollande0.jpg?w=645Magnifique résultat ! Alors, faut-il voter pour le tandem Sarkozy/Hollande au service de l’establishment qui veut abaisser la France et la réduire à la mendicité pour obliger ses citoyens à intégrer de force ce Nouvel Ordre Mondial ? Faut-il communier au système de la merdiocratie en déposant son bulletin dans l’urne et croire être un homme libre de choix ? C’est une affaire de conscience.

F. Bayrou vient de favoriser le clan Hollande en annonçant qu’il voterait socialiste… mais ne fréquentent-ils pas, l’un et l’autre, les mêmes officines qui sont sous la coupe des clubs bolcheviques détenteurs d’une partie non négligeable du système financier oligarchique américain ?…

 
33 Comments

Publié par liesiletter le 5 mai 2012 dans Non classé

 

Par Menthalo – DEMOCRATIE ?

Elections démocratiques ?

Que dire sur ce sujet, qui n’est pas déjà été dit, plutôt 16 fois qu’une.

bean-hollande-150x125.jpg?w=645

Alors plutôt qu’ergoter sur cette pantalonnade,  revenons à l’essentiel, “à la cause des causes” expliquée avec brio par Etienne Chouard. Ecoutez-le, ce n’est pas du temps perdu, au contraire.

Un jour, d’ici 3 ou 4 ans, nous aurons peut être à ré-écrire la démocratie, sans doute selon ces préceptes.(Une pensée pour mon ami de la maison du roy avec qui j’en avais débattu.)

L’Euro aura mis 30 jours de bourse entre le support et le plus haut en C.
Cela fait 46 jours de bourse qu’il traine pour développer la phase miroir de cette figure. 3 semaines de trop.
L’Euro devrait se diriger désormais rapidement vers 1,2954 … avant de viser 1,26 dans un deuxième temps.
20120506euro-4-05.jpg?w=645&h=509
Sur le graphe ci-dessous en mensuel, on voit que la Moyenne Mobile à 120 Mois a soutenu les cours les 5 derniers mois. Mais l’Euro après une phase d’excès haussier se rapproche de la médiane et devrait passer dessous. La question reste : “A quelle vitesse ?”
20120506euro-mm120.jpg?w=645&h=508
Pourquoi les marchés restent-ils en attente, suspendus depuis 3 semaines. 17 jours de temporisation pour le CAC 40.

Est-il possible que l’élection d’un Sarko ou d’un Hollande puisse avoir la moindre influence sur le marché de l’or ou de l’argent ? Le marché des métaux précieux dépend de la confiance des investisseurs dans les monnaies fiduciaires et l’économie qui les sous-tend. Donc les élections présidentielles dans la deuxième économie de la zone Euro a son importance.

Pourtant les deux candidats sont de purs produits de l’oligarchie bancaire. Le Hic c’est que celle-ci est aujourd’hui divisée…
L’Argent papier élargit son champ d’action.
Les banques chinoises proposent d’ores et déjà aux épargnants d’avoir leur trésorerie bancaire en Yuan, en Or ou en Argent. Evidemment, cet or et cet argent sont purement virtuels.
Le Shanghai Future Exchange lance des contrats futurs sur le Silver le 10 mai prochain.
Qui va contrôler ce marché ? Sera t’il d’une quelconque manière garanti par du physique ? Rien n’est moins sûr.
Les contrats ne feront pas 5.000 onces comme sur le comex mais seulement 15 kilos, soit proches de 480 onces.
A 11.000 € le contrat à valeur d’aujourd’hui, on peut se demander combien de chinois pourront s’y intéresser.
Par contre les frais seront tels que les minières ne pourront pas hedger leur production par ce canal.
A noter qu’une compagnie israélienne va construire des entrepôts sécurisés géants pour les matières premières à Beijing. Etrange ! La Chine stocke déjà des quantités colossales d’Argent, pourquoi ce nouvel entrepôt ? Et pourquoi confier cela à des israéliens ?
Le Hong Kong Stock Exchange, qui soit disant devait permettre à l’Asie d’influer sur les cours des matières premières et des MPx a été initié par un groupe russe “EN+ Group”, dont le président n’est autre que Nathaniel Rothschild.
Quel était l’objectif ?  Contrer le clan Rocky et son comex ?
Très forte demande de l’Or en Suisse
Egon von Greyerz, fondateur et Dg de Matterhorn Asset Management, dans une interview à KWN, dit que les raffineurs suisses doivent faire face à une telle demande, qu’ils sont obligés de faire les 3/8.
Nous savons que la levée du secret bancaire dont commence à parler la presse suisse a amené les très gros banquiers comme les célèbres Rothschoum à transformer rapidement la trésorerie de leurs clients en physique avant une date butoir qui pourrait être fin mai. Avec les achats massifs actuels des Banques Centrales, les cours actuels de l’or sont strictement une manipulation de métal virtuel. Pour van Greyerz, la prime va repartir à la hausse.
Pour lui, les problèmes sont infiniment plus graves qu’en 2008 et rien n’est résolu, contrairement à ce que l’on annonce aux masses. Celles-ci se réveilleront trop tard.
20120506gold-04-05.jpg?w=645&h=514
L’or avait percé l’oblique baissière le 26 avril, remontant au-dessus du support LT depuis 2008.
Tout semblait marcher comme sur des roulettes. Deux jours d’affilée, l’or a pris appui sur le support LT, commençant sa jambe de hausse.
Une attaque a ramené l’or au contact de l’oblique baissière qui aurait du faire office de support, mais qui a lâché jeudi.
Pourquoi ?
Manipulations du CME
Le CME a annoncé mercredi à 16H heure de NY, que les dépôts de garantie sur les contrats futures de toutes les matières premières seraient doublés dès lundi 7 mai. Cela a donc créé une forte pression vendeuse, qui a cassé la hausse et fait repasser les cours sous le support et sous l’oblique.
Les spéculateurs de toutes les matières premières ont harcelé par téléphone le CME. Il ne s’agit pas que du petit marché du silver ou même de l’or, mais des traders sur le blé, le maïs, la viande, les métaux, etc…
Tant et si bien que le CME a du faire marche arrière, accordant un délai de 90 jours aux spéculateurs. Cette mesure prendra donc effet le 8 août.
L’annonce du CME a été faite jeudi soir, après la fermeture des marchés, vers 20H heure de la côte est.
Ce qui explique le rebond de vendredi et cette longue lutte entre Bulls et Bears pour essayer de repasser cette résistance à 1643 sur l’or.
Le Silver qui avait cassé son support hier, chutant à 29,88  a repassé l’oblique et cherche à se maintenir au-dessus à 30,24$. Il pourrait regagner en vigueur à CT.
Pétrole
Le Brent termine une semaine fortement baissière où les cours sont passés de 120 à 113$.
Le Crude, quant à lui, est redescendu sous les 100$.
Cette baisse du prix du pétrole intervient malgré la mobilisation de 6 bataillons de réservistes d’Israël et ses exercices militaires sur les frontières syriennes et égyptiennes.
CAC
Le CAC était enfermé depuis quelques jours dans un triangle de compression. Après une tentative hier matin pour sortir par le haut, il a fini la journée d’hier en cassant son support oblique haussier. La journée de vendredi a confirmé ce mouvement baissier.
Après ce long épisode d’attente, la tendance baissière devrait reprendre ses droits en direction des 3000.
20120506cac-4-05.jpg?w=645&h=509
Il est étonnant que cette volte-face du CME et ce retournement de tendance aujourd’hui sur les matières premières (hors pétrole) n’est pas affaibli le Dollar, qui n’a fait que pousser l’Euro vers le bas.
 
39 Comments

Publié par liesiletter le 5 mai 2012 dans Non classé

 

Par Menthalo – Regard sur les Marchés

L’EURO

Certains ont appuyé trop fort sur le bouton ce matin. Le support a cassé, mais c’était trop tôt.
L’Euro est revenu à son point de départ du jour, posé sur le support comme une hirondelle sur un fil, montrant l’incertitude des investisseurs.
Le Terrain de jeu (en jaune) des prochains jours est étroit, coincé par l’oblique baissière rouge. Patience !
Rien ne devrait se décider avant lundi…  si réellement il se passe quelque chose directement après les résultats..
20120505euro-3-05.jpg?w=645&h=518
Silver
Le Silver a très mauvaise mine. Il a été toucher jeudi son support de 2008 à 29,90$ et avec une technique éprouvée, “ils” ont essayé de le faire casser 4 fois à l’ouverture des marchés en Asie.
Il pourrait s’appuyer sur ce support pour rebondir, mais cette faiblesse depuis plusieurs semaines ne laisse guère d’espoir à un moment où nous attendons une hausse du Dollar et une chute des marchés.
Les mines australiennes auraient hedgé leur production d’or et d’argent, permettant à JPM de vendre en masse. Les mines attendent donc une baisse des cours et une hausse du Dollar. Ces mines appartiennent aux éternels suspects du Cartel, évidemment.
20120505silver-h-3-05.jpg?w=645&h=518
CAC
Le CAC était enfermé dans son triangle ce matin, un ressort bandé au maximum, prêt à bondir.
Il a commencé par bondir vers le haut avant de se retourner, hésitant plusieurs heures sur son cours d’ouverture et terminant à la baisse.
Il s’appuie sur le support à 3200. Là aussi, on semble attendre le résultat des élections.
17 jours de bourse d’hésitation sur le même niveau !
20120505cac-3-05.jpg?w=645&h=511
On semble sortir par le bas… peut-être en direction des 3178.
 
44 Comments

Publié par liesiletter le 4 mai 2012 dans Non classé

 

SYRIE / Honte pour l’Occident qui récoltera ce qu’il sème

avatar30.jpg?w=645Les efforts de médiation de l’ancien secrétaire des Nations Unies Kofi Annan, qui cherche à régler le conflit syrien de manière pacifique, sont voués à l’échec. L’opposition syrienne est maintenant soutenue par une cinquantaine d’Etats et d’organisations. Tous ces groupes donnent aux rebelles une légitimité pour liquider El-Assad.

assad.jpg?w=645Si, en février 2012, les opposants n’avaient rien obtenu de concret hormis des déclarations de soutien, cette fois ils ont réussi à recevoir des promesses d’aide matérielle. Des soldats et des officiers quittant l’armée gouvernementale au profit de l’Armée syrienne libre pourront percevoir des salaires réguliers. Cela va devenir possible grâce à la constitution d’un fonds financé essentiellement par l’Arabie saoudite. Mais les démocraties donneuses de leçons et soutien (de facto) des réseaux islamistes les plus violents; elles qui ont quasiment créé les conditions d’une guerre régionale autour de la Libye, devraient contribuer financièrement à ce mouvement. On cite les Etats-Unis, la France et l’Allemagne.

Preuve supplémentaire que le candidat Hollande est la version face de l’establishment: ce dernier n’a (bien sûr) pas attaqué son prétendu rival sur le fait qu’il est tout simplement scandaleux de financer des révolutionnaires avec l’argent des contribuables quand on est en période d’austérité; plus, il faut aspirer l’argent du citoyen pour payer des intérêts de dettes aux financiers de la Révolution Mondiale ! Le sieur Mélenchon, très lié aux grands de ce monde, est également silencieux…

Les Américains ont, pour leur part, promis d’octroyer au soutien de l’opposition libyenne et à l’aide humanitaire le double de la somme annoncée auparavant, soit 12 millions de dollars. Les Allemands sont prêts à donner près de 6 millions d’euros pour les besoins de la “révolution syrienne”. Cela fera plaisir à certains allemands qui gagnent 1€ de l’heure, voire 11€ par jour…

 
15 Comments

Publié par liesiletter le 4 mai 2012 dans Non classé

 

Trader Noé – Analyse du 04 mai 2012

trader24.jpg?w=645Le BUND poursuit son ascension. Pour ceux qui découvrent le blog pour la première fois, nous avions proposé la hausse à partir du support phare des 135.
Si le cours parvenait à franchir la résistance des 142, une nouvelle accélération haussière pourrait se développer. On regarde donc les résistances 144.5-145.

L’OAT a pratiquement progressé de 126 à 127 hier et le pétrole Brent corrige comme attendu. Tant que le cours évolue sous les 117, la correction peut se poursuivre vers le support phare des 111.

L’indice E-mini SP 500 a cassé le support des 1390 points hier soir. Ce seuil est important, c’est celui qui avait déclenché la chute de l’indice CAC 40 à la mi-mars. Les bancaires avaient cédé 30 % environ en peu de temps.
Nous regarderons donc le support des 1380-1345 points.

Les points à ne pas casser sur les bancaires sont:
Le support des 27.1 et 25.9 pour BNP
Le support des 15.4 et 14.2 pour Société Générale
Le support des 3.4 pour Crédit Agricole
Le support des 4.8 euros pour Boursorama

Concernant le Gold Spot, l’indice a fait échec sur la résistance des 1672 (voir article du 01 mai) nous surveillerons donc les supports des 1627-1620 et éventuellement 1565-1570 en cas de rupture.

De même pour le Silver Spot, le support des 28 euros sera très intéressant car une fois cassé, le cours pourra venir chercher les 23.5 dollars l’once.

C’est peut être une des dernières opportunités d’achat qui se présente à vous.

Air France avait interdit de licencier avant les élections comme beaucoup de sociétés d’ailleurs. La situation économique globale qui arrive est vraiment triste et délicate, sans distribution de “golden parachute”. L’époque des stock options est révolue, imaginez également l’épargne des cadres qui avaient des bancaires sur leur plan épargne. Le tout a été divisé par 10 en 4 ans !

 
76 Comments

Publié par liesiletter le 4 mai 2012 dans Non classé

 

EURO

avatar-menthalo2.jpg?w=645Par Menthalo – L’Euro montait en s’appuyant sur un support oblique haussier à la pente très forte.
Le 30 avril, les cours forment une grande bougie verte, qui monte jusqu’à l’oblique rouge qui passe par B
Le 1er mai les cours ouvrent sur la médiane, montent jusqu’à l’oblique, chutent et terminent au niveau de l’ouverture, formant un “doji”.
Après une vague de hausse, cette bougie montre l’hésitation des investisseurs et un possible retournement de tendance.
Le 2 mai, les cours ouvrent au niveau de la veille, et cherchent à passer la résistance en force, venant buter sur la résistance horizontale.
La sanction a été très violente et immédiate. En moins d’une minute, les cours sont passé de 1,338 à 1,32.
Tout a été dit en 60 secondes: “on ne passe pas!”. Le reste de la journée a été d’une grande mollesse, les cours sont remontés au niveau de l’ouverture, formant un deuxième  ”doji”.
Le 3 mai, forte chute. La sortie de triangle de compression se fait par le bas et la résistance à 1,315 bloque la descente.
L’Euro est sur la valeur médiane d’une fluctuation qui dure déjà depuis mi-décembre.
Le plus haut de cette vague a pour moi été joué le premier mai.
La décrue commence sans doute. Elle peut être lente au début et les cours pourraient fluctuer  entre l’oblique rouge et le support vert quelques jours voire semaines…
Est-ce que le résultat des élections aura une influence ?
Le débat d’hier a montré que le prof avait des micro-trous de mémoire face à un menteur professionnel incisif parfaitement aguerri qui maitrisait ses dossiers. Hollande s’est pris les pieds dans le tapis au sujet du pétrole et s’est vautré lamentablement.
Talonnette a tenté un coup bas grotesque sur DSK, qui a fait un flop total aux yeux mêmes de ses partisans.
Néanmoins, Sharko remporte aux poings ce débat sans conteste.
Il m’apparait que l’UMPS a choisi à gauche un non-candidat face au président sortant de droite.
20120503euro-2mai.jpg?w=645&h=475
CAC
Le CAC est coincé entre support et résistance dans un triangle extrêmement étroit. Le ressort est comprimé au maximum.
Quand la résistance (ou le support) lâchera, la force de poussée sera terrible à la hausse (ou à la baisse).
Curieusement, la poussée semble très haussière.
Sur le Silver la pression baissière est très forte et l’Argent cède de paliers en paliers vers son support majeur.
 
139 Comments

Publié par liesiletter le 3 mai 2012 dans Non classé

 

L’Argentine montre l’exemple… et les politiciens européens font des courbettes devant le cartel bancaire

carlos-menem.jpg?w=645En 1922, est fondée la société YPF en Argentine. C’est la première compagnie pétrolière publique en Ibéro-Amérique. Elle doit alors devenir un catalyseur stratégique pour le développe­ment industriel du pays. En 1993, elle est privatisée par le prési­dent Carlos Menem, puis vendue à Repsol en 1998.

Liée entre autres aux intérêts britanniques, la direction espagnole de Repsol décida de dépouiller cette société. Fait admis par le Financial Times de Londres reconnaissant “que l’espagnole l’utilisait comme une vache à lait afin de réinves­tir les profits ailleurs dans le monde”. L’absence d’investissement et de nouveaux forages avait créé une telle pénurie de pétrole et de gaz que l’Argentine fut obligée, en 2011 et ce pour la première fois en 17 ans, d’importer l’un et l’autre, en dépit de ses ressources abondantes. (EIR).

ypf.jpg?w=645Le 16 avril 2012, la présidente argentine Cris­tina Fernandez de Kirchner a annoncé qu’elle venait de signer un décret expropriant 51% de la compagnie pétrolière YFP sur les 56% détenus par la société espagnole Repsol depuis 1998. Ceci afin de permettre au pays de retrouver sa “souveraineté en matière d’hydrocarbures” et d’assurer le développement futur de la nation. « Les actions de la Présidente rappellent celles prises par feu son mari, l’ancien président Nestor Kirchner, en 2005, lorsqu’il annonça une restructuration de la dette imposant aux créan­ciers une réduction de 75%, faisant valoir que le peuple passait avant les créanciers internationaux. En 2006, Kirchner a fini par rembourser les fonds dus par l’Argentine au FMI, déclarant qu’’il existe une vie après le FMI, et cette vie est bonne’ ».

Cette décision courageuse sera-t-elle suivie par d’autres pays comme la Grèce et l’Espagne (et bien d’autres qui seront dans une situation similaire prochainement), qui passent sous le rouleau compresseur des pieuvres du cartel bancaire ? Est-ce le début d’une révolte des dirigeants contre les sociétés secrètes qui mènent notre monde ? Tout dépend du courage de ceux qui mènent (officiellement) ces pays mais qui ont souvent fait allégeance pour exercer des fonctions gouvernementales. S’agissant de l’Argentine, cela fait déjà pas mal d’années que la Haute finance anonyme et vagabonde a quelques soucis avec ses dirigeants.

europevassalite.jpg?w=645Pas étonnant, dans ce paradigme, que cette bonne employée du cartel bancaire qu’est C. Lagarde soit montée au créneau de la présidence du FMI pour qualifier d’’’odieuses’’ toute comparaison entre la Grèce et l’Argentine ou l’idée que la Grèce adopte une restructuration similaire de sa dette. Dans la foulée, les pions politiques du cartel ont reçu une piqûre de rappel pour exprimer leur allégeance en menaçant d’isoler l’Argentine et de la laisser se débrouiller toute seule. Pour cette classe politique européenne corvéable, qui s’en met plein les poches (peu importe leur étiquette): servir la communauté bancaire est bien plus important que se soucier du bien commun des populations.

C’est ainsi que «le secrétaire du Foreign Office William Hague a promis que la Grande-Bretagne coopérerait avec l’Espagne et nos partenaires de l’UE pour s’assurer que les autorités argentines respectent leurs obligations et engagements internationaux». (Ainsi, ceux-là mêmes qui exigent une austérité meurtrière en Espagne volent au secours des intérêts financiers espagnols.) (Source : Strategic Alert)

 
12 Comments

Publié par liesiletter le 3 mai 2012 dans Non classé

 

Trader Noé – Analyse du 03 Mai 2012

trader251.jpg?w=645Hier, nous avions proposé une correction de l’EURUSD dès la rupture des 1.323. Ce support a été franchi ainsi que le seuil des 1.319.
Pour corriger davantage il faudra que le cours parvienne à casser le support important des 1.3145-1.311 ce qui n’est pas évident. Ensuite, pour amorcer une forte correction vers les 1.28 il faudra que le cours casse les 1.301-1.30.
L’EURUSD résiste bien pour l’instant, malgré les diverses attaques des agences de notation.
Comme quoi pour l’instant il faudra rester vigilant et ne pas croire toutes les sornettes qui disent “l’euro est mort le 6 mai ou autres…”.
Essayons d’anticiper en analysant prudemment les points de supports et résistances par étapes.

Pour l’instant, ce que nous constatons, c’est qu’une grande partie des valeurs cotées approche de la falaise. (Un peu dans la même configuration que Dexia il y a un an). Lorsqu’un grand nombre de valeurs tomberont dedans, nous serons dans les premiers effets de l’arc et nous rentrerons dans le tout début de LA CRISE. Tant que cela m’est possible, je surveille ces niveaux pour vous. Il suffit de suivre à la lettre ce que le Marché nous dit.

L’indice E-mini SP 500 n’est pas parvenu à franchir la résistance évoquée hier. Observez bien le seuil des 1390 points qui servira d’accélérateur à la baisse, comme pour le point de départ à la mi mars.

Pour Crédit Agricole, nous surveillerons très attentivement le point pivot des 3.4 euros. La rupture de ce seuil déclencherait alors une nouvelle amplification du mouvement initial.
(Support majeur à 2 euros environ). Espérons que le cours tiendra.

Air France est un peu dans le même scénario. Il serait temps que le titre décolle ! Il faudra donc surveiller le support phare des 3.2 euros. Sous ce seuil le mouvement correctif serait amplifié également.

Le Pétrole “Brent” semble être un puits vide. Il faudra aller chercher dans les profondeurs des 111 pour déclencher une nouvelle progression du brut. Soit le support des 117 est cassé et le cours corrige, soit la résistance des 120 est cassée et le cours remonte. Pour l’instant, nous préférons surveiller le support des 117

Partager cet article
Repost0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 23:57

 

Des terres fertiles en opportunités


30 avril 2012
Le Monde 
  •  
  •   
Dans une ferme de Transylvanie.

 

Dans une ferme de Transylvanie.

Tim White

Attirés par le bas prix des terrains agricoles, de nombreux Européens n’hésitent plus à monter une exploitation en Roumanie. Ils contribuent ainsi à réinventer la culture locale, en particulier par le bio.

Maxime Laurent est sorti du lycée agricole de Nermont Châteaudun (Eure-et-Loir) en 2009, à 19 ans, baccalauréat en poche. Un mois plus tard, il chargeait les derniers camions d'outillage agricole. Direction la Roumanie, plus précisément Macesu de Sus, un village du sud-ouest du pays.

Le cas de Maxime Laurent est loin d'être isolé : la Roumanie, riche de quelque 15 millions d'hectares de terres cultivables, est en train de devenir le nouvel eldorado des agriculteurs en Europe. Des milliers de Français, Italiens, Espagnols, Britanniques, Allemands, Danois plient bagages et se ruent vers ce pays entré dans l'Union européenne en 2007, dans le but d'y implanter des exploitations.

Maxime, qui se destine depuis son plus jeune âge à l'agriculture, ne pouvait rêver mieux. "Ici, à 19 ans, je me suis retrouvé à la tête d'une ferme de plus de 1 400 hectares. Pour faire en France ce que j'ai fait en Roumanie en trois ans, il aurait fallu deux ou trois générations." A Macesu de Sus, il cultive blé, orge, tournesol et colza. Et il voit grand. Il compte bientôt bénéficier des fonds que la Commission européenne destine à la remise à niveau de la Roumanie. Son projet devrait lui permettre d'augmenter de 7 000 tonnes la capacité de stockage et d'irriguer 500 hectares de terres supplémentaires.

Malgré les difficultés, il ne regrette rien. "Les premiers mois, j'étais un peu dépassé, confie-t-il. Si j'étais resté en France, qu'est-ce que je ferais aujourd'hui ? J'aurais terminé mes études et trouvé un travail pour 1 200 euros par mois. Tu paies un loyer, tu manges, tu t'habilles, et à la fin du mois, il ne te reste plus rien. Ce n'est pas une vie, ça."

Croissance de 11% de l'agriculture roumaine

Impossible de traverser la Roumanie sans croiser ces fermiers venus de l'Ouest qui réinventent l'agriculture de ce pays. Grâce à leur savoir-faire et à leurs investissements, l'agriculture roumaine a connu en 2011 une croissance de 11 %, et ce n'est qu'un début. Fini les terres en friche et la sensation d'abandon dans les campagnes.

Les Roumains vendent actuellement leurs terres agricoles pour 2 000 euros l'hectare en moyenne, un prix imbattable dans l'UE. Les subventions européennes, elles, s'élèvent à 180 euros par hectare, la moitié du montant que l'on peut obtenir en Europe de l'Ouest. Mais à partir de 2014 la nouvelle politique agricole commune (PAC) devrait mettre au même niveau l'ouest et l'est de l'Europe.

Pour acheter en Roumanie, un agriculteur occidental est obligé de créer une société dans le pays, mais, à partir de 2014, toute personne résidant dans l'UE pourra acquérir directement des terres. C'est pourquoi les fermiers se dépêchent d'acheter avant que la spéculation ne fasse exploser les prix.

Les plus pressés sont les Suisses, qui n'ont plus les moyens de payer plusieurs dizaines de milliers d'euros un hectare de terre helvétique. A Firiteaz, petit village situé dans l'ouest du pays, les Hani, originaires du canton de Lucerne, sont venus en famille il y a une dizaine d'années : le père, la mère, deux enfants et deux petits-enfants. Ils ont acheté 800 hectares de terre.

"En Europe occidentale, il n'y a plus de place pour les jeunes, regrette Christian Hani, 29 ans. Ici on peut construire quelque chose à partir de rien. Je crois que pour nous, les jeunes, c'est très important de créer quelque chose de neuf."

Redevenir le grenier de l'Europe

Le marché du bio est en plein boom en Europe de l'Ouest, et les Hani sont constamment en rupture de stock. Ils ont fait venir de Suisse tous les équipements nécessaires pour faire de l'agriculture biologique à grande échelle.

"Les céréales que l'on fait ici venaient jusqu'à maintenant du Canada, des Etats-Unis et de Chine, explique Lukas Kelterborn, un Allemand spécialisé dans le marketing qui a rejoint les Hani et s'occupe de la vente de leurs récoltes. Il est donc normal qu'on essaie de les produire en Europe. Il y a des perspectives extraordinaires en Roumanie, et il faut se rappeler que ce pays a été le grenier de l'Europe entre les deux guerres mondiales. Il est en train de le redevenir."

A Macesu de Sus, Maxime y croit aussi. Avec sa compagne roumaine, il va construire une maison sur ses terres. Il en a déjà une dans le village et un appartement dans la ville voisine de Craiova.

"En Roumanie, j'ai une vie beaucoup plus souple, et puis je découvre des traditions que l'on n'a plus en France, dit-il. Je n'ai jamais découpé un cochon ou un mouton de ma vie, alors que les Roumains le font toujours à la campagne... En France, personne n'a plus de lien avec personne. Je suis vraiment heureux ici." Parole de paysan.

 

 

http://www.presseurop.eu/fr/content/article/1886771-des-terres-fertiles-en-opportunites

Partager cet article
Repost0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 05:22

 

 

10 aliments pas chers à noter sur sa liste de course
Article par , le 24/04/2012  
e
Les aliments pas chers 

Faire ses courses pour pas cher, c'est possible à condition de choisir les bons aliments ! L'arrivée en caisse est souvent virulente quand on découvre le total de nos achats. Alors pour acheter utile et peu cher, suivez le guide..

   

 

Les légumes secs : lentilles, haricots, fèves, pois chiches... ils sont très riches en protéines végétales et ont la capacité de nous rassasier rapidement. Ils sont majoritairement composés de glucides complexes qui régulent nos petits creux. Prix : moins de 3 euros en général pour un paquet.


La farine : elle nous servira pour de très nombreuses recettes gourmandes et bon marché, crêpes, gâteaux, biscuits, pizza, quiches, tartes... La farine est tout simplement indispensable dans votre cuisine. Sachez qu'il revient souvent moins cher de faire soi-même une pizza ou des crêpes par exemple, plutôt que d'acheter des produits tout prêts. Donc avoir de la farine dans ses placards doit nous inciter à plus cuisiner. Prix : 2 euros le kilo environ


Les pommes de terre : les recettes à base de pommes de terre se multiplient à l'infini, purée, gratin, au four, à l'eau... Il existe de très nombreuses façons de cuisiner les pommes de terre. De plus elles accompagnent beaucoup de sorte de viande et elles sont très rassasiantes. Prix : environ 1,50 euros le kilo.


L'ail, l'oignon et l'échalote : ces légumes sont excellents pour la santé, on les considère comme de bons antibactériens. De plus ils sont très simples à préparer et accompagnent tous nos plats. Idéals pour les soirs où ne veut pas se prendre la tête, il suffit de poêler un peu d'oignon qu'on ajoute à une viande et un plat de pâte. Prix : environ 1 euro le kilo.

  
Les pâtes, le riz, la semoule, le pain tranché : ces féculents sont très certainement parmi les moins chers de notre panier de course. Excellent rapport qualité/prix, donc pas question de passer à côté. Les pâtes sont notamment réputées pour leur prix très bas. Très simples à cuisiner on ne s'en lasse pas avec une délicieuse sauce réalisée maison ou tout simplement un morceau de fromage pour accompagner votre pain. Prix : 1,50 euros le kilo.


Les herbes desséchées : elles sont moins chers que les herbes fraîches et peuvent nous dépanner de temps en temps pour parfumer nos plats. Thym, laurier, basilic, coriandre, herbes de Provence... on les incorpore dans toutes nos recettes pour agrémenter nos plats de senteurs originales. Prix : entre 50 centimes et 2 euros le petit pot.


Les œufs : ce sont des aliments très nutritifs qui peuvent être cuisinés de très nombreuses façons, donc impossible de s'en lasser. Œufs dur, œufs au plat, omelette, dans les pâtisseries, œufs à la coque... ils servent aussi bien pour des recettes sucrées que salées, ils sont donc indispensables en cuisine et peu cher qui plus est. Prix : environ 3 euros les 12 œufs.


Les compotes : on en trouve dans les rayons frais à côté des yaourts, mais également en boites de conserves près des confitures. Les compotes en conserves sont à moindre prix par rapport aux autres. On les privilégie donc pour un panier de course bon marché. Il existe de très nombreux parfums, il s'agit de plus d'un dessert light si on choisit de la compote sans sucres ajoutés. Prix : environ 2,50 euros le kilo.


Les poissons en conserves : sardines, saumon, truites... Ils présentent une excellente source d'oméga 3 et nous apporte le phosphore nécessaire. Ils sont certes moins nutritifs que du poisson frais, mais ils peuvent nous dépanner certains soirs où on est pressés ou trop fatigués pour cuisiner. Prix : environ 3 euros la boîte.

 

http://www.plurielles.fr/recettes-cuisine/fiche-pratique/10-aliments-pas-chers-a-noter-sur-sa-liste-de-course-7188815-402.html

 

Partager cet article
Repost0
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 03:07
Le commerce de proximité a de l'avenir

Par Jacques Gautrand, publié le 22/03/2012 à 14:30, mis à jour le 30/03/2012 à 17:49

 

Le commerce de proximité a de l'avenir

 

Le commerce de proximité a de l'avenir

Le Crédoc a réalisé des études montrant que l'avenir du commerce est aux petites surfaces de centre-ville.

Flickr/DaveOnFlickr

Les nouveaux modes de vie et de consommation redonnent de l'attractivité aux commerces de centre-ville. Attentes et tendances dont les enseignes peuvent tirer parti. 

Il y a une génération, les coeurs des villes étaient délaissés par le consommateur au profit d'immenses centres commerciaux implantés dans la proche ou la lointaine périphérie. La hausse continue des coûts des carburants, l'évolution des modes de vie et de consommation redonnent de l'attrait aux commerces de proximité. La "reconquête" ou la "redynamisation" des centres-villes est désormais une priorité pour la plupart des élus locaux. 

Afin de fédérer les différents acteurs autour de cette problématique (élus, consulaires, partenaires publics et privés) est née l'association Centre Ville en Mouvement (CVM) que préside Denis Badré, ancien sénateur, maire de Ville-d'Avray. A l'initiative de cette association et de l'ACFCI (assemblée des chambres françaises de commerce et d'industrie) s'est tenue, le 21 mars 2012, dans le cadre du salon Franchise Expo Paris, la 4ème Journée nationale du management de centre ville qui a mis en valeur les vertus du commerce de proximité. 

La "proximité" est une valeur montante. Accaparé par une multitude de tâches quotidiennes le consommateur veut gagner du temps sur des activités traditionnelles comme faire ses courses ("Pourquoi perdre mon temps dans un hypermarché!"), a souligné dans la conférence d'ouverture de cette 4ème Journée, Yvon Merlière, le directeur général du Credoc: "le consommateur veut qu'on lui facilite la vie, qu'on diminue ses contraintes, qu'on lui apporte des services et des offres personnalisées." 

Le Crédoc a réalisé des études montrant que l'avenir du commerce est aux petites surfaces de centre-ville, mais à condition que les commerçants et les aménageurs soient capables d'offrir autour toute une palette de services, de conseils, voire même de coaching (par exemple, un caviste qui donne des cours d'oenologie), avec des vendeurs expérimentés, sans oublier la qualité de l'accueil qui fait la différence avec le caractère impersonnel des grandes surfaces. 

Pour ne pas être en reste, les enseignes nationales de distribution alimentaire s'adaptent à ces nouvelles attentes en réduisant les formats de leurs magasins et en adaptant leur concept aux centres-villes. Comme l'a confirmé, lors du colloque, Gilles Hebert, directeur régional, chargé du développement de la branche Carrefour Proximité, laquelle compte 800 magasins sous les enseignes Carrefour Express, Carrefour City et Carrefour Contact. 

"Nous apportons au consommateur le choix et des prix en centre-ville; nos magasins ont contribué à réduire l'écart de prix avec les commerces de périphérie", affirme Gilles Hébert. Pour exploiter ces magasin de centre-ville, Carrefour fait exclusivement appel à des franchisés: l'exploitant franchisé peut mieux s'impliquer dans la vie locale qu'un directeurs salarié voué à être muté, et, étant un chef d'entreprise à part entière, il consacre toute son énergie à son commerce (bref, il ne compte pas ses heures!). 

La branche Proximité de Carrefour est en plein développement puisqu'elle compte recruter 200 nouveaux franchisés par an, parmi des personnes issues de la distribution ou des cadres en reconversion ayant un fort tempérament commercial. 

Un consommateur qui manque de considération

Face aux exigences multiples du consommateur, au développement incontournable du "multicanal" (mariage de l'Internet et du magasin), les réseaux de franchise apportent à leurs franchisés implantés en centre-ville des services-supports dont ne dispose pas un commerçant isolé (chaîne logistique, e-commerce, renouvellement de l'offre, communication...). Mais ce consommateur à la fois mobile, connecté, plus informé, que l'on dit zappeur et versatile, demande aussi de l'accueil, des conseils, des prix et de la considération... Un sacré défi à relever par le commerçant - qu'il soit franchisé ou pas. 

Anticiper les attentes du consommateur pour mieux y répondre, repèrer les innovations commerciales, c'est à ce travail de veille et d'analyse que se sont consacrés pendant un an trois consultants*. Ils ont présenté le fruit de leur investigation lors d'une conférence animée le 21 mars par l'Observatoire de la franchise: il s'agit d'un cahier de tendances baptisé "Retail Innov'action Book 2012-2013" qui recense et étudie 100 concepts commerciaux innovants dans le monde, classés selon dix tendances majeures de l'évolution du comportement du consommateur. 

"Ce qui se dégage de ces tendances, nous a expliqué Christine Casahoursat, co-auteur de cette enquête, c'est une attente de proximité, de convivialité, de relation plus émotionnelle de la part du client; celui-ci a besoin de se sentir connu, reconnu et considéré. Le consommateur recherche désormais une relation personnalisée avec le commerçant; il ira de plus en plus vers une enseigne, autant pour la force, la notoriété de sa marque que pour la relation de convivialité qu'aura su établir avec lui le commerçant." 

*Christine Casahoursat, Adeline Ochs et Philippe Lehartel: "Retail Innovac'tion Book 2012-2013, Les 100 innovations des lieux de consommation dans le monde, décryptage et analyse"  

 

 

Cliquer sur ce lien, un site à visiter !

Le commerce de proximité a de l'avenir

http://www.lexpress.fr/emploi-carriere/franchise/le-commerce-de-proximite-a-de-l-avenir_1097033.html

 

 

.

Partager cet article
Repost0
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 01:49
Quel avenir pour les circuits courts alimentaires ?


L’idéal, les circuits-courts! Aucun intermédiaire, aucun frais supplémentaires, rien, du direct, de la main à la main! Quand je vois qu’ici, une salade « classique » coute 1,45 euros à Carrefour et que je touche la même à 60 centimes au marché, vendu par celui qui les a ramassé, mon choix est vite fait! L’idéal serait de faire un rappel de tous les liens pour justement le commerce de proximité et la vente directe en France, ceux-ci s’étant malheureusement et malgré tout un peu perdu dans le nombre de pages du blog et du forum…

Près d’un agriculteur français sur cinq commercialise directement sa production. Derrière l’engouement pour les circuits courts et les Amap, les modes de production et les distances d’acheminement des aliments sont très variés. Comment relocaliser nos productions agricoles ? Quel avenir pour les réseaux de distribution alternatifs ? La deuxième édition des « Rencontres des circuits courts alimentaires », le 13 mai, est l’occasion de revenir sur ces enjeux.


 

Le circuit court alimentaire a une histoire très ancienne, la vente directe ayant souvent été le principal mode de commercialisation en milieu rural, et même urbain. La période contemporaine est marquée par plus d’intermédiaires, plus d’intervention de l’agriculteur, la transformation de son métier, une évolution de la relation qu’il a construite avec le produit et de celle qu’il a construite avec le client final, appelé « consommateur ». Mais les paysans réinventent aujourd’hui la commercialisation directe au client, transforment eux-mêmes des matières premières en produits de consommation. Ce commerce sans intermédiaire occupe actuellement près d’un exploitant français sur cinq. 

Les circuits courts répondent à des demandes socioculturelles des consommateurs, ils offrent le plus souvent une qualité supérieure et une meilleure traçabilité des produits commercialisés. Des exigences ont été apportées sur l’origine des produits, sur la labellisation des produits régionaux, sur la notion de produits fermiers, qui est devenue un enjeu et une pomme de discorde entre l’industrie agro-alimentaire et les producteurs fermiers. Les marques commerciales et les grandes enseignes ont en effet décliné à l’envi les termes « terroir » ou « fermier » pour appâter le client. Mais aujourd’hui, de plus en plus d’agriculteurs et de producteurs fermiers commercialisent de façon concomitante leurs produits en vente directe, sur des marchés, en point de vente collectif ou par internet.

Les circuits courts englobent des modes de production et des distances d’acheminement très variés. Qui dit circuit court ne dit pas forcément bonnes pratiques environnementales ou sociales, d’où l’importance de choisir des produits bio, de proximité, issus de pratiques équitables et transparentes dans leur fonctionnement et leur prix, et des filières à taille humaine qui excluent les grands distributeurs dont le seul objectif est le profit financier.


Quatre jours d’autonomie alimentaire en Île-de-France


La relocalisation de notre production alimentaire est donc nécessaire, et il nous faut mettre en place, en tant que citoyens, notre propre souveraineté alimentaire. En Île-de-France, l’autonomie alimentaire est de quatre jours et dépend totalement des approvisionnements à Rungis et des centrales de la grande distribution. Il nous faut donc réinventer une agriculture nourricière, respectueuse de la biodiversité et des systèmes de distribution, qui permette de nourrir sainement la population tout en rémunérant correctement ses acteurs, grâce à des outils coopératifs.

Les circuits de proximité doivent contribuer à produire cette plus grande équité et ce dialogue entre producteurs et consommateurs. Les circuits courts doivent aussi influencer l’ensemble du système agro-alimentaire à l’échelle territoriale locale ou plus large. Les formes de normalisation autour de ce que doit être une « bonne » agriculture, une « bonne » alimentation et une « bonne » organisation des échanges entre producteurs et consommateurs seront abordées à l’occasion des Courts-circuits en Seine.

Le terme « circuits courts » doit intégrer des critères sociaux et environnementaux, une exigence sur le mode de production, un objectif de partage de la valeur ajoutée.

Les rencontres 2012 posent aussi la question de la place des produits locaux bio dans la restauration collective : cultivons notre assiette ! Comment relocaliser nos productions agricoles ? Quel avenir pour les réseaux de distribution alternatifs ? Quelles actions politiques entreprendre ?


Michel Besson (Minga) et William Elie (Consom’Solidaire)

 

Source: Bastamag

 

Quel avenir pour les circuits courts alimentaires ?

 

.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche