Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 03:14
 
Le plan PPIP américain bénéficierait le plus aux grandes banques

Par Dan Wilchins

jeu 26 mar,

Les dispositions prises par Washington pour aider les investisseurs privés à reprendre des actifs bancaires fortement dépréciés pourraient représenter une bonne affaire surtout pour les grandes banques, en particulier celles qui ont racheté des concurrentes l'an passé.

C'est en revanche beaucoup moins évident pour les établissements plus petits.

Le "Programme d'investissement public-privé" (PPIP) du gouvernement américain prévoit que l'Etat apportera son aide aux investisseurs privés qui envisagent de racheter aux banques des prêts et des valeurs mobilières.

Ce plan dévoilé lundi débloquera sans doute 700 milliards de dollars pour le rachat de créances et jusqu'à 400 milliards de dollars pour le rachat de titres, écrivait mardi Ajay Rajadhyasksha (Barclays Capital).

Mais il est plus que probable que les banques tenteront de revendre des actifs qu'elles auront fortement dépréciés au préalable. Ce sont habituellement des prêts bancaires acquis auprès d'une autre banque ou des portefeuilles de titres, deux classes d'actifs abondantes chez certaines grandes banques mais bien moins chez leurs consoeurs de taille moindre.

C'est ainsi que Wells Fargo, quatrième banque des Etats-Unis, dispose de 1.300 milliards de dollars d'actifs au bilan, dont plus de la moitié provient de l'acquisition de Wachovia.

Wachovia et Wells Fargo ont déprécié largement une foule de créances, en particulier un portefeuille de 122 milliards de dollars constitué de crédits immobiliers à taux variables assortis de différentes options de remboursement mensuel (option ARM), sur lequel elles ont constitué pour une trentaine de milliards de dollars de dépréciations.

Ces dépréciations massives donnent à Wells Fargo une certaine marge de manoeuvre pour revendre une partie des créances dans le cadre du programme gouvernemental et en tirer en principe un bénéfice raisonnable, estiment des analystes.
 

LES PETITES BANQUES À ÉCART


Et si les
banques peuvent vendre une partie de leurs "option ARM" et en tirer un profit, voire même à leur valeur nette comptable, elles doivent le faire, dit Bill Fitzpatrick (Optique Capital Management).

Les investisseurs n'ont aucune certitude sur la performance de ces créances et sur la qualité des dépréciations opérées par Wells Fargo. Or lever cette incertitude en partie pourrait aider la banque à lever des fonds à l'avenir, ajoute Fitzpatrick.

Parmi les autres banques susceptibles d'être intéressées par ce système, on trouve JPMorgan Chase, qui a acquis en 2008 une bonne partie des actifs de Washington Mutual, et PNC Financial Services Group, qui a repris National City. Elles ont aussi d'importants portefeuilles de crédits affectés par de lourdes dépréciations.

Lorsqu'une banque en rachète une autre, elle est souvent tentée de déprécier le plus possible les actifs de sa cible.

Des responsables de Wells Fargo et de PNC ont fait savoir que leurs établissements en étaient encore à étudier le plan gouvernemental et que toutes les modalités de celui-ci n'avaient pas été révélées. Un porte-parole de JPMorgan s'est abstenu de tout commentaire.

Pour les petites banques qui ne se sont jamais lancé dans les placements en valeurs mobilières et qui n'ont jamais repris de portefeuilles de créances de concurrentes, il est peu probable que le PPIP recueille un jour leurs actifs, expliquent les analystes.

Leurs prêts sont sans doute enregistrés dans leurs comptes à une valeur dépassant largement leur capitalisation boursière, habituellement au coût historique diminué de toute réserve constituée en contrepartie.

Si les banques vendaient ces prêts, leur capital s'en ressentirait profondément. "Elles ne seront sans doute pas nombreuses à revendre ces prêts", constate Anton Schutz (Mendon Capital).

Version française Wilfrid Exbrayat, édité par Marc Angrand


http://fr.biz.yahoo.com/26032009/290/le-plan-ppip-americain-beneficierait-le-plus-aux-grandes-banques.html


http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-30723487.html

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche