Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 22:05

Gordon Duff : démasqué – Wikileaks : psy-op israëlienne ?

ASSANGE ACCUSE : « IL A RECU DE L’ARGENT D’ISRAEL »

Des rapports sont tombés aujourd’hui établissant un lien direct entre le créateur de WikiLeaks, Julian Assange, le renseignement Israélien et des « amis Israéliens » dans les médias. On nous dit qu’Assange, lors d’une réunion à Genève, a accepter de permettre Israël de sélectionner ou de censurer toute révélation WikiLeak.

En dépit de l’arrestation spectaculaire de Julian Assange pour viol, une longue histoire relayée avec ferveur par les médias, Assange « le martyr » se révèle être Assange « l’espion Israélien ». Les communications venant de l’intérieur de Wikileaks diffèrent grandement de l’image présentée par la presse, donnant à voir un Assange lié aux groupes Israéliens ultra-nationalistes, un Assange avec un agenda extrémiste, un Assange qui se voit lui-même comme un acteur géopolitique, déterminé à censurer, déterminer à fabriquer, et déterminé à trahir .

Netanyahu WikiLeaks

Le nouvel Assange, tel que les récentes révélations le montrent, pourrait bien être capable, avec l’aide d’Israël et d’amis puissants dans les médias, de mettre en scène une arrestation falsifiée. Le nouvel Assange pourrait aussi être absolument coupable de véritables crimes sexuels, et pas un martyr du tout.

Le regard « derrière le rideau » qui nous a été donné sur WikiLeaks nous montre un Julian Assange capable de tout, maintenant reconnu comme un agent Israélien payé par de multiples sources dans la presse autour du monde.

LES MENACES NEOCON SUR FOX NEWS « PARTIE DU JEU »

Le dernier « Neocon » pro-Israël à attaquer Assange sur le très pro-Israélien réseau Fox News est Newt Gingrich.

Quand j’ai vu Newt Gingrich, Neocon jusqu’au-boutiste avec plein de cadavres dans le placard, sur Freedom Watch avec le Juge Napolitano, quelque chose n’allait pas du tout. Gingrich menaçait Julian Assange, qui a, ce même jour, vanté les mérites de Rupert Murdoch, propriétaire de Fox News et patron de Gingrinch pendant longtemps.

J’ai immédiatement perçu une mise en scène.

Il y a un problème avec tout ça. Tant assage que Gingrich sont de « beaux-enfants » virtuels de Rupert Murdoch, ses successeurs, ses acolytes, et, en dépit du personnage de « mauvais garçon » d’Assange, des jumeaux politiques. Assange, au fond, est tout sauf progressiste et ouvert. Assange, tel que décrit par ceux qui l’entourent, est un dictateur, un manipulateur et un allié de la richesse et de la puissance.

Newt Gingrich était en mission, lui et d’autres Neocons dont Bill O’Reilly de Fox, tous le menaçant pour construire à Assange « sa » crédibilité sur la base de leur absence totale de crédibilité à eux.

PUIS ÇA A ÉTÉ AU TOUR D’ASSANGE

Aujourd’hui nous apprenons qu’Assange est aussi une créature d’Israël, financé par des espions, dirigeant un site de désinformation avec l’aide de Fox News, du New York Times et d’autres géants des médias. Une nouvelle histoire confirmée d’Indypress indique qu’Assange est très lié au renseignement Israélien.

« Assange a rencontré des fonctionnaires Israéliens à Genève plus tôt dans l’année et a négocié l’accord secret. Il semble que le gouvernement Israélien ait en quelque sorte découvert ou attendu que les documents qui seraient fuités contiendraient un nombre important de documents sur les attaques Israélienne au Liban et à Gaza respectivement en 2006 et 2008-2009. Ces documents, dont on dit qu’ils provenaient principalement des ambassades Israéliennes à Tel Aviv et Beyrouth, ont été déplacés, et possiblement détruits par Assange, qui est la seule personne à connâitre le mot de passe qui peut ouvrir ces documents », ont ajouté les sources.

 

ASSANGE ET LE 9/11

De façon plus importante, WikiLeaks n’a jamais produit un document mentionnant l’enquête sur le 9/11, la controverse sur le vol secret du « 9/12″ à destination d’Israël ou les « Israéliens dansant », les 5 agents du Mossad arrêtés sur le pont George Washington le 9/11 dans un van avec 2000 livres d’explosifs. Ce groupe, reconnu comme « documentant » les attaques du 9/11 pour le gouvernement Israélien a été gardé en prison 10 mois et seulement relâché après des querelles diplomatiques et un effort de lobbying conséquent.

Des centaines de câbles ont été produits à ce sujet et des milliers, peut-être des dizaines de milliers en lien avec le 9/11. Tous ont magiquement disparu des mains de Julien Assange dont les déclarations publiques sur le 9/11 le rendent maintenant suspect.

LA DICTATURE WIKILEAKS

A l’intérieur de l’organisation Wikileaks, les négociations secrètes d’Assange sont perçues comme trahison. Assange est décrit comme dictatorial et secret, gardant de nombreuses choses par devers lui.

« Dans un récent entretien avec le journal Allemand Die Tageszeitung, l’ancien porte-parole de WikiLeaks, Daniel Domscheit-Berg a dit que lui et les autres dissidents de WikiLeaks projettent de lancer leur propre plate-forme de donneurs d’alertes pour remplir le but original de « partage de fichiers sans limites ».

Mr. Domscheit-Berg, qui va publier un libre sur le temps qu’il a passé « A l’intérieur de WikiLeaks« , accuse Assange d’agir comme un « roi » contre le volonté des autres dans l’organisation en « négociant des accords » avec des organisations médiatiques qui ont pour but de créer un effet explosif, dont les autres chez WikiLeaks ont une faible connaissance ou ignorent totalement ».

WIKILEAKS ET TEL AVIV

L’existence de paiements faits à Assange par Israël a été un sujet de débat parmi les journalistes jusqu’à aujourd’hui.

Suivant la fuite (et même avant), le Premier Ministre Israélien Benjamin Netanyahu a dit lors d’une conférence de presse qu’Israël a « travaillé en avance » pour limiter tout dommage causé par les fuites, ajoutant qu’ »aucun matériel Israélien classifié n’était présenté par WikiLeaks ». Dans une interview au Times Magazine vers la même époque, Assange a fait l’éloge de Netanyahu comme un héros de transparence et d’ouverture.

Cela dit, pour des raisons d’éthique personnelle, j’accorde sans conteste à Assange qu’il est le plus propre des deux, sans le moindre doute, et de loin plus valable que Rupert Murdoch et son empire médiatique, la voix virtuelle de l’Etat d’Israël.

L’ARRESTATION, MYTHIQUE OU REELLE ?

Hier, quelque chose de singulier s’est produit en Angleterre. Julian Assange a été arrêté relativement à des accusations qui paraissent bizarres, dans des circonstances qui discréditent le système légal de Suède. Les victimes alléguées ont été citées dans la presse mondiale comme des agents de la CIA dans plus d’une des histoires et l’affaire en elle-même présente des signes évidents de falsification, peut-être pour harceler Assange ou peut-être, du fait de l’étrange timing, pour aider à vendre les données Wikileaks qui ressemble de plus en plus à une escroquerie du renseignement Israélien.

Aujourd’hui, Julian Assange, le « mauvais garçon », le hacker, le violeur accusé, menacé par les néo-cons Américains avec des contrats d’assassinat, écrit pour The Australian, la publication phare de Rupert Murdoch en Australie.

Son article cite Murdoch comme son inspiration. Le lendemain, nous apprenons qu’Assange travaillait, non seulement pour l’Israélien ultra-nationaliste Murdoch mais pour le gouvernement Israélien aussi.

UNE PSY-OP ISRAELIENNE ?

Tous les trois, Gingrich, Assange et Murdoch ont plusieurs choses en commun. Ce sont tous d’avides Sionistes, supporters de l’expansion d’Israël. Murdoch, né Australien d’une mère Juive, est un citoyen Israélien et la puissante force de direction derrière l’ultra-nationaliste Parti Likud, les jusqu’au-boutistes qui poussent au déplacement de la population non-Juive d’Israël, l’aile politique anti-Américaine d’Israël.

 

Assange, nous ne savons rien d’autre de lui que des rumeurs et des mythes, qui posent maintenant tous sérieusement question.

Un regard sur la « face sombre » de Gingrich ramène aux débuts de sa carrière politique.

UN PARCOURS GINGRICH…

En 1994, l’épouse de Gingrich, Marianne, a été embauchée par la Société d’Exportation et Développement en Israël. C’était au moment où son mari, le Congressiste Newt Gingrich venait juste d’annoncer son soutien pour l’obtention d’une zone de libre échange pour cette compagnie en Israël. Gingrich s’était déjà positionné comme « bon joueur » après une série d’enquêtes d’éthiques et d’IRS impliquant l’organisation GOPAC et ses pratiques financières questionnables.

SOURCES:

(“Gingrich Aided Export Firm That Employed His Wife”, NY Times News Service, San Francisco Chronicle, February 7, 1995 pA7)

(“Gingrich, Critic of ‘Business as Usual,’ Helps Out Special Interests Like ‘Any Member of Congress’”, Phil Kuntz, Wall Street Journal, April 3, 1995 pA16)

Les deux articles, qui présentent la connexion Gingrich/Israël étaient dans le Wall Street Journal, un journal acquis par la suite par Murdoch, a papier qui ne publierait certainement pas une telle histoire aujourd’hui.

Peu après, Newt a été appelé pour aider Murdoch dans le cadre d’une plainte FCC [Commission Fédérale des Communications]faite par NBC. Ils soutenaient que le fait que Fox soit d’appartenance étrangère, Murdoch n’étant pas un Américain, était illégale. Murdoch a alors donné à Gingrich 4,5 millions de $ par sa Société d’Edition Harper Collins, pour écrire un livre. Murdoch a fait des offres similaires à Margaret Thatcher et d’autres politiciens là où Murdoch avait des problèmes de règlementation. Cette fois, quand Newt a été trouvé en réunion avec les lobbyistes de Murdoch, il s’est tout pris en pleine face et il a été contraint de rendre l’argent.

Quand est venu le « temps des explications », Newt et Murdoch ont tout nié, puis il s’est avéré qu’ils se rencontraient secrètement sur un banc de parc. Puis ils ont affirmé que l’agent de Murdoch, Lynn Chu et l’associé de Gingrich, Jeff Eisenach avait mis un terme à l’accord et ai oublié de le leur dire. Rupert Murdoch doit garder Fox et les néo-conservateurs ont pris le contrôle du contenu, faisant de Fox la voix officieuse d’Israël, du Parti républicain et du complexe militaro-industriel.

C’est ainsi qu’a commencé le partenariat Gingrich/Murdoch qui continue à ce jour.

SOURCES:

(“Gingrich’s political education”, Jeff Gerth and Stephen Labaton (NY Times News Service), San Francisco Examiner, February 12, 1995 pA6)

(“IRS clears Gingrich donation that led to his House censure”, Capitol Hill Blue Website, February 4, 1999)

(Ethics Committee Drops Last of 84 Charges Against Gingrich ,By Curt Anderson (Associated Press), Washington Post, October 11, 1998, Page A13)

“Use of Tax-Exempt Groups Integral to Political Strategy”, by Charles R. Babcock, Washington Post, January 7, 1997, Page A01)

(“Jump-Start: How Speaker Gingrich Grabbed Power and Attention So Quickly”, Wall Street Journal, January 19, 1995 pA1

(“The Inner Quest of Newt Gingrich”, Gail Sheehy, Vanity Fair, September 1995 p147 “Gingrich, Murdoch reveal lobbyist’s role at meeting”, Katharine Seelye (NY Times News Service), San Francisco Examiner, pA1 “Murdoch, Gingrich Admit They Talked”, San Francisco Chronicle, January 13, 1995)

(“The Mysterious Mrs. Newt”, Martin Fletcher (London Times News Service), SF Examiner, January 15, 1995 pA4 “Newt’s Near Misses”, Ron Curran, The Bay Guardian, January 11, 1995 p10)

(“Newt, Inc.”, Dennis Bernstein, Bay Guardian, February 1, 1995 p19)

LA CHARADE NEOCON

Séparer le mythe de la réalité, le véritable « WikiLeaks » du « Franken-WikiLeaks » d’Israël et Julian Assange va devenir difficile.

Là où le gouvernement Suédois pourrait bien être réellement après Assange, il est évident que la parade des politiciens néo-cons et des experts des médias, toutes « créatures » de l’empire médiatique de Rupert Murdoch, ne le sont pas.

Les même médias qui travaillent avec Assange pour censurer et manipuler Wikileaks pour le gouvernement Netanyahu en Israël sont les mêmes médias, les mêmes parutions, la même propriété, la même direction qui produit maintenant les menaces et demandent le « lynchage ».

Il est rare qu’un tel scénario soit exposé avec succès, particulièrement un scénario d’une telle complexité. D’abord la source de Wikileaks est liée à l’AIPAC, le Lobby Israélien aux Etats-Unis, par une information fuitée d’une poursuite judiciaire privée.

Ensuite nous apprenons qu’Assange, non seulement travaille pour Israël en direct, mais est en plus étroitement aligné avec l’empire des médias Murdoch qui est à l’origine des critiques les plus virulentes contre Wikileaks.

Y aura-t-il une fin à ça, une conclusion « pas si innocente » qui pourrait bien avoir été assemblée pour mener le monde à sa dernière guerre ?

Wikileaks a fait beaucoup de promesses. Il peut recommencer.

Traduction Nicole pour :

http://www.veteranstoday.com/2010/12/08/gordon-duff-busted-wikileaks-working-for-israel/

vu sur : http://www.les-attentats-du-11-septembre-vus-par-une-conspirationniste.com/article-gordon-duff-decouvert-wikileaks-bosse-pour-israel-62647459.html

CONSPIPEDIA

Le chat sort du sac! on comprend pourquoi tout les médias enlignés en ont fait leur choux gras. Assange travaillerait pour Israël. Voilà qui expliquerait pourquoi il n’y a eu aucune révélation sur le 9-11, et pourquoi ils se sont acharnés sur l’Iran. Cette histoire est pire qu’un saop Américain. Et aujourd’hui, encore plus drôle, on nous sortait les premières images du supposément bunker des serveurs de Wikileak ICI.

On dirait les décors hollywoodiens des films de James Bond lolll

Il ne savent vraiment plus quoi inventer pour tenter de nous manipuler.Cela en devient pathétique!!!

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche