Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 05:16
Des antibiotiques et des pesticides dans le miel, selon 60 millions de consommateurs

Mauvaise nouvelle, le miel, dernière ressource que certains pensaient bio est devenu un produit contaminé par toute sorte de produits peu digestes… 35 polluants en tout, une véritable horreur!

Soixante millions de consommateurs a analysé 76 échantillons de miel, bio et non bio, afin de rechercher les résidus de  »91 molécules indésirables (56 pesticides et 35 antibiotiques) ».


Résultats :  »pas moins de 35 polluants différents (pesticides, insecticides, antibiotiques) ont été trouvés dans 74 des 76 miels analysés, avec une moyenne de cinq substances par pot, et ce, également dans des produits labellisés bio ». Même si les teneurs retrouvées dans ces miels sont inférieures aux seuils réglementaires, l’association trouve les résultats inquiétants. D’autant, que certains antibiotiques, dont l’utilisation est très restreinte en France et en Europe, sont retrouvés dans les miels testés, tout comme le chlorfenvinphos, interdit depuis 2007 en France, a été détecté dans plusieurs miels d’origine française…


Si des traces de polluants ont été retrouvés dans les miels bio, ceux-ci arrivent globalement en tête de classement (cinq miels bio sur les six les mieux notés).

 

Source: actu-environnement.com

 

.

http://lesmoutonsenrages.fr/2011/09/30/des-antibiotiques-et-des-pesticides-dans-le-miel-selon-60-millions-de-consommateurs/#comment-25794

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 03:25

Qui veut nous dicter ce que nous devons manger, porter et consommer?


horizons-et-debats.ch
Jeudi 29 Septembre 2011


Qui veut nous dicter ce que nous devons manger, porter et consommer?

Des films comme «SuperSizeMe» ou «Food, Inc.» et la campagne de publicité truffée de visages connus de l’organisation de protection des animaux «Peta» livrent des images choquantes, les livres comme celui de J. S. Foer «Manger des animaux» et de Ruby Roth «Pourquoi nous ne mangeons pas d’animaux» diffusent des arguments aux adultes et aux enfants, et Peter Singer donne la base idéologique avec son «Animal Liberation», le mouvement pour la libération des animaux.
Il est question du «véganisme», une forme spéciale du végétarisme et un mode de vie réprouvant l’utilisation d’animaux et de produits animaux et qui interdit la consommation de viande, de poisson, de gélatine, de lait, de produits laitiers, d’œufs et de miel comme nourriture ainsi que tous les autres aliments animaux. Pour les vêtements on évite des matériaux tels que le cuir, les fourrures et la laine, pour la cosmétique on prend garde qu’elle soit produite sans expériences sur les animaux. On justifie tout cela avec une accumulation de motifs des plus différents: soit issus de l’éthique à cause des soi-disant droits des animaux, ou de l’écologie à cause de l’exploitation des sols ou des arguments de santé à cause d’un mode de vie prétendument plus sain.
Ce qui est commun à tous ces arguments, c’est qu’ils semblent tous contenir en quelque sorte un noyau de vérité, difficile à nier. Qui n’a pas connaissance de l’exploitation des ressources du sol, de l’énergie et de l’eau par l’agriculture industrielle, qui n’a jamais entendu parler d’élevage en batterie et son influence néfaste sur les animaux et notre environnement, ou bien qui n’a jamais lu quelque chose sur la nocivité du fast-food, ou de la surpêche dans les mers? On a en quelque sorte des difficultés de se soustraire à ces arguments, d’un côté parce que les médias nous bombardent avec ces informations et de l’autre côté souvent uniquement par ignorance.
Si l’on considère d’un peu plus près cette question d’alimentation «végane», on constate les faits suivants: Du point de vue biologique, l’être humain est un omnivore, cela veut dire qu’il se nourrit de façon relativement équilibrée d’animaux aussi bien que de plantes. Et c’est justement ce que les êtres humains font depuis toujours. Ils gagnent leur énergie surtout à partir d’hydrates de carbone qui se trouvent dans les plantes sous forme de fécules (amidon de pommes de terre, riz, céréales etc.). Les protéines nécessaires à la constitution de toutes les cellules (acides aminés), ils les tirent d’aliments animaux et végétaux, mais il faut noter que les supports animaux de protéines, comme le poisson, la viande, le lait et les produits laitiers ont plus de valeur nutritive dans leur composition que les protéines de plantes telles que les haricots, les lentilles, les pois, le soja etc. Cela signifie, qu’à cause de leur composition en acides aminés, toute protéine animale est supérieure à la protéine de plantes parce qu’elle sert déjà en toutes petites quantités à constituer de la protéine propre au corps. En plus, l’être humain a aussi besoin de vitamines, et de sels minéraux pour régler et maintenir des processus dans le corps. Nous le savons tous: Lors d’un manque de vitamine C, on nous conseille de manger beaucoup de fruits et de légumes, lors d’un manque de magnésium, nous avons des crampes dans les mollets et devrions manger des bananes, et lors d’un manque de calcium, nos ongles deviennent cassants et on nous conseille de boire davantage de lait et de manger davantage de produits laitiers.
Dans une alimentation «végane», quelques-unes de ces vitamines et des sels minéraux viennent très vite à manquer, avant tout la vitamine B12, importante pour la formation du sang. Les symptômes d’un manque ne sont d’abord pas spécifiques et se manifestent par une fatigue ou des maladies des voies respiratoires fréquentes, mais ils peuvent aussi amener à des anémies et un risque augmenté de thrombose. Des petits enfants allaités par des mères qui se nourrissent de manière «végane» montrent déjà dans la première année des symptômes de manque dangereux qui peuvent amener à des séquelles dans les nerfs, un développement neurologique ralenti jusqu’à une perte de la substance cérébrale. De même, avec le «véganisme» qui exige de renoncer aux aliments animaux, surtout au lait et aux produits laitiers, courent le risque d’un manque en calcium ce qui met en danger la densité des os. Chez les femmes, cette manière de s’alimenter s’avère néfaste pour le ravitaillement en fer du sang et ce sont surtout les jeunes nourris de cette façon qui souffrent d’un manque de fer. L’Association allemande pour l’alimentation (Deutsche Gesellschaft für Ernährung) ne recommande à aucun groupe d’âge l’alimentation «végane» à cause des risques liés à cette alimentation et la déconseillent surtout pour les nourrissons, les enfants et les adolescents.
La Commission fédérale de l’alimentation (COFA) arrive aux mêmes conclusions dans un rapport d’experts.1
Pourquoi donc nous accable-t-on de cette propagande «végane»? Pourquoi le front de libération animale n’hésite-t-il pas à passer aux actes terroristes qui mettent en danger des êtres humains et des animaux?2 Et à cause de ces actes terroristes, les protecteurs des animaux militants sont considérés aux USA comme danger pour la sécurité intérieure. Est-ce qu’une nouvelle forme de dictature écolo s’installera, qui veut nous dicter ce que nous avons à manger, à porter et à consommer?
C’est sûr que nous devons réfléchir à ce qui concerne les maladies dues à l’alimentation dans les pays civilisés. Les réponses raisonnables à ces questions existent et chacun de nous est capable de les intégrer à sa façon de vivre. Ainsi, beaucoup de consommateurs savent depuis longtemps qu’il vaut mieux acheter les aliments dans la région et suivant les saisons, au lieu de les faire venir de contrées lointaines, qu’il ne faut pas tous les jours de la viande au menu pour nous alimenter de façon équilibrée et saine que les aliments de culture biologique contiennent davantage de substances vitales, et que la viande d’animaux élevés de façon adéquate est meilleure. Le Rapport sur l’agriculture mondiale nous a montré clairement que les structures de petits espaces et une agriculture régionale sont en tout cas plus avantageuses.
Notre façon de vivre devra cependant toujours rester une décision individuelle.   
1    cf.: DGE e.V.: Ist vegetarische Ernährung für Kinder geeignet? Gesundheitliche Vor- und Nachteile einer vegetarischen Ernährung. «L’alimentation végétarienne convient-elle aux enfants? Avantages et désavantages d’une alimentation végétarienne pour la santé», Rapport d’experts de la Commission fédérale de l’alimentation.
2    cf. Série d’attentats sur Daniel Vasella par des protecteurs d’animaux militants 2009, Assassinat de Pim Fortuyn par un activiste de la protection des animaux 2002, actions contre des entreprises de cirque 2009 etc.

 

horizons-et-debats.ch

 

http://www.alterinfo.net/Qui-veut-nous-dicter-ce-que-nous-devons-manger-porter-et-consommer_a64307.html

 

 

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 00:18

 

http://img2.generation-nt.com/ebay-fr-logo_0096000000061059.png 

 

 

Je suis en colère. Hier, j'ai voulu acheter un article en prévision de la crise, de grosses boîtes hermétiques pour conserver les aliments. Par erreur, j'ai été sur ebay.fr au lieu du Boncoin, malheur ! A peine ont-ils eu mon adresse courriels, qu'ils l'ont utilisée pour m'envoyer leur saleté de pubs alors que je boycotte la société de consommation, que je dénonce le capitalisme, que j'ai choisi la simplicité de vie, la sobriété.

 

Que faire ? Se désinscrire, bien sûr, pour ne pas être inondée des pubs qui encombrent la boîte courriels et partent à la corbeille aussitôt.

 

Qu'y a-t-il ? C'est tellement incompréhensible, tellement compliqué, tellement introuvable, qu'on est malgré soi prisonnier de ce filet terrible. 

 

Si vous ne souhaitez plus recevoir de propositions commerciales de notre part,
il vous suffit de vous rendre dans Mon eBay en cliquant sur le lien "Mon eBay" présent
en haut de la page d'accueil du site eBay, puis dans Préférences,
et de changer vos préférences de notification par email. Ou répondez simplement à ce message en indiquant la mention UNSUBSCRIBE dans la ligne d'objet. Notez que le traitement de votre demande peut prendre jusqu'à 14 jours.

 

Impossible de trouver comment se désabonner, alors on essaie UNSUBSCRIBE, et on retrouve :

 


Merci de votre message à eBay. Nous vous prions de ne pas répondre directement à ce message, votre message ne serait pas traité.
Si vous avez une question pour le Service Client, rendez-vous sur la page Aide. Cette page vous aidera à répondre à votre question ou à nous contacter (Lien donné)

Si vous souhaitez modifier vos préférences de notification, qui déterminent quel type d'e-mail vous recevrez d'eBay, merci de suivre ces étapes :
1. Cliquez sur "Mon eBay" situé en haut de toutes les pages eBay. Vous devrez peut être vous identifier.
2. Cliquez sur le lien  "Préférences" situé dans la section "Mon compte"
3. Cliquez sur le lien "Affichez tout" situé à droite de "Mes préférences". Vous devrez peut être vous identifier à nouveau
4. Sur la page "Préférence de notification par e-mail", cochez les cases correspondantes aux types de messages que vous souhaitez recevoir d'eBay. Puis, décochez les cases qui correspondent aux messages que vous ne souhaitez pas recevoir d'eBay.
5. Une fois terminé, n'oubliez pas de cliquer sur le bouton "Enregistrer" situé en bas de la page.
Merci, encore pour votre e-mail.
.
En réalité, on tente, en compliquant tout, de dissuader la personne de se désabonner des publicités. Tout est fait pour nous démobiliser, pour nous enfermer dans un processus d'achats contre notre gré, pour nous tenter au risque de l'endettement, de l'insolvabilité.
.
Si la Société ebay était sincère, elle écrirait, comme tous : "Pour vous désabonner, cliquez ici." (§) Mais non, on ne se débarrasse pas de cette sangsue !
.
Conclusion : Evitez cette enseigne, le simple fait de se manifester, même par erreur comme moi, et ils ne vous lâchent plus, ces crampons ! Quelle peste ! Au diable ce pot de colle ! 
.
Quand je me suis rendue compte de mon erreur, que j'étais sur ebay et non sur leboncoin, c'était trop tard. Ebay m'avait agrippée, et ne me lâchait plus ! Scandaleux !
.
Il est grand temps de dire non à ces méthodes, et plus généralement, à cette société mercantile qui nous poursuit jusqu'à ce que nous soyons insolvables. Reprenons en mains notre destin, redevenons des êtres libres ! 
.
Votre eva
.
Pour m'écrire, c'est ici : evaresis@yahoo.fr
Il n'y aura pas de commentaires sur ce post.
.
.
(§) Exemple : Pour Pour ne plus recevoir d'e-mails de notre part, désinscrivez-vous de la newsletter. 
Partager cet article
Repost0
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 20:37

Plus rien ne doit rester de l'oeuvre du Conseil National de la Résistance !?...Quant aux consommateurs ils auront maintenant un journal tenu par les marchands...Voici Le rêve des libéraux qui devient un cauchemar pour nous tous....


C'est à la Libération que le mouvement des consommateurs prend son essor.

Les associations familiales se préoccupent de la question et l'Union fédérale des consommateurs (UFC) fondée en 1951 avec le soutien des syndicats ouvriers et des pouvoirs publics sort le premier numéro de « Que choisir » dix ans plus tard.

En 1966, une nouvelle étape est franchie avec la naissance de l'Institut national de la consommation. (INC)

Les associations de consommateurs interviennent pour lutter contre la vie chère, mettre en garde les familles contre la publicité mensongère et défendent les consommateurs tout en participant aux réflexions de l'INC afin de pouvoir organiser des campagnes éducatives et de prévention de masse.

Dans les années 70, le mouvement dit « consumériste » se développe fortement et obtient son indépendance et la reconnaissance de la fonction consommation.

La revue éditée par l'INC « 50 millions de consommateurs » devient « 60 millions... »

« Ses enquêtes, celles de Que Choisir, ainsi que l'action sur le terrain des associations conduisent à de nombreuses campagnes contre des produits (colorants, casques moto, veau aux hormones…) et autres dénonciations (pollution des plages...). »

 C'est un magazine sans publicité commerciale, ce qui garantit son indépendance vis-à-vis des fabricants et des distributeurs. Le site web de 60 Millions de consommateurs propose les essais comparatifs et des enquêtes minutieuses.

Aujourd'hui avec la pollution mentale opérée par la publicité toute puissance, l'action de l'INC, pourtant de plus en plus contrôlée et l'existence d'une revue de consommation de qualité, c'en est trop pour les lobbies industriels et commerciaux qui pèsent sur les décisions prises par le gouvernement.

Face à la dernière attaque en règle contre l'indépendance de « 60 millions de consommateurs », voire à terme son existence, les associations protestent vivement, relayées par les associations départementales et locales comme le CDAFAL 77(le Conseil Départemental des Associations Familiales Laïques)

« En 2008, le cabinet de Luc Chatel avait appelé l'INC pour protester contre la publication de la liste des prix qui flambent. C'en était assez pour le Gouvernement qui ne supporte pas les institutions indépendantes. C'est ainsi qu'une réorganisation de la « gouvernance » et l'élaboration d'un projet de privatisation partielle de "60 millions de consommateurs" inquiètent à juste titre les associations familiales et de consommateurs :

En 2010, l'Institut National de la Consommation voyait son indépendance menacée avec un Conseil d'Administration où les représentants du personnel et les associations ne détenaient plus que 7 voix sur 17.

Aujourd'hui on constate la baisse des ventes du magazine "60 millions de consommateurs", on pouvait prévoir la défiance des lecteurs si les informations sont biaisées, et moins fiables. D'autant plus alors que le pouvoir d'achat des familles est en baisse.

L'éditeur, l'INC, préconise l'entrée d'investisseurs privés. Si cette proposition annoncée le 15 septembre était votée par le CA, cette arrivée serait suicidaire même du point de vue de la gestion capitaliste, car le nombre de lecteurs s'effondrerait, la confiance ayant totalement disparu. Donc les investisseurs privés, n'ayant pas de lecteurs pour leur publicité, abandonneraient aussitôt cette revue.

Le CDAFAL 77 demande fermement l'abandon du projet de privatisation rampante mais réelle d'un organe de presse qui doit absolument garder son indépendance afin de poursuivre sa mission d'information objective des consommateurs. »


Jean-François Chalot sur  Agoravox


 

Pour aller plus loin


http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/09/17/60-millions-de-consommateurs-independance-menacee_1573698_3224.html

 

 

 

.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 04:07

http://www.lesitemalin.com/assets/images/caddie/manger-sain-bio-pas-cher.jpg

Mangez sain sans vous ruiner

> Alors que Jean-Claude Trichet, président de la Banque centrale européenne, explique que nous bénéficions d'une remarquable stabilité des prix grâce à l'euro, beaucoup de citoyens français ont une impression différente.

> Qui se souvient d'avoir acheté des pêches à 50 F le kilo ? 50 francs, ou 7,62 €, c'est pourtant le prix que ceux d'entre nous qui en avaient les moyens ont dû régulièrement payer, cet été, pour goûter à un de ces fruits devenus défendus. Et des cerises à 80 F le kilo ? C'est le prix auquel elles étaient affichées dans l'épicerie de ma rue, fin juillet (12 €).

> Bien entendu, ce sont des exemples. Des lecteurs de S&N seront sans doute parvenus à s'en procurer pour 4,50 € le kilo « seulement ». Il n'empêche : cela représente 30 francs, un prix qui aurait été jugé scandaleux en 2001.

> Et pourtant, la hausse prodigieuse des prix des produits alimentaires n'est pas une excuse pour mal vous nourrir.

> D'abord parce que, si effectivement nous allons vers la catastrophe financière, une bonne santé sera le bien dont vous aurez le plus besoin. Ensuite parce que, quelle que soit l'évolution des prix, il est faux de prétendre que la malbouffe soit meilleur marché que la nourriture saine.

> Le problème est que bien manger, comme bien écrire, bien chanter, ou bien parler, s'apprend. Et que dans ce domaine comme dans d'autres, une rupture de transmission s'est produite ces trente dernières années.

> Alors voici comment mieux manger avec moins d'argent :

Consacrer du temps

> L'ère des surgelés, du micro-ondes et des fast-foods nous l'ont fait oublier, mais se nourrir prend du temps. Il faut du temps pour choisir sa nourriture, la préparer, la consommer. Vous pouvez « gagner du temps » sur chacune de ces étapes mais alors, vous mangerez plus mal, et cela vous coûtera plus cher.

> Si votre but est de mieux manger sans dépenser plus, prenez la résolution d'y consacrer plus de temps. Si ce point est acquis, passez à la deuxième étape.

Choisir ses produits

> En préparant vos menus à l'avance, vous achetez uniquement le nécessaire.

> L'expérience montre qu'il coûte plus cher d'acheter un peu de tout pour improviser ensuite des repas, que de prévoir à l'avance ses repas puis d'acheter ce qu'il faut pour cuisiner. En préparant à l'avance des menus équilibrés, vous mangerez juste ce qu'il faut, et vous vous en porterez d'autant mieux. A noter qu'un repas bien préparé comporte des plats variés, et que l'on est ainsi plus vite rassasié.

Manger mieux, mais un peu moins

> Des études chez les animaux ont montré que manger moins rallonge l'existence et diminue l'incidence des maladies, à partir du moment où vous avez votre dose quotidienne normale de vitamines et nutriments essentiels. Le Dr Richard Weindruch, du Centre de recherche national sur les primates du Wisconsin, a publié en 2009 les résultats d'une intéressante étude à ce sujet [1] . En 1989, il prit deux groupes de quinze macaques. Au premier, il donna une ration de nourriture réduite 30 % par rapport à la normale. Au second, il donna autant à manger qu'ils voulaient. En 1994, 46 autres macaques ont été répartis entre les deux groupes. Puis le Dr. Weindruch a comptabilisé les décès sur les années suivantes. Seuls 13 % des macaques ayant reçu peu de nourriture (restriction calorique) sont morts de maladies liées au vieillissement, contre 37 % de leurs congénères se nourrissant autant qu'ils le voulaient.

> Il est probable que l'effet soit le même chez les humains. Manger un peu moins que d'habitude pourrait vous faire gagner des années de vie en bonne santé, en plus de vous faire économiser.

Réutiliser les restes

> La quantité de nourriture jetée à la poubelle actuellement, sans autre raison que la négligence, la paresse et la désorganisation, est affligeante. On estime que près de 50 % de la production alimentaire mondiale est gaspillée, selon un rapport de la FAO, l'organe de l'ONU consacré à l'agriculture et à la nourriture.

> Cela veut-il dire que les restes de votre gigot de dimanche midi peuvent vous servir de dîner du vendredi soir suivant ?

> Je vais peut-être vous choquer mais le fait que de la nourriture devienne dure, change de couleur, qu'elle devienne gluante, ou même qu'elle sente mauvais, ne veut quasiment rien dire en terme de danger pour la santé. Le goût peut ne pas vous plaire, mais ça ne veut pas dire que vous allez tomber malade. Ceci parce qu'il existe une grande différence entre les bactéries qui dégradent la nourriture, et celles qui sont pathogènes, c'est-à-dire causes potentielles de maladie.

> Les bactéries qui font pourrir la nourriture forment un film gluant sur la viande, ramollissent les légumes, et donnent une très mauvaise odeur au poulet. Mais les bactéries pathogènes sont inodores, incolores, et invisibles.

> Dans la mesure où vous ne pouvez pas compter sur votre vue ni sur votre odorat, utilisez la règle de 4 : pas plus de 4 jours à 4 °C.

> A 4°C, vous pouvez conserver pendant trois jours entiers du poulet cru et du bœuf haché. Vos restes de nourriture cuisinés, eux, peuvent être conservés quatre jours.

Redécouvrez la soupe

> Non, je ne parle pas d'acheter des briques de soupe au supermarché, ni même les soupes « bio ». Vous ne ferez aucune économie, et vous ne saurez jamais, au juste, ce qu'il y avait dedans.

> Chaque fois que vous êtes en peine de faire un repas, souvenez-vous que virtuellement toutes les nourritures, tous les ingrédients, peuvent servir de base à fabriquer une soupe. Il suffit de les mettre à bouillir dans une casserole avec beaucoup d'eau, un oignon, une gousse d'ail, quelques herbes, du sel et du poivre.

> Si vous n'avez qu'un seul légume sous la main (quelques carottes rabougries, un vieux chou-fleur), cela suffit pour faire un potage bon au goût et bon pour votre santé. N'ouvrez pas de paquet de chips. Ne commandez pas de pizza. S'il vous reste un quignon de pain que vous pouvez réduire en petit morceaux et faire revenir dans de l'huile d'olive avec de l'ail et du sel dans une poêle, faites-vous des croutons.

> Si la soupe est trop claire, une poignée de riz l'épaissira.

Mangez du chou

> Jusqu'à la découverte de l'Amérique, nos aïeuls n'avaient ni haricots, ni maïs, ni tomates. Et la pomme de terre n'est arrivée en Europe qu'à la fin du XVIIIe siècle.

> Le chou, sous toutes ses formes, tenait une place de choix dans leur alimentation.

> Aujourd'hui, le chou est passé de mode, et peu de jeunes ménages en consomment. C'est extrêmement dommage.

> Il existe une grande diversité de choux, et un nombre prodigieux de délicieuses recettes pour les préparer, de la choucroute à la salade de chou rapé, en passant par le chou farci et la soupe au chou.

> Le chou est bon marché en toute saison. Il a de grandes vertus détoxifiantes et chélatrices (se lie aux métaux lourds pour les évacuer de votre corps). Il est bourré de nutriments : vitamine A, C et E anti-oxydantes qui freinent le vieillissement cellulaire, fibres, potassium et souffre.

> Des études récentes ont démontré que le chou a des vertus anti-cancéreuses grâce à son souffre et ses anti-oxydants. Le brocoli freine le cancer de la prostate.

> Vous trouverez sur marmiton.org des centaines de recettes à base de chou. N'oubliez pas le chou de Bruxelles, le chou chinois, le brocoli et toutes les sortes de chou blanc, vert, rouge, frisé ou pommelé.

Mangez des légumineuses

> Tout comme le chou, redécouvrez les lentilles, les haricots secs ou demi-secs, les fèves et les pois sous toutes leurs formes. Les légumineuses ne coûtent pas cher et font de délicieux potages, purées, peuvent se manger chauds ou froids en salades. Il en existe assez de variétés pour en manger une fois par jour sans jamais se lasser, et elles peuvent parfaitement vous servir de plat principal, sans accompagnement.

> Un exemple rapide : ouvrez une boite de conserve de petits pois (inutile qu'ils soient « extra fins »), versez la dans une casserole, avec le jus, et faites chauffer. Il vous suffit ensuite de mixer, saler, poivrer, et ajouter une cuillerée de crème fraîche non-allégée, pour faire un délicieux potage.

Limitez votre consommation de viande

> Réservez la viande rouge (si vous en mangez) et les grosses pièces de viande pour les grandes occasions.

> Le reste du temps, les légumes cités précédemment feront une excellente base de repas, et vous pourrez manger végétarien sans y penser. Quelques lardons, ou un bout de saucisse fumée suffisent à accompagner ces plats, si c'est indispensable pour vous. Pour varier les goûts, re-découvrez les épices et les herbes aromatiques, à commencer par les plus simples et les plus courantes : ail, cerfeuil, noix de muscade, laurier, cumin...

Choisissez vos poissons

> Le poisson est très bon pour la santé, et il serait très dommage de s'en priver. Néanmoins, rien ne vous oblige à donner dans la lotte, le bar ou la sole, devenus hors de prix. Les petits poissons gras de mers froides sont bien moins chers, vous pouvez les acheter en conserve, et d'un point de vue nutritionnels, ce sont de toutes façons les meilleurs grâce à leur forte teneur en oméga-3 et leur faible intoxication au mercure.

Les œufs

> Enfin, l'aliment parfait pour les petits budgets : l'œuf.

> Victime d'une épouvantable erreur judiciaire dans les années 90, lorsque des chercheurs accusèrent injustement son jaune (le meilleur !!) de faire monter le taux de cholestérol, l'oeuf a été totalement blanchi ces dernières années, en particulier grâce à une étude de l'Université de Yale. (2)

> Nous savons maintenant que deux œufs par jour n'ont aucun effet négatif sur le cholestérol, pour les personnes en bonne santé. Bien entendu, si vous suivez un régime particulier, prescrit par un médecin, ne changez rien sans l'avoir consulté.

> Sinon, vous n'avez aucune raison de vous priver de cette délicieuse source de protéines de haute qualité, nourrissante, facilement di gérable, et très bon marché. Car même en magasin bio, vous aurez du mal à trouver des œufs, même enrichis aux oméga-3, à plus de 25 c l'unité.

> A votre santé,

> Jean-Marc Dupuis

> **********************

> Publicité

> Le site internet spécialisé www.lanutrition.fr. La coenzyme Q10 (CoQ10) est un facteur essentiel de la production d'énergie dans les cellules du corps humain. La CoQ10 est indispensable à la vie, et en particulier au bon fonctionnement du cœur et à la bonne santé cardiovasculaire. C'est aussi un antioxydant très puissant qui neutralise les radicaux libres. La production de CoQ10 par votre corps diminue avec l'âge et par la prise de statines (médicaments contre le cholestérol). L'alimentation en apporte très peu. Pour un complément alimentaire de CoQ10 respectant tous les critères d'efficacité : cliquez ici

 

> **********************

> Sources :

> (1) R.J. Colman et al., Science, 325, 201, 2009.

> (2) Katz DL, Evans MA, Nawaz H, Nickelll VY, Chan W, Comeford BP, Hoxley ML, Egg consumption and endothelial function: a randomized controlled crossover trial, International Journal of Cardiology, Vol. 99. No 1, 10 Mars 2005, 65-70.

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 23:08

Quoi manger pour rester en vie ?

  • des aliments dans leur état le plus naturel: fruits et légumes frais, locaux et si possible, les faire pousser soi-même;
  • avant d’acheter, lire les étiquettes des produits transformés et n’acheter que ceux dont la liste d’ingrédients ne se retrouve pas dans un ouvrage de chimie,

Essayons de faire le point sur les informations qu’un simple citoyen est capable d’obtenir à propos des produits alimentaires qui menacent sa santé.

 


S\'alimenter... tout un défi

 

 

Il circule toutes sortes de légendes et de mythes à propos des vertus de certains aliments et il faut en convenir, les résultats des recherches à ce propos sont parfois contradictoires et le simple citoyen peine à s’y retrouver.  Pourtant… des livres traitant des bienfaits des fruits, légumes, céréales… sur votre santé et votre énergie vitale, il y en a des masses.  Il semble que ce soit payant de vendre la santé.

En revanche, ce qui circule moins c’est l’information juste à propos des «additifs» à notre alimentation, additifs que nous mangeons tous les jours qu’on soit d’accord ou non, sous peine de ne plus trouver moyen de nous alimenter.  On n’entend pas beaucoup parler non plus des diverses toxines qui peuvent infecter les aliments à différentes étapes de leur vie utile ni du niveau de préparation de nos gouvernements pour faire face à d’éventuelles crises.

(voyez cette liste rouge des additifs alimentaires)

Dans nos viandes, volailles, poissons, aliments transformés, traités… nous retrouvons quantité d’agents de saveur, de conservation… sans compter les résidus de pesticides, d’antibiotiques, d’hormones de croissance, et certaines toxines parfois mortelles.

Faites pousser vos légumes si vous le pouvezIndividuellement, nous ne pouvons presque rien contrôler, à moins d’être en mesure d’élever notre bétail et de faire pousser nos fruits, légumes et céréales. En conséquence, la majorité des citoyens du Québec est esclave de l’industrie agro-alimentaire et de ses procédés. Les citoyens doivent se résoudre à faire confiance aux divers organismes de surveillance de la santé publique, d’inspection des aliments et des procédés de transformation de l’industrie agro-alimentaire, et bientôt, au Codex Alimentarius qui normalisera tout tout tout ce qui a trait à l’alimentation.

Notre alimentation se dégrade, des études indépendantes réalisées aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni et dans plusieurs autres pays, indiquent que nos aliments ont considérablement perdu de leur valeur nutritive au cours des dernières décennies:

Les tableaux du lien suivant montrent la diminution du contenu nutritif plusieurs fruits et légumes vendus au Canada entre 1951 et 1999:

CHARTS: Nutrient Changes in Vegetables and Fruits, 1951 to 1999

De temps en temps, lorsqu’une crise survient comme celle qui a touché Maple Leaf, les médias diffusent de l’information et finissent par nous rassurer… tout va bien, le bon gouvernement veille sur nous.  À mon avis c’est un acte de foi.

Des sonneurs d’alarmes se livrent…

Considéré comme un «héros» par les uns, comme un «fauteur de troubles» par les autres, le docteur Shiv Chopra n’y va pas par quatre chemins. «La nourriture canadienne est la plus contaminée au monde!»

«La nourriture canadienne est la plus contaminée au monde!» Le Québec pourrait contribuer à l'assainir, selon Dr Shiv Chopra - LaNouvelle.net... 16 janvier 2009

Pas trop pressé de faire des suivis le bon gouvernement…

Santé Canada qui gère différents programmes, démontre un certain laxisme au niveau du suivi, y’a qu’à voir les dates des dernières données:

  • Surveillance nationale de la présence de produits chimiques potentiellement dangereux dans les aliments, rapport de 2004
  • Étude sur les poissons et fruits de mer, 2002

Les AlimenteursFILM À VOIR !

Date de sortie en salle: 19 juin 2009
Date de sortie en DVD/Vidéo: 03 novembre 2009

Diverses sources d’information

Voyez aussi une vidéo sur la germination… Véritable explosion nutritionnelle.

Dans les articles du blogue, vous trouverez des commentaires sur l’actualité en rapport avec l’alimentation, les intoxications, les conséquences des procédés de l’industrie sur notre santé, sur nos vies.

Quoi manger pour rester en vie… ? il faut y réfléchir.

Références pour ce billet

http://www.resterenvie.com/blogue/?p=872

.

 

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 23:16

  

 

 

..

4

On commence à le savoir, mais combien l’ignorent?.

Fais passer le message !


7 minutes…Un zapping de 4 films documentaires A voir absolument!


Les fruits & légumes, la viande et ses dérivés, tout ce que l’on achète au supermarché est impropre à la consommation.


Additifs alimentaires, pesticides, colorants, antibiotiques, ionisation du vivant…l’interaction entre tout cela est une véritable bombe à retardement qu’il nous faut désamorcer rapidement.


Si nous ne le faisons pas pour nous…Faisons le pour nos enfants

 

http://lesmoutonsenrages.fr/2011/09/04/lendroit-le-plus-dangereux-du-monde-est-le-super-marche/

Partager cet article
Repost0
27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 05:59

http://mondecontemporain.org/images/usine_inde_textile.jpg

http://mondecontemporain.org/images/usine_inde_textile.jpg

SANTE - Greenpeace a trouvé parmi les échantillons de vêtements de grandes marques, comme Adidas, Lacoste, Ralph Lauren, des traces d'éthoxylates de nonylphénol, un perturbateur hormonal...

Des traces de substances chimiques toxiques susceptibles de porter atteinte aux organes de reproduction des êtres vivants ont été détectées dans des produits de quatorze grands fabricants de vêtements, a annoncé Greenpeace mardi à Pékin.


Parmi les marques mises en cause par l'ONG de défense de l'environnement figurent Adidas, Uniqlo, Calvin Klein, Li Ning, H&M, Abercrombie & Fitch, Lacoste, Converse et Ralph Lauren. Greenpeace a acheté dans 18 pays des échantillons de vêtements de ces marques, fabriqués notamment en Chine, au Vietnam, en Malaisie et aux Philippines. Puis elle a soumis ces textiles à des analyses.

 

suite ici :

 

http://www.20minutes.fr/article/773856/produits-toxiques-vetements-14-grandes-marques

Partager cet article
Repost0
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 13:44

http://i82.servimg.com/u/f82/13/92/53/13/reseau11.png

 

Les forfaits internet illimité menacés par les opérateurs

Les fournisseurs d'accès étudieraient une segmentation des abonnements à internet avec des "plafonds de consommation".

Les principaux fournisseurs d'accès à internet (FAI) envisageraient à mettre fin aux forfaits internet dits "illimités" pour des abonnements segmentés.

La Fédération Française des Télécoms (FFT) --qui regroupe Orange, SFR et Bouygues Télécom-- réfléchit à instaurer de nouveaux forfaits internet avec un "plafond de consommation" ainsi qu'un "débit IP maximum", selon un document de travail révélé par un Owni.fr.

La FFT a ainsi fait des "propositions de découpage par gamme pour le fixe", avec les différentes conséquences possibles en cas de dépassement du "plafond de consommation" dont la "réduction du débit" ou "le blocage". Un modèle largement inspiré de l'internet mobile qui repose sur le prétexte de congestion des réseaux.

Contacté par Owni.fr, Orange confirme que "oui, il y a certains forfaits sur lesquels on risque de mettre des seuils", sans préciser lesquels... "Il n'est absolument pas question de limiter les offres à la maison", a toutefois affirmé un porte-parole de France Telecom à l'AFP. "Il y a une réflexion sur la segmentation des offres, mais pas du tout sur une limitation, il n'y a pas de notion de bridage dans la réflexion en cours", poursuit-il.


Proposition de découpage par gamme pour l'internet fixe (Cliquez pour agrandir)

 

"Des limites aux offres illimitées"

Ces nouveaux forfaits pourraient également prévoir de limiter l'accès à internet pour le téléchargement, le peer-to-peer (téléchargement en pair-à-pair), la VoIP (téléphonie sur internet, type Skype) et les newsgroups (serveurs de téléchargement). S'agit-il de limiter le téléchargement sur internet ?

"Afin de faire passer la pilule, le discours officiel des FAI sera de faire croire (à tort) que pour la majorité des abonnés, ces nouvelles dispositions n'auront aucune incidence", croit savoir PC Inpact, qui voit surtout dans ces nouvelles offres une façon pour les opérateurs français d'augmenter leurs revenus.

En novembre dernier, le patron d'Orange Stéphane Richard avait évoqué la possibilité d'instaurer "des limites aux offres illimitées" sur mobiles. Une déclaration qui ouvrait un débat sur la segmentation des abonnements internet pour mobile, mais aussi pour les forfaits internet classiques.

En 2009, SFR aurait ainsi milité pour une segmentation en fonction des usages : un abonnement à 30 euros pour les usages de base (sites simples, e-mails), 50 euros pour une utilisation plus poussée (réseaux sociaux, sites de partages de vidéo) et 70 euros pour une utilisation maximale (vidéo à la demande, peer-to-peer).

 

"Les opérateurs se croient tout puissants"

La mesure évoquée par la FFT devrait être présentée prochainement à l'Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (Arcep).

Son éventuelle mise en place sera cependant compliquée puisqu'il faut que tous les opérateurs s'accordent sur ces nouveaux abonnements. Or, pour l'heure, Free et Numericable semblent, pour l'heure, en dehors de ces discussions.

De leur côté, l'UFC-Que Choisir critique déjà une proposition "inacceptable". "Limiter Internet sur le fixe n'a aucune justification économique", souligne Edouard Barreiro à Owni. "Les coûts fixes ne varient pas selon la consommation des utilisateurs, ou très peu. Les opérateurs cherchent à rançonner des deux côtés : d'abord les fournisseurs de contenus comme Google, puis les consommateurs. Les opérateurs se croient tout puissants", conclut-il. 

 

Le Nouvel Observateur


 

http://hightech.nouvelobs.com/actualites/depeche/20110820.OBS8856/les-forfaits-internet-illimite-menaces-par-les-operateurs.html

 


Partager cet article
Repost0
10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 02:18
publié par Circus Manager (L' nouveau webmaster) Avant-hier 22H44 

Auteur : Aurélie Lebelle - Source : France Soir Actu

France-Soir. Pourquoi les Bourses s’effondrent-elles ?
Eric Heyer. La situation actuelle reflète une énorme incertitude : la croissance annoncée n’est pas là et cela rejaillit sur les dépenses publiques. D’autre part, il existe un flou politique car aucune décision concrète n’est envisagée. Face à ces incertitudes, les investisseurs préfèrent retirer leur argent risqué. C’est pour cela qu’il y a un krach aujourd’hui.

F.-S. Que risque-t-on à court terme ?
E. H. Le krach boursier peut devenir un krach assurantiel : si les gens prennent peur et retirent leur assurance vie, les assurances ne pourront pas tout absorber et risquent la faillite. Ce seront alors les ménages qui perdront tout, même si on peut penser que les Etats viendront aider les assurances, comme ils l’ont fait pour les banques lors de la dernière crise. Mais cette aide de l’Etat ne fera qu’augmenter la dette publique.

F.-S. Les Français risquent-ils de perdre beaucoup d’argent ?
E. H. Il va falloir voir qui détient les actions. Il y a d’un côté des ménages riches, qui vont perdre un peu d’argent. Mais il y a aussi des ménages qui ont mis toutes leurs économies et là c’est problématique. Pour autant, la France est un peu plus épargnée car, chez nous, contrairement aux pays anglo-saxons, les ménages placent davantage leur patrimoine financier dans l’immobilier que dans les actions.

F.-S. Faut-il se dépêcher de retirer son assurance vie ?
E. H. Si vous retirez votre assurance vie, vous augmentez la probabilité d’un krach assurantiel. On ne peut pas conseiller cela. Après, si vous avez une assurance à un taux fixe à 4 % ou 4,5 %, vous pouvez vous demander comment votre assurance va pouvoir vous garantir ce taux. Elle ne le pourra sans doute pas. Si les Bourses s’effondrent complètement, vous risquez de perdre de l’argent sur votre assurance vie. Après, ce sont généralement des placements à long terme… Le problème, c’est si votre assurance fait faillite. Là vous risquez de tout perdre, même si les Etats aideront très probablement les assurances.

F.-S. Où faut-il placer son argent actuellement ?
E. H. L’immobilier reste bien sûr un bon placement mais les prix sont extrêmement élevés donc ce n’est pas forcément le meilleur moment pour acheter. Après, vous avez des devises sans risque comme le franc suisse. Vous ne gagnerez peut-être pas d’argent mais, au moins, vous n’en perdrez pas. Enfin, il y a des valeurs refuges comme l’or ou l’argent.


Auteur : Aurélie Lebelle - Source : France Soir Actu

 

http://www.dazibaoueb.com/article.php?art=25088&rech=48207#48207

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche