Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 02:40

 

 

 

syrie-desinformation1-300x300.png

 

 

Voyez sur mon blog officiel

 

 

 

guerre-arme-destruction-massive.gif

 

 

Guerre et désinformation

La France va-t-en guerres

Par Chantal Dupille

 

 

Vers la guerre mondiale via la Syrie? Rôle de la France. Désinfo.. DOSSIER

 

 

http://philippehua.com/2011/10/20/bruits-de-guerre

/ guerre-bruits-2-vol.jpg

 

 

La guerre qui rôde, une situation explosive - L'agenda du chaos se précise

 

La désinformation des Médias en temps de guerre (Syrie, Kosovo..) Dossier

 

Voici pourquoi la guerre mondiale est voulue - Ne la subissons pas !

 

La 3e guerre mondiale a-t-elle commencé ? En voici les prémices

 

 

 

Iran_versus_USA_attaques_d_autres_pays-99b0d.jpg

 

 

Score des attaques :

Iran : 0 - USA : 51.


http://www.europalestine.com/spip.php?article7533

 

 

 

 

atlantisme-aspecta.jpg

.

 

 

 

ATLANTISME 

 

 

Le MAL qui ronge la planète : L'Atlantisme -- ASPETA -- Dissidents

 

 

 

 


h.sharifi20130712040256270De récentes études de la part de psychologues et sociologues aux USA et au Royaume-Uni suggèrent qu’à l’inverse des stéréotypes des médias mainstream, ceux qui sont étiquetés "conspirationnistes" apparaissent plus sains que ceux qui acceptent les versions officielles des événements.

 

 


Un coup d'oeil ?


 

Liens à découvrir pour l'info autrement ! Iran, Attac, Reopen911, Avaaz..

 

Lettre ouverte au NouvelObs d'une citoyenne en colère contre la fausse Presse de Gauche

 

Journalistes traités de conspirationnistes (notion CIA), c'est désormais un honneur

 

Russie: Les grands enjeux d'une puissance montante - UE-Russie (vidéo eva)

 

Pourquoi avoir tué politiquement De Gaulle? La question juive. Nobel à Snowden? Pétition. Bilderberg

 


Opérations d'infiltration pour abattre De Gaulle (2) - Souveraineté et Nation

 

Exclusif. Comment les médias nous bernent, exemple de l'Afrique

 

Le pire des mondes en marche, et une France à la dérive, en danger

 

 

 

  1. C'est plutot à moi de vous remercier, pour la passion, la sincerité et l'impartialité avec laquelle vous relayez/analysez l'info!

 

  •  
  • Sadok Pacha Chantal Dupille meilleure Journaliste pour son honnetete intellectuelle ! BRAVO

 

 

Top Journaliste.com

Top des Journalistes: Chantal Dupille, la journaliste la mieux notée !

 

.

 

médias pacifistes TB syrie

 

 

Politiquement incorrecte : La Vérité avant tout !

 

 

-- Mon site officiel qui regroupe tout: http://chantaldupille.fr/


-- Depuis mars, je commente en direct actualité et désinformation ici https://twitter.com/rsistons


-- Mon blog officiel : http://chantaldupille.over-blog.com

 

  .

 

Le drame français: C'est aujourd'hui un pays colonisé - R-sistons vidéo 16
16:05

Le drame français: C'est aujourd'hui un pays colonisé - R-sistons vidéo 16

  Pourquoi la France est passée du NON à la guerre contre l'Irak

au OUI à la guerre contre la Syrie

 

.


.

8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 19:20

 

http://sprudge.com/havana-hard-time-castro-peas-in-cuban-coffee.html

 

Le Devoir D’eviter Une Guerre En Coree

Par: Fidel Castro Ruz



J’ai signalé voilà quelques jours les graves périls qui menacent aujourd’hui l’humanité. La vie intelligente est apparue sur notre planète, sauf nouvelles découvertes qui l’infirment, il y a environ deux cent mille ans.

Ne confondons pas la vie intelligente avec la vie tout court qui est apparue voilà des millions d’années sous ses formes élémentaires dans notre système solaire.

Il existe une quantité pratiquement infinie de formes de vie. Les scientifiques les plus éminents du monde ont même déjà conçu l’idée, à partir des instruments les plus perfectionnés, de reproduire les sons qui suivirent le big bang, cette grande explosion survenue voilà plus de 13,7 milliards d’années.

Cette introduction serait trop longue, n’était-ce qu’elle traduit bien la gravité de la situation incroyablement absurde qui vient de se créer dans la péninsule coréenne, dans une zone géographique où vivent presque cinq des sept milliards d’habitants de notre planète.

C’est là un des pires risques de guerre nucléaire qui apparaît depuis la crise des Missiles de 1962, déclenchée autour de Cuba voilà cinquante ans.

La guerre qui éclata dans cette péninsule en 1950 coûta des millions de vies. Cinq ans à peine auparavant, deux bombes atomiques avaient tué et irradié en quelques minutes des centaines de milliers d’habitants des villes civiles d’Hiroshima et de Nagasaki.

(..)

Si une guerre éclatait, les peuples des deux parties de la péninsule seraient les premiers décimés, sans le moindre avantage pour eux.

La République populaire démocratique de Corée a toujours été amicale envers Cuba, de la même manière que Cuba l’a été et le restera. Maintenant qu’elle a fait la preuve de ses avancées techniques et scientifiques, nous lui rappelons ses devoirs envers les pays qui ont été ses grands amis, car il ne serait pas juste qu’elle oublie que cette guerre toucherait tout spécialement plus de 70 p. 100 de la population de la planète.

Si un conflit de cette nature éclatait, Barack Obama, au second mandat de son administration, serait enseveli sous un tombereau d’images qui en ferait le personnage le plus sinistre de l’histoire étasunienne. Le devoir de l’éviter lui incombe, à lui et au peuple étasunien.

Fidel Castro Ruz

4 avril 2013

23 h 12

http://fr.cubadebate.cu/auteurs/fidel-castro-ruz/2013/04/08/le-devoir-deviter-une-guerre-en-coree/


8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 04:01

Le coup d´état de la France deux ans après : Que reste-t-il des acquis de la démocratie en Côte d´Ivoire?


Jean-Marie Dekpai
Dimanche 7 Avril 2013


Le coup d´état de la France deux ans après : Que reste-t-il des acquis de la démocratie en Côte d´Ivoire?

11 avril 2011-11 avril 2013 cela fait deux ans, jour pour jour, que la France esclavagiste accomplissait sa forfaiture par un coup d´état meurtrier en Côte d´Ivoire. Il y a deux ans que la France impérialiste et néocolonialiste imposait par la force de ses canons de guerre un dictateur génocidaire pour perpétuer sa mainmise sur l´état de Côte d´Ivoire et ses ressources économiques.

Déjà deux ans que l´état raciste français a décidé de stopper tout net la volonté du peuple Ivoirien de jouir des prérogatives de son choix. Expression de son affranchissement et de son émancipation.  Il y a deux ans de cela que notre pays subit l´occupation des forces armées étrangères coalisées.

Alors que notre pays aspire à vivre un climat de paix sociale pour aller à la rencontre des perspectives de son développement économico structurel de proximité, il nous importe de poser un diagnostic sans complaisances aucunes de deux ans de gestion calamiteuse mais surtout chaotique et autocratique du régime de l´usurpateur Dramane Ouattara pour nous situer à mi-chemin.

Que reste-t-il des acquis de la démocratie en Côte d´Ivoire ? Notre pays mérite ou suscite aujourd´hui  encore une quelconque attention toute particulière alors que nous approchons de façon galopante des échéances électorales de 2015 ? À quelle Côte d´Ivoire devrions-nous nous attendre alors que le spectre dangereux de la pensée unique revient avec force dans le quotidien de nos compatriotes au pays ?

Depuis les années 95, Dramane Ouattara menaçait de déstabiliser la Côte d´Ivoire s´il n´en devient pas le président. Le 11 avril 2011 ces menaces sont devenues réalité contraignante dans le cours de l´évolution de notre pays. Mais quel est l´état des lieux ? Quel progrès significatif peut-on noter ou observer sérieusement et dans la a vie de la nation ivoirienne et dans le quotidien des Ivoiriens en Côte d´Ivoire ? Telles sont les interrogations qui cadrent notre réflexion sur le bilan à mi-parcours de l´imposteur usurpateur que la France a bien voulu nous imposer pour lui servir de rallonge dans sa volonté de nous nier notre souveraineté.

licorne.jpg

La pratique de la démocratie et ses acquis en Côte d´Ivoire

Arrachés de très haute lutte, la pratique de la démocratie et ses acquis dans notre pays sont gravement en péril. Et pour cause. Dramane Ouattara, parvenu au pouvoir d´état par la force des armes de guerre, sait pertinemment que pour asseoir son pouvoir, il lui faut emprunter le chemin d´une féroce dictature. Opprimer, museler, réprimer, intimider et séquestrer pour se faire accepter dans la violence.

C´est le président Laurent Gbagbo qui l´a si bien caricaturé pendant son allocution devant la CPI le 28 février dernier et je cite : [C´est ça l´homme. Il marche, il marche et il laisse des traces sur son parcours qui permettent de le retrouver] Fin de citation.  Dramane Ouattara veut forcement imprimer à la Côte d´Ivoire son caractère d´homme sauvage et violent, issu d´un peuple et d´une tribu qui dans le règlement de tous contentieux qui l´opposent à d´autres peuples ne comprend que le seul langage de la violence inouïe, de la barbarie et la brutalité.

[L´homme à l´état de nature est une brute. Une bête prédisposée à suivre son instinct pour satisfaire sa libido] nous enseigne Thomas Hobbes. Plus loin Thomas Hobbes nous apprend dans son œuvre –Léviathan-  que [cet homme en société considère tous ses semblables comme des ennemis, comme des concurrents et potentiels obstacles à son éclosion sociale]. Et il affirme même que [la liberté du sujet est compatible avec le pouvoir illimité du souverain]. Cet homme donc doit permanemment recourir à la guerre, à la force et l´anarchie pour déstabiliser cet ordre auquel il ne peut parvenir dans l´intelligence. Voilà la vision politique de celui que la France nous a imposés. Ainsi donc pour que le citoyen Ivoirien soit libre sous le régime de Dramane Ouattara, il faut que ce dernier dispose d´un pouvoir illimité, y compris le droit de mort ou de vie sur ses semblables.

L´effet recherché c´est la soumission,  la résignation ou l´abdication des populations qui seraient tentées d´entreprendre des actions insurrectionnelles et animées d´une réelle volonté de rétablir l´ordre constitutionnel renversé. Pour les besoins de la cause, il promeut tous ses chefs-rebelles dans le commandement des forces armées de Côte d´Ivoire à des postes de responsabilités très sensibles. Pareil pour l´administration publique. Cela ressemble à un pari personnel qu´il lui faut gagner dans sa volonté démesurée. À savoir : effacer les traces de tous ses prédécesseurs à la tête de l´état Ivoirien tout en imposant sa marque personnelle et ses traces.

Depuis le retour au multipartisme en Côte d´Ivoire dans les années 90, les Ivoiriens ont eu la possibilité d´exprimer leur différence d´opinion politique sans être inquiétés outre mesure. Les manifestations de protestation tout comme les activités des partis politiques étaient assurées. Chacun exprimait son désaccord avec les visions des gouvernants sur la place publique. Nos artistes chanteurs pouvaient même s´en prendre au chef de l´état et son camp sans craindre pour leur vie et celle des leurs.

Le pays était vraisemblablement engagé sur la voie de la tolérance politique pour l´éclosion d´une mentalité du pardon mais aussi pour l´émergence d´une société réellement démocratique. Mais depuis l´avènement de Dramane Ouattara à la tête de notre pays, tous les acquis de la pratique démocratique se sont effondrés. Les principes qui président à la paix sociale, à la cohabitation et à la coexistence pacifique ont eux aussi foutu le camp sous la pression de la haine de l´autre et la méchanceté humaine. Pis, nous assistons progressivement à l´instauration de la pensée unique, du parti unique et pis de l´éclosion d´une nouvelle classe d´hommes et de femmes politiques extrovertis dans le quotidien de nos compatriotes au pays.

wattao-licorne.jpg

La situation des droits de l´hommes en Côte d´Ivoire sous Dramane Ouattara

Aujourd´hui sous le régime sanguinaire et génocidaire de Dramane Ouattara être militant ou sympathisant d´un parti politique de l´opposition est un crime en Côte d´Ivoire.  Notre pays compte près de six cents (600) prisonniers d´opinion. Les arrestations extrajudiciaires et l´impunité connaissent une propension indescriptible. Les Ivoiriens fuient leur pays dans l´espoir de se mettre à l´abris des menaces de mort et autres emprisonnements.

Ceux qui n´ont pu fuir sont contraints au silence par des méthodes dignes de Hitler et de sa Gestapo. La dignité de l´homme Ivoirien autrefois intangible est désormais violée et vulgarisée à souhait. Tous les mouvements des Ivoiriens sont minutieusement contrôles tant au pays que dans la diaspora. Les FRCI et les DOZOS ont pris le pays et le quotidien des Ivoiriens en otage. Les Ivoiriens n´ont plus de droits dans leur propre pays. À l´ouest, les populations autochtones sont quasi retranchées dans les forêts pour échapper à leur extermination programmée. Les Burkinabé et les dozos leur arrachent leurs terres avec la complicité  et de l´armée de l´ONU, de l´armée française et du gouvernement en place. Nos parents, pour avoir exprimé leur choix pendant l´élection présidentiel de 2010, en paient aujourd´hui le lourd tribut.

[À l´ouest, nous avons un pouvoir éparpillé] avait dit récemment le Président Laurent Gbagbo. La culture politique des peuples de l´ouest de la Côte d´Ivoire tire essentiellement sa source de cette prédisposition naturelle : C´est parce que nous sommes foncièrement démocrates à l´Ouest de la Côte d´Ivoire que nous sommes aussi jaloux de notre souveraineté. D´où notre attachement aux principes qui consolident l´inviolabilité de la différence de l´opinion politique mais aussi nous sommes surtout attachés aux principes qui consacrent l´homme tout court en société.

C´est parce que nous avons une grande culture de la démocratie que chacun est libre de son choix à l´ouest de la Côte d´Ivoire. Dans l´ouest Ivoirien, aussi bien les femmes que les hommes sont à parité égalitaire dans la distribution des rôles et du partage du pouvoir. L´émancipation de la femme ivoirienne moderne est à l´image de la femme Ivoirienne de l´ouest. Nos femmes à l´ouest de la côte d´ivoire ont une très haute conscience de leur responsabilité tant sociale que politique. Ce qui n´est pas généralement le cas dans les autres régions avec lesquelles nous partageons le territoire Ivoirien.

Malheureusement cette prédisposition semble être la source de nos malheurs aujourd´hui. Les burkinabés et autres étrangers voire les allogènes Ivoiriens qui vivent chez nous à l´ouest pour faciliter et favoriser leur intégration tant économique que sociale, il est mis à leur disposition des portions de terre qu´ils cultivent ou exploitent. Et avec le temps, cette pratique qui prend ses origines dans les légendaires hospitalité-solidarité-fraternité de l´africain en général semblent constituer un os dans nos gorges.

Souvent nos femmes à l´ouest, pour parier ou prévenir toute indignation ou aversion des conséquences surtout négatives de leur liberté de choix, travestissent bien des fois leur engagement sociopolitique pour passer inaperçues. Les implications immédiates de cette liberté de choix sont là palpables. Nous sommes la cible d´une politique d´expropriation dûment planifiée et en voie d´ exécution.

La somme de cette expérience nous appelle à une profonde réflexion dans la perspective de réorganiser notre société. Alors que les dozos et les Frci de Dramane Ouattara tuent nos parents, il est accepté que des gens issus de notre peuple, des gens issus de la région de l´ouest ivoirien continuent de soutenir et de faire la promotion de la politique de Dramane Ouattara sur nos terres. Cette situation à l´inverse est inimaginable partout ailleurs sur le territoire nationale de Côte d´Ivoire.

C´est justement ce qui explique l´adhésion massive des populations malinké et akan aux projets de leurs différents leaders aussi bien au PDCI qu´au RDR. Pour des gens qui ne se regroupent qu´ autour des mosquées, comme c´est le cas de nos compatriotes malinké du Nord islamisés, il est clair qu´ils soient des endoctrinés-suivistes qui ne remettent jamais en cause la parole de leur leader. Dans le bois sacré, la transmission de la coutume et du savoir se fait sur la base du droit d´ainesse pour soumettre les jeunes au diktat du pacte générationnel. Une telle société n´est nullement prédisposée à aller à la rencontre d´autres connaissances pour son progrès social.

Nous partageons ainsi un pays avec des peuples difficilement reconvertibles qui malheureusement ramènent tous à leur mode de vie dans le dénouement de notre collectivité agissante. Il nous sera difficile de construire une nation Ivoirienne si une ethnie, un clan, une région se donne l´avantage d´imposer  au reste de la communauté Ivoirienne sa prépondérance. Et ceci nous semble être l´engagement du pouvoir actuel en Côte d´Ivoire.  À Abidjan, les casernes et camps militaires, les stations-service et autres sont devenus des prisons à ciel ouvert.

Chaque jour les Ivoiriens sont déportés dans les goulags du nord supposé acquis à la cause de Dramane Ouattara. Rien n´est fait pour mettre nos concitoyens en confiance. Bien au contraire, tous les actes et autres agissements de Dramane Ouattara et ses acolytes participent étroitement à la dislocation du tissu social Ivoirien et aucune perspective de réconciliation vraie entre Ivoiriens n´est envisagée.

ingerence-francaise1.jpg

La situation économique et sociale de la Côte d´Ivoire

[Vous ne voyez pas l´argent circulé parce qu´il travaille] avait pompeusement déclaré Dramane Ouattara lors de son discours de fin d´année 2012. Effectivement, l´argent travaille au remboursement des dettes contractées pour financer la rébellion armée. Dans un pays où l´argent ne circule pas, il est évident que la misère sociale prenne une dimension hors normes. Que les prix des denrées de premières nécessités grimpent sur les marchés publics. Dans un tel pays, il devient normal que le banditisme et le gangstérisme prospèrent.

Aujourd´hui, l´insécurité est devenue une partie intégrante du quotidien des Ivoiriens. Ils livrés à eux-mêmes sans réelle assistance. Quand on désarme la police et la gendarmerie pour des besoins purement politiques, il n´est pas étonnant que dans un environnement des procédés détournés émergent au sein de la population en vue d´assurer sa propre défense. Cette situation est bien à l´origine de l´existence des nombreuses milices et autres groupes d´autodéfenses qui prospèrent en Côte d´Ivoire. Quand l´état, désarçonné dans son fonctionnement constitutionnel normal n´a plus les moyens de faire appliquer son caractère régalien dans la régulation de sa population, il n´est de salut pour tous que la débrouillardise  et la contrefaçon en vue de se contenter d´une précarité mieux que l´éphémère.

Les prix des matières premières tels le cacao, le café, l´hévéas, l´ananas, le bois, le palmier à huile continuent de chuter. Bientôt nos paysans et autres agriculteurs seront incapables de financer la scolarisation de leurs enfants. Pendant ce temps, les entreprises de production et de transformation industrielles ferment leurs portes. Le chômage dans notre pays a atteint des proportions inqualifiables.

Dans nos universités, c´est à même le sol que les étudiants prennent leurs cours. Alors que les droits d´inscription dans les universités et autres grandes écoles ne cessent de connaître une augmentation quotidienne, les étudiants eux sont privés de revenus qui leur permettent de supporter le poids de la vie scolaire et estudiantine. Il est inévitable que dans une telle société la corruption devienne une pratique acceptée et tolérée par tous. Des études internationales indiquent même notre pays est en progression très rapide tant le domaine de l´insécurité que dans celui de la médiocrité et la corruption. Les endroits qui par leur situation géographiques nourrissent à bien d´égards et de nombreuses familles Ivoiriennes et les caisses de l´état ivoirien sont démolis sous le faux prétexte de salubrité urbaine.

Que reste-t-il encore de la volonté des Ivoiriens de vivre dans un environnement leur garantissant une quiétude sociale ?

[…. Et je me suis dit pourquoi dans la justice moderne, il y a des camps retranchés ?]. Ainsi donc le Président Gbagbo dans cette interrogation en forme d´une complainte dénonçait la partialité de la justice. Allusion fait à la cour pénale internationale (CPI) dont la chambre I a la charge de juger recevable ou non la possibilité de le traduire devant la justice internationale pour crimes contre l´humanité dans la crise post-électorale en Côte d´Ivoire. Cette cour qui dans sa volonté de faire éclater la vérité pour rendre justice sur les évènements qui ont émaillés la crise politique dans notre pays a choisi de pratiquer un deux poids deux mesures cinglant. La CPI, dans son mode opératoire a largement convaincu plus d´un africain qu´elle est bel et bien en mission commandée pour embastiller Laurent Gbagbo.

Tout comme la CPI, la justice Ivoirienne est tout aussi aux ordres pour saboter la volonté des Ivoiriens d´aller vers une réconciliation dans l´intérêt de la Nation Ivoirienne. Dramane Ouattara change tout dans l´appareil judiciaire de notre pays pour mieux le contrôler. Dans un tel pays, les habitants par peur d´être réprimés, adaptent systématiquement leur reflexes. Souvent c´est par et dans des codes que le peuple s´exprime.

Des codes qui ne participent nullement à la consolidation de principes démocratiques si ce n´est d´en être des obstacles. Un jour ce peuple sur la somme de son expérience endurée prend le chemin de la révolte pour rendre irréversible sa détermination à jouir des prérogatives de son choix. Ouvrant ainsi la porte à l´instabilité chronique. Parce que les vainqueurs d´hier ne sont pas les vainqueurs d´aujourd´hui et que ceux d´aujourd´hui ne seront pas les vainqueurs de demain, il importe pour tous les Ivoiriens et autres habitants de la Côte d´Ivoire de véritablement s´interroger sur leur engagement mais aussi et surtout sur les actes que nous posons chacun.

Car, de cet engagement dépendent et l´essor économique et le progrès social et le bien-être de tous. Qui règne par l´épée périra par l´épée, nous apprend l´adage bien répandu dans le monde.  Malheureusement, cette maxime ne nous aide pas dans la construction de notre pays. Elle ne permettra non plus de nous identifier en un idéal qui engendre l´intérêt commun à tous. Parce que nos états, nos pays sont faibles et vulnérables que notre quête quotidienne doit se tourner vers des pratiques qui renforcent notre volonté de disposer de nous-mêmes.

Jamais, il ne peut y avoir de véritable développement économique et structurel de proximité que dans la quiétude, la transparence, la bonne gouvernance que le besoin de se pardonner et se tolérer. Nous avons en commun un seul destin, le territoire Ivoirien. C´est pourquoi dans notre vie quotidienne, dans notre discours, chacun doit faire l´effort de ne pas frustrer ses concitoyens.  Les hommes politiques dans notre pays pour leurs intérêts mesquins, ils ont réussi à opposer les Ivoiriens. Notre pays subdivisé en pro-celui-ci et en pro celui-là. On ne peut plus parler en tant que citoyen libre et responsable de ses choix. Toute opinion est automatiquement stigmatisée pour le d´un camp. Et désormais les ivoiriennes s´éloignent les uns de autres tout en se regardant en chien de faïence.

Dommage serait-on tenté de dire, parce que quand l´ambition prend une place de choix dans la matérialisation et l´exécution d´une conviction humaine, il reste à craindre que chacun ne devienne un loup pour chacun et que mon enfer ne soit que les autres. Si dans notre pays, le citoyen n´a plus confiance dans les gouvernants, c´est parce qu´il ne trouve nulle part une quelconque volonté politique réelle pour tracer la voie qui le mène une destinée certaine. Ce citoyen détourné et manipulé ne comprend plus grande chose à la valeur sacrée de la vie humaine et son salut se résume dans la forfaiture et le récidivisme. Pour entacher gravement la présomption que la société nous sert de cadre d´éducation. Nous pensons humblement  loin des théories philosophiques que c´est parce que l´homme est foncièrement méchant en société qu´il convient de prévenir tout dérapage.

Le contrat social entre les hommes est à comprendre entièrement sous cet angle si notre volonté  est de sauver notre pays de la dégénérescence sociale programmée dans laquelle Dramane Ouattara et son gouvernement le conduisent. La société dans son émanation progressive formule la volonté des hommes à se parfaire. Cette volonté est pourtant confrontée à la nature de notre espèce.

Le droit d´éduquer, les garanties de vivre dans un environnement sain ne sont ex-nihilo. Ayant constaté que la rivalité est la chose la mieux rependue dans tout regroupement des êtres humains, la raison et l´intelligence leur recommande de délimiter leur liberté par rapport aux autres avec qui l´on partage le même territoire.

La situation politique de notre pays est la parfaite illustration d´une telle vision pour exiger des Ivoiriens une modération dans tout ce qu´ils font au risque prolonger l´abîme de leur repentance.

Nous ne devrons pas faire les frais d´une guerre des héritiers, alors que rien de positif dans leur guéguerre ne consacre notre aspiration de souveraineté, du respect de notre dignité et de notre indépendance. Et c´est justement dans un tel état dispersé et asservissant de notre être que l´ancien colonisateur veut toujours nous voir en vue d´exploiter illicitement nos richesses économiques. Que ceux qui ont des yeux pour voir, voient.

Que ceux qui ont des oreilles pour entendre, entendent. Et finalement que ceux qui ont une intelligence pour raisonner, comprennent et percent le mystère du sous-développement et de la perpétuelle domination que connaissent nos pays. Plus de soixante (60) ans après leur accession à l´indépendance politique.

Qui veut voyager loin ménage sa monture nous dit l´adage. Alors que les Ivoiriens préparent et ménagent leur monture à bord du train de leur autodétermination pour échapper aux velléités de division qui prolongent leurs souffrances et fait grandir leur malaise social.

Amoungnan

Jean-Marie Dekpai

http://rene.kimbassa.over-blog.com

 

http://www.alterinfo.net/Le-coup-d-etat-de-la-France-deux-ans-apres-Que-reste-t-il-des-acquis-de-la-democratie-en-Cote-d-Ivoire_a88850.html

8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 03:03

 

SCOOP. Nucléaire: La Corée du Nord vient de faire reculer les Etats-Unis

http://allainjules.com/2013/04/07/scoop-nucleaire-la-coree-du-nord-vient-de-faire-reculer-les-etats-unis/

Publié le 7 avril 2013

92

 

mm3

WASHINGTON, Etats-Unis – Prévu de longue date, alors que la Corée du Nord ménace l’Amérique, le Pentagone a reporté un essai de missile balistique intercontinental qui devait avoir lieu en Californie la semaine prochaine à cause des tensions autour de la question nucléaire avec la Corée du Nord. Tiens, donc, les Etats-Unis poursuivent sans dicontinuer des essais balistiques mais, veulent interdire aux autres de le faire. 

Le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, qui avait récemment montré ses muscles, se rebiffe-t-il ? En effet, cet essai concernait un Minuteman III, missile balistique intercontinental à ogives nucléaires ( Le missile LGM-30G Minuteman III est une version améliorée du Minuteman II. Sa conception a débuté en 1966.) Il devait se faire sur la base aérienne de Vandenberg. Ceci prouve bien l’hypocrisie des grandes nations qui, après avoir mis sur pied leurs bombes sales, ont créé le TNP (traite de non-prolifération), pour mettre au pas les autres pays mais, eux, peuvent continuer aisément à faire des essais nucléaires.

Les peuples ne sont plus dupes et, ce diktat doit cesser. Heureusement qu’il y a des pays comme la Corée du Sud ou l’Iran qui prouvent aujourd’hui cette hypocrisie et ce mépris des règles internationales érigées par ces gens et qu’ils ne respectent pas. En revanche, ils mettent toujours ceux qui les violent au banc des nations en se disant de la communauté internationale. Laquelle ? Celle qui ne respecte rien ?

 

 

.

4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 23:54

 

Nucléaire RPDC-USA

La tension militaire ne cesse de monter en CORÉE
 

COREE : que l'on aime ou non le pouvoir en place en COREE DU NORD, il faut bien constater que les fauteurs de guerre ricains se préparent à mener une nouvelle guerre impérialiste UNE FOIS DE PLUS à des milliers de kms de leurs frontières et mobilisent leurs médias de propagande.
 
Ils renforcent leur présence militaire en Corée du Sud : arrivée d'un contre-torpilleur, d' avions de chasse et d' avions espions-bombardiers furtifs. Et sans doute de beaucoup d' autres choses… Les Ricains occupent militairement le Sud de la Corée depuis 1945 où ils entreposent d'ailleurs des armes NUCLEAIRES et chimiques. Les Nord-Coréens n'occupent rien : ils sont simplement chez eux dans la partie nord du pays.
 
Pendant la guerre de Corée (début des années ‘50), les Ricains y ont commis des massacres, de nombreux crimes de guerre et ont utilisé des armes microbiennes et bactériologiques contre les populations civiles nord-coréennes. Ils n'ont jamais voulu signer le retour à la Paix. Tout juste un cessez-le-feu, un accord d'armistice …
 
A Hiroshima et Nagasaki, ils ont déjà utilisé la bombe atomique. En Corée, Mc Arthur voulait utiliser de nouveau la bombe atomique, s'il n' avait été freiné au sommet de l' État… (Douglas Mac Arthur mena les forces des Nations-unies durant la guerre de Corée de 1950 jusqu'au 11 avril 1951 lorsqu'il fut relevé de son commandement par le président Harry S. Truman. )
 
Au Vietnam, ils ont utilisé les défoliants et mené la guerre chimique avant de recevoir la plus grande raclée militaire de leur histoire.
 
A propos de la situation actuelle, il convient de dégonfler une des principales baudruches de leur propagande et de leurs alliés occidentaux : Les Coréens du Nord n'ont jusqu'ici effectué aucun essai NUCLEAIRE en lançant 3 fusées balistiques (donc pour essai, dans l' atmosphère), essais étalés sur des mois. Un type d' expériences auxquels bien d' autres pays se livrent librement dans d' autres coins de la planète sans déclencher la réprobation universelle bien orchestrée…
 
Les Ricains et leurs alliés de la partie sud du pays se livrent à un jeu très dangereux contre la Paix mondiale. Il y a fort à parier que la République populaire de CHINE n' acceptera jamais le déclenchement-retour d'une nouvelle guerre de Corée à ses frontières menée directement par les Usa. La guerre de ‘50 a été menée par les Usa et ses alliés occidentaux sous le drapeau des Nations-Unies.. Le Monde entier ne sera pas dupe 2 fois… D' autant plus que les prétextes de guerre et mensongers des Usa sont maintenant connus universellement : Vietnam, Irak, Afghanistan, … Depuis la guerre de ‘50, la CHINE est elle aussi devenue une puissance nucléaire… Les Usa qui s' arrogent le droit de qualifier certains pays comme ceux “du mal” jouent une fois de plus avec le feu. Obama poursuit la politique de son (ses) prédécesseur ( s ) en l' amplifiant plus hypocritement… La machine de propagande est de nouveau prête pour manipuler l'opinion mondiale … La Corée du Nord, ce pays sous blocus et de 24 millions d' habitants ne saurait faire la guerre au monde entier et n' en a certainement pas les moyens… La Russie, autre puissance nucléaire qui compte, se dit inquiète de la dangerosité de la situation. L'Euro-dictature capitaliste et ses médias aux ordres ferment leurs gueules. En cas d' aggravation, ils se rangeront évidemment, comme toujours dans le camp de la guerre impérialiste et anti-communiste, aux côtés des Ricains, de ses alliés du Sud et de l' Otan… Il ne faut pas espérer autre chose …
 
RoRo
 
Comment les Ricains ont partagé la Corée et mis la main sur le Sud 23/02/2002 :
  
  
(Terrorisme et crimes de guerre américains en Asie et ailleurs)
.

Actualité Guerres sur mon blog No-War :

 

.

3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 16:29

 

Samedi 30 mars 2013

Nucléaire RPDC-USAC'est la loi du genre dans le domaine des médias : les réactions à chaud mettent en avant l'information inédite ou sensationnelle (le "scoop") pour "créer l'événement", le terme même de "créer" étant en lui-même significatif puisqu'il ne s'agit pas seulement de relayer une information, mais de l'interpréter et de la mettre en contexte afin d'amener l'opinion publique, sinon les décideurs politiques eux-mêmes, à agir et réagir. En ce sens, mise à part une minorité de lecteurs, d'auditeurs ou de téléspectateurs avertis, l'opinion peut facilement être orientée dans un sens donné. Pour notre part, au sein de l'Association d'amitié franco-coréenne, nous avons toujours préféré l'analyse, laquelle s'inscrit dans la durée et exige un recoupement des sources, aux réactions à vif. C'est le sens des articles que nous écrivons depuis des mois sur la montée actuelle des tensions dans la péninsule coréenne, où nous montrons que l'escalade ne peut pas, par nature, être le fait d'une seule des parties - alors que les opinions occidentales sont préparées à l'idée d'une réaction ferme des Etats-Unis aux "provocations" de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), selon la terminologie utilisée par les armées américaines et sud-coréennes. Les communicants de ces deux armées, en investissant largement le champ des médias, parviennent ainsi à influencer l'opinion dans un sens favorable aux intérêts de Washington et de Séoul. Dans ce contexte, une nouvelle a défrayé la chronique des médias le samedi 30 mars 2013 : la RPDC serait en état de guerre, et aurait donc déclaré la guerre à la Corée du Sud et aux Etats-Unis. Une telle nouvelle a été accueillie comme pain bénit par les faucons américains et sud-coréens dans leur entreprise de diabolisation de la Corée du Nord. Las, le tuyau était percé : non seulement l'agence officielle nord-coréenne n'a jamais parlé de déclaration de guerre, mais une erreur de traduction serait intervenue... Explication de texte et mise au point.

 


La nouvelle est tombée ce samedi 30 mars 2013 par une dépêche de l'agence russe Ria Novosti, une des meilleures sources d'informations sur la Corée du Nord qui soit indépendante des gouvernements des pays occidentaux et de la Corée du Sud : "la déclaration faite samedi par Pyongyang selon laquelle la Corée du Nord était en 'état de guerre' avec le Sud résulte d'une erreur de traduction, ont affirmé les autorités nord-coréennes, précisant qu'il s'agissait seulement de la volonté de Pyongyang de réagir ''selon les lois applicables en temps de guerre' à toute agression étrangère."

Il n'y a donc pas d' "état de guerre", ni a fortiori de "déclaration de guerre", comme l'ont interprété un peu hâtivement plusieurs médias. Au demeurant, d'un point de vue juridique, si des actes engageant les Etats comme les déclarations de guerre obéissent à des procédures formelles (en France, une déclaration de guerre requiert une autorisation du Parlement), dans la pratique les déclarations de guerre sont tombées en désuétude, l'exécutif décidant seul des actions militaires, entreprises dans des délais jugés incompatibles avec ceux, plus lents, des travaux parlementaires. Aujourd'hui, on constate seulement des situations, pouvant être qualifiée de "tensions", de "guerre" ou encore d' "opérations", selon une terminologie choisie à dessein par l'émetteur d'informations afin d'influencer l'opinion. Pour reprendre l'exemple de la France, l'engagement actuel des forces militaires au Mali a été suivi d'un débat dans les deux chambres du Parlement, mais il n'y a pas eu de délibération préalable, ni de déclaration de guerre.

Dans l'escalade actuelle autour de la péninsule, les autorités nord-coréennes s'étaient de même déjà placées dans une position de constat d'une situation donnée, en observant que l'accord d'armistice avait de facto pris fin au regard des actions engagées par les Etats-Unis. De ce point de vue, il ne pouvait donc pas s'agir d'une rupture unilatérale de l'accord d'armistice de 1953, comme le leur avait reproché le gouvernement américain.

Dans la nuit du 29 mars, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un avait déjà donné l'ordre de placer les missiles de la RPDC en position de combat afin de pouvoir frapper, en cas de provocations américaines, les bases des Etats-Unis situées sur le continent américain, dans le Pacifique et en Corée du Sud. Une semaine plus tôt, le commandement des troupes américaines en Corée du Sud et le chef d'état-major sud-coréen avaient rendu publique l'existence d'un nouvel accord militaire avec la Corée du Sud comportant un plan d'attaque contre la Corée du Nord, en évoquant l'hypothèse, bien sûr inverse à celle des Nord-Coréens, de provocations de la Corée du Nord... Mais dans ce conflit d'interprétations et de points de vue, les faits sont têtus : ce sont aujourd'hui les Américains qui manoeuvrent à proximité immédiate de la Corée du Nord, et pas l'inverse.

US attack NK map SPARK

Scénario d'attaque contre la Corée du Nord (source : Solidarity for Peace and Reunification of Korea)

En tout état de cause, la RPDC s'estime gravement menacée. Publiée par l'agence officielle nord-coréenne KCNA le 30 mars 2013 (voir ci-dessous), la déclaration conjointe "du Gouvernement, des partis politiques et des organisations de la RPDC" a adopté un ton martial - même si l'on retire les propos liminaires et le titre de la dépêche d'agence selon lesquels les relations intercoréennes sont dans un "état de guerre", puisqu'il s'agit d'une erreur de traduction, comme l'a indiqué Ria Novosti :

- le premier point, qui a fait coulé le plus d'encre, concerne les conséquences de la situation actuelle sur les relations intercoréennes : alors que l'armistice ayant mis fin aux combats de la guerre de Corée a entraîné une situation ambiguë (ni guerre, ni paix), la RPDC estime que les Etats-Unis et leurs alliés sud-coréens ont rendu caduc l'accord d'armistice et que, à présent, "les relations entre le Nord et le Sud seront régies selon les lois du temps de guerre. [...] En conséquence, la RPDC punira immédiatement la moindre provocation blessant sa dignité et sa souveraineté par des actions résolues et sans merci sans avertissement préalable" ; il s'agit, dans un style propre à la RPD de Corée, de dispositions analogues à celles annoncées il y a une semaine par les Etats-Unis dans le nouvel accord de défense avec la Corée du Sud ;

- le deuxième point précise le champ de la mise en garde au regard des potentielles provocations américaines (de ce point de vue, la RPDC est plus transparente que les Etats-Unis puisqu'elle définit la nature de ce qu'elle considère être une provocation, alors que les Etats-Unis entretiennent le flou sur ce que serait selon eux, a contrario, une provocation nord-coréenne qui légitimerait une action de leur part) : "si les Etats-Unis et le groupe fantoche sud-coréen commettent une provocation militaire pour déclencher une guerre contre la RPDC en tout lieu y compris les cinq îles de la mer de Corée occidentale ou le long de la ligne militaire de démarcation, le conflit ne serait pas limité, mais conduirait à une guerre totale et une guerre nucléaire" ; ce point vise à prévenir toute violation du territoire nord-coréen en mettant en garde contre les risques, dans cette hypothèse, d'un conflit généralisé ; ce n'est pas la première fois que la RPDC déclare qu'elle n'acceptera pas le moindre empiètement sur son territoire national, mais il est intéressant de noter que cette déclaration intervient au lendemain du survol de la Corée par des bombardiers américains furtifs B2, qui a laissé planer la menace de frappes aériennes ; par ailleurs, contrairement à ce que veulent faire accroire les communicants de l'armée américaine et leurs relais dans les médias, la Corée du Nord ne se place pas en position d'agresseur, mais dans la situation d'un Etat exerçant son droit de légitime défense et qui riposterait à une agression extérieure ; c'est dans cette seule hypothèse que la RPDC précise qu'une agression impliquerait une riposte nord-coréenne contre n'importe quelle base des Etats-Unis, qu'elle soit située sur le territoire américain, dans le Pacifique ou en Corée du Sud ;

- dans le troisième et dernier point, la RPD de Corée précise qu'elle serait alors engagée "dans une grande guerre pour la réunification nationale", et qu'elle ne laisserait pas échapper une "occasion en or de remporter la victoire finale" ; la déclaration décrit alors le scénario d'une "guerre éclair", dans les faits très proche de l'offensive nord-coréenne qui l'avait conduit, dans les premiers jours de la guerre de Corée en 1950, à occuper presque toute la péninsule, avant la contre-offensive des troupes des Nations Unies sous commandement américain, menée jusqu'à la frontière chinoise, suivie d'une intervention de la Chine dans le conflit puis du reflux des Américains et de leurs alliés avant, in fine, la stabilisation du front autour de l'actuelle zone démilitarisée séparant les deux Corée.

Alors que cette déclaration est généralement interprétée par les médias occidentaux comme une simple escalade verbale, il serait erroné de sous-estimer le sentiment d'insécurité réel des Nord-Coréens et la volonté d'affermir l'unité nationale autour du Parti et des dirigeants. Par ailleurs, vis-à-vis du monde extérieur, la détermination des Nord-Coréens est de nature à dissuader les Etats-Unis de toute aventure militaire et, finalement, prévenir des risques de dérapage vers un nouveau conflit. Selon l'adage romain, "Si vis pacem, para bellum", "Si tu veux la paix, prépare la guerre".

Sources : AAFC, KCNA, Ria Novosti

 

Texte en anglais de la dépêche du 30 mars 2013, tel que publié sur le site de l'agence KCNA

North-South Relations Have Been Put at State of War : Special Statement of DPRK

Pyongyang, March 30 (KCNA) -- The government, political parties and organizations of the DPRK released the following special statement on Saturday:

The moves of the U.S. imperialists to violate the sovereignty of the DPRK and encroach upon its supreme interests have entered an extremely grave phase. Under this situation, the dear respected Marshal Kim Jong Un, brilliant commander of Mt. Paektu, convened an urgent operation meeting on the performance of duty of the Strategic Rocket Force of the Korean People's Army for firepower strike and finally examined and ratified a plan for firepower strike.

The important decision made by him is the declaration of a do-or-die battle to provide an epochal occasion for putting an end to the history of the long-standing showdown with the U.S. and opening a new era. It is also a last warning of justice served to the U.S., south Korean puppet group and other anti-reunification hostile forces. The decision reflects the strong will of the army and people of the DPRK to annihilate the enemies.

Now the heroic service personnel and all other people of the DPRK are full of surging anger at the U.S. imperialists' reckless war provocation moves, and the strong will to turn out as one in the death-defying battle with the enemies and achieve a final victory of the great war for national reunification, true to the important decision made by Kim Jong Un.

The Supreme Command of the KPA in its recent statement solemnly declared at home and abroad the will of the army and people of the DPRK to take decisive military counteraction to defend the sovereignty of the country and the dignity of its supreme leadership, as regards the war moves of the U.S. and south Korean puppets that have reached the most extreme phase.

Not content with letting B-52 make sorties into the sky over south Korea in succession despite the repeated warnings of the DPRK, the U.S. made B-2A stealth strategic bomber and other ultra-modern strategic strike means fly from the U.S. mainland to south Korea to stage a bombing drill targeting the DPRK. This is an unpardonable and heinous provocation and an open challenge.

By taking advantage of the U.S. reckless campaign for a nuclear war against the DPRK, the south Korean puppets vociferated about "preemptive attack" and "strong counteraction" and even "strike at the commanding forces", openly revealing the attempt to destroy monuments symbolic of the dignity of the DPRK's supreme leadership.

This clearly shows that the U.S. brigandish ambition for aggression and the puppets' attempt to invade the DPRK have gone beyond the limit and their threats have entered the reckless phase of an actual war from the phase of threat and blackmail.

The prevailing grim situation more clearly proves that the Supreme Command of the KPA was just when it made the judgment and decision to decisively settle accounts with the U.S. imperialists and south Korean puppets by dint of the arms of Songun, because time when words could work has passed.

Now they are openly claiming that the B-2A stealth strategic bombers' drill of dropping nuclear bombs was "not to irritate the north" but for "defense". The U.S. also says the drill is "to defend the interests of its ally". However, it is nothing but a lame pretext to cover up its aggressive nature, evade the denunciation at home and abroad and escape from the DPRK's retaliatory blows.

The era when the U.S. resorted to the policy of strength by brandishing nuclear weapons has gone.

It is the resolute answer of the DPRK and its steadfast stand to counter the nuclear blackmail of the U.S. imperialists with merciless nuclear attack and their war of aggression with just all-out war.

They should clearly know that in the era of Marshal Kim Jong Un, the greatest-ever commander, all things are different from what they used to be in the past.

The hostile forces will clearly realize the iron will, matchless grit and extraordinary mettle of the brilliant commander of Mt. Paektu to the effect that the earth cannot exist without Songun Korea.

Time has come to stage a do-or-die final battle.

The government, political parties and organizations of the DPRK solemnly declare as follows reflecting the final decision made by Kim Jong Un at the operation meeting of the KPA Supreme Command and the unanimous will of all service personnel and people of the DPRK who are waiting for a final order from him.

1. From this moment, the north-south relations will be put at the state of war and all the issues arousing between the north and the south will be dealt with according to the wartime regulations.

The state of neither peace nor war has ended on the Korean Peninsula.

Now that the revolutionary armed forces of the DPRK have entered into an actual military action, the inter-Korean relations have naturally entered the state of war. Accordingly, the DPRK will immediately punish any slightest provocation hurting its dignity and sovereignty with resolute and merciless physical actions without any prior notice.

2. If the U.S. and the south Korean puppet group perpetrate a military provocation for igniting a war against the DPRK in any area including the five islands in the West Sea of Korea or in the area along the Military Demarcation Line, it will not be limited to a local war, but develop into an all-out war, a nuclear war.

It is evident that any military conflict on the Korean Peninsula is bound to lead to an all-out war, a nuclear war now that even U.S. nuclear strategic bombers in its military bases in the Pacific including Hawaii and Guam and in its mainland are flying into the sky above south Korea to participate in the madcap DPRK-targeted nuclear war moves.

The first strike of the revolutionary armed forces of the DPRK will blow up the U.S. mainland and its bases for aggression in the Pacific operational theatres including Hawaii and Guam and reduce not only its military bases in south Korea but the puppets' ruling institutions including Chongwadae and military bases to ashes at once, to say nothing of the aggressors and the provokers.

3. The DPRK will never miss the golden chance to win a final victory in a great war for national reunification.

This war will not be a three-day-war but it will be a blitz war through which the KPA will occupy all areas of south Korea including Jeju Island at one strike, not giving the U.S. and the south Korean warmongers time to come to their senses, and a three-dimensional war to be fought in the air, land and seas and on the front line and in the rear.

This sacred war of justice will be a nation-wide, all-people resistance involving all Koreans in the north and the south and overseas in which the traitors to the nation including heinous confrontation maniacs, warmongers and human scum will be mercilessly swept away.

No force on earth can break the will of the service personnel and people of the DPRK all out in the just great war for national reunification and of all other Koreans and overpower their might.

Holding in high esteem the peerlessly great men of Mt. Paektu, the Korean people will give vent to the pent-up grudge and realize their cherished desire and thus bring a bright day of national reunification and build the best power on this land without fail.

 

http://www.brujitafr.fr/article-non-la-coree-du-nord-n-a-pas-declare-la-guerre-a-la-coree-du-sud-et-aux-etats-unis-116732404.html

2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 15:45

 

ETATS-UNIS. Corée du Nord: le petit pays qui fait trembler la Nation américaine.

Publié le 2 avril 2013

10

 

Super Radar Américain

Super Radar Américain

 

Kim Jong Un, le jeune leader nord-coréen est-il entrain de bouleverser la donne ? Jamais pays n’avait osé annoncer qu’il allait attaquer les Etats-Unis, même l’URSS, actuelle Russie, au moment de sa superbe. La présidente sud-coréenne, sûre d’avoir son assurance vie grâce aux Américains a mis en garde hier, lundi, la Corée du Nord. Elle estime que les « provocations » seront accueillies avec « une réponse forte ». D’un autre côté,  les Etats-Unis ont déployé des chasseurs furtifs F-22 Raptor, ainsi que des bombardiers B-52 et B-2 dans la région, pour des exercices militaires conjoints avec la Corée du Sud, ce qui déplaît fortement aux Coréens du Nord.


Visiblement apeurés par le discours belliqueux de la Corée du Nord, les Etats-Unis ont positionné près des côtes nord-coréennes un destroyer capable d’intercepter des missiles, sans compter le super radar (photo), qui permet de suivre les mouvements militaires de la Corée du Nord. On peut donc comprendre la présidente sud-coréenne Park Geun-hye, qui se sent pousser des ailes en déclarant lors d’une réunion avec les hauts fonctionnaires de la sécurité et de la défense:

« S’il y a une attaque contre la Corée du Sud et ses habitants, il devrait y avoir une forte réaction, sans aucune considération politique. »

Le leader nord-coréen a approuvé un plan visant à préparer ses fusées en vue de les tirer sur des cibles américaines sur le continent américain et des bases militaires dans le Pacifique et en Corée du Sud. Lors d’une réunion avec les chefs militaires vendredi dernier, Kim Jong Un a dit « qu’il a jugé que le moment est venu de régler ses comptes avec les impérialistes américains. »

Ce qui étonne et détonne même, c’est le silence à travers le monde entier. Mais, derrière ce silence, se cache la peur, celle de voir l’effrondement des Etats-Unis, pas en tant que puissance nucléaire, mais simplement une perte de leadership évident, ou plus prosaïquement la fin de sa mainmise sur le monde. Il faut aussi noter que, lorsqu’un pays est une puissance nucléaire, personne ne peut lui parler avec arrogance. La Corée du Nord l’a bien compris et, on peut comprendre cette guerre larvée contre l’Iran, de peur qu’elle devienne intouchable comme toutes les Nations nucléaires qui font la pluie et le beau temps

 

http://allainjules.com/2013/04/02/etats-unis-coree-du-nord-le-petit-pays-qui-fait-trembler-la-nation-americaine/

2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 03:28

 

  guerre-iran-USA.jpg



La fondation keshe

La 3ème  guerre mondiale n'aura pas lieu. 

Avec la technologie Keshe,
L'Iran a le moyen de stopper tous les engins de guerre :

http://fr.scribd.com/doc/133342178/L-IRAN-et-le-nucleaire-2013

et le Site entier de la fondation plus facile pour moi, à consulter :

http://fr.scribd.com/doc/132579388/Traduction-Site-KESHE


.
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 19:06

http://mediabenews.wordpress.com/2012/07/24/chantage-syrien-a-larme-chimique-damas-affaibli/


syrie-armes

 

Dommages collatéraux subtils.. et lourds de conséquences ! (eva)

Les armes vers la Syrie et leurs vertus inattendues

29/03/2013 - Bloc-Notes

Nous continuons dans ce qui devrait devenir une rubrique, celle du “désordre précédant les causes du désordre” de ce même 29 mars 2013, – comme on verra ci-dessous… Il s’agit de la cause sacro-sainte des livraisons d’armes aux rebelles syriens, le “Sésame” de la victoire assurée.

Divers articles mettent en évidence que de nombreuses armes ont été et sont livrées, et seront livrées, encore plus nombreuses et performantes, aux rebelles syriens, pour enfin parvenir à la victoire finale.

Cette perspective pourrait être résumée par l’annonce qu’à l’ombre de ces livraisons d’armes massives, on prépare la sixième attaque décisive des rebelles pour prendre Damas.

Comme d’habitude pour ces attaques surprises et décisives, tout nous est conté en détails sur la façon dont on compte s’y prendre, un peu à l’image de ce qui menace chaque jour l’Iran depuis huit ans.


Il y a un superbe article dans le New York Times du 25 mars 2013, avec nombre de graphique représentant les routes aériennes de convoyage de l’armement vers les rebelles.

Il y a un très long article d’Associated Press, repris notamment par CBS.News le 29 mars 2013, sous le titre explicite de «“Master plan” underway to help Syria rebels take Damascus with U.S.-approved airlifts of heavy weapons».

• Ce 29 mars 2013, dans sa rubrique hebdomadaire Weekly Comments, Conflicts Forum fait un commentaire éclairé sur cette “offensive” d’armement, au moins dans le champ du système de la communication.


Ces articles référencés ci-dessus sont fort utiles pour la réputation du président Obama à Washington même, et pour rattraper ce que certains pourraient penser de mal-intentionné à l’égard, ou plutôt à l’encontre de sa politique syrienne.

«In an officially-inspired New York Times article, the sheer scale of weapons transfers to the Syrian opposition throughout the last year and more, is made plain: almost daily heavy-lift cargo ‘planes from Qatar and Jordan (at least one hundred and sixty flights), disgorging their cargos at airports in Turkey and Jordan:

the weapons derive from procurement lines, opened by CIA and western intelligence, notably from Croatia and elsewhere in East Europe, and total, according to the NYT article – at a conservative estimate - some 3,500 tons. Let us be clear: 3,500 tons is an enormously large amount of weapons.

The scale of this airlift simply dwarfs the massive weapons airlift mounted for the Afghan resistance in the 1980s. The US purpose in leaking this disclosure is made plain in the article:

the US President has not been ‘standing idly-by’ (as alleged); Petraeus was the airbridge’s mastermind all along, and the weapons naturally only were going to ‘vetted opposition groups’ (that is to say, the article’s key purpose was to deny that the US has been guilty of inadvertently arming al-Qaeda).

There is however, another significance that can be attributed to this revelation – and that is: the sheer military failure of the western-sponsored opposition, given the scale of the weapons-supply that it is now admitted has been reaching these armed groups – for the last year and a half.

The only military success that the opposition has to show at this point, is the holding of the relatively small northern town of Raqa’a – and that was taken by the al-Qae’da aligned al-Nusra Front, which refuses to allow the western sponsored groups to enter the town, as they “might be more interested in looting than fighting”.

Otherwise, as Alex Thomson from Channel Four notes, the mainstream armed opposition is now mostly occupied with haphazard mortar firings onto Damascus, killing civilians:

“It is hard to build any other case than that the rebel tactic here is pure terror and demoralisation. If the [rebels] think they are going after military targets, then the above list from the past three days can only prove they are lethally incompetent”.

In short, as most commentators have long suspected, and has now been confirmed, Syria is already awash with weapons.

Will the latest Arab League resolution authorising its member states to arm the opposition make any difference? Will the loud demands from the UK and France for the EU to lift the arms embargo change the course of the conflict?

This seems unlikely now that it has been confirmed that the airlift has already been underway for nearly a year and a half. (And as per Afghanistan and Libya, these weapons too will be washing around the region for a long time hence.)

It is clear that we are seeing another upsurge of weapons entering Syria and the prospect of yet another (the 6th) attempt to “take Damascus”.»

• Une autre indication sur des livraisons d’armes vient de DEBKAFiles du 28 mars 2013. Elle porte sur l’intention des Saoudiens de faire convoyer vers la Syrie, depuis la Croatie via la Turquie, des armes lourdes de type lance-roquettes montés sur camions, de très fort calibre (220mm) et à très longue portée (70 km), des systèmes MLRS Smerch et 9K57 Hurricane d’origine russe.


Les Saoudiens veulent en équiper les groupes qu’ils parrainent pour leur permettre de prendre des avantages décisifs, notamment, espèrent-ils, la base aérienne de Nairab près d’Alep.


DEBKAFiles précise que Nairab est une importante base de transit de matériels russes et iraniens et que des menaces contre cette base ont déjà amené des avertissements russes lancés aux rebelles que des forces spéciales russes Spetsnaz pourraient y être déployées.


Si les systèmes incriminés arrivent en Syrie, on pourrait envisager qu'une riposte russe est donc probable. Il y a de la logique impliquant un certain ordre de l'affrontement, même dans le désordre des armes.

En attendant, toujours selon DEBKAFiles et selon des précisions qui semblent confirmées par ailleurs, le projet saoudien a provoqué au moins des affrontements très sévères entre le groupe saoudien (Arabie-Jordanie-Eau) et le clan Qatar-Turquie.

D’abord, il a fallu des pressions très sévères de Prince Bandar, chef des SR saoudiens et personnellement impliqué dans cette affaire, pour obtenir l’accord de la Turquie pour le transit, avec menace de réduire drastiquement les exportations turques en Arabie après un premier refus de la Turquie.


Ensuite, l’affaire a provoqué à la conférence de la Ligue Arabe de Doha du début de cette semaine des scènes invraisemblables jusqu'à l'abracadabrantesque, semble-t-il, puisque nous conduisant jusqu'à un pugilat vrai de vrai à huis à peu près clos entre princes saoudiens et princes qatariens.


Le Qatar veut empêcher à tout prix de telles livraisons, qui signifieraient l’ascendant pris par les groupes de rebelles pro-Qatari (Frères Musulmans et islamistes) sur les groupes de rebelles pro-saoudiens, et les princes ont montré qu’ils sont prêts à faire le coup de poing pour cela.


DEBKAFiles écrit :

«The news that Saudi Arabia was supplying Syrian rebels with heavy weapons stunned the Arab League summit taking place in Doha, Qatar this week, bringing it to a clamorous end, DEBKAfile's intelligence and Middle East sources reveal. Saudi and Qatari delegates were heard hurling shrill abuse at one another and exchanging blows in private meeting rooms down the corridors of the assembly hall.

The conference proceedings were abruptly halted as Arab delegation members pitched in to separate them. A total blackout was quickly drawn down on the summit as it broke up in disarray.

»The Saudi royal rulers and Qatar’s Hamad bin Khalifa Al Thani have been at extreme loggerheads over the Syrian civil conflict. Riyadh – and Prince Bandar in particular – accuses the Qataris of conspiring to bring the Muslim Brotherhood to power in Damascus, including radical groups tied to Al Qaeda…»

 

Comme on voit, le “désordre qui précède la cause du désordre” n’est pas si désordre que cela puisqu’il s’avère que les armes ont au moins obtenu l’effet de confrontation que cette sorte de chose est censée susciter. Il y a de la logique dans tout cela…


Si ce ne sont les rebelles c’est donc leurs frères, – au moins les Saoudiens et les Qatariens, qui se battent entre eux.

 

Mis en ligne le 29 mars 2013 à 17H49

 

http://www.vilistia.info/les-armes-vers-la-syrie-et-leurs-vertus-inattendues-a81141700

 

 

.

1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 00:17

SYRIE. Le pas en arrière de Hollande sur les livraisons d'armes

Créé le 29-03-2013 à 13h16 - Mis à jour à 15h28

Le coup de frein est aussi inattendu que l'accélération dont a fait l'objet ce projet porté par Paris et Londres. Que s'est-il passé ? Eclairage.

 

Des AK-47 de rebelles syriens (The Times/Sipa)

Des AK-47 de rebelles syriens (The Times/Sipa)

Lors de son intervention télévisée, François Hollande a quelque peu surpris (et déçu sans doute l'opposition syrienne) lorsqu'il a annoncé que la France ne livrerait pas d'armes aux rebelles syriens sans la garantie qu'elles ne tomberaient pas aux mains de djihadistes : "Il ne peut y avoir de livraison d'armes à la fin de l'embargo, c'est en mai, s'il n'y a pas la certitude que ces armes seront utilisées par des opposants légitimes et coupés de toute emprise terroriste [...] Pour l'instant, nous n'avons pas cette certitude".

Le coup de frein est aussi inattendu que l'accélération dont a fait l'objet ce projet porté par de manière tonitruante, voire arrogante pour certains, par Paris et Londres. Depuis quelques semaines, le gouvernement français tentait en vain de convaincre les pays de l'Union européenne de lever l'embargo sur les armes imposé à la Syrie. Il y a à peine deux semaines, François Hollande lui-même confiait qu'il pourrait passer outre l'embargo qui doit s'achever fin mai et se justifiait ainsi : "Le plus grand risque, ce serait de ne rien faire [...]. Le plus grand risque c'est l'inaction [...]. Sur les armes, mieux vaut les contrôler que les laisser circuler ce qui est le cas aujourd'hui". Paris assurait alors avoir identifié les groupes de rebelles "sains". L'objectif étant de renverser le rapport de force militaire sur le terrain et hâter un départ de Bachar al-Assad.

Hier soir, volte-face. Le chef de l'Etat a garanti au contraire : "Aujourd'hui, il y a un embargo, nous le respectons". Alors que la France a voulu être l'artisan d'une résolution du conflit syrien, que s'est-il passé ?

Démission du chef de la Coalition nationale syrienne

François Hollande a d'abord justifié ce retournement par les divisions continues au sein de la Coalition nationale syrienne. Le 24 mars, son chef, Ahmed Moaz al-Khatib, plutôt apprécié, a annoncé sa démission de cette composante de l'opposition - une démission qu'il justifie par l'inaction de la communauté internationale. Officieusement, de nombreuses voix dénoncent la main mise de l'Arabie Saoudite et du Qatar sur l'opposition, qui mènent une lutte interne pour en prendre le contrôle.

Présenté comme un modéré, Ahmed Moaz al-Khatib, était considéré comme un rempart contre l'influence des Frères musulmans et les groupes djihadistes qui se sont immiscés parmi les combattants rebelles. Par ailleurs, l'Armée syrienne libre a refusé la nomination du nouveau "Premier ministre", Ghassan Hitto, chargé de diriger les zones de la Syrie libérées. Le site Rue 89 rappelle que Laurent Fabius faisait déjà part de ses doutes au micro d'Europe 1, lundi : "Les choses se compliquent [...] Nous souhaitons à la fois que l'opposition se réunisse à nouveau parce que toute division est négative et, d'autres part, nous souhaitons que l'opposition reste dans ses limites réformistes. Nous ne sommes pas d'accord pour une dérive qui serait une dérive extrémiste."

La pression de l'Union européenne gagnante

Le refus des pays de l'Union européenne a peut-être aussi convaincu de la mission hasardeuse du projet franco-britannique. Le week-end dernier, lors d'une réunion à Dublin, les 27 n'ont pas suivi. La raison énoncée n'a pas évolué : les armes risquent de tomber aux mains des milices d'islamistes radicaux qui pourraient à terme déstabiliser (encore plus) la région. Selon les services secrets français, 200 à 250 djihadistes venus d'Irak, du Liban, d'Arabie Saoudite, d'Egypte et Maghreb combattent en Syrie.

Des djihadistes venus en nombre, non pas pour instaurer un Etat démocratique mais pour pour bouter hors du pays le clan alaouite de Bachar al-Assad considéré comme des hérétiques. Parmi les groupes qui montent en puissance figure le front Al-Nosra, classé sur la liste des "organisations terroristes" par les Etats-Unis et soupçonné d'avoir des liens avec Al-Qaïda.

Aux autres pays d'envoyer des armes ?

Officiellement donc, l'envoi d'armes par la France n'est pas pour demain, compte tenu de toutes ces incertitudes... Reste que selon les informations du "Nouvel Observateur", la France aurait déjà commencé à livrer des armes. François Hollande avait décidé à la mi-décembre de livrer directement des armes à des groupes sélectionnés par le renseignement. Aussi, selon nos informations, les formations pratiques prodiguées aux rebelles ont déjà commencé, en coordinations aves les Britanniques et les Américains. Les cours portent notamment sur la communication cryptée. Par ailleurs, l'envoi d'armes non-létales (gilets pare-balles, système de visée nocturne...) est depuis longtemps à l'ordre du jour.

La France va-t-elle donc laisser le bébé aux pays arabes qui ne sont pas soumis au même embargo ? Cette semaine, la Ligue arabe réunie à Doha a rappelé dans une résolution "le droit" de chacun des Etats membres à apporté une aide militaire à la rébellion. En tout cas, ce serait une façon pour la France de ne pas être tenue responsable en cas de scénario noir.

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/la-revolte-syrienne/20130329.OBS6176/syrie-le-pas-en-arriere-de-hollande-sur-les-livraisons-d-armes.html#xtor=EPR-3-[Actu17h]-20130329

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche