Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 05:45

Reçu ce commentaire sur

mon blog R-sistons à l'intolérable :

 

Bonjour Eva. Quelques lignes à propos du système actuel.

Comme dans le système bancaire où il faut CROIRE, apporter CRÉDIT ou avoir CONFIANCE envers le Marchand de Confiance ou banquier, la démocratie ne peut fonctionner qu’en la croyance en la démocratie, donc de façon idiote par la croyance en un mot conventionnel dont le sens est perdu depuis longtemps. Cette démocratie actuelle, en fonctionnant, permet le fonctionnement et le camouflage d’un pouvoir évidemment non démocratique : oligarchique, soit des groupes auto-référentiels, privés, riches, incontrôlables par le peuple.
Ici en Occident, l’opinion publique est hypnotisée et manipulée par cette religion de la "démocratie" devenue mondiale avec son infaillibilité républicaine. Celui qui ose blasphémer contre le dogme se fera traité de dictateur (ou de nazi, ou d'anti-sémite) soutenant les dictateurs massacreurs de leur peuple. Ainsi il ne viendrait l’idée à personne, acceptant, défendant le dogme, de soutenir une dictature supposée. Ainsi :

Le dogme général regroupé sous le terme « démocratie » est un moyen de make believe, un moyen illusoire de faire croire aux gens que le pouvoir est légitime, que cette légitimation dérive des gens qui ont votés, et qui par conséquence doivent obéir et accepter les décisions et lois étant donné que ce sont eux qui sont à l’origine du gouvernement et de ses actions, puisque ce sont eux qui ont élu leurs « représentants » pour qu’ils les éclairs. C’est donc un moyen de produire du consensus, ou tout au moins de la servilité, du servage comme au Moyen-Âge vis-à-vis du seigneur et de nos jours du gouvernement qui prend effectivement les décisions.
L’Inquisition ou toutes les figures de pouvoir agissent, toujours, pour le BIEN, la PAIX, ou la SÉCURITÉ de ceux qui sont soumis à leur pouvoir et légitimation, selon le modèle PARENTS/ENFANTS, ou SERVITEUR ET MAÎTRE. C’est ce qui leur confèrent autorité et légitimation.

Dans l’Inquisition, que copia notamment les défenseurs du dogme communiste en URSS, il s’agissait de défendre ce dogme, grâce à une position intellectuelle ou opinion, qui pour l’accusation, est censée être implicitement acceptés par tout le monde, comme en démocratie et en république où règne « la liberté » et la « raison » et sa doctrine dominante la laïcité (marxisme déguisé) qui impose à l’ensemble comme le système communiste. C’est donc une dictature avec son code laïque NON ÉCRIT d’une subtilité alambiquée façon franc-maçonnique qu’il faut décoder et maîtriser. Ces codes sont censés être acceptés par tous, comme un centre dont on ne doit pas s’écarter (voir les problèmes que subissent l’Islam dans le monde occidental), sous peine de raisonnement faux : la fameuse « raison » du siècle des lumières et des philosophistes de la Grèce antique jusqu’à Voltaire. Ainsi si la pointe du compas dérape, la circonférence, le raisonnement et les actes qui les suivent, sont nécessairement faux.
Alors tout accusé qui se reconnaît (de gré ou inconsciemment ou par manipulation) lié à la foi d’une religion, d’un dogme, et c’était le cas de Galilée et c’est le cas de tout membre d’un parti politique, surtout chez les marxistes, est supposé avoir parfaitement conscience d’avoir contrevenu au dogme, puisqu’il est en pleine possession de sa « raison » conforme à celle du siècle des lumières, sauf évidemment en cas de « dérangement mental ».
Alors il est normal que le tribunal lui demande : « Savez-vous pourquoi vous êtes là ? ».
S’il le sait, il ne subit pas une condamnation imposée, une injustice, juste une peine minime, il se condamne lui-même par autocritique. S’il ne le sait pas il est envoyé en « rééducation » dans un asile psychiatrique.
Autrefois l’inquisition brûlait ses opposants comme possédés de Satan. C’était moins barbare que les hôpitaux psychiatriques, ou que le camp de Guantanamo.

Ces gardiens du dogme républicain et de la laïcité ou dogme communiste (gardiens cachés dans des sociétés secrètes ou non) possèdent une géométrie ou un réseau de neurones identique à la configuration mentale de l’Inquisition. C'est une question de géométrie du réseau de neurones, comme l'ont bien montré par ailleurs le psychologue expert et avocat Marco Della Luna, et le neuropsychiatre et professeur Paolo Cioni dans leur livre : Neuro-Esclaves - Techniques et psychopathologies de la manipulation politique, économique et religieuse.

 

http://r-sistons.over-blog.com/article-original-duel-m-le-pen-j-l-melenchon-arbitre-par-une-rabbine-greve-ue-111434930-comments.html#anchorComment

 

 

 

Hollande, fossoyeur de la démocratie... en 2014

François Hollande, dans une interview délivrée au Monde le 17 octobre, a exposé ses projets pour l'UE. Au programme : union bancaire, budgétaire et politique.

Penchons-nous sur l'union budgétaire.

Celle-ci repose sur un pilier : le contrôle des budgets par la Commission européenne. Concrètement, cela signifie que les parlements nationaux devront attendre le feu vert de la Commission avant de voter leur loi de finance annuelle. Précisons que ce feu vert ne sera accordé que si le parlement se plie aux injonctions de ses supérieurs (non-élus) bruxellois.

Une telle mesure, disons le tout net, conduirait purement et simplement à enterrer la démocratie.

Explication : la démocratie a émergé à partir de la fin du XVIIIe siècle parce que les peuples voulaient donner leur consentement à l'impôt. Ainsi sont nés les parlements, destinés à représenter les peuples et à accorder ou non leur accord au gouvernement pour l'utilisation des impôts, c'est-à-dire au budget.

La vie de la démocratie est intimement liée au vote du budget par le parlement, d'où l'article 14 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen :
Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs Représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d'en suivre l'emploi et d'en déterminer la quotité, l'assiette, le recouvrement et la durée.
Or avec l'union budgétaire, ce n'est plus le peuple représenté qui donnera ou non son accord au vote du budget et qui en modifiera au besoin les grandes lignes, mais des commissaires européens non élus, absolument déconnectés du suffrage universel. L'union budgétaire est une mesure anticonstitutionnelle faisant perdre au peuple tout contrôle sur ses impôts.

Après les élections européennes de 2014, François Hollande souhaite mettre en place une union politique. Chose étrange, car la Commission européenne étant à l'origine de 80% de nos lois, l'union politique existe déjà. Les pays membres de l'Union européenne ont déjà une immense majorité de leurs normes en commun. Où François Hollande veut-il en venir en parlant d'union politique ? On ne le devine que trop : il s'agit d'une centralisation accrue du pouvoir politique, d'une ultrafédéralisation.

Certaines compétences actuellement exercées par des institutions nationales seraient ainsi transférées au niveau européen, un peu comme la politique monétaire a été transférée à la BCE. Peut-être verrons-nous alors la disparition de tels ou tels ministères, dont les compétences seraient transférées soit à Commission européenne, soit à des institutions fraîchement créées (mais toujours non élues, rassurez-vous).

Alors, le gouvernement français serait réduit au rôle de simple préfet national, dépouillé de tout pouvoir réel... Ce qui, à notre connaissance, serait une première depuis 11 novembre 1942, jour du franchissement de la ligne de démarcation par les troupes allemandes...
http://fr.sott.net/article/10475-Hollande-fossoyeur-de-la-democratie-en-2014
 

 

 

 

Les 2 dessins ici :

 

http://www.roc06.fr/2011/12/15/seminaire-formation-democratie-et-territoires/

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche