Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 05:45
Yann FIEVET
La ville de Gonesse dirigée par Jean-Pierre Blazy et le groupe Auchan viennent de lancer le projet « Europa City », gigantesque complexe mercantilo-culturel implanté dans « le triangle » situé aux confins des départements du Val d’Oise, de la Seine-Saint-Denis et de la Seine-et-Marne. Ce projet délirant pose de multiples questions graves que le maire PS de Gonesse a depuis longtemps cessé d’envisager pour leur préférer les réponses démagogiques de l’air du temps.

Plantons le décor de ce machin si conforme au manque d’imagination qui caractérise la décision politique de notre époque. Le monstre, conçu pour accueillir entre 25 et 40 millions de visiteurs chaque année à partir de 2020, occupera le tiers d’une vaste zone de 200 hectares, en cours d’urbanisation et d’aménagement, proche des aéroports de Roissy-CDG et du Bourget. Concrètement, il s’agira « de faire le tour de l’Europe en une journée », proclame Vianney Mulliez, Président du groupe Auchan. En profitant de 250 000 m2 de commerces et restaurants, avec des enseignes « haut de gamme » représentant « toutes les couleurs du continent ». « Comme les Galeries Lafayette pour la France, ou Harrods, symbolisant la Grande-Bretagne… » S’émerveille Jean-Pierre Blazy. Sont également prévus 160 000 m2 consacrés au divertissement : un parc nautique, une piste de ski indoor ( !), un parc de loisirs. On n’oubliera pas le space music de 30 000 m2, avec salles de concerts ou encore studios dévolus aux cultures urbaines. Et, pourquoi pas « des institutions d’art contemporain à l’étroit à Paris », se prend à rêver Jean-Pierre Blazy. Les deux protagonistes de l’affaire, supposée juteuse, souhaitent de concert attirer les touristes du monde entier qui sauront trouver là, n’en doutons pas un instant, ce qu’ils trouvent partout ailleurs.

Vous l’imaginez aisément, on a tendu à la population le miroir aux alouettes désormais habituel en la matière. Le complexe génèrerait la création de 20 000 emplois. « Une bonne nouvelle » pour les habitants de l’est du Val-d’Oise et des départements limitrophes particulièrement touchés par le chômage. « Nous allons créer 10 000 à 12 000 emplois sur trois ans pour réaliser cet équipement, assure Christophe Dastein, directeur du développement à Immochan, la filiale immobilière du groupe Auchan. Ensuite, l’ouverture d’Europa City entraînerait quelques 8 000 emplois directs et de nombreux emplois indirects dans les domaines de l’hôtellerie, des transports et des services. Nos recrutements favoriseront les candidats vivant à proximité. » Pour faciliter le déploiement de ce nouveau temple de la surconsommation agrémenté habilement de quelques atours pseudo culturels et permettre son accès, Auchan comme la ville de Gonesse comptent sur les aménagements prévus dans le cadre du Grand Paris, notamment afin d’améliorer les transports en commun. « Le métro automatique en particulier, ajoute le maire de Gonesse. La desserte du triangle de Gonesse et le secteur d’Aulnay-sous-Bois feront l’objet d’importants travaux. » L’investissement — sans ces dernières infrastructures — culmine à 1,5 milliard d’euros, pour une ouverture « avant 2020 », espère Jean-Pierre Blazy. Et même 2018, selon Auchan, si les aménagements du Grand Paris – en douterait-on ? - sont bien lancés.

Contrairement aux apparences – souvent si trompeuses – Europa City est une idée du passé. Les soigneuses plaquettes de la communication convenue parleront de concept nouveau – ni Disney, ni hypermarché – et sans doute d’architecture futuriste à propos de la configuration du lieu mêlant harmonieusement activités trivialement commerciales, activités ludiques dûment tarifées, activités culturelles sournoisement encadrées. L’officielle présentation en trompe-l’oeil qui est faite du projet ne saurait contenter le citoyen curieux. Ce dernier a entendu dire que la crise écologique dont les dégâts ont pu être longtemps cachés sous le tapis de la Croissance éternelle fait rage désormais et que ses congénères n’ont plus qu’une seule chose à faire pour sauver la planète : tourner le dos aux schémas croissansistes qui ont pris en quelques années un sacré coup de vieux. Il a aussi entendu dire que la crise financière dont il ne croit pas une seconde qu’elle est terminée pourrait, entre autres désastres pour l’économie réelle dans laquelle il vit et travaille, emporter l’Euro sur sa route. Il sait également – car il sait énormément de choses le citoyen curieux – qu’à quelques encablures de ce paradis destiné d’abord aux touristes argentés se trouve l’enfer du plus grand centre français – quelle gloire ! - de rétention pour d’autres étrangers dont le seul crime est de ne pas posséder de papiers reconnus par son pays. Et on vient lui causer, en pleine tourmente multiforme, de piste de ski d’intérieur énergétivore, d’investissements somptuaires et probablement hasardeux, d’étalages ostentatoires du luxe… Et c’est un maire de Gauche qui, toute honte bue, lui en cause.

On vient donc une fois encore de célébrer le mariage de la carpe et du lapin. Que le groupe Auchan, famille Mulliez en tête, souhaite poursuivre sa course éperdue vers le « toujours plus grand » n’étonne pas grand monde. Que son développement s’accompagne et se nourrisse forcément – c’est la loi du capitalisme – de l’intégration de nouvelles activités à son empire est tristement logique. En revanche, qu’une commune dirigée par une alliance PS-PC succombe tellement facilement aux sirènes d’un capitalisme financiarisé à bout de souffle laisse pantois les citoyens épris de justice sociale ou attachés à la défense du bien commun. Au moment où de plus en plus de gens semblent prêts à contester les stratégies bancaires mortifères il ne reste qu’une chose à espérer : que le monstre Europa City – le si mal nommé – ne sorte pas de terre, privé qu’il serait du nerf de la guerre… économique. Alors, un autre espoir pourrait vivre : que la classe politique cesse d’être à la remorque des tenants de l’économie capitaliste dominante et de ses plus grosses fortunes. On ferait de nouveau de la politique, au service de l’intérêt général. On réconcilierait ainsi les citoyens avec la Gauche. Bref, on (re)construirait la Gauche.

 

URL de cet article 12265 - Legrandsoir.info

 

 

Europa City est la mégalomanie d'un maire de gauche, voici la proposition d'une démocratie citoyenne pour gérer cette affaire  par Yvan Bachaud porte parole du Rassemblement d'Initiative Citoyenne

 

Bonjour ,

La solution contre les mégalomanes  qu’ils soient Maires, présidents de Régions ou Président de la république est SIMPLE ET UNIQUE Il faut permettre à la POPULATION CONCERNEE de reprendre la parole pour DECIDER de ce qui les regarde.

Un exemple au USA  sur une implantation de grande surface.

 

Il faut que ceux qui se lamentent terminent déjà leur communiqués par une formule du genre :

« Si nous disposions du référendum d’initiative citoyenne ,souhaité par plus de 82% des Français, nous aurions la possibilité d’ imposer un référendum pour tenter de faire abroger les lois injustes comme l’ont fait par exemple les Suisses le 07 mars 2010 , avec 73% de oui pour une loi qui  aurait entrainé une baisse des retraites. 

En Italie jusqu’à 12 lois ont été soumises le même jour à abrogation et 5 ont été abrogée un autre jour 8 soumises 8 abrogées» 

 

Cordialement

Yvan Bachaud Porte parole du RIC www.ric-france.fr

 


Un exemple assez récent Californie.
En 2004,
dans la commune d’Englewood la population a rejeté avec 66% de non,
l’implantation d’un hypermarché Wal-Mart N°1 mondial de la grande distribution, malgré
 la perspective de la création de 1 200 emplois et des millions de dollars de rentrées fiscales.
 Il a été mis en avant la défense des petits commerces locaux et souligné qu'ils provoqueraient une baisse des salaires.


Quelques exemples de RIC 

- Les Italiens qui en disposent avec - 500.000 signatures- ont pu - le même jour, 10.06.1995,- soumettre à abrogation 12 textes de lois, dont 5 ont été abrogés.

Le 18.04.93. 8 lois soumises 8 lois abrogées dont 6 avec 80 à 90,3% de OUI..

- Les Suisses

 Sur la flexibilité du travail  en 1996 : Par  RIC  67% pour la suppression d’une loi jugée inéquitable pour les salariés. Le Gouvernement a du revoir sa copie.

Ils ont également refusé la privatisation de l’électricité en 2002 ;
Voté un moratoire de 5 ans sur les OGM en 2005.
Le 07 mars 2010 , 73% de oui à l’abrogation d’une loi qui auRAIT baissé les retraites. Le gouvernement devra revoir sa copie !

Dans le canton de VAUD .En juin 2002 , le peuple vaudois a sèchement refusé que les députés s’octroient une indemnité de base s’ajoutant à leurs jetons de présence !
- Les Allemands :

+A Leipzig : avec 87% de NON ont refusé la vente à GDF ! de49,9% du capital de la société fournissant l’électricité à la ville.

-+A Fribourg-en-Brisgau,
En 2006, 70% de non à la privatisation des logements municipaux ce qui, en plus, a amené quelques maires à retirer leur projet.. !
+ A Dresde
Une initiative citoyenne était en cours pour empêcher la privatisation rampante d’hôpitaux publics.
 Et les citoyens ont voté pour un pont contre un tunnel préconisé par l’UNESCO… 

 

USA  Le RIC existe dans la moitié des Etats le sujets les plus divers en font l’objet. Notamment en Californie.

C’est un moyen de pression très intéressant.

Dans l'État de l'Ohio, en AOUT 2010, un accord a été signé entre les éleveurs et la Humane Society of the United States, la plus importante organisation de protection animale des USA.  Cet accord vise notamment à la suppression des cages de batteries pour poules pondeuses, des stalles de gestation pour truies, et des box de contention pour veaux.

Ces concessions ont-elles été obtenues par la menace d'un référendum d’initiative citoyenne, qui s'inspirait d'un référendum semblable qui avait triomphait en Californie en 2008.

Les sondages montraient qu'en cas de référendum, les positions des éleveurs ne tiendraient pas la route, avec plus de 60% d'opinions défavorables à l'élevage industriel. Ce qui fait qu'ils ont accepté de "négocier" avec la HSUS, sous l'égide du gouverneur de l'Ohio, chacune des parties estimant qu'un bon accord valait mieux qu'une longue et coûteuse bataille référendaire.

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche