Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 12:33


Souriez !

Vous êtes espionnés.

 Informations sur le réseau Echelon

 

En 1948, pendant la Guerre Froide, les États-Unis et le Royaume-Uni passent un pacte connu sous le nom d'UKUSA qui consiste à recueillir des informations militaires sur l'Union Soviétique. Le Réseau ECHELON est né. Par la suite, trois autres pays ont rejoint l'alliance : Le Canada, L'Australie et la Nouvelle-Zélande. Depuis la fin de la Guerre Froide, le but du système a été réorienté : désormais, ce sont les informations économiques et privées qui intéressent ce gigantesque système d'espionnage. La NSA possède des moyens gigantesques d'espionnage. Il faut savoir que Echelon a fait perdre plus de 120 milliards de dollars aux sociétés au profit des entreprises américaines.

Les agences de renseignements :

Pays du pacte UKUSA
Etats-Unis
La N.S.A
: National Security Agency
  Employés : entre 38 000 et 40 000 (dont 20 000 au Q.G de la N.S.A)
Budget : environ 3,6 milliards de $ par an
Nom de code : Oscar
http://www.nsa.gov
 
Royaume-Uni
Le G.C.H.Q
: Government Communications Headquarters
  Employés : environ 15 000
Budget : environ 730 millions de $ par an
Nom de code : Alpha
http://www.gchq.gov.uk/
 
Canada
Le C.S.E
: Communications Security Establishment
  Employés : environ 900
Budget : environ 70 millions de $ par an
Nom de code : Uniform
http://www.cse-cst.gc.ca/
 
Australie
Le D.S.D
: Defense Signals Directorate
  Employés : environ 1000
Budget: Non connu
Nom de code : Echo
http://www.dsd.gov.au/dsd/
 
Nouvelle-Zélande
Le G.C.S.B
: Governement Communications Security Bureau
  Enployés : environ 250
Budget : environ 20 millions de $ par an
Nom de code : India
http://www.gcsb.govt.nz/
 
A noter que d'autres pays tels que l'Allemagne, la Chine, la Corée du Sud, le Danemark, le Japon, la Norvège ou la Turquie coopèrent avec Echelon et hébergent une station d'interception sur leur sol. Ils ne sont pas membres d'UKUSA mais la NSA échange tout de même des informations avec eux, en moins grande quantité.

 

Evolution des interceptions :

- 1958: Signaux radio haute fréquence (HF)
- 1965: Câbles sous-marins sous les océans
- 1968: Micro-ondes
- 1970: Satellites (Intelsat, Inmarsat...)
- 1980: Réseaux digitaux
- 1990: Fibres Optiques
- 2000: Internet

On remarque que Echelon a su s'adapter aux évolutions technologiques. Fax, téléphone (fixe et portable), e-mail, Internet... Aucun moyen de communication actuel n'est épargné.

DANS L'ESPACE

Satellites espions en usage (source: STOA) :

Nom des Satellites
Nombre
Altitude
Constructeur
Fonction
Advanced KH-11 (Key-Hole 11)
3
200 miles
Lockheed Martin
Espionnage photo - résolution 15 cm
LaCrosse Radar Imaging
2
200-400 miles
Lockheed Martin
Espionnage photo - résolution 1 à 3 mètres
Orion / Vortex
3
22,300 miles
TRW
Surveillance des télécommunications
Trumpet
2
200-22,300 miles
Boeing
Surveillance des téléphones cellulaires

 

Les satellites espions KeyHole (KH) :

 

La technologie utilisée dans les satellites de reconnaissance militaire représente un des secrets les mieux gardés au monde. En 1959, les Américains lancent le premier modèle : KH-1 Corona, lancé en 16 exemplaires (dont 7 échecs). Ces satellites utilisaient des cartouches de film récupérables qui revenaient sur Terre à bord d'une capsule munie d'un bouclier. Il y a eu ensuite d'autres modèles : KH-4B, KH-5 Argon et le KH-6 Lanyard. Tous ces modèles ont été déclassifiés en 1995 sur l'ordre du président Clinton, ainsi que leurs plans et les documents photographiques obtenus par ce système (860.000 images toutes rendues publiques).
Mais l'utilisation de films récupérables était compliquée et demandait beaucoup de moyens et surtout, limitait sévèrement la durée de vie du satellite : lorsqu'il n'y avait plus de film à bord, il fallait en lancer un nouveau. De plus, les délais entre la prise de vue et l'utilisation de l'image par l'armée étaient longs, car ils incluaient la localisation et la récupération de la capsule (bien que souvent, celle-ci était "capturée" en plein vol, suspendue au bout de son parachute, avant d'atteindre le sol, par un avion muni d'un dispositif spécial). Aujourd'hui, cette technologie est abandonnée et a été remplacée par la transmission numérique des images au sol, parfois même en temps réel. La durée de vie de ces satellites atteint ainsi, ou même dépasse, les trois années sur orbite.
Le premier KH-11, nom de code Kennan, a été lancé le 19 décembre 1976 par une Titan 3B. Il possède une résolution de 15 centimètres. Ce satellite avait une masse de 11,6 tonnes pour une longueur totale de 13,48 m et 4,3 m de diamètre. Il était alimenté par deux panneaux solaires fournissant 5 Kw d'électricité. Mais surtout, son objectif était formé d'un miroir de 2,3 m de diamètre lui assurant une définition exceptionnelle.
Le dernier KH-11 a été placé sur orbite en 1988. Deux ans plus tard, l'armée américaine lançait la série des KH-12 (nom de code Crystal). Il avait les mêmes caractéristiques que le KH-11, mais était beaucoup plus lourd : près de 20 tonnes. L'augmentation de poids est due à un système de capteurs plus perfectionnés et capables de travailler jusque dans le proche infrarouge, ainsi qu'à l'embarquement d'une quantité supérieure de carburant pour permettre davantage de possibilités de manœuvres et une durée de vie plus longue.
Puis en 1995, une nouvelle version du KH-12 "Improved Crystal", est lancée . Cette fois-ci, son poids est de 27 tonnes, et il a une résolution au sol inférieure à 10 centimètres, de nuit comme de jour, même avec une couche nuageuse. Avec le KH-12 Improved Crystal, on peut presque identifier un visage.
Satellites espions KH-11
Lancement d'un KH-11 à Vandenberg AFB en Calfiornie, depuis une Titan 4
Le KH-12 "Improved Crystal"

 

Les satellites espions de télécommunications :

La NSA possède plusieurs satellites qui servent à espionner les communications. Ces satellites ont pour nom de code Magnum, Mentor, Orion, Trumpet, Mercury, Advanced Vortex.
Les télécommunications par voie de micro-ondes qui transportent nos communications interurbaines se propagent en lignes droites, de tours relais en tours relais distantes de 30 à 50 km. A la fin des années 60, les américains se sont rendus compte que l'énergie dépassait les tours relais et se perdait dans l'espace. En plaçant un satellite d'écoute au bon endroit dans l'espace, on pouvait intercepter toutes les communications. Vu le succès de ces interceptions, les américains développèrent de nouveaux satellites capables de cibler sur demande nos téléphones, données informatiques, pagers...
Ces satellites de 100 mètres de diamètre coutent 1 milliard de dollars par exemplaire. L'Amérique est le seul pays à posséder de tels satellites, et même ses partenaires n'y ont que partiellement accès.

[Plus d'infos sur notre page dédiée aux satellites espions ]

 

Satellites en orbite géostationnaire, comme Vortex, qui interceptent les télécommunications micro-ondes (IC-2000, Duncan Campbell)

 

SUR TERRE

Les bases terrestres:

É tant donné que les satellites INTELSAT étaient les premiers satellites de communication et que, de plus, ils couvraient la planète tout entière, il est logique que la mise en place et l'agrandissement de stations suivent le développement des générations d'INTELSAT

La première génération

C'est dès 1965 que le premier satellite INTELSAT (Early Bird) fut mis en orbite géostationnaire. Il avait une capacité de transmission encore faible et ne couvrait que l'hémisphère nord. Avec les générations INTELSAT II et III, mises en service respectivement en 1967 et en 1968, on obtint, pour la première fois, une couverture globale. Les global beams des satellites couvraient les zones atlantique, pacifique et indienne. Il n'y avait pas encore de zones de couverture plus petites. Pour capter la totalité des communications, il fallait donc trois satellites. Comme deux des global beams se chevauchaient au-dessus de l'espace européen, il était possible, dans cette zone, grâce à une station munie de deux antennes satellitaires orientées différemment, de saisir les zones de couverture globales des deux satellites.
En 1970, Yakima fut créée dans le nord-ouest des États-Unis; en 1972/1973, Morwenstow fut créée dans le sud de l'Angleterre. Yakima disposait alors d'une grande antenne (orientée vers le Pacifique); Morwenstow avait deux grandes antennes (l'une orientée vers l'Atlantique, l'autre vers l'océan Indien). La localisation des deux stations permettait de capter la totalité des communications. En 1974, on construisit encore, à Menwith Hill, la première grande antenne satellitaire.

La deuxième génération globale

Les satellites INTELSAT de la deuxième génération (IV et IVA) furent développés dans les années 70 et mis en orbite géostationnaire (1971 et 1975). Les nouveaux satellites, qui assuraient aussi une couverture globale et disposaient de beaucoup plus de canaux radio (4000-6000), avaient aussi, outre les global beam, des zone beams dans l'hémisphère nord Un zone beam couvrait l'est des États-Unis, un autre l'ouest des États-Unis, un autre encore l'Europe occidentale et un dernier l'Asie de l'est. Dès lors, deux stations munies de trois antennes satellitaires ne permettaient plus de capter la totalité des communications. La station de Yakima couvrait le zone beam de "Ouest des États-Unis"; Morwenstow couvrait le zone beam "Europe". Pour couvrir les deux autres zone beams il fallait disposer d'une station à l'est des États-Unis et d'une autre dans la région est-asiatique.
À la fin des années 70, Sugar Grove fut construite dans l'est des États-Unis (la station existait déjà pour écouter les communications russes); elle entra en service en 1980. Toujours dans la fin des années 70, une station fut mise en place à Hong-Kong. Dès lors, dans les années 80, les quatre stations – Yakima, Morwenstow, Sugar Grove et Hong-Kong – permettaient l'écoute globale des communications INTELSAT.
Les satelliltes INTELSAT ultérieurs, avec zone beams et spot beams en plus des global beam et des hemi beams, nécessitèrent la mise en place de nouvelles stations dans différentes parties du monde. Arrivés à ce point, il est très difficile d'établir un lien entre la création de nouvelles stations et/ou l'installation de nouvelles antennes satellitaires.
Comme, de plus, on a beaucoup de mal à obtenir des informations concernant les stations, il est impossible de savoir précisément quels satellites, avec quels beams, sont captés par quelle station. Toutefois, on peut déterminer dans quels beams se trouvent des stations connues.
À l'heure actuelle, les communications globales par satellite sont assurées par des satellites INTELSAT, INMARSAT et INTERSPUTNIK. Comme dans le cas des premières générations de satellites, la répartition en trois zones de couverture (zones indienne, pacifique et atlantique) est maintenue. Dans chacune des zones de couverture, on trouve des stations qui répondent aux critères caractéristiques des stations d'écoute.

Satellites en orbite au dessus de l'océan Indien
Satellites ciblés
Stations d'interceptions
INTELSAT 604 (60°E), 602 (62°E), 804
(64°E), 704 (66°E)
EXPRESS 6A (80°E)
INMARSAT zone indienne
Geraldton, Australie
Pine Gap, Australie
Morwenstow, Royaume-Uni
Menwith Hill, Royaume-Uni
INTELSAT APR1 (83°), APR-2 (110.5°) Geraldton, Australie
Pine Gap, Australie
Misawa, Japon
Satellites en orbite au dessus du Pacifique
Satellites ciblés
Stations d'interceptions
INTELSAT 802 (174°), 702 (176°), 701 (180°)
GORIZONT 41(130°E), 42 (142°E), LM 1 (75°E)
INMARSAT zone pacifique
Waihopai, Nouvelle Zelande
Geraldton, Australie
Pine Gap, Australie
Misawa, Japon
Yakima, Etats-Unis: uniquement Intelsat et Inmarsat
Satellites en orbite au dessus de l'Atlantique
Satellites ciblés
Stations d'interceptions
INTELSAT 805 (304,5°), 706 (307°), 709 (310°)
601 (325,5°), 801 (328°), 511 (330,5°), 605 (332,5°)
303 (335,5°), 705 (342°)
EXPRESS 2 (14°W), 3A (11°W)
INMARSAT zone atlanrique
Sugar Gove, Etats-Unis
Buckley Field, Etats-unis
Sabana Seca, Puerto Rico
Morwenstow, Royaume-Uni
Menwith Hill, Royaume-Uni
INTELSTAT 707 (359°) Morwenstow, Royaume-Uni
Menwith Hill, Royaume-Uni

Les stations d'interception Echelon :

Yakima, Etats-Unis (120°O, 46°N)
Sugar Grove, Etats-Unis (80°O, 39°N)
Sabana Seca, Puerto Rico (66°O, 18°N)
Morwenstow, Royaume-Uni (4°O, 51°N)
Menwith Hill, Royaume-Uni (2°0, 53°N)

Geraldton, Austalie (114°O, 28°S)
Pine Gap Austalie (133°O, 23°S)

Misawa, Japon (141°O, 40°N)
Waihopai, Nouvelle-Zélande (173°O, 41°S)
Buckley Field, Etats-Unis, Denver Colorado (104°O, 40°N)
Hong Kong (22°N, 114°O)
Leitrim, Canada (75°O, 45°N)
Bad Aibling, Allemagne (12°O, 47°N)
Ayos Nikolaos, Chypre (32°O, 35°N)
Shoal Bay, Australie (134°O, 13°S)
Guam, Pacifique (144°O, 13°S)
Kunia, Hawaï (158°o, 21°N)
Medina Annex, Etats-Unis, Texas (98°O, 29°N)

Fort Gordon (81°O, 31°N)
Fort Meade, Etats-Unis (76°O, 39°N)

(Extrait du rapport sur le Réseau Echelon par le Parlement Européen, Juillet 2001)

[Voir cartes des stations]

Personnes s'étant indroduites dans une station Echelon

Menwith Hill :
Menwith Hill est la plus grande station Echelon, elle compte environ 2000 personnes, dont 1500 sont américaines. Un groupe de femmes connu sous le nom de Women Peace Camp, d'une moyenne d'âge de 60 ans refuse cette présence americaine. Pendant plus de deux ans, elles se sont introduites la nuit dans la station, et ont récuperé les poubelles contenant les photocopies ratées et autres papiers jetés sans être détruits (dont des documents confidentiels), et cela sans se faire remarquer. Ces super mamies ont aussi fait installer des caravanes devant la base et ont fait tout ce qu'elles ont pu pour faire réagir l'opinion, mais cela n'a eu aucun effet. D'autres personnes ont empêché l'agrandissement de la station sur un terrain où poussait une "colonie d'orchidées sauvages".

[Leur site web]

Waihopai :
Nicky Hager, journaliste d'investigation s'est indroduit dans la station de Waihopai en Nouvelle-Zélande. En effet, cette station est entièrement automatisée, il n'y a donc pas de personnel. Personne qui écoute, personne qui cherche, juste des ordinateurs qui font tout le travail. Il a pu voir la salle de traitement des données ainsi que certains bureaux. Nicky Hager est l'auteur de Secret Power, un livre d'investigations qui s'intéresse à la partie Néo-Zélandaise du réseau Echelon.

 

Les ambassades

D'autres lieux d'interception : les ambassades. L'exemple le plus flagrant est bien évidemment celui des Etats-Unis. Le materiel arrive dans l'ambassade par valise diplomatique, il peut se composer d'une petite antenne et d'un enregistreur que l'on installe dans un placard. Mais parfois, comme à Paris ou même au Canada, le système est gigantesque et prend tout un étage, généralement le dernier, sans fenêtre et son fonctionnement nécessite une dizaine de personnes. Les antennes de grande taille sont dissimulées. Le système intercepte tout ce qui se passe dans le secteur : les autres ambassades, le parlement, le gouvernement, ... Aucun moyen d'empêcher cela car l'ambassade est protégée par l'immunité diplomatique. Mais les Etats-Unis ne sont pas les seuls à avoir eu cette idée. La Russie par exemple utilise aussi ce moyen (l'ambassade de Russie à Buenos Aires a un système d'écoute très développé). La France utilise aussi cette méthode.


SOUS L'EAU

Les "POD" ou l'interception des câbles sous-marins :

Operation Ivy Bells - Années 1970 à 1981, dans la Mer d'Okhotsk
Le gouvernement américain a appris l'existence d'un câble sous-marin connectant les bases navales soviétiques principales à Vladivostok et Petropavlovsk. Une des premières missions fut réalisée par l'USS Halibut (SSN-587). Elle consistait à installer un pod autour du câble. Cette bretelle (développée par la NSA) pouvait intercepter toutes les communications transitant par le câble en captant les émissions électromagnétiques sans avoir à ouvrir celui-ci, ce qui aurait put être détecté. Au cas où les Russes auraient voulu exécuter une opération de maintenance, le pod se serait détaché et serait tombé au fond de la mer. Toutes les 6 à 8 semaines, un sous-marin venait chercher les enregistrements et remettait en place une nouvelle bande. Les Russes étaient sûrs de leurs moyens de communication et les conversations n'etaient pas protégées. Mais en 1981, un bateau de sauvetage russe récupère le dispositif d'espionnage. Après des investigations, la NSA découvre un traitre : Robert Pelton a vendu aux Russes en 1980 des informations confidentielles sur cette opération et au moins 7 autres pour 35,000 $. Le pod récupéré par les Russes en 1981 est désormais exposé dans le musée du KGB (l'ancien quartier général de KGB) à Moscou.

 

[Voir photos du sous-marin et du POD]


Opération Delikatesse
Opération Delikatesse est le nom de code pour l'interception actuelle des câbles sous-marins et des fibres optiques. Une jolie maison en bord de mer, comme par hasard prés de l'arrivée de ces câbles. En s'approchant de plus près, on s'apercoit que la maison a des fausses fenêtres! Le materiel d'interception, de raccordement et de traitement est caché dans cette "superbe demeure".

Un nouvel enjeu : l'interception des fibres optiques
La fibre optique, nouveau moyen de communication, pose de sérieux problèmes à la NSA. Le premier, c'est l'interception; en effet, un fibre optique n'émet pas de radiations électromagnétiques, les pod ne peuvent donc pas servir. Le seul point faible de cette technologie, c'est la perte de signal. Sur de grandes distances, le signal lumineux faiblit et doit être amplifié à nouveau. Il passe par ce qu'on appelle un répéteur, qui transforme le signal optique en signal électrique, amplifie et retransforme à nouveau ce signal en signal optique. Il y a des répéteurs tous les 100 ou 150 km environ. C'est donc sur ces boitiers que peut se fixer la NSA pour espionner. Le deuxième problème qui se pose, c'est le traitement des données de ces fibres optiques, qui ont une capacité gigantesque et largement supérieure aux autres moyens de communication. La NSA a donc énormément de mal a traiter l'information de ces fibres, perdue dans la masse de données. La fibre optique est le nouveau challenge de la NSA.

En ce moment, les Américains rénovent le sous-marin USS Jimmy Carter (SSN-23). Il sera mis à la mer courant 2004 et continuera la mission : l'interception des câbles sous-marins et fibres optiques.

Exemple : Tracé du câble sous-marin Sea-Me-We 3 (France Télécom)


 

Interceptions :
Chaque pays qui collabore avec Echelon définit une liste de mots clés (ou keywords) que les messages ou communications doivent contenir pout être interceptés, ce sont les dictionnaires. Mais il ne suffit pas que le message ou la communication contienne tel ou tel mot clé, il faut qu'il ait un sens, sinon l'ordinateur le refusera immédiatement. Les ordinateurs comprennent le contenu sémantique de l'information.

Traitement :
Les messages sont ensuite traités pas des super-calculateurs, par exemple des Cray que la NSA utilise. Ces ordinateurs sont capables de casser le cryptage des messages ou des communications. De plus, comme la plupart des produit de sécurité actuels sont américains, ils ne sont pas fiables et contiennent des "BackDoors" qui permettent à la NSA de lire le message sans aucun problème.En effet, une loi aux Etats-Unis interdit l'exportation de produits de sécurité (Cryptage, firewall, stéganographie...). Le seul moyen pour exporter le produit est de la faire vérifier par un organisme de contrôle, qui verra le code source, et autorisera ou non l'exportation. Mais en cherchant plus loin, on peut découvrir que ces organismes dépendent en réalité de la NSA! Elle pose donc une condition pour l'exportation : l'affaiblissement des clés de codage pour pouvoir casser le message plus facilement ou une backdoor. Le créateur du produit n'a pas d'autre choix que d'accepter pour ses intérêts commerciaux. Tous les produits américains sont donc piégés par la NSA (Exemple le plus connu : Windows de Microsoft).

Partage de l'information :
Une fois les messages interceptés et triés, c'est la NSA qui décide ce qu'elle partage avec les autres pays membres.Les éléments interceptés sont ensuite transmis à chaque agence par l'intermédiaire d'un système informatique du nom de PLATFORM, centre nerveux qui relie chaque agence UKUSA depuis 1983, basé au QG de la NSA à Fort Meade, (Maryland).

 

- Voir les rapports sur Echelon

- Voir les preuves sur Echelon

 

 

http://reseau.echelon.free.fr/reseau.echelon/informations.htm

Merci à MM

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche