Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 07:25

« Le grand vol des banques », témoignage d’un « insider » sur l’Apocalypse financière qui vient – La mort de l’euro
 
Témoignage choc d’Attila Szalay-Berzeviczy actuel dirigeant de la banque UniCredit qui fait passer celui, controversé, du trader de la BBC pour une « comptine pour enfants ». Au programme, ce qu’il va se passer en cas de défaut de paiement grec…
 


 Note : Nous n’avons pas pu traduire cet article dans sa totalité, puisque il nous est parvenu une traduction google en anglais d’un texte hongrois… Dans l’impossibilité de traduire, nous avons adapté les morceaux choisis les plus importants. Si des lecteurs de langue hongroise peuvent nous apporter une traduction fidèle du texte original, qu’ils n’hésitent pas.
Merci à Pascal Roussel, Denissto et Eddie pour l’info.
L’introduction ci dessous ne fait pas partie du texte original, mais dans le mail reçu, originalement écrit dans un bon anglais et résumant bien la situation, nous avons donc pu le traduire. Pour ceux qui voudraient approfondir le texte original, nous n’avons d’autres choix que de les renvoyer à une traduction google.

« L’Euro est pratiquement mort »

Soit les «yes men » ont infiltré la plus grande banque italienne, et la plus sous-capitalisée, ou le stress des constants et répétés mensonges et de la prévarication a finalement appris à ceux qui savent que leurs moyens de subsistance ne tiennent qu’à un fil, et que le second grand ponzi est en train de détruire leurs boulots, leurs carrières, et leur mode de vie tout entier.
Comme le chef d’UniCredit global securities Attila Szalay-Berzeviczy et ancien président de la bourse hongroise qui a écrit un incroyable texte sur le portail hongrois index.hu, et qui franchement fait passer le discours provocateur d’Alessio sur la BBC pour une comptine pour enfants.
Seulement cette fois, personne ne peut objecter la « naïveté », l’inexpérience ou le désir d’attirer l’attention du public. Si quelqu’un connaît la vérité, c’est le gars au sommet d’Unicredit, duquel nous attendons de rapidement limiter le commerce en bas une fois que nous aurons imprimé. Parmi les assertions stupéfiantes (stupéfiantes dans le sens qu’un banquier actuel ose dire la vérité) voici les suivantes : « l’Euro est pratiquement mort » et l’Europe est face à un séisme financier à cause du défaut grec… « L’Euro est au-delà de tout sauvetage … » « La seule question qui reste est combien de jours l’action d’arrière garde et sans espoir des gouvernements européens et de la Banque Centrale Européenne pourra entretenir les esprits de la Grèce. » … « Un défaut de la Grèce va immédiatement déclencher un séisme de magnitude 10 à travers toute l’Europe. » … « Les détenteurs d’obligations du gouvernement grec devront amortir leur investissement entier, les nations d’Europe du Sud vont arrêter de payer les salaires et les pensions et les guichets automatiques seront vides « en quelques minutes ». En d’autres termes : bienvenue dans l’Apocalypse….
Mais attendez, il y a encore autre chose. D’après Bloomberg :
« L’impact d’un défaut grec pourrait « rapidement » se répandre à travers le continent, il pourrait inciter à une ruée sur les banques les « plus faibles » des pays « les plus faibles ».
« Une telle escalade de la panique peut balayer l’Europe d’une manière auto-réalisatrice conduisant à l’éclatement de la zone Euro », ajoute Szalay-Berzeviczy.
Szalay-Berzeviczy est juste arrivé en Hongrie après un voyage à l’étranger, et n’est pas joignable jusqu’à tard aujourd’hui, un officiel d’Unicredit, qui a demandé à ne pas être identifié car il est n’est pas autorisé à parler à la presse, raconte quand Bloomberg a appelé Szalay-Berzeviczy à son bureau de Budapest à la recherche d’autres commentaires.
Et maintenant, pour nos lecteurs européens (en premier) et tous les autres (ensuite), c’est vraiment le moment de paniquer.


Maintenant voici le texte, traduit par Google du Hongrois à l’anglais. Certaines nuances peuvent être perdues, mais le message est en gras :

La monnaie commune européenne est virtuellement morte. L’euro est dans une situation de condamné. La seule question qui reste est combien de jours l’action d’arrière garde et sans espoir des gouvernements européens et de la Banque Centrale Européenne pourra entretenir les esprits de la Grèce.
Pour le moment, quand Athènes sera déclarée en faillite, un séisme de magnitude 10 va secouer l’Europe, qui sera l’ouverture d’une nouvelle ère dans la vie du vieux continent.
En effet, la Grèce ce n’est pas seulement la banqueroute cela signifie que les détenteurs de titres du gouvernement grec n’ont pas récupéré l’argent investi, mais aussi à l’intérieur de l’Etat qui ne sera pas capable de rembourser ses dettes. Pour le moment seuls parmi les grecs les, docteurs, policiers, militaires, ministres et employés gouvernementaux locaux ne recevront pas leurs salaires, tout comme les séniors ne s’attendent pas à passer de bons moments. L’ATM est vidé en quelques minutes. Les banques locales sont coincées car détenant des titres du gouvernement déclenchant une crise de liquidités immédiate et la dévaluation du système bancaire grec dans un effondrement total. Ainsi l’épargne des déposants est totalement perdue (…) les gens ne seront pas en mesure de retirer de l’argent (…) Le peuple manquera de carburant et de nourriture. La Grèce est pratiquement à l’arrêt complet pour une décennie et il y aura une baisse spectaculaire du niveau de vie dans le pays entier.
Le problème est que, dans ce cas, la catastrophe ne peut pas s’arrêter à la frontière grecque, mais avec sa vitesse et son élan toucher l’ensemble de la zone euro, l’Europe et enfin secouer le monde. Un canal par lequel se répandrait l’infection, bien sûr, un tel scenario serait le retour du système bancaire. En effet, les banques internationales ont subit en Grèce de centaines de milliards d’euros de pertes vont être tôt ou tard obligés de verrouiller les échanges avec les autres banques, qui ont à voir avec un pays où –selon les attentes des investisseurs – l’arc de crise grec frappera à nouveau.
Et quand les banques ne se font plus confiance les unes aux autres, qu’elles arrêtent de se prêter les unes aux autres, les marchés financiers internationaux s’arrêtent. Cela signifie que toutes les institutions financières sont laissées seules avec leurs clients.
Les pays pauvres avec des banques faibles vont commencer à paniquer avec des retraits de fonds de détail. Mais depuis les dépots de détail et les entreprises de prêts sont attribués sous forme de marchés interbancaires, ces banques ne peuvent pour combler leurs déficits, peut être une crise de liquidités immédiate. Toutes les institutions financières pourraient être mises en faillite. (…)
La suite pour les courageux (ou les hongrois) ici :
http://index.hu/gazdasag/penzbeszel/2011/09/28/a_nagy_bankrablas/
 
 
http://infoguerilla.fr/?p=12116

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche