Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 06:00

 

24 août 2011
Le Monde diplomatique

La valise diplomatique

En finir (vraiment) avec l'ère Pinochet

par Victor de La Fuente

Des centaines de milliers de personnes dans les rues des grandes villes du pays, et ce depuis plusieurs mois ; le maire de Santiago qui suggère de faire appel à l'armée pour éviter que la commémoration du 11 septembre 1973 (date du coup d'Etat contre le président Salvador Allende) ne fasse l'objet de débordements : le Chili vit une période inédite.

Jamais, depuis la fin de la dictature en 1990, le pays n'avait connu d'aussi importantes mobilisations. Jamais, depuis 1956, un gouvernement démocratique n'avait fait face à une telle contestation populaire. A l'origine de ce mouvement, les étudiants ont placé le gouvernement de M. Sebastián Piñera (droite) dans une position délicate : sa cote de popularité - 26 % - fait d'ores et déjà de lui le président le moins populaire depuis le retour à la démocratie.

Cette longue bande de terre qui longe l'océan Pacifique était pourtant le dernier pays de la région où l'on attendait une telle effervescence. Le « jaguar » latino-américain, « modèle typiquement libéral », ne faisait-il pas l'admiration des éditorialistes en vue ? La stabilité politique y était assurée, expliquaient-ils, puisque « la réalité y avait fini par éroder les mythes et les utopies de la gauche, la plaçant (...) sur le terrain de la réalité, douchant ses fureurs passées et la rendant raisonnable et végétarienne [sic] ». Le 28 avril 2011, pourtant, les étudiants chiliens montraient les dents. Et pas les molaires.

Ce jour-là, les étudiants des établissements publics et privés dénoncent le niveau d'endettement qu'implique l'accès à l'éducation supérieure. Dans un pays où le salaire minimum s'établit à 182 000 pesos (moins de 300 euros) et le salaire moyen à 512 000 pesos (moins de 800 euros), les jeunes déboursent entre 170 000 et 400 000 pesos (entre 250 et 600 euros) par mois pour suivre un cursus universitaire. En conséquence, 70 % des étudiants s'endettent, et 65 % des plus pauvres interrompent leurs études pour des raisons financières.

Réunissant huit mille personnes, cette première manifestation ne semble pas, a priori, promise à un quelconque avenir. Elle vient néanmoins gonfler un peu plus le fleuve de la protestation sociale, déjà nourri par diverses mobilisations à travers le pays : en faveur d'une meilleure redistribution des profits liés à l'extraction du cuivre à Calama, du maintien du prix du gaz à Magallanes, de l'indemnisation des victimes du tremblement de terre de janvier 2010 sur la côte, du respect des Indiens Mapuches dans le sud, ou encore de la diversité sexuelle à Santiago. Au mois de mars, le projet HidroAysén avait lui aussi participé à unir un peu plus les Chiliens - contre lui (...)

Lire la suite de cet article inédit de Victor de La Fuente :

http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2011-08-24-Chili

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche