Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 22:40

 

Lundi 8 avril 2013

Bradley Manning american heroVoilà bien un soldat qui mérite d’être sauvé des griffes de l’impérialisme ! Bradley Manning est un militaire étasunien. Il est accusé d’avoir transmis à Wikileaks différents documents classés « secret défense », parmi lesquels des vidéos montrant les hélicoptères Apache tuant des civils innocents.

 

Incarcéré depuis 2010 à la prison de Quantico, en Virginie, il y est soumis à un traitement inhumain : les lumières sont constamment allumées dans sa cellule où il est maintenu isolé ; Bradley Manning est contrôlé toutes les cinq minutes et est systématiquement réveillé par les gardes s’il n’est pas complètement visible de l’œilleton. Il a le droit de n’avoir qu’un livre ou magazine à la fois, qu’on lui retire à la fin de la journée. Enfin, il est maintenu enchaîné lors des rares visites auxquelles il a droit.  

 

Les soutiens de Bradley Manning parlent de torture psychologique. Selon son comité de soutien, « les autorités américaines cherchent à le contraindre à l’isolement le plus profond et à mettre en danger son équilibre psychologique pour qu’il collabore et communique des informations sur Julien Assange ».

 

Bradley Manning, accusé entre autres de « communication, transmission et envoi d’information traitant de sécurité nationale à une source donnée », encourt la prison à perpétuité. Ce qu’on lui reproche aurait pourtant permis d’accélérer la fin de la guerre d’Irak et d’anticiper le retrait des troupes étasuniennes.

 

Il est fort compréhensible, dans le cadre des rapports de domination qu’entretiennent les États impérialistes avec les autres pays, qu’ils ne veulent pas que circulent les preuves de leurs forfaits commis aux quatre coins du monde. D’où la nécessité de maintenir les masses dans l’ignorance… Imaginez avec quelle insolence les États-Unis auraient évolué si on avait ignoré l’existence des tortures à Abu Ghraib, les conditions de détention des prisonniers à Guantanamo, les massacres de civils par les drones de l’OTAN et toutes les autres ignominies causées au nom de la sacro-sainte démocratie.

 

Les conditions de détention de Bradley Manning et les années de prison qui lui pendent au nez n’ont pour but que de vouloir terroriser tous ceux qui aspirent à la vérité et à la paix, tous ceux qui, par honnêteté, voudraient lui emboîté le pas. C’est aussi un avertissement adressé à l’encontre de tous ceux qui pourraient être au contact, de près ou de loin, à des informations « utiles ». Un réseau nommé Courage to resist, basé à Oakland, a d’ailleurs été créé pour tous les soldats en proie à des problèmes de conscience.

 

Plus de 25.000 personnes ont pour le moment signé la pétition pour la libération de Manning. Faisons un rêve : qu’il efface définitivement le belliciste Obama des tablettes du prix Nobel de la Paix… ou qu’il en soit le prochain lauréat.

 

Capitaine Martin

8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 19:22

 

Colonialisme occidental: Les Indiens des Amériques luttent contre le terrorisme depuis 1492…

Russel Means
Lundi 8 Avril 2013

 

Colonialisme occidental: Les Indiens des Amériques luttent contre le terrorisme depuis 1492…

“Je n’y ai rien vu (New York 1886) qui pourrait aider mon peuple. J’ai pu voir que l’homme blanc ne s’occupe pas l’un de l’autre de la même manière que nous avant avant que le cercle de la nation ne soit brisé. Il prendrait tout des autres s’il le pouvait et ainsi il y en avait qui avaient bien plus que ce qu’ils pouvaient utiliser, tandis que des foules de gens n’avaient rien et avaient sans doute faim. Ceci ne pouvait pas être meilleur que les vieilles traditions de mon peuple.”
“Il est très difficile de suivre une grande vision dans ce monde de ténèbres et d’ombres toujours changeantes ; parmi celles-ci les hommes se perdent.”
~ Black Elk (Shaman Oglala Sioux) ~
 
 
Les 158 années de lutte pour la justice des Sioux Lakotas
“D’abord ils vous ignorent, puis ils se moquent de vous, puis ils vous combattent et puis vous gagnez”
-Mohandas Gandhi-
“Nous travaillons à une liberté totale et complète de manière légale, non-violente et non agressive.”
- Russell Means-
En Décembre 2007, la république des Lakotas fut établie par le retrait formel des traités de 1851 et 1868. Ceci fut le dernier pas de la bataille légale la plus longue de l’histoire de l’humanité.
Ceci ne fut pas une “sécession” des Etats-Unis d’Amérique, mais un “retrait unilatéral” totalement légal des traités comme cela est permis par la convention de Vienne de 1969 sur les lois des traités, convention de laquelle les Etats-Unis sont signataires.
Le but de la République des Lakotas est de suivre les instructions données par les anciens à la première réunion de l’International Indian Treaty Council de 1974. Le conseil tint alors une conférence de “l’hémisphère occidental” à Wakpala dans la réserve indienne de Standing Rock. Plus de 5000 délégués de 97 nations indigènes des Amériques se réunirent. Le manifeste qui en résultat soutien les droits de tout les peuples indigènes de vivre libres et de prendre quelque action que ce soit pour maintenir notre souveraineté. Ceci fut la plus grande réunion d’Indiens des Amériques du XXème siècle, réunion où tous les délégués payèrent de leur poche, sans soutien financier.
Ce fut là que la déclaration d’indépendance continue fut créée. Cette conférence fut suivie par bon nombre d’anciens, incluant le chef Franck Fools Crow. Ceux-ci n’étaient pas nos anciens ordinaires, la plupart d’entre eux étaient nés au XIXème siècle de parents qui avaient été libres, ils n’avaient jamais été à l’école. La majorité ne parlait pas anglais et le reste parlait un mauvais anglais. Je (Russel Means) fus instauré comme un des curateurs permanents de l’International Indian Treaty Council par les anciens de la conférence.
Ces anciens donnèrent à la conférence et au nouvellement formé International Treaty Council deux mandats:
1. Le premier mandat devait être reconnu par les communautés internationales. En Septembre 2007, lorsque les Nations-Unies approuvèrent la Déclaration des Droits des Peuples Indigènes, ce mandat fut rempli.
2. Nous devions nous commémorer les mots de Noble Homme Rouge (Noble Red Man Matthew King): “Nous devons toujours nous rappeler que nous fûmes auparavant un peuple libre, si nous ne le faisons pas, alors nous devrons cesser d’être des Lakotas.” Ce second mandat est de retourner à notre statut original de Nations libres et indépendantes. Le 17 Décembre 2007, la délégation pour la liberté Lakota a présenté au ministère des affaires étrangères des Etats-Unis, notre retrait unilatéral de tous les traités et accords existants entre les Etats-Unis et la nation Lakota.
Avant le retrait unilatéral, j’ai voyagé à travers les cinq états rencontrant des personnes clef sur une période de sept mois. Maintenant dans mon 70ème hiver, je travaille pour obtenir de meilleures conditions pour les peuples indiens depuis plus de 40 ans (NdT: Russell Means est décédé en 2012 à l’âge de 72 ans).
Le traité de Fort Laramie de 1868 est considéré par quelques commentateurs comme une victoire totale de Nuage Rouge et des Sioux. En 1904, il fut décrit comme “le seul cas dans l’histoire des Etats-Unis où le gouvernement est entré en guerre et a négocié la paix à l’issue en concédant tout ce que demandait l’ennemi et absolument rien en retour.
En résultat d’un long processus de litigation entre la nation Lakota et les Etats-Unis, ceux-ci ont fait quelques déclarations évocatrices;
“Un cas d’accords plus déshonorables ne sera probablement jamais trouvé dans notre histoire…” U.S. Court of Claims, 1975
 “il est clair que, basé sur les représentations des négociateurs des Etats-Unis, les Indiens ne peuvent pas avoir regardé le traité de 1868 comme un traité de cession. Nulle part dans l’histoire qui a menée aux négociations de ce traité n’y a t’il eu une indication que les Etats-Unis recherchaient une cession de terre ou que les Sioux étaient prêts à en consentir une. Bien au contraire, l’évidence est criante que les Sioux n’auraient jamais signé le traité s’ils avaient pensé un instant qu’ils cédaient quelque terre que ce soit aux Etats-Unis.”
Sioux Tribe v. United States, 42 Indian Claims Commission, 1978
“Ici, il n’y a aucun doute que les Collines Noires (Black Hills) furent “prises” aux Sioux d’une manière qui les a privée des droits de propriété de cette terre. La question présentée est de savoir si le congrès agissait dans les circonstances où ‘prendre’ impliquait une obligation de juste payer une compensation ou s’il agissait en conséquence de ses pouvoirs uniques de contrôler et de gérer la propriété tribale en tant que gardien des biens Indiens auquel cas la clause de juste compensation ne s’appliquerait pas.”
U.S. Supreme Court, UNITED STATES v. SIOUX NATION OF INDIANS, 1980
La cour nota également la duplicité du président Ulysse Grant violant l’obligation du gouvernement par le traité, de maintenir toute personne en dehors des Collines Noires, ainsi que la procédure sévère pratiquée par le gouvernement pour affamer les Sioux afin de les forcer à céder les Collines Noires (NdT: Il convient de noter que les Black Hills sont des territoires sacrés pour les Sioux, territoires qui s’avèrent également riches en charbon, en or, en pétrole et ce qu’on sait maintenant… en uranium… Ce qui n’a aucune importance pour les Sioux, puisque ces terres sont simplement sacrées…)
“Ceci fut tragédie, mensonge, barbarie et virtuellement tout vice connu de l’humanité dans les 300 ans d’histoire d’expansion territoriale des 13 colonies originales, dans une nation qui maintenant comporte plus de 4,8 millions de Km2 et 50 états; ceci ne peut pas être nié. Mais de l’opinion d‘une cour de justice, en tant qu’affaire historique et non légale, à la fois les colons et les Indiens peuvent bénéficier de l’adjuration biblique: ‘Ne juges pas et tu ne seras pas jugé.’”
Hearing before the committee on Indian affairs, united states senate session on Tribal Sovereign Immunity 9-24, 1996

Russel Means
Url de l’article original:
http://www.republicoflakotah.com/steps-to-sovereignty/158-year-stuggle-for-justice/
~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

http://www.alterinfo.net/Colonialisme-occidental-Les-Indiens-des-Ameriques-luttent-contre-le-terrorisme-depuis-1492_a88888.html

6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 02:12

 

Contre les Femen, des femmes musulmanes lancent le mouvement #MuslimahPride

Le Huffpost  |  Par Sara Taleb Publication: 05/04/2013 17:11 CEST  |  Mis à jour: 05/04/2013

 

Contre Femen

 

ANTI-FEMEN -"La fierté d'être musulmane". C'est comme ça qu'on pourrait traduire le hashtag (mot-clé sur Twitter) #MuslimahPride, qui circule sur le réseau social depuis jeudi 4 avril. Ce mot-clé, lancé et repris par de jeunes femmes musulmanes, a été créé en opposition aux actions et aux méthodes des Femen, explique le site d'Al-Jazeera.

Sur l'événement Facebook de ce mouvement naissant, les jeunes filles à l'origine du projet expliquent leur démarche. "Postez des photos de vous, que vous portiez le hijab, le nikaab ou aucun des deux", écrivent-elles.

"C'est là l'occasion pour les femmes musulmanes de prendre la parole et de montrer aux gens que nous pouvons aussi exprimer notre voix. C'est aussi un moyen de montrer que nous sommes différentes de la manière dont nous sommes dépeintes en Occident. Nous refusons la façon dont nous sommes assimilées à une masse homogène qui n'aurait ni parole ni maîtrise de soi."

L'élément déclencheur de cette colère est le "Topless Jihad Day" (Journée du Jihad seins nus) organisé par les Femen le 4 avril. Avec des slogans portés sur leur poitrine comme "Fuck your morals" ("J'emmerde ta morale), "Women against islamists" ("Les femmes contre les islamistes") ou encore "No charia" ("Non à la charia"), le mouvement "sextrémiste" voulait manifester son soutien à Amina Tyler. Cette jeune Femen tunisienne avait disparu après avoir posté des photos d'elle seins nus.

LIRE AUSSI: Caroline Fourest en mode Femen pour la libération d'Amina

"Je suis libre de couvrir mes cheveux"

Pour faire passer leur message, les partisanes du #MuslimahPride, qui ne dévoilent pas toujours leur visage, se sont prises en photo avec de courts messages inscrits sur des pancartes. Le contenu est clair: elles n'apprécient pas que d'autres confisquent leur parole et revendiquent des libertés en leur nom.

D'ailleurs, elles réfutent l'idée que les femmes musulmanes constituent une entité homogène et rappellent leur individualité. Certaines tiennent également à souligner qu'elles seules choisissent de porter le foulard...comme les Femen choisissent de se dénuder. "Je suis libre de couvrir mes cheveux, comme les Femen sont libres de montrer leurs seins. Pourquoi attaquent-elles ma liberté de choisir?", demande l'une d'elles.

Pour rappel, ce n'est pas la première fois, que des femmes musulmanes s'emparent des réseaux sociaux pour faire passer leur revendication. Créé sur Facebook en 2012, la page "The uprising of women in the Arab world" ("Le soulèvement des femmes dans le monde arabe") appelait les femmes du monde arabe à relayer à l'aide de petites pancartes l'oppression dont elles étaient victimes.

Lire aussi:
» Féminisme: des suffragettes aux Femen en passant par Simone de Beauvoir
» Les Femen à notre-Dame, la provocation de trop
» Les Femen seins nus et bagarre entre députés au parlement ukrainien

http://www.huffingtonpost.fr/2013/04/05/contre-les-femen-des-femmes-musulmanes-lancent-mouvement-muslimah-pride_n_3019909.html?utm_hp_ref=france


.
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 01:14

 

 

http://portraits-craches.over-blog.com/article-le-racket-bancaire-104869922.html

http://a401.idata.over-blog.com/566x400/1/70/32/59/affiches2/hold-up_planetaire_web.jpg

 

 

Comprendre l'Argent

 

"Si les gens comprenaient comment fonctionne le système bancaire,

il y aurait une révolution avant demain matin!"

- Henri Ford, fondateur des automobiles Ford -


A Chypre l'on a voulu faire les poches des citoyens... Se servir directement dans la poche des citoyens est-ce sain? Si l'état se sert tout seul dans les poches - ou sur les comptes bancaires - des citoyens, quel est le mot exact pour désigner cela? Le vol cesse-t-il d'être un vol lorsqu'il devient étatique? Votre argent est-il vraiment en sécurité à la banque? Ou ne le serait-il pas davantage dans votre bas de laine ou sous votre matelas?

Et lorsque les banques prêtent de l'argent qu'elles n'ont pas et font payer dessus un intérêt lui bien réel, comment appeler cela?


Racket sur les comptes bancaires

Vers le vol légal de vos économies


 

Des faits suprenants:

 

 

Fait n°1:

95% de l’argent sur Terre est informatique, de simples écritures sur des ordinateurs. Les 5% restants seulement sont les pièces et billets bien connus de chacun.

Fait n°2:

La plupart des gens s'imaginent que les banques ne prêtent que l’argent qu’elles possèdent.... Il n’en est rien!

En fait, la loi permet aux banques de prêter bien davantage que ce qu’elles ont dans leurs comptes. Les «réserves obligatoires» (ou "fractionnaires") représentent la partie d’argent que la banque se doit de garder pour accorder un prêt plus important. Le pourcentage des réserves obligatoires par rapport au monant total de l'argent prêté est très faible, de l'ordre de 1 pour 9.

Dans l’Union Européenne par exemple, pour pouvoir prêter 100 € les banques doivent seulement conserver, par devers elles, 8 € (taux de réserve de 8%), c'est la loi!

En résumé: Les banques peuvent prêter plus d’argent qu’elles n’en possèdent. Elles créent donc de l’argent en accordant un crédit, qui, en réalité, ne leur coûte rien!

Si vous pensez encore le contraire, rappelez-vous que 95% de l’argent sur la Terre est scriptural. Cette informatisation des échanges permet donc aux banquiers de réaliser le petit tour de passe-passe suivant:

Imaginons que Mr. Dupont emprunte à une banque, 100 000 €, afin d’acheter sa petite maison. Que se passe-t-il? La banque va uniquement changer les écritures du compte de Mr. Robert!

Par ce simple jeu d’écritures, au moment du "prêt",100 000 € s’affichent sur le relevé de compte de Mr. Dupont! Bien sûr, la banque vérifie si elle pourra être "remboursée" (en réalité, elle n'a rien engagé!). Mais remarquez qu’aucun billet n’a été imprimé, seules des écritures informatiques ont été changées!

Son banquier doit, bien sûr, garder 2000 € (taux de réserve de 2%). Mais le fait est que la banque vient de "créer" 98000€! Cet argent arrivera sur le compte d’une autre banque lorsque Mr. Duônt payera le bâtisseur de sa maison. La banque du bâtisseur pourra alors, à son tour, "créer" 96040 € Et ainsi de suite… Les 96040 € arriveront dans une autre banque, qui pourra elle-même "créer" 94119 €…, etc… C’est donc l’ensemble des banques qui ainsi crée l’argent. Une banque seule ne pourrait se le permettre. Avec 10% de taux de réserve et un dépôt initial de 1000 € les banques peuvent créer 5513 € en seulement 9 prêts. Les accords de Bâle régissent la valeur de ce taux.

Par la suite, et suivant une échéance bien réglée, Mr. Dupont doit rembourser ses dettes. Il pourra le faire, car il a des revenus. De la même façon, ces dettes sont effacées sans échange de pièces et de billets.

 En fait l’argent disparaît au fur et à mesure que le prêt est remboursé. La banque crée une somme et l’emprunteur la rembourse avec l’argent qu’il aura gagné. Il échange du temps de travail contre de l’argent, et tout cela de façon informatique. La banque prête par rapport à la richesse potentielle de l’emprunteur (mais, en réalité, sans prendre de risques, puisqu'elle n'engage pas son propre argent).

 

Fait n°3:

Les banquiers vous prêtent de l’argent qu’il n’ont pas et vous demandent un loyer dessus!  (Taux d’intérêt).

 

En savoir plus:

Comprendre la monnaie

 

Vous avez compris?

Pour agir, cliquez ICI

 

Source: http://www.comprendrelargent.net/pages/manuel-n-1/techarger-le-manuel.html#.UO3fVW-ADne

 

 

 

 

Leçons de la crise chypriote | RussEurope Leçons paradoxales, sur la facilité qu'il y aurait à quitter l'

.

 

 

 

 

 

Sur la tribune

http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20130320trib000755038/chypre-les-dessous-d-une-plaque-tournante-pour-l-argent-russe.html
et
http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20130319trib000754863/gaz-exiles-fiscauxce-que-la-russie-veut-imposer-a-chypre.html

 

 

 

.

 

1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 00:40

Chypre: le chef de l'Eglise orthodoxe appelle à sortir de l'UE

Chypre: le chef de l'Eglise orthodoxe appelle à sortir de l'UE

 

17:17 31/03/2013
MOSCOU, 31 mars - RIA Novosti

 

Chypre ferait mieux de sortir de l'Union européenne avant qu'elle ne s'effondre, a estimé le Primat de l'Eglise orthodoxe de Chypre, l'archevêque Chrysostomos II, dans une interview accordée à la chaîne russe Pervy Kanal.


"Aujourd'hui, les économies espagnole, portugaise et italienne sont en danger. Et si l'économie italienne est détruite de la même manière que la nôtre, l'UE n'y survivrait pas. Mais ceux qui dirigent l'Europe, et ceux qui prennent les décisions au sein de la dénommée Troïka, sont inconscients de tellement de choses que cela risque de provoquer un effondrement de l'Union européenne. C'est pourquoi je pense qu'il nous faut sortir de l'UE avant que cela ne se produise", a déclaré le religieux.


L'archevêque a également fait part de son intention de se rendre à Moscou "prochainement" pour s'entretenir avec des représentants des autorités ecclésiastiques et civiles. Selon les journalistes de la chaine, la visite de l'archevêque a été concertée avec le président chypriote.


Auparavant, Chrysostomos II a annoncé que l'Eglise chypriote était prête à mettre sa fortune à la disposition de l'Etat en vue de faire sortir le pays de la crise. L'Eglise orthodoxe de Chypre est l'un des plus importants propriétaires fonciers de l'île.

 

http://fr.rian.ru/world/20130331/197953790.html

 


.

31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 01:20

Éric Toussaint à Tunis : «Il faut désobéir aux créanciers et refuser de rembourser des dettes illégitimes!»


FSM Tunis

Eric Toussaint

Nous sommes face à un moment historique ! La coalition de partis tunisiens de l’opposition de gauche laïque, le Front populaire (qui regroupe 11 formations politiques), a organisé ces 23 et 24 mars 2013 une rencontre avec des représentants des partis politiques progressistes de la région méditerranéenne afin de réclamer conjointement une annulation des dettes odieuses et illégitimes des États du sud et du nord de la Méditerranée. Cette rencontre s’est déroulée sous la forme de deux demi-journées de travail qui ont débouché sur une déclaration finale. Le tout a été suivi d’une grande conférence publique réunissant 1000 participants et l’ensemble des forces de gauche présentes à la rencontre autour d’un combat désormais commun |1|.

Voici un compte rendu de l’intervention d’Éric Toussaint à la rencontre méditerranéenne contre la dette, les politiques d’austérité et la domination étrangère, pour une Méditerranée libre, démocratique, sociale, solidaire, féministe et respectueuse de l’environnement.

Éric Toussaint, président du CADTM Belgique, a souligné que l’alliance politique qui est en train de naître s’inscrit dans la poursuite du combat entamé par Thomas Sankara, président du Burkina Faso, assassiné le 15 octobre 1987, après qu’il a appelé les peuples d’Afrique et du monde à s’unir dans le combat pour le non paiement de la dette illégitime. Le mouvement naissant prolonge aussi le combat entrepris par tous les martyrs du printemps arabe et par Chokry Belaïd, porte parole du Front populaire tunisien, assassiné le 6 février 2013. Sans oublier Ahmed Ben Bella, premier président de l’Algérie indépendante décédé en avril 2012 |2|, qui, à la fin de sa vie, avait fait de la lutte pour l’annulation de la dette illégitime un de ses combats prioritaires.

Les organisations politiques réunies à Tunis à l’invitation du Front populaire sont confrontées à un enjeu de taille. Trop souvent, des partis de gauche se limitent à une dénonciation radicale de la dette au niveau rhétorique sans en faire réellement une de leurs priorités pour le travail quotidien en direction des citoyens et des citoyennes. Certains d’entre eux, une fois proches du pouvoir ou au gouvernement, abandonnent leur promesse de mettre fin à la dette illégitime et finissent par s’accommoder de son remboursement.

Éric Toussaint a énoncé la définition initiale de la dette odieuse, contractée par un régime dictatorial tel que le régime de Ben Ali. Selon le droit international, à la chute d’un tel régime dictatorial, cette part odieuse de la dette est nulle et ne doit donc en aucun cas être remboursée. Certes, il faut souvent se battre pour que le droit international soit pleinement respecté. Dans ce but, seule une forte mobilisation populaire peut convaincre un gouvernement de recourir à un acte de suspension et de répudiation de la dette odieuse. Il est donc fondamental de constituer un rapport de force favorable pour affronter les créanciers.

Au niveau de droit international, une dette odieuse correspond aujourd’hui à 3 critères |3| :
l’absence de consentement de la population de l’État endetté ;
l’absence de bénéfices pour la population de cet État endetté ;
les créanciers savaient que les prêts qu’ils octroyaient ne servaient pas les intérêts de la population et n’avaient pas fait l’objet d’une approbation populaire.

Les dettes de pays comme la Grèce, le Portugal et l’Irlande à l’égard de la Troïka (Banque centrale européenne, Commission européenne, FMI) doivent être dénoncées parce qu’elles correspondent aux trois critères mentionnés plus haut :
1. les populations des pays concernés n’ont pas donné leur accord et nombre de gouvernements élus sur un programme anti-austérité finissent par se plier aux volontés de la Troïka une fois au pouvoir ;
2. ces dettes ne bénéficient pas aux populations, au contraire elles sont liées à des violations de leurs droits économiques, sociaux, civils et politiques (réduction des budgets sociaux et des salaires, licenciements massifs, dégradation de l’accès à la santé et à l’éducation, annulations de conventions collectives, non respect de la volonté des électeurs, soumission du pouvoir législatif au pouvoir exécutif…) ;
3. les créanciers, dont la Troïka et les banquiers, savent parfaitement que les crédits qu’ils octroient ne servent pas les intérêts des populations puisque ces crédits sont accordés afin de rembourser la dette et en échange de plans d’austérité drastiques. C’est la Troïka elle-même qui impose ces violations des droits humains et qui dicte ses conditions aux gouvernements et aux parlements des États endettés.

De leur côté, depuis 2011, les gouvernements qui ont succédé aux dictatures de Ben Ali et de Moubarak ont eux aussi contracté des dettes qui ne servent nullement les intérêts de la population, mais bien ceux des créanciers. Ces gouvernements endettent leur pays pour rembourser les dettes odieuses des dictatures et pour mener des politiques qui augmentent la vulnérabilité de leur pays. Ces dettes sont donc illégitimes.

La Tunisie, tout comme l’Égypte, négocie actuellement un emprunt auprès du FMI |4|. Il n’y a aucune issue possible avec une telle démarche. Mais si ces prêts sont octroyés, ils seront illégitimes pour au moins deux raisons : ils serviront au paiement des anciennes dettes odieuses et ils sont liés à la poursuite de politiques contraires aux intérêts des populations.

D’autres éléments entrent en considération pour déterminer le caractère illégitime de la dette.
D’une part, elles peuvent être des conséquences de politiques fiscales injustes. Concrètement, les États octroient des avantages fiscaux aux grandes entreprises (nationales ou étrangères) et aux ménages les plus fortunés, ce qui a pour effet de diminuer les recettes d’impôts et de creuser le déficit. Cela entraîne donc une augmentation de la dette publique car les États doivent recourir à l’emprunt pour financer leur budget. Des dettes contractées dans ces conditions sont marquées d’illégitimité car elles sont injustes socialement.
D’autre part, elles peuvent provenir du sauvetage des banques. Depuis 2007, les gouvernements des États des pays les plus industrialisés viennent au secours des banques privées responsables de la crise en leur apportant des milliards d’euros sous forme d’injection de capital ou de garanties diverses |5|. Les dettes contractées pour financer ces sauvetages sont également illégitimes.

Les créanciers et les gouvernements affirment qu’il faut toujours rembourser ses dettes sans questionner leur origine, bien qu’elles soient illégitimes, et ils utilisent l’argument de la recherche de l’équilibre budgétaire pour imposer des politiques antisociales d’austérité. C’est dans ce contexte, qu’une partie croissante de la population des pays méditerranéens (et au-delà) rejette le remboursement de la dette illégitime. Dans certains de ces pays (Tunisie, Espagne, Portugal, Grèce, France, etc.), des audits citoyens sont mis en place afin de déterminer la part illégitime des dettes publiques contractées par les États. Ils cherchent à déterminer comment, pourquoi, par qui la dette a été contractée et si elle a réellement servi les intérêts de la population. Ces comités d’audit citoyen visent à convaincre le plus largement possible de la nécessité d’annuler la dette illégitime.

Désobéir face aux créanciers

Il est possible et nécessaire de désobéir aux institutions financières internationales et à la Troïka, de refuser les diktats des créanciers privés afin de retrouver une marge de manœuvre pour améliorer la situation des pays et de leur population. La fermeté paie ! Plusieurs exemples concrets de pays qui ont osé défier leurs créanciers le démontrent.

L’Argentine et la suspension du remboursement de la dette

Ainsi, l’Argentine, après trois années de récession économique (1999-2001) et dans le contexte d’une rébellion populaire massive qui a fait tomber le président De La Rua, a décidé de suspendre, fin décembre 2001, le paiement d’une grande partie de sa dette extérieure publique pour un montant d’environ 90 milliards de dollars.
Une partie des sommes dégagées ont été réinvesties dans les secteurs sociaux, notamment dans des indemnités versées aux chômeurs organisés dans le mouvement des piqueteros. Certains affirment qu’en réalité la récupération économique de l’Argentine à partir de 2003-2004 est uniquement due à l’augmentation du prix de ses produits d’exportation (soja, minerais…). C’est faux car si l’Argentine n’avait pas suspendu le paiement de sa dette à partir de fin 2001, les recettes publiques générées par les exportations auraient été englouties par le remboursement de la dette. Le gouvernement n’aurait pas eu le moyen de relancer l’activité économique. Par ailleurs, grâce à la suspension de paiement des 90 milliards de dettes commerciales qui a duré jusqu’à mars 2005, l’Argentine a pu imposer à ses créanciers une réduction de la moitié de ce montant. Le CADTM ainsi que de nombreux mouvements sociaux et partis de la gauche argentine proposaient à l’époque d’aller plus loin vers l’annulation totale de la dette illégitime, non seulement à l’égard des créanciers privés mais également envers le FMI et d’autres créanciers publics. Le gouvernement argentin a refusé de suivre cette voie.
Il est important d’ajouter que l’Argentine est en suspension totale de paiement de sa dette de 6,5 milliards de dollars envers le Club de Paris depuis 2001. On peut donc constater que depuis 12 ans déjà, ce pays tient tête au Club de Paris. Malgré les 44 procès devant la Banque mondiale auxquels l’Argentine doit faire face et malgré les menaces récentes de se faire expulser du FMI, Buenos Aires s’en tire. Depuis 2001, l’Argentine n’emprunte plus sur les marchés financiers et pourtant le pays continue de fonctionner !
Il est important de ne pas se méprendre sur l’expérience argentine, il faut éviter d’en faire un modèle, il est nécessaire d’adopter un point de vue clairement critique. Le gouvernement argentin a œuvré pour maintenir le pays dans un cadre capitaliste, aucune réforme structurelle n’a été entreprise, la croissance économique argentine est largement fondée sur l’exportation de produits primaires (soja transgénique de surcroît, et minerais). Il s’agit d’un modèle extractiviste-exportateur. Néanmoins, ce que l’Argentine a fait démontre qu’on peut parfaitement désobéir aux créanciers. Sous d’autres cieux, un authentique gouvernement de gauche pourrait s’appuyer sur ce précédent pour aller beaucoup plus loin.

Équateur : audit et suspension

Autre exemple : l’Équateur. Sept mois après avoir été élu, le président équatorien Rafael Correa a décidé en juillet 2007 de faire procéder à un audit de la dette du pays, et des conditions dans lesquelles celle-ci s’était constituée. À cette fin, une commission d’audit de la dette composée de 18 experts, dont le CADTM faisait partie, a été mise en place à partir de juillet 2007. Après 14 mois de travail, un rapport a été remis. Il montrait notamment que de nombreux prêts avaient été accordés en violation des règles élémentaires. En novembre 2008, le nouveau pouvoir, prenant appui sur ce rapport, a décidé de suspendre le remboursement de la dette constituée de titres de la dette venant à échéance les uns en 2012, les autres en 2030. Finalement, le gouvernement de ce petit pays est sorti vainqueur d’une épreuve de force avec les banquiers nord-américains détenteurs des titres de la dette équatorienne. Il a racheté pour moins de 1 milliard de dollars des titres valant 3,2 milliards de dollars. Le trésor public équatorien a ainsi économisé environ 2,2 milliards de dollars de stock de dette auxquels il faut ajouter les 200 millions de dollars d’intérêts par an pour la période 2008-2030. Cela a permis de dégager de nouveaux moyens financiers permettant au gouvernement d’augmenter les dépenses sociales dans la santé, l’éducation, l’aide sociale et dans le développement d’infrastructures de communication. Il a également intégré dans sa constitution l’interdiction de transformer des dettes privées en dettes publiques et l’interdiction de contracter des dettes illégitimes |6|.
Il faut ajouter que l’Équateur ne reconnaît plus la compétence du tribunal de la Banque mondiale. Il a refusé de signer un traité de libre échange avec l’Union européenne et avec les États-Unis. Le président équatorien a annoncé son intention de lancer un audit sur les traités bilatéraux d’investissement. Enfin, les autorités de Quito ont mis fin à la présence de l’armée des États-Unis sur le territoire équatorien.

Dans le cas de l’Équateur, il faut également se garder d’ériger en modèle l’expérience en cours. Un regard critique est indispensable. Il n’en demeure pas moins que l’expérience équatorienne en terme d’audit et de suspension unilatérale du remboursement de la dette démontre qu’il est parfaitement possible de désobéir aux créanciers et d’en tirer avantage pour améliorer les dépenses publiques dans des domaines comme l’éducation et la santé publique.

L’Islande : le refus de payer la dette réclamée par le Royaume-Uni et les Pays-Bas

Enfin, suite à l’effondrement du système bancaire en 2008, l’Islande a refusé d’indemniser les ressortissants des Pays-Bas et du Royaume-Uni qui avaient placé des fonds dans des filiales de banques islandaises privées qui venaient de s’effondrer, pour un total de 3,9 milliards d’euros. Les autorités britanniques et hollandaises ont alors indemnisé leurs ressortissants et ont exigé de l’Islande qu’elle les rembourse. Sous la pression populaire (manifestations, occupations de places, référendums), les autorités de Reykjavik ont refusé. Cela a eu pour conséquence l’inscription de l’Islande sur la liste des organisations terroristes, le gel des avoirs islandais au Royaume-Uni et le dépôt d’une plainte de Londres et de La Haye contre Reykjavik auprès de la Cour de l’Association européenne de libre échange (AELE) |7|. Par ailleurs, l’Islande a bloqué totalement les sorties de capitaux du pays. Finalement elle s’en tire beaucoup mieux que d’autres pays d’Europe qui ont accepté les exigences des créanciers. Ici encore évitons de faire de l’Islande un modèle mais tirons des enseignements de son expérience.

Ces exemples nous démontrent que désobéir aux créanciers n’est pas une catastrophe et n’entraîne en aucun cas l’effondrement du pays.

Soulignons également que ces expériences ont été précédées ou réalisées dans un contexte de mobilisations populaires faisant pression sur le gouvernement. D’où l’importance, comme l’a rappelé Éric Toussaint, de toucher l’ensemble de la population au travers des moyens de vulgarisation de cette question parfois complexe. Le travail d’audit est donc un vrai travail de prise de conscience. Il s’agit de rendre visible l’illégitimité de la dette auprès de la majorité de la population.

En conclusion de cet atelier, Éric Toussaint a répété que les exemples cités ne sont pas des modèles politiques à suivre, mais que ce sont des expériences dont il est tout à fait pertinent de tirer des leçons politiques importantes !

 

Notes

|1| Voir Pauline Imbach, « Tunis : Un front commun d’organisations politiques contre la dette est né », http://cadtm.org/Tunis-Un-front-com…, publié le 25 mars 2013.

|2| Voir Éric Toussaint « En souvenir d’Ahmed Ben Bella, 1er président de l’Algérie indépendante, décédé le 11 avril 2012 à l’âge de 96 ans », http://cadtm.org/En-souvenir-d-Ahme… , publié le 12 avril 2012.

|3| Voir notamment CADTM, http://cadtm.org/Droits-devant, et en particulier Stéphanie Jacquemont, « Que retenir du rapport de l’expert de l’ONU sur la dette et les droits humains ? »,http://cadtm.org/Que-retenir-du-rap… , publié le 25 janvier 2013.

|4http://www.imf.org/external/french/…

|5| Voir Damien Millet, Daniel Munevar et Eric Toussaint, Les Chiffres de la dette 2012, Tableau 28 / Le coût des sauvetages bancaires en Europe, dette émise jusque 2011, en Mds d’euros,http://fr.scribd.com/doc/111894681/…

|6| Voir Eric Toussaint, « La Constitution équatorienne : un modèle en matière d’endettement public », http://cadtm.org/La-constitution-eq… , publié le 27 décembre 2010.

|7| La Cour de l’Association européenne de libre échange (AELE), qui n’a pourtant rien d’une association altermondialiste, a donné raison à l’Islande il y a deux mois. Voir CADTM, « Le tribunal de l’AELE rejette les réclamations « Icesave » contre l’Islande et ses habitants »,http://cadtm.org/Le-tribunal-de-l-A… , publié le 29 janvier 2013.

 

 

Mondialisation.ca, 30 mars 2013
http://www.mondialisation.ca/eric-toussaint-a-tunis-il-faut-desobeir-aux-creanciers-et-refuser-de-rembourser-des-dettes-illegitimes/5329089#.UVdpQN5P3mg.twitter
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 02:11

La Finlande appelle à ne plus sauver de banques avec l’argent public

 Jyrki Katainen

 

La Finlande a appelé mardi à épargner les contribuables de la zone euro dans les plans de sauvetage des banques européennes à l’avenir, estimant que la facture devrait être imputée aux actionnaires et créanciers.


« Partout en Europe nous devrions passer à une économie de marché normale, où les propriétaires et les investisseurs accusent des pertes en cas de débâcle de banque », a déclaré mardi le Premier ministre Jyrki Katainen lors d’un discours à Helsinki sur l’Europe.


Il a souhaité que l’union bancaire européenne, en cours de création, en fasse un principe fondateur, sinon nous resterons dans la situation actuelle où le contribuable paie les crises bancaires et a dit vouloir que les décisions sur l’union bancaire soient prises dans l’année.

 


Sources : AFP / Romandie / Le Journal du Siècle

http://lejournaldusiecle.com/2013/03/26/la-finlande-appelle-a-ne-plus-sauver-de-banques-avec-largent-public/

 


28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 21:46

 

 

islamophobie-en-france.jpg

"Ne stigmatisons pas les musulmans !"

LE MONDE | 28.03.2013 à 15h42 • Mis à jour le 28.03.2013 à 17h32 Par un collectif d'intellectuels

Abonnez-vous
à partir de 1 €
  Réagir   Classer   Imprimer   Envoyer

Partager google + linkedin

 

A l'heure où nous traversons une crise économique et sociale de grande ampleur, la haine et le rejet s'expriment de plus en plus ouvertement à travers l'Europe ; force est de constater que la classe politique française ne prend pas suffisamment la mesure d'une forme de racisme qui se manifeste désormais librement dès lors qu'elle se dissimule sous les atours d'une laïcité dévoyée de son sens historique, pour en faire, entre autres, un outil de stigmatisation et d'exclusion des musulmanes et des musulmans.

 

 

La laïcité par laquelle, selon l'article 1 de la loi de 1905, la République "assure la liberté de conscience" et "garantit le libre exercice des cultes", dans le respect mutuel des appartenances et l'égalité de toutes les croyances devant l'Etat, se retrouve détournée au profit d'une vision clivante, légitimant le rejet de l'Autre en prétendant participer à l'émancipation des personnes.

 

Il semble plus que jamais nécessaire de rappeler une vérité élémentaire : il n'existe pas de laïcité réelle sans liberté. Or cette liberté ne peut exister sans respect de la différence. Il s'agit ici de droits fondamentaux, établis par la loi de 1905, la Déclaration universelle des droits de l'homme ainsi que la Convention européenne de sauvegarde des droits humains et des libertés fondamentales.


Le devoir de neutralité, tel qu'invoqué par les tenants d'une laïcité d'exclusion, est la négation de toute forme de diversité. Il n'est ni plus ni moins qu'une censure de l'expression d'un choix, en l'occurrence religieux.


Dès lors, nous voulons réaffirmer notre volonté de vivre et d'évoluer dans une société où la différence est reconnue comme une richesse et où le respect de chacun, dans tout ce qui fait sa singularité, est une valeur centrale, en accord avec les droits humains tels qu'y souscrit notre pays.

Nous attendons de nos maires, de nos députés, de nos ministres et du président de la République, qu'ils soient les garants de ces droits, sans jamais céder à la tentation autoritaire de ceux qui voudraient, aujourd'hui comme hier, mettre à l'index des individus ou une communauté.


SURENCHÈRE LÉGISLATIVE


Plutôt que de se lancer dans une surenchère législative qui viendra, une fois de plus, restreindre les libertés fondamentales au mépris des dispositions du droit positif, national et international, nous proposons de faire un état des lieux du développement de l'islamophobie en France.


Une commission parlementaire réunie sur ce sujet pourra étudier les dérives auxquelles a donné lieu l'instrumentalisation de l'identité nationale, des luttes féministes et de la laïcité, et prendre la mesure du racisme, voire de la haine, qui visent aujourd'hui nos concitoyens musulmans, ou perçus comme tels. Une telle commission devra également être pluraliste, indépendante, ouverte sur la société civile et capable de dresser un bilan objectif de la politique menée durant les dernières années.


Intellectuels, universitaires, élu(e)s, cadres associatifs, journalistes, artistes ou simples citoyen(ne)s, nous voulons croire que dans la France de 2013 il existe encore des responsables politiques capables d'être à la hauteur de ces enjeux, de se prononcer et d'agir clairement et efficacement contre le racisme et les discriminations.

 

http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/03/28/ne-stigmatisons-pas-les-musulmans_3149730_3232.html

28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 18:59
Le juge Jean-Michel Gentil
http://www.sudouest.fr/2013/03/25/affaire-bettencourt-le-juge-gentil-fait-enrager-la-droite-1004161-4869.php

 

 

 

 

L'Appel d'un Lecteur fidèle, Ahura

 

Eva ... nous touchons vraiment le fond !

Mais dans quel pays vivons nous ?

Si les citoyens français ne prennent pas conscience immédiatement

de la gravité de la situation,

nous allons tout droit vers une société

où seule la loi du plus fort sera de mise !

 

Il faut absolument que le juge Gentil sente

qu'il a le soutien de la population

et qu'il aille au bout du travail qu'il a entrepris .

Nous sommes tous responsables de sa sécurité

et nous serons tous responsable si il lui arrivait quelque chose,

ou comme si l'avocat Metzger il lui venait à l'idée de se suicider !

 

Des services d'action civiques devraient être créés

un peu partout en France pour l'assurer de notre soutien .

Il est quand même incroyable que la plume de Sarkosy en tête,

et de nombreux hommes politiques se permettent

de critiquer le travail de ce juge.

 

Sommes nous encore dans un étét de Droit ?

Ou dans un régime mafieux ?

N'oublions pas que Sarkosy est un citoyen comme un autre

et qu'il n'est pour l'instant que mis en examen .

Qu'en sera-t-il si la preuve de sa culpabilité est prouvée ?

Une guerre civile ??????

 

AHURA

 

http://sos-crise.over-blog.com/article-affaire-sarkozy-tournure-mafieuse-le-consciencieux-juge-gentil-menace-116592727-comments.html#comment112100771

 

 

drogues dealers quartiers hlm issy-les-moulineaux justice bail bailleurs familles expulsées expulsions

 

 

Mon opinion :

 

Les scandaleuses menaces de mort

contre un Juge intègre,

font de la France une République bananière

avec des gens si attachés au Pouvoir

qu'ils refusent de le lâcher.

Trop d'intérêts sont d'ailleurs en jeu

derrière certains individus !

Je me demande si les menaces de mort

n'ont pas été téléguidées, lancées pour dissuader,

en le terrorisant, le futur Juge

(qui sera chargé d'examiner la mise en examen),

de confirmer le jugement du Juge Gentil.

Et pour dissuader, aussi,

de porter plainte contre les supporters de Sarkozy.


De Sarkozy et de sa clique,

on peut s'attendre à tout !

 

Et nous, nous ne pouvons pas rester les bras croisés :

Soutenons le Juge Gentil,

et faisons-le savoir !

 

Eva R-sistons

 

 

sarko-menteur.jpg

28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 18:33

 

Protéger et défendre les populations

victimes de crimes économiques

 

http://www.asso-sherpa.org


 

Sherpa a été créée en 2001 par William BOURDON, avocat au barreau de Paris et ancien secrétaire général de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme.


L’association est née du constat que la mondialisation des échanges et la financiarisation de l’économie créaient de nouvelles formes d’impunité contre lesquelles la société civile était impuissante. En effet, alors que les auteurs des crimes de sang les plus graves (i.e. les crimes de guerre, crimes contre l’humanité, crimes de génocide) allaient enfin pouvoir être traduits en justice avec la mise sur pied de la Cour Pénale Internationale en 2002, aucune juridiction ne pouvait appréhender ces nouveaux crimes économiques.

Notre objectif est d’inscrire l’intérêt collectif et le respect des droits humains au cœur des stratégies des entreprises et des politiques publiques.

L’association Sherpa rassemble des juristes ainsi que toutes les compétences convaincues que le droit existant et celui à inventer constituent un outil indispensable pour favoriser l’émergence d’une société respectueuse de l’intérêt collectif et des droits humains.
 

 

L’action de Sherpa s’appuie sur les valeurs de Justice, de Solidarité et de Dignité et a pour objet de prévenir et lutter contre les crimes économiques qui portent atteinte aux droits humains qu’ils soient le fait d’acteurs privés ou publics.

Sherpa entend ainsi :


-    Obtenir réparation pour les victimes de crimes économiques ;
-    Faire évoluer le droit, les politiques publiques et les pratiques des acteurs publics et privés ;
-    Sensibiliser la société civile aux enjeux de la criminalité économique et lui donner les moyens de la combattre.

À cette fin :


-    elle mène des actions de recherche et de plaidoyer ;
-    elle mène des actions de sensibilisation et de formation ;
-    elle engage ou appuie toute action judiciaire ou extrajudiciaire.

Pour plus d'information, et pour vous informer sur les différents dossiers traités ainsi que sur les travaux de recherche et les publications de Sherpa, rendez-vous sur notre site internet: www.asso-sherpa.org

L'association Sherpa est aussi présente sur Facebook (https://www.facebook.com/assosherpa) et Twitter (https://twitter.com/Asso_SHERPA): Rejoignez-nous !

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


 

Notre mission

Pourquoi “SHERPA”?

Les Sherpas sont un peuple montagnard originaire des régions du Népal dont les guides sont réputés pour leur endurance, leur dextérité et leur audace ; ils sont si fiables que leur nom est devenu synonyme de « porteur ». Comme eux, notre association ambitionne d’accompagner les populations victimes de crimes économiques dans leur quête de justice.

Qui sommes-nous?

SHERPA, association loi 1901 basée à Paris, a été créée en 2001 en vue de protéger et défendre les populations victimes de crimes économiques.

L’association rassemble des juristes et des avocats venus de divers horizons, et travaille en étroite collaboration avec de nombreuses organisations de la société civile à travers le monde.

Les activités de SHERPA reposent également sur le généreux soutien de volontaires, de stagiaires et d’avocats travaillant pro bono.

Que faisons-nous?

Vision et Mission

Convaincue que le droit constitue un outil précieux pour agir en faveur du développement, SHERPA a choisi de mettre ses compétences et son savoir-faire juridiques au service de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (ODM).

Programmes

  • Flux financiers illicites et développement

Qu’il s’agisse de l’argent de la corruption ou de l’évasion fiscale des multinationales, les flux financiers illicites constituent un enjeu majeur de développement. Ils réduisent les ressources disponibles pour les services publics essentiels et aggravent le poids de la dette des Etats, particulièrement des pays du Sud. La situation est telle qu’aujourd’hui encore la plupart des gouvernements des pays en développement ne parvient pas à satisfaire les besoins humains les plus élémentaires.

SHERPA mène des campagnes visant à dénoncer la fuite illicite des capitaux.

  • Globalisation et droits humains

La Commission européenne a défini la RSE comme « L’intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec leurs parties prenantes » (Livre vert sur la responsabilité sociale des entreprises, 2001).

Une telle position reste insuffisante pour SHERPA, qui milite vivement pour la mise en place d’un cadre juridique contraignant à l’endroit des entreprises transnationales.

Moyens d’action

  • Assistance juridique

Forte de son réseau de juristes et d’avocats, SHERPA apporte son soutien aux populations victimes de crimes économiques.

L’association utilise toute sorte d’outils juridiques allant de la négociation à l’utilisation des instruments de soft law (telles que les principes de  l’OCDE pour les Entreprises Multinationales), ou au déclenchement d’actions judiciaires.

  • Recherche & plaidoyer

En tant que cercle de réflexion, SHERPA développe de nouveaux outils juridiques et mène des campagnes de plaidoyer auprès des acteurs économiques et des autorités publiques dans le but de promouvoir une meilleure régulation des activités commerciales et des flux financiers transnationaux.

  • Sensibilisation & formation

Convaincue que la transmission des savoirs participe favorablement au développement, SHERPA organise des ateliers de sensibilisation auprès des organisations de la société civile afin de les éveiller aux enjeux de la criminalité économique et de leur donner les moyens de la combattre.


Pour aller plus loin:

  • Télécharger la plaquette de présentation de SHERPA [pdf]
  • Télécharger le rapport moral de SHERPA pour l’année 2011 [pdf]
  • Télécharger le rapport moral de SHERPA pour 2010 [pdf]
  • Télécharger le rapport moral de SHERPA pour l’année 2009 [pdf]
  • Télécharger le plan d’action de SHERPA 2010-2012 [pdf]

 

Contacts

Association SHERPA

22 rue de Milan
75009 PARIS
Tél : + 33 (0) 1 42 21 33 25
Informations générales : contact[a]asso-sherpa.org
Relations publiques / Relations presse : communication[a]asso-sherpa.org

 

.

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche