Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 05:57
http://publicationarticle.com/wp-content/uploads/2011/07/Francafrique.jpg

http://publicationarticle.com/wp-content/uploads/2011/07/Francafrique.jpg

.

La discrète rencontre Ouattara-Ocampo à Paris le 27 novembre 2011

.

Ouattara (l'homme du FMI et du Cartel bancaire) qui a pris le pouvoir avec l'aide des mercenaires français (intéressés par le pillage du continent africain, et son contrôle, politique françafricaine plus vivante que jamais !), parle de réconciliation pour qu'on le laisse conduire les affaires du pays à sa guise (c'est-à-dire au service des intérêts de l'Occident §), sans le menacer. Mais cette pseudo réconciliation se fera ... en éliminant les adversaires encombrants ! Drôle de réconciliation ! Et parodie de Justice de la CPI ! Ocampo devrait lui-même se retrouver devant un tribunal pour intelligence avec l'ennemi des Africains ! Cette Cour Pénale Internationale est une imposture... Ouattara, pour le compte du Cartel bancaire, prend la place du dirigeant élu, oui, élu (les Médias ont menti, comme d'habitude), il laisse ses troupes accomplir des crimes contre l'humanité, et maintenant il interfère dans un processus judiciaire !
eva R-sistons
§ Total, Areva, Lagardère, Israël etc
.
.
Message reçu :
.
Chère Madame,
  
La discrète rencontre Ouattara-Ocampo à Paris le 27 novembre 2011 sur le transfert à la Haye de l'ex-président Laurent Gbagbo pourrait inciter ses avocats à récuser le Procureur pour subordination et violation du principe d'équité et d'impartialité, comme précisé aux articles ci-dessous.
  
Bien à vous,
  
 
  
  •  L'indépendance du procureur et des procureurs adjoints (art. 42, statut).


  •       L'article 42 du statut, relatif au Bureau du procureur  détaille également  l'obligation d'indépendance prévoyant:

 - au paragraphe 1: que "ses membres ne sollicitent ni n'acceptent d'instructions d'aucune source extérieure".

 

 Récusation; (art.41et 42 §7 statut; règle.34 et 35 RPP).
 

  • Motif:

      Un juge, le Procureur ou  les procureurs adjoints ne peuvent participer au règlement d'aucune affaire dans laquelle leur impartialité pourrait être mise en doute pour un motif quelconque.

Exemples:
- existence d'un interêt personnel dans l'affaire (liens familiaux, relation de subordination,personnels etc..
- le fait d'avoir eu des fonctions antérieurs qui donnent à penser que l'intéressé s'est formé sur l'affaire, sur les parties ou sur leurs représentant une opinion qui risque de nuire à son impartialité.
.
Partager cet article
Repost0
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 05:41

http://data0.eklablog.fr/mondes-de-lumiere/mod_article5599793_1.jpg?9519

http://data0.eklablog.fr/mondes-de-lumiere/mod_article5599793_1.jpg?9519

 

 

 

Excellent post, clair, concis, précis, concret, incitant à l'action.

Et soulignant le rôle essentiel, décisif, des médias "menteurs"

dans l'élaboration de ce futur monde invivable !

Bravo ! Et bravo pour le nom incluant le mot  "rassemblement",

car il faut rassembler, en effet... tous les éveillés,

tous ceux qui ont pris conscience des VRAIES réalités de ce monde !

Et qui ne peuvent accepter les valeurs mortifères, dans tous les domaines,

qui se préparent sur le dos des peuples, et derrière leur dos. 

 

eva R-sistons

 

Il n'y a plus que 2 sortes d'humains sur la planète!


     En ces temps particulièrement troublés, bien peu de gens peuvent prétendre "ne pas savoir". L'adulte qui ne va pas sur internet pour disposer des vraies informations les reçoit quand même par son gamin ou par un voisin, plus personne ne peut se cacher! Tout le monde SAIT!

      Alors, lorsque c'est la Russie qui seule freine les fous qui nous dirigent pour lancer la troisième guerre mondiale en s'attaquant à la Syrie avant de s'en prendre à l'Iran et au Vénézuela; lorsque le gouvernement britannique prévient ses ressortissants de se préparer à fuir les pays d'Europe pour échapper aux émeutes qui suivront l'effondrement de l'euro; lorsqu'il apparait évident que sans changement radical dans notre système de gestion de notre société, nos enfants  vivront un drame tout au long de leur existence sur une planète moribonde, L'HUMANITÉ SE SCINDE EN DEUX RACES:


- LES PASSIFS, qui préfèrent faire l'autruche, "attendre de voir", attendre que d'autres bougent.

- LES ACTIFS, ceux qui ont pris conscience de leur véritable humanité, ceux qui acceptent leur responsabilité d'humain dirigeant son destin et préparant l'avenir de leurs descendants.



      Dans la démosophie, je défendais la thèse d'un "homme-humain", responsable pour être libre, qui va remplacer "l'homme-animal", soumis aux évènements, soumis aux dirigeants, soumis par nature. Eh bien, ON Y EST !


     Bien sûr, une telle mutation planétaire (merci internet) ne se fait pas sans heurts, les consciences éveillées aux réalités se révoltent, le désordre s'installe quand de multiples mouvements naissent et se manifestent seulement pour protester, sans avoir un projet véritable, une revendication universelle.


     Et pourtant, si l'on prête attention, elle existe cette revendication universelle: c'est "On ne veut plus du système actuel; on veut virer les politiciens et leurs patrons banquiers, et disposer des vraies informations ainsi que participer directement à la gestion de notre société".


     Alors, je m'adresse aux actifs des mouvements maintenant rassemblés (Indignés, Réelle Démocratie, Ecosophie, Démosophie, Syndicat de Défende des Citoyens,...) :

     Cette revendication universelle, c'est ce qu'offre le projet démosophique, maintenant constitué en un véritable parti (Le Rassemblement Démosophique) et c'est À VOUS de développer maintenant ce parti. Il est de votre responsabilité et en votre pouvoir que la France soit le premier pays au monde à se libérer de son système de république et de ses politiciens, anciens ou nouveaux!

     N'attendez pas le nouveau site web: participez à sa réalisation; n'attendez pas qu'on vous invite à une réunion: organisez-la; n'attendez pas qu'on vous donne des tracts à distribuer: faites-les!

     Participez au gouvernement transitoire! Nous ne sommes qu'une centaine dont la moitié est inactive, alors que nous sommes plus de dix mille membres inscrits! Et, comme il est prévu, nous devrons être au moins 700 personnes dans ce gouvernement!


     Participez aux réunions: le 15 décembre à Paris, puis jusqu'au 30 janvier dans toutes les régions de France! Une salle, un appartement, un bar, peu importe, mais que chacun amène deux personnes et ces petites réunions se multiplieront beaucoup plus vite, animées par ceux qui connaissent la démosophie, ce qui est suffisant pour une première information générale et un exposé du concept du "Rassemblement Démosophique".

     Un concept simple: un candidat tiré au hasard parmi tous les membres qui remettra la "Présidence" à ce gouvernement transitoire dès son élection, puis un audit complet et public du pays en même temps que la rédaction d'une nouvelle constitution par le peuple lui-même.

   
Tout est dit dans cette vidéo de mon courrier précédent, n'hésitez pas à la diffuser!


     Vous voulez "changer le monde" : Faites-le ! Maintenant !



CONTACT  POUR  LES  RÉUNIONS:

demosophy@gmail.com

 

 

 

Démosophie, Mouvement international

pour un autre monde,

sans politiciens corrompus

et sans banksters dictant leurs lois iniques.

Démocratie directe !

Eva R-sistons

 

.

Un monde sans politiciens !

Un monde sans politiciens!

 

 

.

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 23:14

Nouveau totalitarisme !

Au cœur du feu qui couve et attaque le cœur de l’Europe, l’enjeu du statut et des missions de la Banque centrale européenne commence à prendre une place majeure dans les débats. Cela peut devenir une question populaire. M. Sarkozy défend désormais l’idée du rachat des dettes par la Banque européenne face à la chancelière allemande. Il est bien contraint de se contredire, lui qui a bafoué le vote du peuple français en faisant adopter le traité de Lisbonne. Nos lecteurs savent que nous n’avons cessé de défendre ce projet. A cette différence de taille près que nous souhaitons un rachat direct et un crédit sélectif direct aux Etats, sans passer par l’intermédiaire du système bancaire privé. Mme Merkel fera peut-être un pas vers la proposition du Président français à condition que les traités européens soient modifiés, de telle sorte que soit instituée, dans l’Union européenne, une centralisation du pouvoir entre les mains de la Commission de Bruxelles ou du sinistre trio, composé de la Banque centrale européenne, du Fonds monétaire international et de la Commission européenne.


Autrement dit, le mouvement entamé avec la nomination du Premier ministre grec et du Président du conseil italien est amené à se poursuivre si on laisse faire. Certes, il pourra y avoir des élections dans chacun des pays, mais c’est ce triumvirat (BCE, FMI, Commission de Bruxelles) autoproclamé qui, en réalité, dirigerait l’Union européenne d’une main de fer. Tel est le sens des propositions nouvelles du Président de la Commission de Bruxelles, mercredi dernier, et des conclusions du sommet des trois principaux pays de la zone euro -France, Allemagne, Italie. Il s’est conclu, une nouvelle fois, par l’acceptation par le Chef de l’Etat des conditions de la chancelière allemande. C’est le projet de création d’une « micro zone euro », un cartel d’Etat, sous influence de l’euro-mark, appliquant la politique budgétaire, fiscale et sociale allemande. C’est la « dé-solidarité » européenne en marche, aggravant la fracture Nord-Sud au sein de l’Union européenne. Une orientation porteuse de multiples dangers. Aucune issue à attendre de cette fuite en avant dans une sorte de totalitarisme ultralibéral, sous domination du capital allemand.


Mais ce qui se débat nous intéresse au plus haut point. Cela renvoie en effet aux arguments avancés par les partisans du non au référendum sur le projet de traité constitutionnel, rebaptisé « traité de Lisbonne ». En quelque sorte, des partisans du oui viennent aujourd’hui conforter, à leur corps défendant, la majorité de nos concitoyens qui a repoussé le traité. En effet, l’un des arguments principaux des promoteurs de ce texte était l’indépendance de la Banque centrale européenne, chargée d’appliquer les critères comptables du traité de Maastricht et de gérer la monnaie unique à la seule fin d’attirer les capitaux en compressant les droits sociaux, les systèmes de protection sociale, les niveaux de rémunération du travail, provoquant délocalisations et désindustrialisation. Mais la ficelle devient trop grosse quand les opinions publiques constatent que la Banque centrale européenne prête de l’argent à moins de 1% aux banques, qui elles-mêmes l’avancent aux Etats avec des taux d’intérêt allant de 3 à 19%, faisant ainsi d’énormes profits sur le dos de peuples victimes de l’austérité, tout en asséchant les comptes publics des Etats.


Dès lors, il saute aux yeux que l’une des seules manières de faire cesser cette spéculation débridée contre les Etats consiste à désarmer les marchés financiers en utilisant l’atout de la création monétaire par la Banque centrale européenne pour racheter des dettes directement aux Etats, sans intérêt, comme le pratiquent les autres banques centrales dans le monde. Le traité de Lisbonne l’interdit aujourd’hui. Mais, faut-il s’enfermer dans ce dogmatisme ultra libéral plus longtemps, quitte à faire brûler l’idée européenne dans le feu de la finance internationale ? Au nom de quelle logique la Banque centrale européenne peut-elle assurer la liquidité des banques menacées d’implosion et ne pas se mettre au service de l’intérêt général, en sortant les Etats de leurs difficultés ? Il faut donc  subvertir, dépasser,  changer radicalement les traités européens.


Contrairement à ce qu’ont dit depuis longtemps les partisans de ce traité, non seulement il est possible de le modifier mais aujourd’hui, ils le proposent eux-mêmes… pour de mauvaises causes. Pour les dirigeants européens, dont M. Sarkozy et Mme Merkel, il s’agirait d’aller vers des structures fédérales européennes très autoritaires, allant jusqu’à se donner la possibilité de poursuivre devant la cour de justice européenne les Etats qui n’iraient pas suffisamment vite et loin dans la purge sociale. Le duo « Merkozy » ne parie que sur la peur du chaos qui habite désormais les citoyens européens pour faire avaliser cette sorte de coup d’état à froid, ce coup de force contre la démocratie et toute idée de progressisme humain social et écologique.


Si la situation est très inquiétante et dangereuse, les enjeux qu’elle recèle peuvent devenir plus clairs pour beaucoup, favorisant d’autant leur rassemblement et leur intervention. Soit la montée d’un système centralisé autoritaire supranational qui exacerbera les nationalismes porteurs de régression prendra le dessus, soit les populations imposeront un cours nouveau à la construction européenne en contestant l’hégémonie de la finance. Telle est l’une des grandes questions posées à la gauche. Toute entière, elle est concernée par les échecs de la social-démocratie en Grèce et en Espagne. En appliquant l’austérité, la baisse des salaires, l’abaissement des droits sociaux, le recul de l’âge de la retraite, les privatisations, elle est rejetée par les classes populaires, aggrave la récession. Ceci discrédite et fait perdre la gauche et fait gagner la droit par défaut. Ensemble, tirons-en les leçons en ayant le courage de proposer des changements des lois européennes et d’en appeler aux peuples sur la base d’un nouveau projet social, solidaire de développement humain et environnemental. N’est-ce pas, pour gagner et réussir, à ce niveau que doit être placé le débat politique dans le cadre des élections à venir ?


C’est d’ailleurs sur de tels enjeux que portent les discussions des assemblées citoyennes, souvent très studieuses, qu’initie le Front de Gauche dans les quartiers, les villages et les entreprises.


Face à la gravité et à l’ampleur de la crise, dont personne ne connaît les évolutions et les issues, il est nécessaire de déployer ce grand débat. On ne peut laisser les peuples enfermés dans cette sorte de prison dont les barreaux sont les structures totalitaires de l’économie capitaliste. Au contraire, nous avons à cœur que les citoyennes et les citoyens partout, reprennent rapidement leur destin en main.

 

 

 

Patrick Le Hyaric

Patrick le Hyaric

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 22:11

Le show de Toulon Acte 2 est un oral de rattrapage complètement raté
NS-Toulon.jpg
 

http://www.facebook.com/home.php?#!/segoleneroyal/posts/10150435032624661

Le candidat Sarkozy a parlé d’urgence et de peur. La peur c’est lui, parce qu’il a aggravé la crise et le chômage. L’urgence, c’est de changer de président en 2012, pour agir vraiment.

Les Français n’acceptent plus les effets d’annonce et les promesses non tenues. Le candidat Sarkozy n’a tenu aucune des 10 promesses du discours de Toulon de 2008, il s’est contenté de les répéter.


Depuis 2007, le candidat Sarkozy a fait 75 discours sur la crise. Pour quel résultat : une crise toujours plus grave

En dénonçant la retraite à 60 ans et les 35 heures, le candidat Sorkozy annonce qu’il fera payer les retraités et les salariés et que ceux qui s’enrichissent dans la crise restent intouchables.

Pour agir vraiment avec 5 solutions efficaces, que propose François Hollande :

- La réforme bancaire et celle de la Banque Centrale Européenne,
- La relance de l’activité économique notamment celle des PME,
- La taxe sur les transactions financières,
- L’éradication des Paradis fiscaux,
- Le renforcement du fonds de stabilité financière.

______________

Les 75 discours sur la crise depuis 2008 :

Rencontre Monti-Merkel-Sarkozy 24 Novembre 2011
G20 de Cannes 4 Novembre 2011
Conférence de presse préparation G20 Cannes 3 Novembre 2011
Sommet européen 27 octobre 2011
Sommet de la zone euro – 23 Octobre 2011
Emission « Face à la crise » 16 octobre 2011
Conférence de presse Merkel-Sarkozy 9 Octobre 2011
Assemblée Générale des Nations Unies 21 Septembre 2011
Déplacement en Chine 26 août 2011
Conférence presse franco-allemande 17 août 2011
Conseil Européen 24 juin 2011
Réunion zone euro 21 juin 2011
Conférence de presse Merkel Sarkozy 17 juin 2011
G8 de Deauville 27 mai 2011
Sommet Franco-Italien 26 avril 2011
Conseil Européen 24 mars 2011
Réunion zone euro 11 mars 2011
Réunion du triangle de Weimar 7 février 2011
Sommet européen 4 février 2011
Conférence de presse présentation présidence française du G20 24 janvier 2011
Vœux aux forces économiques 14 janvier 2011
Conseil Européen 16 décembre 2010
Conférence de presse Merkel-Sarkozy 10 décembre 2010
G 20 de Séoul 12 Novembre 2010
Conférence de presse Cameron-Sarkozy 2 novembre 2010
Sommet européen à Bruxelles 29 Octobre 2010
Sommet de Deauville 19 Octobre 2010
Conseil Européen 16 Septembre 2010
G20 de Toronto 26 juin 2010
Conseil Européen 18 juin 2010
Rencontre avec Merkel 14 juin 2010
Conférence de presse Cameron-Sarkozy 20 mai 2010
Réunion zone euro 6 mai 2010
Conférence de presse Obama- Sarkozy 30 mars 2010
Conseil européen 25 mars 2010
Rencontre Papandréou-Sarkozy 7 mars 2010
Sommet européen informel 11 février 2010
Vœux aux Forces économiques 6 février 2010
Politique européenne du Président de la République 1er février 2010
Forum de Davos 27 janvier 2010
Emprunt National 14 décembre 2009
Conseil européen 11 décembre 2009
Réunion informelle UE 19 novembre 2009
Conseil Européen 30 octobre 2009
G20 de Pittsburg 24 septembre 2009
Assemblée Générale de l'ONU 22 septembre 2009
Réunion informelle UE 17 septembre 2009
Discours à la Sorbonne 9 Septembre 2009
Rencontre Sarkozy-Merkel 31 aout 2009
Sommet franco-britannique à Evian 6 juillet 2009
Sommet européen 19 juin 2009
G8 de l'Aquila 8 juin 2009
Rencontre Zapatero-Sarkozy 28 avril 2009
G20 de Londres 1er avril 2009
Conseil européen 20 mars 2009
Conseil des Ministres franco-allemand 11 mars 2009
Réunion informelle UE 1 mars 2009
Rencontre franco-allemande 22 février 2009
Conférence de presse Merkel-Sarkozy 8 janvier 2009
Rencontre Brown-Barroso-Sarkozy 8 décembre 2008
Lancement du plan de relance 4 décembre 2008
Conférence de presse Merkel-Sarkozy 24 novembre 2008
G20 de Washington 15 Novembre 2008
Réunion informelle UE 7 novembre 2008
Rencontre Brown-Sarkozy 28 octobre 2008
Mesures de soutien à l'économie 23 octobre 2008
Déclaration au Parlement Européeen 21 octobre 2008
Rencontre Bush-Sarkozy 18 octobre 2008
Rencontre Barroso-Harper-Sarkozy 17 octobre 2008
Rencontre Barroso-Sarkozy 16 octobre 2008
Plan de soutien au secteur bancaire 12 octobre 2008
Rencontre Merkel-Sarkozy 11 octobre 2008
Sommet des membres européens du G8 4 octobre 2008
Discours de Toulon 25 septembre 2008
Assemblée Générale de l'ONU 23 septembre 2008


______________

Les 10 promesses de Toulon Acte 1

1. Revaloriser la figure de l'entrepreneur
« Le capitalisme ce n'est pas la primauté donnée au spéculateur. C'est la primauté donnée à l'entrepreneur, le capitalisme c'est la récompense du travail, de l'effort et de l'initiative. »

2. Refonder le capitalisme
« La crise actuelle doit nous inciter à refonder le capitalisme. »

3. L'intervention de l'État
« Il faut bien que l'Etat intervienne, qu'il impose des règles, qu'il investisse, qu'il prenne des participations, pourvu qu'il sache se retirer quand son intervention n'est plus nécessaire. »

4. Encadrer les bonus
« Les modes de rémunération des dirigeants et des opérateurs doivent être désormais encadrés. »

5. Réglementer les banques
« Il faudra imposer aux banques de financer le développement économique plutôt que la spéculation. »

6. Une régulation internationale, un nouveau Bretton Woods
« Il faut remettre à plat tout le système financier et monétaire mondial, comme on le fit à Bretton Woods après la Seconde Guerre Mondiale. »

7.Garantir l'épargne des Français
« Je n'accepterai pas qu'un seul déposant perde un seul euro parce qu'un établissement financier se révèlerait dans l'incapacité de faire face à ses engagements. »
(...)
« C'est un engagement que je prends ce soir : quoi qu'il arrive, l'État garantira la sécurité et la continuité du système bancaire et financier français. »

8. Un plan de relance
« Si l'activité venait à reculer fortement et durablement, je n'hésiterais pas à prendre les mesures nécessaires pour la soutenir. »

9. Pas d'augmentation d'impôts ni des charges sociales

« Je ne conduirai pas une politique d'austérité parce que l'austérité aggraverait la récession. »

10. Rendre les produits propres plus attractifs
« S'il faut moins taxer l'investissement, moins taxer le travail, moins pénaliser l'effort et la réussite, moins taxer les produits propres, il faut en revanche davantage taxer la pollution. »

 

.

http://www.facebook.com/home.php?#!/segoleneroyal/posts/10150435032624661


 

 

.

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 22:02

 

Benyamin Netanyahou, Premier ministre israélien, envisage des frappes contre l’Iran…Benyamin Netanyahou, Premier ministre israélien, envisage des frappes contre l’Iran…Israël est la seule menace nucléaire dans la région, mais c’est l’Iran qui est dans le collimateur !


Le chef d'état-major adjoint des forces iraniennes, le général Massoud Jazayeri, a menacé, mercredi 9 novembre, l’entité sioniste de « destruction » si ce pays attaquait ses installations nucléaires.
« Le centre de recherche nucléaire israélien de Dimona est le site le plus accessible que nous pouvons viser et nous pouvons aller plus loin. A la moindre action de l’entité sioniste contre l'Iran, nous assisterons à sa destruction », a averti le général Jazayeri cité par la télévision iranienne en arabe, Al-Alam.

« Notre réponse à une attaque ne sera pas limitée au Proche-Orient, nous avons des plans prêts pour réagir », a également affirmé le général Jazayeri sans donner de précisions. De son côté, le général Amir Ali Hadjizadeh, commandant de la force aérospatiale des Gardiens de la révolution, a déclaré qu’ « une poignée de dirigeants américains écervelés et atteints, semble-t’il, de la maladie d’Alzheimer, menacent d’assassiner les commandants des Gardiens de la révolution. Ils ne doivent pas oublier que des commandants américains se trouvent en Afghanistan, en Irak et dans les autres pays de la région. Si vous tuez l’un des nôtres, nous tuerons dix des vôtres ».

Les responsables militaires iraniens affirment régulièrement que l'Iran, qui considère les Etats-Unis coresponsables d'une éventuelle frappe israélienne, pourrait s'en prendre à des objectifs militaires américains s'il était attaqué par l’entité sioniste. A plusieurs reprises, ils ont souligné que les forces américaines au Moyen-Orient, et notamment dans le Golfe, étaient vulnérables face aux forces navales iraniennes.

Selon le directeur adjoint du Centre des Etudes internationales chinois de l'Université Tsinghua, Liu Jiangyong, l'entité sioniste ne possède pas les moyens réels d'attaquer les installations nucléaires iraniennes et ses récentes menaces sont purement rhétoriques. « Actuellement, les Etats-Unis et Israël ne peuvent pas faire usage de la force militaire contre l'Iran. Pourquoi lancent-ils alors, de vaines menaces ? », interroge-t’il. D’après l'expert, ces menaces ont pour but de provoquer un mouvement de spéculation sur le marché financier international. Conscients des répercussions de la situation en Libye sur les bourses, « certains lobbys financiers et pétroliers américains » cherchent conjointement avec l'entité sioniste, à peser sur les prix des contrats à terme.

Dimanche 6 novembre, avant que l'Agence Internationale pour l'Energie Atomique (AIEA) ne rende son rapport sur le programme nucléaire de l'Iran, le président israélien Shimon Peres a averti que « la possibilité d'une attaque militaire contre l'Iran était plus proche qu'une option diplomatique ».
Cependant, l’entité sioniste qui battait les tambours de guerre, a estimé que le dernier rapport de l'AIEA éloignait le scénario d'une attaque contre l'Iran.

La « sévérité sans précédent » du rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sur le programme nucléaire iranien éloigne, pour le moment, le scénario d'une attaque israélienne contre l'Iran, ont indiqué mardi soir deux chaînes de télévision israéliennes.

Ce rapport permet à l’entité sioniste d'attendre « quelques semaines, voire quelques mois » pour voir si la communauté internationale adopte ou pas des « sanctions paralysantes » visant notamment le boycott total de la Banque centrale iranienne et les exportations de pétrole. Le commentateur militaire de la télévision publique israélienne, Yoav Limor, a également estimé « qu'avec ce rapport, l'option militaire est mise de côté. Désormais, le débat dans le monde va porter sur la nature des sanctions qui doivent être imposées à l'Iran ». La dirigeante de l'opposition et chef du parti centriste Kadima, Tzipi Livni, a pour sa part affirmé dans un communiqué, que l’entité sioniste devait utiliser ce rapport pour pousser le monde à agir plus fermement contre le programme nucléaire iranien.   

L'AIEA s’est dit inquiète d’une « possible dimension militaire » du programme iranien mais ne dit rien des 200 ogives nucléaires que possède l’entité sioniste, seule puissance atomique dans la région ! Elle ne dit rien non plus des deux sites israéliens de recherche nucléaire à Dimona et Soreq, qui ne sont jamais inspectés ! Le dernier missile balistique israélien, Jéricho III, est capable d’atteindre l’Iran et toute l’Europe et peut transporter une bombe nucléaire plus de 1000 fois plus puissante que celle lâchée sur Hiroshima. Mais il est vrai qu’Israël n’a jamais voulu signer le traité de non-prolifération des armes nucléaires…


URL : www.partiantisioniste.com/articles/939
.

  Journal TV - PAS L'Info !

 

Communications du PAS :

La fin de l’euro avant 2012 ?

Le Printemps arabe se poursuit… en Arabie saoudite !

Nucléaire israélien : Incontrôlable et dangereux !

Le Parti Anti Sioniste renouvelle son appel à la dissolution de la Ligue arabe !

Banqueroute pour une guerre ?

Présidentielle 2012 : Communiqué du Parti Anti Sioniste

 

Actualités antisionistes : 

Syrie : Ce que nos médias ne disent pas…

Israël est la seule menace nucléaire dans la région, mais c’est l’Iran qui est dans le collimateur !

Suite à la manifestation contre la christianophobie… [Communiqué du Centre Zahra France]

 

.

________________________________________________________________________________________

 


extrait d'article :

 

« La troisième guerre mondiale doit être fomentée en profitant des différences causées par l’agentur » des « Illuminatis » entre les Sionistes politiques et les dirigeants du monde islamique. La guerre doit être menée de telle manière que l’islam (les musulmans Monde Arabe) et le sionisme politique (l’État d’Israël) se détruisent mutuellement. Pendant ce temps les autres nations, une fois de plus divisées sur cette question, seront contraintes de se battre jusqu’au point de complet, physique, moral, spirituel et l’épuisement économique … »

« Nous allons libérer les nihilistes et les athés, et nous allons provoquer un formidable cataclysme social qui, dans toute son horreur montrera clairement aux nations l’effet de l’athéisme absolu, origine de la sauvagerie et de la tourmente la plus sanglante. Alors, partout, les citoyens, seront obligés de se défendre eux-mêmes contre une minorité de révolutionnaires dans le monde, d’exterminer ces destructeurs de la civilisation, et les masses déçues par la chrétienté dont les esprit déistes seront à partir de ce moment sans boussole, à la recherche d’un idéal, sans savoir vers quoi tourner leur adoration, recevront la vraie lumière grâce à la manifestation universelle de la pure doctrine de Lucifer, enfin révélée aux yeux de tous, manifestation qui suivra la destruction de la chrétienté et de l’athéisme, simultanément soumis et exterminés en même temps. »

Ordo Ab Chao

Nous retrouvons le thème classique des Illuminatis « Ordo ab Chao » qui signifie crée l’ordre (un ordre nouveau) à partir du chaos. Se servir des élèments pour faire progresser sa cause et mieux encore, les créer de toute pièce pour manipuler l’avenir.

Même si les aspects mystiques échappent à l’esprit du 21 e siècle, le principe est tout à fait cohérent. Les Illuminatis se sont appuyés sur les travaux d’Hegel (1770-1831; contemporain d’Adam Weishaupt, fondateur des Illuminés de Bavière). Selon le philosophe Hegel, les sociétés fonctionnent sur le principe de la « thèse » et de l’ »antithèse », le gouvernement et l’opposition. De ce conflit d’idées résulte en un compromis qui fait que chaque partie adopte certains aspects de l’autre formant un espèce d’hybride appelé « synthèse ». Le but étant de gérer ce conflit permanent et sans vainqueur, car selon Hegel : « le conflit aboutit au changement et le conflit planifié aboutit au changement planifié »

Nous rertouvons donc cette philosophie dans le plan de Pike, avec toujours cette logique de thèse et antithèse. Mais le changement planifié voulu par la secte poursuit un autre but : celui de cheminer lentement vers un Nouvel Ordre Mondial régit par un gouvernement unique.

On peut également observer que la SDN fut crée en réaction à la boucherie de la première guerre mondiale. L’ONU, son grand frère, à la fin de la seconde guerre mondiale. Plus recemment, on parle de gouvernement mondial pour répondre aux crises financières mondialisées, aux pandémies et aux changements climatiques. Toutes ces menaces mondialistes, mondialisées, sans frontières qui nécéssitent l’instauration d’un gourvernement mondial ou d’une autorité mondiale.

Ordo Ab Chao, c’est en fin de compte la traduction latine du « pompier pyromane », allumer un feu pour ensuite prétendre être le seul à pouvoir l’éteindre.

 

7 Comments

.

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 16:55

http://www.keratocone.net/images/alerte_afassaps.gif

 


De Jean-Paul, un correspondant Canadien
Après l'interdiction de cultiver des potagers aux USA, vous serez un terroriste et incarcéré indefiniment à Guantanamo Bay sans accusation ni procès, et ce, pour avoir commis le crime odieux de posséder plus de 7 jours de nourriture

 

Rappel.  Alerte agriculteurs :


http://s2.lemde.fr/image/2011/11/29/512x256/1610568_3_9835_le-texte-relatif-aux-certificats-d-obtention.jpg

http://s2.lemde.fr/image/2011/11/29/512x256/1610568_3_9835_le-texte-relatif-aux-certificats-d-obtention.jpg

 

 

 

 

 

Dans le champ de l'agriculture, l'usage libre et gratuit des graines ne sera bientôt plus qu'un doux souvenir rappelant des méthodes paysannes d'un autre temps.

 


Surnommées "semences de ferme", ces graines étaient jusqu'alors sélectionnées par les agriculteurs au sein de leurs propres récoltes et replantées l'année suivante.


Partager cet article
Repost0
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 23:38

http://www.vosgesmatin.fr/fr/images/get.aspx?iMedia=49068812

http://www.vosgesmatin.fr/fr/images/get.aspx?iMedia=49068812

 

Blog La bascule de Durban
 

 

La bascule de Durban est un blog contributif qui permet à différentes ONG de publier leurs impressions sur les coulisses du sommet climatique de Durban. Pour l'heure, les pays du monde entier n'arrivent pas à se mettre d'accord sur les efforts à fournir pour limiter le réchauffement à 2°C maximum. Durban est une bascule: soit la diplomatie peut sauver le climat, soit le climat continue de s'emballer au cours du XXIème siècle.

Le lobby industriel ou la face cachée de la «société civile»
Par Geneviève Azam, ATTAC-France

La société civile est invitée à Durban pour les négociations climatiques des Nations unies. Gage dʼun processus démocratique? Qui est la société civile?

On pense alors immédiatement aux ONG environnementales. Parmi elles, celles qui privilégient le lobbying auprès des délégations gouvernementales regroupées dans Climate action network (CAN) et celles qui font le lien avec les mouvements sociaux, dans le réseau Climate Justice Now! (CJN).

Mais la face cachée de la société civile est celle constituée des lobbies de lʼindustrie et de la finance, qui sont présents dans les délégations gouvernementales, au même titre que les ONG précédentes, depuis le début du processus en 1995 et de manière très renforcée depuis trois ans. À Davos, en janvier 1999, Kofi Annan, Secrétaire Général des Nations Unies, a proposé au monde des affaires le Global Compact, un code de bonne conduite adressé au monde de lʼentreprise, soutenu par de nombreuses firmes transnationales, désormais parées du drapeau bleu des Nations unies. Une confusion dangereuse et potentiellement mortelle entre une institution politique internationale, censée représenter «les peuples du monde» et lʼoligarchie économique. Eskom, entreprise dʼélectricité dʼAfrique du Sud, pollueuse sʼil en est et maître dʼoeuvre dʼune des plus grandes centrales à charbon, fait ainsi partie de la délégation officielle sud africaine! Le World Business Council for Sustainable Development, lobby le plus actif dans les négociations, représente 200 entreprises transnationales, avec un chiffre dʼaffaires de plus de 7000 milliards de dollars quand quelques maigres millions sont sur la table pour alimenter le Fonds vert! Sa cible: empêcher tout traité contraignant pour les entreprises.

Une autre ONG du business, the International trading association (IETA), sʼassure que les marchés financiers gardent la maîtrise de la politique climatique.

Alors, pour que Durban ne soit pas la conférence des pollueurs, le mot dʼordre Occupy Cop17! se répand sur Durban. À suivre.

Les pays vulnérables vont-ils occuper et bloquer la COP de Durban?

Par Maxime Combes, membre de l'Aitec et d'Attac, engagé dans le cadre du projet Echo des Alternatives

L'avertissement est sévère. Il vient de l'ancien président Costa-ricain, Jose Maria Figueres, qui n'est autre que le frère de Christiana Figueres, actuelle secrétaire exécutive des négociations climat. Pour lui, face à l'inertie des négociations, il y a «sans doute besoin d'un Occupy Durban», reprenant là l'imaginaire d'Occupy Wall Street et des mouvements des indignés. Il annonce même que cela pourrait se matérialiser par «un sit-in des délégations des pays les plus touchés par les dérèglements climatiques».

Il poursuit en affirmant que «nous avons besoin d'une expression de solidarité des délégations des pays les plus touchés par les dérèglements climatiques qui vont d'une réunion à l'autre sans obtenir des réponses». Pourquoi une telle sortie exprimant une frustration grandissante? Le 20 novembre, le Guardian annonçait que «les pays riches abandonnaient toute idée d'un nouveau traité avant 2020». Les négociateurs de ces pays admettent aujourd'hui en privé qu'aucun accord mondial sur le climat ne pourra être obtenu avant 2016, et que dans ce cas, il n'entrerait pas en vigueur avant 2020.  Selon le Guardian, «l'Union européenne, le Japon, les Etats-Unis et les autres pays riches sont désormais tous unis pour repousser un nouvel accord».

 

L'alliance des petits Etats insulaires considèrent que cette proposition est «imprudente et irresponsable». Les Etats africains sont furieux. Même l'Agence Internationale de l'Energie considère qu'il n'est pas possible d'attendre 2020 si l'on veut réellement éviter que la température globale augmente de plus de 2°C d'ici la fin du siècle.

Au moment où le protocole de Kyoto risque d'être abandonné en rase campagne, ou tout du moins vidé de sa substance, ie sans nouvelle période d'engagements (voir ici), les pays du Sud vont-ils bloquer les négociations en occupant la COP? A minima, ils pourraient rejoindre les activistes pour la justice climatique qui eux ont déjà pris rendez-vous pour un Occupycop17 à l'extérieur de la conférence!

À suivre également :

 
http://www.climate-justice-now.org/
http://alter-echos.org/justice-climatique/
http://www.c17.org.za/

Dans les médias :


- Mediapart
Climat: la victoire des égoïsmes nationaux
- Libération
Conférence de Durban : l'avis d'un économiste

- Le Parisien
Sommet de Durban : qui veut quoi parmi les grandes nations ?
- Radio-Canada avec Agence France-Presse, Reuters et BBC
Réchauffement planétaire : l'après-Kyoto en jeu à Durban

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 21:17

 

 

Back to the Gold Standard »

Par Menthalo -

Ron Paul (à droite) est un élu américain de 76 ans, qui se présente à la présidentielle. Considéré comme le parrain intellectuel du « Tea Party », il est candidat à l’investiture républicaine alors que Sarah Palin, égérie politique du   »Tea-Party » aux Etats- Unis ne s’est pas présentée. Certains avancent que Sarah Palin pourrait seconder Ron Paul, s’il gagnait la course à l’investiture. Très officiellement, Ron Paul défend un retour à l’Etalon Or tel que défini dans la Constitution des Etats-Unis, c’est-à-dire un étalon bi-métallique (or et Argent ). Cet homme politique a beaucoup fait parler de lui en réclamant haut et fort un audit de la Réserve Fédérale. Il a obtenu un succès d’estime, puisque cet audit reste très partiel et que le Congrès semble retarder autant qu’il le peut la mise à plat des comptes de la Fed ou des réserves d’Or du Trésor. Les lobbies bancaires aux Etats-Unis sont tout puissants. Or la Fed  est une banque privée qui n’a de comptes à rendre à personne. Tout le monde le sait, donc tout cela semble une comédie pour distraire l’opinion.

Ron Paul dit que « revenir au Gold Standard pourrait se faire dans la nuit, si des forces contraires ne se battaient pas quotidiennement pour aller jusqu’au bout de leur rêve de monnaie fiduciaire mondiale ». « Un retour au Gold Standard obligerait tout le monde à serrer les boulons, à tenir des comptes équilibrés sans chercher à imprimer toujours plus de monnaie pour couvrir toujours plus de dettes. » Il rappelle « qu’après la Guerre de Sécession, les Etats- Unis sont revenus d’une monnaie fiduciaire à l’étalon or très facilement. »

Dans ce pays sans foi ni loi, où tant d’hommes politiques, de journalistes ou de tireurs-de-sonnette-d’alarme ont été assassiné plus ou moins discrètement ces dernières années, et où les enquêtes du FBI sur le Cartel ou celles de la section financière de la CIA (Bat7) ont été enterrées bruyamment sous les décombres fumantes du World Trade Center, je m’esbaudis de l’extraordinaire longévité de Ron Paul. S’il est encore vivant, c’est qu’il n’est pas une menace pour le Cartel. Il fait partie du casting du film, tiré d’un scénario écrit à plusieurs mains depuis longtemps par ceux qui tiennent toutes les ficelles. Si Ron Paul dit que les gens devraient  pouvoir payer ou économiser indifféremment en or, en argent ou en monnaie électronique, c’est le conte que beaucoup de gens espèrent entendre, mais se transformera t’il en réalité ?  Il est fort probable que l’Or, « la monnaie des Rois », soit dans un futur proche réservé aux Banques Centrales et que le peuple soit vigoureusement encouragé à participer généreusement avec leur joncaille au Trésor National, comme cela a été le cas lors de la faillite de Law, sous la Terreur en 1793, et tant de fois dans l’Histoire des nations. Qu’en sera t’il de l’Argent, « la monnaie des peuples » ?

Ron Paul a t’il un lien de parenté avec Stan Laurel ? Je ne peux pas voir l’un sans penser à l’autre. Tous deux, d’excellents acteurs. http://www.youtube.com/watch?v=Cj-0B_60Nkk&feature=youtu.be

 
99 Comments

Publié par le 30 novembre 2011 dans Non classé

 

Fin de partie

Voici un article intéressant du Monde. Nous précisons en gras les points les plus importants . Nous ajoutons également quelques commentaires suivis de la mention Ndlr.

Nicolas Baverez – La France et la zone euro se sont fracassées sur le mur de la dette. Avec des taux d’intérêt deux fois supérieurs à ceux de l’Allemagne, l’Hexagone a été dégradé par les marchés avant même la sanction des agences de notation. Elle aborde l’année 2012 avec la perspective d’une croissance nulle, d’un déficit commercial record, d’un chômage frappant plus de 10 % de la population active, d’une dette publique dépassant le seuil de 90 % du produit intérieur brut (PIB) à partir duquel elle réduit l’emploi et l’activité. La chute de cette dernière et la hausse des taux (1 point génère 3 milliards d’euros de charges supplémentaires) imposeront vite un nouveau plan de rigueur.

Fondamentalement, le modèle social français n’est plus compatible avec l’évolution démographique, la chute de la croissance et la défiance des investisseurs. Quant à la classe politique, elle s’est révélée incapable de moderniser le pays avant qu’il ne perde sa souveraineté financière et budgétaire et ne soit placé sous la double tutelle des marchés et de l’Allemagne. Comme en 1983 et à l’image des pays du sud de l’Europe, la France va devoir choisir entre une réforme drastique de son modèle économique et social ou son départ de la zone euro.

Dans le même temps, l’Europe va droit à la récession, cumulant ralentissement mondial, plans d’austérité et effondrement du crédit. [Ce point est important car il va provoquer la chute de l'immobilier -déjà en cours- et constituera un énorme frein à l'investissement pour les entreprises. Ndlr] La crise de la zone euro ne cesse de s’étendre, contaminant l’Europe du Nord, le système bancaire et les financements d’entreprise. Elle change de dimension avec l’Italie, qui est à la tête de la quatrième dette mondiale et dont le défaut provoquerait une dépression globale. Or si l’Italie avec Mario Monti – comme l’Espagne avec Mariano Rajoy – dispose désormais d’un gouvernement légitime et apte à engager les indispensables réformes, elle ne peut se sauver seule face à une dette de 120 % du PIB refinancée à des taux d’intérêt autour de 7 %. [Nous sommes à 8 ce matin. Ndlr]

La situation critique de la France et de l’Europe est en partie paradoxale au regard des atouts qu’elles peuvent mobiliser. Elle ne résulte pas d’excès spéculatifs des marchés, mais de l’impuissance du politique et du manque de leadership. Ainsi, la France a dilapidé toutes ses chances de se réformer à froid, poursuivant l’euthanasie de son appareil de production et la constitution d’une vaste bulle spéculative autour de sa fonction publique et de son Etat-providence. La zone euro, elle, fut construite autour de principes insoutenables : absence de gouvernement économique et de prêteur en dernier ressort, refus de la solidarité financière et de la responsabilité budgétaire, fédéralisme monétaire et renationalisation des politiques économiques.

La France n’a plus les moyens de sauver l’euro mais peut faire imploser l’Union monétaire si elle ne parvient pas à se redresser. Elle a trois priorités. Reconstituer une offre compétitive via la baisse du coût du travail, l’encouragement à l’épargne, l’orientation vers les entreprises, l’innovation. Reprendre le contrôle des finances publiques – cela implique un plan de 120 milliards d’euros d’économies à l’horizon 2016 reposant sur 80% de baisse des dépenses et 20 % de hausse d’impôts et de privatisations. Lutter contre le chômage de masse et l’exclusion.

L’oeuvre de soixante années d’intégration européenne est menacée par l’éclatement de la zone euro. Or le Fonds de stabilité (FESF), mort-né avec la dégradation de fait de la note de la France, ne dispose pas de la taille suffisante pour réassurer la dette italienne. Quant à la mutualisation des dettes par la création d’euro-obligations, elle exige des conditions juridiques et politiques – notamment la révision des traités -, dont les délais sont incompatibles avec l’accélération de la crise.

La spirale de déstabilisation des déficits publics et des bilans bancaires ne peut être cassée que par l’intervention de la Banque centrale européenne (BCE) pour monétiser les dettes souveraines, au-delà des 200 milliards d’euros de titres actuellement détenus.

L’Allemagne, qui porte la responsabilité première des conflits mondiaux ayant provoqué le suicide de l’Europe au XXe siècle, ne peut prendre le risque de ruiner l’euro et de provoquer une catastrophe économique planétaire. [L'auteur n'apporte pas ici l'éclairage qui permet d'anticiper la sortie de l'Allemagne car il convient de s'intéresser au parcours de Mme Merkel pour comprendre le jeu véritable qu'elle joue. Ndlr] Elle concentre les moyens de la puissance en Europe mais refuse d’en assumer la charge, qui implique la prise en compte d’un bien commun au-delà de ses intérêts. Réformes structurelles et encadrement des budgets des pays déficitaires seront vains sans la mue de la BCE en prêteur de dernier ressort. Pour sauver l’Europe, Paris doit renoncer à la croissance à crédit et Berlin aux chimères d’un monétarisme anachronique. (Source: Le Monde)

 
77 Comments

Publié par le 30 novembre 2011 dans Non classé

 

Trader Noé – Analyse du 30 novembre 2011

L’indice Future CAC 40 n’est pas parvenu à franchir la première résistance mentionnée hier et le E-mini SP 500 a également rebondi sur sa première zone de résistance des 1200-1210 points.

La situation est donc très délicate car pour envisager une progression à court terme des indices, il faut d’abord franchir les 1200 et 1210-1230 points sur le E-mini SP 500.
(Relisez les points proposés hier pour plus de précision).

L’ EURUSD a concrétisé son petit arc il y a quelques jours. Nous surveillerons de très près le seuil des 1.32 qui servira de point pivot.

Nous avions parlé il y a quelques mois du titre Bank Of America. Le cours se rapproche de notre support phare des 4.5. Sous ce seuil, il faudra être extrêmement prudent et surveiller les niveaux des 3.9 et 2.

Pour le Future CAC 40, nous regarderons le seuil des 2800 points qui serviront de pivot accélérateur si cassure il y a. Ensuite, nous nous intéresserons au premier support phare des 2650-2610 points.
Sous 2610-2600 (premier trimestre 2012), cela sera le second seuil probable avant la grande débâcle probable vers 2300-1700 points.
Les points hauts réalisés hier et avant-hier sur les bancaires sont des résistances très intéressantes. Nous vous proposons de surveiller très attentivement ces points tout en regardant les différents supports ci dessous. (Franchissement ou rebond à la baisse comme sur les indices actuellement…nous le saurons très rapidement).

Crédit Agricole: 3.7-3-2.5 euros
BNP: 24-21-16.5 euros
Société Générale: 15-10 et 5 euros.

 
16 Comments

Publié par le 30 novembre 2011 dans Non classé

 

Un intéressant soutien à Angela Merkel…

Le 28 novembre 2011 était organisé à Tokyo le 15e Forum financier Europlace, dont l’un des objectifs était de rassurer le Japon sur la situation de la zone euro. Intéressante déclaration du gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer. Bien sûr, il a souligné que la crise européenne actuelle est « financière et non monétaire », mais il a aussi insisté sur le fait que la Banque centrale européenne (BCE) doit « tout faire pour maintenir la stabilité des prix et préserver la valeur intrinsèque de la monnaie unique ». M. Noyer a insisté sur l’indépendance de l’établissement central et qualifié de vertu le refus de la BCE de recourir à la politique de la planche à billet pour financer les dettes. Gageons que les Allemands ont dû apprécier cette intervention.

 
26 Comments

Publié par le 30 novembre 2011 dans Non classé

 

Economie américaine : une éclaircie ne fait pas le printemps

La presse américaine s’en tient à deux données… contradictoires : la consommation progresse (le mois d’octobre a marqué son seizième mois consécutif de hausse aux Etats-Unis, même si celle-ci est chaotique et lente). De l’autre, la défiance des consommateurs en l’économie américaine bat des records historiques, selon toutes les principales études. C’est elle qui explique un niveau de consommation très inférieur à ce qu’une relance économique exigerait. Les gens n’achètent que le nécessaire et seulement si l’offre est intéressante.

Finalement, les gens dépensent moins pour le restaurant ou le coiffeur, freinent les dépenses peu urgentes pour les voitures, limitent les frais d’assurance et même les achats de télévisions, d’ordinateurs ou de mobilier de maison.

Rien de bon pour l’économie américaine

Le problème vient du fait que selon la structure de l’économie américaine, les services sont, plus que dans n’importe quel autre pays développé, le premier contributeur de la croissance en termes d’emploi. Le repli des consommateurs vers les biens durables profite à ceux qui les fabriquent, qui sont souvent situés à l’étranger. Il ne se traduit donc que faiblement dans le domaine de l’emploi, devenu la clé d’une reprise « réelle ». (Le Monde)

 

.

 

L’Allemagne ne pliera pas le genou devant les marchés anglo-saxons
L’Allemagne ne pliera pas le genou devant les marchés anglo-saxons
Angela Merkel, comme n’importe qui, est spectateur du bras de fer qui se joue entre les Etats et les marchés. La Chancelière allemande se rend bien compte qu’il n’existe qu’une seule solution pour calmer les spéculateurs: les Etats-Unis d’Europe. Mais l’Allemagne n’en veut pas ! Chaque mesure est suivie d’une nouvelle attaque du Marché.  Les marchés anglo-saxons  veulent que la Banque centrale européenne (BCE) rachète durablement la dette des pays en difficulté, et que l’on aboutisse à la création d’euro-obligations. Mais A. Merkel répond par la négative. Pour elle, il n’est pas question de remettre en cause les principes fondateurs adoptés en 1991 à Maastricht : la BCE veille à la stabilité monétaire tandis que chaque Etat doit gérer ses finances en père de famille. «Le pacte de stabilité s’étant révélé insuffisant, la surveillance et les sanctions vont être durcies fortement pour que tous retrouvent sur vingt ans un endettement inférieur à 60 % du PIB. La faillite de la Grèce ayant été le talon d’Achille de l’euro, le mécanisme d’aide sera conservé, mais il n’y aura pas de solidarité illimitée. Ainsi, nul ne prévoit de transformer la BCE en Reserve fédérale américaine, susceptible d’acheter indéfiniment de la dette publique. A force de soutenir les pays en difficulté, la BCE devrait être renflouée par le contribuable allemand, sans qu’il ait son mot à dire sur les gouvernements fautifs : non démocratique pour la Cour constitutionnelle de Karlsruhe, inacceptable par la Bundesbank».
Dans ce contexte, Attali et bien d’autres reviennent sur la solution fédérale, mais toute nouvelle délégation de souveraineté doit être soumise à référendum, comme l’a exigé la cour de Karlsruhe. « Ce saut fédéral ne passera ni chez nous, ni en France », estime-t-on à Berlin.
On en revient donc aux méthodes classiques mais non appliquées depuis Maastricht : prévenir tout dérapage des économies, à l’aune de critères multiples ; sanctionner automatiquement les pays qui ne respectent pas la trajectoire de réduction de la dette. La Commission assurera cette surveillance, et les décisions seront soumises au verdict de la Cour de justice de Luxembourg, propose Berlin. Quant au Parlement européen, il n’est pas question qu’il ait son mot à dire sur les budgets, qui restent du ressort des Parlements nationaux. Dès lors, les marchés vont poursuivre leurs attaques à partir des comptes numérotés…
Liesi
http://www.alterinfo.net/L-Allemagne-ne-pliera-pas-le-genou-devant-les-marches-anglo-saxons_a67246.html
Partager cet article
Repost0
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 21:05

 

Jeudi 24 novembre 2011

myanmar.pngDans une semaine le secrétaire d'Etat étatsunien Hillary Clinton sera à Naypyidaw (nouvelle capitale qui a remplacé Rangoon), première visite d'un officiel américain de ce rang depuis 50 ans. « Mme Clinton soulignera l'engagement américain à une politique d'engagement de principe et à un dialogue direct dans le cadre de notre double approche», a déclaré son porte-parole , soulignant qu'elle va « confirmer le soutien pour les réformes dont nous avons témoigné ces derniers mois et discuter de la poursuite de ces réformes dans des domaines clés, ainsi que des mesures que les États-Unis peuvent prendre pour renforcer ces progrès ».

 

Le 17 novembre le président Barack Obama avait appelé à l’instauration de nouvelles relations entre les Etats-Unis et la Birmanie et l'Asean le même jour avait confié la présidence tournante de son organisation à la Birmanie en 2014.  Quelques jours plus tôt, le 10 novembre, le ministre des affaires étrangères japonais Koichiro Gemba et son homologue indonésien Marty Natalegawa étaient tombés d'accord pour accroître la coopération avec la Birmanie et l'assister dans sa "transistion démocratique".

 

Ce spectaculaire rapprochement avec les Occidentaux est le résultat de la politique impulsée par le nouveau président de la République (et général) Thein Sein auquel la junte militaire a laissé place au terme d'élections contrôlées destinées à mettre en place un gouvernement civil. Depuis lors le gouvernement birman a entrepris des réformes politiques et économiques dans le pays, y compris la poursuite des privatisations initiées par le précédent gouvernement et la libération très remarquée de milliers de prisonniers politiques (dont les membres de l’Association des Moines de toute la Birmanie responsable des émeutes de 2007) ainsi que la reprise du dialogue avec l'opposante Aung San Suu Kyi.

 

La nouvelle orientation de Thein Sein s'accompagne aussi d'un rééquilibrage géopolitique. Rangoon a pris ostensiblement ses distances avec son protecteur chinois en gelant les travaux sur un grand barrage construit par les Chinois dans le nord du pays (Myitsone),

 

En contrepartie la Birmanie s'est rapprochée de l'Inde où s'est récemment rendu le président birman (alors que la junte en 1988 avait expusé un demi million d’Indiens de son territoire).

 

Pour autant même les analystes indiens comme G. Parthasarathy dans le journal The Hindu estiment que l'alliance avec la Chine restera difficilement contournable, du fait de son poids économique dans le pays (secteurs de la construction, de l'armement etc.). La Chine est aussi un partenaire important pour la gestion des conflits ethniques à la périphérie de la Birmanie. En particulier des tensions ont surgi récemment à la frontière nord du pays avec la milice qui défend le territoire des Kokang, le seul peuple de langue chinoise de Birmanie, des tensions qui s'ajoutent à la reprise de la guerre au Kachin (après 17 ans de cessez-le-feu) en juin dernier.

 

La Chine est d'autant plus susceptible de garder une influence en Brimanie qu'au sein même du gouvernement de ce pays l'option de la libéralisation et de l'ouverture sur l'Occident est loin de faire l'unanimité. Ainsi le ministre de l'information, le général Kyaw Hsan, dans un discours récent à la chambre basse à Naypyidaw a comparé les médias à des "fourmis rouges" et a jugé que la liberté de la presse avait plus d'inconvénients que d'avantages.

 

En tout cas le processus de libéralisation offre aux Occidentaux de nouveaux points d'appuis pour peser sur la politique birmane. Alors que les donnateurs comme la National Endowment for Democracy soutiennent moins les groupes réfugiés en Europe et aux Etats-Unis, leur intérêt se porte, comme l'a évoqué l'ambassadeur danois en Birmanie en févier dernier, vers Egress, une ONG dirigée par Nay Win Maung qui prétend incarner une opposition modérée, troisième voie entre l'armée et Aung San Suu Kyi, et qui a soutenu le processus électoral de février dernier. Nay Win Maung, fils de militaire et ancien étudiant de Yale, que le gouvernement a choisi comme intermédiaire avec Oxfam après le passage du cyclone  Nargis, possède deux magazines dans lesquels il traduit des articles étrangers. Selon le Washington Post, il serait une sorte de représentant officiel de la société civile birmane que l'armée aurait mis en avant pour contribuer à la transition douce à l'oeuvre depuis mars dernier. Il serait à ce titre un acteur important du rapprochement birmano-étatsunien auquel on assiste aujourd'hui.

 Djibril Cissoko

 

Atlas Alternatif
Ouvrage Collectif
Essai - Actualité internationale - Histoire Contemporaine
ISBN : 2-84109-532-0 - 372 pages - Format : 150 x 240
Paru le 22-05-2006 - Disponible
20 €
Partager cet article
Repost0
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 20:46

http://s2.lemde.fr/image/2011/11/29/512x256/1610568_3_9835_le-texte-relatif-aux-certificats-d-obtention.jpg

http://s2.lemde.fr/image/2011/11/29/512x256/1610568_3_9835_le-texte-relatif-aux-certificats-d-obtention.jpg

 

 

 

 

Dans le champ de l'agriculture, l'usage libre et gratuit des graines ne sera bientôt plus qu'un doux souvenir rappelant des méthodes paysannes d'un autre temps.

 


Surnommées "semences de ferme", ces graines étaient jusqu'alors sélectionnées par les agriculteurs au sein de leurs propres récoltes et replantées l'année suivante.


 

 [Lire l'article complet sur lemonde.fr]

(Article référencé sur le site "Les mots ont un sens")

A lire également :

 

 

Sur le site Les mots ont un sens :


 

Tempsreel.nouvelobs.com -  Il évoque un "doute sérieux sur la légalité" de la décision prise par le gouvernement.

 

Arretsurimages.net - Mougeotte veut des journalistes résolument de droite au Figaro. Au cas où cela ne serait pas le cas, ils sont invités à aller... à Libé.

 

Youphil.com - Une colonne de glace s'engouffre dans la mer et détruit tout sur son passage. Un phénomène rare filmé pour la première fois par la BBC.

 

Rue89.com - On avait bien compris depuis quelques jours que Nicolas Sarkozy avait décidé de faire de la défense du nucléaire un axe majeur de clivage avec François Hollande pour la campagne présidentielle.

 

Globservateur.blogs.ouest-france.fr - Alors que le débat sur l'avenir du nucléaire fait rage en France, cette carte fraîchement publiée par le ministère japonais des Sciences invite à hiérarchiser les enjeux: sanitaires avant d'être économiques, encore que...

 

Lemonde.fr - Un développeur spécialisé dans Android a révélé l'existence d'un programme installé par des fournisseurs d'accès américains sur des millions de portables, qui enregistre de très nombreuses informations sur l'activité des utilisateurs et les transmet au fournisseur d'accès.

 

Sudouest.fr -  Les demandes d'hébergements ne cesse d'augmenter, ainsi que le nombre de recours devant la justice.

 

Presseurop.eu - Plusieurs grandes banques estiment que la fin de l'euro n'est plus un fantasme et préparent des scenarios de retour aux monnaies nationales.

 

Lemonde.fr - Un rapport de l'Inspection générale des finances dénonce une dérive des comptes et des "erreurs de gestion" de l'Etablissement public d'aménagement du quartier d'affaires de la Défense, révèle un article du Canard enchaîné à paraître mercredi 30 novembre.

 

Lemonde.fr - Dans le champ de l'agriculture, l'usage libre et gratuit des graines ne sera bientôt plus qu'un doux souvenir rappelant des méthodes paysannes d'un autre temps.

 

Lemonde.fr - Le Monde a choisi de comparer la situation d'un travailleur à temps plein, payé 2000 euros brut.

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche