Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 02:55
Ban Ki-moon et le président iranien Ahmadinejad à la tribune du 16e sommet des non-alignés, le 30 août 2012.
Ban Ki-moon et le président iranien Ahmadinejad à la tribune du 16e sommet des non-alignés, le 30 août 2012.
REUTERS/Majid Asgaripour/Mehr News Agency
http://www.rfi.fr/moyen-orient/20120830-apres-propos-president-egyptien-syriens-quittent-reunion-teheran-non-alignes-mna-iran
.

Les Non-alignés à Téhéran: un succès à méditer

Francois Asselineau:

[...]

Il est utile de rappeler que le Mouvement des Non-Alignés est une organisation internationale regroupant 120 États en 2008 (17 États et 9 organisations internationales y ayant en outre le statut d’observateur). Cela en fait l’organisation mondiale qui rassemble le plus d’États, à l’exception de l’ONU et des agences spécialisées de l’ONU.

Le terme de « Non-alignement » fut inventé par le Premier ministre indien Nehru lors d’un discours en 1954 à Colombo, capitale de l’île encore dénommée Ceylan à l’époque.

Le Mouvement lui-même fut lancé en 1956, conjointement par Nehru, l’Égyptien Nasser, le Yougoslave Tito et le Cambodgien Sihanouk. Il visait alors, dans le contexte de la guerre froide, à se rassembler pour contrecarrer l’influence des États-Unis et de l’URSS qui cherchaient à rallier le monde à leur cause.

Le premier Sommet se tint à Belgrade en 1961 : il regroupa alors 25 États seulement.

L’organisation, dont le siège est à Lusaka en Zambie, regroupe désormais près des deux tiers des membres des Nations unies et 55 % de la population mondiale.

Le but du Mouvement des Non-Alignés a été redéfini, dans la
« Déclaration de la Havane » de 1979, qui précise que les Non-Alignés visent à assurer « l’indépendance nationale, la souveraineté, l’intégrité territoriale et la sécurité des pays non alignés dans leur lutte contre l’impérialisme, le colonialisme, le néocolonialisme, la ségrégation, le racisme, et toute forme d’agression étrangère, d’occupation, de domination, d’interférence ou d’hégémonie de la part de grandes puissances ou de blocs politiques » et de promouvoir la solidarité entre les peuples du tiers monde.

Qui, franchement, peut désormais être contre ces grands principes ? Principes qui sont d’ailleurs en parfaite harmonie avec les principes du droit international, tel qu’il a été codifié par la Charte des Nations-Unies ?

[...]

Les pays représentés au Mouvement des Non-Alignés appartiennent à tous les continents (y compris l’Europe avec la Biélorussie), et en particulier l’Amérique du Sud, toute l’Afrique, tout le Moyen Orient, le sous-continent indien et l’Asie du sud-est.

Cette très grande variété constitue le plus grand pied-de nez que l’on puisse opposer au découpage artificiel par religions ou « civilisations » promu par les think-tanks bellicistes de Washington et de l’OTAN.

Cette capacité massive de rassemblement des Non-Alignés fait ressortir par contraste ce qu’est l’OTAN / UE : un bunker agressif, qui ose se qualifier de « communauté internationale » alors qu’il ne représente même pas 20% des êtres humains vivant sur terre.

Si la France renouait avec la grandeur de son histoire, ce n’est certes pas dans ce bunker occidental de l’OTAN / UE qu’elle devrait se placer. C’est son adhésion au Mouvement des Non-Alignés qu’elle devrait envisager. Pour contribuer à faire du IIIe millénaire un avenir de paix entre toutes les nations, tous les peuples et toutes les religions du monde.

 

Voir l'intégralité de l'article ici


 

http://alainindependant.canalblog.com/archives/2012/08/31/25006022.html

.

.

 

Affluence record à Téhéran et défaite des USA/UE

 

Publié le 29 août 2012 dans Monde

et www.u-p-r.fr

 

Affluence record à Téhéran et défaite des USA/UE au sommet des non-alignés.

 

La défaite diplomatique de Washington et du camp euro-atlantiste se confirme avec la présence supplémentaire de Vladimir Poutine, Evo Morales, Rafael Correa, Hugo Chavez et des secrétaires généraux de l' ONU, de la Ligue arable, de l'OCI et de l'OUA.

 

1- 110 ETATS RPRESENTES, DONT 50 AU PLUS HAUT NIVEAU POLITIQUE


En effet, dès le 1er jour, des délégations représentant 110 des 120 Etats membres du Mouvement des Non-Alignés sont déjà arrivés à Téhéran.

En outre, selon les toutes dernières annonces présentées par le ministre iranien des affaires étrangères, 50 des 110 Etats seront représentés au plus haut niveau :

- 29 Etats seront représentés par leur chef d'Etat en personne  (27 Présidents, 1 Sultan (Oman et 1 Emir (Quatar))

- 9 Etats seront représentés par leur Vice-Président de la République

- 7 Etats seront représentés par le Premeir ministre, chef du gouvernement. C'est d'ailleurs souvent le véritable chef de l'exécutif, comme c'est le cas du Premeir ministre indien Manmohan Singh.

- 5 Etats seront représentés par un envoyé spécial.

Tous les autres Etats sont représentés au niveau de leur ambassadeur à Téhéran et/où par des délégations de hauts fonctionnaires mandatés par leurs gouvernements.

 

2 - DE NOMBREUSES SUPRISES DE DERNIERE MINUTE

 

Plusieurs surprises de dernière minute contribuent à faire de ce XVIe Sommet des Non-Alignés un très grans succès diplomatique pour Téhéran et une défaite cinglante pour les Etats-Unis, le Canada, l'Union Européenne et Israël, qui avaient exercé les plus fortes pressions possibles pour tenter d'isoler l' Iran.

 

Ces surprises sont la venue à Téhéran, les 30 et 31 août :

 

a) - du Secrétaire général de l' ONU, M. Ban Ki-Moon le camp euro-atlantique avait pourtant tout fait pour le dissuader de s'y rendre, car sa présence, même si elle est présentée comme critique, comporte un effet de symbole considérable.

 

b) - des Présidents et Secrétaires généraux de trois autres grosses organisations internationales, qui sont moins connues due l' ONU mais qui n'en jouent pas moins un rôle important dans la diplomatie mondiale.

 

  - la Ligue Arabe, pourtant très divisée sur le cas de la Syrie et majoritairement hostile au régime de Damas.

  - l'Organisation de la Conférence Islamique ( OCI)

  - et l'Organisation de l'Unité Africaine (OUA)

 

c) - du président russe Vladimir Poutine. C'est d'autant moins prévisible que la Russie ne fait pas partie du Mouvement des Non-Alignés et qu'elle l'est donc cette année à titre de nation invitée.

 

d) - des présidents latino-américains Hugo Chavez (Vénézuela), Evo Morales ( Bolivie), Rafael Correa ( Equateur) et de Michel Temer vice-président du Brésil.

 

Ce n'est vraiment pas une surprise, compte tenu de la ligne politique des trois premiers dirigeants, mais leur présence n'allait quand même pas de soit et n'vait pas été annoncée préalablement par le ministre iranien des affaires étrangères. La surprise la plus importante venant du gouvernement de Brasilia, qui se fait représenter par le Vice-président de la République ne personne alors que le Brésil n'est pas membre du Mouvement des Non-Alignés mais seulement "observateur".

 

e) - du Vice-Premier ministre d' Arabie saoudite et de l' Emir d'Umm-al-Quwain, envoyé spécial du gouvernement des Emirats Arabes Unis; Ce sont des surprises totales (qui n'aviant pas été annoncées auparavant), compte tenu de l'alignement de ces régimes sur les Etats-Unis et de leur hostilité à l'égard de l' Iran.

 

On peut relever que, le Premier ministre irakien, le Sultan d' Oman et l' Emir du Quatar faisant aussi le déplacement, de même que les ministres des affaires étrangères du Koweit et du Bahreïn, cela signifie que tous les pays riverains du Golfe Pzrsique font donc le déplacement de Téhéran. L'Iran est ainsi le seul pays au monde à pouvoir actuellement rassembler des dirigeants de cette zone ô combien stratégique pour l'économie et la paix du monde.

 

f) - par ailleurs, il faut relever que le représentant du Hamas à Gaza, Ismaïl Hanlyeh, n'a finalement pas été invité, mais cela fait suite à un imbroglio qui montre les dissensions extrêmes des palestiniens. Cette absence permettra la présence du président de l' Autorité Nationale Palestinienne, M.Manhmoud Abbas, qui avait menacé de ne pas venir dans le cas contraire.

 

g) - enfin il faut noter que l' Australie a accepté de figurer à côté de la Russie comme "nation invitée" . Le gouvernement de Camberra ne se fait, certes, représenté qu'au niveau de son ambassadeur à l' ONU mais le geste est pour le moins inattendu de la part d'un Etat traditionnellement inféodé à Washington.

 

Dans son discours d'ouverture, le ministre iranien des affaires étrangères rappelle et soutien la demande des Non-Alignés de l'interdiction mondiale des armes nucléaires; il a demandé par ailleurs une réforma du système monétaire international et a souligné qu'il est question d'un

Nouvel Ordre international

par opposition au

Nouvel Ordre Mondial

proné par les occidentaux et l'oligarchie bancaire..!

 

L'organisation dont le siège est à Lusaka en Zambie, regroupe près des deux tiers de membres des Nations Unies et 55 % de la population mondiale. La variété des pays membres, constitue le plus grand pied-de-nez que l'on puisse opposer au découpage artificiel par religions ou "civilisations" promu par les "tink-tanks" bellicistes de Washington et de l' OTAN

 

Cette capacité de rassemblement des Non-Alignés fait ressortir ce qu'est l'OTAN/UE, un bunker agressif, qui ose se qualifier de "communauté internationale" alors qu' il ne représente même pas 20 % des êtres humains vivant sur terre.. !

 

http://millesime.over-blog.com/article-affluence-record-a-teheran-et-defaite-des-usa-ue-109649950.html

. 

16è sommet du Mouvement des non-alignés : Succès éclatant de l’Iran, échec cuisant du bloc sioniste

De G à D : Le ministre iranien des AE, le secrétaire général de l’ONU et le président iranien.De G à D : Le ministre iranien des AE, le secrétaire général de l’ONU et le président iranien.16è sommet du Mouvement des non-alignés : Succès éclatant de l’Iran, échec cuisant du bloc sioniste

Aucun état membre ne manquait à l’appel du 16è sommet du Mouvement des non-Alignés qui s’achève vendredi 31 août. C’était l’occasion de tous les Etats présents de montrer qu’ils peuvent tenir tête aux puissances impérialistes et aussi l’occasion de nouer des relations avec l’Iran, en dépit des pressions et des demandes de boycott du sommet par les puissances occidentalo-sionistes. 

Le Guide suprême de la République islamique d’Iran a prononcé le discours d’inauguration du 16è sommet du Mouvement des pays membres non-alignés au cours duquel il a déclaré que le monde est désormais « en mouvement vers un nouvel ordre international où le Mouvement des non-alignés (2/3 de la population mondiale) peut et doit jouer un nouveau rôle. Ce nouveau système doit être fondé sur la participation de toutes les nations et sur l'égalité de leurs droits. [...] La gestion du monde ne doit pas être exclusivement aux mains de quelques pays occidentaux. »

Le Guide suprême a critiqué la structure « injuste, antidémocratique et obsolète » du Conseil de Sécurité de l'ONU qui, sous couvert des « droits de l’homme », permet aux puissances impérialistes de s’ingérer dans les affaires internes d’Etats souverains. Il a réaffirmé la nécessité d’anéantir « les armes à destruction massive » et déclaré que « ceux qui stockent ces armes destructrices n'ont pas le droit de se présenter comme les porte-drapeaux de la paix mondiale ». Paradoxalement, ce sont les Etats-Unis qui détiennent le plus gros stock d’armes nucléaires, qui se présentent comme les garants de la lutte contre la prolifération de ces armes ! Ce sont encore les Etats-Unis et leurs alliés qui interdisent aux pays non-alignés comme l’Iran l’utilisation de l’énergie nucléaire pacifique. Par leurs pressions et leurs sanctions, ces pays souhaitent garder le monopole de production et de vente du combustible nucléaire…

Le Guide suprême a ensuite abordé la question palestinienne et proposé une solution au conflit qui dure depuis plus de 60 ans. Il s’agit d’un référendum réalisé auprès de tous les Palestiniens juifs, chrétiens et musulmans, y compris auprès de ceux qui sont en exil. Ce référendum permettra aux seuls Palestiniens de décider du système politique qu’ils souhaitent mettre en place dans leur pays.

Allant dans le sens des idéaux cités par le Guide suprême (lire le discours intégral du Guide sur notre site), le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon a rappelé les idéaux du Mouvement aux membres des non-alignés (MNA) et a appelé à une campagne mondiale pour leur mise en place : « Nous devons défendre les idéaux du mouvement que sont la paix et l'égalité et faire des efforts pour la réalisation de ces idéaux. Il a défini le Mouvement comme un élément clé dans le maintien de la paix mondiale et souligné que le MNA devait travailler en coordination avec l'ONU afin que ces institutions internationales, y compris le Conseil de sécurité, soient le reflet de la réalité d'aujourd'hui.

A l’instar du Guide suprême, le secrétaire général de l’ONU a décrit la prolifération des armes nucléaires comme « une menace majeure contre les pays du monde », ajoutant que « l'Iran pouvait jouer un rôle constructif dans la lutte contre la prolifération des armes nucléaires ». L’Iran a appelé, à plusieurs reprises, à un Proche-Orient exempt d'armes nucléaires tandis que le secrétaire général a réaffirmé la volonté de l'ONU de poursuivre le même objectif. Ban KI-Moon en a profité pour envoyer un message aux 5+1 (Chine, Russie, France, Grande-Bretagne, Etats-Unis + Allemagne) membres permanents du Conseil de sécurité, leur demandant d’éviter d'utiliser la menace comme moyen de résolution de la question nucléaire de l'Iran !

Dans le dossier syrien, Ban Ki-Moon a demandé « la concertation des membres du Mouvement ». De son coté, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a proposé son plan du règlement de la situation. Il ressemble au plan de l’ex-envoyé spécial de l’ONU et de la Ligue Arabe Kofi Annan à la différence près que les Iraniens proposent d’entamer les négociations non pas entre toutes les parties en conflit mais uniquement entre les autorités actuelles et l’opposition intérieure, l’opposition extérieure peu au fait des desiderata du peuple syrien, est exclue du plan. La Syrie est actuellement la proie d’attaques de mercenaires étrangers encadrés par les états-majors occidentaux (français, britanniques, saoudiens et turcs) et financés par les Etats-Unis, le Qatar et l’Arabie Saoudite (500 milliards de dollars par an).

En plus de ces attaques sur le terrain, les puissances occidentales sionistes utilisent un réseau médiatique à leur solde qui, bafouant son éthique professionnelle, habille le vrai de faux et le faux de vrai ! Les medias occidentaux se sont focalisés sur l’incident survenu lorsque le président égyptien Morsi a qualifié le gouvernement d'Assad d' « oppressif et a souhaité son renversement ». Son intervention a provoqué le départ de la délégation syrienne. Monsieur Morsi n’a pas compris qu’il n’y a de combat que celui qui oppose sionistes aux antisionistes. Dans le cas de la Syrie, nous avons à faire à un complot organisé par les Etats-Unis et l’OTAN. Jeudi 30 août, le représentant du commissaire des droits de l'Homme à l'ONU a qualifié de fausses, les informations diffusées sur les événements syriens : « les médias ne couvrent pas tel qu'il le faudrait les incidents en Syrie, les médias accusent le pouvoir en Syrie de tout crime qui y survient alors que nos informations témoignent du contraire ». Ces informations mensongères s’inscrivent en fait, dans la perspective d'une intervention militaire…

D’autres propositions ont été faites pendant ce sommet comme la demande du président Ahmadinejad de renoncer à une seule monnaie (le dollar) et de recourir à plusieurs monnaies pour les échanges commerciaux. Selon Ahmadinejad, la gestion du monde est réservée à certains pays capitalistes alors que la plupart des pays souffrent d'une dette extérieure  supérieure à leur taux de production.

Ce sommet est une victoire de la diplomatie iranienne. Tous les membres étaient présents et ce, malgré les pressions et les appels au boycott des puissances occidentales sionistes (Etats-Unis, entité sioniste, en tête, etc.). Le Mouvement réunit le plus grand nombre de représentants après l’ONU, il devrait à terme, proposer une alternative au bloc occidental unipolaire. Parallèlement à ce sommet, le dernier Conseil de Sécurité qui s’est réuni le 30 août pour la mise en place d’une zone tampon en Turquie, dans le dossier syrien, a essuyé un échec en raison du peu de participants.

Parti Anti Sioniste

URL : www.partiantisioniste.com/articles/1200
http://www.partiantisioniste.com/communications/16e-sommet-du-mouvement-des-non-alignes-succes-eclatant-de-l-iran-echec-cuisant-du-bloc-sioniste-1200.html
Parti Anti Sioniste
.
PASsez L'Info !

Communications du PAS :

16è sommet du Mouvement des non-alignés : Succès éclatant de l’Iran, échec cuisant du bloc sioniste

Téhéran : 16ème sommet du Mouvement des pays non alignés (MNA)

Egypte : Quel avenir pour les accords de Camp David ?

Syrie : Les rebelles sont soutenus par les services secrets allemands et anglais !

Fermons les ambassades israéliennes ! [Vidéo]

Syrie : Quelque chose se trame…

Syrie : Plus de 6000 mercenaires étrangers en renfort de l’Armée syrienne libre (ASL) !

Arabie Saoudite : La situation s’envenime

L’Arabie Saoudite au service du sionisme

Syrie : La machine de guerre est-elle en marche ?

 

 

Voir aussi :

 

Affluence record à Téhéran et défaite des USA/UE au sommet des non-alignés

Cheikh Imran Hosein: les Frères Musulmans sont alliés des sionistes (2 vidéos) fev.2012

Mohammed Morsi repositionne l’Égypte

L’Allemagne en guerre pour le printemps arabe de Washington

Pourquoi Sarkozy et ses amis atlantistes invitent les chrétiens d'orient à quitter leur patrie !

.

Téhéran Sommet Du NAM-MNA :

Vers Un Remodelage Multipolaire Mondial ?

Alors que l’Axe impérial guerrier Washington Tel Aviv fulmine, prés des 2/3 des nations de la planète sont réunis à Téhéran chez « L’Ennemi N°1 » de ces tenants d’un monde dominateur construit sur les cadavres de millions d’êtres humains pilleur de leurs ressources colonisateur et imposteur N°1 en matière de Droits de l’Homme et de Démocratie. Ils manipulent le CSONU ce qu’a critiqué L’Ayatollah Seyyed Ali Khamenei lors de son discours inaugural dont nous avons traduit certains passages . Ce monde unipolaire est entrain de disparaître et malheureusement en France l’actuel président n’a rien compris au changement stratégique qui s’opère mondialement et s’est rangé du mauvais côté de l’histoire. Quel Benêt !



Téhéran Sommet Du NAM-MNA : Vers Un Remodelage Multipolaire Mondial ?

Le 16è sommet du Mouvement des Non Alignés (MNA) se tient dans la capitale iranienne Téhéran ce jeudi et vendredi. Fondé en 1961 à Belgrade, en pleine guerre froide, par des pays qui voulaient marquer leur indépendance vis-à-vis des deux blocs, soviétique et américain, le MNA compte aujourd'hui 120 - dont 100 présents à Téhéran, ainsi que 29 chefs d’état et de gouvernements ayant fait le déplacement - pays membres de l’ONU soit environ les 2/3 de cette organisation mondiale.

A l’évidence et malgré de fortes pressions des Américano sionistes le secrétaire général de l’ONU Ban Ki Moon ne pouvait sauf d’offenser les 2/3 de ces pays membres refuser d’assister à cette rencontre à Téhéran qui revêt cette année un caractère d’autant plus important sur la scène politique internationale que les US et Israël tentent par tous les moyens d’isoler mondialement l’Iran y compris en menant une guerre économique contre ce pays.

Ne pas être capable malgré les pressions menaces chantage tentatives de corruption de réduire l’impact de ce sommet enrage l’Empire judéo chrétien sioniste sur le déclin.

Car si le sommet du MNA a lieu à Téhéran c’est que l’Iran prend pour 3 ans la tête de cette organisation remplaçant l’Egypte dont le nouveau président issu des Frères Musulmans, Mohammed Morsi, s’est rendu en personne dans la capitale iranienne une première depuis la Révolution islamique de 1979 qui avait vu les relations irano éyptiennes se dégrader au point que les deux pays n’entretenaient plus de relations diplomatiques.

En marge de ce sommet les deux dirigeants Mohammed Morsi et l’actuel président de l’Iran, Mahmoud Ahmadinejad se sont entretenus en tête à tête pour discuter des problèmes en Syrie.

L’iran espère à la fin de ce sommet faire une proposition au nom du MNA pour aider à régler ce qui est de toute évidence une guerre de déstabilisation sanglante de la Syrie combattues sur le terrain par des mercenaires à la solde des US/OTAN/Israël.

Morsi va-t-il coopérer ou obéir au dictat de Washington et Tel Aviv - choisir entre une position anticoloniale indépendante ou la soumission à l’impérialisme américano sioniste - la déclaration finale le dira et il sera jugé par les masses arabes en fonction de cela.

Dans son discours d’ouverture du 16è sommet du MNA, le dirigeant suprême de la Révolution islamique, l’Ayatollah Seyyed Ali Khamenei, s’en est pris aux US et leurs alliés les accusant de manipuler le Conseil de Sécurité de l’ONU pour imposer leur dictat mondial décrivant le CSONU comme une institution «illogique injuste et complètement antidémocratique ».

« C’est une forme flagrante de dictature, une antiquité, obsolète et dont la date d’expiration est passée. »

L’Ayatollah Khamenei a également fustigé l’Occident qui impose ses intérêts sur les nations du monde au nom du « droit international » et ses demandes illégales au nom de la « communauté internationale ».

Il est vrai que ce sommet et ce qu’il en sortira aura certainement plus de légitimité - 2/3 des nations membres de l’ONU représentées - que ce que décide cette pseudo « communauté internationale »

Toujours dans sa critique de cet « Occident » il a ajouté :

«utilisant leur réseau médiatique organisé exclusif, ils (l’Occident) font passer leurs mensonges pour la vérité, leur fausseté comme vérité, et leur oppression comme des efforts pour promouvoir la justice. A l’opposé ils qualifient de mensonge toute déclaration vraie qui expose leur tromperie et caractérise toute demande légitime comme étant dévoyée. »

Le dirigeant suprême a mis l’accent sur l’importance de liens solides logiques et rationnels entre les membres du MNA pour trouver une solution à cette situation intenable.

D’autre part L’Ayatollah Khamenei a appelé les états membres du MNA a multiplier les efforts pour mettre en application sur la scène politique internationale les principes de base du MNA.

« Dans le récent passé nous avons été témoin de l’échec de la politique de la Guerre Froide et de celle de l’unitéralisme qui a suivi. Ayant tiré les leçons de cette expérience historique, le monde s’achemine vers un nouvel ordre international et le MNA peut jouer un nouveau rôle »

Khamenei a souligné l’importance de la « participation de toutes les nations et des droits égaux pour toutes »

Il a rappelé l’importance de la solidarité entre toutes les nations du MNA comme étant une « évidente nécessité » dans le cadre de cette transition ver un nouvel ordre mondial.

Khamenei a déclaré que les principales valeurs du MNA telles l’anti colonialisme, l’indépendance politique économique et culturelle le non alignement sur un bloc de pouvoir et l’amélioration de la solidarité et de la coopération entre les états membres du MNA restaient « vivantes et constantes » après plus de 5 décennies.

« La réalité du monde actuel est très éloignée de ces valeurs mais la volonté collective et les efforts rationnels pour changer les réalités existantes et réaliser ces valeurs bien que remplis de défis contiennent promesse et gratification».

Khamenei a fait remarquer que la conjoncture mondiale actuelle se prêtait à un tel changement et mis l’accent sur le rôle du MNA - 2/3 des états membres de l’ONU- dans ce futur nouvel ordre mondial.

Khamenei a demandé aux états membres du MNA de préparer un « document historique « pour transformer la gestion mondiale et définir les outils nécessaires pour ce faire notamment en réorganisant l’ONU devenue un instrument aux mains de l’empire US sur le déclin.

Il a incité les états membres du MNA à œuvrer pour créer un nouveau rôle historique durable pour le MNA notamment pour sortir le monde de l’insécurité la guerre et l’hégémonie US en regroupant leurs immenses ressources et capacités faisant remarquer que certains pays membres étaient les plus riches mondialement de par leurs ressources énergétiques.

L’Iran a la tête du MNA pour 3 ans a l’intention de servir comme son rôle l’implique de locomotive pour faire entendre la voix de ces 2/3 d’états membres de l’ONU sur le devant de la scène politique internationale.

Furieux de la participation massive et surtout de haut niveau à ce 16è sommet du MNA à Téhéran, le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, ne décolère pas.

Il a qualifié - quelle arrogance coloniale nauséabonde cet élitisme désuet anachronique ! - cette rencontre de 100 pays membres de l’ONU de « disgrâce et tache sur l’humanité ». Il a été jusqu’à dire quelques jours avant sa participation au sommet du MNA à Téhéran au secrétaire général de l’ONU Ban Ki Moon que celle -ci était « une grande erreur » Le Parrain américain de l’entité sioniste s’est contenté de dire par la voix de son département d’état que la visite de Ben Ki Moon « envoyait un signal très étrange ».

En France les médias couvrent cet événement politique international à minima montant en épingle des non évènements - ex : Ban Ki Moon récitant sa leçon dictée par les américano sionistes sur l’Holocauste idem pour l’Egyptien Morsi s’en prenant au gouvernement syrien de Bashar al Assad.

Au niveau gouvernemental c’est le silence total et pour cause : la France De Hollande Fabius fait un bide au CSONU alors qu’elle en assure la présidence ce mois ci ayant essayé en vain de réunir les (membres permanents du CSONU pour évoquer les « problèmes humanitaires » de la Syrie. Même l’ambassadrice américaine à l’ONU, Suzan Rice, a elle-même décliné le rendez vous estimant qu’il n’y avait aucune chance pour que cela aboutisse à une décision/résolution.

La servilité grotesque de Hollande au dictat américano sioniste en matière de politique étrangère sa précipitation à vouloir reconnaître le pseudo gouvernement transitoire syrien infiltré par Al Qaeda - du très mauvais Sarkozy - prouve à quel point ce gouvernement est complètement à côté de la plaque quant à ce qui se passe sur la scène politique internationale.

Ce monde unipolaire qu’Hollande protège en bon chien de garde de l’impérialisme judéo chrétien sioniste est entrain de disparaître et malheureusement pour notre pays la France l’actuel président n’a rien compris au changement qui s’opère mondialement et s’est rangé du mauvais côté de l’histoire.

Quel Benêt !

Poutine lui -que Hollande veut persuader de reconnaître un gouvernement provisoire syrien infiltré par Al Qaeda si celui-ci voit jamais le jour - a tout compris.

Mouvement des non-alignés: la Russie veut renforcer la coopération (Poutine)


Jeudi 30 Août 2012

.

 

Syrie: Montée de l’exaspération en Turquie

Alexander Christie-Miller
Jeudi 30 Août 2012

Syrie: montée de l’exaspération en Turquie

Nous avons d’une part les rodomontades d’Ahmet Davutoglu, le chef de la diplomatie turque, ou les propos grotesques et grossiers de François Hollande comparant les opposants armés au gouvernement syrien aux Forces Françaises de l’Intérieur (FFI) dans leur lutte pour libérer Paris de l’occupation allemande (puisque le régime de Vichy ne contrôlait pas l’ex capitale française).


Et nous avons d’autre part une inquiétude qui monte en Turquie dans des segments de la population de la Turquie qui sont ouvertement hostiles à la politique syrienne menée par leurs autorités.

 

Ces segments de population sont tout sauf négligeables : les 500 000 alaouites arabes de la province de Hatay, les 15 à 20 millions d’alévis et les 15 millions de kurdes.

Ce n’est à mon avis pas pour rien si le gouvernement turc cherche à stopper un afflux de réfugiés syriens qui, tout en étant important certes, n’a rien à voir avec les flux colossaux engendrés par des situations de conflit en d’autres lieux (Palestine, Libye sous les bombardements amicaux de l’OTAN, Irak émancipé par les chars américains…).

Parce que les forces qui secouent la Syrie existent aussi à leur manière en Turquie et ce n’est pas un hasard si la presse turque donne de plus en plus souvent la parole à des universitaires qui mettent en garde contre une politique aventureuse.

Ces intellectuels ont d’autant plus de mérite qu’ils doivent veiller à ne pas franchir certaine limites, comme quand il s’agit de la question kurde, limites dont le dépassement leur vaudrait quelques ennuis. 

Les 120 pays  Non Alignés réunis à Téhéran devraient appeler  à une solution politique qui passe par une discussion impliquant les acteurs de la région, dont la Turquie. Qui disait que l’Iran était un pays isolé ?

Il n’y a à mon avis aucune chance qu’une telle démarche se concrétise dans la mesure où les puissances occidentales veulent que la Syrie continue à s’enfoncer dans une spirale destructrice et meurtrière.

Notons cependant que le mouvement des Non Alignés se caractérise par un égalitarisme qu’on aura de la peine à retrouver dans la clique des prétendus « amis de la Syrie » animée par des pétromonarchies et des puissances néocoloniales qui manient carotte et bâton pour rameuter du monde à leurs orgies de sang.

Dans la ville frontière avec la Turquie, le soutien d’Erdogan aux rebelles syriens suscite la colère

par Alexander Christie-Miller, Christian Science Monitor (USA) 28 août 2012 traduit de l’anglais par Djazaïri

Dans la ville d’Antakya à la frontière turco-syrienne, le soutien du gouvernement turc à l’opposition syrienne a déconcerté les habitants qui appartiennent à la même secte chiite que le président Assad.

Le réfugié syrien Abdulhefiz Abdulrahman se souvient qu’il avait de nombreux amis dans la ville turque d’Antakya, mais cette époque semble révolue.

Ce dissident politique avait fui la Syrie pour arriver dans cette cité frontalière plusieurs mois avant que le soulèvement contre le régime du président Bachar al-Assad éclate l’an dernier.

«J’ai eu beaucoup d’amis alaouites ici», dit M. Abdulrahman, se référant à cette branche du chiisme à laquelle une grande partie de la population d’Antakya adhère.

Les alaouites dominent le régime en Syrie, où le soulèvement de 18 mois a divisé le pays selon des lignes sectaires, opposant la minorité alaouite privilégiée contre la majorité sunnite [il est ridicule et faux d’affirmer que la minorité alaouite est privilégiée, note de Djazaïri].

À Antakya, où le soutien au régime alaouite d’Assad est profond, l’hostilité monte envers les rebelles syriens et les dissidents qui ont établi une base temporaire sur place. Et partout dans la province, le soutien apparent [évident, note de Djazaïri] de la Turquie à l’opposition syrienne met à mal un délicat équilibre ethnique.

«Avant, quand je disais que j’étais un réfugié, ils me respectaient,» a déclaré Abdulrahman au Monitor. «Ils ne me disent même plus bonjour dans la rue.»

Désormais, la frustration locale à propos de la décision apparente du gouvernement de laisser les dissidents et les combattants syriens opérer sur le sol turc pourrait exciter de plus grandes tensions ethniques dans le pays.

Le soutien de la Turquie aux rebelles suscite la colère

Le gouvernement du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan a fortement soutenu l’opposition syrienne, appelant au renversement du régime.

Même si la Turquie est un pays laïque, elle est de plus en plus considérée comme un acteur sunnite [dans le conflit syrien], aux côtés de l’Arabie saoudite et du Qatar», déclare Bulent Aliriza, directeur du Programme Turquie au Centre for Strategic and International Studies à Washington . «Cela affecte inévitablement le corps politique».

Le 26 août, le chef du Parti Républicain du Peuple, le principal parti d’opposition en Turquie, a accusé le gouvernement de former les combattants syriens anti-régime après qu’une délégation de son parti  se soit vue refuser l’accès à un camp de réfugiés à la frontière syrienne.

J’ai envoyé nos députés inspecter le camp dont on disait qu’il était plein d’agents et d’espions, mais les autorités leur ont dit qu’ils ne pouvaient pas entrer dans le camp,» a déclaré Kemal Kilicdaroglu aux journalistes. «maintenant, j’attends une réponse du gouvernement : Qu’est-ce qu’il y a dans ce camp ? Qui entraînez-vous dans ce camp ? Recrutez-vous des homes pour répandre du sang musulman ?»

Ankara dément offrir un soutien à l’opposition syrienne armée, ou lui permettre d’opérer librement à partir du territoire turc. Mais quand le Christian Science Monitor a visité hier le poste frontière de Reyhanli près d’Antakya, un officier rebelle qui attendait là nous a dit que les autorités lui permettaient de passer en Syrie, alors même qu’il n’avait pas de passeport. Et Reuters, citant des sources à Doha, a rapporté le mois dernier qu’Ankara a mis en place une base secrète près de la frontière syrienne, en coopération avec l’Arabie saoudite et le Qatar, pour fournir une assistance militaire et des moyens de communication aux rebelles.

‘Solidarité sectaire’

Pendant ce temps, la tension monte à Antakya. La semaine dernière, certains habitants ont organisé une manifestation appelant à l’expulsion [des militants syriens] de la ville, tandis que des militants syriens ont indiqué au Monitor, qu’ils avaient été convoqués à une réunion avec des responsables militaires turcs et des officiels de la municipalité qui leur ont dit qu’ils devaient quitter la ville “pour leur propre sécurité.” Les officiels turcs nient qu’une telle réunion ait eu lieu.

 «Les gens de Hatay ont vécu ensemble pendant des milliers d’années sans tenir compte de l’origine ethnique ou de la religion», explique Mehmet Ali Edipoglu, un député local du parti d’opposition de M. Kilicdaroglu. “Le fait que les tentatives de changement de régime en Syrie se sont transformées en une guerre sectaire nuit [à ce vivre ensemble]. “

 «Ce ne sont pas des réfugiés qui viennent à Antakya, mais les militants syriens qui sont armés par le gouvernement pour qu’ils retournent en Syrie”, dit-il, décrivant ceux qui  vivent ici [à Antakya] comme des «assassins».

M. Edipoglu accuse le gouvernement de mener une politique étrangère sectaire. «[Le gouvernement turc] ne soutient pas un mouvement laïc, il soutient un mouvement sunnite dont même les sunnites ne veulent pas», dit-il.

Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, à la tête du Parti de la Justice et du Développmement au pouvoir (AKP) a déclaré à plusieurs reprises que son opposition au régime Assad est nourrie par les violations des droits de l’homme par ce régime, non par  une solidarité  avec l’opposition sunnite contre le régime . Mais cela n’a pas empêché des personnalités de haut niveau de l’AKP de lancer des accusations similaires contre l’opposition au gouvernement turc.

M. Kilicdaroglu, le chef de l’opposition, est un alévi, un membre d’une secte alaouite turque distincte de la secte alaouite arabe et qui est forte de 15 à 20 millions de personnes en Turquie. Le nombre d’alaouites est d’environ 400.000, qui vivent presque tous à Hatay.

En dépit d’origines et de rites religieux différents, les deux groupes ont tous deux des interprétations laxistes et peu orthodoxes de l’Islam, et ont ainsi en partage un historique de persécution par les musulmans sunnites au milieu desquels ils forment une minorité.

Le 6 août, M. Erdogan a mis en colère les alévis quand il a suggéré que leurs édifices religieux, connus sous le nom de cemevis , n’étaient pas de véritables lieux de culte. Se référant à la mosquée, il a dit aux journalistes que “il doit n’y avoir qu’un seul lieu de culte pour les musulmans.” Le mois précédent, la Direction turque des affaires religieuses avait conclu que les cemevis n’étaient que des “centres culturels”.

En Juillet, Huseyin Celik, vice-président de l’AKP, a  confondu Alaouites et Alevis quand il a suggéré qu’une «solidarité sectaire» était derrière les critiques répétées de M. Kilicdaroglu contre la position de la Turquie sur la Syrie, affirmant que le chef de l’opposition soutenait le régime Assad.

La Syrie sème-t-elle discrètement la discorde ? 

Quelles que soient les motivations du soutien d’Ankara à l’opposition syrienne, certains craignent que Damas réponde à la ligne dure de la Turquie en essayant d’attiser les hostilités avec les minorités que la Turquie a eu du mal à réprimer, en particulier avec les Kurdes, qui sont au nombre d’environ 20 millions en Turquie et ont subi des décennies de persécutions par l’Etat.

Plus tôt ce mois-ci une voiture piégée a tué neuf personnes, dont un enfant de 12 ans dans la ville frontalière de Gaziantep. La Turquie a imputé l’attaque à la guérilla du Parti des Travailleurs du Kurdistan PKK), mais elle a également enquêté sur d’éventuelles connexions syriennes et iraniennes dans cet attentat.

L’attentat a provoqué des tensions entre les Turcs et une minorité kurde de plus en plus agitée.

Le mois dernier, la Turquie avait réagi avec fureur après la cession par damas du contrôle d’une grande partie du territoire syrien à population kurde à une milice liée aux rebelles kurdes qui opèrent en Turquie.

Erdogan a déclaré que le territoire syrien était utilisé pour monter des raids transfrontaliers en Turquie, « une intervention serait donc notre droit naturel.»

À Antakya aujourd’hui, le gouverneur de hatay Mehmet Celalettin Lekesiz a réfuté une récente série de reportages dans les médias turcs,et a affirmé que les Syriens dans la province n’étaient ni armés, ni aidés par l’État, ni persécutés par la population locale.

Il a déclaré aux journalistes lors d’une conférence de presse que ces allégations faisaient partie d’une campagne  «systématique» visant à ébranler la paix dans la province. “Ces tentatives pour trouver des histoires [pour la presse] ne sont ni morales, ni raisonnables. Ne contribuons pas aux tentatives de répandre l’hostilité entre les gens», a-t-il dit.

Koray Caliskan, politologue à l’Université du Bosphore à Istanbul, estime qu’avec la campagne d’Ankara pour le renversement du régime Assad, il est inévitable que Damas cherche à attiser l’instabilité chez son voisin.

“Je crois que si nous nous engageons dans des politiques dangereuses, comme un changement de régime dans les pays voisins, ils se livreront à des activités perturbatrices du même genre dans le nôtre», dit-il.

http://mounadil.wordpress.com/
http://www.alterinfo.net/Syrie-montee-de-l-exasperation-en-Turquie_a80790.html
.
Commentaire d'un Lecteur, AHURA,
sur mon blog R-sistons à l'intolérable.

 

Eva ! voici un article qui me met du baume au coeur . Je te le soumets immédiatement afin que tu en profites (ainsi que tes "lecteurs").

Alors que la réunion du Conseil de sécurité convoquée et présidée par Fabius a été boycottée par la Russie, la Chine et même les Usa, plusieurs chefs d'Etats se réunissaient à Teheran pour le sommet des pays non alignés. Une victoire diplomatique de l'iran et défaite de l'occident sioniste.

le MNA une coquille vide ? Certes, mais dans le contexte actuel marqué des tensions, chaque camp doit compter ses alliés. Et ce sommet a servi à tisser des liens entre chefs d'Etats fatigués de la domination de l'occident. La présence de Poutine à Teheran, a donné à ce sommet une tournure importante.

Le sommet des non alignés a soutenu le programme nucléaire iranien et a rejeté les influences étrangères dans la crise syrienne. Une défaite pour l'occident dans la guerre géopolitique qui se joue autour de la Syrie et de l'iran.

Du coup, c'est la panique dans le camp occidental. Après ce sommet, les usa et l'Europe lâchent israel dans sa tentative d'attaquer l'iran et israel est prié de ne pas attaquer l'iran. Ils viennent tout d'un coup de réaliser la puissance de l'iran,  allié de la chine et de la russie.

Du coup, grâce aux technologies magrovs de l'Iran, le monde peut se débarrasser des armes nucléaires, devenues obsolètes, d'ici 13 ans. C'est tout à fait possible et réalisable.

Si les usa continuent de bloquer la réforme du conseil de sécurité, l'iran, la chine et la russie et leurs alliés ( BRICS, OCS, MNA) peuvent former leur ONU, car ils forment à eux seuls la communauté internationale, et laisser l'occident sioniste isolé dans son coin.

Voila les raisons de cette panique de l'occident qui lâche maintenant israel dans sa tentative d'attaquer l'iran. C'est la défaite d'israel et la fin du sionisme....les événements vont se précipiter dans les jours qui viennent.

Les mouches sont en train de changer d'ânes !


Le bloc israélo américain a à qui parler, et il va falloir compter dorénavant sur ce noyau dur sino russe ( et tous les "électrons" qui vont graviter autour) ! La PAIX mondiale est entre les mains de ce dernier

 

.

Partager cet article

commentaires

Rita Pitton 01/09/2012 22:36

Merci Eva pour cette page de vraie information .En fait les médias à la solde des sionistes n'ont pas informé à propos de cette conférence des non -alignés! C'est une victoire pour l'Iran et ça
fait baver Netanyanhu de rage .Erdogan est un salaud sioniste !! Pareil pour Hollande et Fabius qui travaillent pour Israel . Je suis vraiment contente Eva que tu restes très présente sur le Net
pour nous informer .Que Dieu te garde .Amen

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche