Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 07:52

Les 12 péchés capitaux (2e partie)

octobre 9th, 2011

.

http://a1.idata.over-blog.com/300x300/2/33/57/07/sarkozy_menteur.jpg

http://a1.idata.over-blog.com/300x300/2/33/57/07/sarkozy_menteur.jpg


 


Avant de démarrer la lecture ce billet, rappelons brièvement son « mode d’emploi ».
  
Il y a quelques jours, la « droite populaire » a publié ses « 12 propositions pour 2012 » qui devraient constituer les thèmes prioritaires du programme de Sarkozy lors de l’élection présidentielle.
  
Comme nous l’indiquions dans le précédent billet, ces « 12 propositions » doivent être lues « en creux » : tout ce que Sarkozy va promettre, c’est tout ce sur quoi il a échoué… ou tout ce qu’il est allé emprunter dans le programme du Front national pour essayer de ne pas être « déshabillé à droite ». La semaine dernière, nous avons décortiqué les quatre premières de ces « 12 propositions ». Passons maintenant à la suite.
  
  
5 – Lutter contre la dette et les déficits publics
  
Lorsque Nicolas Sarkozy est devenu Président de la République, en avril 2007, la France cumulait (fin 2006) 1 152 milliards de dette publique. Cinq ans plus tard, fin 2011, cette dette sera de l’ordre de 1 750 milliards d’euros, soit 598 milliards d’euros de dette supplémentaire en cinq ans, durant la présidence Sarkozy.
  
Donnons quelques ordres de grandeur pour mieux apprécier l’exploit du Prince-Président : chaque jour de sa présidence, Sarkozy a endetté la France de 327 millions d’euros ; chaque heure de sa présidence, il l’a endettée de près de 14 millions d’euros ; chaque seconde de sa présidence, il l’a endettée de près de 3 800 euros…
  
Au championnat de France de l’aggravation de la dette, Sarkozy emporte haut la main la médaille d’or : chaque année de son mandat, la dette publique s’est aggravée de près de 120 milliards d’euros. À titre de comparaison, le chiffre était de 44 milliards par an lors des présidences Chirac (1995-2007), d’un peu moins de 40 milliards par an sous les présidences Mitterrand.
  
Beau résultat pour cet athlète qui déclarait en 2007 : « La maîtrise de nos finances publiques est un impératif moral autant que financier… mon projet concilie trois objectifs : engager les réformes dont notre pays a besoin, baisser les impôts, réduire la dette et le déficit. »
  
Ne manquait alors que raser gratis… Prétendre aujourd’hui lutter contre la dette avec un tel palmarès est totalement ridicule… d’autant que, là encore, Sarkozy a une guerre de retard. Comme nous l’avions exposé dès mai 2010 dans Fourches caudines ou tango argentin, notre dette n’est plus aujourd’hui remboursable en l’état : c’est une solution « à l’argentine » qu’il faut avoir maintenant le courage d’oser mettre en œuvre, au lieu de se comporter comme un enfant qui promet à ses parents qu’il ne recommencera pas les bêtises accumulées depuis cinq ans.
  
  
6 – Renforcer la sécurité des Français et l’autorité de la justice nationale
  
Pour aller chasser sur les terres du Front national, le Prince-Président nous ressert la même antienne qu’il y a cinq ans, avec une différence de taille : dans l’intervalle, la « réforme de la justice » version Dati-Sarkozy est passée par là, avec ses fermetures de tribunaux et une volonté systématique, délibérée, de mettre les magistrats plus bas que terre, de les soumettre totalement à l’exécutif et, en ce qui concerne notamment la justice pénale, d’en faire de simples supplétifs de la police.
  
Nous pourrions consacrer plusieurs billets à l’état de la justice en France. Deux chiffres résument la situation :

le nombre de juges pour 100 000 habitants : il est inférieur à 12 en France, ce qui nous place juste derrière Chypre et la Moldavie, loin derrière l’Allemagne qui en compte plus de 24 ;

• le budget alloué par habitant à l’ensemble des tribunaux, au ministère public et à l’aide judiciaire : il est de moins de 58 euros par habitant en France, au lieu de 72 en Italie, 86 en Espagne… et 115 aux Pays-Bas.

Un point très significatif doit de plus être noté dans le programme de la « droite populaire » : pas un mot sur la délinquance en col blanc ou la délinquance financière. La seule mention portant sur le contentieux civil concerne les divorces par consentement mutuel, les litiges concernant le surendettement et les crédits à la consommation que la « droite populaire » souhaite « déjudiciariser ». En d’autres termes, laisser la loi du plus fort s’appliquer dès que le citoyen est fragilisé dans un des trois cas cités ci-dessus… tout cela sous prétexte d’« efficacité » de la justice.
  
De telles propositions peuvent sembler ridicules, voire caricaturales. N’en croyez rien : sous prétexte de faire appel au « bon sens populaire », elles servent à merveille l’intérêt des lobbies qui souhaitent remplacer la loi par le contrat, le jugement par la transaction, sous couvert du « respect de la liberté individuelle » ou de la « liberté de choix ». De plus, elles visent à faire évoluer structurellement le rôle de l’État vers une fonction purement sécuritaire et de maintien de l’ordre social (voir notre billet « Communication sécuritaire » et évolution du rôle de l’État).
  
  
7 – Adapter et améliorer la qualité des services publics
  

Ne pouffez pas ! Le Président qui a tout fait pour « flinguer » l’Éducation nationale (voir À vendre : Éducation nationale, mauvais état, mais fort potentiel), la justice, l’armée et la plupart des services publics demande maintenant un « renforcement des effectifs et des moyens de police, de gendarmerie et de la justice » ainsi que la « présence d’au moins un relais des services publics par canton ».
  
Tout cela est totalement incohérent, contradictoire avec la promesse de lutte contre les déficits publics et, une fois de plus, diamétralement opposé à ce qu’a fait Sarkozy depuis cinq ans, en mettant en œuvre une politique systématique de privatisation et de « largage » des services publics.
  
CRS, juges ou titulaires des palmes académiques ne s’y sont d’ailleurs pas trompés : nous vous proposons de relire le billet Du pain sur la planche paru en février 2011 ; il montre comment tous ont compris que l’objectif de l’équipe en place était d’opérer le démantèlement de l’État-nation, tous – quelle que soit leur étiquette politique – s’opposent au « bradage » de ce qui, depuis plus de mille ans, a contribué à construire la France.
  
  
8 – Promouvoir une France indépendante dans une Europe forte
  

Venant de celui qui a initié le retour de la France dans le commandement intégré de l’OTAN, qui – à peine élu - est allé passer ses vacances aux États-Unis afin de prêter allégeance à son suzerain d’alors, George Bush, et qui s’est ensuite comporté comme un bon petit élève de l’atlantisme, la « proposition » est particulièrement croustillante.
  
Pour Sarkozy, il est aujourd’hui trop facile – et surtout trop caricatural – de jouer les patriotes en multipliant les mouvements de menton et les déclarations fracassantes. Dans le domaine de la défense, Sarkozy s’est aligné sans barguigner sur un axe américano-israélien. Dans le domaine économique, a-t-il mis en œuvre une quelconque esquisse de protectionnisme au niveau français ? A-t-il plaidé pour mettre en place un protectionnisme européen, afin d’éviter de voir nos emplois, industriels notamment, filer en Asie ? Rien de tout cela…
  
Comme les autres propositions, celle-ci sonne donc diablement creux. Pour être perçue comme crédible, il va falloir que la cellule communication de l’Élysée, relayée par des médias « compréhensifs », « mette le paquet » afin de nous faire prendre des vessies pour des lanternes.
  
  
Nous analyserons dans un prochain billet les quatre dernières propositions sur lesquelles Sarkozy ne manquera pas de s’appuyer pour conserver son fauteuil élyséen. Mais, à ce stade de l’analyse, on comprend mieux que même des électeurs et sympathisants de l’UMP se demandent ce que cette présidence a apporté de positif à la France et aux Français, et si Sarkozy est vraiment le meilleur candidat de la droite pour 2012…
  
  
Lundi
© La Lettre du Lundi 2011

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche